Partagez | 

Normalement, c'est chiant un hôpital [Ft. Metaru Nué]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Mer 22 Nov 2017 - 4:21
- Tu sais que tu pourras toujours ... Ce n'était pas des paroles en l'air. Il n'en avait qu'une d'ailleurs, et elle ne changerait jamais. Il aurait toujours de la place pour un autre frère, une autre tant, une énième supplique, un dernier râle. Il voulait être disponible pour tout le monde, et tout le temps. Peut-être encore ce défaut d'en vouloir, et par la même, d'en faire trop ... Comme un parent faisant la leçon à un enfant, ou plutôt un grand frère digne de son nom - qu'il ne semblait jamais avoir eu, Hisao le grondait depuis le départ mais sa grogne atteint son paroxysme quand il lâcha ses première pensée quant à son âge ... On pouvait vite savoir que le Ninja était coulant, parce que sa colère semblait être digne d'un roseau dans la tempête. Dix sept ans et demi ! Babilla-t-il, le demi était important à cet âge, ah, sont mignons quand même. Enfin, quand on vous oppose des arguments pareils, rien que pour le plaisir d'ajouter son commentaire, et de préciser toute l'ampleur de sa jeunesse ...

Cependant, le géant de Kumo garda un flegme certains, poursuivant son laïus jusqu'au bout sans s'attacher outre mesure aux détails, lui qui connaissait très bien le poids d'une chaînes. Et c'est là que la vérité frappa Nué en plein visage, bien plus durement que Reiko ne pouvait le faire. Il avait raison, tout simplement... Pourquoi sans faire de quelque chose, dont il ne pouvait rien ? C'était encore là une de ses inventions farfelues ça, d'aller se responsabiliser pour tous les malheurs de la terre. De vouloir tout réparer, et construit un abris sûr pour tout à chacun. Il n'était pas altruiste, non, il faisait ça pour la grandeur ... Pour la légende et l'histoire. Il avait juste oublié que la grandeur demande un peu de decadence, et l'histoire un peu de présent. La légende ne vit que dans l'attendre d'un futur pour prendre la relève.

Tout était logique, tout les pièces s’emboîtaient dans son âme, et se complétaient nettement. Certaines personnes savent faire le tri dans vos sentiments, et remettre un peu d'ordre dans votre cœur. T'as raison ... Shuuhei aussi, à du connaître ça et bien plus durement que moi... Il regard Hisao avec une nouvelle admiration, cette fois pour sa logique et sa philosophie qui le tirait de sa torpeur. Tu as souvent raison avec moi, remarque ... Un gars vif et perçant, qui ne tarderait pas à percer. Il le reconnaissait en lui ...

- Je lui en parlerais un jour, peut-être que lui à trouvé les réponses ... Il recroisa les bras sous son crâne, appuyé sur son fidèle montant de lit ... En attendant, un problème sans solution, ce n'est pas un problème ! Et il haussa les épaule comme pour signifier que s'il ne pouvait rien y faire, alors il ne ferait rien. L'inaction, c'est un début de quelque chose, être immobile, tout un art du déplacement.

- Le reste ... C'est du détail, répéta-t-il pour se convaincre, souriant à son sempai, en faisant le signe du pouce qui appui toute déclaration supaaaa. Tu crois que t'arriverais à pas trop m'abîmer ? Fit-il avec des étoiles dans les yeux, s'étant rapprocher d'Hisao avec les mains proche de la bouche, réunis en un mouvement suppliant. Il suppliait presque là ? Alors qu'on lui proposait ? Non mais quel gamin ... On aurait dit que toute la mélancolie l'avait quitté, et qu'il était prêt pour se battre dans la seconde.

Un idiot inconscient et inconstant, imperméable au jugement des gens et leur hypocrisie naturelle. Il riait maintenant avec Hisao, sa main derrière la nuque, caressant les cheveux qui coulaient dans son dos. Deux amis qui ne font qu'échanger des idées, en simplicité.

- Je me demande ... Tu ... Tu t'y connais en fille non ? T'as tellement la classe et t'es beau gosse ... forcément. Air penaud, paumé, suppliant encore, comme le chat miaule devant ses friandises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Mer 22 Nov 2017 - 21:35
Dix-sept ans et demi, hein… Ce mec était vraiment à côté de la plaque. C’est comme si, physiquement, il avait grandi et mûri mais que mentalement, il était perdu entre ce qu’il était, ce qu’il voudrait être et ce qu’il était vraiment. En soit, j’m’en foutais un peu, mais c’est vrai que ça pouvait être un peu surprenant parfois de le voir partir dans un délire, puis dans un autre. Mais bon, je ne pouvais m’empêcher de lâcher un ricanement accompagné d’un petit mouvement de la tête allant de gauche à droite.

Cependant, son attitude changea un peu… enfin, c’était pas nouveau, ça. Il rentrait dans un domaine plus sérieux, plus posé, plus réfléchit. J’avais visiblement réussi à faire mouche avec mes mots. Tant mieux, parce que je ne suis pas vraiment spécialiste du maniement des mots. Ni des petites pensées philosophiques. Normalement, c’est pas mon rôle. Je me sens capable de balancer une phrase intéressante ou deux, mais ça s’arrêtait là. Mais bon, visiblement, ça lui allait amplement.

- C’est vrai que maintenant que tu le dis, parler avec Shuuhei pourrait être un bon début. Je le connais pas personnellement, mais je pense qu’il saura être une oreille attentive.

En faisant quelques pas vers une bouteille d’eau déposée sur une table de chevet, j’entendis sa brève réflexion sur le fait que je pourrais l’abîmer en entraînement… Baah, qu’est-ce qu’il croyait ? Bien sûr qu’on va pas faire semblant. C’est vraiment pas mon style, d’ailleurs. Faut savoir aller un peu plus loin que ce qu’on fait au quotidien pour progresser. Donc bien entendu, ça entraîne parfois des grosses fatigues et deux-trois bleus.

- Ne penses pas être épargné durant un entraînement avec moi. dis-je calmement en retournant sur mes pas, cette fois accompagné du verre d’eau. Mais tu ne finiras pas avec un visage trois fois plus gros, si ça peut te rassurer.

La petite pique provocatrice mais sympathique envoyée, mon sourcil s’arqua soudainement en voyant ses mimiques et son visage. Oh bordel, je sentais que quelque chose de moins sérieux allait arriver. Quelque chose digne de son anesthésie, si je pouvais dire les choses ainsi. Et putain, ça a pas raté. Il me posa une question pour le moins étrange…

Si je m’y connaissais en fille ? Bon, déjà, pourquoi maintenant ? Et ensuite, il me fit le… ‘’plaisir’’ de m’adresser quelques compliments. Sauf que pour le coup, je savais pas trop comment réagir. Surtout que ce genre de sujet, bon, ça me passe au-dessus de la tête, en fait.

- Hm… comment dire…

J’amenais ma main à mon menton, le frottant tandis que je réfléchissais. Je savais ni comment réagir, ni comment répondre. Mais fallait bien balancer un truc.

- Désolé de te décevoir, hein. Mais je ne suis pas vraiment ton meilleur conseiller de ce point de vue-là. C’est pas un sujet que je maîtrise. Mais alors pas du tout.

Bon, il pouvait bien me poser des questions, mais… je suis pas sûr d'être capable de réellement répondre à ses interrogations...

Merde. Il serait pas en train de me demander des conseils pour draguer sa cousine violente et responsable de son état actuel, quand même ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Jeu 23 Nov 2017 - 0:34
Eh oh, Nué aussi possédait un narrateur, qui même si son omniscience lui demandait une certaine impartialité, ne demandait pas mieux qu'à lui faire ravaler son Kiseru. Néanmoins, Nué, la tête dans les choux, ne remarqua rien d'anormal chez l'Akahoshi, comme de droit la conversation alla en son sens naturelle, son sempaï lui assurant que l'idée était bonne, il hocha la tête en attrapant faiblement un des sushis qui restait dans le bentô d'Hisao, roulant sur son lit comme un saumon remonte à la source, à la recherche du plaisir interdit. Pourquoi ? C'était toujours meilleur dans l'assiette des autres non ? Il fit progresser le petit aliment salé jusque devant son nez, avec un air de satisfaction non feint, une de ses canines pointues dépassant de son sourire aussi haut que les étoiles, au moins.

- Toi aussi ... Sempaï, commença-t-il la bouche pleine de saumon, assis les deux jambes de chaque côté du lit d'Hisao. T'es plutôt cool - bon mon cousin à un petit plus à ce qu'il parait ... !

En venant au sujet des entraînement, Nué comprit dans le brouillard de ses idées farfelues, que l'affaire contrariait vraiment l'Akahoshi...Peut-être qu'il était trop mignon pour être frappé ? Cependant, le monde de shinobis qu'ils côtoyaient tout deux l'obligeait à abîmer encore un peu plus ce visage aux traits qui, s'ils étaient quelconques, restaient gracieux. Il répondit du tac à tac, pour le dédouaner de tout sentiment de culpabilité : La douleur, ça sert à nous prouver qu'on est encore en vie ! Il prit une petit pause athlétiquement mignonne, comme s'il échauffait ses bras en courant sur place, ayant rejoint l'Akahoshi.

Il savait avant même de le dire, que parler des femmes ... Était une mauvaise idée. Le sceau du secret couvait parmi les hommes, la loi du silence rendant tabous la vérité. Il savait sa mère au cœur de ce complot. Il savait qu'elle avait dans le cœur une activiste prête à tout pour leur suprématie ! Même l'Akahoshi, puissant shinobi de Kumo, ne pouvait en parler à coeur ouvert, sa langue comme sceller par un fuuinjutsu redoutable. Coïncidence qu'il connaissait une ninja qui pratiquait cet art à merveille ? Celui d'être redoutable, et d'apoer des sceaux ?

- Dé..Désolé sempai ! S'excusa-t-il fortement, en tapotant sur le rebord du lit avec ses doigts. C'est à dire que ... Comme tu as l'air de connaître Reiko-chan et d'avoir garder toutes tes dents intactes ... Je me suis mépris. Il jouait avec ses doigts, haut, bas, droite, gauche. T'aurais pû partager les astuces, j'y comprend jamais rien moi ... Il tirait sur deux des mèches de ses cheveux aux reflets d'opale, de chaque coté de son visage.

- Eh non ... Beurk ! fit-il en tirant la langue, voyant instinctivement ou voulait en venir l'Akahaoshi finalement. Tu serais pas ... Jaloux ? Il lui tira un clin d'oeil suspicieux. Art du Ninja, première leçon, manuel de base : Prêcher le faux, pour avoir le vrais. Depuis son esprit embrouillé, les réminiscences des leçons potassées le soir avec la Nara lui remontait. Pourquoi pas après tout ? Était-elle la seule à avoir le monopole sur la curiosité maladive ? Dis moi ... Vous vous entendez vraiment bien avec ma cousine? fit-il sur un ton sévère, une moue boudeuse sur le visage, les sourcils démesuréments froncés, et les joues gonflées. Et ça fait combien de temps que tu ne maîtrise pas ... ce sujet ?

Le choix des mots. "Yare Yare" fit-il en pouffant de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Jeu 23 Nov 2017 - 22:14
Pour être honnête, le Metaru commençait vraiment à m’embrouiller. Je ne savais plus où donner de la tête. Il allait trop vite pour moi. Ou alors j’allais trop lentement pour lui. Quoi qu’il en soit, la conversation était vraiment partie dans une direction qui aurait pu être semblable après une dizaine de coupe de Sake. Qu’est-ce que je devais répondre, alors qu’il ne semblait saisir aucune de mes phrases ? Si je m’arrêtais à chacune de ses interventions pour le corriger, ça n’allait jamais finir. Pire, il pourrait re-comprendre de travers… mais bon, fallait bien que je dise quelque chose.

- Oi, doucement. Je peux pas te partager d’astuces si j’en ai aucune à t’en donner. C’est aussi simple que ça.

Cependant, il continuait sur sa lancée en me demandant si j’étais jaloux. De quoi ? De qui ? Je me grattais de manière confuse la tête avant d’hausser les sourcils quant à l’énonciation du prénom « Reiko ». Outre le fait qu’on parlait plus réellement d’elle, il me demandait d’un air étonné voire presque choqué si je m’entendais vraiment bien avec sa cousine, sauf que je n’avais rien dit de tel… Dans un interminable soupir, je retournais faire les 100 tout en lui répondant.

- Tu devrais te détendre, l’ami. La seule chose que je t’ai dite, c’est que je m’y connaissais pas. Normal, marin, puis prisonnier. Hey, tu t’attendais à quoi ?...

Je lâchais à nouveau un soupir, cette fois plus amusé que confus ou fatigué. J’allais rentre un peu dans son jeu afin de comprendre son état. Il oubliait que je la connaissais à peine, sa cousine… Enfin, je m’écrasais sur un des lits et m’accoudais à mes genoux. J’avais besoin de fumer après tout ça, donc j’allumais à nouveau mon Kiseru et le posa entre mes lèvres avant de reprendre la parole.

- Bon, bon. Vas-y, raconte-moi ce qu’il se passe dans ta tête. Je suis curieux de voir le nombre de choses qui te traversent l’esprit. Supposons que je m’entende avec ta cousine, c’est si choquant que ça ? C'est son attitude vis-à-vis de toi le problème ?

Un nuage de fumée s’échappa très progressivement du coin de ma bouche. J’avais pris une grosse bouffée qui, du coup, mit un petit moment avant d’évacuer mes poumons. Quand même, je suis pas sûr qu’il y avait que des médocs réglementaires dans ce qu’on lui avait donné. Ou alors c’était l’anesthésie qui lui avait foutu un sacré choc. Après, fallait dire ce qui est : Je passais un moment pour le moins amusant.

- Et j’te le redis, hein. En plus de rien y connaître, Reiko, je l'ai "croisée" une seule fois.


Bon par contre, fallait quand même se le dire… est-ce que le type lisait dans mes pensées ? Non parce que pile quand j’ai fait la réflexion sur sa relation avec sa cousine, qui s’est heureusement avérée fausse, il a commencé à parler d’elle.

Hm… ouais. Dans le doute, je vais faire gaffe à ce que je pense…


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 26 Nov 2017 - 15:54
- A de l'amour, de la gloire ... De la beauté ? Il lui mit un petit coup de coude dans le sien, en faisant un petit regard provocateur, il se sentait dans un nuage, et son esprit ne dictait plus rien de ses mouvements. Nué avait un regard torve, sa pupille plus dilaté que celle d'un batracien, de sueurs froide lui glissant lentement dans le dos, trempant sa colonne vertébrale, qu'il avait l'impression de ne plus posséder, ou bien qu'elle fût comme ses brioches douces et bien trop souple pour faire un bon squelette.

Soudain lui vint une idée lumineuse, éclairant les lampions de l'âme, qui brillèrent d'une lueur maligne.

- Oh je sais, vu qu'on y connait rien, on a qu'à tenir un carnet avec tout les conseils qu'on pourra avoir, et les observations que l'on pourrait faire ... Commença-t-il en frappant son poing conte sa paume ouverte... Et de temps en temps, on fait un réunion pour savoir ce que l'autre à comprit ! C'était parfait, ce plan de génie allait surement leur permettre de mieux comprendre cette force terrifiante dans le monde, celle de la gente féminine. Finit le règne de la peur, viendrait le temps des prophètes. Celle des jours délicieux de la tranquillité, de la paix, et de la liberté. Finit l'ère de cette mètre tyrannique.

Hisao en refourragea son Kiseru d'entendre ses questions débilitantes. Ça n'avait pas été dur pour Nué de conclure à ce fait, mais sûrement pas pour les bonnes raisons. La seule raison qui le pousserait à ne pas fournir d'explications sur ce sujet, serait si l'un de ses rivaux viendrait lui demander conseils. Par conséquent, si un homme au ramage aussi beau que le plumage, ne souhaitait rien partager avec lui, c'est qu'il était forcément entrain de penser à lui en ses termes. Et de qui avaient-ils parlé quelques instants plus tôt, et qui la défendait presque sans la connaître ? Même lui après quelques rencontres, ne pouvait pas remettre son caractère, ses grands airs et cette violence gratuite. ils étaient du même clan, mais n'auraient pas pû être plus différents.

Selon toute logique donc, Hisao était déjà sous le charme de Reiko -mais il ne le savait pas encore. Et il voyait en tout homme l'approchant un danger, instinctivement. Nué le pensait mais Hisao avait l'air trop honnête pour lui mentir droit dans les yeux, et il se contenta d'accepter cela, et de lui faire confiance. Si on ne pouvait plus l'instaurer entre Ninjas du même village, en qui pouvait-on la placer ? En tout les cas, les deux hommes simples qui se faisaient face étaient bien dissemblable sur la jeune femme.

Enfin, Hisao la connaissait mieux que lui de toute façon, mais il ne le savait pas encore. Il voulait savoir. Prêcheur de la demi vérité dévoilée, et du mensonge éhonté. Il haussa les épaules. Rien, j'ai eu du mal à penser à toi comme ... Sans expérience ? Il se frotta le menton pour chercher la formulation exacte, en vain ... Il savait que ça avait rapport à un mois de l'année, quelque chose de ce gout là ... J'avais oublié tes bracelets, excuse moi, lança Nué en soufflant,sa main frottant l'arrière du crâne, une goutte de sueur perlant à son front.

Il eut soudain les yeux pleins d'étoile en se rappelant la phrase exacte. Marin ? Alors il avait vu "La mer ? ! C'est comment dit la mer ? On m'a dit que c'était comme un lac mais en beaucoup plus grand et tout salé ! " Il se rapprocha en souriant grand, il avait toujours rêver de la voir un jouer, et il y arriverait sûrement un jour. " Et qu'il y'a des enormes poissons dedans !" Fit-il en tendant les mains, mimant la taille des prises."T'as déjà pêché des enoooormes poissons Hisao-sempai ? Ils sentaient si mauvais que ça ?" Il se perca sur le rebord du lit, comme une grenouille sur son nénuphar.

Dans un coin de son esprit, il nota qu'il y'avait au moins une personne qui partait avec de bon à prioris avec sa cousine, finalement il pensait peut-être à tord qu'elle était destiné à élever des félins, qui sait ? En plus le mec était super top viril.

Nya ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Dim 26 Nov 2017 - 20:53
Un nouveau nuage de fumée se dissipa après avoir heurté le visage de Nué. Il avait été lancé suite à un léger soupir qui en voulait dire long. Je continuais à éprouver une profonde sympathie pour le Metaru, mais qu’est-ce qu’il pouvait être perché. Mais je suppose qu’on enchaîne pas autant de choses sans queue ni tête si on a un mental parfaitement sain. Ou peut-être pas, en fait. Fallait dire que les interactions sociales avaient été largement relayés au second plan durant ma vie. Si j’essaie de changer ça, j’ai quand même eu de sacrés circonstances merdiques à ce niveau-là.

- Quoi ?


Comment ça un carnet avec des conseils et des observations ? Est-ce que Nué comptait vraiment qu’on s’entraide à comprendre les filles ? Bordel mais dans quoi il m’embarquait encore… qu’est-ce qu’il veut que je donne comme conseil : j’en ai absolument aucun. Et mes observations sont plus que limitées… Merde, c’est qu’il me stresse avec tout ça, l’autre. Il me met une pression que même mon Kiseru n’arrive pas à évacuer assez rapidement.

- Ahem… Je comprends ce que tu dis, hein. Mais je suis pas sûr d’en avoir vraiment besoin… C’est pas le genre de sujet que tu préfères découvrir plutôt que travailler ? Non ? Bon…

Je soupirais devant toute cette histoire. Mais maintenant que j’y pensais : Je ne savais toujours pas pourquoi il s’intéressait à ces questions en premier lieu. Pourquoi ce besoin d’en savoir plus, d’être préparé et informé ? Il était peut-être attiré par quelqu’un qui commençait sérieusement à lui peser sur la conscience ? Après tout, pourquoi pas ?

- Oi. Pourquoi tu tiens tellement à faire tout ça ? A la base, tu semblais me poser la question pour avoir une réponse précise… ou plus ou moins précise. Pas vrai ?


Il me pensait d’ailleurs plus expérimenté que je ne le laissais paraître. On va dire que c’est… sympa de sa part ? Après, j’étais quand même le type qui se balade sans arrêt avec des chaînes de prisonniers et des plumes accrochés aux cheveux. Mais bon !

Outre la question, il s’était aussi rapidement attardé sur mon passé de marin, la mer l’intéressant visiblement plus que je n’aurai pu le croire. Bon, ça restait dans un registre particulièrement… léger. Les pensées encore confuses en raison de la dose d’anesthésie qu’il avait prise – ou subie, selon le point de vue – il se mit à poser des questions plutôt existentielles et plutôt… logiques ? Comme la taille de la mer, l’odeur des poissons… Cela dit, je pouvais comprendre que les Metaru n’étaient pas familiers avec ce les étendues aquatiques.

- Ouais, effectivement c’est beaucoup plus vaste qu’un simple lac et plus ardu, aussi. J’ai eu l’occasion de naviguer dans de sales conditions. Mon clan a appris le Suiton justement pour ne pas subir trop fortement la mer. Mais je n’ai pas suivi cette voie-là. Et pour les poissons… je ne m’en occupais pas, mais effectivement, t’en veux pas comme parfum.


Je me levais et m’orientais vers la fenêtre. Si j’avais envie d’arrêter d’enfumer toute la pièce, je regardais aussi l’horizon – qui était néanmoins caché par les nombreux nuages environnants.

- Bon alors. Pour en revenir au sujet initial. Qu’est-ce qui te tracasse autant pour proposer un plan aussi… original que celui de rédiger un carnet ?


Je ne pus retenir un ricanement, cette fois. L’idée était quand même incroyablement surprenante.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Lun 27 Nov 2017 - 23:03
Pas sûr d'en avoir vraiment besoin ? Allons, mais que fait la police de l’ego ?! Il y'a un abus de confiance en soi évidant dans cette pièce, et elle ne venait pas de l'albinos. Enfin, c'était Hisao qui représentait l'autorité, il devait bien savoir ce qu'il racontait, et Nué acceptait ce fait, cependant l'idée du carnet de survie, c'était purement du génie. Ainsi, il pourrait compiler tout ce qu'il avait apprit, et pas seulement dans le domaine des femmes ! Oh oui, ils auraient pu en tenir des carnets ensemble ! Un carnet de route, un carnet de jutsu, un carnet de missions ... Il y'avait tant à partager dans ce vaste monde ! Il prit un air gêné, un peu rouge au bout des oreilles, bien content que ses cheveux blancs couvrent toute la surface.

- Découvrir c'est sûr que c'est mieux que de s'imaginer des choses ... Oh oui, il n'y avait que les imbéciles pour se complaire dans des rêves inutiles et éphémères, et bien que lui même soit parmi les plus grand rêveur de Kumo, il préférait cent fois sentir, toucher, voir et essayer. Non, non, tu as raison, t'aurais pas besoin de ça toi ! Fit-il en passant sa main derrière la nuque de jeune premier qui lui grattait de plus en plus. Et puis cette chaleur ... Il en était presque à sueur, et il se versa plusieurs d'eau en écoutant le ninja dérouler son argumentaires.

Il lui parla de la mer ensuite, devant le regard émerveillé de Nué qui ne s'occupait plus de questions terrestres. La faune marine lui était inconnue, et il aurait aimé des descriptions plus fournies des poissons, des bateaux, des "filets" - il ne savait pas si l'on disait ainsi, et d'autre chose. Mais le sentiment d'être trop intrusif dans le passé d'un inconnu qui n'avait jamais souhaité s'étendre le rattrapa et il préféra simplement exprimer son admiration. T'as dû en voir de ses choses ! Tu devrais tout consigné par écrit ! C'était devenu une idée fixe.

Nué détestait oublier. Et pourtant ... Néanmoins, le sujet qu'abordait Hisao, délicat tant par sa forme que son fond, était quelque chose qu'il ne pouvait pas simplement balayer du revers de la main. Cette terreur ancienne, mêlé à une curiosité piquée par une jeune tutrice du clan Nara, était quelque chose qu'il vivait au quotidien.

- C'est ... Il était très gêné, on abordait là un des seuls sujet de crainte chez lui ... C'est que... Disons que je sais jamais comment, mais j'arrive toujours à beaucoup les contrarier ! Il souffla, les joues gonflées comme s'il en avait marre. Il faisait chaud, et il se dirigea vers la carafe, prélevant son dû sur le Kiseru du ninja d'ébène. Rien que ma mère, tu verrais ça ! Un vrai ouragan ... tu verrais ça Hisao !Il vida quelques verre d'eau, la bouche pâteuse et la nuque trempée. La dernière fois, elle m'a envoyé la nouvelle paire de couteaux de papa dessus, simplement parce que j'avais encore oublié de prendre les galette de riz .... Eh hisao ... Il se tourna vers le ninja, qui regardait toujours par la fenêtre. Il faut qu'on soit solidaire, comme des frères. Fit-il en attrapant ses mains, un air implorant du regard.

- Si on ne s'organise pas, le combat est perdu d'avance... C'est elles ou nous !Hein, mais qui avait parlé de combat ici ? Il avait le regard fiévreux, et sa peau était chaud sous le contact d'Hisao.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Mar 28 Nov 2017 - 22:44
Ca y est. Quoi encore ? Il me regardait avec des petits yeux condescendants. Qu’est-ce que j’avais dit ? … Rah, c’était pas facile de parler avec ce gars-là. Je suis sûr que chaque parole que je prononce est retournée une bonne dizaine de fois, s’éloignant complétement de son sens original. Mais je n’avais pas le temps de réfléchir à sa ‘’réaction’’ qu’il avait déjà bondit sur un autre sujet, puis sur un autre. S’il était ramolli à cause de l’anesthésie, il était possible que sa nature énergique prenne le dessus malgré tout, provoquant ces vagabondages dans la discussion. Il parlait par exemple d’un éventuel récit sur les mers…

- J’en ai pas assez vu pour ça. Et puis, je pense pas être particulièrement doué en écriture. J’aime lire, mais ça s’arrête-là.


Alors que j’allais reprendre mon Kiseru, que j’avais eu l’audace, la folie voire la stupidité de poser sur la table, je vis Nué le prendre, alors suant à grandes gouttes. Il fumait, buvait de grandes gorgées d’eau et semblait un peu paniquer. Merde, c’était ma question précédente qui l’avait foutu dans un tel état ? Ok, lui avait peut-être besoin d’un livre sur les femmes, finalement.


- Oi.


Il commençait à déblatérer un nombre incroyable de paroles à la suite. Il parlait des femmes en général qu’il contrariait, puis parlait de sa mère, un ouragan, une tornade, un raz-de-marée et que sais-je encore… bon j’avoue qu’à l’écouter, sa mère faisait peur. Je lui concédais ce point.

- Oi.


Toujours sur sa lancée, il avança qu’il fallait qu’on s’entraide, que si on ne le faisait pas, on était foutu. Non mais je vous jure… j’avançais de quelques pas en sa direction, l’attrapais par le col et l’amenait au niveau de mes yeux.

- T’as de la chance que t’as le visage dans cet état. Sinon, je t’aurais calmé avec la manière forte.


Je soupirais tout en le lâchant, puis me massais le front. Il était perdu le pauvre gars… qu’est-ce que j’allais pouvoir faire de lui ?

- Bon… et à part les tentatives de meurtre par ta mère, le manque de solidarité et le besoin de s’unir contre les femmes, qu’est-ce qui te pose soucis.

A nouveau, je me baladais à travers la petite salle du récent hôpital kumojin : je détestais rester sur place. Je n’étais pas hyperactif, ni dans mon caractère ni dans mes habitudes, mais c’est vrai qu’être assis trop longtemps, ça me stressait.

- Parce que j’ai l’impression que t’évite – plus ou moins habillement – le vrai sujet. Le truc qui t’a fait commencé cette discussion. Pas vrai ? Comme jt’ai dit, j’ai aucune connaissance. Mais bon, tu m’as l’air trop perdu pour que je te lâche comme ça.


Un simple sourire compatissant en coin, je reprenais à nouveau mon Kiseru et m’éloignait de lui. A force, il allait me voler tout mon tabac le Metaru.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mer 29 Nov 2017 - 3:14
Voilà donc qu'il se sous estimait maintenant ! C'était sûr que s'il n'essayait pas de s'y mettre, ça ne viendrait jamais, et il resterait simplement Hisao, l'ex-detenu. Nué aussi, devait changer, évolue, découvrir, essayer. Il devait toucher, voir, sentir, comprendre. Kumo lui avait apprit une belle leçon, celle que tout individus peut partager ses connaissances, s'il prend la peine d'apprendre à les transmettre. En mettant bout à bout toutes nos experiences personnelles, toutes nos vies, nos joies et nos peines, il était maintenant persuadé que l'on pourrait y voir plus clair. Comprendre la direction dans laquelle le monde tournait. Ne plus jamais perdre, toujours se relever. Soudés comme jaja. C'était bien l'important chez le Metaru, qui avait apprit à utiliser le moindre gramme du précieux or gris de son clan, pour en faire des créations digne de ce nom.

Nué était tout à ses explications cependant,et ne vit pas arriver les bras de son compatriote, qui le soulevèrent du sol tandis qu'il remuait les pieds, conscient d'avoir abusé. Il le faisait toujours, c'était son vice le plus profond ; Dès qu'il voyait une chance de pouvoir pousser plus loin, il le faisait. C'était son moteur, c'était son défaut, c'était son alpha et son oméga. Le paradoxe du forgeron de Kumo. En tout cas de celui qui nous intéresse. Pardon Sempaï, j'ai tendance à partir au quart de tour quand on parle d'elle, il eut une chaire de poule rien que d'y penser, je pense qu'elle m'a au moins appris à toujours être sur mes gardes ... Bien que cela ne lui avait pas trop servit aujourd'hui, par deux fois. Il tourna néanmoins la tête de droite et de gauche pour vérifier l'absence d'autorité maternel, ou d'un de ses représentants.

Il eut un rire gêné devant la suite de l'argumentaire, et se positionna sur le côté de la fenêtre double. J'y comprends riiiiien du tout. Finit-il par avouer. Un jour coup ci, un jour coup ça, une fois comme ci, une fois comme mie ! Il repartait au quart de tour, mais redescendit bien vite dans les compteurs , se rappelant de l'avertissement d'Hisao. Seul son infortune l'avait sauvé de son terrible courroux .

- Je déteste rien y comprendre, c'est absurde ... Il regardait au loin ... Tout est là sous nos yeux, et on arrive pas à saisir la photo d'ensemble, fit-il en faisant un cadre avec ses deux mains. Je suppose que l'important c'est de pouvoir y voir déjà ! Il riait de ses propres propos, toujours volatile, et sacrement incompréhensible, il pianotait entre les notions, les sentiments et les bêtises d'adolescent. Il changeait, n'y pouvait rien, et avait besoin d'un repère.

- T'en fais pas, je redeviens pas nostalgique, ni mélancolique. Il se tourna, un peu mieux depuis que le vent frais l'avait caressé de sa brise. Il était une créature d'extérieur, bien et surtout que son travail nécessitait de suer dans une salle sombre comme une grotte. Encore que la raffinerie, n'était pas avare en aménagements agréables. Il se souvenait de la première fois qu'il les avaient vus, la lueur de son cœur, celle qui se reflétait dans les yeux de ses frères.

- Dis Hisao-sempai ... Il se tourna vers lui ... Un jour on ira à la mer tout les deux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Mer 29 Nov 2017 - 20:47
- Non.

La réponse fut directe, le ton froid et dur. Ce n’était pas spécialement mon intention, pour être franc. Mais c’est vrai que c’est sorti assez subitement. Finalement, mon visage adoptait toujours ce flegme qui le caractérise tant, mais je me disais que le Metaru, perché comme il était, allait encore prendre mal la façon dont je m’étais adressé à lui. Du coup, après un rapide massage des sinus, je précisais le fond de ma pensée. Enfin… une partie en tout cas.

- Rien contre toi personnellement, hein. Mais si je retourne sur la mer, c’est pas pour faire du tourisme. dis-je en m’adossant à l’un des murs de la pièce. Ca fait longtemps que je suis plus marin. Je sais pas encore si je retenterais un jour de naviguer par moi-même. Mais si c’est le cas, comme je t’ai dit, c’est pas pour aller observer la mer et la faune marine.

Mouais. J’étais toujours particulièrement froid lorsque je m’adressais à lui, mais avec un peu de chance, il allait vite comprendre qu’il fallait s’arrêter sur ce que je disais et pas ce que je laissais paraître, même si même de ce côté-là, mon visage semblait plus fermé qu’auparavant. Cependant et assez rapidement, je tentais de me dégager de ce sujet pour ne pas instaurer une gêne, une tension ou quoi que ce soit de ce style. Parce que l’air de rien, avant le retour du médecin, j’étais toujours ‘’forcé’’ de rester ici. Donc autant que ça reste en de bonnes conditions… même si c’est clair que le silence m’a jamais emmerdé.

- Bon. Pour en revenir au sujet principal. Tu sais, au truc que t’as zappé alors que tu venais de t’excuser pour ta tendance à te perdre quand tu abordais ce sujet-là. C’est pas comme si ça faisait une heure qu’on tournait autour du pot, mais…


Mes bras croisés, je posais mon regard sur Nué qui s’était tourné vivement vers moi en m’entendant parler de ça. C’était certain que c’était un sujet plutôt délicat pour le Metaru. Je n’arrive même pas à compter le nombre de fois où il a changé de sujet en plus milieu de sa phrase.

- Par contre, j’te préviens. Tu repars encore sur vingt sujets différents et on reste chacun calmement dans son coin de la pièce en attendant ces foutus médecins.

Non c'est vrai quoi. Moi je voulais bien l'écouter et "l'aider" sur son sujet qui lui tient tant à coeur, mais fallait m'en dire plus que "Ouin ouin, c'est pas facile la vie".


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mer 29 Nov 2017 - 23:45

- Mh, oui je vois. C'était dommage, mais finalement ce n'était pas si mal. Les choses étaient ce qu'elles étaient, et tout objet cassé n'est pas destiné à être réparé. Les hommes solitaires, pas destinés être accompagnés. Tout comme les amoureux n'avaient pas forcément à s'aimer.

La vie suit un cours, il faut savoir s'adapter à ses courants vicieux. Entre autre, ce qui le rassurait, était la tendance à Hisao d'adoucir ses propres, et de chercher à lui expliquer tout ce qu'il lui disait. De la clarté, de la simplicité, voilà ce qu'il voulait apprendre de lui. Mais allez donc demandé à un adolescent de demander cela à un inconnu, tiens. Allez demandez à Nué de se livrer suffisament pour dire vraiment les choses, ou les avoirs compris.

Finalement, les femmes n'étaient qu'une partie du problème, et c'était par l'écrit qu'il espérait trouver une solution, un schéma cohérent, quelques chose en quoi croire. Il haussa les épaules, conscient que l'âge et les épreuves mettraient sans doute un point à tout cela, le tourbillon de la vie ne laissant que de place pour les petits poissons.

- Messieur bonjour ! Fit un homme à l'aspect lambda, son bouc sévèrement taillé en un rectangle parfait. Je suis le professeur Amon Bofils ! Il salua les deux ninjas avec déférence, leur indiquant par la même le respect que lui inspirait la fonction. Il était vrai qu'ils étaient un rouage essentielles dans la marche de la machine de Kumo, une seul était grippée, et tout le reste devenait inutile et désuet. C'était comme vouloir marcher sans son talon d'achille, on avait vite fait de perdre l'équilibre et de dégringoler par terre, la mâchoire la première dans le cas de notre Metaru. Le docteur Bofils était conscient de tout cela, et faisait de son mieux conseillé un personnel austère avec une clientèle aux réactions parfois ... Explosives ? Je viens vous emprunter le charmant bonhomme qui est là, tu me suis mon garçon ? Il lui rendait bien dix ans, mais Nué plusieurs centimètres, et il quitta Hisao avec un petit salut de la main, en promettant de revenir vite.

- Bon, Monsieur Metaru. Faisait le docteur en agitant son stéthoscope habilement entre deux doigts, sa deuxième main tapotant sur le bord de son bureau en acajou. On va parler de votre méridien ... Commença-t-il avant de verser dans le jargon post traumatique habituel, quand on est médecin. Nué ne capta pas grand si ce n'est "Un grand repos" et "Beaucoup de nourriture salé". Apparemment, cela aidait beaucoup dans ce genre de cas, comme certains aliments étaient reconnus pour détériorer le blablabla ... Il secoua la tête, faisant mine d'avoir tout compris, et se promit une brochette en sortant, pour respecter les désirs de l'Eisei-nin. Bien monsieur, merci monsieur, bonne journée monsieur furent les seuls mots qui sortirent de sa bouche, puis il disparut en claquant la porte, après avoir signé une décharge.

Il arrivait dans le hall quand de grand bruit lui firent tendre l'oreille, pas besoin de sensorialité pour savoir que quelque de louche se tramait. En bon héros de notre ère, il sauta de l'escalier directement sur le sol, enjambant la rambarde. Se reçut souplement deux mètres plus bas, fendant l'attroupement qui commençait à se créer dans les couloirs. Il perçut alors clairement les paroles échangées.

- Je vous dis qu'il lui a fait des propositions 'olé olé' ... ! Ce sale ex-taulard l'a touché je vous dis ... Je vais t'éclater ta face de connard, sa te fera regretter la prison... Tu t'échapperas pas comme ça avec moi, pfff 'repenti' ... On voyait bien que l'Akahoshi essayait de garder un semblant de calme,et de ne pas envenimer la situation. Mais l'autre n'écoutait pas et déroulait son laïus devant sa petite amie, sûrement bien trop impressionnée par l’énorme charisme d'Hisao pour dire quoi que ce soit. Nué sentait que ça allait mal tourné, Hisao s'était tourné pour partir, aussi poussa-t-il le voisin qui le précédait, fit le brise-foule, et se retrouva en plein milieu d'une mêlée commencé par un coup déloyal de l'inconnu. Hisao-Sampai Atten-*"

*SCHBLOK*

Le choc, l’anesthésie, le coup qui frôla une plaque métal qui n'était pas encore bien soudé à l'os, il se plia en deux sous le choc et la douleur, n'assistant pas à la suite de la scène ... Il y'avait trois choses que Nué ne laissait se passer sans intervenir, les injustices, l'abus de force sur les faible, et que l'on s'attaque à l'un de ses amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Jeu 30 Nov 2017 - 21:34
Un soupir interminable s’extirpa de mes poumons. Franchement, j’avais tout sauf envie d’attendre encore trente minutes supplémentaires. Ca fait des heures que Nué et moi on s’emmerde ici, enfermé entre ces putains de quatre murs alors qu’ils ne font absolument rien d’autre que de se la couler douce en discutant entre collègues. Un nouveau soupir sortit lentement. Je m’étais un peu emporté, et pour rien en plus. Mais le truc, c’est que je suis vraiment pas patient. Mais alors pas du tout.

Du coup… je me levais tout simplement et me dirigeais vers le hall principal. Pourquoi ? J’en savais trop rien. Je pense que je cherchais juste un truc à faire. Un truc pour passer le temps. Au pire si on me cherchait, ils avaient qu’à hurler mon nom. Je finirais bien par entendre. D’ailleurs, l’hôpital s’était un peu rempli depuis que j’étais arrivé. Pas mal de mouvement… du mouvement que je préférerais éviter, pour être franc.

- Oh, désolée. dit-elle avant de voir les chaînes que je portais. Oh, pardon, pardon, je voulais vraiment pas vous dér-

Et voilà typiquement le genre de choses qui me fatigue. Les gens ne savent juste pas marcher correctement. Et le pire, c’est que je suis malheureusement tombé sur quelqu’un qui fait une fixette sur mes chaînes. Bon, en même temps, dans un hôpital, fallait pas trop lui en vouloir de ne pas être rassurer.

- C’est bon. Aucun souci. Pas la peine de te mettre dans cet état.


Je secouais légèrement la tête, déjà lassé par tout ça. Mais avant même que je puisse avancer, un petit excité vint me coller en me balançant tout ce qu’il avait sur le cœur. Des conneries, donc. Car en effet, le mec était en train de me reprocher mon comportement envers sa petite amie. Et plus mon sourcil s’élevait tandis que je restais silencieux, plus il devenait violent et menteur. Il commençait même à gueuler dans tout l’hôpital… Comme si quelqu’un allait bouger pour si peu.

- ...

Je tournais talon, l’ignorant totalement et retournant dans ma chambre. Finalement, c’était bien plus tranquille. Sauf que je l’entendis se précipiter sur moi. Non mais quel hargneux… Hein ? Alors que je m’attendais à recevoir la frappe, il n’y eut qu’un son, presque métallique, derrière moi. Quelqu’un était intervenu ?

- Bordel, dégage, toi !

Mes yeux déposés sur mon… « héros », je pus rapidement reconnaître Nué.

- Ca me gonfle…

Je prenais le brassard du Kumo Keimu Butai qui était dans la poche de mon manteau et le plaçait lentement autour de mon bras gauche. Le mec comprenait vite qu’il était mal tombé. Au début, j’hésitais à lui rentrer salement dedans, mais je sentais qu’il ne méritait pas une violente correction. Je me contentais ainsi d’agripper son épaule et de presser fortement mon pouce sur son omoplate, le faisant lentement plier jusqu’à ce qu’il se retrouve genou au sol.

- Alors on fait quoi, je t’arrête et tu payes tous ses frais médicaux ? Qu’est-ce que t’en dis ?


Je n’attendais aucune réponse. Je le relevais – non sans violence – et m’apprêtait à l’amener au poste. En vérité, il n’allait rien choper de bien violent. Une réprimande, une bonne facture et voilà. Et encore, j’étais même pas encore sûr. Mais c’était juste pour lui faire un peu redescendre son petit courage de mes deux.

Bon, je partais un peu à l'arrache sans avoir pu dire quoi que ce soit au Metaru, mais bon. Le personnel médical se chargeait déjà de lui, je n'avais plus rien à faire ici. Enfin, si, mais j'en avais marre. D'ailleurs, il finira bien par venir à cet entraînement. Donc bon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Ven 1 Déc 2017 - 1:03
- Monsieur réveillez vous !
- ...
- Monsieur réveillez vous ! Docteur, il reprend conscience je crois.
- ... Quchoi, chui ou ?
- Docteur venez par ici, c'est bon, il est réveillé, il ... il baragouine !

Vision trouble, monde flou, une douleur perçante dans le creux de sa mâchoire, il se tenait la bouche avec les mains, rien n'y personne ne semblait en mesure de l'en empêcher. De son coté, il ne pouvait lutter contre l'impression d'avoir une partie de son os voulant se faire la malle, et il ne voulait se laisser convaincre par le docteur. Monsieur, laissez moi regardez cette mâchoire, ça vaut mieux ! Faisait-il par dessus les bruits de la cohue, tandis que l'agresseur fût embarqué par l'Akashoshi. Votre ami ? Votre ami va bien monsieur, il est de la police vous savez ! Faisait-il en articulant chaque moi, comme s'il avait un retard particulièrement débilitant. Non, Non vous ne pouvez pas vous lever et rentrer ! Vous venez de prendre un mauvais coup sur une blessure récente au méridien, vous ne bougez pas et vous m’enlevez cette main ! Continua-t-il à converser avec son malade. MAIS BIEN SUR QUE NON VOUS N'ALLEZ PAS PERDRE VOTRE MACHOIRE. Enlevez cette main. Tout de suite. Enlevez cette main tout de suite bordel de Raikage !

Impossible, une fois lancée, le Metaru mord mais ne lâche plus. Qu'on m'apporte les calmants. Finit-il par dire en se retournant, blalé, le regard aussi impénétrable que le fier et grand Hisao. Et des forts s'il vous plait.

Et ce fût ainsi, que se termina l'épisode de l’hôpital. Les suites post traumatique, risque d'être beaucoup plus intéressantes, ne quittez pas ! Non, vous n'aurez pas le droit en exclusivité à Nué sous calmant pour cheveux, ne rêvez pas ! Nous avons suffisamment entaché son potentiel charismatique pour aujourd'hui.

Le reste, attendra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Normalement, c'est chiant un hôpital [Ft. Metaru Nué]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: