Partagez | 

Quoi de mieux pour faire connaissance ? [Pv TEAM #6]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Mar 31 Oct 2017 - 23:43
Journée spéciale pour le blond aujourd'hui. Il y a de cela plusieurs semaine il avait émis l'envie de devenir un sensei, former de jeune Genin était une idée qui lui plaisait. Ce n'était pas ses entrainement qui pouvait dire le contraire car au lieu de progresser en combattant des adversaire plus fort que lui, chaque jour de sa vie depuis plusieurs mois consistait à aider à progresser de jeune shinobi. Quoi qu'il en soit il avait fait les démarches pour créer une équipe ne lui manquait plus que les élèves et quoi de mieux pour cela que d'observer ? Cela faisait maintenant deux semaine que le blond s'était mis à la lourde de tâche de faire des recherches, pas n'importe les quels puisqu'il s'était mit à observer plusieurs Genin récemment promu afin d'analysé leurs capacités. Au final son choix s'était porté sur deux adolescent qu'il pensait prometteur. Le premier était un Metaru, en bonne voies de devenir un traqueur hors paires. Pressentit comme l'un des futurs membres de l'unité de traque de Kumo ce jeune avait réussi à attiré l'oeil de l'Ikezawa. Le deuxième ou plutôt la deuxième car il s'agissait d'une fille, était de nature discrète et pourtant malgré son inactivité flagrante elle avait eut plusieurs bonne mension lors de son passage en tant que Genin, Shojito ici faisait de nouveau preuve d'une analyse sans faille car avant même qu'il ne les contact il avait pu observer que ceux-ci s'étaient lié d'amitié ce qui ne faisait que réconforté le blond dans l'idée de tout deux les prendre dans son équipe.

Quoi qu'il en soit les deux étaient choisit et il ne lui restait plus qu'à les tester, comment allait-il s'y prendre ? Bien entendu, des professeurs il en avait côtoyé un bon nombre et chacun avaient une méthodes différente pour approcher les choses, cependant aucunes ne convenaient à Shojito qui lui avait décidé de faire les choses à sa sauce. Cela lui avait prit plusieurs jours d'organisation mais il y était enfin arrivé. Il était maintenant temps d'envoyé la missive à ses chères élu et de les voir se débrouillé face à l'épreuve que leurs avait concocté leurs sensei.

Missive:
 

Join avec la missive, une carte avec l'indication précise de l'endroit ou doivaient se rendre les élèves ainsi qu'un dessin représentant un loup, dessiné dans le coin de droit de la missive. Avec tout ceci, Shojito s'était assuré de donner toutes les clefs à ses élèves pour réussir la première partie du test, l'analyse. Allaient-ils réussir ? Il l’espérait de tout cœur et les attendait aux portes du village afin de les observer durant le trajet qu'ils allaient effectuer jusqu'à la forêt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mer 1 Nov 2017 - 1:18
Le sourire satisfait de son père l'inquiétait en une fraction de seconde, la Nara jetait un regard suspect vers Yuan, son second papa, cette fois, son sourire forcé lui confirmait... Sa main se tendait, histoire de ne pas faire durer trop longtemps le supplice, les deux hommes se plaçaient derrière elle pour lire par dessus son épaule...

-6H30 depuis les portes ? Cela fait un départ vers 5h non ?

La fille se choquait sous la douce voix de Yuan.

-Comment ça 5H ?!!!

Le reste de la soirée était chahuté par l’excitation débordante au sein du cocon familiale, mais Sayo elle, restait un peu plus perplexe, non pas seulement pour l'heure trop matinale, mais aussi et surtout pour les conséquences qu'auraient l'entré dans une équipe... Fini les vacances fallait-il croire, cela ne l'avait pas empêché de sombrer avec une aisance déconcertante dans les bras de Morphé. Au petit matin, enfin, même si la nuit était encore là, par un ciel si sombre, une petite voix se répétait bientôt nerveusement. Yuan, trop bienveillant avec elle comme toujours essayait de la tirer de son lit. C'était que la princesse avait le sommeil lourd. Aussi il avait rusé en lui indiquant une fausse horaire.

-Il est bientôt 6h Sayo !

Panique, saut du lit express après le sursaut, elle allait filer tel quel s'il ne l'avait pas rattrapé, petit retour en arrière elle ramassait sa sacoche préparée la veille -heureusement-, pieds nus... Mais heureusement ses neurones finissaient par se connecter entre elle. Elle s'habillait en deux/deux avant de courir jusqu'au porte. Autant dire que ça commençait mal, Sayo détestait par dessus tout user de ses jambes de cette façon, aussi mauvaise pouvait-elle être, elle finissait sa course avant de prendre place à l'arrivée de son premier calvaire. Un souffle court, digne des plus grands fumeurs aux poumons carbonisés, elle sentait même une goutte de sueur-horreur- sur son front. Un terrible point de côté lui offrait une douleur, personne aux portes si ce n'était les gardes.

A leur portée, sa première question fut fort heureusement de demander l'heure, histoire d'évaluer son retard. Quand le premier lui répondait 5h, elle demandait au second de vérifier, même réponse. Son cerveau encore embrumé arrivait pourtant à faire le lien. ENFOIRE. Il était temps donc de trouver son partenaire, par chance à cette heure si matinale, les rues étaient désertes par ici. Son regard plissait sur un visage familier se rapprochant, tout mais pas ça en première pensée, tandis qu'elle l'ignorait en premier lieu se donnant quelques minutes de plus pour attendre son partenaire. Aucun autre ne venait, son humeur se massacrait davantage tandis que bien obligé, elle faisait le pas la première vers lui. Comme toujours quoi.

-C'est moi que tu cherches, allons y. Bref et concis. Salut. Tu as jeté un œil aux documents ?

Les mains dans les poches, elle se mettait à regarder autour d'elle, hauteurs et recoins. On ne les autoriserait pas à sortir sans surveillance selon elle, ils étaient encore trop novice à leurs yeux. Rien ne capter son attention, mais elle savait quels renards se terraient ici. Il suffisait de connaître ses pères pour ça. Une dernière fois, elle observait la missive, le dessin planté dans un coin.

-Hum. Si on profitait de la balade pour parler de nos compétences de shinobis. Après tout, je vais être encore amené à te supporter.

Son dédain dans haussement de ses épaules couplé l'ouverture de la marche, un bref contrôle envers les gardes et ils étaient dehors. Quelle mouche avait piqué leur sensei pour un choix pareil, pour son coéquipier et aussi pour le lieu du rdv, si tôt... Elle traînait quand même un peu des pieds, tout en blablatant sur les nuances propres aux Nara, sans espérer beaucoup, il n'avait jamais été très studieux ce cher Nué ! Et elle était encore trop éteinte pour jouer leurs jeux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 1 Nov 2017 - 11:48
Il était six heures du matin, et pas une trace de Nué dans la maison familiale. Affolé, son père réveilla toute la maisonnée en panique, cherchant dans chaque pièces s'il ne trouvait pas l'enfant rebelle. Il savait, en bon père de famille, que son fils avait un évènement important aujourd'hui... Il ne se souvenait plus de quoi, mais c'était important ... Si cet abrutit avait encore découché, il allait l'entendre.

- Papa ? Mais ... Qu'est-ce qui t'arrives ? fit une petite voix féminine tirée du sommeil.
- Ton frère !
- Lequel, papa ?
- Tous, mais un en particulier, tu sais de qui j'parle nom de dieu !
- Ah, Nué ? Il avait pas un genre de réunion aujourd'hui ?
- Justement, je le trouve pas !
- Et tu as pas pensé qu'il y'était peut-être déjà ?
- Mh ...

Missive retrouvée en boule dans un coin de la pièce:
 

- SIX HEURE TRENTE DU MATIN ?! fut le cri déchirant qui passa les lèvres de notre jeune héros lorsqu'il parcourut la missive, la vieille au soir. Encore un putain de psychopathe au village des nuages. Et encore un qu'il allait devoir subir, sur ordre de son propre cousin. Ah, sacrée famille, sacré village, et sacré destin. Toujours là à se moquer de lui, dès qu'il avait le dos tourné. Et à continuer une fois ses facéties faite, et Nué bien en face de lui. Encore un concept immatériel de plus à qui il ne pouvait faire ravaler ses dents, comme son Senseï, qui restait une théorie bien éloignée de la réalité pour l'instant. Il se demandait bien à quoi il pouvait ressembler, mais rien qu'avec cette missive, il s'imaginait une tête de vicelard de première.

Faut être tordu pour donner ce genre d'heure de rendez-vous. Ou alors, son intention était de voir arriver ses élèves en retard. Il y'avait quelque chose, c'était sûr. Nué prit rapidement une décision, et s'installa pour la nuit dans un parc qui bordait l'enceinte extérieur, non loin du poste de garde. Il comptait bien se réveiller et être à l'heure oui, mais il comptait surtout profiter de chaque minutes et secondes de répit. Et arriver à la bonne heure. Même s'il devait dormir à la belle étoile, faisant du voile nocturne son oreiller, et d'un vent calme, sa couverture. Tu me diras, ça ne manquait pas de poésie, bien que les raison l'y poussant étaient purement triviales.

Pour une fois ponctuel, il était donc le premier sur place quand vint une silhouette obscure au loin. Elle traînait des pieds, semblait même marcher à reculons. Ou alors, se sentait de se devoir d'aller au devant d'un danger insurmontable. Il se faisait l'impression d'une bouche des enfer, ou la petite silhouette devait s'engouffrer pour aller combattre une armée de démon, et sauver le monde...
Puis il la reconnut, d'abords son aura, son chakra latent qu'il ne connaissait que trop bien. Puis sa longue chevelure noire, qu'il devinait douce et parfumée d'ici. Ce qui lui fit penser à la douche qu'il n'avait pas prit aujourd'hui... N'en déplaise les odorats délicats. Nué savait déjà tout du reste, pour avoir pratiquer la jeune femme une année entière. Nara. Sayo Nara. Le genre de femme qui lui faisait regretter d'avoir quitté ses montagnes pour Kumo. Qui savait toujours comment lui retourner le cerveau. Lui raser son scalp, lui ouvrir la boite crânienne, et boire son sang encore chaud à l'intérieur.

Après, il comprenait. Ce n'était rien comparé à ses géniteurs. Il en avait encore des sueurs froide, et attendit donc calmement qu'elle vienne jusqu'à lui ... Après tout, quelles étaient les chances pour que ce soit une erreur, ou bien une blague ...

-C'est moi que tu cherches, allons y. Bref et concis. Salut. Tu as jeté un œil aux documents ?

... Aucune. Aucune chance gars. En plus d'être responsable d'elle de manière générale, tu l'étais maintenant vingt quatre heure sur vingt quatre. Et dire que tout ça n'était qu'une étape sur ton plan de carrière, il fallait absolument que tu réussisses, pour espérer rentrer dans la section de traque. En sortant ton plan, Nué espérait secrètement détourner l'attention sur son visage affligé, au comble de la décrépitude. La supporter une nuit, passait encore, l'avoir sur le dos toute la vie , à chaque fois qu'il devrait partir en mission ? Vieiller sur elle malgré sa mauvaise humeur constante ? Pouvait-il survivre à cette expérience ? Nul ne pouvait le savoir.

- Décidément, on ne se quitte plus. Avoue que c'est toi qui a choisit l'horaire ... Peut-être qu'en se persuadant assez fort, il le penserait pour de vrai. Il y'avait de la fatigue dans ce raisonnement, et peut-être un peu d'amertume à cause des récents évènements. Puis elle avait toujours été imaginative pour le forcer à bosser sous son commandement.

Encore un de ses secrets dont sa famille ne devrait jamais entendre parler. Il fit jouer ses bracelets de force en métal, arrangea la besace qui trainait à se ceinture, et donna le signal de départ d'un air déterminé. Des deux, c'était encore lui le plus frais, et son énergie communicative allait faire des merveilles, il n'en doutait pas. Le silence s'installa entre eux, bientôt coupé par la déclaration de Sayo. Oui, la déclaration cher lecteur, tu as bien lu.

- Mpfrh, cette fille était une vraie bêcheuse, et en plus elle débordait de joie de vivre, c'était à s'arracher les cheveux. Heureusement qu'il portait un bandana. Et bien ... Je suis plutôt spécialisé en traque et capture. Il esquiva une branche, passa sur un talus, continua sa route comme si de rien était -il faut dire qu'après avoir vécu dans les montagnes, c'était presque une promenade de santé cette histoire. J'utilise l'élément Kinton, comme tout Métaru. Je peux bricoler quelques trucs avec un peu de matière première. Termina-t-il en faisant jouer une fois de plus ses bracelets.

- Et j'ai quelques bases de combat au corps à corps, mais rien qui ne doive nécessiter du chakra malheureusement.

Il avait quelques soucis en ce moment, depuis sa mâchoire brisée, son chakra semblait se rebeller contre son propre corps. Même s'il ne voulait pas l'admettre, et ne l'admettrait surement pas. C'était la raison pour laquelle on l'avait gardé si longtemps à l'hôpital. Mh, surement un Méridien là, avait lâché laconiquement son médecin. Charlatan. Pas grave, il ferait avec ! Il avait toujours fait avec. Et ça n'avait pas émoussé son sens de l'observation du côté faune et flore, ni son sens de l'orientation. Heureusement que c'était lui qui ouvrait la marche et se repérait sur la carte... Son binôme semblait littéralement dormir debout.

Tant et si bien que ...

Arrivant sur le lieu de rendez-vous, et ne sachant lui même comment cela pouvait se passer ainsi, Nué portait Sayo sur son dos, de la sueur débordant de son bandana. Il pestait intérieurement ... Celle-ci, elle était vraiment ... mais alors vraiment ...

- Hein ?

Il y'avait quelque chose qui clochait. Ses sens, tout son instinct, lui clamait que quelque chose ne tournait pas rond dans cette petite clairière en plein milieu de la foret. Peut-être la disposition des pierres, ou bien l'orientation des arbres. C'était pas Feng-Shui.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc

Mer 1 Nov 2017 - 19:35
Une énigme des plus simple selon Shojito, en tout cas c'était ce qu'il pensait puisqu'il avait rassembler tout les éléments pour que les supposition soit faites, pour que ses élèves comprennent ou ils étaient. Cependant c'était une toute autre histoire qui c'était passée, trop jeune ou trop fatigué quoi qu'il en soit tout deux avaient foncé tête baisser sans prendre en compte tout les facteurs. Laisser sortir deux genins seul pour un rendez-vous en forêt... Pourquoi des gardes aurait-il accepté cela ? Comment ce faisait-il qu'il n'y avait personne pour accompagné les deux jusqu'à leurs destination ? Shojito lui avait la réponse car il était l'un des gardes ayant laisser passer les genins en effet son plan avait été bien ficelé et malheureusement la première étape de celui-ci avait été un échec, une léger sentiment de déception mais il gardait espoir que ses deux recrues arrivent à résonné en chemin.

C'était en les suivant le plus discrètement possible qu'il observait les moindre faits et gestes, des paroles inutile, du silence, de la collaboration, mais toujours pas de résonnement, les deux étaient enfin arrivé à destination et ne savait même pas ce qu'il allait ce passé pour eux aujourd'hui. Sans l'ombre d'un doute il n'aurait pas pu prévoir ce qu'il allait se passer de source sur mais ils auraient pu avoir des théories, des pistes, quelques choses qui leurs aurait permit de comprendre. Mais rien de tout cela, au bout milieu d'une forêt épaisse et dans une obscurité matinale Nué et Sayo semblait perdu attendant qu'un évènement se passe, il était l'heure pour Shojito d'entrer en scène ou plutôt de mettre son plan à exécution. Il était peut-être trop tard pour résonné mais nous apprenons de nos erreurs c'était pour cette raison qu'il espérait que la suite leurs ferait prendre conscience de ce qu'ils ont loupé. Percher sur un arbre à observer la situation Shojito ne bougeait pas armé d'un sifflet à ultrason il soufflait de toute ses forces et le spectacle pouvait commencer.

Inaudible pour l'oreille humaine ce sifflet était un parfait petit gadget pour attiré les sens aiguisé de loups sauvages et pas n'importe les quels puisqu'il s'agissait d'une meute si redoutable que le blond lui même avait eut du mal à les semer. L'endroit choisis n'était en aucun cas un hasard car il était très proche de la grotte dans la quel la meute se réfugiait. Encerclé, prit au pièges Nué et Sayo se retrouvait assaillit par une dizaine de loups qui soulevant les babines commençait à leurs grogner dessus. Sans l'ombre d'un doute s'il ne réagissait pas très vite leurs mort serait des plus précipité. Chance de fuite ? Zéro. Chance de survie en combat désorganisé ? Zéro. Moyen pour s'en sortir ? La coopération. Une valeur que le blond affectionnait particulièrement car il n'avait que trop vécu de situation isolé et savait de source sur qu'à deux l'on pouvait effectuer des miracles.

Jetant un dernier coup d'oeil sur sa montre le blond soupirait avant d'ajouter. "Au moins, ils sont à l'heure." Sautant sur un rocher qui était bien à vue des deux genins, il se mettait à parler. "Bonjour, vous êtes à l'heure mais vous avez échoué le premier test." Il ouvrant alors son sac et saisissait de la viande bien rouge et saignante qu'il remuait pour excité un peut la meute qui commençait à se regroupé autour du rocher sur le quel il était. "Voici votre deuxième épreuve, la survie. Vivez et vous serrez digne d'être mes élèves, mourrez et vos familles auront un profond regret, mais je devrais également leurs dires à quel point vous étiez décevant.... Cela serai dommage non ? Vous avez 10 minutes, j'ai l'impression que vous êtes leurs premier repas depuis longtemps." Soudainement il jetait le morceau de viande au milieu des deux enfants avant de saisir dans son sac un bocal remplit de sang de bœuf qu'il prenait un malin plaisir à jeter sur les deux afin d’attisé un peu plus la haine des loups.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mer 1 Nov 2017 - 21:46
C'était qu'elle était presque à deux doigts de se rendormir, quelques minutes plus tôt, elle avait trébuché-volontairement- sur une branche, s'en était suivi un jeu d'actrice parfaitement ficelé, quelques petites menaces à peine dissimulées sur leur retard si elle restait planter sur place... Et la voilà sur son dos, économisant ses pas et son énergie pour la rencontre. Si elle arrivait fraîche, ça ne pouvait être que bien mieux. Une de ses paupières s'ouvrait au « hein » de son coéquipier, la Nara jetait un bref regard à l'endroit en quittant sa place après un regard jeté sur sa montre. Ils devaient être arrivé.

-Ah ça va beaucoup mieux d'un coup. Justifiait-elle sa position debout.

Sa bonne humeur n'allait d'être que d'un instant quand leur mentor entrait en scène, il avait eu plus d'effet sur elle que les sales cabots qui venaient d'apparaître. La fille lui jetait un regard, un sourcil arqué, échoué que quoi ? Cela lui paraissait tout à fait déloyale de les soumettre à un test sans même les avertir, qui se serait méfier de son instructeur en suivant ses indications. Son outrage n'avait pas fini de s'en venir, car l’audacieux blondinet était loin d'en avoir fini avec sa fourberie, très vite il la laissait perplexe avec la suite des « menaces ».

-Vraiment ?... Lui faisait-elle hautaine à l'annonce du regrettable de leur mort. Elle n'y croyait pas une seconde, il insultait son intelligence. Bonne chance. Pour aller trouver ses pères avec ce genre de discours et espérer ressortir entier, elle roulait déjà des yeux, à peine quelques secondes qu'ils se connaissaient-un bien grand mot- et elle le supportait déjà à peine. C'était loin de s'arranger avec la suite qui les attendait...

Son regard se posait sur le morceau de viande à ses pieds, en toute réalité, Sayo n'avait pas encore pris au sérieux l'exercice, ça tirait plus de la mise en scène que autre chose pour elle, naïvement, elle s'imaginait ne rien risquer et que le grand méchant loup-le sensei, interviendrait à la dernière seconde si cela tournait mal. Classique, son père génétique lui faisait le coup à chaque fois, ce qui relevait d'une première en revanche, était le traitement qu'il allait se permettre de lui affliger. La visqueuse substance l'avait prise par surprise, glissant de ses longs cheveux détachés pour s'infiltrer dans son col et décolleté, s’immisçant dans son dos et chatouillant son nombril malgré les couches de vêtements les protégeant. Comme tétanisé par l'assaut, la Nara restait immobile en regardant ses mains souillaient, puis le bas de son corps pas non plus épargné, elle dégageait son visage en sentant le goût métallique s'invitait dans sa bouche. Un tremblement nerveux l'enlaçait toute entière, poings et mâchoires serrés... Quelques secondes et un cri à réveiller les morts réveillait la forêt. On entendait autour l'envol précipité des volatiles encore endormis avant la flopée de jurons d'un registre aussi grand qu'insoupçonné s'échappant de sa bouche. Sa crise toujours en cours, et sous l'insistance des prédateurs, elle jetait son fascié froissé et quelques suggestions-qui n'en étaient pas, à son partenaire.

-Prenons de la hauteur, déplaçons-nous d'arbre en arbre en arc pour finir par se rejoindre dans le cas où il nous prépare d'autres surprises...


Il fallait ouvrir le chemin pour commencer, un bon élan et d'un bond de ninja, la pression sur la branche sous son poids faisait tomber quelques feuilles, la Nara était déjà passé sur un autre arbre, jetant un regard à son partenaire pour vérifier qu'il avait pu rejoindre les hauteurs sans embûche. C'était toujours mieux qu'avoir à se battre, même si autant d’effort ne la ravissaient pas vraiment. La meute était à leur trousse, mais à moins qu'ils grimpent aux arbres et sautent de branches en branches... Dix minutes était jouable.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 2 Nov 2017 - 1:21
Il déposa subtilement Sayo sur le sol, et à peine posèrent-ils un pied dans la clairière que les ennuis commencèrent. En tout cas, si l'on écoutait bien ce silence irréel qui planait dans la forêt. Il n'y avait rien, rien des bruits qu'il connaissait habituellement. Et le fait qu'il ne soit pas dans ses bonnes vieilles montagnes ne changeait rien. Malgré tout, cette situation semblait se répéter, et c'est avec une moue blasée, soufflant dans sa barbe un juron incompréhensible, qu'il vit les premiers signes pointer le bout de leurs museaux, de loin. Tout juste le temps de vérifier son équipement, de faire jouer ses muscles et de renifler bruyamment d'un air très peu civilisé. Si l'histoire était un cycle, la vie était une sacrée garce aujourd'hui.
Il allait conseiller de s'enfuir quand une silhouette floue sauta sur un rocher non loin d'eux, le faisant sursauter. Au final, être un peu trop que le qui vive ne lui était d'aucune utilité. D'un autre côté, valait-il mieux être trop prudent et vivant, ou bien audacieux et bien mort ? A peine son Senseï ouvrit la bouche, qu'un terrible ras-le-bol le prit au cœur. Soit, il se coltinait Sayo, ce qu'il pouvait encore supporter. Soit, il la portait sans raison à travers un kilomètre de forêt pas vraiment accueillante. Soit, il se levait à 5 heures du matin, dormait à la dure, ne déjeunait pas. Il pouvait supporter. Mental d'acier, volonté de feu. Un Metaru. Impénétrable et efficace, tranchant comme l'acier.

Mais maintenant, on le tournait en ridicule ? On lui imposait des test retors et brumeux ? On usait de malice ? On l'insultait ? On sous entendait qu'il déshonorait sa famille ? A cet heure, plaignons ses pauvres loups. Nué écumait, même si son visage n'était qu'une grande fermeture, un angle aigus dans un monde froid et hostile. Nul sourire, nul haine, rien. Juste une concentration extrême, tandis que du sang éclaboussait sa tenue de boulot, pas la première ni la dernière d'une longue série. Non, il ne lui ferait pas le plaisir de crever ici, ce serait trop d'honneur. Puis vint le cris, un longue plainte aigus qui incita les loups qui s'égaillaient déjà à venir les titiller, se détacha alors un loups noirs au poitrail imposant, surement haut dans la chaîne alimentaire du groupe, qui fonça droit sur la jeune fille. Elle qui fermait ses jolies yeux rouges sur des cils charmants, chaire fraîche appétissante, qui ne se rendrait compte de rien avant que des crocs ne se referment sur elle. Nué pouvait comprendre le raisonnement, malheureusement, il ne pouvait pas laisser ce scénario se passer. Déjà parce que seul, ses chances frôlaient trop dangereusement le zéro total. En plus, qu'au final, il l'aimait suffisamment bien pour pas la laisser crever seul dans un foret anonyme de ce vieux monde.

- Mh.

Et il se mit en travers du prédateur. Un mâchoire claqua, un bras s'éleva en Garde de Fer. Le style que son père affectionnait car il ne demandait aucun chakra. Le bras relevé fût frappé par des crocs et une plainte métallique se fit entendre. Parfait, il était content de son travail sur ses bracelets de force. Tandis que la Nara dévoilait son plan de retraite, Nué, lui, infusa du chakra dans son bracelet de manière brutale et désorganisé, s'en tirant pour une grosse douleur au crâne, et le sentiment de sentir sa mâchoire craquer salement. Des pics grossiers apparurent sur le gantelets, et transpercèrent la bouche du loup, que Nué envoya bouler d'un coup de pied savamment travaillé sur des gros troncs. Il détestait se salir les mains, et la colère sourde monta, s'empara de lui en partie. Tambours battant.

Sauf que. Plus une trace de sa partenaire. *Oh putain ... * Et les loups n'avaient pas du tout apprécié le mauvais traitement infligé par le jeune ninja à l'un des leurs. L'esprit de meute était plus puissant que la prudence instinctive. Nué farfouilla dans sa sacoche, espérant avoir le temps de s'emparer de ses pendules tout neufs, qui pouvaient servir de grappins dans pareilles situations. S'ils pouvaient prendre de la hauteur quelques instants seulement, et se regrouper.

Il y'a toujours de l'espoir.
Il est juste parfois difficile à apercevoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc

Jeu 2 Nov 2017 - 7:32
"Eh merde..." Pensait-il alors qu'il voyait la situation s’envenimer. La jeune Nara était partie sans se retourner laissant dans la panique, son compagnons qui dans un élan de courage était en train de mettre au tapis les quelques loups qui avait eut le temps de lui sauter dessus. Il fallait à tout prix arrêter cet mascarade, rien n'allait dans le sens de l'Ikezawa qui déçu par tout cela décidait finalement d'intervenir. "STOP ! Ne bougez plus !" Criait-il alors qu'il sortait du sac plusieurs morceau de viande qu'il jetait au pied de son rocher avant de souffler de toute ses forces dans le sifflet pour que les loups soit interpeller. Ceux-ci inévitablement alerté par ce bruit strident inaudible pour l'oreille humaine, se dirigeait vers Shojito avant d'appercevoir la viande au pieds du rocher et de ses jeter dessus. Une meute en générale ne lâche pas aussi facilement une proie mais une meute affamé choisira la facilité plutôt que de risquer sa vie à mourir à cause du peu de force qu'ils leurs restent. Quoi qu'il en soit le blond lui saisissait maintenant dans sa sacoche à outils ninja, une dizaine de kunai qu'il lançait successivement dans la nuque de chaque loup se nourrissant afin que ceux-ci n'interfère pas dans ses affaires. "Bon... Venez face à moi." Disait-il en déscendant du cailloux pour se mettre face au Metaru probablement encore sous l'effet de l'adrénaline.

Passant sa main droit sur son front en se le frottant vivement il soupirait avant de regarder un à un les deux genins et de nouveau soupirer semblant réfléchir. "Bon, bon, bon... Avant tout... Prenez ceci et allez vous rincez dans la rivière derrière moi." Disait-il en déposant un sac au sol face a eux. Celui-ci comportait des vêtements pour plusieurs semaine mais pas n'importe les quels puisqu'il s'agissait de vêtement qu'il avait prit la peine d'aller demander aux familles des deux zigotos dans le secret le plus totale. Évidemment qu'un homme aussi prévoyant que Shojito avait prit la peine de prévenir les parents d'un tel test et d'un tel voyage. "Pour les questions, c'est après le rinçage. Vous puez le sang de boeuf, c'est abominable." Tout s’enchaînait très rapidement et c'était à ce demander si tout ceci avait du sens mais fort heureusement il les avait observer et savait qu'un sur deux obéirait sans broncher tandis que l'autre allait-être d'un peu plus mauvais poil. "Sayo, s'il te plait ne fait pas d'histoire, va te rincer, change toi, et ensuite nous discuterons de tout cela.." Peu importe leurs réaction, Shojito comptait bien que les deux fassent ce qu'il leurs avait demander de faire c'était pour cela qu'il les ignorait tout bonnement ayant été clair dans ses indications, il ne comptait tout de même pas se répèter.

Pendant le temps ou les deux étaient en train d'exécuter les ordres ou non, il s'assurait que chaque loups était dans l'incapacité de faire quoi que ce soit en récupérant ses kunais et en leurs tranchant la gorge afin que ceux-ci ne bouge plus. "Quel gâchi..." Pensait-il alors qu'il avait fait courir les pauvres bêtes durant plusieurs jours d'affilé afin de s'assurer qu'ils seraient belle et bien affamé pour le jour J. Il avait maintenant fait tout ceci pour rien car au final il était le seul à avoir réalisé l'objectif, tué de pauvre loups affamé. Une fois les loups achevé et les kunais récupéré, il se retournait en direction des deux s'étant assuré qu'aucun n'avait déserter l'entrainement et avait suivit ses indications il était maintenant prêt à recevoir toutes les questions et plainte de ses élèves. Il était au courant que ses méthodes étaient loin d'être orthodoxe et qu'il se ferait quelques peu haïr par ses élèves mais c'était un risque qu'il voulait absolument prendre. Soupirant une dernière fois en les regardant leurs faisait un signe de la main signalant qu'ils pouvaient maintenant parler. "Allez-y." Croisant maintenant les bras il écoutait attentivement les deux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Ven 3 Nov 2017 - 11:24
Tout c'était enchaîné rapidement, la Nara n'avait pas pris au sérieux, ni les avertissements, ni l’exercice, elle ne soupçonnait nullement que cela pouvait lui réserver un sort oh combien plus terrible qu'avoir eu à jouer le jeu dix petites minutes. Perplexe, depuis son arbre, même pas consciente-trop endormie pour encore- que Nué venait de couvrir ses arrières. Un sourcil relevé, incompréhension tandis qu'elle quittait l'arbre pour se rapprocher, mais c'était qu'il ne savait pas ce qu'il voulait celui là ! Elle lui jetait un regard froncé, désenchantée par la rencontre trop agitée, son exaspération fut à son meilleur niveau quand il se plaignait de leur odeur. La bonne blague. Sa bouche s'était ouverte pour lui grogner dessus, mais il l'avait déjà anticipé les envoyant faire un brin de toilette avant le règlement de compte. A choisir entre lui et se laver, il était sûre qu'au moins elle lui était reconnaissante pour les vêtements de rechange, néanmoins, un coin de sa tête notait de châtier ses complices. Elle n'en doutait nullement, Yuan lui avait prêté main forte, c'était plus son genre ce type de sadisme. Restait un dernier point dérangeant.

-Dans la... rivière ?... Restait-elle choquée.

Comment ça se laver dans une eau sale, et froide en plus ! La mijaurée s'outrait-à nouveau, jamais fut sa première pensée, pourtant, rester tel quel ne l'enchantait pas non plus. Sa détestation prenait un level supérieur envers le blond étrange et le perçant éclat rubis se jetait cette fois sur son partenaire de longue date. Avec lui dans les environs en plus ?

-Premièrement, je ne suis pas exhibitionniste, secondement je désapprouve très fortement vos méthodes des plus douteuses. Pour finir je désapprouve que l'on touche mes affaires sans mon consentement.

Si ça se trouve un complot de pervers qui ne l'étonnerait gère dans ce village de fous pour la faire jouer la fille des bois, version +18 à mi-chemin entre le film d'horreur et le mauvais nanare. Traînant les pieds, Sayo avait néanmoins emboîté le pas pour se rendre vers son bain improvisé, non pas sans avoir pris le temps d'hurler presque sur Nué afin qu'il patiente son tour et tant qu'à faire, guette les environs pour elle. La prude demoiselle vous comprenez. L'odeur du sang était persistante, même rincer et des nouveaux vêtements sur le dos, ce n'était peut-être qu'une impression tandis qu'elle était revenue faire face à son nouveau mentor, enfin, sur le papier. Il autorisait le questionnement, sans surprise, la brunette se faisait agressive...

-Bien. Quel est le nom du médecin qui traite votre problème psychique ? J'ai l'impression qu'il manque la mise au point. Expertisée Princesse Nara en croisant les bras elle aussi, qu'importe qu'il la vire, ça l'arrangerait plutôt bien en fait... Est-ce qu'on peut partir maintenant ? Du moins, est-ce que je peux partir ?

La cohabitation avec ces deux-là allait être compliquée, au début du moins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 3 Nov 2017 - 18:03
Nué n'était pas un type rapide, non, c'était plutôt un instinctif, qui ne suivait que ce que lui dictait son corps quand la situation devenait extrême. Ce n'était pas de la vitesse, non, mais des reflexes aiguisés pouvaient très bien faire tout comme. Il n'était pas le plus vif intellectuellement, Sayo le dépassait largement par exemple, par contre, quand il s'agissait d'en venir aux mains, tout ça ne comptait plus. Juste lui et sa besogne, une concentration extrême, une force brutale forgée par le feu et le fer, une mains sûre et précises, des sens aiguisés. Il fallait savoir détecter la moindre baisse de température si l'on voulait obtenir une arme de bonne qualité, et il fallait savoir écouter ce que le métal avait à vous dire quand vous l'interrogiez à coup de marteau. Tout ça ne différait en rien de ce boulot de ninja.
Même logique, situation différente. Changement d'outils. Révision des plans, modification des patrons, fabrication d'une nouvelle structure. il arrêta son mouvement, leva son bras en se baissant du mieux qu'il pût. Son chakra s'accumula en lui, puis se fraya un chemin jusqu'à son poignet. Nué délivra une bonne dose d'un coup bref, expulsant les piques qui couvraient son poignet. Cinq des six loups les plus proches reçurent l'avertissement en glapissant, ce qui dispersa la troupe. Le dernier fuyard se prit quelques claques pendant que le sifflet du professeur, la viande gracieusement offerte, et le banquet funeste ne l'appelle lui aussi vers la mort. Nué aurait bien continuer de frapper, si la fatigue ne commençait pas déjà à faire trembler certains de ses muscles. Toute la tension accumulée le quitta d'un coup brusque, et il revint en boitillant légèrement. Le Taïjutsu n'était pas son point fort et il arrivait toujours à se froisser quelque chose à chaque fois.

Nué garda ses questions pour plus tard et se dirigea vers la rivière, du sang frais coulant sur le sang qui coagulait déjà. Pendant ce temps là, sa partenaire renâclait, comme à son habitude, à suivre le commandement de Shojito. Dire que c'était lui qu'elle osait appelé "Cancre" dans leur jeunesse. Enfin, elle n'était pas si rebelle que ça, plus ... Têtue ? Une main de fer dans un gant de titane. Une brute épaisse sous les traits d'une jeune fille assez mignonne. Un monstre tapi dans l'ombre ... Aspiré dans ce tourbillon de pensée, il se fit resquiller son tour sans ménagement, et se retrouva même à surveiller un éventuelle menace perverse, dans un bois paumé et désert. Attrapant une tunique propre, d'un bleu immaculé, il reconnût la patte de sa mère, l'imaginant entrain de bien rire à l'idée de ce programme d'enfer. Elle ne devait même pas avoir mit son père au courant ...

- Cesse un peu d'être sur la défensive, y'a que les loups qui voulaient te manger ici ...Il pointa du doigt L'Ikezawa, et lui même et lui tira un sourire taquin. Il n'y avait que comme ça que Sayo apprenait qu'elle dépassait les bornes. Peut-être qu'elle ne le sentait pas, mais ce mec les surclassait sur à peu près tout les domaines. Lui, pouvait le voir clairement. Par contre, tu marques un point ! clama-t-il en levant un index au ciel, les yeux mi-clos. Qui nous prouve que vous êtes bien Ikezawa Shojito, et non pas un psychopathe pervers souhaitant kidnapper deux membres de clans majeurs à Kumo ? Termina-t-il en ouvrant de nouveau les portes de son âmes. Son regard noir était plus sombre encore que d'habitude, et des veines courraient le long de son front. Sa main ouverte ou deux doigts formaient un sigle bien connu de tous.

Un code qui signalait que ça allait bientôt partir en vrille.

Dans la main qui n'avait semblé bouger depuis le départ, un des kunais récupéré sur un cadavre de loup non loin de là, tendu à l'encontre du Ninja chevronné. Il n'avait peut-être aucune chance contre un type pareil s'il n'était pas véritablement son Senseï. Et cette idée pouvait sembler tordue. Tout comme sa façon particulière de tenir son arme. Pointe vers le bas, une garde flexible et basse, le bras porteur bien haut, prêt à fondre sur sa cible. De côté, on aurait presque dit un arbre tenant une de ses feuilles, avec son bras dans cette position, et ses muscles noueux. Un arbre tordu tenant une arme mortelle.

Le monde l'était tout autant ... Et les récents évènements qui avaient secoué sa famille résonnaient douloureusement derrière sa logique. D'un geste du bras, il invita son binôme -peut-être bientôt éphémère- à se mettre derrière lui, et recommença à malaxer son chakra. Il pouvait tenir, encore un coup, ce n'était rien ... Une douleur le frappa au visage tandis qu'il sentait couler en lui le résultat de ses effort. Un chakra chaud et doucereux.

Protéger et servir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc

Sam 4 Nov 2017 - 9:53
Les bras croisé, le regard vide, stoïque, Shojito regardait ses deux élèves ne réagissant même pas au accusation porté à son égard. Croire qu'il puisse ne serait-ce que penser à ce genre d'activé avec ses élèves était être plus qu'idiot, mais alors qu'il commençait légèrement à perdre patience il eut maintenant une idée qui pouvait encore sauvé les meubles de ce désastre totale.

Fonçant maintenant le sourcil, Shojito regardait Sayo avant d'ajouter. "Tu veux partir ? Vas y, vas-t-en. Que m'ont dit tes pères déjà ? Mmh... je ne sais plus... L'un des deux ma jurer que tu valais la peine d'être vue en action et qu'il serai surpris de te voir échouer. Ah oui et l'autre m'a dit que tu allais me surprendre et faire des miracles... Quel déception vont-il avoir quand il sauront que tu n'a même pas tenu une heure..." Il soupirait avant de maintenant regarder Nué et d'ajouter. "Quant à toi... Metaru Nué... Tu es un bon combattant de ce que j'ai pu observer, car oui, je ne vous l'ai pas dit car je comptais attendre un peu mais je vous ai observer tout les deux. Et ce durant des semaines. Tu doutes de mon identité ? M'insulte de pervers ? Après c'est vrai, que sais-tu de moi ? Je ne me suis pas présenté, vous êtes arrivé ici sans grande explication, vous êtes forcé de faire des choses qui ne vous plaise pas... Dur dur la vie n'est-pas ?..." Il fronçait de nouveau les sourcils avant de foncer sur Nué de le désarmer et le projeter au sol comme une poupée. "Tu es un shinobi pas un gamin ! Comporte toi comme tel et analyse la situation en temps et en heure ! Toutes ses question tu aurais du te le poser bien avant !" Il regardait maintenant Sayo qui probablement devrais chercher à s'échapper avant d'ajouter. "Tu n'aime pas mes méthodes hein ?! Combien de temps croyais-tu pouvoir rester dans ta bibliothèque à analyser des bouquins en tant que shinobi ?! Vous êtes l'un comme l'autre des ninja de Kumo ! Et en tant que tel vous vous devez d'agir en conséquence !" Il semblait vraiment énerver et ne s'arrêtait plus de parler prêt à intervenir si l'un d'eux tentait de fuir.

Continuant sur sa lancer l'Ikezawa ajoutait. "Nara Sayo, brillante genin de 17 ans, sait se montrer à la hauteur lorsqu'il s'agit d'examen écris et de reflexion profonde ! Je comptais sur tes aptitude pour comprendre tout ce qu'il allait se passer ici. N'était-ce pourtant pas simple ? Ne t'ai-tu pas demander pourquoi deux genin pouvaient soudainement sortir du village ?! Bien sur que si, mais la petite princesse à ses pères était fatiguée, donc elle à ignoré son instinct et s'est précipité dans la gueule du loup !" Il regardait maintenant Nué avant d'ajouter. "Et toi ! Tu as sentit que quelques chose n'allait pas en arrivant sur place, tu étais sur tes gardes, alors c'est quoi ton excuses pour avoir tenter de jouer les héros hein ?! Tu dis que te séparé de ta partenaire était un bon plan, que la laisser fuir tandis que tu te débarrassais de la menace était stratégiquement au top ? Non ! Tu n'as pas réflechit et tu as agit sous l'impulsion ! Tout deux vous êtes différent et pourtant complémentaire ! C'est pour cela que je vous ai choisis, pour que vous travailliez en équipe et que vous soyez à la hauteur du village que vous représentez ! Combien de temps pensiez-vous encore pouvoir vous la coulez douce hein ?! Le travaille c'est maintenant !" Il inspirait un gros coup pour ensuite expiré par le nez gardant en visuelle les deux genins.

La colère semblant redescendre il finissait enfin son monologue. "On est pas au pays des gentils lurons de Kumo là, on est en guerre avec une organisation qui fait des ravages au monde shinobis, nous avons perdu de valeureux guerrier pour la prospérité du village et à tout moment il faut s'attendre à des surprises... Les évenements de Shîto ça vous parles ?! Biensur que ça vous parles mais vous êtes dans le village que craigniez vous ? Rien... On peux passer son temps à s'entrainer sans progresser ou lire des livres à la bibliothèque hein ? Eh bien non ! C'est terminé cette époque ! Et pour commencer vous allez vous mettre face à moi, la boucler, écouter les instructions, et exécuter. " Il se mettait ensuite face à eux venant sortir deux kunais qu'ils plantait à leurs pieds. "Vous etes bien remontez la hein ? Je vous ai énerver hein ? Eh bien défoulez-vous et essayer de me blesser. Si vous y arriver avant la fin de la journée, vous aurez le droit de rentrer, sinon, vous serrez obligé de rester avec moi autant de temps qu'il faudra jusqu'à ce que vous y arriviez ! Oh et n'essayer pas de vous barrez en douce. Je suis plus rapide et fort que vous, j'aurai très vite fait de vous rattrapez." Il se mettait maintenant droit comme un piquet avant d'ajouter. "J'ai tout mon temps, commencer quand vous le voulez !"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Sam 4 Nov 2017 - 13:31
Oulala, les deux gamins semblaient lui avoir fait prendre la mouche, certes, Sayo ne lui jetterait pas la pierre, elle savait à quel point elle pouvait être pesante, Nué bien plus encore, il la faisait souvent arriver au bout de sa patience. Puis, c'était tôt le matin. Ceci dit, elle n'allait, ni le plaindre, ni lui facilitait l'affaire pour autant. Tout d'abord amusée par la réflexion qu'elle pensait taquine de son partenaire, son sourcil s'arquait désabusée devant le sérieux avec lequel il accusait le blondinet. Le pensait-il réellement... ? Sa petite main se plaquait doucement sur son minois, qu'avait-elle fait pour mériter cela ? Quel genre de karma c'était greffé à son ombre au juste, haussement d'épaules, puis elle comptait bien retourner chez elle promptement, mais le nouveau mentor en décidait autrement.

Un regard mauvais, elle l'écoutait s’esclaffer sur ses pères, agacée plus qu'ils lui aient joué la comédie eux aussi, que par le fait que le blond essayait de s'en servir pour semer le trouble dans sa 'flemmarditute'. Un point pour lui, décevoir en bonne petite fille parfaite lui était inconcevable, néanmoins, son choix de méthode. Pourtant en cherchant un peu dans sa mémoire, elle avait fait preuve de la même mauvaise foi au moment de ses premières bases de ninja. Pourquoi ne pouvait-elle pas juste être une fille de lettre ?...

-Du calme patriote. Grand bien en fasse aux héros de se jeter dans la bataille pour graver l'histoire de leur mort dans les bouquins que je lirais sûrement. Cela ne sera pas mon cas. Devoir envers le village ? Tu crois que je lui donnerais ma vie ? Ah ah. N'y penses pas. En quoi l'usage des poings est la seule participation que je puisse avoir à offrir à Kumo ? Ne penses-tu pas que mon esprit soit assez bien pensant pour porter un système administratif par exemple ?

Ses bras se croisaient, elle marquait une pause le temps que l'homme finisse de déverser son flot de paroles censé agrémenter l’adrénaline qui les animerait pour un échange musclé. La fille était plus agacée par la perspective que les belles paroles, les mots aussi bien choisis et tranchants avaient-ils pu être n'en restaient pas moins que des syllables jetées de la bouche d'un inconnu. Il l'avait suivi et observer ! La belle affaire, pouvait pour cela se vanter de la connaître, la juger, ou même anticiper ce qui l'attendrait. Crétin, mais un qui avait blessé son petit orgueil même si elle refusait de l'avouer, la perche qui lui tendait pour à la fois garder son standing et le faire taire ne pouvait se refuser. Elle avait quelques pas pour s'écarter de son partenaire, dans un dédain le plus total démontrant qu'elle partait, avant de finalement s'arrêter après avoir mis leur 'cible' entre eux deux.

-Très bien Nué, débarrassons nous de lui rapidement, je n'ai pas l'intention d'enterrer mon époque de littéraire. Ni de laisser chanté ce canaris mal accordé plus longtemps.

Un geste de la main de son ombre naissaient quelques shurikens sombres qu'elle jetait sur leur mentor pour attirer son attention, histoire de laisser rapprocher le Metaru ou bien de lui envoyer plus à porter. L'avantage, la Nara n'avait pas besoin de stock pour ses munitions et la création n'était pas gourmande en chakra. Loin de s'imaginer qu'il la laisserait faire s'en broncher, elle avait déjà préparer son accueil, son ombre face à elle s'était étiré, un tentacule pour troisième bras se tenait prêt à jaillir et l'assister...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 4 Nov 2017 - 14:40
"Tu es un shinobi pas un gamin ! Comporte toi comme tel et analyse la situation en temps et en heure ! Toutes ses question tu aurais du te le poser bien avant !"

Nué se retrouva le cul par terre, sa dignité une nouvelle fois traînée, et cette fois-ci littéralement, dans la boue. Autant le trait avait beau être juste, autant la cible le vivait très mal. Oui, il avait la facheuse habitude de foncer la tête baissée dans les pièges les plus grossiers, et à devoir s'en sortir dans des états parfois terribles. Rien qu'à la réunion de famille, il avait réussit à mettre les deux pieds dans le mauvais plat, et à en ressortir blessé. A chaque fois qu'il utilisait son chakra, une terrible douleur le prenait à la gorge, lui brouillait la vue, et il ne pouvait s'en prendre qu'à lui même.
Quand on fait une connerie, on assume. Et Shojito en faisait une grosse en sous estimant l'esprit de compétition qui animait Nué. Il avait perdu, lui, une fois de trop aujourd'hui. Autant pouvait-il ne prendre ombrage de quelques défaites du quotidien... Autant, cette fois, c'était différent. Depuis le départ, il faut comprendre que Nué a toujours été le dernier de ses frères. Dernier dans l'ordre des naissances, dernier dans les études, dernier à la forge. Ils étaient tous meilleur que lui, et les côtoyer tous les jours lui rappelait cela tous les jours. Au final, il n'y avait qu'en tant que Ninja que Nué pouvait espérer les dépasser un jour. Il avait une compétence certaines dans les jutsus, ce qui lui avait permit de rattraper son retard derrière le manche du marteau.
Et ne lui parlait pas de sa petite sœur, ça ne comptait pas, tout le monde l'adorerait et la protégeait comme un petit joyaux ayant besoin d'une attention particulière. Il faut dire qu'à côté d'elle, Nué se trouvait vilain. Lui aussi aurait préféré cette petit poupée à cet abruti de fils qui n'écoutait rien.

Alors cette humiliation, tout ces palabres, ce torrent d'épreuves, vint se briser sur la volonté, la joie et l'optimisme du jeune ninja. Et s'il ne s'effondra pas, c'est qu'au fond du Metaru, soufflait les prémices d'une tempête infernal. C'est qu'il y brûlait la plus puissante des passion, le plus dur des métal. L'esprit du clan était imprimé jusque dans ses veines, il vivait et respirait avec, et mourrait et se refroidirait en le quittant. Personne ne sous estimait un Metaru, personne n'avait le droit de se moquer ainsi de tous ses efforts. De tous ses sacrifices.

Lentement, le visage lisse et froid, il fouilla une nouvelle fois dans sa sacoche. C'était le temps lui faire prendre un air, de lui montrer le résultat de toutes ses concessions, de toutes ses soirées passé pelotonner dans un coin de la raffinerie, ou bien à courir pour trouver les bons matériaux. Le fruit de ses efforts.

"Vous etes bien remontez la hein ? Je vous ai énerver hein ? Eh bien défoulez-vous et essayer de me blesser. Si vous y arriver avant la fin de la journée, vous aurez le droit de rentrer, sinon, vous serrez obligé de rester avec moi autant de temps qu'il faudra jusqu'à ce que vous y arriviez !"


Nué garda le silence, tout en enroulant une longue chaîne finement ouvragée autours de son poignet gauche. D'un geste expert et répété de nombreuses fois, fit jouer le mécanisme de son autre bracelet, qui était inutilisable à présent. Un lourd bruit de métal ricochant sur les cailloux fit comme un gong, lançant les hostilités sur un énième ordre de princesse Sayo. Il commençait à en souper de son comportement, et se rappelait mieux pourquoi il avait toujours freiner des quatre fers sous la houlette de son enseignement. Nué était du genre à avoir besoin d'un challenge, d'une silhouette lointaine impossible à rattraper. Et malgré que la colère et la honte lui faisait des œillères, Shojit était de ce type là.
Bien, de toute façon, elle ferait selon ses compétences, et lui les siens. Chacun de son côté, et les vaches seront bien gardées. Il avait déjà tenté de faire équipe avec elle, et en faite, l'avait déjà fait depuis le départ de ce premier cours. Au final, il avait récupérer des cloques au pieds, une douleur dorsale et une meute de loup au cul. Pour la confiance, on repassera.

- Elle parle définitivement de trop ... lâcha-t-il entre ses dents, seulement audible de son Senseï qui se tenait en face de lui, cachant la jeune fille à sa vue. Il profita de sa diversion et des Shurikens d'ombre -c'était pas la technique dont elle s'était vanté sur le chemin de l'aller- qui n'eurent aucun effet, si ce n'est détourner l'attention des actes du jeune Metaru. Très bien senseï, j'arrive.

Il était inconscient d'aller chercher l'Ikezawa sur le terrain du corps au corps. Même en ne connaissant pas ses capacités particulières, Nué avait bien vu de quoi il était capable toute à l'heure en combat rapproché. La chaine d'un pendule claqua dans l'air, son métal lié à la volonté de Nué, elle faisait un bruit vibrant pourtant guère plus qu'un chuintement, mais qui annonçait sa célérité améliorée. L'extrémité d'un premier pendule était accrochée à son avant bras droit, le couvrant d'une nouvelle protection. L'autre pendait à son poignet gauche, par dessus son bracelet de force.

Il lança une extrémité en une sorte de ligne droite, mais qui avait plus pour but de faire réagir le ninja et ouvrir sa garde qu'autre chose. Si l'Ikezawa préférait ne pas en tenir compte ? Et bien il pourrait profiter de l'angle de tir pour l'enfermer à l'aide de son pendule. Ce n'était pas pour rien si l'une de ses extrémité était faite d'une lourde boule d'acier. Ce qui semblait être une attaque pour le blesser finirait alors en une manœuvre de capture.

Il faut bien la mériter, sa réputation.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc

Dim 5 Nov 2017 - 15:39
Stoïque et patient Shojito avait écouté la Nara s'exprimer, celle-ci semblait décidé à partir ou du moins elle espérait qu'il la croit mais il savait que ses recherches allaient payer et qu'elle ne refuserait pas un défis, l'honneur pour ce genre de clan est quelques chose qu'il ne faut absolument pas bafouer, ils sont pour la plus part susceptible et ne manque pas d'assurance quand il s'agit de faire recracher les paroles émises par un beau parleur, le rôle qu'avait décidé d'endosser notre blond. Une stratégie payant puisque à peine avait-elle fini de parler qu'elle avait feins de partir avant de se retourner brusquement et de donner des directives à son co-équipier qui quant à lui, c'était vu agacé par sa vilaine tendance à tout vouloir diriger. Les propos du Metaru n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd et l'Ikezawa comptait bien remédié à cette petite bataille que se faisait ses deux élèves. Quoi qu'il en soit les choses allait enfin commencer à devenir intéressante et ce n'était pas pour lui déplaire puisqu'il n'attendait que cela.

Les hostilités étaient lancer, la Nara venait d'envoyer des Shurikens d'ombres dans sa direction tandis qu'il se contentait de se retourner et de les esquiver en se baissant regardant avec attention l'ombre de la Nara qu'il évitait elle aussi afin de ne pas se retrouver dans une entrave, non pas qu'il en avait peur mais il ne voulait pas les laisser croire qu'il serait aussi facile de l'immobiliser. Une sourire était de mise en regardant Sayo qui devait probablement se demander ce que le blond avait en tête, tandis qu'il se retournait vers le Metaru prêt à l'accueillir. Ses bracelets était une chose étrange qu'il n'avait pas eut l'opportunité de voir en action et quel dommage car même sans être du clan il était facile de voir avec quel finissions les objets finit, rare étaient les forgerons aussi doué mais après tout il s'agissait ici d'un membre de l'illustre clan Metaru il ne pouvait pas en être autrement. Alors que l'attaque suivait son cours Shojito n'avait pas bougé d'un poil et s'était laisser capturer par le pendule riant de la situation il observait le bout de la chaîne qui n'était absolument pas attaché aux bracelet, une habile stratégie qui aurait très certainement pu fonctionner si le blond n'avait pas été aussi serein, en effet il s'avait d'expérience que ce genre d'attaque était efficace mais pas sans une bonne diversion, ce qui pour le coup n'avait pas été le cas.

Entravé par les chaîne du Metaru et encercler par ses deux élèves, Shojito semblait à la merci de ceux-ci et pourtant il n'avait pas bouger d'un poil et attendait la suite des événements toujours aussi stoïque. Mais à l'instant ou l'un d'eux s'approchait sa peau commençait à donner l'effet de bouillir pour ensuite devenir jaunâtre et enfin redevenir normale à l'exception que sa solidité était tel le fer. Ainsi aussi dur que de l'acier les deux pouvait se rendre compte qu'il était impossible de le blesser et donc que le défi qu'il leurs avait lancer était loin d'être facile à réalisé. 

Après plusieurs tentative les plus maligne les unes que les autres Shojito décidait de mettre un termes à cela puisqu'une demi journée avait déjà passé. Soupirant un instant il prenait la parole. "Bon... Arretons nous là, vous avez besoin d'une pause. Je vais monter la tente pendant ce temps, faites en sorte de trouver une stratégie viable, reposez-vous, manger. Ah oui... Manger, il vous faudra chassez pour survivre. Ne soyez pas égoïste et ramenez moi de quoi manger aussi. Merci." Sur ses paroles il s'exécutait et commençait à monter la tente.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Dim 5 Nov 2017 - 23:56
-Je suis végétarienne. Informait-elle agacée.

Hautaine, la fille ne s'était pas faite prier pour tourner les talons et s'éloigner sans aucun regard supplémentaire pour lui ou l'autre. Plusieurs choses en cumule pour son choix de partir solitaire vers la forêt, d'une part, son orgueil blessé, même si elle refuserait de se l'avouer ne serait qu'à elle-même. Et ensuite... Ensuite l'incapacité à se coordonner avec son partenaire désigné qui les mettait en échec, à quoi bon, cela serait toujours la même histoire, au delà même de ne pas s'accorder, ils arriveraient même à se gêner ou pire se prendre pour cible. Il était clair que sa mauvaise foi était en cause, ce jeu du chat et la souris n'était pas son genre, encore que, aux vues de la relation qu'elle entretenait avec le Metaru on aurait pu penser le contraire, mais c'était autre chose. Le revers de sa main essuyait son front humide, pas question de lui donner la satisfaction d'observer le moindre signe de fatigue, puis avant même qu'elle ne soit déchargée de sa frustration, la Nara était seule au milieu de l'ombrage des feuillages. La lueur orangée remuait le poignard sur tout ce temps perdu quand elle levait son menton vers les cieux.

Son éclat rubis se jetait sur le sol, à l'aide de sa propre ombre, elle fouillait les buissons et remuer les feuilles mortes au sol en quête de champignon ou végétaux comestible. Il pouvait bien se moquer de son affection des livres, n'empêchait que c'était par leur biais qu'elle avait par cœur ou presque toutes les particularités environnementale de leur région, et d'autres. De l'ail d'ours lui faisait rapidement de l’œil, c'était qu'elle n'avait pas vraiment envie en plus de faire face au cliché du pissenlit et en le cueillant, son attention se portait sur l'arbuste qui l'avoisinait. Son sourire s'étirait.

-Stratégie viable hein. Enfoiré...


Le dernier mot lui avait fait froncer les sourcils, sans pour autant détruit son rictus en commissures, elle prélevait quelques baies noires qu'elle s'empressait de frotter contre quelques végétaux plus saints pour en récolter un jus. Rira bien qui rira le dernier. Susurrait-elle pour sa personne, inaudible en reprenant son chemin de longues minutes durant à la recherche d'une autre plante indispensable à son menu du soir. Quelques mures offriraient une belle coloration et engloberaient le goût de sa salade des bois, tandis que les champignons -comestibles- offriraient son repas de base. Et si elle était disposé à partager ses vivres, c'était seulement parce qu'elle avait empoisonné, un bien grand terme, la verdure offerte. Un laxatif végétal naturel, rien de bien méchant, mais de quoi pousser le sensei à revoir ses plans d'aventures ou déclarer le forfait s'il l'ingérait. La version clémente. Pour le châtiment plus rude, elle avait réduit en poudre des champignons hallucinogènes, à jeter dans le feu ou mélanger sur la nourriture, elle trouverait bien juste avant de prétexter un passage aux toilettes extérieures. A son retour, elle déciderait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 6 Nov 2017 - 10:48
Un rire secoua Nué, elle était forte Sayo pour te rabattre ton caquet. Même quand tu le ramenait pas sur la table, elle trouvait un moyen tordu de te faire payer pour d'autres. A croire qu'elle devait posséder un petit carnet, ou elle notait tout consciencieusement, pour être sûr de ne pas perdre le compte. C'était le genre à payer rubis sur ongle, mais aussi à te faire rembourser en utilisant tous les moyens en sa posséssion. Et même s'il comprenait que son professeur veuille aiguisé leur côté tranchants, et que pour y arriver, il devait bien utiliser une meule et commencer à enlever les mauvaises couches de la lame. Pourtant, était-ce bien prudent quand on maniait un couteau empoisonné ? Se rendait-il compte que cette façon de faire était à deux tranchants, ou bien tout à son analyse, sa surveillance et ses complots chuchotés derrière leurs dos, il en avait oublié le plus important ?

Ne jamais sous estimer le facteur humain.

Probablement pas, mais sa façon de faire coûterait une nuit de tranquillité à notre jeune héros. Bien sûr, il était fatigué, après cette journée entière passé à maltraité son corps de façon intensive. S'ajoutait la fatigue morale, le goût de l'échec, la mauvaise compagnie qui lui pompait l'air. Malheureusement, Sayo avait sur lui le même pouvoir que le feu sur certains insectes. Et prisonnier de ses instincts, il était comme un papillon attiré par les reflets lumineux d'un feu de camp s'accrochant sur les arbres, par une chaude nuit d'été. Les femmes hein. Sa mère était suffisamment folle pour lui passer l'envie de les fréquenter.
C'était peut-être sa stratégie pour garder son petit le plus longtemps près d'elle, et ne pas avoir à le partager avec un pimbêche de dix sept ans qui ne sait rien de la vie. Pour le coup, la pimbêche de ce type qu'il fréquentait le plus était Sayo. Et elle en savait suffisament pour ses coups tordus.
Alors que Nué chassait dans la foret, esquivant un ours qui retournait à sa grotte, préparant sûrement des provisions pour l'hibernation, elle préparait sa vengeance. Et tant qu'à faire, tapait aléatoirement sur le jeune ninja. Au cas où peut-être ? Il revenait avec deux des trois lapins grassouillet qu'il avait repérer, tout deux atteint au flanc et la nuque brisée proprement. Il souriait, car la chasse faisait partie de ses sports complètement hasardeux quand à son résultat.

- Regardez moi comme ils sont beaux ceux là ! Fit-il avec un grand sourire, avant de les jeter au pied de son professeur et de lui dire Je les ai chassé, vous les préparez ? Son visage était ouvert, mais ses yeux mi-clos de manière à ce qu'on ne lise rien dans son regard. Chasser lui avait donné des idées, des idées pour plus tard ! D'abords, il fallait se nourrir, parce que réfléchir le ventre vide depuis la vieille ... C'était impensable ! Il laissa donc la Bujiritto Barudotsu (Brigitte bardot ndlr) en herbe s'insurger intérieurement contre le mauvais traitement effectués contre ses pauvres lapins. Il s'occupa d'attiser le feu et ils passèrent bientôt à table.

Avec les quelques légumes ramassés par Sayo, s'était excellent. Il passa presque une bonne soirée ... si ce n'était les herbes mélangées avec les autres herbes. Astucieux, aucun des deux n'étant du bétail ou une sorte nouvelle de chèvre, ils n'auraient pas forcément fait la différence. Oui, le goût était étrange, un peu piquant. Mais c'était des herbes sauvages, ça devait jouer non ? Et voilà Nué qui se levait en plein milieu de la nuit en tenant quelques choses avec ses deux mains... Etait-ce un caleçon ? Tout se passa trop vite pour pouvoir l'affirmer ou l'infirmer. Certaines mauvaises langues diront que c'est un flou artistique.

- Gaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ... ! lança-t-il en s'enfonçant dans la foret comme un damné aperçevant la lumière au bout du tunnel.


Lendemain, tôt le matin. Nué dormait littéralement debout, de lourdes poches bleus sous les yeux, l'air pâle, si ce n'était livide. Cette journée allait encore être épique. Et il n'avait même pas eut son chocolat chaud ce matin. Il ignorait purement et simplement sa camarade, ayant décidé que ne plus lui adressé la parole jusqu'à la fin de sa vie était décidément encore bien trop charitable pour ce genre d'individus.

Chienne de vie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc

Lun 6 Nov 2017 - 20:07
"La viande c'est des protéines petite, penses à t'y mettre." Rétorquait le blond avant que son élève ne parte se balader en forêt. Bien décidé à monter cette tente il se mettait au travail et la montait en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire. Au retour de la jeune Nara, Shojito regardait la mixture qu'elle avait préparer avec attention. Une salade en pleine forêt ? Avec une rivière qui était à l'opposé de la direction dans la quel elle était partie ? "Sans moi gamine... Si j'avale ce truc j'vais avoir une chiasse d'enfer..." Pensait-il alors qu'il déclinait poliment son invitation à se servir. En effet au delà de l'effet réellement laxatif que la jeune Sayo avait donner à sa mixture, elle avait été en direction de la tanière des loups, et qui disait tanière de loup, disait marquage à tout les coins d'arbre et de plante en tout genre. Cependant il se disait que cela lui servirait de leçons et ne comptait rien dire sur le sujet.

Plus tard c'était le tour de nué qui ramenait son butin de chasse s’exclamant avoir fait une bonne prise. D'un air dépité le blond le regardait et s'empêchait de rire suite à la prise ridiculement petite de son élève et se mis à penser. "Bon, eh bien je mangerai un autre jour." Alors qu'il souriait faussement au Metaru visiblement fier de lui. Mais comme si cela ne suffisait pas de se retenir de manger il devait aussi préparer à manger, après tout il n'était pas contre car au finale, même s'il ne mangerai pas il serrait sur que son élève sera en grande forme le lendemain et qu'il pourra d'autant mieux se concentrer sur l'épreuve. Sortant de son sac des ingrédients il se mettait finalement à préparer une mixture des plus succulente, enfin, succulente... Pour un repas préparé en forêt par un combattant et non un cuisinier... Par la suite il regardait ses deux élèves manger ayant un peu le ventre qui criait famine.

Pendant la nuit son repos qui déjà allait être dur pour le fait qu'il restait sur ses gardes, le Metaru le sortait de sa détente en criant de toute ses forces et en courant dans la forêt. "J'le savais que cette salade allait être malfaisante..." Pensait-il alors qu'il refermait les yeux. Reposé il se réveillait le premier apercevant Nué dormir debout il s'approchait de lui et le bousculait pour qu'il se réveille ajoutant. "Redresse toi gamin, la journée va encore être longue." Ensuite il gueulait sur Sayo pour qu'elle se réveille. Une fois que celle-ci fut réveillé il la regardait dans les yeux l'air stoïque avant d'ajouter. "La prochaine fois que tu veux préparer une salade des bois, évites de prendre tes ingrédients dans le territoire des loups, les déjections animale sont pas très bonne pour la santé. D'ailleurs, tu as de la chance de ne pas être dans le même état que Nué... Etrange d'ailleurs... Lui qui à vécu en montagne devrait avoir un système immunitaire plus fort que le tien... Tu assésonnes souvent tes plats avec de l'urine de loup Sayo ?! Beurk..." Finissait-il en grimaçant persuadé que Nué était malade à cause de l'urine de loup. "Bref ! Aujourd'hui, même programme hein. A vous de jouer !" Concluait-il en croisant les bras et en ne bougeant pas de nouveau.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Lun 13 Nov 2017 - 14:53
Un sourire malsain sur son visage l'avait bercé et persisté tandis que Morphée était venu l'emporter dans le royaume des songes. Pas vraiment réveillée par les allées-retours de son partenaires, la Nara avait le sommeil lourd, l'avoir en victime unique était plus réconfortant que ne pas en avoir du tout. Au réveil, elle ne calculait même pas sa mine déconfite, dans le brouillard, elle jetait un regard vers le blond trop bruyant, la tignasse en bataille elle frottait ses yeux en débutant la journée par le son de ses conneries.

-Génial, ça braille dès le matin. Marmonnait-elle pour elle-même, après un bâillement, elle lui offrait ceci dit de l'attention. Elle aurait pu lui dire que les bais étaient trop hautes pour subir l'urine ou encore qu'elle avait vidé leur gourde d'eau pour laver sa salade, mais à quoi bon, il l'assistait pour torturer le Metaru qui allait s'imaginer toutes sortes de choses, puis en prime il arrangeait ses affaires en se portant volontaire pour le mauvais rôle. Aussi, impartiale dans sa réaction, elle lui adressait un sourire. Malfaisante ma salade ? Je suis en pleine forme et j'en ai mangé bien plus, pourquoi serait-elle la coupable de son état ? N'est-ce pas vous qui avez préparé le lapin qu'il a mangé et que vous avez refusé de goûter ? Moi non plus je n'en ai pas mangé. Donc si on réfléchit un peu sur la source de son état avec logique... Son sourcil s'arquait, son sourire mesquin maintenant. Oh je vois. Divisé pour mieux régner. Vous imaginez qu'ainsi persuadé de mon mauvais tour, Nué sera incapable de faire la part des choses et donc faire équipe avec moi pour vous battre. Elle remuait la tête. C'est laid senseï de saboter notre victoire. Pauvre Nué...

Concluait-elle en se rapprochant de son partenaire pour poser sa main sur son front. Une grande actrice. Elle fixait son regard livide d'un air compatissant en lui passant un tissu humide sur le visage pour le rafraîchir. Cette garce qui jouait les attentionnées avec un brio troublant.

-Il est déshydraté, complètement épuisé, quelle reprise des activités ? C'est ridicule. Les débuts des hostilités, de son plan tordu engendré la veille... Il faut le soigner déjà non ? Quel curieux ordre des priorités, je vais faire bouillir de l'eau, j'ai des tisanes pour soulager les maux de ventre dans mon sac. Tu es chanceux Nué. Si on pouvait le dire ainsi... Tiens toi tranquille et ignore le.

Avant même qu'on lui donne l'avale pour le faire, elle attisait le restait de braise avec du bois pour y déposer sa gourde métallique où il restait encore un peu d'eau histoire de préparer la dite potion miracle. Difficile de retenir son sourire satisfait et de jouer les indignées, intérieurement, la Nara se ravissait, non pas sans s'imaginer que cela serait la fin du match. Oh elle avait bien compris que ni leur mentor, ni elle n'accepteraient de céder l'un face à l'autre. La guerre d'usure venait enfin de commencer, un partisan était bon à prendre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 14 Nov 2017 - 0:59
Au départ, quand on lui avait qu'il allait faire partie d'une équipe de Ninja, c'est peut-être bête ... Mais il avait en tête les histoires de ses aînés, des ninjas capable de créer, de défendre et de survivre. Vous savez, ce truc là ... Ah oui, faire partie d'un tout plus grand que vous, et qui vous laissera forcément grandi ? Servir une cause si juste, et si noble, que l'on en oublie sa propre petite personne ? Foutaises. Si le monde tournait comme ça, ce matin, il se serait réveillé avec l'odeur du bois qui crépite, et d'un bon petit déjeuner préparé par son Senseï. Foutaises !
A la place de quoi, il avait subit humiliation sur humiliation, déconvenue sur déconvenue. Il avait une migraine d'enfer, et cumulait surement une bonne dizaine d'heures de retard sur son capital sommeil, en moins de deux jours. Il faisait équipe avec, avouons le, une pimbêche de première, qui, même si elle était génialement machiavélique, et superbement intelligente, ne pouvait constituer un binôme viable et fiable. Même lui, avec ses seulement dix sept années sur cette terre, sa naïveté primaire, et son intelligence sociale rasant les pâquerettes, pouvait s'en rendre compte... Il se demandait ce qui se passait dans la tête de ses supérieurs ... Et surtout dans la tête de ce maudit Shojito.

Nué se sentait comme un homme de paille, que l'on charriait dans tel sens ou tel sens, en fonction de là ou le vent allait tourner... Alors forcément, c'est lui qui récoltait la merde. Fallait pas s'étonner, en restant passif, c'était le meilleur de se faire ... manipuler. Pourtant il ne savait pas fonctionner autrement. Il attendait là, toujours un peu spectateur des événements, dans l'attente d'avoir une illumination soudaine. Sauf que. Il se souvenait de l'avoir déjà eu.

Alors tandis que c'était tirade sur tirade, arguments contre arguments, il prit le temps de vraiment bien y réfléchir. N'étaient-ils pas au final tout les deux entrain de le prendre pour une espèce de corniaud particulièrement facile à attraper ? Ce n'était pas crédible. Entre Shojito qui leur annonçait qu'ils avaient consommé de l'urine, alors que connaissant la jeune fille, il l'imaginait mal faire ce genre de bourde ; Et la jeune fille qui sous entendait que Shojito avait voulu le droguer ... Il ne savait pas lequel des deux était le pire. Bon, à la décharge de L'izekawa, Nué n'était pas très futé. Et surtout, ne connaissait pas ses sentiments sous-jacent. Tout ce qu'il avait vu, c'est un malade le mettre dans une équipe plus que compliqué, sans rien lui expliquer, et le blâmant pour la moindre petite erreur. Peut-être que c'était son hobby, martyriser de la bleusaille, que pouvait-il en savoir ? L'izekawa avait beaucoup parlé, mais il s'était peu livré.

Pour Sayo, c'était différent. Elle aurait surement mérité le bénéfice du doute ... Si ce n'avait pas été Sayo. Mais rien qu'à voir le plaisir qu'elle avait d'aller à l'encontre de leur professeur, et la satisfaction qu'elle retirait de le contrarier... Il n'était pas devin ni télépathe, mais il savait encore faire deux plus deux.
Un, c'était Sayo qui avait ramené les herbes destinées au lapin. Deux, quel intérêt avait Shojito de lui jouer un tour pareil ? Cela sous entendait qu'il aurait besoin de ce genre de tour pour créer la discorde entre eux ? Est-ce qu'elle pouvait sincèrement penser que Shojito se donnerait la peine de les affaiblir plus qu'ils ne l'étaient déjà. Comme s'il en avait besoin ? Quelqu'un lui mentait dans cette histoire, mais il refusait d'admettre la vérité et de voir la Nara en face. Elle l'avait aidé, elle avait fait de lui un ninja quasiment, en tout les cas il savait ce qu'il lui devait.

Son cerveau ne pouvait supporter autant d'incertitudes, autant de paramètres humains aussi complexe pour lui. Il accepta par automatisme le verre que lui tendait sa partenaire. Avant de le jeter violemment au sol, l'air halluciné et méfiant, une moue dégoutté sur le visage. Ils leurs avaient fait confiance...

Il aurait dû être plus malin, jouer sur l'acte douze de sa partenaire, et reprendre des forces...

- Je vais bien, pas besoin d'une autre dose de tes maudites plantes ... Dit-il d'un ton agressif. Il ne savait plus à qui se fier, ni à quel saint se vouer. Du coup, c'est Sayo qui en prenait pour son grade.

... Mais c'était Nué, et il resterait toujours un idiot de premier ordre.

Si c'était vraiment son père qui avait fait ses affaires, il y trouverait son bonheur. Il ne pouvait décemment pas avoir oublié de, ah ... non, toujours pas. Si, juste là. Nué donna de la diversion en attrapant trois Kunais et en les plantant au sol devant lui. Tandis que de son autre main, il fourrait des objets d'un circonférence réduite -ils tenaient dans ses paumes, dans sa sacoche de ninja.

Il se campa sur ses jambes douloureuses et raides. Sa vision lui jouait des tours... Mais hors de question de laisser ses deux là le mener en bateau chacun dans son coin. Il y avait un jeu qui se passait en sous main, et dont il était la victime collatéral. A prèsent, gare à qui des deux passerait sur son chemin ... Qu'il soit un puissant Ninja à la peau dur comme les diamants, ou une jeune Genin manipulant les ombres et les gens.

C'est un secret, mais chaque coup serait donner avec l'intention de blesser sérieusement celui qui ne se pousserait pas de son chemin. Qu'on en finisse. Et toujours ce rythme obsédant qui ne le quittait plus ... Baboom Baboom Baboom. Il montait en lui, ce tambour battant qui clamait toute sa valeur guerrière. Et tout doucement, son corps commença à balancer d'avant en arrière ... Avant ... Arrière...
Un son sourd composant une musique au rythme tribal se frayant un chemin jusqu'à sa bouche,
et commençait tout doucement à se faire entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc

Mar 14 Nov 2017 - 21:17
"Un désastre... Cette sortie est un véritable désastre..." Disait l'Ikezawa dans un long soupir en regardant ses deux élèves. Entre l'un qui n'avait rien demander à personne et avait subit le courroux vengeur de sa coéquipière et l'autre qui non contente d'être une peste avec son coéquipier défi sans hésiter l'autorité de son sensei dans le seul but de jouer à un mindgame interminable. Il n'allait pas tarder à craquer car sous air de porte de prison il avait à coeur de créer des liens entre eux afin qu'à trois il puisse affronté n'importe quoi ensemble mais la cohésion demandait cependant une première fois il le blond savait de source sur qu'aucun des deux ne pourrait travaillé en équipe s'il n'avait pas un but commun à affronté. L'hypocrisie dont faisait preuve Sayo était très certainement la plus grosse déception de Shojito. Tout de même il s'estimait heureux de ne pas avoir touché à sa bouillie en voyant les résultats de ce matin. Il comprit alors que la Nara était bien plus garce qu'il n'y paraissait. Quoi qu'il en soit il allait devoir essayer autre chose et pour ce faire une nouvelle démonstration de force était de mise.

Le jeune Metaru allait en prendre une nouvelle fois pour son grade mais l'heure n'était plus à la discussion, il fallait agir et quoi de mieux qu'un bras aussi dur que du fer pour assommer un manipulateur de fer ? Avec une vitesse déconcertante le blond activait son armure et tandis que sa peau devenait jaunâtre et semblait bouillir pour ensuite reprendre un aspect normale, Shojito fonçait sur le Metaru et lui donnait un coup rapide et puissant sur la tête. Un fois ceci fait il regardait la Nara et soupirait avant d'ajouter. "Tu es consciente, que tu pars sur de très mauvaise base avec moi ? Je ne céderait pas à tant de méchanceté, crois moi, tu vas amèrement regretter tes actes." Aussitôt avait-il fini de parler qu'un deuxième coup cette fois-ci sur la tête de Sayo, toujours rapide et puissant il était donner dans l'intention d'assommer.

Le silence planait dans ce campement, plus un bruit hormis le chant des oiseaux et les craquements de forêt, une ambiance si calme que le blond avait presque envie de tout lâcher pour en profiter. Cependant il lui restait encore beaucoup à faire et c'était pour cet raison qu'il s'empressait d'entrer dans la tente afin de saisir des cordes et de ficelé fermement les deux élèves au même arbre. Très proche du campement l'arbre sur le quel ils étaient ligoté donnant une vue direct et dégagé sur le feu de camp. Feu de camp que Shojito avait allumer à leurs réveille avec au dessus une marmite qui dégageait une odeur de nourriture, rien de bien appétissant mais avec les estomacs vide des deux genins il allait devoir s'en contenter. Pendant leurs sommeille forcé l'Ikezawa avait chassé non pas du lapin, mais du sanglier. Bien plus consistant et que la Nara soit végétarienne ou pas elle n'aurait pas le choix de manger un peut de viande si elle voulait pouvoir être libéré de ses liens. C'était les conditions que le blond s'empressait de leurs donner à leurs réveille.

"Nous sommes visiblement partit sur de très mauvaise base alors recommençons du début et sans faire de détour cet fois. Je voulais vous montrez que par la force des choses il peut arrivé que deux personne qui se déteste d'apparence pouvait travaillé en équipe afin d’œuvrer à la réalisation d'un même objectif. Vous avez remarquablement démontré que cela ne s'applique pas à tout le monde... Enfin, surtout lorsqu'un pimbêche comme Sayo est dans nos pattes. Il est vrai que je vous ai observé tout les deux mais je ne savais pas à quel point cet Nara était cruelle, désolé pour cela Nué. Bon, comme je le disait, nous allons recommencer tout depuis le début. Je suis votre sensei, Ikezawa Shojito, comme l'indique mon nom de clan j'ai la maitrise des dermes et donc je suis capable de durcir ma peau ou de la moduler à ma volonté. Si j'ai été brutale avec vous, ce n'est pas sans raison. Le monde shinobi est cruelle et si Nué tu le sais parfaitement, Sayo elle n'est jamais intégré cela." Il laissait une pause le temps de servir un bonne grosse ration du ragoût dans un bol qu'il mettait au pieds de Nué avant de saisir un nouveau bol et de prendre à nouveau la parole la leurs coupant sans scrupule s'ils avaient oser se mettre à parler. "Voici de quoi reprendre des forces, je l'ai chassé et préparé moi même, je ne suis pas un cordon bleu mais sachez que c'est tout à fait mangeable et ne vous inquiètez pas je vous accompagnerai dans ce repas. Cependant, il y a une consigne pour que vous puissiez manger et chacune est différente de l'autre. Nué, tu dois te défaire de tes liens et garder ton calme au quel cas, je me verrai dans l'obligation de t'assommer de nouveau et l'histoire se répetera. Tu en as bien assez bavé et je ne compte pas te tenir rigueur du désastre qu'à été cette journée donc ne me fait pas regretter." Il servait le bol qu'il avait saisit auparavant avec un ration très largement plus petite avant de la déposé aux pieds de la Nara. "Quant à toi Sayo, je t'ai dis que tu allais amèrement regretter ce que tu avais fait. Si tu veux être libérer et pouvoir manger. Il te faudra présenté tes excuses à Nué, manger ce ragoût sans discuter et puis peut-être qu'à ce moment là. Je te libérerai. Ah et... Soit vraiment sincère, car sinon cela ne marche pas." Il se redressait et se servait à son tour un bol avant de l'engloutir lui qui n'avait rien manger depuis la veille.

Les indications étaient lancée tout les cartes étaient dans les mains de ses élèves il n'attendait plus que leurs réaction cependant il ajoutait une chose. "Je suppose qu'il est inutile de le précisé, mais jusqu'à ce que vous ayez obtenu ma permission, vous ne quitterez pas cet endroit." Il se mettait ensuite en tailleur en regardant agir ou non les deux genins.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mar 14 Nov 2017 - 22:01
Le liquide se répandait au sol sous le regard ébahi de la Nara, elle remontait son menton et cette action lui faisait rencontrer un regard oh combien méconnu. En toute franchise, le Metaru l'avait prise au dépourvu, il semblait un autre, bien loin de ce brave gars qu'elle abusait avec un excès honteux. Mais c'était plus fort qu'elle aussi consciente pouvait-elle être à quel point c'était mal. Son orgueil touchait au vif, sa seule réaction fut de rehausser les épaules en se décalant, sa meilleure option de garder la tête haute, c'était la seule chose qu'elle savait bien faire fallait-il croire. Pourtant, il n'avait pas encore fait un pas qu'au fond d'elle même, la vipère savait déjà que sa morsure cette fois, avait libéré un venin dont elle n'était pas sûre, même plutôt certaine, de ne pas être capable d'atténuer. Trop tard, trop tard se convainquait-elle en s’efforçant de ne pas y penser et à ce niveau là, autant Nué que leur mentor lui avait facilité la tâche. Elle regardait ailleurs, quand le blond avait porté l'assaut sur son partenaire, inattentive à la scène, elle ne l'avait logiquement pas venu venir, son braillement n'avait été qu'un bruit jetait dans le vent non perçu.

Quand ses esprits lui revenaient, sa tête était douloureuse, l'inconfort aussi, il ne lui fallait pas longtemps pour comprendre sa situation. Alors oui, il aurait simple de courber l'échine, faire un retour en arrière, des excuses, oui, elle les lui devait bien, mais céder à la pression d'un inconnu auto proclamé comme ça, jamais. Déjà que de base, la Nara aurait probablement offert de pseudos excuses vaseuses, sans vrais mots au Metaru, si bien sûr, elle n'avait pas réussi à se faire pardonner avant. Plus son genre de noyer le poisson…Mais il était certain, qu'elle aurait cédé et rampé si Nué lui était resté de marbre. Tout simplement pour ne pas perdre le peu qui c'était acquis. S'ils n'étaient même pas amis, cet idiot n'en restait pas moins important pour cette idiote bornée plus que de raison. Mais alors là, de le faire par ordonnance. Jamais. C'était un mot parfait pour elle, il la définissait bien. Ses narines humaient l'odeur du ragôut, et bien qu'elle avait faim, la jeune fille n'avait aucune réaction. Appuyant sa tête contre l'arbre, elle refermait ses yeux, silencieuse pour changer. L'ignorance la plus dure pour seule réponse, combien même elle serrait les dents sous sa mâchoire crispée.

Elle pouvait être terrible et plus on la terrait dans ses retranchements, plus la chance de conciliation s'éloignait. Les premières heures, on aurait pu croire qu'elle était fatiguée, mais même quand son regard s'ouvrait sur le monde, il était vide en se jetant dans l'horizon. Dans sa tête, elle arrivait à se convaincre qu'elle était seule ou presque, des voisins bruyants, comme quand elle étudiait à la bibliothèque. L'abstraction autour d'elle, c'était une discipline bien maîtrisée malheureusement. Elle ne céderait pas, c'était la seule chose qui était certaine, ni sous la menace, ni sous le chantage, ni même les coups. Pourquoi un tel entêtement ? Bien sûr qu'elle y avait pensé, à quoi bon, mais une fois la descente amorcée, elle refusait d'accepter s'être trompée. On ne lui avait jamais appris ni à plier, ni les concessions. Sayo Nara, dans toute sa splendeur levait le menton haut et tourner la tête de l'autre côté si on osait venir lui adresser un mot. Shojito l'avait peut-être sous-estimé sur ce coup là et rien de ce qu'il avait pu lui dire ne la touchait vraiment. Elle le savait déjà, il n'était pas le premier à la pointer du doigt. Il faisait tous ça de toute façon, et elle, elle se plaisait à leur donner raison. En deux jours, chacun avait dévoilé son armure...

Aussi impassible d'apparence, pouvait-elle être à l'extérieur, son fond intérieur en avait pris un coup, mais sa capacité à s'arrêter de penser devenait sa pire alliée. Pour s'occuper, elle se racontait dans sa tête les milles épopées historiques que lui avait appris Yuan, c'était vraiment tout ce qu'elle avait retenu de ses enseignements, la partie purement technique. En pratique, comme en social, à l'inverse de son beau-père, la Nara était désastreuse, un peu comme son autre père en fait...Il vivait très bien avec, alors quoi ? Elle ne changerait pas, quoi qu'on lui en dise, c'était ce qu'elle pensait, voulait, ou croyait vouloir peut-être. Un simple instant, elle avait ouvert les yeux, croisés les siens et avouer...

-C'est moi qui t'a empoisonné pour prendre ma chance de l'atteindre aussi. La vérité, mais pas d'excuses. Je le referais si ça m'offrait une chance et tu le savais déjà.

Le ton était froid, le regard sincère, les sourcils dressés vers l'avant lui donner un air convaincue de ce qu'elle disait. Aucun remord ne semblait transparaître, c'était ces derniers mots pour longtemps visiblement...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 15 Nov 2017 - 1:06
Voile de lumière noire. Odeur de feu de bois. Parfum de violette.

Migraine et courbature. Corde contre biceps. Fierté contre raison.

Nué ouvrait un œil, pas si longtemps avant ou après Sayo, et il sentait cette bonne odeur de petit déjeuner dont nous parlions. Empressé de decouvrir la suite, il ouvrit le deuxième œil pour s’en rendre compte …

Il existe des moments charnière dans la vie d’un homme, un moment ou l’on se rend compte de tout, tout à coup. Un peu comme ces dernières pièces de puzzle qui permettent de voir le dessin en entier. Et il lui semblait qu’il était l’heure de grandir un peu. D’arrêter de croire tout et tout le monde, et de se méfier. Réfléchir avant d’agir, penser à avoir une suite avant de se lancer, ne plus jamais sauter sans regarder correctement ce qu’il se trouvait en contrebas avant. Il savait sa tête dure, à force d’épreuves qui avaient forgées son tempérament, de l’autre côté de ses montagnes. Elles lui manquaient d’ailleurs plus qu’il ne voulait l’admettre, ses paisibles paysages d’un gris uniforme, donc seules les montagnes venaient casser la perfection. Un monde découverte attendait celui qui savait y chercher ce que la nature avait à offrir. Et il s’était fait une éducation en crapahutant à droite et à gauche, entre une famille aimante bien que fêlée, et une faune qui, bien qu’elle soit sauvage, savait rendre l’amour qu’on lui donnait.

Repenser à ses moments lui étaient trop douloureux. Lui d’habitude si enjoué, prompt à rire et à passer l’éponge. Lui qui savait essuyer les pires reproches, et les situations les plus tordus sans se plaindre. Oui, aujourd’hui, repenser à ses moments beaucoup plus simples lui était douloureux. Pourtant il le savait. Ce n’était que la vie, et lui qui grandissait à mesure des années qui passent. Finalement grandir, c’est juste se rendre compte que le temps est plus précieux que le plus précieux des métaux, que les gens sont plus changeants que la bise azurée, et que les histoires dans les livres mentent en générale. Il le savait, mais le vivre était bien plus douloureux. Et de la douleur, souvent, né la colère, et même parfois une haine viscérale pour tout ce qui existe, vis et respire. La douleur, c’est la lie de l’humanité, son poison le plus insidieux, le plus destructeur. Le moins remarquable aussi, comme la petitesse dont faisait constamment preuve Sayo à son encontre … Comme si… Il la faisait souffrir ? Ainsi, elle ne faisait que lui rendre la pareille, ça devait être ça, c’était obligé !

Lui qui gouttait à la colère pure pour la première fois, et craignait d’y prendre gout, la comprenait peut être un peu mieux. Surement pas. On parle toujours de Metaru Nué, et il ne comprendra jamais rien qu’un berger des montagnes, rassemblant son troupeau, juste fier et heureux d’avoir pu servir et être utile à la marche du monde.
Finalement, peut être que sous l’humour qu’il croyait déceler chez elle, ne se cachait pas de l’amusement, mais une pure haine à son égard. Du simple fait d’exister et d’être libre … Il lui renvoyait tout ce qu’elle ne pouvait, voulait, faire. Il lui renvoyait tout ce dont elle se privait, et dont on lui privait, tout ce qui fait qu’on convoite ceux qui nous fréquente, parce que décidément la vie est toujours meilleure chez le voisin.

-C'est moi qui t'a empoisonné pour prendre ma chance de l'atteindre aussi. Je le referais si ça m'offrait une chance et tu le savais déjà.

Un peu plus, un peu moins. Au moins, son senseï comprenait pourquoi il était sorti de ses gonds, mais peut-être ne comprenait-il pas bien sa relation avec Sayo ? Il savait qu’elle le menait à la baguette le plus souvent, que ses blagues espiègles n’étaient qu’espièglerie, et n’avaient de blagues que le nom. Il savait que parfois, même souvent, elle jouait de sa naïveté . Il avait juste toujours pensé jusque là que c’était pour son bien… Quel idiot. Elle était égoïste, et cela se voyait comme le nez au millieu de la figure. Sayo Nara ne se préoccupait que de Sayo Nara. Et lui, avait été l’aveugle dont elle s’amusait à donner des coups de bâtons, lui faisant croire à d’horrible monstre le guettant…
Mais maintenant, c’était terminé.

Est-ce qu’il se sentait en colère ? Surement. Est-ce qu’il se sentait trahis ? Encore plus sûr. Est-ce qu’il remettait en cause une amitié vieille de deux ans ? Il y’avait de ça … Pourtant, c’est avec son grand sourire habituel, les yeux mi clos, qu’il ricana comme une potache.

Sacrée Sayo Nara ! Qu’il disait, sa voix guillerette gazouillant dans les aigus parfois Toujours avec son air de sainte tu sais ... Et d'une nonchalance .... ! Trop drôle ... Il attrapa la barre qui passait à l’arrière de son oreille, traversant le cartilage. Pas croyable qu’elle se soit motivée à ce point, j’y crois pas ! Tellement drôle hahaha .. Sa main droite passa devant la barre de métal, qui forma une toute petite lame, bien plus que suffisante pour trancher les liens qui le retenaient. Il attrapa un bol de ragoût, et s’installa en tailleur sur un rocher un peu en hauteur.
Sur son visage un sourire. Dans ses yeux, une historie drôle. Et son cœur meurtris. Pas qu’elle lui fasse une crasse de ce gabarit, alors qu’elle aurait pû juste le prévenir. Il pouvait comprendre les soudains désirs de l’instinct. Mais qu’elle ne regrettât pas et recommencerait dans la même situation.

Alors il souriait, donnant le change à Shojito. Une équipe parfaite, sans problèmes, ni quiproquo. Et je crois que le plus triste, c'était qu'il parlait à moitié pour lui même, à moitié pour personne en particulier. Au final, c'était comme si une partie de son passé avait été biaisé, et qu'il se rendait compte pour la première fois, de la vraie nature de la jeune fille ... Et lui qui pensait que ce n'était qu'un jeu.

Mais il y’en avait deux qui n’avaient plus envie de rire. Nué sentait un grand froid dans sa poitrine, se demandant ce qu'allait encore inventer le destin cette fois : Peut-être que sa mère essayerait de ... Ah, non, c'est vrais. Elle avait déjà essayé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc

Mer 15 Nov 2017 - 1:56
Plus le temps passait plus cet entrainement à la sauce Ikezawa était en train de tourner au vinaigre. Un sentiment d'échec l'emplissait tandis qu'il continuait d'observer à chacun leurs tours ses deux élèves. Un mélange entre déception profonde et frustration due à la réaction du jeune Nué. Enfuir ses sentiments est une bonne chose pour un shinobi mais par lorsqu'il s'agit d'amitié, Shojito le savait que trop bien que ce soit avec son meilleur ami et partenaire Daedra ou la traîtresse de Ryûka il était le premier conscient qu'en amitié la franchise était de mise. Alors que le Metaru était perché sur son rocher le sourire niait comme si rien ne s'était passé, le blond comprenait qu'il était très loin de l'euphorie et tendait plus à l'abattement. C'était maintenant un sentiment de compassion qui l'envahissait il était persuadé que derrière ce faciès enjôleur se cachait un profond sentiment de trahison. Sentiment que lui même avait ressentit des mois durant à cause de la maîtresse du sable.

Se relevant d'un coup sec après plusieurs heures dans un silence insoutenable, Shojito frappait un grand coup dans ses mains avant de s'étirer. La nuit commençait à tomber et cela faisait maintenant plusieurs heure que la Nara n'avait rien ingurgité elle devait maintenant commencer à mourir de faim et elle venait de faire preuve d'une résistance de plus étonnante pour un rat de bibliothèque. "Nué, viens m'aider s'il te plait." Disait-il en se rapprochant de la Nara qui tenait à peine assise. "Tu veux me donner raison plutôt que de te battre hein ? Hé bien voyons voir à quel point j'ai raison." Disait-il en s'adressant à celle-ci avant de se retourner vers Nué et de saisir sa main droit. "Et toi, tu fais semblant de tout lui pardonné hein ?" Finissait-il en lui déposant un kunai dans la main. "Défait lui ses liens Nué." Ajoutait-il d'un air plus qu'agacé. Une fois les liens défaits il soulevait la Nara sur son épaule et commençait à s'enfoncer dans la forêt. "Suit moi gamin."

Après plusieurs minutes à marcher le groupe arrivait à une falaise de plusieurs dizaine de mètre. Shojito saisissait soudainement Sayo par la gorge et le pendait au dessus du vide comme si de rien n'était. Il tournait ensuite son regard vers Nué et lui adressait la parole. "Elle est opportuniste et ne pense que sa petite personne, donc ca ne dérange pas n'est-ce pas ? On s'entrainait dans la forêt et elle est tombé de la falaise malheureusement... C'est des choses qui arrive Nué tu n'es pas d'accord ?" Il soupirait en regardant la faible Sayo avant d'ajouter. "Tes pères t'ont confié à moi, mais malheureusement tu as décidé d'abandonné à la première petite difficulté, tu as triché et trahis l'un ... pardon, ton seul ami. Tu ne méritait pas de mourir à leurs yeux après tout tu es leurs petit bébé, une innocente jeune femme... Il va leurs en falloir du courage pour surmonté cet épreuve tu ne pense pas ?" Disait-il en la regardant dans les yeux d'un air sadique.

Suite à cela il se tournait vers le Metaru et il le regardait droit dans les yeux avant d'ajouter. "Alors Nué, quand penses-tu ? Soit je le lâche et tu ne lui pardonne pas cet écart de conduite et après tout, mérite-t-elle le bénifice du doute ? Soit tu fais tout pour la sauvé et tu prends conscience que malgré toute ses moqueries elle t'apprécies et craint juste la compagnie des autres car elle a toujours été habituer à son confort." Il soupirait une nouvelle fois avant de d'ajouter. "Le problème voyez vous le voici. L'un de vous à arrêter de se battre et se laisse actuellement aller. L'autre cache ses émotions et fait semblant d'avoir pardonner une trahison. Cependant la mort d'un des deux approches et pour l'empêcher il faut que chacun de vous fasses ce qu'il a à faire. Sayo bats toi et prouve moi que j'ai tors ! Nué, réveille toi et pique une grosse colère plutôt que de te laisser marcher dessus et ensuite, pardonne !" L'ultimatum était lancé et Shojito était plus que sérieux, tout du moins il semblait totalement l'être. Si jusqu'à maintenant ils pouvaient croire qu'ils étaient hors de danger le doute aujourd'hui ne pouvait persisté. "Alors voilà, dernière chance. Seul, vous ne pourrez rien faire face à moi donc travaillé en équipe ou l'un de vous mourra ce soir."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mer 15 Nov 2017 - 2:54
Quoi que pouvaient en dire ses mots, qu'importe le son de son rire ou le ton jovial, son regard lui ne savait pas encore aussi bien mentir que celui de la Nara. Pourtant, elle ne pliait pas, l'alarme de secours hurlait dans sa tête de cracher des excuses, vite avec que l'ancre rejoigne le fond. Mais la Sayo de surface refusait de perdre la face. Elle inspirait pour souffler, se donnant un air de soupirer exaspérée, mais c'était autre chose, une pointe avait besoin d'être chassée dans son torse. Son regard vide levé sur les cieux était un astuce vieille comme le monde.

Incroyable. Quoi qu'elle fasse, la Nara heurtait du marbre, pourtant la surface était ainsi, mais elle avait réussi à fendre la roche interne. Le point de non retour, ça semblait l'issue la moins pire, pour la team du moins, mais c'était dramatique dans le sens où ils devraient se côtoyer tous les jours rappelant à l’infini celui-ci. D'un côté ça l'arrangeait, de l'autre pas du tout. C'était l'histoire de leurs vies depuis qu'ils se connaissaient, un mélange trop chaud, trop gelé, pas de juste milieu, pas de milieu tout court en fait. Est-ce que le sake ferait parfois de temps en temps oublié cette image là ? Non, mais il délirait les langues très certainement. Peut-être au final qu'elle avait réussi, fini le travail. Ni fierté, ni joie et déjà elle pensait au plan B ? Ridicule enfant.

Elle vacillait, entre conscience et nébuleuse, à l'écoute d'une voix, elle distinguait approximativement les silhouettes. Le bruit des bracelets du Metaru l'avaient sortie de la torpeur, si elle ignorait le blond commanditaire avec facilité, ses iris embrassées elles n'arrivaient pas à se défaire de cette ombre terrible qu'elles fixaient dans les yeux du Metaru. Il la détestait. Pire que ça c'était de la haine, certes bien méritée. Aucune force pour lutter ni avec lui, ni avec l'autre. Sur un côté, les bracelets jouaient une symphonique familière, comme une berceuse pour hypnotiser la créature ténébreuse ? C'était ce qu'elle était, une ombre tapie dans l'ombre et malfaisante,comme ça qu'ils la voyaient, tous, même lui maintenant, ce que ça avait pu prendre longtemps. Le plus tenace de toute sa vie. Trop longtemps en fait, c'était trop tard, pour elle, pas pour lui et c'était là tout le problème depuis le début. Sa main se saisissait de celle du Metaru dans ses dernières réserves pour le ramener à proximité des sons qu'elle allait émettre, elle comptait surtout sur son bon jeu d'acteur. Qu'il soit bonne crème jusqu'au bout.

-Imbécile fini. Lui murmurait-elle, à moins qu'elle parlait en dormant c'était difficile à dire pour eux après tout, mais ne venait-elle pas d'attirer son attention. Toujours si gentil hein. Impénétrable. Tu fais un piètre menteur pas comme moi, amateur. Je ne voulais pas de ton amitié, encore moins de ta docilité et je ne les veux toujours pas. Avouait-elle, en marmonnant une dernière fois… si tu était venu...Ingrat.

Et Morphée la capturait encore le temps d'un trajet, quelques secousses la rappelaient encore à la réalité, elle se sentait flotter, littéralement et mentalement. Passive et lasse face à la menace. La mort ? Est-ce que ça l’effrayait ? Bonne question, la vie oui, sa fin. Bah elle ne la choisirait pas, c'était ce qu'elle s'était toujours dit de toute façon. Il était sérieux ou pas ? Impossible, impossible de réfléchir, ni réagir, trop tard pour se débattre, et l'étreinte sur sa gorge, impossible de parler. Elle avait raté sa chance, mais ses mains se posaient sans lutter sur celles de son mentor, en forçant du reste de ses forces de ses bras, elle se donnait plus de liberté dans la voix, saccadée emprise oblige.

-Sayo...nara… Au revoir, son nom, et un petit sourire cynique sur ses lèvres. Elle détestait ce prénom. Il n'allait pas bien avec son nom. Mais l'arrogance l'avait peut-être achevée cette fois, une caresse douce sur sa joue, une seule, mais c'était déjà ça. La goutte scintillante se perdait sur la main du bourreau qu'elle agrippait avec plus de force pour se retenir, doute ? En temps normal elle n'en aurait aucun, du bluff mais les connexions de son cerveau étaient mises à mal. Mais elle ne voulait pas tirer sa révérence, certitude. Je suis.. désolée. Extirpait-elle distinctement. Sans dire ni envers qui ni pourquoi. C'était envers elle-même qu'elle excusait au final peut-être le plus.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 15 Nov 2017 - 3:50
Ah, les nuages ... C'est marrant que ça s'appelle comme le lait que l'on met dans nos tasses de thé. Un peu comme si c'était possible de quantifier un nuage. T'as déjà essayé de quantifier un nuage toi, Nué ? Non mon gars, jamais. Pourtant on est bien le village des nuages, sa veut dire qu'on peut au moins les compter ? Peut-être qu'à partir d'un certains stade, on se fiche bien de savoir combien ils sont et comment ils sont ... Peut-être qu'on veut juste qu'ils soient. Après tout, un nuage n'a pas de volonté propre, il se laisse porter par le courant. Ou alors il a une trop forte volonté, et il continue d'exister malgré tout ? Des fantômes du passé, des âmes égarées qui cherche la voie lactée. On ne le saura jamais. Personne n'est dans le ciel, sinon, ça se saurait.

Peut-être que l'ours y était lui. Il le méritait, ah, ça oui. Jusqu'au bout.

"Nué, viens m'aider s'il te plait." la phrase brisa le continuum espace temps, se frayant un chemin vers Nué, toujours resté sur son maudit cailloux, un genoux relevé, le pied gauche relevé, et les mains déposées délicatement sur la dite articulation. Bizarrement il se sentait beaucoup plus reposé, serein, calme. Pourtant, il n'avait pas parlé, ni dépenser toute l'energie qui ne demandait qu'à sortir. Il n'avait rien fait de particulier, mais ce moment là, avec ses deux zigotos étranges, lui avait fait du bien. Il n'y avait que quand ils ouvraient la bouche que ça devenait un calvaire... Décidement, il n'y couperait pas, alors autant obéir comme il le faisait depuis le départ ! Autant se formater, autant arrêter de penser, et juste suivre les putains d'ordres. C'était compliqué ça ? Pourtant si peu fourni en matière grise, il y arrivait bien lui ... Alors deux êtres brillants comme eux ? Serieusement ? Depuis quand cette histoire était devenue un genre de combat de coq entre l'Izekawa et la Nara, durant laquelle un pauvre gamin devait servir de juge ?

Comment ça depuis le départ ? Nani ! Tu te trompes qu'est ce que tu racontes, impossible ! Sa voudrait dire que ... Et que. Non ! Incroyable... mais j'y pense, t'es qui toi et qu'est-ce que tu fous dans mon esprit là ? Sort d'ici tout de suite maudit ... Rah ! Voilà. Enfin tranquille.

Hypnotisé. Tu regardais son corps se balancer comme celui d'un pendu au bout d'une corde. Avec cette impression qu'il était trop tard, et que la mort était programmé. Il écoutait parler, mais ne réalisait pas. Et bien oui, même si vous appreniez qu'une vieille amie n'avait jamais été qu'une garce manipulatrice, prête à tout pour gagner, et surtout vous écraser, vous presser comme un citron et en sortir tout le jus ? Et en se faisant passé pour la gentille de service. Il ne savait pas ce qui était plus triste. La probabilité qu'elle lui mente encore. Ou bien qu'elle se mente à elle même. Il prit une décision en écoutant attentivement ce qu'elle avait à lui dire. Il prit une décision, et donna de la voix.

- Vous ... vous ... vous .... sa voix se brisa. Il avait comprit. Tout, depuis le début. Mais que pouvait-il y faire. Si j'avais reçu une invitation aussi ... Je ... Argh... vous... Il tiquait, sa paupière gauche gangrenée de spasmes plus ridicules les uns que les autres. Laissez donc quelques secondes à son cerveau ... Ah non, il s'enfuit ! Revient petit, fait pas ton couard et sauve la donzelle. C'est la moindre des choses que tu lui dois pour toutes ses années passées à t'aider ! Comment ça elle te mentait depuis le depart et tu n'es qu'un nul d'avoir décelé des choses qui n'existaient pas ? Comment ça, pour connaitre son coeur et ses sentiments, il aurait fallut deja qu'elle posséde les deux ?

Pars pas, c'est ta camarade. Même si ce n'est pas ton amie, ni ta supérieure. Revient, surtout parce que ça ne l'est pas. Reviens, parce que tu regretteras de n'avoir jamais pû sauver cette fille. Bonne ou mauvaise. Nara ou non. Tu t'en foutais déjà pas vrais ? Pour toi on est avant tout humain, et ça fait de nous une grande famille. Une famille complètement barrée. Mais une famille quand même.

Moins de trente seconde plus tard, il se retourna.

- Non.

Il s'avança vers l'Izekawa et le regarda droit dans les yeux, bien qu'il soit de bien moins grande envergure, sa carrure compensait en largeur.

- Vous n'allez pas faire ça.

Son doigt était tendu et signifiait un "non" muet et définitif.

- Déjà parce que vous tenez à la vie. Et que si le moindre cheveux de sa nuque tombe d'ici les vingt prochaines heures, je me fous bien de ce que vous savez faire, et avec qui vous aller vomir la mauvaise bière que vous buvez le soir ... Il s'approcha d'un centimètre de son senseï. Parce que peu importe combien de temps, et combien d'effort sa prendra ... Je vous chasserais, je vous retrouverais, et je vous tuerez. C'est une promesse.

Il souffla et sembla se détendre. La colère, drôle de chose hein ? On pouvait faire un monde de cette émotion, et en détruire des millier rien qu'avec une simple tension. Il était tendu et soucieux. Personne n'avait le droit de tuer un ninja de kumo devant lui. Pas même le grand Shojito Izekawa en personne.

- Secundo parce que vous tenez autant que moi à ce village et que vous ne voulez pas le priver de l'un de ses plus brillants cerveaux....

Il était serieux, plus qu'il ne l'avait jamais été. Il posa le Kunai qui avait apparut par reflexe dans sa main. Il ne la croyait toujours pas.Il ne la croirait peut être plus jamais.

- Tercio, parce qu'elle a beau être une sale garce de première quand elle s'y met ... Elle reste une Kunoichi de Kumo.

Il murmura presque ses mots à son professeur.

- Et personne ne tue un Kumojin devant moi sans en payer le prix, professeur.

Des menaces en l'air ? Il avait qu'à essayé pour voir, Nué était peut être niais, mais tous sauf idiot. Quand on en venait au moins, il avait des solutions inventives et génialistique. Ses mains dans les poches, Nué toisa son senseï. Qui pouvait sentir la froideur inquiétante du métal dans sa nuque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc

Mer 15 Nov 2017 - 14:15
S'il avait galérer jusqu'ici pour réveiller les instinct de survie de la jeune Sayo et réveiller la combativité du Metaru il était maintenant sûr que les deux avaient fini par comprendre soulagé Shojito déposait la Nara au sol délicatement et s'écriait soudainement. "Le messages est passé." Soudainement le décor autour d'eux se fondait dans la masse pour petit à petit laisser place à un décor que les deux connaissaient déjà que trop bien, celui du campement à l’exception qu'il n'y avait ni tente, ni feu de camp. En réalité pouvait enfin réalisé l'essentiel, ils étaient hors de tout danger depuis le début de la rencontre, ni loup, ni empoisennement, ni famine, rien de tout ce qu'ils avaient vécu en cet endroit n'avait été réel et c'est un homme sortant de l'ombre qui s'approchait du groupe et s'adressait directement à Shojito. "Je t'avais dis que le sifflet ça marchait à tout les coups. Tu me revaudra ça plus tard Ikezawa, j'ai à faire, bonne merde avec ces deux là, tu en aura besoin." Disait cet homme à la teinte de cheveux noir qui s'enfonçait dans la forêt pour finir par ne plus être visible. Shojito quant à lui se tournait vers les deux genin qui lentement reprenait leurs esprits et il se mettait à leurs expliquer la situation. "Cet homme est un shinobi de Kumo, des forces spécial plus précisément, je lui ai demander de me faire part de ses talents en genjutsu pour vous mettre à l'épreuve et vous faire vivre un enfer sans même que vous ne courriez un véritable danger. Je suis désolé de vous avoir autant brusqué mais il était néscessaire d'éveiller votre combativité et ce à n'importe quel prix. Je suppose que vous avez des tonnes de question et je vais y répondre sachez juste que cela ne fait pas plusieurs jours que vous êtes ici, mais plusieurs heures tout au plus." Shojito soupirait un instant avant de s'étirer et de s'approcher deux qui étaient assis confortablement contre un arbre. "Même si les évènements n'étaient pas réel, vos émotions elles en revanche l'était taché de ne pas les oubliés. Vous me détestez probablement à cet heure et je vous comprendrai mais je vais vous demandez avant toute chose de vous parlez sur ce qui viens de se passer. Dites vous ce que vous avez a vous dire la communication est plus qu'importante dans un groupe et vous deux n'ètes pas honnète l'un envers l'autre. Alors voici la véritable épreuve à surmonté, d'ici la fin de la vrai semaine, je veux que vous aillez allié cohésion d'équipe et communication." Il se relevait puisqu'il s'était mis à leurs hauteur pour leurs parler puis commencer à monter cette fois-ci une vrai tente.

Si cet épreuve était très mal partie et avait prit une tournure que le blond n'aurait jamais pu deviner il espérait tout de même que les deux prendrai soin d'exécuter ses consignes et de se parler, il avait beaucoup de chose à leurs apprendre mais la première leçon de toute, était sans nul doute la communication. Il savait grâce à son espionnage minutieux que Sayo et Nué avait un gros soucis à ce niveau là, et il voulait y remédié au plus vite. Quoi qu'il en soit il se retournait de nouveau vers eux la bras croisé le regard stoïque avant d'ajouter. "Si vous avez des questions, je suis prêt à les attendre à tout moment." Finissait-il en les observant un à un.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Quoi de mieux pour faire connaissance ? [Pv TEAM #6]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: