Derniers sujets
Partagez | 

Rencontre en altitude | Ft. Sōsaku-ō Enkeï


Jeu 2 Nov 2017 - 15:46
Selana avait envoyé Etsuko chercher quelques pieds de fleurs du coin ce matin-là.

La jeunette s'était levé aux aurores une fois de plus. Elle rejoignit sa mère dans la petite salle commune après s'être préparée dans sa chambrette, s'étant habillée pour pouvoir travailler à la serre comme bien souvent. Après un repas consistant pour une matinée de travail acharné, les deux femmes avaient marché vers le nord, traversant le coeur de la cité d'Iwa, le quartier marchand, pour atteindre la serre de la famille qui se dressait dans une partie du village qui n'était pas encore construit.

Elles travaillèrent ainsi pendant quelques heures avant que Selena ne demande à sa fille d'aller chercher quelques pousses de thé d'Aubrac et de pimprenelle sanguisorbe pour en développer dans la serre. Elle lui indiqua que pour en trouver, elle devrait mener ses pas vers l'ouest du village, sur le haut-plateau le plus éloigné du coeur commerçant. C'était là qu'actuellement il y avait le plus de pieds de ces fleurs-là. Avec leur talent, les deux fleuristes n'auraient aucun mal à les faire proliférer à partir de quelques échantillons mais ceux-ci étaient nécessaires pour une culture saine.

La plus jeune des Naaris se dirigea donc en direction dudit plateau. Elle traversa cette plaine étrangement calme, balayée par une brise matinale agréable, la rosée du matin faisant se refléter sur le sol la lumière du soleil qui se levait dans son dos. L'astre faisait ainsi briller le pâturage paisible. Elle aimait à poser ses pas dans l'herbe fraîche, rebondissant alors presque sur le sol, lui donnant une énergie sans pareille. Non pas qu'elle était réellement puissante, mais elle était sereine, apaisante. Quelque chose d'assez indescriptible en vérité.

Lorsqu'elle arriva au pied de cette montagne en partie arasée, elle grimpa par le sentier qui la longeait. Pendant un moment, elle se retrouva face au soleil, le passage s'enroulant autour du promontoire pour offrir une montée plus aisée. Une fois en haut, elle s'étira et commença à chercher les plants souhaités. Alors qu'elle était absorbée par sa recherche sur ce plateau qu'elle pensait désert de toute âme qui vive à une heure encore assez matinale, le soleil n'étant pas encore à son point culminant, elle finit par rentrer dans une personne.

Non pas qu'elle ait été rapide, mais elle était à demi penchée et ne faisait absolument pas attention à ce qui l'entourait. Elle se retrouva au sol, les joues un peu rouge, gênée par son inattention qui l'avait conduite à rentrer dans cet... homme. Oui, c'était bien un homme. Elle ne le connaissait pas et ne se souvenait pas de l'avoir déjà vu. Il était assez intimidant, la dominant de toute sa taille, ses cheveux blancs légèrement balancés dans le vent et ses yeux d'un rouge assez étonnant qui la fixaient sans faillir. Elle sentait un certain jugement dans ce regard perçant.

« Je... Je... Désolée, Monsieur... Je... Je n'ai pas fait attention... Vous n'avez pas mal ? Je m'appelle Naari Etsuko, je suis vraiment désolée, j'aurais dû regarder où j'allais... »

Elle avait un peu baissé les yeux, ne pouvant soutenir bien longtemps le regard face à ce genre de personne qui lui paraissait un peu patibulaire. Un homme pas forcément recommandable... Du moins à première vu. Elle avait peut-être trop tendance à se fier à ses premières impressions...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine

Jeu 2 Nov 2017 - 23:37
Le soleil naissant laissait étendre, sur la petite plaine verdoyante au pied de la montagne, les premières lueurs du jour. L'aube semblait être véritablement identique au crépuscule, bien qu'ils soient tous deux opposés. Dès le lever du soleil, la rosée avait étincelé des pointes des herbes aux aiguilles des pins, en couvrant la terre d'un voile fluide, d'une sorte de miroitement humide. Ici, Enkeï était au sein d'un tout et n'était rien à la fois. Il en oubliait sa condition de shinobi, loin de tout ce qui le liait à celle-ci. Il attendait secrètement le dénouement, la délivrance de cette vie de servitude.

Le regard finalement bas, le bushi, à travers les reflets que lui revoyaient cette nature humide de lui-même, vit l'affreux visage qui était le sien. Le laisser-aller de ces derniers temps et la rudesse du voyage n'expliquaient pas à eux seuls un tel dépérissement. Les causes principales se trouvaient ailleurs, dans les affres d'une mélancolie sans fin mêlée de regrets et de culpabilité.

Cette sérénité en ces lieux, qui ne sut ni l'émouvoir, ni le dévier de l'obscur cheminement de sa pensée, semblait s'effacer dans son noir sillage, progressivement, à chacun de ses pas. Le cœur étreint, les fleurs qu'ils effleuraient du bout des doigts eurent beau drainer ce mal qui l'envahissaient, en vain, il y en avait toujours encore de cette énergie obscure. Elle se déployait, à son insu, s'étendait hors de lui, telle une aura sinistre.

Il déambula, guidé par des pas incertains, haut en altitude, aux sommets des plateaux. L'air vivifiant, la vue fabuleuse, le soulagèrent à peine de ses maux. Ne pouvait-il pas y avoir de sommets plus hauts encore à gravir ? Se disait-il, l'humeur morose. Le désir de s'élever vers d'autres couches de l’atmosphère était là, même si ce n'était qu'un désir passager. Il eut les yeux levés au plus haut, s’imprégnant de ce bleu infini avant d'être interrompu, heurté par quelque chose ou quelqu'un ? Une jeune fille apeurée.

Il toisa d'un regard enténébré cette silhouette fébrile gisant à ses pieds. Après quelques balbutiements, la jeune Etsuko se présenta à lui, avec de plates excuses. La situation était cocasse, tous deux, au beau milieu de nulle part, au sommet de tout. Il clôt un instant ses paupières s'efforçant de dissiper cette vague morosité, avant de revenir à elle, cette fois-ci moins désagréable, sans être affable non plus. Il lui tint le poignet sans gêne l'aidant à se relever avec une facilité déconcertante. C'est là que ce dernier vit les plantes qu'elle avait amassé jusqu'ici.

« Mon nom est Enkeï,
Êtes-vous une Kunoïchi Médecin ?
À moins que ce ne soit pas des plantes médicinales ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 4 Nov 2017 - 22:07
Etsuko se pencha pour ramasser les fleurs qu'elle venait d'échapper en heurtant cet homme étrange.

La jeune genin était sur les fesses, bafouillant des excuses, le regard baissé. Elle était assez pitoyable devant cet inconnu. À croire que cela devenait une habitude pour elle de bousculer les gens sans s'en rendre compte, trop occupée par ce qu'elle faisait. Elle devrait faire dorénavant plus attention à ce qui l'entourait, exercer un peu ses autres sens, être un peu moins absorbée par ses taches, quelque soit leur importance, sinon elle ne parviendrait jamais à avoir un regard global en combat, se ferait surprendre et en périrait... Autant éviter cela en s'entrainant dans des situations plus banales et moins risquées...

Après quelques instants à la regarder se confondre en excuses, l'homme ferma les yeux, comme pour chasser l'ennui qu'elle avait provoqué chez lui, puis il la releva, presque de force. Il se présenta alors, la prenant pour une utilisatrice d'irojutsu. C'était malheureusement loin de ses capacités. Tout au plus savait-elle faire quelques décoctions pour guérir une fièvre ou de petites maladies, rien de plus... Elle savait à peine faire un bandage, alors de là à soigner des gens... Il la surestimait largement...

« Oui, non, ce ne sont pas des plantes médicinales non... Je... C'est pour la culture... On est fleuristes... Je ne sais même pas si je mérite le titre de kunoichi même si j'étudie à l'Académie... »

Elle était gênée, ne sachant que dire face à cet inconnu qui masquait son mécontentement. Il n'était certainement pas venu là pour rien, alors elle devait juste être gênante actuellement... Elle se pencha pour ramasser les fleurs qui jonchaient désormais le sol puis fit une révérence, présentant à nouveau ses excuses.

« Vraiment désolée de vous avoir dérangé, Enkeï-san... »

Intimidée par un tel homme, elle n'osa rester plus longtemps si près de lui, s'éloignant un peu en reculant, faisant mine d'aller chercher de nouvelles plantes. Elle l'avait dérangé bien assez longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine

Mer 8 Nov 2017 - 11:09
Le retour à la nature. Aussi, son premier soin fut-il de chercher un asile écarté, aux environs des terres verdoyantes. Il sentait instinctivement le besoin de se rapprocher de la nature, la morosité l'ayant grugé de l'intérieur, des émotions vraies et de cette vie végétative à laquelle chacun se laissait si complaisamment aller, au milieu des champs apaisés. Il ne le comprit qu'à l'instant où cette jeune fille avait entrée en collision avec lui, dissipant en lui cette vague mélancolie. Il vit à travers ses balbutiements, cette handicapante timidité, la candeur de son âme, la candeur de ses mœurs. Ainsi, les plantes qu’elle cueillait n’avaient aucune vertu médicinale. La passion l’aurait guidée jusqu’ici, au cœur de cette balade matinale.

Elle étudiait donc à l'académie des shinobis ? Il était déçu par cette prompte réponse, certes engagée avec beaucoup de retenue, mais elle en semblait tout de même convaincue. Elle aussi, donc. Elle aussi avait tristement été happée par ce cruel destin, désormais entre les mains des puissants régisseurs de ce misérable bas-monde. Elle lui tira sa révérence, révérence qu'il lui rendit d'un léger hochement de tête, l'esprit en proie à la réflexion. Quel gâchis, de voir cette jeune créature, auréolée d’innocence, s'exposer à subir des stigmates indélébiles, à plonger dans les affres de la guerre, et ce, d'elle-même. Elle s'en allait et avec elle, le mugissement des vents nouveaux s’éleva.


«Pourquoi abandonner cette vie qui te passionne,
Pour maîtriser l’Art du Ninjutsu ?

Ils t’enseigneront à privilégier les plantes médicinales à des fins guerrières,
Ils t’enverront au front risquer ta vie pour des causes obscures,
Alors, à quoi bon ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 18 Nov 2017 - 19:42
L'homme était étrange, particulièrement défaitiste aux yeux de la jeune demoiselle.

Alors qu'elle commençait à s'éloigner, Etsuko se fit arrêter par la voix de cet homme au regard plutôt glaçant pour la petite fleuriste. Il semblait ne pas comprendre qu'elle pouvait continuer à aider sa famille et développer son talent qui concernait les fleurs tout en allant étudier à l'Académie, certainement le meilleur lieu pour elle afin d'apprendre comment devenir plus forte, d'apprendre comment gérer son pouvoir et savoir alors enfin comment se défendre. C'était cela son véritable but. Comment se défendre. Sa quête. Sa destination.

La jeune Naari de dix-huit ans ne voulait plus se faire bousculer sans avoir la sensation de pouvoir répondre. Elle ne voulait plus être malmenée comme une petite chose fragile qui n'était là que pour la décoration. Elle voulait être forte, servir son village, être utile. Voilà désormais que cet homme, Enkeï, venait lui parler de ce que les autres allaient lui apprendre. Comment pouvait-il le savoir ? Non seulement l'Académie venait juste de se former mais en plus personne ne lui accordait de temps pour l'instant... Comment pouvait-il savoir ce qu'allaient lui faire faire des gens qui ne s'occupaient même pas encore de son enseignement ? Il semblait blasé par cette vie, comme s'il avait de mauvais souvenirs qui venaient le hanter...

Cet homme si particulier intrigua alors la demoiselle plus qu'il ne l'effrayait jusqu'alors, et elle choisit de rester un peu, pour le découvrir, apprendre un peu ce pourquoi il jugeait ainsi le monde comme déjà perdu. Pour lui, vouloir devenir shinobi signifiait offrir sa vie pour des raisons inconnues ? Il avait été utilisé ? Peut-être. Difficile de savoir.

« Vous... Vous savez... Le monde n'est pas si noir... Je sais bien qu'il se passe beaucoup de choses tristes, qu'il y a plein de gens méchants... Mais... Ils ne sont pas partout... Tous ne veulent pas la guerre. Privilégier les plantes médicinales n'est pas forcément en mal, on s'occupe aussi de ça avec mes parents. Mais ce n'est pas parce que nous en cultivons que nous oublions l'existence des autres fleurs. Elles sont aussi curatives, mais d'une autre manière. Elles appaisent les moeurs et les esprits. Elles aident à calmer ce qu'un simple soin ne saurait faire. Les fleurs ont des vertues qui ne sont pas seulement limitées à leur préparation en concoction ou en décoction vous savez... Et puis pour le front, j'ai de gros doutes... Je ne suis pas vraiment capable de me battre, c'est pour cela que je désire apprendre et découvrir les arts des ninjas. Je ne veux pas rester une proie facile, je veux savoir me défendre. Je veux aussi pouvoir voyager sans craindre les bêtes sauvages et les êtres malveillants. Ce que je ne pourrais jamais faire si je n'apprend pas à maîtriser le chakra qui coule en moi. Il n'y a pas que des mauvais côtés à cet apprentissage vous savez ? Il ne faut pas tout voir en noir... Ce serait si triste si tout le monde était aussi malveillant que vous semblez le penser... Vous devriez laisser une chance à ce monde.»

La jeune fille s'arrêta un moment. Elle ne cherchait pas ses mots, elle prenait simplement le temps de voir comment réagissait cet inconnu à ses pensées. Elle n'avait que très peu de savoir, elle avait tant à apprendre encore... Mais si elle pouvait faire partager le peu d'idées un peu construites qu'elle avait développé jusqu'à ce jour et qu'elles pouvaient aider quelqu'un à revoir un peu d'espoir, ce n'était pas si mal. Les gens désespérés faisaient parfois d'étranges choses, jusqu'à même vouloir s'ôter la vie tout simplement parce que leur vision était obstruée et qu'ils n'ont pas pu, n'ont pas eu la force de patienter qu'elle s'ouvre à nouveau, qu'une suite moins douloureuse soit envisageable. Elle ne voulait pas assister à l'un des derniers moments d'une de ces personnes qui avaient perdu l'espoir de vue et semblaient incapables de tenir jusqu'à le retrouver. C'était dur, oui, mais il le fallait. Pour leur propre vie et celle de leurs proches. Cela ne concernait pas qu'eux.

« Est-ce que... Je pourrais vous demander pourquoi vous pensez ainsi que tout est sombre ? Enfin... C'est ce que j'ai cru comprendre à vous entendre... Vous voulez en parler ?.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine

Mar 28 Nov 2017 - 23:09
Les mots, certes, empreints d'innocence de la part de la jeune fille dénotaient tout de même de la naïveté. C'était son point de vue, bien qu'ils avaient tous deux autant raison sur le sujet l'un que l'autre. Les deux avis soulevés se confrontaient inutilement et devraient plutôt coexister. Il y avait du vrai dans chacune des positions défendues. Cette jeune fille avait tout intérêt à vivre d'espoir et envisager l'avenir avec optimisme, au fond, n'était-ce pas la voie la plus saine à l'aube de l'existence ? La sienne, obscure, était la conséquence d'une enfance troublée, mais son histoire n'avait rien d'unique, elle était même, en ces temps bien sombres, commune à bien d'autres individus. Il avait vu la façon dont cette société évoluait et en connaissait déjà quelques rouages machiavéliques.

Laisser une chance à ce monde. Ces quelques mots lui firent prendre conscience jusqu'à quel point ses propres propos laissaient entrevoir un pessimisme sans nom. Son regard tomba alors au plus bas et se mit à balayer les couleurs chatoyantes des fleurs environnantes. Ces mêmes couleurs censées réveiller la gaité en quiconque les contemplerait ne surent malheureusement ni l'émouvoir ni le guérir de cette satanée mélancolie. Il leva néanmoins des yeux nouveaux envers la jeune fille, lavés de toute cette noirceur. Cette dernière avait son propre destin à suivre, ses propres épreuves à vivre, ses propres constats à faire que ce soit sur l'académie, Iwa ou le monde shinobi.

« Des guerriers zélés savent se battre aveuglément pour leur nation,
Je n'ai jamais hérité de ce zèle et le doute s'immisce à chacune des missions que je réalise,
Les évènements récents n'aident en rien, pour tout t'avouer ..

Ton souhait d'apprendre les arts ninja pour te défendre est louable,
Désolé d'avoir été aussi prompt à te décourager,
Il ne m'est pas souvent donné de rencontrer des personnes aussi optimistes ~

Tu en es donc tout au début,
Même malaxer le Chakra t'est pour l'heure impossible ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 30 Déc 2017 - 11:15
La demoiselle écouta silencieusement la réponse de l'homme aux cheveux blancs.

Etsuko venait de questionner l'homme de manière un peu osée. Elle ne le connaissait pas, il ne lui devait rien, pourquoi lui répondrait-il ? C'était assez personnel comme question après tout... Elle ne se savait pas si audacieuse. Rougissant alors un peu, elle attendit cependant quelques secondes. Peut-être que l'audace aurait donné envie à l'homme de répondre. Et oui. Rapidement, il lui explica qu'il n'avait pas le zèle des grands guerriers. Qu'il n'avait que le doute. Elle l'avait aussi, elle, jeune demoiselle inexpérimentée qui rêvait de grandeur et de force pour défendre sa famille et son visage. Il s'excusa ensuite, expliquant qu'il n'avait pas l'habitude de parler aux gens comme elle, les gens optimistes. Alors souriante, la demoiselle se retourna totalement vers lui. Elle croisa les mains dans son dos, un peu gênée, mais lui parla tout de même avec son coeur, ne se retenant pas. Elle ne connaissait encore rien, mais elle voulait tout de même transmettre le peu qu'elle savait. Si ça pouvait l'aider à aller mieux...

« Ne vous en faites pas, personne ne me détournera de mon but. Je compte bien devenir forte pour protéger ma famille et mon village. Ce sont eux qui me protègent depuis si longtemps après tout... Sinon oui, j'en suis au tout début. Malaxer le chakra... Je sais faire quelques trucs quand même, rassurez-vous. Ma mère m'a appris pour me défendre face aux gens malintentionnés. On est jamais trop prudent, même dans un village comme Iwa... Et vous, vous avez beaucoup d'expérience, non ? »

Elle le regardait avec des yeux souriants, attentionnés mais aussi plutôt candides. Elle avait l'air assez fragile et faible à première vue, mais une certaine lueur dans son regard ne trompait pas. Elle avait une force en elle, une force puissante qui ne trompait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine

Sam 30 Déc 2017 - 15:58
Les vents nouveaux mugissaient tout autour d'eux. Ce versant de la Montagne, particulièrement verdoyant, était tapis de diverses couleurs chatoyantes, celles des fleurs et des plantes. La jeune fille semblait être doué d'une certaine candeur qui pouvait n'accompagner pas de grandes vertus. Peut-être, était-ce l'une de ses qualités dominantes. Il fallait bien en ce bas-monde, dont les heures les plus sombres se jouaient aujourd'hui, des garants de l'innocence et de la sincérité. Celles et ceux qui prouvaient qu'il y avait du bon en l'humanité et que ces mêmes heures difficiles pouvaient être traversé avec optimisme.

Il l'avait mésestimé. Elle était forte et sa question, très malvenue, n'avait pas tenu compte de cette donnée. Ce n'était que par humilité qu'elle avait répondu à sa question, mais elle savait sans nulle doute faire bien plus que malaxer son chakra, cela se sentait. Ainsi, la jeune fleuriste était la protectrice de sa famille, reconnaissant tout de même que Iwa recélait de réels dangers pour elle, ainsi que les siens. Elle avait raison, se préparer, s’aguerrir, évoluer rapidement était une nécessité.

« Je pense que je t'ai sous-estimé,
Et, pour répondre à ta question,
Je n'ai pas le sentiment d'être beaucoup avancé que toi,
Dans l'Art du Ninjutsu-

Je suis encore un Genin,
Nous exécutons donc les mêmes missions-

Tu me parlais de ta Mère,
Est-elle, elle aussi, instruit au Ninjutsu ?
Pourquoi est-ce à toi de protéger les tiens ? »

La discussion suivait son cours, comme la journée ensoleillée en ce jour suivait la sienne. Quel était l'intérêt de cet échange ? Il ne s'en posait plus la question. Peut-être était-il rare, à ses yeux, de découvrir des personnes sincèrement désintéressées et saines dans leurs relations humaines ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 21 Jan 2018 - 4:23
La jeune Naari aux yeux émeraude referma son manteau sur elle, se frottant un peu les épaules de ses mains avant de les ramener l'une contre l'autre, soufflant un peu dessus pour se réchauffer. Elle avait beau être de la région, lorsqu'il y avait ces grands vents elle avait toujours un peu froid. Si au premier abord l'homme qui lui faisait face semblait froid, méprisant, un petit côté dégoûté de la vie et désabusé, il semblait petit à petit changer de posture vis-à-vis d'elle et de sa manière de penser. C'était assez étrange la vitesse à laquelle il changeait, mais bon... Peut être était-il simplement un peu perdu et que ce qu'elle lui avait dit avait su lui redonner espoir.

« Vous êtes certainement modeste... Je ne connais pas grand chose et je n'ai pas encore de professeur, j'espère bientôt pouvoir en trouver un cependant. Je suis assez faible même si j'espère bientôt être digne de ce village. Pour ce qui est de ma mère, elle m'a enseigné ce qu'elle savait pour que je puisse me défendre en cas de problème, mais c'est moi qui souhaite devenir une véritable kunoichi. J'ai envie d'apprendre à me battre pour pouvoir défendre ma mère et mon père si une véritable attaque survient. Je ne veux pas être désespérée face à des shinobis entraînés, je ne veux pas non plus rester les bras croisés alors que Rokkusu est devenu un véritable village caché, un village où l'on apprend les arts shinobis sur leur plus puissante forme. Je veux être utile à la communauté, plus simplement en tant que fleuriste mais aussi en tant que combattante... Et j'espère aussi un jour pouvoir apprendre à soigner les gens même si je me doute que ce ne sera pas simple... En attendant, j'en apprends un maximum sur les fleurs pour pallier à mon manque de connaissances sur les jutsus curatifs. Et vous, quel est votre but au sein du village ? Vous en avez bien un, non ? »

Elle le regardait toujours avec un sourire aimable, écoutant avec attention cet homme qui était son aîné et devait certainement en savoir bien plus qu'elle dans de nombreux domaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine

Rencontre en altitude | Ft. Sōsaku-ō Enkeï

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: