Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Au clair de la lune [H.Tsuki]
Aujourd'hui à 17:48 par Hohoemi Tsuki

» Conviction la plus profonde [Sae]
Aujourd'hui à 17:42 par Rinku Sae

» Ceux qui cherchaient la bagarre. [Lua]
Aujourd'hui à 16:58 par Hohoemi Tsuki

» Conciliation ᵜᴥ Sun-hi
Aujourd'hui à 16:31 par Nagamasa Mikazuki

»  [Mission libre B] Le purificateur
Aujourd'hui à 15:48 par Watanabe Shiori

» Ce doux sifflement [PV Etsuko]
Aujourd'hui à 15:44 par Ashikaga Gabushi

» L'heure du changement
Aujourd'hui à 15:08 par Borukan Muramasa

» vice porcin [anzu]
Aujourd'hui à 15:04 par Kinu Lua

» Eh la qui va la ! (Inspecteur gadget) / Pv Takumi
Aujourd'hui à 13:52 par Hyûga Kami

Partagez | 

Affaire d'ombres - Genkishi


Ven 3 Nov 2017 - 18:16
Les mains plongées dans ses poches, la Hyuga poursuivait ses habitudes même à des kilomètres de chez elle, Shito n'était pas aussi attractive que l'on lui avait vendue-pour l'y attirer sûrement. Au moins, maintenant qu'elle avait quitté la ville, le calme apaisant régnait, fallait-il croire qu'elle était déjà lassée de l'agitation. Quoi de plus normal, ce n'était pas vraiment son genre les foires, puisque c'était clairement ce que à quoi lui faisait penser la mascarade sur ces pseudos rencontres de genins. Trololol, ils finiraient tous promus pour avoir participé, c'était toujours mieux qu'elle dont on bâclait la participation ceci dit. Elle se jurait qu'on ne l'y prendrait plus en s'éloignant toujours plus.

Quelques âmes en chemin, civils pour la plupart dont les vocalises qu'ils s'échangeait, diminuaient après son passage, la Hyuga voulait bien leur connaître à quel point elle pouvait surprendre la moralité civile. Si Iwa s'était faite à son excentricité ou presque, Shito la découvrait à peine, justement. L'ombrage du feuillage du petit bois avait rafraîchi l'atmosphère, un petit frisson lui parcourait l'échine et pas seulement à cause de la température, un petit rictus s'étirait au coin de ses lèvres. De la compagnie. Sa sensorialité ne pouvait être trompée, elle l'usait après tout en excès, faute d'avoir mieux pour se diriger et les déplacements de ses futures rencontres étaient plus que suspectes. On voulait l'embusquer. Amusantes créatures pensait-elle fortement poursuivant son chemin comme si de rien n'était. Ah si seulement, seulement des années avant elle avait été dotée des mêmes dons, peut-être n'aurait-elle jamais perdu sa vue.

D'ailleurs, l'interrogation première se portait là dessus, était-ce encore eux la cible en définitive ? Le problème d'être née enfant de ce clan, l'individu n'avait de valeur que par le don génétique, c'était comme ne pas exister au delà du fait d’honorer un nom... Ou pas en fait. Comme elle qui aurait bien voulu voir morte et enterrée depuis longtemps. Peut-être leur vœux allait-il s’exaucer... Un de ses sourcils s'arquait alors qu'un petit groupe lui barrait significativement la route, la fille avait bien tenté de poursuivre son chemin mimant l'ignorance, mais un bras tendu lui avait signifié que cela ne serait pas si simple.

-Allons bon. Glissait-elle à l'intrus. On se connaît ? Combien même savait-elle déjà la réponse. D'un revers de la main, elle avait dégagé l'entrave, son ricanement fut las et subtile quand on lui apprenait que les connaissances qui allaient suivre seraient poussées. Je vois. Concluait-elle en portant le premier coup au plus imprudent de la troupe, celui qui lui barrait la route de son bras.

La volée de l'individu ne désarçonnait pour autant la situation, d'ordinaire, les crétins lambda disparaissaient dès les premiers cassages de mâchoire qu'elle administrait. Pas même elle ne prenait la peine de chercher à comprendre, trop habituée de ses soirées arrosées à frapper face à n'importe quelle agressivité. Tant pis pour les imprudents, pour sa tranquillité aussi. L'endroit reculé ferait qu'elle n'aurait en prime pas besoin de se justifier comme à l'accoutumé.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Ven 3 Nov 2017 - 19:11
Shîto, un village tout neuf, un village plein de promesses ainsi qu'un village qui vient de réunir un nombre incroyable de personne au même endroit. Je ne sais pas trop quoi y penser quand je me balade dans les rues, mais toute cette foule, c'est désagréable. Moi qui suis venu ici pour assister aux examens et voir les jeunes shinobi de chaque clans s'affronter, je ne m'attendais certainement pas à être autant solliciter par des inconnus au bataillon. Que ce soit des jeunes shinobis qui donnent leur point de vue, des Nara qui semblent me fixer comme s'ils me reconnaissaient, ou alors faire attention à ne voir personne de l'académie du Pays du Rempart. Je dois les esquiver, faire attention à toutes les personnes qui s'approchent de moi et ici la tâche est difficile dû au monde incroyable. Toutes les auberges sont bondées, les échoppes vendent leur consommation à fond. Les gens sourissent, semblent heureux de cette situation.

Sauf que je ne suis pas aussi dûpe qu'eux. Cela cache forcément quelque chose, quelque chose se prépare. L'ambiance actuelle est beaucoup trop joyeuse et calme pour être si innoncente, c'est pour cela que je reste sur mes gardes. Je sais qu'ici, sur ces terres de Hi no Kuni, il reste des shinobi qui l'ont mauvaise contre le Daimyo actuel et je ne serais pas étonné de voir une sorte de coup d'état. Tant de ninjas qui ne se sont jamais exilés de leur terres natales, qui n'ont jamais voulu suivre le mouvement pour aller dans les autres pays. C'était le cas de mes parents quelques temps avant d'aller à l'académie des premiers shinobi pour mon apprentissage. Je ne les remercierais jamais assez pour m'avoir accordé cette chance, sans ça, je serais un Nara comme tous les autres dans un village d'un autre Pays. Je ne veux pas de village atitré, mais je ne cache pas que je préfèrerais que les clans tels que les Nara, les Hyuga ou encore les Inuzuka viennent former un vrai village ici.

Soit, j'ai décidé de sortir de la ville aujourd'hui, je ne voulais pas devoir être sur mes gardes toute la journée. En dehors de Shîto, je suis sur mes terres, celles que je commence à connaitre très bien maintenant que ça fait deux ans que j'y vagabondes. Je voyage beaucoup, je veux trouver tous les trésors de ce Pays avant d'aller à la conquête des secrets des autres pays. Je sais qu'il y a de nombreux camps de bandits, j'essayes de les trouver parfois, pour débarasser ce monde d'être ignoble. Je ne suis pas un saint, loin de là, mais je ne tues jamais sans raisons, je ne m'amuse pas à mes cibles ou encore je n'abuse pas sexuellement des jeunes femmes. Je déteste par dessus tout ces êtres qui se pensent fort, mais qui ne font rien d'autres que de s'en prendre aux plus faibles.

En parlant de ça, je vois au loin une petite bande de ce qui semble être des bandits, voir des mercenaires. C'est à ce moment que je décide de me les suivre discrètement. Je me cache derrière un arbre pour faire un clone d'ombre Nara. Je me sépare de lui pour rester un peu plus loin pendant que lui s'occupe de les suivres de près. Ils s'arrêtent, ils coupent le chemin d'une jeune femme qui se balade toute seule. Que fait-elle là ? Sans hésiter je m'approche. Mon clone arrive à entendre ce qu'il se passe et vient me rejoindre pour le signaler. Je lui explique le plan, pour une fois, je vais y aller en premier car ils ne semblent pas être très dangereux, il faut juste qu'il se tienne prêt, au cas ou.

Je me déplace le plus silencieusement possible vers les agresseurs quand je vois au loin un gars qui a l'air plus balaise courir en direction de la jeune aux cheveux argentés. Sans hésitation je me déplace en sa direction en courant. Je fais une série de Mudrâ, je laisse sortir par ma bouche une quantité importante d'eau pour emprisonner le plus balèze à l'intérieur.

"Je m'occupe de lui, si jamais tu as besoin, n'hésite pas à me le dire."

Je pense qu'elle est capable de se battre contre les personnes qui sont ici, s'il n'y en a pas plus. Au pire des cas, au besoin, mon clone d'ombre est prêt à lancer un Kagemane, mais elle a l'air de savoir se battre cette petite, elle a un meilleur Taijutsu que le mien.


Résumé:
 


Dernière édition par Nara Genkishi le Sam 25 Nov 2017 - 1:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Ven 3 Nov 2017 - 23:04
Nara et Hyuga réunis au même endroit, au même moment, pour visiblement le même objectif musclé, combien de temps c'était il écoulé depuis la dernière fois que ce genre de scènes c'étaient joués ici ? Qu'importe, ils ne le savaient pas encore de toute façon. L'aveugle ne lui adressait qu'à peine de l'attention, trop occupée en premier lieu à corriger les impudents, mais en soi, elle n'allait pas refuser qu'on mâche la charge pour s'en débarrasser. Son poing agressait la seconde mâchoire de la journée, et si elle n'avait pas pu voir le filer de sang se dégageant de cette bouche, sa tiède réception sur son sa joue lui avait donné la même indication. Les dents serraient, traqueuse insaisissable, elle les anticipait se jouant d'eux et leurs coups néophytes comparés à l'enfant du taijutsu qu'elle était. Pourtant la Hyuga n'était pas une créature particulièrement exceptionnelle, mais face à ces rats c'était d'une suffisance insultante que de leur botter l'arrière train.

Elle occupait sa zone laissant le soudain 'allié' s'arrangeait de ses propres affaires, lui qui jouait les secouristes, il aurait été bien amusant d'avoir à lui porter main forte. Brute créature, elle abîmait son poing dans un nombre de coups puissants calculés, comme feignante, jouant la feinte pour percuter au bon moment. Un chat et ses souris, le dernier à terre venait à peine de lever la poussière, que la kunoichi était toujours en garde, face à un potentiel nouvel adversaire. Son regard vide ne le fixait nullement, pourtant, à sa facilité de tourner sa tête en sa direction, l'aveugle s'annonçait pas aussi dépourvu qu'elle l'aurait du.

-Tu les connais ?
Donnait-elle en première interrogation, peut-être avait-elle affaire à un membre de l'autre de ce pays, ce qui expliquerait cela. Dans quel cas se présenterait-il ? Quelle importance. Est-ce que j'ai l'air d'une proie si facile que cela?..

Ton amusé, c'était vrai qu'à bien la regarder, la fille n'était pas vraiment impressionnante, frêle et étrange oui, rien de plus. Elle quittait sa garde, sans pour autant abandonner l'alarme de ses sens, pas seulement pour l'inconnu, mais aussi et surtout pour une éventuelle seconde vague. Silence de mort, le vent froissait les feuilles des arbres autours, aurait-elle avoir le même effet sur le Nara ? Très certainement, mais l'heure n'était pas à la chicane, la fille n'aspirait qu'à passer le temps paisible, le tuer plutôt qu'assassiner ces imbéciles à ses pieds.

-Je ne cherche pas les histoires, ni les officialités, pouvons-nous juste enchaîner les pas et les oublier au fils de leur défilé ?
Sourire entendu pas vrai ? Mais s'il était un officiel des environs, peu de chance que cela passe, voilà qui serait une bonne méthode pour jauger le dernier arrivé et puisqu'elle était une sensorielle de grande zone, taquine elle persistait à lui montrer qu'elle n'était pas la donzelle à sauver. Pas de place pour le charmant héros aujourd'hui, mauvaise pioche. En même temps, la princesse n'en était pas une. Ton ombre peut quitter son retrait, économise ton chakra, je ne mord que si on me le demande, j'étais juste là par ici en balade, rien de plus. Elle replaçait son chapeau correctement, n'ayant user que d'un jeu de mots, pas consciente à quel point elle avait pointé juste. L'assurance de son affirmation pouvait d'ailleurs porter à confusion. Je pars par là. Indiquait-elle en entamant sa rotation après avoir pointé sa direction. Un peu une façon de lui dire : Et toi ? Ses mains reprenaient place dans ses poches. Moi qui croyait la zone aussi morte, j'imagine que la concentration si variée n'attire pas que les biens intentionnés Shi-no-bis officialisés. Si elle avait pu, elle aurait rouler des yeux.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Sam 4 Nov 2017 - 0:19
J'ai emprisonné ma cible très facilement, elle ne peut plus bouger, ni même respirer. Tout ce qu'elle peut faire c'est me fixer, les grimaces sur son visage m'indiquait qu'il commençait à souffrir de ma technique pendant que la jeune femme se bat avec tous les autres. À ses mouvements, je peux apercevoir qu'elle a une manière de bouger assez spéciale, même si elle met de simple coups de poings, elle avait quand même une allure dans ses mouvements qui est différente d'un utilisateur de Taijutsu lambda. À vrai dire, je dirais que son style se rapproche beaucoup de ceux des Hyûga, mais pourtant je ne la voyais pas utiliser le Juken. Peut-être qu'elle les estime trop faible ou alors elle n'est pas du tout une Hyûga, à vrai dire je n'en sais rien. Dans tous les cas, la voir se balader au milieu de ses agresseurs est beau, elle les esquive au dernier moment pour n'avoir qu'à tendre le bras pour mettre un coup.

Je ne l'ai jamais vu regarder ses adversaires, elle semble plutôt les sentir. Est-elle aveugle ? Ceci expliquerait beaucoup la non utilisation des techniques Hyûga, mais je fabule peut-être. Elle est peut-être uniquement prétentieuse au point de ridiculiser ses adversaires. Dans tous les cas, il ne lui fallut pas longtemps pour qu'elle s'occupe de ses mercenaires devenus des victime. Au point que la personne qui est enfermée dans ma prison aqueuse venait toujours de mourir car il ne pouvait plus respirer. Je laisse la bulle exploser, laissant un corps sans vie tomber au sol dans une flaque d'eau. Elle se tourna vers moi et c'est là que ma seconde théorie prenait vie, elle a le regard vide. Il n'y a pas besoin d'être un dieu pour comprendre que cette femme, cette potentielle Hyûga, n'avait plus la vue... Triste sort si elle est vraiment du clan que je pense.

"Honnêtement... Aux premiers abords, oui. Jeune, petite et aveugle, une proie inespérée pour ce genre de personnes."

Aucun doute, ces gens n'avaient qu'une envie, profiter d'elle. C'es pour cela que pendant qu'elle me signale qu'elle n'est pas là pour se prendre la tête ou encore qu'elle a trouvé mon clone, j'achève chacune des personnes au sol. Sans aucune hésitation, je les étouffes tous, peu importe l'image que je peux donner à cette femme qui semble bien plus pressé de partir que de discuter. Egalement, son attitude me montrait qu'elle ne voulait pas d'un héros venant lui porter secours pour avoir une baiser à la fin. Elle se trompe totalement de personne en pensant ça de moi, je passais juste par là. Je laisse mon clone s'évaporer dans l'ombre, au moins elle ne verrait peut-être pas qu'il s'agit d'un clone Nara.

"J'ai l'air de quelqu'un qui appartiens à un village ?"

Je n'ai aucun bandeau ni même de grade officiel. Genin, Chônin et tout ces trucs là, ça n'existe pas a l'académie et par mes vêtements on peut voir que je ne viens d'aucun village caché. Je la vois se déplacer dans la direction qu'elle m'avait désigné alors je décide de rester derrière elle, mais à une distance convenable.

"Dis moi petite, ta façon de combattre... Es-tu une Hyûga ?"

Je sais que là je viens de prendre un gros risque. Si elle est effectivement de ce clan, de ce que j'ai lu dans les livres, c'est une famille qui compte beaucoup sur leur dojutsu, les Byakugan. Il existe certains cas de déshéritage envers les membres ayant perdu la vue. Je ne serais pas étonné de la voir s'énerver en m'insultant. Sauf que je suis trop curieux et je veux savoir qui elle est, je veux en apprendre plus sur elle et puis qui sait, elle est peut-être simplement une shinobi aveugle maîtrisant très bien le Taijutsu. Dans les deux cas, j'aimerais beaucoup avoir une entretien avec elle, je sens qu'elle pourrait m'apprendre des choses.


Dernière édition par Nara Genkishi le Sam 25 Nov 2017 - 1:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Sam 4 Nov 2017 - 22:56
Jeune, petite, aveugle, et la décrite stoppait ses pas, si elle avait pu, elle lui aurait sûrement jetter un regard mauvais, à la place, ses mains posées sur ses hanches, la Hyuga visiblement démasquée lui accordait le fait de l'avoir fait rire. Combien même ça n'était que l'affaire de quelques secondes. Ironique d'avoir rencontré un 'troisième œil' quand on est aveugle. Cette dernière pensée n'avait pas adoucie son humeur, mais par chance, c'était plus l'humour qui la berçait qu'autre chose.

-Si tu me dis qu'on est cousin, t'es le prochain à qui je refais le portrait. Quelques pas pour se rapprocher, la Hyuga insistait sur sa démarche jusqu'à ce seulement quelques centimètres séparent leur nez respectif... Petite, petite, aussi perspicace soyez-vous mon cher, vous n'avez pas un compas dans l’œil.

En effet, Sanadare, surtout pour une femme de son époque était assez élancée, dépassant souvent d'une bonne tête la majorité de ses pairs Hyuga, à croire qu'elle n'avait vraiment rien pour leur plaire. Dame Destin était farceuse la concernant. D'un sourire espiègle, elle se moquait un peu.

-Comment je saurais de quoi tu as l'air ? Au moins tu sens bon, à ta décharge.

Il aurait pu rajouter merdeuse et être dans le vrai le plus absolu, en soi, qu'il l'ait reconnu en tant que Hyuga ne la perturbait que dans la mesure où, il lui était insultant d'être assignée à ce clan maudis. Cela la désolait un peu de n'avoir pas suffisamment su se défaire de leur empreinte, un coin de sa tête notait de ne pas abandonner l'idée, un autre se voulait plus raisonnable en suggérant simplement l'acception.

-De naissance oui.
Réponse trouble, mais elle lui avait après tout déjà indiqué en être une avec sa première boutade. Et quel genre de diable sans village peut être capable de reconnaître la singularité du taijutsu de ce maudis clan ?...

S'il n'en était pas un, il les avait forcément côtoyé pour se faire, puis loin d'être totalement stupide, la Hyuga avait bien envisagée en venant ici pouvoir potentiellement tomber sur des congénères n'ayant pas fuis. A vrai dire, longtemps quand on lui donnait encore des leçons, la Hyuga était resté perplexe, quand l'histoire lui était conté, elle lui laissait un goût amer. Est-ce que si elle était plus tôt et avait été confronté à ce choix, aurait-elle fuis ?... Probablement pas, la créature était du genre à posséder, ou réduire à néant.

-Hormis la mascarade du tournois, qu'est-ce qui peut t’amener ici ? Un natif, probablement vieux et dégarni à t'entendre parler, je ne serais pas étonné de trouver une canne en t'examinant de plus près. Je vais marcher, présente toi que l'on papote ensemble ou dégage.

Haussement d'épaules, étrange invitation, mais invitation quand même tandis qu'elle tournait les talons pour reprendre sa quête de distance.

-Je ne suis pas ici pour participer, on m'a traîné pour faire la groupie au cas où tu te poserais la question. Lui avouait-elle en tapotant son bandeau d'iwajins lié sur sa cuisse. C'est comment la vie sans bandeau ? Es-tu un mercenaire ? De ce que j'ai vu -joke- tu n'es pas un lambda sans formation.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Dim 5 Nov 2017 - 0:37
Elle semble, et pour une bonne cause, rejeté l'idée d'être allié au clan Hyûga. À ses réponses je vois bien que la belle n'aime pas quand je lui parle de son clan, je vois bien qu'elle préfère parler d'autres choses. Elle s'approche de moi pour me montrer qu'elle n'est pas si petite, mais elle reste en deça de beaucoup d'hommes. Je reste calme quand je la vois si proche de moi, je dois avouer qu'elle est loin d'être moche et sa manière de s'habiller laisse le regard se porter sur elle. Peut-être qu'elle n'est pas si faible que ça, mais qu'elle le veuille ou non, d'apparence, elle est loin de faire peur. Pourtant elle n'hésite pas à me faire face, à limite me provoquer, comme-ci elle pense que je lui cherche des problèmes, elle a bien tort sur ce coup. Tout ce que je veux à partir de ce maintenant c'est discuter avec elle, en apprendre plus sur son histoire, comprendre pourquoi elle est si intolérable envers les siens. Oui, elle semble complètement intolérante aux Hyûga, à ce qu'elle me dit, je sens bien qu'elle préfèrerait être une personne n'ayant aucun liens avec ce clan.

"Le genre de diable qui lit beaucoup et a rencontre de nombreuses personnes."

Que ce soit à Hi no Kuni ou alors à l'Académie du Pays du Rempart, ce n'est pas la première Hyûga que je croise. Je ne dis pas que je connais leurs techniques ou que je serais capable de contrer n'importe lequel d'entre eux, mais je sais qu'ils ont une manière de se déplacer et de se combattre totalement différente des autres. Elle finit par être encore plus provocante en laissant sous entendre que je suis un vieux dégarnis devant se déplacer à la canne.

"J'ai plutôt les cheveux longs."

Toujours aussi calme et direct, je ne fais que très rarement de grandes tirades. Pourquoi parler pendant des minutes entières quand on peut être simple dans nos propos, quand on peut arrêter de tourner autour du pot. Elle de son côté se retourne et me demande de me présenter tout en la suivant. Ou va-t-elle ? Je ne sais pas vraiment, mais je veux en savoir plus sur elle alors je la suis, ni trop près, ni trop loin. J'écoute ce qu'elle dit, ses questions puis je réfléchis un peu avant de répondre.

"Je suis ici car je savais que cet endroit serait bondé de monde et de différents shinobi intéressants." Je laisse un blanc avant de reprendre la parole. "Je me sens aussi libre que l'air et non je ne suis pas un mercenaire."

Pourquoi en dire plus quand je peux rester mystérieux ? Si je veux passer plus de temps avec elle, je dois lui donner envie de s'intéresser à moi et ce n'est pas en répondant à toutes ces questions tout de suite que je gagnerais du temps avec elle. J'accélère mes pas pour arriver à ses côtés.

"Tu as été rejeté par ton clan n'est-ce pas ?..." J'ai de la tristesse et de l'empathie dans mes propos. Je me doute qu'elle a dû voir des gens avoir pitié d'elle alors je continues de parler avant qu'elle ne s'énerve. "Je savais que ce clan a des phases sombres, mais je pensais que les rumeurs concernant ce genre de cas étaient fausses. Je comprends que tu les déteste tant, si ça peut te rassurer, je ne suis pas un Hyûga."

Je mets ma main sur son épaule pour lui faire comprendre de s'arrêter. Je descends doucement ma main en la frôlant le long de son bras pour finir au niveau de son poignet. Je l'invite délicatement à se laisser emporter la main jusqu'à mes cheveux, puis mon visage. Je veux qu'elle puisse mettre un visage sur son interlocuteur du soir. "Je suis Genkishi."


Dernière édition par Nara Genkishi le Sam 25 Nov 2017 - 1:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Lun 13 Nov 2017 - 10:14
Quelques rictus se succédaient face aux réponses, beaucoup de lecture, bien qu'étant une réponse des plus probables sur ses connaissances, la laissait dubitative, pourtant, loin d'avoir envie de chercher la chicaner, la Hyuga laissait filer le fil de leur conversation. L'air de rien. C'était d'autant plus vrai que ses réponses quasi au tac au tac avaient le don de bien divertir son esprit, assez pour passer du coq à l'âne sans nul doute. Impossible de retenir un rire quand il affirmait sa pilosité crânienne. Les hommes et la calvitie, sujet sensible même quand elle ne semblait pas les atteindre, encore du moins. Mais la légèreté de l'humeur si savamment travaillée, n'était peut-être pas faite pour durer. Le seul sourcil visible de la fille s'arquait quant aux raisons de sa présence ici, là encore, elle avait un avis bien tranché...

-Des shinobis intéressants... ? Quelle blague. Néanmoins, son pas avait ralenti, preuve qu'elle était consciente qu'il la suivait et volontaire pour qu'il continue. A moins que tu sois un seigneur prêt pour nourrir ce genre de chiens contre leurs services, crois-moi, aucun shinobis n'est intéressant.

La borgne n'était pas du genre à mâcher ses mots, elle n'avait pas les faux semblants, combien même elle savait tourner sa langue dans sa bouche parfois, question de survie, mais ici, à quoi bon. Sa tête se secouait doucement, faisant ainsi danser la fleur en tissu de son chapeau aussi précieux que ridicule. Elle l'enviait sans aucun doute quand il lui parlait de liberté et elle lui en voulait sans en avoir le droit en même temps, parfois Sana' se demandait quelle aurait été sa vie et quel genre de personne ou plutôt kunoichi, elle aurait été sans l'incident qui l'avait fait rejeter, comme il le soulignait si parfaitement. Peut-être qu'elle aurait été une fanatique encore plus insupportable qu'aujourd'hui ou alors elle aurait perduré dans son rôle de petite fille parfaite jusqu'au bout. A ce moment, la Hyuga réalisait, que quelque avait pu être l'issue, c'était toujours prisonnière d'un rôle qu'elle finissait. Au moins là, elle avait une raison valable pour blâmer sans modération.

La main sur son épaule la faisait sursauter en la sortant de ses pensées. Non pas qu'elle ne l'avait pas vraiment sentie s'approcher, mais plus qu'elle n'avait pas imaginé que le tactile s'en viendrait si vite. Néanmoins, curiosité ou folie obligeaient, Sana' s'était laissé faire quand il avait parcouru la longueur de son bras, avant de capturer son outil de découverte. La texture soyeuse de ses cheveux d'abord, bien plus longs, bien plus soignés que ceux de la jeune femme qui n'avait pour féminité que ses courbes au final. Le caractère cliché parfois aussi, il fallait bien que cela lui offre quelques avantages. Son premier réflexe quand il la laissait naviguer par elle-même était de rejoindre le sommet de son crâne, ton moqueur et mine espiègle, elle déclarait :

-Tu n'as effectivement pas menti, pas de calvitie, ceci dit, c'est moins dense sur les tempes...

Son sourire de carnassière s'affichait, tandis qu'elle restait concentrer sur les formes pour mieux les imaginer en glissant depuis son front pour suivre l’arrêt de son nez, évaluant ainsi forme et profondeur. Il était la clé de l'harmonie d'un fascié dans son esprit, sa peau était fine, encore dans le bel âge, pas celle d'un gamin, ça prouvait qu'il était du genre soigné. Clairement, il l'intriguait suffisamment pour qu'elle se prête au jeu.

-C'est les présentations les plus complètes qui m'ont été donné depuis bien longtemps.
Avouait-elle amusée, autant qu'intriguée. Tu peux m'appeler Sanadare. Les gens négligent souvent l’inégalité des présentations face à mon handicape. Un bon point pour toi. Qu'est-ce qui te fascine tant à observer nos pairs ? Si tu n'es pas mercenaire, oh attend, laisse moi deviner. La culture de l'esprit tout ça, tout ça. Allez viens, trouvons une place confortable pour nous installer, je jouerais les sujets d'études jusqu'à ce que cela me lasse en récompense de ton aide on dira. Rien ne pouvait être gratuit. Qu'est-ce que tu veux apprendre d'une Hyuga que tu ne sais déjà. Oui ils m'ont renié et oui, la majorité a effrayer suffisamment même les plus fidèles de mes partisans. Est-ce le genre de facette que t'enseignent tes livres ? Dans ce cas, peut-être devrais-tu m'en faire la lecture un de ces jours...


_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Lun 13 Nov 2017 - 18:42
Je vois ce qu'elle veut dire quand elle parle des shinobi qui sont loin d'être intéressant, mais elle se trompe largement sur mes intentions. En soit, ce n'est pas leur personnalité ou leurs agissements qui m'intéressent, mais bel et bien leur capacité et leur façon de s'en servir. Si j'ai décidé de prendre la route, tout seul, c'est bien parce que je ne suis pas forcément doué pour m'entendre avec mes confrères et encore moins pour les aider. Ce qui m'étonnes le plus c'est de voir une shinobi d'un village autant détester les siens, ce que lui ont fait les Hyûga devait être véritablement atroce, je n'aimerais pas être à sa place. Je remercie encore et toujours mes parents d'avoir fait le choix de ne pas suivre notre clan au Pays de la Foudre, grâce à eux, je suis libre de faire ce que je souhaite aujourd'hui et si ça se trouve, la jeune femme devant moi aurait encore la vue, serait quelqu'un de plus optimiste.

- Tu te méprends petite, la seule chose intéressante chez eux... C'est leur capacité, le chakra.

Je n'ai aucune raison particulière de lui avouer ça, mais à vrai dire je ne veux pas qu'elle me voit comme tous les autres qu'elle déteste. Je suis loin d'être un shinobi commun et je veux qu'elle puisse s'en rendre compte. Je dois avouer que je suis quelqu'un de très solitaire et quand je vois une jolie jeune femme aux formes courbées, je ne peux m'empêcher de montrer que le bien de moi. Je suis un ninja, mais je reste un homme finalement, je peux facilement perdre mes moyens devant une femme plaisante à regarder.

Cela dit, je ne veux pas brusquer les choses, à vrai dire je ne pense pas vraiment à pouvoir la séduire, mais disons que je m'empêcherais pas d'essayer. Je suis heureux de voir qu'elle se laisse faire et décide de parcourir ma chevelure et mon visage entièrement avec sa main. J'ai décidé de très vite créer un contact à cause de son manque de vue et je suis réellement content de voir qu'elle est très réceptive et même que ça lui plaît. Enfin je pense, je pense que ça lui plaît car elle ne peut pas s'empêcher de me faire une blague sur mes cheveux qui me fait doucement rigoler. Je suis en train de me dire qu'elle est une saloperie quand elle finit de m'identifier pour reprendre la parole.

Elle enchaîne les paroles, c'est agréable de la voir si contente de ma façon de faire et de voir qu'elle me porte un minimum d'intérêts. Elle propose même qu'on se trouve un endroit plus agréable où se poser pour discuter plus profondément de nous. C'est pour ça, qu'à la fin de ces mots, je n'hésite pas à la prendre par la main pour choisir où nous allons aller. Chance pour elle, je connais quasiment parfaitement les alentours et je sais où je peux trouver un endroit agréable pour elle.

- Suis moi.

Je prends les commandes à partir de ce moment, même si elle est aveugle, je sais qu'elle pourra me suivre n'importe où alors je n'hésite pas à lui faire sauter d'arbre en arbre tout en gardant sa main serrer dans la mienne. Je ne voudrais pas la perdre en route quand même.

Nous finissons par arriver à côté d'une grande prairie, un gros terrain de pelouse parfaite. Au milieu, un banc, inoccupé comme toujours à cette heure-ci. Tout autour du terrain il y a que de la forêt à perte de vue. Je continu de marcher tranquillement près du banc pour laisser la belle s'installer en premier avant de m'asseoir à ses côtés.

- Bienvenue dans un de mes jardins secrets. Ici tu peux crier, tu peux faire ce que tu veux, personne ne viendra t'emmerder, j'ai cru comprendre que nos confrères te soûlaient complètement.

Je regarde le ciel, ne pouvant pas la regarder dans les yeux comme à mon habitude. Je souris, encore, sa compagnie me plaît à vrai dire. J'ai trop pris l'habitude de venir ici tout seul et je dois avouer qu'avoir une personne avec moi, pour une fois, ça fait du bien.

- Sanadare, pour tout t'avouer, si les autres shinobi m'intéressent c'est parce que je suis quelqu'un de très curieux. Ma curiosité m'a apporter une soif de connaissance très intensive et je veux voir de mes propres yeux chaque capacités différentes que le chakra peut créer. Je trouve ça fascinant de voir qu'on a tous la même essence, mais qu'on a tous des manières différentes de s'en servir, je veux comprendre comment ça fonctionne. Il y a aussi notre histoire qui m'intrigue, comment sont arrivés les premiers shinobi, quelle est l'origine de notre existence ? Pourquoi nous avons du chakra alors qu'il y a des personnes même pas capable de faire leurs lacets ?..

Grand discours, c'est plutôt rare, mais elle m'avait posé des questions intéressantes tout à l'heure et je me laisse facilement emporter quand on parle de ce sujet. Des fois j'ai même l'impression d'essayer de forcer les gens à avoir mon amour pour la connaissance.

- Les livres... J'en ai plus à part le mien, c'était dans une ancienne vie. J'en ai eu marre de ça, alors j'ai décidé d'aller voir de moi-même ce qui caractérise les clans et les shinobis. Pour ce qui est des Hyûga, je sais qu'ils sont beaucoup trop traditionnaire et abusent dans leur choix. Suffit de regarder la Bunke pour voir qu'il y a un véritable problème avec eux. De plus, j'avais seulement entendu des rumeurs sur les Hyûga qui perdent leurs yeux et je dois avouer que ma rencontre avec toi me plaît en partie pour ça. Par rapport à tes mouvements et ton instinct, je me rends bien compte que ton handicap, tu l'a bien accepter et tu as combler les trous avec une sensorialité extrêmement développée. Ton Taijutsu est également meilleur que le mien, à vrai dire si on se battait à mains nues, je perdrais certainement. En soit, le fait que tu sois une Hyûga est l'argument le moins important chez toi, tu as beaucoup plus de choses intéressantes qui te définissent que ce nom qui t'a salit...

Sanadare voulait mon avis, elle l'a eu, à elle de voir comment elle va le prendre. Je sais de mon côté que si je veux plus d'information sur les Hyûga et les Byakugan, j'irais voir ailleurs. Elle, elle m'intéresse pour ce que j'ai dit, car c'est une aveugle qui semble être une puissante shinobi au final.


Dernière édition par Nara Genkishi le Sam 25 Nov 2017 - 1:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Mar 14 Nov 2017 - 22:38
Il se décidait à jouer les chiens d'aveugles ou la canne habile, au choix, combien même la Hyuga n'en avait pas vraiment besoin, elle jouait le jeu, c'était agréable pour tout avouer de parfois se faire assister. Il fallait bien qu'elle trouve quelques avantages à sa condition. Assise, elle l'écoutait, au début sans réel intérêt, mais finalement, quelques mots clés avaient réussis à suffisamment captiver son attention. A quoi bon comprendre tout ça ? Si Sanadare admirait les gens qui pensaient, elle ne les enviait nullement, trop bien placé pour savoir que les imbéciles étaient au final les pus heureux. Peut-être que si elle arrivait à se convaincre d'en faire parti, peut-être que… Mais ce n'était pas le sujet du jour. Elle souriait, pourtant son œil restant avait envie de se noyer. Comment des mots d'un étranger lui racontant sa vie sans intérêt pour elle, pouvait lui faire cet effet là…

Parce qu'il avait vu Sanadare, pas la Hyuga, pas l'aveugle, mais la kunoichi adaptative, la gamine qui s'était acharnée quand on lui avait dit que tout était perdu valait le coup en cet instant seulement. Bizarrement, elle avait couru après cette toute petite reconnaissance là. Et personne, personne même ces plus proches n'avaient été capable de lui donner. On lui faisait ressentir ses belles courbes, ah ça, son handicape aussi, à croire que sa surface valait mieux que sa profondeur. Pourtant, la fille gardait la face, essayant de ne rien laisser paraître.

-J'aimais lire avant. Me perdre sous un arbre caché pour lire les épopées. J'arrivais à m'imaginer dans l'univers décrit par les mots et j'essayais de réfléchir à ce que moi j'aurais fait ou ce qu'il aurait fallu que je fasse.

Un petit rire, douce nostalgie. L'éducation chez les Hyuga comme dans tous les grands clans était importante, elle ne prenait pas la peine de le souligner, certaine que quelqu'un d'une telle culture le savait déjà. Bien qu'on avait jamais fini cette dernière, Sana' avait acquis nombre de connaissances, le soir elle se les remémorait parfois, parce qu'elle n'avait plus aucune chance de les rafraîchir dans le cas où elle les oublierait. L'habit ne faisait pas le moine, qui aurait cru avec son attitude grossière et impulsive que se cacher une fille de lettre…

-Le braille, tu sais, cela n'a pas le même charme. Tu as parlé d'un livre qui est tien. Peut-être que tel le troubadour, un jour, tu m'en feras la lecture. Ou alors, si mon œil peut vraiment être réparé comme certaines fées l'affirment, je me chargerais moi même d'en dévorer les lignes. Douce, douce lueur d'espoir. M'en offrirais-tu un extrait peut-être ? Peut-être que je serais de mon côté assez convaincante pour y vivre à travers quelques lignes.

Ironie, cela serait probablement la seule trace qui resterait d'elle si demain elle venait à disparaître, voilà longtemps qu'elle ne se faisait plus d'illusions, bien qu'elle refusait d'être balayé et jetant dans le néant, simplement en coupable le pas de bol.

-Si ça ne tenait qu'à moi, la Bunke serait dissoute et tous mes pairs décoraient de leurs tête sur un piquet les pourtours des murailles d'Iwa. Ou plutôt d'ici tiens. N'est-ce pas la terre qu'ils ont trahis.

Ce rire là était plus cynique tandis qu'elle prenait ses aises.

-Quelle folie, tu es peut-être le moins d'entre nous pour avoir choisi de ne pas t'y mêler. J'aurais fait comme toi si je n'avais pas cette furieuse envie de régler mes comptes, aussi futile cela puisse être.






_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 14 Nov 2017 - 23:48
Je ne sais pas vraiment si mes mots l'ont touchés ou non, mais je suis heureux de voir qu'elle ne rejette absolument pas mes mots. Elle m'écoute, ça se voit, elle ne fait pas que m'entendre comme précédemment. Cela me fait plaisir de voir qu'elle n'est pas si hautaine que ça et que je peux attirer son attention. J'ai peut-être bien choisis mes mots pour une fois et j'espère l'avoir touchée suffisamment pour qu'elle s'intéresse à moi, à notre conversation. Elle commence par se dévoiler un petit peu, avant de perdre la vue, elle passait beaucoup de temps à lire et était assez imaginative pour s'y croire réellement et vouloir changer ce qui a été transcris sur un papier. C'est beau et triste à la fois, je l'a comprends totalement, combien de fois je me suis imaginer être en face d'un des personnages d'un bouquin. Combien de fois je me suis dit, qu'en tant que Nara je pourrais vaincre un Hyûga par rapport à ce que j'ai lu. Ou alors combien de fois je me suis dit que là, en tant que Nara, je m'en serais mieux sortie que le Yuki... Bref, je suis pareil sur ça et je pense que la plupart des lecteurs le sont. Malheureusement pour elle, elle ne peut plus et j'avoue que même si je me suis habituer à écrire et non pas lire depuis un moment, je ne peux imaginer la vie sans bouquin, sans savoir.

Ensuite, elle demande que je lui fasse une chose que je n'ai jamais fait pour personne jusqu'à maintenant. Elle veut que je lui lise une partie de mon livre, peut-être pas là maintenant, mais un jour peut-être. Je dois avouer qu'elle me touche beaucoup cette petite, je n'arrive pas à m'imaginer à sa place, je l'avoue. C'est pour ça qu'en plus de me toucher, elle m'impressionne par sa force. Les gens doivent avoir pitié d'elle, doivent la voir comme une personne faible et malheureuse, mais tout ce que je vois moi, c'est une jeune femme bien plus puissante que n'importe qui, bien plus résistante que la plupart de ses confrères. Si certaines personnes peuvent avoir pitié d'elle, moi j'ai de l'estime pour elle et j'aimerais pouvoir me dire que je suis aussi fort qu'elle. Je prends mon livre de ma sacoche et j'ouvre à la troisième pages.

- Quand j'écris ces mots, je pense à une femme, la plus importante de ma vie. Bien qu'elle soit plus faible que la plupart des shinobis, elle est toujours rester positive. Bien qu'elle manquait de talent par rapport à père, elle a toujours montrée plus de détermination. Bien qu'elle soit pas la plus intelligente, elle a toujours eu le meilleur raisonnement dans la famille. Bien qu'elle soit considérée comme une simple shinobi, au final, elle était ce genre de personne qui soûde une famille, une équipe voir une académie. Vous pouvez être des milliers à l'ignorer, à la sous-estimer, à mes yeux cette femme est plus forte que n'importe qui ici, malheureusement... elle n'est plus, mais elle restera à vie un exemple dans mon coeur. J'ai hérité du talent de père, mais tout le reste c'est mère qui me l'a donné et même si ce n'est pas le plus flagrant, c'est ça qui me permet de survivre sans eux. Merci maman, d'avoir été le plus bel exemple de ma vie...

Je ferme mon bouquin, la larme à l’œil.

- Si je te lis ce passage, ce n'est pas pour rien. Mon livre est loin d'être intéressant, je parle la plupart du temps des shinobi que j'ai rencontré et pour tout t'avouer, je me suis dit que tu te reconnaîtrais un peu dans ces mots.

Je ne dis rien de plus pour le moment. Je veux qu'elle comprenne par elle-même à quel point je la comparais à une femme fort. Je veux qu'elle se rende compte à quel point j'ai du respect pour elle et pas de la pitié. Je décide ensuite de revenir sur ces mots par rapports aux Hyûga, notre conversation est longue et on parle de plusieurs choses à la fois ce qui est fort agréable. Elle n'a pas tort techniquement, mais je pense qu'il y a d'autres moyens de régler le problème. Je pense que le problème peut se modifier seulement si des personnes sont capables de regrouper assez de défenseur de la Bunke pour que cela change. Quoi qu'il en soit, à sa place, je voudrais la mort d'eux tous aussi, mais pourtant je décide de faire plus adulte. Je veux plus l'aider à oublier sa soif de vengeance plutôt qu'à la réaliser. Comment faire ? Quels mots choisir ? Je ne sais pas trop, mais je dois répondre.

- Je comprends ta colère, mais je pense que tu as déjà pris ta vengeance finalement. Tu prouve chaque jour que tu n'as pas besoin de ce clan maudit pour vivre, que tu as survécu sans leur consentement et leur richesse. Tu as prouvé bien plus que la plupart d'entre eux maintenant alors je ne saurais que te conseiller de laisser couler... Tu as réussis à prendre ton envol sans eux, continue ta route sans t'en préoccuper plutôt que t'y intéresser.

Je ne peux que dire ça, je ne peux rien dire de plus sans en venir à lui proposer mon aide pour aller planter la tête de certains Hyûga sur des piquets. L'envie de violence monte en moi, je ressens l'envie d'aller tuer certains d'entre eux qui l'ont rejetés alors j'essaye de me contenir. Je respire assez fortement puis je prends mon bouquin, page 5... Je me calme, je respire de nouveau normalement et mon attention reviens totalement à la jeune femme.


Dernière édition par Nara Genkishi le Sam 25 Nov 2017 - 1:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Sam 18 Nov 2017 - 15:57
Elle avait écouté attentive les mots formant les phrases au sens franches, c'était ainsi qu'en plus de la véracité du vécu du récit, elle avait pu capté dans l’intonation de sa narration, les sentiments qui s'étaient couché sur ce papier. Sanadare n'avait jamais eu aucun talent pour écrire, mais elle avait toujours été un esprit réceptif à l'âme d'un écrit. C'était beau, mais ça la rendait triste, de la même façon que cela réchauffait aussi son cœur. Une bataille inégale, sans plus aucun généraux pour mener les troupes, le genre qui régnait en elle depuis près d'une décennie, le genre qui ne semblait possible à arrêter avant que tous les protagonistes meurent jusqu’au dernier.

-Que sais-tu de mes intérêts. Lui glissait-elle très vite comme une attaque tranchante à ses propos, mais il n'en était rien pourtant. Elle avait croisé ses jambes et ses bras, calé son dos contre le dossier inconfortable du banc, mais elle était pourtant bien, même incapable de voir le décor. Je suis une créature de fait, combien bien j'ai su apprendre à rêver. Elle lui esquissait un sourire, espérant qu'il comprendrait où elle voulait en venir. Ce ne sont ni les épopées que je ne vivrais jamais, ni les inventions transcendantes qui m'intéresse. A la base, les livres étaient fait pour nous enseigner, transmettre indéfiniment les mots de ceux qui ne pourraient être éternel. J'imagine parfois qu'ils ont existé le jour, où il n'y a plus eu personne pour offrir l'oreille assez attentive au conteur. Mais elle, elle était là.

Voilà qui définissait bien le monde actuel, tel qu'elle le voyait, égoïste, amer et froid, pas corrompu jusqu'à la dernière souche, ça n'a. Aussi noire et ténébreuse était la vision de l'aveugle, elle pouvait encore obliger son esprit à créer cette lumière artificielle appelée l'espoir.

- A quoi me servent mes preuves et mes victoires si je suis la seule à les connaître. A quoi me sert la force et la reconnaissance de mes efforts si en définitive, rien n'a changé dans ma vie. Qu'importe que je sois mieux ou moins bien qu'eux, ils dansent toujours sur la scène de leur vie, effaçant mon ombre d'un projecteur trop vif tiré dans le sens qui les arrange.

Cela ne lui suffirait pas, cela ne lui suffirait jamais, mais au fond d'elle, la Hyuga savait à quel point il avait raison, peut-être que si on le lui avait répété plus souvent, bien avant que la graine de corrosion s'installe, peut-être alors que... Mais aujourd'hui il était trop tard.

-Tu sais, j'ai toujours imaginé que ceux qui écrivaient, étaient des âmes aussi altruistes que torturées. Eux coincés dans leur impasse vie, n'ayant pour autre choix de la subir, mais qui au lieu de se résigner, couchaient sur des lignes la tragédie, les avenants de leur condition, les choix et les erreurs, des solutions trouvées ou non. Un moins d'aiguiller pour que les malchanceux semblables puissent donner une fin différente à l'ouvrage. Une fin heureuse par procuration.
Elle riait doucement, bien qu'il était las. Est-ce que je serais ce genre d'héroïne couchée sur le papier ? Il n'y aura pas de fait exceptionnel gommant toute l'ombre de ma vie pour rentrer dans une légende et personne n'écrit de bien mignonne histoire, hormis pour les enfants.

Sa main glissait au dessus de celle de l'écrivain dont elle sentait le tourment soudain bouillonné comme un volcan tassé depuis longtemps dans sa sérénité. Un petit tapotement amical s'appliquait dessus, avant de se poser fixement.

-Quel genre d'histoire je pourrais te faire écrire ?
Ce qui la ramenait à une autre vérité. L'écrivain n'était-il pas maître de la trame. Le journaliste n'en est que le spectateur. Alors qui de toi ou de moi l'écrira. Son regard vide se tournait vers lui. Quel genre d'éditeur resteras-tu. Voilà toute l'histoire de ta vie couplée à la mienne. S'amusait-elle de sa synthèse oh combien un tantinet philosophique.

Elle était une alcoolique notoire, une femme de mauvaise vie, des manières coupées au couteau là plupart du temps, alors qu'à l'origine, elle avait été tout le contraire. Qui pouvait se vanter de connaître réellement Sanadare Hyuga, même pas elle. Depuis des années elle s'était perdue.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Sam 18 Nov 2017 - 21:09
Elle semble avoir aimé ce que je lui ai lu et je dois avouer que cela me fait plaisir. J'ai choisi particulièrement ce passage car c'est un de mes textes favoris et puis ça parle d'une femme beaucoup plus forte qu'elle en avait l'air. Ça parle d'une femme qui malgré les apparences, tenait l'arrière boutique. Je sens que la femme que j'ai à mes côtés aujourd'hui est une femme sous-estimée, est une femme qu'on ne voit que comme une aveugle, alors que moi c'est tout le reste que je perçois chez elle. Bien qu'elle n'a plus de vue, elle semble bien mieux voir que moi, bien qu'elle soit aveugle, elle se bat beaucoup mieux que moi. C'est le genre d'exemple à donner aux gens qui abandonnes vite, très vite et c'est pour ça que de mon côté, je ne laisse jamais tomber. Je tiens toutes mes promesses et je donnerais mon dernier souffle pour accomplir mes droits et mes envies.

- Rien ? Je ne sais rien de tes intérêts, mais si je t'ai lu ces mots, c'est parce que tu me fais penser à elle.

J'aurais pu continuer l'explication, mais je sais qu'elle n'est pas stupide et qu'elle a très bien compris mon sous-entendu. Sanadare, tu es une femme incroyable en tant que shinobi, alors j'espère qu'en tant que personne tu ne me décevras pas. Ce n'est pas le tout d'être doué dans un art, ce qui compte le plus c'est ce qu'on est au fond de nous et j'espère qu'en apprenant à la connaitre, je continuerais d'être émerveillé par elle.

- Dans mon livre, il n'y a que du vécu, que mon passé. Aucune invention, aucune information inutile. Ce livre est la chose la plus précieuse de ma vie.

Je regarde devant moi, la forêt qui est de plus en plus sombre puis je lève les yeux au ciel, regardant le ciel qui commence à briller grâce aux étoiles. Je comprends ce qu'elle veut dire quand elle parle des Hyûga, je peux totalement la comprendre. Je suis triste pour elle, mais à sa place je ferais la même chose, pire, j'agirais en conséquence. Je serais d'ailleurs très certainement mort, mais j'aurais au moins tué la principale personne concernée. C'est pour ça que nous changeons vite de sujet, car finalement, je n'ai plus rien à lui dire par rapport à ça. C'est son combat et il ne vaut mieux pas que je m'en mêle, sinon je deviendrais le criminel numéro 1 d'Iwa, je deviendrais la cible à abattre.

C'est pour ça que mon sang bouillonne et c'est à ce moment même que l'aveugle aide à me calmer. Elle avait sans doute senti ma colère montée et elle me tapote la main, avant de poser la sienne complètement contre elle. Elle a sentie que j'avais mon livre, page 5, une page spéciale à mes yeux. Il y a, à cet endroit, trois lignes qui ont été écrites par mon père, ces trois lignes m'aident à me calmer quand j'en ai besoin, envie. Sauf que cette fois, je n'ai pas eu besoin de tout lire, la jolie Hyûga a regagné mon attention en voulant me faire écrire des choses.

- Si je devais écrire une histoire sur toi, je commencerais par parlé d'une femme qui n'a pas froid aux yeux. Je te décrirais physiquement avant de parler de ta mentalité et c'est seulement à la fin de tout ça que je finirais par dire, en dernière phrase. "Cette femme, est aveugle." Car si un jour quelqu'un lit mon livre, je veux que cette personne comprenne que nous n'avons pas besoin d'être complet, d'être parfait pour accomplir des choses dans la vie. Alors oui, tu seras celle qui écrira ces mots car tu es celle qui décidera de ce que tu me dévoileras ou non. Pour l'instant, je ne peux que décrire la belle jeune femme que tu es, ainsi que tes talents de shinobi, mais pour ce qui est de ta mentalité, j'attends de voir la suite. Je ne pense pas être déçu, je pense même que cela te fait du bien, de pouvoir la réelle Sanadare et non pas la ninja d'Iwa.

Je prends la main de Sanadare qui était sur la mienne et je prends une plume que je lui mets en main. Je viens doucement poser la pointe sur une page du livre, la 208. Délicatement, je la pousse à écrire Sanadare tout en haut de la page, je la pousse dans le sens je l'aide à être droite, à ne pas déraper.

- Tu auras même écrit la première ligne comme ça.

Je reprends la plume que je range dans ma besace. Je pose la main de la belle sur la mienne, paume contre paume et avec mon autre main je viens lui caresser délicatement le dos de la sienne.

- Je te fais la promesse, que quand j'aurais finis tout ce que j'aurais écris sur toi, je t'enverrais une copie à Iwa. Quelqu'un en qui tu as confiance pourra te la lire ?

Cette femme semblait tout aussi sensible à notre rencontre, je ne sais pas pourquoi, mais je la sens bien cette petite. Je sens au fond de moi que je vais bien m'entendre avec elle, que finalement nous nous comprenons. Sa philosophie, son amour pour les livres et comment elle les décrits... Elle a tout du genre de femme que j'aime et je dois avouer que je suis étonné, d'être si intrigué par une personne.


Dernière édition par Nara Genkishi le Sam 25 Nov 2017 - 1:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Mar 21 Nov 2017 - 18:16
-Tu ferais une bien belle erreur en faisant cela. Lui avouait-elle tandis qu'il lui parlait de ce qu'il pourrait écrire à son encontre, se jouant du mot de la beauté et de l'expression. Tout le charme de l'héroïne est le fantasme qu'elle est capable de générer en chacun de nous, un lecteur qui se l'imagine à son image ou comme elle devrait être à ses yeux. Son pied se balança. Au final, quel meilleur hommage pour un aveugle que de garder le néant sur son apparence qu'il ne peut lui même plus délecter.

Quant à la suite, ça lui demandait une petite réflexion, peut-être aurait-elle pu lu avouer qu'elle ne ferait jamais assez confiance à qui que ce soit pour lui lire son ouvrage hormis lui. Ou bien alors, devait-elle le récompenser de sa clairvoyance à son encontre. Mutine expression, rictus taquin aux coins des lèvres.

-Apprends le braille plutôt. Lui exigeait-elle presque comme un caprice d'enfant, en tout cas cela en avait l'air, mais la vérité était toute autre. Le temps où je me laissais assister est passé.

N'avait-elle après tout pas dégager sa main, sans hostilité pour autant, au moment où il lui avait proposé de poser un écrit. Elle était aveugle certes, mais ça voulait juste dire, qu'elle ne voyait comme lui, la kunoichi surplombé la belle créature qu'il lui décrivait, et elle le lui prouvait avec des dons poussés de sensorialité. Ce radar sonique qui savait tout le retranscrire.

-En vrai, je n'ai pas été tout à fait franche, ni honnête avec toi. Lui faisait-elle en tournant la page qui le tiraillait peu avant.

Sa tête était droite, comme si elle fixait l'horizon, pourtant, dans un murmure, elle lui citait le passage des écrits sacrés qu'il ne lui avait pas lu. Sans jamais avoir au final regardé la page. Elle ne le pouvait pas. Comment ? Eh bien, l’apitoiement étant hors nature pour cette femme, elle avait tourné la situation dans tous les sens, cherchant le plan B, puis C jusqu'à Z. Beaucoup de temps, mais elle avait appris que concentration et sérénité, analyse et contenance seraient à jamais de meilleurs alliés et puissance que celle envolée avec ses yeux. Son statut de Hyuga, de princesse parfaite à déchue qui voyait par ondulation de chakra, lui dévoilant à mesure de l'intensité qu'elle y portait, le plus infime pore de la peau. C'était une affaire de canalisation et concentration dont elle lui expliqua le procédé longuement, avec le plus de détails qu'elle en avait retenu en le mettant au point. Peut-être qu'elle n'était pas claire, peut-être que si, peut-être aussi que ce n'était pas avisé de partager ainsi un si doux avantage impossible à soupçonné, mais elle lui confiait à la suite.

-J'ai toujours pensé que le savoir revient au sage, et que le sage est celui qui n'est pas acharné à tout posséder jalousement. Son buste se courbait, les fesses au bord du précipice maintenant qu'elle avait jeté sa tête en arrière pour la poser sur le bord du siège. J'aurais aimé qu'on m'apprenne à le faire, sans rien me demander en retour, peut-être que mon cœur ne se serait pas aussi corrompu par l'obscurité.

Ses doigts glissaient, offrant une écriture fluide et courbée, suivant une ligne droite, encore une fois, l'aveuglement était un mot à son statut, pas une fatalité dont elle n'avait pas su se défaire. Puisqu'il lui avait offert la première ligne, la première phrase, elle avait pris le temps nécessaire pour y réfléchir, comblant le vide dans leur échange vocal.

- Éclat immaculé, consumé presque jusqu'à sa fin, mais pas éteint, dansant avec les ombres pour se jouer du monde ténébreux, illusionniste, ou réaliste -

Elle concluait le vers par un kanji semblant erroné, absent des apprentissages, c'était normal, elle l'avait inventé, pour désigner une nouvelle vue, celle que beaucoup n'approcheraient jamais parce que leurs yeux continuaient de les guider.

-Voilà un exercice pour toi aussi. Trouves ce qu'il signifie et si tu es intéressé, je t'offrirais encore quelques pages, si tu me donnes de quoi me rappeler de notre chemin commun. Je sais pourquoi tu es ici, d'où tu viens, mais où est-ce que tu iras après ça ?

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 21 Nov 2017 - 20:14
Je réfléchis à ces mots et je vois ce qu'elle veut dire. Il faudrait que je cache totalement son handicape pour laisser le lecteur s'imaginer à la place de cette femme. J'avoue que je comprends ce qu'elle veut dire, mais dans ce cas... Autant parler de n'importe qui dans ce genre là, non, moi je veux graver sur les écrits de mon livre la description entière de cette Iwajin qui m'impressionne de plus en plus. J'avoue que je commence à m'évader très rapidement sur ce que je pourrais écrire pour elle, mais elle finit par reprendre mon attention avec une de ces fameuses blagues. Apprendre le braille ? Pourquoi pas, après tout le jour où je tomberais sur un parchemin en braille et unique comment je ferais ? En soit, elle me donnait deux raisons de le faire, la satisfaire puis améliorer encore mes connaissances.

- Ce n'est pas bête, merci pour l'idée, je n'y avais jamais pensé.

Elle ne disait peut-être pas sérieusement, mais en tout cas moi c'est sûr que je le ferais et je lui enverrais une copie en braille. Elle sera heureuse de voir que je suis sérieux quand je dis ça, quand je discute avec elle. Je ne sais pas pourquoi, j'ai envie de lui tendre la main, je crois qu'elle me fait de plus en plus penser à ma mère par son attitude et sa vision du monde. Je tiens ma soif de connaissance de mes deux parents et j'avoue être heureux de rencontrer une femme qui aime lire.

Une nouvelle fois, alors que je réfléchis plus que je ne parle, elle recommence par m'impressionner tout en avouant qu'elle n'avait pas encore tout dévoilée sur son manque de vue. Je trouve même qu'elle avait réellement totalement comblé son handicap. Elle arrive à lire, sans voir, des passages de mon livre. Elle m'explique toute sa façon de faire et j'avoue que je suis un peu perdu. Je pense que je comprendrais bien mieux si... je n'avais pas mes yeux. Alors je les ferme, essayant de mieux rentrer dans l'ambiance et j'essaye, encore, mais je pense que cela me demanderait bien plus de temps pour réussir un tel exploit.

Je ne sais pas quoi dire et j'avoue que je suis heureux de voir qu'elle prendre les devants, qu'elle ne me laisse pas dans ma surprise. Elle rentre dans un sujet qui est bien plus le mien, la sagesse et le connaissance. J'avoue, je ne peux pas m'empêcher de me voir quand elle décrit sa vision du savoir et du sage. Alors, peut-être que je m'approches de plus en plus de de cette image du sage, mais j'avoue que je connais que trop bien mes défauts pour savoir que c'est loin d'être le cas.

- Malheureusement, ça s'apprend tout seul ce genre de chose... Peu importe à quel point tu peux être sombre au fond de toi, peu importe le sang sur tes mains, tu auras toujours la possibilité de devenir quelque de sage. Je ne sais que trop bien que la lumière vaincra toujours sur les ombres.

Ma dernière phrase, elle semble simplement une histoire de physique et naturelle, mais pour moi elle signifie bien plus que ça. Je ne lui en dirais pas plus car pour l'instant elle ne peut absolument pas se douter de mon sous-entendu. C'était fait exprès, je veux lui laisser des indices sur mon secret, je veux qu'elle le comprenne elle-même. Un jeu commence ? Oui certainement, mais je ne lui dirais jamais, car si elle veut connaitre une chose que je ne dis à quasiment personne, elle va devoir s'intéresser autant à moi que moi je ne le fait pour elle.

C'est ensuite que je la regarde écrire une phrase, lourde de sens. Je souris, elle venait de faire une sorte de dessin, ce qui ressemblerait à un Kanji, mais que je n'avais jamais vu jusqu'à aujourd'hui. Elle m'explique qu'elle vient de me donner un jeu, elle aussi, décidément nous sommes sur la même longueur d'onde. Nous avons des règles différentes, une façon de faire différente, mais nous avons la même manière de faire.

- Où je vais après ? Je n'en sais rien, pour le moment, j'ai envie de parcourir le monde entier. Malheureusement, beaucoup de choses me retiennent ici et je dois finir ce que je veux avant de continuer ma visite d'autres Pays. Sache que l'ironie du sort fait qu'après Hi, je viens à Tsuchi et je promets de passer te voir.

Je pose ma main sur la joue de la jeune en la caressant délicatement. Je sais qu'elle me voit, à sa manière, mais je sais aussi que le tactile reste une chose importante chez les aveugles. Alors en plus de ma voix tendre, ma promesse et mes yeux qui la regarde sans sourciller, je lui montre mon affection avec un toucher, une caresse. Cette femme me plaît, définitivement, mais pourtant je me retiens, je me retiens de l'embrasser. Je ne veux pas gâcher cette soirée, cette nuit avec elle.

Je reprends dans mes mains mon livre avant de le regarder encore, plus longuement. Ce kanji, que veut-il pouvoir dire ? Après tout, ce serait un dessin unique et donc qui ne représenterait une chose qui lui ai importante. Sauf que, si elle voulait décrire quelque chose elle aurait utilisé le bon terme, donc soit c'est un message codé soit c'est totalement inventé sur une chose inventée. Difficile à dire, pour le moment, mais j'espère trouver la solution avant qu'elle ne comprenne que je suis un Nara, je veux gagner la course.


Dernière édition par Nara Genkishi le Sam 25 Nov 2017 - 1:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Mer 22 Nov 2017 - 2:31
Il lui répondait ce qu'elle espérait entendre, puis elle acquiesçait d'un son sorti du cœur, joviale et frais, comme cette nuit. Puis elle soufflait pour échapper la brume d'entre ses lèvres comme si c'était celle de son esprit. La clairvoyance avait bien des formes.

-J'imagine que ce n'est pas quelque chose qu'on est apte à apprendre à moins que la nécessité soit réelle. C'est peut-être même mieux comme ça.
Concluait-elle sur son jutsu particulier.

Il lui caressa la joue depuis l'étrange position qu'elle avait adopté, elle pouvait bien ressentir à ce moment-là toute la solitude qui semblait se dégager dans son mouvement-la sienne, comme si il prenait de façon ridicule le temps. Histoire de prolonger de façon irraisonnable. Cela aurait presque pu être offensant pour son statut d'aveugle, comme une boutade d'un touché à celle qui n'était censé voir que par son biais. Alors elle lui offrait une courbe de plus à surmonter et dégringoler dans le rebondi née de son sourire satisfait.

-Oh bien, on ira boire et plus si affinité !
Commençait-elle dans le manque de retenu la caractérisant.

C'était difficile de savoir quand Sanadare Hyuga était sérieuse ou non, cette faculté à rire au nez de ses ennemis, de ses amis et à la fois de leur déferler la véracité, sans jamais que ne lui en soit tenu rigueur. 'fin, ses ennemis finiraient morts, puis ses amis elle n'en avait pas suffisamment pour se faire du coup... Petit pensée pour elle-même en souriant, de ses 'connaissances' étaient plus approprié. Si la Hyuga savait inonder l'espace de sa présence, elle n'arrivait pratiquement jamais à considérer ses pairs. Un problème d'ego ou quelque chose plus grave encore, des murailles d'un cœur encore trop effrité pour prendre le risque d'une secousse qui les écrouleraient.

Elle se plaignait que ça manquait d'alcool, peu importe ce qu'il en pense, pas de jeu de séduction ce soir, ceux dont elle avait le secret à Iwa et ailleurs pour poser son venin tel un serpent paralysant sa proie peu à peu pour pouvoir la gober entière sans qu'il ne bronche. Des fois ses proies chantaient encore pour elle quand ses lèvres se refermaient pour étouffer le son . Si ces pensées étaient si amère dans un endroit si serein, c'était que le bruit des feuilles dansant au vent et le manteau des arbres l'avaient toujours mise mal à l'aise. Le genre de décor qui hante ses rêves, ou plutôt ses cauchemars. Parfois dans l'un d'entre eux, elle pensait reconnaître des mots, mais une douleur sans précédent dans sa mémoire l'empêchait de se concentrer suffisamment pour les comprendre. La dernière image gravée dans son esprit était l'expression dure et pathétique à la fois de son géniteur, comme ci tout ce qui avait défilé après cela sous son regard avait déjà cessé d'être perceptible.  Le même qu'elle portait sur le monde et les gens aujourd'hui, le miroir de sa vérité à elle.

-Est-ce que...
Hésitait-elle. Ça te fait du bien d'écrire tout ça ?

Elle se doutait bien qu'il ne s'agissait pas là de postérité, il n'avait pas les airs orgueilleux à l’excès qu'elle côtoyait trop souvent. Alors c'était la seule explication qui lui venait à l'esprit, comme elle qui récitait à l'infini la nuit au lieu de dormir tout ce qu'elle ne voulait pas oublier, y compris ceux qui l'avaient trahis. Toute la fierté et la colère du monde n'aurait pu effacer les bras protecteurs et correcteurs de son père, la beauté chatoyante, malicieuse et affectueuse de sa mère qu'elle aurait voulu approché du bout des doigts adulte. Les coups de bâtons de son grand-père sur sa tête quand elle était dissipé, puis à l'inverse les surprises qu'il lui laissait découvrir sous un oreiller. Glissés la nuit pour la faire sourire des matins dont elle ne voulait pas se lever. Sa grand-mère coiffait ses cheveux lui racontant milles histoires et avec ses cousins elle chahutait. Takashi fidèle comme son ombre, plus réconfortant et irradiant que n'importe quel feu, prêt à la porter au sommet de la plus hautes des montagnes si ça plairait.

Presque sans sa vue, elle aurait pu croire se réveiller du cauchemar dans lequel elle était prisonnière, d'un revers de sa main venu l'en extirper en caressant sa joue. Mais ce n'était pas lui, aussi tenace fut l'illusion, elle ne dura qu'un instant dans lequel subitement ils lui manquaient tous autant qu'ils étaient, peu importe tout ce qu'elle avait à leur reprocher. Son sourire était nostalgique, son cœur effondrait. Elle laissait couler une perle salée du côté où il ne pouvait pas la voir, l'autre œil n'avait plus de vie depuis longtemps. Pourquoi maintenant et pourquoi pas en fait. Sa vie si parfaite avait éclaté comme l'écran de fumée crachait de sa gorge balayée par l'arrivée de sa main quand elle s'offrait ne serait-ce qu'une seule fois, le droit de pleurer. Pour de vrai.

Son souffle se coupa parfois, fin de la farce, car si c'était la franchise qu'elle lui offrait ce soir, un récit qui se devait parfait, il devait contenir tout le torrent salé de son âme, impossible à assécher. Oh impressionnante et admirée kunoichi d'un soir, sacrée Sanadare, elle était comme tous, faiblarde et triste tard le soir. Accablée dans la boue de sa vie où elle restait embourbée, avec le besoin de son sake pour s'en sauver au moins quelques heures en détruisant le mécanisme de penser. Mais juste, elle refusait d'accepter d'y plier. Sa crise s'estompa avec un temps déconnecté.

-N'oublie pas la réalité des merveilles, leur prix, on oublie trop souvent leur poids en larmes.

Là dessus, elle se muait, laissant filer les dernières échappées oculaires qui scintillaient sous la lueur d'une lune témoin que son enfant avait grandie. Un jour, elle viendrait la décrocher, après tout, les ténèbres étaient son royaume, aucune éclipse n'était éternelle.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Jeu 23 Nov 2017 - 2:46
La femme à mes côtés est bien plus poétique, philosophe et sage que je ne le suis et elle ne semble même pas s'en rendre compte. Sanadare, tu es n'es une simple boule obscure, mais tu semble penser que tu resteras à jamais dans cette noirceur. Je ne voulais pas lui dire directement car je veux qu'elle le comprenne elle-même. Pourquoi ? Tout simplement parce que je connais sa situation et j'ai dû vaincre mon obscurité par moi-même. Je suis en perpétuel combat avec elle pour garder l'avantage car dans le fond, je sais très bien qu'elle peut reprendre le dessus très facilement. Il m'arrive toujours d'avoir des crises de nerfs et de vouloir tuer tous les gens autour de moi, mais j'essaye que ça arrive moins souvent. Ce soir par exemple, je ne ressens ni colère, ni envie de meurtre. Ce soir, je vois simplement deux kunoichi aux passés différents mais qui vivent un combat similaire. Cela se sent qu'elle croit en sa capacité à sortir des ténèbres, mais elle doit juste réussir à lâcher toutes cette colère, cette frustration. Ce soir, elle y arrive parfaitement, alors pourquoi elle ne pourrait pas le faire tous les jours ? Tout simplement parce qu'elle a trop de fierté pour se laisser aller, pour être elle-même. Peut-être un peu de peur, de se faire abandonner encore une fois et c'est pour cela qu'elle garde les gens éloignés.

- Oui, j'adore ça. En écrivant toutes mes pensées importantes, ça me permet de faire de la place dans ma mémoire pour des choses encore plus importantes. Si je devais retenir tout ce que je vois, tout ce qui m'intéresse, j'en oublierais la moitié, alors je préfère tout retranscrire là-dessus en expliquant tout dans les moindres détails. C'est pour cela Sanadare, que ton prénom, je ne l'écrirais pas.

Pas besoin de détailler plus que ça, depuis le début je fais des compliments le plus subtils possible, autant continuer sur la même directive. En soit, je les penses réellement et je dois avouer que cette balade, notre conversation lui a fait gagner une place importante dans mon esprit. C'est pour cela que je lui ai promis de revenir la voir, je veux plus souvent des discussions dans ce genre et je sens qu'avec elle, j'en aurais à chaque fois. Je pense également, au vu de ses gestes, ses mots, que elle aussi, finalement elle apprécie ma compagnie. Je ressens aussi qu'elle est sincère avec moi, elle ne semble pas du tout jouer un rôle et par rapport à tous ce qu'elle me dit d'elle, je pense qu'habituellement elle n'est pas elle-même. Je suis pareil, avec elle je suis sincère, pourtant habituellement je joues mon rôle de connard qui s'en fout. J'aurais pu juste la sauver et la laisser partir, mais pourtant mon intérêt a été gagner et je ne regrette pas du tout mon choix d'avoir suivi mon instinct.

Une larme. Une larme ? Le femme forte, que je commençais à peut-être un peu trop idéalisé finit par craquer devant moi. Je ne sais pas comment je dois le prendre réellement, mais je me sens honoré. Elle n'a pas du tout l'air du genre à être la femme qui pleure pour rien et c'est pour cela que je me rends compte de l'importance que ce liquide qui tombe de ses yeux. D'un geste de pouce j'enlève l'eau qui lui reste sur la joue après ce court moment de larmes. Je la laisse parler avant de venir la prendre dans mes bras, pas un câlin de pitié ou de réconfort, elle en a pas besoin. C'est réellement un câlin d'affection, je lui signale beaucoup moins subtilement que la femme qu'elle est devant moi est une femme intéressant. Je lui signale avec ce geste qu'elle a gagner toute ma sympathie et que d'un certain côté, je l'admire. Je sais le combat qu'elle doit faire, je sais toute la bataille qu'elle va mener et je sais qu'elle peut y arriver seule, mais je serais toujours prêt à lui donner des petits coups de pouce si elle en a besoin. Je l'aiderais du mieux que je peux à gravir toutes les marches d'un escalier profondément enfouit dans les ténèbres. L'obscurité c'est mon domaine, mon monde et c'est grâce à cela que je peux l'aider.

Je décroise petit à petit mes bras d'elle tout en éloignant mon torse du sien. Je la regarde dans son œil qui a pleuré pour voir qu'elle a bien stoppé ses larmes, je lui essuie le peu de larme qui lui reste sur la joue avant de venir poser délicatement mes lèvres sont les siennes. Un doux baiser, je ne vais pas plus loin. Encore une autre marque d'affection, mais je ne veux pas profiter de la fragilité qu'elle a actuellement pour la séduire. Non, je ne suis pas ce genre d'homme, mais je m'installe bien contre le fond du banc pour la laisser se reposer la tête contre moi et non pas contre le banc.

- Sache que si tu as besoin de parler, besoin de quelqu'un pour t'aider à surmonter tes colères et ta descente aux enfers, compte sur moi. Sache que je suis revenu de loin, j'ai fais des ténèbres mon allier et je sais comment t'aider à te contenir, à calmer tes frustrations.

Même si elle l'avait certainement compris, je voulais que ce soit dit, qu'elle entende mon soutien de ma propre voix. Des fois les énigmes c'est très bien, mais pour cette chose, je voulais que ce soit dit. Je pense qu'elle prendra beaucoup plus en considération mon aide et mes conseils plutôt que ceux de quelqu'un ne connaissant pas réellement ce monde. C'est comme les drogués, rien de mieux qu'un ancien toxicomane pour leur apprendre à arrêter, pour les soutenir dans un combat difficile. Je veux être ce parrain, celui qui sauras trouver les mots pour qu'elle se sente mieux, pour qu'elle se calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Affaire d'ombres - Genkishi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: