Partagez | 

On dit que les coïncidences n'existent pas. [Shiori]


Sam 4 Nov 2017 - 2:59

C'était devant les portes de cette grande bâtisse qu'on avait dirigé cette étrangère venue de loin pour ce qu'elle recherchait pour l'heure. Après avoir croisé sa vivace cousine Hoshiyo, Rima n'avait pas prit plus de temps après l'avoir laissé. Elle lui avait certifié la présence d'une personne que la femme souhaitait retrouver. Chaque minute qui s'écoulait, s'écrasait un peu plus sur une charge de culpabilité mélangée à l'excitation. S'ils se trouvaient avant ? Pleine d'interrogation, c'était cependant avec sérénité que la grande femme faisait face de tout son long à ce qui était ici nommé le Grand Dojo.

L'hésitation était presque palpable, environnante, elle se souvint alors d'une information capitale quant au lieu qu'elle voulait pénétrer, pourtant encore plantée devant comme un piquet. Le grand Dojo était dit appartenance d'un clan fondateur, les Sabreurs. Si jamais elle n'avait connu ces derniers, elle en savait bien plus qu'elle n'osait le dire. Tous les contes qui avaient bercé son adolescence alors qu'elle survivait sur les terres de l'eau. Ce qu'elle connaissait elle l'avait appris par l'un de ceux-ci : Kaguya Hanzô, dit le Torrent. Bretteur de talent, elle l'avait quitté, ignorant la vérité, et avait repris son envol vers son pays natal. Alors qu'il était probablement revenu, cela signifiait bien des choses pour la Meikyû qui déposa, à peine d'un effleurement, sa main sur la surface de cette épaisse porte atypique. Il avait accompli son destin, alors seulement il était prêt. Prêt à entendre l'évangile, l'existence de son fils.

Rima poussa de toutes ses forces les accablants battants du dojo. Elle en traversa le seuil dans le même temps, y ayant mis un poids considérable pour ne pas faillir. La réputation de ce lieu n'était donc pas à prouver, et la belle n'était pas du genre à travailler sa musculature. Elle avait eu bien autre chose à exercer, et la marque qui trônait sur son front, juste au dessus de la linéarité de ses grands yeux bleus, en témoignait. Elle commença pourtant par laisser traîner ses pupilles azures autour d'elle, sur cette cour verdoyante. C'était bien là une ambiance que la Kazejin de naissance n'avait jamais véritablement côtoyé. Elle qui avait connu pour la bonne moitié de sa vie que sable fin, chaleur si brûlante que la pluie ne tombait pas, alors difficile d'en faire un lieu propice pour la flore. Tout était si différent en ce pays, et même à l'instar d'une époque où le chaos régnait et où elle s'efforçait d'être le soutien d'un petit frère trop jeune et d'un autre jeune garçon.

« Il y a quelqu'un ? » Elle venait de passer une autre porte tandis qu'elle s'était exprimée d'une bien faible voix comparé à tous ces râles qui résonnaient. C'était un capharnaüm, et pourtant une ode à l'entraînement et au savoir à l'épée. La question de l'immaculée perdait tout son sens. Mais dans toute cette odeur de sueur et d'effort, une seule persistait encore : Comment ferait-elle pour trouver celui qu'elle cherchait. Ou au moins quelqu'un qui pourrait la renseigner, elle la parfaite étrangère que personne ne pourrait reconnaître car personne ne la connaissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1587-meikyu-rima-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u341

Sam 4 Nov 2017 - 16:18
« Watanabe-Dono, il y a quelqu’un qui cherche probablement un sabreur à l’entrée. »

Jouant de mon équilibre pour faire volte-face. Je fixe le shinobi qui vient de venir me déranger dans mon entraînement avec Dokuyaku pour m’annoncer cela. « Et je suppose que je suis la seule des six présentes ? » Soufflais-je doucement, connaissant hélas, déjà la réponse. C’était toujours pour ma pomme les nouvelles arrivées. A croire que tous les gens extérieurs au dojo se donnaient le mot pour venir quand j’étais la seule représentante des épéistes dans la bâtisse. « Très bien, j’arrive. » Murmurais-je, quand même agacée par cela. J’aurais aimé pouvoir continuer mon entrainement. J’ai ce besoin, de chercher encore et encore à me dépasser, à m’élever comme dirait Kazuya. D’ailleurs, je cherche à réellement analyser et prendre conscience de ces paroles qu’il a eu à mon encontre. Salvatrices ou bien destructrices, j’ignore encore le but des paroles de l’ancien pirate quand il on s’est rencontré…

Attrapant ma serviette laissée sur le côté, je m’éponge le front tout en marchant en direction de l’entrée. Laissant rapidement le tissu choir sur mes épaules pour chercher cette nouvelle personne… Et comment dire, qu’une fois en vue, on ne peut pas la louper. Haute perchée, pire qu’un piquet tenant un mannequin d’entraînement… De loin, ainsi, pendant un instant, je me demande si elle ne serait pas plus grand qu’Hanzõ, chose qui serait assez amusante dans un sens, mais dont je doute, parce que pour être haut perché, lui, il l’est et pas que physiquement parlant… Non, je ne me permets pas de le traiter réellement de fou, je sais bien qu’entre nous deux, c’est moi la cinglée. Disons juste que c’est un peu humoristique ?

M’approchant donc de la femme élancée à la chevelure immaculée, je cesse de la détailler, pour ne pas me montrer impolie. Je sais à quel point c’est agaçant d’être vue comme une chose étrange et je ne compte pas donner cette impression à la femme qui se tient en face de moi. Même si j’avoue qu’elle est assez… Spectaculaire. Entre sa taille, qui me force à relever la tête pour regarder son visage, sa couleur de peau halée, en passant par sa chevelure lactée… Elle est intrigante pour ne pas dire fascinante. Et là, blonde et petite, je me sens d’un banal ennui. Enfin, ce n’est pas comme si je m’étais un jour considéré comme appréciable physiquement… Surtout en vue de ce qu’Eiichiro m’a fait subir… En fait, la présence de cette femme tend réellement à renforcer mon manque d’estime pour moi-même, à détruire le reste de confiance et d’acceptation de mon corps… C’est désagréable, mais je ne dirais rien et ne montrerait rien de cela.

« Bonjour, je suis Watanabe Shiori, membre de la confrérie des sabreurs. Que puis-je pour vous ? » Me présentais-je alors rapidement en demandant tout aussi tôt, ce que je peux faire pour l’aider. Après tout, on ne vient jamais ici sans raison. Désir d’entraînement ? Questions sur nous, les sabreurs ou bien d’autre chose plus ou moins obscurs. Avec Noah par exemple, on avait parlé de ses projets futurs, je l’avais écouté d’une oreille attentive. Avec Meiji, j’avais répondu à ces questions sur l’actualité Kirijins. Des conversations souvent riches, mais surtout variées. Alors, oui, j’avoue être un peu, beaucoup même, de savoir ce qu’une telle femme, fatale ?! , peut bien vouloir en ces lieux.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

On dit que les coïncidences n'existent pas. [Shiori]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: