Derniers sujets
Partagez | 

Aux eaux troubles [PV Chogen]


Dim 5 Nov 2017 - 23:36

AUX EAUX TROUBLES

FEAT CHOGEN


    Coup de vent glacé, éternel partenaire de danse ; jouant des volutes, des mèches, des duvets. La peau de louve qui te recouvre ne suffit pas à te protéger de ses dents de givre. Un ultime frisson mord ton dos, comme amusé de faire réagir ton corps tout entier. A ce désespoir, à cette fatigue. Une migraine d’alliance avec un temps capricieux te force à recouvrir tes yeux d’une paume lasse. Cette gestion d’urgence avait puisé toute la patience qu’il te restait. Désarroi de l’un, impertinence de l’autre. Ce monde était compliqué, bien trop pour toi. Quand un espoir naissait, une ombre s’en extirpait dans l’instant, créant une boucle infinie de vermeil et de charbon. La paix n’existait ni ici ni ailleurs. Il n’y avait que des degrés d’accalmie, des cycles à interpréter. Cette ronde menée par la demande d’asile clamée par les Kirijins ne pouvait être que l’introduction d’un cercle non vertueux. De leurs dires, de leur vécu, il y avait beaucoup à comprendre et à vérifier. On t’avait donné une peinture sombre, l’esquisse horrifique d’un village aux allures despotiques. Mais comment trier le vrai du faux, quand les seuls témoins qui frappent à vos portes sont pour le moment des rebuts de la cité brumeuse ?

    Tu accompagnes le vent d’un soupir lourd, révélant tes prunelles à un ciel prêt à tomber. Les nuages au plus bas, comme vos cœurs, comme les leurs. Les interrogatoires s’étaient tous plus ou moins terminés, avec ou sans écarts. Certains avaient joué de l’ironie, d’autres de la détresse, de la chaleur du sang, la fraîcheur des larmes, leur fusion dans un mélange hybride : Une tension tiède, prête à tendre vers les extrêmes.

    Premières caresses, la pluie noie tes propres rides crispées dans un flou humide. Tu voudrais lever les yeux à elles, à ces gouttes qui rendent aveugles, qui aspirent vers le haut quand on daigne regarder leur niche. Mais tu ne peux pas. Tu ne peux plus. T’isoler ainsi dans des songes mélancoliques, égoïstes. Le joyau qui repose sur ton front est bien trop lourd, son poids catalyse ton aura vers un horizon réel, accessible. La montagne, ses crevasses, ses risques et sa souveraineté. Iwa était une forteresse de Crystal qui pouvait être emportée à la moindre erreur, au moindre manquement.

    ○○○

    Ce n’est plus Meian qui brave les nappes célestes devenues torrentielles, mais la Seijiteki. Elle n’a plus ni nom ni visage. Elle n’est plus que la métaphore vivante des choix et des sujets d’un village aujourd’hui, plus que jamais, en danger. En proie aux vices, aux cauchemars, aux mensonges. Naît en elle une nouvelle volonté, ardente.

    Elle enfonce la porte sans délicatesse. Le Shodaime est là, et son regard est reflet du sien. Ils s’entendent sans dire mot, ils acquiescent en silence. L’une avance, l’autre suit, défilant dans des couloirs étouffés, longeant des murs en apnée. La résidence du Kage est un lieu incertain pour le moment. La quasi-totalité du Yamagenzo était en charge de la baliser. Personne n’entrait ou sortait sans une approbation préalable.

    Elle sort. Elle le peut. Elle n’a même pas à se justifier.
    Il la suit, car il le doit, il le sait.

    Naiem est, pour une fois, celui qui clôture la marche muette. Des ruelles isolées, des détours secrets. Ultime tournant, ultime cachette ; les marches naturelles d’une montagne capricieuse. Il fallait grimper, prendre de la hauteur. Les roches bercées par une pluie colérique ; les premiers éclairs fusent. Parfait timing, ils seraient masques de l’audible, du perceptible. Une cavité, à peine profonde, lui sert d’escale. Elle brosse en vain une tenue collée à sa peau par la colère céleste. Son visage encore dégoulinant ne ruisselle pas que d’eau ; son aura est invisible mais illumine chaque centimètre de sa chair. Une bestialité humaine, la personnification même d’un camaïeu de sentiments.

    « J’irais droit au but… Ces déserteurs sont un danger, pour eux comme pour nous »

    La Seijiteki avance son opinion en duo avec son corps, qui s’approche pour s’assurer de la bonne réception de ses murmures.

    « De mon côté, il n’y a pas un reproche que ce déserteur ait épargné au village qui ne tardera pas à être à nos portes. Et si tout ce qu’il dit est vrai, alors Hi no Kuni ne serait pas le premier pays absolutiste à vouloir régner par la terreur. Ces gens sont traumatisés, trahis, détruis. Le Yuki a même été jusqu’à éveiller mes soupçons sur une potentielle mise en place organisée du nouveau Kage et de son Daimyo, le premier ayant disparu et le deuxième assassiné il y a peu. Un changement politique instauré exactement au même moment que celui du pays du feu. Curieux miroir de situation. Ma question la plus légitime serait donc ; Est-ce possible que la conquête féodale soit liée aux ambitions du Shoshikidan ? Même jusqu’au village de la brume ? »

    Des liens raccourcis, des idées fauves. Mais elle ne connaissait que trop bien les histoires liées aux politiques. Les seigneurs n’arbitraient jamais leur faim, Shito en était la preuve marquée de carmin. Or que des fuyards de Kiri prennent Iwa pour asile, si fuyards ils étaient réellement, ne pouvait être qu’un indice de curiosité. On pointait du doigt une terre bien trop floutée, évasive. Et de ce mirage pouvait naître des abysses pécheresses et cupides. Une certitude unique ; Il fallait en apprendre plus sur l’archipel de brume.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 15 Nov 2017 - 23:19
La vague venait de passer sans pour autant frapper le village et le détruire. Au contraire. Malgré des discussions un peu houleuse dans les deux camps, la situation venait de s'apaiser légèrement. Mais pas aux yeux de la conseillère politique, Inuzuka Meian, qui venait de demander à son supérieur un moment en privé pour avoir une discussion suite à ce qu'elle venait d'apprendre, de la bouche du Yuki.

Il la suivait à travers le village, passant dans les rues comme des ombres pour ne pas se faire voir, pour ne pas perdre de temps. Mais surtout pour ne pas être suivi. Car ils avaient besoin de trouver un endroit ou personne n'allait venir écouter cette discussion.

Arrivant alors proche de la porte du village, la pluie commençait légèrement à tomber, le haori du Nagamasa se retrouva bien vite humide, lourd, vraiment pas agréable à porter sur soi. Dans la hâte, il suivait l'Izunuka et son loup, qui venait de trouver un abri de fortune le temps que cette pluie, qui venait entre temps de se transformer en un véritable torrent, se calme pour revenir au village.

Mais finalement, cette petite grotte dans laquelle ils venaient de se réfugier était vraiment l'endroit parfait pour avoir cette fameuse discussion. C'est alors que la shinobi décida de prendre la parole pour exposer ses impressions à son ami au sabre. Et elle n'avait vraiment pas tort dans ce qu'elle venait de dire.

Je partage ton avis Meian. J'ai découvert des choses avec la discussion que je viens d'avoir avec les Hoshino. J'ai aussi entendu des noms, des noms que je connais et qui n'inspire vraiment pas confiance.

Oui, Yamamoto, Hanzo, toutes ces personnes qu'il connaît de son histoire passé et qui se trouve maintenant dans Kiri, fervant ninja et protecteur de la brume. C'était étonnant pour lui, d'entendre des noms qu'il avait presque oublié depuis le temps.

Nous sommes toujours dans le flou, malgré tout. Tu me connais, je ne peux pas me reposer sur de simples paroles. Je ne peux pas jouer en politique, j'ai besoin de voir les choses de mes propres yeux. Malheureusement, c'est impossible. Je ne peux pas me rendre sur place sans être découvert, ou même pour ma propre sécurité.

Une idée, oui, il avait une idée. Après tout, c'était l'ombre de la guerre qui venait se glisser petit à petit sur le village de la roche, c'est donc en tant que chef de guerre qu'il devait commencer à agir. Et une personne de confiance comme l'Inuzuka, il ne peut pas en compter des masses dans ce village.

J'ai donc quelque chose à te demander, même si c'est à contre cœur. Je veux que tu t'infiltres dans le village de la brume pour moi. J'ai besoin de voir et tu vas être mes yeux. J'ai besoin d'entendre et tu vas être mes oreilles. Je veux que tu me rapportes des informations valable pour savoir dans quoi nous sommes en train de nous embarquer.


_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Aux eaux troubles [PV Chogen]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: