Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Le village des cannibales [Hisao]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Dim 31 Déc 2017 - 17:31
Une légère propulsion en arrière me fut nécessaire pour esquiver une nouvelle fois le gigantesque bras de la créature difforme. Sans réellement connaître la fatigue, elle venait d’enchaîner les assauts avec une rare violence, bien que c’était davantage une chance qu’un malheur pour nous : Plusieurs cultistes souffraient au sol ou étaient morts sous la violence de la monstruosité. La tête tournée vers Daisuke, je reçus un ordre clair : M’occuper du vieux salopard qui se prétendait prophète.

Non sans violence, j’écartais quiconque se trouvait sur mon chemin – me prenant au passage quelques légères entailles au niveau des bras et des jambes. Le maître du culte se trouvait sur un piédestal en bois de plusieurs mètres. Il ne se faisait pas chier. Normalement, c’était là où on affichait des statuts, des ouvrages, des symboles ou des trucs comme ça. Là, il n’y avait que lui et une large ouverture pour laisser transparaître un rayon de soleil. Symbolique, certes, mais je sentais que ce mec avait simplement pété un câble : Il se pensait être l’élu suprême, sûrement au même titre que son dieu. Mais avant de m’engager contre lui, je tournais le regard sur les nombreux cultistes occupés à frapper Daisuke, à se défendre de la bête ou cachés dans un recoin.

- Vous avez vu dans quel état j’ai mis l’un des vôtres. Votre culte est un mensonge et nous essayons de vous en extirper. Donc c’est mon dernier avertissement : Tous ceux qui sont encore sains et qui tiennent à la vie, sortez ! La police est là pour vous protéger de ces malades.

Je n’en ajoutais pas plus. Le message était clair : Nous étions là pour les sortir de ce merdier, mais ils devaient y mettre du leur. On allait les protéger, mais pour ça, on ne devait pas les prendre pour nos ennemis.

- Hérétiques… tous !

Je lâchais un rapide sourire avant qu’il ne s’efface devant le prophète. Un certain nombre d’individus sortirent en urgence du lieu de culte. Il en restait un bon nombre… et probablement des gens apeurés plus que fanatiques. Mais c’était un excellent début.

Le Seigneur m’a doté du don de la Lumière, infinie et intangible… créatrice et destructrice... L’arme dégainée, il s’avançait vers moi d’un pas lent mais confiant. Il se mettait en garde, mais alors que je le regardais, une vive lumière parcourut la pièce et atteignit mes yeux. Étincelante et douce… Mes sens venaient d’être limités. Bordel, qu’est-ce que c’était ? J’étais engourdi… Et pourtant si violente ! Un courant électrique se fraya un chemin jusqu’à moi. J’encaissais avec violence le coup et tombais à genou.

L’enfoiré… Restriction de mouvement avec sa lumière puis attaque Raiton. Compris… j’ferais gaffe. Il éleva ensuite sa lame vers le plafond avant de l’abattre contre le bois à nos pieds. L’entaille faite au vent était chargée électriquement et un arc de foudre se dirigea sur ma position. De la vapeur jaillit soudainement sur le côté de mon épaule, me déportant et m’écrasant contre le mur. Une esquive un peu hasardeuse, mais mes sens étaient vraiment niqués. Hm… peut-être un genjutsu ?

- Tu n’esquiveras pas longtemps la voix de Dieu.

- Mais ferme-la…

A nouveau, j’utilisais ma vitesse pour asséner une frappe violente sur le prophète, mais il parvint à parer avec le flanc de son sabre. Pas mal, mais il pouvait remercier son flash lumineux de m’avoir affaibli. Ce fumier tenait son sabre contre son torse. Un peu plus fort et je lui écrasais les poumons. Je me dégageais soudainement non sans lancer mon pied sur sa hanche. Touché. Le vieillard s’écrasa au sol avant de se relever fébrilement.

- Mutant ! Tu… tu-tu vas m’obéir ! Tue-les ! Sa lame se mit à briller tandis qu’il semblait paniquer légèrement en regardant le monstre. Je ne ressentais rien du tout… mais… est-ce que l’adversaire du Taicho était touché par le prophète ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Lun 1 Jan 2018 - 15:11
Pendant que Hisao devait s’occuper du prophète et des derniers croyants à l’intérieur de ce qui restait du lieu de culte, moi, je devais m’occuper de la grosse bestiole. Pour l’instant, je ne savais toujours pas si je devais la tuer ou alors juste la mettre hors d’état de nuire. Après tout, elle n’avait pas mérité d’être ainsi. Tout ceci n’était que l’œuvre de ce fanatique à la tête de cette religion de merde. Mais il y avait autre chose aussi. Cette chose, ce mutant, devait souffrir. Il était complètement difforme, il n’avait pas sa place ici dans ce monde. C’était une erreur de la nature, et il fallait faire en sorte qu’elle se taise à jamais. Cependant, je n’avais pas le droit d’intervenir au nom de mère nature. Je n’ai pas le droit de retirer la vie par plaisir à n’importe quel être-vivant.

J’ai jeté un rapide coup d’œil en direction d’Hisao. Il avait réussi, après avoir gueulé un bon coup, de faire fuir un certain nombre de personne à l’intérieur de l’édifice. Mais il restait encore un problème pour lui, celui du prophète, qui ne voulait pas se laisser faire. Il avait réussi à mettre mon policier au sol, mais Hisao avait plus d’un tour dans son sac. Cependant… le vieux dégaina une épée qui avait l’air d’avoir des sortes de pouvoirs magiques. C’est avec cette lame qu’il arriva à mettre Hisao au sol, sans même le touché. Mais c’est aussi avec qu’il arriva à faire du mutant une vrai bête haineuse contrôlé par un sentiment de destruction.

La créature tourna la tête et me lança un regard noir. Je pouvais voir encore plus de haine qu’avant dans ses yeux. De la bave coulait de sa gueule. Il était certain qu’elle n’était plus consciente de ce qu’elle s’apprêtait à faire. Comme tout à l’heure, la créature frappa plusieurs fois au sol avec ses bras difformes, mais cette fois-ci, ses coups étaient beaucoup plus puissants. Le sol se mit à trembler en ma direction et des pics de roches sortirent du sol, me visant et ayant l’intention de me transpercer de plein fouet. J’ai eu de la chance de pouvoir esquiver à temps, mais mon malheureusement pour moi, mon manteau n’a pas eu cette chance, et se fit empaler. Bon, je préfère encore ça qu’être mort, mais quand même, mon manteau merde.

« T’es sérieux là ? Mon manteau putain ! »

Mais au lieu de me préoccuper de ma veste qui était réduite en bout de tissu, je devais faire en sorte d’immobiliser cette putain de créature avant qu’elle ne me tue sous ses coups. Après avoir effectué une petite série de mudras, j’ai posé mes mains au sol. Des racines sortirent du sol, mais elles étaient beaucoup plus épaisses que celle que j’avais utilisé précédemment. Grâce à ma volonté, elles se dirigèrent rapidement en direction des membres du mutants. Elles s’enroulèrent autour d’elle, créant une entrave qui empêchera ses mouvements, enfin, je l’espérais. Mais je n’avais pas pris en compte la force brute du mutant.

La créature se débattu pendant quelques secondes et arracha par la force mes racines comme si c’étaient de vulgaires brindilles. Il va donc falloir que je pense à un autre plan pour m’occuper d’elle… mais que faire… je ne peux pas me rendre au corps à corps, sinon je risque de me faire écraser le crâne. Il faut que je tente quelque chose, mais j’ai peur de faire pas mal de dégâts collatéraux…


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Lun 1 Jan 2018 - 19:15
Nul n’aurait pu imaginer qu’un homme arborant des traits aussi vieux puisse bénéficier d’une telle agilité et d’une telle endurance. Mon premier assaut l’avait surpris, mais il m’était désormais difficile de trouver une faille autre que le coup de pied précédant. Son sabre était sans cesse parcouru par un courant électrique, rendant toute parade dangereuse pour moi. Dès que je voyais que mon poing ne parviendrait pas à le toucher, je devais me raviser et essayer autre chose. Le problème était qu’être aussi attentif et réactif m’épuisait. La situation étant totalement à mon désavantage, j’ai dû réagir rapidement tout en m’assurant qu’il subisse mes prochaines attaques.

Chaque poing que j’enchaînais laissait derrière lui un fin tracé de vapeur, dont l’épaisseur était si fine qu’on ne pouvait remarquer mon Futton qu’avec un œil extérieur au combat. Sans surprise, le prophète commençait à faiblir. Mes sens étaient toujours engourdis par la lumière qu’il avait produite, mais le clignement répété de ses paupières ne faisaient aucun doute : Je venais de le prendre dans mon genjutsu. Son rythme faiblissait, me permettant dans un premier temps de jeter un œil au combat de Daisuke. Inévitablement, le vieux était parvenu à rendre la monstruosité enragée, qui se focalisait désormais avec violence sur mon Taicho. Néanmoins, malgré une rapide frayeur, l’utilisateur de Mokuton parvint à l’immobiliser avec de solides racines. C’était une capacité vraiment puissante et polyvalente, et c’était justement ce dont avait besoin Daisuke. Mais l’être difforme n’était pas en reste. Ses muscles semblaient sans équivalent et il ne tarda pas à se dégager du bois du Kizuato.

D’un soupir, je constatais avec dépit qu’on ne pouvait plus combattre aussi faiblement. Nous avions des capacités destructrices, autant l’un que l’autre. Nous nous retenions vis-à-vis du village et de ses habitants, mais il allait falloir mettre la barre plus haut, même si ce n’était qu’un peu. Les sourcils froncés et les muscles contractés, je m’apprêtais à passer aux choses sérieuses. J’avais l’impression que son hypothétique genjutsu de lumière perdait en efficacité, peut-être grâce à ma vapeur déstabilisante. C’était maintenant que je devais creuser l’écart.

- Jouons à ton jeu, alors.

Je me propulsais en avant à l’aide de la haute pression de ma vapeur et arrivais sur le flanc droit de mon adversaire. Tandis qu’il s’apprêtait à abattre son sabre sur moi, mes deux mains se joignirent et composèrent à grande vitesse les signes du cheval, du dragon puis du mouton. La vapeur que je venais de produire servit soudainement de très léger conducteur à mon raiton, qui foudroya le prophète et engourdit ses membres. D’une rotation rapide, je me baissais pour me mettre à l’abri d’une éventuelle riposte et trompait également une parade. Je me retournais brutalement et imposais un violent coup de coude, également chargé électriquement. En plus de le repousser, il subit un violent choc qui traversa l’ensemble de son corps. Au sol, il tremblait, fébrile et lourdement affaibli.

- Vous… ne pouvez défier… le Seigneur !

Son sabre se mit à s’illuminer à nouveau alors qu’un sceau s’activa sur le mutant, qui se mit à gesticuler dans tous les sens, écrasant ses bras au sol et frappant sa tête contre l’un des murs. Il arracha une énorme partie du mur et l’envoya valser jusqu’à moi, me séparant de mon adversaire. Mais dans une esquive aussi soudaine qu’inconsidérée, un des partisans du vieillard me décocha un coup de sabre des plus violents, m’entaillant le flanc. Un autre avait tenté, mais j’étais parvenu à dévier sa lame avant de me redresser, haletant et tenant fermement la plaie pour cesser momentanément l’effusion de sang.

- Patron, on peut pas continuer à se retenir. Trop nombreux, et puis ces deux enfoirés…
dis-je en parlant du déformé et du maître de culte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mar 2 Jan 2018 - 18:17
Le combat semblait durer depuis maintenant une éternité. Rien ne passait avec ce putain de mutant. Sa force herculéenne empêchait toute approche au corps à corps, et l’épée du prophète semblait lui donner de plus en plus la rage de m’exterminer. Il fallait passer la seconde et commencer à attaquer avec toute la force possible, sinon, nous allons rester ici pour de bon et finir sur un bûcher comme les pauvres innocents. A la base, je ne voulais tuer personne ici, juste tous les foutre en prison. Mais je n’ai plus trop le choix maintenant, les événements me poussent à bout.

De plus, Hisao avait l’air d’en chier de sous côté. Malgré sa capacité à manipuler la vapeur, il n’arrivait pas vraiment à prendre l’avantage sur le vieux, qui avait l’air de manipuler une sorte de genjutsu à l’aide de son épée. Je le savais pourtant, j’aurais du prendre plus de monde avec moi, mais non, j’ai pensé qu’avec Hisao on serait en mesure de réussir notre mission à deux. Nous n’avons plus le choix maintenant. Ce dernier, après avoir réussi à mettre à terre le chef de culte semblait avoir enfin réussi à prendre l’ascendant sur son combat. Mais c’est encore une fois que le prophète utilisa sur épée pour commander le mutant. La grosse bestiole fut une nouvelle fois pris d’une rage sanguinaire. Il se frappait au visage et sur les murs. Il parvint même à arracher un énorme bout de muraille et frénétiquement, la jeta en direction d’Hisao.

Dans sa tentative d’esquive, mon policier reçu de la part d’un fanatique un coup de sabre dans le flanc. Il était maintenant en danger, sa vie était en péril. Il fallait absolument agir rapidement. Je ne voulais pas utiliser cette technique ici, mais je n’ai plus le choix. Si j’attends encore, je risque de voir mourir sous mes yeux un de mes hommes, et je ne pourrais jamais me le pardonner. Hisao avait l’air de penser exactement la même chose que moi, fini la rigolade, on passe aux choses sérieuses.

« Ne retiens plus tes coups Hisao, utilise tout ce que tu as, je vais mettre ce satané mutant hors d’état de nuire. »

Dans sa folie meurtrière, le mutant décida de me viser une nouvelle fois. Comme avec Hisao, il arracha un autre pan de mur et le jeta en ma direction. Heureusement pour moi, j’ai eu le temps d’analyser la situation et d’esquiver rapidement. Au même moment, j’ai commencé une longue série de mudras. J’allais utiliser une technique toute aussi puissante que dévastatrice. J’espère prendre la bonne décision, car là, je n’ai plus le choix. Me réceptionnant sur mes jambes, j’ai terminé mon interminable série de mudras. J’étais pile poil en face de ma cible.

C’est alors qu’apparut un grondement. On avait l’impression qu’un séisme était sur le point de détruire l’ensemble du village. Derrière moi, un colosse de bois fit son apparition. Au début, il n’y avait qu’une immense statue de bois, puis, des bras formant un arc de cercle arrivèrent. C’était la technique la plus aboutie de ma vie, du moins pour l’instant. Je comptais bien réduire en néant le mutant. La statue une fois en place, il ne restait plus qu’à frapper une seule fois, juste une seule.

« Je vais en finir avec toi, sale créature. »

Une fois ma phrase terminée, les bras de ma statue commencèrent à entrer en mouvement. C’est alors qu’une pluie de poings gigantesque constitué de bois s’effondra sur le point d’impact prévu, à savoir le mutant. La violence des coups entrainerait des dégâts au reste du village, c’était certain. J’espère juste ne blessé personne d’autre que ma cible.

_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mar 2 Jan 2018 - 19:10
L’idée ne me plaisait pas, mais on avait vraiment plus le choix. Sous la violence du combat, nous risquions de subir des blessures graves, voire irréversibles. Notre intention d’épargner les éventuels suiveurs aveugles était définitivement louable, mais pour le moment, on devait constater la dure réalité : Ces mecs étaient sur le point de nous tuer de sang-froid sous prétexte que leur Dieu est l’unique divinité du Yuukan. Ce sont des gens dangereux qu’on ne peut plus prendre à la légère, notamment du fait de leur entraînement militaire et de leurs… expériences douteuses. Je regardais le mutant tout en ayant une pensée pour les pauvres victimes du brasier.

Les ordres sont les ordres. Maintenant, il n’était plus question de se retenir. Chargeant mes poings d’une enveloppe gazeuse, je décochais deux frappes sur les deux enfoirés qui avaient osé m’attaquer en traître lors de la projection du mur. S’ils étaient rapides, ma force venait d’être temporairement décuplée par le bouillonnement de chakra qui agissait actuellement dans mon corps. Et pour ce qui est de l’extérieur de mon corps… la vapeur que je venais de produire n’était ni plus, ni moins que leur pire cauchemar. Le premier se ramassa avec violence mes coups, perdant quelques côtes au passage. Mais c’était sa dernière préoccupation, car maintenant qu’il était touché, la vapeur était en train de lui ronger le corps, dévorant son épiderme, ses muscles, puis atteignant presque ses os. La zone d’impact étant restreinte, il mourrait à petit feu à défaut de fondre totalement. Pour ce qui est du second, j’avais raté mes deux frappes, mais mon gaz n’avait pas échappé à mon opposant. Sa joue gauche venait de disparaître tandis qu’un hurlement transperçait l’édifice religieux. La douleur étant insoutenable, je lui écrasa les poumons pendant qu’il était sol, abrégeant subitement ses souffrances.

Le prophète se relevait difficilement, mais sa fatigue se faisait sentir. Le picotement de la foudre semblait l’avoir atteint avec plus de violence que je ne l’aurais pensé. Mais s’il pensait que ses souffrances allaient s’arrêter ici, il pouvait rêver. Un torrent aqueux se forma derrière moi avant de tournoyer rapidement autour de mon corps, emportant quelques décombres avec lui. Quelques mûdras de plus me permirent d’ajouter à la substance liquide de la vapeur liquide : Oui, c’était purement et simplement de l’acide.

- Prends ça, chien.


Terminant mon jutsu sur le signe du rat, la colonne aqueuse s’abattit sur le vieillard, dont le hurlement strident était totalement étouffé par le liquide. Et… quelle erreur de sa part. En buvant la tasse, il venait d’exposer son estomac à un acide au pH affreusement bas, capable de ronger la résistance de son estomac. Mais je n’allais pas le laisser s’en tirer aussi bien malgré tout. A toute vitesse, je fondais l’air se trouvant derrière moi et me retrouvais juste au-dessus de lui. D’un mouvement rotatif, j’écrasais ma botte contre son torse, lui faisant recracher un mélange de sang, d’eau, et d’acide. Le prophète n’était rien d’autre qu’un vieil homme plutôt fort. Mais il n’avait pas survécu au déchaînement soudain de mes attaques.

Et sans surprise, le Taicho venait de faire l’étalage de toute sa puissance et de toute sa maîtrise du Mokuton. Pendant que j’extrayais toute vapeur corrosive présente sur et à l’intérieur du corps du maître du culte, je regardais avec surprise ce dont était capable Daisuke. L’être difforme n’avait pu encaissé les frappes du géant de bois, du moins, pas en apparence.

Je regardais avec un regard glacial les quelques malheureux qui s’étaient fait prendre dans mon torrent acide. Je ne pouvais pas considérer ça comme autre chose qu’un dégât collatéral. Et j’étais gentil de faire autant d’efforts. Pour ce qui était du Kizuato, j’ignorais encore s’il avait fait des victimes ‘’involontaires’’.

- Patron, la cible principale est inconsciente et neutralisée.
dis-je tout en éloignant sa lame à la con.

D’un mouvement las et calme, je regardais les quelques disciples recroquevillés qui avaient décidé de prendre part au combat. Leur courage avait disparu en même temps que la disparition du mutant et de leur maître. En attendant les prochains ordres de Daisuke, je continuais à convoquer mon chakra Suiton pour éteindre les divers feux – y compris le reste du bûcher ardent – qu’avaient provoqué le combat. Les nombreuses bougies qui furent renversés y étaient pour beaucoup.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mer 3 Jan 2018 - 17:25
L’assaut final était lancé. La nuit était quasiment tombée, les premières étoiles dans le ciel commençaient à apparaitre. Le brasier géant semblait danser avec le vent qui se levait doucement. Les environs donnaient un sentiment de repos. Jusqu’à ce que ma statue frappe à l’aide de sa multitude de poing la cible mutante. C’est alors qu’un nouveau vacarme prit entièrement le village. Le sol se mit une nouvelle fois à trembler, un panache de poussière s’éleva dans les cieux et des débris de terre s’envolèrent pour atterrir en dehors du village. Je me retenais depuis le début de notre affrontement commun Hisao et moi. Je ne voulais pas utiliser cette technique dévastatrice. Mais je n’ai pas eu le choix.

L’onde de choc me repoussa de quelques mètres en arrière. Puis, un silence. Plus aucun bruit pendant quelques secondes. J’ai profité de ce laps de temps pour reprendre mon souffle. Utiliser une technique pareil demande une grande quantité de chakra. J’espère seulement que le mutant est maintenant K.O., je n’ai pas d’autre technique aussi puissante. En attendant que le nuage de poussière se dissipe, j’ai jeté un coup d’œil en direction d’Hisao. Il avait enfin réussi à prendre l’avantage de manière définitive sur ses adversaires. Le policier n’avait pas retenu ses coups. A l’aide de techniques surpuissantes, mélangé à la vapeur corrosive et à un suiton ressemblant à de l’acide, il avait mis hors d’état de nuire ses opposants. Finalement, cette mission m’a permise de me rendre compte de l’étendu des pouvoirs du fumeur au kiseru. J’ai eu le nez fin en voulant le recruter. Cependant, il devra faire attention à lui. S’il continu comme ça, il risque de me piquer la vedette à Kumo.

« Bien joué Hisao. Une fois que tu en as fini avec les flammes, embarque-le. On va procéder à son interrogatoire. J’ai besoin de réponse quant au mutant. »

Hisao exécuta une nouvelle fois mes consignes. Pendant ce temps, je me suis rendu au point d’impact. Devant moi, se présentait un énorme cratère fumant. La poussière se dissipa et je pu constater la dépouille du mutant. Il ne bougeait plus, la vie s’emblait l’avoir quitté une fois pour toute. J’ai quand même voulu vérifier par moi-même avant de me rejoindre Hisao.

De plus près, la créature semblait apaisée. Il n’y avait plus, malgré sa laideur, de regard sanguinaire. Il est quasiment certain que cette chose était sous l’emprise du prophète. Ce n’était sûrement pas la meilleure des solutions, mais au moins, elle ne souffrira plus jamais. C’est alors que, comme par magie, son corps commença à changer. Ses membres difformes commencèrent à reprendre une apparence normale. Sa taille et ses muscles se résorbèrent et la chose mutante d’autrefois laissa place à un jeune homme. Un jeune qui m’était bizarrement familier… oh non de merde, c’était le gosse d’hier, qui était sensé venir nous rejoindre Hisao et moi avant midi… mais comment il a fini dans un état pareil ?

Une rage commença à m’imprégner. Comment un homme peut-être aussi méchant et cruel, au nom d’un foutu dieu inexistant, et s’amuser avec la vie des gens ? Ce gamin n’avait rien demandé, il était jeune, il avait toute la vie devant lui. Et un vieux con venait de lui prendre cet avenir. Les poings serrés, je me suis dirigé vers Hisao. Il y avait prêt de lui le chef religieux. Il était inconscient, de la bave mélangée à du sang coulait de sa bouche. Quand je suis arrivé à côté de lui, un coup de pied est parti tout seul. Je ne pouvais pas retenir ma haine envers cet homme, malgré mon rang de Taicho et mon devoir de policier.

« Pourquoi vieux con ?! Pourquoi tu as fait ça ?! Réponds-moi !! »


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mer 3 Jan 2018 - 23:47
Un râle agacé et fatigué fut relâché au milieu de ce lieu de culte qui n’avait plus rien d’un bâtiment. Les longs murs de bois avaient logiquement cédé sous la violence du combat et parmi les débris figuraient plusieurs corps privés de toute lumière. La foule était nombreuses et les victimes aussi. Mais une grande majorité des gens avaient été épargnés. La majeure partie d’entre eux avaient dû aller se réfugier dans un bâtiment spécifique, peut-être une mairie ou un hôtel de ville. Quelques rares observateurs avaient pu admirer dans un mélange de curiosité et d’effroi le massacre que Daisuke et moi avions commis ici. Leurs yeux nous considéraient comme des libérateurs, mais la peur du culte, les séquelles de celui-ci et la violence du combat les empêchaient de nous accueillir à bras ouverts. D’un regard rapide, je portais mon attention sur une jeune femme effrayée, qui semblait avoir déserté à temps le culte.

- Oi. Va t’abriter avec les autres et contrôle qu’il n’y ait pas de blessé… que ce soit physiquement ou mentalement. On viendra bientôt voir comme vous vous portez.


J’apportais à ma bouche mon Kiseru, que je remplissais de tabac avant de l’allumer, laissant place à un halo orangé et cendré illuminé le creux de ma main. La jeune femme s’exécuta, me laissant seul avec les cadavres et le vieillard. Ma grande main s’empara de son crâne tandis que mon bras exécuta une petite rotation. Je venais d’envoyer avec brutalité – voire cruauté – le ‘’prophète’’ au centre de la pièce. Son dos s’écrasa contre quelques petits décombres pendant que je m’élançais calmement dans sa direction. Mon genou prit place sur le sol tandis que je m’accoudais à ma jambe.

- Dès le retour du Taicho, on va se faire un malin plaisir à te faire regretter tes actions. Ton inconscience ne va pas t’aider bien longtemps.


Les yeux plissés, j’affichais des yeux perçants… froids… et violents. Un long soupir s’évada de mes poumons. Mon menton s’éleva ensuite en raison du bruit de pas qui se fit entendre tout soudainement. Daisuke venait de revenir, mais en à peine quelques secondes, il était là, devant moi, à foutre un coup de pied au vieillard. Mon visage toujours impassible, je me relevais tout en le dévisageant.

- Du calme, Taicho. On peut pas risquer de lui accorder la mort. Il faut lui faire parler. Ce genre de personne inflige des douleurs atroces à ses disciples… mais ils sont rarement, eux-mêmes, adeptes du moindre petit supplice.


Malheureusement, je l’ai appris à mes dépends durant ma jeunesse. Avant d’aller en prison, j’étais toujours membre du culte d’Isonade. Mais ça ne veut pas dire pour autant que chaque partisan de l’eau était noble… loin de là. Enfin.

- Qu’est-ce qui s’est passé ? Pourquoi cet excès de colère patron ?

Agenouillé devant le maître du culte, je tâchais de le réveiller afin de laisser Daisuke mener un interrogatoire. Il allait souffrir, même quand il allait se réveiller, mais ce n’était pas notre problème. La profonde inhalation des gaz et le fait qu’il ait bu la tasse avait réduit son corps en bouillie. Assez pour être proche de la mort, mais passez pour nous échapper. Et d’ailleurs, après quelques essais, le prophète se réveilla, lentement, avant de frapper frénétiquement sa cage thoracique pour passer la douleur. Mais ses blessures externes ne faisaient que le blesser encore plus.

- Il est à toi.


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Jeu 4 Jan 2018 - 1:09

Hisao n’avait pas l’air de comprendre l’état dans lequel je me trouvais. Après tout, il n’avait pas encore vu le cadavre du gamin. Il n’était pas au courant. Après que j’ai frappé le corps du prophète à l’aide de ma jambe, Hisao utilisa sa vapeur pour lui faire reprendre ses esprits.

« Cette ordure… c’est lui qui est responsable de l’état du gamin… »

Je n’arrivais pas à parler correctement, la haine m’envahissait. Je devais pourtant me calmer, comme venait le dire Hisao. Mais je n’y arrivais pas malheureusement. J’avais envie de tuer sur place le vieux prophète. Il ne méritait pas de vivre, pas après avoir sacrifié la vie d’un innocent pour son amusement et au nom d’un faux dieu.

« Tu te souviens du gamin qui devait venir nous rejoindre avant midi aujourd’hui… ? Hé bien… c’était le mutant… »

Tout ceci était ma faute. Si je ne lui avais pas dit de repartir au village, il ne serait pas mort. Il n’aurait pas été transformé en un être abject et immonde par ce vieux con. Au final, je blâme le prophète, mais je ne suis pas mieux dans l’histoire. J’ai une part de responsabilité dans la mort de ce gamin. En tant que Taicho, c’est une faute grave que j’ai commise. Je dois protéger les populations, et finalement, je fais tout le contraire. Il suffit de regarder l’état du village et du bâtiment qui sert de lieu de culte. Tout est détruit, ravagé. Mais je devais assumer mes choix. Et ma mission n’était pas encore terminée. Je devais interroger le chien de prophète. Comment a-t-il réussi à transformer le gamin en un monstre mutant ? Tellement de question en suspens, et j’allais bientôt avoir mes réponses.

« Alors maintenant, tu vas tout nous dire, sans oublier le moindre détail. Tu ne peux même pas savoir à quel point j’ai envie d’écraser ton crâne avec mes mains, alors je te conseil d’être coopératif avec nous. »

J’ai attrapé par le col le vieux qui était couvert de blessure. Pour être certain de nous répondre, je lui ai enfoncé mes doigts dans une de ses blessures. Je voulais qu’il comprenne que je ne rigolais pas, mais alors pas du tout. Cependant, malgré la douleur qu’il pouvait ressentir, il n’avait pas envie de nous dire ses petits secrets.

« TU VAS PARLER ?!! »

J’ai gueulé tellement fort. Je ne suis pas quelqu’un qui perd son sang froid rapidement, mais là, il était entrain de me mettre hors de moi.

« Hahaha… tu auras beau me faire du mal… dans tous les cas, je suis condamné… j’ai échoué devant mon dieu… »

_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Jeu 4 Jan 2018 - 11:12
Le regard tourné vers le brasier ardent qui venait de s’éveiller chez Daisuke, je déposais une de mes mains sur la nuque et redirigeais mon visage vers le vieillard. Si je n’étais pas insensible à toute cette histoire, je devais reconnaître qu’il était bien plus atteint que moi. Est-ce parce qu’il a lui-même découvert le corps du gamin ?... Possible. Mais le silence était révélateur d’autre chose. Pas une raison différente pour justifier son énervement, mais plutôt une autre cause de celle-ci. Après une rapide réflexion, ma tête s’abaissa puis se releva deux fois. Il ne fallait pas être un détective pour voir de la culpabilité dans son regard.

- De toute manière, il est jamais bon de garder un temple de fanatique. Les bâtiments, ça se reconstruit. Pour le reste, t’as endossé ton rôle même si c’était dur. T’en veux pas trop et restons focalisés sur notre vraie préoccupation.


Me voulant rassurant, je savais que je n’étais pas celui qui trouvait les bons mots. Encore moins immédiatement. Mais il pouvait, au moins, garder en tête de ne pas s’en vouloir et de ne pas regretter ses choix et ses actions.

Contrôlant calmement les émissions de fumée de mon Kiseru, je remarquais avec dépit la résistance mentale du maître de culte. Il semblerait que sa peur vis-à-vis de son dieu l’effrayait davantage que la douleur physique. Ou alors il se savait dans la merde aussitôt que la mort viendrait le chercher.

- Je peux peut-être… faire ce qu’il y a à faire. Si tu m’le permets.


En raison de mes missions avec Reiko, j’avais pu approcher de près l’art de l’interrogatoire. Je n’étais pas doué, mais entre mes antécédents en prison et mon travail au Kyuubu, j’avais un peu cerné les différents caractères, les différentes étapes et les différentes possibilités. Ainsi, en m’approchant de lui, je relâchais un peu de fumée extraite de mon Kiseru et lui envoyais à la gueule l’amas gazeux.

- Je crois que tu n’as pas compris la réalité, raté. Tu n’as pas échoué. T’étais juste une nuisance pour ton dieu. Tu aurais pu avoir la chance de mourir et de subir ton châtiment direct. Mais à la place… tu es avec nous. Je me relevais en recrachant encore de la fumée sur sa figure. C’est nous qui sommes responsables de ta condamnation.

Je déposais une main sur son crâne tandis qu’il se mis à gigoter. Ce que je venais de lui lancer à la tronche n’était pas de la fumée. Sous couvert de mon Kiseru, je venais de lui envoyer des émanations corrosives de vapeur, qui se mirent immédiatement à faire effet. Assez doux pour le garder en vie, assez agressif pour qu’il passe un très… très long moment. De main jaillissait également de la vapeur, d’une densité extrême. La lourdeur du nuage fit que le périmètre se limitait au prophète tout en se tassant sur l’ensemble de son corps. Sa souffrance commençait à prendre place, il criait finalement, lâchant de longs râles, des complaintes et des cris chargés d’agonie.

- Réponds à mon Taicho. Et rapidement.

Daisuke dirigeait l'interrogatoire malgré tout. Ma vapeur était à sa disposition, que ce soit pour être produite ou pour être dissipée. Pour l'heure, elle était largement présente, rongeant avec extrême cruauté son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Jeu 4 Jan 2018 - 20:40
Putain, il était coriace ce prophète de merde. Il ne voulait pas répondre à ma question, qui était pourtant assez simple. Il devait juste me dire tout ce qu’il savait, et surtout, pourquoi il avait transformé ce pauvre gamin en mutant. Je voulais juste savoir ça, rien de plus, je m’en fous de sa vie et de ce qui a pu le pousser à faire un acte pareil. Ce gars est de toute façon cinglé, et sa cause est perdue.

Hisao me donna une nouvelle fois un coup de main. Sa vapeur toxique était vraiment pratique, surtout pour les interrogatoires. Il pouvait faire souffrir quelqu’un, le mener sur le chemin de la mort, et arrêter tout d’un claquement de doigt. Le mokuton est destructeur, mais là, c’est un autre niveau sa vapeur. Heureusement que ce pouvoir est tombé entre les mains de ce type, car avec de mauvaises intentions, cela pourrait causer énormément de dégâts.

Je me suis agenouillé pour me mettre au niveau du prêtre. Il était temps de faire vraiment causette, sinon je vais perdre patiente et je vais lui foutre un coup dans sa gueule tellement violent qu’il ne se relèvera jamais. Et ce n’était pas l’envie que me manquait.

« Je vais reposer une dernière fois ma question. Dis-moi tout. Comment le gamin est devenu un mutant ? Et comment tu as réussi à le contrôler avec ton épée de merde ? Je te préviens, je ne te reposerais pas la même question. C’est ta dernière chance. »

Le regard du vieux était perdu. Il ne me regardait même pas en face. Il n’y avait plus aucune émotion dans ses yeux. Il était mort ? Ou alors entrain de faire un badtrip à cause de la vapeur toxique d’Hisao ? Pour être certain de son état, je lui ai foutu une claque, pas trop méchante quand même. Il secoua la tête puis leva la tête vers le ciel. Des larmes commencèrent à tomber de son visage. Manquait plus que ça, maintenant il est entrain de chialer…

« Dieu m’a quitté… j’étais pourtant l’élu… j’étais son représentant sur terre… »

Je me suis relevé pour commencer à faire quelques pas histoire de me dégourdir les jambes. Je n’avais pas envie de m’énerver une fois de plus sur le vieux. J’ai donc sorti un cigare de ma poche que j’ai ensuite enfoncé dans mon bec et que j’ai allumé à l’aide d’une allumette. Par la suite, je me suis rapproché de lui, je faisais les cents pas. Je le fixais du regard, j’attendais qu’une seule chose, c’est qu’il répond à mes questions.

« Je… j’ai été investi d’une mission… je devais guider le peuple entier du Yuukan vers les cieux… et pour cela, je me suis vu conférer des pouvoirs… l’homme qui m’a formé, c’est lui qui m’a donné la capacité de rendre les êtres humains en… monstre. »

Et bah voilà, il commençait enfin à raconter des choses sympathiques à entendre et qui nous donnait des informations pour comprendre ce qui c’était passé dans ce village. Il n’avait pas agi seul, il y avait quelqu’un de plus puissant que lui, un homme qui lui a accordé des pouvoirs. Il va falloir encore le cuisiner pour en savoir plus sur cet inconnu qui menait le prophète à la baguette.

_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Jeu 4 Jan 2018 - 21:56
Mon regard permutait entre un Daisuke agacé et un vieillard vidé. Ce dernier venait de ramasser un coup dur mentalement et accusait le coup. Il croyait dur comme fer à sa cause et regrettait sa situation actuelle. Tout ce qu’il venait de se passer était toujours l’œuvre de son Dieu. Si ce n’est que son Seigneur ait purement et simplement décidé de se séparer de lui. Un petit nuage de fumée se dégageait de ma bouche tandis que je secouais la tête. C’était pitoyable. En tant qu’ancien membre du culte d’Isonade, je pouvais appréhender certaines choses. Mais les comprendre totalement ? Impossible.

Les mains dans les poches, mes yeux se rivèrent sur mon Taicho qui faisait les cent pas. Un mélange d’agacement et de nervosité sans doute. Le prophète s’était vite mis à table, mais tout son discours était ponctué de complaintes religieuses, de peine et de tristesse personnelle. Sauf qu’on ne ressentait rien pour ce pauvre gars. C’était un criminel et un aliéné. Je n’ai aucune compassion pour de telles raclures.

- Dis-nous en plus sur cet homme. Ton formateur. Raconte-nous la date de sa venue, les raisons de sa présence et sa situation actuelle.


Tourmenté par sa défaite et en plein sanglots, la désillusion s’emparait petit à petit de lui. Pour autant, il ne voulait plus souffrir inutilement avec son heure. Il était au bout du rouleau. Ainsi, après quelques longues secondes d’hésitation, il hocha la tête, comme pour se convaincre que c’était la bonne chose à faire.

- C’est… un électron libre. Porteur de la voix de Dieu. Il n’a pas de nom, seulement un titre : « Diacre ». Ou simplement « Messager ». Il est venu à moi… une dizaine d’année en arrière, peut-être. Voire plus… Il était l’icô-…

- Tu as parlé d’une mission. Laquelle exactement ? Pourquoi toi ?


Il se mordait les lèvres avant de se raviser. Elles avaient bien brûlée sous l’effet de ma vapeur. Il avait d’ailleurs des difficultés à parler de manière générale, mais tout contact lui faisait regretter amèrement ses actes.

- On ne questionne pas le Seigneur. J’étais l’élu… son protégé ! Son humble disciple ! Qu’ai-je fait pour-…


Une gifle fusait contre sa joue, provoquant une vive douleur sur sa peau rongée. Mon message était clair : Il fallait qu’il soit bref.

- Guider vers les cieux en les brûlant. Le feu est l’éternel destructeur… mais surtout le plus noble des purificateurs. Je ne faisais que sauver ces gens.

Je me relevais et m’interposais entre lui et Daisuke. Là, il venait vraiment de dire une saloperie innommable. Mais avant qu’il s’en fasse coller une par mon patron, je m’assurais de m’adresser encore à lui.

- Tu avoues toi-même avoir été formé pour transformer les humains en monstre… et tu prétends les sauver ? Tu n’as donc aucune estime de toi-même ? Aucune bienveillance ? Aucune intelligence ?

Cédant ma place à Daisuke, je me massais les sinus. En plus de mal répondre à nos questions en partant toujours dans plusieurs directions, il était complétement con. Il n’y avait absolument aucune logique dans son discours et dans son raisonnement.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Jeu 4 Jan 2018 - 22:21
Diacre. Messager. Voilà le titre du fameux inconnu qui aida le faux prophète il y a de cela plus de dix ans. Ce vieux, qui est au bord de la mort maintenant, n’était finalement qu’une marionnette. C’est triste de se faire manipuler aussi simplement. Surtout pour croire en des choses aussi futiles. Franchement, j’avais du mal avant avec les religions, mais là, c’est clair comme de l’eau de roche, les dieux n’existent pas. Ils ne sont que l’invention des hommes, pour se donner un prétexte, et celui-ci est affreux. Brûler des innocents, pour selon-lui, les purifier. J’avais la gerbe à l’écouter, mais surtout la rage.

« Bon… »

Il en avait assez dit pour maintenant. Je ne pouvais plus écouter le ramassis de connerie qui sortait de sa bouche. Alors que Hisao se trouvait entre lui et moi, j’ai légèrement poussé le premier pour qu’il me laisse passer. Une fois devant le vieux, je lui ai décoché une droite, histoire de lui faire perdre connaissance.

« J’en ai marre de l’entendre parler. Qu’il se taise. »

Toujours mon cigare en bouche, je me suis retourné vers Hisao. Il était maintenant venu le temps de faire ce qu’on pouvait dans le village. Les pauvres habitants, malgré leurs libérations, ont vu leur village quasiment réduit en cendre. Il va falloir arranger tout ça avant de partir pour Kumo avec les fanatiques et le prophète comme prisonniers.

« Tu n’as cas l’attacher, et ensuite, rejoins-moi vers la dépouille du gamin. Il mérite une sépulture digne de ce nom. »

Laissant Hisao seul avec le vieux, je me suis dirigé vers le cratère où se trouvait au milieu la dépouille du gamin. J’étais encore enragé. C’était moi qui avait mit fin à ses jours. Tout cela aurait pu être évité, mais le passé reste le passé. Je ne peux rien faire de plus que lui donner une dernière demeure pour l’éternité.

Effectuant une petite série de mudra, j’ai ensuite fait apparaitre un cercueil en bois. A défaut de m’en servir pour détruire, je pouvais aussi utiliser le mokuton à bon escient. J’ai porté le cadavre pour le mettre ensuite à l’intérieur du tombeau, que j’ai ensuite scellé. J’ai fais apparaitre deux pelles en bois, et j’ai attendu qu’Hisao me rejoigne pour enterrer le gamin.


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Jeu 4 Jan 2018 - 23:02
Ca y est. Mon Taicho avait laissé sa colère, ou plutôt son exaspération prendre le dessus. Le prophète n’aurait de toute manière rien fourni de plus… Du moins, pour le moment, on avait ce qu’on voulait. Son sort était de croupir dans les geôles les plus sales, les plus horribles et les plus sombres qu’on puisse inventer. Exécuter une personne n’était, finalement, que lui abréger ses souffrances. Le laisser filer après lui avoir laisser massacrer des familles entières. Qui sait combien de mères, de pères ou d’enfants se sont vus retrouvés seuls et abandonnés à cause de ses odieux idéaux ?... J’voulais même pas y penser.

Ma chaîne avait été utilisée pour les quelques cultistes qu’on avait affrontés hier. Mais dans un tel lieu, il n’était pas rare de voir de longues chaînes, autour de statues ou en guise de décoration. Après avoir fouillé les débris de fond en comble, j’étais parvenu à trouver ce que je désirais. J’avais aussi pris un peu de bois qui jonchait le sol pour le bloquer dans un coin. Il n’avait plus la force de s’en extraire, de toute manière.

En route pour retrouver Daisuke, je rechargeais mon foyer aussitôt la totalité du kizami entamé. Pour un fumeur, il y a des centaines, voire des milliers de raisons pour justifier notre activité. Dans une telle situation, c’était l’adrénaline qui se calmait et l’anxiété de voir tout ce sang versé. Avec malheureusement le sang d’innocents au passage.

- Bordel. Je pensais pas... le retrouver comme ça.


Désormais aux côtés de Daisuke, je regardais avec dépit le corps éteint du jeune gars à qui on avait confié une mission. Même si Daisuke m’avait confirmé l'identité du mutant, je n’aurais jamais imaginé retrouver autre chose que la masse difforme et animale de l’ennemi que nous avions eu. Mais finalement, tout ce qui reste, c’est un gamin.

- Comment on s’organise pour le village et ses habitants ? Je sais que tu n’es toi-même pas Taicho depuis très longtemps, mais tu as une bien meilleure expérience shinobi que moi. Il y a un protocole ou un truc du style ?


Je m’emparais d’une pelle et commençais à creuser à l’unisson avec le Kizuato. Je venais de faire une légère pause, le temps de positionner correctement mon Kiseru et de me mettre au boulot.

- Quelle est la meilleure chose à faire ? Les bâtiments n’ont pas subi tant de dégâts que ça, à part avec la projection du… de… avec son passage. L'autre vieillard a aussi démonté des maisons pour ses bûchers mais ça reste mineur.
dis-je finalement en désignant l’ancien mutant. Trouver le mot juste était ... un peu complexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Le village des cannibales [Hisao]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: