Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

It is a matter of speed and prowess [Libre]


Mar 7 Nov 2017 - 5:20
Taishi déplaça la cible, la regarda un instant avant de la reprendre pour l’éloigner encore un peu, puis encore un peu plus pour faire bonne mesure. Encore quelques ajustements, puis il regarda son œuvre en soupirant, il avait déjà de la sueur sur le front à cause de ce damné soleil d’après-midi. Il aurait probablement pu faire cuire un œuf sur le sol en ce moment. Le terrain d’entraînement était un brouillard bouillant. Il finit par se retourner et s’éloigna graduellement. Il avait placé un certain nombre de cibles un peu partout sur le terrain, un exercice fastidieux mais on lui reprochait sans cesse de négliger son entrainement, de toute façon.

Taishi vivait cette certaine lassitude complaisante et pourtant effrénée. Il avait des jours comme ça, où il n’avait ni envie de se lever ni celle de rester immobile. C’était le sang Hayai qui coulait dans ses veines, aurait dit son père. Un paresseux né dans le corps d’un coureur insatiable, cette dualité qui persistait. Et pendant que le monde changeait, lui essayait de garder un équilibre précaire, ne cherchant rien d’autre qu’apaiser un démon intolérant. Il ramassa une boite verdâtre à deux mains et l’emmena avec lui jusqu’au fond du terrain. Taishi posa la caisse sur une petite table et l’ouvrit sans plus de cérémonies, en extirpant des paquets de kunaïs fraîchement forgés. L’Hayai ne pouvait pas utiliser des armes de jets régulières pour certains de ses sceaux, il avait besoin d’un alliage particulier. Théoriquement il pouvait marquer n’importe quoi, mais c’était un effort considérable qui manquait de flexibilité. Le jeune chunin ramassa un des couteaux et en inspecta la lame verte, la faisant tourner entre ses doigts pour en tester le balancement. Les forgerons de son clan devaient connaître une ou deux astuces, car le travail était d’une telle qualité qu’il aurait dû mal à différentier les différences entre deux d’entre eux.

Il inspecta ensuite les sceaux sur les poignées, des écritures fines, presque des gouttes d’encre qui formaient finalement un dessin détaillées. De l’œil de Taishi, ils n’étaient que des pauvres imitations du travail que les anciens de son clan étaient capable de produire, mais comme dans bien des choses, le chunin manquait d’entraînement et détestait s’asseoir pour faire des sceaux. Qui plus est, aussi gâchés sois son travail, il s’agissait d’un travail fastidieux et le résultat était presque aussi efficace. Depuis les premiers jours de son équipe avec Sanana et Akimoto, où le kuchyose du géant roux avait réussi à détecter le chakra dans son kunai avant même l’activation du sceau, il avait fini par comprendre que les défauts dans l’écriture du sceau pouvaient causer des « fuites », si on veut. Il persistait à penser qu’il fallait un miracle pour les détecter et agir en conséquence. Ce foutu ourson… Il l’avait démoli, de toute manière.

Peut-être que son irritation était causé par son état d’esprit depuis le jour d’avant, cette simili-dispute avec Sanadare, si on peut appeler ça comme ça. La persistance de cette imbécile à s’accrocher à une rancœur maladive envers son propre clan, eux qui, au final, avaient agi avec une logique presque mathématique. Taishi n’aurait jamais approuvé, mais il pouvait comprendre. Elle allait finir par se couler elle-même, avec ou sans son clan. La vraie question, c’était pourquoi ça l’affectait, lui ? Pour peu, elle pouvait disparaître demain que ça ne ferait aucune différence pour lui, non ? Des ennuis pour s’occuper de Moira, peut-être. Et pas de babysitter pour Empereur Perroquet. De l’administratif, quoi. Alors pourquoi ça le dérangeait ? Il n’attendait de personne de suivre son chemin à lui, lent et pourtant droit, à travers les politiques et le monde en constante évolution. Mais peut-être aurait-il voulu qu’elle évite de tomber dans tous les trous sur sa voie à elle. Il soupira, cela aurait été sans doute plus simple de la laisser crever dans cette forêt, si elle insistait pour gâcher sa vie de cette manière. Mais encore une fois, qu’est-ce que ça avait à voir avec lui. La frustration l’emporta un instant et il se retourna en projetant le couteau de toutes ses forces. L’arme accéléra subitement et ce n’est qu’à ce moment-là qu’il remarqua qu’il n’était plus tout seul sur le terrain, mais aussi que son arme filait droit sur l’individu qui, à cette distance, était difficile à reconnaître. Taishi soupira et supposa que c’était le bon moment pour tester son sceau. Le chakra pulsa et sa main se referma sur le kunai dans un éclat de lumière verdâtre, quelques mètres avant que le couteau ne puisse terminer sa course dans la cible de chair et d’os. Dépité de s’être emporté ainsi, ce qui n’arrivait pratiquement jamais et le laissait encore plus confus, il haussa des épaules.



« Désolé, mauvaise journée je suppose. En même temps, tu es en travers d’une de mes cibles, ça prouve que je ne vise pas trop mal… Ou pas. »

Il soupira.

_________________
I bring the final moment, Invité.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 21 Nov 2017 - 23:05



Cette Académie Hashira était un théâtre bien étrange, où se déroulait bien des  scènes allant du rocambolesque de situations inattendues, à la bucolique fantasmagorie. Ces genins joufflus, turbulents pour certains d’entre eux, avaient toujours des idées saugrenues qu'ils s'émerveillaient à expérimenter. Quitte à finir dans la fameuse salle de retenues, aux mille et un délices carmins.

La saison faisait son ouvrage, le soleil à son zénith crépitait tel un feu incandescent et rougeoyant. Léchant de sa fournaise les paysages et les âmes, sans faire distinction. Une chaleur si étouffante qu'il était même parfois difficile de supporter celle-ci, sans sourciller once de gêne à son encontre. Au moins, l'avantage était que les demoiselles arboraient de bien plus courtes et saillantes tenues. Cependant, suer n'était pas vraiment plaisant. Chercher la fraîcheur de l'ombre, devenait une mission qui s'inscrivait comme salutaire, en ces temps carnassiers où la fournaise montrait sa dentition acérée.

Vaquant comme d'habitude à ses passions, le Dragon d'Iwagakure cherchait quelques élèves à mettre en détention.  C'est bien par malchance, qu'il ne remarqua pas le Taishi sauvage qui s’entraînait dans les parages. Il traversait le terrain d’entraînement, passant devant les cibles, en se perdant dans ses pensées. Sans s'attendre à ce qu'il ne soit la cible inopportune, des arts les plus obscurs. C'est là que soudain, la course d'un Kunai fila en direction de l'imprudent, qui ne le remarqua que trop tard. Tournant le regard en direction de ce qui aurait du lui percer l'iris arboré en son visage. Il se préparait tout de même à esquiver ce trait. Mais heureusement, le vert perroquet, rappela son jet. Surprenant encore une fois, le Dragon stupéfait. Regardant plus loin, cherchant explication à pareil tour de passe passe, il aperçu le Shinobi verdoyant, tenant l'objet ayant faillit précédemment l'embrocher.

Le Dragon s’avança alors vers le personnage, qui s'excusait alors de ne pas avoir vérifier que le champ de tir était dégagé.

« Mon erreur, je n'avais pas remarqué que quelqu'un s’entraînait. »

Regardant l'étrange personnage qui semblait aimer un peu trop la teinte verdâtre. Il ne semblait pas être élève ici, mais plutôt un Shinobi confirmé.

Très intrigué par la technique qu'il venait d'user, qui était même loin d'être piquée des hannetons, il se permit d'en faire la remarque.

« Voilà une bien superbe et inattendue capacité que vous venez d'user. Je n'aurais pas l'impudence de vous demander informations dessus, car après tout, un Shinobi doit garder sous l'obscurité ses talents. Pour peu, mon œil s'en serait sans doute trouvé bien malheureux. »

Ne voulant pas vraiment parler de ce sujet mal avisé, il réorienta alors la conversation.

« Mauvaise journée, certes, cette chaleur est insupportable, vous ne trouvez pas ? »

Le Dragon, alors, lui demanda son avis sur le temps présent. Plus pour essayer de lancer un sujet de conversation assez neutre, que se souciant réellement de la réponse. Qui se ferait certainement cinglante.


_________________
Merci Sora-chan!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees

Mer 22 Nov 2017 - 3:49
Encore dépité, Taishi se résigna à faire preuve de politesse et au moins échanger quelques mots avec le type qu’il avait faille embrocher, c’était la moindre des choses, en essence du moins. L’Hayai avait un cercle d’amis très restreint et faisait profil bas dans le village. Ça avait plusieurs avantages, si ce n’est qu’il avait presque toujours l’effet de surprise au final. Et tout le monde sait que cet effet est essentiel même contre ses plus proches alliés… Il se gratta la tête, faussement embarassé.

« Ton œil, eh ? T’inquiète, il y a qu’une chose plus rapide que mes kunaï, c’est moi »

Sourire arrogant, mais on pouvait bien voir que Taishi déconnait. Il inspecta le tranchant de son arme tout en jetant un regard au nouveau venu. On pouvait sentir le côté poéto-mégalo-dramato-dépressivo-mélancolico-galanto-tristano-sentimental.

« Oui non, je ne viens pas ici très souvent à vrai dire, pas assez souvent du moins. Je voulais juste tester mes nouveaux kunais. Dis-moi, je veux pas juger mais vu tes vêtements, tu serais pas emo par hasard, hein ? Je veux dire, si tu voulais te tuer sur mon kunai, il suffisait de demander. Je reste quand même de l’avis que le mascara va mieux aux dames, mais on est en an 201, tout est permis je suppose. »

Nouveau regard au type. Taishi plissa les yeux.


« Toi… Toi… Je te reconnais !»

Il le pointa d’un doigt accusateur. Cette journée ne faisait qu’empirer, décidément ! Les mots suivants lui donna une idée et il commença à reculer jusqu’à sa caisse de kunai.

« Quelle incroyable perte de temps que c’était ce truc. Mais on a bien rigolé. Disons que tu voulais impressionner Sanadare, tu t’es dis, je vais être ténébreux et tout, les femmes adorent ça, non ? »

Il haussa les épaules en ramassa une poignée de Kunaï tout en essuyant la sueur sur son front causé par le soleil de plomb.

« Et, ainsi, logiquement, tu as voulu marquer ton territoire, on la pourfend avec le silence de mon maquillage surfait et mes émotions dépressives, qui serait pas conquis par ça. Elle est aveugle en plus, c’est comme pleurer sous la pluie, elle y verra que du feu !»

Il se mit à faire les cent pas distraitement.

« Tu t’es dit, cible facile, elle est déjà à moitié déshabillé et je lui ai même pas parlé encore. Ouais ouais. Tu vois, tout ça, ça ne me dérange pas. Quand on est une route de terre battue, on est habitué à ce faire rouler dessus. »

L’Hayai hocha de la tête pour lui-même. Puis il s’arrêta.

« Mais… Mais il y a un truc que je ne peux tolérer. »

Il se retourna vers l’homme-poulpe.


« Les gens qui me foutent un vent au profit d’une aveugle exhibitionniste ! »

Il balança les bras en avant, projetant les kunais dans ses mains, chakra à l’appui. Les armes accélérèrent brutalement dans un sifflement sonore. Cette fois, la cible était bel et bien intentionnelle.


« Allez, voyons voir si les tentacules du dragon d’Iwa peuvent effrayer autre chose que les écolières de 10 ans. »



_________________
I bring the final moment, Invité.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 22 Nov 2017 - 17:39



Aux premiers abords, faisant preuve d'un peu de correction, le personnage n'en restait pas moins légèrement acerbe. Affichant un sourire pour le moins arrogant, il toisait son interlocuteur dans ses paroles acerbes. Lui demandant s'il était un de ces emo des nouveaux temps. Une mode s'étant largement propagée depuis la triste nouvelle du plus célèbre de ses représentant. Le très célèbre Aranado Toshiro. Qui était devenu le martyr, selon les rumeurs, des agissements viciés de Kirigakure. Plutôt choqué, le Jonin posa sa main sur son front pensif. C'était la première fois qu'on lui posait cette question existentielle. Il ne savait pas lui même qu'il était semblable en apparence à ces individus emplies de noirceur et pour le moins, tiraillés par la mélancolie.

« Plait-il ? » -dubitatif, écarquillant un œil interrogatif-

Cependant, l'homme aux teintes des feuillages, sembla pour le moins inquisiteur. Plissant les yeux en fixant à outrance l'individu lui faisant face. Apparemment, la souvenance se fit. Ils s'étaient déjà croisés. 

Non ! Comment cela se faisait-il !? Étais ce encore une fois la main du destin farceur qui venait s'abattre pour provoquer une situation des plus rocambolesques ?! De son doigt tendu vers l'accusé, il énonça les charges pesant à son encontre. Sous les iris alliant le jade et l'azur, qui ne comprenait pas vraiment ce qu'il se passait. L'homme étant véhément, son courroux palpable, cela se ressentait dans ses yeux emplies d'une lueur des plus assassines.

Les deux shinobi s'étaient pas jadis rencontrés. Où, quand, comment ? Évoquant la fameuse chasse aux trésors, le Dragon finit par se souvenir. Apparemment, il y avait quiproquo. S'il est vrai que ce dernier avait légèrement ignoré le sieur aux parures vertes, c'était car il était trop préoccupé par la renarde, qui leur avait proposé l'expédition. Ses doutes s'étaient même vu corrélés, car il s'agissait bel et bien d'un piège des plus odieux. Mais il était vrai que sombre était son âme, le Dragon ne pouvait pas objecter. Il évoquait Shirohime, qui il faut l'avouer, par ses accoutrement pouvait attirer bien aisément les regards viciés. Mais si le mâle avait cédé à la tentation de laisser ses pupilles contempler les formes, cela était en tout bien tout honneur. Mais maldonne pouvait aisément faire montre.

Continuant d'écouter les remarques, sans vraiment savoir quoi énoncer, le bougre se mit à attaquer sans crier gare.

Lançant des Kunais qui se mirent à accélérer comme le zéphyr les possédant. Défiant la bête, pour protéger la vertu de sa princesse qu'il devait aimer plus que de raison.

Immédiatement, le Dragon passa dans sa forme qui n'avait rien à envier aux plus chimériques Yokai. Ses appendices s'érigèrent alors, laissant une silhouette bien horrifique apparaître, tels dans les fantasmagories de la nuit des temps.

Les Kunais se plantèrent dans l'un des tentacules venant se placer devant le Dragon. Se doutant que comme il l'avait vu, lorsque le projectile revenu comme par magie dans la main de son lanceur, ces armes étaient piégés et recelaient bien des secrets. Il trancha d'un coup de lame son propre tentacule, qui tomba sur le sol. Perforé des deux projectiles ayant fait des dégâts plus importants à ce qu'il s'attendait.

Décidément, la chance n'était pas avec lui. Mais refuser un entraînement aurait manqué de courtoisie. Il se permit tout de même d’émettre sa pensée au forcené voulant manger le Dragon comme un vulgaire poulpe au bouillon.

« Concernant l'affront, cela est possible, je n'ai point moult mémoire ou d'empathie envers les hommes, je suis plus contemplatif des visages féminins. J'étais trop préoccupé par cette marchande et sa renardise, qui s'est avérée être un piège comme je le pensais. Concernant votre petite amie, je vous rassure, je n'avais pas de mauvaises intentions. Si mon regard s'est égaré un instant, ce n'est qu'en tout bien tout honneur. Mais je suppose que la meilleure preuve que je pourrais vous fournir pour plaider ma cause, est de vous offrir quelques échanges dans une rixe amicale. »

Esquissant le mudra nécessaire, trois clones se dressèrent devant la bête affrontant le prince venu la pourfendre en son antre.

« Je vais vous montrer qu'il n'y a pas que les jeunes demoiselles qui devraient craindre mon courroux » -rétorquant à la boutade-

Les clones, moult tentacules au clair, partirent à la charge, afin de fondre sur le malandrin en l'encerclant de toutes parts et lui apprendre les bonnes manières. Kanon patienta examinait son tentacule tombé en sacrifice, mais surtout ces mystérieux Kunais plantés en sa chair. Prenant garde à la malice incarnant l'adversaire dont il ne connaissait pas grand chose au final. La mystérieuse technique dont il avait été précédemment témoin, soulevait l'importance de faire plus qu'attention.





_________________
Merci Sora-chan!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees

Jeu 23 Nov 2017 - 1:15
Taishi considéra les mots du poulpe, pesant le pour et le contre jusqu’à ce qu’un détail le fasse sourciller, au même moment que des copies conformes de la pieuvre se jetaient sur lui. Les coups se mirent à pleuvoir de tous les côtés, mais le jeune homme était focalisé sur les derniers mots de son adversaire de fortune. Alors soudain, l’analyse complété, un nouveau doigt accusateur pointé sur l’octo-man.


« Hé, une minute, tu t’attaques aux gamines aussi !? EMO ET PERVERS !? D’un côté ça explique que tu t’intéresses aux planches d’Iwa, mais quand même ! Tu devrais avoir honte. »

L’Hayai évita le coup de premier clone alors qu’un nouveau kunaï tournait dans sa main, puis asséna trois coups vifs en moins d’une demi-seconde autour de lui, propulsant du chakra à chacune des manœuvres. Il y eut un instant de silence, puis un net craquement sonore alors que les clones partaient en fumée. L’Hayai secoua la tête en pointant les restes des apparitions.

« Je suis pas surpris que tu utilises ce genre de technique, tu vois ! Bien plus facile d’avoir un public pour tes récitals de poésie gothique ! Ou bien c’est comme ça que tu pièges les gamines ! Tu leur fous un tas de tentacules ! »

Il croisa les bras, dépité.

« Je veux dire, que tu slam sur les ténèbres de l’enfant fragile dans ton cœur, un litre d’eye-liner au visage, te balançant d’avant en arrière dans le sous-sol de l’école avec ton seul amie, Roger le chien du concierge, c’est déjà plus acceptable que donner de faux espoirs à Sanadare ! Je veux dire, en plus elle a déjà des standards très élevés grâce à moi, veux-tu réellement la traumatiser davantage ? »

Il y eut un léger éclat de lumière verdâtre autour des vêtements de l’Hayai. Le kunai se remit à danser entre ses doigts, d’une main à l’autre, alors qu’il faisait quelques pas vers le poulpe en le toisant en dépit de la différence évidente de puissance.

« Trop préoccupé, genre ! Trop obsédé, oui ! Et quoi encore, une coupe de cheveux pour couvrir DEUX yeux en même temps !? »

Il secoua la tête.

« Ne crois pas pouvoir te réfugier tes airs générateurs de malaise quand on essaie d’utiliser un pronom pour te qualifier ! Je suis bien informé ! T’as récupéré Sana pendant le festival, avoue ! Rien n’est trop bas pour gigoter tes tentacules sur une pauvre et innocente idiote ! Tu peux avoir une préférence pour les vêtements de cuir trois tailles trop petites, mais tu ne peux pas nier la vérité ! »

Il lança un nouveau kunai vers son adversaire, avec cette fois beaucoup plus de puissance, le chakra déferlant dans son bras. L’arme glissa dans l’air comme un boulet de canon, promettant d’affreuses sensations à sa cible.

Il pointa un doigt accusateur en faisant des pas en arrière.

« Et c’est pas tout ! Et- ET… Haaaa »

Son pied se prit dans son autre pied et il tomba à la renverse. Son manteau s’ouvrit momentanément et des kunai/shurikens volèrent dans tous les sens sous le choc de la chute.

« eeeeeeeeee »



_________________
I bring the final moment, Invité.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Ven 24 Nov 2017 - 2:34



Décidément, plus le Dragon tentait de se blanchir des accusations à son encontre, plus le quiproquo ne faisait que s'envenimer. Passant d'emo ténébreux, à pervers de la pire espèce. Les accusations pleuvaient à l'encontre du Jonin, qui était bien embarrassé.

L'adversaire se débarrassa aisément des clones. Faisant montre d'une rapidité peu commune, voir même des plus admirables. Toisant alors, d'un ton véhément, il annonça une cinglante tirade. Évoquant une fable où la pauvre princesse blanche et innocente, en proie à la perversion de son tortionnaire, aurait subie moult obscénités et autres traitements des plus sadiques.

Kanon n'en croyait pas ses oreilles. Mais il comprenait que l'homme, s'était certainement imaginé de bien étranges scénarios. 

Il renvoya un projectile à l'intention du Dragon, qui restait des plus dubitatif en entendant le récit à son encontre.

Le Jonin se protégea, en érigeant une barrière tentaculaire, qui réussit à bloquer en partie l'arme de jet. Qui perça tout de même la défense et se planta subrepticement dans l'épaule du Dragon, qui grimaça légèrement. Il retira le projectile, un peu agacé par tout ce scandale.

Finalement, le bougre, dans sa hargne, finit par se prendre les pieds dans son propre emportement. Tombant lourdement à la renverse d'une bien surprenante façon. Laissant s’échapper alors, tout l'arsenal qu'il cachait dans son manteau, qui se déversa comme une vague venant se fracasser en milles gouttes contre les rochers.

Kanon s’avança vers l'Iwajin qui était toujours à terre, afin d'essayer de le raisonner.

« Je ne sais pas ce que votre amie vous à raconté. Il est vrai que je l'ai emprisonnée, mais rien de ce que vous pensez qu'il est survenu, lors de sa détention, ne s'est réalisé. Je peux comprendre que votre affection pour elle, vous laisse imaginer le pire. De l'amour à ne pas douter, pour que vous puissiez imaginer tant de choses. »

Kanon croisa les bras, regardant toujours son interlocuteur. Ne sachant pas vraiment comment il allait réagir. Il était un bien étrange personnage pour s'imaginer de tels scénarios.

L’échauffourée commençait à se remarquer que de trop. Des élèves  s'agglutinaient peu à peu pour regarder la querelle qui s'installait en ce théâtre. Tous écoutant et fixant d'un air perplexe, les deux acteurs de cette scène inattendue.

La situation était des plus embarrassantes et compromettantes.

Kanon soupira, en se grattant la tête.

« Hum, si nous écourtions tout cela ? Je n'ai pas touché à un seul des cheveux de votre amie. Je l'ai simplement raisonnée, afin qu'elle ne commette l'irréparable. »

Lui tendant la main, en signe de bonne foi, pour l'aider à se relever, il lui proposa une alternative.

« Et si nous allions prendre un thé ? Ainsi, nous pourrons mieux éclaircir ce malentendu. » -dit-il-

La chaleur était étouffante, le climat était plus apte à partager des idées autour d'un thé, que de se battre pour des raisons erronées.





_________________
Merci Sora-chan!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees

Ven 24 Nov 2017 - 19:05
Taishi grogna contre le sol, pestant contre cette politique de sol non-compacte. C’était la faute du Tsuchikage, évidemment ! Même pas capable de donner une surface de qualité pour les entraînements ! Où va le monde quand on peut même pas reculer sans se prendre une chute ! Un secret d’ordre national qui pourrait vouloir dire la fin d’Iwa si ça venait à se savoir !

« Le pire… »

Il pouvait entendre les justifications d’emo-poulpe, là n’était pas la difficulté, le niveau acoustique était plutôt bon 5 centimètres au-dessus du niveau terrestre. Il n’en croyait pas ses oreilles, il l’avait emprisonnée ! Taishi n’était pas au courant de celle-là. Juste à imaginer Sanadare immobilisée, les tentacules qui volent dans tous les sens… Ça stimulait l’imagination. Et pas juste dans le bon sens, je vous vois venir, Hentai-sama. Il massa sa tête douloureuse.

« De l’affection ? Ha… Hahaha. Venant d’un type qui porte des tocards permanents et une écharpe déchirée en plein été pour cacher ses « sentiments »…. »

N’empêche, il avait un point, Taishi ne pouvait pas le contredire, certes il avait peut-être eu de bonnes intentions. Peut-être, on ne s’avance pas trop non plus.

« Comment ça l’irréparable ? Elle est déjà irréparable ! Vois-tu, Sanadare est une idiote, une imbécile heureuse ! Une sotte aveugle, une planche lisse et sablée ! Complètement aveuglée, figurativement et littéralement ! Plus concrètement, elle bouffe mon précieux oxygène. Ouep, tout cela. Mais…. Et je dis bien, avec un grand M, Mais… »

Il secoua la tête, toujours sur le sol.

« Peut-être que t’as cru l’aider en gigotant tes tentacules partout, mais bon, c’est comme empêcher un sceau troué de déborder, cause perdue d’avance, tu vois ! Mais je ne veux pas insister sur le sujet. Comme je t’ai dit, c’est une pure idiote, le sommet de l’évolution en débilité. La stricte vérité, réalité , l’indissociable particularité de sa personnalité disjonctée -prend des notes pour tes poèmes dépressifs-. Elle est sans substance, C’est une tarte sans contenu, même pas de formes, c’est une pâte à pizza quoi. Tout ça…. Mais… »

Il leva un doigt alors que poulpe-sensei s’avançait.

« Je veux dire, c’est comme le mobilier du salon que t’as récupéré de ton oncle qui part en vacance, laid, mal-agencé, fais des pires matériaux et qui a une légère odeur de cadavre en décomposition. Je suppose que ce que j’essaie de te dire, dans des termes semi-dark pour ça fasse un bon effet... »

L’homme pieuvre lui tendait la main pour l’aider à se relever. Les badauds autour regardaient avec grande attention. Taishi avança sa propre main.

« C’est que bien que Sanadare soit un déchet humain… »

Il y eut des cris de surprise dans le public, plusieurs clignements d’yeux. Une ado s’affaissa, croyant qu’elle était victime d’un coup de chaleur. Car là où se tenait le vert impromptu à l’instant d’avant, il n’y avait plus qu’un tas d’armes de jet brillant sous le soleil. Hayai Taishi avait carrément disparu, ou presque. La main du chuunin se ferma sur le Kunai planté dans le tentacule et l’arracha, tout juste derrière le poulpe qui s’était avancé vers lui après tout. Le Kunai tourna dans sa main, le bout rond vers le haut.

« C’est mon déchet. »

La suite fut plus facile à imager que décrire.

Spoiler:
 




_________________
I bring the final moment, Invité.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Ven 24 Nov 2017 - 21:44



C'était bien ce qu'il pensait. Le Chuunin était éperdument éprit de sa princesse immaculée, plus qu'il ne voulait ou ne souhaitait le laisser paraître. Son discours véhément sonnait bien les échos des carillons qui se teintaient des sentiments d'un jeune chien fou voulant s’attaquer à la main ayant porté atteinte à son adorée.

Essayant tout de même de raisonner cette querelle aux fondements fissurés par des raisons se justifiant que d'à priori et de suppositions infondée, le Jonin n'en était que des plus inquiets. Plus il parlait de ses vers d'un vert électrisant, plus cela dérivait sous des horizons emprunt de ténèbres et de vipères assassines.

La foule qui s'agglutinait toujours d'autan plus, se régalait du spectacle. La liesse se faisait sentir. Un bon scandale bien scabreux, suscitait toujours les intérêts des élèves qui se délectaient au moindre os de ragots pernicieux qu'il pouvaient se mettre sous les canines. Le rongeant alors jusqu'à satiété, même au delà.

« Je vous dis que vous vous trompez... Je n'ai jamais poser le moindre... » -essayant encore une fois de raisonner le forcené-

Cela était vain, il n'eut point le temps de terminer sa phrase, que le bougre avait soudainement disparu, laissant l'éclat des rasoirs pour seul interlocuteur, sous les regards médusés du Dragon, ainsi que de la foule.

Sentant alors le bougre retirer la lance plongée dans le cœur de son tentacule, ou plutot, la présence dangereuse de quelque chose qui attentait à son honneur, le Shinobi réalisa alors ce qui se produisait, mais il était tard pour éviter cette botte secrete. La plus terrible technique des arcanes secrètes des ombres. 

Hurlant alors, le Dragon s'écria.

« YAMEROOOOOOOOOOOOO !!! » -tentant de se retourner-

Le bougre essayait alors de lui enfoncer quelque chose là où il n'en était pas question.

C'est au dernier instant, que le Dragon canalisa toute sa puissance primordiale et ses réflexes, avant d'être foudroyé par le mauvais tour.

Disparaissant alors soudainement, puis réapparaissant à une distance plus éloignée.

Haletant, fixant le rustre et perfide personnage. Son honneur était préservé. Fort heureusement. Mais là, la colère du Dragon allait être terrible.

« Espèce de malade ! Taré ! Pervers ! J'ai voulu être correcte, mais là, c'en est trop ! » -grognant d'une voix tremblante et courroucée-

Son regard était plus noir que la nuit des temps elle-même. Il allait venger cet affront, cela séance tenante ! Si il n'était pas sérieux au début de l'escarmouche, il en était alors tout autrement.

Il lança alors le combo qui allait provoquer la Calamité des cieux elle même.

Le Dragon se mit à tournoyer à une vitesse prodigieuse sur lui même, frappant de ses puissants et vigoureux tentacules tout ce qui oserait l'approcher. Puis il utilisa sa plus terrible technique, à pleine puissance. Son jet d'encre visqueux, provocant alors le désastre lui même. Balayant tout ce qui se trouvait alentour, d'un déluge ténébreux venant frapper violemment tous les spectateurs de la scène et le théâtre même de la représentation digne du burlesque.

L'ouragan vint frapper. Tous allaient payer l'affront qui venait d'être fait. Autant le vert perroquet, que la foule présente, qui hurlait de peur face à cette toupie infernale et cette substance qui les aspergés avec véhémence. Toupie qui fonçait alors, grâce au sol glissant, à une allure et à une vitesse encore plus dantesque que l'on pouvait imaginer, en direction de sa Némésis qui devait être déjà aspergée de la substance, afin de la faucher dans sa course.




_________________
Merci Sora-chan!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees

Dim 26 Nov 2017 - 19:22
Sans réelle surprise, le kunai s’enfonça dans… Rien du tout. Dommage, il avait crû avoir vraiment pris le poulpe par surprise. Le type était d’un niveau supérieur, après tout. Le public était consterné, une adolescente venait de perdre conscience à cause de la chaleur et du choc nerveux. Du même coup, Tentacruel semblait avoir abandonné son verbal de gentleman ténèbreux et laissait entrevoir sa vraie nature, le rebelle en colère contre le monde entier qui n’arrive pas à le comprendre.

Un emo, quoi.

Toujours est-il est qu’il faut leur donner ça, aux emos, quand ils font une crise c’est pour de vrai. Les tentacules de mirent à gicler dans tous les sens, un vrai cauchemar, les adolescentes tombaient comme des mouches, on avait l’impression de regarder un mauvais ero-book, pas que Taishi sache quoi que ce soit sur ce sujet, il faut préciser.

« On peut en discuter, tu sais ! Je veux dire, presque personne a vu ça, juste, genre, peut-être vingt ? Considérant la population totale d’Iwa, c’est trois fois rien, non ? Non ? »

Le jônin lui fonçait dessus, un véritable tourbillon d’appendices visqueux. C’est alors que l’impossible se produit, il excrétait une sorte de liquide noire un peu partout, aspergeant le public et le terrain d’entraînement. L’Hayai, stupéfié, regardait l’encre s’approcher en même temps que les tentacules, et sembla réfléchir un instant.

« Es-ce que c’est comme… Comme… Comme une expression artistique de tes pensées dark-ténèbres ? »

N’ayant plus le temps d’y penser, l’Hayai disparut au moment où le jet d’encre allait lui tomber dessus. Un éclat verdâtre plus tard, sa main se refermait sur l’un des kunai tombé sur le sol après sa dernière chute. Cependant, le sol était déjà couvert d’encre à cet endroit et son arme était poisseuse. Pire encore, la surface était glissante et son déplacement avait créé un certain momentum et il se mit à patiner, déséquilibré. Craignant surtout la chute, il fut pris par surprise alors que les tentacules et son manieur lui fonçait dessus encore une fois. Un des tentacules le happa alors qu’il se redressait en focalisant son chakra.

Il réapparut quelques mètres derrière, le kunai que son adversaire avait retiré de son épaule quelques instants auparavant, mais le choc du tentacule restait tout à fait réel et l’envoya voler dans les airs, rattrapé par le grillage du terrain d’entrainement. Son manteau était principalement sauf, mais l’air dans ses poumons tardait à y retourner.

« Keuf…Keuf… Pas… Pas-mal !»

Il se redressa péniblement.

« …Maintenant on sait que ton titre est pas totalement surfait, même si j’ai des doutes sur les méthodes. »

Il se secoua comme un chien pour se ressaisir, puis haussa les épaules en rangeant son kunai avant de se diriger vers la sortie.

« Bon allez, on le boit ce thé ? Tu pourras me raconter à quel point ta vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Je ne dirai rien à tes parents, promis. »

Des exclamations d’indignation de la part du public couvert d’encre commençaient à retentir, surtout de la part des adolescentes.


_________________
I bring the final moment, Invité.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Lun 27 Nov 2017 - 5:31



Cela ne lui ressemblait pas, vraiment pas. De se laissait entraîner dans une histoire regorgeant de quiproquos, tous plus invraisemblables les uns que les autres. Avec une déconcertante facilité, qui aurait pu paraître comme coulant naturellement de source. Perdre son sang froid, cela était une chose que Kanon n'avait jamais connu, du moins pas en ces circonstances. Cela était en général le cas, dans une farouche bataille contre un Némésis. Se laisser aller aux plus primales pulsions, à une soif de sang débordante, insatiable, qui ne trouverait de repos qu'après avoir été satisfaite et l'ennemi dévoré jusqu'aux os. Non, la situation était différente. Il ne s'agissait pas réellement d'un ennemi, qui devait être châtié séance tenante, quoiqu'il puisse en coûter. Mais juste d'un homme, tentant de se venger de la bête qu'il croyait coupable. Coupable d'avoir violenté de pauvres demoiselle, de leur avoir sauvagement arraché leur vertu, sans once de pitié. D'avoir planté ses crocs tentaculaires dans leur innocente et moelleuse chair, afin de s'en repaître jusqu'à trouver satiété, qu'importe leurs pleurs ou leurs cris implorant grâce. Une bête infâme, vous dis-je ! Se plaisant à se faufiler parmi le troupeau, arborant masque humain, pour ne pas être reconnu comme déviante, puis subir le bûcher. Mais, toute créature n'a elle point cœur ? Battant comme tous ! Cherchant simplement le bonheur ? L'amitié ? Être aimé ? Que nenni ! Coupable ! Mais de quoi ? Tu es une engeance, vile et difforme, cela suffit à plaider ta sentence. Coupable ! De ta différence, tu devras expier cette faute, qui t’incombe.

La Calamité fait son ouvrage, comme possédée, ou bien est-ce là, sa véritable nature se déchaînant ?

Tourbillonnant en crachant moult venin, la course était lancé, face à l'adversaire qui venait peut être de se rendre compte, que ses paroles avaient été un peu trop portées sous le coup de la colère qui le rongeait.

Le théâtre, ainsi que les spectateurs incrédules, se firent copieusement  asperger par l'étrange liquide. Ils avaient beau crier et tenter de s'enfuir, c'était peine perdue d'avance. Tout ce qu'ils firent, c'était de tomber de façon rocambolesque, en glissant sur le sol, désormais impraticable.

L'homme, arborant le vert plumage, essaya de parlementer, pour calmer le cyclone déchaîné. Mais, une fois lancé, il était trop tard. Pourtant le sacripant réussit avec ses tours, à parer le plus gros du courroux. Au moins, il avait évité de se voir empêtrer dans la viscosité du désastre. Cependant, il se prit tout de même un bon coup d'appendice vengeur, qui le fit tressaillir.

L'honneur de la bête était sauve. Au moins, il avait frappé de son courroux vengeur le sieur lui ayant fait moult affronts.

Finissant par arrêter sa course effrénée, le Dragon aperçut la catastrophe qu'il avait alors provoquée.

Le beau terrain d’entraînement, qui était si ordonné auparavant, était maculé et recouvert en grande partie de l'encre visqueuse. Autant vous dire que les élèves chargés de nettoyer les infrastructures, allaient avoir une bien dantesque tâche à accomplir. Si seulement ce n'était que ça. Non, en effet, plusieurs demoiselles qui étaient venu regarder le combat acharné entre les deux hommes, la violente, mais virile querelle, qui émoustillaient leurs esprits. Les laissant songeuses, voir hypnotisées, par ce que que le mâles indomptable avaient à leur mirettes de plus beau à offrir. Elles étaient toutes en bien fâcheuses posture. Leur vêtements fondaient comme neige au soleil, contre leur volonté, qui s'étaient d'ailleurs mystérieusement envolées. Leurs visages gênées, semblaient lutter contre une mystérieuse chaleur les saisissant de toute part. Tentant de cacher leur gêne et leur honte, elles s’esclaffèrent, criant le mot « Hentai » à l'encontre des deux oiseaux, avant d'arriver à s'enfuir avant que leur tenue ne soient définitivement happée de la langue du néant.

Kanon était bien embêté pour le coup. Il croisa les bras en soupirant, avant d'accepter l'invitation de son adversaire. Une trêve était avisé, mais surtout salvatrice.

« Va pour le thé. Je crois que j'en ai grand besoin. » -dit-il, affichant un air un peu désabusé et fautif pour le coup- « Jamais un adversaire ne s'en était aussi bien sortit. Vous ne mentiez pas lorsque vous vantiez tantôt votre rapidité. »

_________________
Merci Sora-chan!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t152-soryu-kanon http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t923-soryu-kanon-et-les-chroniques-oubliees

It is a matter of speed and prowess [Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Académie Hashira
Sauter vers: