Partagez | 

Encres de sept lieux ; une missive de la Roche (Yoshi)


Sam 11 Nov 2017 - 3:38
Encres de sept lieux ; une missive de la Roche ft. Nagamasa Yoshitsune


Ce RP est une réaction à la lettre suivante : http://www.ascentofshinobi.com/t1736-encres-de-sept-lieux


Quelque part au Pays des Remparts – Sur la route vers l’Académie

« Yoshitsune-san? Qui a-t-il? » demanda le colosse à l’ainé de la fratrie Nagamasa. Quelques lieux au-delà de la frontière, alors que le groupe commençait à s’aventurer sur les terres montagneuses de Joheki no Kuni, les iwajins avaient été surpris par une invitée surprise, une messagère du clan Sôryû.


Les trois hommes avaient décidé de s’arrêter sur le bord de la route pour casser la croute après une dure et longue avant-midi de marche dans les montagnes pour franchir la frontière du pays. Tandis qu’Akimoto et Yoshitsune s’installaient, le jeune Akimichi avait été envoyé par ses deux supérieurs pour dénicher de quoi remplir leurs gourdes maintenant presque vides. Installé en tailleur sur un rocher, le Borukan avait commencé à grignoter quelques morceaux de viandes sèches tout en sirotant une gorgée de saké occasionnelle. C’est à ce moment-là que la jeune femme les avait surpris, faisant sursauter le rouquin. Sortie tout droit de nulle part, comme si elle les avait suivis de loin et avait attendu cet instant précis pour les aborder, une jeune femme blonde à la poitrine généreuse et toute de noir vêtue s’était présentée aux deux shinobis. « Yoshitsune-dono, une lettre de votre ami Sôryû Kanon. » avait-elle dit en lui tendant un petit rouleau de parchemin scellé.


Fronçant les sourcils, Akimoto était demeuré silencieux, mais pourtant particulièrement intrigué. La venue de cette missive était bien étrange. Pourquoi le Kōeki leur envoyait-il une missive alors qu’ils étaient en mission à l’autre bout du Yuukan? Akimoto regardait avec impatience et inquiétude son homologue samouraï, tentant de déceler sur son visage une quelconque réaction à la lecture de cette mystérieuse lettre. Si l’homme-poulpe leur écrivait, c’est que quelque chose devait s’être produit du côté d’Iwa pendant leur absence. Mais quoi?

Leur départ d’Iwa et du Pays de la Terre avait été précipité. Leur mission à l’Académie était après tout d’une importance capitale dans leur lutte contre le Soshikidan. Les deux individus qu’ils avaient combattus avaient un passé lié avec l’institution et la mystérieuse kunoichi qui s’était portée à leur rescousse à Shîto leur avait promis des réponses pour les aider. Mais peut-être que les priorités du Conseil – dont Yoshitsune et Akimoto faisaient partie – étaient mal placées? À leur départ, une menace invisible et silencieuse planait toujours au-dessus du village, celle-là même qui avait placardé tous ses recoins de missive accusant Kiri de manigance et de fourberie. Peut-être qu’ils auraient mieux fait d’y rester, le temps de mener l’enquête à terme avant de se lancer dans une telle mission…Quelque chose ne tournait pas rond et Akimoto n’aimait absolument pas ça.

Le Borukan fixa le samouraï une nouvelle fois lorsque ce dernier releva les yeux de la lettre. « Et puis? »

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Mar 14 Nov 2017 - 23:25


☆ ☆ ☆     NOUVELLE DE LA ROCHE



Et ainsi tandis que Yoshitsune et Akimoto s’arment de courage bataillant contre nature et compromis ; au loin les cornes de la guerre bercent d’une langueur morne et monotone les cœurs de la nouvelle génération. L’horizon s’étant assombri, l’Éternité elle-même n’eut sans doute jamais été témoin d’un destin aussi obscur et incertain. Ils ont transgressé les lois de la nature et traversé les âges à la recherche de l’ultime réponse à leurs questionnements emplis de détresse. Mais qui sont ces êtres, à la fois “Hommes” et “ombres sans identité” ? s'interrogent les Ninja de la roche. Sont-ils réellement l’avenir. des plus jeunes ? Car si tel est le cas, il n'était là plus que l’incarnation d’ambitions décharnés. Le symbole d’un futur apocalyptique et terrifiant, abandonné par la lumière et l’espoir. Et le chaos ayant présidé leur naissance, il en va désormais de l’élite d’Iwa que de lutter contre les rouages guerriers pour déjouer le sort. Et ici l’échec ne sera pas toléré car il en va de l’équilibre de tout un peuple en perdition. Mais peut-on réellement jouer impunément avec le temps ? La partie s’annonce dangereuse et l’abandon n’est pas une option. C’est un chemin sans retour, semé d'embûches et de pièges méconnus. Et à la fin du voyage, ils devront faire face au plus intransigeant de tous les ennemis : la fatalité.

De la sorte, le fier bushido se bloque contre un rocher bordant le cheminement de leur quête sans nom. Lettre à la main. Il n'osait pas l'ouvrir de peur qu’elle soit énonciative de mauvaise augure. Un peu à l'image des vallées de ces contrées inconnus respiraient les doutes. Sous l’insistance d'un Akimoto aussi intéressé que lui même, Yoshitsune s’efforça de lire l'énoncé.

“Cher Yoshitsune San”...
Concernant le village, tout se déroule pour le mieux, grâce au festival, les inquiétudes et peurs ont été pensées, du moins momentanément, même si le risque court toujours malheureusement. D'ailleurs, c'est en cette inquiétude que je vous envoie cette missive. Il y a du nouveau, rien d'alarmant, mais je préfère vous avertir au plus tôt, dès que j'ai eu vent de ce qui se déroulait.

En lisant ça, la robe de doute sembla comme s'évanouir dans les méandres du jour ; Sun-Hi.. Sora.. Shoda.. ou encore Maa et Chogen. Tout le monde se portait à merveille. Comme quoi le temps n'était pas si homérique tant porteur de maux ou d’afflictions que de bonnes nouvelles par delà terres et mers. Alors que son visage se drape d'un sourire satisfait, l’illustre bretteur ne peut s’empêcher que de faire lecture du reste de bonnes nouvelles.

“Une exode de Kirijins s'est présentée aux portes du village. Notamment, un de vos cousins apparemment, a prévenu votre frère via une missive de leurs déboires avec Kirigakure. Un certain membre du clan Hoshino. Demandant explicitement qu'asile lui soit offert, à lui et à ses compagnons d'armes, des Yuki notamment. Selon eux, le dirigeant de Kirigakure serait un tyran aux agissements plus que répréhensibles. A savoir si cela n'est pas encore une mascarade de plus ou pas, le la part de certains, comme les affiches anonymes, je ne saurais le dire. Étant pragmatique moi même, je vous demande, un peu égoïstement, de l'être vous aussi. Votre frère semble assez touché, vu que votre cousin fait partie intégrante de cette affaire.”

Hoshino ?!

Tellement effaré que le son en sortit de lui-même, sans jamais qu'il puisse le dompter. Aussi longtemps qu’en revienne à son souvenir, la branche Hoshino… Si telle était réellement la filiale à laquelle il songeait, a été inactive à la limite de l’extinction. Alors si jamais cette nouvelle était vrai, qu'il aimerait rencontrer ce Watari dont on lui parle depuis si longtemps. Voir si il n'était là ne fit-ce que le tiers des éloges qui se taraudent à son sujet.

« Enfants du ciel bannis par les lois terrestres, ces hors-la-loi d’un genre nouveau sont-ils réellement ceux qui détruisent dans leur sillage la légitimité de toute loi ? Ces mercenaires d’après Kanon-dono sont bien loin d’être missionnaires de Kiri. Toutefois à l’inverse de mon frère, je pense tout de même d’ailleurs, qu’il soit possible qu’ils arpentent Iwa la Grande pour combler leur égotisme à toute épreuve. Quand bien même mon cousin les accompagne, je n’aurai pour eux aucune pitié. Si la guerre est là ce qu’ils veulent, ils l’auront, quitte à l’arracher de force au premier innocent venu. » s’exclame le samouraï en toute franchise.

Il n’est certes pas homme de foi, mais il a espoir en de jours heureux pour l’ensemble des nations. Alors il se sait capable de s’avancer Nene Kirimaru, lame fidèle à la main ; tranchant à travers le marasme, l’ombre obscur qui veille le monde. Alors de son éloquence naturel, il tonne allègrement tentant de convaincre le rouquin de rallier sa cause.

« Pouvoir absolu et richesses infinies sont là les seules priorités de l’homme dans cette vie de barbarie. Mais ne les blâmez pas d’être des monstres assoiffés d’or : leur existence n’ayant sûrement jamais été un sentier de roses ne pouvons les blâmer. Je pense que nous devrions nous comporter en soutien, en voyant plus loin que les épines traîtresses et empoisonnées qui naissent de leurs tiges. », son regard outrecuidant plongé dans le sien, il termine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 16 Nov 2017 - 22:48
Encres de sept lieux ; une missive de la Roche ft. Nagamasa Yoshitsune


En bordure de la route, le jeune samouraï déroula le fatidique parchemin. L'heure de la vérité approche à grands pas. Après avoir jeté un énième regard à l'impatient Borukan, Yoshitsune entreprit la lecture de la missive. "Cher Yoshitsune-san, Voici quelques temps, à peine, que vous avez pris, avec Akimoto-san, la direction des contrées lointaines de Joheki no Kuni. J’espère que votre expédition se passe sans heurt et que vous trouverez ce que vous cherchiez. Votre retour est espéré avec hâte. Concernant le village, tout se déroule pour le mieux, grâce au festival, les inquiétudes et peurs ont été pansées, du moins momentanément, même si le risque court toujours malheureusement." Une partie du poids et de l'inquiétude qui l'habitait disparu avec l'ouverture de cette lettre. Le festival lancé au village pour célébrer l'été battait son plein et semblait remplir merveilleusement bien sa fonction ; celle de changer les idées et de rassurer la populace. Les temps étaient troubles et incertains, les menaces étaient nombreuses. Pour les oublier, pour passer à autre chose, les iwajins avaient besoin de se changer les idées.

Cependant, le sourire naissant sur le visage du colosse disparut bien vite. Les prochains mots prononcés par le lecteur de la missive suffirent pour le piquer. "D'ailleurs, c'est en cette inquiétude que je vous envoie cette missive. Il y a du nouveau, rien d'alarmant, mais je préfère vous avertir au plus tôt, dès que j'ai eu vent de ce qui se déroulait." Peut-être que l'enquête sur les messages accusateurs placardés au village avait porté fruit? Les instigateurs de cette arnaque effrontée avaient-ils était trouvé? S'agissait-il d'un traitre dans nos rangs? Attentifs, Akimoto continua d'écouter le Nagamasa."Une exode de Kirijins s'est présentée aux portes du village. Notamment, un de vos cousins apparemment, a prévenu votre frère via une missive de leurs déboires avec Kirigakure. Un certain membre du clan Hoshino. Demandant explicitement qu'asile lui soit offert, à lui et à ses compagnons d'armes, des Yuki notamment." Le visage du rouquin perdit alors toute expression, visiblement choqué par cette nouvelle. Le Pays de la Terre avait toujours été une terre d'accueil et les iwajins avaient la réputation d'être l'un des peuples les plus ouverts d'esprit du Yuukan. Mais des shinobis de la Brume aux portes d'Iwa? Akimoto ne concevait pas comment une telle chose était possible. S'il comprenait le lien unissant le Shodaime et son clan cousin des Hoshino, il ne comprenait pas bien ce que des Yuki - l'un des peuples fondateurs du village caché de la brume - venaient faire à Iwa. "Selon eux, le dirigeant de Kirigakure serait un tyran aux agissements plus que répréhensibles. A savoir si cela n'est pas encore une mascarade de plus ou pas, le la part de certains, comme les affiches anonymes, je ne saurais le dire. Étant pragmatique moi même, je vous demande, un peu égoïstement, de l'être vous aussi. Votre frère semble assez touché, vu que votre cousin fait partie intégrante de cette affaire." Les pensées se bousculaient dans la tête du Borukan, elles empiétaient les unes sur les autres, et à chaque nouvelle ligne qui s'ajoutait au discours du samouraï, il avait de plus en plus de mal à y voir clair. "Les exilés de Kirigakure sont présentement interrogés, mais ceci amène la question de ce qui va découler par la suite. Nul doute, que cela va entraîner le courroux du village caché qu'ils ont déserté. Embraser plus vivement les flammes d'une possible guerre entre les deux villages." Une lettre accusatrice envers Kiri, des Kirijins aux portes du village en demande d'exile, tout ça alors que la menace du Soshikidan planait toujours au-dessus de leur tête, comme une épée de Damoclès. Quand est-ce que le destin cesserait donc de s'acharner sur Iwa?

Le jeune Nagamasa semblait tout aussi troublé par cette lettre que lui. Une fois la lecture terminée, il partagea avec le Borukan son opinion tranchée. "Vous croyez vraiment que nous devrions les accueillir sans poser de questions? Que savons-nous au juste d'eux? Pourquoi croire des inconnus venus de l'autre extrémité du continent? S'il se trouve, ils ont été envoyés par ce fameux tyran pour nous miner de l'intérieur, ou peut-être même des alliées de cette maudite organisation." L'espace d'un instant, le Borukan s'en voulut d'être prisonnier de ce voyage plutôt que d'être auprès des siens pour gérer une telle crise."Je ne dis pas que nous devrions leur fermer indéfiniment nos portes, mais plutôt que nous devrions être prudent sur la marche à suivre face à ces exilés, nous montrer d'abord sceptiques avant de leur tendre la main. Les informations entre notre possession sont minimes, il est difficile de se faire un portrait complet de la situation. Pour l'instant, elle est entre les mains de votre frère et des autres membres du conseil, tout ce que nous pouvons faire, c'est leur accorder notre confiance." Akimoto espérait de son être que cela puisse être vrai. Il lui avait fallu beaucoup de confiance et de témérité pour aider le jeune samouraï dans son ascension, les Anciens avaient pratiquement voulu sa tête pour cela. S'il avait confiance dans les capacités du Shodaime, le rouquin espérait qu'on ne déçoive pas."Et même si tout ce qu'ils disent est vrai...Vous seriez prêt à leur accueillir, même au prix d'une guerre contre le Brume?"

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Sam 18 Nov 2017 - 16:04


☆ ☆ ☆     NOUVELLE DE LA ROCHE

Tandis que la pluie et la nature s’entremêle inlassablement. Le discours du sage qu’est Akimoto, pousse Yoshitsune aux songes. S’il est coutume que d’apercevoir un homme tel que lui réfléchir, aussi rare sont les situations qui le force à agir de la sorte. Pourtant celle-ci vint s’imposer à lui sans moyen d’y réchapper. Il savait désormais au dire de son confrère qu’il était là, deux fervents défenseurs de causes éternellement distinctes. L’un prônait l’entraide et l’autre la méfiance.

Au fil des années, L’enfant des terres de Fer s’était attaché à Rokkusu, puis Iwa. Et jamais il ne se résoudrait à les abandonner plutôt que de se battre pour eux. A ses yeux, la réflexion du Borukan ne s’apparentait qu’à vil façade dépourvu d’argument, de preuves valable. Lui aussi avait été à la place de ces shinobis. Un étranger sans nation à laquelle consacrer sa vie, un homme sans foyer où demeurer. A ses yeux orages, il ne s’agissait là que d’un des revers des cycles de la haine, de la peur...

« Quand bien même il ne s’agit que d’élever la douleur du peuple au rang de force destructrice et se protéger derrière l’égide du courage et de la rage... Voici donc là l’entreprise insensée que vous souhaiteriez présenter à cette patrie si chère à notre coeur ? Tout ça pour quelques shinobis avide de liberté et de revanche ? »Le virtuose de l’épée semble désarçonné.« Il ne sert à rien de se hâter de tel manière, vous avez très certainement le monopole de la raison sur ce point. Toutefois n'agirons-nous pas de concert avec le jeu de l’ennemi ? De tels agissements, ne feront qu’amplifier ce sentiment de méfiance tapi dans l'ombre, a l’encontre de ce que l'on voit. Ils n’éveilleront que mépris et tensions palpables dans le cœur du peuple. » Explique t-il présentement avec des gestuelles de concerto, évangile gracieux présidant l’aurore d'une ôde à la paix.

« Les révoltés qui se sont lancés à corps perdu dans une bataille souterraine contre cette contrée de l’Eau à la poigne de fer, jouissant d’une suprématie totale dans la brutalité la plus parfaite. Ne méritent t-ils pas la considération d’hommes aussi sages que nous ? Et m’importe peu le prix qu’il en coûtera, si guerre il y'a, et ces individus en sont l’illustre motivation ; le colosse devra payer pour ses crimes et purifier la terre du sang versé. Mais moyennant cela il sera condamné à périr de la main de la Justice humaine pour renaître à nouveau de ses cendres dans un monde de paix et d’harmonie. C’est là où vos préceptes rejoignent les miens. Le temps n’est plus à la pitié ou au pardon. L’agonie du peuple shinobi oppressé doit s’achever ignorant tel ou tel frontières. Nul ne se lève avec l’envie de perdre un proche parent alors ainsi naquit la guerre. » Une expression nettement plus sérieuse.

« Il en va de même dans cette situation. Et déjà, les exhortations courroucées résonnent comme des tambours battant dans l’obscurité. Les vents de l’aube nouvelle feront ployer le géant illégitime. Et il s'agit là de bien plus qu'une vengeance, c'est une promesse que je vous fais. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 18 Nov 2017 - 17:29
Encres de sept lieux ; une missive de la Roche ft. Nagamasa Yoshitsune


Les paroles flamboyantes de son partenaire fusaient, les deux hommes ne semblaient visiblement pas totalement en accord sur le fond du débat. Si les deux shinobis s'entendaient pour dire qu'il était trop tôt pour prendre une quelconque décision - surtout avec aussi peu d'informations - Yoshitsune semblait beaucoup plus ouvert que son confrère. Mettre fin à la méfiance, rétablir l'harmonie et la paix, briser le cycle de haine et de sang...Il s'agissait d'idéaux nobles et courageux, des pensés que le Borukan avait lui même partagé pendant de nombreuses années malgré l'historique de son clan et son penchant pour la violence et la guerre. À dire vrai, le clan Borukan avait contribué à alimenter ce cycle des millénaires durant...

Mais après avoir connu la guerre, les rouages de la politique et avoir été témoin du coeur des hommes, Akimoto peinait à y croire. "Je salue vos idéaux Yoshitsune-dono. Simples et purs, mais pourtant tout aussi forts que le sont vos convictions." Un regard perdu, un soupir d'exaltation. "J'aimerais pouvoir dire que je suis tout aussi prompt à la confiance que vous. Mais le monde que j'ai connu ne m'encourage pas à le faire ; des amis trahissants, des familles qui se déchirent, des peuples qui s'entretuent pour du pain et de l'or, des hommes qui s'élèvent au-dessus des tyrans au nom d'idéaux justes, mais qui ne font que prendre leur place et répéter leurs erreurs." Un nouveau soupir. "Voyez-moi comme un être désillusionné."

Entre ses mains, le colosse fit miroiter le fond de sa gourde de saké, malgré la chaleur de l'alcool, celle-ci avait un goût amer aujourd'hui. "Si je vous rejoins dans l'ensemble de vos propos - qu'il est de notre devoir de protéger ses gens si les dangers qu'ils fuient sont véridiques - je me dois de tracer une ligne. Une tranchée fondamentale." Akimoto ne tentait pas d'offusquer son compagnon, mais il voulait que ce dernier comprenne la gravité de la situation. La vie politique était autrement plus complexe que toutes les théories idylliques que l'homme pouvait imaginer. Chaque geste, chaque action possède son lot de conséquences, encore plus lorsqu'ils avaient une telle ampleur."Mon devoir et mon destin sont de protéger ma mère patrie, Iwa et le Pays de la Terre ainsi que ses habitants. Si ces individus cherchent vraiment la protection et une nouvelle communauté pour vivre leur vie, je serai le premier à leur offrir. S'ils désirent fuir une contrée tyrannique où le dangers les guettes, qui serais-je pour leur refuser exile et protection? Mais cet accueil ne sera pas absolue, ils devront gagner ma confiance, comme quiconque, exilé ou natif. Tout comme les Nagamasa ont dû la gagner lors de votre arrivé il y a des années. Aujourd'hui comme hier, si ces gens qui ont abandonnés leur terre natale osent du mal envers ma patrie et son peuple, ils seront les premiers à en payer le prix. Je ne les accueillerai pas aveuglément, avec naïveté, si c'est pour retrouver leur poignard dans le dos de l'un des nôtres. En ces temps troubles, je ne peux pas nous le permettre, pour la sécurité et le bien d'Iwa. Il s'agit là pour moi d'une condition sine qua none, une condition que je transmettrai à votre frère en tant que l'un de ses conseillers."


Spoiler:
 

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Sam 18 Nov 2017 - 23:22


☆ ☆ ☆     NOUVELLE DE LA ROCHE

Dans ce genre de conversation, Yoshitsune ne se sentait jadis guère à son aise, et ce en raison des circonstances qui amènent généralement les hommes à tous se réunir, comme par exemple de l'annonce des incidents ayant chamboulé l’examen de Shitogakure no Sato. Pour autant, il avait accepté la mission, n'envisageant de s'y soumettre pour aucun motif qui ne fut vital, et c'est ainsi qu'il se retrouvait là aux côtés d'Akimoto – ne laissant nullement transparaître ses jugements à l'égard de son confrère, patient à l'extrême, offrant à la vue de ceux qui ne le connaissaient pas, ou peu, l'allure d'un vieillard sage et un soupçon somnolent, puisque ses paupières mi-closes dissimulent ses véritables observations.

Mais c’est pourtant au détour de cette discussion qui s’entame entre les deux individus, que les deux se découvre et devienent homme à nouveau. Car à l’entendre, l’aîné de Chogen comprend que l’être de lui a du vécu - d’ailleurs non négligeable. Et ceci expliquant cela, le respect du fier bushido à son égard n’en est que plus compréhensible encore ; ainsi au delà des prunelles qui virevolte devant lui, se dévoile la peur, la colère, et tout un amas d’émotions qu’il n’est justement pas le seul à ressentir. Comme à l’image d’une hymne chanté à l’unisson, Akimoto et Yoshitsune déclame et prône par ailleurs leur allégeance certaine au village caché de la Terre - et par la présente à Nagamasa Chogen premier du nom.

De la sorte, le sujet premier touche l’enfant du Fer au plus profond, car il implique sa patrie dont les aveux récents trahissaient le danger de ce que l’homme appelle la “Guerre”. Lui-même en était parfois acteur, mais il aurait pu s'en désintéresser s'il avait été seul – or quiconque s'en prenait à Rokkusu... Non Iwa, qu'il s'agisse d'un humain ou d'une entité intouchable, ainsi que le souligne le shinobi à la gourde, provoquerait fatalement une réaction de la part du patriarche Nagamasa allant de l'inquiétude éphémère à l'intransigeance la plus féroce. Surtout devant le constat que ce phénomène s'étendrait aussi à d'autres nations. C'était devenu, au fil des mois, un problème d'intérêt général qui nécessitait une prise de position.

Les Daimyos, fidèles à leur diplomatie docile, n'apportèrent aucun renseignement utile ; Kiri – salut poli à l'adresse du Mizukage – jouait la carte de l'ignorance consciencieuse et d'une fraternité dégoulinante ; mention spéciale à la pertinence des informations lors de ce rapport de forces informatif – peut-être valait-il la peine d'y voir un potentiel soutien ; Quoique l’appui grossièrement réquisitionné par les déserteurs, intrusifs comme à l'accoutumée démontrait l’opposé. Peut-être était-ce finalement à eux de faire résonner leur timbre majestueux.

« L'honnêteté ne pourrait être réelle si elle n'est pas réciproque, vous en conviendrez, Mon cher Akimoto-dôno. Toutes les nations sont soumises au silence de l'épée de Damoclès qui planent au dessus de toutes nos têtes comme vous l'avez dit ; trouvez-vous cela juste de parler de devoir et de cohérence là où il subsiste un fossé évident entre nos connaissances ? »Il eut une pause sans intention de suspense. Un soupir, simplement.« Que les critiques se tournent d'emblée vers le monde Shinobi, qui à ce jour détient le pouvoir de rassembler et d’éloigner les hommes. Votre inquiétude est de ce fait prévisible. Mais la véritable paix ne peut se prétendre légitime si elle reste opaque au plus grand nombre ; cela provoquerait à terme doutes et insubordinations. Une situation qui est en germe, actuellement, et qui expliquerait l’éventuelle raison de la lettre de Kanon-dôno. Pourquoi ce qui convient au groupe minoritaire serait-il forcément mauvais pour les dominants ? » Il secoua la tête, désireux de ne pas appuyer tout son poids sur ce couteau déjà enfoncé dans la plaie. « Toutefois, nous sommes à même de considérer que toutes les nations sans exception sont nos ennemis. Doit-on en conclure que, ou bien les responsables sont assez obnubilés par leurs objectifs pour mettre en péril leur entourage, ou bien il s'agit de processus involontaires ? De là, est-ce qu'ils sont causés à des fins de nuisance ou sont-ils des conséquences inattendues, plus ou moins maîtrisables, plus ou moins acceptables, de faits qui nous demeurent inconnus ? L'on ne peut accuser aveuglément quelqu'un sans prendre en considération les éventuels profits ou pertes engendrés par de tels événements. De ce fait je vous en prie mon ami… Réfléchissons au moyen de rendre ce monde meilleur pour les générations à venir »


Une réflexion lancée à la volée, en toute innocence. Lui sait qu'il ne sait rien ; mais la seule chose qu’il sait c’est que cette histoire est peut-être celle de l'arbre prévenant la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 22 Nov 2017 - 7:09
Encres de sept lieux ; une missive de la Roche ft. Nagamasa Yoshitsune


Des paroles encore une fois bien justes de la part du samouraï. Bien que parfois différente de celles du Borukan ou bien encore trop éloquente à son goût, Akimoto ne pouvait vraiment faire autrement que de s'accorder et d'acquiescer sur le fond du discours de son compère. "Vous avez tout à fait raison Yoshitsune-dono...Un monde meilleur pour mes enfants, pour Iwa et pour les générations à venir, c'est tout ce que je peux souhaiter et espérer par les actions que je mène au quotidien pour le bien-être des nôtres. Ensemble, avec votre frère, j'ose espérer que nous pourrons accomplir ces choses."

Akimoto s'excusa un instant et s'installa au sol, adossé contre le rocher. Il fouilla dans sa besace et en extirpa deux petits parchemins vierges. Le Gunjiteki se devait de profiter de la présence de cette messagère divine pour faire parvenir une missive à Iwa. Dans la hâte, il gribouilla de mieux qu'il le put sur ses parchemins - l'un à l'intention du Shodaime et l'autre de l'un de ses proches officiers du Yamagenzo. Il exposa ainsi ses craintes, ses recommandations, ses conseils et ses instructions. Ainsi, il pourrait avoir l'esprit un peu plus en paix, sachant qu'il était impuissant face à la situation aussi loin du village. "Messagère, à votre retour à Iwa, j'aimerais que vous portiez ses deux lettres à mon assistant au domaine Borukan. Il sera les remettre aux bonnes personnes. Merci." dit-il en tendant vers la jeune femme deux parchemins finement roulés, juste avant que cette dernière ne décampe de manière tout aussi mystérieuse qu'elle n'était arrivée.

Chôkuro finit par les rejoindre avec les provisions et les gourdes fraichement remplies. Ainsi, les trois hommes purent reprendre leur mission, l'esprit un peu plus lourd qu'il ne l'était au matin.
THE END.

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Encres de sept lieux ; une missive de la Roche (Yoshi)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Jôheki no Kuni, Pays du Rempart
Sauter vers: