Derniers sujets
Partagez | 

[Mission A] La première traque de la Brume : Eternal Snow | PV. Yuki Eiichiro


Mar 14 Nov 2017 - 0:14

Me voilà assis à une chaise, au sein d'une pièce plutôt bien éclairée, non loin des bureaux du Tsuchikage. Yamamoto devait actuellement s'entretenir avec le chef du village. De mon côté, eh bien j'aurai affaire au chef des traîtres, et mon ancien chef de clan accessoirement. Un membre de ma famille, qu'importe son statut actuel. L'avantage au moins, était qu'il ne me connaissait pas. Nous nous étions jamais entretenu, je ne me souvenais même pas l'avoir déjà croisé au Domaine. En gros, Yuki Eiichiro se retrouverait en face du Yuki le plus impartial possible. Comme quoi, le hasard pouvait bien faire les choses parfois.

Des gardes étaient postés à l'entrée, probablement présents afin de veiller que la situation ne dégénère pas. Je soupirais alors, retirant ma sucette à la fraise un instant. Pensaient-ils vraiment qu'un combat était susceptible de s'engager ? Je m'étais déjà battu, en réalité, je crois que j'aimais me battre. Mais dans le contexte actuelle, c'était bien la dernière éventualité que je souhaitais. J'espérais que Eiichiro se montre conciliant. Néanmoins, il fallait bien que je me prépare au pire. Même si, bizarrement, rien dans notre ordre de mission n'indiquait de devoir ramener les traitres au pays. L'objectif était simplement d'éviter l'incident diplomatique, et de comprendre leurs motivations.

Bien, ça ne devrait pas être trop compliqué. Remettant ma sucette en bouche, j'entendais alors la porte de notre petite salle s'ouvrir, il était donc arrivé. Ne bougeant pas de ma place assise, j'observais le mur en face de moi, attendant que l'ex-chef Yuki vienne s'asseoir face à moi. Une fois entré, les gardes refermèrent la porte, nous laissant finalement seul. Je soupirais de nouveau. Il fallait peut-être commencer, non ?

- Yuki Eiichiro, c'est un honneur de pouvoir enfin vous rencontrer seul à seul.

Tentons de nous montrer courtois, au moins. Laissant flotter quelques instants, je pris alors la peine de décliner ma propre identité, c'était bien la moindre des choses.

- Mon nom est Yuki Noah, Chûnin de Kiri dépêché au village d'Iwa afin de retrouver nos déserteurs et... Tenter de comprendre vos motivations.

Bien, ne surtout pas se montrer brusque. De ce que je savais, Eiichiro était aveugle, je devais donc imaginer que lui proposer une friandise serait un peu mal avenu. Alors que je croquais ce qu'il restait de ma sucette, je déposais le bâton face à moi, avant de sortir de ma poche un autre bonbon sous forme sphérique, commençant à dérouler l'emballage autour, le regard toujours aussi passif, avant de poursuivre.

- Du coup, je vous écoutes.

Lançant alors le petit bonbon sucré entre mes lèvres, je commençais à jouer avec en la faisant tourner autour de ma langue, attendant une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Mer 15 Nov 2017 - 21:33
Il avait fini par se reposer. Iwa était différente de Kiri. En bien. En mal. Ici, l’habituelle pluie laissait place à un autre membre. Les embruns marins laissaient l’espace aux odeurs montagneuses. Le monde était différent. Il n’était plus Chef de Clan. Il n’était plus un homme important. Et, finalement, il se reposait. Concept si étrange. Comme si tous les événements du passé s’oubliaient lentement grâce au repos. Ses muscles retrouvèrent la paix. Son esprit, encore agité, se détendait. Loin de Kiri, il ne l’oubliait pourtant pas. Chaque instant qui passait, il savait le moment fatidique plus proche. Ils arriveraient bientôt. Ils seraient là pour lui. Alors, quand un messager s’annonçait, il hochait de la tête. Résigné. Il savait qu’aujourd’hui était peut-être le dernier. Soufflant, il acceptait de rencontrer celui qui sonnerait sûrement son glas.

Assis sur une chaise, il avait demandé que deux coupes de thé soient apportées. L’odeur apaisait l’âme et pouvait permettre aux langues, souvent fourbes, de se délier calmement. Les yeux bandés d’un bandeau blanc, portant son habituel manteau bleu foncé, ses cheveux attachés sobrement en une queue de cheval haute, il attendait son invité. Ou plutôt, son futur bourreau. Il était arrivé quelques minutes après l’hôte. Calmement, sans voir, tâtonnant légèrement sur la table, il avait lui-même servi l’autre. Le Yuki. Il avait souri sous ce nom. Et, l’ancien de Clan de se retenir de rire à l’évocation étrange de ce nom. Et, à peine l’autre lui demandait de parler de ses raisons, sa voix posée laissait tomber sa première question. Comme une accusation.

« Ainsi, vous avez signé son Traité ? »

Plaçant le bandeau à ses yeux, vérifiant qu’il ne tombait pas sur son nez ou ne dévoilait une partie de son handicap, il souffla sur sa coupe de thé. Laissant le silence s’installer, il souriait. Amusé. Jusqu’à ce que cela devienne gênant puis, prenant une brève gorgée, il prit finalement la parole. Car l’autre voulait l’entendre. Comme tout le monde. Qu’il explique son geste. Son départ. Sa fuite. Posant la coupe entre ses mains, il croisa finalement ses doigts sur la table, laissant une petite brise amener les odeurs villageoises.

« J’ai rencontré le Mizukage au lendemain de son annonce à un public restreint. Il est venu me trouver, matinalement, et m’a demandé ce que je pensais de lui. Lors de cette rencontre, je lui ai avoué que je ne le considérais ni comme un Yuki, car il avait nié sa famille, son propre sang, mais aussi qu’il n’était même pas un Kirijin. Il ne s’est jamais battu pour Kiri, ni avant sa création ni pendant ses premiers soubresauts. »

Il s’arrêtait, prenant une gorgée de son thé, soufflant doucement sur celui-ci avant de continuer, une nouvelle fois, le récit qui le conduisait à cette désertion.

« Sa nomination est nébuleuse. Alors même que l’on pleurait la mort du Daimyo, des événements obscurs se sont déroulés. Peu après la mort de l’homme, il devient le Nidaime, en même temps que ce qui semble être son ami, le nouveau Daimyo Ao. Concours de circonstances, tout semble s’imbriquer pourtant. »

Il s’arrête, écoutant finalement les enfants qui couraient dans le couloir. Ils s’amusaient. Ils jouaient. Ici, loin de la vie triste de Kiri, il semblait y régner une harmonie et une paix. Néanmoins, devenue trouble en sa présence, il savait être le véritable perturbateur. S’il était lui-même en quête de sa propre harmonie, il risquait de détruire ce que le village construisait.

« Finalement, lors d’une réunion, il nomme un nouveau Kaguya à la tête du Clan et accepte qu’une ancienne criminelle, sous l’ère de la Shodaime, devienne finalement la Cheffe d’un Clan. A cela s’ajoute encore que, entouré d’ennemis et surtout d’aucun allié, le Nidaime me demandait de signer un papier dont je ne pouvais lire le contenu. »

Silence.

« A mon silence, et refus, il a été décidé d’exiler le Clan Yuki de toutes les missions et fonctions politiques, ou administratives, au sein de Kirigakure. J’ai alors pris la décision, me sentant de plus en plus en danger, de partir, protégeant ceux qui m’étaient chers. »

Il s’arrête là. Il ne fait plus rien. Il ne dit plus rien. Il se contente de son silence. Il se contente simplement de reposer ses mains près de sa tasse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t450-yuki-eiichiro

Hier à 14:09

Cet homme était le même qu'à Kiri. Je ne saurai vraiment expliquer pourquoi, mais je le reconnaissais bien. Malgré son infirmité, Eiichiro se faisait mon hôte pour ce modeste interrogatoire, me servant un verre de thé, que je fixais d'un œil suspect. Je ne doutais pas de la qualité la boisson chaude, bien au contraire. Surtout pour un ex-chef du clan Yuki, qui devait avoir été formé dès son plus jeune âge à cet art noble et typiquement bourge qu'était celui de servir le thé. Non, le problème était que ces boissons manquaient singulièrement de sucre, selon moi. Pour cette raison, je préférais ne pas toucher ma tasse, m'amusant avec le bonbon que je venais de manger.

Eiichiro prit donc la parole, afin de me poser une question. Le traité. Effectivement, j'avais entendu parler de cette affaire. Ça avait causé bien du tort au clan d'ailleurs. Un traité visant à unir les différents clans du village pour l'avenir de Kiri Cette volonté de village de la Brume une nation puissante et qui mériterait son titre de nation guerrière. Le genre d'ambition qui ferait bien sourire mon paternel. Respectueux, je ne prononçais pas un mot durant son élocution, le laissant aller droit au but. Il m'expliquait alors ses différends avec Sôsuke, notre actuel Mizukage. Ses appréhensions concernant son élection, et puis ses insinuations à propos du nouveau Daiymyô. Je tournais un instant la tête vers les bruits venant de l'extérieur. Des enfants.

Puis il abordait le moment du traité. Le nouveau chef Kaguya, dont je ne savais rien, et puis il évoqua une criminelle. Probablement Shiori. Sabreuse que j'avais du l'occasion de rencontrer. Le visage passif, je m'étais contenté de sortir une feuille ainsi qu'un stylo, notant tout le témoignage du traitre. Je n'avais rien à dire, seulement un rapport à écrire que je remettrai au Mizukage. Aucune consigne ne me demandait d'agir, de ramener nos traitres... Rien. Et je n'étais pas du genre à faire du zèle dans mon travail.

- Que comptez-vous faire, désormais ?

Peut-être ma dernière question. Si je connaissais maintenant les motivations de celui qui apparaissait comme le leader de cet exil, peut-être qu'en apprendre plus sur leur plans pourrait être utile. Simplement rester à Iwa et en devenir des habitant à part entière ? Qui sait. En vérité, ça m'ennuyait. Mais cet homme, il me ressemblait. Quelque part, dans un autre contexte, j'aurai pu être à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Hier à 19:46
Le Yuki était un homme discret et silencieux. Plus taiseux, peut-être taciturne, il avait gardé le silence complet alors qu’Eiichiro comptait le point de vue de sa propre histoire. Comment les événements de Shîto avaient été entièrement oubliés au profit de la naissance d’un nouveau pouvoir. Car si les intentions de Sôsuke n’étaient pas entièrement mauvaises, les moyens entrepris avaient été pour le moins souvent maladroits. Homme qui n’avait jamais réellement vécu pour Kiri, ni pour son propre Clan pour qui il restait un illustre inconnu, Sôsuke avait recherché la confrontation directe avec l’aveugle. Confrontation qui s’était soldée par un véritable échec. Faisant preuve de franchise, honnêteté crue, il avait alors clairement entendu qu’il ne considérait l’autre que comme un intrus. Et, alors que les voiles se levaient, il l’était encore tout autant. Eiichiro et Sôsuke étaient deux Yuki bien différents. Alors qu’il se taisait, prenant une grande gorgée de son thé au goût amer et sec, il attendait la suite de cette rencontre.

Que voulait véritablement le Yuki présent ? Pourquoi était-il là ? Pensait-il seulement le ramener en l’interrogeant sans même lui montrer un seul signe d’une agression ? Ou était-il seulement là pour l’interroger et prendre quelques notes qu’il rapportait auprès de son seigneur local ? Croisant bientôt les bras sur son torse, se renfrognant, l’ancien Chef étudiait les possibilités et tentait encore de comprendre les actes et paroles. Était-ce tout ? Sourcils froncés sous son bandeau, le Maître des Glaces essayait encore de réaliser la portée de son geste. Mais, finalement, le Traité n’avait-il été qu’un faux prétexte pour l’exiler et le pousser silencieusement vers la porte de la sorte ? Autrement, pourquoi l’homme face à lui serait un membre de sa propre famille ? Gardant son calme, prenant une inspiration profonde, il écouta finalement l’autre lui demander ses projets. Que comptait-il réellement faire ? Et, sourire aux lèvres, il laissa tomber sa tête en arrière. Amusement. Sérénité. Était-il encore le prisonnier de cette discussion ?

« Je ne prétends à rien, Yuki. Je recherche seulement une vie paisible. J’ai beaucoup donné pour Kiri. Et voici comment j’ai été remercié. J’ai perdu mes yeux. J’ai perdu mon pays. Encore maintenant, voici que tu me traques et m’interroges en son nom. »

Il pousse un soupir, avant de se remettre finalement en place. Il n’avait pas réellement envie de s’expliquer entièrement. Pourtant, alors qu’il terminait sa phrase, il se sentait le cœur de réellement répondre à cet homme qui, finalement, ne se battait pas encore contre lui. Qui n’argumentait pas en sa défaveur.

« Je suis ici uniquement à la recherche de la Paix et de l’Harmonie. La Brume Sanglante m’a beaucoup trop pris. Je ne voulais pas m’y perdre plus longtemps, ni perdre ma fille. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t450-yuki-eiichiro

Hier à 20:25

- Je vous souhaite tout le courage du monde, dans ce cas.

Aucune pensée n'avait traversée mes paroles, je ne pensais rien. De simples politesses. Après tout, je ne le connaissais pas, je n'éprouvais aucune empathie envers cet être, même si je mentirai si je disais le haïr. Non, je le voyais juste comme un énième être humain ayant croisé ma vie, et pour qui j'avais un intérêt changeant. Tandis qu'il terminait sa réponse sur ses désirs futurs, je terminais mes notes, déposant le stylor sur la table, me relisant. Puis, je pliais la feuille et la glissais dans une poche intérieure de ma veste, posant alors mes yeux sur l'ancien chef des glaces.

- Je ne sais pas ce que décidera de faire le Mizukage, et je m'en fiche royalement. J'ose croire néanmoins que vous êtes prêts... A parer toute éventualité. Ce sera tout.

J'en avais terminé de mon côté. J'avais les informations nécessaires, il était l'heure pour moi de m'en aller, et je ne me fis pas prier. Posant un dernier regard vers mon verre de thé toujours plein, je me levais, en direction de la porte qui menait à l'extérieur de la pièce. Il n'y avait plus les bruits d'enfants, ils avaient finit de jouer ? Peut-être. De mon côté, je fourrais une main dans ma poche, posant l'autre sur la poignet, m'arrêtant quelques secondes. Nous étions de la même famille, malgré tout ce que je penserai. Ma mère me disait que je lui ressemblais, elle n'avait pas totalement tort.

Mais elle n'avait pas totalement raison non plus. En tout cas, c'était désormais à lui de gérer ses propres affaires. Le clan Yuki s'était divisé, peut-être pour toujours. A moins que notre prochain chef n'en décide autrement. Quoiqu'il en soit, j'avais d'autres préoccupations qui me trituraient l'esprit, et aucune qui ne concernaient ces déserteurs. Soit, je pouvais tout de même considérer que ma mission avait été un succès, rien de bien dramatique finalement. J'espérais qu'il en fut de même du côté de mon collègue Meikyû, qui s'était rendu au Bureau du Tsuchikage.

Oui, cette mission était bien un succès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

[Mission A] La première traque de la Brume : Eternal Snow | PV. Yuki Eiichiro

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: