Derniers sujets
Partagez | 

Retrouvailles des cousins [PV. SHUUhei]


Jeu 16 Nov 2017 - 18:18


« Kinzooooo’! hurle ma tante, comm à son habitude. »

Par peur de me faire massacrer par cette dernière, je saute de mon lit pour aller à sa rencontre. Le choc fut au rendez-vous. En plus de m’écrouler comme une merde, une migraine s’empare de ma personne pendant de longs instants. Eh oui. Quand tu sors et que tu ne bois pas d’eau, le lendemain sera rude. J’ai quand même fait très fort la nuit dernière. Honnêtement, personne dans ce foutu village pourra remettre en cause mon investissement dans la vie nocturne du village.

« - Mmh ? demandé-je.
- Quelle horreur ! Mais tu t’es vu, Kinzo’ ? Regarde-toi, non d’une chouette ! T’es dégueulasse. Tu pues. Et t’as du sang sur tes mains…
- Ne m’demande pas pourquoi, j’en sais rien.
- File te laver rapidement. J’ai quelque chose pour toi et je ne tiens pas à ce que ton cousin te voit dans cet état. »

Et c’est reparti. Une nouvelle journée commence. Moi qui pensais pouvoir glander toute la journée, c’est raté. Je file me doucher. C’est une chose qui prend guère de temps avec moi, en quelques minutes c’est plié. À quoi bon s’éterniser dans une douche en sachant qu’on va de nouveau se salir derrière ? Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est truc de gonzesse, j’en sais foutrement rien. Par exemple, mon pote Shikabù, lui, fait bien plus attention à son image que moi et passe des lustres dans sa salle de bain.

Regard reptilien, pantalon noir slim, débardeur noir moulant, veste en jean rembourré en peau de mouton, je fais face à ma tantine en m’attendant à une claque. Mais il n’en est rien. Surprise de me voir si intimidé, elle reste figée quelques instants avant de me filer un sac constitué de mon déjeuner. Je ne saisis pas tellement cet acte de bonté. J’en déduis simplement qu’elle va m’envoyer quelque part, sinon je mangerai avec tout le monde à la maison.

« L’un de tes cousins, le grand Raikage, t’attend au jardin de la maison des Metaru. »

Je ne dégage aucune émotion particulière. Au fond de moi, je suis simplement surpris par cette annonce inattendue. Depuis cette guerre et son ascension au rang de kage, je n’ai plus eu l’occasion de revoir Shuuhei. Lors du repas familial, j’ai à peine eu le temps de le saluer avant que tous les autres lèches-cul lui sautent dessus. Quelle idée d’avoir accepté ce boulot. Il n’a même plus le temps de s’entraîner ou de chasser avec son cousin préféré.

Sans un mot, je quitte le domicile pour me rendre à quelques mètres d’ici, là où sont organisés les grands rendez-vous du clan. Serons que tous les deux ce coup-ci ou faudra-t-il supporter la présences d’autres énergumènes ? Au pire, je m’en fiche. Si ça ne me plaît pas, je me tire. Il fait beau aujourd’hui, c’est une belle journée. Rien ne me vient à l’esprit le long de ma marche. Je suis tellement crevé que seules des choses abstraites me passent par la tête. Il ne me semble pas avoir totalement décuvé de la veille.

À l’entrée, j’aperçois une silhouette qui m’attend. Je ne fais pas trop attention au début, mais en rapprochant, la personne qui se dresse devant moi ne m’est pas inconnue. Ce salopard. Toujours aussi imposant à ce que je vois. Moi qui pensais qu’il se touchait depuis son investiture, il se trouve finalement que je faisais fausse route. Il doit toujours garder une part importante à l’entraînement, comme tout Metaru qui se respecte un temps soit peu.

« Ola, tête de noeud, t’as pas changé d’un pouce. dis-je en tenant devant lui, mon sac par-dessus l’épaule »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Sam 18 Nov 2017 - 13:50
- « Tu devrais me respecter un peu plus, enfoiré ! J’suis ton kage et ton chef de clan hein ! »

Bien avant de récupérer le sac, j’utilisai le plat de ma main droite pour lui frapper le sommet de crane. Mon coup ne fut pas très fort, même s’il n’avait pas besoin que le ménage. Ce n’est qu’ensuite que je récupérai le sac avant de sourire. Notre tante avait dû nous concocter de bons petits plats. Croire cependant qu’on partait faire un pique-nique reviendrait à se foutre le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Vu que j’avais du temps à tuer aujourd’hui et que je pouvais m’échapper de la paperasse, je pouvais enfin me consacrer à quelque chose que j’avais négligé ces derniers temps : L’entrainement ! Et qui de mieux pour faire office de punching-ball ? C’était bien entendu ce beau et grand Kinzoku. Le plus métalleux des Metaru eux même ! Il faut dire que son prénom en disait long, même si… Enfin bref.

- « T’es au courant du retour de cet imbécile de Yata sinon ? Il s’est pointé avant-hier à mon bureau. Il a même un bébé ce bâtard ! »

Si Daisuke était mon meilleur pote, Kinzoku malgré son caractère de taré était mon meilleur cousin. Ou le membre de la famille dont j’étais le plus proche. Itagami ne comptait pas trop dans le sens où elle avait été carrément ma compagne fut un temps. Mais avec la séparation, nous étions restés bons amis sans plus. Et puis, c’était pas vraiment pareil. Kahei avait été mon p’tit frère adoré que je chouchoutais mais à qui je ne pouvais pas non plus tout dire du fait de son jeune âge. C’est avec Kinzoku que je partageais de ce fait pas mal de choses depuis notre tendre enfance. Yata aussi avait fait partit de ce cercle et nous formâmes un petit trio dans le temps. Sauf que si nous avions tous plus ou moins déviés, Yata s’était enfoncé loin dans le délire. Au point de foutre le feu à la raffinerie et de décamper…

Genre il y a trois quatre ans…

- « Enfin bref, toi et moi on va s’entrainer. Mais pas ici ! T’es partant pour t’faire défoncer ? »

J’eus un sourire presque moqueur. Je n’allais pas l’obliger à me suivre. C’était justement ce fait qui allait me démontrer si elle avait toujours un égo surdimensionné et les couilles qui vont avec. C’était pas parce que j’étais devenu un gratte-papier et un politicard qu’il devait me sous-estimer, hé. Alors qu’il réfléchissait, je pris une nouvelle fois la parole pour l’encourager un peu : « T’pourras même choisir le lieu, t’en fais pas. » Bien sûr, je me remis à ricaner comme un enfoiré en portant le sac sur l’une de mes épaules. J’avais arboré l’uniforme des shinobis de kumo sans le couvre-chef de kage ni aucun signe qui permettrait à un étranger de savoir que j’étais l’ombre du village. « Et puis notre tante te cassera pas la tête comme ça… » Ce qui pouvait peser dans la balance, vu qu’elle était parfois chiante avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Dim 19 Nov 2017 - 16:28


« Sérieusement ? Moi ? Tu vas m’imposer ces bonnes conduites que nous avons pourtant jamais respectées ? Garde donc ce genre d’inepties pour les gosses qui… qui ont le même garde que moi. »

Sur ce simple constat, je me rends compte à quel point je suis pathétique. En plus de ça, je me prends une petite tape sur la tête, comme à un gosse que l’on réprimande. Ma foi, il est mon ainé et ça a toujours été ainsi depuis notre plus tendre enfance. Mais alors quand il se met à me parler de Yata, je n’ai pas pu m’empêcher d’exploser de rire. C’est pour le moins inattendu d’entendre ce nom ici depuis l’incident provoqué il y a quelques années…

« Ce connard a osé revenir !? Sérieusement… Et comment un irresponsable pareil peut avoir un gosse ?… Misère. C’est inadmissible. Il n’est même pas venu me saluer c’connard. Il a peur que je lui fasse la peau ? »

Tant de questions sans réponse. C’est cool de le savoir en vie. Yata, c’était vraiment un mec génial avant qu’il ne parte en vrille. Je ne dirais pas qu’il a foutu sa vie en l’air, il est encore jeune et j’ose espérer que son gosse l’a assagi. Mais c’est assez regrettable de s’être perdu de vue pour une connerie pareille, nous étions pourtant si inséparables. Shuuhei est le chef clan et du village entier, Yata semble avoir une vie de famille, et moi… Je crois que je suis resté le même, au même endroit.

« Du moment que tantine ne m’emmerde pas, on va où tu veux quand tu veux. »

Puis après un moment de réflexion, je réponds.

« Allons à l’arène du village, je suis certain qu’on pourra observer pleins de combats intéressants. Pis comme ça on passera en ville, tu pourras m’acheter des fringues et payer ta tournée. »

Je vois ses yeux s’écarquiller.

« Roh c’est bon, t’es blindé maintenant avec tes nouvelles fonctions, fais pas ton crevard. Pour ton cousin préféré ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Lun 20 Nov 2017 - 11:52
- « C’est mort. T’es un grand. T’as ton salaire de genin, tu te débrouilles ! »

Cette fois-ci, je lui avais foutu un coup de poing sur le torse qu’il avait dû sentir passer ! Il changerait jamais celui-là ! Profiteur à fond. C’était pas parce que j’étais le « grand-frère » que j’allais continuer à le gâter comme dans le temps, quand il n’était encore qu’un gosse. Parce que mine de rien, j’étais son ainé de presque dix ans ce petit con. Je lui avais presque tout appris d’ailleurs, mais je n’avais pas eu l’occasion de voir ses progrès depuis un certain moment. L’occasion était bonne pour qu’il me montre enfin de quoi il était capable depuis le temps ! Et puis, j’avais envie de me dérouiller.

- « Observer quoi d’intéressant ? A mon niveau, plus rien ne me captive mis à part quelques jonins et quelques chuunins ! Mais tu sais très bien que ça grouille de genins là-bas… Comme toi… »

Comme pour lui foutre la rogne, j’me mis à me moquer un peu de lui. C’est vrai quoi ! 22 piges et toujours genin ! Même ma petite sœur pourtant moins âgée que lui était jonin ! La honte ! Il fallait donc que je rehausse un peu le niveau parce qu’il me donnait la nette impression de se toucher un peu. Joindre l’utile à l’agréable on va dire ! C’était donc parfait ! Il allait y prendre pour son grade ! Là-dessus, je le dépassai comme si je me retournais dans la maison, avant de le choper impitoyablement par les cols avant de disparaitre en un clin d’œil pour me retrouver sur une toiture de notre domaine.

- « On va aller dans un coin tranquille, c’est bien mieux ! Comme au bon vieux temps, huhuhu ! »

Et là, je me mis à sauter de toit en toit sans le lâcher. J’étais tellement rapide que les civils n’arrivaient même pas à nous voir. Seuls les shinobis avertis le pouvaient et encore ! Les plus faibles ne pourraient pas suivre, tout simplement. Je pris la direction du complexe scientifique mais je le dépassai complètement. Le but ? Aller plus en amont. Ce que je réussis à faire en à peine cinq minutes. Une fois sur un terrain qui me semblait satisfaisant et pas du tout peuplé, j’arrêtai ma course folle avant de projeter le pauvre rouquin vers un arbre qu’il allait violemment percuter s’il n’essayait pas de contrôler sa trajectoire.

En attendant, je posai le sac que j’avais à l’épaule au sol avant de faire craquer mes jointures :

- « Allez, viens. Épate-moi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Lun 20 Nov 2017 - 13:24


L’enfoiré de merde. De nature peu expressive, je ne réagis que d’un simple regard projetant toute ma colère. Intérieurement, ma fierté est touchée, et pas qu’un peu. Genin à vingt-deux ans, autant vous dire que je suis la risée du clan, voire même du village quand on y pense. J’ai le même grade que mon collègue, Suzuri Kyoshi, qui a dix ans de moins que moi… Le grade ne fait pas la force, mais je suis véritablement merguez. Je passe trop de temps à sortir faire la fête plutôt qu’à m’entraîner. Je me sers uniquement de mes facilités physiques naturelles, c’est loin d’être suffisant.

Je suis ensuite tracté à grande vitesse. Tu sais, si je voulais prendre le train, je l’aurais prit. Je pèse près de cent kilogrammes et le type se déplace à une telle vitesse sans la moindre difficulté. Heureusement pour lui, j’ai rien dans le ventre et malheureusement rien à lui vomir dessus. C’est donc cela la vitesse d’un shinobi de haut niveau ? Merde. Je n’arrive même pas à voir quoique ce soit. Il va bien trop vite pour mes yeux. Avant même le début de notre affrontement, je suis déjà dans l’incapacité de le suivre du regard. Il n’a pas volé son statut.Lorsque nous arrivons enfin à destination, il me balance comme une pauvre merde.

D’un regard, je constate que je suis dirigé vers un arbre contre lequel je risque de vraiment me faire mal. Je bascule le haut de mon corps vers l’arrière, de telle sorte à réaliser un salto-arrière, afin de me réceptionner sur les jambes contre l’arbre en question. De là, je prends impulsion sur le support - soit l’arbre - et me propulse en direction de Shuuhei. J’effectue des mudras, projetant des shurikens vers mon adversaire. Seulement deux au total, un visant son buste, l’autre les jambes. Pendant ce temps, je me dirige à toute vitesse afin d’analyser ses faiblesses et me lancer dessus.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Mar 21 Nov 2017 - 2:02
Comme d’habitude, j’eus un soupir…

Et sans bouger, je reçus ses attaques. Si son shuriken fuma me planta légèrement, c’est à peine si ses autres projectiles entamèrent ma peau. J’avais également bougé de sorte à ce que ses petits jouets évitent de me planter au niveau des points vitaux. C’était bien la dernière chose dont j’avais besoin, on s’entend. Et puis, comme si de rien était, je retirai tranquillement ses armes avant de les balancer derrière moi. Mais le truc n’était pas fini, puisqu’il semblait foncer vers moi. Que fallait-il faire ? Le laisser venir à moi ou l’éviter ? Non. Lui faire la même chose ! Je lui balançai alors deux kunais, avant de multiplier rapidement les mudras de sorte à former un gros shuriken fuma qui fonça illico vers lui.

- « Chacun son tour mon pote ! »

Et sans même voir comment il s’en sortira, je fis encore quelques mudras, me penchai vers le sol et l’inondai de mon chakra avant qu’un mur de métal ne s’érige entre nous. L’action était inutile en vérité, mais je ne voyais pas vraiment de raison d’y aller très fort sur le coup. Il finirait rapidement neutralisé ou hors-jeu, ce qui n’était pas le but du jeu. Il faut dire que si Reiko était volcanique et distribuait des patates à tout va en entrainement, moi j’étais plutôt calme dans le sens où je calmais le jeu de sorte à laisser mon adversaire me montrer de quoi il était capable. Il n’y avait que dans les combats que j’y allais à pleine puissance, sans me gêner et sans aucun remord. Quitte à écraser mes adversaires comme des mouches.

N’étant pas sûr de sa réaction (Allait-il briser le mur ou le contourner tout simplement ?), je fis plusieurs bonds en arrière.

En attendant de voir ce qu’il allait me sortir par la suite…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Mar 21 Nov 2017 - 19:46



Évidemment qu’il maîtrise lui aussi la technique, c’est probablement lui qui me l’a apprise. En plus cela, le voici qu’il me fout un mur métallique qui nous sépare. Je pourrais probablement l’exploser, mais je ne sais pas ce qu’il m’attend de l’autre côté. Passer par-dessus semble être la solution de facilité, mais là encore, il pourrait très bien m’attendre de l’autre côté. Seule possibilité : passer à gauche ou à droite, j’ai une chance sur deux de l’avoir par surprise.

J’esquive le shuriken en sautant par-dessus puis, sans prendre le temps de marquer un arrêt, je file sans attendre vers ma droite en contournant le mur. Lorsque le chef de clan est de nouveau dans mon champ de vision, les muscles de mes membres inférieurs se contractent, et s’en suit une puissante virulente impulsion qui me projette vers ma cible. Un minuscule cratère est observable à l’endroit de la prise d’appui.

J’ai même pas envie de me demander quel genre de contre il va m’envoyer. Penser à cela me fera forcément repenser à la déculottée que m’a mise sa soeur il y a quelques temps. Une déculotté c'est peu dire, j’ai failli y laisser ma vie. Les seules choses d’honorables lors de ce combat furent mes couilles. Elle s’attendait à ce que je la supplie d’arrêter, que je sois effrayé, que j’hurle de douleurs… Elle n’a rien eu de tout ça.

Chose assez logique, Shuuhei avait prit ses distances par rapport au mur. L’exploser de face n’aurait eu aucun effet, il m’aurait attendu à bras ouverts. Étant plus éloigné que je ne l’imaginais, mon attaque tombe presque à l’eau. En effet, le temps que j’arrive il dispose de suffisamment de temps pour préparer une défense, voire même une contre-attaque à son niveau. C’est alors sans rougir que je me rends face à mon cousin.

C’est à cet instant que j’arme une balayette au niveau de ses rotules, mais cela ne servait que de feinte à mon véritable attaque : un puissant coup de poing destructeur en direction de son visage. Malgré que je sache l’inutilité de mes attaques, je donne tout ce que j’ai. Probablement que je suis le plus taré des Metaru, mais frapper avec hésitation est juste un risque supplémentaire de mourir selon moi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Mer 22 Nov 2017 - 1:06
Son choix fut judicieux. Très judicieux même. Et la charge qui s’en suivit fut presque déstabilisante. Ça l’aurait complètement été pour un genin de bas rang, mais je le voyais quand même venir. J’eus un sourire. Il ne s’était pas relâché de ce que je pouvais voir. Un bon petit Metaru qui avait encore une bonne marge de progression. Le tout était peut-être de le secouer et pourquoi pas de lui forcer un peu la main pour qu’il intègre la police sous les ordres de Daisuke. Mais bon, tout ça, c’était à voir. En attendant, il y a un gros poing qui voulait vers moi et qui menaçait de me faire mal si je n’esquivais pas rapidement. Ce que je fis en un clin d’œil. Quelques jeux de jambes et je me retrouvai au sommet du mur que j’avais précédemment construit sans trop me fouler. Prouesse de génie, on dira…

Pauvre petit…

Alors qu’il balançait son poing dévastateur dans le vide, moi je le regardais en rigolant. J’avais l’impression d’être carrément dix ans en arrière et de voir le gamin dont je prenais en charge l’entrainement avec bon cœur. Et dire qu’il était un déjà petit garnement à l’époque… C’était marrant ! Mais plutôt que de perdre du temps à la contemplation et à la nostalgie, je me mis à composer des mudras avant que de petits senbons se forment devant moi. Ils n’étaient non pas en métal, mais en foudre. Une bonne technique qui me servait à gêner plus qu’autre chose puisque. Les armes au nombre d’une dizaine fusèrent vers lui au moment même où il venait de se rendre compte que j’avais disparu… Mais pas que ! Trois autres shurikens banals suivirent des senbons faits de raiton dans leur sillage.

Allait-il pouvoir tous les esquiver ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Mer 22 Nov 2017 - 18:41



C’est toujours agréable de taper dans le vent. J’ai l’impression d’être un gosse, retourner dix ans en arrière et tenter de frapper Shuuhei sans jamais le toucher. Faut croire que je serais toujours en-dessous. Si rapide… La preuve est que je n’ai pas le suivre du regard, j’ai tapé le vide comme un crétin. Il est presque de dix ans mon aîné, et chez nous, on se bat dès le berceau pratiquement, ce qui signifie qu’il a presque dix ans d’entraînement de plus que moi… Ça m’en fait des années à rattraper.

Où est-il ? Je regarde en-haut de la paroi car quelque chose m’interpelle et, dressé au sommet de sa création, j’aperçois le kage du village. Enfin… Ce qui m’interpelle le plus, ce sont les armes, shurikens et senbons qui fusent vers ma direction. Il souhaite ma mort. Que ce soit sa soeur ou lui, c’est le même combat finalement. Les armes sont bien trop nombreuses, c’est-à-dire que même en tentant de prendre la fuite, une partie m’embrochera. Non, il me faut inévitablement autre chose.

Peut-être suis-je en train de devenir fou ? Là, dès maintenant, alors complètement dos au mur, j’aperçois une solution s’entrouvrir. Cette solution est quelque chose d’assez inédit, puisque je ne l’ai jamais testée. Mort pour mort, autant mourir en ayant tenté quelque chose de ma foutue vie. J’effectue quelques signes de mes mains, un shuriken fuma se forme face à moi puis, au lieu de l’envoyer vers mon adversaire, je manipule ce dernier de telle sorte qu’il tourne sur elle-même, face à moi, afin de dévier tous les projectiles que viennent vers moi.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Sam 25 Nov 2017 - 6:49
Oh ?

Assez original d’utiliser le Shuriken de la sorte. Je n’y aurais pas pensé en tout cas. Cependant, c’était un peu con quand on savait que le métal était un bon conducteur. Du coup, les senbons loin de s’être fait tous dévier avaient éclaté avant de circuler dans l’objet devant lui. M’enfin, qu’il reçoive un coup de jus ou pas ne changerait rien au combat. Il ne m’avait malheureusement pas encore montré grand-chose à part son coup de poing qui aurait quand même pu me faire saigner. Pas mal le gamin en tout cas. Pas mal. Mais peut mieux faire ! J’en étais persuadé. Assis sur mon perchoir, je l’observai maintenant avec le sourire. Il était peut-être temps pour moi de le secouer un peu…

Histoire de voir s’il avait de grosses couilles. Reiko elle n’hésitait jamais si j’en croyais les rumeurs…

Du coup, je me mis à exécuter rapidement des mudras avant de tendre les bras devant moi. En moins de dix secondes seulement, une gigantesque vague d’eau se forma devant moi. Haute de plusieurs mètres, elle décrivit une trajectoire ascendante, avant de s’abattre tout d’un coup sur la zone vers laquelle Kinzoku était debout. Je venais de lui faire un sale coup comme on dit. Mais j’étais sûr qu’il n’allait pas mourir pour "si peu". Les risques de noyade étaient bien entendus élevés avec ma technique qui faisait plus office d’un tsunami qu’autre chose, mais je ne m’en faisais pas trop pour le petit. Si ça trouve, il avait peut-être évité cette vague… Ou pas… C’était quand même difficilement esquivable…

Mais faire trempette, surtout par cette chaleur, c’était jamais mauvais pour lui. Et puis, qui n’aimait pas nager ?

J’avais maintenant hâte de voir la contre-attaque.

Pour ma part ? J’étais toujours sur le mur. Et je guettais la moindre réaction au cas où. Comme d’habitude.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Sam 25 Nov 2017 - 10:30


J'admets ne pas avoir totalement réfléchi aux règles de physique. Le métal est conducteur, l’électricité contenue dans les senbons circule dans mon shuriken, puis vient aussitôt m’électrifier. Pas énormément mais je reçois un bon coup de jus. Heureusement, l’essentiel de l’attaque est passée et je m’en sors indemne. Les membres légèrement engourdis par sa technique que je connais que bien, je lève seulement la tête pour l’observer.

Ce dernier est actuellement en train de réaliser des signes. Que me prépare-t-il encore ? Bien qu’il ne soit pas à fond, on ne peut pas vraiment dire qu’il m’a ménagé pour autant. À chaque fois que je repousse de peu une de ses techniques, une autre m’arrive aussi vite. D’autant plus que le combat est à sens unique. Il attaque, je défends. Ses signes terminés, j’aperçois des particules d’eau se former, devenant une vague, une vague de plus en plus grosse.

« Tu ne te moquerais pas de moi, enfoiré ?… dis-je en détournant le regard à son opposé.  »

Et merde.

Mais étonnamment, c’est justement en détournant le regard vers l’extérieur que je réalise que nous sommes réellement sur une falaise. Ses capacités physiques sont si extraordinaires que cela ? Être capable de me transporter si haut, si loin, à s si grande vitesse… L’écart est trop important. La vague devient encore de plus en plus grosse, devant un tsunami qui s’approche de moi. Ma seule issue se trouve là-bas : le bout de cette falaise.

Sur les starting-blocks, mes triceps suraux (mollets) grossissent par l’intensité de la contraction, mon regard orienté vers la sortie. Je démarre. Le sol explose légèrement. C’est probablement mon meilleur départ. On dit que c’est au dos au mur que l’on réalise nos meilleures performances. Ma vitesse augmente au fil des mètres, je parcours une courte distance en un temps record. Le bout de cette falaise par laquelle nous sommes arrivés, j’y suis presque. Il ne me manque rien. Un dernier petit effort.

Le tsunami s’abat sur toute la zone. Je l’entends. Je sens de fines gouttes m’effleurer. Il doit être à quelques centimètres de moi. Inévitablement, sur une longue distance, celui-ci me rattraperait et me terrasserait. Mais pas aujourd’hui, car nous sommes au bout de cette falaise. Shuuehi, de son perchoir, doit probablement me prendre pour un pauvre crétin lâche. Cependant, je n’ai aucune technique pour parer une attaque de ce genre.

Je malaxe du chakra au niveau de mes mains et de mes pieds, et ce dans le but de m’accrocher aux parois et ne pas faire une chute libre de plusieurs milliers de mètres. L’eau se déverse, m’éclabousse, mais c’est encore acceptable. Je serais probablement mort, noyé, écrasé aux pieds de cette falaise si cette attaque m’avait totalement saisi. Il veut ma peau ou quoi ? Je ne suis encore qu’un bébé dans ce milieu. Pas la peine de me montrer vos supers pouvoirs. On croirait voir Reiko…

Je remonte les quelques mètres avec assez de facilité, revenant au sommet avec un salto arrière.

« Tu as constaté que je suis plus naze que prévu et tu veux mettre fin à mes jours… C’est pas cool. m’amusé-je à dire le sourire en coin. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Jeu 30 Nov 2017 - 0:04
- « Pour te tuer, j’ai d’autres techniques plus dangereuses, tu sais… »

J’eus un sourire. L’esquive in-extrémis, c’était bien vu. Franchement bien vu. Il avait beau être genin que son expérience parlait pour lui. Le grade de chuunin semblait lui tendre les bras. S’il était venu à Shito, il l’aurait peut-être eu. C’était la preuve que notre voyage au pays du feu avait quand même eu du bon ; même si ces bonnes choses se comptaient sur les doigts. Assis sur mon mur, je regardai le jeune me faire face. Il semblait ne pas être essoufflé. C’était parfait. On pouvait donc continuer. J’aurai souhaité qu’il se hâte vers moi et me fasse la démonstration de quelques techniques de son cru, mais il semblait bien que son répertoire était assez limité. Dommage. J’allais donc devoir le secouer encore un peu pour qu’il fasse preuve d’intelligence comme il venait de le faire tout à l’heure. Perspective plutôt amusante !

Sur cette pensée et sans dire un mot, je quittai enfin mon perchoir pour me réceptionner sur le sol boueux. Il y avait encore de l’eau sur le terrain d’ailleurs. Vu qu’il pataugeait également dedans, je pouvais utiliser le terrain à mon avantage et le zigouiller avec une bonne dose de raiton, mais il était susceptible de griller ce qui allait certainement le foutre KO. Qui plus est, il fallait prendre en considération sa réserve de chakra qui allait être à sec très bientôt. C’était pour ça que je prévoyais une pause. La bouffe qu’on avait apportée allait l’aider à faire le plein pour reprendre l’entrainement. Tout avait été prévu ou presque. Là-dessus, je multipliai les mudras avant de poser mes mains au sol. Après l’avoir suffisamment empeigné de mon chakra, de grosses chaines s’extirpèrent du sol, tel des serpents, à ses pieds.

Et sans même avoir vérifié s’il avait été correctement saucissonné, j’enchainai encore par des mudras avant de faire apparaitre un autre shuriken fuma qui se propulsa non pas vers sa gueule, mais dans les airs. On pourrait croire que j’avais eu des problèmes de concentrations, mais non, pas du tout. C’était juste un plan. Un plan puisque j’avais une troisième fois composé des mudras avant que ledit shuriken ne prenne soudain une trajectoire descendante, fondant directement vers le crane du rouquin qu’il allait déchiqueter violemment s’il ne faisait rien pour se sortir de là. Si je ne cherchais pas du tout à le buter -Quel intérêt aurais-je à le faire, d’autant plus que je l’appréciais beaucoup ?-, je voulais le pousser à bout et l’aider à se surpasser. C’était le seul moyen pour le faire avancer, progresser…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Sam 2 Déc 2017 - 13:03


Il n’en a visiblement pas encore terminé avec moi. Cette fois-ci, il me donne réellement l’impression de chercher quelque chose. Honnêtement, à son niveau, avec un terrain inondé d’eau et en tant qu’utilisateur de Raiton, c’est juste évident de foudroyer l’adversaire en utilisant cette avantage. C’est la base chez nous, c’est presque la première leçon que l’on nous donne. En effet, beaucoup de Metaru sont utilisateurs du Raiton. Shuuhei a forcément pensé à cette stratégie. Alors quoi ? Que cherche-t-il ?

Au lieu de ça, des chaînes sortent du sol, voulant me saisir à toute vitesse. Je tente de m’en défaire grâce à mon jeu de jambes, mais cela n’aboutira probablement à rien. Équipé de mes poings métalliques, je parviens tant bien que mal à les repousser également. Mais au même instant, des shurikens fuma passent au-dessus de ma tête. Je n’ai même pas tenté de les esquiver tellement que les lancers furent ratés.

Shuuhei ne rate jamais ses lancers.

Je me retourne très rapidement et, mes yeux s’écarquillent grossièrement, quand j’aperçois ces mêmes shurikens changer de trajectoire et me foncer dessus. Bloqué par ces chaînes face à moi et par les shurikens qui arrivent à mon dos, on peut véritablement dire que je suis cerné. Ne suis-je pas un Metaru ? Sommes-nous du genre à se laisser enfermer en captivité comme des animaux ? Un Metaru enfermé brisera ses chaînes, tordra les barreaux et massacrera ses tortionnaires jusqu’au dernier.

« La meilleure défense est… l’attaque. N’étaient-ce pas les mots de père et mère ? murmuré-je tout doucement, alors que les attaques adverses sont à deux doigts de m’atteindre. »

Un sursaut d’orgueil, un souvenir oublié… On ne sait pas. Quelque chose me réveille subitement. Une énième fois, les muscles de mes jambes se contractent et, alors que le moment du choc arrive, chaînes et shurikens s’entrechoquent entre elles. Je suis de l’autre côté, grâce à une esquive de qualité. Une seconde impulsion s’en suit en direction de mon cousin, ressemblant cette fois-ci à une charge. Une des shurikens est finalement sortie de ce bordel et me poursuit toujours.

Alors que j’approche de Kage, mon bras se contracte violemment à son tour, équipé de l’arme métallique et renforcé par du raiton, je m’apprête à donner ce violemment coup de poing. Mais au dernier moment, j’effectue une dernière impulsion, déviant mon chemin et laissant à la place l’arme commandé par Shuuhei lui-même de mon côté. De mon côté, maintenant à dos, je continue de lancer mon attaque foudroyante.

Il s'agit probablement là de ma dernière attaque avant la pause, je suis à sec.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Dim 3 Déc 2017 - 1:25
Sauf que comme un enfoiré, j’usai encore une fois d’esquive…

Je serai bien resté sur place pour encaisser son poing et voir de quoi il était capable –même si je me doutais un peu déjà de la force qu’il pouvait déployer dans ce fameux coup de poing. Mais au tout dernier moment, je me suis dit que le mieux était d’esquiver. Non seulement parce que j’allais éviter des lésions internes inutiles –Qu’on pouvait certes soigner très rapidement au complexe scientifique de Kumo-, mais aussi parce que le fait qu’il n’ait pas réussi à me toucher une seule fois allait très certainement fouetter son orgueil et le pousser à aller plus loin dans ses entrainements habituels. Réapparaissant derrière lui alors qu’il avait une nouvelle fois frappé dans le vide, je tapotai l’une de ses épaules, sourire presque paternel aux lèvres, histoire de lui faire comprendre qu’il avait encore une bonne marge de progression et qu’il n’était pas trop tard pour bien faire. Jamais trop tard.

- « C’est bon. Tu t’es bien dépensé ! Allons bouffer maintenant ! »

Une bonne bourrade dans le dos et je disparus d’un clin d’œil pour réapparaitre où j’avais laissé le sac. Je le récupérai et m’éloignai encore un peu du terrain boueux et marqué par nos affrontements avant de m’asseoir aux pieds d’un arbre. Une fois bien installé, je pris plaisir à ouvrir le fameux sac avant de faire sortir un gigantesque thermos qui devait contenir du thé et plusieurs petits paquets spécialement conçus pour notre bon plaisir. Sans attendre que l’autre rouquin vienne, je déballai un paquet avant de constater qu’elle nous avait fait des boules de riz. C’était pas très recherché, mais c’était assez nourrissant pour l’occasion. Sans attendre, je m’accordai une première bouchée, avant de relever ma tête vers mon cousin, tout sourire : « Fait un moment qu’on a pas causé ensemble. » Avec ce qui s’était passé dernièrement dans ma vie, il faut dire que je n’avais pas eu de temps pour lui.

- « Alors, tu racontes quoi de beau ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Dim 3 Déc 2017 - 14:04


Une fois encore, excepté frapper l’air, rien ne se passe. Comme je le disais, c’était ma dernière attaque pour la matinée. Mon ventre crie famine, Salem me tapote l’épaule comme un enfant, c’en est probablement assez pour mes nerfs. Il s’en va ensuite récupérer notre repas du midi, je le rejoins tranquillement. Naturellement, il a déjà commencé de s’alimenter. J’en aurais fait de même à sa place, j’étais déjà l’époque le premier à table et à commencer sans lui.

Lorsqu’il me demande s’il y a du neuf dans ma vie, je réfléchis quelques instants. Il est devenu kage, sauvé le village lors d’une terrible bataille… Et moi ? Je n’ai rien fait du tout durant ce temps. J’ai picolé et je me suis amusé. J’ai même carrément délaissé l’entraînement, alors que j’étais autrefois un forcené. Irrécupérable je suis. Ce combat avec Shuuehei est l’un de mes premiers de l’année.

« J’ai été intégré dans une équipe, puis… c’est tout. Aami Shoran est notre chef d’équipe, Suzuri Kyoshi mon partenaire, je ne sais pas si ça te dit quelque chose. Un peu frustrant d’être dirigé avec un type qui a peu près mon âge et coopérer avec un gosse qui a dix ans de moins… »

Légèrement agacé par cela, je mange ma grosse portion de riz pour me détendre un peu. Je vois tout le monde évoluer autour de moi, alors que je ne fais que régresser. Bon, depuis cette année où j’ai décidé de me reprendre en main, on peut dire que ça va un peu mieux. Du boulot m’attend.

« Et toi, alors ? Beaucoup de choses se sont déroulées cette année pour toi. dis-je en esquissant un sourire malicieux. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Jeu 14 Déc 2017 - 18:53
- « Ouais pas mal de choses… J’me rends compte d’ailleurs que j’ai pas pris mon temps pour papoter avec toi depuis bien plus longtemps que je ne le pensais… »

Ça devait remonter à plus ou moins six mois. Depuis le scrutin de Kumo, l’accident de Kahei, ma rencontre avec Nora, mon élection en tant que chef de clan, les évènements de Shito et ma promotion en tant que Kage de Kumo en fait… Ouais, ça faisait long. Super long. Le temps passait très vite en même temps ; sans compter qu’il s’était fait rare pour être honnête. De deux choses l’une : Soit il glandait comme d’habitude, soit il s’était fait discret jusqu’à récemment parce qu’il mettait l’accent sur ses différents entrainement. La dernière éventualité me paraissait la plus probable compte tenu du fait qu’il rageait d’être dans une équipe qui ne semblait pas du tout conforme à ses aspirations et différentes ambitions. Normal quand on savait qu’il avait la force d’un chuunin. Normal…

- « Il a quand même rapidement évolué, ce petit Shôran. Et dire qu’il était l’élève de mon petit frère… »

Kahei hein… Le fait de repenser à lui me replongea dans une sorte de mélancolie. Bien qu’il n’était pas mort et que je pouvais même me réjouir de voir qu’il y avait de petites améliorations quant à son état actuel, j’étais quand même toujours triste lorsque j’en parlais ou lorsque quelqu’un mentionnait son prénom. J’aurai pu continuer à me morfondre, mais je décidai d’afficher un sourire et m’efforcer de l’asticoter un petit peu pour garder une ambiance légère entre nous. « Par contre, c’est vrai que ça doit être la loose d’être l’égal d’un gosse de douze piges ! » Là, j’eus un petit rire moqueur puis j’avalai une bouchée de riz avec bon cœur. Y’avait rien de tel que la bouffe ! Et l’alcool ! Et la grasse matinée ! Et les femmes. Pulpeuses on s’entend. La vie était belle sous d’autres angles.

Simple, aussi…

- « Encore quelques missions avec eux et ça devrait être bon pour que tu sois admis chuunin. C’est le kage qui t’le dis en plus… »

Je lui fis un clin d’œil. La situation était incommodante pour lui et je le concevais. Néanmoins, j’étais un kage juste. Il n’y avait aucune raison que je ne lui file une promotion tant qu’il n’avait pas encore ses preuves sur le terrain. C’était comme ça que ça marchait. Sa perspective d’évolution dépendait également de son maitre actuel mais j’allais sans doute donner un coup de fouet à leur équipe pour qu’elle ait plus souvent des choses à faire. S’ils prouvaient tous leurs valeurs, ils ne stagneraient pas à leurs places actuelles. Logique. Légitime aussi. « Après, le gamin doit pas être si mal, non ? Pour avoir papoté avec lui, je peux t’assurer qu’il est loin d’être casse-couilles. » Pas comme tous ses autres parents. Mais à terme et quand bien même il était très intelligent, Kyoshi pouvait finir aliéné par les siens.

- « Garde un œil sur lui pour moi, d’ailleurs. Je m’intéresse de près à son évolution. Je ne suis pas du genre à m’immiscer dans la vie privée des autres, encore moins quand il s’agit d’un clan aussi prestigieux que le leur, mais si leur aversion pour nous risque d’engendrer des conneries comme un coup d’état, je n’aurai pas d’autres choix que de sévir… »

C’est dans ces moments-là que je ressentais la mort de Shinobi…

Et qu’il me manquait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Sam 16 Déc 2017 - 16:48


Je ne l’incriminerai pas pour cela, mais il était temps qu’il se rende compte que nous n’avions pas passé de temps ensemble depuis belle lurette. J’errais dans les différents bar et boîtes du village, tandis qu’il protégeait le village et devenait de plus en plus responsable de celui-ci. Tu es un bel idiot, Kinzoku. Pourquoi me plaindre ? Finalement, je ne récolte que ce que j’ai semé toutes ces années. Dépravation, alcoolisme, bagarres incessantes, des nuits futiles avec des femmes… Des choses inutiles auxquelles je n’aspirais pas.

C’est depuis que j’ai le réalisé le poids de la perte de mes parents que j’ai compris la raison de mon égarement. Boire pour oublier, enchaîner les conquêtes pour ne pas être seul, et ce malgré mes tendances solitaires. Alors que je semble pensif durant sa première prise de parole, je réagis quand celui-ci parle finalement de Kahei, son défunt frère et anciennement professeur de mon professeur. Ce bon vieux Kahei. Aussi loin que je me souvienne, il a toujours été bon avec moi. Des trois enfants, il était probablement le plus sage. Reiko était et est toujours un démon, Shuuhei et moi foutions toujours bazar monstre, mais je crois qu’il tente d’être celui que son frère aurait été.

Ce passé heureux n’a de cesse de me hanter ces derniers temps. C’est comme s’il voulait me rappeler chaque jour que je suis devenu un crétin nullard. Et au même moment, Shuuhei à cette façon bien à lui de me le rappeler à son tour. Moi, l’égal d’un gosse ? Il me faut absolument pour tuer ce jeune Suzuri, mais il est apparemment interdit de tuer ses équipiers… Mon intérêt se retrouve alors dépassé par cette frustration, lorsque celui parle de missions et du grade de Chûnin.

« Quand est-ce que l’on repart en mission ? Je me rouille. Devrais-je passer un examen ou autre ? Je me languis d’éradiquer les petites vermines qui me feront face. dis-je en serrant les poings, le regard porté vers le ciel, vers l’avenir. »

Puis il bascule en me parlant du gosse.

« Hm ? Pas casse-couille, non. C’est au contraire l’image qu’il a de moi. De l’extérieur, Shoran doit le voir comme le plus nature de nous deux. La faute à mon amour pour le combat, probablement. C’est un gosse timide et facilement intimidable, mais il progresse et ses techniques nous sont bien utiles. »

Et après quelques instants de réflexion.

« C’est une mission officielle ? Parce que si non, j’ai autre chose à faire que de surveiller un gosse qui a des préoccupations de gosse. D’autant plus que je dois me le coltiner à longueur de temps, donc estimons que c’est suffisant pour le surveiller, non ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Dim 17 Déc 2017 - 21:23
- « C’est bien pour ça que tu stagnes en fait ! La mission a beau être officieuse qu’elle est plus subtile que ça ! Qu’est-ce que t’as pas compris dans coup d’état ?! »

Encore une fois, j’utilisai le plat de ma main pour lui foutre un coup sur la tête. Il était parfois d’une connerie affligeante, ce gars ! Il fallait tout lui apprendre ! Le grade de chuunin s’éloignait finalement ! En tout cas, je comptais ne pas lui faire de cadeau et le faire douiller pour qu’il obtienne son grade. Machiavélique ? Un peu. Juste un peu. Mais tant que cette initiative pouvait le pousser à réfléchir sur sa position et le rôle qu’il pourrait remplir dans notre ville, je n’allais pas me gêner une seule seconde. D’ailleurs, puisqu’il semblait ne pas avoir capté la mission que je voulais personnellement lui confier, j’allais devoir tout lui réexpliquer tranquillement. Cet idiot, sérieux. Un vrai Metaru, quoi…

- « Je te parlais en fait de son évolution psychologique. Pas de ses capacités de shinobi. Ça, c’est le rôle de votre sensei, tu vois. Ce que je veux que tu me rapportes, c’est des changements majeurs dans son comportement. Des changements pourraient m’indiquer ce qui se trame au sein de son clan. J’ai pas envie de mettre les Suzuri à l’écart de la scène politique, ni même de les emprisonner, mais s’ils commencent à vouloir me créer des problèmes… »

Je préférai ne pas terminer ma phrase pour le coup. Je n’aimais pas comploter de la sorte, mais ce genre de micmacs était inhérent à la sphère politique. Triste réalité à bien y penser. C’était bien pour ça que d’une certaine manière, je détestais mon grade actuel. La reconnaissance, c’était bien beau, mais après, tout autour, c’était de véritables problèmes en continu. Même pas le temps de bien souffler ou aspirer à un repos total. Il fallait travailler, travailler et travailler sans s’arrêter. Mon grade de jônin me manquait presque. Se la couler douce, c’était parfois le pied ! Mais ce temps était révolu et il me fallait continuer à bosser pour maintenir notre chère cité à flots. Pas le choix…

« Enfin bref, tu m’as compris cousin. La plupart de ces gens là kiffent pas notre clan pour une raison obscure qui m’échappe un peu ; si ce n’est qu’il faut croire qu’ils ont du mal à accepter qu’un sauvage comme moi les gouverne. Le petit est l’un des rares à ne pas avoir une telle position. Tu m’diras qu’il est jeune et qu’il s’en carre de la politique et t’as pas tort, sauf que jusqu’à présent, il a réussi à faire la part des choses. Après, tout futé qu’il soit, il reste quand même un gosse et donc influençable. Tu piges mieux maintenant ou j’dois t’expliquer autrement encore ? » Qu’avais-je fini par lui demander. Persuadé qu’il devait avoir tout bité pour le coup. Après tout, il était un peu concerné par tout ça.

- « Ménage le. Lui donne pas du grain à moudre pour qu’il vire du mauvais côté en tout cas. »

Regard sérieux. Demande sincère. Kinzoku avait pas intérêt à faire le con.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Mer 27 Déc 2017 - 15:27


Shuuhei me prend probablement toujours pour cet idiot, que je suis réellement, mais il ne semble pas prendre en compte mes capacités de réflexions. Enfin qu’importe, il semble avoir un intérêt particulier pour cette mission, sinon il n’insisterait pas autant. À moins que ce soit simplement un motif pour me frapper le crâne, même s’il n’a pas besoin d’user de stratégie pour cela. Alors que je pensais cette mission sortie de nulle part, seulement là pour m’occuper l’esprit, je pressens qu’il s’y cache quelque chose derrière étant donné la volonté qu’il a de ma la présenter.

« J’ai compris de quoi il s’agit. Si tels sont les ordres du kage, je tâcherai de les réaliser. dis-je en levant légèrement mes yeux reptiliens vers ce dernier. »

Si je comprends bien tout ce qu’il me raconte, les Suzuri ne sont pas très disposés d’accepter qu’un Metaru soit à la tête du village. Ils oublient cependant que ce même Metaru a probablement sauvé leur clan, en plus du village tout entier. Ma foi, encore des raisonnements d’humains que je ne comprendrais jamais. Mais pourquoi maintenant ? Pourquoi si soudainement ? Je commence même à réaliser la raison pour laquelle ce dernier a trouvé du temps pour s’entraîner avec moi. Kyoshi… Ce gosse est si pur. Je pourrais presque en vouloir à son clan de le manipuler, si toutefois une telle chose venait à arriver.

« Cependant, dis-moi, la raison pour laquelle cette mission arrive aussi soudainement ? S’est-il passé quelque chose que tu omets volontairement de me dire ? demandé-je cette fois-ci d’un ton on ne peut plus sérieux. Non pas que les histoires internes au village m’intéressent, mais s’il y a moyen de me distraire en enquêtant sur des éléments avant de les éliminer de mes mains, j’en suis. »

Mon regard se transforme, ne devenant plus qu’un regard amoureux à l’idée de zigouiller des types. Je m’en lèche carrément les lèvres. Cela ne dure que quelques instants, le temps que je retrouve mes esprits et réalise mes excès du jour. J’ai réellement un problème avec ça. J’y travaille. Je progresse. J’ai quand même un problème. Un jour viendra où je contrôlerais mes pulsions meurtrières. Que dis-je ? Je les contrôle déjà, sinon Shuuhei m’aurait déjà enfermé depuis le temps.

« T’en fais pas pour le petit. Je m’en occupe comme la prunelle de mes yeux. »

Je pouffe légèrement de rire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Jeu 28 Déc 2017 - 1:52
- « Tu le tues pas. Tu le blesses pas. Rien. D’accord… ? »

C’est avec la tronche d’un type complètement blasé que je lui avais répondu du tac au tac. Ses pulsions de fou furieux là, je ne les aimais pas particulièrement. Je savais même pas d’où il tenait ça. Pas de ses parents en tout cas. Ni de nos aïeux d’ailleurs. Mais c’était comme Reiko. A un moment donné, j’avais déconnecté mon cerveau histoire de m’épargner des migraines. C’était pas parce que j’en connaissais l’origine que j’allais forcément régler le problème. J’étais pas un fin psychologue en la matière. De toute façon, je savais également qu’il n’était pas foncièrement un mauvais bougre, même si la gueule qu’il mimait là était celle d’un gros pédophile prêt à bondir sur sa proie. Et le Suzuri pour des types du genre était une proie de choix avec sa bouille toute mimi et sa bouche presqu’en cœur…

Bref, des réflexions écœurantes qui me filaient la gerbe.

- « Non, définitivement, tu le touches pas mon pote. Tu le touches. »

Ouais, parce que y’a des jours comme ça où j’en viendrais presque à douter de son orientation sexuelle. Autant je savais qu’il faisait des ravages auprès de la gente féminine malgré sa gueule de marginal, autant là, il me foutait grave le doute ce qui avait l’art de me faire poser des questions. Je secouai ma tête dans tous les sens comme pour chasser ces sordides pensées de mon esprit, avant de redresser ma tête vers le ciel. Il devait être maintenant treize ou quatorze heures, quelque chose comme ça : « J’ai rien omis. Mais c’est plutôt une espèce d’intuition. On va s’en tenir à ça. » Ou plutôt, il allait s’en tenir à ça. De toute façon, il connaissait les grandes lignes. Sur ce sujet, il n’y avait clairement plus besoin de parlementer. L’heure était maintenant à l’observation. Après quoi à l’action, carrément.

- « Allez, j’te laisse cogiter et pourquoi pas continuer à t’entrainer. »

Je pris un verre d’eau pour finir avant de me relever rapidement. Là actuellement, je n’étais sans doute pas le partenaire optimal pour qu’il progresse. ‘Fin, je lui avais tout du moins donné des indices sur son niveau actuel au cas où, mais le plus gros devait venir de lui-même. Ça et l’expérience du terrain, mais ça viendrait. J’en avais la conviction. En attendant, je m’étirai pendant quelques secondes avant d’afficher un sourire : « Traine pas trop, sinon j’risque de te distancer encore plus ! » Et sur cette phrase, je disparus en un clin d’œil. Déplacement instantané comme on dit. L’idée ? Retourner chez moi prendre une bonne douche. J’avais quand même un peu sué à éviter ses différentes attaques et projectiles. Mais ce qui était bien avec cette douche, c’est que je n’allais pas la prendre seul.

J’allais certainement trainer Nora à ma suite… Histoire de bien profiter aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Retrouvailles des cousins [PV. SHUUhei]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: