Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Comme avant || Feat Reiko


Sam 18 Nov 2017 - 16:22
Tout était dévasté. Tout ou presque…

J’étais au beau milieu d’un champ de ruines. Une bonne partie de la forêt avait été complètement rasée par mes soins, si bien que l’endroit marqué par la violence de mes arcanes ressemblait à une gigantesque clairière au sein de cette luxuriante forêt dans laquelle je m’étais donné à fond et sans réserve. Ma respiration était bruyante et saccadée et mes muscles totalement gonflés et couverts de sueur. C’était la première fois depuis longtemps que je m’étais autant lâché dans un entrainement. Ma dernière débauche d’énergie remontait à mon combat contre le titan mais depuis lors, je n’avais plus eu d’occasions pour me donner autant à fond : Les problèmes politiques divers du village avaient trop accaparé mon temps, surtout depuis que j’étais l’ombre de la foudre du village caché des nuages.

Mais pour cette fois-là, j’avais eu un peu de temps à moi. Du temps à me consacrer. Du temps pour affuter mes lames. Les aiguiser. Etre toujours au top de ce village. La récente infiltration qui avait failli couter cher à mon clan m’avait plutôt touché. Une remise en questions s’était alors imposée. Certains mots de Reiko avaient fait mouche. Si je ne la portais plus dans mon cœur comme auparavant, force était de constater qu’elle pouvait parfois avoir raison sur certains points malgré son caractère exécrable. Un dirigeant devait parfois prendre du recul et se remettre en questions. Ce que j’avais fait et ce que je continuais à faire. D’ailleurs, on pouvait croire que je laissais le village sans défense puisque l’endroit où je m’entrainais était à la fois proche et éloigné de Kumo, mais Daisuke et d’autres jonins veillaient au grain.

Mais alors que j’allais recommencer mon entrainement, je sentis automatiquement une présence.

Une personne dont le chakra était analogue au mien. Même signature ou presque…

- « Qu’est-ce que tu veux ? »

Je n’avais peut-être pas hurlé, mais ma voix avait été assez forte pour qu’elle m’entende de là où elle était. Il était de toute façon difficile de cacher sa présence lorsqu’on était à un certain périmètre de ma sphère de sensorialité ce qu’elle devait pourtant pertinemment savoir. Elle ne pouvait pas non plus être là depuis le début de mon entrainement étant donné que je l’aurai senti depuis un moment. A moins qu’elle ne soit devenue plus forte encore en dissimulation ? Probable. Bien longtemps que nous ne nous étions plus battus. Plus de trois ans. Peut-être quatre. Va savoir. Toujours est-il que sa présence ne me dérangeait pas plus que cela. Je n’avais pas affaire à un ennemi. Aucune raison de s’affoler donc. Néanmoins, je me tournai vers sa position en attendant qu’elle vienne moi ou qu’elle s’éclipse.

La dernière éventualité n’était pas impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Sam 18 Nov 2017 - 16:49
Perplexe...

Tu n'étais toi même pas convaincue de ce que tu étais entrain de faire. Tu le savais pourtant, tu préférais t’entraîner seule et loin de toute perturbation. Tu détestais ce monde avec ses parasites , néanmoins, tu avais besoin de t’entraîner sur certain point dont tu ne maîtrisais pas encore l'amplitude. Notamment en terme de Ninjutsu, cet art était bien plus technique qu'instinctif, à l'inverse du Taijutsu que tu avais su parfaitement maîtriser avec le temps. Et tandis que tu étais persuadée de pouvoir te débrouiller seule dans le domaine, voilà que tu rencontrais moult difficultés que les livres ne pouvaient résoudre.

Tu étais particulièrement frustrée à l'idée de devoir demander une séance d'entrainement à ce vaurien de frère. Il était bien le seul capable de t'enseigner quelque chose. Vous aviez grandit ensemble, enfin... plus ou moins. Dans tout les cas il était bien le seul avec lequel tu pouvais glaner un peu d'expérience. Les autres ne fonctionnant décemment pas comme toi. Lui non plus d'ailleurs en réalité. Il était talentueux de base, bien qu'il s’entraînait à l'heure actuelle davantage pour la forme qu'autre chose, il avait été naturellement bon dans tout ce qu'il faisait.

Toi cela avait été entièrement le contraire. Tu avais du faire avec le peu que tu avais pour arriver jusqu'ici. Il n'y rien de naturel dans ton niveau actuel, cela n'était que le résultat d'un entrainement continu et intensif. Et même à l'heure d'aujourd'hui, tu continuais à meurtrir ta chair et ton esprit pour te renforcer toujours plus. Cette fois-ci, cela allait être ton ego qui allait en prendre un gros coup.

Au final il en vint à te remarquer. Tu ne t'étais pas faite particulièrement discrète, tu t'étais contentée qu'il s'arrête de lui même pour daigner t'aborder. Tu savais pertinemment que tenter de se voiler face à ses talents en sensorialité était vain. Talent que tu n'avais d'ailleurs pas du tout hérité. La preuve que tu partais à la base de bien plus loin que lui. Sans compter la dizaine d'année qui vous séparait aisément.

T'approchant alors, tu serrais les poings. Il était été très difficile de sortir ce que tu allais dire, mais tu n'avais pas vraiment le choix.

- J'ai besoin de ton aide.


Tss... Il devait certainement jubiler face à ce que tu venais de dire. Toi aussi, tu tentais à évoluer. Le dernier affrontement t'avait aussi chamboulé. Et inconsciemment, un changement dans ton attitude s'était opéré. Il était encore infime, mais il ne cessait de prendre du terrain chaque jour. Il y avait pas un an, tu n'aurais jamais montré ta présence à ses cotés pour ça.

- Impossible pour moi de progresser seule en Ninjutsu.


Tu espérais simplement qu'il ne remue pas le couteau dans la plaie. Ce qu'il allait certainement faire. Vous n'en manquiez pas une pour vous entre-tuer après tout. Cela faisait quelques semaines à peine que les espions avaient attaqué le village. Ta présence ici était symbole d'une volonté d'avancer. Un symbole plus puissant que tout les agissements que tu avais pu faire durant ces dernières années. Mais il n'en fallait que d'un peu pour l'ébranler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 18 Nov 2017 - 17:44
Et ce symbole-là, je le l’avais évidemment bien compris. Le simple fait qu’elle vienne vers moi me demander de l’aide ce qu’elle n’avait pas fait depuis des années prouvait qu’elle avait mis son égo de côté et qu’elle voulait évoluer. Pour elle. Pour le village peut-être. Ce que j’espérais secrètement. J’étais de toute façon arrivé à un grade où je pouvais regarder les gens de haut. J’avais passé les stades de la reconnaissance de mes pairs et de l’accomplissement de soi. Que restait-il encore ? Persister à rester au sommet coûte que coûte ? Je n’étais pas du tout de ce genre. Par contre, il me fallait me renouveler sans cesse pour être au niveau et digne de mon grande. Ne pas me reposer sur mes acquis. Et c’est en cela que je respectais l’approche de ma sœur même si j’étais certaine qu’elle se fichait complètement de mon « respect ». Quoique… Peut-être pas pour une fois. Puisque je pouvais l’humilier en la rembarrant.

- « C’est d’accord… »

Je ne le faisais pas par contrariété, non. Il n’y avait pas de plus de place pour l’affect entre nous. C’était elle qui avait imposé les règles du jeu. J’avais longtemps essayé de les briser avant de m’y plier. Sur ce point, elle avait gagné sa guerre et elle pouvait en être fière. Celui qui lui venait en aide n’était autre que le kage. Le kage et sa jonin. Il était donc de mon devoir de l’assister. En m’approchant vers elle, je me mis à électrifier mon bras gauche. Mon bras droit quant à lui se recouvrit une épaisse couche de métal. Mon visage n’avait plus rien d’hostile, mais il n’était pas non plus avenant. Nous étions dans la neutralité la plus totale. Même si j’avais une idée sur la nature de sa demande, j’allais quand même lui demander pour entre sur : « Quel domaine ? » Était-ce le domaine affinitaire ? Ou bien notre kekkai genkai ? Je pariais sur la dernière éventualité, mais je pouvais éventuellement l’aider des deux côtés.

- « Une fois que auras fait ton choix, éloigne-toi de quelques pas et lance les hostilités. Si je dois t’aider, il me faut savoir où tu en es précisément. Et surtout, ne te retiens pas une seule seconde… »

Je n’étais pas un défouloir, non. Mais je misais sur l’efficacité. Et ça passait par la peine puissance. Reiko n’avait pas le choix. Elle allait devoir me montrer le fruit de son labeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Sam 18 Nov 2017 - 18:24
Impuissante...

Tu détestais cette sensation de voir qu'il y avait une montagne que tu ne pouvais gravir sans l'aide d'un tiers. Tu t'étais toujours débrouillée seule, cela aurait du continuer. Mais il y avait de ces choses que le destin t'empêchait d'affronter. Enfin... Tu avais surmonté tout jusqu'ici sauf ça. Et tu le savais aussi, cela t'aurait prit quelques années à surmonter tes soucis. Beaucoup d'énergie et beaucoup de temps. Malheureusement, tu n'avais clairement pas le second élément. Si tu voulais progresser rapidement, il fallait t'en donner les moyens. Et ce moyen s’appelait Shuuhei.

Tandis qu'il te montrait ses capacités, il en venait à t'inviter à montrer les tiennes. Tu serrais les poings, sachant pertinemment que tu n'avais rien à montrer. Il le savait très certainement lui aussi, il était un senseur suffisamment aviser pour savoir que ton flux de chakra n'était propice à aucun Ninjutsu à l'heure actuelle. Le mieux dont tu étais capable de prétendre était la création de petite lame, tout au plus. Tu savais manier le métal dans une raffinerie comme celle des Metaru, mais en combat, tu ne te basais que rarement sur lui.

- Je ne peux pas te montrer quelque chose si je n'ai rien à te montrer. Le mieux que je puisse faire ce sont des créations mineures. Se battre à la force de ses poings, c'est simple... Mais le Ninjutsu... Cela demande plus.


Tu avais la force d'arracher une montagne de la surface, mais tu étais incapable de faire des créations concrètes pour le moment. Tu maudissais Shuuhei pour qui le talent lui était venu parfaitement. Tu avais toujours été seule, le Ninjutsu demandait technique et réflexion. Il se nourrissait de l'expérience de celui qui l'enseignait. Toute seule, même à travers des livres, il était incapable pour toi d'assimiler la théorie. Ce n'était pas que tu étais incompétente dans le domaine, c'était que depuis le départ, tu t'étais refusée toutes les clés pour l'assimiler.

Tu soutenais son regard, malgré que tu étais sur ce coup-ci bien impuissante. Ce qui fortifiait davantage tout l'effort que tu avais du faire pour te montrer jusqu'à lui et lui faire ce genre de demande. Tu savais pertinemment que tu allais devoir lui montrer cet aspect faible de toi. Serrant les poings, c'était limite si tu te mordais la lèvre afin de ne pas expulser ta colère comme à ton habitude. Tu te devais de te retenir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 20 Nov 2017 - 2:11
Pour la première fois depuis un certain temps, je regardai ma sœur avec une condescendance très prononcée. Elle était pitoyable et pathétique. Ce n’était clairement pas un manque de talent mais une inhibition qui avait conduit cette femme à être aussi nulle en la matière ! Voilà ce qu’il en coutait quand on n’aimait pas son clan et qu’on s’entêtait à progresser seule. On ne connaissait rien. Quedal. Et voilà que ça se disait ninja hein… Même les jeunes Metaru moins forts arrivaient à quelque chose eux. Parce qu’eux avaient eu l’humilité de suivre les enseignements et les préceptes des anciens. Chose que Reiko n’avait pas faite. Chose qu’elle faisait maintenant en quelque sorte. Je le voyais bien à ses poings qu’elle était sur le point de craquer mais qu’elle ravalait tant bien que mal sa fierté. Elle était peut-être à féliciter puisqu’il n’était parfois jamais trop tard pour mieux ou bien faire ; mais je ne pus m’empêcher de penser pour le coup que j’avais en face de moi une sombre idiote qui ne méritait qu’une seule chose : Une violente fessée.

- « On s’en fout un peu des cours de base, mais je vais quand même revenir aux fondamentaux. C'est gonflant, mais je vais les survoler vite fait. Tu dois garder en tête que malaxer ton chakra de sorte à lui donner la forme que tu désires au fond de toi, c’est la clé. Tu as un grand réservoir de chakra. Débarrasse-toi de toutes tes limites et permets-toi de rêver. »

Sur cette phrase je me retournai et me mis tout d’un coup à multiplier les mudras à la vitesse de la lumière. Et dès que je tendis les bras devant moi, une gigantesque vague d’eau se forma et s’abattit illico sur le terrain que je venais de ravager. Il était impressionnant de créer de telles techniques dans un terrain aussi isolé et presque sec, mais j’y arrivais plus ou moins et non sans mal. « Mon idée était simple. Imaginer une attaque en fonction de mes affinités qui me permettrait de me débarrasser d’un bon nombre d’adversaires. Une vague me semblait appropriée. Alors, j’y ai pensé, et voilà le résultat. » Elle avait accumulé tellement de convictions connes et de tares dans le genre que seul le temps lui montrerait à quel point elle avait idiote de se replier sur elle-même et de refuser l’aide des autres. Ce jour était le tout premier d’une longue liste à venir. En plus, ce n’était pas comme si je ne l’avais prévenu. Comme d’habitude…

- « Le ninjutsu n’a qu’un seul socle : Le chakra. Mais ledit chakra a deux bases que tu connais très bien : L’énergie physique et l’énergie spirituelle. Cette énergie physique, tu l’as déjà. Elle est constamment produite par ta force et tes entrainements quotidiens. Ce qui te manque, c’est l’énergie spirituelle. Libère ton imagination. Arrête de t’imposer des limites. Ton quotidien devra être dorénavant ponctué par des séances de méditations. Visualise les techniques qui te sembleraient les plus efficaces pour toi et laisse les éclater en commandant à ton chakra de les produire via un malaxage adéquat. Observe. »

La théorie n’était rien sans la pratique. C’est pour cette raison que je me mis à transformer devant elle l’un de mes bras en une épée tranchante qui pourrait ôter la tête de n’importe quel adversaire. L’instant d’après, l’épée se changea en un gros marteau, avant de prendre la forme d’un gigantesque poing qui pourrait écraser n’importe quelle gueule. Pour m’assurer d’une chose et même sans sa permission, je vins poser ma main sur son ventre en fermant les yeux. Pure concentration. « Tu sais malaxer ton chakra et le sens de la circulation de ce dernier ne souffre d’aucune anomalie. Tout réside dans la force de ton esprit étant donné que tu as toutes les clés. » Je retirai finalement ma main de son ventre sur lequel j’avais dosé un peu de mon chakra pour jauger le sien et voir si elle avait des lacunes à ce niveau, mais il semblait qu’elle était déjà complète. De plus, la blonde connaissait aussi ses affinités, ce qui était déjà une bonne chose.

- « Pour tes débuts, il va falloir copier. Apprendre à te réapproprier l’essence même du ninjutsu mais sur des arcanes d’ampleur. Essaye de reproduire ça pour voir… »

Et tout concentrant du chakra dans mes paumes, je m’abaissai, l’infusai sur le sol, avant qu’un gigantesque dôme de métal hérissé de grosses piques de sous terre et ne s’érige devant nous.

Une bâtisse d’une trentaine de mètres de hauteur. Celle-là même qui avait sauvé bien de personnes à Shito.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mar 21 Nov 2017 - 0:32
Perplexe...

Tu resserrais les poings, ton visage se renfermait dans une expression noir. Tu détestais ce qui était entrain de se passer, il te prenait de haut, il te jugeait encore et encore. Bien qu'il n'en disait rien, tu pouvais sentir à travers son regard toute son arrogance. Quel enfoiré, il devait certainement se répéter dans sa tête que c'était entièrement de sa faute si te retrouvais là. Pourtant, tu en étais persuadée, il ne te suffisait que d'un déclic, qu'une clé de compréhension pour pouvoir de nouveau progresser seule. Tu étais une autodidacte jusqu'au bout des ongles après tout, et face à ce type qui était né avec un talent naturel, tu ne pouvais qu'être énervée à l'idée de te faire prendre de haut.

Serrant les dents tu le savais, il fallait retenir ce dragon qui menaçait d’arracher la tête de ton frangin à chaque instant. Au moins, il t'apportait un peu de ses connaissances, même si tu étais dans un état tellement bouillonnant que tu ne captais que la moitié de ses mots. Soufflant un bon coup, tu tentais désespérément de récupérer un peu de calme par-ci par là. Tu le sentais, tu allais exploser. Si tu ne retenais jamais au quotidien, c'était uniquement à cause de ça. Il y avait un mode entre ce que pouvait faire une Reiko irritée et une Reiko à bout de nerf...

Méditer ? Vraiment ? Toi ? Faire ce genre de chose ? A quoi bon... C'était une perte de temps. Une sorte de manière de se reposer tranquillement en faisant croire aux autres que l'on s’entraînait très dur. Il n'y avait aucun moyen pour toi que tu puisses acquérir une quelconque tranquillité d'esprit de la sorte. Les rares moments où cela arrivait, tu n'étais pas assez motivée pour t’entraîner. Et avec tout ces parasites, tout ces gens grouillant autour de ton espace vital, il n'y avait aucun moyen que tu te saisisses d'une quelconque quiétude.

Au final, il te faisait la démonstration de toutes ses techniques, il avait une foutue maîtrise du Ninjutsu cet enfoiré... La frustration montait encore d'un cran face à cette réalité. Le destin avait toujours été injuste avec toi, et jusqu'ici, tu n'avais pas pu casser la gueule à ce foutu destin. C'était bien le seul qui t'échappait encore.

Plissant les yeux, tu voyais surgir du sol cette immense création en métal dont Shuuhei se vantait de savoir faire. Sans aucun doute, très peu de Metaru dans l'histoire du clan n'avait réussi à reproduire pareil niveau. Pas moyen que t'arrive à faire ce genre de chose. Tu pouvais aisément la détruire certes, ta force était bien suffisante pour anéantir ce genre de machin. Mais la recréer, c'était encore une autre étape...

- Comme si je pouvais faire ça...


Soupirant, tu tentais néanmoins de composer quelques mudras en te laissant laisser aller au peu de créativité dont tu pouvais faire preuve. Hormis casser des gueules tu n'étais pas vraiment une artiste. Finalement tu posais tes mains au sol, ton flot de chakra s'infiltrant dans celui-ci, tu pouvais sentir le sol gronder tandis qu'un immense pieu surgissait de celui-ci. Tu n'étais pas vraiment épuisé par ce genre de création mais le résultat était clairement médiocre.

Le pieu ne semblait pas vraiment uniforme, voir même totalement décousu. Il n'y avait aucune cohérence dans la structure de celui-ci. On apprenait vraiment pas du jour au lendemain à dompter tes démons intérieurs. Surtout la gueule de tes démons... Ils étaient encore au dessus comparé à ceux habituels des gens...

- Tss... Fait chier.


Frustrée... Il n'y avait que ça qui émanait de toi. Il s'attendait à quoi en te demandant de faire ça ? Serrant tes poings, tu rugissais de l'intérieur. Tu ne pouvais pas faire ce qu'il faisait pour le moment c'était un fait. Mais tu te jurais d'améliorer tout ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 21 Nov 2017 - 1:28
- « Calme-toi… »

Ce que j’allais faire allait peut-être engendrer un gros séisme, mais je n’avais pas tellement le choix pour lui l’aider. Je m’approchai de la jeune femme avant de la prendre dans mes bras, carrément. Depuis quand ne l’avais-je pas fait ? Cinq ans ? Dix ans ? Va savoir en vérité. Mais l’idée était de la calmer et de l’aider à mieux maitriser ses nerfs. Comme un vrai grand frère le ferait, je la serrai chaleureusement dans mes bras tout en passant une paluche dans sa chevelure pour la caresser doucement. Elle pouvait certainement se débattre et même me foutre un coup que je sentirais forcément passer vu que nous avions la même force percutante qui faisait la fierté des Metaru, mais j’estimais qu’elle était assez intelligente pour savoir que ce geste n’était pas fortuit surtout après la gueule que je lui avais tiré. Ce geste pourrait être suicidaire pour n’importe quel autre kumojin, mais elle pouvait être certaine qu’à part une poignée de ninjas, personne d’autres ne pouvait la contenir. J’étais vraiment celui qu’il lui fallait.

- « Évoluer requiert des sacrifices. C’est peut-être chiant et trop te demander, mais tu n’as pas le choix que de te plier à cette loi universelle. Si tu veux exceller dans ce domaine, tu dois faire un travail sur toi. Le talent, tu l’as déjà, je peux te l’assurer. »

La nostalgie me gagna soudainement. Il y avait encore quinze ans en arrière, celle-là même que je tenais dans mes bras était ma petite sœur adorée avec qui je me promenais partout et qui me collait pratiquement tout le temps. J’avais en tête sa bouille admirative et ses yeux pleins d’étoiles quand je lui faisais des cadeaux ou quand j’allais la promener de nuit dans des forêts pour qu’elle admire la nature et les étoiles. Je revoyais ses premiers pas rigolo en taijutsu et ses pleurs quand elle se cassait la gueule. Sa mine espiègle quand elle faisait des bêtises. Son air triste quand elle se faisait gronder par notre père avant de venir se réfugier dans mes bras ou dans les jupes de notre mère… Un temps qui me paraissait tellement lointain qu’il me donnerait presque envie de pleurer. Mais bien entendu, aucune larme ne coula. Le temps avait malheureusement élargi la fissure qui s’était dessinée entre nous au point que je n’avais pratiquement plus rien à faire du sort de cette jeune fille qui restait pourtant ma petite sœur.
La chair de ma chair comme j’aimais si bien le dire.

- « Ta colère est l’une des sources de ton pouvoir, mais il n’y a aucune raison qu’elle te domine tout le temps. C’est ton arme. Pas l’inverse… »

Chassez le naturel et il revient au galop, certes. Mais rien ne l’empêchait de dominer cette émotion selon les circonstances. Son caractère tempêtant pouvait se muer en colère froide. Cette modification dans son attitude allait non seulement lui ouvrir certainement portes –notamment celle du ninjutsu-, mais lui permettre de conserver ce stimuli-là même qui lui permettait d’avancer et de réussir tout ce qu’elle entreprenait. J’avais en tête son abnégation lors du raid sur le clan Metaru qui avait été guidé par le besoin de protéger ses pairs, mais aussi la cruelle envie d’exterminer ses adversaires. J’avais la ferme conviction qu’elle pouvait y arriver, qu’elle pouvait réussir à produire quelque chose si elle se donnait la peine. C’est fort de cette sensation que je l’avais tout doucement lâché avant de lui demander une dernière fois : « Tes objectifs et convictions sont plus fortes et plus importante que ta colère et ton impatience. Domine-les… » Plus facile à dire qu’à faire. Mais dans cette forme d’apprentissage, il n’y avait pas de raccourci.

- « Recommence. »

Qu’avais-je dis en reculant de quelques pas pour la laisser souffler, se concentrer et réessayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mar 21 Nov 2017 - 21:47
Confuse...

Mais qu'était-il entrain de faire ? Voilà qu'il te prenait dans ses bras alors que tu menaçais de le buter l'instant d'avant. Tu détestais ce contact, ses bras enroulés autour de toi, ça sonnait faux et précipité. Tu ne te débattais néanmoins pas, encore une fois, un seul mouvement de ta part pouvait déclencher une fureur incontrôlable et éternelle. Il ne fallait que d'un seul éclat en cet instant pour laisser embraser le volcan qui rugissait en toi. L'enfoiré... Il se tenait là, devant toi, à briser ta barrière de sécurité alors que tu pouvais faucher sa petite vie en un instant. Le salopard ne levait même pas sa garde, aussi puissant qu'il était, à cet instant, tu pouvais l'abattre de mille et une manière...

Puis voilà qu'il parlait. De colère, de haine, qu'il fallait la dominer tout ça... Il était marrant lui. Il avait tout eu dans le creux de la main, n'avait jamais connu la frustration réelle que tu te tapais quotidiennement. Il avait choisit le bon chemin tandis qu'à toi, il t'avait laissé les restes. Quel enfoiré, t'aurais peut être du le tuer sur le moment. Pour abréger ses paroles qui ne te servaient à rien.

On ne changeait pas du jour au lendemain, et cela faisait des années que tu étais nourrie par cette même colère. Celle-ci t'avait guidé jusqu'ici, personne d'autre ne t'avait aidé. Tu ne pouvais pas l'abandonner voir même la contrôler, elle était partie intégrante de toi, tu étais cette colère bouillonnante et sans aucune limite. Tandis qu'il relâchait peu à peu son emprise, tu posais ta main brutalement sur son torse pour le repousser le plus loin possible. Cet enfoiré... Tu étais transpirante de rage mais tu avais réussi à te contrôler jusqu'ici.

- Tu ne sais rien de ce que je peux ressentir.


C'était vrai, il ne savait rien. Reculant alors quelques pas, tu fixais le sol avec une rage presque aveugle. Quel enfoiré... Tu n'avais pas pu le taper et désormais tu étais emplie d'une haine presque écrasante. Composant quelques mudras plus rapide que la première fois tu frappais le sol avec autant de force que tu le pouvais, tes phalanges venaient faire morceler la terre. Quelques secondes vint une immense tour de métal, bien plus épaisse et cohérente que la première fois. Tu l'avais fait par l'instinct sans réfléchir, avec seulement une image en tête. Respirant lourdement, tu aurais voulu marteler plusieurs fois ce sol pour te soulager entièrement. Mais ce que tu avais en face de toi était une création déjà plus cohérente, logique plus solide.

- Tu n'as pas compris... Je suis la colère.


Celle-ci t'avait encore ouvert l'esprit. Tu venais de faire sauter un loquet mentalement, pendant ces dernières années tu avais laissé ta rage se taire pendant trop longtemps. En remplissant ton devoir, tu n'avais pu t'exprimer qu'à de rare occasion et tu t'étais bridée par toi même. Mais tu avais compris une chose en cet instant. C'était qu'il n'y avait rien à refouler chez toi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 22 Nov 2017 - 0:04
Mais qu’est-ce qu’elle raconte, cette tarée ?

Telle fut ma première pensée tout juste après sa dernière phrase à la con qui m’avait arraché une sérieuse tronche de constipé. Ce n’était ni de la pitié, ni de la colère, non. C’était tout simplement de l’incompréhension la plus totale. On avait pas idée de sortir une bêtise pareille. J’étais presque scandalisé de voir que cette fille, la Reiko que je connaissais pouvait sortir une aussi grosse connerie. Oui, c’était affligeant de connerie. Tant et si bien que j’eus finalement un soupir las avant de regarder sa nouvelle production. Elle ressemblait maintenant à quelque chose, certes, mais on en était toujours au même point. Ce n’était pas pour rien que je ne m’occupais plus de cette gamine. A chaque fois qu’on initiait quelque chose de bon, elle s’évertuait à le détruire. Encore et encore.

Quel idiot ai-je été d’espérer…

- « Peu importe. Si tu veux te nourrir de ton essence, tu dois d’abord la contrôler avant de l’utiliser comme tu le souhaites. Le contrôle. La méditation. »

Le calme avant la tempête. Un chien qui ne fait qu’aboyer sans mordre finit par ne plus effrayer quiconque. C’était ma vision des choses. Il était évidemment clair que je pouvais avoir tort, mais le ninjutsu imposait le sacrifice du travail sur soi. C’était une vérité universelle qu’on ne pouvait pas ignorer ou contourner sous prétexte qu’on était pétri de talent. Ses productions devant nous en étaient les preuves les plus tangibles et les plus palpables. On ne trichait pas avec la nature. Ce n’est qu’après avoir tout maitrisé qu’on pouvait laisser parfois sa colère éclater et s’exprimer. D’ailleurs, ladite colère m’avait inspiré une technique très meurtrière que je n’avais utilisée que rarement dans mes trois décennies. Il était peut-être temps que je la lui montre. C’est sûr cette pensée que je composai des mudras…



- « Je ne me répéterai plus. Le reste dépend de toi. Tu es libre ou non de suivre mes conseils. »

Et sur cette phrase, je claquai des doigts pour faire disparaitre ma technique avant de m’avancer sur le terrain boueux pour recommencer mon entrainement.

Je n’allais pas perdre mon temps à débattre sur la légitimité de mon point de vue. J’en avais ma claque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 22 Nov 2017 - 1:32
Perte de temps...

Le fait était là, vous étiez incapable de vous comprendre. Si lui prônait le contrôle, toi tu venais de saisir l'importance de l'instant, du spontané. Tu étais une bête d'instinct, lui quelqu'un de plus mesuré, tu étais bien obligé de le constater. Vos deux visions des choses ne pouvaient s'entendre, coopérer pour en donner une meilleur et plus fortes. Quand bien même, il te faisait la démonstration de sa technique aux allures démentielles, tu ne cillais même pas. Son contrôle était impression, sa force l'était tout aussi, mais rien de suffisant pour te faire chavirer de pensée.

Il te reprochait encore et toujours ta colère, comme tous, ils étaient incapable de te comprendre voyant ton impulsivité comme étant une chose foncièrement néfaste. Mais ce n'était pas eux qui t'avait fait progresser. Ce n'était même pas ce frère absent lorsque il y avait bien longtemps tu avais besoin de lui. Mais c'était la réunion de toutes tes pulsions et tes instincts qui avaient fait de toi une créature capable d'évoluer et de s'adapter. Soupirant, tu avais encore les échos de ces centaines de lame jaillissant du sol. Il était arrivé à ce stade avec sa manière de voir les choses ?

Soit...

Tu avais moins d'une quinzaine d'année de retour sur lui en terme d'âge. Et pourtant, tu savais que tu n'étais pas loin de l'égaler. Cette technique... Il n'aurait jamais dû te la montrer. Il la prônait comme étant une démonstration de force ? Tu ne voyais en elle qu'une limite. C'était tout ce dont il pouvait faire de mieux par rapport à toi avec une quinzaine d'année de plus. Te retournant tandis que lui avait déjà fais de même, tu dé-serrais les poings. Ta colère était toujours présente, mais ce rapide entretien t'avait permit de discerner les limites que tu t'imposais et pourquoi. Et au fond de toi, tu le savais que cette colère t'avait encore permit d'outrepasser tes capacités.

Tôt ou tard, tu allais le dépasser...

- Merci Shuuhei.


Au final tu ne retenais rien de lui, aucun savoir, aucune expérience, aucun progrès. Mais il avait été suffisant pour te recentrer sur ce qui t'avait mené jusqu'ici. Avec tout ces choses que tu enchainais de toute part, tu étais allée jusqu'à oublier pourquoi tu faisais tout ça. Il venait de te le rappeler même si ce n'était certainement pas cela qu'il désirait. C'était bien la première fois que tu le remerciais depuis des années d'ailleurs.

Repartant de ton coté, tu devais t'exercer. Tu ne pouvais t'empêcher de penser qu'un nouveau monde s'offrait à toi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 22 Nov 2017 - 1:45
Et c’était bien la première fois depuis des années que l’une de ses phrases m’ébranla autant…

J’avais cru mal entendre. Mais les faits étaient là. Metaru Reiko m’avait bel et bien remercié. Quand bien même je savais qu’elle n’épouserait pas ma manière de pensée et de voir les choses, je me demandais pourquoi elle en était venu à me remercier. J’avais même écarquillé les yeux devant la manifestation de sa gratitude. Car s’il y a bien une qualité qu’on ne pouvait pas lui retirer, c’était sa franchise. Quand bien même elle pouvait parfois débiter des conneries à mes yeux et à ceux du plus grand noms et aussi paradoxal que cela pouvait paraitre, elle ne prenait pas la parole pour rien dire. D’où mon choc. Ma bouche était restée ouverte pendant une bonne poignée de secondes alors que j’avais retourné mes yeux vers elle en me demandant ce qui venait de lui passer par la tête, tant cela ne lui ressemblait pas !

Etait-ce une journée qui marquait le début d’une nouvelle ère ? Devrais-je la rattraper pour lui prodiguer d’autres conseils ? L’encourager dans sa voie ? De très bonnes questions. Que je finis par chasser de mon esprit. Même si ce jour était à marquer d’une pierre blanche, j’étais globalement pessimiste. Il m’arrivait bien entendu d’avoir des moments d’optimisme comme lorsque je l’avais prise dans mes bras, mais tout ce que j’avais ressenti n’était qu’haine, dégout et colère. Son geste de repousse m’avait conforté dans le fait qu’il me fallait ne jamais croire avec elle. Ceci étant dit, son abnégation à la demeure de notre illustre clan et son mot de remerciements étaient notables. Tout en restant pragmatique, je comptais ne pas les oublier. Et c’est sur cette pensée que je repris mon entrainement.

Les jours à venir promettaient de grands changements et bouleversements dans notre monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Comme avant || Feat Reiko

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: