Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Une nouvelle lame | Watari


Sam 18 Nov 2017 - 18:24
En arrivant à Iwa, je possédais bien d'autres ambitions que celle de vivre une vie de shinobi lambda. Je n'avais pas le moins du monde tiré un trait sur mon passé qui m'attirait toujours autant ; c'était pour cela que j'avais décidé, il y a déjà un bon bout de temps, de m'atteler à la réalisation d'une forge. Il ne m'avait fallu que très peu de temps pour me mettre au travail, et même si la météo ne m'était pas toujours cordiale, ma motivation était loin d'être éphémère.

Les capacités de mon clan m'apportaient bien évidemment un certain avantage quant à la construction : cela me dispensait de me procurer quelques matières premières, puisqu'elles m'étaient déjà à disposition. Aussi bien sous l'assaut des ardents coups de soleil que sous la tristesse de la pluie, je faisais autant d'heures possibles par jour, l'espoir d'une ouverture proche omniprésente se faisait dans ma tête.

Outre mon esprit combatif et la robustesse de mes membres, je n'avais que trop peu d'aide, ce qui était évidemment loin de me faciliter la tâche. Au fur et à mesure que les semaines s'écoulaient, la fatigue se faisait de plus en plus intégrante à mon être, ce qui m'avait contraint à me reposer quelque peu. C'était l'occasion idéale pour moi afin d'exercer davantage mes prouesses de shinobi, bien qu'il m'arrivait d'user de temps à autre de faire une bonne sieste réparatrice.

En ce qui concernait le nom de celle-ci, je dois avouer que je n'avais que trop peu d'inspiration. Tan'ya-ba no Shoda était plutôt classique, mais convenable, ce qui me faisait opter pour celui-ci. Finalement, la construction du bâtiment m'aura pris une bonne partie de mon temps, mais cela n'était pas vain ; de plus, j'avais déjà exercé une bonne publicité à travers la presque intégralité du village. Je n'avais plus qu'à attendre à ce que je récolte les fruits de mon dur labeur.

**

La journée d'aujourd'hui fut aussi longue qu'intense. C'était peut-être l'un de mes jours de besogne les plus épuisants, mais cela était loin d'être sans rémunération ; j'avais peut-être de quoi prendre congé pendant quelques jours, mais je n'allais pas me laisser aller ainsi, même si je me devais fortement d'exercer davantage ma palette de ninjutsu, Yoshitsune-sensei jugeant que celle-ci n'était pas assez exploitée.

Après m'être occupé des quelques derniers lambins clients, je soufflais fortement. Tandis que la vapeur avait rougi mon corps et que le smog de la cheminée se faisait presque consistant à vue d’œil, il ne me restait plus qu'à attendre si d'autres personnes venaient à arriver. Passant vivement mon bras droit sur mon front, je me dirigeais ensuite vers l'arrière boutique pendant un bref instant afin de me désaltérer, finissant finalement par faire place à nouveau à l'entrée de l'enseigne.

_________________


Merci Sora ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Sam 18 Nov 2017 - 20:01
Utiliser le vent comme arme dans le kenjutsu avait de multiples avantages. Les lames étaient par définitions des objets tranchants et létaux, s'en servir de manière contondante était donc très difficile. Frapper avec le revers d'une lame de katana était techniquement possible, mais cela demandait une certaine maîtrise du kenjutsu. Or, le vent offrait à l'utilisateur de kenjutsu des moyens de désarmer, neutraliser, déséquilibrer sans tuer. D'un autre côté, le futon avait pour principale utilité d'augmenter le tranchant d'une lame, les vents pouvant perforer et pulvériser jusqu'aux roches les plus solides. Pour Watari, trancher l'acier n'était pas chose impossible grâce à sa maîtrise du ninkenjutsu. Allier l'art de dégainer et de trancher avec sa maîtrise des vents avait permis à Watari de créer une technique à la puissance telle qu'elle pouvait, entre des mains inexpérimentées, se retourner contre son utilisateur et endommager ses articulations ainsi que de réduire son audition. Grâce à l'onde de vide compresser, il était parvenu à rendre une lame tellement tranchante qu'elle pouvait se trancher elle-même. Un tour de force qui était relativement ridicule quand on y pensait, mais qui avait pu sauver la vie d'une personne qui lui était très cher...

Et le prix a payé pour avoir ainsi court-circuiter sa propre technique ? Celui-ci se trouvait désormais sous les yeux du nouveau forgeron d'Iwa, comme une sorte de défi technique. La lame de Watari, brisée en deux, était dans un état finalement bien pire que ne l'était une lame simplement brisée. L'air compressé formaient des cavitations qui avaient comme fâcheux effets d'agresser la structure entière même de l'alliage. Parvenir à maltraiter une lame avait autant de férocité révélait mal à quel point la tâche du manieur pouvait être ardue quand il s'agissait de maîtriser les flux de concussions de son chakra. Qu'en dîtes-vous ? Vous sentez-vous capable de faire quelque chose pour me réparer mon sabre ?

Il se demandait d'ailleurs s'il allait être reconnue comme étant l'un des exilés de Kiri. Il espérait que non : si pour le moment, sauf quelques surveillances à leur égard, il n'y avait pas eu d'explicites rejets et suspicions à leur encontre, il ne voulait pas que celle-ci fut la première où un ninja du village d'Iwa conteste sa présence en l'enceinte de celui-ci. La lame gardait la signature d'un forgeron réputé du pays de fer. En vérité, cette lame n'a jamais été conçue pour être utilisée avec du futon. Du raiton oui, mais pas du futon. Cette contradiction était d'ailleurs en grande partie l'histoire de sa vie et l'origine de toute ses aventures. Être né pour hériter d'un style originairement basé sur la maîtrise de la foudre et se révéler être incapable de s'en servir naturellement. J'ai ouïe dire que vous êtes un utilisateur du kinton. Je pense que vous êtes le seul à même de réparer une lame ou d'en forger qui serait capable de résister à ma maîtrise du futon. Il fit une pause avant d'ajouter : Au-delà de la réputation que vous pourriez vous faire en parvenant à relever ce défi, je possède suffisamment d'argent pour vous dédommager de votre labeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Jeu 30 Nov 2017 - 20:49
Je gardais un certain air jovial, bien que légèrement forcé sur les bords, lorsque j'avisais qu'un nouveau client avait décidé de venir. Bien qu'il possédait une allure légèrement particulière vis-à-vis de la plupart de ma clientèle, cet individu ne me rappelait pas la moindre personne que je connaissais. Il était évident qu'un tel individu ne pouvait être une personne lambda au vu de son attirail ; dès lors qu'il se chargea de me présenter sa commande, cela ne faisait que confirmer ce que je pensais d'ores et déjà. Bien qu'il lui arrivait ordinairement de devoir forger purement et bêtement de simples armes, la réparation n'était pas une chose qui m'échappait ; d'ailleurs, cela n'était pas très différent dans le fond.

▬ C'est sans problème. Laissez-moi donc examiner votre sabre.


Me penchant davantage en direction de la lame en piteuse état, et alors que je plissais mon unique œil pour examiner en détails les caractéristiques de la lame, je devais avouer que l'état de la lame était on ne peut plus déplorable. J'étais sur un cas pour le moins spécial, mais cela ne me décourageait pas pour autant : au contraire, je me montrais plutôt impatient à l'idée de réparer cette arme, même si réparer la lame en elle-même était peut-être moins bénéfique que de lui en forger une nouvelle.

▬ Visiblement, les rumeurs quant à mon pouvoir spécial se répandent vite. Je me sens largement à même de relever votre défi. Il serait davantage judicieux que je remplace l'intégralité de votre lame par une nouvelle, qui résistera sans doute davantage aux divers aléas de la vie.

Même si je devais passer l'intégralité de la nuit à faire en sorte de réparer cette arme, c'était sans concession que je le ferais. Non pas par l'appât du gain, mais par fierté personnelle. Posant le manche de l'arme sur mon plan de travail, situé à quelques pas à ma gauche, je me devais tout d'abord d'extraire le restant de la lame sans abîmer le manche. Attrapant une robuste et épaisse pince faite par mes soins de ma main gauche, je jouais avec la lame dans le but d'extraire les morceaux restants.

▬ De même, je pourrais essayer de remédier à votre problème d'affinité vis-à-vis de la lame. Je n'ai pas eu beaucoup de cas comme celui-ci, mais je ferais de mon mieux pour remédier à cela.

Je me toujours posais quelques interrogations quant à l'identité de cette personne. Lorsque le travail que j’exerçais sur la lame commençait petit à petit à porter ses fruits, je dévisageais de plus belle le porteur de celle-ci d'un air inquisiteur, sans la moindre gêne.

▬ Si ce n'est pas indiscret, comment avez-vous mis votre arme dans un tel état ? J'imagine que vous êtes une personne d'importance dans le village, et vous m'excuserez de cela dans ce cas : je ne suis présent ici que depuis trop peu de temps.

_________________


Merci Sora ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Ven 1 Déc 2017 - 0:03
Le jeune forgeron avait un air jovial, mais Watari remarquât qu'il se forçait légèrement. Tant pis, il n'était pas là pour se faire des relations sincères, mais pour réparer une lame en vue des épreuves qui l'attendaient à l'avenir. Le principal était encore qu'il puisse parvenir à lui réparer sa lame ou à en forger une pour lui. Le forgeron était borgne, mais cela ne lui permettait pas de présager des talents de celui-ci. Il eut été peu avisé de sa part d'ainsi juger cette personne sur de tels détails. Elle semblait assez confiante alors qu'elle lui intima de laisser son unique œil se faire le descripteur de l'objet brisé.

Cette lame à une valeur affective à mes yeux. Ne pourriez-vous pas à tout le moins réutiliser une partie de l'alliage dans la reconstruction d'une nouvelle lame ? Avait-il tout d'abord répondu avant de commenter les rumeurs à propos du jeune inconnu. Disons que vous avez un avantage sur la concurrence qui n'est pas négligeable. Ces rumeurs seront la source d'une clientèle fidèle. En tout cas, c'est ce que je vous souhaite.

Même Watari n'ignorait pas la réputation des forgerons du pays de la foudre, pays réputé pour cette artisanat que les forgerons du pays du fer voyaient souvent d'un œil envieux et respectueux, car il leur fallait bien plus de travail pour accomplir un travail similaire au leur, et ce des années après de pratique et d'artisanat journalier. Il semblait relativement expert, malgré son jeune âge, tant et si bien qu'il avait lui-même une sorte d'impatience face à cette assurance qu'il ne s'attendait pas à voir face à un résultat aussi catastrophique. Il fallait être franc, n'importe quel forgeron pourrait être terrifié face au traitement infligé à cette lame. Et la question sur le sujet arriva rapidement.

Pour ce qui est de la lame... J'ai dû protéger une disciple d'une de mes techniques de vent. Plutôt que de trancher en elle, j'ai redirigé le chakra de vent dans l'intégrité de la lame elle-même. L'attaque ne l'a pas touché, mais le choc à strier la lame et l'a fait implosé. Pour lui donner une vague idée, Watari fit apparaître au sein de sa main le vent qu'il employait. L'air de la forge se concentra dans un tourbillonnement aux vibrations stridentes et dans un flash blanc, dans la forme d'un katana qui n'en était pas un. L'exercice de maintenir cette forme était encore plus complexe, maintenant qu'il le faisait sans une lame comme support, mais la démonstration pourrait sûrement permettre au jeune forgeron de comprendre à quel point la lame avait été maltraitée par la technique avortée du samouraï au double croissant de lune.

Quant à mon identité... Ajouta-t-il en relâchant l'air et laissant son bras rejoindre le côté de sa hanche et de poursuivre : Je suis moi-même arrivant au village de la roche. Je suis cousin de la famille Nagamasa ; je suis Hoshino Watari, premier fils d'Hoshino Toharime-sama et de Hoshino Shunsada-sama. Je suis un fondateur du village de la brume et l'un de ses exilé. Il préférait ne pas lui mentir. Cela ne servirait à rien. Se cacher non plus : les rumeurs finiraient par être entendues. Si des problèmes devaient en survenir, il valait mieux que le jeune homme s'en occupe dès maintenant. De toute façon, il n'avait pas honte de ses choix et encore moins de son départ de la tyrannie qu'était Kiri sous ses mizukage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Mer 27 Déc 2017 - 17:15
Lorsque l'inconnu daignait me demander de bien vouloir garder ne serais-ce qu'une infime partie de la lame brisée, j’acquiesçais d'un bref signe de la tête. En effet, bien que j'envisageais de modifier l'intégralité de la lame, cela ne me posait pas le moindre problème dans la conception, et le résultat n'en serait guère différent. Lorsque ce qui semblait de la flatterie atteignait mes oreilles, je ne pouvais m'empêcher d'afficher un léger rictus amical en sa direction. Cela m'amusait, il était clair que le fait d'être un Metaru avait un impact des plus positifs quant au forgeage, et je comptais bien user de cette capacité pour arriver à mes fins et réaliser les meilleurs des travaux possibles.

▬ En effet, je peux garder ce qu'il reste de l'ancienne lame ; il me suffira juste de modeler en conséquence la partie que je vais rajouter. Je suis obligé d'avouer, en effet, que ma maîtrise du kinton est un avantage des plus bénéfiques en ce qui concerne le métier de forgeron.

Arrêtant de travailler sur l'extraction des morceaux brisés, j'attrapais une tige de métal de ma main gauche située sur le plan de travail. Modelant celle-ci en conséquence de mes besoins, je faisais en sorte de liquéfier le matériau solide afin de solidifier la lame à sa base. Dès lors que cela fut chose faite, je me faisais un plaisir d'écouter l'explication que m'offrait l'homme. Bien que j'arrivais à capter ce qu'il me disait, il me faisait le plaisir de me faire part d'une démonstration en utilisant le vent à sa guise, confirmant bel et bien qu'il s'agissait d'un shinobi.

▬ Je vois.. j'ai peut-être une proposition à vous faire. Avec votre accord, pourrais-je rajouter une légère couche de métal sur le précédent alliage, afin d'augmenter sa solidité sans pour autant altérer ses effets divers ? Bien qu'il m'aurait fallu effectuer une modification complète de la lame pour remédier à son problème d'implosion, une solidité extérieure ne serait pas des plus inutiles.

En attendant sa réponse, je préférais déjà me concentrer sur le forgeage du restant de la lame brisée : effectuant quelques pas sur le côté pour me diriger vers l’extrémité du plan de travail et que je déposais la tige de métal non loin de moi, j'attrapais un lingot de métal de la main gauche avant de me diriger vers mon enclume. Déposant la lame brisée sur la surface plane, je fondais d'une vitesse lente ce dont j'avais pris sur la partie brisée de la lame, tandis que le métal se solidifiait d'une vitesse presque instantanée au contact. N'oubliant pas de modeler la forme, et bien qu'étant concentré, j'avisais à nouveau l'individu qui m'expliquait de qui il s'agissait.

▬ Un cousin du clan Nagamasa ? Enchanté de faire votre connaissance. Je me nomme Metaru Shoda, genin d'Iwagakure no Sato et élève de Nagamasa Yoshitsune.

_________________


Merci Sora ♡


Dernière édition par Metaru Shoda le Mer 27 Déc 2017 - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Mer 27 Déc 2017 - 18:34
Il avait été rassurant concernant sa défunte lame. Le jeune homme aux cheveux orangés et roux se voulait optimiste sur l’opération qu’il comptait mener avec les restes de son sabre brisé. Le forgeron admettait sans mal que de maîtriser le kinton était un avantage indéniable. Si Watari était relativement profane en la matière de la forge des lames de katana, il ne fallait pas vraiment être très érudit ou bien intelligent pour se douter que l’utilisation du kinton devait permettre une précision presque rageante dans la création d’une lame ajustée dans les moindres détails. Celui-ci semblait doté aussi d’un savoir commun aux forgerons et aux manieurs, puisqu’il avait su retirer la lame de sa garde et de son tsuba, laissant à Watari le soin de garder les parties antérieures du sabres, sa poignée et la protection qui séparait cette dernière de la lame qui était désormais brisée.

D’ailleurs, ceux-ci confinaient parfois à la poussière. Mais utilisant sa maîtrise du métal pour le liquéfier sous les yeux étonnés du manieur, il parvint à modeler le métal sans même avoir à le chauffer. Prodigieux ! Votre maîtrise de la manipulation du métal vous permet même de changer l’état de celui-ci en le faisant devenir liquide sans le chauffer ? C’était miraculeux, pour lui qui n’avait jamais vu quelqu’un forger une lame de cette manière. Il se sentait bien bête, a ainsi, juste manipuler le vent. Après tout, il n’était pas un très grand utilisateur de ninjutsu, il restait avant tout un samouraï qui utilisait les affinités pour enchanter ses lames et renforcer celles-ci. C’est à ce moment-là qu’il lui proposa de renforcer la solidité extérieure de la lame.

Le jeune homme se mit à réfléchir quelque peu avant de répondre : Pourquoi pas, si vous pensez que cela est nécessaire. Dans l’idéal, j’aimerais que le poids ne change pas trop, mais dans le pire des cas, je m’adapterais. Après tout, le poids était un facteur important. La densité ne signifiait pas non plus la solidité et il espérait que le jeune fogeron parviendrait à lui faire une lame qui ne craindrait pas les affrontements de l’avenir. Il ne se doutait pas encore qu’un des ennemis d’Iwa, le traître et daimyo de l’eau, verrait sa nuque pratiquement entièrement tranchée par la nouvelle lame qu’il forgerait. J’ai hâte de voir la nouvelle jeunesse que vous offrirait à Tsukiotoshi. C’est ainsi que le forgeron qui l’avait créée l’a nommé.

C’était une manière relativement simple de faire la conversation tout en continuant d’observer le travail du jeune homme. C’était incroyable ; il n’avait pas besoin de flammes, de chaleur. Il pouvait manipuler, semblerait-il, tout autant l’état que la densité du métal et lui donner la forme qu’il le souhaitait. Il comprenait mieux pourquoi les Metaru étaient des forgerons jalousés et craints jusque dans son pays d’origine : leur travail était tellement plus rapide que le processus rigoureux que suivaient les forgerons du pays du fer que cela pouvait être réellement incroyablement rageant de voir à quelle vitesse ils faisaient preuve de leur artisanat…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Mer 27 Déc 2017 - 20:16
Plus les jours passaient, et plus de nouvelles demandes de forgeage se montraient à moi. Bien que la plupart se révélaient être une simple demande de sabre, peu de personnes comme celle-ci m'ont demandé de réparer une telle lame qui était loin d'être des plus anodines. Pour autant, l'expérience que j'avais accumulé au fil des années m'a été bénéfique afin d'être opérationnel sur la grande majorité des cas qui m'ont été confrontés. Je savais d'ores et déjà comment opérer face à cette lame, et j'étais entrain de le faire. Maintenant, ce n'était plus qu'une question de temps.

Le sabreur semblait relativement surpris par ma mon aisance de la maîtrise du kinton, et j'en étais agréablement surpris. Ce que je faisais là ne correspondait point à l'étendue de mes capacités, puisqu'il s'agissait de la base pour tout forgeron Metaru. J'aimerais bien d'ailleurs en rencontrer d'autres, puisque je n'ai pu en rencontrer un grand nombre du au fait que je ne suis plus allé depuis de très longues années à Kumo. Je n'ai pas eu la chance d'en rencontrer de nouveaux entre temps, ce qui conforte bel et bien mon désir.

▬ Sans vanité quelconque de ma part, ce que je fais n'est ni plus ni moins que le b.a.-ba de la maîtrise de mes capacités.

Continuant de modeler le fer liquide, je cherchais à achever mon travail de la meilleure des manières sans pour autant négliger la vitesse. J'écoutais attentivement la réponse de l'homme quant à ma demande de renforcer la solidité extérieure de la lame, entendant bien sa crainte quant à la différence de poids qui risque de surgir. Sachant comment procéder, je ne me faisais pas le moindre souci sur ce point-là : il me suffisait juste de lui expliquer avant de me mettre à exécution.

▬ Je ne rajouterai que quelques fines particules de métal, ce qui n'aura pas la moindre influence autant sur le poids de la lame que sur la maniabilité du sabre.

Dès lors que le forgeage de la lame fut complètement abouti et que la lame fut solide, je mettais mes dires à application : usant du métal disposé qu'il me restait, je repassais d'une très légère couche de métal la partie de base de la lame. Dès lors que l'intégralité fut solide, je surélevais lentement le sabre par le manche de ma main droite, avant de mettre ma main gauche sous le plat de la lame.

▬ Testez donc la lame et vous aviserez l'étendue de sa nouvelle jeunesse.

C'était maintenant au client de constater par lui-même si le résultat était des plus satisfaisants. Quant au prix de la lame, un petit tableau était situé à l'entrée de l'enseigne : pour un service tel que celui-ci, il fallait légèrement y mettre le prix.

_________________


Merci Sora ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Jeu 28 Déc 2017 - 0:07
C’est en vous voyant faire ces choses si complexes pour les artisans de mon pays que je comprends mieux pourquoi vous faites autant l’objet d’envies et de rancœur. Il ne vous faut que quelques minutes pour faire ce qui prends plusieurs heures aux forgerons ne possédant pas votre kinton, metaru-dono.

Et ces remarques étaient particulièrement justifiées lorsque l’on voyait qu’il lui fallait moins d’une bonne demi-heure pour réparer un sabre qui avait nécessité des journées de travail de part d’un artisan manuel et forgeron du shogunat du pays du fer. Pour le jeune homme, le métal était comme le vent que le samouraï maniait. Il le pliait à ses désirs et à ses ordres, faisant de celui-ci son serviteur. Et ces ordres ne mettaient pas bien longtemps à lui permettre de réparer ce qui aurait été irréparable en son pays. Tsukiotoshi était déjà pratiquement neuve, sous ses yeux et par-dessus ce miracle, le jeune forgeron se targuait de renforcer la lame grâce à son kinton. Plus encore, sa confiance en son art le poussait à lui faire croire que cette solidité accrue serait sans conséquence pour la maniabilité du katana.

Encore une fois, pas besoin de feu, la lame, solide, se mouvait sous ses caprices et il avait pu observer de ses yeux lui-même, que le metaru se faisait presque de son arme, une chose animée et pleine de vie. Je devrais me méfier de votre clan, Shoda-dono. Êtes-vous en mesure de manipuler le métal dès lors que celui-ci est parcouru d’un chakra étranger au vôtre ? Il n’imaginait pas avoir à se battre un jour contre un utilisateur de kinton, mais la curiosité et la prudence face à ce qui pouvait être perçu comme un ennemi naturel pour les guerriers usant d’armes de fer et de métal, était naturelle. Quelques minutes après, le jeune Metaru Shoda semblait être satisfait de son travail et l’intima de tester la lame. Watari la réintégra au sein de son pommeau et de son tsuba, avant de regarder le jeune forgeron.
S’essayant à quelques précis et menus mouvements, le jeune samouraï regarda le forgeron avant de faire part de ses premières impressions. Elle possède un poids pratiquement similaire, mais j’ai l’impression que vous avez su équilibrer le métal à l’intérieur de celle-ci de manière encore plus harmonieuse, si cela était possible… Dommage que vous n’ayez pas de bambous pour que je puisse l’essayer… Watari fit une petite moue, avant de commenter : Je sais, pourriez-vous générer quelque chose me permettant de tester le fil de votre labeur grâce à votre kinton ?

Puis, s’en retournant vers les prix, le jeune homme fit là aussi la moue. Les prix étaient chers, dis-donc ! S’il espérait permettre aux paysans du coin l’accès à ses services, il allait devoir baisser les prix, sauf à vouloir faire l’affaire des concurrents qui demeuraient artisans manuels. Heureusement, il me reste des deniers de mon exil de Kiri… J’espère rapidement pouvoir rapidement récupérer une activité dans le village de la roche. Auparavant, j’enseignais à Kiri, même si cela me rapportait peu. Les orphelins sont rarement riches. Malgré tout, il sortit un bon faisant du forgeron, l’obligataire créancier de Watari. Cela vous suffira-t-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Une nouvelle lame | Watari

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: