Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

1/02. Les Seigneurs en danger


Dim 19 Nov 2017 - 17:43
Si le Daimyô de Mizu no Kuni, Raonaka Ao, s'est révélé être également un puissant guerrier, les autres Seigneurs présents restent des civils. C'est ainsi que lorsque le bâtiment principal du Sommet des Kages s'effondra, la petite bâtisse où discutaient les Daimyôs est restée intacte. Mais la menace était là.

Nakasu Ryuka et Nara Genkishi, la première membre du Soshikidan et le second recruté en tant que mercenaire pour l'occasion, ont pris pour cible les deux Seigneurs. Mais tandis qu'ils arrivent devant leur bâtisse, les deux déserteurs se sont vite aperçus que leur obstacle est de taille.

En effet, Metaru Shûuhei avait décidé de protéger les dirigeants de la Terre et de la Foudre. Saura-t-il repousser les Nukenins tout en protégeant la vie des deux politiques ? Quant à Nara Genkishi, le fait qu'il n'ait été que recruté pour cette mission suffira-t-il à le motiver pour cet assassinat, son lien avec Ryüka sera-t-il décisif ?


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Une seule fois durant tout l'événement vous pourrez demander un seul et unique délai de 12h.

  • En cas de non-respect des délais, vous serez exclu de l'événement.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Ce groupe est situé à Tetsu no Kuni, devant la petite bâtisse où sont les Daimyôs de Kaminari et Tsuchi no Kuni.

  • L'objectif des Nukenins est d'assassiner les deux Daimyôs.

  • Les Seigneurs n'interviendront pas, mais sont présents dans la bâtisse et peuvent mourir.

Merci de respecter l'ordre de post suivant :
Metaru Shûuhei
Nara Genkishi
Nakasu Ryuka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

Lun 20 Nov 2017 - 18:00
Que les cieux soient loués !

Les seigneurs étaient sains et saufs ! Mais c’était bien parce qu’ils l’étaient qu’ils y avaient certains cafards qui voulaient venir terminer le sale boulot. Comme d’habitude.

- « Vous avez vraiment beaucoup de courage… »

Mon murmure avait dû parvenir à leurs oreilles alors que j’avais surgi de nulle part pour me dresser devant la porte qui menait aux deux pauvres seigneurs qui tremblaient de peur à l’intérieur de la bâtisse. Quoi de plus normal après ce qui venait de se passer. Le meurtre de deux kages n’étaient pas une mince affaire. J’avais été celui qui avait été « épargné » par ce raid incompréhensible, mais j’étais aussi en colère contre moi-même pour avoir été impuissant devant ce bain de sang gratuit qui s’était déroulé rapidement et qui m’avait complètement submergé. C’est fort de cette frustration que j’avais commandé à Shizen de poursuivre l’un des assaillants tout en prenant la décision de protéger moi-même les deux seigneurs. Bien m’en a pris. A défaut d’avoir été utile à cette réunion capotée, je ne donnerais pas l’occasion à quiconque de toucher à notre daimyo. Ni à celui du pays de la terre. Foi du Nidaime Raikage.

Mais bien avant de reprendre encore une fois la parole, je me retournai vers la fameuse bâtisse prise d’assaut avant de m’accroupir tout juste devant. Après avoir composé des mudras, j’infusai mon chakra dans mes mains avant qu’un gigantesque dôme recouverte de grosses piques ne se forme autour de la bâtisse et ne les isole encore une fois. Les seigneurs allaient certainement un peu paniquer, mais cette mesure de précaution n’était que pour leur bien. Ce n’est qu’ensuite que je me redressai avant de me retourner vers les deux personnes qui s’étaient présentées à moi. Et là-dessus, mon visage afficha non pas du dégout ou de la colère, mais bel et bien de la tristesse. Oui, de la tristesse. Si je ne les sous-estimais pas, je trouvais le destin particulièrement cruel. Mais mon rôle de kage et la politique que j’avais adopté ne me permettaient pas de verser dans l’affect. C’était non seulement mon honneur, mais celui de Kumo en jeu…

- « Je ne pense pas que tu aies un quelconque intérêt à vouloir tuer les daimyos derrière moi. Alors je ne te le dirais qu’une fois seule et unique fois, Genkishi : Pars d’ici et laisse-moi seul avec la gamine. »

Ma phrase était claire. Si je laissais la possibilité à l’utilisateur de suiton de rebrousser chemin, le clash qui s’annonçait avec la gamine était inévitable. Elle avait commis bien trop de péchés et la laisser s’en tirer à si bon compte n’était pas du tout une option à prendre en compte : Elle avait craché sur l’hospitalité kumojin. Elle avait nargué l’héritier des Ikezawa et par extension tous les kumojins ; et cerise sur le gâteau, elle aspirait à tuer les daimyos. Même avec toute la bonne foi du monde, il m’était impossible de lui pardonner ses actes. Une seule pénitence était toute trouvée : La mort. Rien autre chose. La protéger reviendrait donc à épouser ses ambitions et convictions, ce qui me forcerait à les prendre tous les deux pour cibles. Mon chakra commença d’ailleurs à se manifester petit à petit et une aura métallique m’entourait déjà. Là-dessus, mes traits finirent par se durcir petit à petit. Nous étions à un tournant de nos vies.

- « Alors ? Quelle est ta réponse ? »

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mar 21 Nov 2017 - 21:55
Dans quoi est-ce que je me suis fourré encore.
Ce sont les premiers que je pense quand je vois l'homme en face de moi... Shuuhei, Metaru Shuuhei. J'ai un lien particulier avec lui et jamais je n'aurais pensé arriver dans cette zone de guerre quand on est venu me proposer d'assassiner les seigneurs. Si j'ai d'abord accepté cette offre, c'est parce que je ne trouve pas que les Daimyo soient de bonnes personnes et changer les choses ne peut pas faire de mal, mais maintenant que je suis ici, je vois que cet homme est aussi fourbe que moi. Jamais je n'aurais pensé qu'une guerre éclaterait et que deux des Ombres seraient tués aussi lâchement que moi je l'aurais fait. Je me pense fourbe, mais lui l'est tout autant. La prochaine fois que j'ai l'honneur d'être nez à nez avec lui, je m'occuperais de son cas personnellement. Il venait de faire une chose que je déteste, se jouer de moi, il n'y a que moi qui a le droit de jouer avec les gens. C'est pour cela que de la colère monte en moi, mais pas contre Shuuhei ou Ryuka, uniquement contre le Nara. Je dois vite trouver une solution au problème que j'ai là-maintenant. Bon sang, j'aurais mieux fait de rester au Pays du Vent moi ou alors avec mon ami, Hayate.

Je regarde mes deux compères, le Raikage que je n'ai pas vu depuis très longtemps et Ryûka, une Nukenin de Kumo. Je connais que trop bien les réglementations des villages qui me déplaisent fortement et je ne peux pas me tromper en prévoyant que Shuuhei, mon ancien rival, va chercher à la tuer. Cela veut dire que j'ai deux choix qui s'offrent à moi, voir trois, peut-être. Le premier, je reste du côté de la jeune femme et je me bats contre un homme qui sera difficile de tuer soit je me range du côté de mon ancien ami de combat et là... Ryuka n'aura aucune chance. La troisième solution, celle qui me plaît le moins, je m'en vais directement tuer les Daimyo. Sauf que ça aussi, je ne pense pas que ce soit une si bonne idée finalement. Si je veux pouvoir visiter tous les Pays que je veux, tous les villages que je veux, je ne peux pas les tuer ou alors uniquement s'il n'y a pas de témoin. Malheureusement, des témoins il y en a partout maintenant, Alderan s'est trompé sur mon compte en pensant que je veux m'afficher. Il se trompe aussi quand il pense que je vais honorer le contrat après ce désastre et j'avoue, j'espère au fond de moi que Shuuhei se rappel de qui je suis. Je sais qu'il est une personne intelligente et s'il se souvient bien de tous nos affrontements, nos discussions, que je ne suis pas quelqu'un qui aime s'afficher, qui aime agir aux yeux de tous. De plus... Il a évolué bien plus vite que moi, preuve en est de son rang, je ne pense pas pouvoir lui tenir tête seulement avec le Suiton. Si j'en viens à devoir utiliser mes capacités Nara alors ça voudra dire que... Non, je ne dois pas penser à ça, je dois jouer finement la suite.

Je ne dois pas me précipiter dans mes choix, je dois rester le plus calme possible au risque de faire un massacre. Cette ambiance de guerre, même si je n'aime pas être au milieu, reste une ambiance que j'aime. Je n'ai jamais cacher mon amour pour la violence, j'aime me combattre, mais à ma manière et là je suis pris totalement de court. Vu la personne en face de nous, je sais que je ne peux pas agir avec de la colère, je dois agir avec seulement de la stratégie et si je laisse mes pulsions prendre le dessus, je ne pense pas avoir une seule chance. C'est pour ça que pour le moment, je reste calme, je n'ai même pas de position de combat, j'attends de voir qui lancera les hostilités. En attendant, je repère d'un coin d’œil toutes les zones d'ombres, c'est une des premières fois que j'arrive directement de front comme ça, cela change absolument toutes mes façons de faire, mais rien n'est perdu... Jamais.

Quelques minutes plus tôt


J'étais caché avec la jeune Nukenin Ryuka, attendant le départ pour la mission qui lui avait été confiée et qui est la raison de mon recrutement temporaire. Je ne comprenais pas trop ce qu'on attendait, mais peu de temps avant le signal, je montre à la belle ma façon de fonctionner, ma façon de faire. Je lui explique que j'envois toujours un clone à ma place et que moi et bien je serais là, ailleurs, quelque part non loin.

Je finis par m'écarter d'elle, je m'éloigne assez pour plus qu'elle puisse me voir et j'invoque un clone Nara. Ensuite, toujours en vérifiant qu'elle ne me voit pas, j'enveloppe mon ombre autour de moi et je me dissimule dans celle de mon clone.

À partir de ce moment, mon clone sera mes yeux, mes oreilles et ma bouche pendant que moi je resterais complètement dissimulé, complètement invisible dans l'ombre de mon clone. Ryuka et lui-même finissent par se décider à sortir et allez à l'assaut.

...

Mon clone arrive en face de Shuuhei, heureusement pour moi, ici il y a un dôme, une bâtisse et un mur en ruine qui m'offre une tonne d'ombre pour me cacher. si jusqu'à maintenant j'ai réussi à rivaliser contre mon ami ici présent, c'est unique grâce à ma technique. Je souris, pour l'instant je suis sûr que personne ne m'a remarqué, je reste planquer dans l'ombre de mon clone pour pouvoir tout entendre, tout savoir de ce qu'il se dit. S'il n'a pas tort sur le fait que je pourrais partir sans jamais regretter et en sachant très bien que l'ancienne Kumojin va se faire massacrer, il avait tort sur le fait que j'allais partir sans rien tenter de faire. Si ma mission pour venir ici était de tuer les Daimyo, elle venait de changer, pour venir protéger la petite. Je ne pense pas qu'elle agisse de son propre chef, de sa propre volonté, elle ne semble même pas comprendre pourquoi elle doit tuer les Seigneurs. Je ne lui en veux pas, elle a été formatée par Kumo pour être un bon soldat qui doit écouter les ordres, normal qu'ils s'en mordent les doigts. Par contre, ce qui me déçois, c'est l'envie de tuer du Metaru. Même si je connaissais son côté patriote et à cheval sur les règles, je pensais qu'il était quelqu'un d'assez laxiste pour comprendre et ne pas punir ce genre de désertion. Je suis... Déçu de lui, mais là n'est pas la question.

Je laisse mon clone prendre la suite, si le temps était précieux au Kumojin, il ne l'était pas pour moi et je devais trouver un moyen de gagner du temps. Malheureusement, mon clone est un Nara, si jamais il se fait exploser, de l'ombre sera là et connaissant Shuuhei, il comprendra directement de quel clan j'appartiens et là... Un combat à mort devra commencer contre lui et j'en ai clairement pas envie. Non pas que j'ai peur, comme j'avais dit à Ryuka, aucun humain ne me fait peur, mais c'est parce que quel que soit le résultat de notre combat, ça ne me plaira pas. Après tout, je ne suis pas quelqu'un qui s'attache facilement, qui se fait des amis, mais je reste quelqu'un qui a du respect pour les personnes qui le méritent et même si son côté Kumojin est un gros défaut à mes yeux, Shuuhei reste un grand homme par la tête et par le cœur.

- Shuuhei... Cela faisait longtemps mon ami, mon rival. C'est comme ça que tu m'accueilles ? En me demandant de te laisser détruire la vie de cette jeune femme et pour quel prétexte ? Parce qu'elle a décidé de quitter ton village ? Tu me déçois beaucoup, je ne te pensais pas si radical et si cruel... Soit, je sais que je n'ai aucune chance contre toi maintenant, tu as beaucoup plus évolué que moi, mais sache que je n'approuverais jamais ce que tu vas faire contre elle. La prochaine fois, j'espère qu'on pourra se faire un vrai combat, en attendant moi je pars à la recherche d'Alderan, il m'a bien énervé ce con, tchao.

Mon clone regarde le dôme, puis il s'en va dans la direction par laquelle il y avait eu des fuyards un peu plus tôt. De mon côté je me suis déplacer dans l'ombre du dôme avant de me diriger plus loin en rattrapant l'ombre d'un oiseau qui vient se poser sur une branche. Au loin, je regarde ce qu'il se passe, ils peuvent certainement me trouver avec je ne sais quelle technique, je sais que Shuuhei a toujours été un bon sensoriel. Sauf que pour l'instant j'ai un grand avantage, ce terrain est un grand avantage pour moi car je peux me déplacer sur quasiment toute la zone sans être vu ou sans même qu'il ne se doute de quelque chose. Par mesure de sécurité, je me déplace dans l'ombre de l'arbre, pour être sûr de ne pas avoir de mauvaise surprise.

Résumé:
 


Dernière édition par Nara Genkishi le Sam 25 Nov 2017 - 1:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Mer 22 Nov 2017 - 19:52
A shito, après mon retour de mission de Kaze, j’ai été surprise de savoir que je partais à nouveau. Et d’ailleurs, heureusement pour moi, ils ne m’ont fait aucune remarque sur le délai que j’avais prit, plus long que prévu, mais au moins, j’étais maintenant plus forte. Apte à me battre un peu plus facilement contre un utilisateur du suiton sans paniquer intérieurement et surtout, armée d’une nouvelle arme, bien que pas celle désirée au départ. Il y a un monde entre le diable cornu et la guêpe du désert, mais bon, j’ai au moins un kuchiyose maintenant et je suis certain de pouvoir agir de concert avec. Mais bon, espérons que je ne devrais quand même pas me battre un peu trop… Bien que j’en doute.

Parce que ma mission était tombée. Un double assassinat. Vraiment ? Savaient-ils que je n’avais encore jamais fait couler le sang de personne hormis le mien ? Que le seul vrai combat que j’avais eu l’occasion de faire, c’était dans l’arène à Shito contre un mec un peu trop prévisible ? Kumo ne m’avait entraîné en rien, ils m’avaient en quelque sorte laissé de côté, sans équipe, sans mission, m’empêchant de progresser pendant bien trop longtemps. Alors là, j’hésite entre être ravie ou bien angoissée à l’idée de ce qu’il va se passer à Tetsu…

On est déjà en marche, on va agir, on va bouger. Les choses vont encore faire parler d’elle, comme le titan de Shito, mais cette fois, en pire. Des têtes vont tomber, des hommes vont mourir et les deux vieillards aussi. J’accomplirais ma mission à tout prit. Pas pour obéir, pas pour le plaisir. Mais bel et bien pour tester mes capacités, savoir si je suis réellement capable d’arracher la vie à quelqu’un. Pour tester mes limites à apprendre de moi-même, connaître jusqu’où je suis prête à aller. Fourberie et manipulation sont mes maîtres mots, mais est-ce que je ne vais pas apprendre que je me suis moi-même fourvoyer sur mon propre compte en me penser assez forte pour réaliser cette mission ? Telle est la question.

Néanmoins, si on m’a confier cette tâche, c’est que tout le monde pense au Soshikidan que j’en suis capable non ? Ou bien peut-être qu’il ne voulait pas un boulet dans leurs pattes et qui dès lors, ils m’envoient hors des vrais combats pour limite jouer au Shogi avec des papés. Non, j’en doute. De toute façon, je ne dois pas avoir des appréhensions sur ce que je suis capable de faire. La vérité est seule et unique et elle est que je tuerais ses deux daimyos quoi qu’il m’en coûte.

---

Quelle ne fut pas ma surprise, une fois arrivée à destination de me retrouver en face de l’homme avec qui je me suis entraînée d’une certaine façon. Je le fixe, le dévisage un peu. Ok. Aujourd’hui, il va apprendre que je lui ai mentit, que je ne suis pas du tout une Ikezawa et surtout que je ne m’appelle pas Midori… Il est peut-être temps de jouer franc-jeu pour lui montrer que là, on est obligé de se faire confiance ? Je retire alors temporairement mon masque du Soshikidan et la capuche qui trône sur ma tête pour le regarder. “En fait, je t’ai menti. Je m’appelle Ryüka, je suis originaire de Kaze comme tu le disais, mais j’ai bel et bien déserté Kumo.” Au moins, c’était dit et il saurait que là, je n’hésiterais, théoriquement pas, à me reposer sur lui. Dans une pseudo confiance aveugle.

Alors qu’il me propose d'aller nous planquer en attendant l’attaque, je grimace un peu. Non, c’est pas ce que j’ai prévu personnellement. “D’accord, je te rejoins dans quelque minute.” L’informais-je avant de m’éloigner un peu de lui pour préparer une tout autre approche de ma part, désireuse d’agir autrement. Peut-être parce que je suis un peu trop solitaire, que l’esprit d’équipe n’est réellement pas mon fort ? Pourtant, là, je vais quand même faire une action pour agir un peu dans ce sens je crois bien.

Sortant mon parchemin de sable, je le déplie rapidement pour l’utiliser. Une quantité moyenne de sable apparaît alors tout autour de moi et j’esquisse un petit sourire. On va s’amuser à partir de maintenant. Retirant ma cape et mon masque, pour ne pas qu’ils arborent cette tenue une fois qu’ils seront là. J’effectue alors une suite de mudra rapide, je forme avec le sable à mes pieds un clone. “Tiens enfile ça toi.” Lançais-je en lui tendant maintenant ma cape et mon masque. Ainsi, il n’aura pas l’aspect sablonneux visible. Il apparaîtra tout comme moi ou presque…”Tu vas retourner à la planque et avancer avec Genkishi.

---

Mes doigts passent sur la marque à la base de ma nuque. “Activation.” Murmurais-je doucement. Mon regard restant rivé sur le corps, maintenant sans vie à mes pieds. Premier test concluant. J’étais capable de tuer quelqu’un sans trop de remord ou de prise de conscience. Et maintenant, alors que mon regard reste rivée sur le cadavre de la jeune femme, une inconsciente qui n’imaginait pas que s'isoler la conduirait à une mort. Que faisait-elle d’ailleurs seule ? Je l’ignore, mais je m’en fou un peu, je n’ai pas prit le temps de lui poser la question. Disons que se taper la causette avec une ennemie avant d’attenter à sa vie n’est pas une pratique courante, je crois. M’enfin, bon… J’analyse son physique et ensuite je revête son apparence grâce à mon fuinjutsu. Une pauvre Iwajin. Voilà ce que je suis maintenant. Si Genkishi veut y aller de façon partiellement frontale, pour ma part, je préfère l’esquive. Surtout en vue du nombre de Kumojin présent ici qui connaissent ma tête et qui doivent surement vouloir ma mort. C’est là que je suis ravie d’avoir développée ce sceau de dissimulation. Parce qu’ainsi, je me fonds dans la masse. Néanmoins, je n’ai pas eu la stupidité de laisser mon sable inutilisé pour le clone se perdre, le stockant dans le sac à dos que portait la morte. Pas spécialement pratique comme récipient, mais mieux que rien.

---

Et enfin, les hostilités commencent. Explosions de masse, à croire que le Soshikidan est une entreprise de démolition plus qu'une organisation soi disant criminelle. C'est le début de la cohue et ainsi, dans mon henge vachement amélioré, je peux agir et surtout bouger plus librement sans avoir peur de me heurter à un kumojin qui me sauterait directement à la gorge. Ouais la liberté de mouvements c'est une chose que j'apprécie, peut être un peu trop même. M’ enfin, je m'en fou. Qu'on arrête de me prendre la tête à cause de ça.

Tout le monde se met en marche. C'est sûrement aussi le cas des clones. J’en sais rien, mais je le verrais bien assez tôt, quand je déboulerais au même endroit qu’eux. Au pas de course, ignorant les différents ninja qui gravitent autour de moi. Je connais le bâtiment que je dois viser et les personnes qui m’y attendant. Ayant prit le loisir de prendre quelque repère. Néanmoins, toujours sur mes gardes, je ne désactive pas mon sceau. Faut dire que ça grouille dans tout les sens et j’ignore si les clones ont atteint la destinat…

Shuuhei ???!!

Je me stoppe net en voyant la chevelure blanche du Metaru s’engouffrer dans le bâtiment où se trouve nos cibles. Et merde ! Parce que là, c’est réellement la merde. Est-ce que je vais réussir à le tromper avec mon fuin ? J’en sais rien. Techniquement, ça devrait suffir, si je ne lui donne pas de raisons de douter de la véracité du personnage que j’incarne maintenant… Je suis supposée faire comment ? Raaaah !

---
De son côté le clone vêtue de ma tenue du Soshikidan, faisant face au Raikage en compagnie de Genkishi reste silencieuse un instant, laissant les hommes parler tranquillement devant elle comme si elle n’était pas là avant de finalement se racler la gorge. “Félicitation pour ta nomitation de Raikage Shuuhei. Mais vraiment, tu penses que tu as besoin des vieux rats derrières toi ? Sans eux, tu auras plus de liberté, alors laisses nous remplir notre mission et aucun autre sang ne sera versé.” Peur de mourir ? Pas réellement, après tout, il ne s’agit là que d’un amas de sable. Bien que personnellement, j’aurais dit la même chose. Je suis peut-être suicidaire au final… D’ailleurs, avant même d’avoir une nouvelle réponse du Metaru, une nouvelle personne fait son apparition… Moi-même, sous une autre apparence…

---

Allez, on arrête de réfléchir ! Je m’engouffre dans le bâtiment une bonne dizaine de minutes après lui et après avoir vu mon clone qui entrer. Jouons les suicidaires ! Je cours alors, pour aller les rejoindres, mais en déboulant dans le couloir, “KYAAAAH” je me prends les pieds dans un tapis, je suppose et sautille sur un pieds pour ne pas finir par terre. Parce que me casser la figure reviendrait à renverser mon sable. Mais, fait exprès ou non, je venais de laisser entendre un son plus que désagréable pour les oreilles et ainsi d’attirer toutes les attentions sur moi. Heureusement que mon sceau change le timbre de ma voix également… Bien que j’aurais aimé quelque chose de moins aiguë. Ainsi sautillant pour ne pas finir étalée de tout mon long, j’arrive assez près de Shuuhei, rougissante et sans dire un mot de plus. Jouer le rôle de la kunoichi stupide et mal à l’aise d’avoir faire une pareil gaffe, est-ce que ça va marcher ?





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Mer 22 Nov 2017 - 21:55
Le pire dans tout ça, c’était le ton qu’elle prenait avec moi. Je ne savais pas d’où elle tirait sa confiance, mais elle me semblait très conne. Ou pas. Elle avait peut-être un joker, va savoir. Cela me faisait d’ailleurs penser que même si je savais quelle était sa capacité spéciale via son dossier, je n’avais jamais encore affronté de manipulateur de sable. J’aurai pu la voir à l’œuvre durant l’examen, mais je m’étais uniquement concentré sur les performances de ma future épouse d’où mon manque d’informations concrètes sur elle. Mais vu qu’elle avait les couilles de rester là et de ne pas trembler pour sa vie, Ryuka devait avoir un plan B. Une possible intervention de Genkishi ? Non… Ce shinobi avait beau être versatile qu’il savait à qui il se frottait. Du reste, le fait qu'il ait été là au nom du soshikidan m’avait ébranlé un brin, mais c’était une affaire que j’allais résoudre plus tard. Les motivations et aspirations de cet homme avaient toujours été nébuleuses de toute façon. Mais en attendant cette opportunité, j’allais devoir la jouer fine. Elle était peut-être une chuunin dans les faits que sa présence restait plutôt intrigante. En plus d’avoir l’impératif de la tuer pour laver l’affront de sa désertion, il me fallait protéger coûte que coûte les daimyos.

- « Il est inutile d’essayer de discuter avec moi, Ryuka. Tu as choisi ta voie. Assume. »

Lui balancer une attaque surpuissante ? Oui. C’était une possibilité. Mais voilà : Le départ de Genkishi qui aurait dû la faire paniquer ne l’avait même pas faite sourciller une seconde. N’importe quel imbécile comprendrait qu’il y avait clairement anguille sous roche. Si Genkishi dans son discours n’avait pas mentionné la désertion de la gamine et qu’elle aurait gardé son calme même après son départ, j’aurai compris qu’elle avait été missionné toute seule et que leur présence simultanée sur ce qui allait redevenir un champ de bataille avait été due au hasard. Mais ils étaient venus en duo. Et l’un d’eux s’en était retourné facilement. Tout en faisant comprendre qu’il avait un compte à régler avec le leadeur du soshikidan… Attends une seconde ! Alderan ?! Ce bâtard était ici ?! Même si ça coulait peut-être de source, la nouvelle avec du recul me travailla sec ! Je ne paniquais pas mais presque. Et d’ailleurs, je me mis à regarder un peu partout autour de moi en activant ma détection. Si ce chien était ici et que l’utilisateur de suiton menaçait de l’attaquer, pourquoi Ryuka n’avait eu aucune réaction devant cette volte-face comparable à une traitrise ?! C’était presque à n’y rien comprendre ! Si bien que je fronçai mes sourcils, suspicieux. Ça sentait vraiment pas bon…

- « Hé, gamine. Ouais, toi-là avec ton gros cul. T’as pas l’air d’être bien touchée par la mort de ton kage de ce que je vois… »

Je m’étais tout d’un coup retourné vers l’iwajin. Dans une autre circonstance, son putain de corps libidineux m’aurait fait sourire comme un con. C’était le genre de meuf que Chôgen aurait été susceptible d’afficher pour me faire accepter n’importe quoi ou presque. A son souvenir d’ailleurs et quand bien même nous n’étions pas aussi proches que cela, mon cœur se serra. Pareil pour notre homologue du pays de l’eau. Mais l’heure n’était ni à la nostalgie, ni aux regrets. Il fallait agir et vite : « Rends toi utile, va buter cette chienne qui nous fait face. Elle fait partie du groupe de ceux qui ont tué ton maitre. Et t’as bien entendu comment elle vient de parler de nos seigneurs non ?! Donc n’hésite pas ! Et ne me sors pas que tu peux pas ! Si tu es sur ce champ de bataille, c’est que tu as choisi de te battre ! Prouve ta valeur, iwajin ! » Oui, j’avais clairement foutu la pression à cette petite callipyge. Mais dans l’idée, je voulais l’utiliser pour me créer une ouverture qui me permettrait de pulvériser Ryuka en un seul coup. Cela me permettrait d’économiser aussi mon chakra au cas où. En attendant, je reculai tranquillement jusqu’à m’adosser contre le dôme hermétique qui protégeait toujours la bâtisse dans laquelle étaient planqués nos seigneurs.

L’iwajin était maintenant devant moi.

Si elle décidait de ne rien foutre, j’allais aussi la considérer comme une gêne.

Et tout le monde sait ce qu’on fait des nuisances…

Toujours est-il que j’étais sur le qui-vive, guettant la moindre réaction de part et d’autre.

Résumé du tour:
 


Dernière édition par Metaru Shūuhei le Jeu 23 Nov 2017 - 3:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 22 Nov 2017 - 22:20
Alors que je m'approche petit à petit en étant caché dans mon ombre, je me rends compte que Ryuka ne semble pas du tout paniqué quand mon clone décide de se faire la malle. J'avoue que je trouve cela louche et je pense que Shuuhei doit être dans le même cas et cela contrarie totalement mes plans. Il va se méfier encore plus d'une présence inattendu et il sera forcément constamment sur le qui-vive, ça n'allait pas aider mon retour sur terre. Mon attention se dirige vers l'Iwajin qui se casse la gueule avant d'arriver sur le champ de bataille. Que fait-elle là ? Qui est-elle ? Elle ne voit pas ce qu'il se passe devant elle ou quoi ? Je ne suis pas le seul à la remarquer, le Metaru s'empresse de lui dire d'attaquer la jeune Ryuka. Mince, elle se retrouve maintenant une contre de deux et cela est mauvais pour le Kumojin. Je dois déjà agir ? Non... Je ne peux pas, je ne dois pas.

Pourtant inconsciemment je continue de m'approcher au maximum pour me retrouver dans l'ombre d'un petit gravier juste devant le dôme, je suis à quelques mètres de toute la scène. Je m'arrête là, pour le moment, pour réfléchir à un plan... Nous sommes techniquement en guerre, je n'ai pas trois heures alors je reprends ma route pour terminer dans l'ombre de Shuuhei. Bon maintenant, je n'ai plus qu'à attendre de voir ce qu'il se passe et à tout moment je sors de là pour le prendre en traitre, mais si je fais ça... Mon clan sera découvert, je dois faire réellement attention, bien choisir au moment décisif. Je préfère faire attention, bien prendre mon temps pour prendre une décision.

Si je finis par sortir de son ombre, il sera fou de rage de me revoir ici et un combat à mort sera forcément lancé, sauf si... Je sors de là pour l'aider à tuer Ryuka à la limite. Et encore pas sûr. Sauf que, je ne veux pas que la jeune Ryuka meurt si tôt, elle est si jeune, contrairement aux villages cachés, j'accepte l'envie de liberté, l'envie de circuler où elle veut. Finalement, même si je ne la connais que trop peu, je ne peux m'empêcher de la voir comme une petite soeur que je dois défendre. Malheureusement pour elle, je tiens beaucoup trop à la vie pour prendre le moindre risque alors si elle veut de mon aide pour vaincre son adversaire, elle allait devoir me prouver qu'elle vaut le coup.

Finalement, il est toujours difficile de choisir entre deux personnes qu'on apprécie. Deux personnes qui ont une place dans notre coeur pour des raisons totalement différentes. Je ne veux ni perdre un ancien rival, ni une jeune femme qui me ressemble bien plus qu'on ne pourrait le croire. Alors j'agirais, selon mes émotions et mes sentiments au moment crucial... De toute manière, je sais que je ne regretterais jamais mon choix, je ne regrette aucun de mes choix. Quand à mon clone, il s'arrête à un moment pour aller exploser à la vu de personne.

Résumé:
 


Dernière édition par Nara Genkishi le Sam 25 Nov 2017 - 1:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Jeu 23 Nov 2017 - 11:53
Oui, je n’ai pas réagit au départ de Genkishi, parce que montrer de la peur est avoue une défaite, alors j’ai tout simplement préférée feindre l’indifférence, du moins, mon clone. Parce que moi, là, je m’approche de Shuuhei et il ne semble pas réellement se méfier de moi. Allant même jusqu’à me prendre directement pour une alliés sans se poser plus de questions. Bonjour les reproches. C’est vrai que sur ce coup là, j’aurais dû marquer une certaine tristesse, après tout, ce n’est pas comme si je ne le connaissais pas ce kage. Chôgen… Je me souviens l’avoir fait courir presque à poil dans les rues de Shito en profitant de son taux d’alcoolémie un peu trop élevé. Un souvenir assez marrant même si c’est idiot m’avait fait plongé dans l’eau à un moment. L’avantage de sa mort, c’est que ça fait une personne en moins qui connait cette faiblesse que j’ai pour l’eau. Il n’en reste plus qu’une et c’est celle qui, visiblement a eu peur de se pisser dessus devant nous et à fuit comme le lâche qu’il est.

Ainsi, le Genkishi n’a pas peur d’attaquer une fille, mais une fois que c’est un combat plus compliqué, il fuit la queue entre les jambes. Bonjour la bravour dont il fait preuve ! Si je m’en sors, je jure que je lui ferais la peau de m’avoir laissé seule face à ce type ! A moins que le Soshikidan s’occupe de son cas, vu qu’il a quand même été engagée pour cette mission…

M’enfin, il faut que je me concentre. “Vous ne pouvez pas comprendre !” Ripostais-je à sa petite pic sur la mort de Chogen, sur mon insensibilité apparente. Il faut bien que je tente de me défendre un peu à ce sujet, sauf que bon, je ne vois pas quoi dire ? Lui sortir que tout bon ninja ne montre pas ses sentiments en combat ? Non, il risque de me taper sur les doigts si je fais ça, alors juste insinuer qu’il ne peut pas comprendre, c’est peut-être le mieux ? Bien que là, je viens de le traiter d’idiot d’une certaine façon non ?

Marchant pour s'approcher des deux antagonistes restant, je m’approche davantages de Shuuhei que de mon clone, surtout quand celui-ci me donne l’ordre de me rendre utile et de l’attaquer. Il y a le droit de faire une petite stratégie avant ? “Vous pouvez me dire quoi sur elle ? Que j’aille pas au combat à l’aveugle ?” Quoi ? Il faut bien que je joue un peu les sensées et ne fonce pas tête baissée ? Non, la blague, je gagne juste du temps et surtout je m’approche assez de lui pour pouvoir atteindre sa peau bien plus facilement, sans devoir charger, juste bouger un peu le bras.

Tu comptes réellement m’envoyer cette Greluche Shuuhei ? Tu n’as plus d’honneur dis donc !” Pesta mon clone en me regardant de haut en bas.

Je fais mine de grimacer pour exécuter rapidement une série de mudra en faisant toujours face à mon clone de sable. Une fois les mudras exécuter, au lieu de charger vers moi-même, je pivote pour attraper Shuuhei afin de lui apposer mon sceau et tenter de l’immobiliser, de son côté mon clône à laisser apercevoir du sable sur le sol, comme s'il se préparait réellement à se défendre. Essayant de profiter de la proximité entre nous et l’effet de surprise pour réussir à l’atteindre. Un peu ma seule chance d’une certaine façon, parce qu’après, il saura que la petite Iwajin, que je joue là, est une traitresse.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Jeu 23 Nov 2017 - 12:47
La supercherie aurait pu avoir du succès. Un gros succès même. Sauf que reflexe oblige : J’avais esquivé son approche à la toute dernière seconde et ce à très grande vitesse pour me retrouver hors de portée de la fameuse iwajin et de Ryuka par la même occasion, bien que je fus toujours dans la même zone et à portée de vue. Ma technique de détection m’avait plutôt bien servi, mais c’était plus ma suspicion légitime qui m’avait sorti de ce mauvais pas, puisque j’avais guetté toutes les réactions depuis le début. Et puis, quelle idée de me demander conseil, de composer des mudras et de malaxer son chakra sans même attendre que j’ouvre la bouche ? Chaque détail avait son importance sur un champ de bataille et c’était dans ces moments-là que j’étais bien content de l’expérience que j’avais accumulé dans la vie. Mais plutôt que de me satisfaire de ma réaction, je composai prestement des mudras avant de m’abaisser, d’apposer mes mains au sol que j’irradiai aussitôt de mon chakra…

- « Pourrissez en enfer ! »

Brusquement et moins de temps qu’il n’en faut pour le réaliser, une multitude de lames jaillirent du sol dans le but d’empaler et d’embrocher tous les ennemis qui se trouvaient dans les environs. Lesdites lames en plus d’être très tranchantes et perforantes, étaient complètement énormes et hautement chargées en chakra pour pénétrer n’importe quelle défense. Quelques secondes plus tard, la zone était complètement recouverte d’une effroyable forêt métallique composée de pieux qui atteignaient les dix mètres de haut. Cette technique était surpuissante non seulement parce que les lames prenaient forme très rapidement mais aussi parce qu’elles surgissaient du sol simultanément, laissant ainsi peu de chance à l’adversaire de s’échapper. Bien entendu, seul mon périmètre immédiat fut épargné par ce nippo qui poussait le kinton à ses plus hauts sommets. Le tout était maintenant de savoir si j’avais fait mouche ou pas. Mais une chose était sûre : J’avais ciblé tout l’endroit de sorte à atteindre tout le monde.

Et l’iwajin. Et Ryuka.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 23 Nov 2017 - 15:34
Quand je vois l'Iwajin se rapprocher du Raikage de la sorte tout en lui parlant, je ne peux m'empêcher de trouver cela louche qu'une personne de son niveau puisse se permettre de parler comme ça à l'Ombre de la Foudre. Il faut soit être fou, soit est ignorant ou alors... Non ne me dîtes pas que ? Si moi j'ai un doute, alors lui aussi l'a très certainement et mes doutes sont totalement confirmés au moment où il décide d'esquiver instinctivement l'attaque de la shinobi du Pays de la Terre. Quel réflexe, je me souviens pourquoi il a toujours été un combattant difficile à gérer, il est plus fort et rapide que moi. C'est pour cela que je suis toujours obligé d'utiliser ma fourberie pour prendre l'avantage sur un adversaire. En soit, c'est grâce à mes combats contre cet homme que j'ai perfectionner mes techniques, ma façon de combattre. Si j'ai eu la chance d'avoir des bons enseignants à l'Académie ou même avec Hanzo du Torrent, j'ai également de la chance de croiser une personne du niveau du Metaru. Son esquive venait de m'impressionner et je dois avouer que je suis surpris de le voir aussi concentré, autant sur les nerfs.

Pas le temps de s'extasier, je dois rester focus sur ce qu'il va faire car là, c'est devenu très dangereux pour les deux kunoichi un peu plus loin. Il a prit une distance parfaite pour lui et je ne suis pas étonné de le voir commencer des mudras. Mince, j'ai réagis un peu tard, mais je profite qu'il soit totalement concentré dans son attaque pour sortir petit à petit de son ombre. Au moment où il met les mains au sol, je suis complètement sortie de lui pour annuler ma forme et commencer des mudras. Je dois faire plus vite... Mais... Trop tard, la terre tremble, tout autour de lui et moi des piques de métal sortent du sol. Avant de penser à réagir à la très certainement mort de Ryuka, je fini mes mudras fait dans un silence parfait et de l'eau sort de ma bouche pour venir envelopper totalement le Raikage. Je garde une main à l'intérieur pour maintenir la technique. Le Metaru n'est plus capable de bouger un cil, il ne peut plus respirer non plus.

Je profite de ce moment pour utiliser également le Kagemane en alliant mon ombre à la sienne. Avec lui, je préfère être prudent et l'emprisonner deux fois plus. Je compte sur le fait qu'il ne puisse pas bouger pour remarquer que mon ombre est liée à la sienne. Après tout, mon clan est dans son village, il doit forcément connaître un minimum les Nara et c'est pour cela que j'ai attendu qu'il soit une première fois immobile pour utiliser ma technique de clan. Ma prison aqueuse empêche de faire n'importe quel mouvement alors l'immobiliser par dessus avec mon ombre ne peut pas être détecté. C'est après que je me déplace autour de lui pour me retrouver face à face tout en laissant ma main dans la bulle de Suiton.

- Alors, satisfait d'avoir eu ta vengeance ? Ton attaque est impressionnante Shuuhei. Tu me connais pourtant, tu aurais dû te douter que je serais toujours là, quelque part pour surveiller. Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? Tu ne peux pas vraiment me répondre dans cette posture de toute manière...

Je baisse la tête en fermant les yeux, je soupire en faisant des mouvements de tête qui font des "non". J'avoue avoir été prit par surprise et je m'en veux un peu de n'avoir rien pu faire pour la jeune Kumojin. J'espère qu'elle s'en est sortie toute seule, mais je doute fortement que cela soit probable. Pourtant j'essaye quand même de gagner un peu de temps au cas où, mais il fallait que je me fasse une raison, ce combat est déjà terminé... Si rapidement. Je regarde vers le dôme, je ne vois aucun pique le traverser ou sortir de l'intérieur.

- Tu es en plus capable de contrôler leur sortie... Et bah, les Metaru sont vraiment capable de choses incroyables. Bon, avant de te libérer de mon emprise, il faut que tu sache que je n'ai aucunes intentions de te tuer ou de tuer les Daimyo. Je voulais juste t'empêcher de tuer la pauvre petite, mais je n'ai pas été assez rapide, maintenant on a un combat plus important... Il faut démanteler le Soshikidan en commençant par leur tête, Alderan.

Je le regarde dans les yeux pour qu'il comprenne que je suis sérieux, que j'accepte la défaite de ce combat et que pour moi il n'y a plus aucun raison de se battre. Je commence alors par lâcher mon emprise avec le Kagemane puis seulement après je le libère de sa prison aqueuse tout en reculant d'un bond en arrière. Je suis maintenant adossé à un pique de fer, sur une ombre prêt à m'y dissimuler au moindre mouvement suspect de mon ancien rival.

Résumé:
 


Dernière édition par Nara Genkishi le Sam 25 Nov 2017 - 1:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Jeu 23 Nov 2017 - 22:32
Il se dérobe et ma main se referme dans le vide. Erreur fatale pour moi. Il s'éloigne et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, il contre-attaque. Une technique, surprenante par sa vitesse d'exécution et de part son efficacité. Mon clone court pour tenter de fuir et explose en un amas de sable. J'ai le même réflexe, vouloir fuir, me protéger avec du sable. Si j'arrive à esquiver une ou deux lames, cela ne dure pas.

La nuit tombe. Douloureuse. Un toussotement. Du sang gicle de ma bouche. Une tentative de respiration. Et puis plus rien.

Le sceau à la base de la nuque de la jeune femme se désactive, plus aucune source de chakra pour le gardé actif. La jolie bombe Iwajin reprend l'apparence de la nuke nin de Kumo, originaire de Kaze. Si elle n'avait pas un teint de peau halé, elle serait blafarde. Le regard encore ouvert, plus aucune lueur, plus aucun air taquin ne marque son visage. Que du sang qui s'écoule encore un peu de ses lèvres, gouttes par gouttes, pour échouer sur le sol, là où une plus grosse flaque de ce même sang s'est formé. Percée de plusieurs endroit, son corps est meurtrit. Vraiment, le Raikage n'aura laissé aucune chance à cette pauvre sotte. Il aurait pu, chercher à la garder en vie pour tenter d'obtenir des informations. Mais trop faible d'esprit, il avait choisit la simplicité. La tuer. Comme une malpropre, comme une parfaite inconnue alors que pourtant, ils avaient déjà passé du temps ensemble. Certes, elle l'avait engrainé, mais est-ce que là, quand il découvrira sa dépouille, dénué de vie par son unique faute, il regrettera ? Est-ce qu'il se dira, que peut-être, il avait en son pouvoir la possibilité de faire autre chose ? D'épargner d'une quelconque façon cette fille capricieuse ? Il aurait pu. Tout comme il aurait aussi pu mettre son choix stupide sur son jeune âge et sa témérité. Il aurait réellement pu lui trouver des excuses et faire preuve d'une telle clémence. Mais visiblement, Shuuhei, le Raikage est incapable d'un tel geste. Connait-il la compassion ? C'est une chose que l'on peut se demander, quand on voit le corps empalé de la demoiselle qui n'avait même pas vingt ans.

Elle qui était pleine de rêve, de désir de voyage, au final, n'aura pas eu l'occasion de voir grand chose à cause d'un choix et d'un homme. Remords et regrets, elle en avait, mais lui, en aura-t-il maintenant ? D'ailleurs, est-ce qu'après cet instant, il y aura encore des personnes, quelque part dans ce foutu monde qui penseront à elle ? Elle qui voulait faire connaître le nom de son clan. Elle qui voulait profiter de la vie à sa façon. Elle a payer le prix fort à cause de l'orgueil probablement. Fierté mal placée. Elle, elle n'était même pas désireuse de l'attaquer, elle ne voulait que faire sa mission. Mais elle aurait peut-être dû y aller plus franchement. Aurait-elle dû chercher à le blesser ? Oui ! Elle aurait dû agir sans état d'âme, mais voilà, contrairement à son ennemi, elle, elle en avait. Au final, lequel des deux étaient un monstre ? Lui, cet homme qui n'hésite pas à tuer sans vergogne ? Ou bien elle, qui n'avait que le sang d'une seule personne sur ses mains ? Le monstre n'est pas toujours celui que l'on dépeint. Oui, elle avait déserté, mais sait-on un jour demandé pourquoi ? Est-ce qu'au lieu de râler les kumojins on prit un jour quelque seconde pour se demander le pourquoi de son geste ? Est-ce qu'ils ont cherché à comprendre ? A savoir qui elle était réellement ? Non... Non personne ne le savait et maintenant plus personne ne le saura par la faute de Shuuhei Metaru, soi-disant homme de bien. Mais quel homme de bien arracherait ainsi la vie d'une toute jeune fille qui n'avait en réalité pas le moins du monde attenté à sa vie ? Oui, elle avait fait un choix allant contre lui, contre Kumo. Mais elle n'avait encore rien fait contre. Il aurait très bien pu tenté de raisonnée la jeune femme dans son choix, il aurait pu, mais qu'a-t-il fait ? Tout l'opposée, il l'a juste conduit à une mort certaine. Une mort qui ne sera même pas célébrée, parce qu'au final, contrairement à son souhait de devenir quelqu'un. Elle n'est rien.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t874-nakasu-ryuka-terminee#4256 http://www.ascentofshinobi.com/t898-nakasu-ryuka-chemin-de-sable#4327 http://www.ascentofshinobi.com/u115

Sam 25 Nov 2017 - 0:28
- « Décidément… »

Et sans même hésiter une seule seconde, je levai ma main droite vers lui avant que celle-ci ne se transforme en une épée de métal qui s’allongea pour aller transpercer son avant-bras gauche, au niveau du coude. Pour les mudras et les attaques surprises, c’était terminé pour le moment. J’aurai même pu le charger, mais j’avais préféré cette attaque surprise qui ne nécessitait aucun signe incantatoire pour mieux l’avoir. Croire que je n’aurai pas pu sortir de sa technique suiton fut une erreur de jugement. Erreur qu’il aurait payée cash s’il avait persisté à me maintenir à l’intérieur. Mais plus que cette prison aqueuse qui m’avait retenu, j’avais senti autre chose de plus pénible. Quelque chose qui me rappelait un très mauvais souvenir ; si bien que lorsque je levai lentement ma face vers lui, il put voir que celle-ci affichait une certaine colère. Elle était presque meurtrière, froide et il semblait qu’elle n’augurait rien de bon.

- « Comment tu as pu échapper à ma technique ?! Et pourquoi t’étais encore là ?! »

Bonne question que voilà. Je me mis à réfléchir à cent à l’heure, mais rien ne me venait vraiment à l’esprit. « Enfin… Peu importe. » Esprit embrouillé par mon trop fort sentiment de frustration. Si j’avais senti le chakra de la gamine s’étioler petit à petit, voir ce type encore sur place me foutait vraiment en rogne. « La pauvre petite que tu as dit ? Pauvre ? Tu parles de cette chienne qui a préféré s’enfuir sans aucune raison valable ? Tu parles de celle-là même qui s’est alliée au groupe qui a failli tuer mon petit frère et qui ont fait des milliers de victimes innocences à Shito ? Tu parles de cette folle qui voulait tuer le seigneur de la foudre ? » Tout en lui causant, c’est dans tous les sens que je bougeais ma lame profondément enfoncée dans son bras droit qui déchiquetait sa chair et limite broyait ses os sans trop de mal. J’hésitais vraiment à lui faire la peau. Vraiment. Mais les dents serrés, je me retenais farouchement.

- « Radical et cruel hein ? T'as raison. Mais vouloir assassiner des seigneurs, c’est normal pour toi, peut-être ? Plutôt que de m’empêcher de la tuer, t’aurais pas pu la retenir pour éviter qu’elle débarque ici ? Et pourquoi tu me sors maintenant que tu veux buter Alderan ? Tu crois vraiment que je vais faire équipe avec toi dans ces conditions ? En fait… Je vais même pas discuter avec toi. En plus de retourner ta veste quand ça t’arranges, t’as aucune responsabilité puisque tu sembles n’avoir aucune attache. Comment tu pourrais comprendre ma position ? Garde ta putain de logique et barre-toi définitivement d’ici avant que je ne m’énerve davantage ! T’aurais vraiment dû réfléchir à deux fois avant de t’enrôler dans les rangs de cette sale organisation de merde ! »

Lorsque je retirai violemment ma lame, son avant-bras n’était rattaché à son arrière-bras que par un gros lambeau de chair. Je l’avais pratiquement mutilé. A quelque chose près. Mais s’il y a bien quelque chose qui m’avait empêché d’aller jusqu’au bout, c’était bel et bien notre passé commun. Après que ma main ait repris sa forme normale, je claquai des doigts pour faire disparaitre progressivement la forêt métallique que j’avais fait apparaitre avant de marcher jusqu’à ma place initiale. Bien évidemment, je dépassai le corps sans vie de la gamine au sunaton sans sourciller une seule seconde. Le seul regret que j’avais la concernant ? Avoir volé la vengeance du brave Shojito et de mon pote Daisuke. Puissent-ils me pardonner d’avoir eu ce privilège. En attendant, je revins me placer devant le dôme. Ma priorité était la sécurité des deux daimyos. Et sur cette réflexion, je me remis à me concentrer.

Rester sur le qui-vive, c’était la clé.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Sam 25 Nov 2017 - 1:24
Sans même que je m'en rendes compte, le Raikage n'hésite pas à transformer son bras en une épée métallique qui vient me transpercer l'avant bras. Je cris, je hurle de douleur pendant que du sang gicle partout. Il me parle, mais je l'écoute à peine tellement il me fait souffrir en bougeant son arme de la sorte. Alors il a fait son choix, la colère et la stupidité plutôt que le raisonnement et l'alliance. Il est beaucoup plus stupide et animal que je le pensais, mais c'est de ma faute, j'aurais dû m'y attendre finalement. Pourquoi avoir pensé que dans cette situation il réagirait comme quelqu'un d'intelligent ? Nous sommes en temps de guerre et il avait une jeune femme qu'il déteste par dessus tout devant lui. J'ai mal calculé mes plans, cela arrive.

Ce qu'il dit est encore pire que son geste, il se croit capable de justifier son acte avec des absurdités pareilles, décidément, les villages cachés ont une logique bien à eux, bien spéciale. Que dire de leur connerie de vouloir tuer toute personne en quête de liberté. Soit, il est bien trop pourrie par les Seigneurs et l'argent, il ne se rend même pas compte qu'il n'est qu'un pion dans un échiquier.

Je continuer de hurler de douleur quand il s'éloigne. Il ne me reste qu'un lambeau de chair pour tenir mon avant bras. Je prends un kunai dans ma sacoche et je le coupe sans perdre de temps. Tout en continuant de crier, de voir tout mon sang se vider. Je prends ma veste pour l'enrouler le plus possible et du mieux que je peux sur ce qu'il me reste de bras.

Je sens la mort venir, mes yeux deviennent de plus en plus lourd. Je m'endors ? Je meurs ? Je ne sais pas tellement, tout ce que je sais c'est que je ne peux m'empêcher de penser à ma vie. Je retranscris tous mes événements marquants et ma dernière image est le visage d'un homme que je tuerais... Shuuhei. Je n'ai pas la force de le faire maintenant, mais un jour je te le promets je vais te...

- Tuer...

Un dernier chuchotement, un dernier souffle avant de me laisser emporter par un coma qui va durer très certainement plusieurs heures, plusieurs jours même. Soit quelqu'un me trouvera et me tuera, soit je serais sauvé, quoi qu'il en soit, je n'ai plus aucun contrôle sur ma vie future.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Sam 25 Nov 2017 - 5:49
- « Mwarf… »

Deux assaillants, deux victimes, deux corps.

L’une avait enfin crevé. L’autre était entre la vie et la mort pour avoir cru qu’il pouvait approcher aussi nonchalamment un kage d’un grand pays. Je n’étais clairement plus le Shuuhei insouciant du passé. J’avais certes des restes d’antan, mais le boulot était le boulot et la position que j’avais m’obligeait à avoir un maintien et un certain sérieux. D’ailleurs, si une seule chose n’avait pas changé chez moi, c’est que j’y allais toujours à pleine puissance dans un combat, dès le début. Sous-estimer mes adversaires ? Pas mon genre. Le péché de la première aura été de se rallier à des ennemis sans aucune raison valable. Si sa désertion n’avait eu aucun lien avec le Soshikidan, j’aurai surement été plus permissif comme ce fut le cas avec Inuzuka Haruko. Le besoin de rejoindre les siens par exemple était un idéal sur lequel je ne crachais pas. Bien plus noble que rejoindre criminels sans réfléchir une seconde.

M’enfin… La connerie ne s’expliquait parfois pas. Et il valait mieux que j’arrête d’y accorder de l’importance maintenant que la besogne était achevée.

Le second n’était pas mort parce que j’avais un passif avec lui qui m’empêchait d’y aller jusqu’au bout. Mais par ses connections, il venait surement de détruire la sympathie que j’avais pour lui. Ce n’était pas comme si j’avais eu des nouvelles de lui depuis un bon moment maintenant. Pour être franc, j’ai même cru qu’il était mort à un moment. Ce qui allait le sauver de ce mauvais pas allait être tout simplement son karma. Ou le destin. Mais je n’allais certainement pas m’occuper de lui tant que j’étais assuré que les seigneurs n’avaient plus rien à craindre. D’ailleurs, je finis par pester. Comment se faisait-il que ce pays avait été aussi facilement infiltré ? Chôgen avait pourtant pris toutes ses précautions il me semble. Pareil pour le leadeur de ce pays. Était-il de mèche avec ce groupe de meurtriers ? Mystère et boule de gomme. Sur cette réflexion, je croisai les bras sur mon torse en pensant à tous mes proches.

Shizen, Daisuke… Toute la délégation Kumojin, en gros. J’espérais vraiment que tout se passait bien pour eux. J’eus également une pensée pour tout Kumo, spécialement pour elle : Ma moitié. Et dire qu’elle était sous les ordres de cette folle de Reiko. Mais avais-je eu le choix ? Daisuke étaient tous deux mes fidèles bras armés. Si j’avais d’ailleurs pris Shizen avec moi, c’était tout simplement pour que Daisuke, que j’estimais plus puissant et plus compétent, veille sur les gosses, genins et autres ninjas peu expérimentés venus avec nous. Ma décision avait été la bonne semble-t-il. Restait à savoir s’il avait compris mon choix -Qui pouvait être dur à avaler- mais qui se tenait. Shizen faisait plus office de soutien comme autre chose. Et puis, je n’avais pas vraiment besoin de gardes. Jamais ou presque. Ce n’était pas de la présomption ou une soi-disant mégalomanie. Juste que j’étais loin d’être un gros politicard incapable de me défendre :

J’étais un Metaru. Un vrai.

Clap de fin !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

1/02. Les Seigneurs en danger

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Événements terminés :: Events :: Event n°2 : Le Sommet des déchirements :: Partie n°1 : Le Sommet
Sauter vers: