Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

1/04. Le nouveau visage de la Brume


Dim 19 Nov 2017 - 12:15
Principal acteur Kirijin de ce nouveau mouvement interne à Kiri, Meikyû Yamamoto représente le nationalisme à son état le plus brut. Après avoir rencontré et dialogué avec son Seigneur Raonaka Ao, il a dirigé le petit groupe qui interféra en plein Sommet des Kages. Déjà fermement décidé à punir le Tsuchikage qui avait accepté sans sourciller les déserteurs Kirijins, et sans avoir pu se rendre compte que ce dernier avait été manipulé lorsqu'il tua le Nidaime Mizukage, Yamamoto porta le coup fatal à Nagamasa Chôgen avant l'explosion du site.

De quoi motiver fermement les Iwajins à cibler le nouveau visage du village caché de la Brume. Et Inuzuka Meian, présente en tant que Conseillère Politique du Shodaime Tsuchikage, ne faisait pas exception. Rapidement rejointe par un autre Iwajin, elle était bien décidée à faire payer à ce chien son acte.


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Une seule fois durant tout l'événement vous pourrez demander un seul et unique délai de 12h.

  • En cas de non-respect des délais, vous serez exclu de l'événement.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Ce groupe est situé à Tetsu no Kuni, sur le site de l'explosion.

Merci de respecter l'ordre de post suivant :
Meikyû Yamamoto
Inuzuka Meian
Hayai Taishi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

Dim 19 Nov 2017 - 17:47
Le carnage avait atteint toutes les strates du bâtiment et c'est dans un sursaut de survie se terrant dans ce qui semblait être le sous-sol des lieux. À part quelques piliers dispersés ici et là, la zone était complétement vide et c'est dans une certaine curiosité qu'il s'interrogeait sur l'utilité de ces lieux qui s'étendaient à perte de vue avec une hauteur d'une petite dizaine de mètres. Un philosophe aurait dit que l'endroit avait tout d'un tombeau, le Meikyû lui se contentait de simplement dégager d'un geste les grains de poussière et les débris qui entachaient son habit encore sanglant.

Ses cognitions n'avaient rien de purs à ce moment-là. Il se rendait compte que, bien qu'il fut l'instigateur de sa vengeance, la mort du Nidaime Mizukage lui provoquait une certaine satisfaction au goût malsain et prononcé. C'est un point au cœur qui disparaissait en même qu'il tentait vainement de se désobstruer des quelques remords persistants qui le hantaient concernant le régicide d'un iwajin qui, bien que néfaste jusqu'à l'os pour sa patrie, n'en demeurait pas moins un rival qu'il avait chéri d'haïr.

Seulement, il ne semblait pas que le chagrin soit à l'ordre du jour tandis qu'il prenait conscience de l'apparition de deux protagonistes et d'un molosse devant lui. Il n'y avait pas besoin d'user de psychologie pour comprendre, de par leur expression et leur démarche, le sujet de leur venue. "Toute action entraîne une réaction n'est-ce-pas ?" A la vue du symbole d'Iwagakure, la gangrène vicieuse qui empoisonnait le Meikyû revenait de plus belle. Son nom ? La haine. C'était décidé, il traiterait son petit cas de conscience plus tard, à l'instant même, il y avait d'autres iwajins qui ne demandaient qu'à être décapités. Se redressant, il faisait face au trio qui se tenait à une petite quinzaine de mètres de sa personne. Le poing serré, déclenchant son sceau fétiche, c'est une multitude de lignes noirâtres qui se dessinaient sur une partie de son corps.
...
Aucun mot, aucune palabre. Il avait assez entendu de discours pré-confrontation dans sa vie pour comprendre que c'était d'une futilité extrême. Il n'y avait qu'un seul langage qui avait sa place d'honneur aujourd'hui : celle des lames et du sang.


_________________
剛隷 -Le Golem de Kirigakure
« It's meaningless to just live.
It's meaningless to just fight.
I want to win.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1561-meikyu-yamamoto http://www.ascentofshinobi.com/t1613-meikyu-yamamoto#9898

Mar 21 Nov 2017 - 18:39

LE NOUVEAU VISAGE
DE LA BRUME
FT YAMAMOTO & TAISHI


    Chant de guerre sur champs de verre. Vous marchiez sur des terres brisées, un sol opaque, déjà vaincu. Les tambours par les cœurs, les haut-vents par la brise. Cette ascendance était longue et secrète, loin de tes terres natales, loin de celles qui t’accueillaient aujourd’hui. Loin de tout. Tetsu avait le profil décrit par Chogen, mélangeant sans gêne des plaines verdoyantes aux monts bordés par les glaces éternelles. Un horizon de froid et de chaud, sans défaut. Vous suiviez une rivière qui traçait une ligne onduleuse jusqu’au point de rendez-vous. Chogen n’en parlait pas, il ne parlait plus du tout. Il avait devant lui les prairies et les roches de son enfance, mais la gravité dans son regard alourdissait ces retrouvailles. Le féerie du lieu n’était plus qu’un vulgaire cadre sans toile ; de quoi border une rencontre, un sommet des Kages.

    L’idée t’effrayait. Bien que proposée par Chogen lui-même, elle était synonyme de bien des dangers. Que ces hommes amènent la peste qui les ravage, qu’ils en veuillent à vos écueils, que l’incompréhension se traduise par le fer. Un sixième sens canin, ce malaise grandissant à chaque pas qui vous rapprochait de cette colline de glace. D’un coup, le nom même du pays hôte devenait symbolique ; Cette journée pouvait faire couler l’or comme le sang.

    Une arrivée aussi muette que franche, chaque Kage avait l’escouade politique (et militaire ?) de la tâche. Mais le débat devait être impartial, non influencé, alors les trois silhouettes aux dos marqués de leurs propres sigles gravissent l’immaculée sans abuser du temps. Ton regard baisse lorsqu’il croise celui de Shuuhei. Une honte grave, une pensée pour un cousin emporté par les flots de Shito, et de cette promesse rompue. Tu sais sans voir qu’il te juge sans mots, il n’était pas là pour ça.

    Chacun venait de loin, peut-être de trop.

    ○○○

    Ton pied balayait le sol pour y graver des marques d’impatience, peut-être d’angoisse. Seule dans un coin, cachée de tous, là où la Seijiteki pouvait se taire et laisser la place à une femme criblée de doutes. De théories en affabulations, de cette tension grandissante avec le pays de l’eau, de ces doutes envers celui de la foudre, de cet historique commun relié au Shoshikidan.
    Un soupir nappe les airs de sa chaleur humide. Le froid le cristallise et l’efface comme s’il voulait tout contrôler, tout aplanir. Rien que songer au groupuscule te gelait les tripes. Il avait fait de ton berceau un havre corrompu, autoritaire. Pas mieux ni pire qu’avant. Mais ses ambitions, au dam dans l’ancien monstre qui régnait alors, avaient cette fois-ci réussi à s’exposer au monde. Une terreur communiquée sur le tas, à Shito, ancrée dans les esprits et les corps. De cette peur était née la paranoïa, les accusations à tort, les idées froissées.

    Kiri a sa part de responsabilités.

    Ton visage se secoue, évacuant d’un geste physique des idées pourtant intangibles. Ces satanées rumeurs avaient pourri tes esprits. Assez pour que cette fois, tu puisses ne serait-ce qu’y songer. L’escouade en fuite que vous aviez recueillie n’avait fait que renforcer ces doutes : Et si le village caché de la brume n’était pas si neutre que ça ? Et si leur façon de faire faisait écho au soudain soulèvement du Shoshikidan à Shito ? Un pays ravagé était capable du pire… Alors deux ?

    Tes yeux se soulèvent vers le mont que tu ne peux atteindre, pas même du regard, tellement sa blancheur est aveuglante. Naiem fait la ronde devant toi, aux aguets. Il est d’une sagesse que tu lui envie, et cette situation avait fait de lui un loup solennel, digne. Une bête plus réfléchie que bien des hommes. C’est pour dire toute l’ironie de la situation.

    Il grogne. Ton cœur fait un bond.
    Pas un bruit, pas un cri.

    La montagne de glace garde toute sa splendeur givrée mais son odeur est salie. Des effluves de rouille, cuivrées… Du sang. Un sang jeune, inconnu. Un autre, tout aussi jeune… Plus familier.

    - CH… CHOGEN !

    Ton loup hurle à son tour, à l’unisson. L’alerte est donnée. Vous brisez à deux le silence pesant de ces terres. Mais votre cri est écourté, vite remplacé par un autre, plus gros, plus fort. Bientôt la montagne implose, le feu brûle, assiège la pureté enneigée du sommet. La montagne se brise, fond et meurs.

    Tu fonces aussi vite que ton corps te le permet, Naiem à tes talons. L’explosion fait trembler les sols et ramper les débris dans une roulade infinie. Avalanche grisonnante, assez pour obstruer la vue, le temps que tu te rapproches, que ta fouge l’emporte. L’aura de ton Kage est introuvable, même aveuglée, tu devrais pouvoir la ressentir… Mais il n’en était rien.
    Une autre aura s’était métabolisée, éventrée à la terre en chute libre, une silhouette hybride de sens : Mélangeant une odeur inconnue à celle de Chogen. Les monts se taisent enfin. La poussière est vite aspirée par l’aqueux d’un sol désormais boueux, remué.
    L’ombre devient colorée, maculée d’un carmin qui n’était pas le sien. Voleur d’âme et pourriture. Il portait sur lui l’historique d’un combat sanglant l’opposant à ton Kage, ton ami, ton salvateur.

    - QU’AVEZ-VOUS FAIT ?!

    Un rugissement bestial. Digne des loups. Digne d’une Inuzuka. Digne d’une amie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 21 Nov 2017 - 23:13
La journée avait pourtant bien débuté, l’Hayai s’était fondu dans la masse, à travers les autres membres de la délégation. Il n’était pas certain de comprendre le but de la rencontre, pas plus que la nécessité d’en faire tout un évènement programmé et protocolaire. On parlait de première dans histoire, Taishi se demandait surtout s’il serait de retour à temps pour la journée présentez-un-métier de Moïra à son école, demain. Il avait été un peu surpris de l’invitation, mais en même temps, entre amener un beau-gosse scientifique et ehm… Ça – pointe mentalement l’idiote de Sanadare- la question était rapide à répondre, il supposait. Taishi avait donc fait ce qui était plus aisé, passé inaperçu en comptant les heures restantes avant la fin de son assignement. Il réfléchissait déjà à sa liste de course, c’était le jour des soldes en plus.

Évidemment, le destin est cruel, surtout quand il s’agit de prix réduits sur de la bouffe. Taishi ne se souvient pas de tous les détails. Il était assis à attendre comme les autres. Il faut attendre que les adultes aient fini de parler de leurs trucs d’adulte. L’Hayai n’était très informé et ne pouvait s’attendre à pouvoir rationaliser les discours qui pouvaient se terrer entre les quatre murs, là-haut dans cette colline. Il se rappelait la sensation du métal verdâtre qui tournait dans sa main, ce geste machinal, presque une manie. Le jeune homme se tournait presque les pouces. Autant le dire, il ne savait pas parler de cette langue qu’est la politique. Taishi avait cette moue souriante qui le caractérisait, il laissait le temps filer.

En revanche, il pouvait comprendre le sens d’une déflagration. D’une explosion, aussi. Certes, il avait eu la même surprise que tous les autres. La puissance du choc l’avait repoussé. Des éclats de pierre avaient laissé des lézardes rougeâtres sur sa joue. Il se souvient avoir senti le sol se dérober sous ses pieds, son manteau vert avait claqué sous le choc soudain.

Silence.

Il se souvient s’être relevé, couvert de poussière, entouré de décombres, un peu déséquilibré. Le silence ne dura pas, on criait maintenant. Dommage, Taishi savait apprécier une belle absence de bruit. Plusieurs découvertes frappèrent son crâne dans la minute. D’abord, cet endroit qu’il devait surveiller, ce lieu de rencontre, ce sommet… Il n’existait plus. Ensuite, le shinobi le plus inepte de l’univers en sensorialité aurait pu sentir ce vide soudain, l’absence de forces en puissances scrutées, ressenties des heures durant. Quelque part dans ces décombres, il y avait un Tsuchikage mort. Taishi fit quelques pas, essayant de se ressaisir. Il réalisa alors qu’il n’était pas seul , en effet pendant que lui ressemblait un épouvantail vert, une autre membre de le délégation et une sorte de loup surdimensionné semblait s’énerver contre un autre type. Les yeux dorés se posèrent sur l’individu, la moue de Taishi avait disparu. Pas besoin d’être un enquêteur du Yamagenzô pour comprendre ce qui venait de se passer. Le regard de Taisha oscilla entre la femme et le type. Il avait l’impression d’être un sofa dans la salle à manger. Mauvaise allégorie mais Taishi manquait d’inspiration.

*Bon, il faut dire que Nagamasa Chogen a jamais vraiment été dans mon top 5…*

La peau du gars se couvrait de lignes noires. Taishi n’avait pas la moindre idée de ce que ça voulait dire, certes il avait entendu parler d’un biscuit révolutionnaire, constitué de deux morceaux de chocolat et de la vanille au milieu, mais il pouvait affirmer avec presque certitude que l’intention du type n’était pas de faire un cosplay d’une gourmandise.

*…Mais lui non plus.*


Son regard se porta encore sur la fille et son molosse. Il essuya le sang de sa joue sur sa manche, laissant une tache rougeâtre sur son manteau vert. Il soupira, sa main se refermant sur un kunai tout aussi vert. Il était surclassé ici, mais le Green Flash d’Iwa était habitué à ça. Un petit éclat de lumière verdâtre pulsa autour de ses traits.

« Ok… Ça c’est le moment où je dis que tu es en état d’arrestation, je suppose. »

Le silence pesait mais l’Hayai le brisa bien vite avec un sourire contraint.

« Hé, au moins j’ai proposé, non ? »

Taishi était plus intéressé par d’éventuels survivants que la discussion en elle-même, et le temps jouait contre lui. Le gouffre était considérable entre eux, mais peut-être pouvait-il le ralentir suffisamment pour que des renforts prennent le relais ? Après un court instant, son bras s’arqua et il projeta le kunai avec force et une bonne impulsion de chakra. L’arme accéléra subitement dans une détonation sonore. Le Green Flash fit un bond en arrière en assumant une position de combat.

Il avait cette curieuse impression d’être une abeille contre un ours.



_________________
I bring the final moment, Invité.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 22 Nov 2017 - 13:24
"En tuer un pour en terrifier un millier." S'il combattait selon la conduite de ce crédo, le jeune Jônin se rendait aujourd'hui compte que ces belles palabres n'étaient guère porteuse d'une vérité générale. En effet, les deux shinobi qui lui faisaient face semblaient être tout sauf terrifiés. Cette kunoichi là à l'allure sauvage accompagnée de sa bête canine rugissait férocement à l'égard du kirijin. Même s'il en fallait plus pour l'apeurer, Yamamoto en restait néanmoins méfiant de celle-ci qui ne semblait pas être fait de calme et de paix. Inuzuka ? Sa dégaine et la présence de son loup trahissaient son origine tandis qu'ils rappelaient de vifs et douloureux souvenirs à celui qui, fut un temps, avait croisé la route de nombreux clans. Elle était dangereuse, il le sentait, et son compagnon de route à l'allure plus banale ne semblait point être un novice aussi. Si le Meikyû était ravi de cette confrontation qui approchait à grand pas, il en restait néanmoins timoré quant à l'issue de celle-ci et ce n'était pas du fait de leur nombre, non, non, non... Il craignait tout simplement la puissance accrue de deux individus mués par l'esprit de vendetta.
...
Nulle réponse ne fut donnée à celle qui possédait l’œil du talion si ce n'est la cruelle signification du silence. Quant au brun à l'allure et au comportement cocasse, il ne semblait pas attendre une quelconque répartie. Ainsi se faisait l'inauguration de la bataille, sous le rugissement d'un loup et sous le silence d'un guerrier.

Un mouvement du shinobi gris et l'éclat sonna. Déclenchant le second niveau de libération de son potentiel, le Meikyû pratiqua un mûdra et c'est un bataillon de trois clones qui se dégagea promptement du sol sous la volonté immuable et profonde de défendre et de pourfendre. Un de face, et les deux autres sur chaque côté, armés de leur constitution rocailleuse et de leur résistance robuste, ils étaient prêts à agir. D'un geste, le clone de gauche s'empara du kunai projeté qui venait de ricocher sur son derme solide. Il en faut plus que ça, iwajin. Signifiant son retrait d'une tape dans le dos du clone du milieu et ne lâchant pas du regard l'Inuzuka qui n'avait pas encore agit, le réel shinobi recula de plusieurs pas en arrière tout en enchaînant une nouvelle série de mûdra. Il était bel et bien décidé à prendre ses distances avec ceux dont il ne connaissait guère encore les capacités.


_________________
剛隷 -Le Golem de Kirigakure
« It's meaningless to just live.
It's meaningless to just fight.
I want to win.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1561-meikyu-yamamoto http://www.ascentofshinobi.com/t1613-meikyu-yamamoto#9898

Dim 26 Nov 2017 - 12:46
Taishi attendit un support qui ne semblait pas arriver. Toussotant le reste de poussière sur ses vêtements, il ne pouvait que remarquer que son alliée de fortune ne semblait pas disposée à agir malgré sa colère initiale ? Avait-elle peur du personnage ? Peut-être qu’il était célèbre ou un truc du genre, l’Hayai ne lisait pas beaucoup les journaux. Vu son apparence, il était possible qu’il soit le légendaire roi des roux, celui qui va unir toutes les carottes de la contrée pour se soulever contre l’ordre établi (tout le monde > roux). Peut-être.

Il ne fut pas surpris de voir son attaque échoué mais certainement un peu dépité de la tournure des évènements. Son adversaire semblait beaucoup trop expérimenté, c’était à se demander s’il n’était pas sous le coup d’un genjutsu. Toujours est-il que Taishi évaluait ses options et celles-ci semblaient déjà très limitées. L’Hayai pouvait se débrouiller par lui-même, mais son style était basé sur des attaques combinées et décisives. On pouvait en déduire qu’il avait toujours plus de mal contre des shinobis défensifs, et à voir la nature rocheuse dont se dotait son adversaire, il entrait dans la catégorie. En essence, il n’avait tout simplement pas la puissance de feu pour espérer le mettre hors de combat par lui-même, ni les options défensives si l’autre décidait de sortir le gros calibre en termes de technique. Il avait besoin de temps, et il avait besoin d’aide, à commencer par cette idiote d’Inuzuka. Il fit un pas en arrière et trébucha sur un débris, le kunai dans sa main vola dans le décor, il jura.

L’Hayai soupira et examina son adversaire. Il ne faisait plus de doute que le type était un adepte des sceaux, tout comme lui. La façon dont son kunai avait ricoché sur la peau du clone, une sorte d’armure ? Tout comme l’état de son adversaire lui-même. Trop peu était arrivé pour faire davantage de conclusions, mais Taishi pouvait supposer que maintenir cette armure devait avoir un certain prix en chakra. Garder son attention et l’empêcher de fuir restaient donc une priorité, même si c’était plus facile à dire qu’à faire dans l’état actuel.

« Je voudrais bien savoir… T’es un kirijin, non ? »

Un nouveau kunai tournoyait dans la main du chuunin en vert.

« Je veux dire… C’est quoi la suite ? Tu penses retourner à Kiri ? Après ça ? Je veux dire, mon vieux, tu vas passer à l’histoire… Mais l’histoire va te passer dessus aussi. »

Il haussa les épaules en jetant un regard lancinant vers son alliée. Bordel, bouge !

« Je sais pas, mec. Tu dois avoir toute une vie dramatique. Je ne peux pas en dire autant, mon seul drame c’est que ma copine occasionnelle est une planche. Dramatique, mais je l’ai pas mise en pièce… Pas encore du moins. »

Sa main se porta dans son manteau et en sortit deux shurikens verdâtres. D’un geste du poignet assuré et précis, il propulsa les projectiles vers le roux et l’un de ses clônes. Cette fois, les sifflements sonores furent plus prononcés alors que leur vitesse était considérablement plus élevée que le kunai lancé auparavant. Puis dans un geste sec, il se retourna et lança le kunai dans sa main… Sur l’Inuzuka. Avec un peu de chance, elle comprendrait.

« C’est pas le moment de rêvasser ! »



_________________
I bring the final moment, Invité.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 28 Nov 2017 - 20:03
L'homme d'émeraude avait la langue bien pendue et ça déplaisait au Meikyû qui n'était guère friand des paroles futiles, particulièrement lorsqu'il était clair que l'interlocuteur n'avait qu'une envie : le meurtrir.
Hmpf...
Non loquace, il balbutiait le son du dégoût, celui qui traduisait son irritabilité. Il en était venu à imiter le loup qui le fixait là, partageant son comportement sauvage de grognement, dévoilant sa canine et jurant de mille façons que ces iwajins là rejoindront sous peu le sort de leur défunt traître de kage. La haine s'insufflait en lui comme l'oxygène trouvait place dans ses poumons. Cette rage liquide l'imprégnait du derme jusqu'aux os, s'infusant tel une liqueur nocive dans ses veines, faisant crier en osmose ses cellules qui ne demandaient qu'une seule chose : du sang.

Soudain, une occasion. L'Inuzuka un peu pressée semblait prendre position, prête à ravager le Golem de ses crocs et de ses serres. Seulement, elle qui fut dans l'optique de le charger s'en trouva fortement déconvenue quand elle put se rendre compte, au dernier moment, que c'était une terre molle et boueuse qui prenait place sous la plante de son pied directeur. Glissant sur le piège, elle en vint à perdre l'équilibre. Seulement ce petit stratagème mesquin que le Meikyû avait mis en place ne serait bien sûr pas suffisant pour venir à bout d'une kunoichi de son calibre, il le savait bien : il en fallait plus. D'un geste du clone le plus à droite, c'est une formation de roc qui, profitant du déséquilibre de la guerrière, vint la subjuguer, elle et son loup, dans une prison pyramidale de la couleur du sol. Le clone de gauche en parfaite symbiose avec son frère vint dès lors porter le clou au cercueil. D'un mûdra, il fit apparaître un sceau explosif à l'intérieur même de la formation rocailleuse, et c'est dans un bruit détonnant étouffé et sous le maigre séisme dont fut victime la zone qu'il venait de porter le coup de grâce à l'iwajin.

Et de deux. L'attaque fut aussi véloce que lâche. Il n'y avait guère le temps de tailler une bavette ou de lambiner. Telle était la résolution du kirijin, un nindo aussi dur que froid : celui de lutter sans règle ni limite. Il donnerait tout pour son pays, aussi bien son corps que son intégrité.

Là, ses yeux demeuraient désormais rivés vers le Chûnin vert qui venait de l'assaillir de deux jets interceptés par le clone au front -après avoir rebondis sur son corps de roc- qui se trouvait être au milieu des deux belligérants. Il était à présent seul, s'attendait-il vraiment à s'en sortir ? N'avait-il pas encore eu l'intelligence de délaisser son obstination pour ressentir plûtot ce que tout être normalement constitué ressentirait à ce moment précis ? Le désespoir.

Seulement, la réflexion n'avait plus sa place ici. Il était venu le temps de la cruauté. Dans une complémentarité parfaite, les clones de roc vinrent assaillir le Chûnin de ses trois armes interceptées avant de lui adresser un kunai chacun le tout dans une coordination décalée en rapport avec ses mouvements de sorte à ce qu'il soit harcelé de toute part durant un intervalle de quelques secondes.

Là, les corps de la kunoichi et de sa bête refaisaient surface dans cet amas de terre qui se désagrégeait à vu d'œil laissant apparaître deux carcasses carbonisées. Implacable, et ce, malgré l'émoi inévitable de son meurtre, le réel Yamamoto, les genoux fléchis, enchaîna une série de mûdra tout en restant à l'affût de la moindre action.


_________________
剛隷 -Le Golem de Kirigakure
« It's meaningless to just live.
It's meaningless to just fight.
I want to win.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1561-meikyu-yamamoto http://www.ascentofshinobi.com/t1613-meikyu-yamamoto#9898

Mer 29 Nov 2017 - 17:08
Alors que les armes à jet menaçaient de planter l’iwajin, un mur de métal s’érigea devant ce dernier et le préserva de blessures inutiles. Et lorsque le mur disparut comme par magie, le kirijin et ses clones purent s’apercevoir qu’il n’y avait non pas une, mais deux personnes qui leur faisaient maintenant face. Un chuunin accompagné d’un kage. Le seul rescapé de cette réunion merdique. La première du genre et certainement la plus foireuse de l’histoire des shinobis. Le constat était triste, dur, mais il serait bien difficile à l’avenir de faire pire que cette journée conclue par des homicides qui entacheraient gravement le nom des grandes nations sur le devant de la scène…

- « Gamin, fais-moi un bref topo de ce qui se passe ici… »

Je m’étais adressé au jeune iwajin sans quitter le kirijin et ses clones des yeux. Ce bâtard était l’un de ceux qui étaient sortis de nulle part pour gâcher notre réunion. Son rôle aurait pu s’arrêter là, mais il avait poussé le bouchon plus loin en crevant le tsuchikage. Il l’avait fait avec une telle hargne que j’avais plus ou moins reconnu son chakra de loin alors que je m’évertuais à rejoindre Shizen maintenant que je savais nos seigneurs en sécurité. Mon arrivée soudaine avait coïncidé avec sa simple attaque je m’étais contenté de repousser via la création d’un mur qui fit office de bouclier. Une manière à moi de rassurer le jeune brun et de lui montrer que j’étais de son côté…

Et puis, au loin, deux cadavres encastrés dans le sol m’interpellèrent…

Et il me fallut une bonne poignée de secondes pour les reconnaitre, malheureusement…

- « La tête de Chôgen te suffisait pas hein… Il aura fallu aussi que tu butes aussi l’Inuzuka… »

Je serrai poings et dents. Et dire que j’espérais la voir au sortir de la réunion pour lui demander des nouvelles d’Haruko… Il aura vraiment marqué cette journée de son emprunte, ce fils chien ! Là-dessus, je me mis à faire craquer mes jointures tout en pestant. Shizen allait devoir me pardonner. Kumo aussi. J’aidais les Iwajins plus qu’il ne le fallait, mais je ne pouvais pas m’empêcher de le faire. Sur cette pensée, je retirai mon chapeau de Raikage et le haori qui allait avec avant de faire un pas en avant. Ce type était loin du niveau des deux personnes que j’avais eu à combattre tout à l’heure. J’allais devoir m’employer à fond, quitte à vider ma réserve de chakra restante.

C’était presque quitte ou double.

Et là-dessus, je multipliai rapidement des mudras avant de tendre mes mains en avant.

Devant nous ? Une gigantesque et monstrueuse vague d’eau se forma soudain et menaça aussitôt de s’abattre férocement sur nos ennemis.

Déclaration de guerre, tout simplement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 29 Nov 2017 - 22:24
*Elle va pouvoir rêvasser pour de bon, au dirait…*

Taishi n’était pas exactement quelqu’un de sérieux. On – des femmes, surtout- lui avait reproché plusieurs fois dans sa vie d’être un peu déconnecté de la réalité. Aussi, il y eut une sorte de gouffre lorsqu’il vit les évènements défiler sous ses yeux. Aucune blague ou remarque cynique n’allait remplacer ce moment, quand l’Inuzuka fut victime de ses propres sentiments. L’Hayai ne la connaissait pas vraiment mais savait qu’elle avait un rôle haut placé dans l’administration. Iwa venait de perdre deux membres essentiels en moins d’une minute, l’horloge n’avait même pas le temps de sonner. Le chuunin lui-même avait été pris de court, ce qui n’arrivait pas très souvent pour quelqu’un qui prétendait être le shinobi le plus rapide d’Iwa.

Le Kirijin avait débuté son attaque au moment même où il avait lancé son kunai, qui venait de se perdre dans les décombres. Taishi n’allait même perdre son temps à essayer de vérifier l’état de la kunoichi et sa bête, il y a des destins qui sont scellés. Il souffla du nez et reporta son attention sur son adversaire qui s’était évidemment défait de ses lancers. La diversion n’avait jamais visé autrement de toute manière, mais la vue des trois clones fondant sur lui était assez saisissante. Il releva sa garde en s’efforçant de garder son calme, songeant qu’il ne serait pas long avant qu’il ne soit forcé de battre en retraite, désormais. Une chose à la fois supposa-t-il.

Évidemment, rien ne se passa comme prévu et il regarda avec stupéfaction une muraille métallique s’élever devant lui. Taishi siffla alors que l’ombre de la structure se jetait sur lui, même s’il se demandait si ce n’était pas un autre tour du Kirijin. Apparemment non, si on se fiait au personnage qui se tenait à côté désormais, affublé d’une robe et d’un chapeau qui obligeait certaines questions sur son orientation.

*On est en an 201, je suppose…*

Introduction bad-ass, mais un doute sur son nouveau surnom. Dix ans de différence, peut-être. Si le type avait des enfants de l’âge de Taishi, l’Hayai aurait besoin de lui donner un petit cours sur les pratiques acceptables en société. Enfin, on parle de Kumo, on n’est pas loin des macaques qui font des batailles de boules de caca.

« Le type est roux, faut-il vraiment que j’en dise plus, Raikage ?»

Ça en faisait beaucoup pour l’Hayai, qui évitait les politiciens comme la peste, voilà qu’il était mêlé entre deux figures de proue de l’actualité mondiale. Quelqu’un, quelque part, était en train de taper l’histoire qui s’écrivait et se marrait bien à taper t-a-i-s-h-i, le jambon entre deux tranches de pain. Le type commençait à retirer sa robe – soulagement de voir qu’il portait quelque chose en dessous – et l’Hayai soupira.

« On était quatre dans mon unité de surveillance, mais je pense que l’explosion a tué les autres. Quand je suis sorti des décombres, ce type était là. L’Inuzuka s’est pointée ensuite… La suite est facile à deviner. »

Le type ne semblait pas là pour négocier. Quelques mudras plus tard, l’Hayai regardait la vague géante se soulever. Il sortit un shuriken de sa poche et le balança dans la vague pour bonne fortune. On ne pouvait pas dire que l’aide n’était pas appréciée, en tout cas. Le mur de métal s’était estompé et il regarda ses kunai sur le sol en maugréant. Rien ne se passait comme il le souhaitait aujourd’hui, au dirait. Un shuriken tourna dans sa main et il le projeta dans un sifflement aigu vers le roux, tout en sachant que la vague allait s’écraser sur lui avant l’arrivée du projectile…

Les dés étaient lancés.









_________________
I bring the final moment, Invité.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Jeu 30 Nov 2017 - 17:13
Un nouvel individu, un regard et c'est l'animosité colérique du Golem qui reprenait racine tandis qu'il serrait son poing à s'en faire crier le cuir.
Toi...
"Chien de Metaru, je les crèverai tous, lui et ses semblables.." marmonait-il intérieurement lui qui ne s'était toujours pas décidé à expulser une longue tirade. Il avait la haine des grands jours et la folie furieuse des berserkers. Le sang lui tapait aux tympans tandis qu'il se laissait embrasser par l'esprit de compétition et l'enthousiasme du risque. La présence du Raikage changeait la donne de cette rixe, il pouvait ressentir à présent son aura meurtrière et son chakra des plus denses. Il était un des rares individus en cette terre qui pouvaient se targuer d'être une menace réelle pour le Golem mais malgré ça, celui-ci ne comptait faillir. Il avait une femme à rejoindre et encore bien trop de choses à faire dans ce monde

Une attaque ? Une tape du pied et c'est une formation de terre qui vint prendre place devant le clone au front.
Il n'était pas question de se protéger du torrent, non, non, non. Malgré le génie de Yamamoto en la matière et la supériorité de son élément sur le Suiton, il n'y avait pas de doute, un jutsu de bas niveau, aussi optimisé soit-il, ne serait pas convenable pour parer une attaque de telle ampleur. Néanmoins, ce serait amplement suffisant afin de couper le torrent en deux le temps qu'ils se dérobent dans leur confort le plus absolu : le sol et son hospitalité nourricière. Car oui, s'il y avait bien une faculté qui serait utile à Yamamoto et à ses copies à ce moment bien précis, c'était leur capacité à se fondre dans la terre que lui avait accordé la Seconde Libération du "Sceau des 3 Géhennes". Le Golem, se munissant à la hâte de son masque rituel, retournait donc avec sa progéniture au sein de sa mère protectrice et de son infinie chaleur.


Le Rempart, sous une pression bien trop grande, éclata alors en mille morceaux emportés par la vague destructrice. S'ils avaient des bons yeux, le Vert et le Metaru se rendraient compte, au-delà des vagues fluctuantes que, comme par magie, les 4 copies parfaites avaient totalement disparues comme désintégrées par ce violent amas aqueux. Quelles seraient leurs conclusions face à ce mystère ? Le Golem n'en savait cure, et à vrai dire, il s'en tamponnait le coquillard. Il était bien trop occupé à s'enfoncer de plus en plus dans les abîmes les plus profonds de ce monde à la recherche d'une retraite bien méritée. Il gardait néanmoins un œil e, coin sur la situation, ne manquant pas d'ordonner ses clones qui seraient le prolongement de son ire.

Tandis que deux clones s'approchaient lentement, toujours dans leur refuge sous-terrain à plusieurs mètres du sol, tels des squales en quête de sang, le dernier clone lui s'était transformé en une copie parfaite de l'Inuzuka qui avait péri. Et c'est ainsi, fourbe, qu'il profita de l'émulation de l'eau qui le camouflerait dans son retour à la surface pour se laisser emporter par le courant et réapparaître aux pieds du Shinobi vert. Une expulsion, un léger souffle, il/elle feignait un état que la kunoichi qui venait d'être emportée bien loin avait perdue : l'état de vie. Duplicata parfait, tout était fait pour que l'illusion soit infaillible. Aux yeux des compères iwajin et kumojin, la faucheuse venait de laisser une seconde chance à la louve Inuzuka Meian.
Aid...ez...-moi... peinait-elle à suppier de sa voix fluette et affaiblie, les yeux fermés.


_________________
剛隷 -Le Golem de Kirigakure
« It's meaningless to just live.
It's meaningless to just fight.
I want to win.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1561-meikyu-yamamoto http://www.ascentofshinobi.com/t1613-meikyu-yamamoto#9898

Ven 1 Déc 2017 - 10:45
Comme si ça pouvait marcher deux fois la même journée…

Et sans attendre un seul instant, j’avais transformé l’une de mes mains en lame avant de l’allonger vers le corps qui gisait à nos pieds pour la transpercer violemment au niveau du bras. Sauf qu’il n’eut aucune réaction par la suite. Si ce n’est que le corps factice de Meian se retransforma en l’un des clones du roux qui s’était volatilisé, vraisemblablement. Mais alors que je voulus pester ouvertement en le traitant de tous les noms, ledit clone qui commençait à s’effriter doucement s’illumina brusquement. Et c’est à cet instant précis que je sentis la merde arriver. Dire que le chien qui avait tué le noble Tsuchikage et la matriarche des Inuzuka s’abaissait à ça… Plutôt pathétique comme le dirait Reiko…

Une explosion de moyenne ampleur s’en suivit aussitôt ! La détonation avait retenti dans tout le sous-sol !

Et j’essuyai des dégâts, bien entendu…

« SI JE TE CHOPE SALOPARD !!! »

Un mouvement de ma main toujours transformée en épée acheva de disperser la fumée et la poussière qui s’étaient accumulées dans les alentours. On pouvait me voir tout juste devant l’iwajin. J’avais non seulement l’arcade sourcilière ouverte, mais aussi une lèvre pétée. Quelques brulures çà et là, mais rien de vraiment grave somme toute. Il ne s’agissait de rien de grave ou d’handicapant. Ma résistance n’était peut-être pas à toute épreuve, mais j’étais solide comme le métal. Ce n’était pas une petite explosion de pacotille qui allait changer grand-chose. Néanmoins, il avait réussi à faire une chose : Me foutre en rogne ! Si bien que je me mis à utiliser ma détection. Sauf qu’il n’y avait plus personne.

Il s’était dérobé comme un lâche. Putain… Et c’était un concitoyen du noble Eiichiro, ça ? J’avais presque pitié !

Néanmoins, l’heure n’était plus à la réflexion.

L’explosion qu’il avait engendrée à travers son clone piégé ne fut peut-être pas grandiose, mais elle fut assez importante pour menacer les fondations déjà instables des environs. Ce sous-sol allait bientôt s’affaisser sur lui-même. Les tremblements un peu partout le démontraient bel et bien. Il était temps de décamper en vitesse. « On se barre gamin. » En m’adressant d’une voix rauque à l’iwajin que j’avais protégé de l’explosion, je me retournai pour récupérer mon couvre-chef et mon haori avant de m’en aller d’ici. Je remontai bientôt en surface avant de voir, une minute plus tard, que tout céda complètement. De quoi m’arracher un soupir avant que je ne porte un regard vers l’horizon lointain.

Comme si quelque chose de mauvais ou de plus gros se préparait…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Ven 1 Déc 2017 - 22:59
Il soupira, agacé, avant de mettre les mains dans ses poches.

Le sol pouvait remuer mais Taishi lui venait de trouver un rocher un peu plus gros que les autres à quelques pas et il décida que c’était exactement le bon moment de se reposer les jambes et plutôt s’absorber dans le décor qui se profilait devant. Son regard doré s’éternisa d’abord sur les décombres, c’était ce qui attirait le regard le plus, au final. Tellement de destruction en quelques instants. Ce genre de chose aurait été impossible il y a 50 ans. Le monde avait évolué mais dans quelle direction au juste ? Quelque part, du sang coulait entre les pierres et s’infiltrait, retournait jusqu’à la terre mère. Les Hayai croyaient que sans la terre, il n’y aurait aucun sol sur lequel courir, alors rien n’importait davantage que de l’honorer, cette piste aux angles irréguliers. Quelqu’un avait entendu la comptine et la prenait peut-être trop au sérieux.

Et il essayait, tant bien que mal. On ne lui donnait pas un geste facile. Une forme se mit à remuer dans le sol, maintenant c’était l’Inuzuka qui apparaissait comme un mauvais rêve. Taishi ne fit même pas semblant d’être surpris, ou préoccupé par la même occasion, se détournant bien vite pour reporter son attention sur le paysage. L’avantage quand on a vu un mort, c’est qu’on n’a pas besoin de l’attendre pour le diner. Son regard monta et se pointa sur le bâtiment détruit, tout en haut. Pas mal de sang devait y couler aussi, entre les lattes, une chute inexorable. Que pouvait faire le monde face à tant de haine ? Une explosion le secoua et il pointa un visage poussiéreux vers l’arrière. Oh, grand merci, il était couvert par le Raikage. Taishi songea qu’il y a avait une bonne conclusion. La première étant qu’il n’avait plus besoin de bouger le petit doigt pour survivre à cette aventure, au dirait. La deuxième que s’il n’avait pas été capable de faire quelque dommage que ce soit à son adversaire, celui-ci n’en aurait pas été capable non plus.

Le rocher commençait à vibrer sous son popotin et c’était déplaisant alors il se releva. Le Raikage parlait de partir. Ça ne pouvait vouloir dire qu’une chose. D’accord, peut-être trois ou quatre, mais jouons en ordre. D’abord que, si on se fiait au langage coloré, que le roux avait fui la scène. Et qu’il s’apprêtait à faire la même chose. L’Hayai eut un certain rictus en considérant les décombres. Ces shinobis… Ils étaient les mêmes peu importe leurs origines. Iwajin, Kirijin, Kumojin, la racine était identique en profondeur.

Des lâches.

La main de Taishi alla dans son manteau et en ressortit un enième shuriken, on ne se fatiguait jamais des classiques. Mais on pouvait se lasser de ceux qui faisaient couler le sang pour ensuite fuir dès qu’ils craignaient d’apercevoir la couleur du sien. De l’imbécilité qui voudrait justifier les morts qui seraient annoncés le lendemain de cette débâcle. Le sol se fendait sous ses pieds et il dansa entre les fragments en soupirant, sa main envoyant le shuriken au loin sans difficulté. Il avait plus d’un regret, dont d’avoir participé à cette débâcle, mais surtout pour l’Inuzuka. Comme le reste des dernières minutes, sa présence ou sa non-présence n’aurait rien changé à sa mort, mais l’Hayai la regrettait tout de même. Côté science, elle ne valait pas un rond, le double Alpha n’était pas très populaire, mais on pouvait quand même supposer qu’il aurait valu la peine de le connaître. Ces créatures politiques en cachaient parfois plus que nécessaire. Il avait une consolation sur ce sujet.

Personne n’aurait à lui dire que sa mort venait d’être en vain.

Il secoua la tête alors que la terre se dérobait sous ses pieds. L’instant d’après, un petit éclat de lumière verdâtre et il avait déjà disparu. En autant qu’il était concerné, ce moment n’avait jamais eu lieu. Qui irait dire le contraire ?

L’avantage de n’avoir ni survivants pour raconter, ni patron pour écouter.




_________________
I bring the final moment, Invité.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

1/04. Le nouveau visage de la Brume

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Événements terminés :: Events :: Event n°2 : Le Sommet des déchirements :: Partie n°1 : Le Sommet
Sauter vers: