Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

1/05. Le Guerrier de l'Eau


Dim 19 Nov 2017 - 18:31
Après avoir assassiné son prédécesseur, le Guerrier du Froid et ancien Daimyô Naragasa Kira, Raonaka Ao a enfin dévoilé son potentiel et sa véritable nature au monde entier en interférant en plein Sommet des Kages. L'homme politique, intimement lié au Soshikidan, compte bien jouer à la fois son rôle de dirigeant Mizujin et de guerrier shinobi en s'attaquant directement aux Iwajins.

Les shinobis d'Iwa, eux, ont bien compris qu'il n'y avait plus de respect à avoir pour le Seigneur qui était en partie responsable de l'assassinat de leur Shodaime Tsuchikage. Raonaka Ao était un ennemi, comme tous les Mizujins et Kirijins présents à ce sommet. Et il devrait payer.


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Une seule fois durant tout l'événement vous pourrez demander un seul et unique délai de 12h.

  • En cas de non-respect des délais, vous serez exclu de l'événement.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Ce groupe est situé à Tetsu no Kuni, sur le site de l'explosion.

Merci de respecter l'ordre de post suivant :
Hoshino Watari
Yaoguaï Senkü
Lee Sun-Hi
Raonaka Ao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

Mar 21 Nov 2017 - 0:13
La brume, comme toujours, avait l'odeur du sang. Lui qui lui avait tendu la main pour s'assurer que plus jamais, la paix ne soit troublée, se retrouvait encore spectateur de la cruauté de ses griffes froides et meurtrières. Ces cruelles serres menaçaient ses amis. Ses amantes. Sa famille. Son honneur. Elles lui avaient prises sa meilleure amie, son dojo, sa volonté de vivre. De se battre. Et elle venait de lui perdre son cousin, celui qui avait accepté de les protéger, lui et ses proches. Watari avait dégainé sa lame, pour insister impuissant et sans comprendre.

Tant la tête que celle du mizukage qu'il avait tant décrié que celle de son cousin avaient roulés sur le sol. Ses soupçons s'étaient ainsi donc fondées. Le daimyo de l'eau était un traître. Le responsable de ce chaos. Le responsable de son exil du pays de l'eau, c'était lui. Le responsable de l'instabilité du pays insulaire, c'était sûrement lui aussi. Qui sait... Benten et sa nomination était probablement là-aussi, son fait. En son for intérieur, quelque chose se brisait. Une rage indicible, mais froide. Une énergie implosive, mais qui ne cédait pas à l’extériorisation. Il avait envie de hurler. Mais rien ne sortait, de sa gorge serré. Non, la colère ne servirait à rien. Pour des traîtres comme le seigneur de l'eau, il n'y avait qu'un châtiment, qu'une possibilité. Pour la première fois, le samouraï du pays de fer souhaitait tuer quelqu'un. De la même manière que Chôgen avait été tué sans pouvoir se défendre, il voulait voir la tête d'Ao rouler sur le sol, comme le chien qu'il était.

Son regard flamboyant, Watari dégaina lentement sa lame. Il ne savait pas s'il était de taille. Mais il s'en fichait. Il n'était pas seul. Ses mudras s'enchaînèrent très vite alors que sa voix, froide et acérée, annonça sa technique : Kaze bunshin no jutsu. Cette voix irradiait de sa seule intention de tuer celui qui était un imposteur et un meurtrier. Il n'y avait aucune rédemption pour un être aussi abject que lui... Hormis celle offerte par une lame. Watari ne réfléchit pas plus longtemps. Raonaka Ao... Je viens pour votre tête !! C'était un cri de guerre comme rarement le jeune homme avait poussé. Il avait l'intime conviction que s'il triomphait aujourd'hui, le monde se porterait meilleur. Le quatuor des clones se mit à courir vers Ao, se mélangeant de telle sorte que l'original se fondit parmi ses clones, avant de se jeter, lame vers l'avant, contre l'imposteur féodal : Au nom des habitants du pays de l'eau et de la terre, de l'honneur mon cousin... Vous devez périr, traître !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Mar 21 Nov 2017 - 2:15





武者 - Mizu no Musha



« Vengeance. »

Tristesse, haine, vengeance, la guerre engendrait tant de sentiments pernicieux. Comme un cycle sans fin, parsemé de désillusions et d’amertume. Cette rage envahissait désormais l’Ostrogoth suite au décès du Tsuchikage, qui apparaissait non seulement comme son mentor, mais également et surtout comme un véritable ami.

Le Yasei se voyait très proche du clan Nagamasa aujourd’hui en déclin. Nonobstant son statut social en comparaison aux leurs, les ressortissants de cette prestigieuse famille l’avaient admirablement bien accueillit, et ce, malgré cette différence qui l’unissait à ces derniers.

Jour déplorable pour le village caché de la Terre, mais aussi pour celui de la Brume ensanglanté. Les deux patriarches furent anéantis sans plus d’informations, face à ce qui s’apparaissait être une embuscade. Mais nul ne savait encore d’où cela pouvait bien provenir tant les grandes nations avaient d’ennemies.

« Chôgen-sama, je jure de venger votre mort… au péril de ma vie. » Susurrait-il l'air impassible.

Son hémoglobine coulait le long de son pouce suite à la petite coupure qu’il s’était infligé. Ceci ayant pour objectif de faire appel à son plus fidèle compagnon.

« Kuchiyose no Jutsu. » S’exclamait-il en posant sa main sur le sol.

Un écran de fumée apparu face à l’indigène, laissant apparaître au milieu de celle-ci, un reptile des plus loufoques. En effet, un caméléon de petite taille vint se loger sur l’épaule de son invocateur, répondant au nom de ‘Seishūdô, l’indécelable’. La bête s’invitait parmi le trio de shinobi afin de participer aux prémices d’un affrontement qui s’annonçait comme étant des plus difficiles.

Le regard de Senkū ne laissait transparaître aux premiers abords aucune sympathie particulière, demeurant impassible. Ses pupilles ambrées fixèrent le sabreur et le seigneur de l’eau qui venaient d’ouvrir les hostilités. Sur ses gardes, il analysait en compagnie de son invocation les moindres faits et gestes de leur antagoniste.

L’animal doté du don de la parole n’eût aucunement besoin de perdre de sa salive pour se rendre compte des circonstances dans laquelle il avait été invoqué, tant l’expression facial de son maître ainsi que celui de Watari s’affichait tendue.

Résumé:
 




© GS'

_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Mar 21 Nov 2017 - 13:17
Testu no Kuni | 1/05


Honneur et poids. Cette délégation était aussi bien aubaine que stress et tension mais, tu vins à Tetsu no Kuni dans l'optique de mûrir en tant iryô-nin. D'accomplir ton devoir d'assurer la vie de l'Ombre de la Terre. Dissimuler derrière ces boucliers de chair, vous étiez sa garantie. Prêts à relever votre pilier s'il venait à s'écrouler ; à préserver son essence pour qu'il ne meure. Or, ce ne fut que mascarade...

Illusions. Trahisons. Manipulations. Mutilations. Effusions de sang... Un cri strident que tu retins au fond de ta poitrine à l'aide de tes paumes ; des larmes qui s'écoulent, brouillant ta vision. On te plonge dans un cauchemar exhibant toute ton incapacité. Témoin de la mise à mort de celui que tu juras de protéger par ce qui se révéla être plus une bête, qu'un homme... Témoin de l'impuissance de celui qui ne pût qu'assister au déclin de sa famille... Tu voulais suivre l'ainé parti venger le cadet dont il partage cette hémoglobine répandue au sol. Tu voulais veiller sur lui, l'empêcher de faire quelque chose dont il ne pourrait revenir ! Mais il disparût, traquant dans une folle rage le coupable de la déchirure de son âme... Beaucoup trop rapide pour toi, tu ne pouvais que rester là ; trop faible, trop inutile... Tu ne pouvais que prier pour qu'il te revienne sain et sauf. Qu'il remporte cet irrationnel combat...

Faible, tu ne sais que faire au milieu de ces voix hurlant à la vendetta mais, tu dois cesser tes pleures. Faible, tu n'es que peur, tu souhaites que cette vision d'apocalypse s'arrête. Faible, il te faut sortir de cette fausse naïveté. Faible, il te faut pourtant continuer à avancer.

Déterminée, tu retires tes mains ; reprends un souffle, grand, profond. Déterminée, tu sèches tes larmes. Déterminée, tu manies ta peur afin de la dompter. Déterminée, tu souhaites rentrer chez toi, auprès des tiens. Alors. Déterminée, tu te battras parce que tu veux vivre !

Tu te relèves, observant les deux hommes devant toi. Réclamant le sang de l'âme qui leur fut retirée, jusqu'à parier leur propre vie. Tu l'as décidé : ils seront ton égide, tu seras leur appuie. Ainsi tu lances dans cette bataille inconnue, avec une seule conviction ; un seul but clair, précis : survivre !


|| Le Guerrier de l'Eau


Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur

Mar 21 Nov 2017 - 18:58
Puisqu’il le fallait… Le Seigneur de l’Eau se souvenait encore de la venue des envoyés d’Alderan jusqu’à son palais féodal. Cela lui semblait encore si récent, mais pourtant, chacune des actions effectuées jusqu’ici avait porté un fruit. D’abord, il avait tout fait pour trouver un Mizujin à la peau brune afin de porter d’éventuels soupçons vers Kaguya Nagu, l’homme qui avait été présent cette fameuse nuit où le Seigneur Naragasa avait succombé. Puis il avait convaincu, avec prime à la clé, le responsable postier de le tenir informé. Après s’être débarrassé de ceux qui pourraient trop en dire, il n’avait eu qu’à rencontrer les Kirijins envoyés pour la traque afin de les convaincre eux aussi, d’une nécessité et d’un besoin qu’ils éprouvaient déjà.

Le nouveau Kiri était acté, non seulement par la volonté de rehausser l’honneur de toute une nation et d’un village, mais également pas cette décapitation du Nidaime Mizukage. Un état de fait pour lequel même Ao eut du mal à dissimuler sa large satisfaction. Nara Alderan avait amené les choses d’une façon si parfaite, qu’il n’éprouvait aujourd’hui plus aucun doute, ni sur l’implication de ce dernier mais également sur le succès de leur partenariat.

L’explosion fut un évènement surprenant, mais il se doutait que c’était pour dissiper les motivations, permettre à certains de s’enfuir, et aux plus faibles de périr. Ne resteraient que ceux qui seraient prêts à défendre au péril de leur vie leurs convictions. Et celle de l’Archipel de l’Eau vaincrait.

« Alors comme ça, tu es là, chien, adressa-t-il à Hoshino Watari avec mépris. »

S’il pouvait être surprenant de voir débarquer l’un des déserteurs ici, si loin d’Iwagakure no Satô, la venue d’autres shinobis de la Roche ne le fut pas. Trois adversaires pour un Seigneur qui s’était révélé être bien plus que cela. Un shinobi et un guerrier sans demi-mesure, qui ne prendrait pas de temps pour tenter de raisonner quiconque ici. Le conflit était acté, et la volonté de faire payer aux Iwajins l’indécence et l’irresponsabilité de leurs actions était, elle, trop forte.

Les clones du Samouraï créés, Raonaka Ao ne manqua pourtant pas l’invocation faite par un autre Iwajin. Mais alors qu’il constatait que le nombre de ses ennemis s’agrandissait, ce dernier ne faisait rien. Il attendait, le visage fermé et enclin à une rage perceptible. Tandis que les mots de l’Hoshino s’accompagnaient d’une course l’arme levée vers sa personne, le Daimyô de l’Eau attendit le dernier moment pour agir.

Un chakra puissant se dégagea de tous les pores de la peau du Raonaka, créant tout autour de lui une onde de force telle qu’elle repoussa avec violence chaque exemplaire de Watari. A cet instant précis, le Raonaka Ao avait ouvert une Porte Céleste, la Sixième. Mais aussitôt ses ennemis gravement balayés, la vive vague de puissance s’en alla. Raonaka Ao était redevenu lui-même, et était toujours à sa place. Quant à sa colère, rien n’avait changé.

« Alors comme ça, tu dis venir pour ma tête, traître ?! Approche donc autant de fois que tu veux, même à nu tu ne la toucheras jamais ! »

Sur quoi il tira sur le col de son habit pour dévoiler l’ensemble de son cou à son adversaire.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 22 Nov 2017 - 3:02
Watari fut projeté en arrière, se rattrapant acrobatiquement grâce à sa lame plantée dans le sol, alors que ses clones avaient explosés dans de violentes bourrasques de vent près du corps de son adversaire, semble-t-il, sans qu'ils ne puissent l'atteindre. Il faudrait plus que cela pour faire chuter ce félon. Mais malgré la provocation de son adversaire qui lui montrait son cou, Watari se releva, soufflant l'excédent d'air qu'il avait pour se concentrer. Il possédait un air souriant et confiant. Alors, comme ça, on se répète ? On a beau usurper le titre de seigneur de l'eau, difficile d'en avoir l'éloquence, j'en ai peur. Le railla-t-il, sans aucune vergogne. Puis, le jeune homme fit craquer ses articulations de poignet, de bras et de cou en se remettant en posture. Son adversaire n'était pas à prendre à la légère. Il n'était pas féru des arts ninja, pas autant que ne l'était celui qu'il voulait venger... Mais il avait tout de même probablement reconnu cette technique car il l'avait vu à Kiri. Une jeune guerrière, Yoko Funakoshi. Comme quoi, chaque rencontre pouvait apporter son lot de surprise, bien des mois plus-tard.

Je ne vous ferais pas l'affront de me répéter, contrairement à vous. Je dois au moins admettre que vous êtes un adversaire respectable pour ses prouesses martiales. J'ai bien l'impression que c'était quelque chose qui dépassait la troisième porte céleste que j'ai pu voir par le passé... Usant de son pied pour projeter sa lame au-dessus de lui et se libérer les mains pour faire de nouveaux mudra, Watari compléta sa phrase : Les huit portes célestes ou l'art des samouraï... Voyons lequel aura le cou de l'autre, usurpateur ! Kaze bunshin no jutsu ! Produire de nouveaux clones ne semblait pas être quelque chose des plus intuitifs, mais il se souvenait d'un détail crucial qu'il avait pu se remémorer grâce à la désactivation soudaine de cette sixième porte. Si celle-ci était maintenue, elle occasionnerait des lésions internes grave à l'utilisateur. Il fallait donc s'adapter à la capacité de ce combat à ouvrir si vite les six premières portes.

Il ne savait pas quel soutien lui apporterait les deux autres ninja du village auquel il appartenait. Ils seraient probablement d'une aide précieuse, mais puisqu'il ne les connaissait pas, il comptait leur faire confiance et affronter son adversaire seul, du mieux qu'il le pouvait, pour le moment. Usant d'un de ses clones, il l'envoya au corps à corps, pendant que ses clones se mirent à entourer Ao. Le plus proche d'Ao s'écria : Battōjutsu, Iaigiri ! alors que le clone du samouraï dégaina son sabre pour tenter de décapiter son adversaire. Il utilisa un autre de ses clones qui attendit le dernier moment pour projeter une lame de vent sur son adversaire et tenter de l'empêcher de couper sa technique, sauf à risquer de se voir couper par une de ses lames de vent pendant qu'un clone de Watari se rendit près de l'étrange jeune homme qui avait invoqué quelque chose pour lui murmurer : Si nous devons monter une stratégie, c'est maintenant, j'ai l'impression. Je ne sais pas combien de temps je le retiendrais, ou si même je pourrais le tuer par moi-même...

Il le savait désormais en l'ayant vu utiliser la sixième porte, il valait mieux qu'il coopère avec les deux autres s'il souhaitait pouvoir triompher du meurtrier de Chôgen, plutôt que de se surestimer en continuant de l'attaquer seul et de s'épuiser en vain... Au fond de lui, de nombreuses voix lui demandaient de survivre et il comptait bien revenir avec la tête du félon pour l'offrir à Yoshitsune, le frère de Chôgen.

Spoiler:
 


Dernière édition par Hoshino Watari le Mer 29 Nov 2017 - 22:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Ven 24 Nov 2017 - 0:50





武者 - Mizu no Musha



« 復讐. »

L’atmosphère était à son comble, le sauvageon n’avait nul besoin de participer aux railleries des deux combattants face à lui. Ceci étant, tous deux semblaient vouloir régler une querelle passé, la rage ne s’était pas seulement dessinée sur le faciès de Watari, mais également chez le patriarche de l’Eau, qui subsistait impassible devant l’assaut de son adversaire. Sa stature intriguait l’Iwajin, perpétuellement ancré dans l’analyse de son opposant, jusqu’à l’apparition ou plutôt l’activation de la sixième…

« Keimon ? » Marmonnait le Yaoguai intrigué.

Impressionnant, le Raonaka l’était, de par la puissance chakratique émanant de sa silhouette colossale. Senku ne sourcillait pas pour autant, même si la force de son adversaire forçait le respect. Aujourd’hui, le Yasei ne devait pas se munir de ce sentiment à l’égard de l’antagoniste Kirijin, sa mort importait plus que tout. Néanmoins, celui-ci devait admettre qu’il était rare de voir un individu capable d’ouvrir la contemplation, il ne l’avait pas vu depuis son père, c’était peu dire.

Les bras croisés, accompagné de son invocation nichant sur son épaule, il continuait d’observer le combat au loin, zieutant les efforts à première vue vains du bretteur téméraire, alors qu’il en était en réalité tout autre. En effet, les initiatives du samouraï permettaient au Yaoguaï d’en savoir davantage sur la manière de combattre du Daimyo, facilitant ainsi son approche quant à sa participation au combat.

« Continue d'attirer son attention. Je m'occupe de lui. » Répliquait sèchement le virtuose du poing.

Le Chûnin avait vraisemblablement planifier son approche quant à son adversaire. Par la même occasion, il avait adressé un regard à la kunoichi eiseinin en retrait, tentant de la rassurer d’une simple gestuelle de la tête. À l’instar du Raonaka, une grande énergie se dégageait de son enveloppe corporelle, sa peau devint alors rougeoyante et ses yeux d’un blanc menaçant - La troisième était ouverte.

« Iku ze, Seishūdô.» Ordonnait-il en se déplaçant.

« Haï ! » Répondit le reptile. Ainsi, le Yasei, profitant des dons du caméléon, paraissait dès lors, avoir totalement disparu de la surface du site de l’explosion. Son odeur et même son chakra apparaissaient totalement imperceptible, ce fut comme s’il s’était véritablement volatiliser.

Seishūdô ouvrit la gueule et cracha rapidement plusieurs jets de sa propre baves, semblable à de la glue en direction du seigneur tatoué. Dans un même temps et, en concordance parfaite avec les assauts du sabreur et de son animal singulier, Senkū fondit sur sa cible s’apprêtant à lui asséner un coup de pied acrobatique des plus puissants. Une offensive redoutable alliant Force, Camouflage et Vitesse.

Résumé:
 




© GS'

_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Sam 25 Nov 2017 - 5:09
Du chakra émane du corps de l'ennemi. Une onde de choc. Ralenti par les obstacles et la distance, c'est un souffle à la violence amoindrie qui parvint jusqu'à toi. Aidé de ton bras, tu couvres la partie basse de ton visage et, plisses - légèrement - les yeux, par réflexe. À quel point est-il fort ? À quel point est-il supérieur à vous ? Supérieur à toi ? Il fit fi de l'attaque du samurai avec une telle aisance. Pourtant, il était impératif de terrasser cette féroce bête dont tu ne connaissais rien. Alliez-vous y arriver ? Ce n'était point le moment de douter ! Tu ne savais si c'était une bonne idée de prendre exemple sur la fureur du manieur de sabre mais, tu allais t'en inspirer.

Puis tu cessas d'observer l'échange entre les deux hommes pour porter ton attention sur l'un des rares visages qui ne te soient pas inconnus. Il était du calme... Bien loin d'être un observateur, contrairement à toi celui-ci devait certainement analyser la situation. Juger son adversaire afin de décider de la meilleure approche possible. En plus de cela tu remarquas l'étrange animal sur son épaule. D'où venait-il ? Depuis combien de temps était-il là ? Et surtout, en quoi cet animal allait-il être utile ? Confuse, tu relevas à peine l'arrivée du clone du ronin ; ce dernier briefant le guerrier d'un plan à appliquer, sans te prêter attention... Accroissant ton sentiment d'inutilité ; tu te mords l'intérieur de la joue, tu ne peux t'empêcher de te sentir frustrée...

Le clone et le guerrier semblent s'être mis d'accord. Ce dernier te regarde et te signifie du mouvement de la tête que tout ira bien. Tu lui réponds d'un même geste, légèrement rassurée, avant qu'il ne s'élance lui aussi dans la bataille ; accompagnée de sa bestiole. Sa peau devenu rouge lui donne un aspect brutal.
Ta méfiance augmente, il te faut des informations pour mieux aborder ce danger. Alors, tu approches l'être factice doucement, discrètement, sans gestes brusques. Et fermement tu murmuras, "Écoutez, mes compétences au combat sont bien trop faibles pour que je vous aide de cette façon. Néanmoins, j'ai une certaine maitrise de l'iroujutsu et, j'ai besoin de savoir à quel point cet homme est une menace pour nous. Alors dites moi tout ce que vous savez.".

Toujours en retrait, tes sens s'alertent, prête à agir à tout instant. C'est ainsi que le combattant d'Iwa et son étrange compagnon disparurent de ton champ de vision. Tandis que le samouraï continuait d'asséner d'attaques, celui qu'il qualifiait d'usurpateur.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur

Jeu 30 Nov 2017 - 18:59
Se répéter ? S’il n’avait pas manqué la provocation du Samouraï, il avait été difficile pour le Seigneur de l’Eau de comprendre d’où cette dernière sortait. S’était-il à un quelconque moment répété, entre le début du combat et l’activation de sa sixième porte ? Peu utile à savoir, le Raonaka se concentra davantage sur l’affrontement qu’il commençait à livrer. Ces jeunes Iwajins n’avaient apparemment aucune idée de celui qu’ils affrontaient. Mais Keimon semblait avait eu son petit effet. Entre compliments et respects forcés, les adversaires du guerrier semblaient prévenus. Mais s’adapteraient-ils pour autant ?

Cela ne semblait pas être le cas. Hoshino Watari s’étant de nouveau décuplé, sa stratégie paraissait redondante. Mais dès les premiers déplacements des copies, il comprit que c’en était rien. Les trois shinobis de la Roche étaient prêts. Et sans connaître le détail de la formation militaire Iwajine, Ao faisait le pari qu’il n’avait pas à faire à de parfaits incompétents. Mais ils n’en restaient pas moins abrutis, à ne pas avoir encore fui…

Après une courte expulsion de chakra, signe incontestable de l’activation d’une porte, Ao semblait de nouveau prêt au combat. Mais sa technique n’était pas la même qu’avant. En effet, il n’avait ouvert « que » la première des huit portes célestes. Tandis qu’il voyait l’autre Iwajin se rapprocher de sa bête et que ces derniers avaient quasiment disparus, il s’impatientait surtout de voir le clone du Samouraï arriver vers lui.

Dès que ce fut le cas, il effectua une rapide et soudaine rotation sur lui-même, permettant d’esquiver le coup qui lui était adressé, notamment en frappant purement et simplement le clone en premier. Son réflexe fut ensuite de trouver l’Iwajin camouflé. En essayant de se mouvoir, il sentit une difficulté…

« Hmpf ! »

Un soupir violent lâché par le Seigneur de l’Eau, touché par ce qui semblait avoir été un puissant coup de pied. Même avec la première porte d’ouverte, le Guerrier de l’Eau se retrouva repoussé à quelques mètres plus loin que ses adversaires, qui pouvaient se ravir de l’avoir touché. De son côté, ayant trébuché durant l’impact, Raonaka Ao essuya les quelques gouttes de sang qui trainaient sur le coin de sa bouche, un rictus assumé.

« Pas mal… j’imagine que contre un homologue, je peux l’utiliser. »

Car il avait reconnu la porte, sûrement plus intense que l’actuelle sienne, chez l’Iwajin qui venait de lui asséner ce coup. Mais surtout, maintenant qu’il était devenu Daimyô de Mizu no Kuni et que son plan avait fonctionné, il n’avait plus aucune raison de se garder d’utiliser cette technique. En se relevant, sa main portant encore les quelques gouttes de son sang tutoya le sol.

« Kuchiyose ! »

Derrière le Seigneur de l’Eau, un nuage de fumée fit l’introduction d’une créature visqueuse haut de plus de cinq mètres. La limace, épaisse et d’un bleu clair, resta immobile comme son maître…

Résumé du tour:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 1 Déc 2017 - 23:57


Dragon Qi



武者 - Mizu no Musha



« Master of Fist ! »

Son coup de pied acrobatique vint se loger dans la mâchoire du Seigneur de l’Eau, ce coup violent, dénonçait avec véhémence cette férocité qu’incarnait le Yaoguaï. Toujours accompagné de son allié reptilien demeurant sur son épaule solide.

L’Iwajin sauvage perpétuellement dissimulé, observait son opposant se relever, la bouche ensanglantée. L’indigène savait qu’il venait de créer la surprise en touchant dès sa première offensive, son homologue plus expérimenté et adepte des portes célestes. Le tatoué posa sa main sur le sol et, à l’instar de Senku, usa d’une technique d’invocation.

Un nuage de fumée s’en suivi avec en son centre, la silhouette de ce qui s’apparaissait être, une limace gigantesque. Vraisemblablement, cette créature visqueuse allait rendre le combat d’autant plus ardu pour le trio de la Roche. Ce fut alors que dans la foulée, l’aborigène des monts, apercut un des clones de l’Hoshino dans le dos du Raonaka…

« Seishūdô. » Susurrait le sauvageon à son Kuchiyose, tout en prenant position.

« Compris. » Répondit l'animal en chuchotant. Dès cet instant précis, il décida de tirer profit de cette diversion, et par conséquent du fait que le Daimyo soit enclin à une forte rage envers le bretteur, ceci favorisant sa prochaine action. L’activation de la cinquième était de mise, une grande quantité d’énergie se dégageait des pores de sa peau – Tandis que le caméléon jaugea de ses yeux protubérants, la distance qui le séparait de sa proie.

Ouvrant sa gueule, le lézard expulsa sa langue à une vitesse ahurissante en direction du Mizujin. Le bout de sa langue pareille à de la colle extrêmement adhésive, ramena le colosse aussi vite qu’elle fut lancée. Au même instant, profitant de l’effet aimanté procuré par la technique de prédation de son animal, le virtuose martial voyait une quantité de chakra s’échapper de sa main, signe du Qi du Dragon.

« RYŪKEI QIGONG TASHINKÕ !!!! » Hurla intérieurement le sauvage des rocailles.

Grâce à la prise de Seishūdô qui attirait à lui son adversaire, Senkū en profita pour lui décocher un coup de poing dévastateur, soulevant poussières et gravillons sur son sillage. Cette action redoutable et rudement mené par le duo sauvage et reptilien, avait non seulement pour but de blesser grièvement l’ennemi, mais aussi de le propulser en direction de Watari, ce dernier étant prêt à lui porter l’estocade.


Résumé:
 




© GS'

_________________
戦士 - Densetsu no Senshi
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»


Dernière édition par Yaoguaï Senkū le Sam 2 Déc 2017 - 2:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Sam 2 Déc 2017 - 1:41
  Hiten

Peut-être était-ce le moment où jamais. Son allié venait de percuter avec violence et véhémence le visage de l'usurpateur, qui avait désormais la bouche en sang. Beaucoup plus que Raonaka Ao, l'homme aux cheveux sauvages communiait avec la violence dans une symbiose bestiale, mais contenue. Watari était impressionné par ce valeureux guerrier avec qui il avait la chance de lutter. Cette prestance qu'il avait lui donnât l'envie de se donner encore plus en ce combat. Tant et si bien que même le clone prêt de Lee en oubliât sa langue, incapable de lui répondre.

Cette nouvelle détermination, celle de pouvoir atteindre une force aussi grande que celle de son allié, n'oubliait pas pour autant l'invocation que leur adversaire venait d'invoquer. Une créature haute de plusieurs mètres et bien plus qu'en hauteur, toute en longueur : une limace. Peu importait ; l'un des clones de Watari profita de l'ouverture offerte par l'invocation pour prendre à revers Ao. Une charge, prompte, presque aussi rapide que celle de l'invocateur à l'Iguane, lui avait permis de se positionner dans le dos du seigneur de l'eau. Maître du sabre et de l'air, Watari avait su utiliser le battōdō pour allier le souffle du monde à ses techniques de sabre. Le clone rengaina son sabre lentement, luttant contre l'air qui se faisait ainsi inspirer avec violence jusqu'à l'intérieur du fourreau, créant dans cet effet de succion, un léger déséquilibre pour son adversaire déjà empêtré dans les sécrétions de la lézarde créature invoquée plus tôt par son flamboyant allié.

Et ce dernier ne manquât pas de saisir l'occasion qu'il tentait de lui offrir avec son clone. De toute manière, si celui-ci mourrait, l'explosion relâcherait une puissante bourrasque de vent comprimé qui aurait le même effet que la technique que ce clone employait. Déjà celui-ci s'apprêtait à relâcher la pression emmagasinée dans son fourreau pour désarçonner Ao. Mais cette tactique n'avait pas empêché à Watari de mettre en position près d'Ao, pendant que son dernier clone venait de charger l'invocation du seigneur de l'eau. Ces mouvements se déroulaient alors qu'une nouvelle décharge de puissance parcourait le corps de son allié utilisateur du taijutsu qui semblait s'apprêter à frapper une nouvelle fois l'invocateur de la limace. Et cette fois-ci, la force qu'il employait avait l'air bien plus grande que précédemment. Il était fort probable que celui-ci s'apprêtait à porter un coup décisif.

Quand une langue alla foncer vers Raonaka Ao, Watari comprit qu'une ouverture décisive allait peut-être s'ouvrir pour lui. Et pour l'honneur de tant de ses prédécesseurs qui étaient décédés sous les traîtres stratagèmes d'Ao et de ses alliés. Ironiquement, c'était un stratagème particulièrement vicieux que lui infligeait son allié du village rocheux. Aussi vite qu'elle était partie, elle tentait de tracter sa proie vers le fulminant artiste martial, qui, utilisant probablement les portes célestes, préparait une frappe avec une main lumineuse. La reprise s'annonçait extrêmement violente, mais pour autant, Watari n'en restait pas moins vigilant, prêt à intervenir dès que possible. Au vu de la puissance du coup, il pouvait très probablement en profiter pour tenter de finir ce combat.

Ses pensées s'élevèrent vers Chôgen. Son âme de samouraï restait digne, mais son cœur d'homme pleurait l'illustre Nagamasa. Ils n'étaient que cousins, mais il avait vu en la lame de son ami, la lame d'un frère. Un frère qu'Ao avait participé à lui prendre, tout comme le Soshikidan avant cette triste journée, avait pris l'un des frères de ses cousins. Kôga... Il ne l'avait pas connu, mais si celui-ci était aussi fort et valeureux que feu le shodaime tsuchikage, son esprit guerrier était lui aussi endeuillé par cette perte. Trop de ses confrères du pays du fer était mort par leurs fautes. Cela devait cesser !

Fūjin Battōjutsu Ôgi ... Murmura-t-il, alors que lui et son clone baissèrent le regard, la position proche du sol. Cette technique, il l'avait développé là où ce traître espérait poser son dominion. Sous ses yeux, il l'avait créé là-bas. Une lame pour châtier l'injustice. Une lame blanche, immaculée, pour faire couler le rouge vermillon de ceux qui méprisaient la vie et l'honneur. Une lame faite de vent. C'était une tempête stridente de vibration qui s'échappait du fourreau de Watari, alors que le vent s'était agité avec véhémence face à celui qui le domptait. Cette lame était là pour trancher jusqu'au cieux. Chôgen ... J'espère que tu me regardes et que tu as pu retrouver ton frère... Son clone s'apprêtait à utiliser la même technique sur le flanc de cette limace géante.

Tengiri ! Poussa-t-il dans un kiai déterminé, alors qu'il chargeât cette adversaire qui lui avait tant pris. Il ne visait qu'une chose. Une seule. Ce cou, qu'il avait utiliser pour le narguer. Ce cou, qui contenait le sang du félon. Le sang qu'il voulait faire couler, pour s'assurer que plus jamais quelqu'un d'autre ne perde le sien aux mains de ce traître manipulateur. Un peu comme l'avait fait un Nagamasa par le passé, il venait d'abattre cette lame de vent pressurisé à l'extrême sur Raonaka Aoko, cherchant à le décapiter net.Le clone de Watari, quant à lui, abattit cette même lame de vent sur la créature du seigneur de l'eau. Dans le vacarme causé par ces lames d'un blanc lumineux et les vibrations qu'elles dégageaient, personne ne put voir cette unique larme de tristesse qui s'écoulât de l’œil de Watari, qui savait que peu importe qu'ils gagnaient ou perdaient... Les morts ne reviendraient jamais...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Sam 2 Déc 2017 - 18:43
Le coup de l'impétueux Iwajin fut concluant. L'ennemi était blessé, lui aussi était donc capable de saigner. Cette pensée te soulagea : il n'était pas invincible. Et tu attendis, patiemment ; nerveusement que le clone de l'Hosino te dise plus sur ce mastodonte. Qu'il t'aiguille ! Te donne un indice ! Mais il ne daigna aucun mot. Étais-tu insignifiante au point de te faire ignorer par une clone ? Cela t'irrita au plus au point. Tu mordis l'intérieur de tes joues, tu voulais lui hurler dessus mais, ce n'était point le moment. Alors, tu allais simplement lui rappeler ton existence, elle bien réelle comparée à la sienne puis tu te stoppas.

Tu ne savais même pas par où commencer... Que regarder en premier ? Où focaliser ton attention ? Qui devais-tu craindre les plus entre le présumé Daimyô de l'eau et, la bête géante qu'il venait d'invoquer ? Plus encore : qu'était-il en train de se passer ? Tu ne comprenais plus rien... Tout allais trop vite, tu avais du mal à suivre. Bouche bée, te murant dans le même mutisme que le clone ; ton cerveau tentait de comprendre : comment vous, qui étiez dans une situation plus que délicate, aviez réussi à la retourner de la sorte ? Ou plutôt, comment avaient-ils réussis. Comment expliquer ce qui se passait devant tes yeux ?

Le Daimyô se fit soudainement tracter loin de son invocation, avant de recevoir un furieux et puissant coup, asséné par une entité invisible que tu devinas être Senkû et sa bête ! Des nuages de poussières ainsi que des gravats s'élevèrent ! Jamais tu ne te serais doutée que l'ostrogoth puisse faire preuve d'une violence pareille ! Le coup fut si terrible que le corps du Mizujin vola en direction de l'un des Watari, qui ne fut pas en reste !

Tandis que la barbare profita de son invisibilité pour cogner le Mizujin, le samurai avait lui aussi préparé son assaut ! Un appel d'air provoqué dans le dos de ce dernier le déstabilisa, pendant que l'un des clones - ou l'original - chargea la limace géante !

Enfin ! Lorsque que le corps de l'assaillant atteignit l'Hoshino, celui-ci porta un coup de sabre pouvant être fatal ! Si le colosse s'en relevait, c'est qu'il n'était point humain ; mais, vous pourriez avoir la satisfaction de l'avoir suffisamment blessé pour le faire fuir ou le rendre en partie infirme. S'il y avait une justice en ce monde, tu l'implorais pour qu'elle condamne de son glaive, le coupable qu'il était.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur

Jeu 7 Déc 2017 - 19:09
***

Il y a de nombreuses années…

« Toi, tu veux rejoindre la garde personnelle du Seigneur Naragasa ?!
Exactement ! Je suis Raonaka Ao, fils de Raonaka Kagami ! »

Le responsable regarda son collègue, l’air étonné. Le jeune Ao, lui, continuait d’arborer un regard plein d’engagement et de détermination.

« Et ta mère ?
Je ne l’ai pas connu, monsieur ! Elle est morte pour Mizu no Kuni ! »

***

Fermement décidé à faire de ce combat une démonstration de force, Raonaka Ao voyait sa concentration atteindre son apogée. Et ce qui était le plus surprenant pour un tel personnage, c’était que malgré son attention extrême, sa hargne envers le Samouraï était toujours présente. Pour cause, il n’avait toujours d’yeux, du moins dans son esprit, que pour l’Hoshino et ses clones. Dans sa jeunesse, le Guerrier de l’Eau se serait sans doute jeté à corps perdu pour déchiqueter son ennemi, mais les époques avaient changé. Depuis quelques années, les villages cachés avaient redéfini les notions des combats de groupe. Et Raonaka Ao savait qu’il n’était pas en face d’amateur, ou même d’individualités à redouter, mais face à des ninjas qui se connaissaient bien.

Dès qu’il sentit l’une des copies du samouraï, il se retourna pour se préparer à l’intercepter. Mais dans le même temps, il sentait déjà une matière l’envelopper… ou plutôt l’enrouler ? Très vite, il crût comprendre qu’il s’agissait de la bête invoquée par l’utilisateur des portes célestes. Alors qu’il trébucha à cause d’un souffle, il était attiré. Il laissa alors son expérience et son chakra lui faire accéder au cinquième verrou psychique, qu’il débloqua aussitôt.

Dans l’instant qui se présentait, tout portait à croire que Raonaka Ao ne semblait pas désireux d’esquiver ou de se protéger de l’attaque à venir de la part de Yaoguai Senku. Peut-être qu’il sous-estimait la portée à venir de l’offensive adversaire. Mais une chose était sûre. Il voulait lui porter un coup identique. Aussi rapidement que puissamment, le bras droit du Daimyô mima le geste de l’Iwajin, et les deux utilisateurs des portes célestes s’envoyèrent un coup de Taijutsu de très haute volée…

Si les deux attaques se frôlèrent sûrement, rien n’empêcha celle de Senku de percuter avec force l’abdomen du Seigneur de l’Eau – même si ce dernier avait emmagasiné du chakra dans ses os –, qui fut projeté avec violence en arrière, où semblait enfin l’attendre Hoshino Watari, arme en main.

Profitant de sa liberté d’action, sa lame entama une découpe nette au niveau de la nuque d’Ao…


De son côté, la grande limace bleue voyait de ses yeux globuleux l’un des clones Iwajins venir vers elle. Invoquée après la technique de clonage, elle ne pouvait naturellement pas être aux faits de qui était l’original parmi les différentes copies du Samouraï. Si elle ne fit rien de spécial en voyant son adversaire dégainer sa lame, ce fut sans surprise qu’elle se fit trancher largement… pour se diviser aussitôt en deux limaces de tailles équivalentes.

Là était l’une des particularités de cette créature. L’attaque physique portée n’avait fait que la subdiviser en deux parties qui ne tardèrent d’ailleurs pas à se réunir pour reformer la grande limace bleue qu’elle était à l’origine. Après avoir retrouvé son état d’origine, la limace ne put se concentrer sur le clone, aussitôt percuté par Raonaka Ao qui avait été projeté avec violence. Ce dernier s’écrasa contre sa grande invocation, le tronc déchiré et la nuque tranchée au tiers. Le spectacle était effroyablement victorieux pour les Iwajins : de nombreux os étaient visibles sur le corps ensanglanté et meurtri du Seigneur de l’Eau.

Oui mais voilà, il n’avait pas fait que percuter le corps lourd et visqueux de la limace, il s’était enfoncé dedans. Si bien qu’il disparut de la vue des Iwajins pendant quelques instants… avant d’être littéralement régurgité par le Kuchiyose.

Mais à ce moment précis, Raonaka Ao était certes plein de vase, mais il se releva sans la moindre blessure. Son sourire carnassier témoigna de ce que les Iwajins pouvaient redouter : le Guerrier de l’Eau était de nouveau parfaitement en état de combattre.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 8 Déc 2017 - 22:47
Watari sourit en voyant que son adversaire n'avait plus la nuque entaillée. C'eut été trop simple de m'offrir ainsi ce cou, n'est-ce pas... Cette phrase était rhétorique. Bizarrement, cela ne le surprenait pas tant que ça. Il avait attaqué la limace géante pour tenter de la tenir occupé, mais quand elle s'était reformée, le samouraï avait compris qu'elle n'était probablement pas sensible à leurs attaques. Il avait perdu un clone dans l'opération, il ne lui en restait donc plus qu'un seul. Seul pour affronter à nouveau un adversaire désormais guéri de toutes ses blessures.

Watari était pratiquement indemne, lui aussi, hormis pour la fatigue et quelques égratignures. Mais il se doutait que ce n'était pas le cas de celui qui avait permis de forcer son adversaire à utiliser cette technique de soin. Ils semblaient tous les deux user des mêmes ruses et si leur victime avait besoin de se soigner, il restait honnête de se demander si son allié aurait lui aussi à le faire. Lee-Sun Hi, lui avait-on précisé, était une kunoichi qui usait de l'iroujutsu. Elle pourrait donc aider Senku, son allié maître du combat au corps-à-corps. Quant à lui... Il fallait reconnaître ses limites. Guerrier moyen au mieux, il n'était pas capable des prouesses que venait de montrer le guerrier aux longs et sauvages cheveux noirs. Il était donc impératif qu'il gagne du temps supplémentaire pour eux. Pour qu'elle puisse le soigner... Et lui, survivrait-il ? Il faudrait se montrer prudent. Aurait-il assez de chakra ? Watari inspira un grand coup pour mobiliser ses forces, avant de mettre ses mains de la même manière pour la troisième fois. Combien de fois avait-il eu l'impression que son chakra se divisait ? Cet effort commençait à le faire souffrir. Mais étrangement, c'était peut-être la meilleure chose qu'il pouvait faire pour continuer d'acculer son adversaire.

Le vent se leva pour former des copies supplémentaires du samouraï. Aucun regard ne fut porté vers l'arrière. Après tout... Il avait une tête à trancher et un adversaire à châtier. Watari d'un geste précis de chiburi, fit gicler le sang de son adversaire au sol, lançant ses clones à l'assaut. Leurs lames s'étaient remises à briller à nouveau, vibrant à nouveau avec force. Sa poitrine pourtant lui brûlait. Il ne savait pas combien de temps encore il pourrait modeler du chakra au cours de ce combat, mais c'était le moment où jamais s'il souhaitait vaincre son adversaire. Son endurance elle était bien moins atteintes. Mais combien de fois pourrait-il utiliser la lame fendant les cieux ?

S'élançant dans une nouvelle charge, Watari utilisa la diversion offert par ses clones pour tenter de découper son adversaire à de multiples endroits grâce à leur assaut combiné : bras, cou, jambe. Ce qui importait désormais était que le guerrier de l'eau ne touche ni à la jeune kunoichi, ni au vénérable guerrier d'Iwa. C'était peut-être le moment où il brillerait, ou peut-être le moment où il subirait le courroux de son adversaire. Dans tous les cas... Un samouraï ne craignait pas la mort et s'en allait victorieux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Mer 13 Déc 2017 - 17:17
Ils avaient mis tant d'énergie dans cet assaut. La bête était acculée. Blessée. Ils la tenaient. Sa vie allait s'éteindre, justice allait être rendu et vous pourriez rentrer, fièrement, chez vous, à Iwagakure. Hélas, tu ne savais quel dieu, ou plutôt quel démon le protégeait... Avait-il revêtu l'apparence d'une limace, à moins qu'il soit la limace elle-même. Bien que tranchée, elle survécut aux lames de l'Hoshino. Elle se divisa en deux, comme si de rien était, avant de se reformer. Puis elle recueillit son maitre, ou son dû, dans son corps flasque, visqueux ; pour ensuite le recracher. Ensuite, plus rien.

Les coups de poings de l’ostrogoth. Les coups de sabres du samouraï. Il n'en restait aucune trace, aucun vestige... Les marques de châtiments furent effacés et les flétrissures de la mort disparurent dans cet amas de bave. Il se releva, vous narguant d'un sourire sanguinaire tandis que le corps du guerrier Iwajin fut jeté vers toi. Le sang de votre défunt Kage ne lui suffisait pas. Le monstre en voulait plus, à commencer par celui de l'Hoshino. Puis il prendrait celui du Yaoguaï et, probablement le tien, Lee. Après cela il irait surement chercher celui des derniers Nagamasa, pour afin s'abreuver de celui d'Iwa tout entier. Mais tu ne voulais pas, tu refusais, de tout ton corps, de toute âme. Ainsi tu recueillis Senkû avec son caméléon, toujours agrippé à lui, au creux de tes bras. Lançant un regard plein de haine envers le Kirijin, de tes yeux rouges s'inondant de larmes qu'il ne remarquerait sans doute pas à cause de cet homme noble se dressant devant lui : Hoshino Watari ! Seul rempart face au démon de l'eau !

Il appela de nouveau clone de vent et tous s'élancèrent à nouveau vers l'ennemi. Tu devais faire vite, pour lui. Ne pas le laisser trop longtemps affronter seul l'un des serpents de Mizu no Kuni !

D'une main, tu dégageas poussières et débris du sol pour y poser ton allié, le plus adroitement possible malgré tes tremblements. Parce que la colère est trop grande, tu trésailles et, elle t'arrache de nouveaux sanglots de rage. Pendant que tu apposes une main sur le torse du béotien, son compagnon vert s'en va se nicher au sein de ta poitrine... Prise de court, tu n'eus même pas le temps de frissonner au contact de ses petits membres froids, trop étonnée, trop perplexe par rapport à cette attitude... Mais c'est un animal alors, tu ne le crois pas habité par ce genre de penser, cela doit être une réaction purement instinctif. Tu établies enfin le diagnostic de son humain. En plus de s'être mangé une sacrée droite, celui-ci s'est pris des dégâts à l'épaule, la même que tu venais de soigner il y a quelques semaines de cela. Un sourire ironique, "Tu devrais vraiment mieux traiter ton épaule...". Tu apposes cette fois ton autre main sur la zone à traiter. Tu soignes cette injure, toujours avec ce fichue sourire collé à tes lèvres tremblotantes alors que ces larmes de fureur perlent sur tes joues ! Alors que tu mords jusqu'à sentir le goût âpre de l'hémoglobine ! Et un murmure, pour toi-même : "Pourquoi ne veut-il pas mourir...".


Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur

1/05. Le Guerrier de l'Eau

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Événements terminés :: Events :: Event n°2 : Le Sommet des déchirements :: Partie n°1 : Le Sommet
Sauter vers: