Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

3/02. Empêcher l'évasion


Dim 19 Nov 2017 - 19:26
A Kumo, Kâtenshêdo fut placée depuis peu dans un petit bâtiment à l'extrémité du village en l'absence du Raikage pour le Sommet de Tetsu no Kuni. La criminelle et membre du Soshikidan pouvait-elle encore servir au village caché des Nuages ? Dans tous les cas, elle était de nouveau au centre des attentions.

En effet, l'alerte avait été donnée dans le périmètre. Les gardes étaient persuadés d'avoir vu quelqu'un y pénétrer. Un inconnu semblait donc bel et bien décidé à chercher Kâtenshêdo. Cette personne était-elle venue pour discuter, pour la libérer, ou pour tout à fait autre chose ? Et comment avait-il pu pénétrer aussi aisément le village caché des Nuages ?

Cela fit renforcer la surveillance sur Kâtenshêdo. Si cette dernière était toujours assisse dans sa cellule aux épais barreaux de métal Metaru, la vue de Kumojins agité semblait lui donner l'espoir d'une libération. Les Kumojins attitrés à sa surveillance devraient redoubler d'efforts pour la maintenir prisonnière car entre ses possibles tentatives de fuite et la menace extérieure : le danger était réel.


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Une seule fois durant tout l'événement vous pourrez demander un seul et unique délai de 12h.

  • En cas de non-respect des délais, vous serez exclu de l'événement.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Ce groupe est situé à l'extrémité de Kumo, dans le secteur de la bâtisse où a été enfermé Kâtenshêdo.

  • L'objectif est de trouver l'intrus et de l'appréhender avant qu'il puisse agir.

Merci de respecter l'ordre de post suivant :
Metaru Reiko
Nara Shikarai
Leoko Nora
Narrateur/Kâtenshêdo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

Lun 20 Nov 2017 - 0:26
Concentrée...

L'alerte était venue jusqu'à tes oreilles et tu avais immédiatement réagit face à celle-ci. Décidément, tu en étais venue à la conclusion qu'on pénétrait dans ce lopin de terre avec une aisance surprenante. Néanmoins, tu n'avais pas le temps à la réflexion de ce genre, tu te retrouvais être l'officier le plus haut gradé au sein de la police. Daisuke n'était pas au village durant cette période et il te venait donc t'incomber la tâche de superviser tout ceci... Prenant une grande inspiration, tu venais à faire face au gros de l'effectif de la police.

- Tout les effectifs sur le terrain, il faut trouver cet intrus et sur le champ !


Tu avais toi même établit les protocoles de recherche dans le cas d'une intrusion. Enfin, en réalité tu n'avais fais qu'en sorte de les moderniser et de les adapter à la stratégie assez perverse de l'ennemi. Cela faisait bien trop de fois qu'on rentrait dans Kumo ainsi...

Au final, tu te dirigeais alors dans un lieu qui était tenu plus ou moins secret. Secret dans le sens où seul les plus hauts gradés du village ainsi que la police possédaient l'information afin d'éviter que celle-ci ne fuite. Tu avais pris une course presque effrénée jusqu'au petit bâtiment très excentrée du reste de la population. En ce lieu se situait enfermé la criminelle de guerre que vous aviez tantôt capturé. Tu en étais persuadée, l'intrus était venu pour elle initialement. Peut être pouvais-tu te tromper, mais tu détestais prendre ce genre de doute à la légère.

Le protocole était simple, tout les soldats de la police allaient tenter de retrouver l'ennemi au mieux à proximité du batîment tandis que tu allais te charger toi même de la protection de la criminelle. A l'heure actuelle, il n'y avait pas grand monde qui pouvait venir t'épauler. La plupart des Jonin avaient été déployé avec le Raikage parti au sommet. Si tu étais restée, c'était uniquement pour pouvoir tenir ton poste.

Enfin... Sans l'ombre d'un doute, l'unité des Yoru no Ikimono allait envoyé un de leur membre afin de s'assurer que Katenshendo allait rester prisonnière de ces murs spécialement conçu par la crème des Metaru. Sur place, il y avait bien entendu quelques soldats chargés de sa surveillance quotidienne que tu retrouvais avec une expression des plus graves. Demandant un rapport rapide de la situation, la cohue n'avait apparemment pas encore éclaté.

Bien... Cette journée allait être l'occasion de te défouler en soit...

Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Metaru Reiko le Mer 22 Nov 2017 - 1:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee
Invité

Mar 21 Nov 2017 - 2:03
Depuis mon retour de Hi, je n’avais pas eu le temps de chômer. Les informations que nous avions collectées devaient être étudiées, archivées, et comparées à celles que nous avions déjà, c’était un travail de longue haleine. Tout cela sans compter un nouvel événement qui promettait des chamboulements géopolitiques, avec le sommet des Kage s. Pour l’heure, j’étais toujours dans le quartier général des Yoru no Ikimono, lorsqu’une alerte fut donnée. Une intrusion dans l’un des périmètres, des gardes auraient vu un inconnu y pénétrer. Depuis les premières intrusions à Kumo, le protocole avait gagné une bien plus large ampleur.

Par ailleurs, Kumo se chargeait d’une détenue de très haute sécurité depuis les incidents de Shîto, que je connaissais fort bien puisqu’ayant personnellement participé et contribué à sa difficile capture, la marionnettiste Kâtenshêdo. C’est ainsi assez naturellement qu’on m’envoya en tant que soutien afin de participer à sa surveillance rapprochée. Étant donné l’importance capitale de cette surveillance, nulle doute que d’autres kumojins seraient dépêchés pour renforcer la sécurité. En arrivant sur place, je pus reconnaître la seconde du chef de la police, déjà auprès des équipes de garde, je suppose aux nouvelles. Je m’approchai en les saluant promptement avec gravité, avant de me présenter de manière concise... Avant que je n’eus pu le faire une autre femme arriva. Elle devait avoir un âge proche du mien. Sans doute faisait-elle partie des ninjas de moyenne classe appelée en renfort. Je l’avais peut-être même déjà croisé mais ça n’était pas le moment d’y penser.

Autant se présenter complétement puisqu’on est amené à travailler ensemble. Nara Shikarai, chūnin des Yoru no Ikimono.

Sans plus de formalité, j’indiquai mon souhait de lancer une petite détection dans les alentours. Je m'éloignai quelque peu pour ne pas être trop troublé par les chakra allié, puis après quelques mūdras, je me concentrais en fermant les yeux afin de me concentrer, exécutant ma technique. Vu la forte présence ici, je me concentrai surtout sur l'extérieur plus ou moins proche, pour une meilleure utilitée.

Résumé du tour:
 


Dernière édition par Nara Shikarai le Mar 21 Nov 2017 - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Mar 21 Nov 2017 - 21:16
Elle avait presque oublié. Les choses dérangeantes ont pourtant tendance à marquer les esprits au fer rouge. Par quel sortilège maraboutant, la moniale avait-elle omis ses engagements ? Puisqu’elle comptait respecter ceux qu’elle avait fait à son futur époux, il serait d’autant plus responsable qu’elle le fasse pour tout le reste. Notamment pour son travail. Derrière sa tunique blanche aux couleurs de la sainte spiritualité, l’ex-vagabonde était un bouclier chargé de veiller sur le peuple Kumojin : Elle travaillait pour la police. Pas par passion… bien sûr ! Plus grossièrement parlant, Nora était un poulet. Un gracieux poulet à l'ecclésiastique sérénité.
L’histoire de son entrée dans les rangs des flics se veut assez longue. Pour faire simple : son sensei avait été le chef de la police, d’où son appartenance logique à la gendarmerie de la cité du savoir. Les responsabilités de son sensei étant finalement devenue d’une tout autre ampleur, ce dernier n’avait semble-t-il guère eu le temps de lui donner une nouvelle affectation. En temps d’alerte comme celui venant d'être sonnée au commissariat, elle n'avait donc pas le choix. Convoquée, elle était donc bel et bien présente sur le terrain. Certes, la moniale trainassait les pieds, la moue boudeuse, mais elle avait conscience des dangers pouvant surgir à n’importe quel instant. L'esprit était canalisé.

La mission du jour ? Quadriller une zone dans laquelle était détenue une prisonnière de guerre. La valeur de la captive était probablement inestimable. Apparemment, les hautes instances préféreraient se couper les testicules plutôt que de la libérer. Au poste de police, les rumeurs étaient nombreuses et hilarantes. Maintenant, l’heure était à la tension et plus particulièrement à la concentration. Ravie ou non des tâches à effectuer, elle se devait d'être prête et de faire ce qui lui serait demander dans le plus grand des professionnalismes.
D’ailleurs, la demoiselle des sables se dirigeait en direction d’une personne au sang bien chaud. Une autre demoiselle connue pour son ton acerbe et sa faciès glacial. Metaru Reiko. En l’absence de l’actuel chef de la police, Kizuato Daisuke, elle avait la charge de toute cette bande de bras cassés. Intelligemment, la dame de fer avait dispersé les troupes de telle sorte à couvrir le plus de surface autour du bâtiment de confinement. En attente d'ordres futurs, la moniale revenait donc vers celle qui avait la main mise sur les opérations.

Elle priait. Tout en marchant. Etrange ? N'est pas moniale qui veut, après tout. Disons qu’il s’agissait d’un exercice pour se purifier intérieurement. Combattre les pensées abjectes par la spiritualité. Un esprit sain dans un corps sain était nécessaire pour aborder les difficultés futures. Grâce à sa foi, elle s'illuminait son corps et âme pendant qu’elle voyait près d’elle Metaru Reiko interagir avec un homme métissé. Alors même qu’il déclina son identité, la moniale priait encore sans jamais cesser son palabre de mots incompréhensibles. Lorsqu’enfin, elle daigna ne plus baragouiner ses psaumes, Nora les regarda avec un peu plus de respect. La main fermement posée sur son cœur, elle se présenta à son tour humblement :

« Leoko Nora, Chuunin au service du Kumo Keimu Butai ! Actuellement en standby ! »

Voilà ! Elle était juste venue lui dire ça. Bien que convoquée, la moniale n’avait aucune tâche désignée. Etait-ce un oubli de la part de l’adjointe du chef de la police ? Allez savoir ! En soi, ne pas participer à cette tâche de grande envergure ne la dérangerait pas tant que ça. Malgré tout, Nora avait quand même pris quelques précautions, au cas où le pire arriverait…

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Jeu 23 Nov 2017 - 1:10
"Nous quadrillons la zone, s'il y a quelqu'un dans les parages, on le découvrira assez vite. " répondait un garde à la Metaru.

L'état d'alerte avait été lancé et c'est dans un bouillonnement d'angoisse que les kumojin se mettaient au pas. Au sein de la structure et à ses alentours, le grouillement de shinobi en recherche de l'intrus causait un remue-ménage incroyable. Au sein même de la cellule, on pouvait entendre les pas résonnants des gardes qui retournaient complétement la zone. Seulement, si ces bruits pouvaient paraître rassurant au premier abord, c'est après l'apparition d'un cri soudain et cinglant que le bruit des pas pressés prit une toute autre interprétation.

Le petit trio pouvait ainsi entendre au loin plusieurs éclats sourds ici et là. Nul son de combat se faisait entendre, seul le cri étouffé de quelques personnes et la lourde vibration des pas des gardes qui fusaient aux différents points d'origine. À n'en pas douter, le bruit se rapprochait de plus en plus et il ne faudrait pas longtemps pour que cette chose, quel que soit son origine et sa nature, ne rejoigne l'objet de sa venue.

Seulement, malgré les recherches, nul ne semblait encore avoir des informations sur cette "chose" qui se meut parmi les troupes de garde et qui n'en finit pas de causer la mort dans son passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 23 Nov 2017 - 2:25
Ennuyée...

Tu arquais un sourcil face à l'arrivée de ce Shikarai dont tu ne connaissais rien. Tu avais toujours ce doute face à l'inconnu, ce soupçon, tu ne pouvais pas te permettre de faire confiance et tu jaugeais alors du regard ce type qui se présentait comme un membre de l'unité secrète du village. Tu n'aimais pas les secrets, tu n'allais certainement pas l'apprécier. Enfin bon... Tu restais méfiante à l'idée de partager des informations avec lui, il pouvait très bien être lui aussi un traitre à la solde de l'organisation nukenin et personne ne s'en rendrait compte. Crispant tes poings, tu restais à l'affut.

Vint aussi le moment où Nora arriva jusqu'à vous. Tu n'avais pas daigné l'affecter mais celle-ci s'était présentée d'elle même. Tu ne savais pas ce qui était le plus frustrant ; avoir un type dont tu ne connaissais rien à tes cotés ou avoir ta belle sœur. En plus de gérer l'autre grognasse emprisonnée dans la battisse, il fallait maintenant que tu protèges la femme de ton frère. Quel chieur celui-là... Il aurait pas pu trouver quelqu'un d'autre ?

- Metaru Reiko. En charge de la police du village actuellement. Vous deux, contentez vous de resserrer la garde avec moi devant le bâtiment. Qu'importe l'intrus et sa cause, il finira pas venir jusqu'ici.


Et cela ne manquait pas, à peine ta phrase terminée que l'on pouvait entendre des cris étouffés. Quelque chose s'approchait et vite jusqu'à vous. Fronçant les sourcils et resserrant les dents, tu pouvais sentir tes poings se contracter davantage, prêt à faire feu face à n'importe quel ennemi se présentant à toi. Tu n'oubliais toujours pas ce Shikarai dont tu ne pouvais certifier la crédibilité à l'heure actuelle. Il restait une variable inconnue, à la différence de la prêtresse. Même si tu ne l'aimais pas, tu pouvais au moins croire en sa personne.

- Préparez-vous et gardez votre calme.


Ta voix était froide, autoritaire mais à la fois rassurante face aux autres gardes qui semblaient craindre l'inconnu. Il fallait chasser la peur dans l'esprit de tous. Au pire, tu ne pourrais pas compter sur eux, et tu te chargerais toi même de cette menace. Tu avais toujours joué ainsi, il n'y avait aucune raison que cela change. Fixant Nora, tu ne pouvais pas te battre à pleine puissance si celle-ci restait en première ligne.

- Nora, si l'affrontement à lieu, fait en sorte de ne pas te retrouver dans mes pattes. Ça vaut aussi pour toi... Shikarai.


Arrogance ? Non. Tu ne pouvais juste pas user de toutes tes techniques si tu devais te soucier de tes alliés. Tss... Quelle vie de merde...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee
Invité

Jeu 23 Nov 2017 - 23:39
Impossible. Il y avait beaucoup trop de gardes en effervescence pour pouvoir repérer quoique ce soit. Peu importe, j’observais alors la nouvelle arrivante qui pour l’instant ne s’était pas exprimé, du moins, pas à nous, elle semblait très concentrée, ses lèvres frémissaient, était-elle en train de prier ? Je me demandai quelle pouvait être son pouvoir lorsqu’elle se présenta enfin. J’avais vu juste, il s’agissait d’une chūnin comme moi et au service de la police, Leoko Nora. Le garde à côté de la seconde de la police lui indiqua qu’il continuait de passer la zone au peigne fin, avant de disparaitre dans les méandres du bâtiment.

Celle-ci se présenta, et j’eus le déclic. Il m’était sorti de l’esprit qu’elle était une Metaru. Je pensais à Kahei. J’étais passé le voir il y a peu suite à mon nouveau retour de Hi. Son état n’avait pas changé. Je me demandais à quel point cette Reiko le connaissait. Je n’avais pas le temps pour ça pourtant. Étant en charge de la police, il était logique que la Metaru connaisse cette Nora, mais j’avais une drôle d’impression à l’égard du regard qu’elles avaient échangé. La Metaru donnait ses directives mais j’étais en pleine réfléxion. Pourquoi en étions-nous là ?
Tout avait commencé avec l’apparition d’un groupuscule armé lors de l’examen international shinobi organisé par le pays du feu et son seigneur. Renversé du pouvoir par… un Nara. Le coup d’éclat et l’attaque mené par celui-ci m’avait amené à affronter la fameuse Kâtenshêdo... Qui dos au mur avait fini par se rendre à l’apparition salvatrice d’une kunoichi du vent. Malgré mon avis contraire, celle-ci avait été emmené à Kumo pour être interrogée. Emmener une telle criminelle dans le village caché n’était pas un choix judicieux pour moi, et le temps était malheureusement peut-être en train de me donner raison. Une telle criminelle au sein du village, même en périphérie… C’était de la folie… Je repensais à Kahei. Il était là aussi lors des événements de Shîto. Qu’aurait-il pensé de cette décision s’il avait eu toute sa conscience à ce moment-là… ? Les mots de la Metaru « l’intru » me donna un déclic qui me fit sans doute avoir un air inquiet.

Tout n’avait pas commencé à Shîto. Bien sûr que non, et ça je le savais que trop bien pourtant. Que j’étais bête. L’intrusion à Kumo lors de l’élection de celui qui avait été renié par mon clan. Ma mission avec la team Rakkan, les rumeurs en provenances des autres pays. Une telle organisation avait eu tout le temps de se préparer. Mais cette double intrusion, c’était trop. Ce pourrait-il qu’il y ait un traitre ou même plusieurs au sein du village ? Pour moi, c’était en train de devenir une certitude. Le chef de cette organisation… c’était un Nara, Shikatowa m’avait prévenu : « Tu dois voir plus loin que quelques coups en avance Shikarai ». Depuis le départ, malgré les événements imprévus, rien ne semblait vraiment avoir bousculé leur projet. Pourquoi s’embêter à tenter d’introduire un puissant shinobi extérieur au sein de Kumo, alors qu’il suffisait de profiter de l’arrogance des villages cachés, pour parvenir à cette fin, en toute quiétude. Les Kumojins avaient-eux même inséré au sein de leur village, un puissant ennemi. Pour moi, mes hypothèses concordées, Kâtenshêdo avait feint, l’arrivée de la ninja du vent n’était qu’un prétexte de plus. Peut-être même qu’au final, elles étaient belle et bien complices comme je l’avais envisagé jadis.

Les sons sourds en provenance du bâtiment tardèrent à me sortir de ma réflexion. Merde, merde et merde, j’avais encore été trop lent. Je serai le poing. Je n’étais typiquement pas orienté sur le physique mais à ce moment-là, j’aurais bien donné un coup de poing dans n’importe quoi. Le bruit approchait. L’intrus, sans doute possible. Des cris étouffés, des bruits secs, courts, mais nombreux. D’autres plus lourd pouvait sans trop de difficulté être associé aux gardes qui devaient accourir au niveau de ses sons sourds. Que faire… Je devais communiquer les fruits de ma réflexion à mes comparses. Mais dire cela comme ça, parler de traitre lors d’une telle intrusion, alors que je ne les connaissais pas, et au vue de l’image de mon clan, encore salis pour ceux qui n’en faisait même plus partie… Comment être crédible. J’espérai vraiment que mon attitude et mes mots pourraient les convaincre de ma sincérité. Moi qui préférais ne pas parler… J’y étais de plus en plus contraint.

La Metaru avait-elle senti mes états d’âme et mon inquiétude ? Ou essayait-elle seulement de nous canaliser pour que nous soyons prêt ? Peu importe, elle donna des paroles rassurante, pourtant accompagné d’une voix plutôt froide et impérative. Elle ajouta qu’il valait mieux garder ces distances en cas d’affrontement, tout d’abord à Nora, pour laquelle elle semblait avoir une pensée particulière vu le regard qu’elle lui adressa. Mais cela s’adressa aussi à moi pour conclure. Très bien, s’était mon moment.

Le soutient à distance c’est parfait pour moi, glissais-je pour introduire mon propos.

Les bruits étaient de plus en plus proche, à quelque tournant de couloir tout au plus. Il n’y avait plus de temps à perdre, j’étais déjà assez lent.

Je sais que ce que je vais dire va sans doute attiser vos soupçons, mais j’aimerais que vous me fassiez confiance, indiquais-je en alternant entre leur regard.
Si l’un d’entre nous à l’occasion de tuer Kâtenshêdo, qu’il le fasse, le plus vite qu’il le peut. Je me dis que cette intrusion n’a rien à voir au hasard. On est peut-être déjà dans le piège de l’ennemi. Ils ont choisi leur moment, le Raikage n’est pas là, contrairement à son prédécesseur, il répond à ses obligation. Il serait temps de reprendre la main. Agir imprudemment ne servirai plus à rien si mes hypothèses s’avèrent justes, cependant, on peut encore corriger le tir, ensemble, je le pense sincèrement.

J’avais volontairement employé un ton de plus en plus grave. Il me fallait être convainquant, et je n’avais à mon sens, ni le temps, ni le charisme pour un long discours. La pique destinée au premier, n’était pas anodine venant de moi, cela pouvait passer pour une tentative d’en faire trop, et renforcer la suspicion sur à mon encontre, mais pour moi, il était clair qu’à ma place, l’ennemi aurait été bien trop intelligent pour prendre ce risque. Moi j’étais un Kumojin, je devais défendre mon village et mon pays, ce risque étaient de ceux que je pouvais courir pour ce faire.

Nous sommes des Kumojins, faisons honneur à notre Kage, faisons notre devoir.

Je ne sais pas pourquoi j’avais ajouté cela. Je m’étais sans doute un peu emballer. Toujours est-il que je n’étais pas resté inactif en parlant, j’avais emprisonné à l’aide de l’un de mes sceaux, un kunai et un parchemin explosif, dissimulé au niveau de la seule issue par laquelle quelqu’un pouvait arriver. Un peu à côté, avec le même stratagème, j’avais scellé ma bombe fumigène. Désormais, c’était le moment de vérité, qui était l’intrus ?

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ven 24 Nov 2017 - 16:54
La pression était écrasante. Etouffante. De pauvres êtres inexpérimentés seraient littéralement broyées par l’angoisse plombant chaque parcelle de l’air environnant. La moniale pouvait faiblir. Il n’y avait aucun mal à fléchir face à l’adversité. A moins d’être un moine prônant avec ferveur la sérénité de l’âme. Nora, moniale formée aux quatre points cardinaux, n’avait pas le droit de montrer une quelconque peur défigurant son faciès appliqué. En ce moment même, les sombres doutes ne se devaient d’être montrées. Dans ce genre de situations tendues, le cerveau aurait à analyser les informations qu’elles auraient. Quant au cœur, à l’âme et à l’esprit, ils la maintiendraient mentalement et physiquement dans une quiétude absolue.
Actuellement, qu’y avait-il d’intéressant à noter ? L’extrême arrogance de Reiko ? Non, la présomption était un symptôme typique à la famille Metaru. Pour le moment, cette fierté n’engageait qu’elle bien sûr, mais l’ex-vagabonde priait qu’aucun débordement belliqueux ne serait à prévoir. Balayer les dégâts collatéraux n’avait rien d’amusant. Défaitiste à ce propos, son soupir amusé vint malgré tout saluer l’audace de celle qui serait sa supérieure directe aujourd’hui. Il compensait de loin, son caractère agressif. Bien obligée d’acquiescer afin de ne pas énerver la capitaine, elle donna son accord comme le fit Shikarai :

« D’accord, d’accord… » admit-elle le ton malgré tout ensoleillé.

Ce n’était pas une promesse ! Juste un accord formel où elle acceptait de ne pas traîner dans ses pattes. Tant qu’elle n’entravait pas les faits et gestes de la Dame de Fer, il n’y aurait aucun problème pour la suite. De ce fait, elle se devait de prendre de nouvelles précautions. Une autre prière qui faisait office de détente pour elle et Nora posa éloquemment sa main sur l’épaule de la blondinette. Respectueuse et peut-être un peu soucieuse de possibles représailles, elle la retira aussitôt, le sourire amical. Enfin, elle indiqua calmement à la sauvageonne :

« Je m'en remets à vous ! ». Au cas où, elle ajouta une discrète révérence, espérant ne pas trop l'avoir brusquée avec ce précédent geste soudain.

La voix douce, elle rassurait la cheffe quant à ses désirs de se dépenser sans complexe. Il y avait la possibilité que la lionne d’acier prenne mal cette main apposée sur cette épaule. Nora avait pris ce détail en compte. Néanmoins, en supposant l’importance de la mission, la moniale avait conclu que la sœur de Shuuhei n’y ferait pas trop attention... Du moins, elle espérait vivement qu'elle ne s'y attarde pas plus que ça. Plus tard, Reiko comprendrait que cette action avait été faite pour son bien… si bien sûr, Nora aurait à s’employer.
La moniale recula légèrement à hauteur de Shikarai et retourna une énième dans ses prières incompréhensibles. La sérénité n’est jamais acquise complètement. Comme le gigantesque appartement de Shuuhei, il fallait l’entretenir quotidiennement… Bref ! Tandis que ses tracas continuaient à se délier, elle avait le regard vigilant perçant quelques alentours. L’oreille était pendant ce temps, attentive sur ce bruit persistant lui assassinant les tympans. Ce qu’affirmait le métissé n’était pas négligeable, mais il ne faisait que souligner l’évidence avec le point de vue basique qu’était celui d’un ninja amoureux de sa nation. Les informations pour traiter la prisonnière potentiellement sortie, la prudence qui devait aller avec cette mission, la fierté qu'était de défendre le village dont il était fier d'appartenir, blablabla… Elle le fera. Nora protègera Kumo, pour cet homme qui l’avait rendue heureuse. Pour ce même homme l'ayant sauvée de son malheur. Pour lui. Pour Shuu…

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Lun 27 Nov 2017 - 2:33
Ici et là, les cris aigus alertaient la petite troupe de la présence d'un ennemi dans les environs. Nul ne savait où donner de la tête tant les points d'origines semblaient éparpillés, comme si c'était une armée entière qui venait de fondre sur le village. Seulement, tel était le point inquiétant de la situation. À aucun moment de réels sons de batailles ne se faisaient entendre. Seuls quelques braillements spéculaient quant à des assassinats aussi vifs que furtifs.

Soudain, un kumojin connu de tous, s'avança vers le petit groupe qui avait décidé de s'attrouper devant la porte de l'édifice tandis que les cris stoppèrent. La main cramponnée sur son crâne, le filet de sang qui s'en dégageait indiquait la blessure dont il fut victime. Effrayé, c'est dans un ton macabre qu'il déclamait sa poltronnerie.

"Ici et là ! Ils sont partout ! On va tous mourir à ce compte ! Il faut venir nous aider !"

Ses yeux épouvantes reflétaient la terreur qui lui faisaient trembler les jambes. Nul doute que le gentilhomme venait de croiser la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 27 Nov 2017 - 11:24
Complexe...

La situation l'était clairement, l'ennemi frappait dans l'ombre, à des multiples endroits à la fois, et personne ne semblait capable d'appréhender la menace comme il le fallait. Tu grinçais des dents et serrait des poings à chaque fois que tu pouvais entendre le bruit sourd de la mort survenir. La situation était tellement mauvaise que tu avais totalement omit la main posée sur ton épaule tantôt. Il fallait que tu réagisses et vite, tu te refusais de laisser ton effectif crever petit à petit sans rien faire. Une autre personne à ta place sans ton expérience de jônin aurait certainement paniqué, ce serait laissé à l'abus et à l'erreur. Toi, tes choix allaient clairement impacter la suite des choses, il ne fallait pas que tu te trompes. Au final, tu allais réellement devoir jouer le leadeur en l'absence des vraies.

- Resserrez les rangs autour du bâtiment. Personne ne se déplace seul, restez en duo ou en trio !

Vous étiez encore nombreux néanmoins à sillonner le village ou protéger le bâtiment. Dans le lot, tu savais qu'il y avait des personnes compétentes apte à réagir promptement à la menace qui pourrait survenir à leurs égards. Mais, cette simple indication ne pouvait pas faire l'objet d'un remède. L'ennemi allait encore frapper, et tenter de décimer les éléments les plus faibles de la chaine. Il fallait prendre une autre décision qui allait renverser la distribution des cartes. Inspirant un bon coup, tu savais que ton prochain ordre allait te valoir des soucis dans le futur. Mais finalement, tu avais décidé d'écouter les mots de ce Shikarai en qui tu étais contrainte d'avoir confiance.

- Aiko, Yugi, Akuma, Shikarai et Nora. Allez à l'intérieur et appliquez mon ordre suivant en le transmettant à l'effectif à l'intérieur. Je veux que vous mettiez hors d'état Katenshendo, par tout les moyens possible. Si vous devez aller jusqu'à la mort, allez y. Elle ne doit plus être une menace pour nous.


- Mais madame le Raikage tiens à la gar...


- Silence ! Je refuse de laisser nos soldats mourir pour le bien d'une criminelle.


Tu avais dans l'idée d'agir de deux manières. Si Katenshendo ne pouvait plus agir, c'était une menace en moins à considérer. De plus, tu retirais aussi toute la portée de cette invasion ennemie. S'ils étaient vraiment là pour elle, alors ils allaient être forcé de constater qu'ils avaient fait cela pour rien. Au mieux, vous perdiez Katenshendo pour récupérer d'autres criminels. L'échange semblait raisonnable.

- Restez en alerte ! Je ne veux qu'aucun d'entre vous ce relâche !


Tu frappais tes poings entre eux, ton sang était bouillant, tes muscles excités à l'idée d'attaquer. En bref, tu étais prête à réceptionner n'importe quelle armée.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee
Invité

Mar 28 Nov 2017 - 0:33
Au final, l’heure était si grave que personne n’avait eu le temps de s’appesantir sur mes propos pour peser le pour et le contre. Chacun avait pris ses responsabilités et était visiblement disposé à se faire confiance, autant que faire se peut. Et clairement… la situation était en train de dégénérer. Il n’y avait vraisemblablement pas qu’un seul opposant, mais une multitude. En effet, les sons sourds et secs que l’on pouvait entendre fusaient de toutes parts, même si c’était loin d’être des bruits de combats habituels. En une autre situation, il aurait d’ailleurs pu s’agir d’autre chose, mais dans une pareille situation, l’origine des bruits ne laissaient pas de place au doute, vu que par moment, ils étaient entrecoupés un court cri éraillé.

Soudain, sortie de nulle part, je reconnu un Kumojin de la garde que j’avais déjà vu avant. Il était en piteux état et nous conjura de lui venir en aide. L’effroi se lisait au fond de ses yeux. Bien, il était temps d’émettre de nouvelles hypothèses, la situation était en train de dégénérer. Ses attaques multiples… Cela ne pouvait pas être le raid d’un commando sur Kumo. La cité est trop protégée pour que ce genre d’intrusion arrive, un large mouvement de traitrise… Ce n’était pas non plus une possibilité très probable… Non. Actuellement, et étant donné la nature de la prisonnière… Pour moi, l’hypothèse la plus probable, était une attaque de pantins. Mais là encore… Je ne pouvais que douter de cette conclusion. Vraiment, est-ce Kâtenshedô qui manipulait cette opération depuis sa cellule ? Il était largement envisageable que, si tout cela avait été comploté en amont, de nombreux éléments avaient pu être mis en place à l’avance.

D’autant qu’il ne fallait pas que j’oublie que la première marionnette que j’avais pu croiser, était à l’effigie d’un garde du seigneur du feu. La guerre civile dans ce pays avait sans doute facilité la chose, mais on ne pouvait pas exclure le fait que nos propres gardes eurent été infiltrés. À ce moment me vînt à l’esprit la même question qui m’avait taraudé jadis. Par quoi commencer pour lutter contre un manipulateur de pantin. Il fallait évidemment trouver le marionnettiste, sans tomber dans ses pièges, et en se débarrassant des éventuelles marionnettes. Cela me remémora un autre moment de mon combat contre Kâtenshedô. L’assaut final contre son pantin, et l’arrivée de la Meikyû. Celle-ci avait profité de notre assaut pour transpercer la nuque du pantin par une flèche. Puis en avait retiré un petit émetteur. Ce serait-il possible que grâce à cela, la marionnettiste puisse contrôler ses pantins depuis la cellule ? Ce serait plus que du génie, étant donné quelque ne pouvait pas avoir de visibilité. Je ne comprenais définitivement pas. Tu parles d’un Nara. Une chose était sûre, il fallait se débarrasser de Kâtenshedô pour commencer, et ce ne serait pas une mince affaire. Il fallait aussi que je fasse part de mon souvenir. Si nous étions bien fasse à des pantins, manipulés comme le rideau d’ombre, alors le point faible que représentait un potentiel émetteur dans la nuque était crucial.

La chef de la police par intérim savait jouer son rôle à merveille, elle renforça les troupes autours du bâtiment, plus personne ne devait rester seul. Nul besoin de lui donner mes recommandation, elle savait déjà ce qu’il fallait faire, et ce même si cela allait à l’encontre des ordres du Kage. Néanmoins, lorsque l’un des gardes évoqua la volonté du Kage, la première policière avait répondu sans état d’âme. Afin de compléter ses propos, pour distiller mes informations.

Vous avez vu l’état de votre frère d’arme ? Si nous ne pouvons plus garantir la sécurité des citoyens de Kumo, alors vie de Kâtenshedô n’a plus d’importance. J’aimerais moi aussi que vous vous communiquiez tous une information de la plus haute importance ! Dis-je assez fort que pour même les plus éloigné puisse l’atteindre.
Cela ne reste qu’une supposition, mais il y a de forte chance pour que les ennemies soit des pantins. Que ce soit le cas ou non, ne leur laissez aucune chance si vous en avez la possibilité et visez la nuque. Si ce sont des pantins, il est fort probable qu’un émetteur y soit niché.

Toujours en m’exprimant assez fort, j’avais tenté de balayer du regard tout l’auditoire, ou du moins le plus que j’avais pu. En me retournant pour accompagner dans le bâtiment les gardes à qui la Metaru avait ordonné de nous accompagner, je pus entendre cette dernière continuer de stimuler ces troupes. Mines de rien, c’était essentiel lors d’une bataille. Une fois à l’intérieur, je m’empressais de recommuniquer les informations que je venais de donner autres, tandis que Akuma transmettait les ordres de sa supérieure. Je fis signe à de nombreux gardes pour que l’on soit le plus possible groupé. Le nombre serait potentiellement un problème, s’il s’avérait que la marionnettiste puisse faire quoi que ce soit. Pourtant, c’était paradoxalement belle bien tout autant un avantage. En multipliant le nombre de de cible, on compliquait la tâche.

Direction la cellule de Kâtenshedô , dis-je en regardant la dénommé Nora en acquiesçant.

Nous nous étions rapidement enfoncés dans le bâtiment, la cellule n’était plus qu’à quelque pas de notre position.

Je pense que le mieux est de s’en débarrasser toute suite, mais je t’avoue ne pas être sûr de savoir comme nous allons nous y prendre. Elle est techniquement déjà bien immobilisée, mais…

Perdu dans un début de réflexion, je ne terminai pas ma phrase. Je préférai écouter la réponse de mon allié.


Résumé du tour:
 

Revenir en haut Aller en bas

Mer 29 Nov 2017 - 0:46
L’ordre avait été donnée. Plus tard dans le temps, semble-t-il, les conséquences diplomatiques d’une telle manœuvre ne pourraient être ignorées. C’est pour témoigner, la venimosité de la tâche qui allait suivre. En effet, il était sujet de juger ou non la vie d’une prisonnière de guerre importante. Parmi toutes les calamités enfermées à Kumo, sa valeur était probablement la plus inestimable de toute. Apparemment, le Raikage lui-même préférerait la voir en vie. Des mystères demeuraient très certainement sur cette personne et le lot d’informations qu’elle pouvait apporter était colossal. Sur nos ennemis, sur la manière adéquate de se protéger contre eux. La maintenir en vie était un privilège qu’il fallait abuser un maximum. Malheureusement, les obligations priorisaient sur n’importe quelle préférence. Si Kumo était mise en danger par sa faute, l’annihiler était de loin la meilleure des options à prendre.
Une troupe de choc avait été assignée à cette tâche cruciale. Des battants au regard d’acier prêt à donner leur sang pour le berceau de toute leur vie, Kumo. Parmi eux, Shikarai, métissé, fervent défenseur de la cité du savoir, et Nora, encline à les soutenir pour honorer l’homme pour qui, son cœur battait tendrement la chamade. Analyser, aviser, agir. Trois A pour résumer précisément l’ampleur de leur mission. Etait-elle si importante au point de laisser la Dame de fer seule face à un destin inconnu ? Le visage sévère, la moniale esquissait quelques doutes, mais entrainée par la hâte de ses compagnons d’infortune, elle ne put réellement s’exprimer. Expressément, elle parvint malgré tout à dire :

« Ne faites pas trop de folie pendant notre absence Sensei ! »
lâcha-t-elle dans une sainte et mesquine bienveillance.

Au fond d’elle, elle se doutait que de telles paroles auraient l’effet inverse. Un sanglier n’aimant pas écouter les sages paroles d’autrui. Voilà ce qu’était Metaru Reiko. L’archétype du guerrier Metaru poussé à son paroxysme. Il est d’ailleurs fort probable que la Jonin ait déjà la lancinante envie de recadrer l’innocente insolence de la Chuunin. D’une certaine manière, l’ex-vagabonde lui avait donné une raison de vivre tout en se déchaînant bestialement. Un compromis des plus intéressants, si vous voulez mon avis.
A l’intérieur du bâtiment, une course contre-la-montre s’était entamée jusqu’à la cellule de ladite criminelle. Les informations à son sujet étaient cruciales et tel un professionnel connaissant son boulot, Shikarai leur divulgua tout ce qu’il savait sur celle qui était la raison de ce raffut ici. A vrai dire, Nora avait également en sa possession ces informations, mais les entendre confirmées par une tierce personne était rassurant. Ils auraient donc bien à faire à une marionnettiste, certes immobilisée, mais qui pourrait leur poser aisément des problèmes. Le métissé avait d’ailleurs tracassé par toutes ces nouvelles inconnues. A laquelle se fier ? Serait-ce véritablement une bonne idée ? Il semblait oublier qu’il était au beau milieu d’une mission et Nora ne tarda pas à le lui rappeler d’une voix douce et raisonnable :

« Inutile de se tracasser pour le moment ! Il est important de rester calme peu importe la délicatesse de notre situation ! Nous aviserons une fois que nous aurons la criminelle devant nous ! »
A peine un petit souffle expiré, la moniale reprit « Malgré tout, ce n'est pas une raison pour baisser notre garde ! Gardez en tête qu'un corps sain, nécessite un esprit sain ! Ne vous abandonnez pas aux doutes lancinants ! » finit-elle plus sévère.

Elle ne le blâmait pas. Loin de là. Indirectement, elle lui demandait d’être prudent. Alors qu’ils approchaient de la cellule de Katenshedo, Nora était sur ses gardes. Notamment par rapport aux trois nouveaux ninjas les suppléant. Disons qu’il s’agissait d’une marque de sagesse de sa part. La confiance étant quelque de dur à acquérir, ils n’allaient clairement pas l’obtenir tout de suite. Si Shikarai avait pu obtenir l’« espèce » de confiance de Nora, c’est bien parce que Reiko n’avait pas grogné sur lui tout à l’heure.

Quoi qu'il en soit, la cellule de Katen était proche...

Résumé du tour:
 


Dernière édition par Leoko Nora le Ven 1 Déc 2017 - 1:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Ven 1 Déc 2017 - 0:59
Tapant sur l'épaule de la Metaru, le vieil homme blessé laissait apparaître des signes de tension. Il n'était guère content de la tournure des évènements qu'il n'avait pas prévu.

"Pour qui vous prenez-vous !?" déclamait-il à la kunoichi.

Son ton était sec et énergique et ne correspondait clairement pas à l'image qu'il venait précédemment de laisser. Ce n'était guère la voix ni la posture d'un homme affligé qu'il montrait à présent. Le commandement était malin, ils avaient pris de court sa stratégie, allant jusqu'à agir de manière pragmatique et totalement en contradiction avec le comportement d'un kumojin basique. Il était plus que déçu, il était plus que désappointé, lui qui était un maître complet de l'art de la manipulation et de son équivalent ninja : le Kugutsu. Aussi suspicieux était l'homme qui se tenait prêt de la Metaru, celle-ci ne pouvait réagir, ou plutôt elle ne le pouvait plus. Car au moment où il avait posé sa main sur elle, elle était à présent prisonnière de son art, elle était devenue sa marionnette.

D'un geste décidé de la dextre, la Metaru se mit à se mouvoir contre sa volonté dégageant un kunai de sa poche et fonçant à toute allure sur l'entrée de la bâtisse et sur le groupe de shinobi qui venaient de commencer à y entrer. Ils les tueraient tous bien avant qu'ils n'atteignent leur destination.

De l'autre coté, son autre bras servi à prendre possession de 5 autres shinobis qui passaient là.

"Vous ne comprenez toujours pas ? Nous reprenons votre prisonnière, de gré ou de force. Collaborez ou la Metaru mourra."

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 2 Déc 2017 - 0:55
Irritée...

Comme tu avais pu faire cette simple erreur. Te laisser toucher par la perfidie de cet homme que tu n'avais pas soupçonné ne serait-ce que l'espace d'un moment. Franchement... Tu pestais tandis que peu à peu, tu perdais le contrôle de tes membres. Cet enfoiré était en plus un marionnettiste, certainement venu là pour libérer votre prisonnière. Celui-ci semblait d'ailleurs irrité par le fait d'avoir été contraint à se dévoiler. Très certainement que ta décision audacieuse de garder tes positions et d'envoyer un groupe se charger de la prisonnière l'avait poussé à improviser un plan de dernière minute...

Ainsi, même si les fils de chakra s'étaient emparés de ton corps, tu savais pertinemment que ce qui suivait n'avait pas été pensé pendant plusieurs jours voir semaine. Tout comme toi, l'ennemi improvisait. Bien entendu, l'idée même d'avoir fait ce genre d'erreur ou d'être contrôlée par l'ennemi t'enragée au plus haut point. Mais tu avais affronté suffisamment de personne pour garder un sang froid... Un sang froid emplie de rage et de dédain.

Au final, tu allais être toi aussi contrainte d'improviser. Heureusement pour toi, tu n'étais pas seule... Même si tu aurais voulu lui casser la gueule de tes propres moyens, tu allais devoir procéder autrement. Tandis que par l'impulsion du marionnettiste, tu te mettais à charger vers le bâtiment, tu fis alors appel à l'armure que t'avait octroyé Shuuhei. L'avantage était qu'il ne suffisait que de ta volonté pour te renforcer de celle-ci, et à défaut d'avoir la possession de ton corps, tu possédais bien celui de ton esprit.

Plantant ton pied dans le sol tandis que celui-ci était alourdit de plusieurs centaines de kilos. L'armure vint à totalement te recouvrir, jusqu'à orner ta longue chevelure dorée. En pleine charge, tu t'étais arrêtée net. Si pour toi, l'armure était supportable, pour n'importe qui d'autres, celle-ci pouvaient peser plusieurs tonnes. Haletant, elle t'avait quand même pompé énormément de chakra à la création. Usant aussi de ta résistance exceptionnelle, tu te retrouvais totalement bloquée au milieu du champ de bataille improvisé.

Dans ton état actuel, tu étais encore sous l'emprise des fils de chakra. Néanmoins, si toi tu ne pouvais pas te déplacer, lui non plus. Regardant aux alentours, tu pouvais voir que d'autres ninjas avaient été possédé. Et à la différence de toi, eux ne pouvaient pas s'immobiliser.

- Le groupe A ! Occupez vous de neutraliser les autres shinobis controlés ! Nora ! Shikarai ! Attaquez cet enfoiré.


S'ils avaient pénétré le bâtiment, il pouvait t'entendre encore gueuler. Ton précédent ordre qu'était de neutraliser Katenshendo ne prenait plus cette fois-ci. Tu avais identifié la véritable menace.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee
Invité

Dim 3 Déc 2017 - 10:57
Les quelques mètres qui nous séparaient de la porte d’entrée du bâtiment, venaient probablement de nous sauver la vie. Nora venait à peine de finir ses paroles, qu’au travers de cette même porte, qui n’était pas encore refermée, la Metaru surgit en fonçant. Il n’y avait pas de doute, c’était une charge en notre direction. Heureusement, durant sa course, la Metaru ralentissait en se recouvrant de métal. Mais qu’est-ce qu’elle foutait ?! Était-elle un traître elle aussi ? J’eus vite ma réponse en entendant la voix qui venait de l’extérieur du bâtiment et en voyant une petite partie de l’extérieur par l'entrebâillement de la porte. Plusieurs autres shinobis semblaient immobilisés dehors, difficile de connaître clairement la situation, étaient-ils des complices ? En tout cas, ce n’était pas elle la traitre, mais comment avait-il pu la manipuler ainsi… une minute… « Nous reprenons votre prisonnière, de gré ou de force » …. Un autre marionnettiste ? Le pays du vent… ou bien le Shoshikidan ? Avait-il prévu ses mots ? Ceux-là ne laissaient pas d’indices… Connaître son ennemi, c’est bien beau Shikarai, mais cela ne sert à rien si tu es mort. Sans réfléchir, j’avais composé les mudrās du multicolonnage.

Merci pour tes conseils avisés, il est temps qu’on les mette en application je crois. Je vais tenter une approche, chuchotais-je à Nora. Si tu as quelques choses pour nous prémunir de cela, ce sera bienvenu. Ce clone servira d’appât.

La lumière de la pièce dans laquelle nous nous trouvions, était un problème pour moi que je réglai vite en projetant l’un de mes shurikens sur l’unique ampoule du lieu. Désormais, une seule source de lumière, la porte ouverte sur l’extérieur. Mieux, quiconque chercherait à entrer dans la pièce allait me donner son ombre en pâture. Par ailleurs, statufier comme elle l’était, en plein devant la porte, Reiko étendait une belle ombre qui me serait sans doute utile. Les trois clones fragiles que j’avais constitués allaient me permettre de tenter une approche dehors, en minimisant les risques. Sans plus attendre, j’envoyais discrètement deux de mes copies sur les côté de la porte. Ne voyant que très peu la situation extérieure, il était compliqué de savoir comment agir.
Je composais alors les signes de la kagemane, tout comme mon clone restant. J’allais l’envoyé vers l'extérieur, il ne ferait donc sans doute pas long feu. Dans ce cas, autant profiter au maximum d’une partie de son chakra, ainsi que de la vue qu’il me transmettrait de la situation extérieure une fois rompu. Les deux clones sur les côtés de la porte ne seraient sans doute pas visible toute suite, ce qui fournirait un avantage car ils pourront eux aussi réagir le moment venu.

Je me rapprochai discrètement (et accroupi), abrité par l'ombre de la Metaru, et entendais ma kagemane sur l’ombre déjà existante face à moi de tel sorte que je puisse la prolonger depuis la porte sur l’extérieur. Seule mon ombre était déformable via la manipulation des ombres, mais toutes ombres surnuméraire entre moi et la cible, formait comme pont, permettant à celle-ci de gagner dans la longueur, une précieuse distance. J’avais réduit l’épaisseur mon ombre en un très léger fil, à l’entrée du bâtiment, mais toujours côté intérieur. Il était temps pour mon clone. Celui-ci avança rapidement au niveau de la porte de katana, il avait exécuté un long mouvement de haut en bas derrière Reiko. J’espérai que ce mouvement puisse rompre les fils du marionnettiste, si cela ne l’avait pas déjà été à l’apparition de l’armure. Je repensais alors aux deux sceaux que j’avais apposés précédemment sur la fameuse porte. L’un contenait un kunaï muni d’un parchemin explosif, l’autre, une bombe fumigène. L’attirail parfait du shinobi pour faire une diversion. Je garderai le kunaï pour avoir de quoi voir venir ensuite. Il était temps de rompre ce sceau. Quasiment simultanément, le clone tenta alors une sortie, restant en contact avec mon fil d’ombre et étendant enfin de son côté, sa propre ombre. Clairement, je ne visais pas les potentiels complices ou humains rendus pantin, mais le marionnettiste, qui semblait être le cerveau. Ayant placé la bombe fumigène suffisamment haut, et prête à faire jaillir ses composants, le panache de fumée qui s’en dégagea, renforça l’ombre de mon clone au sol, la reliant à la mienne.

Il y avait de forte chance pour que le clone soit immédiatement annihilé, avant d’avoir pu se saisir du manipulateur de pantin. Mais le retour d’expérience du clone, allait me permettre de jauger la situation extérieure, et l’ombre qu’il allait créer en se rompant serait un autre pont pour que moi j’y accède, sans compter l’ouverture et l’ombre que venait de créer la bombe fumigène. Les quelques mètres que je gagnais en étirant mon ombre en un filin seraient aussi d’une grande aide, et l’on allait vite savoir, ils allaient être aussi salvateurs que ceux qui nous avaient sauvé quelques instants plus tôt, lors de la charge de la Metaru. Le sort était maintenant jeté. Avec un peu de soupçon de chance, j’allais sans doute parvenir par la surprise à m’emparer de l’ombre du marionnettiste.


Résumé du tour:
 


Dernière édition par Nara Shikarai le Ven 8 Déc 2017 - 15:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Lun 4 Déc 2017 - 19:10
La prudence de Nora avait, une fois de plus été salvatrice dans ses décisions. Plus généralement, c’est toute sa formation moniale qui l’avait rendu si vigilante. En situation d’alerte, il était en effet ardu de briser son mental de fer. Baignée dans une extrême sérénité, elle ne paniquait pas, quoi qu’il puisse advenir d’inattendu. Actuellement, rien ne pouvait réellement la décontenancer au point de lui faire perdre ses moyens. Complètement concentrée, elle n’avait que la fin pure et simple de cette mission en ligne de mire. Qu’elle se termine en gloire ou cacahuètes lui importaient beaucoup moins. Malgré tout, elle espérait amener un dénouement qui puisse satisfaire celui qu’elle allait bientôt épouser. Voilà notamment la raison pour laquelle, Nora s’était permise de rassurer les quelques craintes de Shikarai.
Et voilà notamment la raison pour laquelle Nora avait à peine sourciller lorsqu’elle vit Reiko et plusieurs shinobis du village débouler subitement ici. Dans une démarche trop mécanique, elle avait déjà compris dans quel bourbier s’était enfoncé la mission du jour. Un manque de tact de la part de tout le monde ici présent aujourd’hui ! Comment avaient-ils pu laisser Reiko toute seule ? En y repensant, Nora aurait dû montrer un refus sec plutôt que d’attiser une flamme bagarreuse en elle. Même le sceau préventif qu’elle avait placé sur le corps de la lionne de fer ne s’était pas activé. Pour quelle raison ? Malheureusement, elle l’ignorait. De toute façon, il y avait d’autres priorités. A commencer par l’identité de leur ennemi.

Katenshedo ? Non, il était peu probable qu’elle soit coupable d’une telle machination dans sa cellule. Par contre, il parut tout à fait possible qu’elle soit malgré elle la raison de tout ce raffut. D’ailleurs, une voix extérieure le lui confirma naturellement : Sa libération était demandée contre la vie de la démone Metaru. Rien qu’avec ces informations, le profil de l’instigateur se dessinait déjà. Un marionnettiste ayant le contrôle des Kumojins tout juste arrives ici. Des fils de chakra étaient en effet visibles. Et puisque que la dévotion réelle ne s’était pas déclenchée sur Reiko, le gugusse devait être compétent et/ou extrêmement malin. Pour l’instant, il n’y avait pas à se tortiller les fesses sur ce détail, bien que la curiosité de la moniale eût été égayée.
La puissance principale de cette mission était passée dans les mains de l’ennemi, sans compter quelques moutons, eux aussi tombés bêtement dans le piège du ravisseur. La vie de leur char d’assaut était en jeu. Perdre notre pièce la plus puissante à ce stade de la partie était impensable. Un coup de poker s’imposait et Nora avait déjà pensé à un plan réalisable. Les chances de réussites de sa prochaine manœuvre étaient néanmoins chancelantes. Dans le contexte présent où la vie de la cheffe d’équipe était en jeu, ses actions étaient déjà limitées. Sans compter qu’elle ne pouvait le divulguer à ceux présents à ces côtés.

Elle eut la libération lorsqu’elle vit Reiko s’entourer d’une puissante armure. D’un simple coup d’œil, l’ex-vagabonde comprit où voulait en venir la Jonin. Se servir de cet équipement pour ralentir ses propres mouvements. De cette manière, la blondinette rendait plus complexe la manipulation de son corps et son propre assassinat. De plus, elle donnait un laps de temps dans lequel Nora et Shikarai pourraient éliminer l’instigateur de tout ce pataquès. Etait-ce vraiment une bonne idée d’affronter le tireur de ficelles à deux, pendant que les pantins subsistaient encore près de la cellule de Katenshedo ? Plusieurs raisons la rendirent défaitistes.
Rien ne prouvait que le fourbe marionnettiste ne pourrait pas manipuler Reiko, même équipée d’une lourde armure. D’ailleurs, il fallait ajouter que la présence de cinq autres shinobis contrôlés était une épine dont la douleur n’était pas négligeable. De leur côté, si l’on excluait Nora et Shikarai dont l’ordre était d’abattre l’enfoiré de manipulateur, ils ne seraient que trois à tenter de barrer le chemin de cinq (voire six) pantins. La demoiselle des sables ne doutait pas de leurs aptitudes, mais ne les ayant jamais vu à l’œuvre, elle préférait baser les termes de puissance par rapport au nombre d’homme dans chaque camp. D’où son défaitisme acerbe…

Lorsque Shikarai déclara dans un optimisme encourageant, vouloir tenter une approche subtile, la moniale acquiesça également en écoutant la suite de ses conseils. Clairement, le plan actuel de Nora visait à prémunir les gens ici d’un potentiel contrôle adverse. Mais pas que. Si tout se passait sans encombre, une implacable contre-attaque pourrait être lancée. Elle devait être méticuleuse et ne pas se laisser attaquer par les pantins encore présents dans l’enceinte. Pour se donner du courage, elle accorda plus de confiance à celui qui était un manipulateur des ombres. Son jutsu héréditaire était une clé pour capturer le sale cafard posté à l’extérieur de ses murs. Grâce aux actions du métissé, elle pourrait gagner un temps non négligeable pour tenter son coup de poker. Oui, elle avait suffisamment réfléchi. Une réflexion qui n’avait duré qu’un instant, mais qui avait tout d’une thèse faite sur plusieurs années…

« Je vais certes paraître insubordonnée, mais je vais tenter également quelque chose de mon côté ! Croyez en moi ! »
prévint-elle doucereusement une Reiko sûrement déjà énervée.

Hâtive et sachant les secondes précieuses, Nora s’éloigna de Reiko et Shikarai tout en implorant les cieux de par ses prières incompréhensibles. En apparence, la moniale était littéralement en train de trahir son camp. Car, il est vrai qu’elle désobéissait aux ordres de sa supérieure. Cependant, elle espérait un brin de confiance de sa part, comme de la part des gens ici présents. Par le biais de ses saintes prières, elle allait les libérer de tout cet imbroglio. Tout ce qu’elle attendait d’eux était de ne pas être dérangée durant le prochain délai qui suivrait. De plus, elle attendait que Shikarai puisse lui faire gagner suffisamment de temps pour libérer toute la cavalerie. La confiance qu'elle lui accordait était bel et bien très haute.
Minutieuse, elle calculait sommairement la distance qui la séparait de Shikarai. L’esprit toujours serein, elle priait déjà… de bon augure pour la suite. En se situant dans l’espace, Nora avait devant elle, Reiko statufiée et derrière la figée se trouvait Shikarai en train manigancer un plan potentiellement ingénieux. Dès qu’elle estima les distances d’écarts corrects, la moniale s’assit et continua à employer son art le plus mémorable : la prière. Soudain, après quelques secondes de baragouins gênants, une barrière en forme de dôme entoura la pièce dans laquelle ils étaient. Le cantique conservateur venait d’être activé et recouvrait entièrement la zone. Seul Shikarai n’était pas englobé dans la barrière, mais cela n’était absolument pas un problème. L'intérêt présent de sa technique n'était pas tellement son aspect défensif. En effet, la moniale n’avait nullement l’intention de maintenir une telle technique très longtemps. En effet, à l’instant même où la zone apparut, toute interaction entre l’intérieur et l’extérieur devint impossible. Ainsi, le marionnettiste étant à l’extérieur de la zone, il n’avait plus aucun contrôle sur ses marionnettes se trouvant, elles à l’intérieur. Non seulement, Reiko était libérée, mais tous les autres shinobis manipulés également. La barrière céda aussitôt lorsque Nora se releva :

« Contre-attaquons ! » annonça-t-elle dans un ton simple et clairvoyant.

Si tout s’était passé comme elle l’avait prévu, leur pièce maîtresse, leur dame de fer, devrait être opérationnel contre cet enfoiré...
Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Jeu 7 Déc 2017 - 0:39


Désappointé, son plan ne faisait que se morcelait tandis que l'émulation continuait à s'embraser. Il n'y avait guère de place pour les sentiments sur les champs de bataille, il en reste que le jeune prodige du Kugutsu mettait un point d'honneur à la bonne réussite de sa mission, du moins, à sa tentative.

En trois actions, il comprit dès lors qu'à l'inverse des kumojins communs qu'il avait pu exécuter, ceux-là étaient fort malins.
- La Metaru crut bon de se transformer en un Aspect de Métal pour se prémunir de sa manipulation, et ce n'était pas une réflexion hasardeuse sur le coup. Tentant vainement de contrôler la damoiselle, l'individu comprenait dès lors qu'elle ne répondrait plus à lui. Maintenant les fils tout de même, elle serait au moins assujettie à l'immobilisation.
- Le Nara lui, utilisa ses atouts les plus divers pour échafauder une tactique des plus débrouillarde. En quelques instants, c'est dans un fumigène que son assaut fut projeté. Néanmoins, c'est vers ses propres compatriotes que son ombre sera baignée. En quelques pas vifs, utilisant sa dextérité et sa réactivité naturelle, le maître aux poupées transposa sa position avec celles des quelques kumojins qui se trouvaient à l'extérieur de la bâtisse afin de se prémunir de l'assaut.
- La Moniale quant à elle, elle était certainement la plus rusée, ou la plus chanceuse des trois. Une technique comme la sienne, ça ne courrait pas les rues. De son dôme, elle avait réussi à totalement priver l'homme mystérieux de ses jouets. À présent totalement démuni, c'est encore avec quelques pas en arrière qu'il prenait une distance de sécurité convenable afin de se préserver de la petite bande.

"Vous avez gagné."

Sans marionnette, il ne savait que trop bien que sa quête n'aurait aucune chance de succès. Il se devait dès lors d'accepter sa défaite et de préparer à subir les conséquences de celle-ci. Triste, c'est vers l'objet de son affection que ses dernières pensées furent portées, tandis qu'il disparaissait graduellement dans un flot de sable.

"Aujourd'hui, je t'ai déçu, je suis désolé. Je reviendrai pour toi, je te le promets."

Un souffle, une brise, et le marionnettiste qui n'avait toujours pas dévoilé son vrai visage reparti aussi vite qu'il était apparu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 7 Déc 2017 - 1:37
Frustrée...

Tout était allé très rapidement, la réaction de tes deux partenaires du moment ainsi que des autres soldats qui se trouvaient présent fut immédiate. Tandis que tu te retrouvais totalement immobilisée par la technique plus que gênante du marionnettiste, les autres s'étaient improvisés un plan qui avait fait mouche. De ton point de vue, tu n'avais été qu'une simple spectatrice pendant deux minutes. Voyant alors les actions de chacun s’entremêler pour un résultat optimal. Shikarai de son coté avait opté pour un plan typique d'un mec réfléchit, quant à Nora, la femme de ton frère, celle-ci avait cloué le spectacle avec une technique venue de nul part en réalité.

Même toi tu fus surprise sur le moment, tu ne t'imaginais pas qu'elle était capable de ce genre de technique. Ton ennemi ne put clairement pas prétendre à une meilleur réaction que la sienne. Effectivement, on ne croisait pas ce genre de talent tout les jours. Plissant les yeux, tu reprenais alors contrôle de ton corps tandis que les fils qui s'étaient enroulés autour de ton corps se désagrégeaient peu à peu. Bien, tu allais pouvoir enfin exprimer ta haine que tu avais cumulé durant tout le long.

D'autant plus que tu étais encore équipée de ton armure. Tu n'avais clairement plus rien à craindre quant à l'idée d'aller au front. Malheureusement pour toi, le type en face fut plus malin ou du moins assez lâche pour fuir pendant qu'il le pouvait encore. Enchaînant technique sur technique afin de se défiler, il se perdit très vite dans un silence complet. Soupirant, tu baissais ta garde et tu relâchais la pression que tu avais sur tes jambes. A tout moment, tu t'étais préparée à le faucher, mais soit...

Te retournant vers tes subalternes, tout n'était pas encore fini. L'alerte n'était clairement pas redescendue, des ennemis pouvaient encore se trouver au sein du village.

- L'unité B, allez vérifier les pertes et renforcez le périmètre. Les autres continuaient à monter la garde. Je veux un rapport sur la situation de Katenshendo.


T'approchant de Shikarai ainsi que de Nora, tu gardais toujours ton armure bien équipée sur toi, dans le doute... De plus, elle t'avait coûté tellement à déployer que cela aurait été irréfléchi de la faire se désagréger maintenant, alors que rien n'avait été encore sécurisé.

- Nora, Shikarai. Bien jouez. Ne baissant pas votre garde cependant. On sait pas si l'ennemi peut encore frapper.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee
Invité

Ven 8 Déc 2017 - 15:29
Vite. Tout était allé très vite suite à l’explosion de la bombe fumigène. L’ombre déployée n’avait néanmoins pas suffi à mon clone. Effectivement, celle-ci n’était pas totalement au bon endroit pour qu’il puisse faire mouche avec la manipulation des ombres sur le marionnettiste. De son côté, l’une de mes coéquipières du jour, avait réussi à déployer une fantastique technique. C’est là que je compris qu’elle devait maîtriser la lumière cardinale des moines. La jeune femme s’était mise à réciter une sorte de cantique ou de prière, et une barrière en forme de dôme s’était dès lors formée.

Mon clone pouvait clairement voir l’action de ce fameux dôme. Il avait visiblement englobé toutes les cibles du marionnettiste, coupant leur lien avec ce dernier. Ce dernier avait cependant eu le temps de voir le coup venir, et avait permuté sa position avec l’un de ses pantins humains. De cette façon, l’ennemi avait pu se mettre un peu plus en retrait. D’ailleurs, il ne resta pas longtemps silencieux. Il s’avouait vaincu. Au départ, je songeai à une ruse, tout comme pour Kâtenshêdo. Mais en fait, il avait vraiment l’air de prendre retraite. Après quelques mots, qu’il disait surtout pour lui-même, il disparut dans un nuage de sable. Je rompu alors mes clones, afin de récupérer leur expérience et un peu de chakra. Les mots donnés par le marionnettiste me laisser pantois. Il pouvait encore présager bien des choses. Cependant, pour moi, une chose était sûre désormais, il allait vite falloir régler le problème Kâtenshêdo avant que Kumo n’en pâtisse.

La Metaru ayant repris possession de ses moyens, elle assura la garde du secteur. Elle nous remercia Nora et moi, tout en restant prudente. Je n’étais pas le seul à envisager la possibilité d’une feinte de l’ennemi. Je n’avais pour ma part plus qu’un seul souhait, pouvoir revoir le Nidaime Raikage dès son retour, pour lui faire part de mes craintes. Ma supérieure n’étant pas là en ce moment, c’était à lui que je devais m’adresser directement.

C’est sûr… La dernière phrase qu’il a prononcée est énigmatique. J’espère pouvoir en parler avec le reste de Yoru no Ikimono, il faudra aussi que nous analysions cette assaut dans les moindres détails pour éliminer le plus d’erreurs possibles si cela venait à se reproduire. Notamment au niveau des intrusions au sein du village… En tout cas, je tenais à vous remercier, ce fut un plaisir de combattre à vos côtés.


Note:
 


Dernière édition par Nara Shikarai le Ven 8 Déc 2017 - 21:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Ven 8 Déc 2017 - 21:29
L’alerte semblait se désamorcer petit à petit. Le fantôme marionnettiste avait été contraint de battre en retraite, suite au revers brutal qu’il avait subi. Pourtant, son plan avait été extrêmement minutieux. Nora reconnaissait en lui, un esprit certainement très brillant. Son identité leur était inconnu tout comme le plein potentiel de ses capacités. En théorie, les marionnettistes avaient pour coutume de contrôler avec des fils de chakra, un prototype mécanique faisant office de machine à tuer. Lors de leur altercation éloignée, cette fameuse machine de guerre n’avait pas été déployée En plus donc, de ne pas connaître l’auteur de ce méfait impardonnable, ses véritables capacités n’avaient pas été complètement sondées. Face à ces inconnues, Nora grinçait légèrement des dents, persuadée que cette lacune jouerait un jour, de sales tours au village…
Du côté de l’ex-moniale, il pourrait donc s’agir d’une défaite à proprement parler. Puisqu’elle avait été contrainte de jouer l’un de ses atouts, elle avait exposé de délicieuses informations. Ainsi, il était fort probable que le ou les protagonistes inconnues s’arment avec prudence la prochaine fois qu’ils viendraient. Car il y avait bien une chose que l’ex-vagabonde pouvait affirmer sans problème : Il reviendrait. Peut-être seul. Peut-être bien entourée. A l’écoute des dernières paroles du joueur de pantin, une vendetta était on ne peut plus évident. L’autre problème l’agaçant, était le nombre d’informations que venait potentiellement de récupérer Kumo à son sujet. A croire qu’il lui serait très rapidement difficile de jouer la carte de la transparence…

Un soupir la rattrapait. Face au danger déclinant progressivement, Nora s’était permise par mégarde de se relâcher. Ce genre d’erreurs pourrait la rattraper sur un champ de batailles. C’est pourquoi, elle se reprit rapidement et ce, malgré la quantité non négligeable de chakra qu’elle avait consommé pour gérer cet incident. Est-ce que Shuu serait fier d’elle lorsqu’il apprendra la réussite provisoire de cette défense ? Probablement pas ! En général, à moins d’être tous les deux dans un lit, il était assez avare en compliments. Sur le coup, elle s’autorisa un autre plaisir singulier, un rire fugace, tuméfié élégamment.
Leur mission ne semblait pas encore terminée. Sa supérieure du jour, Metaru Reiko était vigilante. Dans un besoin de sécurité, elle avait non seulement gardé son armure, mais également rappelé qu’une grande mission était en cours. Rien ne dit qu’une contre-attaque se ferait immédiatement, des suites de l'échec adverse. Sur le coup, la Dame de Fer avait agi très sagement. Aux yeux de Nora, elle venait de rattraper l’ordre bancal dans lequel elle avait expressément demandé d’être laissée seule à elle-même. De manière générale et selon l'avis très subjectif de la demoiselle des sables, Reiko avait de quoi devenir un leader compétent. Elle avait des épaules solides et un instinct bestial apportant une dose d'imprévisibilité. Seule la sagesse de ses décisions était un peu branlante, pour le moment. Le temps la fera murir comme il se doit… tant qu’elle ne plongeait dans de douteuses méandres.

« Restons concentrés sur ce que nous avons faire ! Saluons-nous seulement lorsque l’alerte sera levée ! » termina-t-elle cette brève discussion.

L’appel du repos était alléchant, mais son esprit ecclésiastique faisait abstraction de toute tentation diabolique. L’ex-moniale replongea donc dans un état plus concentré au cas où la bataille ne serait pas complètement finie. Une chose était sûre : la « guerre » n’avait pas encore dévoilé ses pires cauchemars…

Note de fin:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

3/02. Empêcher l'évasion

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Événements terminés :: Events :: Event n°2 : Le Sommet des déchirements :: Partie n°3 : Tirer les ficelles
Sauter vers: