Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

1/07. Jeune discorde


Dim 19 Nov 2017 - 19:34
Parmi les shinobis frappés par les évènements du Sommet, tous n'étaient pas des gradés ou des habitués de la guerre. Parmi la délégation de chaque village il y avait un petit nombre de jeunes, venus apprendre de la politique ou parce qu'ils avaient une situation. Mais l'expérience bénéfique pour leur apprentissage s'était transformée en cauchemar.

Non loin du bâtiment où avait eu lieu le Sommet des Kages et l'explosion, deux Iwajins et deux Kumojins sortirent pour assister à la scène. Mais rapidement, leur esprit fut envahi d'une rage qu'il leur était presque impossible à calmer. S'ils discernaient encore leurs alliés, Iwajins et Kumojins ne pouvaient faire autrement que... s'affronter.


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Une seule fois durant tout l'événement vous pourrez demander un seul et unique délai de 12h.

  • En cas de non-respect des délais, vous serez exclu de l'événement.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Ce groupe est situé à la sortie d'un des bâtiments annexes du site.

Merci de respecter l'ordre de post suivant :
Metaru Shoda
Nagamasa Sora
Metaru Itagami
Metaru Nué
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

Lun 20 Nov 2017 - 21:25
La douce brise qui, naturellement, était parfaitement ancrée dans notre si belle contrée, semblait imperceptiblement se changer au vu de l'ambiance qui se faisait pour le moins préoccupante. Un sommet des trois Ombres avait lieu à quelques pas d'ici, et l'ambiance avait l'air de ne pas être complètement cordiale. En effet, les derniers événements ne faisaient que de me donner raison : l'éréthisme était presque présent en chacun de nous. Pas le moindre quidam ne savait comment cet échange allait se construire, et je ne dérogeais pas le moins du monde à la règle. Mis à part l'ambiance qui pouvait se montrer troublante, il n'y avait aucun événement notable, même si une contingence n'était pas à exclure à l'avenir.

J'étais en la plaisante compagnie de Sora, qui en plus d'être ma coéquipière était la cousine de Yoshitsune-sensei ; ce seul fait était suffisant pour lui accorder une quelconque marque de respect, que j'espère réciproque. Je n'avais pas réellement idée de ce qui nous faisait réunir dans cette ruelle, puisque je n'avais pas pour réelle habitude de la fréquenter lors de mon temps libre. Peut-être étais-ce ce même sentiment d'embarras qui nous unissait en ces lieux ? J'essayais de rester optimiste quant au futur résultat du sommet.

▬ Je me demande bien ce que peut faire notre sensei en de telles circonstances.

Récemment, je ne m'étais que trop peu entretenu en compagnie de ce dernier. J'avais fortement bien appris de mes erreurs à la suite de notre entraînement, et ses conseils étaient loin d'être infructueux. J'avais réussi à élargir davantage ma palette de ninjutsu, sans pour autant mettre de côté mes prouesses martiales. L'idée d'un affrontement prochain contre celui-ci était loin de me déplaire ; cela allait me montrer à quel point j'avais progressé. Peut-être que mon travail avait déjà commencé à porter ses fruits ?

Tout à coup, une détonation inattendue était perceptible aux oreilles de tous et de toutes. Il ne m'en fallait pas plus pour me détourner en la direction de cette dernière, avisant d'une certaine stupeur ce qu'il venait de se passer ; c'était d'une sueur froide que j'avisais, grinçant légèrement des dents, ma coéquipière avant de lui faire part de quelques mots, la voix presque impassible bien que non dénuée d'une certaine frayeur.

▬ Tsuchikage-sama..

L'adrénaline faisait désormais partie intégrante de mon être, me dirigeant de grands pas vifs en direction du lieu de l'explosion. Le bâtiment d'où elle provenait était désastreusement celui du sommet. J'étais loin de me voiler la face, imaginant bel et bien que les conséquences de ce choc allaient être loin d'être anodines. Tandis que la populace braillait à haute voix et fuyait de toutes parts, je n'étais plus très loin de la fameuse scène d'action.

Lorsque nous étions à proximité, deux silhouettes étaient disposées à quelques mètres de moi-même, ainsi que de ma coéquipière qui avait eu la même réaction on ne peut plus logique. Ils n'appartenaient pas à notre village, et le fait de les voir en un tel lieu ne pouvait que me laisser sceptique quant à leurs intentions. Au vu de la situation actuelle, je n'avais guère de solutions que de laisser mon cerveau reptilien prendre le dessus, préférant passer à l'attaque.

▬ Vous..

La mâchoire crispée, le regard perçant et l'allure ferme, je laissais mes mains danser entre elles afin d'exécuter une série de signes que je connaissais bien. Dès lors que celle-ci était effectuée, je démontrais aux yeux de ces étrangers ainsi que de mon acolyte une partie de l'étendue du don que mon clan possédait, disposant un certain liquide visqueux sur le sol où se trouvait les deux individus.

Spoiler:
 

_________________


Merci Sora ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Mar 21 Nov 2017 - 1:40
L'ambiance était lourde, pesante. Chaque minute qui s'écoulait paraissait si longue, probablement à la hauteur d'une éternité aux yeux de Sora qui avait bien envie d'accélérer le cours des choses pour avoir des nouvelles de cet entretien dans lequel Chôgen était impliqué. Le cœur battant dans sa cage thoracique, la Nagamasa était partagée entre inquiétude et confiance, peur et assurance. La main portée sur le pommeau de son katana, ses prunelles étaient portées vers le bâtiment lointain où débattait son cousin, et chaque pas qu'elle faisait la rapprochait un peu plus du lieu. Elle était aux côtés de Shoda, ce garçon que Yoshitsune lui avait demandé de considérer comme un frère, mais qu'elle ne pouvait s'empêcher de voir autrement que comme un membre de son équipe envers qui elle n'avait pas encore vraiment d'affection particulière. Cela changerait peut-être avec le temps, mais en attendant et avant tout, il était un allié et son compagnon et en cas d'attaque, elle se battrait à ses côtés et le protégerait au mieux. « Je n'en ai pas la moindre idée. » annonça t-elle à l'égard des premiers mots du Metaru, sa voix raisonnant pensive et absente, la jeune femme serrant la mâchoire pour ne pas faire part de ses inquiétudes. Son calme n'était qu'apparent et trompeur. Elle espérait que Yoshitsune soit là si les choses venaient à s'envenimer.

Le silence tomba de nouveau entre eux deux, l'atmosphère presque oppressante se renforçant peu à peu. Les yeux de la Genin ne quittaient pas le lieu synonyme d'inquiétude en ce jour où tout pouvait basculer d'un instant à l'autre. Elle dévisageait le bâtiment, et bientôt, son cœur se serra alors que sa bouche s'entrouvrit sous la surprise, ses yeux s'écarquillant légèrement durant un instant alors que le souffle de la bombe vint la fouetter de plein fouet. Sa poigne se resserra sur son arme encore rengainée, et après avoir murmuré le prénom de ce cousin qu'elle aimait tant, elle se précipita en direction de l'explosion, les débris de la bâtisse survolant les habitations et la population surprise elle aussi, s'écrasant finalement lourdement sur le sol poussiéreux. Sora sentait son organe vital s'emballer dans sa poitrine, percevant le sang battant dans ses tempes alors que son regard si expressif s'embrumait dans sa course effrénée. Les négociations semblaient terminées et laissaient désormais place à la guerre, au sang, aux larmes. L'espoir de voir son Tsuchikage et cher cousin vainqueur de tout cela grandissait dans ses pensées troublées, perturbées, affolées. La présence de Shoda lui échappait presque sous l'angoisse et la peur augmentant à toute vitesse, et pourtant elle se reprit bien vite lorsqu'elle tomba nez à nez face à deux ninjas qui n'étaient pas de son pays, sa course prenant fin.

Se mettant en garde sans attendre, la Nagamasa observait ces deux silhouettes avec animosité. Elle souhaitait se rendre sur les lieux de l'explosion, et voilà que ces shinobis d'ailleurs lui barraient la route. Un sentiment de colère commença à se faufiler à travers tous les ressentis déjà présents en son sein, et son visage laissa bientôt transparaître une rage la rendant presque méconnaissable. Ses doigts accrochés au pommeau de son katana glissèrent vivement sur la poignée, et bientôt, la lame sortit de son fourreau, tranchant l'air à sa sortie. L'embout aiguisé de l'arme était dirigé contre ses nouveaux ennemis. « Laissez-nous passer. » gronda Sora sur un ton qu'elle n'avait jamais employé jusque-là, avant de passer à l'attaque suite aux actes de Shoda. Plaçant sa lame à sa portée, l'apprentie apposa un peu de son chakra sur celle-ci et finit par élancer sa première offensive en direction des deux étrangers. Déterminée à rejoindre son cousin, Sora userait de tout pour sortir vainqueur de cet affront.

Spoiler:
 

_________________

Merci Yoshi' ♡

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1437-nagamasa-sora-termine

Mar 21 Nov 2017 - 23:26
J’étais partagée, partagée entre deux sentiments distincts, entre la peine d’être éloignée de ma petite fille pour une durée indéterminée, mais aussi l’excitation qui bouillonnait en moi depuis que l’on m’avait appris que j’étais invitée à faire partie des membres de l’expédition de Shuuhei… enfin expédition, nouvellement promu au grade de Kage, il n’avait visiblement pas eu plus de temps que cela pour souffler et se voyait donc convié à un nouveau sommet regroupant les trois kage de ce monde… les ninjas les plus puissants de leur génération.
Me savoir aussi proche de pareilles assemblées avait pour effet de provoquer chez moi une déferlante d’adrénaline, ou de frissons en tout genre ; ces gens étaient les élites des élites, des individus auxquels il ne fallait point se fritter, tout du moins si la perspective du lendemain nous tenait à cœur…

Quelque part, en recevant la convocation, je l’avais acceptée avec une pointe de ressentis. J’avais encore en vue Shuuhei qui me disait de perfectionner ma formation pour pouvoir suivre ses traces, connaitre les gens de la raffinerie, et découvrir le monde qui m’entourait. J’avais encore cette impression qu’il me forçait un peu la main, mais à bien y réfléchir, c’était probablement le résultat attendu par la manipulation d’informations à laquelle s’adonnait père avec moi.
J’avais passé pas mal de temps le regard dans le vide lors du long trajet qui nous mena jusqu’au dit sommet. Me demandant qu’elle était la voie que je devais suivre, quel était le meilleur chemin, qu’est-ce qui se révélait être mieux pour l’individu que je rêvais de devenir… plus j‘y réfléchissais, et plus je remerciais Shuu de m’avoir enfin libérée, de m’avoir enfin permis de fuir cette cage dorée…

Ceci dit, libérée ou pas, formée ou pas, je n’arrivais pas à me défaire de la désagréable sensation qui m’enserrait le cœur depuis notre arrivée. Un malaise grandissant, s’insinuant dans mon esprit comme le ferait un serpent dans un élevage de lapin. Quelque chose n’allait pas dans cette ville, je ne savais pas véritablement quoi, ni n’en comprenait le pourquoi, mais le regard des gens, l’animosité qui y était si présente qu’elle semblait palpable, le frisson de passer d’une rue à l’autre en se demandant ce qui nous y attendait…. Tout semblait avoir été fait pour affuter nos sens au maximum et quoique c’était, ça marchait plutôt bien.
Patrouillant aux côtés de Nué, la présence d’un visage amical parvenait à me décontracter un peu, tout un moins à ne pas complètement partir en live au moindre crépitement quelconque. S’habituer à cette atmosphère ? S’était impossible, réellement me calmer me semblait présentement être utopique, mais il me fallait garder les apparences, ne serait-ce que jouer sur la maturité et faire passer ma nervosité pour du zèle sur la surveillance… jusqu’à qu’à ce que survienne l‘explosion.

Sur le coup mon cœur rata un bond, tournant immédiatement le regard vers le lieu qui avait détonné, ce fut pour y découvrir qu’il s’agissait du lieu où était censée se tenir la réunion. Instinctivement je portai la main à la poitrine, tachant de calmer mon cœur qui s’était emballé alors que j’imaginais la perspective d’annoncer à Kuu chan que son père avait littéralement volé en éclat. Nerveuse, au bord de la rupture, je parcourus avec Nué les couloirs de la ville à toute vitesse vers ledit secteur, fonçant sans prêter grande attention à ce qui se trouvait sur mon chemin, avant d’être arrêtée dans ma course par des entités que je ne pouvais ignorer…

- Dégagez de là… Marmonai-je tel une zombie en avançant d’un pas lent, très lent vers ceux-ci.

Ni une ni deux, l’un d’entre eux enchaîna une série de mudras à laquelle je répondis instantanément en l’imitant. Une quinzaine de bandelettes de Métal quittèrent mon dos pour rapidement s’enrouler autour de mes membres, une courte série plus tard, alors que du métal prenait de nouveau forme sur mes poings, une flaque de métal liquide dégoulinait vers nous à toute vitesse tandis qu’à sa suite une jeune samouraï s’était élancée vers nous en criant des mots que je ne cherchai point a comprendre…

- J’ai demandé presque gentiment… presque gentiment que vous libériez le passage… Fis-je en récupérant ma sacoche de la main droite, y tirai un parchemin avant de la jeter à Nué derrière moi. MAIS IL SEMBLE QUE VOUS PRÉFÉREZ LA MANIÈRE FORTE ! explosai-je dans une expression, ou un rictus malsain…

Parlant d’explosion, le parchemin que j’avais récupéré figurait maintenant sur le gantelet de métal encore en formation sur mon poing droit, m’accroupissant pour mettre à profit ma stratégie normalement auto destructrice, je frappai le sol dans un drôle d’uppercut dans leur direction, déclenchant instantanément l’explosion du parchemin sur le gant qui avait fini sa formation juste à temps.
Mon armure de bandelette s’était majoritairement redirigée, les parties servant à protéger l’arrière de mon corps s’étaient jointes à l’avant pour mieux me protéger du souffle de l’explosion. Une nuée de roches et de gravats s’était transformée en arme pour nos actuels adversaires, le souffle de la déflagration et la destruction du support sur lequel aurait dû prospérer cette nappe de métal liquide avaient finalement été soufflés vers l’envoyeur.

Mon bras gauche tremblait un peu, l’armure de bandelette de fer avait certes grandement amorti le choc, il n’en restait pas moins un peu engourdi… le gant en tête de dragon avait quant à lui bien supporté le choc, une grande partie des décorations ou pointes qui l’ornaient était partie avec la déflagration, mais le gros de la structure n’avait pas trop souffert.
Les bandelettes de métal avaient semble-t-il encaissées un choc, je soupçonnais celui-ci être dû à l’attaque de la samouraï, mais le choc de mon attaque avait probablement dû l’affaiblir suffisamment pour que celles-ci n’en souffrent pas trop.

- Haa…. Je crois que je vais craquer… Me murmurai-je à moi-même, dans le feu de la bataille… Non … enfait, c’était peut-être déjà le cas… pensai-je en constant qu’un sourire crispé étirait mes lèvres…


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mar 21 Nov 2017 - 23:58



    Nué avait été élu parmi les siens afin de les représenter au sommet, étant l’un des plus sociable de sa branche de la famille. La pomme n’était cependant pas tombée loin de l’arbre, et c’était morose qu’il avait dû changer ses habitudes. Vestimentaires entre autres, sa mère étant très à cheval sur ce genre de détail. Elle avait galopé dans tout le village pour lui trouver la veste de kimono adéquate, d’un rouge profond qui lui descendait à mi-cuisse. Le symbole des Metaru réhaussé d’or aux épaules, il enfila une tunique verte et la traditionnel resille du ninja.

    Il n’était plus un enfant.

    Même s’il n’avait cure de la politique, Nué était en joie quant au voyage qui accompagnait cette réunion, le Sommet promettait d’être exceptionnel, et il allait rencontrer des ninjas du monde entier ! Il aurait dû remercier mille fois Shuuhei d’avoir proposé que sa famille excentrée du domicile familial soit au nombre de l’expédition. Il se disait que les actes valaient bien mille mots, et qu’il aurait bientôt manière d’illustrer son engagement envers le Raikage. Il était son cousin, mais aussi parfois un ami avec qui il pouvait se confier. Il était son chef de clan, sans jamais imposer la puissance de son rang à quiconque. En soit, on connaissait tous quelqu’un comme Metaru Shuuhei, un modèle que beaucoup auraient à prendre en exemple.

    Le voyage fût particulièrement long, et il ne manqua pas de dévorer du regard les paysages qui défilaient, avant d’arriver dans l’austère pays de Tetsu No Kuni. Il en aurait des choses à raconter à sa partenaire en rentrant, elle allait être verte de jalousie. Ou bien prendrait-elle ça froidement, et lui ferait ce petit « Ché » accompagné d’une moue désintéressée qu’elle affectionnait tant. T’es qu’un gamin, Nué.

    Une fois arrivé au sommet, l’ambiance plus qu’étrange mit le jeune ninja dans un état de gêne particulièrement désagréable. Les regards en chien de faïence, et les menaces demi-mots voilés, ça n’était pas du tout sa tasse de thé. Il était donc sorti prendre de l’air quand l’événement tourna au drame. Une explosion secoua le bâtiment où se trouvait le Raikage, mais également Aburame-sama. L’air s’emplit de poussière, et la chaleur sur sa peau réveilla l’instinct de la bête tapie en lui. Il y’avait un problème, et un membre de sa famille se trouvait là-bas, presque seul parmi tous ses gens qu’il ne connaissait pas. De plus, la rumeur de combat se faisait entendre au loin, cliquetis de métal et bruissement de cuir.

    Il fallait bien couvrir la fuite de ceux restés à l’intérieur du bâtiment encore debout, et il décida sans un mot avec sa cousine Itagami de se porter au secours de leur cousin. Rien n’y personne n’irait à l’encontre de leur course, sinon les pieds devant, mangeant les chrysanthèmes par la racine. La colère sourde commençait à monter avec l’adrénaline, celle d’avoir été conduit tout droit dans la gueule du loup. Désorienté, ne reconnaissant plus vraiment les lieux, il fit bientôt face à deux Ninjas étrangers qui voulaient juste aller dans l'autre sens. La clameur du combat résonna depuis son cœur jusqu’à ses veines, et il se mit en position sur ses appuis, les jambes bien campées dans le sol de terre battue. Son bras droit tendu vers les deux inconnus, son bras gauche dissimulé derrière lui dans la même position. Il prépara ses mudras mentalement.

    Dégagez le passage, au nom du Raikage ! Cracha-t-il en attrapant la sacoche d’équipement que lui tendait Itagami. Un bruit métallique lui confirma la présence de shurkiens et quelques kunais.

    Un liquide visqueux se dirigeait vers lui et Itagami, d’une couleur qu’il reconnût d’un seul coup d’œil. Un Metaru ? Vraiment ? Qu’il ait l’impudence d’appartenir à un autre village, passe encore, mais qu’il s’attaquât en plus aux Kumojins innocents de toutes tâches sur leur honneur ?

    Nué comprit très vite que sa cousine avait perdu toutes notions des mesures, lorsqu’il la vit invoquer ses gantelets, et y déposer dessus un sceau d’explosif ; et cette armure métallique qui seyait tant à ses courbes fines. Il en était fini de la jeune et jolie fleure, ses épines n’étaient plus là pour décorer. On comprenait la raison du marteau or et argent qui trônait sur son manteau. La colère de sa consœur se propagea jusqu’à lui, insinuant son poison insidieux dans ses veines, battant le tambour de guerre. Il gardait néanmoins son libre arbitre, et la colère ne faisait que guider ses gestes, elle ne les contrôlait pas encore pleinement.

    Vous savez ce que l’on dit sur les tempêtes, il n’y a qu’en leur centre que l’on est vraiment en sécurité.

    Ainsi, il décida de la couvrir en lançant les shurikens qu’elle lui avait confié dans la direction des Iwajins, qui se perdirent dans l’attaque de Sora, dont la jeune Metaru le protégeait de toute manière. Et quand elle frappa le sol, l’explosion soufflant les offensives adverses, il s’était déjà déplacé de manière à pouvoir utiliser son attaque affinitaire sur le métal liquide du rouquin, coulé dans l’ombre protectrice que lui offrait sa cousine. Retour à l’envoyeur.

    Impitoyable.

    Ce fut un déluge de pierre, de métal liquide électrifié et de poussières qui se dirigea vers les deux Iwajins, pareil au mur provoqué par les grosses tempêtes connues du pays de la foudre. Nué, quant à lui, prépara sa technique ultime en concentrant son chakra, composant les mudras une fois que la poussière du désastre fût retombée. L’indigne Metaru n’aurait alors plus une chance d’échapper aux deux Kumojins.

    La foudre ne frappe jamais deux fois au même endroit, sauf pour les Ninjas du village de Kumo.

    Resumé:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Jeu 23 Nov 2017 - 20:25
Je n'avais pas la moindre idée de ce qu'il m'arrivait. De base, je n'étais pas le moins du monde un être impulsif, mais la seule vue de ces étrangers m'avait mentalement contraint de les attaquer. C'était comme si toute ma fureur que je contenais se déversais d'un coup sur ceux-ci, alors qu'ils ne semblaient n'avoir rien fait. Mais.. tout ça était louche. Ils étaient présents non loin de l'explosion, ce qui me faisait automatiquement penser qu'ils pouvaient être les responsables de ce qu'il venait de se passer. Je n'avais pas pour but de leur ôter la vie, mais seulement de les mettre hors d'état de nuire ; néanmoins, rien n'empêchait que je commette une bavure au vu de mon tempérament actuel.

Il y avait un point en particulier qui m'avait fait fortement tilter : c'était la capacité de la femme à utiliser le même type de métal que moi. Est-ce qu'elle faisait partie de mon clan ? C'était fortement probable, et loin d'être fortuit. Affronter des individus de mon clan ne me faisait ni chaud ni froid, si cela était bénéfique aux intérêts d'Iwa, je ne m'en souciais guère. La maîtrise de son Kinton était loin d'être à déplorer, et pouvait même surprendre les plus novices. Alors qu'elle renvoyait l'attaque en notre direction, tout en rejetant un tas d'autres choses par la même occasion et que son compatriote semblait interférer sur ma propre technique, j'agrippais fortement Sora par le haut de ses vêtements avant d'exécuter un bond sur le côté, me mettant suffisamment à couvert derrière un amas de ruines.

▬ Tant que je serai là, je te protégerais au péril de ma vie.

Bien que j'avais le souffle court et l'allure fébrile, je restait on ne peut plus sur mes gardes au vu de la situation actuelle. C'était une vraie mise au défi que ce combat, et combattre en compagnie d'une personne qui possédais le même art ancestral que le mien n'était pas pour me déplaire. Mon adrénaline avait sans doute atteint son summum ; aux aguets, gardant une certaine poigne sur ma partenaire, je gardais un court visuel en direction des deux individus, du coin de mon seul œil valide. La vue légèrement obstruée par la grande quantité de poussière présente, j'avisais néanmoins bel et bien des gestes se produire. Et dès lors que je sentais le moindre mouvement se produire sous mes pieds, il ne m'en fallait pas plus pour déguerpir d'une grande vitesse à quelques mètres plus loin, en compagnie de Sora ; c'était sans doute l'un des mouvements d'esquive le plus efficace que j'avais maîtrisé.

Lorsque nous étions disposés plus loin, hors du visuel des deux individus, je relâchais ma partenaire après avoir zieuter ce qui semblait ressembler à un dôme de métal. J'avais pu légèrement distinguer que les mouvements effectués étaient ceux de l'autre individu : lui aussi, serait-il un Metaru ? Le souffle saccadé, je me levais pour me diriger d'une marche lente dans le visuel de mes deux adversaires.

▬ Metaru Shoda.. je suis Metaru Shoda. Qui êtes-vous ?

J'essayais de ne pas faire surgir ma rage du mieux que je le pouvais, mais elle était loin d'être facile à contenir. Resserrant fortement mes poings, je comptais bien profiter du court moment de calme qu'il me restait afin d'élucider certains points.

▬ Je ne sais pas ce qu'il me prend.. je n'arrive plus à me contrôler. Préparez-vous à vous battre sérieusement. Je ne compte pas vous ôter la vie, mais vous êtes le seul obstacle qui nous sépare du Tsuchikage. Alors..

Le regard sombre et mon œil gauche légèrement caché par mes cheveux, j'affichais un regard glacial en leur direction. Je n'arrivais plus à surmonter ma colère, celle-ci se faisant désormais dominatrice et me parasitait à un tel point que je ne pensais même plus à les attaquer de manière stratégique et concentrée. Effectuant des mudras de mes deux mains, l’œil grand ouvert, je laissais du métal se modéliser dans mes mains afin de former un sabre.

▬ .. je vais mettre un terme à cela le plus rapidement possible.

Ne me faisant pas attendre davantage lorsque le manche de mon arme était solidement tenu dans mes deux mains, je fusais d'une très grande vitesse en direction de mes opposants, passant juste à côté de la jeune femme pour me retrouver sur le flanc droit de l'homme ; quand ma course fut terminée, je tailladais fortement ses côtes de manière horizontale.


Spoiler:
 

_________________


Merci Sora ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Sam 25 Nov 2017 - 1:05
Chaque duo souhaitait prendre la direction opposée, et le conflit entre les deux n'avait pas tardé à se manifester. Un sentiment de rage semblait s'être emparé de chacun d'eux, et Sora paraissait presque au bord de l'implosion. Son cœur battait à vive allure dans sa cage thoracique, mais la Nagamasa ne cherchait aucunement à se calmer. A encore quelques pas d'ici se trouvait son Tsuchikage, mais plus important encore : son cousin. L'explosion avait pris forme au niveau du sommet, là où se situait Chôgen et si par malheur il lui était arrivé quelque chose, l'apprentie samouraï se devait d'être à ses côtés. Elle souhaitait s'y rendre sans tarder, mais face à elle résidaient deux individus qui leur barraient la route. La mine assombrie, comme hors de contrôle, Sora n'avait pas mis longtemps avant d'accompagner Shoda dans l'offensive. Ils devaient passer, et la jeune femme était bien décidée à rejoindre le frère de Yoshitsune quoiqu'il arrive.

Les paroles échangées étaient loin d'être tendres. La colère luisait dans chaque cœur, et ne cessait de s'amplifier dans celui de la Nagamasa. Le sang continuait de battre dans ses tempes, tandis que son regard encore embrumé brillait de rage. Son katana entre les mains, elle observait avec attention les mouvements de ses adversaires, remarquant que sa technique avait été encaissé sans mal, avant de pousser un grognement lorsqu'elle remarqua la note explosive s'abattre sur le sol. La terre se souleva, secouée par le choc, et des projectiles vinrent face à elle, la technique de la femme bientôt accompagnée par le raiton de l'homme. Sora sentait de nouveau le souffle de la bombe l'attaquer, mais bientôt, pierres et autres matières seraient les éléments qui viendraient percuter son corps si elle ne bougeait pas d'une seconde à l'autre. Ainsi, sa silhouette vacillant sur le côté, Sora n'eut pas le temps de terminer son geste qu'elle fut soudainement emportée derrière le cadavre de ce qui fut une habitation, ses yeux repérant sans mal le visage de son équipier qui venait de lui sauver la mise. Il l'avait agrippé par les épaules et ne semblait pas vouloir la lâcher, Sora y remédiant d'un geste vif : elle se dégagea de l'emprise de Shoda, ne lui jetant aucun regard ni aucune réponse à ces honorables paroles.

Ses yeux étaient déjà attentifs à ce qui se déroulait devant eux après que tout les projectiles se soient écrasés contre les obstacles qu'ils rencontraient, et malgré l'épaisse poussière qui les surplombait, la Nagamasa tentait d'apercevoir ses ennemis. « Merci. » dit-elle d'une voix qui n'était que peu audible et qui était comme couverte par la colère qui rongeait son esprit. Sa poigne se resserra sur son arme, et de nouveau, lorsqu'elle souhaita faire face une fois de plus aux deux ninjas maniant le Kinton, une attaque survint, Shoda l'emportant avec lui. Désormais en sécurité, il était néanmoins temps de répondre aux attaques et Sora ne tarda pas à prendre place aux côtés du Metaru, ses mains tenant fermement son arme de prédilection. Son coéquipier semblait aussi impatient qu'elle d'en finir au plus vite, et lorsque la Nagamasa comprit que Shoda allait attaquer l'homme, elle sut que la femme serait pour elle. Silencieuse, son visage assombri scrutant son adversaire abrité d'une certaine folie en plus de sa colère, Sora apposa de nouveau du chakra sur sa lame et fonça vers elle. Ses déplacements étaient plus rapides et pourraient peut-être aider l'Iwajin à avoir un effet de surprise sur son ennemie. Dans tous les cas, la jeune samouraï devait rejoindre Chôgen et pour cela, elle userait de toutes ses capacités.

Arrivée à la hauteur d'Itagami, ses violettes prunelles dévoilant sa rage croisèrent les siennes, et Sora brandit son katana, tranchant l'air avant que sa lame ne s'abatte en plusieurs points sur le corps de l'inconnue. « A nous deux ! » cria t-elle d'une voix bien décidée à la mettre hors d'état de nuire. La rage logée dans le cœur de la Genin s'alimentait de toutes ses pensées tournées vers Chôgen, recouvrant la peur et l'inquiétude.

Spoiler:
 

_________________

Merci Yoshi' ♡

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1437-nagamasa-sora-termine

Dim 26 Nov 2017 - 9:28
Qu’était-ce donc… qu’était-ce ces contractions à répétitions dans mon estomac ? De la peur ? De l’anxiété ? Non, non probablement un nœud au ventre suite aux évènements actuels… tien… qu’étaient donc ces bruits tout aussi réguliers qui tintaient à mes oreilles… Régulier et familiers, ha il s’agissait de ma voix… Ha…


- C’est moi qui suis en train de rire… Réalisai-je enfin après un certain temps…

Les stress, ce combat qui s’était lancé sans véritable raison apparente la situation dans laquelle nous étions et le simple fait que je ne sache ce qu’il était advenu de mon chef de clan et raikage avait finis par transformer toutes ces frustrations en un l’explosion d’un rire sardonique et incontrôlé ; finalement, ce n’était pas plus mal que ça, bien au contraire chaque occurrence de celui-ci me plongeait dans u état second, état second dans lequel je me sentais de mieux n mieux… Hummmm…. Je n’ai pas à réfléchir en fait… Finis-je par me murmurer alors que mon armure de bandelette reprenait sa place initiale sur mon corps.

Un murmure me parvenait aux oreilles, une voix masculine, probablement celle de l’autre Metaru… que disait-il ? Non... Était-ce seulement important ? Finalement qu’est-ce qui avait de l’importance en ce monde… pourquoi j’étais là ? Hein Nué... ? Qu’est-ce que nous faisons encore ici ? Tu peux me le dire ? L’espace d’un instant, mon corps me parut si loin, l’espace d’un instant il me parut si lourd, l’espace d’un bref instant, tout ceci me paraissait simplement irréelle… ou es-tu Kuu ch…
Je ne pus aller au bout de cette pensée, pensée qui aurait pu être salvatrice, qu’une ombre pourfendit la fumée qui devant moi peinait à retomber. C’était le Metaru, il m’avait ignorée, comme si je n’avais été qu’une décoration sur son passage avant de surement tenter de s’en prendre à Nué ; devais-je l’aider ? Pourquoi donc ? Mes questions étaient encore sans réponses qu’est-ce que je d…

- Qu’est ce que… Une petite silhouette venait de jaillir devant moi, le regard empli de rage et le corps si crispé que son katana devait hurlé à son utilisatrice de le lâcher.

Ce n’est que lorsqu’elle leva son katana à mon encontre que mon corps réagis de lui-même, montant ma garde pour protéger mon visage, mais au vu de la taille de mes gants de combat ladite garde couvrait une zone bien plus large ; je sentis sa lame boostée avec son chakra frapper mon armure en plusieurs points : l’attaque était rapide, précise et aurait certainement été dévastatrice, n’eût été la solidité même de cette protection corporelle. À certains points je sentis sa lame passer la solidité de celle-ci et mordre mes chairs, me poussant non seulement à réalimenter mon armure en chakra pour la maintenir suite à cet assaut, mais aussi à me donner le but que je cherchais depuis tout à l’heure :

- Iiiiiii wa ! * m’écriai-je alors que le dernier coup de cet assaut me frappait…


La lourde tête de lion passa juste à la gauche de la tête de celle-ci, la manquant de peu alors qu’en réalité l’autre tête frappait à son abdomen. Sorewa ii ** Fis-je alors se poursuivait un enchainement de feinte et de coup portés au corps rendu plus véloce aussi bien par les bandelettes qui accéléraient mes attaques que par les poings que je m’étais forgés quelque instant plutôt. Saiko da omae… ! *** repris-je d’une voix plus aigue alors que mon combo s’achevait ; frappant mon adversaire avec violence aux cotes avant que l’autre dragon de fer ne vienne percuter sa tempe… enfin, sa tête.

Elle m’avait rappelé, la morsure de sa lame m’avait rappelé l’une des choses les plus importantes en ce bas monde ; je me devais de faire un sacrifice à Jashin sama… quelle piètre croyante je faisais ! j’étais allée jusqu’à en oublier mon dieu… Merci, Iwajin, merci de m’avoir rappelé ce succulent plaisir qu’était de ressentir la douleur ; je n’aurais peut-être pas du renforcer mon armure à ce moment-là après tout… Ceci dit, je me devais de répondre aux attentes d’une personne aussi attentionnée…
Flanquant un grand coup de pied à celle-ci pour l’éloignée du combat entre les Metaru masculins, je la rejoignis là où la mena sa chute… un large sourire sur les lèvres j’avais ma brebis sacrificielle pour Jashin sama ! …

Faisons ça bien… dans une extrême douleur….


Murmurai-je en me passant la langue sur les lèvres… m'imaginant la beauté de ses cris à venir...


Lexique :

* ça fait du bien
** c’est bien ( toujours dans le sens du sentiment )
*** Tu es la meilleure toi …

Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Lun 27 Nov 2017 - 5:24


La haine était un louve féroce, conquérant des cœurs comme les âmes des ninjas présents au sommet. Elle avait planté ses crocs et verrouillée sa mâchoire, les gardant prisonniers de son bon vouloir ; Condamnés à se disputer pour une direction, tout ça pour amuser une sorte de marionnettiste de l'esprit aux goûts plus que douteux. Au fond de lui, Nué n'aimait pas du tout ce qu'il se passait, et trouvait toutes ses extrémités absurdes. N'étaient-ils pas passés près de devenir alliés, et leur Ombres n'avaient elles pas combattues côte à côte ? Cependant, plus le combat avançait, plus des paroles s'échangeaient, et plus il ne pouvait résister à l'intense froid qui montait en lui, éteignant toutes ses bonnes intentions, comme un feu de paille sous le rude hiver de Kamnari no Kuni.

Des cendres de sa bonté, se levèrent les flammes de la rage, et la clameur du combat monta de sa poitrine, tandis que le dôme de métal disparaissait dans un craquement sec ; Il était concentré sur le rouquin qui bafouait le nom de son clan par sa seule existence. Il n'entendait presque plus, comme coupé du monde par un sifflement intense et lointain à la fois. C'était ... Comme s'il lui parlait, qu'il alimentait tout ce qu'il y'avait de mauvais en lui. On touchait son âme, on y trifouillait avec ses gros doigts, et on y trouvait les parts les plus sombres. Était-ce une ruse de la petite Kunoichi brune ?

- Sortez ... d'ici ... Sortez ... Je vais ... exploser ! Lançait-il les yeux dans le vide, presque révulsés dans leurs orbites. On eut dit qu'il parlait à ceux qui n'avaient pas encore pu se sortir du traquenard, ou bien aux deux autres en face de lui.

Shoda ayant finit de parler à l'instant où il attrapait un Kunai de sa main droite, le combat s'engagea. L'instant d'après, suite à une charge d'une vitesse sidérante, l'Iwajin se retrouva sur sa droite, le menaçant d'une épée redoutable, qui voulue s'en prendre à son flanc exposé. On entendit le métal contre le métal, ses yeux noirs plongés dans ceux de son adversaire.

Iku ... Iku... Lacha-t-il comme pour lui, bien que le message soit adressé à sa cousine. Elle n'avait rien le temps de faire, et il pouvait parfaitement gérer la situation ; Shoda avait ses chances, il était un combattant valeureux et l'avait prouvé en sauvant sa compatriote d'abords, puis en l'attaquant de front sans rien craindre de lui ensuite. Et la vilaine blessure qui ouvrait son avant bras droit pour prouver cette valeur aux yeux de tous. Encore une de plus pour sa collection, c'était Kuu-chan qui allait encore faire de grand yeux, et le prendre pour un revenant !
Sauf qu'il avait sous estimé, ce que c'était de grandir en regardant l'ombre du plus grand Metaru de cette génération. Il repoussa brusquement Shoda avec sa Geta dans un large mouvement visant à chasser. Bien, des années passées à peaufiner des stratégies avec une Nara dans son ombre, ça devait payer maintenant, ou jamais. Shoda semblait très porté sur le corps à corps, et devait donc compenser sa faible allonge avec beaucoup de mouvements. Il se fatiguerait plus vite, tout du moins, Nué pourrait profiter d'un seul instant de faiblesse pour frapper avec son dôme immobilisant.

- Esquive le, celui là ...

Il profita de l'espace entre eux, et que la menace dans son dos soit écartée par les larges gantelets d'Itagami, Il composa un mudra très simple juste après avoir lancé une bombe fumigène qui explosa en lambeaux de nuages grisâtres empuantissant l'air entre lui et sa cible. Il se tourna en créant un Fûma et le lança dans la même foulée, en direction de Shodâ.

En plein centre de l'orage de fumée, il ne perdit pas une minute pour préparer le plan qui lui était venu en tête une fraction de seconde avant de perdre le contrôle. De longues années à batailler pour garder son sang froid, et à travailler dans des conditions difficiles à des travaux de précisions payaient aujourd'hui. Il farfouilla dans sa besace et composa négligemment un mudra, frappant ses talons l'un contre l'autre discrètement. On entendit le *Ploc* d'une bulle de savon qui éclate.

Les dernières résistances cédèrent. C'était la guerre dans son cœur comme dans sa tête, comme dans cet instant, ou il attendait patiemment son homologue et son ombre de faucheuse.

Il pouvait arriver par n'importe quelle directions, pas vrais ? En tout cas il gardait fidèlement et religieusement les charmants arrières de sa cousine préférée, pour le moment.


résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Mar 28 Nov 2017 - 20:42
Même lors des plus féroces entraînements que j'avais partagé tout le long de ma vie de shinobi en compagnie de Yoshitsune-sensei, je n'avais pas ressenti une telle ébullition intérieure. J'étais déjà dans des situations on ne peut plus critiques face à lui, et chacune d'entre elles m'avaient appris à aller de l'avant et à compenser mes faiblesses par de l'entraînement intensif, ainsi que par de la méditation. Je ne savais pas si j'allais pouvoir le revoir, au vu des événements actuels ; en effet, en plus du fait que je n'avais pas la moindre idée de ce qu'allait être l'issue du combat, il n'était pas à douter que lui aussi était peut-être dans une situation critique. C'était plus qu'une simple explosion qui avait lieu dans un bâtiment aussi symbolique, mais une véritable attaque qui mobilisait la totalité des forces armées de notre village.

Si je devais périr dans un tel affrontement, je n'aurais pas le moindre regret au monde, puisque cela serait pour le bien de mon village et de mes proches. Pour autant, comme je l'avais énoncé en direction de nos ennemis du jour, je n'avais pas pour réelle intention de le tuer, sauf si je devais l'être contraint dans le cas où la situation s'envenimerait davantage. La femme blonde, aussi bien par son comportement que par le physique qu'elle montrait, faisait on ne peut plus froid dans le dos. Cela ne changeait rien au fait que je pensais que Sora avait ses chances face à elle.

Lorsque j'avais atteint d'une grande vitesse mon adversaire en tentant de l'attaquer par le flanc, j'avisais avec une certaine fougue que mon offensive a été atténuée par celui-ci. Me faisant légèrement repoussé en arrière alors que le sang me montait littéralement à la tête, la stratégie qu'il utilisait désormais était loin de ne pas être réfléchie : en effet, user d'un fumigène en une telle situation était sans doute une bonne stratégie, mais j'osais espérer que celle-ci était éphémère.

Le même réflexe que celui du robuste jeune homme m'était parvenu à l'esprit : celui de sortir un kunaï, passant ma main droite à ma sacoche située autour de ma taille, avant de dégainer ce dernier d'un geste vif, pliant mon bras en avant ; ma position actuelle était faite pour me défendre du mieux que je le pouvais à un assaut furtif. Lorsque je sentais qu'une chose se déplaçait vers moi, j'envoyais mon bras faire un robuste mouvement en la direction de ce qui semblait être un objet pour le moins tranchant. Cela était loin d'être suffisant, puisque je constatais d'une certaine douleur qu'une marque rougeâtre se formait sur mon épaule droite, avant que qu'un liquide de la même couleur ne se découle de celle-ci.

Relâchant mon kunaï sous la néfaste influence de ma blessure, c'était dans le même mouvement que j'effectuais deux séries de signes, et les effets de celles-ci ne tarderaient pas à faire apparition : premièrement, quelques billes de métal se formaient sur le sol, devant moi, sur la surface qui me séparait de mon sans doute confrère ; secondement, une robuste armure de métal se formait sur la partie supérieure de mon corps, ne laissant qu'un visuel sur mon seul œil de valide. Il était évident que je devais profiter d'un tel instant pour prendre mes distances, et c'était alors qu'un nouveau soupçon de bon sens faisait à nouveau son apparition en moi, alors que je tentais de m'échapper de ce brouillard par la direction opposée à mes ennemis de pas vifs.

▬ Au final, quel serait notre intérêt à se battre davantage ? Si nous possédons la preuve que vous n'êtes pas liés à cette attaque où à tout autre événement nuisant à Iwa, continuer ce combat n'aurait plus le moindre sens.


Spoiler:
 

_________________


Merci Sora ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Mer 29 Nov 2017 - 22:46
Ce village dans lequel elle grandissait chaque jour un peu plus n'était plus aussi paisible que d'ordinaire, désormais métamorphosé en un lieu où désolation était le maître mot. Chôgen se trouvait là où l'explosion avait surgi, et la volonté de Sora à le rejoindre ne cessait de s'accroître dans son cœur inquiet et son esprit enragé. Elle avait besoin de savoir si tout allait bien, s'il n'avait rien de grave et s'il s'en sortait face aux autres membres du sommet. Pourtant, la Nagamasa était encore loin de son cousin, faisant face à une femme qui lui barrait la route et qu'elle attaqua sans attendre, la rage luisant dans ses violettes prunelles. Son katana avait tranché l'air, et la lame avait tenté d'atteindre l'épiderme de son adversaire, creusant toujours plus dans l'armure de la Metaru pour atteindre sa chair. Le cœur de l'Iwajin battait si vite dans sa poitrine. Sora était animée par une colère sur laquelle elle n'avait aucune emprise, se laissant totalement emportée par ce ressenti qui la poussait à agir avec une férocité inhabituelle. Elle devait passer au delà de ces deux ninjas, les mettre hors d'état de nuire pour poursuivre sa route et rejoindre le Tsuchikage. C'était nécessaire, primordial, et l'apprentie samouraï était bien décidée à ne pas faillir tant qu'elle ne serait pas aux côtés du chef du village.

La voix d'Itagami raisonnait jusqu'à ses tympans et pourtant, Sora n'y portait pas grande attention, totalement concentrée sur les dégâts qu'elle avait pu causer et qui, finalement, ne furent pas à la hauteur de ses attentes. La capacité de son ennemie à se protéger était remarquable, et la Nagamasa comprit bien vite qu'elle n'aurait pas dû s'approcher d'aussi près de la femme qui semblait abriter une folie grandissante. Son regard luisant de rage et de sérieux n'eut pas le temps de finir de parcourir les bras de son ennemie en quête de dégâts considérables qu'elle fronça les sourcils, voyant un coup venir. Echappant à celui-ci en plaçant son avant-bras près de son visage, s'écartant à droite, elle ne put cependant pas esquiver la frappe dans son abdomen. Une vive douleur naquit dans son organisme, Sora grimaçant. Son corps se courba un instant, mais il fallait vite se reprendre et l'Iwajin tenta d'esquiver les autres coups. Néanmoins, les feintes face auxquelles elle arrivait à passer outre ne l'épargnaient pas des véritables attaques. Son corps encaissait avec souffrance, la douleur se lisant sur son visage crispé. La frappe aux côtes lui arracha un grognement tandis que de ses lèvres commença à glisser un filet de sang. Bien des endroits de son enveloppe corporelle lui faisaient mal, et le dernier coup à la tempe vint la sonner, la samouraï tentant de garder son équilibre. Son corps se faisait lourd. Ses genoux fléchissaient légèrement. Sora pouvait percevoir le sang parcourir ses veines, chaque battement de cœur raisonnant dans ses tympans. Il fallait qu'elle s'éloigne un instant de son adversaire, et c'est lorsque Itagami tenta de lui asséner un coup de pied que la Nagamasa esquiva, faisant un bond en arrière avant de se réfugier rapidement à quelques mètres de distance d'elle, désormais également éloigné de Shoda et de Nué.

Sa respiration était saccadée, et ses jambes eurent bien du mal à retenir son poids durant un moment. Chaque fois que ses poumons s'imprégnaient d'air, l'Iwajin ressentait une douleur prenante et fortement désagréable. Elle avait mal, elle était blessée et encore sonnée par les coups. Cependant, elle n'avait pas dit son dernier mot. La Genin devait se rendre près de Chôgen, et il n'était pas question pour elle de perdre dans ce combat. Ses pas la mèneraient jusqu'à son cousin. C'était ce qu'elle voulait, et le revers de sa main libre passa sur ses lèvres, essuyant le sang échappé de sa bouche. « Je ne te laisserais pas parvenir à tes fins. » annonça t-elle d'une voix qui dévoilait sa colère, avant qu'elle ne rengaine son arme pour quelques instants. Ni une, ni deux, la jeune femme à la chevelure ébène réalisa quelques mudras, inspirant profondément avant de lancer sa technique en direction de la Metaru, destinée à la déstabiliser. Après cela, sa main se porta de nouveau à son katana qu'elle dégaina rapidement, apposant du chakra sur la lame avant d'agir une fois encore. La Nagamasa ferait tout pour passer.

Spoiler:
 

_________________

Merci Yoshi' ♡

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1437-nagamasa-sora-termine

Jeu 30 Nov 2017 - 15:07
Elle était excellente ! Une perfection parmi les perfections, une véritable œuvre d’art des divins eux-mêmes. Le corps de la samouraï se tordait de douleur après chaque coup porté, elle essayait au mieux de ne point laisser transparaitre son mal, mais avec peu de succès. Ce visage pâle celle-ci avait pris quelque couleur, mais il n’en était que plus beau, plus désirable… Devais-je la sacrifier finalement ? Pourquoi Jashin sama devrait-il être le seul à profiter de cette petite merveille ? S’était un juste…
Lorsque mon poing armé s’enfonça dans ses côtes, un grognement de douleur s’échappa de ses lèvres tandis qu’un gémissement dû à une satisfaction mal saine fuyait les miennes. Souffre ! Débat toi ! Accroche-toi à la vie, mais surtout continue de souffrir ! Continue d’essayer de résister, continue d’essayer de me résister ! Le « CLONG » sonore qui résonna une fois que mon poing atteint sa tête m’arracha un nouveau sourire. Je doutais que sa tête ne soit creuse, et sachant mes gants être fait de Métal plein, ce n’était pas le bruit d’un creux, mais bien d’un violent impact ; et malgré ça, malgré ceci ! Elle s’accrochait ! Évitant mon coup de pied de justesse, elle mit de la distance entre nous…

Un frisson couru le long de mon corps, surchargeant ma colonne vertébrale, de ma nuque au bassin tandis que mon corps y réagissait. Continue de te battre ! Continue de me résister ! Continue ce bal de souffrance avec moi jusqu’à ce que l’une d’entre nous s’y abandonne entièrement.
Subjuguée je l’observai, frémissant sur ses jambes, tachant de garder un certain équilibre, tentant désespérément de garder son katana en main. N’était-ce pas fantastique ? Cette petite chose se débattait encore et encore pour faire face à ses souffrances, tâchant de les surpasser, tâchant de me surpasser… Me devais-je d’en faire une offrande ? Étais-je obligée de m’en séparer ? Elle me rendait toute chose…

- Hummm ne me regarde pas avec ces yeux-là….



Répondis-je à sn regard plein de détermination quant au fait de se mettre entre mon objectif et moi… lui demandai-je avec un sourire toujours aussi malsain. Mais que pouvais-je y faire ? Il me suffisait de la regarder pour éprouver plus d’une chose… Ce n’était plus de la colère, plus de l’agressivité, juste un désir, un désir toujours plus grand de l’entendre et de la voir se tordre, grogner et gémir de douleur.
Je la vis rengainer son arme, aussi vite qu’elle le put vu le point auquel elle était sonnée. Exécuter une suite de mudra avant de souffler vers moi une bourrasque de vent. Toutefois, bien que moi-même ne le percevais point, le point de mon équipement passa outre ce que l’attaque devait faire… mes cheveux volèrent, au vent et je dis un peu plisser le regard pour la voir. Dégainant une nouvelle fois son katana, celui-ci s’illumina d’un bleu vif avant qu’elle ne lance dans ma direction une lame de chakra.


Ho… c’est cela ! Bats-toi… résiste-moi…



Avais-je murmurai en regardant la lame de chakra venir à toute vitesse, j’inclinai la tête pour ne pas que mon visage soit pris dans le coup, mais ne tentai point de me déplacer ou d’esquiver ; elle avait encaissé ma précédente combinaison… je pouvais au moins me permettre de lui rendre l’appareil. Mais… la lame se heurta violemment à quelque chose qui semblait trop robuste pour celle-ci, les bandelettes de métal avaient encaissé et absorbées le coup sans le laisser parvenir jusqu’à moi dans cette armure de métal. Ce sourire ne fit que s’intensifier ; que devait-elle ressentir dans cette situation ? Que devait-elle penser ?
Je pouvais voir que l’armure avait été ébréchée par son offensive, mais sans grands plus… je poussai un soupir avant de brusquement incliner mon corps et courir vers elle ; je rejoignis ma brebis en quelques enjambées et à peine arrivée enfonçai avec violence mon poing dans son abdomen déjà meurtri.

Coucou… Koneko chan…



Refusant de lui laisser le temps de réagir, je frappai de nouveau un coup de part et d’autre de son corps, visant en premier des zones que je savais déjà sensibles, à savoir ses cotes avant d’enchainer de nouveau le reste dans son corps, la perturbant toujours avec des feintes avant d’assener les coups véritables. La dernière frappe toujours armée de mes gants s’écrasera impitoyablement sur son épaule liée à la main avec laquelle elle tenait sa lame ; non pas forcément pour la briser, mais avec assez de violence pour éventuellement la déboiter au vu de son état :

- lâche ça…



FIs-je dans un murmure à ma proie…

Récapitulatif:
 


_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Jeu 30 Nov 2017 - 23:36
Méprisables ... Plus il y pensait, et plus il trouvait ses deux Ninjas méprisables. Le sifflement ne s'arrêtait pas, il amplifiait bien au contraire, tentant de vriller les dernières fonctions de son cerveau. C'était maintenant des couteaux qui trituraient ses méninges et lui instillaient haine, angoisse et désorientation. Il n'était plus lui même, rien de plus qu'une arme au service d'une cause dont il ne connaissait que le nom. Et même pas le visage, ni le bras qui le tenait à présent comme une marionnette. Il eut une pensée pour une fille qui lui disait toujours qu'il n'était qu'un pantin de chair, et dansa sur le fil de son détracteur comme une poupée de bois, plus qu'un être humain.

Tandis que son adversaire invoquait son armure, il attrapa le Kunaï munit d'une note explosive qu'il avait préparé quelques instants plutôt, et grâce à sa sensorialité qui enveloppait les environs, visa en prévoyant la trajectoire. Un lancer en cloche qui perça la fumée grise sans un bruit dans le désordre ambiant. Si son adversaire pratiquait apparemment un Taïjutsu de haut niveau qui lui donnait l'avantage en terme de vitesse -surtout couplé à son entrave visqueuse, Nué préférait quand à lui les pièges et les attaques à distances, qui lui permettaient une plus grande réactivité.

Ne voulant pas subir une nouvelle fois la flaque de métal liquide, et tomber dans un piège qui pourrait déséquilibrer le rapport de force, Nué prit sa décision.

Il n'attendait pas que son kunaï touche pour se retourner, technique toujours active. Ce qu'il s'apprêtait à faire violait sans doute un bon nombre de principes moraux, mais il avait écouté à l’académie, lui. Un guerrier blessé en vaut trois étendus raides morts, et si comme le laissait à penser son chakra de détection, Shoda fuyait, c'était que son Shuriken avait dût faire mouche, l'obligeant à une retraite stratégique, puisque sa visibilité était nulle dans ce brouillard. Il lui semblait qu'on l'avait empoisonné, mais il n'eut pas le temps de plus y réfléchir tandis que ses mains formèrent les symboles lui permettant d'invoquer deux Fumas supplémentaires. Au grands maux, les grands remèdes. Un vieux truc que lui avait apprit sa grand mère -une Metaru vous pensez, et tout le monde sait que les recettes de grands mères sont les meilleures. Il savait ou se trouvait la samouraï et sa cousine, il ne lui restait plus qu'à prendre l'avantage qu'on lui laissait, comme un fruit juteux sur la branche d'un arbre.

Il aperçut les deux jeunes femmes aux coudes à coudes à quelques mètres de lui, sortant de la fumée un peu plus sur la droite que prévu, son Shuriken à la main. Profitant d'une ouverture que lui laissait la fin de son combo, il envoya son Shuriken dans un trajectoire répétée des milliers de fois. Le changement de variable hein, la donnée inattendue qu'il disait toujours l'Ikezawa. Il prit la direction de la guerrière en parabole, profitant à sa cousine qui se trouvait plus proche que la kunoïchi aux sabres. La fumée terminait de se dissiper tandis qu'il reculait en pointant son nez dans la dernière position de Shoda, reculant toujours parallèlement à Itagami, tentant d'accrocher l'angle mort, un sourire mauvais sur le visage. Il lança son deuxième Shuriken impitoyablement, de manière machinale, son visage exprimant une haine et une férocité sans vergogne. Il fallait battre dur à en fendre les pierres, et même s'il pleuvait dans son cœur, il semblait prit dans une transe qui ne lui laissait d'autre choix que d'éliminer ses adversaires.

- Je vous avez dit de bouger de là ! Fit-il en se concentrant une nouvelle fois sur son adversaire rouquin et sa contre-attaque, qui serait impitoyable cette fois sûrement. Son cœur battait plus fort qu'il ne pouvait penser, Tuer ... Tuer ... tuer, il devait en tuer au moins un, pour lui faire plaisir.

La guerre n'est pas faite pour les enfants.

Resumé:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Sam 2 Déc 2017 - 20:06
La folie guerrière s’emparait une énième fois de moi, alors que mes détracteurs ne daignaient même pas réagir à mes dires ; je ne saurais réellement dire ce qui anime une telle rage en moi. L'excitation de ce qui semble être ma toute première guerre, peut-être ? Je ne saurais répondre à cela. L'heure des mots était dès à présent révolue, il était désormais temps que je passe à l'acte sans la moindre retenue. Libérer ma colère était une chose que je n'avais jamais encore fait, puisqu'il était très rare que je me mette dans un tel état. Je devais néanmoins garder en tête qu'attaquer bêtement sans le moindre soupçon de stratégie pourrait s'avérer fatal.

Lorsqu'un très léger mouvement d'air se faisait sentir à ma direction, il me semblait évident qu'il s'agissait d'une nouvelle arme de jet. Un nouveau shuriken, peut-être ? Dans le vif de l'action, il ne me restait qu'une seule possibilité : me mettre à couvert. Au diable si je me fais toucher, tant que mon armure de métal arrive à compenser au maximum les dégâts. Malaxant rapidement mon chakra au niveau de mes pieds lors de mon retrait stratégique, j'effectuais un bond contre le sol sur mon côté gauche, tandis que mon armure se frottait contre le sol. Après quelques courtes secondes d'attente, tandis que j'étais désormais en dehors de ce brouillard, j'entendais au loin une explosion se former : si je ne m'étais point mis à couvert, je pense que j'aurais pu avoir très mal. Mon armure était loin de couvrir l'intégralité de mon corps.

▬ Je vais désormais employer les grands moyens, bande de pleutres.

J'allais sûrement puiser dans mes dernières réserves de chakra ; il était donc on ne peut plus nécessaire que ma stratégie aboutisse. J'effectuais quelques lentes séries de signes au loin, tandis que j'avisais des armes de jet être lancées en direction de ma coéquipière, ce qui me faisait composer avec une vitesse bien plus importante mes mudras. Dès lors que la première série de signes fut accomplie, un clone de moi-même semblait apparaître à mes côtés, tandis qu'un sabre extrêmement fin et tranchant apparaissait dans mes mains lorsque la seconde série de signes fut terminée.

Il fallait désormais que je me dépêche. Profitant des derniers instants de fumée, j'envoyais mon clone emprunter celle-ci afin qu'il se faufile dans le dos de mon adversaire, tandis que je me dirigeais vers ce dernier en empruntant un chemin tout aussi discret, me cachant derrière les épaisses ruines. Quand mon clone était disposé à son dos et qu'il tentait d'arracher les armes de jet qu'il possédait de manière assez féroce et agitée, j'en profitais pour foncer devant l'homme au bandana, lui assénant un ultime coup de sabre de manière horizontale juste en dessous de sa gorge, alors que mes forces commençaient à céder après cette action.

Spoiler:
 

_________________


Merci Sora ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1227-changement-metaru-shoda-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u225

Lun 4 Déc 2017 - 18:53
La douleur était là, présente, dévorant la jeune femme sur chaque parcelle de son corps qui avait été violemment frappé. Son souffle était irrégulier, et son cœur battant à vive allure ne se calmait pas. Sora n'arrivait pas à se reprendre, et au fur et à mesure des instants qui s'écoulaient, elle remarquait sans mal que ses forces la quittaient peu à peu. Son chakra était bien entamé, et pourtant, la Nagamasa avait espoir que son adversaire tombe avant elle et qu'elle ait au moins la possibilité de rejoindre son cousin en compagnie de Shoda. Elle ne voulait pas perdre face à cette femme qui semblait se délecter de sa souffrance, et souhaitait encore moins tomber inconsciente sans avoir vu Chôgen. Sora était inquiète, angoissée et sa rage, accompagnée de sa volonté de ressortir vainqueur, étaient les seuls ressentis qui la maintenaient encore debout, sur ses deux jambes légèrement fléchies. Elle avait lancé de nouvelles offensives malgré tout, s'accrochant à cette victoire qu'elle voulait absolument remporter. Elle voulait se débarrasser de cet adversaire qui l'empêchait d'aller aux côtés de son cousin, et sa main tenant fermement son katana se resserra autour de la poignée, sa mine se fronçant alors qu'elle constatait avec colère que ses attaques n'avaient pas été très efficaces face à l'armure d'Itagami. Sora tentait de réfléchir à un quelconque moyen de la mettre hors d'état de nuire, mais toutes ses pensées et sa réflexion étaient voilées par ce sentiment colérique qui avait pris possession d'elle.

Se remettant en garde, la samouraï avait bien conscience que le corps-à-corps n'était pas la bonne solution face à la Metaru, mais que faire dans ce cas-là ? Ces techniques à distance n'avaient pas vraiment porté leurs fruits. Elle essayait de trouver une solution, mais rien ne venait et bientôt, la distance qu'elle avait instaurée entre la blonde et elle se réduit à néant, Sora n'ayant pas le temps de faire une nouvelle esquive, ni assez d'énergie pour parer avec vitesse les coups qu'elle sentit son abdomen secoué par une frappe violente. A cet instant, son corps se courba et sous la douleur, Sora ne put réprimer un nouveau grognement, exprimant sa souffrance. Du sang coula de nouveau de ses lèvres. Elle avait mal, et ses jambes fléchirent davantage alors que son regard enragé se releva en direction de la Kumojin. Itagami était habitée par une folie que Sora constatait au fur et à mesure des paroles prononcées à son égard, et de nouveau, alors qu'elle resserra son emprise sur son katana pour tenter de l'attaquer avec autant de violence dont elle pouvait encore faire preuve, son épaule fut touchée tout aussi violemment que les précédents coups. Une onde électrique se propagea dans son avant-bras, ses doigts affaiblis lâchant prise sur son arme qui tomba dans un bruit sourd au sol. Elle était prise dans une toile d'araignée qu'avait soigneusement tissé Itagami. Désormais, majoritairement, à sa merci, Sora sentait son cœur battre un peu plus vite au fur et à mesure que la peur prenait vie en son sein. Elle ne pouvait mourir maintenant. Elle ne pouvait tomber comme ça, alors qu'elle avait tant d'autres choses à accomplir, tant d'échelons à gravir. Il fallait qu'elle gagne. Il fallait qu'elle tienne bon, encore. Sora s'était acharnée dans son travail, et son dur labeur ne serait certainement pas vain.

D'un regard qui se fit vif, elle remarqua deux shurikens voler en sa direction à toute vitesse, et s'abaissa à temps, l'un des deux s'enfonçant dans le mur juste derrière elle, des craquelures se formant autour du choc. Ce moment où les armes s'étaient précipitées vers elles était peut-être le bon moment pour frapper une dernière fois, et la Nagamasa ne souhaitant aucunement se laisser emporter dans un repos éternel, tenta d'assommer son ennemie en lui assénant un coup de poing au niveau du menton. « Tu ne gagneras pas ! » dit-elle d'une voix enragée. Ses forces se faisaient de plus en plus faibles alors que la frappe venait d'être portée, et Sora commençait à ne plus sentir ses membres. Elle avait fait de son mieux pour vaincre son adversaire, et la rage qui vivait en elle ne cessait de grandir au même rythme que la peur de mourir. Yoshitsune, Chôgen, Senku, Hatsue, Sun-Hi et d'autres auxquels elle tenait : Sora souhaitait revoir chacun d'eux.

Spoiler:
 

_________________

Merci Yoshi' ♡

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1437-nagamasa-sora-termine

Mar 5 Déc 2017 - 18:23
Alors que le combat faisait rage entre les jeunes genins des deux nations, autre part non loin de là, l’instigatrice de toute cette supercherie était dérangée. Bien dissimulée, elle manipulait ici et là les soldats de tous les groupes, provoquant une hystérie générale forçant alliés comme ennemis à s'attaquer.

Cependant, le jeu ne pu pas durer plus longtemps. Sa cachette fut trouvée par un groupe de Kumojins, la forçant ainsi à rompre sa technique de folie, afin de se défendre de nouveaux assauts. "Tsss...déjà? Moi qui comptait m'amuser encore un peu..."

Ainsi, à mi-chemin de leur dernière action, Metaru Shoda, Nagamasa Sora, Metaru Itagami et Metaru Nué retrouvèrent totalement leur esprit et le contrôle de leur corps, comme s'ils venaient de s'extirper d'un mauvais rêve.

Note:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 6 Déc 2017 - 18:39
Saiko da… Saiiiko da so no ko. Finalement je n’avais véritablement d’autres mots pour la qualifier. Ce regard malgré ses souffrances, son intensité malgré le fait que le métal de mes poings n’avait jusqu’alors cessé de mordre ses chairs… ses tentatives désespérée de me tenir tête alors qu’elle n’était clairement pas taillée pour et la clarté de sa voix alors que son corps cédait peu à peu à ma douloureuse emprise… Comment vouliez-vous que je la voie autrement que comme étant l’une des brebis les plus pures que je pouvais offrir à Jashin sama ?
Plissant quelque peu le regard alors que mon sourire malsain s’élargissait, j’acclamai intérieurement son obéissance. Comme je le lui avais ordonné, ma jeune brebis s’était défaite de son arme, non sans mal et non sans pousser un nouveau râle de douleur.

Humm que devais-je faire, tout mon être ne cessait de trembler, ma colonne vertébrale était surchargée de signaux électriques quand je posais le regard sur elle ; j’allais finir par avoir un accident si cela continuait… c’est d’ailleurs elle-même qui me ramena quelque peu à la réalité ; son attention fut brusquement attirée ailleurs, quelque part dans mon dos, une attaque semblait lui être destinée. Utilisant les quelques forces qui lui restaient, elle se baissa juste à temps pour éviter le Shuriken fuma qui se planta dans fracas dans le mur d’en face et au vu de la lueur dans son regard, un autre la prenait pour cible, mais…

C’est ma proie Nué, elle est à moi ! Je ne te laisserais pas la corrompre…



Murmurai-je alors que le second Shuriken s’écrasait dans un bruit sourd sur mon armure… Fin... cette appellation n’était plus tout à fait correcte… les bandelettes la constituant avaient ondulé hors de mon corps, tissant une espèce d’alcôve entre les garçons et nous, nous coupant de leur confrontation, nous lovant dans un petit nid préparé pour cette simple occasion… Honnêtement j’hésitais encore, debout devant elle ne revêtant que ma tenue civile je me demandais s’il était vraiment juste que je déchire cette peau et repende ses viscères pour le bien de mon dieu…
Esquivant au dernier moment le coup de celle-ci, je ne parvenais à la voir autrement que comme un chaton effrayé, feulant à tout va et me montrant ses griffettes pour tenter de me dissuader. Prise d’une crise d’égoïsme, je n’arrivais pas à m’y résoudre… ceci dit… tel était ce que me dictait ma religion, levant le bras encore armé d’une tête de lion pour lui asséner les coups fatals, je me figeai dans cette position lorsque brusquement s’envola toute forme d’animosité à son égard.

Que se passait-il ? Pourquoi ? Mon désir de sang s’en était allé, mon désir de violence avait sensiblement diminué, bien entendu l’envie de l’entendre crier et me résister demeurait, mais… nul besoin de l’éventrer ne se faisait encore ressentir. Était-ce un signe ? Peut-être après tout… j’avais jusque-là été une gentille fille, pour Jashin sama… si nous prenions les choses sous cet angle, il n’était pas impossible qu’il m’ait offert cette opportunité pour comprendre toute l’étendue d’un « présent »...


Glissant de mes mains avant de s’écraser dans sol avec un grand bruit, mes poings en forme de tête de dragon me quittèrent fracassant le sol et s’y enfonçant de plusieurs centimètres là où ils chutèrent. Il me l’avait offerte, il m’avait offert cette blanche colombe que j’étais sur le point d’exécuter. Tenant mes joues un instant en lui jetant un regard qu’elle n’oublierait probablement pas de si tôt, ses derniers mots repassaient encore et encore dans ma tête, mais finalement ils n’étaient que la représentation de son désir de survie… Ma tête tournait un peu, l’adrénaline de tous ces sentiments s’étant dissipée, je percevais enfin la fatigue dont accusait mon corps pour ne serait-ce que tenir debout… Mais… c’était un autre sentiment qui m’animait présentement.

Saisissant violemment l’Iwajin au col, je la tins à bout de bras un court moment, l’observant et déchiffrant ce que je voyais d’elle avec un désir non dissimulé avant de le lui voler… Un long et langoureux baiser dont je profité une bonne poignée de seconde. C’était la première fois que j’embrassais une femme, mais finalement était-ce véritablement un problème. Je la sentais se débattre sous mon étreinte tenter de se libérer, de fuir cette affection malsaine, mais était bien décidée à la garder jusqu’au bout… ce n’est que lorsque petit à petit ma proie se calma, que je mis fin à cette brève union :

- Omae wa…. Watashi no mono da…*



La lâchant enfin, je sentis mes maigres forces me quitter, j’avais tout utilisé pour profiter de ce moment… vacillant quelque peu, je restais en équilibre précaire un instant, reposai la main sur elle, passant doucement le pouce sur sa joue avec un sourire avant qu’il ne m’emporte… le néant.

* Tu es ma chose…*

_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Lun 11 Déc 2017 - 1:01


Faibles... Tous, si faibles. Le combat qui t'avais d'abords excité les sens c'était transformé en un pugilat de faiblesse et de misérables, un conglomérat de pathétiques créatures ; On aurait bien pu te priver de tes bras et en faire du poulet rôti, que ça aurait rajouté au moins un peu de panache à ce combat. Tu avais pensé trouver d’honorables guerriers, et en face de toi se trouvaient des ratés, qui ne méritaient aucune pitié ni aucune considération. Même pas ne leur accorderais-tu l'honneur de te penser en danger quand débarqua de derrière toi un Shoda dépourvu d'armure et bien décidé à en découdre sans attendre ;

Il faut dire que tu avais bien joué avec sa petite Iwajin, alors forcément il était l'heure de venir demander des comptes, et de faire paraître la douloureuse. Tu étais prêt à payer rubis sur poing, dans la plus pure tradition Metaru, car un Metaru paye toujours ses dettes, n'en déplaise à certains traîtres, ou déserteurs. Tu ne pensais plus à rien, si ce n'est à contenter cette mélodie enivrante qui mangeait chacune de tes émotions, les entraînant dans un tourbillon, qui amplifiait chaque sentiment négatif ; Et plus on te faisait mal, et plus c'était bien ; Et plus on faisait le mal, et plus on le faisait bien.

Il te fonça dessus tandis que tu faisais jaillir deux Kunaïs, un dans chaque mains, pour te défendre complètement, et sans trop de problèmes face à une simple charge n'usant même pas d'un Taijutsu particulier. Bling, bling. Ton bras résonna, acier contre acier une nouvelle fois ; Bien qu'il te semblait bien étrange de le trouver ici devant toi, sans aucune armure ni aucune armes de métal qui étaient chères à vos cœurs, tu y mis du tiens pour détruire méthodiquement ses rêves, ses espoirs et ses abatis. Le clone disparut dans une gerbe de fumée qui mit tes sens en alerte, tandis que Shoda fondait sur toi de manière impitoyable....

- Mprfh... Tu tousses un quinte de sang, qui éclaboussa alors ta tenue déjà écarlate et trempée par les restes de la bataille, tu as pu dévier le plus dure de l'attaque qui visait la carotide, en déplaçant ton corps grâce à un instinct et des réflexes aiguisés sur les pics du village des Nuages. Un morceau de métal fiché sans conviction dans ton épaule, ripant sur ton os et brisant un cartilage sans difficulté, comme dans une motte de beurre ; L'élan avait suffit à perforer ton épiderme, la folie qui te gardait alors t'empêchant de réagir avec discernement.

Au moment ou vos regards se posèrent l'un sur l'autre, tandis que tu malaxais les dernières restants de tes réserves d'énergie, portant à son firmament l’équilibre de ton corps et ton esprit, pour une de tes dernières techniques sûrement dévastatrice ; Ema relâchait son emprise sur ton esprit, le sifflement sourd reflua tandis que Shoda perdait ses dernières forces dans votre maigre lutte, incapable du moindre répondant. Il n'en eut pas besoin, seules l’atteignirent les larmes de Nué, terriblement marqué, qui se demandait encore comment il avait pu vouloir la mort de quelqu'un, qui ne le méritait sûrement pas.

Leur seuls torts avaient été d'être au mauvais endroit, au mauvais moment ... Et il avait essayé de les tuer pour ça... Il s'en voulait, terriblement. Ses larmes n'en pouvaient plus d'arrêter de couler, se déversant et cascadant comme l'un des célèbres chutes du Pays de l'eau, sur le torse de L'Iwajin. Il se tordait les mains, l’échine pliée comme ploit les bambous dans la tempête, presque plus qu'à l'horizontal. Attrapant l'Iwajin, il ne cessait de murmurer "Qu'ais-je fais... Mais qu'ais-je fais... Pourquoi ?!" Il n'arrivait pas à comprendre le coup de folie qui l'avait prit, quelque chose qui transcendait de loin sa propre nature ; Un peu comme si un alchimiste avait joué avec les instruments de son âme, et les potions de son cœur ; Il en avait fait alors un être abject, composé uniquement de colère et de violence. Tout l'opposé de notre jeune ninja.

Il rejoignit les autres en portant Shoda sur son épaule, lui permettant de retrouver sa camarade blessée, auquel Nué appliqua un semblant de premier soin, après avoir vérifié l’état d'Itagami ; Réduire une fracture aussi grave que celle-ci tira les derniers cris de Sora, qui semblait pourtant pleine d'une volonté aussi forte que celle qu'il connaissait aux Kumojins, prouvant la valeur des soldats de la Roche. Si elle pouvait résister à ce genre de soin d'urgence, elle pouvait toujours évoluer, et venir leur mettre une raclée un autre jour pour se venger. I

Ce serait de bonne guerre.

Maintenant qu'il avait réunit tout le monde dans une embrassade finale, comptant autant d'inconscients que d'incapables, comme une belle famille aimante qui se réconciliait après une dispute futile ; Il ne manquait presque qu'un image pour immortaliser le tout, et se dédouaner complètement d'un quelconque incident auprès de son cousin ... Olalala, si Shuuhei-dono apprenait ça ... Il allait encore passer un sale quart d'heure en tête à tête avec une barre de fer.

- YOSH ! Concrètement, on frôlait l'incident diplomatique, il se devait d'arrondir les angles ; Si Shizen-sama l'apprenait, ça allait encore lui retomber dessus ; Et encore pire si c'était dans l'oreille de Sayo que cela glissait. Définitivement, il avait trop à perdre dans cette histoire, et trop à gagner en expliquant sa vision des choses. Je suis sincèrement navré de vous avoir attaqué avec l'intention de vous tuer ... Il s'inclina une nouvelle fois, peu regardant en matière d'excuse, car le pardon n'est divin que par sa difficulté à être accepté des deux parties. Sa compétence en la matière en revanche... Nos deux Pays et nos deux Villages ne sont pas en guerre, il parait même que nous seront peut être prochainement alliés ... Je ne sais pas ce qui nous a prit ... Cette histoire nous dépasse tous ici. Il souffla en posant les mains sur ses hanches, activant une nouvelle fois sa sensorialité en une bulle de chakra de moyenne envergure qui s'illumina comme les décoration des illuminations Kumojin, lui rappelant de manière doucereuse la maison. Et ce qui l'attendait là bas ... Il ne savait pas s'il devait rire ou pleurer, avoir peur ou bien être excité.

Il ne lui restait plus qu'à tous les retrouver, et faire payer qui de droit, si on lui en laissait l'occasion.

Un métaru paye toujours ses dettes, Yamanaka Ema.





_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

1/07. Jeune discorde

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Événements terminés :: Events :: Event n°2 : Le Sommet des déchirements :: Partie n°1 : Le Sommet
Sauter vers: