Derniers sujets
» Autour des braises // Watari
Aujourd'hui à 3:17 par Hoshino Watari

» Aller à l'essentiel
Aujourd'hui à 3:09 par Metaru Shūuhei

» Sora Uchiha (en Cours)
Aujourd'hui à 2:57 par Borukan Akimoto

» [Koga Kiseru] Un errant à Iwa et dans un Cofee Shop - Libre
Aujourd'hui à 2:26 par Hyûga Sanadare

» Oui ?... Oui ! (w/ Tsunechika)
Aujourd'hui à 2:10 par Seisui no Seifukusha

» 1/08. La manipulatrice
Aujourd'hui à 2:06 par Suzuri Kyoshi

» Question de coïncidence ; Sazuka
Aujourd'hui à 2:04 par Ikeda Sazuka

» Le bon et la brute [Shukiki S.]
Aujourd'hui à 2:02 par Metaru Nué

» Reiji / RP.
Aujourd'hui à 1:37 par Goketsu Reiji

Partagez | 

Besoin de se ressourcer et se renforcer | PV Watari

Aller à la page : Précédent  1, 2

Ven 1 Déc 2017 - 0:22
Ma mère est une force de la nature. Je t'avoue qu'en tant qu'homme, j'ai toujours eu peur d'elle. Elle est... Le tentation incarnée. Je ne sais pas qui a eu l'idée de l'appeler Torahime, mais... Il a raison. Elle est surnommée Oni-onna après tout. Si elle te trouverait belle et attirante, elle te dévorerait. Son appétit pour les plaisirs charnels... Je ne sais pas ce qui l'arrêterait, pour être honnête. Elle est considérée comme plus virile sur cet aspect que mon propre père. Tout ce qu'elle trouve beau... Elle l'aime de toute son existence. Watari confiait quelque chose qu'il n'avait jamais confié à qui que ce soit. Il n'allait pas plus loin, mais il était assez palpable dans les airs que la mère de Watari incarnait une certaine forme d'interdit pour lui. Quelque chose qui l'avait forgé dans cette étrange relation qu'il avait aux femmes et aux hommes. Il ne savait pas s'il devait continuer à lui répondre.

Après tout, la description qu'il en faisait était suffisante en elle-même pour comprendre, ne serait-ce que par son regard brillant et craintif, son ton révérenciel, qu'il souhaitait autant la revoir que de ne pas la revoir.Je ne pense pas la revoir. Ne serait-ce que parce que j'essaie d’accepter cette part d'elle qu'elle a fait sienne et parce que j'ai peur de me perdre sur le chemin de la voie. Je ne souhaite pas particulièrement être perçu comme un oni, moi aussi. Mais plus encore, je ne sais pas si je peux encore prétendre avoir restaurer mon honneur auprès de mon clan.

De nombreuses raisons faisaient qu'il n'envisageait pas des les revoir. Outre les raisons liées à la sauvagerie folle et lascive de sa mère, Watari continuait de rougir de cet héritage qu'on lui avait repris, qui faisait de lui un éternel exilé, que ce fut de Kiri, ou même de son pays d'origine. Il rebondit enfin sur les désirs de sa jeune disciple : On inspire le respect par ses choix et par la capacité à se battre pour ceux-ci. Si par chance, tu montres aux autres ta force sans en abuser, je pense que tu pourras rayonner comme le fait ma mère. Même si elle ne cherche pas spécifiquement à rayonner. Elle ne cherche qu'à répondre à ses envies au jour le jour. Philosophie bien étrange pour une femme de samouraï. Il se doutait bien qu'Ayuka allait probablement changer d'avis sur l'image idéale qu'elle avait de sa mère, mais peu lui importait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Ven 1 Déc 2017 - 21:09
Pendant quelques secondes, Ayuka se demandait ce qu’elle pourrait ressentir face à une telle femme… Surtout si comme le disait si bien Watari, cette matriarche trouvait la jeune Yuki à son goût. C’était étrange pour Ayuka d’essayer de modéliser cette fameuse Torahime. En effet, on ne pouvait pas dire que les femmes du Clan des Glaces étaient des plus impressionnantes, voire… étaient simplement des inconnues. Simples épouses, simples mères toujours enfermées dans la demeure clanique et glaciale. C’était également là une motivation de la jeune femme à devenir plus puissante, égaler voire surpasser Eiichiro.

Ayuka se détacha quelques instants du jeune homme, son corps s’immergeant dans l’eau chaude et thermale. Si la jeune ne maîtrisait pas la puissance de l’eau, elle avait toujours apprécié de se laisser aller dans les courants et se faire bercer doucement.

Ses cheveux blonds ondulaient sous la surface, la jeune femme fermant doucement les yeux, répondant finalement « Profiter… C’est peut-être là finalement la clé du bonheur et de la puissance de ta mère. Un monde où l’on peut profiter de ses envies, où l’on peut rêver du lendemain sans craindre un nouveau drame. » Elle soupira doucement, un léger sourire aux lèvres. « J’ignore si mes choix seront respectables, mais je compte en réaliser à présent. »

Puis Ayuka se redressa légèrement, faisant face à Watari, l’eau s’échappant de ses cheveux de blé pour couler doucement le long de ses épaules. « Il faudra également que je te montre une nouvelle technique en entraînement ! Et cette fois tu n’auras pas besoin de casser ta nouvelle lame » dit-elle doucement à son égard avant d’ajouter d’une voix réellement intéressée « D’ailleurs la nouvelle te convient autant que l’ancienne ? Je n’ai jamais vu un Metaru à l’œuvre. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Mer 6 Déc 2017 - 4:02
Réaliser et assumer ses choix est le plus important pour apprécier sa vie et pouvoir en être fier, ma chère disciple...

A la manière d'Eiichiro, il était fier de voir qu'elle devenait moins une spectatrice de sa propre vie qu'une belle actrice digne des plus belles comédiennes du théâtre no. Son cœur s'était mis à battre différemment alors qu'il l'écoutait et qu'elle resplendissait. Elle était plus belle que toutes les fleurs qu'il avait pu voir s'épanouir dans les neiges. De toutes les femmes du clan Yuki qu'il avait vu, elle était la seule qui savait allié cette beauté chaleureuse avec ses arts glacés. Elle ne payait rien pour attendre, à être si adorable et si belle. Il devait arrêter de songer à cela, il devait rester stoïque, fort et ne pas prendre le risque de faire du mal à celle qui se révélait de plus en plus importante à ses yeux.

Cette histoire de sabre lui offrait un moyen de s'échapper et de parler d'autres choses : Ma nouvelle lame, par rapport à l'ancienne, a été pensée pour être adaptée au futon, alors que l'ancienne était pensée pour accueillir de l'électricité. Watari lui fit un grand sourire avant de dire : Si je reviens, je suis sûr que tu montreras cette technique. Si cela me permet de revoir ton beau sourire, Ayuka. Il fit un sourire plein d'affection et quelque peu amoureux à destination de la jeune femme. Tant pis, il n'arrivait pas à mettre la distance qu'il voulait avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Jeu 7 Déc 2017 - 1:21
Elle se souvenait, de ce fameux entraînement durant lequel Watari avait déchaîné une grande partie de sa force, de sa puissance. Un entraînement durant lequel Ayuka avait pu une nouvelle fois voir la réelle différence de niveau entre son mentor et elle, simple disciple, simple kunoichi. Un entraînement qui avait su libérer les mots mais également brisée la lame du samouraï, celle qu’Ayuka l’avait souvent su brandir en combat ou alors que son sensei lui montrait quelques mouvements habiles de l’art du combat au sabre.

Elle lui rendit ce sourire. Ce soir, les soucis avaient été laissés à l’entrer des bains concernant la jeune femme, que cela concerne la maison vétuste dans laquelle elle vivait depuis bientôt deux semaines, ou encore quelques soucis qu’elle rencontrait concernant les liens entre les membres de sa famille. Non, ce soir était le sien, et celui de Watari.

En vérité, Ayuka ignorait tout des techniques de création des lames, mais ce sujet avait le don de piquer sa curiosité, elle qui se sortait jamais sans sa fidèle et plus proche amie depuis tant d’années. « Il faudrait que j’aille voir ce Metaru, que j’observe l’art de créer des armes pour chaque main différente. »

La jeune femme passa sa main dans ses cheveux humides, dégageant son visage et ses yeux. La brume continuait d’emplir la pièce, ainsi que les deux protagonistes de cette scène alors que les bains ne se remplissaient pas, peut-être l’heure de fermeture allait décourager ceux qui passeraient devant l’établissement ?

« Je sourirais si j’arrive à te surprendre pour la première fois avec cette lame, si tu estimes que j’arrive enfin à allier l’héritage de mon père, et les glaces de mon clan, alors je sourirais. Sans oublier le moment où je te verrai réapparaitre depuis les portes d’Iwa. » Elle le savait déjà, le jour où il rentrerait de Tetsu, elle saurait retrouver ses bras.

Dehors le soleil se mourrait définitivement alors que les premières musiques du festival résonnèrent jusque dans les bains. Ayuka se redressa légèrement face à lui, un sourire malicieux mais sincère affiché sur ses lèvres. « As-tu déjà profité du festival ? Je pense que partir à Tetsu no Kuni sans le visiter serait bien triste. » Une invitation ? Certainement. Ayuka ne tenait pas à rentrer, ne tenait pas à voir son esprit léger s’alourdir quand la solitude de sa demeure la rattraperait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Ven 8 Déc 2017 - 19:36
Devait-il réellement songer au festival d'Iwa ? Pour lui, ces bruits de kermesses étaient éloignées de sa réalité. De cette réalité. Celle festive. il était déjà bien loin, dans l'avenir, dans des combats pour la paix, pour l'honneur et pour protéger celle qui voulait regarder un forgeron lui montrer son art, pour la protéger elle et sa cousine, ainsi que son ami et les filles du clans Yuki. Plus encore, protéger le village de son cousin.

Il avait du mal à se détacher des ombres qui vivaient en lui, celles qui avait été fécondées par les traîtrises et la traque. Celles nourries par les velléités des Hommes, celles-là même qui faisaient et défaisaient les liens. Watari savait désormais à quel point il était dur de perdre de tels liens. Pourtant, maintenant qu'il avait appris la douleur, celle-ci paraissait fugace. D'une certaine manière, il avait acquis la maturité de ne plus se faire de souci pour de telles histoires, de telles trahisons. Bien sûr, elles étaient douloureuses, mais le monde étant plein de félicité pour celui qui restait ouvert aux joyeux lendemains, il savait que chaque départ, chaque fêlure, chaque cicatrice, était un signe de sa stabilité qui augmentait.

Les lendemains chantaient ; ils chanteraient probablement moins dans les périodes à venir. Mais ceux qui gardaient l'espoir et qui restaient fidèles à eux-mêmes, leurs paroles, leurs intentions, n'auraient aucun regrets. Son regard se portant sur la jeune disciple, il soupira avant d'ajouter : Notre relation n'est-elle que cela, une course jusqu'au jour où tu parviendras à porter ta lame plus vite que je ne pourrais opposer la mienne ?

Il savait que non, mais cet objectif qui les reliaient était souvent le même était quelque peu réducteur de ce qu'ils avaient à se partager. Et pour en revenir au festival : Je verrais bien, j'attendrais les éventuelles invitations, s'il y en a. Sinon, je trouverais bien quelqu'un pour m'employer et mer permettre de gagner quelques précieux deniers.

Des deniers, il en aurait besoin, ne serait-ce que pour dédommager le clan Nagamasa qui était leur hôte. Et il en aurait fort probablement besoin aussi pour l'avenir. Cet avenir qui s'annonçait trouble...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Ven 8 Déc 2017 - 22:13
« Et bien je t’invite, Hoshino Watari. » Face à lui, à peine couverte, la jeune Yuki lui souriait doucement, peu désireuse de le voir partir dans une telle mission sans avoir pu profiter une seule fois du festival d’Iwa. En soit, il n’était peut-être pas le plus grand du monde, car testant sa première édition, mais il s’agissait d’un grand pas de différence face à la morosité et la tristesse ambiante du Village Caché de la Brume.

Puis se redressant, l’eau imbibant sa serviette ruisselant pour retrouver la chaleur du bain, Ayuka secoua doucement ses cheveux, faisant valser quelques gouttes d’eau autour d’elle. « Allons, si jamais elle devait ne se résoudre qu’à cela, et bien saches que tu es la seule lame que je veux atteindre et qui aide la mienne à ne pas faillir. » Ayuka sortit doucement du bain, devançant son mentor, ami et bien plus à la fois, un sourire malicieux éclairant son visage quand elle foula le carrelage plus frais et qu’elle se retourna vers lui. « Si je n’étais qu’une simple disciple face à son sensei, je doute que je t’inviterais au festival… Directement depuis les bains. »

Puis Ayuka fit quelques pas avant d’ajouter « Je t’attendrai devant l’entrée ! » Et il pourrait être amusant de découvrir qui de la jeune femme au simple haori ou à l’homme au complexe yukata sortirait en premier de l’établissement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Sam 9 Déc 2017 - 0:00
Regardez-là, à le pointer du doigt, alors que sa serviette volerait au premier coup de vent. Elle n'avait pas froid au yeux. Peut-être était-ce parce une c'était une kunoichi du clan Yuki. Il faut dire que pour la suite, la pugnacité et l'audace furent les maitres mots des agissements de sa disciple. Elle qui semblait prompte à l'inviter et à s'assurer qu'il était quelqu'un de spécial à ses yeux, Watari devait admettre qu'elle avait grandie quelque peu. Elle semblait moins portée par le flot du temps et plus active au sein de celui-ci. Nul doute que d'ici peu de temps, elle saurait voler elle aussi de ses propres ailes, avec ou sans lui. Cela le conforta quelque peu, si jamais malheur il devait lui arriver.

Discrètement, elle s'était élancée jusqu'au vestiaire où les tenues habituelles de la jeune femme devait sûrement se trouver. Et lui ? Lentement, le corps endolori par les eaux chaudes du bain, il fit un pas, puis un autre, paresseusement, jusqu'à son propre vestiaire, où là aussi, il prit le temps de se remettre dans sa traditionnelle tenue clanique. D'ici quelques jours, il se lèverait pour enfiler cette même tenue et s'en aller vers ce sommet des kage. Vers cet étrange et solitaire avenir qui serait probablement le sien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Besoin de se ressourcer et se renforcer | PV Watari

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: