Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Quand le blizzard prend naissance | PV Eiichiro


Lun 20 Nov 2017 - 0:04
Il avait facilement fallu une trentaine de minutes pour atteindre les hauteurs d’Iwa, un plateau rocheux, presque désertique qui surplombait tout le Village Caché de la Roche. Toutes les minutes, Ayuka se retournait pour voir si son cousin arrivait à la suivre car il ne s’agissait pas uniquement de déterminer la position de la jeune femme dans l’espace mais également de survivre à tous les obstacles rocheux et reliefs secs, abruptes.

Une fois arrivée au creux de ce lieu d’entraînement, Ayuka regarda autour d’eux, scrutant l’environnement, ne désirant ni visites, ni spectateurs car alors que le soleil se levait à peine dans le ciel et que la fraicheur de la nuit ne s’était pas encore laissée mourir, cette matinée n’allait pas être synonyme de détente et repos. Même s’ils n’étaient pas encore aptes à aider Iwa dans ses missions même minimes, Ayuka refusait de se relâcher et perdre cette force qu’elle avait accumulée et qui continuait de grandir. Et il en était de même pour Eiichiro… Même si la blonde avait conscience de la puissance de son meilleur ami, son handicap l’empêchait d’utiliser tout son potentiel.

« Tu te souviens, de quand je suis arrivée à Mizu no Kuni ? De la première fois où tu m’as emmenée au Dojo et le nombre de bleus que j’avais le soir même ? » Sans délaisser son sabre attachée à sa ceinture, Ayuka fit tomber son haori qu’elle déposa une roche plus élevée que les autres, ne tenait pas à le déchirer ou le filer. Le froid désertique encore présent vint doucement mordre les bras dénudés de la Yuki. Sensation agréable, piquante et se retournant vers Eiichiro, elle lui sourit « Eh bien cette époque est révolue. »

S’échauffer, échanger quelques joutes et peut-être faire quelques découvertes intéressantes en ces temps troubles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Lun 20 Nov 2017 - 0:27
Une pénible ascension. Tiré matinalement du sommeil par son amie, l’aveugle avait soupiré. Pourtant, alors qu’il était encore dans les brumes lointaines du réveil, il avait grogné et hoché de la tête, acceptant la proposition. Il avait baillé, évidemment, car il s’était encore couché tard, la veille, ruminant de nombreuses pensées obscures. Pourtant, pour elle, il comptait le faire. Elle. Ayuka. Parce qu’elle voulait s’entraîner. Parce qu’elle voulait prouver sa valeur. Parce qu’elle ne voulait pas rester inactive. Incapable de rester en place, il avait accepté cet entraînement. Pourtant, alors qu’il atteignait les hauteurs du plateau, le souffle mal assuré, il regrettait cette décision qui avait suivi son réveil. Pourtant, arrivé en haut, il frissonnait.

Excitation. Adrénaline. Alors qu’il passait une langue sur sa lèvre, il savait son amie joueuse. Quitte à s’entraîner, il n’irait pas de main morte. Ce ne serait pas lui rendre une véritable justice que de ne pas réellement se donner. Ou, en tout cas, lui donner une véritable résistance. Aussi, alors qu’il laissait traîner sa tête en arrière avant de la faire rouler, tentant de dénouer un peu les nœuds de son dos, il enleva ses chaussures, laissant ses pieds nus sur la pierre dure. Puis de remonter ses manches, et de tenir le bâton horizontalement.

_ Bien. Prouve le moi, alors. »

Pourtant, sans attendre, alors qu’un sourire carnassier se dévoilait sur son visage, le guerrier de la glace s’éveillait. Et, alors qu’il disait cela, la Tempête de Neige, Fubuki, se mettait à tomber sur le paysage rocheux. Dans le blanc matinal, les silhouettes se multiplièrent.



Dernière édition par Yuki Eiichiro le Jeu 23 Nov 2017 - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2036-yuki-eiichiro-titre-u-c#13764 http://www.ascentofshinobi.com/u355

Lun 20 Nov 2017 - 1:12
Ne pas rester statique. Elle le savait, s’entraîner, c’était également profiter des faiblesses de son adversaire et en l’occurrence, la cécité du Yuki. Sans dégainer sa lame, la Kunoichi se mit en garde, tous les muscles de son corps se tendant, prêts à réagir. Elle savait, face à son maître du Hyoton, les chances de gagner étaient réellement faibles mais… Il était toujours possible de le surprendre. Les quelques flocons qui commencèrent à tomber firent sourire malicieusement la jeune femme car certes, ils étaient un réel obstacle à sa vision intacte mais se battre dans leur élément ne pouvait que rendre cette matinée encore plus unique.

Sans courir, la jeune femme marchait entre les flocons qui commencèrent à se fondre également dans sa chevelure pâle. Ne pas lui laisser l’occasion de la retrouver, varier les vitesses et les longueurs de pas, tout un procédé qui pouvait être vu comme vicieux mais Ayuka ne tenait pas à lui faciliter sa potentielle victoire.

Cinq silhouettes sombres autour d’elle, et il se cachait dans l’ombre de l’une d’entre elle. Fermant les yeux quelques instants, c’est sans un bruit que dans la tempête de neige, les mains de la jeune femme commencèrent une danse bien particulière « Hyotsubame ». Eiichiro l’aidait indirectement car dans l’ordinaire, Ayuka devait condenser l’humidité de l’environnement pour sa techniques principale mais dans ce cas actuelle, les flocons se trouvaient être une matière de choix pour tes oiseaux de proies. Ils apparurent autour d’elle, ses hirondelles, ses fidèles alliées qui commencèrent à battre des ailes et disparurent. Elles tournaient, cherchant la moindre trace de chakra différent de leur maîtresse. En une fraction de seconde, les oiseaux aux ailles acérées et tranchantes partirent à toute vitesse prêtes à caresser et trancher les chairs d’Eiichiro.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Mar 21 Nov 2017 - 8:08
L’un des clones explosa sous la technique employée par sa complice. Il souriait. Sûrement imaginait-elle qu’il allait se révéler aussitôt. Au moins savait-il où elle se trouvait. Il ne comptait rien faire, sinon encore préparer son terrain, tranquillement. Car le guerrier était un habitué du combat, il ne comptait pas révéler sa propre position. Autant qu’elle s’épuise. Autant qu’elle se fatigue. Qu’elle frappe encore quelques clones. Avant qu’elle ne découvre la véritable étendue du piège qu’il lui préparait. Car si elle avait grandi, celle qu’il considérait parfois comme une sœur n’était pas encore prête à lui faire face. Ou, en tout cas, elle n’aurait su lui faire face s’il possédait encore un œil. Peut-être qu’aujourd’hui, il la verrait finalement gagner. Avec un sourire amusé, il haussa les épaules, prêt à une surprenante éventualité.

Aussi, dans un souffle glacé, alors que la tempête continuait de laisser apparaître son rideau blanc, il soupirait la suite de ce piège engagé. Car, dans les Hauteurs d’Iwa, l’entraînement devait aussi être un combat. Une véritable épopée. Il ne voulait pas lui laisser la possibilité d’un entraînement trop facilement gagné. Composant les mudras, il posa, sous la neige installée, un véritable sol de glace. Car si sa cousine pourrait le détecter facilement, elle ne verrait peut-être pas la suite arriver. Statique, sans aucun déplacement, il attendait, tapi dans le froid de la tempête. Pieds nus. Manches retroussées. Bientôt, le Dragon glacé frapperait une nouvelle fois.

_ Soruaisu. »



Dernière édition par Yuki Eiichiro le Jeu 23 Nov 2017 - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2036-yuki-eiichiro-titre-u-c#13764 http://www.ascentofshinobi.com/u355

Mer 22 Nov 2017 - 2:25
Vicieux et joueur. Voilà deux qualificatifs parfaitement adaptés à son cousin. Et alors que la tempête de neige ne faiblissait pas, Ayuka se doutait que dans l’ombre, il montait une stratégie, un moyen de tourner totalement les glaces à son avantage pour mieux briser celles d’Ayuka. Cependant, bien que la jeune femme savait sa force bien inférieure à celle de son chef de clan, elle ne comptait pas abandonner et au contraire, lui prouver qu’elle aussi était capable de progresser et peut-être même l’étonner ? Et qui sait, le mettre à terre même si cela semblait impossible.

Il l’avait connu faible, ne maniant que légèrement le sabre et ignorant absolument tous les secrets de Hyoton. Il l’avait mise à terre un nombre incalculable de fois, mais en ce jour, en cette matinée, elle en avait décidé autrement.

Un sourire malicieux ne tarda pas à s’inscrire sur les lèvres de la jeune femme quand elle entendit l’explosion caractéristique d’un clone, fier du travail de ses oiseaux. Cependant sans perdre sa garde, elle continuait d’avancer sur le fin manteau de neige, laissant une fine trace à chaque pas. Non, il n’arrivait pas à la battre aussi facilement, pas cette fois et bien que la jeune femme eût encore beaucoup à apprendre et commençait en secret à s’intéresser à quelques domaines mystérieux des arts ninjas.

Dans un doux murmure, Ayuka fit quelques nouveaux mudras rapides et c’était quatre manieuses de glace qui disparurent dans la tempête de neige, bien décidées à mettre à mal sa sensorialité, bien décidées à lui faire tourner la tête.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Jeu 23 Nov 2017 - 15:24
Il devait la féliciter. Ayuka apprenait des erreurs et jouait de ses avantages. A cet instant, alors qu’il sentait doucement le froid s’installer sur sa peau dénudée, il souriait. Réellement, il était fier d’elle. La jeune femme ne se contentait pas de se lancer à son assaut, ou de lancer quelques techniques sans aucun but. Elle connaissait son adversaire et ses faiblesses. Aussi contentait-elle donc jouer sur sa cécité, afin d’en perturber ses autres sens. Intelligente, elle savait gagner son respect. D’autant que, de plus en plus impatient, il perdait son calme olympien. Pour autant, il ne se laisserait pas si facilement faire. Car si elle n’attaquait pas, elle commettait aussi l’erreur de le laisser s’installer. Il pouvait ainsi profiter du manque de visibilité pour continuer sa stratégie.

Tandis qu’il gardait le silence, et se gardait bien du moindre du mouvement, il enchaînait les mouvements. Ses doigts qui exécutèrent les mudras tant de fois répétés, il connaissait aussi sa partenaire. Elle qui n’avait pas le même goût du combat, ni son expérience, était pourtant une redoutable guerrière. Pourtant, sa faiblesse résidait dans les stratégies imposées par l’aveugle. Lui se battait à distance. L’utilisation de sa lame l’obligeait à se battre au corps à corps. Il lui suffisait finalement d’être capable de la tenir longtemps à distance. Car dans ce jeu, ils devaient être tous les deux patients. Allait-elle perdre patience ou saurait-elle se montrer surprenante ? Alors qu’il patientait, il fit apparaître de nouveaux clones qui se dispersaient au fur et à mesure. Car, à chaque fois, ceux-ci encerclaient un peu plus sa proie.

Aujourd’hui, Ayuka était sa proie. Une nouvelle fois. Dans un nouveau combat. Elle ne le savait pas encore, mais il ne comptait pas se retenir. Ni pour elle. Ni pour quiconque. Il la mettrait encore à terre. Ainsi, bientôt, il y avait sept clones et un véritable homme au sein de la poudreuse. Mais qui était le vrai ? Quel était le plan ? Devait-elle se méfier du jeu qui s’installait ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2036-yuki-eiichiro-titre-u-c#13764 http://www.ascentofshinobi.com/u355

Mar 28 Nov 2017 - 22:11
Elle marchait. Sans s’arrêter, sans ralentir, les quatre Ayuka s’amusant des flocons de neige qui commençaient à parsemer ses cheveux et ses bras. Le combat se mettait en place, les deux guerriers des neiges pouvaient le sentir.

Le souffle chaud de la jeune femme formait quelques nuages de vapeur à chaque expiration silencieuse. Les pas de la jeune femme laissait des traces sur le fin manteau de neige et un clone finit par s’arrêter à la différence des trois autres copies de la Yuki. Un sol glacé, une technique fétiche d’Eiichiro. Peut-être que chaque clone du guerrier avait créé ce sol mais c’était un risque à prendre, pour le prendre de cours… Pas le choix, il fallait attaquer et ne pas hésiter.

Sans attendre, les quatre Ayuka sortirent de leur passivité et commencèrent à filer vers Eiichiro, vers le clone qui avait su repérer la technique défensive de son cousin. Elle courait, vite, bien plus vite qu’à l’accoutumé. Eiichiro le savait, le poids plume de son amie était un réel avantage pour une vitesse fort utile en combat mais c’était bien la première fois qu’il pouvait sentir sa cousine atteindre une telle vitesse.

Un premier clone se plaça devant les trois autres et pila en sentant son pied sur le point de glisser, faisant naître un sourire sur le visage de la vraie Ayuka. Le premier clone s’accroupit rapidement, offrant son dos et ses vertèbres à la vraie manieuse de glace. Le pied de celle-ci prit appui sur son double et propulsa Ayuka à toute vitesse vers Eiichiro.

C’était bien là le but de la jeune femme, ne plus lui laisser le temps d’agir, ne plus lui laisser le loisir d’attaquer à distance. D’un geste tant de fois répété, Ayuka dégaina sa lame, sa compagne depuis tant d’années mais la retourna immédiatement car bien qu’elle tenait à un combat à force déployée, elle ne tenait pas à blesser gravement son ami. Le bord non tranchant de la lame serait l’ennemi de l’aveugle, capable de fortes douleurs mais pas de faire couler le sang.

Et elle lui ouvrit une fenêtre sur son art, l’entraînement de Watari mêlé à sa maîtrise de plus en plus accrue de la Glace. Un art unique, celui d’Ayuka. Presque collée à son chef de famille et ne le lâchant pas, tentant de frapper encore et encore, esquivant, frappant de nouveau, le froid intense de sa lame s’amusant à mordre violemment les bras d’Eiichiro. Elle le harcelait comme elle savait si bien le faire, mais pour la première fois, il pouvait gouter la force de sa lame. Une technique redoutable, étrangement violente et vicieuse de la part de la jeune femme. Frappant violemment ses articulations ainsi que ses zones sensibles.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Mer 29 Nov 2017 - 17:40
Elle était vive. Il devait le lui reconnaître. Ayuka n’était plus la même et, le temps passant, il n’avait plus eu le temps de s’entraîner avec elle. Entre sa charge de Chef de Clan, les difficultés liées au Shodaime, puis au Nidaime, les événements de Shîto et leur départ précipité, l’aveugle n’avait plus eu le temps de s’occuper de sa meilleure amie. Or, à cet instant, il pouvait voir tout le progrès de celle-ci. Elle avait changé et, aujourd’hui, elle prenait l’avantage. Elle usait de ce qu’il offrait. Intérieurement, il la félicitait déjà. S’il n’était pas surpris, il découvrit l’ensemble d’une stratégie correctement menée. Car, alors que des clones se mouvaient jusqu’au sol gelé, il comprit rapidement ce qu’elle comptait dorénavant faire.

Déjà. L’alerte était rendue aux différents clones qui comprenaient la gravité de la situation. Alors qu’elle sautait déjà, l’originel, le véritable homme d’orchestre, paraît de sa canne. Le bâton, levé, se brisa quasiment instantané sous le choc, brutal, de la lame descendante. Puis vinrent les premiers coups. Car si elle n’utilisait pas le tranchant, elle frappait réellement, d’une lame gelée, qui, il le sentait, traversait le tissu de ses vêtements. Douleurs. Brûlures. Se protégeant comme il le pouvait de ses avant-bras, ne voyant pas mais sentant de sa Sensorialité les différents mouvements gracieux de sa partenaire. Si elle ne comptait pas le blesser, elle ne retenait pas ses coups. Et, déjà, il souriait. Car, dans le rideau de neige, sept clones foncèrent sur les siens. Et, déjà, en symbiose, les Stalactites s’enfoncèrent dans les clones de sa partenaire.

Puis, profitant pour remettre celle qui se relevait au sol, chacun se propulsait, les uns après les autres, jusqu’au dernier qui, d’une Stalactite, mit fin à la dernière clone. Puis, ce fut l’arrêt. Entourant sa partenaire, les paumes glacées s’immobilisèrent là. A hauteur de ses deux genoux se tenaient les mains gelées de deux clones. A hauteur de ses deux poignets, se tenaient encore deux clones. L’un, accroupi, avait une main posée sous sa poitrine. Deux autres, les deux derniers, se tenaient derrière elle, des mains posées au bas de son dos, des mains posées à hauteur de sa nuque.

_ Lâche ton arme, Ayuka. C’est fini. »

Et, composant lui-même les mudras, il posa cette main à hauteur de son front, prêt à lui geler le visage et l’intérieur de son crâne au moindre mouvement. Mais, comme toujours, il consommait beaucoup trop son Chakra et la douleur intense de ses doigts le faisaient déjà grimacer. Car si le démon s’éveillait, il brûlait de ces Glaces envahissantes.



Dernière édition par Yuki Eiichiro le Jeu 30 Nov 2017 - 11:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2036-yuki-eiichiro-titre-u-c#13764 http://www.ascentofshinobi.com/u355

Jeu 30 Nov 2017 - 0:18
S’il n’avait pas réagi à son attaque, elle aurait été déçue. Déçue de celui qui savait se faire respecter de ses adversaires, déçue du ninja si puissant qui avait su l’impressionner dès leur première rencontre. Jusqu’au bout elle chercha à prendre l’avantage, jusqu’à la dernière seconde avant l’apparition de ses clones elle le frappa du revers, une rage glacée l’agitant, une rage si peu observée par le passé. Mais en cet instant, il savait réveiller les instincts de guerrière de la jeune femme, sa soif de victoire, son envie de triompher. Il lui avait souvent parlé du démon de Glace qui semblait l’habitait et Ayuka ne s’était jamais réellement intéressée aux propres ombres glacées qui tapissaient son cœur. Cependant à chaque coup il pouvait sentir cette force et cette détermination qui l’habitaient.

Il ne l’avait pas déçue.

C’est brutalement que la jeune femme sentit les mains de son cousins, pour plutôt les emprises de ses clones saisirent son corps, la serrant pour l’empêcher de bouger, l'entravant d’une force menaçante. S’il ne déclenchait pas totalement cette technique qu’elle connaissait bien, Ayuka ne mit que peu de temps à comprendre la stratégie de son cousin en sentant le froid léger piquer ses articulations pour les ankyloser. Cependant ses muscles restèrent tendus, mâchoire crispée alors qu’elle poussa pour la première fois devant son cousin, un cri de rage, se débattant de toutes ses forces. La jeune adolescente qui se laissait tomber à terre les doigts glacées n’était plus, morte il y a de nombreux mois au sein du Pays de l’Eau. Les clones devaient user de leur force pour maintenir ce corps résistant de la Yuki qui ne tenait pas à en finir ainsi. Non, elle ne désirait pas perdre, plus face à lui. Ce n’est qu’en sentant la paume gelée du maître des glaces qu’elle se calma ou du moins… Qu’elle arrêta de se débattre. Pourtant les copies de l’homme pouvaient le sentir, elle ne désirait pas abandonner.

Un sourire carnassier autant que moqueur se posa sur les lèvres froides et pâles de la jeune femme alors que le souffle chaud et rapide de celle-ci frappait le visage de l’aveugle. « Tu as raison. » D’un geste vif, Ayuka laissa tomber son katana à terre, la lame frappant violemment le verglas dans un fracas métallique. Un geste violent qui démontrait sa rage et la passion qu’elle avait mise dans ce combat. Un geste bruyant, presque assourdissant pour l’aveugle si sensible à présent. Et cela, elle en avait parfaitement conscience.

Les stalactites avaient certes transpercé un clone, et le poids d’Eiichiro avait fait succomber un deuxième mais les répliques de la jeune femme possédaient la même agilité que leur originale. C’est tout d’abord à pas feutrés dans la neige qu’elle s’était approchée, la dernière Ayuka libre, après avoir esquivé de justesse la pique de glace qui avait certainement fini sa course contre un lourd rocher du plateau d’Iwa. Puis une course effrénée alors que la réelle Ayuka s’était retrouvée prise au piège par les grandes et glaciales mains de son cousin.

Le sourire n’était qu’en partie destinée à Eiichiro, ce fameux sourire de prédateur. Il l’était également pour le clone de la Yuki qui sauta par derrière Eiichiro, profitant des mains occupées de celui-ci. Et d’un geste vif, rapide, ce clone plaqua sa main sur la nuque du chef de clan. Une main glacée, autant que celle de sa cible, autant que celle qui menaçait le front de la jeune femme. Une technique similaire sur une zone si vitale.

Puis la suite d’une phrase qu’elle n’avait pas finie alors que le bruit du katana s’estompait déjà. « C’est fini, Eiichiro. » Combat équitable ? Perdu ? Gagné ? Au moins elle terminait l’affrontement avec une épée de Damoclès sur le dos de son cousin.

Et pour la première fois, elle ne le regardait pas depuis le sol.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Jeu 30 Nov 2017 - 12:27
Il souriait. Non pas car elle laissait entendre qu’elle abandonnait. Au contraire, alors qu’elle laissait tomber sa lame au sol, il comprit toute la fourberie de sa stratégie. Intelligente. Malicieuse. Il avait souri, de façon plus carnassière avant de grimacer sous l’intensité du bruit créé. Car, sensible de l’ouïe, elle en jouait volontairement, brisant un instant toute la concentration. Ce fut ensuite qu’elle sut réellement le surprendre. Car s’il avait détecté le dernier clone de sa cousine, il n’aurait pas eu le temps de s’en défaire, surpris par son audition surprise. S’il manqua de peur d’en perdre l’équilibre, légèrement désorientée, il écarta un peu plus ses pieds, tentant de trouver une nouvelle situation stable.

C’était peut-être là la véritable surprise de ce combat. Sa cécité. Elle en jouait. Elle s’en amusait et s’il savait aussi apprécier qu’elle lui dévoile toutes les faiblesses, il lui en voulait aussi. Car elle ne faisait preuve d’aucune pitié et frappait là où cela faisait mal. Comme une véritable démone de Glace. Sans aucun honneur. Alors qu’il aurait pu s’attendre à un combat équitable, sa cousine avait joué de ses sens. Elle l’avait trompé plusieurs fois. Et, finalement, c’était sa véritable déception. S’il désirait la féliciter, elle s’était battue plus lâchement qu’il ne l’aurait imaginé. Comme si elle était lointaine cette époque où ils se battaient en se faisant face. Pourtant, à cet instant, son ouïe le faisait souffrir, perturbé par le son intense.

Alors que la main gelée se posait dans sa nuque, il poussait un soupir. Elle l’imitait dans un vulgaire coup du hasard. S’il n’était pas aveugle, elle n’aurait pas réussi ce tour de passe-passe déplorable. Il n’aurait pas perdu l’équilibre durant cette fraction de seconde décisive. Mais les faits étaient là, face à lui se tenait une véritable combattante, prête à enfreindre les règles de l’amitié au nom d’un combat. Peut-être qu’un jour, finalement, elle lui planterait le Senbon dans la nuque, mettant fin à ses jours. Ou peut-être s’était-il imaginé une autre Ayuka qui, malgré tout, l’impressionnait pour ses capacités. Elle avait su employer divers stratagèmes afin de mettre la victoire de son côté. Pourtant, est-ce que cela valait réellement de jouer de la cécité toujours pénible de l’homme ? Est-ce qu’il était nécessaire d’atteindre son hypersensibilité auditive afin de gagner un combat ? A la fois déçu et fier, le Yuki aveugle gardait sa main posée sur le front de cette partenaire, relâchant légèrement cette pression. Il prit une longue inspiration avant de parler.

_ Tu aurais perdu, Ayuka. »

Un constat. Brute. Sévère. D’une voix froide, dénuée d’un véritable sentiment. Une voix basse, car marquée par la déception aussi.

_ A l’instant où j’ai détecté le mouvement de ton clone, j’aurais pu te geler instantanément. Tes articulations comme ton crâne. »

Puis, il sourit doucement, amusé, car il comptait bel et bien la féliciter sur ce qu’elle venait de faire, malgré toute la déception amère qui l’entourait.

_ Néanmoins, tu as usé de mes nombreuses faiblesses pour en tirer des avantages décisifs. Tu as utilisé ma cécité pour rester constamment en mouvement. Tu as usé du son strident pour déséquilibrer mon équilibre. Finalement, cousine, tu es peut-être plus fourbe et sans-honneur que je ne le serai jamais. »

Compliment ? Ou remarque triste ? Car, alors que disparaissait ses différents clones, il s’abaissa vers la source de ce conflit. Cette épée qu’il détestait tant. Cette épée qui lui rappelait Sôsuke, et qui s’était détourné du Hyôton pour celle-ci. Cette épée qui lui rappelait Ueno. Qui lui rappelait Tetsuko. Qui lui rappelait Shiori. Cette épée qui, à elle seule, symbolisait l’ensemble de ses maux. Et, alors qu’il s’abaissait, prenant d’une main la garde de celle-ci après avoir tâté la glace fissurée, il laissait doucement la tempête abandonner. Puis, se relevant lentement, il tendit la lame à sa complice qui, pour l’instant, l’inquiétait un peu plus. Tristement, la voix cassée par un combat qui se terminait sur une égalité, plus qu’une victoire, sans s’être réellement défendu, il s’était détourné d’elle, lui tournant le dos.

_ Si j’avais été comme toi, j’aurais usé de mes Stalactites lorsque je m’abaissais. Sache que je me suis retenu durant notre entraînement. »

Puis, tandis qu’il remettait ses bottes et ramassait bientôt son manteau aux anciennes couleurs du Clan, il se tourna à nouveau vers elle, prêt à l’accueillir près de lui.

_ N’oublie jamais que l’Art de la Glace est noble. Ne te perds pas dans la fourberie et la traîtrise de l’épée. »

S’il te plaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2036-yuki-eiichiro-titre-u-c#13764 http://www.ascentofshinobi.com/u355

Jeu 30 Nov 2017 - 14:29
Essoufflée. Fatiguée. Elle aurait pu se battre encore quelques minutes mais le manque d’entraînement se faisait ressentir dans tout le corps de la jeune femme. Des jours entiers à essayer de s’intégrer, des jours entiers à découvrir le village, des jours entiers à s’occuper des plus jeunes. Et en cet instant Ayuka se fit la promesse d’accomplir un entraînement par jour, pour peut-être dans un loin futur, être capable de faire face à des adversaires tous aussi redoutables que son cousin.

Mais en instant, elle était fatiguée. Son front menacé quelques minutes auparavant rencontra le torse d’Eiichiro, simplement, alors qu’elle reprenait doucement son souffle au mieux, calmant également son rythme cardiaque palpitant. Il l’avait poussée dans une rage combattive qu’elle ignorait posséder jusqu’à ce jour.

Il lui annonçait qu’elle aurait perdu. Pourtant ce n’était pas le cas. Certes, certainement aurait-elle était écrasée une nouvelle fois si son cousin avait été encore doué de l’art de la vue, mais le destin avait fait que non. Une blessure injuste certes mais Ayuka ressentait elle-même une forme d’injustice dans ses mots. « Si j’avais été un homme, si mes parents m’avaient donné ta force et ta stature, tout serait différent… » Elle soupira, encore sous le coup de l’émotion et il pouvait le sentir. « Profiter des faiblesses de l’autre ne se résument pas à une ancienne blessure. » Et il le savait pour s’être longuement entraîné avec Ayuka par le passé. Si aujourd’hui elle commençait à trouver les avantages de son corps, fut une époque où ses adversaires Yuki n’avaient peu de difficultés à la faire tomber au sol et la faire valser.

Sans bouger, elle continua de l’écouter, les battements de son cœurs encore bien trop rapides, son esprit bouillonnant. Il lui parlait de fourberie, elle sourit. Non, elle n’en voyait pas plus dans ses gestes que les clones de son cousin. Attaquer par derrière alors qu’elle le savait totalement capable de détecter son clone, ce n’était pas fourbe.

Puis il s’éloigna et la mâchoire de la Yuki se crispa à ses mots. Il pouvait la trouver fourbe bien que son esprit lui disait le contraire. Il pouvait la juger mais il n’était jamais à oublier qu’Ayuka possédait un tempérament de feu pour une manieuse de glace. Elle attrapa son arme, une partie de son âme et rangea de suite la pourfendeuse dans son fourreau, non sans que ses yeux ambrés ne quittent son cousin une seconde. « Tu peux être déçu. Tu aurais pu me blesser en effet, et si j’avais voulu en finir avec cependant mes maigres chances, je n’aurais pas uniquement frappé tes membres. J’aurais pu trancher. J’aurais pu toucher ton visage. » Et encore, il n'avait pas totalement découvert le pouvoir qu'elle possédait à présent. Mais un sourire malicieux et sarcastique s’affichait sur son visage « Mais ça aurait été dommage de détruire ton beau visage. » Ce n’était pas une pique. Le bandeau qu’il portait ne l’enlaidissait pas. Et Eiichiro le savait, Ayuka ne désirait pas le blesser.

D’un pas rapide, elle fila chercher son haori et s’enroula dedans car le froid commençait à réellement l’atteindre et désensibiliser sa peau. Elle retourna contre lui. Déjà car il avait toujours su naturellement la serrer contre lui comme son père l’avait tant de fois fait par le passé. Mais également car Eiichiro avait un manteau bien chaud. « L’art de l’épée est noble, tu peux penser ce que tu veux, je ne te laisserais jamais dire, sans réagir que l’art de mon père n’était qu’un tour de traîtrise, comme celui de Watari ou des Nagamasa. La Glace peut l’être tout autant. C’est l’art ninja qui pousse aux stratégies qui ne semblent mesquines et fourbes et… C’est le Clan qui me l’a appris. Et je ne suis pas une Sabreuse. » Elle qui autrefois avait été jeune élève samouraï. Elle qui pour s’intégrer avait dû apprendre à vivre comme une ninja. Cependant jamais elle ne serait capable de se séparer de sa lame.Et jamais comme les femmes de la Confrérie, elle ne l'abandonnerait.

Et si un jour elle devait se laisser consumer par une démone de glace pour atteindre la force des plus, elle le ferait, si tel était son destin. Mais l’épée à la main, jamais elle ne perdrait l’héritage de son père.

« Merci, Eiichiro. » Alors qu’elle ne bougeait plus de la chaleur de son manteau. Alors que la fatigue l’empêcherait de danser à la prochaine nuit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Jeu 30 Nov 2017 - 23:30
Alors que les flammes glacées finissaient par se taire, l’aveugle s’était retourné vers sa meilleure amie. Sa complice. Sa cousine. Si elle n’était pas sa moitié, il lui semblait qu’elle faisait partie de sa vie depuis si longtemps que, finalement, il ne savait comment il aurait pu l’imaginer sans elle. Là depuis tellement d’années. Elle le connaissait. Elle comprenait ses silences. Peut-être était-elle-même la seule à savoir lire ses sourires, ses craintes, ses douceurs. Ils s’étaient souvent entraînés ensemble, dans de nombreux combats où il la relevait à chaque fois. Elle l’avait surprise, souvent, bien que, grandissant, les occasions se faisaient plus rares. Il l’avait vue, aussi, se faire battre plusieurs fois, étalée sous les rires. Pourtant, il n’avait jamais rien fait contre eux. Parce qu’elle devait régler elle-même ses difficultés. Mais, toujours, il venait la relever.

Aujourd’hui, il n’avait pas besoin. Aujourd’hui, elle lui avait fait face. Elle s’était battue comme une véritable Démone des Glaces. Elle avait rusé pour atteindre son objectif. Aujourd’hui, elle pouvait être fière d’elle. Car il l’était. Finalement, comme souvent, elle s’était collée contre lui. Pour retrouver sa chaleur. Pour le retrouver. Aujourd’hui, aussi, pour se retrouver. Et, alors qu’elle était contre lui, il l’avait entourée de son manteau. Pour la protéger. Pour la réchauffer. Car peu importe ce qui se passait, il restait bel et bien là pour elle. Encore. Toujours. Plus que ça, il avait fini par l’enlacer, la serrant contre lui. Ce jour-là, alors que la neige s’était arrêtée, il lui avait embrassé le front. Un geste tendre. Un geste qu’il ne faisait que rarement. Pourtant, ce jour-là, elle le méritait bel et bien. Finalement, alors qu’elle le remerciait, il souriait. Doucement. Tendrement. Alors qu’il avait eu encore des instincts amers, ceux-ci s’évanouissaient sous ce câlin qui durait.

_ Tu as quand même cassé ma canne, je te signale. »

Juste de quoi détendre l’atmosphère alors qu’elle sentait, dans sa voix, toute l’ironie dont il savait faire preuve. Car, alors qu’elle tombait, il s’était protégé de sa canne qui, sous l’impact, c’était brutalement détruite sous ses doigts. Eparpillée, il en souriait encore quand il se laissa à une autre tendresse oubliée. Glissant son front contre le sien, il se laissait à une tendresse souvent oubliée. Pourtant, à cet instant, il voulait lui faire savoir toute sa fierté.

_ Tu as beaucoup grandi et je suis fier de la femme que tu es devenue. »

Et alors qu’il rigolait pour lui-même, il ajouta finalement pour elle.

_ Je me demande encore combien de temps je serai le Maître et toi l’élève. Tu finiras par me surpasser, et ce jour-là, je n’aurai plus rien à t’apprendre. »

Finalement, glissant ses doigts près du visage de celle-ci, comme dans un dernier geste de bonté, il lui glissa quelques derniers mots avant de doucement se détacher. Ainsi, posant ses lèvres sur son front, il lui fit une autre promesse.

_ Sois fière de la femme que tu es devenue. Elle dépasse mes attentes. Je n’aurais jamais cru que, ce jour-là, tu serais celle que tu es aujourd’hui. »

Elle était tant. Elle n’était pas que sa cousine. Elle était une sœur. Elle était une amie. Une confidente. Elle était sa partenaire. Sans elle, peut-être qu’il serait un bien autre homme. Car, combien de fois il avait aimé ses yeux pétillants ? Son sourire taquin ? Seuls lui restaient les mots piquants. Plein d’entrain. Plein de vie.

_ Merci à toi, Ayuka. »

De croire en moi. De faire de moi un homme meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2036-yuki-eiichiro-titre-u-c#13764 http://www.ascentofshinobi.com/u355

Quand le blizzard prend naissance | PV Eiichiro

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Crocs Rocheux
Sauter vers: