Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

A Quest for True Sight - [Sana]


Lun 20 Nov 2017 - 23:17
Taishi haussa les épaules devant le garde qui consultait le document que venait de lui donner le Chunin affilié au Yamagenzo.

« Une lettre ? »

Le type était curieusement investigateur, ce qui irrita un peu Taishi qui reprit son document sèchement en croisant les bras.

« Ouep. C’est juste une demande de rapport pour le chef d’un village à quelques heures de course. La routine, quoi. »

Le gars eut une moue dubitative et jeta un regard au ciel noirci et grondeur.

« T’es au courant qu’il va pas tarder à faire orage ? Pourquoi tu n’attends pas que ça passe comme les autres ? T’es pas plus rapide que la pluie encore, que je sache. Et puis pourquoi tu as besoin d’emmener… Hum... Sana, Sana… Oh bordel, c’est la folle aveugle en plus ? »

Toute une réputation, bravo idiote. Taishi haussa encore les épaules en ajustant son manteau vert. Il avait un plan et pas la moindre intention de le dévoiler au premier venu. Déjà qu’elle était en retard comme d’habitude…

« Bon c’est quoi, un interrogatoire ? Et si tu ouvrais cette foutue porte question que je ne sois pas encore plus vite rattrapé par la pluie. J’ai un boulot à faire, fais donc le tien ! »

Le garde leva les mains en signe de soumissions et s’affaira à ouvrir l’une des nombreuses ouvertures à même les épaisses murailles du village réservées aux shinobis en mission.

« Ok ok… Bon entre nous, je comprends, tu sais, pour ta Sanadare t’vois ? Pas exactement le Kunai le plus aiguisé de la forge, mais je remercierais celui qui a fait les courbes du métal, tu vois ce que je veux dire, ha ? »


Taishi roula des yeux. Oui, il pouvait voir. Mieux que l’idiote du moins. Ça avait servi ses intérêts, en tout cas. Aujourd’hui aussi, peut-être. Dommage qu’elle préférait les vêtements noirs plutôt que blanc, hein ? Le garde termina sa besogne et le Taishi s’appuya contre la pierre, un kunaï verdâtre tournant entre les doigts comme un enfant jouerait avec n’importe quelle brindille. Il était si habitué au geste que le couteau tournoyait dans sa main sans même qu’il ait besoin de le regarder. En vérité, l’Hayai avait l’esprit ailleurs, mais ce n’était pas une grande surprise, occupé comme il était à… Rester loin de tout le reste. Ce petit assignement, c’était encore une bonne manière de s’éloigner de la politique et des actualités. Taishi était un aventurier lassé prématurément, peut-être. Si Iwa n’était qu’un tas de décombre à leur retour, il n’aurait pas été si secoué. Pas plus que si le village tenait encore. Pour le moment, c’était comme ça qu’il préférait les choses. Il en avait vu assez pour savoir que les héros brillants sont ceux qui illuminent le monde le moins longtemps. Et les étincelles ne cesseraient jamais. Les sages disaient de ne jamais rien prendre pour acquis, mais Taishi aurait dit le contraire. Lorsqu’on prend tout pour acquis, c’est la chute qui donne à la vie tout son sens, non ?

Le tonnerre gronda après la zébrure d’un éclair bleuté. Il était temps de partir.

_________________
I bring the storm, Invité. I will end this in a single flash.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 21 Nov 2017 - 22:55
Sa couette la quitta. Elle grogna, cachant sa tête sous l'oreiller, lui même bientôt réquisitionné, jurons en tout genre de la Hyuga mal réveillée, c'était qu'à peine une demi-heure qu'elle était rentrée ébréchée de sa dernière soirée. On lui jetait des vêtements au visage, elle en profitait pour simuler un K.O. Ça avait pris plus de temps à la gamine qu'elle ne le pensait pour la mettre à la porte.

Cheveux en bataille et pas traînant.

Elle dormait debout les mains dans les poches en déambulant dans la ville vers la sortie, parce que visiblement c'était là qu'on l'attendait. Ah ouais ? Après sa petite envie de liberté, peut-être qu'on lui avait préparé ses valises, un joli papier officiel qu'elle ne pourrait pas lire et qu'on lui ouvrirait les portes gentiment en lui disant bonne chance pour la suite. Soudainement elle s'empressait, assez enivrée encore pour prendre ses délires pour réalité. Sur place on lui jetait un sac visiblement lui étant destiné. Son sourcil s'arquait.

-Je sais pas ce que tu leur fais...
Commençait le garde. Mais je serais pas contre que tu me le montres.

Il souriait de toutes ses dents, et bien qu'elle ne pouvait pas le voir, Sanadare l'avait su pareil sentant ses dernières éclatées sous son poing fermé. Il grommelait, l'insulter et bien d'autre, mais aucun esprit revanchard pour autant, physique du moins. Fin du chahutage du côté intérieur, on lui ouvrait la porte pour la jeter dehors presque littéralement.

-Bonne chance ! Hurla le second garde, mais pas pour elle, pour le chunin qu'elle accompagnait.

Presque elle y avait cru, tandis qu'elle rajustait son couvre-chef, détectant l’insupportable Hayai, c'était qu'elle lui avait dit au revoir à sa façon, parce qu'elle ne comptait pas le revoir, de sitôt ou tout court. Peut-être qu'elle l'avait évité ces derniers jours pour ne pas subir un interrogatoire quelconque. Le ciel grondait, la kunoichi jetait la sangle de son sac sur son épaule.

-Alors c'est toi. Lui faisait-elle sans trop de cérémonie avant d'ouvrir la marche.

Bien qu'elle ne savait pas vraiment où ils allaient.

-C'est pourquoi cette fois ? Ouah, un pieds dehors, soit on veut m'éliminer dans le silence de la forêt -ça serait pas la première fois, soit je suis chanceuse aujourd'hui.

Les première gouttes venaient lui caresser le bout du nez.

-Ou peut-être pas. Elle soupira en patientant, après tout, c'est lui le chunin !

Elle n'avait pas envie de justifier quoi que ce soit...

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 22 Nov 2017 - 2:36
« Ne fais pas ta surprise. Personne veut travailler avec toi et ils assument que ça me dérange pas. »

Il la scruta de bas en haut en faisant la moue.

« Tu ressembles à un tas d’ordures, sérieux tu as encore dormi dans une ruelle ? T’es ptete aussi attirante qu’une vieille éponge mais si tu continues, les sans-abris vont finir par se résigner. Incroyable, et ça veut dire que tu laisses Moïra toute seule ? Vraiment inutile… Allez on a du chemin à faire. »

Quelques gouttes tombaient à présent, mais rien de très grave pour le moment. Ils se mirent en route. Il roula des yeux en s’essuyant le front.

« Tu trouves le moyen de te plaindre alors que j’ai trouvé le moyen pour sortir du village au moins quelques heures. Incroyable, quand même. »

Il soupira en regardant le paysage défiler devant lui.

« Il t’arrive de penser à comment c’était, quand on est arrivé ici ? Je veux dire, à Iwa ? »

Non, Sanadare, probablement pas. Elle ne voyait plus que des ténèbres, métaphoriquement ou littéralement. Ça l’inquiétait, même s’il n’était pas certain pourquoi. Probablement qu’il ne voulait pas tous les efforts perdus à extirper son presque-cadavre de la forêt, tout ça pour le voir se faire massacrer inutilement ensuite. Il se demanda si l’idiote se demandait parfois ce qui empêchait le clan Hyûga, qui lui avait volé un œil, de prendre tout le reste. Ça faisait un miroir à son inquiétude première, il supposa. Mais cette imbécile ne prenait rien au sérieux sinon sa propre rage.

Il garda le silence un moment. Il aimait courir, c’était bien plus agréable que d’entendre l’idiote crier pour les mauvaises raisons, bien plus agréable que les tumultes des marchés d’Iwa, les hurlements des enfants, ou bien les chansons de l’empereur perroquet.

« Mon clan croit que le temps n’existe pas, tu savais ? Les anciens pensent fermement que le monde ne progresse qu’à travers les gestes des êtres qui l’habitent. Et celui qui peut agir le plus, est celui qui peut y faire la plus grande différence. D’où l’obsession pour la vitesse, peut-être. »

Il fit un plus grand bond et apprécia la sensation du vent qui fouettait son visage, les petites gouttelettes de pluie qui s’y écrasaient.

« Rassure-toi, cela a jamais été aussi poétique pour moi. J’aime juste avancer. »

Il n’en dit pas plus, le village était en vue. L’orage semblait s’envenimer, mais la pluie était toujours légère et irrégulière, comme une indécision atypique de la nature elle-même. La tâche ne prit pas longtemps, ce n’était qu’une tâche routinière après tout. Les villageois donnaient de drôle d’airs à la pauvre aveugle, mais par chance – ou malchance - elle ne pouvait rien en percevoir de toute façon. Le chef du village jeta un œil au ciel en maugréant.

« Vous devriez rester ici le temps que ça passe, ça promet d’être assez violent quand ça va enfin exploser, ce truc. »

L’Hayai replaça son manteau vert et regarda le ciel à son tour. Après un moment de silence, il se retourna vers le chef avec un curieux regard.

« Non, c’est parfait. Allez, on y va. »

Ils se remirent en route, mais l’Hayai la tira par le bras dans une autre direction et ils se retrouvèrent bien vite à grimper une colline qui surplombait le village isolé dans son creux. La pente était raide mais pour un shinobi, ça ne faisait aucune différence.

« Il y a quelque chose que je voudrais te montrer. »




_________________
I bring the storm, Invité. I will end this in a single flash.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 22 Nov 2017 - 3:25
Elle arrangeait sa cape pour ne pas se tremper, l'écoutant à moitié, la Hyuga n'était pas seulement déconnecté du monde par l'alcool qu'elle consommait. En réalité, c'était peut-être même lui qui la sauvegarder au moins assez pour la rendre inutile dans les heures les plus troubles, dans ses pensées les plus irréversibles. Elle inspira, pour mieux expirer. Non mon pauvre Taishi tu ne saurais jamais. Puis elle lui souhaitait de ne jamais connaître, après tout, peut-être qu'elle était la seule à blâmer d'avoir choisi de ne pas tout effacer. C'est vrai que ça aurait été plus simple, mais son cœur lui avait un mécanisme compliqué qu'elle même ne comprenait pas toujours. Un petit peu comme avec lui.

L'idiot lui avait manqué, mais l'acerbe ses mots n'étaient pas réceptionné par la juste valeur de son répondant aujourd'hui, à la place, elle les encaissa sans céder un mot, haussement d'épaule, mais ce n'était pas du mépris. Plus un manque de force de lutter, un manque tout court. Au moins il se taisait quand il courait, ça l'arrangeait, enfin pour un temps. Comment c'était Iwa à l'arrivée... ?

-Aussi pénible à supporter et surjouer pour moi, je médite chaque soir le choix.

Réponse automatique et sincère, peut-être trop, c'était qu'elle était déjà sur la pente raide, et qu'elle se demandait pourquoi on ne l'avait pas viré encore, de la police ou des forces d'Iwa. Le dragon qui l'avait planqué dans son ombrage, elle se demandait encore bien pourquoi. Puis pourquoi aussi Taishi était toujours prêt à la tirer d'un bout de bras vers une autre direction quand elle fonçait dans le vide. Elle ne ferait jamais rien pour lui, elle ne l'avait jamais fait, qu'est-ce qu'il attendait ?

Elle était fatiguée.

-Ah ? Alors c'est sûrement parce que je prend la vie trop paresseusement que tout à foutu le cas. T'essaie de me faire -encore- la morale ?

Mauvais humour, mais humour quand même, elle faisait un effort, c'était parce qu'ils arrivaient, puis elle sentait bien que sa prestance n'était pas la même d'un bord et de l'autre des deux partenaires. Elle s'en foutait, elle ne courrait après rien elle, elle ne marchait même plus tout court si on la poussait aux fesses. Ce qu'il faisait en l’entraînant sur un chemin qu'elle avait parcouru pour venir. Quelle ironie. Au moins, le temps était agréable, la pluie avait ce don de troubler sa sensorialité, écrasant la monotonie, un monde qu'elle était la seule à pouvoir profiter. La caresse froide s'infiltrait dans ses vêtements, glissant le long de son dos quand ils s'arrêtaient. Bien sûr qu'elle s'était demandé pourquoi soudain il était si persuadé de devoir se rendre ici.

-Me montrer ?... Oh elle aurait pu lui rappeler qu'elle ne voyait pas, pour elle, n'importe quel endroit avait la même essence de néant. Je suis curieuse et empressée de voir ça M.le Faiseur de miracle. Lui fit-elle de mauvaise foi.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 22 Nov 2017 - 6:20

« Toi et morale ? Me fais pas rire, t’es une cause perdue. Ferme-la et monte! Le seul miracle, c’est si je suis pas lassé au point de te jeter en bas ensuite »


À chaque bond, un peu plus haut. Le ciel était presque une mer d’encre désormais, un maelstrom sulfureux. Taishi adorait ce temps. Il était si… Dynamique, tumultueux. Le vent hurlait et secouait son manteau comme des mains invisibles. La pluie commençait à prendre de l’envergure, elle aussi, une sorte de rideau invisible devant ses yeux. Il pouvait voir le sommet se profiler, tout en haut de la colline. C’était le pire endroit mais aussi le meilleur.

« Ça semble un peu ridicule, non ? De croire que si on arrête de bouger, l’histoire, le temps s’arrête. Mais il y a ces dessins, ces photos que l’on regarde, qu’on se remémore. »

Il secoua l’eau dans ses cheveux tout en tirant sur la main de l’idiote pour la diriger.

« On les regarde, on se dit, c’était un bon moment, non ? Pourquoi les choses ne sont-elles pas comme ça, toujours ? Alors on cherche à retrouver cette tranquillité, cet instant arrêté dans le temps. »

Un éclair secoua le ciel, illuminant comme mille feux pendant un bref instant.

« Alors ce serait pas logique qu’une idiote comme toi cherche tout le contraire, ce chaos naturel et incontrôlable ? »

La pluie s’abattait avec une force toujours croissante, mais le vent envoyait les gouttes un peu partout, comme une sorte de micro-tornade. Ils approchèrent du sommet, qui surplombait la vallée. Quelque part au loin, il y avait Iwa, mais à cet instant, le damné village était invisible. L’instant n’était que le froid mordant du vent, de la pluie et de l’électricité statique. Il se retourna vers l’idiote et l’attira contre lui, sac de patates aux courbes au moins tolérables. Il posa les mains sur ses hanches et en suivit les traits, un sablier abrupte.

« Tu vois le chakra, non ? Comme une sorte de sonar ? Alors c’est dans ce chaos que tu vois ces images, ces instants, non ? Tu le savais. Tu veux savoir mais tu ne l’as pas fait. Pourquoi ? »

L’eau s’abattait sur eux comme la chute derrière sa main l’avait fait jadis, mais le fond était un océan de ténèbres marquait par les lézards dorés. L’Hayai remonta les mains et les posa sur son visage, en dessinant doucement les traits, appuyé contre elle, ce filament d’eau à la surface des peaux.

« J’avais peut-être tort, idiote. Peut-être que tu as besoin de voir ce monde pour y comprendre ta place, quelle qu’elle soit. »

Il cherchait peut-être autant de réponse qu’elle, mais peut-être qu’à travers cette pluie, ce vent et se tonnerre, et le chakra qui émanait de ses mains, peut-être y avait-il un horizon à la clé, le genre qu’on pouvait percevoir et imaginer, même les yeux fermés ?

« …Imbécile… Tu veux savoir, non ? »





_________________
I bring the storm, Invité. I will end this in a single flash.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 22 Nov 2017 - 19:16
Au moins elle pouvait sentir, ça oui et mieux que n'importe qui la valeur d'une caresse aussi minime soit-elle sur ses hanches ou n'importe quelle partie de son corps en fait, comme la pluie qu'elle n'avait pas besoin de suivre d'un regard pour imaginer le trajet à la perfection. Où est-ce qu'il voulait en venir ? Taishi semblait un homme différent ces derniers temps, plus sérieux, parfois il taquinait, mais plus comme avant, peut-être qu'il avait senti que la Hyuga en avait fini avec son caprice d'enfant. De bouder dans son coin en attendant que l'orage passe pour briller à la lumière d'un soleil qui leur exploserait à la figure détruisant tout son passage.

Alors oui, elle ne put pas s'empêcher de se prêter au jeu, tandis qu'il faisait glisser tout ce qu'il lui restait pour voir, l'essence précieuse qui en faisait des shinobis. Le Chakra du brun qu'elle connaissait par cœur, alors que pourtant, elle n'aurait pu ni donner la teinte de sa peau, les nuances dans ses cheveux ou encore la profondeur de l'éclat de ses yeux. Elle ferma le dernier œil qui lui restait pour s'y concentrer, quelques courbes, quelques traits plus ou moins correspondant à ses souvenirs, peut-être que son physique n'avait pas vraiment changé et qu'elle l'oubliait parce qu'elle balayait aussi d'un revers de la main ce qu'il enveloppait avant. Elle tira sur le bandeau, dévoilant le plus horrible cratère de sa chair, la pluie avait aplatie ses cheveux, la démunissant de son rempart volatile. Parce qu'elle le pouvait encore, elle ouvrait la paupière douloureuse à l'orbite vide en même temps que celle qui accueillait une lune sans soleil pour la faire briller. C'était encore plus horrible qu'elle l'avait imaginé du bout de ses doigts quelques soirs parfois. Le chakras s'infiltrait dans toutes les subtilités des courbes. Il ne mentait pas.

-Peut-être qu'il est trop tard, et que c'était ce qu'ils essayaient de t'enseigner. Qu'en s'arrêtant, on prenait le risque de ne plus avoir la force de repartir en creusant le retard.

Son corps s'abattait lourdement de tout son poids contre le manteau vert détrempé, elle glissait ses bras sous les siens, faible protection contre la pluie battante, mais au moins, maintenant qu'elle avait plaqué son visage contre son torse, son propre souffle tiède pouvait la réchauffer. Même si toutes la chaleur du monde n'aurait suffit à faire fondre sa carapace gelée. Il fait froid dans le néant, puis plus que sous le torrent des larmes d'une tempête se disputant la place avec la foudre. Elle ne voulait plus le voir, et pas qu'il continue à regarder non plus.

-Parce que tu crois qu'il reste encore des choses que je ne sais pas déjà ?

Son emprise se resserra, comme si elle avait accumulé toute la fatigue du monde voulant l'écraser sur le sol, à ses pieds. Peut-être bien parce qu'elle était soulagée un petit peu, sa raison s'étant faite sur le fait qu'elle ne le reverrait plus jamais éventuellement, ni lui, ni d'autres. Est-ce que c'était aussi grave ?

-Qu'est-ce que tu me veux. Parles.

Le dernier mot sonnait comme un ordre ou une requête désespérée. Quand ses paupières se fermaient et sans son bandeau, on aurait pu croire à l'enfant d'antan la veille qui s'était endormie paisible sous la berceuse de la pluie battante. Celle qui avait oublié de profiter de la beauté d'un ciel grondant, ignorant que plus jamais, elle ne le pourrait. La Sanadare d'aujourd'hui était l'accumulation de beaucoup de regrets.

-On te la rapportait pas vrai ? Et si c'était moi qui n'avait qu'à te pousser d'un côté de la pente de la colline pour disparaître de l'autre en profitant de l'élan offert par ce sommet ?
Confiait-elle d'une voix lasse, bien basse sans avoir besoin de réponse pour savoir qu'elle était dans le vrai. Des fois je regrette et je maudis Moïra de m'avoir retrouvé, je m'agace de lui en être redevable et plus encore de gâcher les efforts qu'elle y a porté. Mais...

Le ciel gronda, comme pour la faire taire.



_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Jeu 23 Nov 2017 - 2:26
«… »

La tempête pouvait faire rage mais il se contentait de la garder contre lui dans un silence contrastant. Il n’avait pas de réponse à ses questions. Il avait voulu, plutôt espérer qu’en apprenant un peu plus de monde, elle ait davantage envie d’y rester. Les choses étaient pas pareilles qu’avant, le monde changeait. Taishi faisait de son mieux pour garder le statut quo, essayer de maintenir une vie normale, retenu par des fils invisibles contre les torrents des évènements actuels. Chaque jour écrivait l’histoire. Tous ces mots sur les paroles des anciens, pourtant Taishi avait essayé d’aller contre eux de tout son être.

« Ils disent aussi qu’il n’est jamais trop tard pour commencer une course, tu sais. »

Elle avait évidemment insisté sur son œil manquant, ce qui n’avait pas été le but de l’expérience mais l’était devenu malheureusement. Taishi songea qu’il aurait posé les mains sur son propre visage, le résultat aurait sans doute été différent. Il était trop tard désormais. Mais…

« Nous ne sommes pas venus à Iwa seulement pour la vengeance, ou bien pour honorer mon clan, tu le sais. Tu voulais trouver un médecin qui pourrait sauver tes yeux. »

De toute évidence, la double D avait échouée. Est-ce que l’idiote croyait qu’il n’avait pas remarqué ? Il la serra un peu plus contre lui, la couvrant de son mieux de la pluie battante. Qu’importe, la chaleur de son corps était réconfortante et un rappel à chaque instant de la vie qui l’habitait. Il ne savait pas trop quoi lui dire, au final. Ce n’était pas la première fois qu’ils revenaient sur le sujet. Mais Taishi sentait approcher ce moment où il faudrait trouver une réponse.

« Tu es une idiote, évidemment qu’il y a un tas de choses que tu ne sais pas. Mais comme ta vue, tu ne vois que ce qui est dans le chemin de ta fichu vendetta. Si j’avais… »

Il se taisa un instant en réfléchissant, son visage illuminé par un éclair l’espace d’un instant. Ça ne suffisait pas, ça ne suffisait plus. Les anciens n’avaient pas tort peut-être, un Hayai ne pouvait jamais trop longtemps rester sur place. Ça le rattrapait, même dans ce fichu village. Le prix de la vie de shinobi. Un terme qui ne l’avait jamais représenté et pourtant semblait avoir pris place centrale dans sa vie, une sorte de mauvais surnom qu’on donne à l’élève bizarre dans la classe. Le gars qui est toujours choisi le dernier dans les sports parce qu’il ne joue pas comme les autres. L’anormal.

« Qu’est-ce que je veux ? Est-ce que ça a la moindre importance pour toi ? »

Il secoua la tête en lui caressant les cheveux, une rivière blanche entre ses doigts. Le ciel grondait et elle se taisait, lui serrait les dents.

« C’est elle qui t’a trouvé, mais ce n’est pas elle qui t’a trainée hors de cette forêt, trois jours de marche sur les épaules. »

Il inspira.

« C’est moi. »

Il lui prit les mains et les mit sur ses joues à lui.

_________________
I bring the storm, Invité. I will end this in a single flash.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Jeu 23 Nov 2017 - 5:21
-Toi tu n'es peut-être pas venu que pour ça. Moi si.

Ses doigts glissaient sur la longueur de son dos, caressant un tissu qui n'avait pas le même charme que sa peau, tard le soir. Parce que c'était souvent comme ça que ça se passait entre eux. Une habitude qui n'en était pas une. Alors ils ne se devaient rien ? Juste de bons coups, ou la facilité, ou parce qu'ils s'entendaient bien quoi qu'ils acceptaient d'en dire sur le sujet. C'était la réalité que Sanadare avait toujours connu, Taishi, l'ami de Moïra, celui qu'elle défendait tout le dent avec ténacité. La Hyuga avait pensé la gamine amoureuse de l'idiot, oh ça expliquait bien des choses, mais pas ce qu'il allait lui révéler ce jour-là.

-Si je le demande idiot, c'est pour combler les trous de notre manque de conversation tu crois ?

Un ricanement perça, mais il ne durerait pas longtemps. Il avait lâché une vérité qu'elle connaissait, puis une autre qui lui sembla totalement irréelle, sa main se stoppa dans sa course, de toute façon il la captura, elle et sa jumelle aussi. C'était difficile à dire ce qui se passait en ce moment même dans la tête de la Hyuga, peut-être qu'elle ne l'avait pas cru, oh oui les premières secondes elle voulu croire à la farce... Mais c'était impossible avec quelqu'un comme lui. Si certes Taishi n'était ni raisonnable, ni sérieux , surtout quand il s'agissait d'elle, jamais il n'aurait joué avec un sujet aussi sensible que celui là. Le tonnerre gronda, mais l'humeur de Sanadare resta cloîtré dans son néant.

-Et tu t'es omis tout ce temps auprès de moi... ?

Le ton transpirait l'amertume, pourtant, cette fois, elle avait eu le besoin de finir et de savoir, une bonne fois pour toute. Ses mains glissaient sur ses traits qui avaient vieillis, mais était identiques à ceux qu'elle avait découvert comme cela pour la première fois. Ce souvenir flou qu'elle avait pensé presque irréel vu que personne en parler jamais. Elle se souvenait de la chaleur d'un manteau lourd posé sur ses épaules, puis qu'elle avait tendu sa main en guise d'appel au secours presque. Elle avait bien en mémoire un idiot qui l'avait rendue folle quelques jours... A insister comme ça pour qu'elle lui montre ses trucs de shinobis, alors qu'elle même se résignait à ne plus l'être. Puis c'était en le faisant qu'elle s'était rendu compte qu'il lui restait des compétences. Au final, elle avait fini par voir à sa façon à cause de ça. Et c'était parce qu'elle en avait les moyens qu'elle courait après la vengeance. Peut-être qu'elle aurait pu se résigner, peut-être que c'était sa destinée...

Ses mains glissaient derrière le cou du brun, pour tirer sa tête vers la sienne qu'elle colla aussi bien qu'elle le pouvait. Nez contre nez, mais impossible de regarder le blanc de ses yeux pour elle. Son corps se glissa plus proche encore comme si ce n'était pas assez, comme si ça ne le serait jamais pour la réconforter. Pour le pardonner, mais pourtant. Elle ne voulait pas le laisser filer encore une fois. C'était un match déloyale.

-Pourquoi tu n'as rien dis... ? Puis Moïra qui m'a menti aussi ! Depuis le début c'est ça ? Idiot de quel droit ! Elle frappa sur son torse. C'est ta faute tout ça et tu t'en plains maintenant ? Pourquoi tu m'as pas juste laissé là bas !Grondement conséquent dans le ciel, sa tête était lourde, son corps épuisé, elle laissa écrouler son poids sur lui en attendant des réponses...


_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Ven 24 Nov 2017 - 23:06
Il laissa l’idiote s’énerver, puisqu’il n’y avait pas de moyens de la calmer autrement de toute manière, c’était pire qu’un enfant. Lorsque le bruit de la pluie dépassa ceux de sa colère, il soupira en baissant les yeux, un geste rare. Un Hayai regrettait rarement un geste, parce que son nindô était d’avancer quoiqu’il arrive. On ne mène pas une course à reculons à moins de vouloir perdre.

« Elle a pas menti, tu as juste jamais demandé de détails je suppose. »

Il était conscient que c’était une mauvaise réponse mais il n’en avait pas de plus intelligente à proposer. Il passa les doigts dans ses cheveux clairs.

« Crois-moi je me suis posé la même question. C’est Moïra qui a insisté. Difficile de refuser quoique ce soit à cette gamine. Elle était déjà seule, je me suis dit que ça lui ferait quelqu’un… Quelqu’un pour être là, avec elle. J’avais mes propres projets. »

Il souffla lentement en l’entourant de ses bras.

« Je suppose que j’en ai marre. Je me suis quand même tapé des efforts considérables pour que tu arrives à Iwa en un seul morceau plus ou moins fonctionnel. Et j’en ai marre. Marre de te voir gaspiller mes énergies dans ta vengeance de merde. Si tu veux les buter, tu attends quoi au juste ? »

Il secoua la tête en déposant un léger baiser sur ses lèvres.

« T’as rien compris, parce que t’es une idiote. C’est pas ton projet en lui-même qui me dérange, tue les tous si tu veux, je m’en fiche. Mais tu t’y prends de la pire des façons. Ou plutôt, tu ne fais rien pour avancer ton idée et tu fais peser ta rancœur sur ta seule famille. Regarde-toi. Regarde-toi! Ça fait un bail qu’on est à Iwa. »

Il soupira encore alors que le ciel grondait, mais déjà la tempête semblait perdre la vitesse. Encore quelques minutes et ce serait fini. L’Hayai caressa le visage de l’aveugle.

« T’es encore aveugle. T’es encore faible. Et ils sont encore là. Qu’es-ce que tu fous ? C’est à moi de ramasser derrière toi, encore ? »

Taishi esquissa un sourire.

« Tout ce que j’essaie de dire, c’est qu’il faut avancer. S’il y a un médecin dans un des autres villages, tu dois le trouver. Si tu veux détruire les Hyûga, il est temps de te faire un plan. Des alliés. »

Le soleil commença à percer les nuages, un rayon chaud et soyeux qui illumina la colline, bien accueillant après le froid de la tempête.

« Tu sers à rien. Une vraie cloque. Mais tu es pas seule. Et j’aimerais bien que tu t’en souviennes parfois. Autant le dire, pas besoin de te regarder longtemps pour savoir que tu arriveras jamais à tes fins par toi-même. T’as même pas les boobs pour travailler la rue. Question de science, tu vois. »


_________________
I bring the storm, Invité. I will end this in a single flash.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Lun 27 Nov 2017 - 1:25
Là encore, la vérité trancha, c'était vrai que la Hyuga accusait un peu vite, elle-même n'ayant jamais cherché à comprendre plus que cela par manque d'intérêt. Parce que dans le monde de Sana', il n'y avait que Sana'. C'était peut-être là tout le fond du problème. Ses doigts glissaient sur son crâne, comme pour venir apaiser sa fureur soudaine. En vain. Peut-être parce qu'il n'avait pas choisi les bons mots, pas donné les bonnes vérités.

-Je vois, elle sauve ma vie en insistant, elle arrange la tienne en la faisant changer de pieds auquel se raccrocher. Elle le poussa amère, en vain, il la retenait trop solidement entre ses bras.

La colère ne la rongeait pas souvent, parce que elle était depuis longtemps dans le niveau supérieur intitulé 'Haine'. Avait-elle envie de haïr le Hayai avec la même ferveur qu'elle haïssait ses pairs ? A croire que c'était écris quelque part qu'elle n'aurait jamais quelqu'un de fiable. Pourtant, c'était tout le contraire qu'il essayait de lui faire comprendre et malgré son refus d'accepter ça et sa mauvaise foi, Sanadare le savait. Elle tirait sur le dos de son manteau, comme il le faisait sur le fil de ses nerfs, capturant ses lèvres qui lui offrait avec la ténacité de sa frustration.

-Peut-être juste que tu es en dehors du coup Taishi.
Lui confiait-elle. Ce que j'attends ? Le bon moment. Sa tête se déposa sur son torse trempé, comme si c'était un pilier solide en cette journée trouble. Que sais-tu de mes alliés Taishi ? De mes occupations. C'est à se demander si tu as eu l'occasion de constater ma dernière disparation. Tu te penses mon allié dans cette histoire ? Mais en quoi ça te concerne ?

Ils se défaisaient l'un de l'autre sous l'action de la Hyuga, elle le tira par le bras pour l'obliger à marcher avec elle, avant de glisser sa main dans la sienne, besoin d'affection ou côté pratique, on ne saurait jamais. Son emprise se resserra fortement entre ses doigts.

-Tu vois Taishi, on aura beau marché dans la même direction, et tu auras beau tenir ma main fermement, ça n'empêchera pas qu'il y aura toujours des choses chez moi qui t'échapperont. Son chakra s'enflamma, comme son sang qui bouillonnait. Je crois que tu me sous-estimes un peu trop mon cœur. Lui confiait-elle avant l'impact, elle avait armé sa paume, monstre de chakra dans cette dernière pour lui assigner un coup voulant l'écraser à terre.

Certes, à première vue, on pouvait ne pas accorder beaucoup d'estime d'elle-même de la part de la Hyuga, mais comme elle l'avait appris subtilement à Kanon-sama, les apparences étaient trompeuses. Ce n'était pas parce qu'elle laissait faire, qu'elle ne pouvait rien faire. A quoi bon étaler des prouesses pour prévenir ses ennemis qu'il était temps de se préparer... ? Pas besoin des yeux d'une Hyuga pour avoir de la frappe de volonté, elle n'avait rien à envier à ses homologues, peut-être que là il comprendrait.

-J'ai mes alliés, mon plan et la date de sa mise en marche, c'est juste que tu n'en fais pas parti. Avouait-elle, ou tout du moins pas encore. Peut-être parce qu'elle ne voulait pas le mêler à ça ; après tout... Monsieur n'est-il pas un honorable chunnin d'Iwa ? Rappelles moi pourquoi t'es venu ici Taishi. Elle se mettait en garde, ils étaient des partenaires, ils s'étaient tapé des centaines de fois, mais jamais en prenant ça bien au sérieux, parce qu'ils étaient censé se compléter, pas se fragmenter... C'est pas comme si tallais foutre en l'air tout ça. Alors dis moi, qu'est-ce qu'on fait là aujourd'hui perdu au milieu de nulle part ?

La tempête avait cessée d'elle-même, mais le calme ne pouvait pas faire encore parti du décor avec tout le désordre qu'elle avait semé sur leur chemin...



_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Ven 1 Déc 2017 - 6:32
Taishi soupira en passant les doigts dans ses cheveux, sa coutume éternelle.

-Ce que je sais de tes alliés ? Que tu en as presque autant que tu as de boobs, c’est pour tout dire.

Il haussa les épaules sans avoir de réponse plus convaincante. L’Hayai n’était pas doué à ce genre de truc. La vérité, il n’avait pas eu l’intention de lui en dire tout autant. Son idée avait été bien plus basique, donner un semblant de forme à ce monde qu’elle voulait tant revoir. Le chuunin n’était pas certain de ce qu’elle avait vu, mais ça ne semblait pas lui avoir plus. Il aurait parié que cette idiote avait perdu son temps à focaliser sur le pire, et maintenant le moment était passé et la voilà de retour dans les ténèbres. Et les démons qui y habitent. Il partagea ses lèvres sans l’apparente ambition de rajouter quoique ce soit, Taishi préférait sentir le soleil chaud sur sa peau. Ça lui rappelait la vie qui défilait devant lui.

-Tu n’as pas d’alliés, imbécile… Juste des opportunistes et des anarchistes… Tu crois que je ne sais vraiment rien de tes petits jeux ?

Ils faisaient quelque pas mais voilà qu’elle lui balançait son point dans la figure. Pour une Hyûga, Sanana ne jouait dans la dentelle que tard la nuit, c’était le moins que l’on puisse dire. Un instant plus tard, sa main se refermait dans l’épaisse tignasse de la Kunoichi, derrière elle. Un autre éclat verdâtre et il la balança sur le matelas de son lit défait de sa chambre, de retour à Iwa. Taishi avait plus ou moins progressé dans son entrainement, ce genre de capacité n’était plus si difficile pour lui, même s’il n’y avait rien de moins vrai dans un vrai combat. L’Hayai la considéra un instant, puis se détourna en défaisant son manteau vert.

-La seule vérité c’est que tu n’écoutes pas quand je te parle non plus. Tu n’arrives toujours pas à mettre les pièces du puzzle ensemble ?

Il soupira en se délestant du manteau alourdi d’eau, le posant sur un support. Dans un coin de la pièce, le perroquet était occupé à se regarder dans un petit miroir accroché au mur, étirant les ailes pour admirer son propre plumage. Il était si occupé à s’auto-aimer que le volatile n’avait même pas remarqué les nouveaux intrus dans son royaume.

-Avec l’avènement des shinobis, un clan comme les Hayai disparaîtra un jour, faute de raison d’exister. Ce qui nous prenait auparavant des décennies à acquérir, un genin peut surpasser en quelques mois grâce à l’usage du chakra. Les anciens ont décidés d’envoyer tous les disciples du clan aux quatre vents en quête d’une nouvelle voie. C’est ce qu’ils ont dit, la réalité était davantage qu’ils ne pouvaient plus faire subsister tout le monde avec des revenus qui s’amenuisent d’année en année.

Il passa la main dans ses cheveux, en secouant les gouttes d’eaux encore prisonnières.

-Je t’ai déjà raconté tout ça. Je prenais les boulots à gauche et à droite et un jour je m’improvisai garde du corps pour un groupe de réfugiés de guerre à travers cette forêt du pays du feu. Personne n’avait besoin de savoir que je n’avais pas la moindre de comment me battre, non ? Moira. C’est elle qui t’a trouvé, mais personne ne voulait perdre son temps, tu étais pratiquement un cadavre après tout.

Il secoua la tête en retournant s’asseoir au bord du lit.

-J’en savais assez avec ce que tu m’as montré dans les quelques jours suivants. Et lorsque je suis retourné à mon clan, il ne fut pas long avant qu’on m’en expulse de nouveau afin d’être le représentant clanique à Iwa. Les Hayai ne seront jamais une famille majeure, pas comme celle que tu tiens tant à détruire. Mais mon clan espère pouvoir attirer l’attention d’Iwa pour utiliser leurs services. Les Hayai non-shinobis ont un avantage, ils ne sont pas faciles à détecter comme l’est un shinobi pour un senseur comme toi. Depuis, le clan prospère à nouveau et je suis ici, à Iwa.

Taishi s’allongea contre la femme, profitant de sa chaleur en faisant glisser ses mains un peu partout.

-J’ai un devoir à remplir, tu le sais très bien, c’est la seule chose qui me retient ici. Les shinobis me dégoûtent et chaque fois qu’on me dénomme ainsi, un frisson de colère résonne au plus profond de mon âme. Jusqu’ici, je n’ai jamais eu à penser autrement. Vous ne faîtes que détruire. Je ne fais que courir. Nous ne serons jamais pareils. Ça va, tu en a assez de la leçon d’histoire ?

Il y en avait plus au sujet de son clan, mais Taishi était là de parler de gens qui n’étaient pas là. Il avait un père et une mère, et aucun drame tragique pour nuancer sa vie. Le brun captura les lèvres de l’aveugle longuement en la débarrassant de vêtements encombrants, les draps faisant bien davantage justices aux angles aigus de sa silhouette.

-Nous ne serons jamais pareils, idiote… Mais veux-tu vraiment être seule dans tout ça ? Je pense que je voulais juste te montrer que tu l'es pas. Mais t'es si stupide...

Les caresses étaient lascives, mais l’air était acéré.

_________________
I bring the storm, Invité. I will end this in a single flash.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Sam 9 Déc 2017 - 3:41
Elle était détrempée, et trempa le lit en l'écoutant partiellement, c'était rare qu'il parle autant. C'était que parfois elle oubliait qu'il savait jouer ces jeux là, mais elle ignorait totalement qu'il en était arrivé à ce genre de progrès là. Son odorat avait capturé le parfum familier de la pièce des draps, les siens. Son ouïe ce stupide oiseau en arrière fond, puis les déplacements du maître de maison qui était venu rapidement la rejoindre, elle le laissa faire, au moins les premiers temps. Son buste se redressa peine tandis qu'elle se moquait.

-Oh pauvre Taishi, t'étais frustré d'avoir dormi seul ? Pas de sujet scientifique hier soir, tu te rabats sur un plan plus facile.
C'était commun les morsures de serpents entre ces deux-là.

Elle se débarrassait du tissu qui inondait son corps, grâce à lui. Depuis quand était-il capable de se téléporter avec elle sur d'aussi grande distance, ou même lui tout court. En détachant ce qui lui restait de haut, la Hyuga se sentait perturbée par sa progression, tandis qu'elle avait lâché l'affaire depuis longtemps. Impossible de ne pas repenser à ce qu'il avait dit, mais que savait-il de ses fréquentations ? Ah oui, c'est vrai, lui et Moira s'étaient foutu de sa gueule depuis le premier jour à Kumo. Au moins, maintenant elle savait pourquoi il la gardait à l’œil. Sanadare était amère ce jour là.

-T'as trempé tout le lit abruti, je sais pas où tu comptes te coucher ce soir, mais pas sûre que ça sera là.

Il avait toujours une main sur sa cuisse, et elle posa la sienne plus petite par dessus le temps de parler, au dernier mot, ses doigts s'étaient refermé sur lui, pour le tirer avec elle. Une sorte de lève toi se dégageait de ses lèvres, amère et rancunière, certes, mais aussi bien seule en ce moment même. Probablement qu'il le savait et qu'il faisait exprès d'appuyer là où ça faisait mal. Mais à part être torturée, la Hyuga ne voyait pas encore en ce moment ce que ça pouvait lui apporter. Peu importe, ce n'était plus ni la confrontation verbale, ni cérébrale qui lui importait, elle le força à la suivre à la hauteur de quelques arguments bien placé sur ses lèvres, creux de son oreille ou simplement flanc d'un cou.

-Des bras contre un lit froid et mouillé ? Ça ne suffira pas.

Ainsi se laissait-il aller sous quelques grognements vers la douche, où l'aveugle se fit anticiper, comme une enfant que l'on assiste, il avait choisi l'eau, comme à chaque fois, oubliant que quand il n'était pas là, c'était elle qui s'en débrouillait seule. Comme beaucoup de chose. Mais cette fois, la fille avait décidé de profiter de son statut maudit, son buste collé contre son torse sous une nouvelle pluie. Peut-être qu'en l'enlaçant ici, elle avait poussé une porte de sa mémoire, ça y est, elle le resituait, un idiot à l'époque déjà, qui la traitait de sale shinobi, mais qui lui demandait de lui apprendre à en être un lui-même. Non pardon, juste qu'elle lui montre les bases de l'utilisation chakratique. Il était un élève particulièrement trop doué d'ailleurs, et ça lui coûtait de se l'avouait à elle-même, mais elle n'était resté un kunoichi, que parce qu'il avait été aussi insistant, l'obligeant par orgueil à conserver et remanier ses propres acquis.

Sa tête se glissait contre lui, comme elle toute entière en fait, comme il avait fait basculer son manteau, peut-être le même ou un semblable à aujourd'hui sur ses petites épaules ce soir-là. Kunoichi détestable hein ? Si c'était de la pitié, c'était jusque là le sentiment le plus tenace, celui qui lui avait offert son meilleur allié. Ça lui coûtait de reconnaître ça aussi tandis qu'elle caressait ses flancs en quémandant plus de proximité, sans venir forcément la voler. Il avait raison sur un point vorace, elle était seule, très seule dans son monde depuis bien longtemps, alors qu'à sa porte, il attendait depuis tout ce temps. Cet idiot aussi qu'elle tira d'une main de son cou vers elle pour le faire taire en lui offrant ses lèvres et toute la chaleur qu'il voulait tantôt.

-T'étais pas clair toi aussi Taishi, tu l'es jamais de toute façon. Qu'elle lui avoua en bouchant la sortie de l'eau d'un bout de pied, ainsi la baignoire faisant office de douche pouvait se remplir. C'est toi qui voulait nous tremper plus tôt. Un bain fumant serait bien mieux tu ne penses pas.

Sa silhouette ondula sur lui, comme ses doigts qui le vérifier, lui et sa réalité établie, en prenant son temps, chose qu'elle ne faisait jamais. Au bout d'un moment, l'eau fut assez haute pour les accueillir, lui le premier, elle par dessus dans ses bras qu'elle capturait encore des siens.

-C'est trop tard pour toi Taishi tu sais. Tu te crois différent d'un shinobi ? Mais tu te conduis avec moi comme un homologue à part entière. Je ne suis plus le cadavre des bois qui a besoin de ta protection, déjà. Et tu n'es plus le gamin que j'ai corrompu et fait entrer dans notre grrrraaannnddeee famille de machines destructrices. Ne te fais pas d'illusion toi non plus.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Ven 22 Déc 2017 - 19:13
« Trop tard, tu dis… ? »

Elle l’avait trainé vers la douche et il avait fini par obtempérer, de toute évidence l’idiote avait pris à la sensation de la pluie sur sa peau. Elle se serrait contre lui sous l’eau battante mais cette fois bien plus confortable, et il en faisait de même sans vraiment y réfléchir. Il songea que ce moment sur la montagne avait eu du sens autant pour elle que pour lui. La signification quant à elle lui restait interdite. Mais la voilà qui redessinaient les chimères de son passé, oubliant ou ignorant ce qu’il aurait préféré qu’elle perçoit. Mais voilà le cruel destin, l’idiote était un enfant sauvage, qui choisissait toujours le pire chemin en espérant qu’il soit le plus intéressant. De la pitié, c’était bien ce qu’il lui reprochait. Mais que voulais-t-elle au juste, être écrasée par une réalité qui la dépassait, ou bien survivre et gagner.

Il passa les doigts dans ses cheveux blancs, pensifs. La chaleur de la peau de la Kunoichi était les seuls mots qui semblaient atteindre sa tête à l’instant, mais il n’avait pas de réponse à formuler, c’était une danse dont elle seule connaissait les pas. Pour un coureur, Taishi réalisait qu’il semblait toujours la suivre quelque pas en arrière. Sanadare menait peut-être bien une course qu’il ne pouvait pas comprendre, même si ça ne voulait pas dire qu’il ne pouvait pas la suivre dans sa piste inconsidérée. Même s’il se demandait pourquoi il se donnait autant de peine. Que restait-il de Sanana, sinon des courbes acceptables et une voix harmonieuse ?

Elle voulait un bain désormais et il soupira en haussant les épaules, elle ne laissait pas vraiment le choix après tout. L’eau montait et elle finissait par prendre place dans ses bras, ce contact rassurant et surtout bouillant. Les mots de l’idiote résonnaient dans sa tête. Trop tard… L’Hayai s’avouait déconcertée par les mots de la guenille, et si tout ce qui venait d’elle avait une valeur presque nulle, il ne pouvait en nier l’impact et l’interrogation dans son esprit.

« Je ne suis pas naïf comme vous autre. C’est parce que je connais la réalité des choses que je refuse d’y prendre part. Les shinobis sont une spirale infinie de haine, une course à des armes qui dépasseront un jour la capacité de ce monde. Nous ne sommes pas pareils, c’est un jeu auquel tu aimes jouer mais pas moi. Détruire les Hyugas, avoir ta vengeance… Et ensuite ? Où crois-tu que tu seras après avoir réalisé ça, hein ? Dans un endroit plus sombre que les ténèbres devant tes yeux, et tu le sais pourtant très bien… Il est peut-être trop tard pour moi, mais pas pour toi. La vraie tragédie, c’est que tu crois nos rôles inversés en réalité… »

Il secoua la tête en caressant sa joue, allant cueillir un baiser sur ses lèvres chaudes.

« Les choses changent, tu as sans doute pas tort… Mais nous sommes à la croisée des chemins, et le choix de demain prévaut sur les décisions d’hier… Suffit de voir le choix, et non juste une pente descendante… »


Il tira sur ses cheveux pour lui incliner la tête et alla mordre son cou.





_________________
I bring the storm, Invité. I will end this in a single flash.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Dim 24 Déc 2017 - 1:31
La navigation aveugle de son pied suivant le sentier de son corps était familier, si on devait lui accordait une proximité avec quelqu’un dans ce monde et pas que physique, le Hayai serait probablement le meilleur candidat, ce qui rendait l’affaire encore plus triste au final… Sana’ ne le considérant pas à une juste valeur. Mais au fond, elle ne considérait personne, même pas elle-même.

-Tu t’entêtes, tu perds ton temps comme tu te perds trop souvent dans mes bras. Elle soupirait longuement. Arrêtes de me croire naïve ou complètement écervelée. C’est trop tard pour ça aussi, mon choix est fait depuis longtemps.

Elle roulait dans l’eau et sur lui, comme un poisson dans son univers bien qu’étroit, praticable, toute sa vie se résumait ainsi, un fil sur une pente aigue, la tirant ou plutôt l’attirant vers le fond. Il disait vrai, c’était facile en théorie pour elle de choisir une autre voie de pardonner ou oublier, mais le voulait-elle vraiment ? La Hyuga s’était battue longtemps et peut-être déjà trop pour ses jeunes épaules, pourquoi avait-elle rejoins Iwa a la base ? Se venger de ses pairs en totalité ? Pas vraiment, juste de ses visages familiers qui la hantaient, a la base juste leur faire regretter leur choix qu’elle jugeait mauvais, réparation a l’injustice, mais voilà que parfois, son fond intérieur lui disait qu’elle n’en avait pas vraiment le droit. Il refusait de comprendre qu’elle avait accepté sa survie et les épreuves jusque-là que pour cela.

-Je sais oû est mon yeux manquant. Qu’elle avouait finalement accroupie sur le brun bien las dans leur bain. Je le sais depuis des semaines maintenant, grâce à notre unité comme j’avais présumé son utilité en y rentrant.

Mais voilà qu’elle aurait préféré ignorer. Beaucoup de choses s’étaient détruites avec ses talents d’enquêtrice finalement, peut-être qu’elle avait voulu effacer sa découverte en faisant marche arrière sur son escalier. La fille l’obligea a se taire, comme il lui avait lui-même appris à le faire et quand elle relâchait ses lèvres ne pouvant pas y rester collée éternellement, se fut le tour d’un de ses doigts de reprendre le relais. Un message silencieux dont ils avaient les habitudes.

-Et après tu dis ? On sait tous les deux qui n’y aura pas d’après s’il a un but qui s’atteint. C'est écrit depuis le début que ca se profilerait comme ca.

Cela la fit rire, pour une fois qu’ils parlaient franchement, bien qu’en générale leurs conversations sérieuses finissaient de la même façon, une bonne excuse pour eux de se défouler entre des draps, d’ailleurs, sortant de l’eau c’était justement vers la qu’elle le drainait pour clore ce débat là. Même si c’était toujours le même qui revenait à l’ infini au final.

-Il n’y a que deux chemins possibles en vrai, soit je finis ici dans mon commencement, soit je vous raille de l’histoire pour tout oublier. Tu préférerais quoi ?

Sa note finale sur la réalité de comment les choses allaient se passer, la borgne le poussait à son tour sur son lit, et le perroquet marmonnait en arrière fond son mécontentement du manque d’attention.

-Il n’y a pas que moi qui doit faire des choix sur le sentier au dirait.

Mais ce n’était pas maintenant qu’elle le laisserait y réfléchir davantage…



_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

A Quest for True Sight - [Sana]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: