Derniers sujets
Partagez | 

C'un malentendu comprenez... | Hisao


Jeu 23 Nov 2017 - 22:04

-Il faut que tu fasses quelque chose !!!

En la secouait de droite à gauche, un peu comme une poupée de chiffon, encore aux prises d'une mère hystérique à l'esprit désordonné. Non ce n'était pas de la mère de Nué dont il était question cette fois, encore que, la description valait aussi. Quant à la connerie...

-La fenêtre la plus à droite ! Celle que tu vois là ! Allez dépêche toi !! Mais elle ne lui pointa aucune direction.

Au moins, la femme affolée avait relâché notre pauvre kunoichi, qui s'était fait vendre par ce qu'on lui avait juré, qui serait le plus précieux de sa vie de ninja, ce foutu symbole d'appartenance au village. La marque de l'esclavage ouais ! Depuis qu'elle était officiellement genin, ce n'était pas la première fois qu'on l'interpellait comme ça de bon droit dans la rue ou n'importe où. Lui confiant des malheurs et des héroïsmes où s'empêtrait. Fait chier hein !

Puis elle était là, escaladant une façade, fracturant dans la nuit une fenêtre en glissant son ombre entre les failles pour lui faire prendre forme et décrocher le loquet. Un exercice inquiétant familier. Elle s’engouffra dans la chambre, à pas de ninja qu'elle était dans le noir. Bravo madame, de tous, il fallait choisir celle qui n'avait pas un brin de sensorialité. Puis si y avait que ça ! A droite qu'elle lui avait dit d'aller, mais la femme confondait la droite et la gauche et ça, même une Nara ne pouvait pas le deviner.

-Devines qui va prendre sa fessée vilain garçon...


Glissait-elle depuis le néant ambiant en ayant repérer sa proie. Un jeu d'actrice un tantinet perturbateur, peut-être que c'était le but de déstabiliser, peut-être juste qu'elle était énervée et n'y avait pas réfléchi. Quoi qu'il en soit, le bâton prêt à la battre se dressa durement et instantanément dans son dos...

Une explosion.

'Fin, un truc dans le genre qui fit trembler les murs un peu quand même, une bêtise de gamin avec un labo de chimie junior. Elle jeta un nez dehors, une fumée verte venant de la gauche, des toux à la fenêtre échappés d'un gamin-ado jurant à sa mère qu'il ne se rendra jamais ! JAMAIS ! Ça lui rappelait quelqu'un ça tient à y repenser... D'ailleurs, quitte à penser. Coup d'oeil sur l'horizon avec de la lumière en renfort pour lui ôter le manteau des ténèbres, en fait non, coup en traître. Sa bouche se mit en rond, un sourcil se leva devant la fixation du propriétaire ?

Elle s'était trompée de maison.

Plus loose que ça, tu ne pouvais pas, alors elle commença par articuler un je... puis un 'fin... suivit d'un c'que... Oh et puis merde. Elle se frotta une tempe, espérant un peu cacher son embarras, venant se tagger comme une double incapable.

-Je sais que c'est étrange, mais il y a une explication rationnelle à ça ! On m'a envoyé ici ! Insistait-elle en cherchant encore sa justification...

_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Sam 25 Nov 2017 - 16:32
Juste… trop… de boulot.

Mes débuts dans la police, le pacte accompli avec Suzaku, la mission, les études des clans de Kumo… et bien sûr, mes entraînements aux Taijutsu. C’était peut-être trop d’activités en seulement quelques jours, mais bon, il y aura toujours des semaines plus emmerdantes que les autres. Mais du coup, c’est tout logiquement que ce soir, où je n’avais heureusement rien d’important à faire, je profitais pour me coucher relativement tôt. J’avais réellement besoin de repos.

Mais ce n’était visiblement pas mon soir. Une sorte de secousse retentit, me réveillant au passage. Si je n’étais pas tombé à la renverse, c’est bien parce que mon bras gauche s’écrasa contre le sol afin de me maintenir sur le lit. Bordel... je ne m’inquiétais pas spécialement dans le sens où l’explosion qui venait de retentir semblait faiblarde : Kumo n’était donc pas en grand danger. Cependant, c’était mon rôle de policier d’aller voir ce qu’il venait de se passer. D’autant plus que ça pourrait être un groupe de voleurs qui souhaitent faire un cambriolage express d’un quelconque bâtiment.

D’un long soupir et toujours allongé, je cognais mon bracelet métallique contre l’un de mes meubles. Ma main tapotant la surface quelques secondes avant de trouver ce que je cherchais : Mon Kiseru. Une fois en main, je me relevais d’un mouvement lent et mécanique avant d’apercevoir une petite silhouette chez moi. Secouant la tête, je me rassurais au moins en me disant que je n’aurais pas à me presser pour trouver le responsable. Cependant, ce qui m’inquiétait, c’est que rien n’était endommagé chez moi… alors l’explosion avait eu lieu où ?

Enfin… j’attrapais un T-shirt et m’approchais tranquillement du visiteur, qui se retournait d’ailleurs vers moi. Mon Kiseru transitait entre ma main gauche et ma main droite pendant que je finissais d’enfiler le vêtement. C’était visiblement une fille, qui cherchait alors à se justifier, mais je ne répondais pas. Pas encore. J’allumais d’abord ma pipe en bambou avant de recracher un dense nuage de fumée par le coin de ma bouche.

- Bon…

Ma main s’enfonça dans la poche de mon pantalon – qui était du coup davantage un jogging qu’un jeans – et penchais légèrement la tête tout en imposant mon regard sur l’intrus.

- Une explication rationnelle, peut-être. Mais une bonne explication, j’en doute.

Ce n’était pas par confiance en mes capacités, mais pour le moment, je ne sentais pas que la jeune fille allait soudainement m’attaquer et risquer de me tuer. Bien que sur mes gardes, j’étais d’abord tranquille afin d’être au clair avec ses intentions. Qui sait… peut-être qu’elle a VRAIMENT une explication à tout ça.

- Alors, petite. Explique-moi donc ce qui t’amène ici. Je suis très curieux de savoir pourquoi je me suis presque mangé le plancher de ma maison à cause de cette secousse.

Ma voix était calme, comme à son habitude. Je n’étais pas du genre à réagir trop vite. Bon, aussi parce que j’avançais encore au radar : Le réveil avait été un peu brutal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Sam 25 Nov 2017 - 20:36
Son regard grenat glissa de haut en bas, elle l'avait sorti du lit sans aucun doute, mais il avait l'air de prendre ça plutôt bien, ou alors c'était l'effet de la fumée qu'il ingérait qu'il le rendait aussi cool. Va savoir. La Nara se racla la gorge. Pour sûre qu'elle était aussi crédible à ses yeux qu'elle n'était suspecte. Au milieu de la nuit, entrée par effraction chez lui. Dans le timing parfait à son désavantage, l'explosion. Celle là même qu'elle pointait du bout d'un doigt, le même bâtiment, mais pas le même appartement, ok c'était même pas le proche voisin, mais... Pouvait-elle deviner que la bonne femme confondrait sa gauche et sa droite ?!! Elle ne le savait même pas encore.

-En fait, je rentrais chez moi et une femme m'a interpellé en me repérant comme shinobi... Malheureusement, à croire que c'était inscrit sur leur front... Puis elle était hystérique, son fils qui voulait faire exploser je sais pas quoi dans sa chambre... Elle leva les yeux au ciel. Mais c'est cette fenêtre là qu'elle m'a indiqué ! Vrai de vrai ! Semblerait que j'étais quelques mètres à coté. Lui fit-elle en décalant pour lui montrer le nuage vert qui s'échappait. Je ferais mieux d'aller voir ce qui se passe et si cet idiot va bien. Je serais ravie de faire de vraies excuses après ça pour l'intrusion, mais là..

Elle avait enjambé la rambarde de la fenêtre, coller ses pieds à la surface de la façade pour rejoindre rapidement l'autre appartement, scène de la catastrophe. En contrebas, la mère hystérique s'époumonait encore. Sayo faisait semblant de ni l'entendre, ni la voir. Espérons cette fois-ci qu'elle serait au bon endroit. Bien obligée de relever le col de sa veste vers son nez pour ne pas s'étouffer, la genin s'invitait à l'aveugle, trébuchant rapidement sur sa cible par chance en rentrant. Elle le traînait en dehors de la chambre, puis de l'appartement qui continuait de s'enfumer sans fin. Au pas de la porte, lâchant le fouteur de trouble, la Nara s'écroula elle-même sur ses fesses en crachant ses restes de fumée entrées de force.

Mais quel jour ! Le Gamin semblait inconscient, mais plutôt le laisser crever que faire du bouche à bouche ! Il avait bien mérité. A la place, elle le secouait à coup de grandes tartes dans la face, jusqu'à ce qu'il se met à nouveau à grommeler.

-Petit c... Offrait-elle en guise de bonjour à l'adolescent à peine un peu plus jeune qu'elle.
-Hein.. ? AH AHH HAH Au secours ! ON M'AGRESSE ! A MOI ! QUELQU'UN A L'AIDEEEEEEeeeeeeeeee !!

Mais qu'est ce qu'il foutait ? La Nara en restait choquée en essayant de le faire taire. C'était le monde à l’envers, des pas dans le couloir, puis des cris dans l'escalier, sûrement la mère, puis des voisins ? Le gars chez qui elle était rentré ?

-Je l'ai sorti de là.
Se défendait-elle sur un ton agacé auprès de l'assistance. .
-Elle est venue m'agresser chez moi !!! Aidez moi !

_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Dim 26 Nov 2017 - 2:32
… Oulà attendez une minute… Quoi ?... Comment ça « Son fils voulait faire exploser je ne sais pas quoi dans sa chambre » ? Putain, ça s’invente pas des conneries pareilles. Et du coup, en voulant rendre service, elle a été embarquée chez moi… bon.

- Ecoute, all-…

Hm, pas le temps visiblement. Elle prit l’initiative et fonça au cœur de l’action pour aller éventuellement secourir le pyromane qui s’était foutu tout seul dans la merde. Elle était d’ailleurs plutôt motivée, n’ayant pas peur de s’enfoncer au milieu des nuages de fumées. Ca forçait le respect. Elle avait certes forcé ma porte comme une voleuse, mais ça, c’était un détail pour le moment. De mon côté, j’avais envoyé Suzaku afin qu’il aille éteindre les quelques flammèches qui sévissaient dans l’immeuble et, surtout, afin qu’il dissipe toute cette fumée, qui allait vite devenir gonflante pour quiconque se trouvait dans la zone.

- Va t’occuper de tout ça. Et… dis-je avant d’être interrompu par le volatile qui était en train de m’engueuler pour les incessantes convocations. Ça va, ça va. J’ai compris. Désolé. Aller, va-t’en occuper.

Je secouais la tête devant l’insubordination du piaf à plumes roses tandis que je me dirigeais finalement auprès de la jeune intruse. Je ne m’orientais pas selon ma mémoire ou ma vision, mais selon mon ouïe. En effet, on croirait qu’on égorgeait un gosse tellement des cris incessants se firent entendre non loin de moi. Je savais que c’était là où ils se trouvaient, maintenant, il fallait savoir pourquoi il était en pleine crise de panique…

Ma marche était lourde et lasse. J’avoue que je préférerais être au pieux, dans le calme… mais bon, on peut pas toujours faire ce qu’on veut. A quelques mètres seulement du gamin hystérique et de la fille aux cheveux sombres, je finis par regardais cette dernière qui tentait de contrôler la crise du gosse… sauf que ça risquait de durer longtemps. Mes genoux se plièrent et mes coudes s’écrasèrent dessus. Mon Kiseru fumant était apporté à ma bouche avant que je crache un nuage grisâtre en direction du pyromane. Mon regard était lourd et posé sur lui.

- Oi, la ferme, gamin. Le seul qui va t’agresser si ça continue, c’est moi.


Ma voix était terriblement froide et accusatrice. Inutile d’élever la voix ou de crier contre lui. Il fallait juste qu’il comprenne rapidement que j’avais pas envie de m’énerver. Et ça marchait. Le petit cessait de crier et de se débattre… pendant quelques secondes. Mais il rugit soudainement, bondissant presque sur place.

- DEUX !! ILS SONT DEUX A M’AGRESSER !

Bon. Tu as le droit… de garder le silence. Mon poing s’écrasa lentement mais sûrement sur son front. Quelques crépitements étaient visibles : C’était du raiton, spécialement destiné à fatiguer les muscles. L’effet était immédiat, après s’être roulé sur lui-même en se frottant frénétiquement le front, il finit par s’effondrer au sol comme une épave à cause de la fatigue.

- Non mais… quand même. C’est ton quotidien de te mêler à des conneries du style ?

Je soupirais tandis que je prenais la jeune fille par le col et l’amenait au niveau de mon visage afin de plonger mon regard dans le sien. Un regard plutôt accusateur bien qu’il était plus flegme qu’autre chose.

- Bon, tu l’as martelé de coups ou quoi ? On peut pas le rendre tout de suite à sa mère : t'as vu comme ses joues sont rouges ? Elle va alerter la police. Et la police, c’est moi. Donc t’imagine l’emmerde.


Je la reposais et regardais le gosse, les bras croisés. On allait attendre quelques secondes, le temps qu’il se calme définitivement puis on redescendra. Suzaku revenait d’ailleurs vers moi : La fumée s’était en effet largement dissipée grâce à ses actions.

- Où est mon fils ?! Est-ce que vous m’entendez ?


Ah, nickel…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Dim 26 Nov 2017 - 20:47

-La police aurait préféré que je prenne le risque de le laisser crever ? Répondait-elle avec sarcasme, avant de réajuster son col quand il la libéra.

Ceci dit, elle avait su apprécier à son juste mérite le coup de main, celui qui était arrivé un peu à la fin de la première bataille, mais c'était mieux que rien. Puis il aurait la prochaine vague sûrement plus terrible que celle du feu de l'action. La Nara y avait été un peu fort ? Quelle blague, elle avait envie de lui faire remarquer ses présentations avec son jeune voisin à lui, mais bon, vu qu'il était la police, puis plutôt un policier efficace dans la neutralisation, elle s'abstiendrait. Néanmoins elle notait dans un coin de sa tête l'action qu'il venait de jouer, plutôt ingénieuse comme technique.

-Tu crois vraiment que j'ai rien de mieux à faire ! Tss. Elle était vraiment hystérique, qu'est-ce que j'aurais pu faire d'autre. Elle secouait la tête avant de fixer son regard sur le fouteur de trouble.

Peut-être bien que sa mère allait en faire toute une histoire, surtout s'il commençait à chialer qu'ils l'avaient agressé, puis ça avait bien l'air d'être le genre de la maison de jouer les victimes. La kunoichi ne prenait que quelques secondes de réflexion avant de choisir la voie à suivre sans une once de remord ou d'hésitation. Son regard vaguait sur les alentours tandis qu'un volatile s'en revenait vers son maître, la Nara elle avait déboîté la porte d'un petit placard à fusibles de l'immeuble. L'invocation lui offrait une diversion de quelques secondes, ces mêmes suffisantes pour éclater la porte de placard en pleine face du gamin qui revenait à lui – sans ménagement. Au loin, on entendait sa mère qui débarquerait par les escaliers sous peu. Ils seraient seuls témoins de l'acte quand le pauvre fou tournait de l’œil sous l'impact avant de s'écrouler lourdement sur le sol. Dans un toupet scandaleux, elle lança son regard dans celui du représentant des forces de l'ordre, en s'adressant plutôt à celui qui devrait rédiger le rapport.

-Version officielle : Il s'est pris une porte en pleine face suite au choc panique de son explosion. Sourire entendu, elle replaçait la porte en ajoutant. Puis tu mens pas, c'est bien comme ça que ça passait, parfois les détails ça étouffe les contenus.

Arrivé en scène de la mère affolée, même pas un instant elle lui jetait un regard accusateur, après tout elle était ' l'héroïne ' dont elle avait tiré le bras. La génitrice secoua son enfant pour le réveiller, ah ah, bonne chance, mais s'il partait direct pour l'hôpital c'était plus simple pour eux deux non ?

-C'était déjà trop tard quand je suis arrivée, mais ça a pas l'air bien grave va ! Il s'est juste assommé en ayant chercher à rencontrer une porte, par contre l'intérieur de votre chez vous semble ruiner. Toujours bien choisir ses armes et les éléments à souligner ou non pour se faire des alliés et ses ennemis... Elle haussait ses épaules en dirigeant son attention vers le policier dont elle ne connaissait pas le nom. Bon bah, y a plus qu'à l'emporter à l'hôpital, mais j'imagine que t'as plus vraiment besoin de moi monsieur le policier. Sourire de toutes ses dents.

Petite Merdeuse va.

_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Lun 27 Nov 2017 - 21:21
D’un soupir, je m’accroupissais de nouveau et donnais successivement de petites gifles sur chaque joue du gosse évanoui.

- Non, c’est pas ça. Mais c’est juste que certains sont un peu cons et appliquent bêtement les procédures sans se poser de question. Et vu que j’ai un grade de merde, j’vais pas pouvoir trop t’aider.

Je me relevais en aspirant une petite bouffée de mon Kiseru tout en portant mon regard sur la jeune fille qui continuait à rouspéter. Je décidais de ne rien ajouter de plus, sachant pertinemment qu’elle avait pigé que j’étais d’accord avec elle. Enfin, normalement. Sinon bah merde, hein. On va pas non plus chercher à convaincre une fille qui s’introduit en douce chez un homme fatigué. Enfin… je positionnais une main dans la poche et me retournais en direction de la voix de la mère et de Suzaku… avant d’avoir les épaules qui sursautent à cause d’un « PONG », audible juste derrière moi.

Ma mâchoire se décrocha et mes yeux se plissèrent comme jamais. Je fus paralysé dans une sorte de confusion flegmatique. Non mais… j’étais face à quel spécimen, là ?

- Bordel, t’es absolument irrécupérable. Et puis, je suis pas censé t’arrêter pour un truc pareil ?


Cela dit, ce n’était pas le moment de s’attarder sur des détails – bordel, j’ai vraiment dit « détail » à ce qu’il venait de se passer - : la mère venait d’arriver, larmes aux yeux, afin de retrouver son fils. Comme une ‘’experte’’, la mi-criminelle mi-héroïne se positionna en kunoichi pragmatique mais rassurante envers la mère et proposa habilement que je l’accompagne à l’hôpital… Haha je croyais rêver. Non mais, fallait saluer l’audace. Vraiment. Mais elle allait pas m’échapper.

- Madame, Akahoshi Hisao du Kumo Keimu Butai. Suzaku, le cacatoès sur mon épaule, a déjà été prévenir mes collègues. Votre enfant sera rapidement pris en charge bien que sa vie ne soit plus en danger.


Puis… cette clarificaton faite, je me tournais lentement vers ma… camarade du jour. Alors alors, on jouait au plus malin ?

- Merci pour ton aide, petite.
dis-je avant de regarder la mère du foutteur de merde explosif. Désolé, mais l’héroïne du jour devra me suivre au poste pour quelques questions concernant cette affaire. je tournais à nouveau la tête vers elle. Tu voudras bien aider Kumo à ça, n’est-ce pas ?

Un très fin sourire en coin – à peine visible - et le Kiseru en bouche, j’inclinais la tête devant la mère avant d’inviter l’audacieuse à me suivre dans les bureaux de la police. Si elle me suivait sans broncher devant la mère, je la gardais cependant à l’œil une fois dépassé la zone accidentée.

- Bon bon… Moi c’est Hisao. Et toi ?

J’arquais le sourcil en voyant son regard.

- C’est bon, me regarde pas comme ça, on va pas s’emmerder avec le protocole. Enfin, si, mais pas tout de suite. Parce que l’air de rien, tu restes quelqu’un qui a déboulé chez un autre. Du coup, tu t’appelles comment ? Et la vraie version officielle, hein. Pas la fausse version que tu donnes aux gens.


Je me montrais un peu moqueur, mais fallait quand même admettre que c’était une petite maline qui s’assumait un peu trop. Donc bon, j’allais être classique et sympa… du moins… le plus possible. Parce que vous savez ce que c’est : ‘’’le matin’’’, on est un peu de mauvaise humeur... Même si au fond, j'avais surtout envie de comprendre et de la laisser filer sans emmerdes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mar 28 Nov 2017 - 0:18
Mouvement d'épaules face à l'interrogation, parfois, il fallait savoir prendre sa chance. Ce qu'elle avait fait et sur le coup, il lui donnait bien un soupçon de doute sur le succès, mais un qui fut rapidement dissipé sous son regard perçant. Cette fille là était d'une ténacité épuisante, il allait sûrement l'apprendre à ses dépends. Quand le dénommé Hisao commença enfin à baisser les armes, signe qu'ils pourraient s'entendre, la Nara se dérida aussitôt.

-Moi c'est Sayo. Sérieux pour qui tu me prends. Tu te méprends je te dis, ne sois pas borné !

Puisqu'il fallait se présenter. Elle ne lui vendait pas tout de suite l'information sur son clan, sait-on jamais qu'il chicanerait un peu trop et que son kagename lui permettrait de mettre les voiles. Enfin, elle ne sembla pas trop inquiète sur cette éventualité non plus, c'était plus pour préserver le mythe du nom de son clan en l'occurrence dans ce cas ci. Ils s'étaient assez fait remarquer dans le mauvais sens ces derniers temps les manipulateurs de l'ombre... Comme elle d'ailleurs.

-Je t'ai dit que c'était un malentendu, c'est cette idiote qui s'est planté dans ses indications, tu vois bien le fils, pas une famille de lumières. Elle roulait ses yeux en lui emboîtant le pas bien gentiment quand même. Comment ça le protocole ? Ah, tu parles du rapport que tu vas devoir faire. Cette fois un petit ricanement et elle offrait un regard entendu. Laisse moi donc le rédiger pour toi, ça va se faire en deux, deux, ils y verront que du feu. Je suis douée pour manier les mots. Autant que ses ombres c'était dire. Tout bénef pour toi. Clin d’œil à l'intéressé. Ça sera ma compensation pour t'avoir sorti du lit, quelques secondes à l'avance avant que l'explosion de l'autre crétin le fasse.

Ouais, rappelons les faits quand même! Même si elle ne s'était pas introduite, il aurait sûrement dû bouger ses fesses et composer avec tout ce bordel, au final, comme elle lui faisait si bien remarquer tandis qu'ils se déplaçaient, elle lui avait plutôt rendu service.

-Parfaitement que je t'ai aidé ! C'était toujours mieux que d'être brusqué à ton réveil, pff quel ingrat. Freinant ses petits pieds, elle les obligea à faire une pause de quelques instants, c'était qu'il voulait pas la perdre de vue la gamine non. Écoutes moi, soit on perd du temps pour rien au post, pour au final une histoire sans grand intérêt. Soit... Son doigt se levait pour mieux capter l'attention. Je t'invite à manger avec moi, parce que mine de rien c'était mon projet de base avant l'autre hystérique... Et entre deux bouchées, on se met d'accord sur les lignes à faire figurer. Ses iris se fixaient dans les siennes. C'est moi qui écris en plus, t'aurais juste à brailler et manger. Coup d’œil pour le piaf. Sympa le volatile.

Changement de sujet pour noyer le poisson tandis qu'elle était presque à la portée de son plan, cédant au premier coin capable de les nourrir pour ne pas tenter trop la chance.

-Bon allez, tu rentres avec moi ? Lui fit-elle devant la zone de restauration... Je sais que t'es un mec malin et j'ai faim. On peut s'entendre.






_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Mar 28 Nov 2017 - 23:32
Bon. C’était une fille intelligemment fourbe et qui ne manquait pas de répartie. C’est sûr. Mais il fallait reconnaître qu’elle semblait sincère sur ce coup-là. Après tout, l’explosion qui suivait n’avait pas de lien quelconque avec elle. En tout cas, aucun qui faisait réellement sens. C’est sûr qu’elle pourrait très bien avoir tenté de me cambrioler mais que l’explosion l’a bloqué dans son action… Maaais bon. Ca m’emmerde.

- Compris, compris, c’est un malentendu.


Mon auriculaire percutait le dos du foyer du Kiseru afin d’y faire sortir la cendre : j’avais en effet terminé le Kizumi que je fumais. Pendant que je faisais le petit nettoyage, j’écoutais la jeune fille qui avait quand même pas mal de choses à dire… du coup, ça me laissait un peu de temps pour m’occuper silencieusement de mes affaires. Je répondrais après coup, notamment sur le rapport à rendre.

- Non mais, on vit vraiment pas dans le même monde. T’as cru que c’était si facile ?
Bon, c’était vraiment aussi facile que ça. Elle n’aurait eu qu’à me dicter ce qu’il fallait. Putain le niveau de fourberie quand même…

Je secouais quelques fois la tête avec consternation mais aussi amusement. Elle enchaîna d’ailleurs avec un autre plan, mais qui n’était pas foireux et malicieux, cette fois. Non, elle me proposa simplement d’aller manger un morceau. C’est vrai que j’avais aucune obligation de rédiger un rapport maintenant et je ne voyais pas grand intérêt à emmener Sayo au poste de police. Elle me proposa même de m’aider à établir les faits officiels.

- C’est soudain, mais pourquoi pas. Avec tout ça, un truc à manger ferait pas de mal.

Nous nous mettions en marche assez rapidement. Sauf qu'elle avait eu l’inconscience de complimenter Suzaku… Du coup, à peine avait-elle dit qu’il était sympa qu'il prit un cigare, que j’allumais d'ailleurs dans un mouvement parfaitement automatique, et basculait sa tête de haut en bas comme s'il se savait classe.

- Tu peux pas t’empêcher de faire le beau gosse avec une fille, hein sale piaf.


- Kukuku… Si tu savais, Hisao-Zo. Si tu savais.

Au niveau du restaurant, nous nous asseyons au premier endroit venu. Plus je la regardais avec ses petits yeux innocents et son air relaxé, plus je me disais qu’elle était en train de totalement m’entuber et qu’elle était bien contente d’avoir une chance aussi insolente avec un gars de la police… mais certains diraient que je suis parano…

- Bon, Sayo. Vu que je sais que je vais finir par payer – parce que, j’aurai beau le savoir et j’aurai beau ne pas le vouloir, tu finiras par me faire payer la nourriture grâce à tes petits stratagèmes – je te laisse le choix de ce que tu veux prendre… sans excès, bien sûr. Pigé ?

Les yeux plissés devant la fourberie incarnée, je déposais avec une certaine tristesse mon Kiseru sur la table, qui était à mon sens éteint depuis déjà trop longtemps. La zone était non-fumeur, donc ça n’allait pas s’arranger.

- Bon alors. Avant de commencer la partie chiante… ou amusante pour toi visiblement… d’où te vient cette attitude ? Jamais vu quelqu’un aussi serein après avoir pénétré chez un flic, boxer un sale gosse et l’avoir écrasé avec une porte. Donc… comme ça, par curiosité. Je me posais la question, quoi.


C'était dit sans méchanceté ou sous-entendu. Un léger sourire s'affichait même alors que je m'enfonçais dans ma chaise les coudes sur les accoudoirs de la chaise et les mains liées. J'étais juste curieux de voir comme une telle confiance en elle a pu naître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mer 29 Nov 2017 - 19:05
Tss. Elle lui lança directement un de ses regards qui en disait long en relevant un sourcil qui il 'osa' contesté le côté simplet du rapport à faire. Ses mains sur les hanches, la Nara s'était retenu de lui demander s'il se pensait vraiment crédible. 'fin, il avait sûrement compris de lui même, parce que comme elle l'avait fait merveilleusement bien remarqué pour l'inciter au bon choix, c'était un gars intelligent. Et sûrement aussi feignant qu'elle, heureusement, le piaf les sauvait tout deux.

-Ah ah Hisao-sempaï, il faut toujours être sûr de ses capacités pour avancer avec classe et succès.

Elle leva un pouce en l'air approbateur pour l'oiseau en lui offrant un clin d’œil, puis ils ne leur avaient pas fallu longtemps pour trouver un coin où se posait. La brunette lança à nouveau un regard parlant envers son Sempaï tandis qu'il faisait tout seul ses questions et ses réponses à son sujet. Mi-moqueur, mi-amusé, totalement intéressé par ce qui se passait. Comme un chat devant une pelote. Oh le pauvre, il ne savait pas à quel point il était mal barré avec cette fille là.

-C'est ça ton excuse pour m'inviter sans l'assumer ? Tes méthodes sont vraiment douteuses, mais ça me convient parfaitement !
Sourire de toutes ses dents, puis elle agitait une main l'air de dire qu'elle avait bien compris. Elle n'allait pas le forcer-maintenant du moins, mais elle n'allait l'empêcher non plus de payer pour elle, il la fixait, elle le taquinait de quelques regards tout en reportant son attention vers le troisième protagoniste. Et toi qu'est-ce qui t'arrive ? T'es quand même pas jaloux ?! Elle se pencha vers l'oiseau décidément pas enclin à être sérieuse ce soir. Tu restes toujours celui que je préfère des deux tu sais, le vrai beau gosse de l'histoire.

Mais le policier était bien décidé à mener son interrogatoire, ici ou au poste. Cette histoire d'effraction et d'explosion ou autre chose... Quelle attitude ? Les deux coudes posés sur la table, la Nara retenait sa tête entre ses deux paumes, appuyant sur ses joues et ses rictus en coin par la même occasion. Elle aurait simplement pu dire : Je suis une Nara. Cela aurait comblé toutes les parts d'ombres, mais c'était moins marrant déjà, puis le clan n'avait pas besoin qu'elle accentue sa réputation nébuleuse.

-Il n'y a qu'un coupable qui panique à l'idée de subir la sentence non ? Comme je t'ai déjà dis, j'ai les faits pour moi et la conscience tranquille c'est tout ce qui compte !


C'était surtout qu'elle n'en avait pas de conscience en fait. Alors oui, c'était arrangeant pour avoir cet espèce de flegme déconcertant. Ce n'était pas comme si il s'agissait de quelque chose qu'on pouvait expliquer, c'était dans sa nature et elle pouvait comprendre que ça le déconcerte un peu. Mais elle s'en foutait visiblement qu'il le soit. Le serveur les interrompait quelques secondes le temps de la commande où la merdeuse dévoila un appétit aussi grand que son toupet encore récent.

-Et toi alors monsieur le policier, on en parle ? Comment t'es arrivé dans les forces de l'ordre explique moi tout... Parce que là tout de suite, quand je te vois et la facilité avec laquelle on arrive à s'entendre, je me dis que t'as plus du loup que du berger dans la bergerie. Le genre, trop rassasié pour chasser tu vois.

Puis elle s'illustra en appelant le serveur d'un signe de la main, c'était que le piaf lui tenait déjà en affection et qu'il avait partagé son désarrois. Quand ce dernier s'interrogea de la demande qu'elle pouvait avoir, la Nara entreprenait tout un baratin, avec une historie de fin médicale... Tout ça, tout ça. Et les voilà avec un cendrier sur leur table, une fenêtre ouverte pour évacuer la fumée. Une restriction mise en suspend. C'était sûrement la meilleure des réponses qu'elle pouvait lui offrir en définitive.

-Han ! Je te vois venir ! Ne commence pas à me dire que j'ai truandé ou que j'outrepasse les régles ! Regarde, j'ai pas menti, être frustré c'est mauvais pour la santé et ce stress, bah fumer ça le contient, donc... Si on suit la logique des choses, pouvoir fumer quand on est frustré et donc stressé, c'est se soigner quelque part. Et les soins, c'est médical. Donc on a le droit à une dérogation médicale pour fumer ici ce soir. Pas vrai ?
Fit-elle à l'oiseau.

Elle avait ce don pour embrouiller les gens et parfois donner mal au crâne, mais toujours obtenir ce qu'elle voulait. Ce genre de fille insupportable.


_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Mer 29 Nov 2017 - 23:48
La soirée – ou la matinée - avait à peine commencée que je me massais déjà la tempe. En fait, il y avait une difficulté d’entrée de jeu : Elle parlait beaucoup. Mais genre, vraiment beaucoup. Mais elle ne restait pas toujours dans le même sujet ! Non, non. Ce serait trop facile, vous êtes fous. Elle vagabondait d’un sujet à un autre aussi vite qu’elle permutait entre Suzaku et moi. Et d’ailleurs, en parlant de ce petit enfoiré. Il était totalement sous le charme de la jeune fille. Non mais on peut vraiment pas lui faire confiance à cet idiot.

- Suzaku. Sérieusement.


- Oh-oh-oh ! Akaho-Ko ! Tu commences pas ! Faut assumer que je suis le vrai beau gosse de l'équipe ! dit-il avant de se tourner vers Sayo. T’es pas mal non plus !

D’un soupir, je redirigeais mon regard sur Sayo, tandis que Suzaku était purement et simplement en train de quitter mon épaule afin de trouver une chaise pour se rapprocher de la jeune brune. Non mais, quand même. Il manquait pas d’air le piaf. Déjà que gérer le spécimen en face de moi n’était pas facile, mais alors s’il commençait son numéro de séducteur, ça allait pas le faire.

- Oi, oi. Calme la cadence, petite. La bouffe sera toujours chaude quand t’auras fini de parler. De même que mon rapport. dis-je la dernière partie de la phrase sur un ton malicieux.

Sauf que là, elle sortit le grand jeu. Un truc de malade dont je ne croyais même pas mes oreilles. Elle sortit un charabia sorti tout droit des plus grands textes argumentatifs de notre monde. Elle était tellement convaincante qu’elle avait réussi à nous choper un cendrier pour me permettre, Suzaku et moi, de fumer. Non mais, merde. Qu’est-ce que je devais penser d’elle, à la fin ?

- Kukuku… ricanna le piaf tout en mimant des haussements de sourcils provocateurs

- Ca va, j’ai pigé.


Bon, plus détendu – pas comme si je l’étais pas en même temps – je me positionnais dans ma chaise et amenais mon fidèle Kiseru en bouche. J’avoue que là, elle avait gagné des points. Et je me devais de la calmer direct. Non parce que, fidèle à elle-même, elle était partie dans un monologue comme si elle savait que j’allais lui lancer des millions de jugements. Sauf que pour seule réaction, j’élevais ma paume, lui faisant signe de se détendre.

- Doucement petite. Franchement, j’ai rien à dire. Passer un repas sans fumer, ça me stressait rien que d'y penser. Donc vraiment, je vais me contenter d’un merci. Enfin, tu as juste montré que tu étais une petite stratège pleine de fourberie mais… on va faire impasse là-dessus.

Je lâchais un petit rire amusé tandis que je me décidais à répondre à sa question précédente. Je n’allais pas trop rentrer dans les détails, ni elle, ni moi en avions l’envie je pense. Mais bon, toujours pour la remercier d’avoir manipulé ce pauvre serveur, fallait bien que je le fasse.

- La facilité avec laquelle on arrive à s’entendre ? J’ai cru que tu étais une fille parfaitement sage et innocente. Pourquoi on aurait du mal ? je secouais la tête dans un soupir moqueur puis poursuivais. Sinon, si tu veux tout savoir, j’ai été convoqué par Kizuato Daisuke, donc c’était son choix plus que le mien avant tout, mais… voilà. Je bosse sérieusement, c’est juste que je vais pas commencer à t’emmerder si tu fais rien de – trop – grave.

Le serveur venait nous apporter nos boissons, pour commencer. Etant donné qu’on allait manger et que je n’avais aucune envie d’alcool, j’avais simplement pris une sorte de soda local dont je pris quelques gorgées. Suzaku avait eu d’ailleurs, de son côté, une sorte de gobelet d’eau – avec une olive dedans pour paraître comme un oiseau un peu cool.

- Mh. Ca peut paraître con, mais pour quelle raison es-tu si matinale ? Ou si tardive ? je faisais une pause en faisant rouler mes yeux, confus et en pleine réflexion. Bordel, c’est quelle heure ?

Enfin bon, hormis le fait que j’étais un peu perdu, elle avait bien compris la question.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Jeu 30 Nov 2017 - 19:24
-Sage et innocente Sempaï, c'est ça ton genre ? Lui fit-elle en mimant le mouvement des sourcils de l'oiseau avec un ton de voix adéquat, tandis qu'elle grattait le haut du crâne du même volatile.

Elle avait lu quelque part à quel point ces bêtes-là adoraient ça, puis elle, elle semblait bien l'apprécier aussi, il avait toute l'attitude pour lui plaire en même temps. Une alchimie qui se passait au travers de la fumée. Blague à part, elle l'informait sur l'heure vu qu'il avait l'air paumé, sans prendre en considération son désir de l'entendre moins piailler.

-'fin, on est assez tard dans la soirée, mais tu te couches pas mal comme une poule ceci dit de e que j'ai. Regard complice avec l'animal, puis à nouveau, reprise stratégique. J'habite dans ton quartier figures toi. Je rentrais de mes cours du soir. Ceux que je donne pour payer mon apart si tu veux tout savoir. Je suis une grande fille responsable et tout ! C'te blague.

Pour la suite, elle prenait plus son temps et ses aises, patientant d'avoir commencé à se rassasier de son plat de sushi et sirotant son jus de fruit comme la gentille petite fille qu'elle était parfois. Ouais, parfois. Il lui avait donné tellement d'éléments où s'amuser à jongler, qu'à vrai dire, la Nara ne savait pas par où commencer. Parlons stratège et avec ça, éclairons sa lanterne pour les cours. Tous le monde savait que les Nara vouaient presque une religion aux études. Enfin, les plus honorables. Les autres aussi finissaient toujours par plier sous le joug d'une règle de bambou abattue aux bons endroits ceci dit. Ça rigolait pas chez ces bêtes-là, et voilà ce que ça donnait entre autre. La Sayo Nara qui donnait envie aux cerveaux les plus aiguisés même de dire bye bye.

-J'ai la réputation de mon clan Nara pour moi quand il s'agit de convaincre pour mes prestations scolaires, puis toutes les autres situations de la vie pour m'exercer à le faire vraiment. Elle venait de finir les présentations en lui donnant un nom. Faut bien s'amuser dans ce monde trop sérieux.

Sa main s'agitait avec un olala pour fond sonore, pour en revenir à ce fameux rapport et d'autres choses. Et elle le taquina un peu concernant la convocation de Daisuke, lui apprenant par la même occasion qu'elle était la meilleure amie au monde de son patron, enfin peut-être même plus, mais elle garda le détail pour la réputation de Misako. Sait-on jamais. Comme Kumo c'est petit.

-Je lui donne des cours à elle aussi. Dis donc, tu dois sacrément lui avoir tapé dans l’œil. Ce gars est jamais là, toujours surbooké il paraît et il a pris du temps pour toi ? Ouah.


Bon ok, elle avait l'air de se moquer un peu, mais il y avait aussi une part de sincérité dans ce qu'elle disait. Quels genre de talent cachait Hisao-sempaï pour avoir été capable d'attirer autant l'attention du chef de la police de Kumo. D'ailleurs, ça lui faisait penser.

-Mais j'y pense, tu dois connaître Shojito Ikezawa du coup ? C'est mon senseï depuis ces derniers mois. Il travaille aussi à maintenir la paix.
Elle pouffa de rire à cette idée. Et je te parle pas de son rôle de gendarme entre mon coép et moi là !

Maintenant qu'elle s'était bien amusée et entre deux bouchées toujours, la Nara se plaisait à gribouiller sur un carnet qu'elle venait de sortir du sac qu'elle traînait avec elle.

-Pour en revenir à nos moutons... Donc, alerte civile donnée en bas du lieu de l'incident, par la mère du suspect elle-même... Menaces avérées et verbales de ce dernier. Impossible d'intervenir à temps... Mélange à première vue dans un but malfaisant. Assistance externe pour l'évacuer hors de la zone sinistrée- par lui même. Traces et lésions constatées, suite au choc de son action et sa sortie de scène avec une rencontre contre une porte. État hystérique, évacuation vers l'hôpital le plus proche après stabilisation de la situation...
Elle releva le nez alors qu'elle disait haute voix ce qu'elle écrivait. Plus compliqué que ça tu disais hein. Elle lui tendait le papier. On y a même pas mis trois minutes. Puis essaie pas, je suis presque toujours dans les pattes de mon Senseï, je l'ai vu faire. J'ai le droit à un dessert du coup vu que tu peux fumer non ? Clin d'oeil, elle était pas du genre à perdre le nord.

_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Ven 1 Déc 2017 - 20:57
Un nouveau soupir s’extirpa de mes poumons en constatant à quel point le piaf avait l’air ridiculement charmé par la brune. Il s’était d’ailleurs écrasé sur la chaise qu’on lui avait apportée tellement il appréciait les gratouilles qu’il était en train de recevoir.

- J’en connais un qui ne regrette plus d’avoir été invoqué.


Aucune réponse de sa part. Par contre, je pouvais presque lire un sourire béat au coin de son bec. Eh bien, lui qui voulait paraître tellement classe et impassible avec son cigare à la bouche, le voilà totalement soumis à la jeune Sayo. M’enfin, il m’avait suffisamment aidé dernièrement pour profiter de ce moment. Je finis par rediriger mon regard sur mon interlocutrice, qui m’informa – non sans quelques piques – de l’heure qu’il était. Merde, j’avais l’impression d’avoir dormi des heures.

- Ça va. Mon nouveau poste me bouffe trop de temps. Donc je m’entraîne tard le soir – vu que je suis pas du tout du matin – mais du coup, parfois mon sommeil est un peu… désynchronisé. D’où mon…
j’arquais alors tranquillement le sourcil, faisant une pause de quelques secondes, avant de lâcher un calme :Non mais ma p'tite, je dors à l’heure que je veux.

J’amenais mon Kiseru en bouche tandis qu’elle prit un instant pour se présenter. Bordel, c’était une Nara. Pas étonnant que son esprit allait aussi rapidement. J’avais beau être fatigué, je sentais toujours plusieurs lectures à ses phrases. Et malheureusement, c’était probablement le cas. Cela dit, c’est pas comme si ça me dérangeait, dans le sens où c’était nouveau.

- Une Nara ? Un plaisir, du coup. Je sais pas si c’est surprenant, mais t’es la toute première Nara que je croise. Contrairement aux Metaru, où j’en ai rencontré… bordel, un sacré nombre en fait. Je suis un Akahoshi, un clan d’Humy. Rien de bien emblématique contrairement au tien, mais comme ça, on est sur un pied d’égalité au niveau des présentations.


Puis elle enchaîna sur la police – non parce que, bien sûr, elle parlait toujours autant et aussi vite, hein. J’avais été naïf de penser qu’elle calmerait le rythme ! Elle me lança d’abord une sorte de… compliment moqueur, que j’ignorais : je n’aimais pas être le centre d’attention. Mais lorsqu’elle aborda Shojito, ce fut bien différent.

- Bien sûr que je le connais. Un brave gars. On a été recruté en même temps, en fait. Son profil devait intéresser le Taicho. J’ai aussi pu faire une mission à ses côtés, proche de la frontière Kumojin. Je ne savais pas qu’il était sensei, j’aurais pas cru.


Pourquoi ? Je sais pas trop. C’était quelqu’un qui pouvait être très sérieux dans son rôle de shinobi et ses compétences ainsi que son expérience étaient largement suffisantes pour avoir des élèves. Mais peut-être qu’il ne m’avait pas donner l’impression que c’était quelque chose qu’il désirait.

- Son caractère avec le tien, ça doit être quelque chose. Il arrive à te gérer ? dis-je un petit air moqueur sur le visage, avant d’ajouter une question. T’as parlé d’un coéquipier. Qui est-ce que Shojito a choisi en plus de toi ?

- Il en a de la chance quand même, hein, Hisao-Zo ! Hey, petite, tu voudrais pas être notre élève à n-…

Je venais de lui donner une pichenette sur l’aile afin de l’interrompre. Il s’écrasa presque au sol mais ses ailes le remontèrent lentement sur sa chaise.

- J’trouve que tu prends un peu trop confiance, Akaho-Ko ! Avant, j’étais tellement un modèle pour toi !


- Avant que tu ne deviennes un pervers, donc ?

Le piaf fit semblant d’avoir le cœur brisé, tombant sur sa chaise, l’aile comme brisée… sauf que ce petit fourbe avait placé sa tête en direction de Sayo. Rah, il laissait rien au hasard ce fichu volatile rose. Enfin bon, je me concentrais sur ce que disait la Nara qui… putain, elle avait pris mon rapport ?

- Oi, un rapport ça s’écrit pas en deux minutes et surtout pas à la va-vite.


Mais alors que j’allais le reprendre, j’affalais mon menton dans ma paume et écoutais ce qu’elle écrivait. Merde, elle faisait un truc nickel…

- Tu me fatigues. T’es forte, hein. Mais tu me fatigues.


Je lui adressais un petit sourire sincère tandis que je redressais mon dos afin d’appeler à nouveau le serveur. Qu’elle prenne son dessert, elle le méritait bien. Mon Kiseru en bouche ne faisait que le confirmer, d’ailleurs. Et puis, à force, c'est qu'elle m'était sympathique. De mon côté, je ne prenais rien. Je lui confiais ne pas aimer spécialement le sucre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Ven 1 Déc 2017 - 23:47
C'était ce qu'on appelait faire d'une pierre deux coups, l'oiseau lui offrait une occupation annexe assez conséquente pour la tenir plus ou moins tranquille avec ce cher Hisao. Ainsi elle avait raté quelques occasions de le vanner un peu , perdu de son tac au tac tranchant pour ses réponses. Un peu quoi . C'était amusant la façon dont il avait essayé de se justifier avant de se reprendre. Une force tranquille je vous le dis ! Peut-être que c'était ça qu'elle aimait bien, il avait plutôt bien compris comment jouer de ses mécanismes le gaillard. Elle pouffa de rire à plusieurs moments, parsemant le tout de 'ouais ouais' peu convaincue. Toutefois, y avait bien sur un point où elle ne le constatait nullement.

-M'en parles pas, je suis cernée par les Metaru, plus que par les Nara.

C'était la copine de l'un d'entre eux en même temps, elle s'attendait à quoi ? Pas à se rendre compte à quel point elle était en territoire conquis maintenant. Erreur stratégique de la débutante Nara, mais elle accoutumait plutôt bien, une histoire de partie remise. Puis c'était à ce moment qu'elle l'envia d'avoir un clan plus lambda de ce qu'il disait. Elle n’omettait pas de lui faire la remarque sur les avantages et désavantages de faire partie d'un clan aussi renommé justement que celui des Nara. Pas que du bon dans cette famille tu sais... Non pas sans le prévenir de ne jamais faire confiance à l'un des siens. Parole et expérience de Nara !

-Ils chercheront toujours à t'embrouiller, tu vois bien avec moi. Mais, qui dit clan, dit spécialité, le vrai piédestal, c'est quand j'en saurais autant sur la tienne et que t'en sais sur la mienne.

Mais pour le coup, ou le moment du moins, le piaf allait lui offrir une belle diversion. Il connaissait donc bien son senseï, du tac au tac elle l'informa du tyran que c'était et du fait qu'il collait bien au rôle, quant à leur relation.

-Oulaa ! Disons des fois ça passe, des fois ça casse. Comme avec Nué, mon partenaire puisque tu demandes, c't'un Metaru. Elle levait les yeux au ciel comme lui dire, tu sais bien comment ils sont avant de jeter son regard de biche sur le volatile à sa remarque. Tu peux me donner des cours particuliers quand tu veux Suzaku-sama … Lui fit-elle d'un ton charmeur, une voix mielleuse. Allumeuse.

Ils étaient interrompu par l'invocateur qui s'imaginait de son devoir que de lui voler dans les plumes pour le remettre à sa place. T'as gagné ! Par ce biais, il lui en offrait une de premier choix, quand elle tira sa chaise vers lui et posa sa tête de piaf sur ses cuisses, pour le consoler. En continuant à le grattouiller, puis à le plaindre, cette pauvre créature.

-Vraiment t'es dur Hisao-sempaï. Il demande qu'à être aimé ce bel oiseau là !
Fit-elle mielleuse/moqueuse. En plus qu'il s’inquiète de mon avenir, me donner toutes mes chances tu vois... Sois pas jaloux comme ça, tu sais, le charme on l'a ou pas. T'y peux rien ! Mais t'es pas si mal non plus ! Petits rires et moqueries partagés.

Puis après l'agitation et le rapport qu'elle lui tendait, le calme revenait en même temps que ses papilles se délectaient du plaisir sucré. Il semblait exaspéré parfois, par moment quand même intéressé par son tempérament hors norme. Elle venait à peine de sortir sa cuillère glacée de sa bouche, que le jeu des questions reprenait à nouveau.

-T'es toujours fatigué toi on dirait, pas sûre que c'est vraiment un rapport avec moi. Tu dis donc que t'as beaucoup de boulot. Je pensais les rues de Kumo tranquilles. C'est pas le cas ? Fais gaffe, tu vas finir vieux garçon comme Shojito à force de penser qu'au travail. Il a comme un panneau qui les fait fuir maintenant. Tu devrais peut-être lui donner des cours. Indiquait-elle à l'oiseau pacha sur ses genoux.

Cette petite peste alors...

_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Sam 2 Déc 2017 - 16:39
Un sourire se dessina à nouveau sur le coin de ma bouche tandis qu’elle faisait ses petits commentaires qui manquaient de conviction. Ce genre de caractère malicieux et taquin savait me mettre de bonne humeur. Je pense que c’est un effet logique après l’ambiance de merde que je me suis tapée en prison. Et encore, j’adoucis beaucoup le truc. Donc quand je la voix faire du charme à Suzaku tout en m’envoyant des pics, ça me faisait presque oublier que je suis presque tombé du lit comme une vieille merde.

Enfin bon. Concernant la discussion, elle me confia être cernée par les Metaru. Etrange façon de voir les choses, à moins qu’elle le soit littéralement. Et effectivement, elle m’informa que son coéquipier était Metaru Nué. Je lâchais alors un soupir en me massant calmement les sinus. Ca pour un hasard… Et puis, du coup, ça soulevait des questions par-dessus celles que j’avais pu avoir lorsque je parlais au jeune Metaru.

- J’ai pu rencontrer Nué à l’hôpital, en fait. C’est un gars plutôt… spécial. Le pauvre semblait complétement subir sa famille, en particulier les femmes d’après ce que j’ai entendu. dis-je en lâchant un ricanement amusé tout en prenant une gorgée de mon verre. Oi, j’espère que tu le traumatises pas non plus. Déjà qu’avec Shojito ça doit être énergique.

Bon, apparemment, ça se passait bien avec l’Ikezawa malgré ses techniques… tyranniques, d’après les mots de Sayo. Mais bon, ce genre de relation dans une équipe n’était pas toujours malsaine, au contraire. Et au fond, elle ne semblait pas spécialement critiquer le caractère de son sensei.

- Kukukuu fit Suzaku en s’écroulant sur place, totalement envouté par la Nara. Avec toi, Sayo-yo, tous les jouuurs.

De son unique œil, il lui fit un clin d’œil discret tandis que ses ailes étaient posées contre son petit cœur d’oiseau qui, visiblement, avait du mal à supporter toute la douce attention de Sayo. A chaque fois qu’elle le défendait, il hochait avec vigueur la tête, comme pour soutenir tout ce qu’elle disait, ce qui me fit secouer la tête, toujours de manière amusée.

- Difficile d’avoir plus de charme que ce piaf, en même temps. ajoutais-je en posant ma pommette droite contre ma main. Il fait la petite victime mais il est pas comme ça d’habitude, le fourbe. Pas vrai Suzaku ?

- Je suis outré, Hisao-Zo ! Ah… Sayo, un peu plus comme ça. Voilà. marmonna-il en essayant de se mettre totalement à son aise sur les cuisses de la Nara. On pourrait presque croire qu’il saigne du nez le petit profiteur.

- Désolé de l’outrage, Prince Piaf.

Je me retournais vers Sayo, qui pointait du doigt la fatigue dont je me plaignais. Cela servit plutôt de contexte pour revenir à parler de la police et de Shojito, car elle sentit parfaitement que ce n’était pas elle directement qui me fatiguait. Mais ce qu’elle disait, en revanche, était vrai. Faudrait pas que je me tue à la tâche.

- Je suis loin de penser qu’au travail, rassures-toi. C’est juste que je subis une sorte de cumul de tâches diverses. Du coup, mon corps commence à me dire : merde. faisais-je en haussant mollement les épaules tout en faisant une très légère grimace. Mais j’m’en sors.

D’ailleurs, mon regard s’abaissa sur les cuisses de Sayo. Enfin, plutôt sur le plumage de Suzaku qui ressortaient légèrement et qui était en train de passer le meilleur moment de sa vie. En parlant de cumul de tâches, j’ai automatiquement pensé à lui, c’est normal.

- Par exemple, on peut sembler proches et provocateurs comme ça, mais je n’ai passé un pacte avec Suzaku que depuis quelques semaines, ce qui m'a pas mal crevé. Mais j’ai beau lui balancer des pics, sans lui, je serais pas ici.


Mon Kiseru s’éleva pour atteindre ma bouche. Tandis que je fumais, je lui montrais une des deux plumes qui pendait à mes cheveux.

- Oooh, c’est vrai que j’ai dû faire le héros. Bon, le quotidien ! Je suis un volatile très actif dans le sauvetage des andouilles.


- Bâtard.


Et comme réaction à mon insulte, il se blottit contre Sayo. Le petit… fourbe de mes deux. Il fait exprès : il est pas con le cacatoès. Loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Sam 2 Déc 2017 - 21:42
Qu'il connaissait Nué ne la surprenait qu'à moitié, fallait dire que son partenaire avait le don pour se faire remarquer, en mal plus souvent qu'en bien, mais bon. Elle se moquait un peu sur le lieu de rencontre, se rappelant que sa visite la plus proche était son déboitage de mâchoire. Sacrée Reiko-chan !

-Ah ah, t'as eu l'occasion de zprofizter de zon nouveau langage.

Elle avait un peu zozoté exprès. C'était qu'elle s'était foutu de lui pendant des semaines avec cette histoire, avec sa mauvaise foi légendaire à elle et la patience limitée du senseï, puis Nué lui toujours aussi imperturbable, tout glissait sur lui. C'était ce qui l'agaçait le plus à elle.


-Tu mérites une médaille si t'as réussi à comprendre de quoi il te parlait. Puis n'était pas en cause que son zozotage. Tu parles de son dragon de mère je suppose. Elle haussait ses épaules et rien que son ton annonçait à quel point les deux ne se supportaient pas. Allons Sempaï, je suis adorable tu vois bien, tellement qu'il a craqué pour moi ! Petit clin d’œil malicieux. Suffit de le secouer un peu pour trouver toutes ses bonnes qualités. Aussi insupportable peut être son côté définitivement trop crétin. Elle roulait des yeux suite à cette vérité. Puis c'est le favori de Sensei de toute façon. Ce petit lécheur de première. Fit-elle en fronçant un sourcil.

Nué ne ratait jamais une occasion de jouer les disciples parfait, à l'inverse de sa partenaire qui se plaisait à tout faire pour rendre fou l'Ikezawa, le provoquer était son sport favori. A chacun sa méthode d'attirer l'attention. Il la punissait fermement, dans des entraînements la faisant ressortir avec des bleus, mais elle trouvait toujours le moyen qu'il finisse par lui offrir un sourire et une belle récompense. Une pro du racket. La petite savait y faire, et le représentant des forces de l'ordre devait l'avoir déjà bien compris.

-Lui aussi quelle idée d'aller chicaner Reiko-chan. J'ai jamais autant ris que quand il m'a raconté ça. Depuis c'est mon héroïne tu sais. 'fin, elle a pété la mienne aussi et pas que, quand je lui ai partagé mon enthousiasme sans le vouloir. Cette connasse. Concluait-elle plus joviale qu'autre chose.

La scène avec l'oiseau se poursuivait en arrière plan, difficile de dire lequel des deux avaient le plus envoûté l'attention de l'autre, la kunoichi se montrait particulièrement obéissante mine de rien avec lui. Elle assistait à la chamaillerie entre l'invocateur et son kushy' en ponctuant l'instant de quelques rires, non pas sans offrir le réconfort nécessaire au maître volatile. Il venait se blottir, elle le serrait, sans l'étouffer pour autant contre sa poitrine, il était à la taille parfaite pour que sa tête se cale au bon centre tandis qu'elle examinait de loin la décoration capillaire.

-Ce héro ! Faudra qu'on s'offre du temps un jour pour que tu me racontes tout ça. Expliquait-elle d'une voi suave à l'oiseau. C'est mignon ce petit signe d'appartenance.

Elle lui tendait sa main, la chevalière offerte par Shojito comme elle le précisa et la boucle en spirale de Nué, ils en avaient un chacun qu'elle l'informa.

- J'imagine que les symboles ont leur importance, qu'importe que je ne la comprenne pas.

Malheureusement presque aurai-elle pu rajouter, mais son humeur n'était pas à faire un moue, alors tout sourire, elle enchaînait son moulin à paroles.

-Quelle chance tu as Hisao-sempaï. J'ai lu quelques trucs sur les invocations, mais je suis curieuse de savoir en pratique ce que ça donner. Suzaku-sama a donc accepté de t'offrir son soutien ? Elle tournait son attention sur l'oiseau, visiblement plus enclin à lui répondre... Retour au brun. T'as passé une sorte d'épreuve ou quoi ? Parait qu'il existe leur propre 'monde' aux Kushy', t'as déjà été visité le nid de notre héro ?


C'était tout en continuant son amadouent de ses doigts agiles qu'elle s'était renseignée sur tout ça bien sûr. Sa main libre l'aidait à finir sa glace, elle avait ce petit air innocent sur son visage, mais ce regard perçant qui ne trompe pas, ces deux-là l’intéressaient vraiment, puis finalement, gaspiller ses heures de repos dont elle avait elle aussi besoin valait le coup. Son karma était pas si pire après tout à bien y regarder de plus près.


_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Dim 3 Déc 2017 - 1:01
Aie, la fameuse affaire du zozotement. De ce que j’ai pu voir du caractère de la Nara, il est absolument certain que Nué en ait pris plein la tronche – sans mauvais jeu de mot, hein… - à cause de tout ça. Sayo étant fourbe et provocatrice, je n’ai aucun mal à imaginer Nué ‘’subir’’ ses moqueries. Mais en attendant, il semblerait que la fille qui le mettait dans tous ses états était sa coéquipière… Certaines choses s’expliquent, du coup ! Faut pas s’étonner qu’il ait du mal à la gérer…

- Les personnes qui insistent sur le fait qu’elles sont adorables sont souvent les plus fourbes. dis-je en lui assénant un sourire moqueur et taquin. Je pouvais comprendre que Nué soit attirée par elle. Le seul ''problème'' était qu’il devait apprendre à apprivoiser la Nara. Il est le favori de Shojito ? Oh, mais ça, à tous les coups, c’est parce que tu lui rends la vite impossible, pas vrai ? Adorable mais… à mi-temps, pas vrai ?

Bon d’accord, j’admettais bien rire en sa présence. Ses mimiques, son caractère, ses essais de se justifier… Pauvre Nué et Shojito, elle va finir par vous mener par le bout du nez si vous baissez trop longtemps votre garde. Enfin… Nué a sans doute déjà baissé sa garde. Trop tard pour lui…

A l’entente du mot « Reiko » et des explications de Sayo, je lâchai un sincère éclat de rire. C’était juste incroyable comme le village entier s’accordait sur une seule et même chose : Reiko = Danger. Elle l’admirait, certes, mais elle n’écartait pas ce point. Le plus drôle, c’est qu’elle a visiblement fait les frais de cette violence.

- D’abord Nué, puis Daisuke et maintenant toi… mais qu’est-ce que vous lui faites pour l’énerver, aussi ? Tout le monde finit par se faire frapper par elle... Vous tapez dans la fourmilière, c'est tout.

Et pour cause, j’avais eu la chance de ne jamais traverser ce genre de problème. C’était certain qu’elle avait un caractère disons… délicat à gérer. Délicat à l’extrême, d’ailleurs. Mais ce n’est pas comme si j’avais forcé un quelconque faux caractère pour éviter de m’en prendre plein la tronche. C’est vraiment une belle bande de touristes…

- Kukuku… Suzaku continuait de se blottir et de se tourner dans tous les sens. Jamais j’aurais pensé qu’il aurait pu être à ce point charmé. Tu sais bien que je te raconterais ce que tu veux, quand tu veux, où tu veux ! Pour toi, Akaho-Ko peut m’invoquer n’importe quand !

Quelle générosité… Quel honneur de pouvoir désormais l’invoquer quand je le voulais… enfin, à condition que ce soit avec Sayo et pour Sayo… Rah là là, il m’aura tout fait ce fichu piaf. Piaf dont l’historique et son lien avec moi semblait intéresser vaguement la Nara.

- J’ai accepté de le prendre sous mon aile, touut à fait ! Hisao-Zo est mon élève.


J'haussais les épaules de manière dubitative. C’était finalement un peu vrai, mais en même temps, pas tout à fait.

- Ma relation avec Suzaku est très spéciale. Mes chaînes aux poignets et mon collier de prisonnier ne t’auront pas échappé. Eh bien si j’ai pu tenir mentalement, c’est grâce à lui. Il m’a comme… accompagné en prison. Et après coup, c’est normal que j’aie tenté de le retrouver.

Suzaku quittait finalement les attributs féminins qu’il affectionnait tant, mais ne s’en éloigna pas énormément. Il se déposa en réalité sur l’épaule de Sayo tout en imposant son regard sur moi.

- Il y a des épreuves. Hisao-Zo, je l’ai abandonné à sa sortie de prison. Il a mis plusieurs mois pour me retrouver. Mais même une fois trouvé, on s’est légèrement affronté. Ca varie entre chaque espèce, et même entre chaque personne.


- Ce genre d'oiseau vit dans une forêt aux bordures des montagnes de Kaminari. Mais je n’ai pas le droit d’entrer dans ''leur monde''. Pas encore digne.

Suzaku et moi fîmes une légère grimace qui voulait tout simplement dire « Eh oui ». Comme je l’avais précisé, notre pacte n’était que très récent. Et, en plus d’avoir omis des détails sur mon propre passé, Suzaku avait négligé volontairement des détails sur l’épreuve.

- Tu t’intéresserais à un éventuel kuchiyose ? Certaines espèces peuvent être difficiles à atteindre et à convaincre, mais parfois, ça vaut le coup.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Dim 3 Déc 2017 - 23:35
Elle avait ris amusée par ses accusations, oui bon Hisao-sempaï n'avait pas tort, elle ne pouvait pas contester et n'en avait en fait même pas envie...

-T'es moins cool que ce que je pensais, tu pourrais faire semblant d'y croire au moins. Popopo, moins cent points, tu creuses ton écart avec Suzaku-sama!

Quant à Reiko, elle lui avouait volontiers être à l'origine de la chicane-exprès, elle lui expliqua brièvement que Reiko l'avait aidé à sa façon à ne plus être une 'chochotte' si on pouvait le dire ainsi. C'était elle qui lui avait insisté son taijutsu et qui lui avait permis aujourd'hui de faire preuve plus ou moins de répondant envers son senseï. Elle avait l'air fière et plutôt enjouée quand elle parlait d'elle, malgré le fait qu'elle l'ait littéralement défoncé.

-Moi j'aime bien quand elle explose. Avouait-elle. T'es un sacré veinard si t'as survécu à son envie de frapper ou alors tu lui as tapé dans l’œil. Elle remuait un sourcil moqueur. T'es pas si mal après tout, tu vaux pas le beau gosse, mais bon. ça doit être ton côté badboy ça ! Fit-elle en ayant anticipé la suite sans le vouloir.

La fille leur apporta une bonne attention en sirotant ce qui restait de son jus, ça expliquait son côté coulant et c'était ironique qu'un ex-taulard soit policier maintenant, mais la logique de recrutement de Daisuke-sama était plutôt bonne. Elle même aurait probablement tenter le même pari, qui mieux qu'un filou pour en coincé un autre. Puis il n'avait pas l'air bien méchant, mais elle était bien placé pour savoir à quel point les apparences étaient trompeuses.

-Et si ce n'est pas trop indiscret, tu étais tombé pour quoi au juste ?

Ah, la petite curieuse incorrigible qu'elle était. Encore qu'elle ne prendrait pas la mouche s'il gardait ses petits secrets concernant l'épisode malheureux de sa vie. La Nara se questionnait soudainement si elle serait capable de survivre à une enfermement prolongé, normal que l'oiseau soit important pour lui. D'ailleurs, c'était ce dernier qui reprenait le fil de la conversation, avec oh combien de belles paroles pour émoustiller encore la gamine.

-T'as gagné je paris, ou t'as fait semblant de perdre pour son égo, c'est ça ?
Lui fit-elle avec des airs de belle gosse en tournant sa tête vers lui sur son épaule. Son souffle balayait ses plumes.

Hisao quant à lui, lui souleva une question inintéressante, à vrai dire, même si Sayo si était perdu plusieurs fois à l'étude, elle n'avait jamais réfléchi concrètement à l'obtention d'une invocation pour l'assister en combat. D'autant plus que si y avait des épreuves, ça demander des efforts, puis en plus il fallait cumuler là d'aller courir les chercher ? Oulala. Trop pour la feignante qu'elle était, cependant, Suzaku avait été très bon pour la motiver...

-En plus il faut du standing. J'aime ! La Nara prenait une pause qui démontrait à quel point elle était en réflexion. Pour tout t'avouer, je n'y ai jamais vraiment pensé. Cela me paraissait beaucoup d'efforts pour la Nara que je suis. Tu sais, les clichés ont toujours une part de vrai. Mais maintenant que je te connais Suzaku-sama, je suis jalouse de Hisao-sempai avec qui tu as déjà signé... J'aurais été te chercher au bout du monde mon oiseau roi !


Clin d’œil. Et regards qui s'échangeaient. C'était une bonne soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Lun 4 Déc 2017 - 18:47
- Et toc, Akaho-Koko. Reviens me tester quand t’auras un aussi beau plumage que moi !

- Oh, mes excuses. J'aurais dû être plus subtile...


Arquant le sourcil dans un geste taquin, je regardais quelques instants Suzaku qui était de nous gratifier d’une danse des plus exotiques pendant qu’il était toujours perché sur l’épaule de Sayo. On pouvait l’entendre marmonner : « Elle m’a choisie-Elle m’a choisie-Elle m’a choisie ». Regardez-le tout heureux d’avoir croisé cette fille…


- C’est moi le beau gosse, pas vrai ? Eh oui, eh oui, eh oui ! puis, soudainement, il se ressaisissait et réadoptait un calme olympien. Sayo-yo, t’es une belle gosse aussi, t’en fais pas.

Il venait de remettre son cigare en bouche. J’imagine que quand il a entendu le mot « badboy », il s’est dit que Sayo était peut-être attirée par ça. Pauvre Suzaku, est-ce qu’il avait seulement souvenir qu’il était un oiseau et pas un homme ? Enfin bon. Je rebondissais rapidement sur le cas Reiko, sans trop m’attarder cependant.

- Elle a son caractère, ‘suffit de le respecter. Y a ce type d’individu qu’il faut éviter de trop provoquer, surtout en la connaissant à peine. Elle fait partie de ceux-là et je pense l’avoir rapidement pigé.


Etant donné mon flegme, c’était pas spécialement étonnant d’avoir pu éviter ses foudres. Et puis, je faisais mon job sans l’emmerder, je pouvais pas faire vraiment mieux…

La question logique vint sur la table, à savoir les raisons de mon emprisonnement. Suzaku déposa sur mon son œil aussi malicieux que bienveillant avant de regarder la Nara tandis que je lui répondais après un long soupir et un petit haussement d’épaule.

- Meurtre d’une fillette.
dis-je dans un mélange de calme et d’aigreur. Je… te passe les détails mais la seule chose à savoir est que j’aurais tenté d’aider du mieux que je pouvais du haut de mes 18 ans quelqu’un qui ne s’en est pas sortie.

J’allais rajouter un monologue sur la justice, le fait qu’elle soit idiote et aveugle, mais s’éterniser là-dessus alors que je passais – très honnêtement – une bonne soirée, ça allait m’emmerder très sérieusement. Pas besoin de gâcher l’ambiance. D’ailleurs, elle revint elle-même sur un sujet plus calme, elle aura bien fait. Et pour rester sur sa ligne directrice, elle encensait Suzaku.

- Kukuku, j’ai perdu, oui ! Maaais pour la bonne cause ! Regarde ce petit, je n’allais pas le laisser errer comme un zozio tombé du nid ! et en sentant le regard complice de Sayo, il s’écrasait contre la tête de la Nara pour l’enlacer à sa manière avant de reprendre sa position.

- C’est vrai, j’ai bien senti qu’il s’était retenu. Après tout, malgré sa vision digne d’un faucon, je portais trois de ses plumes dans les cheveux. Ca porte à confusion !

- Ah bah, hey ! Akaho-Koko il est pas bien fort, mais il est pas bête ! Son camouflage était parfait !


Je m’amusais alors qu’il rentrait lui-même dans le jeu. C’était un oiseau extrêmement intelligent, capable de s’autogérer en combat tout en étant à ma totale disposition en cas de besoin. Du coup, le voir se tourner en ridicule me fit lentement sourire. D’ailleurs, notre ‘’complicité’’ lui faisait légèrement envie. Du moins, en apparence.

- Personne n’y pense vraiment je pense… à moins qu’on ait un animal lié à son clan ou quelque chose comme ça. Et encore. Après, Suzaku est plutôt agréable à vivre malgré son appétit pour les cigares – que je paye souvent de ma poche d’ailleurs. Mais ce n’est pas toujours le cas. Mais je pense que quand tu sentiras le besoin d’en avoir un, tu le sauras.


Suzaku me fixait soudainement de son œil perçant tout en secouant la tête comme s’il était déçu.

- Mais on s’en fiche, Hisao-Zo ! Elle a dit qu’elle était jalouse et que j’étais son oiseau roi ! Et toi tu blablates sur… je sais pas, j’ai même pas écouté ! il avança légèrement la tête pour regarder Sayo dans les yeux. Si tu veux, on fait un pacte ! Akaho-Ko, jm’en fiche de toute faç-…

- Si je t’attrape, Suzaku, je crois que je te fais manger tes plumes.

Il se réfugia alors dans le cou de Sayo – profitant encore plus de la situation l’enfoiré. Mais je ne pus m’empêcher de lâcher un nouveau large sourire. Ca faisait très longtemps que je n’avais pas passé un moment agréable comme ça. Suzaku aidait peut-être beaucoup, mais le caractère de Sayo correspondait bien à celui de Suzaku et moi.

- Tu veux prendre autre chose ? Sinon, ça ne me dérange pas de partir, hein. Suzaku n’oserait pas de monopoliser toute la nuit.

Me défendant grâce à mon fidèle piaf, je lui laissais le choix de prolonger un peu la soirée ou de partir. Finalement, j’étais réveillé et de bonne humeur, mais ça pouvait ne pas être le cas de son côté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Jeu 7 Déc 2017 - 3:00
Le piaf commençait son ondulation sur l'épaule de la Nara, qui en le regardant était rapidement prise par son démon de danse. Regardez ces deux idiots qui se trémoussent l'une toujours assise sur sa chaise basculant de droite à gauche son buste et l'autre tout aussi excité sur son épaule. Ah bah, il faisait l'animation en attirant quelques regards curieux et amusé.

-C'est comme ça que tu fais ? Qu'elle lui demandait en plus en l'imitant...

C'était pas le genre de spécimen gêné même pas d'un bout de doigt. Elle ondula encore un peu faisant danser l'oiseau avec elle après qu'il se soit calmé, juste le temps de jeter son regard dans le sien qui prenait ses airs de beau gosse. Cette vile comédienne aurait presque pu se faire rougir tant elle laissa transparaître l'impact de sa flatterie en ajustant le cigare qu'il avait dans le bec. Franchement Sayo...

Faut avouer, qu'elle aimait bien ses jeux-là.

-Mais oui, j'ai senti dès le premier instant que t'étais un gars malin Sempaï, pas autant que Suzaku-sama mais...


Regards et sourires, maintenant elle lui envoyait des baisers au vent du bout de ses lèvres. Gamine incorrigible. En parlant de ça, sans perdre son rictus, ni son joviale, elle accueillait l'information de son emprisonnement avec des pincettes, décortiquant chaque mot utilisé, leur ordre, l’intonation. La fille qui était morte était celle qui n'avait pas su sauver ? Elle arqua un sourcil. Avoir échoué faisait-il de lui un criminel, ou bien il l'avait achevé lui-même pour quelques raisons que ce soit. Sa main glissait sur son menton en le caressant lentement, signe chez elle que toutes ses connexions cérébrales se connectaient entres elles.

-Bon j'imagine que tu dois avoir du temps à rattraper en franche rigolade du coup, quand j'aurais l'âge je t'offrirais du saké !


Conclusion ridicule, elle en buvait déjà, mais il fallait bien qu'elle sauve le peu d’innocence qu'elle laissait encore en image. Naturellement, elle n'insista pas sur l'épisode de la prison, s'il avait voulu développé il l'aurait fait et qu'il ne soit pas justifié le démontrer comme étant clair sur sa position vis à vis de ce fameux meurtre. Qu'il soit un frère d'arme de Kumo aujourd'hui lui suffisait amplement, combien dans leur rang étaient des criminels bien pires restés impunis pour leurs loyaux services. Ils étaient des shinobis après tout, par définition tous plus ou moins des meurtriers un jour ou l'autre. De coupables pour les autres, d’innocents pour les autres. C'était sans fin et le sujet de l'oiseau la passionnait d'avantage, surtout maintenant qu'ils en étaient à échanger des câlins, une tête sur celle de l'autre.

Impossible de ne pas rire face à la scène suivante en revanche, aussi traître que la brune le volatile, il avait presque retourné sa veste et tandis qu'il chatouillait son cou avec son plumage, la fille se remuait dans tous les sens comme une enfant. Une qui ne s'arrêtait que quand on lui annonçait que c'était la fin de la game. Calme, elle lui lança un regard perçant, son petit rictus en coin de lèvres qui murmurait d'avance qu'il ne s'en sortirait pas aussi facilement.

-Je suis rassasiée, par contre, moi je veux bien être monopolisée toute la nuit par mon roi ♥ ❤

L’inévitable roucoulade et le serveur n'échappait pas aux griffes de la Nara, quelques minutes, ils avaient obtenu une ristoune, mais toujours aussi insatisfaite, elle s'accrochait au bras de son aîné, toujours son oiseau en otage contre son cou de jeune fille.

-Hey là ! Il est tard, ça se fait pas de laisser une jeune demoiselle traînait seule dans les rues comme ça. Va falloir me raccompagner, mais avant je dois me promener pour digérer avec tout ce que tu m'as fait manger.
Elle jeta son regard de braise vers l'oiseau. Faut entretenir ma taille de guêpe pour le roi.

Autant dire qu'elle ne lui laissait pas le choix, en chemin, elle était revenu sur le moment où elle avait acquiescé l'information pour les Kushy, elle glissait un mesquin, si tu le perds en chemin pense à moi au maître oiseau tout en traînant des pieds les conduisant dans un détour monstrueux.

-Dites du coup, on pourrait peut-être se retrouver un matin libre ou un après-midi pour s'entraîner tous les trois. Je verrais Suzaku-sama en acti
on. Elle jeta un regard à Hisao. Et toi un Nara en pleine action. Je pourrais même emmener Nué si tu veux vu que tu le connais. On vit ensemble, on mangera à la maison après.

Elle pourrait même inviter Reiko-chan tiens...

_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Dim 10 Déc 2017 - 12:15
- C’était pas mal, Sayo-yo ! Encore un peu de travail dans les épaules et tu seras encore plus parfaite que tu l’es maintenant ! Oui oui !

S’il n’avait pas un plumage aussi épais et aussi rose, on aurait pu voir Suzaku rougir comme jamais. Remettre son cigare ne place, n’était-ce pas la plus grande forme de respect et la plus grande flatterie qu’une femme pouvait faire à un fumeur ? Le cacatoès était aux anges et la Nara pouvait l’entendre presque ronronner. Et plus il disait qu’il était beau gosse, et plus sa petite tête d’oiseau se collait à elle tandis qu’il montrait également son affection envers elle.

Je souriais à la scène tandis que je finissais mon verre. Jamais je n’aurais pensé m’amuser autant dans un contexte pareil. Et pourtant, la vérité était là : la Nara, mixée à Suzaku, était un moteur incroyable de bonne humeur, de taquinerie et de malice. Et c’était tout ce que j’appréciais. Bon, ce petit bâtard de Suzaku passait une soirée un million de fois meilleure que moi vu le charme qu’est capable de déployée Sayo, mais j’étais quelque part amusé de voir Suzaku dans cet état. Je ne l’avais jamais vu comme ça. Mais c’était pas fini… La Nara, toujours plus emportée par ce petit jeu, avait prononcé une phrase très tendancieuse aux ‘’oreilles’’ naïves de Suzaku, qui commença à faire de l’hyperventilation. Il imposa son regard vers moi et ouvrait grand son œil.

- Hisao-Zo ! Elle a accepter ma demande de mariage ! Tu as entendu ?! D’accord, d’accord ! Akaho-koko, va m’acheter un habit élégant pour être présentable ! Un kimono exotique mais raffiné ! Pour Sayo-yo, tu prendras un… Non ! Trop de choix ! Elle est trop jol-…


J’arrivais au niveau de Sayo, me penchait jusqu’à Suzaku qui paniquait sur l’épaule de la Nara et lui donnait de gentilles petites baffes dans les deux côtés de son bec. Sa respiration se calmait et il remontait alors la tête vers moi.

- Quoi ! Non… elle a pas accepté ma demande ? HISAO-ZO, REPONDS-MOI ! ELLE A ACCEPTE ?


- Non.


- NOOOOOOOOOON !

Il fit semblant de pleurer alors qu’il glissait de l’épaule de Sayo comme un oiseau au cœur détruit. Ses deux ailes entourèrent néanmoins le cou de celle-ci et sa tête se réfugia à nouveau dans le cou de la Nara. Une scène hilarante que je ne pouvais m’empêcher de souligner.

- Oi, Sayo. Tu vois dans quel état tu le mets ? C’est moi qui vais devoir faire le psychologue des cœurs brisés, maintenant. Je te remercie pas.

C’est tout sourire que je concluais tout ça. Le serveur débarrassa la table et nous fit payer une petite somme pas négligeable… que la Nara s’empressa de réduire, me laissant totalement figé sur place par incompréhension et surprise. Le serveur avait à peine résisté… et ce, pendant toute la soirée. Je regardais mon Kiseru, puis la facture puis finalement Sayo.

- Bordel mais comment tu fais ça ?


Je secouais la tête et sortais du restaurant. Alors que je comptais me retourner vers la Nara pour conclure la soirée, elle entoura mon bras et s’y accrocha fermement, à tel point que quand je l’élevais, la Nara restait accrochée malgré avoir quitté le sol. Mon regard plongé dans le sien, je finis par hausser les épaules tout en la reposant.

- Ca me dérange pas, bien au contraire. Et puis, je te dois bien ça pour la soirée. Je me suis amusé comme je ne l’avais plus fait depuis très longtemps.


« Faut entretenir ma taille de guêpe pour le roi ». Oh non.. ça couplé à son regard – qui était indéniablement beau – Suzaku n’allait pas résister. Enfin… a-t-il seulement résisté une seule fois cette soirée ?

- Nooon… Sayo-yo, je ne suis pas digne ! Tu n’es pas une vulgaire reine ! Tu es bien pluuUuUuUus...

Il disait ça toujours en ''pleurant'', mais il remontait aussitôt sur l'épaule de Sayo une fois sa petite lamentation finie, s'affichant alors fier, beau, majestueux. C’est qu’il devait être présentable en tant que roi et aux côtés de sa reine…

- Je pense que Suzaku n’aura rien à redire pour te revoir.
dis-je en le regardant d’un sourire. Quant à moi, ça me ferait plaisir écoute. L’après-midi serait le mieux étant donné que je suis pas vraiment du matin. Ou alors vraiment en fin de matinée.

Le programme qu’elle proposait était plutôt intéressant pour être honnête.

- Hm ? Tu vis avec Nué, vraiment ? Il est pas trop difficile à gérer au quotidien ? Enfin… même si la question pourrait être retourner pour demander s’il arrive à te gérer au quotidien.

Toujours taquin et le sourire aux lèvres, je montrais mon intérêt pour sa proposition et pour ses propos. Nué était un gars plutôt sympathique bien que difficile à suivre lorsqu’il est sujet à 5 tonnes d’anesthésiant. Le revoir en compagnie de Sayo, qui était sûrement la fameuse fille dont il me parlait pourrait être intéressant !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mar 12 Déc 2017 - 10:34
Les affaires marchaient bien ce soir, tant mieux si Hisao s'amusait, la Nara aussi se régalait de cette soirée, pas pour rien qu'elle en redemandait, les deux lui étaient sympathique et l'oiseau quant à lui, mythique. Bien sûr, elle refusait de dévoiler ses secrets et petits mystères pour faire tourner le monde autour de son petit univers. C'était un art ancestral après tout, que la petite maligne avait de façon plus innée que d'autres dirons nous. Il ne fallait pas briser le mystère, au risque d'y perdre tout le charme. Un auquel Suzaku était particulièrement sensible et Sayo au sien fallait il avouer. Ah s'il n'était oiseau, comme elle lui confiait, pour lui...

-Je renoncerais à ma conviction de ne jamais me marier si c'était pour toi mon roi. Éponges vite le chagrin de ton cœur, tu seras toujours premier dans le mien.

Si elle n'avait pas été kunoichi, on aurait pu lui faire jouer les plus belles scènes d'amoureux de théâtres improvisé. Au maître oiseau aussi d'ailleurs. Ils poursuivaient les révisions de leur longues prises à venir, aucun doute, à force, on en ferait un bon film. Comique pour l'invocateur, amoureux pour l'invoqué. Celui là même qu'elle flattait de sa main libre, accrochée de son autre bras au premier cité. La Nara était une créature intrusive, comme un vent d'été trop ni trop chaud, ni trop frais, acclimaté à la bonne température pour qu'on ne cherche pas à lui parer les accès. La moindre fente lui suffisait à faire son chemin, ça devait être épuisant parfois, surtout pour Nué qui derrière ramasser les pots cassés, gardant le pas sur son ombre du mieux possible.

-Offf ! Je suis pas du matin moi non plus, donc ça m'arrange. Tu sais, sans mes douze heures de sommeil par jour...


Feignante, mais assumée ! Le sujet revenait sur celui qui l'assumait le plus justement, son coté plus sombre, moins quinquant, l'envers du décor de la diva. Les propos du sempai lui donnait une humeur légère, trop pour qu'elle riposte trop méchamment.

-Eh bé, il a l'air de t'avoir laissé une belle impression. C'est mon partenaire sous plusieurs angles si tu vois ce que je veux dire.
Qu'elle glissa avec un clin d’œil sans la moindre hésitation ou gêne.

Gamine irrécupérable. Dans la conjoncture actuelle, c'était sûr qu'elle sortait du lot, c'était même surprenant qu'une fille de si bonne famille assume un côté plus franc du réel fond de ses pensées. On lui avait pourtant toujours appris à faire tout l'inverse. Son attention se reporta immédiatement sur le roi, pour lui dire qu'elle était déjà prise malheureusement, mais comme elle précisa...

-Tu pourras châtier ton rival comme ça.

Foutue Nara aussi qui aimait mettre le désordre dans les chaumières, des bâtons dans les roues de son amoureux et le regarder toujours s'en sortir en vaillant héros qui lui pardonnerait toujours. Peut-être qu'elle testait sa patience justement, jusqu'où il serait capable de la supporter.

-Tu sais Sempaï, il est rodé, on se connaît depuis qu'on est enfant. Et encore crois moi, il est trente fois moins ahuri qu'à l'époque !


Vrai ? Pas sûr. Il tenait encore et toujours une sacrée couche mine de rien, puis elle ne se fit pas prier pour lui raconter les annecdotes-gênantes sur son coéquipier et plus vu l'affinité. Mais pas que... Shojito n'échappait pas au traitement de faveur, comme la petite info que lui avait donné la mère du blond sur sa tendance à courir les fesses à l'air pour ne pas prendre son bain. Au pieds de son immeuble, ils étaient arrivés trop vite à son goût, mais bon, on pouvait pas non plus abuser des bonnes choses éternellement.

-Nous y voilà. Tu peux pas te rater Sempai, dernier étage il n'y a que nous, si à l'occasion tu t'ennuies ou veux rire un peu.


Après tout, elle, elle avait leur adresse ! Puis la voilà qui se fit soudainement tellement mignonne enfant....

-Je te remercie Sempaï pour cette soirée et le repas, m'avoir raccompagné aussi.
C'était qu'elle s'était même inclinée hein ! Du respect de Sayo Nara, fait rare, mais il ne pouvait pas savoir. Bien son sérieux se perturba bien vite devant la plus déchirante des séparations... Celle avec le roi <3


_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Ven 15 Déc 2017 - 20:43
Tandis que Suzaku s’effondrait sous le poids de l’amour qu’il portait à Sayo, il semblerait que la Nara soit tombée sous le charme de Nué. Je ne sous-estimais pas ses talents dans ce domaine, mais il me paraissait si craintif, si incertain dans le domaine amoureux qu’apprendre qu’il vivait en la charmante compagnie de mon interlocutrice provoqua en moi un certain étonnement. Cela dit, bien que le cacatoès serait meurtri d’apprendre que le cœur de la Nara appartient à un autre, j’étais bien content que le Metaru ait trouvé cette fille. Aucune affection particulière me reliait à lui, mais je voyais en Nué un mec un peu naïf qui demandait qu’à avancer dans la vie. Un gamin peut-être devenu homme trop vite, mais qui était prêt à aller de l’avant. Et avec Sayo à ses côtés, je me faisais pas trop de soucis pour lui. J’avais beau dire que c’était une fourbe manipulatrice mesquine, je camouflais surtout un sentiment de bien-être et de joie vis-à-vis de la Nara. Des choses dont je n’avais aujourd’hui plus l’habitude et que je n’arrivais pas spécialement à gérer.

- Le pauvre, du peu que j’ai vu de lui, je doute que ce soit lui qui ait le dessus entre vous d’eux, pas vrai ? Jl'ai déjà dit mais le mène pas trop par le bout du nez, hein.


D’un sourire taquin, je rangeais finalement mon Kiseru, qui avait refroidi depuis ma dernière inhalation de tabac puis croisais les bras tout en regardant Sayo d’un air amusé. Suzaku était déjà en train de se chauffer pour écraser Nué. Un oiseau qui était bien décidé à éliminer son fameux rival. Pendant ce temps, nous nous contentions de marcher jusqu’à la demeure de la Nara, finalement très proche du lieu de l’explosion du petit débile pyromane. Vu la position de la Lune, que l’on voyait à travers les nuages, on avait passé une longue soirée ensemble. Je n’avais pas vu le temps passé et j’avoue que ça faisait du bien. Il faut dire que le caractère de Sayo a tout pour correspondre au mien et à celui de Suzaku, donc c’est sans surprise que je me sois amusé. Enfin… sans surprise, je me comprends.

- Je viendrais à l’occasion, ou tu n’auras qu’à m’inviter. Tu es la deuxième personne à connaître l’intérieur de ma maison, donc je pense que tu n’auras pas trop de mal à venir ou à déposer une lettre. Par contre, toque. Si tu forces la serrure, je cr-...

- HISAO-ZOOO, LA LAISSE PAS PARTIIIIIIR…..


Le pauvre cacatoès ne savait plus s’il devait paraître impassible et cool, ou laisser ses émotions prendre le dessus. Finalement, la deuxième solution s’imposa d’elle-même. Mais il revint rapidement à lui, « embrassant » le lobe de l’oreille de Sayo d’un petit et affectueux pincement de bec. Un signe amical chez les animaux, qui se solda par un envol jusqu’à mon épaule. Il reprenait un cigare et reniflait, toujours triste.

- C’était un plaisir, Sayo. Finalement, même un "cambriolage" peut finir de la meilleure des façons. J'espère qu'on se reverra un de ces quatre.


Un dernier sourire lui fut adressé tandis que ma main se déposa sur son crâne pendant qu’elle était encore inclinée – respect qui n’était d’ailleurs aucunement nécessaire avec moi. Je frottais le haut de ses cheveux d’un mouvement amical et tranquille avant de tourner talon pour retourner chez moi… dormir le peu qu’il me restait de la nuit.

- Donc… t’es du genre un oiseau chialeur et romantique ? J'pensais pas que le fier ois-...

- Akaho-koko, prends pas la confiance ! J’peux encore rompre le pacte !


- Oi, ça va, je rigol-


- Tu ne m’as jamais vu énervé ! Fais attention à ton sensei !!


- T’es pas mon…


Et la dispute continua jusqu’à chez moi. Quelle plaie ce Suzaku. Mais il avait rendu la soirée encore meilleure qu’elle ne l’était. On peut bien lui accorder ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

C'un malentendu comprenez... | Hisao

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: