Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Encore ... ? [Pv Shuu]


Dim 26 Nov 2017 - 18:29
Fatiguée...

Tu transpirais à grosse goutte, tandis que tu t'évertuais à répéter encore et encore les mêmes techniques. Ta dernière "entrevue" avec ton frère t'avait permit de te fixer sur tes objectifs au sein du Ninjutsu. De te déverrouiller les cadenas qui s'étaient posés dans ta tête avec le temps. Bien que la domaine restait encore très compliqué pour toi, tu avais su l'adapter, le former, l'apprivoiser dans un art que tu maîtrisais particulièrement. Ce n'était pas du Ninjutsu à l'état le plus brute que tu faisais, mais un croisement entre ton Taijutsu et tes capacités.

Et cela ne faisait que quelques jours, mais tu avais su développer avec une vitesse fulgurante cette branche de tes capacités. Au final, tout était question d'imagination et de verrous mentaux. Désormais que plus rien ne te brider, tu pouvais te laisser librement aller à ta colère créatrice.

D'ailleurs, Kinzoku en avait fait les frais malgré lui. Celui-ci t'avait provoqué en duel de manière impromptu et était reparti blessé. Tu n'y étais pas allé de main morte avec lui, mais ta colère et ta volonté de progresser t'avait empêché de te retenir. Au fond, il t'avait permit de progresser, de corriger des erreurs que tu n'aurais pas analyser sans son intervention. Ta dernière technique avait su alors être amené au stade de la perfection grâce à lui.

Te retrouvant dans cette même forêt où tu avais croisé Shuuhei l'autre jour, cette fois-ci, s'était toi qui t'évertuait à déraciner les pauvres arbres. Cela faisait déjà bien quelques heures que tu te battais avec acharnement face à un ennemi mobile. Tentant de varier tes techniques tu avais encore tout un large panel qui n'avait de cesse d'évoluer à mesure que tu remarquais certaines choses...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 30 Nov 2017 - 2:19
- « Qu’est-ce que tu fiches ici ? »

Tronche de constipé. Encore. Malgré tout le boucan qu’elle faisait, j’avais réussi à hausser ma voix pour qu’elle l’entende clairement et qu’elle s’arrête de s’entrainer. Le coin était encore plus ravagé que d’habitude. Rien d’étonnant quand on voyait de qui il s’agissait. Au niveau du potentiel offensif, elle était aussi effroyable que moi. D’ailleurs, il me semblait que les impacts provoqués par sa force çà et là n’étaient pas uniquement dus à sa seule force brute. Non. Il y avait quelque chose d’autre. De quoi m’intriguer alors que je me mettais à marcher non pas vers elle, mais de façon à contourner les arbres déracinés et les gigantesques trous qu’elle avait engendré. Metaru dans toute sa splendeur, hé. Après tout et qu’on le veuille ou non, nous étions des barbares. On avait la castagne dans le sang…

Je m’arrêtai devant un gros trou à un moment donné, puis je l’examinai. Il était marqué par des vrilles, des spirales. Je haussai un sourcil devant une telle image et restai silencieux pendant un moment. Un poing n’aurait pas pu causer cette forme. Un coup de pied non plus. Reiko était également comme tous les autres Metaru : Une tanche en genjtusu. Je ne nageais donc pas en pleine illusion. Même s’il me semblait qu’elle avait quelques aptitudes à manipuler le fuinjutsu, ce domaine ne pouvait décemment pas lui permettre de faire de tels dégâts. Il y avait définitivement autre chose… Et cet autre chose, je ne voulais pas y croire. Alors, il n’y avait qu’une seule chose d’être sûr : Lui demander de combattre. Je pouvais la provoquer, la titiller, mais je n’avais même pas la foi pour et je serai sans aucun doute peu crédible…

Carrément.

C’était également sans compter que Reiko n’était plus idiote comme dans le temps pour tomber dans le panneau et criser comme une folle… Enfin… Quand il s’agissait de moi, on s’entend. Un Nué serait susceptible d’avoir la mâchoire brisée s’il s’y hasardait ou n’importe quel autre Metaru en fait. « Puisque t’as investi mon terrain d’entrainement, faisons d’une pierre deux coups : Bats-toi contre moi. Et qu’on s’entende bien. Ce n’est pas une vengeance ou un passage à tabac gratuit. » Mais plutôt de la curiosité. De la grosse et bonne curiosité. Je voulais voir maintenant jusqu’à qu’où elle avait progressé. Voir ce petit truc qu’elle avait développé. C’est donc sur cette pensée que je me mis à manifester mon chakra en faisant craquer mes jointures. Elle était libre de décliner mon offre, bien entendu…

Mais je prendrais ce refus comme une fuite. Inévitablement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 30 Nov 2017 - 8:40
Ennuyée...

Mais que venait-il foutre encore ici lui ? Deux fois en l'espace d'un temps très court que vous vous retrouviez dans cette situation. A l'inverse qu'ici, c'était lui la personne indésirable. Soupirant, tu le regardais tandis qu'il semblait inspecter par-ci par-là l'état du terrain. Celui-ci avait prit une forme presque artistique, il y avait des multiples trous un peu partout et tout un tas d'autre chose synonyme qu'une bête monstrueuse était passée par là...

Au final, il en vint à te provoquer en duel. Il tenait vraiment à chercher la merde avec toi ? Le regardant de haut, tu affichais une expression de frustration plus que d'ennui sur le moment. Il osait t'interrompre en plein entrainement pour t'insulter en suite de la sorte. Enfin... Il essayait quand même de te faire comprendre que ce n'était pas une provocation mais une simple curiosité de sa part. Comme si sous prétexte que monsieur était curieux, le monde lui était offert... Foutu Shuuhei, il n'en manquait pas une pour prendre la grosse tête.

Te retournant alors entièrement vers lui afin de lui faire face, tu affichais toujours cette même expression sévère.

- Soit !


S'il pensait que tu allais te défiler, il avait tord en tout point. Tu ne fuyais même pas en face d'une mort certaine, alors face à ce frère... Hors de question. Composant quelques mudras, tu venais faire surgir de tes mains un métal dense qui avait tôt fait de prendre la forme de deux gants gigantesques. Une technique tu avais aussi développé dans cet infime espace de temps entre vos deux rencontres, mais, cela ne la rendait pas moins dangereuse. Armée de ces gants, tu étais plus dangereuse que jamais. Ceux-ci ne t'empêchaient même pas d'utiliser tout le panel de technique martial que tu maitrisais.

Les faisant s'entrechoquer ensemble, le son produit était semblable à un puissant fracas. Même un Raikage pouvait difficilement assumer le fait d'être broyé entre tes deux poings armés.

- J'imagine que tu es prêt.


Pas de provocation, rien. Tu n'étais pas ce genre de personne à provoquer l'ennemi pour lui faire commettre des erreurs de jugement. Toi, tout ce que tu disais, tu le pensais, sans arrière pensée aucune. Te mettant en position devant lui, tu attendais le bon moment pour l'attaquer.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 30 Nov 2017 - 11:08
Haussement de sourcil. Des gants en métal ?! Depuis quand ?! Ma mine ne trahissait pas une peur, mais bel et bien de la surprise. Quand on a fait face à un titan de cent mètres, deux gants même surdimensionnés ne pouvaient clairement pas effrayer. Néanmoins, il était clair que ça devait faire mal. Très mal. D’autant plus qu’elle n’était pas censée pouvoir donner des formes aussi précises et travaillées à son kinton. Alors quoi ? Qu’est-ce qui s’était passé ? Qu’avait-elle découvert ? Le merci qu’elle avait prononcé me revint doucement en tête alors que je l’observai toujours sans faire le moindre mouvement. Aller au corps à corps maintenant ? Juste non. Tout comme Kinzoku, j’allais m’amuser à l’éprouver un peu et voir comment elle s’arrangerait pour m’approcher et me porter une attaque…

De ce fait et sans prononcer le moindre mot ou lui faire part d’une quelconque réflexion, je me mis à effectuer des mudras. Si elle ne voulait déjà pas me charger, j’allais la maintenir éloignée. C’est dans cette optique des choses que je tendis les bras vers elle avant de murmurer le nom ma technique. Et sitôt, une gigantesque vague d’eau se forma devant moi. Si elle m’avait déjà vu effectuer cette technique la dernière fois, elle allait la subir de plein fouet cette fois. Cette technique n’avait pas spécialement vocation à tuer, mais elle constituait une gêne énorme pour tous mes adversaires, puisqu’elle était gigantesque et qu’elle balayait facilement tous les nuisibles dont je n’avais pas forcément envie de m’occuper un à un. C’est sur cette réflexion d’ailleurs que le raz-de-marée s’abattit sur la place où elle se trouvait…

Sans bonne esquive, boire la tasse, c’était jamais vraiment agréable.

D’autant plus que mouillée comme elle serait, la blonde pourrait être très sensible à une bonne dose de raiton.

Mais en attendant qu’elle se manifeste et pour ne pas être pris par surprise, j’usai d’une technique de détection.

Au cas où, on s’entend...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 30 Nov 2017 - 11:30
Perplexe...

Tu aurais pu prendre cette vague se dirigeant vers toi comme une provocation. Néanmoins tu savais une chose que peu de monde savait. Tu étais plus forte que lui une fois le corps-à-corps atteint. S'il était un génie du Ninjutsu, toi tu étais une brute de Taijutsu. Vos maitrises étaient presque comparables dans ces deux domaines. Alors, l'idée de t'attaquer avec une attaque à distance certainement pour t'épuiser trahissait sa volonté de te prendre au sérieux. Mais, si en temps normal, tu aurais très certainement été submergé par son attaque, ton entrainement t'avait donné les armes pour te défendre.

Composant quelques mudras, tu fis surgir du sol un immense mur épais et indétrônable. Ce mur était bien loin des petits murets qui tu étais seulement capable de faire quelques semaines auparavant. Celui-ci était bien plus grand et prompt à résister à ce genre d'attaque. Te servant ainsi de lui comme parois de défense face à l'offensive, tu grimpais sur celui-ci tandis qu'il surplombait le haut de la vague. Une fois arrivée sur son sommet tu n'avais plus rien à craindre de la précédente technique.

Chargeant du chakra dans tes jambes, tu fis une charge vers lui, celle-ci aussi renforcée par le fait que tu avais l'avantage de la hauteur. Toujours armée de tes poings mécanique, tu arrivas à sa portée et tenta alors de frapper dans un coup rapide et vif. En temps normal, ce coup n'aurait même fait chancelé un homme aussi résistant que ton frère, mais cette fois-ci, ce n'était pas tes poings nus qui allaient le fracasser.

L'avantage de tes gants étaient que tu gardais une rapidité extrême et que tu la couplais avec une puissance d'impact énorme. Même si tu n'arrivais pas à le toucher, il allait devoir clairement considérer cette offensive pour l'avenir. Car tu lui réservais bien pire.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 30 Nov 2017 - 14:08
Oh ?

Intéressant. Tellement intéressant que j’eus le sourire aux lèvres. Son mur en disait long : Cette gamine avait maintenant pour elle une certaine maitrise du ninjutsu. Je ne savais pas vraiment par quel moyen elle avait réussi à se débrider en un laps de temps si court, mais la prouesse méritait d’être louée et applaudie. Mais alors qu’elle fonçait sur moi, je me mis à cogiter sérieusement. Se prendre une telle attaque ? No way ! Les gants n’étaient clairement pas là pour faire joli et sa force était bien trop immense pour que je m’amuse à jouer le gros con qui se croirait capable de tout encaisser parce qu’il est solide. Je pouvais éventuellement faire usage d’un mur devant moi, mais elle allait l’éclater facilement en plus de m’avoir dans le sillage. L’idée était donc d’esquiver sa charge et ses coups…

Ce que je fis. Ni plus ni moins.

Il fallait vraiment que j’élabore des techniques au corps à corps. Ce n’était pourtant pas la force qui me manquait. Mais la motivation. A croire que je m’endormais vraiment sur mes lauriers. Etre un maitre incontesté en ninjutsu ne devait pourtant pas m’affaiblir autant. Souffrais-je donc d’un problème d’égo ? A mesure que les secondes passaient, je me posais de plus en plus de questions. Et ce en plein combat. Comme si de rien était. Reiko avait vraiment l’art d’ébranler mon quotidien quand elle s’y mettait. Elle l’avait plus fait négativement que positivement, mais les derniers jours passés avec elle prenaient une toute autre tendance. Mais j’étais loin de jubiler ou de rire de bon cœur. Elle était tellement imprévisible qu’on ne pouvait jamais exulter d’avance ou même espérer quelconque miracle.

C’est sur ce constat que j’avais fini par atterrir sur son immense mur sans trop de soucis. Je pouvais lui lancer une nouvelle vague qui serait plus grosse que la première et qui l’engloutirait elle et son mur à coup sûr, mais je préférai jouer sur autre chose. C’est sur cette idée que je métallisai l’une de mes mains avant de l’allonger subitement telle une gigantesque lance. La lame fendit les airs et se dirigea brusquement vers la jeune blonde. Une énorme extension qui avait surpris pas mal d’adversaires dans le temps. Le kinton quand il était bien utilisé devenait une arme formidable. Bien entendu, l’attaque était évitable voire même parable, mais elle était d’un tranchant redoutable et elle visait son dos/poitrine. Si je n’avais aucune intention de meurtre, ma technique était tout de même à son maximum.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 30 Nov 2017 - 14:35
Loupé...

Il n'était peut-être pas doué dans le domaine du combat à courte portée, mais il possédait une rapidité que tu aurais clairement pu jalouser. Il t'avait filé entre les doigts tandis que tu étais sur le point de le percuter de plein fouet. En un sens, il avait fuit le rapport de force dans cette action, et même si tu ne l'avais pas touché, tu avais gagné une sorte de bataille psychologique. Mais la psychologie, tu n'en avais rien à foutre. Reprenant une position avec une garde haute, tu l'épiais pour savoir si tu allais de nouveau le charger.

Tes réflexions furent néanmoins écourtées puisque celui-ci enchaîna bien rapidement. Désormais posé sur ton mur, c'était lui qui possédait l'avantage de la hauteur. Sa prochaine offensive qu'il te lançait déjà n'allait qu'être plus dangereuse. D'ailleurs, celle-ci prenait la forme d'une lance qui se projeta sur toi à toute vitesse. Encore une fois, il fuyait le corps-à-corps... Dans ce court laps de temps où tu pus avoir le loisir de réfléchir à ta défense, tu te contentas d'ancrer tes pieds sur le sol pour soutenir ta posture désormais défensive.

Toi... Tu n'allais pas fuir le rapport de force. Réceptionnant alors la lance entre tes deux mains métalliques et gigantesques, tu fus poussée vers l'arrière tandis que tu tenais toujours cette lance qui menaçait de te trouer la poitrine. Sa vitesse et le choc provoqué t'avait au moins fait reculer de plusieurs mètres, et sans tes gants, tu n'aurais jamais eu l'opportunité de te saisir de cette lance sans perdre tes mains.

Au final, l'énergie déployée par l'arme s'estompa et tu ne t'en sortis qu'avec des éraflures sur tes bras provoquées par les différentes pressions de l'air qui avaient prit la forme de petite lame de vent. Respirant, tu n'étais pas passée loin du drame. Bien entendu, tu aurais pu esquiver, mais ce n'était pas toi la professionnelle du distance. Tu n'aurais pas pu contre attaquer promptement derrière.

Relevant tes yeux vers lui, tu balançais sa lance sur le coté tandis que la suite qui se présageait était claire dans ton esprit. Tu arrivais très vite au fond de tes réserves de chakra, la faute à un entrainement intensif au préalable. Mais entendu, tu ne t'étais pas plainte. Mais si tu voulais lui montrer ce dont tu étais capable c'était maintenant.

Chargeant de nouveau vers lui malgré la hauteur, tu te débarrassais d'un de tes gants après avoir composé plusieurs mudras. Une longue tige de métal s'échappa de ton bras avant que celle-ci ne s'élargisse et ne ce cisaille telle une foreuse. Prenant alors des proportions gigantesques ce genre d'attaque aurait clairement pu ébranlé le géant de deux-cents mètres qu'avait affronté ton frère. L'immense masse de métal se mit alors à tourner sur elle même et ceux de plus en plus vite, comme si rien ne pouvait l'arrêter.

Au final, tu l'attaquais avec, tandis que ta technique allait clairement lui arracher la moitié de son corps s'il se contentait d'esquiver de la même manière qu'à ta dernière offensive.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 30 Nov 2017 - 17:37
Bordel de merde…

Pour la première fois depuis très longtemps, j’eus une sueur froide. Ce qui fonçait vers moi était inimaginable. Je comprenais mieux les trous au sol par endroit. Une attaque dévastatrice à l’image de son utilisatrice : Folle furieuse ! L’esquive n’était même pas une option et le temps qu’il me restait ne pourrait même pas me suffire à malaxer mon chakra et à multiplier des mudras pour la contrer. Il ne me restait plus qu’une seule et unique solution : Me recouvrir de mon armure métal. Ce que je fis en une seconde seulement. Avant que la collision inévitable ne s’en suive…

Recevoir cette attaque de plein fouet n’était pas à la portée de tous les ninjas de ce globe…

Si j’eus été soulagé, ce sentiment s’envola à la vitesse de la lumière. La percée de la jeune femme était si brute, si intense même, qu’elle me fit reculer sur mètres sans que je ne puisse véritablement la stopper une seule seconde. La collision des deux métaux généra un gigantesque souffle qui balaya complètement les environs. Mes pieds essayaient de s’ancrer et de se stabiliser définitivement dans le sol malgré ma position précaire, mais ils ne faisaient que tracer des sortes d’ornières à mesure qu’elle me repoussait violemment vers l’arrière. D’ailleurs, et aussi incroyable que cela puisse paraitre…

Mon armure commençait à être fissurée.

De ce fait, je tentai le tout pour le tout. Formant mes deux mains sous forme d’épées, je finis par les planter dans la foreuse qui me faisait violemment traverser la forêt depuis bientôt une bonne minute. Je ne comptais même plus les arbres dévastés par notre passage. Mes épées eurent pour effet de ralentir sa force de frappe. C’est bien cette prise de risques qui me permit enfin de bien prendre mes appuis et de stopper notre folle traversée. Et dès lors, le choc des titans prit une autre tournure. Mon « plastron » commençait à se briser peut-être, mais son attaque perdait de l’ampleur !

Puis il eut finalement une onde de choc. Un impact grandiose qui déclencha un gigantesque cyclone.

Cyclone qui acheva de raser complètement toute la végétation environnante…

***

- « Magnifique… »


Ce n’est que cinq minutes plus tard que je consentis enfin à parler. Cinq minutes après le déclenchement de sa technique dantesque. Maintenant que tout s’était arrêté et que tout était dégagé, on pouvait nous voir debout l’un devant l’autre. Mon armure était complètement bousillée au niveau du ventre et de la poitrine et le bout de sa perceuse avait réussi à entamer de peu mon ventre qui présentait un petit trou d’où s’écoulait du sang. Je n’avais peut-être pas reçu plus de dégâts que ça –Il fallait bien que mon armure serve à quelque chose-, mais j’étais plutôt agréablement surpris par sa prouesse.

- « On dirait bien que je me suis trompé sur ton compte… Faut croire qu’il y a des exceptions en toutes choses… Ou presque. »

Je marquai un moment de pause avant de reculer pour être hors de portée de son arme. Et tandis que je plaçai une main sur ma petite blessure, mon armure s’effrita complètement.

- « Bravo. »

Qu’avais-je dis sobrement. Mais sincèrement. Un mot qui signifiait beaucoup. Pour moi, en tout cas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 30 Nov 2017 - 18:08
Épuisée...

Le temps s'était ralenti, à l'inverse de ton souffle qui lui trahissait une fatigue certaine. Tu n'avais carrément plus de jus, et la seule chose qui te maintenant encore debout était ta fierté. Ta foreuse quant à elle s’effrita et éclata à partir d'un moment, tu n'avais plus la force de la maintenir et de toute manière, elle avait déjà fait son travail. Pointant tes yeux vers le corps de ton frère, lui aussi tenait debout, chose qui avait tôt fait de t'irrité. Pourtant, cette fois précise, tu n'aurais pas pu faire mieux, tes précédentes essaies dont celui sur Kinzoku t'avait permit d'ajuster cette attaque très rapidement, malheureusement, même celle-ci n'avait pas été suffisante.

Arquant un sourcil, tu arrivais à peine à entendre ce qu'il te disait. Apparemment, il te félicitait. Perplexe, tu tentais de voir son visage qui pourrait trahir un semblant de moquerie mais tu n'y voyais rien. Seulement une légère crispation suite à l'impact sur son torse. Au moins, il savait lui comme toi que c'était une aubaine qu'il ai encore un torse.

- Si tu tiens debout c'est qu'elle n'est pas encore parfaite.

Envoyais-tu, entrecoupé par des halètements de fatigue. A cet instant, tu ne pouvais plus te battre, au mieux te mouvoir. Ta réserve de chakra était au plus bas et tu maudissais l'entrainement que tu avais eu derrière. En temps normal tu lui aurais fait goûter une seconde fois à ta technique mais ici, rien.

- Je dois encore m’entraîner Shuuhei.


Étonnement, ces dernières paroles furent plus... douces ? Enfin... Doux était un mot bien compliqué à prononcer lorsqu'on parlait de toi mais, il y avait clairement une différence entre ton agressivité habituel et ton calme serein actuel. Sortant de ta poche une gourde, tu buvais jusqu'à la moitié de son contenu. Tu étais une bête d'entrainement, il n'y avait que comme cela que tu pouvais progresser, bien entendu que tu allais rester ici encore plusieurs heures pour améliorer ce qui n'allait pas. A la différence de ton frère, tu ne te reposais jamais sur tes lauriers.

T'approchant de lui d'un air déterminé, ta démarche fut lourde et lente mais, tu en vins à te retrouver à son niveau. Lui tendant ta gourde, tu le regardais avec un air de curiosité. Son visage trahissait sa crainte précédente. En effet il avait beau être debout, il semblait avoir vécu une expérience particulièrement éprouvante.

- Tiens, tu sembles en avoir besoin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 1 Déc 2017 - 1:17
- « Hein… ? Heu… »

Soufflé. J’étais soufflé. Complètement ébloui. Dépassé. Choqué. Limite scandalisé. J’étais en plein délire ou quoi ?! Que m’étais-je même demandé. A la suite de cette question intérieure, je voulus me baffer, mais j’allais sans doute avoir un air encore plus con que d’habitude. Même que je finis par fermer ma bouche encore entrouverte sous l’effet de la surprise. Puis je levai une patte. Je sentis une certaine résistance et j’eus même une grimace douloureuse qui en dit long sur le calvaire qu’elle m’avait fait passer, avant de refermer laborieusement mes doigts sur sa gourde. Lorsque je la récupérai complètement, je l’observai pendant un petit moment, avant de lever mon visage vers la jeune femme qui me faisait face. Puis, malgré moi, un mince sourire se dessina sur mon visage d’idiot…

Et sans attendre plus longtemps, je me mis à boire l’eau à grosses gorgées, tout content de pouvoir me désaltérer alors que tout mon chakra était pratiquement à sec et que je ne pouvais plus générer du suiton. Une aubaine vraiment. Et un véritable bonheur. Si bien que j’eus un soupir d’aise avec ce petit air de vioque à l’appui. J’étais content. Content mais aussi touché. Nostalgique, à vrai dire. Voilà comment j’étais vraiment. Car son geste me fit irrémédiablement penser à notre passé. A son jeune âge. A sa bouille innocente et mignonne qui faisait ma fierté. A cet instant, qu’est-ce que je n’aurais pas donné pour remonter le temps et corriger mes erreurs ! Car j’avais dû en faire. J’avais dû louper des choses. Mais quoi ? Même jusqu’à présent. Je ne savais pas. Et quelque part, j’étais frustré.

Même si j’avais réussi à contenir et à refouler cette frustration depuis un bon bout de temps, maintenant.

- « Reiko, tu sais, je… »

Et les mots ne virent pas. Non. Il n’y avait aucun mot adéquat pour ça. Lui dire que j’étais désolé ? Je l’avais fait tellement de fois que j’étais certain que ça ne lui faisait ni chaud, ni froid. Mais parlais-je à la Reiko habituelle ? Même en voulant tempérer mon optimisme, je constatais qu’elle avait quelque peu changé et ce dans le bon sens du terme. Alors, la seule chose à lui dire n’était que : « Merci. » J’eus une mine douce, comme le grand-frère qu’elle avait connu avant de lever ma main sans aucune appréhension que je passai sur sa tête pour l’ébouriffer gentiment. Elle aimait bien ça gamine. Je me doutais bien que ce temps était révolu, loin derrière nous, mais je m’autorisai ce petit geste avant de finir par retirer ma main tout en la dépassant, sourire aux lèvres. Je pouvais espérer un peu…

Juste un peu…

- « Dans moins d’une semaine, ta technique sera parfaite, j'en suis sûr. »

J’adhérais à sa manière de faire. C’était dit. Maintenant, il ne restait plus qu’à la laisser tranquille.

Et de rentrer à Kumo. Ce que je m’apprêtais à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Ven 1 Déc 2017 - 2:39
Perplexe...

La légère confusion qui t'avait envahit les veines avait prit le dessus sur la fatigue. Il posait ta main dans tes cheveux en les ébouriffants comme il avait eu l'habitude de le faire une dizaine d'année plus tôt. Tu n'avais pas réagis, ni positivement mais pas non plus négativement. Tu te contentais de le fixer de manière dubitative. Le souffle encore court, il fallait du temps avant de pouvoir emmagasiner de nouveau de la colère afin d'avancer. Ce sentiment était ton seul carburant, l'unique énergie qui te faisait poser un pied devant l'autre. Constat bien triste pour le reste du monde, mais pas pour toi... C'était juste un constat et on ne pouvait rien y changer.

Au final, il te remercia et sembla acquiescer les efforts qui t'avaient conduit jusqu'ici. Plissant les yeux, l'espace d'un instant tu semblais avoir saisi un bref moment que tu n'avais plus eu la volonté d'attendre depuis des années. Te comprenait-il ? Non... Il en était encore bien loin, il ne t'avait accepté qu'en surface, mais c'était déjà un progrès énorme comparé à tout le mépris dont il avait pu faire preuve jusqu'ici.

Passant ton bras sur ton front suant de transpiration, tu le regardais marcher, prêt à repartir après avoir croisé la mort de près, son torse toujours fumant. Arquant un sourcil, tu l'interrompis dans sa sortie théâtrale.

- Tu n'étais pas venu pour t’entraîner ? Pourquoi tu pars déjà ? La prochaine fois, il risque d'y avoir plus qu'un peu de sang et de fumée sur ton torse.


Cette fois-ci, pour la première fois depuis bien longtemps, tu avais prit un ton amusé de la situation. Ce n'était pas de la moquerie mais plutôt de la taquinerie. Un sourire vint même se ficher en coin de ta bouche tandis que le regardais toujours. Toi, tu étais prête pour remettre ça, tu n'étais pas Raikage ou quoi que ce soit d'autre. Tu n'étais que Reiko. Et cela était suffisant pour te pousser à te dépasser à chaque instant. Et c'était aussi ce qui faisait que tu rattrapais aussi vite ton frère.

- Un Raikage digne de ce nom ne peut pas finir sur ça.


Tu le narguais ? En effet. C'était davantage dit sur un ton taquin comme avec tes dernières paroles. Était-ce cette maigre sensation d'être comprise qui t'avait permit de t'ouvrir un peu à lui ? Plissant les yeux, même toi tu étais étonnée par ce que tu faisais naturellement...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 2 Déc 2017 - 22:20
Ses mots m’arrachèrent un sourire, encore une fois. J’avais l’impression d’apercevoir une lueur d’espoir. Une première depuis très longtemps. Une impression presque réconfortante. J’aurai sans doute lui répondre en lui disant que le repos était parfois essentiel et qu’elle sous-estimait autant son attaque que ma propre technique de défense, mais je ne fis rien de tout ça. En lieu et place, je me tournai vers elle avant de prendre mon courage à deux mains pour lui saisir les mains de façon chaleureuse. Mes réserves de chakra étaient encore bonnes pour que je me permette de faire ça, mais parfois, les expériences valaient mieux que des théories ou des dires qu’elle pourrait ne pas comprendre. Oh, j’étais sûr que mon initiative n’allait pas changer son avis et son zèle, mais peut-être pourrait-il l’atténuer.

Mon corps commença à être recouvert de métal. De la tête au pied. Mais ce métal ne s’arrêta pas là. Comme un être vivant doté de conscience, il progressa jusqu’à la jeune femme et se mit également à envelopper son corps. A travers mes douces poignes, mon sourire et la chaleur que lui inoculait mon kinton, la blonde pouvait comprendre que je lui transmettais l’une de mes arcanes les plus puissantes. Maintenant qu’elle avait maitrisé l’essence du ninjutsu à sa manière, il n’y avait plus qu’à lui faire ce cadeau. Ma manière à moi de rattraper le temps perdu si je le pouvais et de participer aussi à sa progression plutôt fulgurante pour son jeune âge. C’était à se demander qui était le prodige ici. Je me mis à pouffer de rire avant de lui lâcher les mains alors que l’armure de métal finit par épouser tout son corps.

L’armure était un peu modulable et elle pourrait le styliser à sa sauce, mais uniquement que lorsqu’elle l’aurait complément maitrisé. En attendant, elle devait se rendre compte intuitivement des propriétés de l’armure et de la protection quasiment ultime qu’elle offrait. Mais pas que. La force était non seulement décuplée, mais elle pouvait se passer de la respiration pendant un long moment pour bouger et moins se fatiguer. D’ailleurs, le métal avec lequel il était fait était le plus pur qui puisse exister. Bref… Un bijou qui un jour, pourrait lui sauver la peau. En attendant, je me débarrassai du mien avant de lui dire : « Je pense que ce raikage digne de ce nom peut finir sur ça. » J’eus un air amusé, avant de me retourner finalement. Me retourner et la laisser méditer sur cette technique que je venais gracieusement de lui offrir.

- « Et puis sans déconner, je viens de frôler la mort là ! Épargne un peu ton grand frère ! Il peut bien se permettre de relâcher un peu la pression avec sa famille ! »

Qu’avais-je dis, tout sourire avant de me remettre en route pour Kumo, complètement lessivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Dim 3 Déc 2017 - 0:50
Dubitative...

Tu aurais pu avoir un mouvement de recul lorsque celui-ci agrippa tes mains sans te demander au préalable. Tu détestais être touchée, mais sur le moment, tu n'avais pas réagit. Ses mains étaient si... chaleureuses. Tu n'avais pas ressenti ça depuis trop longtemps maintenant. Toi qui t'était réfugiée dans la chaleur incandescente de la haine, tu n'avais plus vécu pareille douceur depuis ta jeunesse... Levant les sourcils, tu pouvais voir une partie de son armure aller vers toi, comme si celle-ci était une entité qui avait accepté ta présence...

Plissant des yeux, tu cherchais l'aboutissement de son agissement. Il ne faisait aucun doute qu'il était entrain de de te faire de cette faculté à appeler cette armure qui lui avait sauvé la vie tantôt. Pourquoi faisait-il ça ? Tu n'avais pourtant rien réclamer de sa part. Tu refusais la charité en chaque instant et cela eu presque le don de t'irriter instantanément. Cela aurait pu évidemment, si ton regard ne s'était pas posé sur ce sourire idiot qu'arborait Shuuhei. Aucun mépris dans celui-ci, aucune colère rien... Simplement un bonheur suffisamment intense pour que tu puisses le saisir et l'appréhender.

Au final, il te libéra pour finalement te tourner le dos encore une fois. Il n'avait plus rien à te dire, et tu restais là, perplexe, à tenter de saisir tout ce qui venait de se passer dans ce laps de temps très court. Tu n'étais pourtant pas lente à la réaction, mais là, tu abordais une situation encore inédite. Tu avais ce sentiment inexplicable de vouloir continuer à parler avec lui, de continuer à partager ce moment. Pourtant tu détestais ça ! La solitude ne t'avait jamais déçu elle ! Alors pourquoi celle-ci ne te suffisait plus...

- Shuuhei...


Tu ne savais pas vraiment quoi dire en réalité. Tu fronçais davantage les sourcils par frustration personnelle que par véritable colère. Pourquoi voulais-tu lui parler ? Cela allait finir comme d'habitude après tout... Pourtant, l'espace d'un instant, vous veniez de prouver que vous étiez capable de vous comprendre. Ce ne fut bref, totalement éphémère... Mais contre attente, cela avait été possible...

- Pourquoi m'as tu abandonné... ?


Finalement, la tristesse avait eu le dessus. Ta voix n'était plus aussi puissante qu'à l'habitude. Elle était presque... tremblante... Aussi loin que tu te souvenais, tu te voyais en petite fille, totalement incomprise par les siens. Ils avaient tous essayé de te changer sans te comprendre, de te répéter sans cesse que ton traumatisme était ridicule... Tu n'arrivais même plus à positionner Shuuhei dans tout ça, et pourtant tu n'avais jamais eu la sensation d'avoir été véritablement aidée par lui...

- Je veux dire... Quand j'étais jeune. J'avais besoin de toi...


Ce n'était pas dit sous le ton du reproche, mais plutôt celui de l'angoisse. Tu ne voulais pas dire tout ça, mais ces mots sortaient contre ta volonté. La fatigue avait inhibé ta colère, l'espace d'un instant, tu avais réuni toutes les conditions pour pouvoir lui parler à cœur ouvert et lui prouver que tu en possédais encore un.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 12 Déc 2017 - 23:37
Il y avait le raikage d’un côté.

Et il y a avait l’homme de l’autre. Mieux même. L’ainé. Le grand frère.

Je n’étais pas de ceux qui faisaient semblant d’être un dur. De par mon vécu, je l’étais assurément. Cependant, j’étais aussi conscient de mes défauts, de mes faiblesses et je composais avec sans vraiment les cacher et me donner un genre. Je n’avais jamais trouvé d’utilité à ce genre de procédés, ce qui faisait d’ailleurs de moi un piètre politicard mais un très bon dirigeant. Il arrivait bien entendu quelques fois où je me donnais un maintien pour les besoins de mon poste assez exigeant et pour montrer le bon exemple aux jeunes, mais ça s’arrêtait là et uniquement là. Néanmoins, s’il y avait bien des gens avec qui je ne pouvais jamais faire semblant, c’était bel et bien ma famille. Mon grade de kage importait peu et mon rôle de chef de famille n’était rien même ; ce qui était actuellement le cas ici, avec Reiko.

Je n’étais pas le raikage.

J’étais le grand frère.

Les mots qu’elle avait prononcé et le ton de sa voix me déstabilisèrent du tout au tout. J’avais l’impression de me retrouver quinze ans en arrière. Avec cette petite sœur que j’avais adorée et chérie de tout mon cœur. Avec cette petite boule de lumière qui faisait ma fierté. Avec ce petit bijou que j’avais chouchouté de toute mon âme. Mais comment ? Comment lui expliquer que la noirceur qui avait corrompu sa vie avait sévi au moment même où je vivais l’une des périodes les plus sombres de mon existence ? Comment lui expliquer que j’avais dû du dépasser une dépression très grave au moment même où elle vivait la sienne ? Comment lui expliquer que j’avais perdu la femme que j’aimais parce que j’avais dû la tuer de mes propres mains après le meurtre qu’elle avait commis au sein du clan ?

Comment lui avouer toutes ces choses qui la dépassaient… ?

- « Je… »

J’avais tout simplement échoué. Echoué en tant que grand frère. Lorsque je m’étais remis de mon propre traumatisme, il avait été trop tard. L’âme de la gamine qu’elle était avait sombré dans une sorte de démence que personne n’avait pu dompter, éradiquer. Pour ma part, j’avais tout essayé. Tout ! La manière douce, forte, l’indifférence, tout… Et puis, finalement, comme tous les autres Metaru à l’exception de notre mère, j’avais renoncé. J’avais baissé les bras. Toute cette frustration m’avait poussé à surprotéger Kahei lorsqu’il fut né. De peur de le voir sombrer comme Reiko. De peur de le perdre comme j’avais perdu Reiko à qui j’avais finalement tourné le dos. Erreur monumentale ! Avec le recul et maintenant que j’y repensais, c’était risible. J’aurai dû lutter. Lutter jusqu’à la mort.

La famille, c’est tout simplement sacré…

- « J’ai été faible. Aucune excuse ne pourrait justifier ma lâcheté. Aucune. J’ai échoué avec toi. J’ai échoué avec Kahei. Et voilà ce qu’il en est… »

J’eus un rire. Un rire jaune. Un rire amer. Maintenant que j’y repensais, la blonde n’avait pas eu forcément tort lors de notre entrevue à l’hôpital. Même si le sort de Kahei n’avait pas été directement de ma faute, j’aurai dû m’opposer à la décision de ce lâche de Seijiro que de lui donner le rôle de sensei et de le mettre à la tête d’une mission en dehors de Kumo. Une connerie ! Une vraie bêtise ! Je levai mes mains de sorte à ouvrir mes paumes pour les observer. Si j’avais fait pas mal de bonnes choses pour Kumo en général, je n’avais vraiment rien réussi pour les Metaru en soit. J’étais un bon raikage mais un mauvais chef de clan. Un chef de clan qui n’avait même pas de progénitures d’ailleurs. Tu parles d’un exemple ! Je finis par laisser mes bras pendre le long de mon corps avant de lever les yeux vers le ciel.

Il était gris. Sombre. Mélancolique comme le regard que je lui portais…

- « Pardon... »

C’était tout ce que je pouvais lui dire.

Et il se mit à pleuvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 13 Déc 2017 - 23:20
Alors... C'est tout ?

Tu le fixais... Serrant les poings, tu n'avais aucune réponse face à tes questions. Simplement l'image d'un homme meurtrie, qui pourtant porté toujours son masque de fierté déplacée. Un pardon... Rien d'autre... Tu ne méritais certainement pas plus d'explication. Face à cette réalité, à cet homme qui t'abandonnait encore une fois à travers son absence de réponse concrète, tu ne pouvais qu'enrager.

Tu grinçais des dents, ton visage se déformait dans une colère profonde et intense. Une haine si viscérale qu'elle dépassait certainement toutes celles que tu avais pu expérimenter durant ces dernieres années. Toutes les fibres de ton corps s'étaient contractées face à ce gigantesque assaut de colère. Ton souffle était court, les pulsations de ton cœur avait doublé voir triplé en rythme. Tu étais comme possédée par une adrénaline bouillante. Si autrefois, tu étais exténuée par le chakra dépensé, ce n'était désormais plus le cas. Tu aurais certainement pu détruire n'importe quoi se trouvant devant toi. Et en cet instant, c'était cet homme, ce frère, qui t'avait abandonné une nouvelle fois.

Tu voulais gueuler. Cracher toute ta rancœur sur son visage de beau gosse. Quel enfoiré ! Comment osait-il te faire encore ça. Tu voulais des réponses ! Pas des excuses qui ne voulaient rien dire. Il n'avait pas le droit de simplement te dire ça. D'avouer qu'il avait échoué et de simplement demander ton pardon... Qu'il crève. Qu'ils crèvent tous en fait. Tu n'en avais plus rien à foutre de ce monde qui t'avait toujours laissé de coté.

Qu'ils disparaissent...

En cet instant, tu aurais pu le charger. Lui prendre sa vie aussi facilement qu'il avait prit la tienne. Tandis que lui était meurtri dépossédé d'une quelconque envie de se battre. Toi c'était tout le contraire. Il n'y avait plus de puissance qui tenait, juste un affrontement de volonté. Néanmoins, la pluie qui avait prit une tournure presque théâtrale coulait alors à flot. Si bien qu'une flaque s'était rapidement formée sous tes yeux. Finalement, ce n'était plus Shuuhei que tu avais en face de toi mais toi même...

Depuis combien de temps n'avait tu pas prit le temps de te regarder dans un miroir. Beaucoup trop de temps... Tu ne voyais en toi que les rancœurs passées. Tu détestais avoir à affronter la réalité qui était la tienne de la sorte... Mais cette fois-ci, alors que tu étais à ton apogée, au point culminant de toute une vie, tu pouvais réellement voir ce que tu étais.

Reprenant un rythme de souffle normal, tu levais les sourcils, tandis que tu te faisais toujours face. Combien de seconde était passée depuis les derniers mots de Shuuhei ? Pas beaucoup et pourtant l'adrénaline qui avait envahit ton cerveau te donnait l'impression que cela faisait une éternité...

- J'ai compris.


Il n'y avait pas de marche arrière possible. De retour dans le passé envisageable. Il avait fallut que tu pousses tes sentiments dans leurs derniers retranchement pour te rendre compte que cela ne servait à rien de vivre dans les regrets et les remords... Tu étais ce que cette flaque reflétait de toi. Tu n'étais plus cette petite fille, en quête de protection, en quête de compréhension. Tu avais dépassé ce stade, tu avais grandis, tu avais évolué.

T'approchant alors d'un pas lent mais assuré vers Shuuhei. Tu posais une main sur son torse. Levant la tête, la sienne te surplombant alors de quelques centimètres. Tu regardais dans ces yeux vides et tristes.

- Ce qui est fait est fait... J'ai compris maintenant. Il n'y avait pas que moi qui était seule entre nous deux...


Encore une fois, la manière dont tu parlais avait changé. Si tu étais passée de la brutalité à la moquerie pour ensuite passer à la tristesse en moins d'une heure. Cette fois-ci, tes paroles transpiraient l'assurance et une certaine conviction.

- Tu peux compter sur moi pour la suite.


S'il t'avait abandonné à cause de son incapacité à t'avoir aidé. Tans pis... Finalement, c'était du passé comme tu le répétais. Mais toi, tu n'allais certainement plus lui tourner le dos tandis que tu pouvais encore l'aider. Tu n'allais pas l'abandonner.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 17 Déc 2017 - 18:36
Sa colère quand bien même elle s’était apaisée me conforta complètement dans le fait de ne rien lui dire, de ne rien lui raconter. Et malgré son geste d’ouverture, d’approche, de réconciliation ; cette initiative que j’avais attendu depuis ce qui me semblait être une éternité, je jugeais que la jeune blonde n’avait pas encore assez de recul pour comprendre mes explications qu’elle ne considèrerait que comme des excuses fallacieuses. Malgré tout, j’eus un mince sourire. Un mince sourire avant de me jeter sur elle et la prendre dans mes bras pour la serrer très fort contre moi. La pluie ? Rien à foutre ! Tout ce qui comptait, c’est que j’avais retrouvé ma sœur. Je ne savais pas si elle s’ouvrirait à notre entourage, mais j’étais content de voir qu’elle me permettait enfin de l’approcher et de compter sur elle. Rien ne pouvait me faire plus plaisir actuellement, surtout en ces temps de trouble. Les Dieux avaient écouté mes prières…

J’aurai pu commencer à lui parler, à lui dire tout ce que j’avais sur le cœur, mais je préférai me taire et profiter de sa chaleur, son odeur. J’avais l’impression qu’une partie de moi revivait et rien ne pouvait me faire plus plaisir ! Kahei lui-même aurait très certainement été heureux. Alors que l’une de mes mains frottait son dos, l’autre se promenait dans sa chevelure. Mon sourire finit par s’agrandir petit à petit. J’aurai pu former un dôme pour nous abriter de la pluie, mais j’oubliai cette idée pour la garder dans mes bras. Chaque seconde comptait. C’était peut-être exagéré de ma part, mais j’avais l’impression de rattraper le temps perdu comme ça. Une autre personne aurait certainement fini étouffée par autant de pression lors de mon emprise, mais on parlait de Reiko –qui avait une résistance aussi impressionnante que la mienne- sans compter que j’étais trop heureux. Bien trop heureux pour la lâcher tout de suite.

J’abusais même, mais j’assumais cet abus et j’étais persuadé qu’elle me comprenait.

- « Merci. »

J’avais murmuré ce petit mot les yeux fermés, histoire de lui faire comprendre que je n’allais pas gâcher cette chance qu’elle nous offrait de repartir de zéro. Le passé ne comptait certainement plus, mais j’allais sans aucun doute tout lui expliquer quand notre relation allait évoluer dans le bon sens du terme. Je voulais acquérir sa confiance et son amour pour pouvoir toucher certains points parmi les sujets qui fâchent. Cette étape serait cruciale et scellerait certainement notre avenir commun. J’imaginais aussi la réaction de nos parents, surtout de notre mère qui n’attendait que ça. Je la voyais déjà en larmes. En parlant de larmes, j’avais failli moi aussi chialer comme un gosse, mais je m’étais retenu pour ne pas lui montrer cette faiblesse-là. Quoiqu’avec cette pluie, elle aurait certainement du mal à deviner que j’avais les larmes aux yeux. L’instant dura un long moment, jusqu’à ce que je consente enfin à la libérer…

Mais tout en tenant l’une de ses mains, parce que faut pas déconner !

- « Rentrons à la maison. »

Que lui avais-je dis. Car je comptais bien lui coller les baskets jusqu’à très tard dans la nuit.

Comme un véritable grand frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mar 26 Déc 2017 - 17:47
Fait chier...

Tu te tortillais fébrilement tandis qu'il te serrait dans ses bras de toutes ses forces. Bien que ses bras musclés écrasés tes côtes affaiblies par les précédentes altercations, ce n'était pas tant ça qui te dérangeait. Tu n'avais pas l'habitude de ce genre d'approche charnelle. Tu aurais du t'en douter ceci dit, après ton discours qui se voulait réconciliant, il ne faisait aucun doute qu'il allait vouloir partager cette retrouvaille de cette manière. Bien que tu ne le repoussais pas, tu ne savais clairement pas où te mettre. Toi et ce genre de chose, cela faisait deux. Tu n'avais pas grandit à travers ce genre de démonstration d'affection. Soupirant, tu te laissas néanmoins faire tandis qu'il resserrait toujours plus son emprise. Il te savait solide le bougre, et il ne ménageait pas sa force.

Au final, il vint te relâcher une dizaine de minute après. Comme s'il ne pouvait pas s'empêcher de se coller à toi maintenant que tu avais levé des barrières à son approche. Tu étais gênée, plongée dans un désarrois de malaise. Tu ne savais pas vraiment comment jongler dans ce genre de situation. Alors, tu te contentais de rester passive, de ne pas montrer les crocs et d'essayer de sourire de temps en temps. Malheureusement, cela avait encore énormément du mal à monter. Toi qui avais entrainé tout tes muscles à leurs paroxysmes physiques, il semblait que ceux s'occupant de te faire sourire étaient atrophiés.

- A la maison ?


Tu restais pensive. Ce n'était pas vraiment chez toi. Enfin, cela ne l'était plus depuis longtemps. Si tu avais su briser la glace avec ton frère, certains membre de ton clan t'en voulait encore pour ce que tu avais été jusqu'ici. Bien que depuis ces derniers mois, tes dernières actions n'étaient pas restées sans reconnaissance. Si au début, tu les avais rejeté ne sachant pas quoi faire de leurs remerciement, tu avais su plus ou moins t'adapter face à eux.

Ce n'était pas encore la joie, mais c'était une bonne manière de renouer des liens. Bien que tu n'avais pas vraiment envie de nouer des liens forts. Le plus basique possible aurait été le miens pour toi. Shuuhei faisant office d'exception bien entendu... Celui-ci allait te trainer de toute manière jusqu'à sa demeure.

- Je vais pas disparaitre tu sais...


Un peu ironique de dire cela. Sachant que tu avais disparu de sa vie depuis une quinzaine d'année maintenant. Tu ne le savais néanmoins pas aussi sentimental. Il plaçait sa famille bien au dessus de tout le reste, et apparemment, tu semblais être entrée de nouveau dans ce cercle. Soit. Il allait falloir que tu jongles et t'adaptes à cette nouvelle situation. Elle n'était pas déplaisante, tu l'avais choisit après tout... Mais cela allait être compliquée de changer tout une manière de vivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Encore ... ? [Pv Shuu]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: