Partagez | 

Un entraînement à deux, c'est toujours mieux que seul.


Jeu 15 Juin 2017 - 23:00
J'avais envie de m'entraîner parce que j'étais arrivé dans un mur pour mon avancement. Mais pas un entraînement seul comme j'avais l'habitude de faire, mais bien un avec une personne réelle. Seulement je n'avais pas besoin de quelqu'un de mon niveau, bien au contraire même, j'avais besoin de quelqu'un de plus fort que moi, bien plus fort, presque quelqu'un qui serait capable de me faire mordre la poussière plusieurs fois de suite ! Bon, certes j'étais confiant en mes capacités, mais j'essayais de surestimer au possible mes adversaires pour ne jamais être surpris. C'est d'ailleurs cette passion qui m'a conduit à poster une annonce à quelques endroits clés d'Iwa, afin d'espérer que les gens prennent pitié.

Annonce pour un entraînement:
 

A vrai dire, même moi cette annonce me faisait presque honte, mais c'est pas comme si je pouvais faire autrement si je voulais avoir ce que je voulais. C'était dans une optique enthousiaste que je partais aux terrains d'entraînements d'ailleurs. Si quelqu'un accepte ça va être un bon moment ! .. Tant que je ne me fais pas défoncer en quelques échanges bien entendu .. Mais ! Ah ! Tout peut arriver, qui sait ? Peut-être que c'est moi qui ressortira vainqueur ! Malheureusement, j'étais trop enthousiaste et j'étais arrivé 10 minutes plus tôt que prévu. Tant pis, j'allais me poser sur un tronc d'arbre assis le temps que ça arrive, écartant grandement les jambes au passage. Je les écartais le temps de sortir mon "couteau" de son fourreau sur mon côté droit et donc le tenir avec cette même main, histoire de graver quelque chose dans le tronc d'arbre en attendant. Ce que je tentais de graver n'était pas bien beau ou un air puissant, je ne gravais sur ce tronc qu'une épée, vu que c'était bien facile à faire.

Il était temps qu'une personne arrive, je me disais, étant donné que le coin que j'avais prit était bien désert il ne devrait pas y avoir d'autre gens que la personne que j'ai invitée. C'est pour ça que quand j'ai levé j'ai vu une personne s'approcher au loin, et je la saluais de ma main gauche pour qu'elle puisse remarquer que c'est moi. Même si ce n'était pas elle, au moins j'aurais pu faire connaissance avec une autre personne, donc ce n'était pas du tout dérangeant pour moi. Je lui souriais et me relevait, ne prêtant pas attention aux habits qu'on pourrait qualifier de "dégradant" sur moi. Je me levais donc calmement et m'avançait vers cette personne, qui semblait d'ailleurs être une jeune femme. Peu importe, elle était Jônin, et ce n'était pas ce à quoi une personne ressemblait qui allait faire sa force ! Je me penchais légèrement dans une signe de respect- le respect donné aux personnes avec de la force. Mais si je me trompais ça allait être vachement la honte quand même, ahah !

-Bonjour, je suis Itaki, enchanté de faire votre connaissance. Est-ce que vous seriez ici à cause de l'annonce que j'ai faite ?

J'avais comme d'habitude un sourire à mes lèvres pendant que je la regardais dans les yeux. Une Hyûga, d'ailleurs, vu à quoi ses yeux ressemblent. Je pouvais déjà sentir la douleur à mes points vitaux, comme si j'étais dans le futur. Aaah, je sens que ça va être une partie de plaisir tout ça ..

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Ven 16 Juin 2017 - 19:32

Parfois il arrive que des shinobis sortent du lot. C'est le cas de ce Chûnin qui avoue être désespéré dans son annonce un brin atypique. Du moins aux yeux de Saori qui apprécie lorsque ses collègues sont conscients de leurs limites. La plupart du temps les militaires n'aiment pas avouer leur faiblesse. Pourquoi? Elle ne saurait le dire tant il lui semble évident que personne ne peut être parfait. La jeune femme est peut-être Jônin mais elle sait qu'elle a encore beaucoup à apprendre. De la vie comme des arts shinobis. Elle le reconnaît volontiers comme s'il s'agissait d'une chose parfaitement naturelle. Et puis l'honnêteté est une vertu qui semble se faire de plus en plus rare en ce bas-monde. C'est sans doute pour cette raison que ses pas la mènent à présent vers les hauts-plateaux et ses terrains d'entraînement.

Mais même si elle a été séduite par l'annonce du Chûnin ce n'est pas ce qui l'a motivée à accéder à sa requête. Kenta est lui aussi de s'entraîner sur place avec l'un des membres de la branche principale du clan. Un honneur qui est refusé à la kunoichi. Après tout son rôle est uniquement de veiller au bien-être de son demi-frère. Mais à défaut de pouvoir lui inculquer quelques notions de taïjutsu ou de sensorialité, elle se contentera de garder un oeil sur lui. Il faut savoir jouer avec les cartes que le destin place entre vos mains...

Alors tandis que la jeune femme garde un oeil sur son cadet, elle patiente jusqu'à ce que la personne qu'elle est venue entraîner veuille bien se manifester. Elle ne sait d'ailleurs pas vraiment qui se présentera à elle ni même si quelqu'un d'autre ne lui a pas déjà brûlé la politesse. Après tout l'annonce n'était pas signée et elle n'est pas la seule Jônin du village. D'autres auraient pu trouver un intérêt à cette annonce. Que ce soit par ennui ou simplement dans le but d'aider.

Mais il semblerait que ce ne soit pas le cas puisque une personne plus âgée qu'elle la rejoint avant de se présenter. Elle l'observe en tentant de garder un air neutre mais l'apparence du jeune homme est pour le moins... étonnante. Pour un peu elle aurait pu le prendre pour l'un de ces vagabonds qui traversent de temps à autre le pays. Mais sa présence en ces lieux et ses propos ne laissent que peu de place au doute: il est bien celui qui a déposé ces annonces. Alors elle lui décoche un signe de tête en retour tout en tentant de faire abstraction de cette première - ou plutôt deuxième - impression:
"Vous êtes donc ce fameux Chûnin désespéré..." relève-t-elle, intriguée. "Je m'appelle Saori et c'est en effet pour votre annonce que je suis ici!"
Elle jette toutefois un regard en direction de son demi-frère avant de reporter son attention sur le shinobi qui lui fait face. Que se cache-t-il derrière son bandeau? Elle pourrait user de son dôjutsu pour en avoir le coeur net mais la vie n'aurait pas la moindre saveur sans surprises. Du moins sans surprises qu'elle qualifierait de bénignes. Ce qui l'intéresse davantage, en revanche, c'est l'épée que son interlocuteur tient en main. À croire que le monde a oublié que le taïjutsu puise sa pureté dans le combat à mains nues...
"En quoi puis-je vous être utile? Quelles sont vos faiblesses et que souhaitez-vous améliorer?" lui demande-t-elle en relevant le regard. "Et surtout... jusque où êtes-vous prêt à aller pour progresser?"
Une manière comme une autre de lui demander si un séjour à l'hôpital est acceptable à ses yeux ou s'il faudra prendre des gants avec lui comme avec tant d'autres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Ven 16 Juin 2017 - 20:22
Je gardais un œil sur son regard pour voir si son expression allait changer en me voyant, et elle avait l'air de rester de marbre. Peut-être que c'était inné chez les Hyûga de ne jamais montrer d'expressions ? De toute façon ce n'est pas comme si j'en avais vu beaucoup jusqu'à maintenant. Je ne pouvais m'empêcher de sourire d'une manière assez gênée en me grattant l'arrière de la tête de ma main libre avant de rigoler d'une manière toute aussi gênée une fois qu'elle m'appelait le "Chûnin désespéré" .. Même quand je l'avais écris moi-même je ne me sentais pas très à l'aise, mais en plus l'entendre d'une autre personne ne me faisait pas forcément me sentir bien, mais tant pis. Je remarquais malgré tout qu'elle semblait regarder vers un endroit, et je ne pus m'empêcher de bouger la tête vers cette personne moi aussi. Sûrement quelqu'un qu'elle connaissait. Enfin, "sûrement", c'était même sûr !

Et puis sa seconde question montrait qu'elle était bien sérieuse quant au fait qu'elle soit venue ici et qu'elle n'était pas là pour rigoler. Mais quand elle me demandait jusqu'à où j'étais prêt à aller, je ne sais pas pourquoi mais je pouvais sentir un vent glacé dans mon dos. Heureusement, cette sensation agrippait mon cœur sans me rendre apeuré pour autant, au contraire, j'étais encore plus déterminé quant à cet entraînement qui allait sûrement être vraiment intéressant pour moi. Je réfléchissais un court instant avant de lui répondre d'une manière sérieuse.

- Hmm, pour dire vrai, j'ai une certaine faiblesse quant à mon endurance. Je pense personnellement qu'il faut que je dépasse mes limites tous les jours pour que cette frontière soit dépassée. Mais c'est pour autre chose que j'ai demandé votre aide. En vérité, j'ai inventé une nouvelle technique dont je suis vraiment fier ! Seulement elle n'est pas parfaite et c'est pour ça que j'aimerais votre aide pour qu'elle le soit !

En parlant de cette technique, j'avais un air fier rien que d'y penser, après tout c'était la première technique que j'inventais réellement et qui n'avait aucun air "générique". J'étais sûr d'être le seul parmi tous les utilisateurs de Taïjutsu de l'avoir. J'ajoutais d'ailleurs après quelques secondes de réflexion une nouvelle phrase.

-Et pour la progression, je suis de l'avis que tant qu'on ne dépasse pas ses limites on ne progressera jamais, donc .. Hehe, allez y à fond ! Et puis, il n'y aurait pas la moindre once d'amusement dans cet entraînement pour vous si vous devez vous restreindre, et ça ne serait pas mon but non plus !

J'étais assez franc et je gardais cet air souriant autour de moi, et même "faible" pour certains. Après tout, depuis quand une personne ressemblant à un mendiant serait fort ? Je reculais donc de quelques mètres pour qu'il y ait 5m de distance entre nous, avant de taper 3 fois dans un rythme rapide de mon index gauche sur ma lame, suite à quoi elle s'allongeait d'un coup jusqu'à mesurer 1m pile, pas 1cm de plus ou de moins.

J'adoptais une pose défensive en postant mon pied droit à environ 40cm derrière mon pied gauche sur la pointe des pieds. Je courbais aussi légèrement sur l'avant ma jambe gauche tandis que je tournais légèrement le haut de mon corps vers la droite, gardant les 2 mains qui tenaient mon arme pointée vers la Hyûga au niveau de mon bas-ventre. Mon regard venait aussi de changer et je n'avais plus de sourire sur mon visage. Le regard pouvait faire penser à une bête sauvage ayant déjà goûté aux plaisirs du sang et en redemandant une nouvelle fois. J'aimais comparer l'impression qui se dégageait de moi avant et maintenant avec une simple comparaison: avant j'étais comme un lac quand il n'y a pas de vent, sans vagues ni rien pour déranger sa tranquillité; comparé à un lac où une tempête prenait place, comme si une bête des profondeurs qui étaient cachés dedans venait de se réveiller. J'étais maintenant prêt, dans ma position, je l'attendais.

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Dim 18 Juin 2017 - 2:05

Il avoue sans détour que sa principale faiblesse réside dans son endurance. Saori acquiesce, satisfaite. Connaître ses propres limites et donc les points sur lesquels travailler est une qualité précieuse. On peut toujours s'améliorer. Reste à savoir quoi et comment. Et puis le soucis d'Itaki est d'ordre mineur pour la jeune femme qui continue de l'observer avec sa neutralité habituelle. L'endurance se travaille aisément à l'aide d'exercices qui forcent le corps à puiser dans ses ressources. Les frontières sont faites pour être repoussées et elle a dans l'idée que ce chûnin arrivera sans grande difficulté à le faire. La volonté, il l'a déjà. Sans quoi elle ne se trouverait pas sur ce terrain, face à lui, aujourd'hui.

La Hyûga est d'ailleurs curieuse de savoir ce qu'est cette fameuse technique dont il lui parle. Le fait qu'il l'ait inventée parle d'ailleurs en sa faveur: il est aisé de maîtriser un jutsu lorsqu'un senseï est là pour vous l'enseigner et vous corriger en cas d'erreur. En revanche en développer un soi-même est un véritable défi. Elle le sait pour avoir aussi tenté de progresser seule sur la voie du Jûken. Si elle peut l'aider, elle le fera. Une manière de récompenser sa persévérance. C'est toujours agréable de rencontrer une personne avec qui l'on se découvre des points communs.

D'autant plus qu'elle souhaite qu'elle ne l'épargne pas, qu'elle y aille à fond. Il est vrai qu'elle ne songeait pas à lui faire de cadeaux dans le cadre d'un entraînement. Si elle le ménageait il ne progresserait pas vraiment. Et puis cet entraînement n'aurait dès lors aucun intérêt. Mais de là à tout donner...
"Un entraînement est fait pour progresser, non pour... s'amuser!" nuance-t-elle. "Je ne suis pas venue ici dans le but de me détendre!"
Elle compte bien emmagasiner de l'expérience elle aussi. Les grades attribués aux shinobis ne reflètent pas toujours leur valeur. Itaki ne peut pas être défini par son seul statut militaire. Et encore moins par son apparence atypique. Elle ne sait pas exactement comment, mais elle sent qu'elle trouvera matière à s'étonner lors de cette session d'entraînement. Et si elle fait erreur alors elle pourra toujours quitter les lieux et laisser le soin à l'un de ses collègues de la remplacer.

La jeune femme écarquille les yeux quelques instants plus tard lorsque l'arme du chûnin change de taille. Elle se demande un instant si son esprit lui joue des tours. Après tout le soleil tape plutôt fort aujourd'hui... Mais elle comprend rapidement qu'il n'en est rien. La Hyûga a déjà entendu parler de ces fameuses armes aux propriétés étonnantes. Mais c'est bien la première fois qu'elle peut poser le regard sur l'une d'elles. Itaki est décidément quelqu'un de surprenant!

Toutefois, si elle apprécie l'enthousiasme du shinobi, elle ne compte pas le laisser dicter la manière dont les choses se dérouleront. Elle se fend d'un léger sourire qui trahi son habituelle neutralité puis croise les bras en haussant les sourcils.
"Qu'est-ce que tu fais?" le questionne-t-elle, rhétorique oblige. "J'ai accepté de t'aider mais nous ferons les choses à ma manière. Tu vas commencer par t'échauffer! Je n'ai pas envie que tu te casses quelque chose dès nos premiers échanges de coups..."
Les hautes instances le lui reprocheraient certainement... Et puis elle est curieuse de voir comment le jeune homme appréhende les ordres. Jusque-là il lui a fait bonne impression. Mais la discipline est également une composante essentielle du métier. Est-il capable de suivre les ordres et s'estime-t-il trop précieux pour s'y soumettre? La Hyûga lui désigne d'un mouvement de la tête le terrain sur lequel ils se trouvent:
"Une centaine de tours au pas de course suivis d'autant de pompes devraient suffire, je crois..." estime-t-elle. "L'endurance est ton point faible? Alors nous en feront ton point fort!"
Nous? Elle s'étonne elle-même par l'utilisation de ce prénom. Ne serait-elle pas en train de trop s'impliquer dans l'avenir d'Itaki? Elle se rappelle à l'ordre tout en attendant que le chûnin veuille bien exécuter le sien...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Dim 18 Juin 2017 - 4:28
Je souriais doucement, presque tendrement, quand j'entendais les mots de la femme. Apparemment, elle ne s'amusait pas quand elle s'entraînait. Vraiment, à ce stade, même moi je ne pouvais m'empêcher de la plaindre. Comment est-ce qu'elle ne pouvait s'amuser en s'entraînant ? Bien sûr, il y a deux sortes de "s'amuser", moi, celui dont je parlais était le plaisir de l'accomplissement en ayant eu l'impression d'avoir repoussé mes limites. C'était quelque chose qui me fascinait cette sensation, mais elle ne l'a jamais ressentie ? C'était pour ça que je ne pouvais m'empêcher de la plaindre et que je la regardais sous un nouveau regard. Si seulement elle était moins droite, elle verrait tout sous un autre jour ! C'était une chose dont j'étais sûr, mais je ne pouvais rien y faire, nous n'étions en aucun cas proche et je ne pouvais me permettre de faire ce genre de remarques. Même si j'avais l'habitude de dire absolument tout ce qui me passait par la tête, je ne pouvais dire ce genre de choses. Et puis, sa réponse serait sûrement une remarque me disant qu'elle n'en avait rien à faire de mon avis et que si je n'étais pas content elle partirait ? Enfin, c'était comme ça que je le voyais.

Seulement, elle me questionnait sur ma posture, chose étonnante. Nous n'étions pas ici dans le but de s'entraîner ? Enfin, surtout de m'entraîner moi ? Afin d'utiliser ce que j'avais appris ? J'étais légèrement choqué et l'air presque tendre que j'avais pour elle disparaissait en étant recouvert par une expression d'incompréhension. Je me demandais vraiment ce qui lui passait par la tête ? Pourquoi ne pas directement passer aux choses sérieuses ? Elle veut faire les choses à sa manière, sûrement une tendance de dominance chez cette femme. Je trouvais ça étrange, mais tant pis. Je ne pouvais que reprendre une position normale et arrêter ma garde. Je rangeais par la suite mon arme qui avait reprise ses 30cm dans son fourreau. Je ne pouvais même pas m'empêcher de sourire d'une manière gênée quand elle disait que je devais m'échauffer au risque de me casser quelque chose au bout de quelques échanges. Est-ce qu'elle me sous-estimait ou elle se sur-estimait ? Je ne savais vraiment pas, mais elle avait l'air d'être à fond dans ce qu'elle faisait, c'était presque touchant et je riais légèrement en entendant ça, bouche fermée bien entendu.

Seulement, en entendant le nombre de tours de terrains et de pompes que je devrais faire "pour l'entraînement", j'en étais choqué. J'ai bien entendu "100" ? Je n'étais pas en train de rêver ? Oubliez le fait qu'elle essaye d'être dominante, elle est surtout sadique. Sérieusement, même moi je trouvais qu'elle avait des méthodes barbares, mais je ne le disais pas, je n'étais pas dehors en train de m'amuser mais bien de m'entraîner, et si je voulais son aide je n'avais pas vraiment le choix que de me plier à ses désirs pour l'instant .. J'ignorais l'encouragement qu'elle essayait de me faire pour commencer à enlever ma veste pour l'instant et le reste de mon haut pour ne laisser que le T-Shirt gris simple que j'avais, le reste serait trop encombrant pour courir. J'allais donc poser cette veste et ce "pull" sur le tronc d'arbre. Il était d'ailleurs possible maintenant de voir que malgré que je n'étais pas une armoire à glace comme les Borukan, j'étais malgré tout bien musclé, montrant que je m'entraînais souvent ! C'était sûrement une des rares choses dont j'étais fier en ce moment d'ailleurs. Bon, j'avais malgré tout une question qui me trottait la tête, mais j'étais assez sensible pour ne pas la poser, seulement je regardais une nouvelle fois la personne qu'avait regardé la Hyûga avant.

Je laissais donc ces pensées derrière moi avant d'étirer rapidement le haut de mon corps par habitude, avant de commencer à faire de même pour le bas du corps. Après avoir fini ça, je me souriais, plus un sourire moqueur qu'autre chose. Je voulais m'entraîner au combat afin de finaliser ma nouvelle technique, mais à la place je me retrouve à courir comme ça ? Et je ne pouvais même pas lui dire mon avis vu qu'elle avait vraiment l'air de se donner à fond, surtout quand elle a utilisée "nous" qui n'était pas passé dans l'oreille d'un sourd. Je soufflais une fois, puis je courais à une vitesse normale en aspirant l'air par mes narines légèrement et le soufflant peu après mes lèvres. Les 50 premiers tours étaient faciles, je ne transpirais même pas. Au 70ème, quelques gouttes de sueur faisaient partis de mon front. Au 85ème, ma respiration n'était plus régulière. A partir de 90 tours, j'avais de plus en plus de mal à courir en sentant une douleur dans mes jambes, mais je serrais les dents pour finir les 10 tours qu'il restait. J'avais réussi à les finir, mais pas sans être essoufflé à la fin, me positionnant dans une manière de squat mais sans m'asseoir, histoire de récupérer un peu. Puis je regardais Saori, mais en voyant son regard je pouvais sentir mon cœur sauter. Fiou, ce n'était pas comme quand une fille qui vous plaît vous sourie, mais plus comme quand un démon vous regarde d'un air examinateur. J'étais presque obligé à faire ça et je ne pouvais m'empêcher de penser que je ne devais pas trahir ses attentes.

Je me mettais donc en position pour faire des pompes, le haut du corps presque entièrement trempé, avant de m'y atteler. Cette fois j'arrivais à faire d'une traite uniquement les 40 premières. Puis je commençais à transpirer énormément jusqu'à 60. A 75, mes bras tremblaient mais je serrais mes dents pour continuer, sûrement par peur de décevoir Saori ? A ce stade, même moi je ne savais plus pourquoi j'étais si têtu, c'était ridicule. Je commençais vraiment à souffrir à ce stade, moi ! J'arrivais à 90 non sans mal, mais à ce moment c'était tout mon corps qui tremblait, je mettais plus de 10 secondes pour descendre et me relever pour chacune des dernières, je n'en pouvais plus. C'était presque de la torture pour moi, mon visage était devenu rouge depuis longtemps, à cause de la chaleur et des efforts que je prenais. J'avais réussi à finir, j'avais réussi ! Je tombais à plat ventre sur le sol, réussissant difficilement à me mettre sur le dos pour regarder le ciel. Je ne sentais plus mes bras et mes jambes, si ce n'était la sensation de milliers d'insectes qui les mangeaient de l'intérieur; c'était vraiment désagréable. Mais je riais, je riais quant à ce que j'avais fait. A ce moment je me disais que c'était presque foutu pour continuer l'entraînement vu que l'échauffement m'a déjà complètement tué, mais c'était vraiment marrant ! Je m'amusais comme jamais ! Mais ce rire s'était fini en une succession de toussotements qui m'arrachaient les poumons.

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Mar 20 Juin 2017 - 3:56

Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il est persévérant, en effet. La jeune femme reste droite comme un i alors que son aîné enchaîne les tours de terrain puis les pompes qu'elle lui a demandé. La fatigue devient de plus en plus perceptible mais pourtant il ne s'arrête et poursuit inlassablement ses efforts. Dans le but d'exécuter l'ordre qu'elle lui a donné? Celui de se prouver qu'il peut le faire? Par goût du défi ou grâce à sa volonté d'acier? Il ne prononce pas le moindre mot et se contente de faire ce qu'il doit faire. Une qualité suffisamment rare. Il contraste de beaucoup avec ce Shinobu qu'elle a rencontré quelques jours plus tôt. Peut-être aurait-il quelque chose à apprendre d'Itaki. Non, en fait... sûrement!

La fatigue finit toutefois par reprendre ses droits et le chûnin finit allongé dos au sol. Une chose bien compréhensible vu l'effort consenti. En réalité la jeune femme est plutôt impressionnée par l'endurance du shinobi. Si l'endurance est bel et bien son point faible, il semble promis à un grand avenir. Le potentiel est là, c'est certain. Reste à lui donner l'opportunité de s'exprimer... La Hyûga fait quelques pas de manière à masquer les rayons du soleil et offrir un peu d'ombre à Itaki. Non pour son bien-être mais plutôt pour être certaine qu'il puisse la voir en retour. Elle déverse ensuite une partie du contenu de sa gourde - de l'eau, qu'il se rassure! - sur son visage. Il est vrai qu'elle aurait peut-être été mieux utilisée dans sa gorge... Toujours est-il qu'elle pose la gourde en question à côté de lui au cas où il souhaiterait s'abreuver... disons... correctement.
"Pas mal du tout! Je l'avoue, je ne m'attendais pas à ce que tu termines entièrement l'exercice..." concède-t-elle. "Mais il va falloir que tu me montres ta fameuse technique, mantenant! Et puis je ne me souviens pas avoir indiqué que tu avais droit à une pause!"
Ce n'est pas pour assouvir un quelconque instinct sadique que la kunoïchi agit ainsi mais bien pour le pousser dans ses limites. Bien qu'il soit fatigué - et ça se comprend! - elle doute qu'il ait atteint sa limite. Mais comment en être sûr si ce n'est en le poussant dans ses derniers retranchements? C'est dans son intérêt, finalement. Et, par extension, celui d'Iwa... La Hyûga penche la tête sur le côté comme pour mieux analyser la réaction du shinobi avant de s'éloigner de quelques pas et se mettre en position de combat. Puis elle active brièvement son dôjutsu avant de se raviser.
"Cet affrontement me servira également d'entraînement!" l'informe-t-elle. "Je n'aurai donc pas recours au Byakugan. Et j'espère que tu seras capable de me donner du fil à retordre! La fatigue n'est pas une excuse lorsque ta vie est directement menacée!"
Comme pour illustrer ses propos, elle le charge directement. Saori lui décoche un coup de pied au niveau du sol et enchaîne immédiatement sur un coup de coude. Une mise en bouche, rien de plus. Avant toute chose il convient d'évaluer le niveau du shinobi et ses compétences au corps à corps. Après quoi il sera temps de hausser peu à peu le niveau...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Mar 20 Juin 2017 - 12:13
J'étais allongé, arrêtant de tousser au bout d'un moment, quand je sentais que le soleil n'était plus présent ? Enfin, en relevant la tête, je remarquais qu'il n'était plus présent uniquement pour moi car Saori s'était mise de sorte à me faire de l'ombre. C'était une attention plutôt sympathique, mais quand je repensais au fait qu'elle avait sûrement des tendances sadique, c'était comme si une douche froide s'était abattue sur mon visage .. En faite, ce n'était pas vraiment qu'une sensation, étant donné qu'elle m'a réellement mit de l'eau sur le visage, suite à quoi je relevais le haut de mon corps directement, instinctivement même. Je lui souriais, récupérant la gourde d'eau pour boire toute l'eau présente dedans, d'une traite, pour remettre la gourde au sol en la tapant tout en lâchant un "Aaah !". Je l'écoutais, bien sûr, sinon ça allait être difficile pour moi. Je me relevais difficilement, tenant sur mes deux pieds d'une manière à ce que je commençais presque à tituber. Je sortais malgré tout mon arme accrochée du côté gauche de ma ceinture avec ma main droite, la tirant dans un bruit métallique. Je ne l'allongeais pas, la laissant à 30cm, comme si c'était un allongement de mon bras.

Cependant, j'avais à peine était placé correctement qu'elle fonçait déjà sur moi. Je n'étais pas prêt, déjà à cause de sa torture juste avant, et ensuite à cause du fait que je viens tout juste de me relever. Un coup de pied arrivait dans ma direction, que j'esquivait rapidement en faisant un pas en arrière, de justesse. Seulement, le coude qui arrivait dans mon visage je n'arriverais pas à l'esquiver. Si je n'arrive pas à l'esquiver, n'est-ce pas mieux pour entraîner ma technique ? Mon bras droit bouge directement, comme un serpent, pour que la lame arrive vers son coude. Seulement, je ne la tranchais pas ou n'utilisait pas mon arme pour la blesser, j'avais directement et rapidement fait tourné ma lame autour de son coude avec des mouvements étranges de mon poignet. Elle aurait put sentir que sans la toucher, son coude a changé de direction, au lieu de partir pour ma tête il avait tapé mon épaule gauche. En sentant son coude taper mon épaule, je lâchais un claquement de langue. Clairement pour la douleur et pour le fait que ma technique a ratée pour le coup, ce n'était vraiment pas le but de celle-ci et ça m'énervait. Je commençais directement à prendre une certaine distance entre nous deux, reculant de plusieurs mètres rapidement en courant en arrière.

-Eeh, vous n'y allez vraiment pas mollo sur vos coups, hein ?

Je ne sais vraiment pas si elle avait vraiment mise autant de forces dans son coup ou si c'était juste mon corps tout entier qui avait la sensation de brûler et d'être mangé de l'intérieur par des milliers d'insectes qui ne pouvait résister à un coup sans crier à la douleur. Cette fois j'étais prêt, je gardais mon petit "couteau" prêt en prenant une garde des plus simples, attendant qu'elle s'avance une nouvelle fois pour m'entraîner uniquement sur cette technique. Je m'étais d'ailleurs dit que tant que je n'arrivais pas à la blesser en n'utilisant que cette technique, alors je ne l'attaquerais pas.

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Sam 24 Juin 2017 - 16:03

Qu'a-t-il tenté de faire exactement? Elle n'en est pas vraiment certaine. S'il semble évident qu'il a usé d'une forme d'esquive qui l'a forcée à dévier sa frappe, Saori ne saurait dire quels sont les tenants et aboutissants de cette forme de Taïjutsu. La jeune femme jette un regard étonné à son coude, s'attendant presque à découvrir des perles de sang. Mais pas la moindre blessure... Étonnant dans la mesure ou Itaki tenait une lame en main. Souhaite-t-il éviter de faire couler le sang ou s'est-il simplement foiré en exécutant sa technique? Ce qui est certain, en revanche, c'est qu'elle n'a pas été assez attentive...

Se battre sans avoir recours à son dôjutsu est une expérience qui pourrait se révéler dangereuse. Habituée au Byakûgan qui est une part intégrante de sa vie ou de son style de combat, la Hyûga est quelque peu perdue. Ce qui lui prouve également qu'elle se repose trop sur la capacité héréditaire de son clan, délaissant le taïjutsu classique au profit de ses pupilles. Que vaut-elle sans ces dernières? Cet entraînement est sensé répondre partiellement à cette question. Et pour l'instant la réponse n'est pas aussi évidente que Saori l'aurait espéré.

Elle délaisse l'observation de son coude lorsque son adversaire lui lance qu'elle n'y va pas de main morte. À quoi s'attendait-il? Certains des autres Jônins estiment qu'il faut tenir par la main ses élèves, les ménager. Le monde n'a rien de juste. Et ce constat se vérifie bien souvent lors des combats pour la survie. Couver des shinobis, c'est les affaiblir. Sans chercher à le tuer, la Hyûga veut être certaine qu'Itaki quittera le terrain d'entraînement plus fort qu'il n'y a pénétré. C'est la seule règle qui vaille. La seule, en tout cas, qui vous donne une chance de survie...
"Si nous nous ménagions ce combat n'aurait pas le moindre intérêt, pas vrai?" relève-t-elle simplement en avançant vers lui. "Et puis... Je ne vais pas non plus te faciliter la tâche. Tu veux me montrer ta technique? Gagnes-en le droit!"
Comme si elle allait ouvrir sa garde par bonté d'âme... En situation réelle Itaki ne pourra pas compter sur des ouvertures offertes gracieusement. Il devra se les ménager, les provoquer. Et c'est précisément ce qu'il devra faire aujourd'hui s'il souhaite pouvoir montrer sa création à la Hyûga.

Celle-ci le charge une nouvelle fois et relance les hostilités. Les échanges de coups classiques se succèdent. Elle est plus fraîche qu'Itaki et elle sait qu'elle pourrait l'avoir à l'usure. Elle décide d'ouvrir davantage sa garde, d'être plus offensive. Déjà parce que la défense n'est pas une philosophie qu'elle apprécie. Et ensuite parce qu'elle souhaite voir cette fameuse technique.

Elle tente donc un nouveau coup de coude en direction de la mâchoire d'Itaki. Un cadeau? Plutôt la chose la plus logique à faire vu la configuration du combat. Le Shinobi saura-t-il saisir cette opportunité?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Lun 26 Juin 2017 - 1:31
Je reprenais une position plutôt simple, une nouvelle fois, en regardant la Hyûga qui avait l'air de me réprimander quant à ma petite blague. Est-ce qu'elle l'avait réellement prise autant au sérieux ? Elle devait vraiment être quelqu'un de trop sérieux dans la vie. Je souriais d'une manière vraiment gênée pour lui répondre du coup.

-Ahah, je disais ça pour rigoler, désolé désolé.

Je gardais un certain sérieux en restant à sourire, pensant à ce qui était mal dans mon ancienne utilisation de la technique. J'avais bien fait quelque chose de mal, ça c'était sûr, mais quoi ? Les idées fusaient rapidement dans ma tête pendant que je corrigeais mentalement certains mouvements qui ne collaient pas. Bon, pas vraiment le temps de réfléchir pour l'instant étant donné qu'elle arrive. Des échanges de coups classiques, mon endurance qui s'effrite petit à petit et sa garde qui s'ouvre de plus en plus .. ? Sérieusement, en voyant ça, je ne pouvais m'empêcher de penser qu'elle le faisait exprès. Et je fronçais les sourcils en voyant ça, n'abusant clairement pas de cette garde ouverte vu ce qu'elle faisait. J'avais ma fierté moi aussi ! Et je n'utiliserais jamais ce genre de cadeaux ! J'avais presque envie de partir directement tellement je pensais que c'était une insulte qui me disait "Tu es tellement faible que je dois ouvrir ma garde" ou quelque chose du style. Bon, tant pis, un coup de coude arrive rapidement sur ma mâchoire et je répète l'action d'avant, bougeant ma main avec la lame qui ne mesure que 30cm autour du coude dans une "danse" autour de son coude encore plus étrangement qu'avant. Cette fois-ci, le coude n'était pas parti autre part sur mon corps, mais était parti sur le côté de Saori, touchant le vent et je profitais d'une confusion qui pouvait avoir lieu pour envoyer un coup de pied rapidement dans ses côtes. Si j'avais touché à mon but sans empêcher ma retraite, je serais rapidement revenu en arrière de quelques pas rapides.

A ce stade, même en la regardant je n'avais plus de sourires. Comment sourire quand, à un entraînement où nous nous étions dit de ne pas nous ménager, la personne en face de vous commence à vous ménager en ouvrant exprès sa garde ? C'était quelque chose qui était facile à remarquer quand vous saviez de quoi elle était capable juste de par son grade de Jônin, une erreur de débutant comme ça était impossible. J'étais vexé, les sourcils froncés en la regardant. Cette fois c'était sûr, j'avais analysé mes nouvelles erreurs, le prochain coup allait réussir à faire l'effet escompté, renvoyer son propre coup sur elle-même ! Seulement, je le sentais, je n'avais assez d'énergie en moi après tout ça que pour quelques techniques de plus, après ça je n'aurais sûrement plus assez d'énergie pour même lever le petit doigt .. Mais je me soucierais de ça plus tard, pour l'instant, il y a pire à s'inquiéter.

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Mar 27 Juin 2017 - 16:58

Le coude est dévié dans le vide et Itaki en profite pour contre-attaquer. Son flanc droit dégarni, Saori bloque sa respiration peu avant que le coup s'écrase contre ses côtes. Elle riposte par une frappe de la paume dans le vide, son adversaire ayant décidé de s'éloigner de lui-même. La Hyûga grimace légèrement avant de remarquer que son Byakûgan est activé. L'instinct et l'habitude ayant repris le dessus, il s'est manifesté sans même qu'elle le souhaite. Étonnée mais davantage gênée encore d'avoir failli à sa parole, la Jônin s'incline légèrement en direction du Chûnin. Une manière de s'excuser pour son erreur. Les nerfs qui ceinturent son regard ne tardent pas à s'estomper, imités par les pupilles blanches de la jeune femme qui retrouvent leur teinte bleutée.
"Je n'ai pas l'habitude de me battre sans mon dôjutsu!" explique-t-elle. "Mais je vous promets que ce petit incident ne se reproduira pas!"
Du moins l'espère-t-elle. En ouvrant trop sa garde elle s'est exposée à une riposte. Si elle s'y attendait, elle ne pensait néanmoins pas qu'elle activerait ses pupilles par réflexe. Elle doute pouvoir corriger ce que des années d'entraînement sous l'égide des Hyûga lui ont appris. Mais elle peut en revanche éviter de se mettre inutilement en danger. Or de question de faire un cadeau supplémentaire au Chûnin. D'autant plus qu'il semble avoir affiné l'exécution de sa fameuse technique. Technique dont l'utilité semble désormais claire...
"Tu as enfin perdu ton sourire!" savoure-t-elle. " Tant mieux! C'est cet air-là que je veux voir!"
Celui d'une personne concentrée, qui se focalise entièrement sur le combat et qui en comprend tout le sérieux. Un air de guerrier! Saori lève les deux paumes vers l'avant tout en glissant son pied en appui derrière elle. Itaki sait se défendre, c'est un fait. Il vient de le lui prouver. Mais qu'en est-il lorsqu'il doit passer à l'offensive et briser la garde d'un adversaire sur la défensive, paré à la recevoir? Il est temps d'échanger un peu les rôles...

La Hyûga hausse un sourcil à l'attention du Chûnin, marquant ainsi une certaine forme d'impatience. Une manière de lui faire comprendre que ce sera à lui de venir au corps à corps. Elle compte bien lui faire payer chaque erreur avec une dose de douleur. La moindre ouverture, la moindre garde baissée sera sanctionnée d'un coup. De son côté Itaki devra s'employer à faire de même et, peut-être, réussir à placer sa technique comme il l'entend.

Les choses risquent d'être amusantes... Saori retrouve son impassibilité, yeux plissés comme pour mieux deviner d'où viendra l'attaque. Les sourires ont disparu de part et d'autre et les choses sérieuses vont enfin pouvoir commencer!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Sam 1 Juil 2017 - 12:30
Ce qu'elle disait était vrai, les Hyûga n'avaient pas l'habitude de se battre sans Dôjutsu, c'était peut-être la raison de ses ouvertures et ce n'était peut-être pas fait exprès ? Mon esprit se calmait par rapport à ça, et j'avais non pas une expression énervée mais une expression complètement neutre à présent en regardant cette Hyûga. C'était clair que j'étais vraiment vexé juste avant quand j'ai pensé qu'elle avait des ouvertures exprès alors qu'on s'était dit de ne pas se ménager et d'y aller vraiment, mais en repensant à ça .. ça me paraissait possible, en faite. Si j'avais un dôjutsu moi aussi, je me battrais sûrement entièrement avec aussi.

Bon, je m'étais préparé à mettre la touche finale sur ma technique, celle qui ferait que j'arriverais à la fin, mais apparemment la Hyûga en avait décidé autrement. Elle ne bougeait pas, était en garde et avait l'air d'être impatiente .. parce qu'elle voulait que ce soit à moi d'y aller ? Bon, et bien, si je dois y aller, soit. J'y vais en marchant calmement, après tout il n'y a pas des kilomètres entre nous, mais quelques mètres. Et, arrivé pas vraiment loin d'elle, j'avançais d'un coup d'un pas plus rapide que les précédents, envoyant mon épée comme une estoc en direction de son épaule, tandis que cette épée s'allonge d'un coup à son maximum de 3m. Seulement, la fatigue pesait sur mon corps de plus en plus, à un point que des gouttes que je ne sentais pas tombaient de mon front et qu'une ouverture sur mon flanc droit s'était montrée sans que je m'en rende compte. Mes jambes sont devenues un peu plus lourde qu'au départ et mon pas est devenu trop prononcé sur la fin, et si j'étais au courant pour l'ouverture sur mon flanc droit j'aurais su que dans mon état je ne pouvais esquiver un coup dedans.

Après tout, il était totalement normal que mon corps commence à s'épuiser après tout ça vu comment "l'échauffement" sadique de la jeune Hyûga m'a poussé. Déjà réussir à tenir debout est un exploit en soit, et à présent j'étais bien sûr d'une chose, et c'était que je ne pouvais essayer ma nouvelle technique plus qu'une fois pour la mettre à complétion, et je ne pourrais sûrement plus bouger après ça. C'était bien dommage d'ailleurs, mais la Hyûga m'a bien mit KO juste avec l'échauffement. Je m'en souviendrais pour une prochaine annonce, en disant que je refuserais les sadiques, et je pense que cette fois elle ne viendrait pas. Elle a l'air plus jeune que moi, mais elle est déjà plus terrifiante que moi .. Bon, j'arrête de penser à ça et ça devrait être bon, autant me concentrer à 100% sur ça.

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Mer 5 Juil 2017 - 21:50

Il semble rapidement évident qu'il n'y aura pas besoin de supplier Itaki pour le pousser à attaquer. L'assaut ne tarde effectivement pas. Et pas sous la forme à laquelle Saori s'attendait. Si elle a eu l'occasion d'observer l'étrange katana de son adversaire s'allonger quelques instants plus tôt, elle n'était pas allée jusqu'à imaginer que cette dernière puisse atteindre une telle taille. La lame fend l'air à grande vitesse. Et la Hyûga, privée volontairement de son Byakûgan, ne peut qu'assister à la rencontre entre le tranchant et sa chair. Du sang chaud ne tarde pas à couler le long de son bras puis sur le sol tandis que la morsure répand la douleur dans son organisme. Elle se raidit et serre les dents tandis qu'elle tente de chasser la surprise qui la subjugue.

Car se laisser déstabiliser est encore le meilleur moyen de se faire tuer. Ou, en l'occurrence, de perdre ce combat. Alors la jeune femme perd le peur de retenue qu'elle avait encore et contre-attaque dès que l'opportunité se présente. Et elle ne tarde ainsi pas à exploiter une faille béante que le chûnin a laissé ouverte sur son flanc droit. Le genou fuse vers ses côtes avant de s'y écraser, immédiatement suivi d'un coup de la tranche dans la main au niveau de sa pomme d'adam. Elle dévie malgré tout l'attaque au dernier moment, se rappelant qu'il s'agit d'un entrainement et non d'un combat à mort. Ce qui ne l'empêche pas d'asséner un troisième coup au jeune homme, destiné à mettre un terme un point finale à leur petite séance d'échanges de coups.

Elle recule alors qu'il tombe en avant sur le sol, encore conscient mais vaincu par la fatigue et le dernier assaut de la jeune femme. Il est vrai qu'il n'était pas en pleine possession de ses moyens à cause de l'échauffement qu'elle lui a imposé. Et elle ne peut s'empêcher de se demander si l'affrontement aurait été différent s'il était au sommet de sa forme. La Hyûga pose son regard bleuté sur Itaki et l'une de se paumes sur sa plaie qui continue de déverser du sang.

La blessure est profonde! Et en d'autres circonstances elle aurait pu être suffisante pour lui faire perdre ce combat. Une preuve suffisante s'il en est pour lui faire comprendre qu'elle a elle aussi des progrès à faire. Et si c'est bien Itaki qui gît sur le sol à présent c'est peut-être qui aura appris le plus pendant leur bref échange.
"Tu es plus doué que ce que j'imaginais!" avoue-t-elle en déchirant un morceau de sa tenue pour s'en servir comme bandage. "À moins que mes réflexes ne soient pas aussi affûtés que je le croyais..."
Elle avance et s'arrête un instant aux côtés du "vaincus", lui décochant un dernier regard. Elle a envie de le prendre comme élève. C'est peut-être même la première personne qui lui donne envie de devenir Senseï. Mais pour l'heure il a besoin de se remettre de ses émotions. Tout comme elle. Le temps de discuter viendra bien assez tôt. Mais pour l'heure, à chaque jour suffit sa peine...

La jeune femme s'éloigne donc d'Itaki, quittant au passage les terrains d'entraînement. Elle va avoir besoin de soins. Et de trouver un moyen de masquer sa plaie à la Sôke qui verra sans doute là une preuve de faiblesse. Inutile qu'une punition suive la prise de conscience...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Un entraînement à deux, c'est toujours mieux que seul.

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: