Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Les flèches de glaces sont-elles forgées dans le feu ? [Ootori]


Lun 27 Nov 2017 - 22:24
▬ Ah bah c’est pas trop tôt !
Ça n’a pas été facile mais je suis parvenu à quitter cette immense forêt. Après des heures de galère, je peux enfin me reposer dans une auberge. Je me trouve présentement dans un petit village de Hi no Kuni et compte passer la journée ici, le temps de reprendre des forces. Un peu de repos me sera nécessaire pour continuer mon aventure au Pays du Feu. En effet les manants sont nombreux – j’ai rencontré le pire clochard de l’univers il y a quelques heures et ai été contrains d’en découdre avec lui – et la route encore longue. Je dois être en forme physiquement et en bonne condition pour demain. Les moines vivent modestement, certes, mais ce n’est pas une raison pour arriver là-bas épuisé, affamé et puant la crotte de chèvre.

Après être passé à l’auberge et réservé une chambre pour la nuit, je fais le tour de la ville et m’arrête chez l’épicier du coin, un cinquantenaire qui tient cet établissement avec une dame de quelques années mon aînée que je présume, à raison, être sa fille. J’achète quelques sucreries et autres débilités à emporter avant de regagner la chambre louée. Sur ma route, je croise deux individus parlant « affaire ». Le premier menace le second et affirme qu’avec « sa super épée » obtenue on ne sait trop où il va assurément lui casser la figure.

Curieux, je m’arrête et observe la scène. L’épée de l’individu est en effet plutôt jolie. Je ne suis pas certain qu’elle soit d’aussi bonne qualité que Yaato mais peu importe. Elle a un petit quelque chose ! Étant amoureux des belles armes – j’en fais la collection plus que je ne les utilise, c’est dire – je songe à voir ce forgeron dont a rapidement fait mention le gus. Mon bouclier obtenu à Shito craint ! En plus il n’est pas assorti à mon épée et à mes flèches. ET ÇA CROYEZ-MOI ÇA CRAINT. J’accepte volontiers d’être le « Bouffon Bleu de Kiri » voire même d’être un shinobi médiocre mais le style a son importance. Perdre un combat, soit. Mais quitte à être battu, autant l’être en portant une belle épée et un imposant bouclier ! C’est suite à ce raisonnement d’une logique implacable que je fais volte-face et pars à la recherche de ce mystérieux forgeron. Après quinze à vingt minutes de déambulations et demandes auprès des passants – qui m’ont tous très mal guidés mais là encore, peu importe –, je fais face à la boutique de ce curieux monsieur. Car oui, dans mon esprit étriqué un forgeron est par définition un homme : Un mec de deux mètres, barbu et surtout très gras.

Ainsi, grande est ma surprise lorsque, en ouvrant la porte, je découvre une jeune fille d’à peu près mon âge.
▬ BONJOUR. Je cherche des armes ! Des flèches, des trucs trop biens et trop cool. Mais je crois que je me suis trompé d’endroit, non ?
J’entends des bruits venir de l’arrière boutique, le fracas des marteaux et des lames. Ce détail m’indique que non ; Je ne me suis pas trompé d’endroit.

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 29 Nov 2017 - 17:56
Fatiguée...

Depuis combien de temps ce foutu vieux ne t'avait pas permit de passer une nuit complète ? Tu étais traitée comme une esclave davantage comme une apprentie, tu y mettais ta main à couper. Mais tu n'avais pas vraiment le choix, celui-ci t'avait accepté malgré tes origines douteuses et tu n'avais rien d'autre qui s'apparentait à une maison que la forge. En effet, celle-ci possédait une aile de travail où était entreposée la fameuse forge en question. Le reste du bâtiment se partageait alors en deux moitiés distinctes, l'arrière était dotée de deux chambres et d'une pièce centrale et le devant du bâtiment servait de comptoir pour recevoir les commandes et commercer avec les clients.

Toi, tu ne voyageais pas plus loin qu'entre la partie habitable et le comptoir. Bien entendu parfois, celui-ci te chargeait de diverses commissions afin d'alimenter l'atelier de matière première, mais sinon, tu n'avais pas le loisir de vagabonder dans les ruelles du village. Heureusement ceci dit, les gens ne te voyaient pas tous d'un bon œil. Ici, tout le monde se connaissait, et toi, tu ne connaissais personne.

Ce genre de train de vie était très exténuant pour toi. Tu étais une jeune fille frêle après tout, et en pleine croissance qui plus est. En temps normal, tu aurais du t'occuper de prendre soin de tout, de refaire ta garde robe encore et encore et d'aller flâner sur la place publique... Cette petite vie idéale te paraissait si loin tandis que tu appuyais ton coude sur le comptoir. Ta main venant soutenir cette tête bien trop lourde de pensée.

Cette journée n'aurait pu n'être qu'une journée parmi tant d'autres, mais voilà qu'un individu de type adolescent venait de surgir dans ce qui servait de boutique. Il avait l'air... Pas d'ici en tout cas. Enfin, tu n'étais pas vraiment apte à juger sur les origines de quiconque. Le regardant d'un air perplexe, était-il venu jouer au grand ? Ton "maitre" avait pour crédo de ne pas vendre des armes à des gosses. Chose bien ironique sachant qu'il te faisait bosser comme jamais, toi, jeune fille toute fragile...

- Euh... Non, non évidemment, vous hmm... tu ? Je... Tu es bien à la forge du village. Il a des vitrines par là-bas où tu pourras contempler les produits forgés par mon maitre. Par contre... Si tu n'as pas d'argent, ce n'est pas la peine de te faire du mal.


Il n'acceptait peut être pas de vendre à des gosses, mais c'était surtout car ceux-ci étaient en majorité des pauvres. Il y avait un coté assez véreux dans le tempérament du vieux, aux antipodes totales de ce qu'on pourrait s'imaginer d'un "maitre".

- Si tu veux quelque chose de précis et que tu as de l'argent, je peux éventuellement prendre ta commande.


Tu souriais. Il ne fallait pas oublier le coté commercial ! Sinon, tu n'allais certainement pas amasser beaucoup d'oseille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 30 Nov 2017 - 17:39
Wow. Quel manque de respect. C’est bien la première fois que je vois quelqu’un traiter un client de la sorte. Certes je ne suis qu’un enfant cependant je ne suis pas sans le sou, bien au contraire. Pour cause, je suis chûnin et membre du clan Yuki, une des famille les plus importante et les plus riche du village de la brume. Susceptible de nature, je prends la mouche et réponds aussitôt :
▬ J’ai de l’argent. La question est plutôt de savoir si vous avez ce que je veux.

Et oui ! Car qu’on se le dise, je n’achète pas n’importe quoi ! En effet je ne prends que les armes de grande qualité. Les œuvres exceptionnelles ! Il est hors de question qu’on me refourgue de la daube créée à la chaîne par un vieillard à moitié alcoolique. D’ailleurs les dires de mon interlocutrice sont clairs ; Ce n’est pas elle qui crée les armes présentées en vitrine. J’aurais aimé, dans la mesure du possible, m’entretenir en tête à tête avec ce forgeron. Effectivement, je suis de ceux qui ne font pas confiance à autrui. À ce titre, je préfère converser directement d’homme à homme avec le « maître » qui sera chargé d’exécuter la commande. Quoiqu’il en soit, je me tais pour le moment et suis les conseils de la rouquine.
▬ M’okay. Je vais faire ça.
Sur ces mots, je vais voir ce qu’ils ont en vitrine. Après un petit tour, je m’arrête et demande :
▬ Ce truc c’est quoi ? … Et ça coûte combien ?
Ça a l’air d’être une sorte de poings américains curieusement designés. À moins que ce soient là des gantelets métalliques de combat. L’un dans l’autre, ça ne m’intéresse pas vraiment.
▬ Dis, ton père est doué pour ce qui est de forger les épées ou bien ? … Enfin … Je me doute que tu vas pas me dire qu’il pue hein, c’est ton vieux. Donc forcément c’est le meilleur bla bla. Mais ce que je veux dire c’est que si je vais voir dans la ville d’à côté, je trouverais pas mieux, n’est-ce pas ?

Allez savoir pourquoi j’imagine que la vendeuse est la fille du forgeron. Si je m’imagine cela, c’est sûrement car, en règles générales, les enfants ne travaillent qu’avec leurs parents.
▬ Bref. Du coup … Euh. Je ne sais pas trop. Si tu as un papier et un crayon, je veux bien dessiner ma commande ; Je veux des flèches particulières. Et s’il en est capable, je veux bien qu’il rectifie deux ou trois « défauts » à mon épée.
« Mon épée » comme je viens de l’appeler appartenait autrefois à Yaato, un shinobi de la brume. C’est entre autre pour cette raison que l’arme en question n’est pas adaptée à ma personne. Yaato était droitier et plutôt grand de mémoire tandis que je suis un nain ambidextre …

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 3 Déc 2017 - 21:17
Intéressant...

Ce gamin, qui avait le même âge que toi, avait apparemment de l'argent. Au moins, c'était un problème que tu n'avais plus à régler. Néanmoins, si tu avais dû pousser le vice vraiment loin, tu aurais certainement tenté de lui subtiliser la somme qu'il prétendait avoir. Posséder un peu de richesse quand on était en cavale, cela ne pouvait qu'être bon signe non ? Soupirant à cette idée que tu ne pouvais décemment pas réaliser, à cause surtout de tes piètres talents de voleuse, tu le regardais alors batifoler dans ta boutique.

Celui-ci s'arrêta néanmoins bien vite dans sa quête de l'arme parfaite. Rien ne lui convenait. Le gosse ne voulait pas du générique, il voulait du travail fait sur mesure. Tu ne pouvais t'empêcher d'afficher un léger sourire moqueur. Une chose était sure, il ne se prenait pas pour une merde ce ... type, que tu ne pouvais pas désigner par son nom, puisque ne s'étant pas présenté à toi. Il voulait s'entretenir avec ton "père". Cette idée même que tu pouvais être la descendante d'un type pareil te fit frissonner. Il y avait des limites quand même...

- Alors ce n'est pas mon père. Et non, à moins de traverser le pays sur des centaines de bornes, tu ne trouveras pas meilleur ouvrier que lui.


Puisque le vieux était indisponible pour le moment, tu te contentas de sortir une feuille et un crayon comme le voulait le client. Tu espérais néanmoins qu'il avait un certain talent dans l'art de représenter son imaginaire. Tu te voyais très mal présenter un croquis dessiné par l'équivalent d'un enfant de cinq ans. Même le vieux risquait de te rigoler au nez, et tu n'aimais pas trop subir pour les autres.

- Essaye de te dépêcher, il se peut que d'autres clients ai besoin de moins dans l'avenir.


C'était faux ! Mais bon, fallait bien que tu fasses la pimbêche de temps à autre. Au moins pour conserver la forme. Le fixant, il ne manquait plus qu'il te demande un truc qui nécessitant des matériaux particuliers. Et c'était qui qu'on envoyait pour aller les chercher ? Bah toi... Effectivement, ça te faisait très chier de le faire. Surtout quand tu avais clairement mieux à faire genre... rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 4 Déc 2017 - 19:59

La demoiselle accède à ma demande et me tend bientôt du papier et un crayon. Je m’atèle alors à la tâche et dessine du mieux que je peux. Il faut savoir que je n’ai jamais été très bon en art. Mes parents, bien que nobles, n’ont jamais considérés que les disciplines telles que la musique ou le dessin méritaient mon attention. N’ayant jamais eu de cours sur les matières en question, ne vous attendez pas à grand-chose de ma part. Je réalise quelques gribouillis sur la feuille blanche tout en écoutant les dires de la commerçante … Mauvaise idée. Je suis déjà nul en dessin lorsque je me concentre alors si en plus j’essaie de faire deux ou trois choses en même temps … Je vous laisse imaginer le résultat.
▬ Ah c’est pas ton père ? Okay. J’aurais cru. Chez moi, la plupart du temps, les adolescents travaillent bénévolement avec leurs vieux pour les aider. Rassure-moi, t’es payée quand même. Et genre euh ? … Enfin … Bref, on s’en fiche.
Je n’ai pas envie de parler trop longuement des sujets qui fâchent. Je suis ici pour acheter et pas pour faire la causette – quand bien même j’adore ça.

Alors que la rouquine me somme de me presser, je réalise les dernières finitions. Ceci-fait, je montre fièrement ma création à la demoiselle.
▬ Tada ! C’est trop bien hein ?

Spoiler:
 

Trop bien, trop bien … Tout est relatif. C’est là qu’on voit que l’art est empreint de subjectivité.
▬ Bref. Je vais pas te faire perdre plus de temps mais je vais quand même essayer de t’expliquer très sommairement et très brièvement ce que je veux. Non parce que j’ai fait un dessin mais j’ai quand même eu la bonne flemme de légender. Tu m’excuseras hein … Mais bon. Voilà quoi. Du coup ...
J’ai beau affirmer le contraire, soyez sûrs que mon explication ne sera ni sommaire ni brève. Comme mentionné plus tôt, j’aime parler. C’est assurément ma passion numéro une.

▬ Les flèches d’abord. Je les veux en cristal. Ou en un truc qui fait classe et penser à la glace. La pointe, je la veux en un truc qui transperce violent, pas un matériel bidon. Et les petits traits là qui recouvrent le fût, c’est pas de la déco. C’est un truc que j’ai vu l’autre jour chez des guerriers Hijin. Leurs traits ne sont pas communs. Le long tube est parsemé d’espèces de petites piques. Ça pénètre plus, c’est plus difficile à arracher du corps et surtout ça peut s’enduire de poison et tuer un mec même si la flèche ne fait que frôler. Faut pas que ces trucs là alourdissent la flèche ceci-dit. Du coup je sais pas quel matériel je peux recommander mais mettez moi un truc bien cher et exotique. J’aime bien quand c’est exotique. Vous me faites une flèche. Si elle me plaît, j’en prends une quinzaine d’autres. Ah et pour l’épée, je veux juste un changement de poignée. Je crois que c’est à peu près clair sur le dessin, non ?
Elle veut peut-être que je lui explique plus en détail mes intentions et motivations ? Si oui, je peux. Parler est un sport dans lequel j’excelle mine de rien !

_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les flèches de glaces sont-elles forgées dans le feu ? [Ootori]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: