Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Jeu des ombres | PV Genkishi


Jeu 30 Nov 2017 - 17:16
Hi no Kuni, un soir perdu en pays inconnu.

Un tourbillon. Puis, depuis son départ de Pays de l’Eau, Ayuka semblait prise dans ce trop-plein de sentiments et ressentiments. Ce n’était peut-être qu’un simple coup de sang, une preuve de ses bas instincts mais elle ressentait de la haine. De la haine envers la Kaguya, envers celle qu’elle croyait être une amie et qui l’avait abandonnée sans même un regard ou un adieu.

Et la voilà à présent protagoniste d’une fuite, d’une traque. La jeune femme ignorait si des shinobis se trouvaient déjà à leur poursuite et leurs potentiels ordres. La mort semblait être la seule option pour ceux qui cherchaient à trahir leur village. La mort… Ayuka n’y avait que peu pensé par le passé.

Il fallait être discret, toujours en mouvements, parler le moins possible. Watari avait créé un véritable stratagème pour se rendre invisible. En effet, à chaque port, il payait plusieurs navires différents, ne disant jamais dans lequel ils allaient tous voyager. De même, sauf quand le sommeil devenait nécessaire, la petite troupe voyageait à dos d’équidés, gagnant le plus de temps possible.

Mais en cet instant la jeune Yuki ne se trouvait pas sur les sentiers forestiers, ni dans la cale humide d’un navire. Non, assise face au bar, regardant la coupe de saké devant elle, la fatiguée reprenait quelques forces dans une simple auberge du Pays du Feu. L’endroit était modeste mais chaleureux, un restaurant au rez-de-chaussée accompagnait le bar alors que dans les deux étages supérieurs, quelques chambres pouvaient être louées aux voyageurs. Ayuka pensait aux deux petites filles qui vivaient leur premier voyage en même temps que leur première traque, deux âmes encore naïves de ce monde monde dur. Il ne leur avait fallu que quelques secondes avant de sombrer dans le sommeil, n’ayant pas profité un lit moelleux depuis leur arrivée à Hi no Kuni. Eiichiro également devait dormir, tout comme Akimitsu et Eirin. Watari… Comme depuis la nuit de leur départ, il devait planifier la suite du voyage.

Et seule, au bar, une jeune femme qui ne trouvait pas le sommeil.

De nombreux Kirijin se rappelaient d’une Yuki malicieuse, légère, portant toujours un haori aux couleurs de son Clan. Et bien il n’était pas évident qu’ils auraient pu faire le lien avec celle qui recommanda une simple coupe de saké. Ses cheveux toujours à demi-attachés restaient identiques cependant elle avait troqué ses couleurs flamboyantes pour une tenue jouant de plusieurs nuances sombres, une tenue presque aussi noire que les ombres de la forêt autour de la bâtisse. Un teint encore plus pâle qu’à l’accoutumée, car malgré son insomnie, la fatigue se faisait ressentir. Et toujours ses grands yeux ambrés, ceux même qui contemplaient les légers reflets lumineux qui brillaient sur la surface de l’alcool traditionnel.

Non, seule au bar elle le savait, impossible de trouver le sommeil. Perdue dans ses pensées, dans ses émotions, elle ne faisait guère attention aux badauds qui mangeaient bruyamment ou encore aux hommes descendant nombre de bouteilles et non pas des petits coupes comme elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Jeu 30 Nov 2017 - 21:15
Hi no Kuni, voilà quelques temps déjà que je me balade sur ces terres et pourtant je continus sans cesse de faire de nouvelles rencontres intéressantes ou alors je tombe sur des brigand, voir bien pire que ça. Au final, j'ai beau me battre beaucoup de nuit contre des criminels en tout genre, cela ne change rien, cela ne changera jamais tant que j'agirais seul. Malheureusement, de mon côté, je n'aime pas le jeu d'équipe et c'est pour ça que je passe la plupart de mon temps tout seul, mais je me dis que si les gens arrêtaient de se taper et se soudaient, ça se passerait beaucoup mieux. M'enfin, je ne changerais jamais le monde, ni la manière de pensée de tout le monde. J'essaye, en argumentant avec des propos intelligents de faire comprendre à certaines personnes qu'ils sont dans l'erreur, mais il est plutôt que quelqu'un finisse par vraiment m'écouter.

Dans tous les cas, ce soir, je suis dans une auberge et ce n'est pas pour rien. Déjà, soir de repos ça fait plaisir, mais j'avoue que je n'ai pas choisis cet emplacement pour rien. Je suis au fond de la salle, je bois tranquillement pendant que mon regard se balade partout pour chercher du monde louche. J'ai entendu plusieurs fois qu'il y avait souvent des jeunes femmes qui disparaissent dans cet endroit et je veux trouver les responsables de cela.

D'après ce que je vois, il y a beaucoup de clientèle de nombreux endroits. Il faut dire que c'est un des chemins les plus sûrs de Hi no Kuni et il y a beaucoup de voyageurs par ici. Bizarrement, je ne remarque pas vraiment de personnes louche, le gérant à l'air de surveiller bien comme il faut les gens qu'il accepte, mais quelque chose me dérange. Je peux remarquer qu'il y a beaucoup de femme, la plupart du temps, les gens qu'il refuse sont des hommes. Je remarque aussi qu'il y a des femmes qui ont l'air dangereuse, mais sont très belle. Un sexiste de première ligne ou alors pire que ça... Peut-être que ?

J'arrête de réfléchir d'un coup, au bar... Une jeune femme blonde, magnifique et quand je vois sa tenue elle ressemble plus à une shinobi qu'une simple villageoise. J'avoue la regarder un peu plus longtemps pour essayer de voir plus de détails. Elle semble fatigué, mais seule, elle semble venir de loin. Je dirais qu'elle vient même d'assez loin, j'ai tellement voyagé que j'arrive à voir sur le visage des gens s'ils sont exténué ou pas. Aucun doute, elle ne vient pas d'ici, elle doit avoir entreprit un voyage difficile.

Je me lève, je dois aller lui parler, si elle vient de loin, elle pourra peut-être m'en apprendre plus sur ces terres ou ses capacités. Puis, cela fait longtemps que je n'ai pas eu de tête à tête avec une femme. La dernière, c’était beau, c'était magnifique, je n'oublierais jamais cette Hyûga aveugle, alors je dois pas hésiter à aller cette charmante jeune femme. Pas forcément en espérant quoi que ce soit, non, mais parce que quitte à passer la soirée ici à surveiller, autant le faire en bonne compagnie. J'arrive auprès d'elle quand elle commande un autre verre de Saké.

- C'est pour moi chef.

Je pose mon verre à côté du sien et m'assois sur le tabouret le plus proche d'elle. Je ne la regarde pas, je ne regarde que le patron, en fait je le scrute encore une fois. Je peux me le permettre maintenant que j'ai établis un contact logique, il est normal que je le regarde. Je ne vois qu'un pauvre type voulant gagner sa croûte. Il n'a pas l'air du gars qui enlèverait des femmes non, il n'a pas l'air assez intelligent ou d'avoir assez de couilles pour ça. Peut-être un intermédiaire ? Plus le temps de réfléchir, ce serait louche.

- Vous semblez venir de loin, laissez moi deviner...

Cette fois-ci je regarde la jeune blonde à côté de moi, avec un sourire. Je tend mon verre comme pour trinquer avec elle en espérant qu'elle accepte. Je rigole et je peux sentir une odeur particulière que je connais. J'ai déjà eu la même, j'ai déjà eu le même regard qu'elle, celui d'une personne étant fatiguée, mais pas seulement. Un voyage en mer peut-être ? Je ne saurais dire, pourquoi j'ai dis laissez moi deviner. Oh et puis zut, au pif.

- Mizu ?

Qu'est qu'une femme shinobi de Kiri viendrait faire ici avec les événements récents ? Je me goure totalement, au point de repositionner mon regard vers le mur derrière le bar. Bon, revenons à ce probable enfoiré de barman. Je regarde encore un peu partout, derrière, à droite, à gauche puis je reprends la superbe vue que j'ai avec le mur. Bien sûr je regarde d'un coin de l’œil, discrètement, je ne fais pas ça à la vu de tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Ven 1 Déc 2017 - 0:30
Combien de temps allaient-ils devoir se cacher encore ? Se séparer avant d’entrer dans le moindre établissement. Combien de nuits allait-elle encore se faire passer pour la mère de Setsuka, la sœur de Rakka, la femme de Watari ou encore celle d’Akimitsu ? Mentir, marcher, surveiller, accélérer. Le tout pour ne pas songer à Kiri, pour ne pas penser à Tsukiyomi la traîtresse de ses amis ou encore la vieille bâtisse clanique des Yuki. Froide, silencieuse mais qui savait tout de même manquer à Ayuka autant que les sourires du boulanger chaque matin en se rendant au dojo.

Elle-même n’en avait pas conscience mais cette épreuve la changeait au plus profond de son être, une Ayuka secrète, celle qui n’était jamais remontée à la surface. Le barman s’approcha en voyant la main de la Yuki se redresser, mais son geste autant que sa parole furent vite interrompus par une voix masculine et il ne fallut qu’une fraction de seconde pour que le regard ambré de la manieuse de glace ne se pose sur l’illustre inconnu. Cependant et Ayuka le nota, il était rare qu’on l’aborde en ces temps troubles.

Le coude posé sur le comptoir, sa tête au creux de sa main alors que l’autre faisait tourner négligemment la coupe encore vide de saké, elle n’avait guère l’apparence d’une fuyarde, simplement l’attitude d’une femme seule et ennuyée. Cependant elle ne lui dévoila pas de suite le son cristallin de sa voix, se contenant de le détailler, de faire possiblement appel à ses souvenirs… Des cheveux noirs, une coiffures discrète mais spécial, grand mais fin... Mais rien. Non, elle ne le connaissait pas et d’une certaine manière, cela avait le don de la rassurer. Sans pouvoir se vanter de connaître tous les shinobis de Kiri, Ayuka avait au moins une connaissance globale de ses anciens alliés et l’homme qui lui faisait face, elle ne l’avait jamais croisé dans l’enceinte du Village Caché de la Brume. Village qui à sa connaissance ainsi que celle d’Eiichiro ne possédait pas d’unité spéciale donc la jeune déserteuse avait du mal à imaginer envoyer de simples genin inconnus pour les traquer.

Et puis dans tous les cas, agir naturellement, l’être, naturelle, était le mieux à faire sans pour autant baisser ses gardes. La discussion entre eux aurait pu n’être qu’à sens unique, un verre, quelques mots et un adieu inutile mais lui aussi semblait subir la solitude ou du moins, l’ennui. Ayuka soupira légèrement quand le patron de l’auberge vint lui servir le fameux verre, qu’elle ne toucha pas de suite. Des questions. Forcément, toujours des questions. Ayuka n’était pas friande des mensonges, mais dans cette fuite, elle n’était pas la seule impliquée et imaginer le visage des petites lui donnaient la force de s’adonner à la bassesse du mensonge.

Il tenta de deviner. Amusant comme terrifiant. Un léger sourire s’anima sur le visage de la Yuki qui avait toujours été naturellement joueuse, curieuse de cet inconnu aux origines bien mystérieuses et aux manières téméraires. Pendant son léger temps de réflexion, Ayuka accepta son geste, levant légèrement la coupe. Lui refuser un tel geste alors qu’il venait de mettre son argent dans un liquide si éphémère n’aurait pas été des plus appréciables, encore plus en ces temps flous ou la gentillesse et la bienveillance semblaient se mourir.

Toujours aucun mot, curieuse. Cependant quand le nom du pays si fraichement quitté vu émis depuis les lèvres de l’inconnu, le cœur d’Ayuka rata un battement, sa main treillissant légèrement alors que son visage pâle tentait de masquer son trouble. Comment avait-il fait ? Comment ? Pourtant la jeune femme ne portait plus aucun attribut de ce pays en avait jamais gagné son accent… Un Kirijin ? Un traqueur ? Son esprit bouillonnait alors que les grands yeux expressifs de la kunoichi semblèrent s’éveiller. L’ennui n’était plus.

Mais… Non, elle ne connaissait plus assez bien la situation politique de Tetsu pour se faire passer pour une réelle habitante de son pays de naissance. Quand il la libéra de son regard, lui qui pouvait la dominer car bien plus grand que la jeune femme, la mâchoire d’Ayuka se décrispa légèrement. Naturelle.

« J’aurais rapidement découvert si vous un de ces intrus de l’esprit, j’imagine. » Un nouveau sourire, tout aussi léger que le précédent, piquant, s’installa sur ses lèvres. Il l’avait mise mal à l’aise, il l’avait sortie de cette si maigre zone de confort qu’était la sienne en cette nuit. Soit elle aurait rapidement confirmation qu’il s’agisse d’un espion du Pays de l’Eau ou un simple voyageur surprenant. Et dans le cas où la première option se révèlerait être la bonne… Sa réserve de chakra était suffisante pour glacer l’auberge et fuir rapidement avec sa famille.

« Alors ? Serait-ce un simple hasard démontrant votre karma chanceux ? Une déduction inconnue ou encore un pouvoir des plus intéressant ? »

A peine eut-elle terminé sa question que ses lèvres se posèrent sur le bord de la coupe et qu’elle but une gorgé de saké. Presque aussi bon que celui de la réserve du samouraï, réserve abandonnée dans un dojo qui devait l’être tout autant. Malgré la tension qui ne quittait pas ses muscles, Ayuka tentait de se détendre. Elle eut ensuite un léger rire silencieux en voyant l’inconnu du soir se faire plus curieuse de l’environnement qu’elle-même, et tant mieux.

« A mon tour… Tsuchi ? »

Il n’avait pas l’attitude d’un samouraï et n’en portait pas les attributs. Les habitants de Kaminari lui avaient semblés bien plus sanguins que celui qui se tenait à côté d’elle… Ne restait que peu de choix majeurs. Ayuka n’était guère douée de talents psychiques et n’avait que la chance du hasard pour elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Ven 1 Déc 2017 - 1:12
Je ne pensais clairement pas la mettre dans un état pareil quand j'ai proposé Mizu. En soit, j'en ai était persuadé, mais ce qui m'étonne c'est les rictus de son visage et sa main tremblante. On dirait qu'elle a peur ou alors je l'ai juste totalement surprise et ça la met dans cet état. Je ne sais pas trop et je ne vais pas m'étaler là dessus, je ne veux pas la mettre encore plus mal à l'aise. Je vais rester là pendant très longtemps, je suis quelqu'un de patient et donc si je veux quand même passer une soirée intéressante, je dois la garder près de moi. De plus, il n'y a aucun doute que c'est une shinobi, donc je serais pas contre une alliée si l'affaire que je suis est plus grosse que prévu.

Je me souviens une fois, je suivais un gang assez connue dans un coin de Hi no Kuni et en arrivant dans leur base, j'ai été pris de court. Beaucoup plus nombreux que prévu, beaucoup plus organisé que je le pensais. Si ce jour là, je n'avais pas fait la rencontre d'un autre shinobi utilisateur de Taijutsu, j'aurais rebrousser chemin avec un peu de honte.

- Je ne suis pas un Yamanaka, si c'est votre sous entendu.

Je souris en coin avant de rigoler. Elle ne se doute pas à quel point elle était loin du compte, mais également si proche. Elle demande plus de détails, je la comprends et elle a de chance, elle pose les bonnes questions. Elle me demande des justifications sur mon côté vagabond, de voyageur finalement et s'il y a bien une chose sur laquelle je suis sincère en parlant de moi, c'est celle-là.

- Je voyage depuis très longtemps et j'ai déjà passé une année entière à Mizu. Un bon souvenir, surtout ma rencontre avec Hanzo. Du coup je connais le voyage bateau et généralement j'avais la même tête que vous. On s'y fait à force, vous verrez.

Je vagabonde un peu partout depuis tellement longtemps que c'était devenu une seconde nature. La fatigue du voyage, je ne la ressens quasiment plus, il ne se passe pas une seule journée de l'année où je ne marche pas au moins plusieurs dizaines de kilomètre. J'espère pour elle qu'un jour elle s'y fera, cela voudra dire qu'elle voyage à travers le monde et je souhaite ça à absolument tout le monde sur cette planète.

Alors que je regarde un peu partout, je ne peux m'empêcher de lâcher un petit rire quand elle me demande si je viens de Tsuchi. Là par contre, elle s'est complètement éloigné de ce que je suis, mais tant mieux cela dit. Qu'est ce que je fais ? Autant être sincère, après tout elle n'a pas essayé de cacher son Pays elle.

- Je suis originaire de Hi, mais je considère que le monde est une terre qui ne se conquis pas, qui ne se domine pas, mais qui s'explore et se savoure.

Je m'emballe déjà, il faut dire que cela fait quelques temps que je suis là et je commence à avoir quelques saké dans le nez. Je peux facilement m'emporter quand je parle de voyage et de la découverte du monde, mais que voulez-vous, à ma place vous feriez pareil. Qui n'aime pas parler de sa passion ? Qui n'aime pas vendre sa passion ? Après tout, il faut bien se faire entendre des fois, c'est toujours agréable de voir une personne s'intéressant à vos paroles et elle semble aussi joueuse que curieux. Voyons si elle est plus joueuse et curieuse que moi.

- Que faites-vous ici toute seule ? Venant d'aussi loin en plus. Mission ? Ou alors peut-être que vous n’êtes même pas une shinobi de Kiri en fait, je préférerais même. Je suis Genkishi, une sorte d'errant si on veut.

J'appel le barman pour qu'il nous resserve un verre et je trinque de nouveau avec la belle blonde. J'attends de voir ce qu'elle va dire, ses réactions, mais ce que j'attends le plus c'est les questions qu'elle va poser à son tour. Cependant, je continus de garder un œil, je peux voir le barman faire des aller retour régulier vers une des personnes du fond. Un gars plutôt costaud, qui semble pas très commode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Jeu 7 Déc 2017 - 2:50
Au moins ce jeune homme et inconnu avait réussi à casser l’ennui de celle qui pourtant voyait chaque minutes de la désertion comme une possible fin à leur exil. Elle aurait aimé ne pas avoir à se cacher, ne pas avoir à miner quelques expressions théâtrales mais non. Comme depuis quelques jours, Ayuka ne pouvait se permettre un écart. Il lui disait ne pas être un Yamanaka, ne pas être un des représentants de ce clan voleur de pensées. Certainement même une des familles de ce monde qui savait le plus intimider la jeune femme accoudée au bar. Non, définitivement elle ne tenait guère à devenir l’objet d’expérience de tels pouvoirs psychiques. Étrangement et malgré une certaine réserve naturelle, Ayuka avait tendance à croire cet individu sur cette affirmation se voulant aussi rassurante qu’amusée. L’alcool aidait certainement mais il fallait avouer que le shinobi à côté d’elle ne semblait guère porté sur de mauvaises intentions.

Le patron du bar passait de temps en temps, surveillant les verres ou peut-être quelques mouvements dans la salle, Ayuka ignorait tout de cette histoire de femmes enlevées et ce n’était guère son problème à l’heure actuelle. Continuant de faire doucement tournoyer le liquide dans sa coupe, son regard ambré passa du tenancier à l’inconnu, alors que celui-ci semblait également prêt à se lancer dans une discussion naissante. Ennui ? Peut-être. Dans ce cas, ils seraient donc deux à le tromper en cette nuit.

Si la première fois, quand Genkishi avait su toucher la bonne réponse du bout de lèvres, Ayuka avait clairement montré son trouble, cette fois la kunoichi réussit à le cacher de manière assez adroitement, se forçant à boire une gorgée mais une certaine nausée semblant naître quand elle entendit le nom du Kaguya et Sabreur, du bras droit du Mizukage, le nom de celui qui potentiellement pourrait détruire toute sa famille. La jeune femme prit une deuxième gorgée, car pour tenir une discussion qui commençait de manière aussi violente pour elle, elle allait certainement falloir plus que du courage et de la ruse. Il changeait de sujet et heureusement… Ayuka ne se fit pas prier pour ne pas revenir sur les combattants mortels de Kiri.

« Hi ? J’avoue n’avoir que peu visité ce pays. » Oui, elle n’y était passée que trois fois dans sa vie. Lors de la désertion qu’était la sienne actuellement. Lors de son périple entre Tetsu no Kuni et le Village Caché de la Brume. Et Shito. Nombre de shinobis avaient été présents lors de cet évènements dramatique, c’est pourquoi Ayuka n’hésita guère à parler de sa propre expérience, de ses propres souvenirs alors qu’il semblait prêt à aborder la question de son identité.

« La dernière fois que j’ai voyagé au creux du Pays du Feu, j’ai vu un Titan. Et beaucoup trop de morts. » Puis elle sourit, presque ironiquement, dans un humour aussi noire que sa tenue et les ombres du Nara. « Mais j’imagine qu’en oubliant ce pan de l’histoire, Hi aurait bien plus à me faire découvrir. »

Presque aussi rapidement que la nouvelle coupe ne fut remplie, Ayuka poursuivit, son regard ne pouvant tout de même s’empêcher de balayer la salle à intervalles réguliers, surveillant de potentielles personnes suspectes. « Vous êtes un habitant de ce monde, je ne suis qu’une femme que vous devinez être une shinobi. Vous vous dites errant, Genkishi, pourtant vous semblez bien plus heureux de voyager que nombre d’âmes attachées à leur patrie et n’envisageant guère les terres par-delà les océans. »
Se tournant un peu plus vers, lui, quitte à lui parler, autant que cela soit intéressant. Et les simples mondanités n’avaient jamais su passionnée Ayuka, préférant de loin le jeu des mots et des découvertes aux simples restrictions de politesse et du protocole.

« Je pourrais ne pas être seule, je pourrais être en mission, ou simplement voyager comme vous… » Son regard passa en revu le corps du Nara, un sourire amusé s’affichant sur ses lèvres alors qu’elle ajouta « Les possibilités sont infinies, bien que souvent classiques concernant les shinobis de Kiri. Je ne suis pas de celles qui cherchent à détruire les shinobis errants. Réduire à néant ceux qui rêvent encore de liberté et de voyage, voilà une bien triste mission que n’est pas la mienne… »

Puis une question. Sincère. « Etes-vous heureux de ne pas avoir d’attaches ? Ou si vous en avez quelque part, ne vous manquent-elle pas ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Jeu 7 Déc 2017 - 3:30
Quand elle parle de Hi no Kuni, je comprends parfaitement pourquoi elle semble ne pas connaître le Pays. Mes terres natales ne se résument pas qu'à Shîto et le Titan et je pourrais lui prouver si elle avait envie de visiter. D'ailleurs elle le pense elle-même, je suis bien content de voir qu'elle ne fait pas partie de ces gens qui prennent un exemple mauvais pour appuyer leurs arguments. Elle ne s'est pas fait un avis définitif et c'est plutôt une bonne nouvelle si elle a l'occasion de voyager plus longuement sur les terres du feu. Rien que les nombreuses forêts qui ne demandent qu'à être visitées, contemplées et admirées. Malheureusement, la guerre à Shîto a trop marqué les esprits et pour l'instant Hi no Kuni ne rime qu'avec ça et le Soshikidan. Vivement une air nouvelle, que les gens reprennent la joie de venir sur les plus belles terres du continent.

- Hi a bien plus à offrir que Shîto, croyez-moi.

Je bois en repensant à tout ce que j'ai pu voir ici et je souris. Cela fait toujours plaisir de repenser à tous ces événements que j'ai connus. Que ce soit les victoires, les découvertes ou encore les rencontres joyeuses, j'apprécies y repenser.

Les terres par-delà l'océan.
Quelles paroles ambitieuses. Je me les suis déjà faîtes, mais j'ai déjà compris que visiter tout le continent me prendrait du temps alors je n'ose imaginer aller encore plus loin. Pourtant ma curiosité m'en donne envie, j'ai envie d'aller voir loin, beaucoup plus loin. Sauf qu'il y a déjà des terres à découvrir ici alors je ne peux pas me permettre d'aller déjà voir d'autres horizons. Je me tourne vers elle également pour qu'il y est un contact plus agréable et montrer un signe d'intérêt à la conversation. Après tout, elle a l'air d'être aussi curieuse que moi. Je pense qu'elle n'est pas totalement rassurée en ce moment et cela doit lui faire du bien d'avoir quelqu'un avec qui parler.

- J'irais peut-être un jour... Mais il y a déjà tant à explorer sur nos terres. Savez ce qu'il y a plus loin que le désert de Kaze ou les terres de Tsuchi ? Et bien moi non plus et j'aimerais beaucoup aller voir.

Je suis très intéressé par cette conversation finalement, elle est intéressé par mes voyages apparemment. Même si je ne comprends pas ce qu'elle voulait insinuer par une simple femme, mais je n'ai pas pris la peine de relever, après tout ce n'est pas important.

Elle me scrute en me parlant d'elle, de ce qu'elle pourrait être ou ne pas être. Je souris de voir qu'elle semble joueuse, décidément, je rencontre de plus en plus de personnes intéressantes et joueuses depuis que j'ai quitté l'Académie, cela fait plaisir à voir. Quand elle parle des traqueurs de déserteurs, je ne peux m'empêcher de souffler un bon coup. Ces soldats, ils sont pas croyables.

- Certaines personnes ont ce besoin d'avoir un leader qui leur dit quoi faire et donc pour eux, tuer quelqu'un parce que c'est un ordre c'est normal. À qui doit-on le reprocher finalement ? Aux traqueurs ou alors aux Kages ? M'enfin, chacun fait ce qu'il veut, mais jamais tu ne me verras prêter serment à un village que je ne peux pas quitter quand je veux... Toute manière, je plains celui qui sera chargé de me retrouver.

C'est un peu l'avantage d'avoir déserté là d'où je viens, ils semblent beaucoup moins à cheval sur les Nukenin. Ils semblent beaucoup moins s'y intéressés ou alors jusqu'à maintenant, j'ai réussi à me cacher sans le vouloir, car je n'ai toujours pas vu une seule personne à mes trousses. Pire, si ça se trouve j'ai déjà tué un gars chargé de me retrouver et je ne le sais même pas. Je lâche un petit rire en pensant à cette éventualité et j'écoute la potentielle Kirijin qui semble curieuse, encore.

- J'ai des attaches, mais disons que j'ai un rythme de vie assez compliqué pour les voir régulièrement. Je préfère également voyager seul alors il est rare que je demande à ce qu'on m'accompagne. Est-ce qu'elles me manquent ? Parfois ça arrive, mais l'important c'est de savoir contrôler ses émotions et je pratique cela depuis tant et tant d'années.

Depuis tout petit à vrai dire, j'ai dû rapidement apprendre à contrôler mes colères et depuis j'ai appris à contrôler, voir refouler beaucoup d'émotions dérangeantes pour avancer. Même si j'aime les Uzumaki ou que j'aimerais aller voir certaines personnes dans les villages cachés, je ne le fais pas, car je me suis fixé des objectifs. Malheureusement, si je perds du temps à aller voir mes proches, mes amis ou le peu de famille que j'ai et bien je perds du temps sur mes voyages. C'est pour cela qu'il est rare qu'on puisse me voir plusieurs jours d'affilés, je dois toujours partir quelque part.

À mon tour, je me permets de la regarder de haut en bas, comme pour me venger. Je dois dire que la vision est plutôt agréable donc je ne vais pas m'en plaindre. Une jeune femme avec quelques années de moins que moi, sans aucun doute. Physiquement, on voit que c'est une femme entraînée et qui prend soin de son corps. J'avoue que je peux déjà dire qu'elle doit être bien meilleure que moi en taijutsu et je n'aimerais pas me prendre une baffe de sa part et c'est pour cela que mon relooking est rapide, je ne veux pas qu'elle pense que je la mate comme un pervers.

- Que vous soyez seule ou pas, ça m'est égal, à l'instant, vous l'êtes et c'est ce qui compte. Sachez que s'il y a bien une personne à qui vous pouvez parler ici c'est bien moi. D'ailleurs je vais vous dire un truc, approchez.

J'approche mon visage du sien puis mes lèvres de son oreille gauche.

- Il y a souvent des femmes kidnappées ici et c'est pour cela que je regarde un peu partout et surveille le barman.

Je me redresse pour retrouver une distance de discussion normale avec la belle. Je ne la tenais pas au courant car je m'inquiète pour elle, loin de là, je pense que si quelqu'un d'ici l'attaque, il va pleurer. Je lui dit ça pour la rassurer sur mes coups d’œil à droite à gauche régulièrement, je ne veux pas qu'elle se pose trop de question. J'avoue également que c'est pour rapidement balayer le fait que je me suis permis de la regarder de haut en bas. Faut dire qu'elle a de belles jambes.

- Dans tous les cas, si tu as déserté Kiri, sache que je pourrais éventuellement t'aider à te cacher si tu en as besoin.

Je propose mon aide comme ça gratuitement ? Alors là, cela doit être un mélange de son charme qui ne me laisse pas indifférent, ainsi que l'alcool qui doit commencé à faire effet. Ce n'était pas mon premier verre avec elle et nous avons plutôt une bonne descente dans notre discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Jeu des ombres | PV Genkishi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: