Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Aide impromptue, vents tourbillonnants ft. Nara Genkishi


Jeu 30 Nov 2017 - 22:47
Des yeux froids, cernés. Un regard dur, impitoyable. Si d'aventure et d'habitude, Watari était perçu comme un jeune homme avenant, aux fins traits éphèbes, aux yeux si particuliers, d'un bleu nocturne cerclé d'un jaune lunaire, toujours prêts à aider son prochain, avec son air altier mais urbain, cette voix calme, posée, chaleureuse. Mais il n'en était rien. Nous n'étions pas aux douces et paisibles moments qu'ils retrouveraient, lui et les siens, biens plus tard. Pas de festival à Iwa, pas de saké avec Eiichiro lui vantant l'esprit de sa fille, pas d'Ayuka pleine de joie à l'idée de partager un bain avec lui, pas d'intimité et de complicité avec Eirin, pas d'entraînement fraternel avec le tsuchikage, son cousin Chôgen, pas de visite proto colaire avec la fulminante montagne qu'était Akimoto, chef des Borukan, pas de quiétude nocturne pour aider la jeune nomade à récolter ses cendres, pas de thé à partager avec une médecin avec qui il combattrait plus tard.

Non. Rien de tout ça. Kiri. L'Exil. La traque. L'horreur. Le combat. La fuite vers un asile politique, un endroit où ils ne seraient pas opprimés, contraints d’obéir aux velléités anxiogènes, capricieuses, d'un étranger qui avait passé sa vie à servir sur un navire. Où ils ne verraient pas de schizophrénie violente, de relations étranges avec un jeune homme à peine nubile, de femmes perverties, occulophage, traîtresse, possédée par la voix d'un sabre serpentaire. Pas de vieille médecin folle à liée, expérimentant à son profit sur des orphelins victime d'une guerre civile. Deux mondes s’étiolaient entre le groupe des sécessionniste : celui trouble, incertain, paisible, au-delà des montagnes d'Iwa, et les brumes sanglantes, folles, carnassières, de l'endroit qu'il avait fondé dans l'espoir d'y permettre une paix accessible à tous les habitants de l'archipel.

Et en cette étrange période de son existence, Watari, ombre du samouraï, shinobi produit d'un monde contenant son chaos, s'était découvert des tactiques digne des plus grises éminences. Cette rencontre en était une. Le jeune homme c'était installé à une table au fond. Le regard sombre, un air inquiétant rôdait autour de lui et de celui qui partageait sa table. Deux coupes de sakés en disaient bien plus sur les deux silhouettes. Le samouraï masquait sa véritable apparence sous une longue cape avec capuche. Personne ne devait reconnaître ses armoiries. Posant une bourse sur la table, il laissa s'échapper. Époque troublée que nous traversons. Surtout en ces lieux où la paix est relative. C'était une manière de dire sans l'usage d'un langage vernaculaire que ce pays était comme un goulot d'étranglement où proliférait l'instabilité politique, celle-là même qui faisait le vivier fertile du terreau du Soshikidan, ceux qui deviendraient par la suite des ennemis affichés du samouraï, en même temps que son ancienne patrie. Quelqu'un m'a dit que vous et moi pourrions avoir affaire ensemble et que nos intérêts... Pourraient coïncider.

Calme, froid, les discussions sont tardives ici. Peu de gens écoutent les paroles des uns et des autres. Chacun est sur ses gardes, enfermés dans la bulle de ses affaires. Silhouette encapuchonnée, Watari ne laisse rien transparaître, pas même le fait que l'une de ses mains est toujours à proximité de son sabre, que celui-ci soit prêt à mordre les chairs en cas de danger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Ven 1 Déc 2017 - 18:17
Il est n'est pas rare que des gens viennent à ma rencontre intentionnellement pour me demander service. Il faut dire que depuis le temps que je suis ici, je commence à avoir gagner en réputation auprès des gens, surtout que la plupart du temps, je ne demande pas d'argent. Vous savez, l'argent ça va ça vient, en vérité, je m'en sers très peu sauf pour aller à l'auberge donc en soit, j'ai toujours une petite fortune de mes parents. Ce que je demande la plupart du temps, ce sont des informations, la connaissance, il n'y a que ça de vrai. Que ce soit par passion ou par puissance, il est toujours important d'avoir des indices sur des lieux à visiter ou mieux, des informations contre certaines personnes. J'avoue, que quand je sais d'où viens la personne qui vient me voir, je ne peux m'empêcher de demander des détails sur des personnes qui m'intéressent et qui viennent du même endroit. Au final, avoir des idées même très vague sur un potentiel adversaire est toujours ça de gagné d'avance.

Ce soir, j'étais encore dans l'auberge suspecte et un homme s'est assit à côté de moi. Je vois son sabre directement, il est rare que je ne remarque ce genre de détail. Il ne me permet même pas de voir son visage, alors il faut bien que je fasse attention aux autres indices. Sabreur ? Samourai ? Je ne sais pas réellement, c'est malheureux. M'enfin, je sais qu'il n'est pas là pour me tendre un piège ou quoi que ce soit. C'est une autre raison de garder mon secret de clan, un adversaire qui ne me connait pas ne peut pas prévoir de tactique contre moi. Je le vois poser une bourse sur la table que je regarde rapidement d'un coin de l’œil et je le laisse parler en premier.

- J'essaye de la maintenir, gardez votre argent, cela ne m'intéresse pas. Dîtes moi plutôt, Samourai de Tetsu ou Sabreur de Kiri ?

Je suis direct ? Sans doute un peu trop, je vous l'accord, mais je profite de deux choses. Premièrement, il y a beaucoup de monde et lancer un combat ici serait ambitieux, trop pour une homme qui me cache son visage. Deuxièmement, il a besoin de moi, moi pas, alors j'ai l'avantage dans cette conversation et j'aime le faire comprendre rapidement. Même si je suis plutôt quelqu'un de calme, avec qui on peut discuter tranquillement, j'aime toujours avoir un pas d'avance. Cela dit, il me parle d'intérêts qui coïncides, intéressant, je suis curieux de voir de quoi il parle.

- Que savez-vous de mes intérêts ?

J'ai un ton tout aussi froid que le sien. Il veut instaurer une ambiance de la sorte, je peux la suivre sans aucun problème. En soit, dans ce genre d'endroit, c'est légitime et je le comprends, moi je suis plutôt habitué à vrai dire. Je prends tout de même ma coupe en la levant vers lui pour trinquer.

- Genkishi.

J'aime connaitre le prénom de la personne avec qui je bois un coup et j'essaye de lui extorquer le sien en donnant le mien en premier. La plupart du temps les gens suivent car ils se sentent en sécurité après avoir mon prénom, mais des fois, il y a des gens plus tenace, avec qui il faut discuter un peu plus. Alors épéiste, dévoile moi qui tu es.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Ven 1 Déc 2017 - 19:32
Très bien. Dit-il en rangeant la bourse d'un geste rapide mais assuré. Il avait face à lui quelqu'un qui ne cherchait pas l'argent. Peut-être était-ce simplement donc quelqu'un qui ne travaillait que pour ne pas s'ennuyer. Peu importe ses raisons, au final. Watari savait qu'au final, cet argent servirait pour un autre stratagème qui visait à creuser la distance entre lui et ses potentiels traqueurs. Il cherchait à déterminer pourquoi il portait un sabre ; la référence aux sabreurs lui intimait qu'il ne savait probablement pas à quoi ressemblait les épées de ces-derniers. Il comptait rester le plus anonyme que possible. Émissaire du Tenmonshirô. Qu'allait-il pouvoir bien répondre à ça ? Probablement pas grand-chose, hormis acquiescer. Ce lieu n'était pas très connu du grand public. Il se demandait bien ce qu'il pourrait répondre à ça.

Quant à ses intérêts... Ce lieu est un repaire où l'argent monnaye les informations et inversement. Après tout, ces auberges-là comportaient de nombreux informateurs zélés et de mercenaires prêts à de nombreux services, pour pouvoir se nourrir ou se loger. Il semblait l'inviter à révéler son identité, peut-être sous la pression de cette coupe de saké. Watari porta lui aussi un toast et révéla son identité : Tatsunori. Reposant sa coupe pratiquement pleine, toujours aussi froid et distant, Watari fixa le dénommé Genkishi en lui remplissant à nouveau la sienne. Alors, Genkishi : quel sera votre prix ? Insista-t-il. Il voulait en savoir plus sur son identité, mais il pouvait tout aussi bien ne rien révéler et s'éloigner de la table si jamais son interlocuteur continuait de négocier sans rien lui proposer de viable ou d'intéressant pour ses propres intérêts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Ven 1 Déc 2017 - 19:51
Mystérieux, j'aime ça. Je n'obtiendrais pas des informations aussi facilement à ce que je vois. Tant mieux, j'aime les joueurs, c'est toujours plus satisfaisant quand on arrive à avoir des détails qu'il ne pensait pas donner. Je souris en coin et je le laisse parler, ce fameux Tatsunori semble pressé. Il me parle directement de mon prix sans même me parler de ce qui l’emmène à moi. Ironique, pourquoi il agit de la sorte ? Encore un de ses voyageurs pressés et qui souhaite aller plus vite que la musique. Ce que je dois savoir, c'est pourquoi il semble si froid et si pressant. Comment je procède ? Je prends mon temps pour le taquiner un peu ou alors je continues d'y aller direct ?

- Avant de parlez d'un prix, il faudrait déjà que vous m'expliquez pourquoi vous semblez si pressé, nerveux et que vous vous cachez ? Vous êtes recherché ?

Je ne vois que ça ou alors il est comme ça naturellement et là, je le plains totalement. Vous imaginez vous ? Restez stoïque, caché et stressé comme ça tout le temps ? Je me ferais un ulcère. Je ne vois pas grand chose d'autre qui pourrait correspondre à son profil, mais après par qui ? Pour quelles raisons ? Ça je l'ignore, mais je finirais bien par le savoir.

- Avant que vous répondiez, sachez, que mon prix sera des informations, mais pour cela, je dois en savoir plus sur vous.

Allez, dis moi d'où tu viens, dis moi ce que tu fais et pourquoi tu agis comme ça. Avec tes mots, je te trouverais un prix. Pour cela, cet homme doit réfléchir à ce qu'il va me répondre. Je n'ai pas besoin de perdre mon temps s'il n'est pas intéressant, mais son attitude et sa dégaine me donne envie d'en savoir un peu plus sur lui. Il ne ressemble pas aux clients que je vois régulièrement ici ou même aux mercenaires, il est sans doute la personne la plus intéressante à qui parler ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Ven 1 Déc 2017 - 21:24
Votre question est amusante. Quelqu'un qui n'a aucun ennemi n'existe pas en ce monde. Qui plus est, quelqu'un qui dissimule est rarement quelqu'un qui peut se targuer n'avoir aucun ennemi. Watari avait esquissé un sourire provocateur. Nerveux, Watari ne l'était pas réellement. Son attitude, froide, calme et soucieuse, cachait bien des angoisses qui n'avaient rien à voir avec ses poursuivants. Non, il restait soucieux, inquiet, mais pas nerveux. Son excès de prudence était-là pour se prémunir des dangers qui parsemaient les fugitifs d'un ancien village. Point d'excès : prudence est mère de de sûreté.

Je pourrais fournir des informations sur les miens, si vous m'assurez pouvoir les retarder. Chaque mot était bien choisi pour ne révéler que ce qui était nécessaire. Après tout et jusqu'à preuve du contraire, il était face à un potentiel ennemi. C'était un étrange duel de rhétorique où chacun tentait des coups pour en obtenir le plus de l'autre en s'exposant le moins possible. Reprenant une petite gorgée de son saké, Watari le fixa quelques instants, pour essayer de lire en ce regard si particulier. Contrairement à lui, son interlocuteur semblait particulièrement à l'aise à l'idée de ne pas totalement dissimuler son identité. C'était probablement qu'il avait des moyens de s'échapper. Des moyens que lui, n'avait pas réellement. Il n'était pas réellement un shinobi après tout. Il était un homme qui s’épanouissait, non pas dans les ombres dans lesquelles il était forcé de se dissimuler actuellement, mais sur un champ de bataille. C'est pourquoi il était comme ce fantôme anonyme actuellement.

Que pouvez-vous faire pour cela, Genkishi ? La réponse à cette question serait décisive. Seulement, et seulement si son interlocuteur pouvait lui offrir des moyens de les ralentir, alors il pourrait envisager d'en savoir plus. Envisager d'avoir des informations précieuses sur les mystérieux poursuivants de celui qui prenait le nom de son tigron pour demeurer anonyme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Ven 1 Déc 2017 - 22:16
Quelqu'un qui n'a aucun ennemi n'existe pas dans ce monde ? Peut-être qu'il a raison, je ne sais, à vrai dire si j'y réfléchis bien, est-ce que j'ai des ennemis ? Sans doute oui, avec les actions que j'accomplis, je dois bien m'en faire et puis si ça se trouve je dois bien avoir quelques personnes de l'Académie qui me recherche, mais à vrai, je ne me sens pas vraiment poursuivis ou en danger constant. Non à vrai dire c'est plutôt le contraire, je me sens un peu trop paisible. Des fois, j'ai même l'impression de faire un peu trop attention par rapport au danger qui se présente, mais que voulez-vous, je suis comme ça. Là, à son comportement, ce n'est pas n'importe qui, qui le recherche et même s'il semble vouloir diminuer les faits, je reste persuadé que c'est quelque chose de gros.

Enfin il me dit quelque chose d'intéressant, il pourrait éventuellement me parler des siens. Il fait très certainement référence à l'endroit d'où il vient et s'il veut que je les ralentisses, alors c'est qu'ils sont soit nombreux, soit réellement dangereux. Je ne serais pas étonné d'apprendre qu'il a déserté un village caché, c'est souvent les fuyard de ces endroits qui ont chaud aux fesses. Cela devenait intéressant, mais pour savoir comment procéder je dois savoir beaucoup de chose. Quel Pays, quel village, quel clan, tout, je ne peux pas promettre de réussir mon coup si je n'ai pas plus d'informations, mais ça, je ne dois pas le montrer tout de suite. D'abord je dois le mettre en confiance, je dois lui prouver que je peux faire quelque chose pour lui.

Réfléchis... Réfléchis, tu as quelques secondes pour trouver un plan intéressant. À vrai dire, sans plus d'informations, je ne peux pas trouver quelque chose d'intéressant, mais je dois bien pouvoir appâter le poisson.

- Il y a beaucoup de choses qui peuvent se faire vous savez, tout dépend de qui je dois ralentir.

Et c'est là qu'un plan pour en savoir plus arrive.

- Si vous me dîtes que c'est Hanzo du Torrent qui vous poursuit, je fonctionnerais autrement que si c'est Metaru Shuuhei. Pas le même profil, pas les mêmes stratégies à adopter.

J'ai cité deux noms connus de deux des trois grands villages. Deux hommes que j'ai côtoyé pas mal de temps et ils sont tellement différents que je fonctionnerais certainement pas de la même manière pour gérer cette situation. J'aurais pu citer un grand homme d'Iwa, mais je ne suis pas encore aller là-bas, je n'en connais pas vraiment. À chaque prénom que j'ai donné, j'ai bien regardé le peu de visage que je pouvais voir pour essayer de repérer le moindre rictus qui me prouverait d'où il vient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Mer 6 Déc 2017 - 11:28
Ils n'avanceraient pas s'ils restaient tous les deux dans les ombres par lesquelles ils se dissimulaient. Celui à qui il parlait ne pourrait pas agir sans connaître un minimum les dangers qu'il aurait à relever s'il souhaitait réellement s'y confronter et Watari avait peu envie de se confier à quelqu'un qui n'était pas de confiance. Encore plus lorsque l'on se situe dans le chaotique pays ravagé par les flammes de guerres civiles et du terrorisme du Soshikidan. Il devait choisir entre prendre des risques ou ne pas en prendre, au final. Prendre le risque d'être trahi et de devoir rajouter des ennuis supplémentaires, ou au contraire, n'en prendre aucun et devoir gérer seul ceux qui les suivaient. Se laissant aller à un commentaire plus détendu, le jeune samouraï lâcha alors : Sauf à être un shinobi doté des techniques du clan Nara, ralentir nos poursuivants s'avérera être surtout une question de force.

Malgré son manque de connaissance sur les différents clans ninjas, le chef du Soshikidan avait fait poindre de nombreuses rumeurs sur ses capacités et les fantasmes sur sa capacité à paralyser par les ombres n'étaient pas totalement inconnues à l'épéiste qui se faisait passer pou un autre. Il ne savait pas en revanche qu'il mettait par hasard le doigt sur quelque chose de particulièrement opportun sur son interlocuteur. Dans le même temps, il avait cité quelques grands noms. Metaru Shuuhei lui était inconnu, mais pas Hanzo... Qui fut un de ses rival, du passé. Il n'avait pas eu le temps de recroiser le fer qu'ils étaient devenus ennemis. Fondateur reniant le village qu'il avait fondé et patriote buté, ils formaient un duo étrange. Plutôt que de la surprise, son regard s'était frappé d'agacement. Je ne sais combien nous poursuivent. Ni s'ils ont envoyé quelqu'un à notre poursuite. Un clan fondateur des brumes a décidé que l'entente fondatrice n'était plus.

Il ne répondait pas, mais en disait suffisamment pour que son interlocuteur puisse lui-même déduire les risques qu'il entreprendrait s'il s'avançait comme opposant des traqueurs de la brume. Si l'équipe avait été finalement constituée ? Il faut dire qu'à Kiri, les troubles politiques et les mésententes faisaient que rien n'avançait comme il le fallait, en temps et en heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Mer 6 Déc 2017 - 16:57
Sans rien du tout laisser transparaître sur mon visage, je ne peux m'empêcher de rire dans ma tête quand il parle de techniques du clan Nara. Il n'est pas au courant et cela m'amuse beaucoup de voir que certaines personnes connaissent mon clan, mais pas forcément tous les membres. Tant mieux, j'ai toujours mon avantage tactique sur lui. Bien que je n'ai pas du tout l'intention de m'attaquer à lui, c'est toujours pour le mieux d'être avantagé de la sorte. Avec ce qu'il dit en plus, je suis maintenant quasiment sûr qu'il n'a aucun doute sur mes origines. Sauf qu'il a peut-être en partie raison, mais il y a d'autres manières et techniques pour immobiliser quelqu'un. Même si les techniques Nara sont sans doute les meilleures dans ce domaine, il ne faut pas sous-estimer le reste.

- Je ne suis pas totalement d'accord, il y a de très bonnes techniques d'affinités pour remplir ce rôle.

Voilà, maintenant peu importe ce qu'il dira, il ne pourra pas s'empêcher de penser que j'ai quelques atouts dans ma manche. D'un côté il se méfiera encore un minimum de moi et de l'autre il me fera un peu plus confiance pour potentiellement réussir ce qu'il me demande.

Alors il ne sait pas du tout combien de personne les poursuivent ? Très bien, cela veut dire qu'il vient forcément d'un village. Sans plus aucun doute, Kiri no Kuni, le village de Hanzo. Il vient de parler d'un clan des brumes, alors c'est bien Ayuka qui lui a parlé. Cela complique grandement les choses à vrai dire. S'il ne sait pas qui les poursuit, il ne peut ni me confirmer ou m'infirmer si le Torrent est de la partie ou pas. Pour l'instant je n'ai pas assez d'informations, mais sa demande semble mal partie pour que je lui offre mes services. Ce serait foncer droit dans le mur et la mort si j'essaye quoi que ce soit contre eux.

- Donc vous êtes incapable de me dire si Hanzo vous poursuit ou non ? Parce que je ne ferais rien contre un ancien sensei.

J'ai ce qui s'appel de l'honneur. Je respecte cet homme qui m'a apprit beaucoup. Il m'a aider à maîtriser complètement mon affinité. Sans lui, je ne pourrais pas me battre comme je le fais, je serais encore en train de dévoiler à tout le monde que je suis un Nara. Alors par respect et honneur pour lui, jamais je lui barrerais la route. Par contre, pour ce qui est de ces compagnons de Kiri, je n'aurais aucun scrupules, si on me donne de bonnes raisons de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1690-nara-genkishi-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t1871-nara-genkishi-le-carnet-d-un-errant#12149 http://www.ascentofshinobi.com/u387

Jeu 7 Déc 2017 - 13:27
Il n'affichait rien sur son visage, comme s'il cherchait à contenir tout ce qu'il pouvait ressentir. C'était une étrange sensation ; il devait être particulièrement doué dans les jeux d'argents qui fournissent une partie de l'activité de ce genre d'établissements, mais pour lui, quelque chose clochait. Avait-il un rapport avec les Nara ? Les connaissaient-ils ? S'il ne pouvait pas du tout confirmer cette théorie et s'il n'avait aucune preuve que cela put être le cas, il avait pourtant une légère sensation intérieure que quelque chose clochait. Le fait est qu'il cherche par la suite à l'aiguiller sur d'autres techniques d'immobilisations pouvait être tout à fait innocent, mais dissimulait sous sa capuche, le for intérieur de Watari doutait. A qui avait-il affaire ? Quelqu'un de bien trop secret à son goût dans tous les cas. Cependant, il répondit sur le ton de la conversation ; pas besoin de lui partager ses suspicions avec un potentiel ennemi, à défaut d'avoir pu en faire un allié.

Hélas pour moi, les arts ninjas ne sont pas ma spécialité. Il fit une pause avant d'ajouter : C'est pourquoi je vous croire sur parole et que vous avez dû faire preuve d'inventivité à ce sujet. Encore un mensonge éhonté. Watari ne disait pas totalement la vérité ; il était même plutôt ingénieux quand il s'agissait de développer des techniques d'épéisme en combinant les arts ninjas et sa maîtrise innée des souffles, des respirations de ce monde. Peu importait au final. La suite eut de quoi au moins lui faire remarquer qu'un sourcil s'était haussé quand son jeune interlocuteur s'était présenter comme l'élève de son ancien rival. Je ne suis pas là pour vous dire si mon ancien rival sera lancé à notre poursuite ou s'il restera pour tenter d'endiguer la situation là-bas. Mais si vous ne pouvez rien faire pour moi...

Watari, la main toujours prêt à dégainer, commença à se relever lentement, sur le départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Aide impromptue, vents tourbillonnants ft. Nara Genkishi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: