Partagez | 

On s'y met enfin ? [Ft. Tobirama]


Sam 2 Déc 2017 - 17:43
Un craquèlement se fit entendre tandis que le rondin de bois se fracassait sous l’impulsion du dernier coup que j’avais donné. Ma cible détruite, je regardais mon poing en lâchant un soupir déçu. Ces derniers temps, j’avais constaté avec une certaine exaspération que si mes capacités d’esquives étaient bonnes, ma résistance en cas de coup dur était totalement médiocre. J’ai bien sûr forgé mon corps à l’aide du Taijutsu afin qu’il puisse mieux encaisser, mais ça s’arrête là. Je n’ai pas d’armures comme Itagami ou de peau modulable comme Shojito. Pourtant, je sentais que mes capacités me permettaient ce genre de choses. A un stade complétement moindre que les deux personnes que je venais de citer, mais je ne cherchais pas – encore – à résister à toutes les attaques. Chaque chose en leur temps, et pour le moment, je n’étais pas suffisamment bon pour développer une technique potable.

Je m’asseyais un moment afin de me plonger dans une réflexion concernant ce sujet. Le Kiseru en bouche, je profitais également pour récupérer un peu mon souffle après cette session. J’étais toujours un peu abîmé après ma mission avec Itagami et Shojito donc je me fatiguais plus vite que d’habitude, surtout que ma réserve de chakra était toujours aussi naze. Elle s’améliorait petit à petit, c’est clair, mais si je voulais utiliser plus efficacement ma nature Futton, ça n’allait pas le faire.

Cependant, mes pensées ne durèrent pas longtemps. Je fus en effet abordé par une voix qui sonnait familière. Une petite voix, celle d’un enfant. Et en effet, ce n’était nul autre que le jeune Aihzen Tobirama, le jeune garçon adepte du Kamiton qui travaillait - et vivait ? – dans un orphelinat avec son grand-père. Je ne m’attendais plus à le voir en vérité.

- Oi petit. Eh ben, ça doit bien faire plusieurs semaines.


Je me levais dans un mouvement las et fis un pas dans sa direction tout en enfonçant une main dans la poche.

- Alors. On s'y met enfin ? Ou le temps te manque toujours ?

L’air de rien, je pouvais comprendre qu’il n’était pas venu plus tôt. Le p’tit se levait aux aurores pour faire des courses pour l’orphelinat. Et ce n’était sûrement pas la seule tâche qu’il effectuait pour aider son grand-père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Lun 4 Déc 2017 - 10:48

Déprimé et déçu. C’était le sentiment qui emplissait l’Aihzen ces dernières semaines. L’organisme un peu fragile de son petit frère, peut-être à cause de sa capacité spéciale, l’avait rendu très malade. Depuis, impossible pour le genin de s’entrainer, et donc d’enfin revoir le ninja auquel il avait donné rendez-vous. Son grand-père n’avait pas manqué de se rendre compte de la situation. Aujourd’hui, ce dernier avait décidé de prendre les choses en main.

— Tobirama, tu viens, j’aimerais que l’on parle toi et moi, tu veux ?

Sans broncher, le gosse avait suivi son grand-père jusque devant l’orphelinat.

— Dis-moi, tu te souviens de ce que je t’ai dit au sujet de Sora et toi ?
— Bien sûr ! Jamais je le laisserai tomber, ne t’en fait pas grand-père.
— Là n’est pas la question Tobirama. Je te connais suffisamment pour déjà savoir cela. Cependant… Cela ne peut pas se faire au détriment de toi-même, ce n’est pas juste sinon.
— Qu’est-ce que tu veux dire ?
— Il ne faut pas que tu mettes ta propre vie et ton existence en pause parce que ton frère est malade. Je peux m’occuper de lui, et de l’orphelinat sans toi tu sais. J’apprécie beaucoup ton aide. Ce n’est pas que je veuille te chasser, ou bien me débarrasser de toi, mais… Il faut être honnête avec soi. Et tu ne tiens plus en place ici. Le vieux moine posa sa main sur l’épaule du genin en lui souriant.
Tu m’as parlé de ce shinobi que tu as rencontré l’autre. Tu devrais aller le voir.
— Mais… et Sora ?
— Il n’est pas en état. Le moment venu, vous aurez votre chance. Et tu sais, dans le fond, c’est peut-être mieux pour toi de prendre ton indépendance.

Le blond acquiesça. Il était content que le vieux Butsuma lui dise cela. En fait, cela le taraudait depuis quelques jours, mais il n’osait pas l’évoquer. Ainsi donc… Son grand-père était d’accord pour il poursuive son enseignement, mais sans Sora… Cela donnait au genin un sentiment étrange de culpabilité. Il restait figé au milieu de la cours de l’orphelinat, face au moine.

— Vas mettre ton armure immédiatement, et rejoins le terrain d’entrainement qu’il t’a indiqué, conclut ce dernier, face au gamin béat.
Allez, exécution Tobirama.

Le susnommé grimaça, avant d’enfin se décider. Courant dans les couloirs de l’orphelinat jusqu’à la penderie où était rangé ses affaires de combat. Il se déshabilla et enfila alors son kimono sombre, retenu par des emmanchures en large résille. Il enfila des sandales plus adapté, puis se muni de son armure. Il décrocha son happuri avec l’emblème de Kumo, il était paré.
Tobirama avait beaucoup de chance. Le chūnin qu’il espérait retrouver ici était déjà là. Il l’observa travailler un peu. Peut-être que ce grand bavard de Tobirama, était aussi un peu intimidé par le grand manipulateur de vapeur.

— OI M’SIEUR AKAHOSHI !

L’Aihzen ne savait pas quoi dire d’autre. Il cachait derrière ses excès, pour ne pas montrer sa gêne au plus vieux. Peut-être que celui-ci l’avait oublié… Ou bien, était-il déçu, le blond avait mis la barre haute lors de leur première rencontre ? Mais il n’en était rien. Le chūnin avait-il senti cette gêne dans le fond ? Seul lui le savait, mais n’allait pas chercher des poux dans la tête du gamin. Pourtant, ce dernier n’aimait pas le fait que les autres personnes puissent penser qu’il était flemmard, ou du genre à repousser les choses, ou simplement ne pas être fiable… Rapidement, il se justifia donc, avant de passer aux choses sérieuses.

— Je… Mon frère est tombé très malade. Il ne pourra pas venir pour longtemps je crois… Mais mon grand-père m’a dit qu’il fallait que je vienne vous voir…

Le genin laissa un temps trop court pour que le chūnin puisse répondre, il composa ses mūdras et enchaina directement sur une première technique.

— On a assez perdu de temps vous avez raison ! Kami Bunshin no Jutsu !

Résumé du tour:
 

_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Lun 4 Déc 2017 - 20:31
Son frère était visiblement tombé malade. La mauvaise nouvelle semblait l’affecter vu son visage. On voyait bien qu’il le cachait, mais on ne trompe pas facilement des yeux qui ont connu plus d’emmerdes que de bons moments. Cela dit, il ne semblait pas abattu pour autant. Il m’avait longuement parlé de son fameux grand-père, qui semblait être un véritable modèle pour lui. Il n’est pas étonnant qu’il soit venu d’après ses instructions plutôt que de sa propre initiative.

- J’vois. J’espère qu’il sera vite remis sur pied alors. Ton grand-père a bien fait de te secouer un peu. J’pense bien que c’est un peu compliqué pour toi mais faut pas combattre son stress. On perd toujours.

La phrase avait un fort sous-entendu. J’avais combattu longtemps contre ma tête et j’ai failli y laisser ma vie. Trois fois, pour être exact. Je ne voulais pas spécialement faire peur à Tobirama, mais juste lui faire comprendre ce qu’il savait déjà : Il devait plutôt prendre exemple sur son grand-père dans ce genre de cas épineux.

M’enfin, assez des pensées inutiles : place à l’action. Tobirama initia le combat en créant des clones conçus grâce à son étrange talent lié au papier. Il était fort à parier qu’il pouvait les manipuler si les clones venaient à se faire détruire. Et pour être honnête, j’étais assez curieux de voir comme il pourrait gérer si l’opportunité venait à se présenter pour lui. Mais, bien sûr, si je me laissais faire ainsi, il fallait bien que je le surprenne durant le combat. Ainsi, en guise d’ouverture, j’invoquais Suzaku, qui, cigare en bouche, s’éleva à grande vitesse dans les airs avant de devenir que difficilement observable pour des yeux forcés à se focaliser sur un combat.

Pour ma part, je m’avançais lentement, d’un pas lourd et rapide, faisant vibrer chaque maillon des chaînes qui pendaient à mes bracelets de prisonniers. Aucune attaque pour le moment de la part de l’Aihzen, dans ce cas…

Dans une posture lasse mais agressive, je vins promptement bouger l’entièreté de mon bras dans le premier clone, l’accompagnant jusqu’au sol et répandant plusieurs feuilles tout autour en raison de la violence du choc. Je me relevais ensuite avec la même rapidité et chargeais le deuxième clone, logeant d’abord un uppercut dans son menton accompagné d’une large frappe du pied venant écraser les côtes artificielles du Tobirama de papier. Enfin, je pris le dernier dans une série de coups de poings qui le détruisit également. J’étais désormais débarassé de sa première technique, mais au milieu de dizaine, voire de centaine de morceaux de papier.

- C’est tout ?


Je le provoquais, conscient qu’il avait beaucoup de choses à montrer encore. Mais je voulais voir quelle serait sa réaction suite à la destruction de ses trois clones de papiers. Et puis, il ne devait pas perdre de vue Suzaku et je l’aidais d’ailleurs d’un regard dans le ciel qui servait de message inconscient à sa vigilence.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mer 6 Déc 2017 - 23:39
Le grand chūnin, non sans commencer par adresser un message à l’égard du frère adoptif de Tobirama, n’en démordit pas. Bien sûr, attentif, il glissa aussi quelques mots pour le blond, mais lorsque ce dernier engagea le combat en formant ses clones de papier qui foncèrent sur l’Akahoshi, celui-ci invoqua un précieux allié. Le genin était belle et bien stupéfait de l’apparition du cacatoès rose, cigare dans le bec, qui fonça dans les cieux. Néanmoins, ça n’était pas la première fois qu’il voyait une invocation. Son grand-père avait jadis signé un pacte avec Kagome la vieille tortue. Le chūnin ne s’arrêta pas là, puisque Tobirama laissait faire, il pulvérisa rapidement chacun des clones par un enchaînement de coup plutôt simple qui ne devait pas beaucoup fatiguer un combattant comme lui. Lorsque ce dernier conclut par une volontaire petite provocation à l’adolescent, celui-ci esquissa un grand sourire.

Prestement, il enchaîna un grand nombre de mūdras. C’était l’un des atouts du genin, il s’était énormément entraîner pour cela, et sa rapidité dans la composition des mūdras était probablement enviable même pour beaucoup d’adulte expérimenté. De son regard perçant et hétérochrome, il regarda Hisao et annonça enfin ses techniques.

— ORIGAMI GURIFIN ! SAKKAKU NO CHŌ – ICHI NO DAN ! KAMI NO YOROI !

Et soudain… À une vitesse déconcertante, les trois tas de papiers laissés par la destruction des clones de papier se sont meut. Le plus proche d’Hisao, forma un nuage de petits papillons qui tournoyait entre les deux shinobis, formant comme un écran entre eux. Était-il possible que l’adulte ce soit imaginé une seule seconde qu’il ne fallait pas les regarder ? Un autre petit tas de feuilles se rapprocha de Tobirama, elles s’assemblèrent alors provisoirement avant de se replier rapidement en un origami d’une taille d’adulte. L’origami en question était un griffon de papier sur lequel le genin sauta d’un bond avant de s’élever dans les airs. À l’aide d’un flux de chakra entre lui et le griffon de papier, il était plutôt bien accroché. Les feuilles restantes se rapprochaient de manière vive et fluide du rasta. Elles aussi allaient progressivement prendre forme. Sans réaction de la part de la cible, c’est une véritable armure de papier que le genin est capable de former autour de sa cible.

De son côté, sur son griffon de papier, le genin n’y prêtait qu’une attention secondaire. Il avait un autre adversaire, l’invoqué. D’ailleurs, il ne manqua pas de le héler à son approche. Un animal qui parle ? Cela ne lui faisait pas peur, habitué avec Kagome.

— Hey ! Salut toi ! T’as un nom ? Moi c’est Tobirama ! Tu crois que ton invocateur va s’en sortir ? Toi, je sais pas trop… Vu que tu es un oiseau… Tu dois avoir du fūton… et ça c’est pas génial pour moi… Désolé… Je sais que je parle trop, conclut-il avec un sourire pour l’oiseau.


Résumé du tour:
 

_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama


Dernière édition par Aihzen Tobirama le Dim 24 Déc 2017 - 11:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Dim 10 Déc 2017 - 11:35
Hm… c’est que le jeune Aihzen n’a pas ménagé son entraînement en ce qui concernait les sceaux. Ses mains étaient rapides pour l’exécution des mudras, l’aidant beaucoup dans des situations où il faut réagir vite. A son âge, on en prétend pas être aussi rapide dans ce genre de domaine. Loin de là. Mais c’est ce qu’il en faisait qui était intéressant. Mes yeux ne savaient pas où se poser : comme prévu, ses clones n’étaient que des déclencheurs à sa tactique de combat. L’un devint un être ailé, l’autre devint une armure qui s’imposa sur moi et le dernier se transforma en plusieurs papillons venant m’agresser.

Pas mal, mais inutiles. Mes poings s’écrasèrent sur chacun des papillons, réduisant leur nombre…

- Hm ?

Qu’est-ce que ça voulait dire ? Comment Tobirama pouvait être assez expérimenté pour reformer chaque papillon en plus de les multiplier ? Mes coups étaient précis et tranchants, mais rien à faire : le papier se reformait. Les papillons toujours plus nombreux bien que pas spécialement agressifs, je pensais à utiliser mon Fushoku Hani, mais Suzaku en avait décidé autrement.

- Tu ne vois jamais rien, Hisao-Zo.

Il fusa sur mon avant-bras et me lacéra la peau. Assez pour me sortir de ce qui était visiblement un genjutsu, mais assez doucement pour ne pas me causer trop de dégâts. C’était là ma force avec ce kuchiyose, nos compétences étaient tout simplement complémentaires et il était impossible que l’œil perçant de Suzaku ne remarque pas l’artifice de l’Aihzen.

- Merci, Suzaku.


Il ne tarda pas à s’envoler à nouveau au niveau du griffon de Tobirama. Le garçon l’avait provoqué sur ma situation, mais désormais, cigare en bouche, c’était le cacatoès qui riait.

- Tu vas devoir faire mieux, Tobi-bi. Surtout si tu commences à me donner des indices. Déjà que moi seul, je te mets la misère…

Il se montrait volontairement agressif et taquin. C’est dans l’adrénaline qu’on puisait ses forces, et on ne peut pas le faire si notre esprit est toujours au repos. Il faut avoir le mental clair, mais pour évoluer, il faut déjà débloquer chacune de nos facultés, chacune de nos capacités et chacune de nos compétences cachées.

Au sol, le Kiseru en bouche et l’armure de papier autour du torse, je décidais de ne rien faire et de la garder. Je désirais voir comment il réagirait. Avait-il du Katon ? Avait-il des techniques capable d’étouffer, de stranguler un ennemi pris dans son papier ? Je voulais voir où sa créativité nous menait. Et pour ça, rien de mieux que de stimuler son imagination. Suzaku volait à ses côtés tandis que moi, je faisais éclater une bombe fumigène autour de moi. Comment allait-il réagir à ça ?

- Prépare-toi, Akaho-koko va bientôt bouger.
lançait l'oiseau à Tobirama.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Dim 24 Déc 2017 - 16:50
Le cacatoès n’était pas resté sans rien faire. Traversant de nouveau les cieux, il commença par sortir le chūnin du genjutsu dans lequel il était plongé, avant de remonter à la hauteur de Tobirama, pour lui répondre. Réponse qui amusa le genin, parfaitement conscient du niveau du rapport de force les séparant. C’est d’ailleurs bien pour cela qu’il avait choisi la voie des airs. Certes, le blond n’était pas toujours très bon stratégiquement, mais il connaissait des règles élémentaires. Séparer des ennemis trop forts pour soi en faisait partie. Il n’en restait pas moins que même en un contre un, il avait peu de chance de briller. Mais… ça chance était là. Le volatil donna lui-même une indication. L’Akahoshi n’allait pas rester sagement à attendre, rien que la fumigène qu’il venait de déclencher le présager. Qu’allait faire l’Aihzen ? Pour commencer, il fallait se dégager du caillou dans sa botte, Suzaku. Après un sourire à l’oiseau, il fit monter encore son Griffon dans le ciel.

— À la revoyure l’ami !


Il savait qu’il allait probablement le suivre, et déclencha de nouveau plusieurs techniques en même temps. C’était un nouveau risque, mais il n’avait pas trop le choix. Il commença par laisser sa bombe fumigène exploser lui aussi. Ainsi, caché pour quelques instants précieux derrière le nuage provoqué par cette dernière, il utilisa de nouveau les papillons illusoires, qui ne manqueraient pas de divertir l’oiseau. Il enchaîna avec un nouveau clonage, ne créant que deux clones cette fois. Il devait économiser son chakra un minimum. La technique suivante ? De nouveau un Griffon. C’était essentiel à son plan. D’un saut, il échangea de position, grimpant sur le griffon qu’il venait de générer afin de brouiller les pistes. Les deux clones sur le second griffon foncèrent tout droit sur chūnin. Quand l’origami fut suffisamment bas dans le ciel, l’un des clones se redressa pour bondir en direction de l’Akahoshi poings serrés.

— HII–SAA–OOO ! S’éraillait le clone en fonça sur celui qu’il appelait.

Mais il ne fallait pas s’y tromper, si la manœuvre paraîssait stupide, elle caché un secret. Le clone fonçant sur sa cible, avait dans le dos, accroché à la ceinture de son kimono, un kunaï muni d’un parchemin explosif, prêt à exploser aux moindres chocs. Ce n’était jamais qu’un petit leurre. Tout comme l’autre clone et son griffon, qui eux gardèrent leurs distances, et s’éloignèrent même un peu plus.
Là-haut, dans le ciel, Tobirama surveillait l’invoqué. Allait-il tomber dans le genjutsu ? Si tel était le cas, le genin savait quoi faire. Si cette ruse ne marchait pas, alors, non sans laisser un cadeau à l’oiseau, le blond plongera dans le vide. Tenant le second griffon prêt à le récupérer au vol. Il laisserait alors le cacatoès avec l’autre griffon, et… le petit cadeau…

Résumé du tour:
 

_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Mer 27 Déc 2017 - 15:18
Maudits papillons de papier. Suzaku avait été suffisamment ralenti et distrait pour laisser à Tobirama le choix des armes pour la suite du combat. Cependant, bien que piégé dans le genjutsu, il en fallait beaucoup plus pour berner l’oiseau. D’autant plus que la technique était désormais connu de l’oiseau rose. S’il manquait de réponses aux genjutsu, le cacatoès pouvait profiter de son intelligence et de ses réactions pour se sortir de cette noyade de papillons. D’un cri strident, il me dit de le renvoyer et de l’invoquer à nouveau. Ce que je fis en sacrifiant une petite portion de mon chakra. A peine invoqué, il repartit aussitôt dans les airs afin de localiser l’Aihzen, mais c’était trop tard : Son action avait été lancée.

- Pourquoi te jeter aussi directement dans la gueule du loup ? Tu es trop exposé, petit.


Je ne pouvais me résoudre à lui envoyer une salve de shuriken ou de kunai. L’objectif n’était pas de blesser grièvement mon disciple du jour. Je le laissais foncer sur moi avant de lui écraser les hanches en imposant une frappe du pied qui devait le projeter sur le côté. Mais une grimace s’afficha alors sur mon visage avant de laisser place à un petit sourire en coin. Le petit bâtard. Le crépitement d’un parchemin explosif pouvait se faire entendre. Pas mal, mais son activation n’avait pas été instantané, me laissant le temps pour m’éjecter après avoir libéré une forte dose de vapeur à haute pression. Le souffle de l’explosion ne fut pas totalement esquivé cela dit, mais rien de grave n’était à dénoté de mon côté. Mon menton se levait en direction de Tobirama. Voilà un fin stratège, mais de mes yeux plissés, je pouvais remarquer que son torse se bombait rapidement. Il commençait sans doute à fatiguer. Ce n’était pas étonnant vu les enchaînements qu’il envoyait.

- Suzaku, sois sûr de localiser le vrai. Un autre clone me semblerait étonnant, mais on sait jamais. Il est plus malin qu’il en a l’air. On va pas le sous-estimer. Je me prépare à y aller.


S’éloigner d’un adversaire principalement tourné sur le Taijutsu est un excellent choix stratégique, et Tobirama l’exploite à merveille. Mais en raison du niveau qui nous sépare, il ne parvient pas à prendre l’avantage sur cette tactique qui devient fatiguante pour lui. Mais c’est normale. Le but n’est pour lui pas de gagner, mais de me surprendre. Et pour être honnête, c’est déjà fait. Mais maintenant, après sa prochaine action, je ne vais pas le laisser souffler Suzaku et moi sommes en pleine forme. La voie aérienne ne le sauvera pas plus longtemps.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mer 27 Déc 2017 - 17:28
En combat, faire trop de prévision à l’avance est très dangereux. Le jeune Aihzen s’en rendait compte même s’il n’avait pas fauté. Les actions adverses étaient bien différentes de celles qu’il avait imaginées. Le chūnin avait véritablement imaginé que c’était l’orginale et non un clone qui avait foncé sur lui. Ce qui collait bien avec son tempérament. Mais il n’en était rien. Souhaitant ne pas le blesser, l’adulte avait un peu attendu et n’avait pas donné tout son potentiel dans sa défense. Sauf qu’indirectement, cela n’avait pas permis au plan du plus jeune de fonctionner totalement. Lui qui comptait sur un fort impact de la part du chūnin pour déclencher le parchemin explosif, celui si mit plus de temps à s’activer, réduisant par la même l’effet escompté. Mais le plan de recourt du genin n’était pas mis à mal. Toujours après une exécution rapide de ses mudrās, celui-ci enclencha sa technique de feu. Il cracha des flammes sur le griffon sur lequel il se trouvait afin de l’enflammer, profitant du temps de latence de Suzaku. Ce dernier réinvoqué, allait maintenant devoir affronter le griffon enflammé. Tobirama ne s’éternisa pas plus sur ce dernier, plongeant alors dans le vide, sur Hisao, le sourire aux lèvres. Il espérait seulement que le griffon qui se consumait ralentirait suffisamment de temps le volatile.

En pleine chute, et malgré la fatigue, il tenta de nouveau une technique. Le papier qui se générait autours de lui ne pris pas une forme définitive sur le champ, s’accrochant plutôt à l’utilisateur comme une voile, pour ralentir grandement la vitesse de chute. Une fois qu'il fut à quelque mètre du sol, l’armure complète de papier était autour de lui. C’était la même que sur l’Akahoshi, à ceci près que l’explosion qu'il avait esquivé quelques instants avant, avait chez lui, abimé et réduit l’armure. La chute semblait inévitable pour l’enfant. Mais dans les airs, le second griffon et le clone s’était aussi mis en action afin de le rattraper au vol. Cet assaut serait probablement le dernier du genin, dont les réserves de chakra n’étaient pas infinies. Si aucun agissement de l’adversaire n’entravait son plan, le griffon le rattraperait au dernier moment. L’armure sur Hisao se délitera en une multitude de papier, pour lesquels le genin s'efforcera de le faire prendre la forme de papillon, afin de faire croire à d’une nouvelle tentative des papillons illusoires. Puis le clone, le griffon, et Tobirama se jetterait sur la cible, en répétant le souffle de feu en combat rapproché, sur l’armure adverse, les papillons, le clone et le griffon.


Résumé du tour:
 

_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama


Dernière édition par Aihzen Tobirama le Jeu 28 Déc 2017 - 11:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Mer 27 Déc 2017 - 18:41
A peine réinvoqué, Suzaku subit une nouvelle attaque de Tobirama. Pauvre oiseau... En même temps, il était le principal opposant de ce combat. Je n’avais pas bougé depuis le début et l’avais encore moins soutenu dans ses manœuvres. Ce n’était pas plus mal, mais je ne pouvais que trouver normal qu’il soit la cible principale de l’Aihzen. Celui-ci enflamma l’une de ses créations. Le feu consumant rapidement le papier, le griffon se montra vite menaçant pour mon allié à plumes. Le problème pour Suzaku était que le griffon était toujours manœuvré, le poursuivant dans les airs comme un diable ardent.

Le temps passait et le feu commençait à entièrement consumer le papier, rendant les trajectoires du griffon plus prévisibles et surtout moins rapides. Mais Suzaku était lui-même fatigué par cette course et finit par subir la frappe enflammée sur son aile gauche. Une douleur vive fut subite par mon camarade rose tandis qu’il volait de manière incontrôlée jusqu’à une branche d’un arbre. Rien de bien grave, il s’en sortira. Mais inutile de compter sur lui pour le moment.

De mon côté, Tobirama était passé à l’assaut. Peu de doute quant à ce Tobirama-là, je ne pouvais pas croire que c’était encore un clone. D’autant plus qu’à mesure qu’il approchait, les restes de mon armure de papier se transformèrent en papillons illusoires. Du moins, j’espérais que c’était ça. Car je n’allais pas m’en occuper ! En effet, l’Aizhen avait fait face à un opposant végétatif, mais comment allait-il appréhender le revirement brutal de comportement ?

Ma botte s’enfonça de quelques millimètres dans le sol avant de soulever un minuscule cyclone de poussière qui s’élevait de quelques centimètres vers le ciel, plus particulièrement vers Tobirama. Car oui : Je venais purement et simplement de charger droit vers un Aizhen qui se dirigeait également sur moi. La rencontre allait être aussi rapide que brutale. En à peine un clignement de paupières, j’étais aux côtés de Tobirama. Mon poing aurait été parfait avec de la vapeur en guise d’amélioration, mais autant y aller tranquillement et ne pas mettre aussi violemment qu’inutilement fin au combat. Un courant électrique parcourait mes membres avant de se charger dans mon bras gauche – multipliant d’ailleurs ces foutus papillons au passage. D’un mouvement sec et décidé, mon poing s’éclata contre l’armure de papier de l’Aihzen qui venait se reformer en urgence après s’être chargé de ralentir sa chute.

Mais soudain, un griffon et un clone fondirent en ma direction. Ils faisaient sans doute partie d’un plan imaginé par Tobirama. La frappe qu’avait encaissé l’Aizhen et son armure de papier me confortaient dans le fait que c’était bel et bien celui que je venais de frapper le vrai. Laissant ainsi place à une liberté totale sur mes mouvements.

Car oui, j’étais dans une situation peu enviable. En plein air, avec un adversaire rapide, dangereux et sacrifiable fonçant sur moi. Mais l’air se fit… chargé. D’abord mêlé au vent, une vapeur blanche se mit à recouvrir une zone tout autour de moi, une sphère de quelques mètres de rayon où tout ce qui se trouvait dedans finirait dévoré par la corrosion de mon Futton. Même si, par miracle, le griffon ou le clone parvenait à se dévier de ma trajectoire, je pourrais au moins retomber en toute sérénité, protégé par cette bulle corrosive.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Jeu 28 Déc 2017 - 14:06
La confrontation inévitable entre les deux parties allait avoir lieu plus vite que prévu, puisque le chūnin était enfin décidé à ne pas retenir ses coups. Celui-ci d’un bond, avait décidé de prendre de court l’assaut du plus jeune, en chargeant dans sa direction. Il frappa alors le torse du genin, mais si l’armure le protégeait des chocs physiques en les atténuant légèrement, ce n’était pas le cas pour chakra affinitaire qui pouvait être combiné à l’attaque. Ainsi, le foudre dans le poing n’eut aucun mal à atteindre son but en tétanisant une grande partie des muscles de l’adolescent. Cela annihila alors la tentative du genin de lancer une flammèche pour enflammer tout son papier. Déjà qu’il avait le souffle, celui-ci fut presque coupé quelques instants. Tant pis ce dit-il. Il valait mieux ne pas gaspiller plus de chakra qu’il ne pourrait pour l’instant pas transformer.

Dans son élan, dès qu’il remarqua le manège du blond avec le clone et le griffon qui venait pour le récupérer, le chūnin activa une nouvelle technique, dévastatrice. Le clone avait cependant réussi à saisir l’original pour le jeter sur le dos du griffon, avant de lui-même se jeter sur Hisao, dans le but de faire diversion. Hélas, Tobirama n’avait rien pour faire face à l’attaque adverse. Le clone avait foncé dans la gueule du loup, et s’était immédiatement désintégré au contact de la brume corrosive, et rien n’en restait. De même, rapidement, une grande partie du griffon fut touché et altéré. Voyant bien qu’il n’avait plus d’autre alternative, Tobirama sauta du griffon, le laissant se faire détruire entièrement dans le nuage de vapeur d’adverse. L’atterrissage fut dur pour le genin dont les membres étaient toujours engourdis. Il fallait aussi dire que la fatigue se faisait sentir. Que ce soit à cause de son niveau de chakra, et même simplement par les efforts physiques demandés par toutes ses actions. Il haletait. Ses genoux tremblèrent un peu, manquant de le laisser s’écraser par terre.

— Ahah ! Alors M’sieur Hisao, c’tout c’que vous avez dans l’ventre ?

Le genin riait faisant mine d’être en pleine forme, mais son souffle saccadé indiquait son véritable état. De sa respiration longue, il avait pris quelques instants pour se reprendre avec ses mots. C’était déconcertant, mais il ne voulait pas se laisser faire, et abandonner. Il puisa dans le fond de ses réserves de chakra. Juste au-dessus d’eux, les morceaux de papier non consumé du griffon tombaient comme de petit confetti. D’autres étaient déjà au sol, sans doute les rémanences des précédentes attaques. Le genin sourit. Malgré la fatigue, il ne perdait pas sa vitesse dans l’exécution de ses mudrās. Les frêles morceaux de papier formaient de tous petits papillons. Ceux formés des papiers consumés qui chutait des cieux étaient noircis par la fumée de la combustion à laquelle ils avaient échappé ; alors que ceux du sol étaient toujours clairs. Ils étaient bien plus petit qu’à l’habitude, mais l’épuisement du blond était en cause, il n’aurait pu en générer d’autres. C’était très joli pourtant. Peut-être même plus qu’autrement. Leurs tailles avaient quelque chose d’encore plus hypnotique. Dans un dernier souffle, il tenta de les incendier. Mais il semblait avoir oublié la portée courte de son attaque. Il sourit une nouvelle fois en voyant qu’il ne pourrait pas les atteindre, et s’effondra avec ce sourire attaché à ses lèvres.

Résumé du tour:
 

_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Jeu 28 Déc 2017 - 18:41
Une multitude de petites feuilles de papiers subit avec véhémence l’effet corrosif de ma vapeur. Je pus atterrir tranquillement au sol, protégé par cet amas gazeux et destructeur. Tobirama avait bien réagi, mais ce n’était qu’une vague action défensive qui était une réponse soudaine à une situation complexe. Debout, mes yeux étaient toujours aux aguets, prêt à réceptionner une nouvelle technique de l’Aihzen. Celui-ci semblait d’ailleurs bien décidé à continuer le combat en mettant sa confiance en soi en avant. Je n’aimais pas spécialement ce besoin de commenter et de toujours en dire plus lors d’une confrontation, mais je pus rapidement remarquer la raison à cela.

Dans un dernier souffle, le genin s’écrasa au sol, exténué et respirant à grosses bouffées. Pauvre gars, il s’était dépensé comme jamais, je pouvais pas lui retirer ça. Il avait tout tenté, mais rien n’avait abouti efficacement, l’obligeant à prendre des décisions toujours plus complexes mais toujours plus chakravore.

Tout en me rapprochant de lui, je sortais un kunai de ma besace et m’infligea une très légère plaie au niveau de la paume. Tobirama était de toute manière trop affaibli pour maintenir le genjutsu, mais pas encore pour que celui-ci s’efface de lui-même. Il avait tenté, avant de s’effondrer, de reproduire son genjutsu en y ajoutant une technique katon, mais c’était inutile. Il était au bout. A deux pas de lui, je m’abaissais et posais mes deux coudes contre mes genoux tout en regardant le petit Tobirama récupérer son souffle.

- Sincèrement, tu m’auras surpris plus d’une fois, petit. Bonne technique, bonne rapidité pour les sceaux et bonne réserve de chakra. Par contre, essaye pas d’aller plus vite que la musique. T’es encore trop jeune et trop inexpérimenté pour enchaîner autant de choses. J’pense que ton cerveau a tendance à aller trop vite pour tes capacités actuelles. Le genjutsu, les combinaisons affinitaires, les clones… c’était vraiment bien, mais n’oublie jamais que chaque action doit déboucher sur du concret.


Bien sûr, c’était facile à dire quand on était un Chûnin combattant un jeune Genin. Mais même contre un adversaire de son niveau, je me demandais s’il avait les armes pour infliger, au moment clé, les dégâts nécessaires.

- D’ailleurs, tes papillons étaient une vraie saloperie. Peut-être que tu devrais développer une technique… comment dire… ‘’physique’’. A force d’être plongé dans les genjutsu, on commence à comprendre le truc. Mais subir tout d’un coup de vrais dégâts, ça peut créer la surprise.

Je m’étalais plus sobrement au sol une fois mon petit discours terminé. La tête penchée, je cherchais Suzaku du regard, qui était de lui-même en train de revenir. Il se posa sur mon épaule en agitant encore un peu son aile.

- Non mais ce sale môme m’a cramé une plume ! Je fais comment pour séduire Sayo-yo, maintenant ?

Je secouais la tête tout en soupirant avec amusement. Je reportais finalement mon regard sur l’Aizhen, dont le souffle commençait trèèès gentiment à revenir.

- Ca va, tu t’en sors ? T’as pu apprendre des choses ? Est-ce que ce combat a pu t'aider un minimum ?



Dernière édition par Akahoshi Hisao le Sam 30 Déc 2017 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Ven 29 Déc 2017 - 22:18
Il haletait toujours. Allongé sommairement sur le sol où il s’était effondré. Le chūnin s’approcha, semblant s’accroupir vers lui. Celui-ci fini par lui délivrer son diagnostic. Le blond écoutait attentivement, tout en récupérant calmement. Il était content des compliments, et enregistra les défauts. Il ria bien lorsque Hisao se plaignit des papillons illusoires. Le jeune Aihzen avait déjà envisagé ce dont lui parlait le grand rasta. C’était d’ailleurs l’une des techniques qu’il préférait. Il avait bien l’intention d’en faire des variantes, c’est d’ailleurs pour cela qu’il avait introduit une notion de niveau à cette technique. Cependant… Il ne savait pas comment s’y prendre. Après avoir terminé de donner son avis, l’Akahoshi rejoint l’adolescent au sol. Le calme fut court puisque c’était le retour du cacatoès rose. Il ne manqua pas de taquiner le genin sur les dégâts qu’il lui avait fait subir. Tobirama se retourna pour se mettre sur le dos, et en souriant, il répondit à l’oiseau.

— Haaa…. C’était de bonne guerre, et puis, les plumes ça repousse au moins… Laisse-moi encore une minute… Je vais t’en faire une… soupira l’adolescent.

Son souffle revenant plus calme, l’Akahoshi tenta d’interroger le genin.

— Oui ! D’ailleurs vous savez… Ce que vous avez dit tout à l’heure… C’est prévu. J’envisage de faire plusieurs autres techniques avec les papillons. Seulement, je ne suis pas sûr de savoir comment m’y prendre.

Il prit une petite pause pour que son souffle s’apaise plus vite.

— Le Futton, il y a pas à dire, c’est balèze… C’est vrai que je fais beaucoup de combinaisons. Il faudrait que je crée des techniques plus directes… Hum… Tient…

Tobirama leva son bras vers le ciel, très serein, il regardait sa main. À l’intérieur de celle-ci, était en train de se formait la même plume qu’il avait offert au chūnin lors de leur première rencontre, mais pas seulement, il créa aussi une fleur en papier. Les guidant vers Suzaku, il rabaissa son bras.

— C’est pour toi, Suzaku, tu pourras la donner à ta belle.

_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Sam 30 Déc 2017 - 17:11
Une main écrasée par terre, j’observais le Genin essayer tant bien que mal de retrouver son souffle. C’est que le gamin avait fait de son mieux, c’est normal que ça mette quelques minutes à se stabiliser. Mais il n’était pas au bout du rouleau non plus, du moins, pas en terme de chakra. Il a de quoi tenir debout. C’est plus la fatigue ressentie à cause du combat qui le met dans cet état. En tout cas, c’est ce qui transparaît à mes yeux.

- ... et puis, tu crois que tu vas jamais perdre de plumes en combattant pour moi, maudit piaf ? Tu pensais que c’était la fête quand on a passé ce pacte ?


Suzaku levait la tête vers moi, puis la penchait d’un air interrogatif. Son œil unique me scrutait quelques secondes avant qu’il se décide à ouvrir le bec.

- Mais de quoi j’me mêle, Hisao-Zo ? Respecte donc ton maître au lieu de faire le malin ! Hein ! Compris ?!


Ma main brassait l’air de sorte à lui dire « oh la ferme ». C’était dans le caractère de Suzaku de se mettre sur un piédestal. C’était une facette complexe de sa personnalité, d’ailleurs. Un coup il était le parfait compagnon obéissant, un coup il était une tête brûlée autoritaire, puis un autre il devenait le sage et vénérable oiseau observateur et méticuleux. Qu’est-ce qu’il était difficile à cerner… Mais il était drôle, c’était un bon point.

Tobirama poursuivit sur l’entraînement, sur mes remarques et sur ses commentaires. J’appréciais le fait qu’il voyait en la vapeur de l’utilité. Moi-même comprend finalement que ce n’est pas si mal que ça d’avoir une affinité avec le Futton.

- C’est peut-être moins polyvalent que ton Kamiton, mais ça a ses avantages. Je travaille encore pour augmenter l’agressivité et la rapidité du gaz. Mais ça demande pas mal d’entraînement, et pour le moment, beaucoup trop de chakra.


Une de mes mains s’écrasait contre le sol tandis que je déposais mon avant-bras sur mon genou. Il avait déjà pensé à produire de ‘’vrais’’ papillons. Je ne m’attendais pas à ça, pour être honnête.

- Eh ben. T’es plutôt lucide et malin pour ton âge, y a pas à dire. C’est bien que tu comprennes aussi tôt que tromper les sens de l’ennemi avec du genjutsu, c’est bien, mais que le faire autrement, c’est aussi possible. Je ne sais pas trop comment marche ta capacité, mais peut-être que tu pourrais dissimuler un parchemin explosif dans le tas, ou transformer les fameux papillons en une sorte de…

Je réfléchissais un instant, avant de trouver une réponse adéquate.

- Tu vois l’armure que tu m’as mise ? Si tu parvenais à en faire une sorte d’étreinte, d’étranglement ou quelque chose comme ça, par exemple, ce serait pas mal. A force de voir des papillons apparaître, on ferait même pas attention. Enfin. Laisse parler ton imagination. Mais c’est l’expérience que te permettra d'avoir des idées, c’est certain.

- Hm ?

Suzaku s’approcha de Tobirama et ramassa la plume et la fleur. Sale petit. Il est en train de galérer comme jamais et tout ce qu’il trouve à faire, c’est d’utiliser son chakra pour faire ça. Non mais j’vous jure… Cela dit, il me soutira un rapide ricanement. De son côté, Suzaku était plutôt "reconnaissant".

- Mais alors là… elle ne pourra pas me résister ! … Tiens ta foutue plume là, Akaho-koko… Cette fleur va m’aider à la séduire ! Enfin… elle est déjà séduite, mais je veux dire… encore plus, quoi !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Dim 31 Déc 2017 - 17:23
Tobirama écoutait assez amusé la conversation entre l’oiseau et son invocateur. Ses deux-là c’était bien trouvé apparemment. L’oiseau avait l’air de prétendre être le maître du grand rasta. Tobirama lui aussi aurait bien aimé avoir un maître, mais avec la maladie de son petit frère, il ne savait pas comment s’y prendre. Oserait-il demander cela un jour… Qui sait… En attendant, il était très content de sa venue et de son entraînement. Il écouta avec une oreille aussi attentive les propres réflexions de son senpai.

— Vous êtes déjà super rapide, j’imagine pas ce que cela pourra donner ensuite, commença le genin en fermant les yeux. Le chakra découle du mélange de l’énergie physique et de l’énergie spirituelle, grâce à un entraînement continu, les shinobis peuvent accroître leur énergie physique, et gagner de l’expérience qui accroît l’énergie spirituelle. Et c’est ainsi qu’ils augmentent in fine leur réserve de chakra, marmonna le blond.

Il connaissait par cœur ce petit paragraphe de base, présent dans tous les manuels d’aspirant ninja. Il se souvenait le nombre de fois où son grand-père le lui avait fait réciter, alors que l’enfant préférait jouer. Un peu perdu dans ses pensées, il continua d’écouter l’adulte qui lui donnait des conseils. Cela le mit un peu plus en alerte. Faire des pliages avec des parchemins explosifs, s’était sans doute dangereux… Mais ça devait effectivement en valoir la peine. Quant à l’idée de la pression exercée par le Kamiton, elle était excellente, Tobirama n’avait jamais pensé à cela

— OH M’SIEUR HISAO ! Elles sont trop cool vaut idée !! S’excita l’adolescent. Pour tout vous dire, c’est quand même grâce à mon grand-père que j’ai pu penser et faire tout ça… C’est lui qui m’a appris que le genjutsu était judicieux défensivement. Moi je pensais juste que c’était pour rendre fou…. Et puis pour les papillons… C’est l’un de mes pliages préférés. Il existe plein de façon pour faire des papillons en origami, ils sont tous si jolis... Ils paraissent inoffensifs mais sont trompeurs. En tout cas, je retiens bien vos idées, ça va beaucoup m’aider.


Lorsque le cacatoès récupéra la plume, il avait l’air ravi. Cela fit bien rire Tobirama.

— À quoi elle ressemble ta chérie Suzaku, osa le blond en regardant le ciel avant de fermer une nouvelle fois les yeux.


La réponse de l’oiseau le fit sourire pour ce qu’il l’avait compris… Néanmoins, épuisé comme il l’était, l’adolescent venait de s’endormir.

_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Dim 31 Déc 2017 - 18:15
La rapidité était l’un de mes domaines préférés, c’est pourquoi je peux donner l’impression de pouvoir atteindre de grandes vitesses malgré mon grade de Chûnin. Cependant, j’avais pour le moment atteint une limite que j’aimerais pourtant franchir. La remarque du Genin faisait bien entendu plaisir, mais ne fit que me souvenir que je commençais à rencontrer des difficultés à m’améliorer. J’avançais à petites foulées uniquement… pourtant, je savais qu’il y avait moyen d’aller plus loin. Mais les moyens étaient restreints.

- Hm ? Tu as appris ça à l’académie ou dans des livres ?
je fis une rapide pause avant de grimacer. Ah, ton grand-père j’imagine ? Faudrait peut-être que je pense à aller voir des vénérables du village. Je reste un ninja sans aucune expérience de base. Peut-être que c’est la raison pour laquelle mon entraînement commence à stagner…

Je n’avais pas fait part de mes interrogations à Tobirama, mais ma phrase devait lui faire comprendre brièvement de quoi je parlais. Dans mes réflexions, j’hochais quelques fois la tête avant d’imposer mon regard sur l’Aihzen. Encore une fois, je venais de – peut-être – trouver une solution grâce à un jeune Genin. Décidemment… j’ai bien fait d’adopter ce caractère et d’approcher aussi bien les expérimentés que les inexpérimentés. Sous-estimer quelqu’un sous prétexte qu’il est moins gradé ou moins mâture est vraiment débile.

- Content que j’aie pu t’aiguiller. Mais comme je t’ai dit, c’est surtout l’expérience qui t’aidera à développer toutes les possibilités pour surprendre tes ennemis. Et pour le coup, ton grand père reste encore la personne vers qui te tourner.


S’en suivit une petite discussion avec Suzaku. La meilleure partie, s’il en est. Dès que ce piaf est impliqué, la conversation finira toujours par partir en sucette. Du moins, quand ce n’est pas décisif ou vital, bien sûr. Il était intelligent, même s’il ne le montrait pas publiquement. Même sacrément malin.

Le cacatoès rose planta légèrement ses serres sur l’avant de mon épaule afin d’être solidement accroché à mon manteau puis regardait Tobirama en soupirant de joie.

- Ah, petit Tobi-bi. Kukuku ! Si tu savais ! Une magnifique femme… il fit une pause et posa son aile sur son cœur. Blonde aux cheveux courts…

- Tu veux dire brune aux cheveux longs ?


- Ah oui zut, pourquoi j’ai dit ça ? Enfin bref ! On l’a rencontré alors qu’elle était entrée en douce chez Akaho-koko en voulant éloigner un gosse de quelques explosifs ! Puis après, on a été au restaurant et LA… ET LA ! Le coup de foudre.

- Euh… alors... longue histoire. Je te passe les détails.


A entendre l’oiseau, cette histoire semblait vraiment venir de n’importe où. Mais si Tobirama savait dans quelles emmerdes j’étais capable de me fourrer de temps en temps, il saurait que c’est une situation comme une autre. Je savais pas trop d’où venait cet « aimant à galères » comme aimait nommer Suzaku en parlant de ma relative chance depuis que je suis à Kumo. L’oiseau s’envola et s’écrasa sur le ventre de l’Aihzen.

- Et toi ? Une petite en vue ? Je t’ai vu avec ta petite fleur en papier ! T’as appris ça pour quelqu’un, pas vrai ?


- Oi.

- Aller, un nom ! Je suis ton pote maintenant, non ?

- Oi. lançais-je en l’agrippant finalement par les plumes tandis qu’il se débattait vainement. Désolé, petit, il est assez incontrôlable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mar 2 Jan 2018 - 18:53
Le genin répondit par de brefs « hum » aux dires du chūnin, il était vraiment en train de s’endormir. Il imprégnait à peine ce qui pouvait se dire. Suzaku avait d’abord répondu à la question de l’adolescent mais il fut interrompu par son invocateur, qui venait corriger ses dires. Ils continuèrent leur explication, mais Tobirama, endormit n’y faisait plus vraiment attention. Il était même en train de rêver un peu, réfléchissant à ce que lui avait dit l’Akahoshi. Il était imagina pour commencer son armure de papier, et comment grâce à elle, il pourrait étreindre et enserrer ses cibles. Il n’avait pas encore pensé à cela auparavant, mais se dit qu’il n’avait pas besoin de faire cela sur une grande partie du corps adverse pour que cela soit handicapant. La pression exercée sur un membre de la victime pouvait être largement suffisante sur un bras ou une jambe, car elle couperait l’afflux sanguin pourrait causer de lourds dommages collatéraux. C’est vrai, une fois ainsi couvert par une telle armure, comment pouvait-on s’en défaire ? Avec une autre armure, ou une capacité telle que celle de l’Akahoshi, pourquoi pas, mais tous les ninjas ne disposait pas de cela. Combiné avec les papillons utilisés à répétition, dont cible finirait par se laisser, c’était un bon plan. En fait, le genin avait beau être un adolescent débordant d’imagination, il se limitait lui-même, sans vraiment de raisons, et ne pouvait au final pas profiter au mieux de toutes ses idées. Un peu comme pour ses papillons justement. Rendre les bouts de papier coupants n’était pourtant pas difficile, mais derrière son aspect d’idiot fonçant tête baissée, Tobirama s’ajoutait beaucoup de contraintes sans raison. Il avait une vraie peur de l’échec.
La conversation de l’oiseau dégénéra un peu lorsqu’il se rendit compte que le blond ne lui répondait pas. Il lui avait foncé dessus et continuait à le bombarder. Toujours à moitié endormit, le blond ne réagit qu’en partie.

— Oh euh désolé… Qu’est-ce qui t’arrive… ?

Tobirama restait vif d’esprit. Il ne m’y pas beaucoup de temps à reprendre ses esprits, Hisao ayant récupéré le volatile, il put finalement lui répondre sans mal.

— Ah euh ça… Bah non, c’est juste que j’aime bien les fleurs, il y a plein d’origamis jolis qu’on peut faire avec.

Il s’assit en tailleur, et généra alors une simple feuille qui se coupa en morceaux carrés. Il tenta de manipuler le papier grâce à sa capacité, mais le chakra lui faisait cruellement défaut.

— Bon on va le faire à ancienne.

Il reproduisit rapidement un pliage sur trois des papiers, et un autre sur les trois autres.

— Regarde, maintenant, on peut assembler le tout comme ceci…

Il montra alors le résultat, ce n’était sans doute pas autre chose qu’un banal petit cube un origami modulaire pour les profanes à qui il montrait cela, pour, ce cube avait un secret.

— Maintenant, regarde… magie !

Dépliant une partie de chaque bord pour commencer, puis ouvrant l’un des coins, il était en train de transformer le cube. Il tendait la main vers ses spectateurs pour leur montrer. Le cube ressemblait désormais au bouton d’une rose.

— Pour l’instant, je suis juste amoureux de l’origami !

_________________

◈❃◈ ◈❃◈
#000077
thème de Tobirama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1320-termine-aihzen-tobirama-si-la-balle-est-dans-ton-camps-c-est-que-le-flingue-est-de-mon-cote http://www.ascentofshinobi.com/u79

Mer 3 Jan 2018 - 20:25
Mes abdominaux se contractèrent quelques secondes le temps de me redresser. A l’image du jeune Tobirama, je venais de croiser les jambes afin de me mettre en tailleur, position plus confortable pour observer les actions de l’Aihzen. Le menton enfoncé dans le creux de ma main, elle-même accoudé à mon genou, je regardais dans un mélange d’ennui et de fascination ce qu’il faisait. De l’origami ? J’aurais dû m’en douter, maintenant que j’y pense. Je ne sais pas si ce genre de capacités rares proviennent d’une volonté, d’un don ou d’un heureux hasard, mais force est de constater que Tobirama avait pu bénéficier d’un talent qui le convenait à merveille.

D’ailleurs, je pouvais le remarquer d’autant plus qu’il était expérimenté dans l’origami manuelle. Cette phrase pouvait paraître conne au premier abord, mais quand on est en présence d’un ninja capable d’utiliser le Kamiton, c’est tout de suite moins bizarre à dire. Quoi qu’il en soit, je devais avouer qu’il avait du talent. Maintenant, pour être franc, ce n’est clairement pas quelque chose que je trouve passionnant. J’avais hoché la tête de sorte à le féliciter, mais ça s’arrêtait là. Chacun ses hobbys et passions, après tout.

- Kukuku... Facile.

Suzaku prit son envol et ramassa, quelques mètres plus loin, quelques morceaux de papier avec ses serres. Dès son retour, il les disposa au centre du ‘’cercle’’ que nous avions formé et, à l’aide de ses serres, il se mit à reproduire les mouvements de Tobirama. Au pliage près.

Enfin, c’est ce qu’on aurait aimé croire, car ce que faisait mon acolyte était tout simplement… comment dire… grotesque. Le papier se déchirait sous ses griffes aiguisées, sa délicatesse n’avait rien de bien glorieux et il ne parvenait pas à plier, mais seulement à froisser le papier. Finalement, dans un petit râle, il remonta sur mon épaule en regardant ailleurs.

- Pff ! Avec du papier de meilleure qualité, j’aurais réussi. Là il était collant, trop souple, pas assez robuste… disait-il en se promenant jusqu’à mon autre épaule avant de bondir de nouveau au centre. Bon, Tobi-bi. Je dois prendre mon envol ailleurs. C’était un plaisir.

- Depuis quand tu as des choses à faire ?


- Tu sous-estimes mes responsabilités au sein de mon espèce…
lâcha-t-il lentement en roulant de l’œil.

Il tendait l’aile jusqu’à Tobirama afin de lui ‘’serrer’’ la main puis disparut dans un nuage de fumée. Non pas volontairement, étant donné le signe que j’effectuais avec ma main gauche. L’écran gris dissipé, j’étirais mon cou de gauche à droite avant de reporter mon attention sur l’Aizhen.

- Bon, petit. Merci pour l’entraînement. dis-je en me relevant avec flegme. Mais tu as besoin de repos. Pense à réfléchir au combat après être rentré chez toi. Réfléchis à ce que tu peux améliorer. Pense aux moments où tu t’es dis « Merde, mais j’arrive à rien ». Mais pense aussi à ce que tu as bien fait et ce que tu dois donc continuer à faire.


Tout en me relevant par la force de mes jambes, j’enfonçais une main dans la poche tandis que l’autre tenait avec soin mon Kiseru, qui se vidait peu à peu de son tabac. J’inclinais un peu la tête – bien qu’elle le soit déjà vu la différence de taille – et laissais échapper un petit nuage de fumée avant de tourner talon.

- A la prochaine, fais gaffe à toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

On s'y met enfin ? [Ft. Tobirama]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: