Partagez | 

Vous me fatiguez... [Pv Kinzoku/Nué/Sayo]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Dim 3 Déc 2017 - 17:25
Franchement...

Tu te retrouvais toujours dans ton même endroit, là ou toi et Shuuhei aviez pour habitude de s’entraîner. Un endroit normalement suffisamment reclus pour que personne ne vienne te faire chier, hormis ton frère lui même. Mais voilà, depuis un certains temps, tu t'étais attirée la haine de tes compatriotes Metaru. Enfin surtout la colère de Nué et de ce Kinzoku. Depuis que tu leur avais cassé la gueule à chacun respectivement, il s'était mit dans l'idée de te faire ravaler tes dents. Si dans le passé, tu te foutais bien de ces misérables incapables, ces derniers temps, tu cherchais véritablement à progresser dans ton comportement. A être plus modérée, moins agressive... Tu n'y arrivais pas beaucoup, mais tu avais au moins le mérite d'essayer. Ainsi, tu leur avais donné l'occasion de se venger. A chacun, tu avais fais savoir que s'il voulait vraiment essayer de te casser la gueule, il pouvait venir à chaque instant à cet endroit. Ils avaient de fortes chances de te trouver...

En attendant, tu t’entraînais comme à ton habitude. Tu ne te reposais jamais sur tes acquis, tu devais quérir de la puissance, toujours plus. C'était l'histoire de la vie, et tu ne te satisfaisais jamais de ce que tu possédais dans l'instant. C'était peut-être aussi la raison pour laquelle il y avait cet écart de puissance abyssale entre toi et un Kinzoku ou un Nué. Alors qu'ils avaient le même âge que toi.

Tu n'avais pas été élevée dans les mêmes conditions, malgré l'appartenance au sein du même clan qu'eux. Tu t'étais réfugiée dans la douleur et la colère, tandis qu'eux avaient pu grandir dans un environnement plus sain. Bien que tu ne pouvais pas qualifier Kinzoku de type sain, il semblait clairement moins meurtri que ce que tu avais pu être jusqu'ici. Soupirant, tu répétais alors tes enchaînements dans le vide, afin de retenir chaque mouvement, chaque instant. Il fallait que ton corps imprime tout cela, et puisse le ressortir naturellement, avant toute réflexion de ta part.

Bien entendu, ce qui pouvait sauver dans le cas d'un véritable combat, était la capacité à agir rapidement. Tu n'étais pas la plus stratège des shinobi, ça c'était certains, mais tu faisais de ton mieux pour pallier ce soucis par ta rapidité exemplaire. Celle-ci pouvait même dépasser celle de ton frère dans certains cas...

Au final, tu pus entendre quelques pas allaient à ta rencontrer. Des pas qui ne faisaient clairement pas le même bruit que ceux de Shuuhei. Intéressant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 3 Déc 2017 - 17:57


Mon poignet cassé est totalement remis. La peste m’avait comprendre que je pourrais la retrouver au même endroit si je voulais me venger. Il est évident que je ne lâcherais jamais l’affaire. Un jour, je la tuerai. Qu’elle soit une Metaru ou une Kumojin, je n’en ai rien à foutre. Elle mourra un point c’est tout. Enfin, pour l’heure, l’écart est assez significatif entre nous. Aujourd’hui encore, je compte m’y rendre en sachant pertinemment que je vais m’en prendre plein la gueule.

Durant les deux premières semaines qui suivirent mon affrontement avec celle-ci, je n’ai eu de cesse de m’entraîner sur le contrôle de mon chakra. J’aime frapper, casser, aussi bien avec mes pieds qu’avec mes mains, sauf que le chakra est l’élément fondamental pour passer un certain cap. J’ai des facilités par rapport à d’autres, c’est juste un peu réflexion mais il me reste à bosser. Physiquement, je me suis remis en forme durant la semaine. Des exercices élémentaires, basiques, avec des charges un peu excessives.

Enfin. Après un bon petit-déjeuner, je me rends en direction de ce terrain d’entraînement où j’avais pour habitude de m’entraîner avec Shuuhei autrefois. Faut croire que Reiko s’y entrainait également, sauf qu’elle pense cette zone comme acquises, d’où sa réaction excessive. Sans aucune crainte, je me rends au lieu de rendez-vous, avec la ferme intention de progresser et pas forcément casser la gueule de ma cousine. Pas encore.

Les mains dans les poches, je la lève en guise de salutation, expirant d’exaspération juste après. Qu’est-ce que je fous ici sérieusement ? Venir en sachant que mes os vont subir de lourds dégâts. Je deviens sérieusement aussi débiles que ceux de mon clan. Soudain, mon ouïe fine entend des bruits de pas approcher de notre zone. Je me retourne aussi vers Reiko, curieux, en tentant de lui adresser la parole.

« T’as invité du beau monde ? »

Enfin. Qu’elle ramène qui elle souhaite, ça m’est égal du moment que je l’affronte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Dim 3 Déc 2017 - 23:16


Une fournée, deux fournées, piécettes et petites monnaies ♫

- Non, je n'irais pas je te dis !
- Tu sais très bien ce qui t'attends si tu n'y vas pas Nué ...
- Je veux pas y'aller, c'est trop injuste elle va encore ...
- FAIS PAS TON BEBE, tu vas aller gentiment la rejoindre et t'expliquer avec elle, et je suis sûr que tout ira mieux entre vous.
- Mais ...
- Pas de mais , je refuse que tu ne t'entende pas avec ta cousine chérie, c'est un ordre j'ai dis !


Claque d'une main sur sa fesse droite, et un regard démoniaque qui lui fit froid dans le dos. Était-ce été la pleine la vieille, ou bien cet antique pouvoir qu'elles semblaient posséder chaque mois ? Il avait remarqué des signes annonciateurs, peut-être des suées ou bien un teint plus rouge que d'habitude. Depuis le temps, il savait ce que cela voulait dire : Tais-toi Nué, et obéit, tu vas encore manger et tout le monde te diras que c'est ta faute.
Qu'a cela ne tienne, tu avais deux trois points à éclaircir avec cette Reiko. Finalement, sa colère passagère avait migré, lentement mais sûrement vers une certitue absolue : Quand on a peur du feu, quand on veut vaincre le feu, quand on doit surmonter le feu ; Il faut devenir le feu sois même. Sa résolution prise, il savait dès lors qu'il devait apprendre à cultivé les braises de sa passion, et de sa colère, comme seul Reiko savait le faire ; Frapper avec l'intention de faire mal, de blesser, voir même d'entraîner la mort ; Sans jamais le regretter.

Devenir impitoyable, car le monde l'était. Il en avait conscience, mais il n'avait pas encore goutter le fer amer d'une lame ennemie sur un champ de bataille, que des missions de bas rang sans trop de tracas. Bientôt, il saurait peut-être ce que cela faisait de devoir se battre sans honneur, ni sans aucune contraintes : Juste pour survivre.
Cette reiko, elle cultivait son côté animal, et faisait ressortir le siens. Une mains dans celle de Sayo, l'autre fermées sur ses phalanges, il se pointa de sa démarche tranquille, sa tunique noire et sévère portée comme un symbole de deuil ; Encore fallait-il savoir de qui ou de quoi. Seul se détachaient les symboles du clan sur ses épaules et le nom METARU"メタル" en rouge sang. Ils étaient assortis avec la Nara, elle de sa tunique clanique, en noir et blanc. Noir et rouge, blanc et noir. Tout un tas de probabilités, et pourtant, c'était eux qui apparaissaient là, dans l'encadrure de la porte. Elle ne semblait pas surprise, et Nué eut une sueur froide ; Elle n'avait pas fait tout ça pour lui faire payer la chambre "spéciale" de son cousin pas vrais ?

- Oï Oï la compagnie ! Fit-il avec un petit mouvement du poignet, conscient de ce qui se jouait, mais cachant bien son jeu. Le regard qu'il s'échangea avec sa cousine fut pourtant bien clair ; Elle n'était pas là pour lui faire de cadeaux, d'excuses ou quoi que ce soit, car sa puissance la mettait dans son bon droit.

Et cette vérité le mettait en colère, oh oui, terriblement en colère. Seule restait Sayo, qui ne semblait pas forcément capable de comprendre tout de suite l'atmosphère tendue entre les Metarus. Il aurait fallut être du clan lui même pour comprendre, qu'il se jouait ici des affaires d'honneur et de fierté.

Pendant qu'elle allait saluer Reiko-chan, Nué se tourna vers l'autre genin ... Kinzoku, son cousin, dont il pensait revoir son jugement depuis la réunion. Il avait été bien le seul à tenter quoi que ce soit d'autres que des messe basses, et tout excentrique qu'il était, sa mère était bien la soeur de la sienne non ? Quelque chose dans ce goût là.

- Alors toi aussi t'as un rattrapage en cours ? Des griefs, il devait en avoir plein, comme celle des trois quart de Kumo qui la connaissait.

Sa posture était celle d'un guerrier, il avait changé depuis la dernière fois. Endurer mille tourments, milles supplices, travailler dur. Ca lui ferait mal. Ca lui ferait mal d'en être toujours au même point. Elle était son repère, son témoin. Qu'il l'abatte, et il aurait alors gagné suffisamment de force pour comprendre son raisonnement tordus.

*C'est l'heure de la patate rotative, reiko-chaaaan...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Lun 4 Déc 2017 - 0:17
-Ce petit con... Il va...

Ouloulou. C'était le mauvais temps, la tempête naissante dans le nid Metanura. Un gars particulièrement bordélique avait laissé traîner sa lessive et c'était pas la plus judicieuse période du mois pour le faire visiblement -si on s'en tient à sa version. En fouillant les poches, par soucie de ne pas abîmer quelque chose dans l'eau hein-kof kof, la Nara avait la main sur un élément fâcheux. Il était rentré tout souriant, elle l'attendait au tournant, c'était sa mère désigné à gauche... Mais il avait choisi sa main droite quand elle lui proposa le jeu de sa survie.

Reiko-chan ! Félicitation Nué.

Dans les deux cas, il se serait débattu comme un chat qu'on voudrait tremper dans une baignoire pleine. Elle ne l'informa pas tout de suite que c'était une sentence, sinon ça perdait de son charme. Puis voilà comment pour une fois, la Nara ne se faisait pas prier pour rendre visite au domaine Metaru, c'était même elle qui tirait le plus des deux la cadence pour se rapprocher du moment où ils entreraient dans l'arène, ouais le mot était bien choisi.

-Reiko-sama !!!! Lançait-elle comme les prémisses d'un calvaire à l'intention de la Metaru.

Quittant aussitôt, la main et l'ombre de son compagnon bien infortuné aujourd'hui. Cette peste de Nara avait sa favorite aujourd'hui et elle comptait bien le faire sentir. Elle s'inclinait respectueusement et tout le tatin, avant de cracher son venin.

-C'est tellement honorable à toi d'entraîner tes cousins à la traîne, Nué m'a dit que vous alliez vous affrontez aujourd'hui. Il paraît qu'il a fait des progrès. Se moquait-elle en jetant l'huile sur le feu. Il est persuadé de pouvoir te battre ce petit prétencieux, alors moi je voulais être aux pre-mi-ères loges. Concluait-elle en jetant son regard carmin dans celui de son amoureux.

Attends toi au pire Nué ! C'était que le début.

-Hey ! Enchaînait-elle sans répit pour sa cible et son acolyte encore inconnu. Un cousin aussi, moi c'est Sayo, enchantée, toi aussi tu viens regarder ça ? Peut-être que tu devrais l'assister, je me serais pas déplacé pour deux secondes de spectacle comme ça. Elle tourna sa tête vers sa Reiko, merdeuse au possible. Cela m'en fera quatre. Clin d’œil tandis qu'elle avait déjà commencé à onduler hors de la zone des intempéries.

Une Nara chez les Metaru quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Lun 4 Déc 2017 - 0:41
Bon sang...

Ca en faisait du monde... Beaucoup de parasite voulant graviter autour de toi encore une fois. Soupirant, tu ne pouvais pas leur en vouloir, d'une manière ou d'une autre, cette fois-ci c'était de ta faute. Il fallait que tu assumes ton geste. Tu savais pertinemment que ce genre de chose pouvait arriver, tu espérais juste que cela ne se passe pas ainsi. Les voyants un à un se présenter, il y avait l'autre taré de Kinzoku. Puis, bien évident, l'idiot de première à l'image de Nué. Vraiment, même en cherchant plus en détail, tu ne voyais pas plus abruti que Nué au sein des Metaru. Soupirant, il y avait aussi cette peste qui ne te lâchait pas d'une semelle. Apparemment, elle semblait avoir la très forte envie de te voir démolir Nué. Tu haussais les épaules, ce n'était pas comme si tu avais besoin de ça pour véritablement lui casser encore une fois la tronche.

Au bout d'un moment, il fallait clarifier les choses. S'ils voulaient tous te faire mordre la poussière, tu devais leur faire comprendre que c'était vain. Il fallait qu'ils te lâchent la grappe une bonne fois pour toute. Nué avait cherché sa mandale, Kinzoku aussi. Les deux étaient en tord et tu n'avais fait que répondre avec plus de ... fermeté qu'un autre.

- Ok... J'imagine que vous êtes pas là pour discuter. Préparez-vous.


Cette fois-ci, tu n'allais pas y aller mollo comme tu avais pu faire précédemment. Ils voulaient se mesurer à toi ? Soit... Ils allaient bouffer la poussière et ainsi tu allais mettre les pendules à l'heure. Faire comprendre à ces types que tu n'avais réagis avec brutalité qu'à cause d'eux à la base.

Composant quelques mudras, tu fis surgir des tes mains des gants juste monstrueux. Même pour les deux Kinzoku, cela pouvait paraître être un ouvrage effroyablement complexe. Ces mêmes gants, Shuuhei lui même avait voulu les fuir lors de votre précédent combat. Il avait eu la jugeote nécessaire pour saisir qu'un coup porté avec ça pouvait clairement lui briser la moitié de son corps. Néanmoins, tu n'espérais pas autant de réflexion de leurs parts. Certainement qu'ils allaient tenter de se confronter à ces poings, qu'importe le danger...

Ridicules petites choses...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 4 Déc 2017 - 15:56


Tiens donc, n’est-ce pas Nué, l’un de mes nombreux cousins qui s’est fait casser la gueule lors de la réunion de famille ? Tout comme moi, j’imagine qu’il souhaite avoir sa vengeance. De mémoire, ce dernier se débrouille pourtant bien mieux que moi. Et qui est la gonzesse avec lui ? Clairement pas une Metaru. Elle me dit pourtant quelque chose, je l’ai déjà vu quelque part. Où ? Aucune idée. Va-t-elle se battre également ?

Enfin. Même pas le temps de réfléchir qu’elle se permet des interventions plus que déplacées. Sayo… Sayo… Putain. Nara Sayo ! Mon pote Shikabù m’en a souvent parlé. C’est la Reiko version Nara. Visiblement, elle n’a pas prévu de se battre et heureusement pour nous, d’autant plus qu’elle semble étrangement familière avec la bousillée du cerveau devant moi. Je me retourne alors quelques instants vers cette invité imprévue.

« Reste bien en retrait, ma chère. S’il me reste des forces, j’ai bien l’intention de modifier les traits si doux de ton visage. Que dirais-tu d’un sourire plus large que celui que tu affiche déjà ? Hùhù. dis-je calmement en posant mes yeux reptiliens sur les siens. »

Sans prendre le temps d’écouter une quelconque réponse, car le temps s’écoule malgré tout, je me retourne vers mon cousin.

« Tu as plan, Nué ? La seule chose dont je suis certain, c’est qu’elle m’est supérieure pratiquement en tout point. Sauf pour ce qui est de la réflexion et de la folie meurtrière… terminé-je en chuchotant. »

Puis en attendant sa réponse, je réagis de manière assez brève à l’intervention de Reiko.

« Penses-tu réellement que l’envie de discuter me vient quand je te vois ? Je te savais en manque de matière grise, mais à ce point là naïve, c’est une véritable surprise. »

Provocation gratuite chez certains, suicidaire chez d’autres, c’est tout à fait discutable. Pendant ce moment, sans attendre, Reiko commence déjà. Après avoir composée des mudras, d’énormes gants métalliques renforcent ses poings déjà solides… Je tapote désespérément mon front, un peu étonné par cette attaque exagérée. Ne pouvant pas concevoir des gants moi-même, je m’équipe de mes poings américains. C’est pas aussi costaud que ses poings à elle, mais ça reste du métal de qualité.

En temps normal, ma soif de vengeance et sang m’aurait poussée à foncer sur l’ennemi, mais pas cette fois. Nué est fort, plus fort que moi, je le ressens. Je dois me servir de sa force pour tenter d’atteindre cette tarée. Ma récente intégration au sein d’une équipe a quelque peu changée ma conception des combats en binôme. Un objectif commun, une rancune commune, autant agir ensemble pour atteindre le même objectif.

« Ah !… Autre détail : je suis devenu particulièrement faible. Exceptées des qualités physiques toujours aussi exceptionnelles, mon mode de vie assez oisif ne m’a pas réellement servi à lutter face à cette folle. Je me suis remis en scelle depuis peu. Intéressant, non ? Hùhùhù. affirmé-je presque fièrement, l’air amusé. »

Naturellement, je suis conscient de mes faiblesses et que, vis à vis de mon cousin, je ne serais qu’une plaie plus qu’autre chose au cours de son combat. Si je peux servir de leurre, disons que cela sera une satisfaction. À condition bien sûr qu’il lui fasse mal… Très mal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Lun 4 Déc 2017 - 16:45


- J'ai rien à dire, elle sait bien, elle. Fit-il en désignant sa cousine de la tête ; Son sourire avait déserté son visage. Ils avaient du passif, il était tant de régler les comptants et de vider les caisses.

Le mec est là en mode grand chêne blanc , décontracté du gland pépère, il vient et menace sa moitié d'un ravalement de façade si tôt après qu'il se soit occupé de l'affreuse cousine qui terrifiait la moitié de Kumo. A ce train là, ça devenait une mesure de sécurité publique, se dit-il en mirant son cousin dans l'oeil, qui le salua également avec un calme qu'il ne lui connaissait pas. Tout ce qu'il n'avait jamais vu de Kinzoku était ses rires psychotiques, ses accès de rages, et de barbarie sans retenue. On savait les Metaru particulièrement impulsifs et vindicatifs, même Shuuhei ne faisait pas exception à cette règle, et Nué était assurément le plus tempéré de tout le clan, et passait souvent pour timoré auprès de ce dernier.

Une large paluche de forgeron, plutôt courte mais épaisse, se posa sur l'épaule de Kinzoku, qui se retourna sur un visage couturé de cicatrice grimaçant, un mauvais rictus sur le visage. La goutte d'eau, qui faisait déborder la tempête en lui, tandis qu'il accrochait son col et claqua sa tête contre le visage Kinzoku, dans un choc qui démontra bien par des faits leur bêtises ancestrale." Toi mon grand, si t'es encore debout à la fin de se combat, c'est ma gueule que tu verras en premier." Et elle était beaucoup moins agréable que celle de la Nara. Oh, il savait qu'elle était assez grande pour se débrouille elle même, et que surement que ses paroles ne la toucherait pas, au mieux peut être serait elle vexé de son phrasé.

La grande Sayo Nara n'avait besoin de personne, et elle ne l'aurait pas montré de toute manière. Il lâcha son cousin en le poussant dans la direction de Reiko, qui se trouvait toujours au centre de la pièce, à bonne distance d'eux. Ce n'était pas le moment de s'en faire un ennemi de toute manière, et il passa l'éponge facilement, le tableau noir à nouveau prêt.

- Elle est trop forte pour un plan. Fit-il en surveillant Reiko, se reculant brusquement de quelques pas. Si t'as rien pour l'esquiver ou l'encaisser, alors prépare toi à souffrir. claqua-t-il plus sèchement qu'il ne le voulut, sa langue sur son palais. Il compulsa du chakra dans ses paumes. Les gantelets de Reiko, énormes superstructure de métal et de chakra, dégageait une aura de mort plus que sérieuse. Ils risquaient gros, plus que quelques heures à l’hôpital, ou quelques contusions.

Il devait faire quelque chose, et son ego refusait à quémander de l'aide à son ombre. Mais il ne voyait pas comment la battre, au moins pouvait-il essayer, se dit il en composant des Mudras sur ses positions ; Il était le plus faible, s'il prenait l’initiative, il risquait de se faire détruire avant de l'avoir atteinte. Sa stratégie reposait plus sur des attaques mi distance, et des pièges simples mais astucieux. Compter sur le nombre, sur les paramètres, sur la chance. Voir ça dans l'ensemble, sans essayer de tout décortiquer.

Il fit le vide, et relâcha son chakra. Quatre statue de métal apparurent en position de garde guerrière typique des Metaru. Il s'était caché derrière l'une d'entre elle, parfait reflet d'ombre. Il chuchota : Gagne du temps, je vais essayer de la neutraliser à distance. Tant pis pour les abatis de Kinzoku, il avait qu'à les numéroter avant de venir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Lun 4 Déc 2017 - 18:08
Un à la fois...
Le problème avec les Metaru c'est qu'ils étaient ingérables, un déjà, le sien, c'était tout un sport, Reiko toute une histoire de survie, puis le petit dernier dans les pattes de la Nara ? Toute une rigolade !

-Prends un ticket, je te mets sur ma liste. Avait-elle répondu du tac au tac en lui offrant un clin d’œil face à la menace... Sans intérêt.

Parce qu'il pensait vraiment qu'avec ce genre d'attitude il y aurait un « après cet échange ». Il fallait vraiment tout leur apprendre parfois. Elle secoua la tête avant de jeter un regard sur les arguments métalliques de la Metaru. Son sourcil s'arqua, oi, oi, elle lui avait dit de botter ses fesses, pas la rendre veuve avant même d'être marié. Encore que, ça réglerait le problème de ce foutu nom de Metaru. Ça Suffit Sayo ! Cette vilaine fille alors...

-Reiko-sama. Franchement. Elle roulait des yeux, avant de la soûler comme elle savait si bien le faire. Ces gros poings là pour deux genins ? T'es sûre ? Elle lui lança un de ses regards dont elle avait le secret. Tu devrais pas plutôt les user sur quelqu'un qui mérite de pouvoir les subir... Hum... Comme Shuuhei-dono ?

Toujours choisir les bons mots. Art ancestral de Nara. Elle ondula sur sa place un instant avant de revenir sur ses pas pour réduire la distance avec la jolie blonde. C'était le genre de spécimen suicidaire. Elle pensa soudainement à la mignonnerie d'un Nué qui défendait son joli sourire -kof kof auprès de son cousin. Il oserait aussi avec Reiko ? Sayo ne lui conseillait pas, puis elle espérait bien que tout leur temps d'étude lui avait bien appris quelque chose. Comme pas le faire par exemple !Son regard carmin capturait en vol celui de la Reiko agacée pour s'y ancrer.

-Tu sais, battre un faible en imposant trop durement ta supériorité ne fait pas de toi quelqu'un de fort. Débutait-elle pour reprendre ce que lui avait dit quelqu'un de censé dernièrement. Ça fait juste de toi une brute. Perçu en tant que telle !Sourire, tant que tu as toutes dents, faut en profiter. Penses à touuuuss tes efforts jusque là. Que dirais-tu de ça ! Les perdants nous offre le restau' ? Vaut mieux les abîmer juste assez pour les faire banquer. Tu peux pareillement les humilier tu sais.

Sa petite tête folle lança un regard vers Nué, histoire de lui envoyer quand même un baiser d'encouragement dans l'air ? Ou peut-être alors le narguer de la déculotté qu'il allait prendre. Mais pas question qu'on lui casse ! Puis un clin d’œil ne pouvait pas s'empêcher de titiller le second challenger qu'elle horripilait déjà. Ses poupées favorites étaient de sorties, la Nara fit une moue vers le bas. Il osait sans elle !


_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Lun 4 Déc 2017 - 18:34
Trop de blabla...

De la parlote par-ci, de la parlote par-là, et aucun d'entre eux ne pouvait vraiment assumer les paroles dites. Soupirant, tu en avais marre de ces gamineries. Dont tu n'avais pas la prétention de donner une leçon à qui que ce soit, tu voulais simplement remettre les pendules à l'heure. Faisant claquer tes poings d'acier, tu voyais la technique de pleutre de Nué. Celui-ci voulait se voiler de à toi à travers une piètre technique. Il venait simplement de dire à Kinzoku de se débrouiller seul. Dans tout les cas, de ton coté, il fallait bien commencer par quelqu'un. Et la grande gueule qu'était celle de Kinzoku n'avait pas mangé assez. Ce racontar jouait au jeu du plus gros fou sanguinaire. Mais au fond, c'était une chiffe molle.

Quant à Sayo, tu te foutais de tout ce qu'elle disait. Encore une fois, tu restais imperméable à ses provocations futiles. Elle continuait pour la forme, mais elle aussi devait certainement savoir que c'était perdre inutilement de la salive.

Prenant une garde haute, tu étais réellement impressionnante avec ces poings monstrueux. T'avançant rapidement vers Kinzoku, tu n'éprouvais même pas le besoin de charger vers lui, de toute manière, il allait déjà devoir déployer des réponses démesurées pour espérer ne pas gouter le goût de ton métal.

Arrivant à sa portée, tu utilisais alors une technique des plus simples. Un coup en temps normal encaissable mais qui cette fois-ci se révélait être meurtrier à cause de tes deux nouvelles armes. Même Shuuhei avait reçu le besoin urgent d'esquiver ce genre de technique plus que de l'encaisser. Même Shuuhei, qui était une référence d'endurance...

Alors ce n'était pas ce racontar qui allait parer quoi que ce soit. D'une certaine manière, il avait de la chance, tu commençais crescendo. S'ils allaient finir à l'hôpital, dans une situation des plus critique, tu ne devais quand même pas les tuer. Cela aurait été malheureux pour ton image que tu essayais de redorer. Du coin de l’œil, tu gardais la position de Nué bien en vue. Même s'il avait décidé de se soustraire au contact direct, tu n'allais pas te faire avoir par ses futurs stratégies ridicules.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 4 Déc 2017 - 21:56


Je me rappelle pourquoi j’ai tant hésité à me représenter face à elle. D’une part, je me fais embrouiller par Nué, parce que j’ai mal parlé à sa gonzesse, alors même que j’ignorais leur relation… D’autre part, bien évidemment, c’est moi que l’autre folle décide d’attaquer. Bon, autant l’altercation à cause de la Nara, je m’en cogne un peu. À la fin de ce combat, je ne serais probablement plus en état de voir quoique ce soit, donc bon. D’ailleurs, ce dernier agit de son côté et ne semble pas vouloir coopérer.

Ses clones juste à côté de moi, lui un peu plus en retrait, Reiko en face de moi. Des plans, des stratagèmes, des moyens de protection pour atténuer la puissance du coup sur mon corps. Mon cerveau n’a probablement jamais tourné aussi vite. Il faut dire que mes combats les éprouvants sont ceux contre Shuuhei et Reiko, pas étonnant qu’ils soient frère et soeur. Enfin. Il me faut agir avec rapidité et précision. Une simple esquive n’empêchera la dingue de me poursuivre et me rattraper.

Ma décision est prise.

Ma motricité est à ce jour à son paroxysme, les muscles de mes jambes inférieures génèrent rapidement une grande puissance, me dégageant in extremis de la frappe ennemie derrière l’un des clones de Nué. Enfin pas vraiment, le clone est dans la direction du coup. Alors certes, il encaissera le coup, mais ça ne me sauvera pas pour autant. Et comme convenu, le clone, qui est en fait un clone métallique, disparait d’une étrange manière.

Cependant, j’ai profité de ce laps de temps, caché derrière lui, pour effectuer des mudras et légèrement dévier ma course. Alors que Reiko cogne le clone, je me déplace vers son flanc en projetant des senbons électrifiés, qui ont pour objectif de la paralysé quelques instants. Contre-attaquer serait la suite logique, mais je crains qu’une possibilité soit possible avec elle. Je me contente d’observer et prendre mes distances pour le moment. Je me replie vers Nué en gardant tout de même une certaine distance de ce dernier.

Cela serait trop simple pour Reiko de nous attaquer si nous sommes côte à côte.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Mar 5 Déc 2017 - 0:29
Derrière l'un de ses clone, Nué observa les mouvements de ses cousins, conscient qu'une bonne observation pouvait faire des miracles en combat réel. Il laissa sa colère intérieure se consumer seul, et dévorer son propre corps serpentin, comme un cycle sans fin et éternel de la bête démystifié. C'était bien ça le combat du jour non ? Faire tomer un mythe de son pied d'estale, ou au moins réussir à le faire trembler sur ses fondations ; David contre Goliath, les petits contre la géante ; Elle le sous estimais grandement, il le lisait dans son regard à présent qu'il savait où chercher, et n'y trouvait que du mépris pour toute sa personne, et tout ce qu'il pouvait représenter. Cette fille, étalait son dégoût à la face du monde, sans jamais pour autant le fuir, et il ne savait pas pourquoi, Oh non, lui qui gardait son calme ; N'arrivait pas à supporter autant de tristesse et de solitude. Qu'elles ne soient pas les siennes ne comptait que peu.

Il signa quand elle passa à l'attaque, tournant autours de son clone afin de se cacher de sa visibilité un maximum, ainsi que de ses attention. Sa respiration était calme, c'était bien Kinzoku qui prenait tout les risques, et malgré les menaces qu'il avait proféré sur sa partenaire, cette sacrée Nara, Nué ne pouvait le laisser seul contre la fureur tropicale de Reiko-chan. Il allait devoir l'utiliser, bien que ce serait la première fois dans une situation aussi périlleuse, et que cette technique était nouvelle à son répertoire. Une armure de plates, des lamelles de métal d'un bleu irisé rappelant les reflets étoilés du ciel, tant elle avait été travaillée. Elle recouvrit entièrement son corps, tandis qu'une seule plaque de métal assez fin pour être tenu entre deux doigts apparu dans sa main droite, son chakra bouillonna tandis qu'il envoyait rageusement son projectile dans la direction de Reiko, sortant du couvert des clones pour la détourner de Kinzoku.

A situation désespérée, mesures desserrées pas vrais ?

Il se tenait face à elle, entièrement recouvert par son voile de métal bleu nuit, couvrant même ses cheveux blancs, qui rappelait ceux du Raikage lui même. Suivre des traces, c'est toujours se confronter aux autres prédateur qui en profitent aussi. Il s'arrêtait à quelques mètres d'elle préparant son armure à un choc frontal.

- Bien, Reiko-chan, commençons.
Il malaxa une nouvelle fois, un sabre simpliste mais à la précision et au tranchant redoutable se matérialisant presque instantanément dans ses mains. Il l'envoya en ligne droite sans grande chance de faire quoi que ce soit. Il avait un autre programme pour cette plaques d'armure, qu'elle évita d'un simple mouvement de la tête dédaigneux.

Attendre, parfois, c'est déjà faire quelque chose.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Mar 5 Déc 2017 - 12:02
Sa langue passait sur ses dents... Toujours là ? Reiko était une toute autre personne ces derniers temps, c'était indéniable, au début de leur rencontre, elle avait frappé sans tact ni réponse avant pour moins que cela. Leur soirée d'y avait pas si longtemps lui avait déjà laissé ce sentiment là ceci dit. Son sourcil s'arqua en repensant justement à ce qu'elle lui avait dit à propos de ses batifolages avec son cousin, tout en observant la mignonne petite famille en train de jouer. Est-ce qu'elle faisait d'un bout de doigt presque partie de ...

Ces barbares... ?

La Nara les regarda se lancer dans la danse, un peu désabusée faut dire, même si Reiko commençait plutôt mollo à première vue, combien même elle avait fait monter la pression avec ses gros poings en ouverture de bal. Ah, ah, petite futée va. Au moins, Nué n'était pas sa première cible, rien d'étonnant vu comment l'avait ramené l'autre gus, mais ça n'allait pas durer et ça serait dommage qu'il se fasse abîmer. Un long soupire lui échappait. Bon allez, faudra bien s'y faire si c'était ça les coutumes de cette maison...

-Ces foutus Metaru...

La Nara elle, était une opportuniste. Puis les deux cousins étaient une bonne source pour faire les appât. Qui se méfiait de la plus feignante du lot ? Une pression sous ses pieds, puis elle chargeait pour réduire la distance rapidement, histoire de se rajouter comme une fille qui sort d'un gâteau un jour d'anniversaire. Quelques mudras lui offrait une troisième bras vaguant dans son ombre, Reiko faisait face à Nué, Kin semblait être en train d'esquiver et il allait lancé sa riposte, quand la main d'ombre de la Nara claqua sur une fesse de la Metaru...

Oula, t'es sûre de toi là Sayo... ?

La Nara lui esquissait un rictus et un regard perçant. Bah quoi Reiko, c'est toi qui disait que je ferais mieux de m'entraîner au lieu de parler et batifoler ! Son petit rire de merdeuse offrait l'arrière fond des bruits métalliques et électrique. Elle se préparait à l'esquive, nul doute que ça resterait point impuni. C'était divertissant en fait les entraînements parfois.

Spoiler:
 

_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Mar 5 Déc 2017 - 16:26
Ennuyant...

Il avait esquivé, ce qui faisait qu'il était encore apte à t'emmerder dans l'avenir. Tu aurais aimé qu'il se manque ton coup et qu'il soit hors d'état très rapidement. Non pas car cela t'aurait facilité la tâche pour la suite, mais juste car tu aurais pu écourté ce cinéma au plus vite. Les deux t'insultaient derrière ton dos, les deux te méprisaient. Et pourtant, ils n'avaient pas le courage de se mesurer à toi en face à face. Soit. Tu n'avais pas vraiment besoin de les traquer ad vita eternam. Tôt ou tard ils iraient s’empaler sur tes poings briseurs d'armures.

Regardant de haut les deux larrons qui s'activaient chacun de leurs cotés, tu venais parer aisément la première salve de technique qui venait à toi. Ce genre de projectile t'aurais contraint à te déplacer en temps normal. Électrifiés, ils pouvaient t'appliquer des dommages plus qu'impactant malgré leurs moindres ampleurs. Mais ici, tu possédais tes gants qui te facilitaient grandement la parade. En quelques secondes les projectiles venaient s'écraser sur tes poings à travers un revers éclatant.

Arquant un sourcil, au même instant, Nué en avait profité pour se déplacer et composer son armure. Piètre qualités certes, mais celle-ci allait lui permettre au moins d'encaisser ton prochain coup... en partie. Bien entendu, cet abruti ne comprenait pas l'atout majeur défensif qu'il possédait et voilà qu'il t'envoyait à son tour un projectile constituant à la base sa propre armure. Plissant des yeux, tu répétais exactement la même parade. Aucune possibilité de blessure derrière tes gants qui te servaient de forteresse portative.

Au final, ce fut Sayo qui vint intervenir. Tiens elle voulait aussi se battre cette mégère ? Remontant tes poings pour choper une garde haute, tu peux apercevoir une main se balader jusqu'à ton derrière afin de ne pas manquer l'opportunité de te le claquer. Plissant des yeux, cette tarée avait encore tenté des actions suicidaires.

Soupirant, tu soutenais son regard de manière froide et brutal. Elle allait prendre cher, très cher... Mais plus tard. Et à ce moment là, son petit copain serait certainement entrain d'agoniser au sol.

- Vous avez rien d'autre ? A quoi bon se battre si c'est tout ce que vous avez.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 5 Déc 2017 - 19:04


Cette garce se défait aisément de mes senbons. Bon, honnêtement, c’est pas la peine de faire l’étonné, c’était parfaitement prévisible. Pour autant, elle ne semble pas réellement vouloir nous attaquer. Elle attend indéniablement que l’on se jette sur elle. En détournant mon regard vers mon collègue d’infortune, je le vois se renforcer d’une armure métallique. La chance. Pourquoi suis-je incapable de faire cela moi aussi ? Je le regarde un peu étonné, le temps de quelques instants, avant de me retourner vers ma cousine.

Elle nous regarde de haut, comme toujours. Les types qui prennent des airs supérieurs, c’est pas trop ma tasse de thé. De l’autre côté, la petite Nara de tout à l’heure s’est permise une petite blague assez amusante. Je dissimule mon envie de rire en plaçant mes devant ma bouche. C’est excellent se manque de respect. Dommage que je sois incapable de faire ce genre de choses. Je me demande comment Shuuhei peut s’amuser avec elle.

« Nué, aussi débile suis-je, une envie totalement suicidaire vient me traverser l’esprit. Si par malchance je venais à me faire prendre, n’hésite pas à attaquer notre cible, je me débrouillerai pour survivre. dis-je en me marrant diaboliquement. »

Comme il est excitant de risquer sa vie. Si Reiko attendait que l’on vienne à elle, alors son voeu sera exaucé. Malheureusement, c’est moi, le plus faible d’entre nous qui se lance à sa poursuite. Allez, il est temps de se lancer. Je marche tranquillement vers mon adversaire puis, alors que mes pas s’accélèrent, je commence un course assez dynamique, la fréquence de mes jambes augmente de manière considérable à chaque fois.

Approxiativement à deux mètres de cette dernière, j’arme mon bras contracté, et je lance un énorme direct. Il part dans un premier temps vers sa direction mais, rapidement, le poing se dirige vers le sol et l’impact est terriblement violent. Violent à tel point que le sol explose, dégageant de nombreux blocs de pierre, ainsi qu'un nuage de fumée, qui nous séparant tous deux. Partiellement dissimulé, j’effectue des mudras, et c’est encore une fois des senbons électrifiés, qui se dirigent vers mon adversaire en faufilant derrière les pierres.

Parallèlement, je saisis deux shurikens de ma poche d’armes, puis je les balance d’un côté et de l’autre, avec un effet de telle sorte qu’ils contournent le « mur » de pierres. Assez rapidement, je prends mes distances de cette zone assez dangereuse. Je n’ai jamais été aussi proche de Reiko, si ce n’est lors de sa première offensive. Je ne dirais pas qu’elle fait peur, car elle ne m’effraie absolument pas, mais disons plutôt que la sensation de potentiellement pouvoir perdre la vie se fait ressentir.





Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Mer 6 Déc 2017 - 1:58
Règle numéro une, toujours se donner à fond contre plus fort que soi ; Une deuxième occasion ne se présenterait peut être pas.

Et pourtant, il avait encore été timoré, une nouvelle fois. Et sans l'intervention de Sayo, il aurait sans doute compris trop tard que sa nature candide n'avait aucune place sur ce terrain d’entraînement ; Ce qu'elle leur proposait là, n'était rien d'autre que la simulation d'une guerre ; Ici une guerre fratricide entre gens du même clan. Des ego surdimensionnés, de la folie passagère, un brin d'impulsivité ; Quelques erreurs, de la morgue, du sang et des pleurs ; Un savant programme que voulait leur concocter la mégère qui se tenait devant lui, se gaussant dans ses gantelets de métal sombre.

- M'enfin, Sayo ... Il écarquilla le sourcils sous le pan de métal qui lui couvrait le visage. Sa voix n'était qu'un murmure dans le vent, à travers le filtre métallique. Un peu de ténue ... Et c'était lui qui disait ça ? Nara Sayo hein, elle le surprendrait toujours. La fille impossible.

Il voulait lui faire ravaler ce petit sourire suffisant, qu'elle n'affichait même pas pour vous le faire sentir ; Elle voulait la guerre, et bien il allait la lui donner. Elle le pensait délétère, il allait l'étonner. "Mada, Mada." Deux fentes se créèrent sur cette face sans visage, que des couches de métal cachaient à ses adversaires. Piètre qualité, mais ingénieuse conception. Il laissa son cousin expliquer son argumentaire, et baissa les yeux vers Kinzoku comme un assentiment silencieux qu'elle n'avait pas besoin d'entendre pour deviner ; Toute maligne et expérimenté qu'elle était.

Il ne se laissa pas attendrir par la présence de la jeune fille, qui pourtant laissait sentir son attention farouche sur le résultat du combat. C'était bien elle qui l'avait voulu. Si cela se passait mal, ce serait de sa faute non ? Même s'il était un bougre d'idiot à la tête trop dur, et à l'honneur bien trop développé. Des valeurs passé comme un sépia crado sur un page de papier. Attentif au moindre déplacement d'air, il sentit plus qu'il ne vit Kinozku partir sans une hésitation.

On pouvait au moins lui reconnaître sa vaillance, sa bravoure, ou bien sa folie. Les trois ne tiennent qu'à peu de chose finalement. Quelques brins sur l'herbe couchant du soir, une longue chevelure d'ébène, un parfum enivrant. Quelques pétale, un bain moussant. Ou alors quelques coups échangé dans un sombre dépotoirs, derrière des gradins obscurs d'un clan majeur de Kumo. Oui, ça n'aurait tenu qu'à peu de chose ; Mauvais karma ectaetera... Il malaxa son chakra tandis que Kinzoku arrivait au contact, il devait attendre le bon moment, celui ou il se dégagerait de son champ d'action.

Les plaques de métal sur son bras droit se réorganisèrent comme si des fils invisibles les tiraient entre elle, découvrant une partie de son bras Nué, marqué d'un dragon bleu aux serres d'ocres. Le village des Nuages, le Dragon Celeste. Et une décharge Raiton qui traversa la plaques d'armures sur son poing qui crissa en grésillant.

- Bien, commençons.


Il s'élança à peine que Kinzoku venait de faire s’ébranler le sol à une dizaine de mètre de lui, pour se déplacer sur un des flancs de la jeune femme. Il fit circuler du chakra dans ses jambes, ses muscles se serrant ses os craquant sous l'effort, tandis que ses cartilage se détendirent d'un seul coup ; Comme de lourd et épais élastique. Sa charge achevée, il arma son poing au dessus de sa tête, son corps arque-bouté pour plus de puissance.

Son poing s'élança impitoyablement vers elle, de petits arcs électrique glissant sur la surface irisée de son gantelet.

Encore une tentative pour aller vers elle, elle aurait dû sourire au moins un peu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Mer 6 Déc 2017 - 2:25
Mouais...

C'était tout ce que tu avais à dire en réalité. Tu espérais une haine plus... farouche ? A défaut, ils ne faisaient que t'observer, que t'analyser. Tu fronçais les sourcils, ils se laissaient paraître tels des loups en manque de chair fraîche, mais au final ils n'étaient que des chiots. Haussant les sourcils, tu fus seulement étonnée que Kinzoku se dévoile à toi pour tenter un enchaînement avec un peu de gueule. Tandis qu'il frappait au sol, tu remontais ta garde naturellement. Bien entendu, sans sensorialité, aucun moyen de voir ce qu'il tentait de faire. Enfin... Cela ne devait pas être bien dangereux.

Et en effet, au final, il avait usé de cet écran de fumée pour réitérer sa dernière attaque. Tu le connaissais mais, cette fois-ci, tu n'avais pas pu avoir le timing nécessaire pour dégager ces projectiles de ta vue. La plupart percutèrent ton épaule. Soit... Tu ne daignais même pas faire une grimace de douleur ou quoi que ce soit. Pour une personne qui avait vu son corps être perforée de multiples fois, ses organes déchirés et ses côtes broyés, tu n'allais clairement pas craindre ce genre de technique quand bien même elle te touchait.

Frottant ton épaule avec laquelle tu avais encaissé, tu retirais la fumée tandis qu'on pouvait voir une peau rougit légèrement sanguinolente sur celle-ci. Arquant un sourcil, à cause d'un timing séquencé, Nué ne put pas profiter de l'écran de fumée et tenter de te surprendre. Celui-ci déterminé allait se voir être bien déstabilisé à cause de ton esquive qui allait suivre. Tu t'étais pris une technique, pas deux.

Reprenant rapidement tes appuies sur le sol, voilà que tu rechargeais vers lui presque immédiatement une fois que son coup était parti dans le vent. Levant ton bras, Kinzoku pouvait clairement savoir ce qui était entrain de se présager. En quelques microsecondes après, voilà qu'une foreuse gigantesque était sortie de tes mains, et bien rapidement, celle-ci prit une taille moindre. La dernière fois que tu l'avais usé face à Kinzoku, elle n'était qu'en stade expérimental. Depuis, tu avais su pleinement la maîtriser et la modeler à ta guise. A pleine puissance, elle aurait certainement entièrement broyée Nué.

Ainsi par l'élan et l'ampleur de la technique, même son armure ou une esquive similaire à celle que tu avais user n'allait pas suffire.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 6 Déc 2017 - 4:11


Les bruits de la roche s'entrechoquant avec le métal hurlant, se transformant, se déformant. La clameur guerrière de son cœur, était couverte par les yeux d'un rouge stellaire de Reiko plantés dans sa sombre iris d'ébène. Son coup vrombit dans l'air en déchirant l'atmosphère dans un craquement lourd de sens, et de force. Tsss, trop lent cette fois-ci, il n'allait pas pouvoir lui coller cette fameuse droite rotative dont il rêvait depuis pleureuses semaines. Sur le coup, il eut l'impression d'avoir user de son temps, et de son énergie, dans une vaine recherche de puissance ; Tentant de combler un écart, découvrant une ravine, tentant de la contourner, et croisant le flanc de la montagne.

Elle fut impitoyable, mais qu'attendre d'autre d'elle, qu'elle soit même dans toute la splendeur de sa cruelle brutalité. La course ne dura pas quelques secondes de trop, mais son instinct avait reprit le dessus sur les vils reflexes de Genin qu'il devrait perdre à l'avenir pour ne plus se retrouver dans ce genre de situation. C'était ce genre de choe qu'il lui fallait gommer, puis reconstruire, et elle allait bientôt détruite toute la structure, à cause d'une seule fondation mal agencée ; Il lui manquait la haine, la rage ... Le carburant dans la machinerie.

Il composa un mudra le temps qu'elle réduise l'espace entre eux, dans un soupir, pas plus le temps d'une exclamation surprise, tiré d'une longue après midi dans un hôpital avec son Sempai Hisao ; Encore une fois il avait finit par perdre la face, et pas que. Cette fois-ci, après ce coup, il voulait au moins pouvoir la regarder dans les yeux avec un sourire, qui lui donnerait sûrement envie de le cogner une fois de plus, mais pas les moyens de le faire.

Aurait-il pû prévoir une contre attaque aussi puissante d'un seul coup ? Assurément pas, sinon il se serait surement gardé de venir malgré l'insistance de sa partenaire ; Qui avait toujours eut le don de l'amener dans des pièges où sa pauvre intégrité physique était menacé ; Routine d'un Metaru, routine de Nué. La tête dur qu'on avait dit, mais était-ce assez contre la puissance de sa détermination, qui se transforma en une sorte d'immense cône de métal tournicotant sur lui même à une vitesse bien trop impressionnante pour un simple amateur comme lui. Il avait eu bon flair de commencer à se préparer à la contre attaque, connaissant presque trop bien la blonde à son goût.

Le mur s’érigea, fidèle à lui même et couvrant toute la masse de Nué. Il fut broyé sous l'élan impitoyable de sa cousine. Ses plaques se regroupèrent dans un ultime sursaut d'efforts inutiles, levant une barrière de métal irisé contre le métal hurlant. Elle fut broyée comme un chateau de carte sous une pierre pleine.

- Eh mer*... ! Voulut-il dire, alors que la foreuse accrochait son épaule, et que son armure se fendillait plaque par plaque sans une déclaration à faire. Qu'elle fut emportée par son élan, ou bien qu'elle soit décidée à lui faire comprendre qu'il n'était qu'un misérable, la foreuse percuta dans un bruit sourd la dernière plaque de métal et l'os avec, l'envoyant valser quelques mètres plus loin avec les morceaux épars de son armure déchiquetée.

Il ne pût que se relever difficilement sur un genoux quelques instants après, elle n'avait pas porté son attaque à pleine puissance pas vrais ? Il le sentait tout au fond de lui. Ou alors était-ce la douleur ? Peut-être que les dégâts visibles étaient absents, mais les répercutions du choc brutal et de la technique impitoyable, l'empêchait de composer le moindre mudra, ses mains tremblantes comme si le temps l'avait enfin rattrapé, ce sacré fuyard. Il dégaina difficilement un kunaï, son regard fixé sur le sabre qui trônait presque au pied de sa cousine, à quelques mètres de lui ; Entre eux, comme à couteaux tirés par moitié moitié.

- Kh ... Kh ... Kh ... Il serrait les dents, réveillant de vieilles douleurs, ses muscles saillaient mais refusaient d’obéir, il avait l'impression d'être pris dans le réseau impitoyable d'une toile raiton déployée dans son corps. Un peu comme la première fois où il avait développé sa première technique affinitaire, qui avait été bien insuffisante ici même.

Bouge pas, reste là ... Laisse moi ... corriger ce sourire... sa jambe droite peinant sur le sol de pierre comme un éclopé tétanisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Mer 6 Déc 2017 - 17:44


Nué s’est donc fait latter la gueule par cette même technique qui a failli causer ma mort la fois précédente. Ce coup-ci, l’attaque est nettement mieux maîtrisée. Mes senbons ont, semble-t-il, étaient totalement inefficace sur Reiko, et c’est pour cela que mon cousin n’a pu l’attaquer comme c’était prévu. En plus d’être incapable de me défendre, si maintenant je cause la perte de mes frères. Détournant le regard de mon cousin, honteux de le voir ainsi, je sers mes poings avec rage.

Je vais réellement finir par la haïr.

Quoique je fasse, mes coups seront soit absorbés, soit esquivés assez aisément. Il est encore trop tôt pour moi. Cela ne signifie pas pour autant que je ne reviendrais pas la défier. Je reviendrais autant de fois que nécessaire, jusqu’à lui faire comprendre ce qu’est un combat, un véritable combat. La seule chose qui m’attend : brisement de mes os. Mais cela ne m’effraie pas. Au contraire, je souris à ce scénario qui en ferait fuir plus d’un.

Courageux ou suicidaire, cela importe peu.

Je repasse en mode offensif, j’accélère mon rythme. L’allongement de mes jambes, la fréquence de mes pas, ces facteurs font que je parcours une certaine distance en un temps record. À trois mètres de Reiko, je compose des mudras en continuant ma course, et c’est alors que deux shurikens fuma apparaissent et fusent en direction de l’adversaire, à hauteur du bassin. De mon côté, toujours en train de charger à toute vitesse, je saute vers ma proie, le bras étincelant.

C’est marche ou crève.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Mer 6 Déc 2017 - 18:49
Un de moins...


Tu plissais les yeux tandis que Nué se relevait fébrilement et désespérément. Il avait progressé, c'était un fait. Pas assez, mais il s'était donné la peine d'avancer malgré sa condition passée. Au fond, tu pouvais l'estimer. Il n'était pas un combattant à ta taille, mais il avait eu la volonté de se relever, d'affronter la vérité en face et d'y trouver une solution. Plus tard, il deviendrait certainement un très bon guerrier, en cet instant, il n'était qu'au prémisse de son évolution. Bien entendu, tu n'en disais rien, tu n'étais pas du genre à aller complimenter un adversaire au sol. Tu n'étais pas du genre à complimenter tout court en réalité, bien que cela aurait clairement pu améliorer la vision du monde sur ta personne... Enfin... Dans tout les cas, malgré la faible résistance, il s'était bien battu. Tu espérais que Sayo est une raison suffisante pour l'empêcher de continuer le combat, à ce train là, il allait se blesser lui même...

Arquant un sourcil, tu balayais ton regard à l'opposé, vers Kinzoku. Tu avais pu ressentir sa rage, moins intense que la tienne mais clairement de même nature. Au fond, lui aussi était un bon combattant, depuis le départ ce n'était pas la volonté qui lui manquait, ni le talent... Mais bel et bien la raison. Il avait beau tenter de t'emprisonner dans des toiles de stratégies, il ne savait pas faire la part des choses, savoir qu'en s'arrêter, écouter son instinct. Même toi, qui était du genre à foncer tête baissée avait su apprivoiser ta colère pour en extraire l'essence et ses points positifs. Kinzoku n'était pas si éloigné de toi enfin de compte, juste à quelques stade inférieur.

Dématérialisant ta foreuse, tu récupérais le gant que tu avais initialement à la base. Pendant ce temps, Kinzoku enragé tenta le tout pour le tout. Quelques Shuriken Fuma et voilà qu'il surgissait de nul part prêt à te clouer le bec avec son coup chargé. Soit... Tu allais devoir lui aussi lui montrer la différence entre toi et lui, afin que plus tard, il puisse pleinement progresser.
Ainsi balayant ses deux maigres projectiles d'un revers de la main, tu attendais la véritable menace qui n'était autre que lui même.

Te maintenant alors dans tes positions, tu ne bougeais pas, pas même les bras. Ta tête était dans sa mire, mais tu ne venais même pas l'écarter d'un pouce. Et ce qui devait arriver arriva. Le choc fut spontané, électrifié et tonitruant. Grimaçant légèrement, tu pouvais sentir le courant électrique passer dans tout ton corps, tenta de meurtrir celui-ci... En vain. Bien entendu, il te fallut plusieurs secondes avant de récupérer pleinement, bien entendu on pouvait entrevoir une gerbe de sang sortir de ton front. Mais rien d'autre, tu te tenais encore droite, démontrant tout l'expérience et ton vécu au combat. Tu avais véritablement frôlé la mort plusieurs fois, si bien que tu étais passée sur la table d'opération plus de fois que tu n'avais de doigt. A force, ton corps s'était acclimaté à tout ça.

- Bien...


Puisqu'il s'était dévoilé à toi en t'attaquant au corps à corps et que son poing se retrouvait toujours sur ton front. Tu venais choper son bras de ta main droite lourdement gantée avant de resserrer l'emprise. Plus d'échappatoire, plus de stratégie, plus de possibilité. Il allait lui aussi devoir affronter la vérité, pour son bien.

De l'autre, tu venais alors charger ton poing avant de lui enfoncer dans son bide une première fois. Bien entendu, tu possédais toujours ton armement démultipliant la force de tes coups de manière plus que drastique. Tandis que le premier impact faisait à peine effet, ce fut un second qui accompagna le premier. Puis un troisième pour l'achever.

A ce stade, tu lui avais certainement retourné les tripes, si bien qu'il allait probablement les gerber dans les secondes qui suivaient. Balançant son corps meurtri non loin, tu le regardais encaisser la sauce qu'il s'était prit.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 6 Déc 2017 - 20:22


Elle balaye mes shurikens comme de vulgaires moucherons, c’est pourtant grâce à eux que je comptais lui infliger une attaque redoutable. Au lieu de ça, elle est de nouveau face à moi, prête à me contrer. Mais là encore, elle surprend en ne bougeant pas le moindre doigt. Désillusion. Grosse désillusion. Je la frappe de toutes mes forces, mais aucune réaction de sa part. Le courant traverse son corps, sauf que malgré cela, je sens qu’elle peut encore dégainer.

Un simple filet de sang découle de mon poing sur son front.

Alors envieux d’enchaîner, celle-ci se met à bouger, comme si l’électricité n’avait aucun effet sur elle. Fort heureusement, la foreuse se disperse dans l’air, laissant maintenant place aux énormes poings vus précédemment. C’est d’une rapidité sans précédent. Un, deux et trois, c’est le nombre de coups reçus en un instant. La seule chose que j’ai eu le temps de faire, c’est tout bonnement de contracter mes magnifiques abdos et de me laisser valser quelques mètres plus loin.

La douleur est extrême. J’ai pratiquement l’envie de vomir le déjeuner de ma tantine, mais ça serait du gâchis. Je préfère tout garder. Ma vue se trouble le temps de quelques instants, puis je retrouve la visibilité. Je m’en sors mieux que la dernière fois, mon corps est relativement résistant, mais je suis dans l’incapacité de riposter d’une quelconque manière. Même pas la force de me redresser, contemplant simplement la vue qu’il est proposé : ce vaste ciel bleu dégagé.

Je crois bien que ma défaite est totale… une fois encore.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Mer 6 Déc 2017 - 22:42
Les mains dans les poches-cette counasse, la Nara observait la scène, même à deux ils avaient à peine pu l’égratigner, c'était dommage, parce que s'ils s'étaient un peu mieux coordonnés peut-être que... Sûrement même. Ses dents se serraient en voyant l'impact Nué/Reiko, bon elle aurait pu l'aider comme une vraie partenaire, dans la vie et sur le terrain, un Kagename dans le dos, bien son genre, mais elle n'en avait rien fait. Ces deux-là détestaient Reiko, c'était une évidence, mais parfois, quand Nué en parlait, Sayo se demandait si c'était sa cousine qu'il avait en aversion, ou l'avance écrasante qu'elle lui jetait à la face inlassablement, sans tact.

Au final, c'était leur faiblesse qu'ils détestaient et étrangement, Reiko-chan devenait un moteur de jauge où s'améliorer. Elle se rendait sans trop tarder auprès de Nué, il se débattait encore pour retourner à la charge quand son petit regard taquin le happait, une main glissait sur sa joue alors qu'elle s'était penché. Sayo pouvait être vraiment insupportable des fois.

-Lâches l'affaire, t'es pas encore prêt. C'est comme si on t'avait emmené le lendemain de notre rencontre passer ton examen.


Elle embrassa son front, comme celui d'un enfant à qui on offre son baiser magique capable de guérir tous les maux. Un bruit venait du sol, d'un regard en coin, la brune observa sans surprise le second protagoniste à terre.

-Le pire c'est qu'elle a retenu ses coups.


Informait-elle le Metaru et là dessus, il ne pourrait la contester, c'était elle qui aimait le plus venir la déranger pendant qu'elle s'entraînait, aussi vrai qu'elle avait vu les ravages de ses assauts.

-Va falloir être plus assidu que ça, les batifolages avec ta Nara ça compte pas pour entraînement.

Elle l'avait dit haut et fort pour Reiko, qui elle-même lui avait foutu dans la tronche après son propre échec cuisant face à elle. Mais c'était vrai qu'elle n'avait jamais parlé de ça avec Nué...

-Elle m'entraîne souvent tu sais, à sa manière. Elle balaya ses cheveux en arrière comme une diva. Et comme moi j'essaie plus de comprendre que de rager, du coup, je suis toujours meilleure que toi. Sa langue se tira, elle riait en le serrant contre elle en rajoutant des boude pas !

Pour aussi vite l'abandonner ou presque pour 'attraper Reiko', oui lecteur, tu lis bien. Sans ménagement, ni crier gare, elle l'avait accoudée la blonde féroce. Son sourire niais sur les lèvres, son culot légendaire jusqu'au bout des ongles. Elle lui avait dit de plus jamais refaire ça pourtant, enfin, de l'enlacer, mais là c'était une accolade non ? Si elle avait un joker pour chaque... La Nara était une fille assez imaginative pour faire durer le plaisir.

-On avait dit que les perdants nous payaient le resto non ? On y va ? J'ai un appétit de loup. Elle fixa les deux gars. Et toi monsieur Sourire, pas la peine de faire le mort, si faut que je te traîne, je le ferais ! Un Kagename sur Kinzuko était si vite arrivé. Pratique quand même ce don.


_________________


Team 6:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Mer 6 Déc 2017 - 23:18
Nara Sayo, ou l'art de provoquer une situation, de s'en dédouaner totalement, et d'en tirer le meilleur partie à chaque fois ; Quelque part ça vous faisait l'admirer ... Oui, sauf quand c'était vous dont la situation profitait. Ses muscles toujours tétanisé, il peinait à garder le kunaï dans ses mains tremblante. On eut dit un enfant qui essayait de découper sa propre nourriture, et qui se rendait compte que le couteau était trop lourd pour ses petits doigts boudinés. Tellement faible ... Il avait du dégout pour lui même, comme elle n'en aurait pas eu pour lui.

Et cette chipie, pareille à une tornade d'ébène ; Qui se posa au pied de son amoureux, pour venir y déposer des mots dures mais justes, qu'il n'accepta que trop mal sur le moment. Elle l'avait traîné jusqu'ici, elle l'avait forcé, et maintenant il devait se résoudre à un inévitable ? Tsss, il n'avait pas eut envie de savoir lui, il savait bien déjà ! Il lui faudrait du temps avant de pouvoir croiser le fer avec Reiko dans des conditions plus équitable.

- Mprfgh tu.. tu.. tu . Qu'il dit, avant qu'un baise posa sur son front, apposant son baume sur son esprit inflamé, et son cœur à vif. Il détestait perdre ... "tu ... tu ... tu" Elle allait encore en profiter hein ? Elle allait encore se moquer et user de son plus cruelle v'as tout ... Le mot bien placé qui fait mouche sur sa cible, et l’épingler au mur. Surtout s'il n'arrivait qu'à bafouiller ... " Je ... Je ... Je " La conversation ne lui parut pas bien intéressante, puis qu'elle disparut aussi sec, le laissant se démerder avec le reste de membre emmêlé qu'il lui restait. Frustré le gars.

Il ne se rappelait pas qu'on avait un os à cet endroit là. Et pourtant il se sentait nauséeux, comme après une fracture. Il tourna la tête difficilement vers Kinzoku, qui restait étendu par terre avec un sourire étrange sur le visage, regardant le plafond. Il se traîna à sa rencontre, n'oubliant pas ses menaces, ni qu'elle signifiait qu'il était moins sain qu'il n'en avait l'air ; Ses démons intérieures semblaient toujours prêt à le dévorer à la moindre inattention ; Une vraie cocotte-minute.

Il tendit la main vers lui, mais sa faiblesse évidente n'était-elle pas comme une insulte à celle de Kinzoku, en meilleur état que lui ? Moins fort, et pourtant ... Ce qui l’énervait le plus, ce n'était pas un manque d'ingéniosité, ou bien de recherches, non, tout ça n'était qu'un vaste ecart de puissance brute, totale et entier. Un vide stellaire qu'il devait combler en faisant brûler les étoiles de sa candeur ; Provoquant des super novas qui l'effrayait lui même.

- Vi ...Vi... Viens ? Il lâcha ce mot en espérant que ça serait compréhensible.

Et en plus, à chaque fois qu'il la voyait, il repartait minable, avec un problème de diction ridicule. Et en se sentant bien seul en plus. Elle lui avait piqué sa copine en plus de sa dignité.

_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Mer 6 Déc 2017 - 23:33
Tu soupirais...

Tandis que tu venais t'essuyer la trace de sang qui s'écoulait sur ton visage avec l'aide d'une serviette posée non loin, tu regardais les deux hommes abattus. Sayo quant à elle avait su calmer les ardeurs de son copain. Heureusement pour lui, tu aurais été contrainte de l'attaquer de nouveau et son corps n'allait certainement pas le supporter aussi tôt...

Finalement, tu avais remit une certaine hiérarchie de puissance au sein de ton clan. Ils te médisaient, te haïssaient, mais ils devaient savoir que c'était aussi pour eux que tu faisais là. Ils ne pouvaient jamais progresser avec une personne les ménageant au plus haut point. En soit, ils n'étaient pas mort, cela prouvait bien toute la retenue que tu avais du exercé durant ce combat. Mais, tu avais tout fait pour les pousser à bout. C'était aussi un entrainement pour toi, tu devais aussi être capable de moins t'emporter, d'agir avec plus de rationalité et de réflexion...

T'approchant de eux deux, tandis que Sayo tentait toujours de calmer la situation, tu les jugeais toujours du regard. Pendant tout ce temps, ils avaient été comparables à des hyènes, attendant le bon moment pour déverser toutes leurs rancunes. Mais aujourd'hui encore, ils avaient comprit qu'ils ne pouvaient pas faire grand chose de plus et pourtant... Ils avaient tout deux progressé.

Ton visage se décrispa alors, ta voix se fit plus chaleureuse, moins brutale et haineuse. C'était encore tout nouveau pour toi, tu allais très certainement chercher tes mots, mais toi aussi, tu voulais t'améliorer dans un sens.

- Croyez le ou pas... Mais vous avez progressé. Je n'ai pas les mots pour concrètement expliquer ce que j'essaie de vous dire... Je ne suis pas douée pour ça. Ce combat n'avait pas pour but de vous écraser... Je voulais aussi que vous remarquiez votre progression à tout deux... Je n'essaie pas de vous apprendre quoi que ce soit non plus. Arf, je ne sais pas comment vous dire...


Tu pestais au fond de toi. Tu voulais t'exprimer clairement, mais tu ne savais simplement pas comment le dire. Ce n'était pas des mots que tu avais l'habitude d'user, des tournures de phrase dont tu savais l'emploi. Toi aussi d'une certaine manière tu étais très faible. A t'isoler de la sorte, tu ne savais même plus comment nouer des liens avec autrui, quand bien même tu en avais la volonté.

- Tss... Ma force s'est construite de manière particulière. La votre se construira aussi, j'en suis certaine. Du moins vous en avez la volonté. Je...


Et merde... Tu pestais contre toi. En soit tu montrais clairement ta plus grande faiblesse à cet instant. Il avait toujours le risque qu'ils prennent ça pour de la pitié. Ils étaient orgueilleux dans un sens, et de la part d'un ennemi juré, ce genre de discours pouvait meurtrir leur fierté. Et pourtant, tu ne trouvais pas comment t'exprimer mieux que cela. Tu essayais simplement de t'ouvrir à eux plutôt que de les ouvrir comme tu avais fait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 8 Déc 2017 - 18:23


Ça m’emmerde pas mal de m’être fait écraser de la sorte, alors me faire charrier de la sorte par une gonzesse qui semble apprécier de mettre des mains au cul… Et pour sa gouverne, je ne fais pas le mort, je suis trop explosé pour faire le moindre mouvement. Laisse-moi me reposer, sale garce. Mais sans que je puisse comprendre quoique ce soit, mon corps se met à bouger tout seul. Inutile de réfléchir longtemps, je comprends rapidement ce qu’il se passe.

« Nué… dis-je en voyant ce dernier ramper vers moi. Qu’elle soit ta gonzesse ou pas… Cette chose abominable, je vais n’en faire qu’une seule bouchée. »

Je reste sereinement me faire manipuler.

« De toute façon, j’ai pas de thunes pour payer la bouffe, hùhù. terminé-je en pouffant de rire? »

Baissant le regard vers mon cousin, Nué, je remarque le piteux état dans lequel il se trouve. Il a sacrément chargé le malheureux. Ai-je été plus chanceux que lui ? Très certainement. Il est fort à parier que Reiko m’a épargné, étant le plus faible du lot. Honnêtement, c’est plutôt arrangeant. Rentrer avec des membres cassés, ça va deux minutes. Cela dit, je suis quand même à bout de force. Je n’essaie même pas de résister à la prise de la Nara.

Puis soudain…

Reiko… Je ne sais pas ce qui lui prend, mais elle se met à faire un bilan de l’entraînement du jour. C’est assez inattendu venant d’elle. Je ne sais même pas comment le prendre. À vrai dire, je suis venu pour lui casser la gueule, mais de son côté elle avait pout idée de former ses minables cousins. On voit qu’il n’est clairement pas dans ses habitudes de complimenter des gens ou s’exprimer de manière générale. Je comprends où elle veut en venir et c’est l’essentiel. Ma fierté en prend un coup, mais c’est par ces moments là que je dois passer pour progresser.

« N’essayerait-elle pas de nous faire des compliments, Nué ? rigolé-je comme un guignol, le corps immobilisé par la technique de l’ombre. »

Mais l’instant suivant, je retrouve mon regard habituel, mesquin, perfide et sanguinaire, que je dirige en direction de ma cousine. Contrairement à d’habitude, je ne dirais pas qu’il exprime une envie de tuer, mais plutôt de la gratitude pour ce qu’elle essaie de faire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Ven 8 Déc 2017 - 21:47
- Toi ... Tu ... tu ... rmpf ... Qu'il sortit dans un grognement au Kinzoku, mais son regard était bien plus parlant que sa verve, qu'il ne l'apprécie pas, et qu'il soit son cousin, ne lui donnait pas tous les droits non plus ; Il y'avait deux trois choses sur lesquels ne pas chercher Metaru Nué, quand au sujet de Sayo Nara, je vous aurez alors, dans la temporalité présente, conseiller de ne pas lui en parler.

Un jour, peut-être, mais sa main se déposa le long de sa cuisse ; Il lui faudrait bien encore quelques minutes pour se remettre de ses émotions, il avait le souffle coupé, comme s'il avait vu la mort en face. Ce n'était pas la première fois, remarquez.

Profitant de ce moment ou le jeune Metaru écoutait en silence, Reiko sortit pour la première fois de sa gangue métallique de férocité et de colère, et sous cette devanture peu reluisante, ce cachait un cœur ; Et qu'elle puisse en livrer un peu à ce moment là, sans rien attendre en retour que de la compréhension, fut le meilleur moyen d'apaiser les rancœurs de Nué. Tout ce qu'il avait à faire là, c'était donné le ton mais Kinzoku lui vola la parole, en balançant ses paroles sarcastiques qui lui tirèrent un regard noir et une moue boudeuse.

- Hey cousine, on est pas très doué pour ça dans la famille t'en fais pas va ... ll souriait d'un air idiot, oui un idiot, mais un bon celui là on vous le jure ! On a déjà bien discuté avec nos poings pour aujourd'hui ... Encore un peu, un peu plus, et il comprendrait le monde dans laquelle elle vivait, et comment elle avait pu atteindre une telle force en ayant seulement deux ans de plus que lui ; Il y'avait des décalage qui n'étaient pas liés qu'au temps. Normalement mauvais perdant, cette fois il s'inclinait de bonne grâce, elle lui avait montré une chose incroyable ! Une technique qui lui avait laissé entrevoir tout ce qu'il pouvait faire avec ses dons innées, et comment compléter déjà ceux qui existaient en son sein. " Mais faudra que tu m'expliques comment tu fais tourner ce machin ? Et que tu le fais apparaît autre aussi vite ... C'est pas humain sérieux ! Est ce que c'est en utilisant la matière de tes gantelets ? Tu peux le maintenir longtemps et jusqu'à quelle distance, il m'a semblé que tu t'es restreinte ... c'est parce que tu m'aimes bien ? ... Dis, tu me la remonterait pas tout de suite hein ... ?" Et voilà, rendez lui la parole, et il devient un infatigable moulin.

Il prit la direction de la sortie avec les autres, en lâchant que "De toute façon, on a qu'à faire moitié moitié sur la note, on vit dans une société évoluée et civilisée non ? " C'était de bonne guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Vous me fatiguez... [Pv Kinzoku/Nué/Sayo]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: