Partagez | 

Un duo de choc [Ft Shūuhei]


Ven 16 Juin 2017 - 6:04
Quoi de mieux pour faire entretenir son corps et son esprit ? Un bon entraînement ! Mais le vrai, celui qui te fait regretter ta cuite de la veille, qui te fait oublier les tracas quotidien ! J'étais donc parti de bon matin, vers les environs de midi quoi ! Bon oui, pour moi en ce moment le matin c'est pas avant douze heure et puis c'est tout, ne me jugez pas s'il vous plaît. Je passe le plus claire de mon temps à faire des recherches sur mes possibles origines à la bibliothèque, et le peu de temps qu'il me reste, je le passe au bar. En plus, en ce moment avec les élections du Raikage qui arrivent à grand pas il n'y a pas vraiment de mission abordable pour ma personne, le village essaye de garder le maximum de ninjas en vue des votes, normal. Je vois même plus mes collègues pour vous dire ! Si ça continuait comme ça, j'allais perdre les pédales, et c'est vraiment mon objectif. Donc aujourd'hui, on se décrasse !

Le terrain est un peu éloigné du centre-ville, ce qui me conviens parfaitement, je pouvais donc m'adonner totalement à mon occupation du jour. La séance du jour, je l'avais dédié à la maîtrise du Mokuton. Cela ne fait pas des lustres que j'arrive à m'en servir, donc c'était l'occasion rêvé. Avant ça, j'ai quand même fait un petit échauffement, faut pas non plus déconné. J'ai tout fais, de la course, des pompes, des abdos, du squat, du soulever de terre. Comme ça, j'en ai profité pour affiner mon corps d’Apollon ! Après un bon effort physique, un peu de relaxation, en mode zen. J'étais assis, face aux montagnes qui jonchent les environs, je pensais plus à grand chose, juste faire le vide dans mon esprit pour ensuite me donner à fond. J'ai fais ça pendant cinq minutes, après j'en avais marre. Le yoga, c'est pas fait pour moi. Mais j'étais fin prêt !

J'ai concentré un maximum mon chakra qui bouillonnait au fond de moi, ensuite effectué quelques mudras à l'aide de mes mains puis pour finir posé celle-ci sur le sol. Au début, il ne se passait rien. Mais vraiment rien. Je pensais que j'avais foiré quelque chose dans les gestes, ou alors pas assez diffusé mon chakra dans la terre. Puis après quelques secondes à imaginer que j'étais devenu nul et sans compétence, la surface commença à trembler, et un mur constitué de bois jailli du sol. La réalisation que je venais de faire était bien plus grande que moi, pas loin des quatre mètres de haut. Bon, j'avais rien perdu de mes capacités. J'ai passé tout l'après-midi à faire des expériences en tout genre : projectile en bois, structure en bois, clone de bois et compagnie, la totale quoi. Si ça continue, je vais pouvoir ouvrir un magasin de meuble.. non quand même faut pas abuser, je vaux bien mieux que ça !

En fin de journée, j'étais claqué, j'avais vidé pas mal de chakra tout du long, et je commençais à franchement avoir la dalle. J'ai donc pris mes cliques et mes claques puis je suis retourné en centre-ville, là-bas, j'allais bien trouver un endroit pour me nourrir. Et justement, j'avais déjà une bonne petite idée de là où j'allais me rendre, au bar ! Hé oui, en plus de servir de l'alcool, il propose de la nourriture, c'est pas merveilleux tout ça ? J'ai donc posé mon cul sur chaise en terrasse, commandé trois bols de nouilles puis je me suis pété la panse. J'étais totalement refais. C'est donc tout naturellement que j'ai demandé au patron un pichet de saké et un petit bol prévu à l'occasion. Franchement, elle est belle la vie à Kumo, je vais pas du tout de me plaindre, surtout quand je vois d'où je viens ! J'ai fais de belle rencontre depuis que je suis devenu ninja, et vu que je suis Jônin, je commence à bien connaître les gens du coins. Mais en parlant de ça, c'est pas Shūuhei que je vois là-bas ? Mais si c'est bien lui ! Ça faisait plusieurs jours que je l'avais pas vu ce bougre là ! Ah oui, ce gars, c'est un compagnon sur qui on peut compter, que ce soit en mission ou pour boire des coups ! Je vais l'inviter à partager une bolet de Sake pour la peine !

« Héhooo ! Shūuhei ! Youhouu ! » Lui criai-je dessus avec ma belle voie rauque et lui faisant des signes ! Si avec ça il ne m'a pas reconnu je comprend rien !

« Hé tu viens boire un coup avec moi ? J'ai de quoi faire, et puis c'est moi qui offre ! » Puis me retournant vers le patron « Chef ! Un deuxième bol pour Shūuhei s'te'plaît! » Comme ça avec ça il ne pourra pas refuser !




Dernière édition par Kizuato Daisuke le Lun 19 Juin 2017 - 11:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Ven 16 Juin 2017 - 22:18
J’eus un rire devant les cris et gestes du gaillard qui s’attirait l’attention de pas mal de gens autour de nous. Ça avait quand même un petit air loufoque de voir un type de sa trempe être aussi joyeux, surtout quand on le connaissait plutôt bien. Certes, Daisuke n’était pas du tout un mauvais bougre, mais il avait un p’tit caractère bien à lui. Pour autant, je ne le détestais pas du tout. Au contraire même. Il était l’un des rares à supporter mon côté un peu foufou. Femmes, alcools… Dire que ces vices nous avaient réuni et fait de nous des potes serait un euphémisme. Et puis, avec nos gueules respectives et nos gabarits plutôt imposants, force était de constater qu’on se complétait bien ; même si je devais être le plus « gentil » et le plus « ouvert » de notre duo. Mais il fallait de tout pour faire ce monde.

- « On peut dire que t’as l’air en forme, toi ! Mais je me vois mal refuser ton invitation. »

J’avais ouvert la bouche une fois à ses côtés. Non pas que j’avais honte de crier comme lui, mais j’étais plutôt fatigué. Ma voix était de ce fait légèrement enrouée, un peu cassée. Si j’étais d’ailleurs venu au centre-ville, c’était pour m’aérer l’esprit et prendre du bon temps. De la bouffe, un peu d’alcool, mais pas de meufs. Je n’étais pas en état. Et puis, avec l’effervescence qui régnait un peu dans le village, difficile de penser au cul. Pour tout vous dire, la tension était si palpable que je pouvais sentir des regards insistants sur nous : Deux jonins qui s’affichaient en plein Kumo comme ça, c’était inédit. Surtout que les deux personnages pouvaient potentiellement aspirer à être le kage. Je tendis ma paluche au Jonin qui la serra chaleureusement, avant de prendre place tout juste devant lui. Plus besoin de chercher un autre bar.

- « C’est bien la première fois d’ma vie que j’me donne à fond comme ça à la raffinerie. On a quasiment triplé la production avec moi aux commandes. J’en suis pas peu fier, mais j’avoue que ça me ruine un peu la santé ! »

Je m’étais carrément avachi sur mon petit siège tout en soufflant bruyamment. Je frisais un peu le burnout. Pourquoi ? Parce que le travail était un prétexte pour fuir carrément tout ce qui avait un lien de près ou de loin avec la politique actuelle de la cité. On avait beau dire que j’étais « mou » que je n’en restais pas moins un jonin, un cadre de ce village et donc apte à être présenté. De toute façon, même si ça arrivait, je n’allais pas me gêner pour refuser. Les membres de mon clan allaient être certainement déçus mais on ne peut pas contenter tout le monde. Pour autant, j’avais toujours le sourire aux lèvres malgré mon état de fatigue avancé, et ledit sourire s’agrandit encore plus lorsqu’une jolie jeune serveuse vint poser devant moi une coupole qu’elle se hâta de remplir de saké. Cul sec en une seconde !

- « Aaaaaaaaah ! Le saké y’a que ça de vrai mon pote ! Merci ! »

Pendant quelques secondes, j’eus une mine d’enfant avec mes joues rougis par l’alcool qui me rechauffait et un sourire presque con. Ma bouille extirpa un rire spontané à la jolie serveuse qui finit par poser la petite bouteille qui m’était destiné avant de s’en aller. Non sans remuer de la croupe on s’entend. Mon regard un peu distrait ne s’attarda pourtant pas sur cette scène qui généralement avait l’art de m’émouvoir. Non, décidément, je n’avais pas la tête à ça. J’étais même sûr que j’allais finir par intriguer Daisuke, mais qu’importe. Le sujet était sur toutes les lèvres et nos grades ne nous permettaient pas de l’éviter, d’autant plus que nous ne nous étions pas vu depuis un bon petit bout de temps maintenant du fait de mon « retranchement » volontaire. La vie est ce qu’elle est comme on dit. Mais place aux civilités.

- « Alors, qu’est-ce que tu me racontes toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Dim 18 Juin 2017 - 17:41
Aaah le Saké ! Cet alcool de riz, je ne pourrais jamais m'en passer, vraiment.. Tout comme Shuuhei j'imagine ! Vu à la vitesse qu'il a bu sa coupe, ça se voyait qu'il était au tant friand que moi à ce sujet ! En tout cas, depuis le temps que je ne l'avais pas vu, je trouve qu'il a une bien drôle de tête. Le visage de quelqu'un très fatigué, et surtout un peu dans la lune, comme préoccupé par quelque chose. Il m'expliqua donc qu'il se donnait en ce moment totalement à la raffinerie, ce qui pouvait expliquer sa fatigue. Mais pour quelqu'un de très flemmard, c'est quand même surprenant ! Mais c'était le pilier du clan Metaru, alors chose normal après tout. De plus, son savoir-faire et sa détermination avait permit à la production d'être triplé ! J'avais bien devant moi l'homme fort de l'artisanat de Kumo, mais pour tant, cela restait Shuuhei, un frère d'arme et de beuverie !

« Haha c'est bizarre mais te connaissant ça m'étonne un peu ! Tu es loin d'être un mec hyperactif, mais je me doute bien que pour la raffinerie, tu serais prêt à te donner corps et âme ! Mais fais gaffe, le boulot c'est important, mais faut pas en abuser quand même ! Si tu pouvais voir ta tête, je suis pas sûr que tu te reconnaîtrais, on dirait même que tu as maigris ! »

J'avais pas tord à ce sujet là, mais vu ma situation actuelle, j'étais pas vraiment en position de donner des leçons sur le travail.. Je passais le plus claire de mon temps à fouiner dans des bouquins à la recherche de réponse, mais pour l'instant, rien en vue, strictement rien. Je devrais peut-être me lancer dans quelques missions pour me changer les idées, mais c'est quand même bien calme de ce point de vu quand aux élections prochaines. Bon, on verra ça un autre jour, pour l'instant, profitons ! Ça ne va sûrement pas durer, donc au tant se détendre à boire du Saké, le temps passera plus vite comme ça !

« Tu as bien raison, sans le Saké, je suis perdu ! » Lui dis-je en me servant rapidement mon bol de Saké et m'enfilant ce liquide si précieux à mes yeux dans le gosier d'un coup sec.

« Oh bah moi, j'ai pas grand chose à raconter.. J'ai pas au tant de responsabilités que toi pour le village, alors je m'occupe comme je peux ! En ce moment, je passe le plus claire de mon temps à faire des recherches à la grande bibliothèque de la ville, j'espère trouver un ouvrage parlant des manipulateurs de Mokuton et ainsi trouver une piste sur mes origines, mais rien en vue.. Je pense que je proposerais une mission me permettant de partir à l'étranger quand le nouveau Raikage sera élu, histoire de trouver une piste quoi. »

Puis après tout, pour un gars comme moi qui a passé la plus grande partie de sa vie à vagabonder de pays en pays, je pense pas que cela posera un grand problème ! Reste à savoir qui sera la prochaine Ombre du village..

« Oh tien, j'ai rencontré ton petit frère l'autre jour ! Il traînait près du bar, à la recherche de ragot intéressant sur la fameuse élection. Désolé pour toi, mais il en a pas profité pour se chercher une petite haha ! »

C'est vrai que les deux frangins ne se ressemblent pas du tout, c'est un peu comme le yin et le yang les deux. Mais je me fais pas vraiment de soucis pour le petit Kahei, avec un grand frère comme Shuuhei, il arrivera loin dans la vie !

« Hmm en parlant de ça, tu en pense quoi des candidats pour l'élection ? Je sais pas trop vraiment pour qui je vais voter, puis je vais certainement pas me présenter ! Je tiens trop à ma liberté ! Puis mon vice pour Saké m'empêcherait de faire mon travail à jeun haha ! Tu vas quand même pas te présenter toi ? »


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."


Dernière édition par Kizuato Daisuke le Lun 19 Juin 2017 - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Dim 18 Juin 2017 - 20:42
- « Me présenter ? Non merci… Le travail que j'abats ces derniers temps, c'est d'ailleurs pour fuir ces élections… »

J’avais une mine de déterré en lui avouant piteusement que je fuyais ces élections comme la peste. Personne ne me contraignait vraiment à me présenter au sein du clan, mais je le vivais de loin comme une obligation morale qui faisait plus chier qu’autre chose. Moi, Raikage ? Sérieux ? J’avais pas la gueule, encore moins les épaules pour ce poste. Qui plus est, je voyais mal un barbare de mon genre diriger le nombre incalculable de savants et érudits qui peuplaient Kumo. Ça allait être vachement bizarre. Bizarre mais surtout incongru. On pouvait donc dire que les Metaru étaient d’office éliminés de la course. Néanmoins, je préférais ne pas me baser sur ce postulat pour me présenter parce qu’on n’était jamais à l’abri de « mauvaises » surprises. Ce poste avait tellement de contraintes que je me voyais même démissionner au bout de six mois et reprendre mon poste à la raffinerie. Poste pépère d’ailleurs. Je préférais taper sur du métal pour en faire une arme digne de ce nom, plutôt que m’occuper de la paperasse à longueur de journée. Irritant et ennuyant à souhait. J’étais pas un cérébral moi. Même si j’étais pas con non plus.

- « T’as raison sur un point mon pote ! La liberté ! T’imagines si on te flanque un poste pareil ? Adieu les meufs et les beuveries… »


Je secouai ma tête dans tous les sens avec un air enfantin de boudeur, puis je me remis à me resservir une coupole de saké que je vidai d’une traite. Le breuvage colora mon visage en plus de m’arracher un sourire. Pur bonheur. Mais quand bien même j’avais une bonne descente, je savais pertinemment que boire le ventre vide comme ça, c’était pas forcément une bonne chose. De ce fait, je fis signe à une autre serveuse qui vint vite fait vers nous avant de lui commander le menu du jour. J’aurai pu rendre la pareille à mon interlocuteur en lui achetant de la bouffe, mais vu les couverts devant lui, j’estimais que ce n’était pas du tout nécessaire. Il avait dû manger avant mon arrivée : « Par contre, je te vois bien en candidat, moi. Avec ton caractère, y’a moyen que tu gères le village d’une main de fer. Non ? » Le brun était quelqu’un de plutôt ambitieux, ce qui n’était pas une mauvaise chose en soi. Après, il était vrai que dans l’âme, il ressemblait plus à un Metaru qu’à un Suzuri ou même un Nara. Je n’insinuais pas qu’il n’était pas intelligent, loin de là. Juste qu’il avait la castagne dans le sang et il n’y avait qu’à le voir pour s’en rendre compte.

- « De tous les candidats actuels, seul Seijiro Nara se démarque. Si je devais en choisir un, ce serait surement lui. C’est un brave zig. Mais ce que je trouve bizarre dans toute cette histoire, c’est qu’aucun Suzuri notable ne se présente. Ils ont pourtant pas mal de bons prétendants… »

J’eus un soupir. Avec le recul, il ce clan pourrait penser la même chose du mien. Enfin, à part moi, personne ne pouvait vraiment postuler et comme je n’étais pas disposé à le faire sauf revirement de toute dernière minute -et encore, il faudrait que ce soit vraiment grave pour que je le fasse-, les Metaru n’aurait aucun représentant à cette élection. Par contre, il était clair que j’allais tout de même défendre les intérêts des miens si jamais un problème se dessinait. Je n’aimais pas vraiment ce genre de confrontations, mais je n’étais pas assez laxiste ni gentil pour faire passer le bien du plus grand nombre avant celui des miens. Ce serait horriblement con venant d’un type comme moi qui aimait les siens. D’ailleurs… « Je reconnais que Kahei est plutôt intelligent et ça me fait plaisir… Mais j’aimerais tellement le voir s’épanouir comme les gosses de son âge. » J’eus un gros soupir. Kahei, c’était mon petit frère adoré. Presque ma fierté si on veut. J’avais l’air d’un gros papa poule à ma façon d’agir. Idée qui m’arracha un sourire alors que je me calais confortablement sur mon siège le visage levé vers le ciel. L’air était un peu lourd, mais il faisait quand même bon.

- « Et si tu demandais à un Nara ou à un Suzuri de t’aider ? Ils doivent certainement avoir des indices sur tes origines, non ? Si t’en trouves une et que tu veux aller à l’aventure, j’suis ton homme mon pote ! L’extérieur, ça me branche bien. »

Mais mon soudain sourire lui montrait bien que ce n’était pas pour les bonnes raisons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Lun 19 Juin 2017 - 13:38
Comme je l'imaginais, ce bon vieux Shuuhei ne comptait pas se présenter à l'élection. Il rejoignait en plus mon avis sur la chose, au revoir les cuites plusieurs fois par semaines et pareil pour courir après les petits culs. Mais j'imagine qu'il avait d'autres raisons, comme celle de la raffinerie. Si j'étais lui, je chercherais à devenir un des hommes forts du village, sans être au-dessus du Raikage bien-sûr, mais quand l'on sait qu'une énorme partie de la production revient au mérite des Metaru, ce gars là pourrait devenir quelqu'un de très influents par la suite. À l'avenir, avec l'approbation du prochain Raikage, il n'a cas proposer de devenir chef de la production du pays de la foudre, comme ça il pourrait avoir des responsabilités mais sans avoir toutes les contraintes d'un chef du gouvernement. De plus, même s'il ne paraît pas très futé à première vue,c'est loin d'être le cas, il est bien plus malin et ingénieux qu'on puisse l'imaginer.

« Tu n'as cas demander à devenir le patron de l'artisanat de Kumo ! Moins de responsabilités que Shodaime, mais tu obtiendrais une position encore plus forte dans le village.. Et tu pourras par la suite continuer à te mettre dans le pif avec moi les vendredis soir ! »

Puis le grand blond insinua que je pourrais être un bon chef, un candidat solide. Bon il n'avait pas totalement faux, même si je suis quelqu'un qui a un gros penchant pour l'alcool et les sorties, je reste quelqu'un de ferme dans mes propos et ma vision des choses. J'ai une grande expérience de la vie aussi, puis avec mon passé de bandit, j'ai pu voyager dans divers pays et notamment un qui fait beaucoup parler de lui en ce moment, le pays de la brume avec Kiri comme village caché. L'idée de devenir Raikage me trottais dans la tête, mais franchement, j'ai aucun soutien, lui Shuuhei s'il se présente il pourra compter sur l'appui des Metaru, moi je peux compter que sur moi-même . Puis j'ai besoin d'une certaine liberté. On verra plus tard comment les choses évolues.

« Hahaha moi devenir le Shodaime Raikage ? Laisse moi rire ! Ça ne me dérangerais pas du tout, mais je suis pas sûr que les Kumojins soient franchement ravis de savoir que le dirigeant de Kumo soit un gars comme moi ! Avec moi et ma façon de faire, on frôlerait la dictature ! Non sans rire, j'y ai pensé, mais vu que je ne fais parti d'aucun clan je n'ai pas vraiment de soutien, à part peut-être trois personne : mon poing gauche, mon poing droit et toi. Puis c'est pareil, adieu la liberté, donc sans façon, je laisse ça aux Nara ou Suzuri, même si ces derniers n'ont pas vraiment envie de se présenter à première vue.  Ce Seijiro fera un bon chef j'imagine.»

Il avait bien raison le Shuuhei. Seulement un Nara sortait du lot mais aucun Suzuri n'avait faire part de sa candidature. Peut-être une alliance ou un pacte ? Ou tout simplement que le pouvoir n'était pas une préoccupation pour eux ? Aucune idée, mais le prochain Raikage ne sera sûrement ni mon compagnon Metaru ni moi-même, ça je peux en être certain à 90%.

« Puis tu sais, faut quelqu'un qui pense surtout aux générations futurs. Quand j'ai rencontré ton petit frère, je me suis dis qu'il fallait donner une chance à ces gamins. C'est fini l'âge de la barbarie, où tu dois tout faire pour survivre. Maintenant, les gosses ils ont le choix de devenir se qu'ils veulent.  Ne t'en fais pas pour lui, après tout, c'est sa génération qui va nous mettre à la retraite dans quelques années haha !»

C'est vrai, quand Kahei aura notre âge, nous ne serrons plus que des vieux plus très utile comme ninja. Non pas qu'on sera des vieux croûtons, loin de là ! Mais ce petit gars apprendra de ses aînés, et sera enclin à nous dépasser, c'est certain. Quand à l'idée de Shuuhei, il n'avait pas tord. Pourquoi ne pas demander de l'aide à un Nara ou un Suzuri pour mes recherches ? Je pense que ça m'aiderais beaucoup pour avancer et trouver une piste, mais d'un côté, j'ai pas trop envie que tout le monde soit au courant. J'ai l'impression de chercher quelque chose qui me dépasse largement. Mais la proposition de l'autre buveur de Saké me convient largement par contre !

« Oui c'est vrai, je n'y avais pas pensé.. Mais j'ai pas trop envie que tout les clans se penchent sur mes origines, enfin, pour l'instant. Je veux être le premier à trouver quelque chose de concret, au cas où racines renferme une part d'ombre... Mais en tout cas, ta compagnie sera toujours la bienvenue pour ce genre d'exploration ! J'ai déjà ma petite idée par où commencer en plus. Puis ça nous donnera l'occasion de voir la donzelle ! »

_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mar 20 Juin 2017 - 1:25
- « Oh ? Tu as déjà ciblé un endroit où commencer ? Intéressant… »

Mis à part la perspective de foutre des filles d’autres contrées dans mon pieu, voir les autres nations de mes propres yeux me ravirait énormément. Tout était prétexte pour sortir d’ici de toute façon. Le pays de la foudre était loin de m’ennuyer. Kumo ne m’étouffait pas non plus, loin de là même ; mais dès mon plus jeune âge, j’avais été bercé par l’envie de voir l’extérieur. Les paysages autres que les nôtres, les habitudes culinaires, la manière de se battre et de se défendre… Toutes ces choses étaient bonnes à apprendre et à découvrir. Daisuke devant moi était bien plus expérimenté que moi à ce niveau. Son histoire, il me l’avait bien évidemment conté. Contrairement à beaucoup d’autres personnes, je n’avais pas été choqué par son passé de bandits. Le passé restait le passé de toute façon et je n’étais pas homme à juger les autres, du moins de façon négative. Il m’avait de toute façon prouvé à plusieurs reprises qu’il était un brave zig en dépit de son caractère qui pouvait en rebuter plus d’une personne. Et puis, nos passions communes étaient plus qu’assez pour entretenir notre relation très amicale. Il était le bienvenu chez moi en tout cas.

- « Sinon, tu te goures sur un point, je pense. Si tu t’étais présenté, tu aurais eu pas mal de soutien. Y’a plusieurs clans mineurs dans l’ombre des trois grands clans que t’aurais pu te mettre dans la poche. Ça t’aurai fait un sacré électorat quand même et tu aurais pesé dans la balance. Tu es quand même l’un des rares jonins du village et ça en dit long sur tes capacités. De plus, j’aurai moi-même eu du mal à trancher entre toi et Seijiro pour tout t’avouer… »

J’eus un sourire. Daisuke était peut-être un bon vivant, mais il aurait pu, à mon sens, faire un candidat crédible. Sa façon de voir les choses n’était pas forcément mauvaise. Il avait également la force pour lui et une grosse expérience. La politique extérieure avec lui aurait certainement été juste et sans failles du fait de ses multiples péripéties. Sur ce point, son profil était exactement identique à celui du Nara. Je pouvais même dire quelque part que c’était un peu ce qui me manquait. Un point de vue sur l’extérieur. Qui plus est, j’étais bien trop gentil pour être un kage, même s’il m’arrivait de temps à autre de tirer les oreilles ou d’être sérieux lorsqu’il le fallait. Ces raisons étaient les excuses secondaires que je mettais en avant à qui voulait bien me faire comprendre que j’étais un candidat idéal pour le poste de Raikage. Une plaie véritablement. « Par contre, on a beau en parler comme ça, mais le shodaïme, il risque d’en baver. Notre société a l’air belle comme ça, mais y’a pas mal de trucs à gérer. » Des inégalités ? Il y en avait. Le monopole du devant de la scène des trois clans par exemple. Les infrastructures et corpus à ériger…

- « Vraiment… J’aimerais pas être à sa place… »

Alors que je comptais soupirer, une serveuse revint avec ma bouffe. Lorsqu’elle posa le tout sur ma table, j’eus une gueule de vrai gamin : Un gros bol de riz accompagné d’une bonne soupe miso, mais surtout des Tonkatsu. De gros morceaux de viandes de porc panés et frits. Un pur délice ! Ma fatigue s’envola d’un coup et comme un gros rustre, j’avais commencé à bouffer salement sans attendre ! J’étais tellement heureux qu’il m’arriva même de causer la bouche pleine : « Jwe tchavais dji qwe che petchit étchai pwomettcheur ! » Joues gonflées par les bouchées et pupilles carrément dilatées par le plaisir, j’essayais de lui faire comprendre avec une mine fière que mon petit frère était un as parmi les chunins. Même qu’après avoir bu une gorgée, j’avais rencheri ! « Le gosse pourra être un kage dans le futur. C’est moi qui te le dis ! » A défaut de pouvoir être un leadeur, je voyais bien Kahei devenir le chef de cette cité. Mais alors que je comptais encore vanter ses qualités, on entendit un cri à côté. Une meuf très très bien foutue qui semblait se bagarrer avec un mec saoul qui devait la draguer de façon lourde. Scène banale quoi.

Cependant…

- « Ce serait pas l’une de tes meufs qui s’fait emmerder là-bas ? »

Qu’avais-je dis en pointant mes baguettes vers la pauvre femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 21 Juin 2017 - 1:24
« Hé ouais, j'ai déjà réfléchis à un lieu en particulier. Après, c'est pas très compliqué de le découvrir, c'est juste Ame no Kuni. Mais faudrait que j'ai l'occasion de m'y rendre quoi. »

Je savais que je pouvais compter sur Shuuhei pour m'accompagner en dehors des territoire du pays de la foudre. En même temps, c'est juste ça qui lui manquait, l'expérience derrière les frontières. Sinon, avec toutes ses capacités, il se ferait vite chier à rester dans les murs étroit de la raffinerie. Non pas que cela l'affaiblisse, bien au contraire, mais je suis certain que cela lui donnerait de la motivation pour développer encore plus son clan. L'artisanat des Metaru est unique, c'est certain, mais avec une touche d'exotisme, il pourrait rendre les techniques du clan et sa réputation encore plus incroyable. Enfin, ce n'est que mon avis. Je suis pas sûr que les anciens Metaru seraient d'accord avec mon point de vue.

« Peut-être que tu as raison, il est vrai qu'une bonne partie du village ne fait pas parti des trois clans principaux. Mais n'empêche, j'ai trop passé de temps à vagabonder pour être un jour Raikage, enfin, pour l'instant. Je préfère plus me poser, découvrir avec un regard nouveau et vivre librement. C'est juste ça qui m'attire dans la vie, pas les responsabilités et les tonnes de paperasses à remplir ! »

C'est vrai qu'après tant d'année à passer de pays en pays, j'ai quand même envie de me poser pour un temps. Puis je suis tombé dans l'endroit idéal. Kumo regorge de connaissance et de savoir, je peux apprendre tout ce que je veux en restant assis sur une chaise à lire des bouquins. Bon dit comme ça c'est pas très excitant, mais j'ai besoin de comprendre le monde qui m'entoure différemment que par le passé. Quand j'étais bandit, j'étais pas un grand intellectuel, même si je suis loin de l'être pour l'instant, mais je ne savais rien de concret sur Yuukan, à part que des ninjas, il y en a dans tout le continent.

«
 Tu t'imagines, à traiter des piles de dossier chaque jour de chaque semaine ? Faire du blabla pendant des cérémonies à la mords-moi le nœud ? Regarder pousser ton géranium dans ton bureau tellement tu y passes du temps ? Gérer les engueulades entre un tel machin et un autre bidule ? Non merci ! Fini le Saké et les cuites, fini le franc-parler, fini la drague.. »

Juste à dire tout ça, j'avais la gerbe à imaginer à quel point cela pouvait être chiant à la longue. Non franchement, pas pour moi. Je préfère largement m'occuper de ma petite personne, et donner de temps à autre de ma personne justement pour les gosses du village. Faut bien que quelqu'un se dévoue pour éduquer les nouveaux Jônins de demain. Je me verrais bien en prof tyrannique, n'en branlant pas une et regardant ses élèves travailler jusqu'à en suer. Haha qu'elle douce image.

« En tout cas, si ce n'est pas lui le Raikage de demain, ce sera un de sa génération, c'est certain. Nous, on se fera trop vieux pour ses conneries ! Et peut-être qu'on aura une famille et des gosses qui sait haha ! »

À peine j'ai eu le temps de finir ma phrase, qu'un cri aiguë attira l'attention de Shuuhei qui était entrain de de s'enfiler son plat de nouille fraîchement servi. Pointant la scène avec ses baguettes, il me demanda si ce n'était pas une de mes gonzesses qui se faisait agresser. Tout en restant assis confortablement dans mon fauteuil, j'ai tourné la tête et j'ai de suite reconnu Hisae, une de mes nombreuses conquête. L'alcool me monta à la tête d'un seul coup, et je bondis de mon siège pour me rendre sur place.

« Bouge pas, j'en ai pas pour longtemps ! » Dis-je à Shuuhei sur un ton colérique.

Un sale poivreau qui devait avoir la cinquantaine venait de gifler la belle demoiselle, sûrement parce que cette dernière avait repoussé les avances de ce gros porc. Arrivé au niveau du mec, je lui ai décoché un coup de tête en plein sur son pif avant de l'accrocher par le col de sa chemise dégueulasse.

« C'est comme ça qu'on s'adresse au femme maintenant du con ? »

Sans même avoir fini de parler, je lui ai administré une droite venu tout droit de l'espace. Avec l'adrénaline et le saké bouillait dans mon sang, je ne pouvais même plus contrôler ma force. Cette seule frappe lui valu de faire un bon de plusieurs mètres en arrière et de se retrouver avachi le long du bar.

« La prochaine foi que je te revois faire un truc pareil, ou même, plus simple, si je te recroise, mon pauvre, tu vas finir tétraplégique, tu m'as compris ? »

Moi violent ? Non, jamais. Juste persuasif. Une des choses que je déteste le plus, c'est quand quelqu'un manque de respect aux femmes. Ça me rend hors de moi. En tout cas, Shuuhei à du bien rigoler en me voyant réagir de cette façon. Je pense que si c'était à lui que ça arrivait, il aurait réagi de la même façon que moi. Je me suis ensuite dépêché de rejoindre Hisae, qui avait l'air de ne pas croire ce qu'elle venait de voir.

« Tu n'as rien j'espère ? Tu n'as plus à te soucier de ce mec, il ne t'approchera plus jamais, tu peux en être certain. »

Je lui ai ensuite attrapé la main et j'y ai laissé un simple baisé, comme un vrai gentleman. Puis ensuite, je suis retourné à la table où était tranquillement installé mon compère Metaru, qui venait de profiter du spectacle tout en mangeant.

_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mer 21 Juin 2017 - 17:02
- « Et c’est qu’il est galant en plus ! »

Qu’avais-je sorti une fois qu’il était revenu s’asseoir devant moi. Et là, j’eus un gros éclat de rire ! Moqueur ? Moi ? Si peu. Mais j’avais beau me marrer comme un enfoiré que j’aurai pas aimé être à sa place. Daisuke avait pas la gueule d’un type contre qui on voudrait se frotter. Je l’avais déjà vu à l’œuvre lors de nos différentes petites missions pour sécuriser le périmètre de Kumo. Le mokuton, c’était vraiment quelque chose. Je me demandais même s’il y avait un kekkai genkai plus monstrueux que ce truc, sérieusement ! Ce qui me poussait à me dire qu’il valait mieux pas que j’me frotte contre un type pareil, même si je n’avais pas du tout peur de lui et que je pouvais le mettre au tapis, vice-versa.

- « Regarde-le le pauvre ! »

Le type qui avait été corrigé en deux temps trois mouvements s’était redressé, presqu’entrain de chialer. Le coup d’boule l’avait déjà bien entamé que le poing qui s’ajouta à l’affaire avait achevé de l’amocher. Il avait les yeux rouges et le nez carrément ensanglanté, sans doute brisé. Il me fit pitié mais ce n’était pas pour autant que je le plaignis. On n’avait pas idée de s’en prendre à une femme comme ça, sans défense. L’instant d’après, il se releva péniblement et s’enfuit la queue entre les jambes. Mieux valait effectivement pour lui ne pas trop trainer dans les environs. Daisuke aurait pu changer d’avis et aller le passer à tabac ce qui serait largement compréhensible. Les meufs, c’est sacré !

- « Bon par contre, la pauvre, elle semble pas savoir où se mettre… »

Là aussi, j’avais failli m’étrangler de rire. Elle était confuse et s’attirait pas mal de regards, surtout vu comment elle était vêtue. ‘Fin, j’étais pas du genre à juger et c’était carrément pas pour me déplaire d’ailleurs, même si c’était pas vraiment mon genre de meufs. De visage, elle était jolie, rien à dire. Niveau poitrine, c’était pas mal aussi. Mais par contre, elle avait peu de hanches et sans doute pas un gros boule comme je les aimais, ce qui m’arracha un soupir avant que je ne recommence à bouffer rapidement. Tous les gouts sont dans la nature qu’on dit. Moi les p’tits culs, c’était clairement pas mon kif, mais peu importe. D’ailleurs, elle finit par avancer maladroitement vers nous ou plutôt vers son sauveur.

- « On dirait que ta soirée va être mouvementée. »

J’avais enfin terminé mon repas, sourire fin aux lèvres. C’est à ce moment précis que la fameuse Hisae s’était retrouvée près de nous avant de s’incliner pour nous saluer respectueusement puis de prendre timidement place à côté de Daisuke. Un couple assez atypique ! Pour ma part, je me contentai de boire encore un peu de saké. Un timide « merci » s’échappa des lèvres de la jeune femme qui finit par se caler contre l’une des épaules du grand brun. Nul doute qu’à ses côtés, elle se sentait plus qu’en sécurité. On parlait d’un des ninjas les plus puissants du village de Kumo quand même. C’est sur cette image que je me redressai tranquillement non sans poser des ryos sur la table pour mon repas.

- « Serait p’être temps que je rentre me reposer moi… »

Histoire de laisser mon pote en bonne compagnie, tout ça quoi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Un duo de choc [Ft Shūuhei]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: