Partagez | 

Jeffrey, remets-nous du saké [FT. KINZOKU]


Dim 3 Déc 2017 - 18:01
Belle soirée.

C'était le cas avant que quelqu'un perturbe mon sommeil, perché sur mon fameux toit entrain de somnoler après mon goûter plutôt copieux. Je me rendais pas vraiment compte, mais depuis que j'étais à Kumo, mis à part glander sur ce toit j'faisais que dalle de mes journées. Bref, qu'est-ce que j'racontais déjà ? Ah oui, cet emmerdeur. Une personne fit son apparition, il s’avérait que ça soit quelqu'un que je connaisse au vu de sa discrétion légendaire. Un ancien pote de longue date avec qui j'avais fais les quatre cent coups. J'laimais bien. C'était l'un des rares types d'ailleurs que j'appréciais ici. Un pitre qui m'a toujours su me faire rire. Ce dernier s'avançait vers moi pendant que j'étirais le long de mon corps en arrière, bâillant par la suite, mes yeux s'ouvrèrent en petit en l’apercevant de haut en bas, lui seul savait ma cachette, c'était pas bien dur de deviner qui était-ce sachant ça. Je me positionnais en tailleur, les genoux entre-croisés, un filet de bave sur le coin de mes lèvres, ma sieste fut brève mais régénératrice. Je me frottais énergiquement l'arrière de mon crane en faisant un bref signe de tête pour lui demander qu'est-ce qu'il foutait ici en fait. Il haussait les épaules en affichant un large sourire béat.

- « Qu'est-ce qui te fait sourire comme ça en fait ? T'as l'air d'un idiot plus qu'autre chose. » Lui balançais-je .
- « J'me demandais juste où tu traînais vu que je ne t'ai pas vu chez toi ! Tu fous quoi ce soir ? » Me répondit-il en me s'accroupissant devant moi.
- « Tu connais déjà ma réponse, pas besoin d'user de ma salive pour ça... »

A peine avais-je terminé ma phrase, énergique et d'une détermintation inflexible il me prit par les épaules en me secouant légèrement, comme si-il attendait ses cadeaux lors de cette fête stupide en hiver où toutes les personnes s'offrent des présents encore plus ridicules les un des autres.

- « Je sais ! Je sais ! Je saaaaaaaais ! Rendez-vous devant chez toi à 19h tapante. T'as pas intérêt d'être en retard mon grand ! » me déblatérait-il rapidement sans que je ne puisse faire ou dire grand chose. Il disparut dans le seconde qui suivait.

Je clignais plusieurs des yeux. Ce couillon m'avait laissé en plan tout en me proposant de sortir ce soir avec lui. Qu'es-ce qu'il avait derrière la tête ? J'en savais rien mais ça pouvait être plutôt amusant. J'haussais les épaules et me relevait ainsi en pausant la paume de ma main droite contre le sol, prenant appui sur cette dernière en me basculant en avant, me redressant dans le plus grand des calmes, les anciens approuvent cette technique ultime. Je soupirais longuement en ayant à l'idée de rentrer chez moi. Sans aucunes encombres, je rentrais donc, les mains plongées dans mes deux poches respectives, la tête dans la lune, ne faisant pas vraiment attention de ce qui m'entourait. Sur mon chemin, je songeais à ce que je pouvais bien porter ce soir, j'dois avouer que la flemme pourrait tenter à m'habiller de la même façon mais je devais bien me faire voir pour une fois. Rien qu'une fois. Je visualisais parfaitement qu'est ce que je pouvais me mettre sur le dos, mais aucune tenue me donnait envie, j'allais sans doute opter pour quelque chose de sobre et de classique. Sortir du lot ne m'intéresse guère. Faire semblant ou jouer quelque d'autre non plus. J'étais plus ou moins effacé et ça depuis mon enfance.

Bien arrivé chez moi, j'avais approximativement une heure pour me préparer avant que l'autre andouille ne vienne ici. Je saluais rapidement mes grands parents en filant tout droit dans ma chambre. Je me changeais donc et ouvrit ma garde robe en restant devant, prenant des poses étranges pendant cette réflexion intense. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple. Je saisissais donc une simple chemise noire et un bas tout aussi sobre que le haut, de la même couleur. Je filais donc à la douche, me préparant en vitesse, si je comptais bien il me restait moins d'un quart d'heure, oui chercher la tenue adéquate m'a bouffé tout le temps. Petit coup par ci par là, je me peignais même pas les cheveux, laissant ma touffe se mouvoir comme elle le voulait, quelques mèches se battaient en duel là-haut, croyez-le ou non mais ça me faisait un sacré style. Bon un style de merde certes, mais un style tout de même ! J'enfilais ma tenue rapidement, laçant mes bottes convenablement à mes pieds. Je chopais mon porte-feuille, mes clefs et mon courage et je sorti de chez moi. J'aperçu aisément cet énergumène, qui était posté contre un mur, jouant avec une sorte de briquet qui le faisait tourner autour de son pouce. Je le rejoignais donc sans rien dire.

- « Enfin prête ma poule ? » Me lâchait-il en éclatant de rire, décampant de sa position pour commencer à se mouvoir en direction du centre du village.

Je fronçais les sourcils en lui lançant un regard menaçant. Sortir n'était pas vraiment ma tasse de thé. Surtout là où il y avait pas mal de peuple, mais soit, si lui me le demandait je pouvais faire des concessions. Pendant le trajet, il me racontait ses multiples péripéties depuis qu'on ne s'était pas croisé, les conquêtes de jeunes et jolies demoiselles, ses missions avec son équipe ninja puis comment il allait en général. Il avait l'air d'être heureux. Instinctivement j'esquissais un très fin sourire qui se dessinait au fur et à mesure qu'il me racontait ça. Arrivant prêt d'une rue remplie de bars, il commença à rentrer dans l'un de ces derniers, celui qui faisait l'angle de cette fameuse rue de l'alcool, tristement appelée par tout ces déchets. C'était la première fois qu'il m'amenait ici. Je le suivais sans trop me demander qu'est-ce qu'on pouvait faire ici. A l'intérieur, c'était la clown fiesta. Des tables où les boissons alcoolisées s'empilaient par dizaines, des types qui étaient raides ivres étalés sur une banquette, y'avait même des hommes qui se battaient au bras de fer pour vous dire. J'observais longuement cette scène en suivant des yeux mon acolyte qui s'aventurait tout droit vers une table inoccupée. Silencieusement, je le suivais et commençais à être un peu mal à l'aise dans ce genre d'endroit. Je m'assis confortablement sur le sofa choisi par mon brave compagnon. Lui s'affala dessus en poussant un soupir de satisfaction. Un serveuse habillée de très peu de tissu arriva donc à notre table et se courba respectueusement. Elle prit ensuite la parole.

- « Que puis-je vous servir ? »
- « Du sakéééééé ! » cria-il en s'appuyant contre la table.
- « Bien, je vous apporte ça rapidement. »

Devant l'impuissance de ma présence, je ne pouvais rien dire. Contraint de devoir boire ça avec lui pour le coup. Ce n'était pas forcément une mauvaise chose au final ? Les boissons arrivaient tout aussi rapidement que notre venue ici. J'engloutissais ça comme un verre d'eau. Choqué devant ma descente aussi soudaine soit-elle, il me tapota l'épaule en prenant un air étonné.

- « J'savais pas que t'avais l’habitude de ça... tu m'épaterais presque ! » prononça-il en finissant lui aussi son verre.
- « Tu m'prends pour qui ? » dis-je en essayant de me rassurer.

Les verres s'enchaînaient comme des p'tits pains. C'était de plus en plus plaisant. Mais, j'étais loin de savoir que la soirée ne faisait que commencer. Très loin.


Dernière édition par Goketsu Reiji le Dim 3 Déc 2017 - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100

Dim 3 Déc 2017 - 19:10


Depuis quelques semaines, je m’entraîne sans relâche. Depuis que Reiko a « acceptée » ma présence dans la zone d’entraînement que nous partageons, je me tue à la tâche. Des milliers d’abdos, au moins autant en pompes tractions, c’est maintenant au tour des exercices de musculation avec des charges assez lourdes. En effet, j’ai même pris le temps de ma fabriquer un banc de musculation, sur lequel je peux effectuer plusieurs exercices.

Eh ouais, c’est plus simple quand t’es un Metaru.

Après ces exercices plutôt axé sur le physique, je m’empresse de manipuler mon chakra, pour monter au sommet d’un arbre sans utiliser les mains, par exemple. Disons que c’est un échauffement, quelque chose je maîtrise assez aisément. Ce qui m’attend après n’est autre que de la destruction de cibles plus ou moins solides. Cela commence par des cibles en bois, puis des cibles métalliques ensuite. L’occasion pour moi de tester certains coups surpuissants.

[•••]

Deux longues et pénibles heures s’écoulent. Je quitte cette forêt menant directement dans la zone d’habitations des Metaru, où j’y retrouve mon vieil ami Shikabû, qui m’attend depuis trente minutes. Il a calculé que mon entrainement durerait une heure et trente minutes, mais il faut croire que j’avais envie d’en découdre aujourd’hui. S’il est ici, c’est généralement pas pour parler entraînement. Les Nara sont de gros fainéants, sauf quand il s’agit de faire fête visiblement.

« - Oïïïï ! Tu m’fais poiroter comme un con au beau milieu de ta famille de dingues, Kinzo’ ! dit-il à voix haute, suscitant le regard des autres Metaru.
- Ferme-la, vieux con. Nous autres, Metaru, sommes extrêmement impulsifs, tâche de rester doux en-dehors de tes murs.
- N’hésitez pas à trouver votre second degré.
- Ferme ta grande gueule. Qu’est-ce que tu me veux ? demandé-je en me grattant les oreilles, le regard totalement désintéressé.
- Toujours aussi agréable… J’ai effectué ma première mission de rang C, je paye ma tournée ce soir.
- Mh. Si c’est toi qui paye, pourquoi pas. Je suis en repos demain.
- Rendez-vous chez moi à dix-neuf heures. »

[•••]

19h, je suis devant Shikabu qui m’attend comme un excité. On se rend rapidement dans le bar où il souhaite me payer sa tournée. En arrivant, je comprends d’où cette générosité : en effet, une grande affiche annonçant des réductions sur les shots de saké. Bon, peu importe, je ne vais pas non plus faire mon chieur. Il paye sa tournée, rien que cela devrait suffire à nous mettre dans un bon état. Ving shots à boire à deux, c’est pas facile.

Non loin de nous deux, sur les sofas d’à-côté, deux types sont en train d’engloutir leurs shots comme si ce n’étaient que des verres d’eau. Par un sursaut de fierté, je saisis le premier shot et l’englouti comme si de rien était. Puis j’en fais autant avec le second et encore celui d’après. Je calme un peu le jeu, la soirée ne fait que commencer. N’oublions pas tout de même que le but est tenir la soirée.

« - Oï… T’y vas un peu trop fort là, Kinzo’ !
- Regarde à côté, ils enchaînent ça sans se plaindre. T’es celui que l’on appelle le « king de la night » ou tu as volé ce surnom ?
- C’est parti ! conclu mon ami en saisissant un shot dans chaque main. »

Début des festivités.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Dim 3 Déc 2017 - 19:57
Tout était flou.

A notre table s’empilait les shots de saké. J'arrivais plus ou moins à suivre mon collègue à ce petit jeu, enfin essayer le juste mot. Je pense très sincèrement qu'il était meilleur dans ce domaine là malheureusement. Je commençais à ressentir les effets néfastes qu'avait l'alcool sur mon corps. Titubements légers. Perte incontrôlée de mémoire. Mal-être qui commençait à naître à l'intérieur de mes tripes. Un cocktail explosif pour rendre un homme sérieux, discret et réservé en une énergumène sans nom. Je faisais encore la différence entre dire des conneries ou pas. Des fois, elles sortaient. Des fois, non. Me demandez-pas pourquoi. J'en sais rien. C'est ça être bourré j'pense. Subitement, un bras vint enrouler ma nuque avec délicatesse et subtilité. Je tournais la tête dans le sens d'où le bras m'était parvenu. L'autre abruti était encore plus sou que je ne le pensais, son visage le prouvait, dont ses joues complètement rosées. Je le repoussais délicatement sans lui faire du mal, après tout j'suis pas ce genre de type à faire du mal gratuitement, ça ne viendra pas à l'idée de faire ça. Quoique, on sait jamais. Pas à lui en tout cas. Je m'accoudais à la dite table qui était juste devant moi avant de lâcher quelques mots qui lui était adressé.

- « Fais pas le pitre... Si tu continues comme ça tu vas... »

Je n'eus même pas le temps de finir ma phrase que j'entendais un énorme ronflement qui venait de sa personne. J'haussais les sourcils en constatant que cet idiot s'était allongé sur la banquette, complètement ivre et qui maintenant dormait paisiblement sur le dos, la bouche grande ouverte, son verre vide qui résidait miraculeusement encore dans sa main. Ma mine avait changée du tout au tout, passant d'une tête amusée à une complètement blasée de la situation. Il serait sûrement temps de rentrer et de ramener cet imbécile chez lui non ? Lorsque je me fis cette réflexion, j'entendis deux hommes qui s'étaient installés à la table voisine de la notre. Décalant mon regard vers ces derniers, j'eus l'agréable surprise de remarquer qu'ils faisaient la même que nous. Je regardais ensuite tout le shots qui me restait à moi tout seul vu que l'autre dormait à poings fermés désormais. Bon, ça serait con de gâcher tout cet alcool et de le boire tout seul. Fallait l'avouer, j'en étais pas capable de toute manière. Mon idée bien en tête, je me redressais légèrement avant d'aller accoster ces deux hommes d'un simple geste de la main, regardant leur table puis la mienne successivement.

- « Yo. Vous voudriez pas un peu de boisson ? On va dire que j'ai eu un imprévu... Alors j'en ai en rab. »

Je leur pointais tout les shots de saké qui me restait, les verres flambants neufs, pas du tout entamés, il ne manquait plus qu'à ces personnes d'accepter et le tour était jouer. J'pourrais facilement me débarrasser de ça, à condition qu'ils ne refusent pas mon offrande. Mais connaissant les mœurs d'ici, qui refuserait du saké ? Pas grand monde. Sans attendre leur réponse je déplaçais les verres sur leur table en ne prenant pas en compte leurs certaines décisions. Je faisais ça dans un élan de générosité. Enfin, aussi parce que mon compagnon de la soirée m'avait largué dans un endroit que je ne connaissais pas. La boisson enfin posée, je leur adressais un regard neutre tout en les observant longuement de mes yeux. Perçant était mon regard. Je les épiais silencieusement en attendant une quelconque réponse de leur part, pour le coup j'passe pour un forceur. Enfin, j'sais pas. On verra bien. Pour l'instant je reste là, croisant mes deux bras contre mon torse, fixant chacun de leurs faits et gestes méticuleusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100

Dim 3 Déc 2017 - 20:43


Le moins que l’on puisse dire, c’est que tous ces verres réchauffent. Chaque gorgée, ou disons plutôt cul-sec à ce stade, a le don réchauffer ma gorge. L’alcool fini par me monter à la tête, mes palmettes rougissent, des envies de danser me viennent… Et voulant me suivre, Shikabu boit cinq shots d’une traite, sans prendre le temps de respirer. La dernière qu’il a fait le chaud de la sorte, il s’est écroulé, passant sa soirée et vautré comme une merde en attendant que je daigne le porter jusqu’à chez lui.

« - Calme-toi, Shikabu. On sait que tu es le « king de la night », pas la peine de le prouver. Tu n’as d’ailleurs plus rien à prouver dans le domaine… dis-je en buvant un autre shot avec délicatesse, d’une seule traite. Ah… Cette chaleur, comme c’est agréable de la sentir descendre. »

La seule raison pour laquelle Shikabu est surnommé ainsi, c’est parce qu’il sélectionne les soirées où il veut tordre tout le monde, et comme tout bon Nara, il use de stratégie. En réalité, là, il va seulement s’endormir. Il ne tient pas l’alcool de manière générale, encore moins le saké. Avec Shuuhei, on se mettait des mines régulièrement, alors disons que je suis formé à l’ancienne. De plus, tandis qu’il a commencé à avoir des responsabilités au sein du village, j’ai cessé ma vie de shinobi pour devenir un véritable alcoolique.

Petite pensée pour Reiko qui m’a violemment sorti de ce train de vie. J’en garde encore des séquelles.

Un type assez jovial, l’un de ceux que j’avais remarqué tout à l’heure, nous interpelle gentiment pour l’aider à finir ses verres. Il parle d’une certaine déconvenue, je devine ce qu’il en est en voyant son collègue en train de baver sur lui-même. En regardant Shikabu qui, dans quelques instants finira probablement dans le même temps, je ne peux que comprendre ce pauvre type. Et comme convenu, le Nara s’effondre.

« J’fais seulement une p’tite pause, o-o-ok ?… Ré-ré-réveille-moi dans… dans… quelques minutes. marmonne-t-il juste avant de s’éteindre. »

Je me retourne à nouveau vers mon interlocuteur, complètement embarrassé par la situation.

« Comme tu peux le constater à ton tour, j’ai pas mal de verres à terminer également. Cependant, ce que je te propose, c’est qu’on essaie malgré tout de les terminer ensemble. La soirée ne fait que commencer après tout… dis-je en d’un regard malicieux, avant de le détourner vers des demoiselles qui se dandinent près du comptoir. »

Levant mon verre vers mon nouvel acolyte, en guise d’amitié, je le dirige lentement vers lèvres, avant d’ingurgiter un nouveau cul-sec, sans broncher. Une bonne soirée qui s’annonce.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Dim 3 Déc 2017 - 21:26
La soirée pouvait désormais débutée.

La pagaille dans ce bar ne faisait que de s'amplifier au fil des minutes qui s'écoulaient. Faut pas s'en cacher mais Kumo est vraiment le meilleur pays pour se beurrer la tronche et fêter ça convenablement ! L'idéal de tout homme. Malgré ça, c'était ta première expérience. L'alcool commençait à agir. Ce dernier te monta à la tête, te poussant peut-être à t'amuser, c'est peut-être ce dernier qui t'a poussé à venir à la rencontre de ce jeune homme qui sait. Il semblerait que son camarade, lui aussi, l'est abandonné lâchement comme ton propre compère. Un sourire tout aussi malicieux s'installa sur le coin de tes lèvres tandis que tu le rejoignais à sa table quand tu entendais sa réponses, aussi claire et honnête soit-elle. Tu saisissais en même temps un shot de saké que tu t'enfilas d'une traite.

- « C'est pas faux. Mieux vaut être accompagné quand il s'agit de boire, c'est ça la devise ? » Prononçais-je en reprenant un air un peu plus sérieux qu'auparavant.

L'appel de la fête est un appel tentant après tout. Le goût de l'alcool aussi. Je commençais à apprécier cette merde. Fallait-il que je m'en inquiète ? Pas vraiment. En tout cas, c'était plaisant de boire en la compagnie d'un inconnu. Qui était-ce d'ailleurs ? Que faisait-il dans la vie ? Beaucoup trop de questions me trottaient dans la tête. Curieux était ton état d'esprit actuel. Mais je ne le montrais pas directement. Enfin, pas vraiment. Content étais-je. Je repris un autre verre, le descendit aussi vite que les derniers, le fluide traversait rapidement mon gosier puis atterrissait aussitôt dans mon estomac. Cette chaleur. Plaisante était-elle. Oh que oui. Je ne m'étais pas senti aussi bien depuis bien longtemps. Je posais le verre vide et plongeait mes yeux dans celui de mon interlocuteur en me redressant, saisissant un verre entre mon index et mon pouce en faisant le tour de la table.

- « Amusons-nous alors. » Dis-je en commençant à m'approcher doucement des jeunes femmes qui nous épiaient depuis un bon moment, sachant que mon partenaire de beuverie n'allait pas tarder à me rejoindre dans cette folie.

Je me réjouissais de voir de si jolies créatures ce soir. Courtois, poli ou tout ce vous voulez je tendis mon verre vers l'une d'entre elles. Dans un premier temps, elle ne comprenait pas vraiment, affichant un large sourire un peu gêné puis secondement prit le verre si gentiment proposé. La brune avançait alors vers moi, semblait vouloir me répondre tout aussi sympathiquement que moi. Son visage se rapprochait dangereusement de mon visage, ses lèvres aussi, sa bouche se posa délicatement sur ma joue, sa bouche quant à elle passait contre mon oreille.

- « Merci bien.. » Dit-elle d'une voix très douce et très calme.

Ouais, la soirée pouvait enfin commencée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100

Lun 4 Déc 2017 - 18:15


Ola… Ola… Je ne connais pas encore ce type, mais il me plaît déjà. Hùhù. Un cul-sec puis il s’en va. Enfin, il s’en va attraper de la minette. L’oisiveté, ça le connaît plutôt bien. Dire que j’avais prévu d’arrêter ces conneries. Toujours de mon sofa, j’observe cette soirée qui commence devenir assez mouvementée. De plus en plus de personnes se mettent à danser, mon nouvel acolyte semble déjà avoir saisit une proie… Je pourrais passer ma soirée ici, assis sur se sofa, à me boire et à prendre plaisir à regarder tous ces jeunes gens.

Mais…

Une demoiselle s’assied à côté de moi. Dans un premier temps, suspectant sa venue pour simplement se reposer un peu, je décide volontairement de ne pas lui prêter attention. Mais au fil des secondes, je sens un regard se porter, et quand je tente de l’intercepter, elle détourne rapidement son regard. Un jeu de regard s’est clairement mis en place entre nous. Alors que ce dernier ne cesse, je décide d’y mettre fin.

« M’est-il possible d’observer vos beaux yeux ? Cet étincelant vert qui se dégage malgré ces effets lumineux, ne manque de m’interpeller, et ce avec beaucoup de satisfaction. dis-je en insistant mon regard reptilien sur elle. »

Celle-ci reste figée quelques instants, avant l’esquisse d’un sourire sur son visage.

« - Oh ? Un Metaru qui s’exprime correctement. Pardonnez-moi mon impolitesse, disons que j’ai été habitué à leur manque de… délicatesse. « dit-elle songeuse avant de rigoler.
- J’imagine que nous ne sommes pas tous pareils. Vous suis-je familier pour deviner mon appartenance ?
- Aucunement. C’est votre ami actuellement endormi qui vous a insulté de « Metaru » tout à l’heure. Non pas ce que ce soit une insulte, mais cela semblait l’être d’après lui.
- Jolie et perspicace. Souhaitez-vous boire un verre en ma compagnie ? demandé-je en pointant du doigt les nombreux verres face à moi.
- Je vois que comme beaucoup, la promotion vous a eu. »

En regardant autour de moi, cette fois-ci avec plus d’attention, je remarque effectivement de nombreuses personnes endormies, ou simplement désabusées à l’idée de devoir boire autant. Le danger n’est pas encore là, en buvant de manière lente et non de manière abusive, et ce tout au long de la soirée, je pense pouvoir tenir le coup. Le plan est également de s’hydrater régulièrement. Une serveuse passe, je lui demande une carafe d’eau.

« - De l’eau ? s’étonne la jeune femme.
- Simplement par mesure de précaution, pour être certain de finir dignement tous ces shots ici présents.
- Vous comptez réellement tous les finir ?
- Parmi tous les Metaru, vous avez eu la malchance de rencontrer ce soir le plus borné d’entre eux. »

Alors que la discussion passe toute seule, un espèce de gros lourd vient nous interrompre.

« - Ma jolie ! Viens donc jouer avec nous, regard’moi c’vieux pas beau avec sa dégaine de gay ! affirme fièrement le gros lourd bourré. 
- Une dégaine de gay, dis-tu ? Tu empestes la transpiration, tes vêtements sont salis par tes nombreuses chutes, tu titubes et, malgré tout, tu me provoques. Tu es soit trop arrogant, soit totalement idiot.
- Qu’es-ce tu dis !? Lève-toi que j’te règle ton compte, fillette !
- Allons régler nos comptes dehors, mon mignon. Ne gâchons pas cette belle soirée avec l’effusion de ton sang. un sourire machiavélique, perfide, se dessine. »

L’homme se lève et quitte le bar dans lequel nous sommes. À mon rythme, je prends un autre shot et le boit rapidement, avant de me lever, d’embrasser la chevelure de la demoiselle en lui promettant de revenir rapidement, puis je me dirige à mon tour vers la sortie. Mais une belle surprise m’attend à l’extérieur. Il n’y a pas un mais tout un groupement de gros lourds. Ils empestent tous cette odeur mélangée d’alcool et de transpiration. Le genre d’alcooliques qui n’ont rien d’autre à faire que de picoler à longueur de journée.

« En voilà une réunion d’abrutis. Dites-moi, une soirée à ramasser vos dents, ça vous tente ? demandé-je fièrement, le regard haut et un léger sourire hautain en coin. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Lun 4 Déc 2017 - 19:02
L'alcool, une liqueur divine.

Profitant de l'alcool qui traversait tout mes canaux sanguins, la jeune femme qui se tenait devant moi m'observait en ayant toujours ce petit sourire qui pouvait faire craquer n'importe quel homme. Je m'avançais sans crainte vers elle en commençant à voir un peu flou. C'était donc ça d'avoir abusé de la boisson ? Je secouais vivement la tête pour me remettre de mes émotions en saisissant cette délicate créature par les hanches, ma tête se logea confortablement contre son épaule.

« Appelle moi Rei. Je t'invite à danser ? » Dis-je avec une once d'amusement coincé entre mes lèvres.
« Avec grand plaisir ! » Après ça, elle s'enquillait le verre que je venais tout juste de lui offrir.
« Belle descente. J'savais pas qu'une femme pourrait autant m'épater rien qu'en buvant un verre. » Rétorquais-je en prenant un air taquin tandis que je décalais ma tête de son épaule pour attendre qu'elle se décide de se mouvoir au milieu de la piste.

Chose faîte, on commença donc à danser, quelques vrilles, quelques petits pas de danses bien en raccord avec la musique diffusée dans le bar. Et dire que si ce grand bêta ne m'avait pas emmené ici, je serais enfermé chez moi à rien foutre. Dieu merci, pour une fois il avait des idées de génie. En plein milieu de ces festivités, je remarquais que des gens sortaient, et ça de plus en plus. Je continuais tout de même de faire tourner ma cavalière en remarquant par la suite que l'homme avec qui j'étais accoudé à la table sortait lui aussi à son tour. C'était étrange, quelque chose se tramait-il dehors ? Une sorte de regroupement pour fêter ça dehors ? Ou quelque chose de plus grandiose ? J'étais curieux. Je voulais savoir. Je voulais voir ça de mes propres yeux. Après cette petite danse, je la raccompagnais au comptoir en me glissant discrètement à ses côtés. J'arborais une mine satisfaite. Un autre verre s'en suivit, finissant au fin fond de mon estomac. La chaleur que provoquait l'alcool était à la fois agréable et surprenante. J'enchaînais les verres sans trop comprendre ce que je faisais. J'étais en compagnie d'une donzelle très charmante. Puis, d'un coup, je me souvins que je devais voir ce qu'il se tramait dehors. Qui de plus, un vacarme commençait à être audible d'ici. Venait-il de dehors ou serait-ce encore les effets pervers de l'alcool sur mon corps ? Pour en être sûr je devais aller voir.

« C'est ma tournée ce soir, régalez cette demoiselle. » interpellais-je la serveuse qui était derrière le bar.

Curieux. Je m'avançais donc vers la sortie avant d'avoir embrassé la jeune fille sur le front. Histoire qu'elle ne s'inquiète pas trop quand même. A ma plus grande surprise, une fois dehors, je voyais des types qui entouraient mon cher compagnon de boisson, ça empestait la boisson à des kilomètres. C'était affreux. Rien que de respirer ça me donnerait presque la nausée. Je grimaçais un peu en soufflant légèrement. Ils allaient se battre ? Mais une personne contre un tas de poivreaux c'est pas juste. Je me frayais aisément un chemin à l'intérieur de ce cercle improvisé et commença moi aussi à rejoindre le rouquin.

« J'savais pas que t'étais ici. Et surtout entrain de t'amuser tout seul. »

Je rétorquais à ma propre phrase en me craquant la nuque d'un mouvement circulaire, observant l'un après l'autre les individus alcoolisés, qui eux riaient comme des bon abrutis finis.

« Tu vas pas quand même tous te les faire... ça serait injuste si je ne m'amusais pas ! » Criai-je pour qu'eux aussi entendent notre discussion. Bien prêt de fracasser de la mâchoire par dizaines même si je savais que l'homme avec qui j'étais était encore plus déterminé que je ne l'étais.

Les types commençaient à se rapprocher dangereusement de nous deux, j'optais pour couvrir ses arrières, dos à dos, nous commençons déjà une bagarre dans laquelle je n'étais moi même pas sûr d'emporter. Mais mieux vaut tenter quelque chose en premier que de rester là à ne rien faire, ce que je fis aussi, aussi rapidement que ça puisse le paraître j'encochais ma première droite de la soirée, tout droit dans la figure d'un type qui faisait à vue d’œil le double de mon poids. Ce dernier tituba un peu en arrière avant de s'écrouler grossièrement par terre. J'esquissais un sourire fier en haussant un sourcil tout en observant les faits et gestes de mes prochains adversaires.

Au menu ce soir, soupe de phalanges et ravalement de façade vous seront servis. Bon appétit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100

Lun 4 Déc 2017 - 22:48


À peine sorti, alors que la soirée devenait extrêmement intéressante, mon nouvel ami apparaît à son tour. Il semblerait qu’il veuille s’amuser également. Heureusement pour lui, je ne suis avare ce soir. Des minables comme ces ivrognes, un seul de mes poings suffit amplement. Regardez-moi ça, même pas capable de tenir sur leurs jambes toutes grasses. Les mains dans les poches, je me retourne vers mon allié du soir.

« Oh, tu sais, te voir danser avec cette charmante demoiselle me rendait heureux, je n’osais pas te déranger pour des petites frappes. expliqué-je en rigolant.»

Puis en repensant à leur odeur excessivement forte et dégueulasse, une réflexion me vient.

« Par contre messieurs, une dame m’attend à l’intérieur, alors il est hors de question que je traine avec vous ou même que je transpire. affirmé-je cette fois-ci avec un regard on ne peu plus sérieux. »

La meute nous simplement dessus. En effectuant rapidement des mudras, deux shurikens fuma apparaissent à côté de moi avant de se projeter sur l’ennemi. Mon sang se chauffe peu à peu. Mes membres inférieurs se contractent, l’instant suivant je suis face au gros du milieu, le bras armé vers l’arrière, puis l’instant suivant encore, le voici en train de s’envoler au loin. Un type KO vers les buissons, deux autres ensanglanté par les shurikens.

Les mains de nouveaux dans les poches, je pivote légèrement ma tête vers mon compagnon, exprimant ainsi mon envie de le voir agir. Il reste quelques gars encore, tous plus faibles les uns que les autres, ce n’est que de la paperasse. Par chance, je ne peux assouvir toutes mes pulsions par d’effrayer les gens aux alentours. Que dirait cette ravissante demoiselle si elle me voyait sous ma véritable forme ? La police devrait faire son boulot, j’en ai marre de le faire pour eux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Mar 5 Déc 2017 - 15:09
Quand la soirée tourne au bain de sang.

Je me tenais silencieusement auprès de ce jeune homme. J'observais calmement les gros lourds alcoolisés en se rapprochant de plus en plus de nous. Fallait pas s'en cacher, j'avais pas forcément la côte pour boire, m'amuser ou ramener des filles chez moi. Mais, dès qu'il s'agissait de se battre j'étais le premier à briser des genoux sans aucune vergogne. La baston c'était un peu ton échappatoire dans la vie. Je me retournais donc vers tranquillement après mon coup porté judicieusement sur le plus gros d'entre eux, lâchant un rire amusé de la réponse qu'il m'avait adressé.

« Les femmes peuvent bien attendre. L'odeur du sang m'a attiré jusqu'ici... Alors tu sais, y'a pas à s'en faire pour ça ! » rétorquais-je en admirant sa technique au combat.

Lui, il savait s'y faire quand il s'agissait de cogner des gens. Allant même à les faire saigner. Ô grand jamais j'irai tâcher ma belle chemise pour ces petites frappes comme ça. Mes poings suffiront. User de mes techniques pour eux serait un signe que je me rabaisse à l'état de déchet, jamais je ne serais semblable à ça. Néanmoins, il restait encore quelques ivrognes un peu plus loin, étonnés de voir leurs partenaires tomber les uns après les autres. Je soufflais un peu sur mes mains, une étonnante accumulation de chakra entourait petit à petit ces deux dernières. Je fis quelques pas dans leur direction avant de me pencher très aisément en esquivant un coup porté à mon égard pour pouvoir lui dégoter un uppercut très franc directement dans son menton. Effet boule de neige, l'autre que j'avais violenté tomba sur son compère. J'éclatais alors de rire avant de faire quelques pas sur place, faisant à l'autre venir à moi. Malheureusement, il prit la fuite, voyant qu'il n'était plus que le seul restant, se ramassant premièrement avant de déguerpir par une ruelle non loin de là. Satisfait, je revenais vers le roux en affichant un mine souriante et satisfaite.

« J'aurais sans doute du les cogner plus vite... J'ai traîné. » Rigolais-je en épiant les réactions de plusieurs personnes qui nous regardaient elles-aussi.
« J'sais pas pour toi mais moi j'ai bien envie de boire encore un peu, bouger m'a donné soif. »

Je retournais donc dans le bar, empruntant la porte principale, le chakra qui s'était accumulé dans mes poings disparut aussitôt avais-je prononcé cette phrase. Je ne devais pas faire attendre une seconde plus cette demoiselle. Encore moins pour la boisson. Je rejoignais la table en me glissant sur la banquette, remarquant les deux hommes encore affalés dessus, la boisson avait eu raison d'eux. Je chopais alors un verre pour me rincer le gosier, cette chaleur m'avait manqué. Ouais en cinq minutes c'est fou ! Les demoiselles rejoignaient la dite table, peut-être avaient-elles vus notre combat de rue. Rien d’exceptionnel en soit. Je me réjouissais de la suite de la soirée en m'enfilant de nombreux shot de saké, en compagnie de charmantes jeune femmes. J'attendais le retour de mon compagnon de boisson... et de baston maintenant, réfléchissais-je en esquissant un sourire espiègle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100

Mar 5 Déc 2017 - 23:35


Pourquoi je rencontre toujours des types qui savent se battre ? En plus de savoir se battre, il aime presque ça autant que moi. On les a plutôt bien massacrés, à tel point que les survivants prennent la fuite. Ils se sont attaqués aux mauvaises personnes, j’aime pas trop ce genre de tocards. Sans attendre, mon compagnon retourne à l’intérieur du bar, apparemment avec une envie insatiable de boire. En y repensant, malaxer mon chakra m’a quasiment fait décuver…

« Ouais, j’ai soif aussi. dis-je en constatant mon état de sobriété. »

Je me retourne vers la porte d’entrée et, alors furieuse devant celle-ci, la ravissante demoiselle avec laquelle j’étais. Elle me regarde presque furieuse. Le visage neutre, je comprends qu’elle a probablement assistée à toute la scène. M’approcher inutile, dire quelque chose l’est tout autant. Les premiers doivent venir d’elle. Qu’elle n’hésite pas à s’exprimer. Je suis ce que je suis après tout.

« - Je… Je déteste la violence. Je déteste les personnes violentes. dit-elle avec une légère hésitation.
- Et donc ? Je ne fais rien et je continue de boire, ce type t’attrape et abuse de toi. C’est ce que tu aurais préféré ? Il fallait me le dire, ça m’aurait évité ces désagréments.
- Jeune homme du clan Metaru, comme tous ceux de ton appartenance, tu es un sombre idiot ! rétorque-t-elle furieuse, en se retournant vers l’entrée.
- Attendez ! en saisissant son bras. Mes excuses pour mes propos déplacés. Vous devez simplement comprendre que comme vous, je suis venu me détendre et boire un coup avec des amis, et que je ne peux accepter que des types pareils puissent venir tout gâcher. Puis voir ce gros lard s’agiter autour de vous, mon sang bouillonnait de l’intérieur… »

Elle me saisit aussitôt et nous retournons enfin dans l’enceinte de ce foutu bar. De retour à notre place, Shikabù se réveille soudainement comme une pile électrique. À quelques minutes près, il a presque tenu parole ce connard. C’est qu’il s’améliore de soirées en soirées. Me voyant accompagné, il décide de ne pas dire un mot, de prendre deux shots avec lui et partir à la chasse. Autant je suis assez tranquille, autant lui c’est un véritable requin dans l’âme.

La soirée peut enfin reprendre son cours.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Mer 6 Déc 2017 - 14:15
L'alcool coulait à flot.

C'était le cas de le dire. Je me tenais sur la banquette, ma jambe droite repliée contre celle de gauche, mon genou à moitié recroquevillé contre lui même, j'haussais un peu le regard en essayant de repérer si le jeune avec qui je m'étais battu à ses côtés était revenu. Il semblerait qu'il y ait un petit malentendu avec une de ses conquêtes. Semblerait-elle choquée par tant de violence qu'elle avait certainement vu dehors ? Pas de chance. Enfin, j'me disais ça mais j'aurais rien dis si-il me serait arrivé la même chose avec la douce qui était contre moi désormais, complètement saoule. Encore un verre à la main, je profitais de cette soirée pour décompresser de mon quotidien ennuyeux à mourir tout en repensant au lendemain qui m'attendait. Je n'avais pas envie de penser à ça. L'alcool était la clef à toutes mes misères. Avalant cette gnôle aussi vite qu'elle fut remplie dans son contenant. C'est alors qu'il revenait, traîné par cette dernière, les femmes avaient toujours raisons sur nous-même pensais-je en posant mon verre sur la table, me redressant légèrement tout en restant assis.

« Voilà qui fait son retour ! » l'acclamais-je en esquissant un franc sourire sur mes lèvres, faisant signe ensuite à la serveuse au loin de se ramener.
« Rincez-le autant qu'il le voudra, sa gorge est sèche. Du saké suffira. Je vous remercie. » Chuchotais-je doucement près de la serveuse en lui tapotant amicalement son épaule. Gênée, elle fila aussi vite qu'elle était venu.

A cet instant précis, je sentis une petite pression sur mon épaule, se remuer et bouger petit à petit, je l'avais presque oublié elle. Elle s'agrippait à moi comme une p'tite sangsue. Ma main se calait contre sa hanche plus fermement pendant que mes lèvres se posaient délicatement sur son crane, sur le haut de sa chevelure noire. Je ne pouvais pas être plus heureux que ça, de l'alcool comme je le souhaitais, de jolies femmes à en pleuvoir et le tout en étant entouré de bonnes personnes. Mon pote s'était réveillé entre temps, s'était glissé jusqu'au comptoir, papotait avec des types en faisant une sorte de concours de qui pouvait boire le plus. Il allait encore perdre et j'allais sans aucun doute me coltiner sa carcasse que je devrais amener jusqu'à chez lui.

« Tu es un ninja pas vrai ? » me susurrait-elle dans le creux de ma nuque.
« On peut dire ça oui. Même si en ce moment, j'esquive le plus possible mes responsabilités. Peut-être qu'un jour, je réussirai à honorer mon rang, ma famille ainsi que mon clan... »
« Tu réussiras, j'en suis persuadée... Tu réussiras... »

Après ce douces paroles elle s'assombrit dans un sommeil profond, cognant sa tête contre le haut de mon torse. Un sourire envieux s'élargissait sur mon visage pendant que je me décalais sur le côté en la laissant sur la banquette, ainsi elle sera tranquille, bercée par les effluves de l'alcool. Je rejoignais une nouvelle fois la table où était assit le rouquin, sans pour autant anéantir l'intimité qu'il y avait entre la femme avec qui il était et lui même. Patiemment, j’attendais que les boissons viennent à moi. La serveuse n'allait sans doute pas tarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100

Mer 6 Déc 2017 - 18:11


« - Quel est ton nom ?
- Metaru Kinzoku. Et toi ?
- Mh. Très métalleux tu es. Elizabeth Suzuri.
- Une Suzuri… Tu connais Kyoshi ?
- Un de mes plus jeunes cousins. Un ami à toi ?
- Je suis dans la même équipe que ce gosse.
- Dix années vous séparent, mais tu me dis que tu es encore un Genin, au même titre que cet enfant ?
- J’ai eu quelques passages vides dans ma vie.
- À ta manière de te battre, je n’aurais jamais pu croire que tu n’es qu’un simple Genin.
- Cela change-t-il quelque chose ? Les rangs, je m’en cogne pas mal. Le plus intéressant, c’est simplement d’être le plus fort.
- Intéressant. conclu-t-elle avec un sourire malicieux. »

Obtenir des rangs, des grades, devenir quelqu’un de reconnu… Toutes ces choses aussi futiles les unes que les autres m’importent peu. Ce qui m’intéresse fondamentalement, c’est protégé ce bon vieux village et terrasser tous ceux qui me feront face vers mon ascension au sommet. Celui au sommet de ma pyramide n’est autre que Shuuhei, mais c’est pourtant bien sa frangine que je veux massacrer violemment.

Soudain, sans un mot, mon compagnon s’installe à notre table. Elizabeth n’y prête pas spécialement attention, mais de mon côté, je m’imagine mal le laisser là nous regarder sans rien dire. Je le regarde, puis je regarde ma douce. N’était-il pas accompagné ? Je scrute l’endroit où il était précédemment, c’est là que je comprends la raison de sa venue. Je remarque que son ami n’est plus allongé, signifiant qu’il s’est réveillé, mais que sa demoiselle est celle qui dort à présent.

« Voici votre commande. dit une serveuse en ramenant une quantité de shots qui me donne la gerbe. »

Mon regard se porte soudainement, presque en colère, en direction de l’auteur de cette abominable commande.

« Toi, là… Tu ne te foutrais pas de la gueule du monde. On a peiné à finir notre précédente tournée, et là tu te permets d’en prendre une autre ? expirant désespérément. Elizabeth, je te présente… attendant qu’il dise son nom. »

Et comme c’est devant moi, je me permets de prendre un shot et de le boire cul-sec.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Dim 10 Déc 2017 - 20:14
Confortable était mon assise.

J'observais ces deux tourtereaux en ne m'empêchant pas d'esquisser un très large sourire à leur égards. J'étais réjouis qu'ils s'entendent bien malgré notre petite prise de becs avec des alcooliques complètement ravagés du cerveau. Soit, je suis sûrement de trop mais je me devais de lui ramener la surprise. Oui, un bon plein de shots, sûrement les derniers de la soirée en sa compagnie. D'ailleurs, ils étaient arrivés. Je les regardais. Je les dévorais du regard pendant que mon copain de baston me fusillait du regard.

« Toi, là… Tu ne te foutrais pas de la gueule du monde. On a peiné à finir notre précédente tournée, et là tu te permets d’en prendre une autre ? »

J'éclatais alors de rire. Un rire qui n'allait pas faiblir d'aussi tôt naquit, en même temps au vu de l'alcool digéré par mon frêle et petit corps. Qu'est-ce que j'en avais foutre de ce qu'il pouvait penser en fait. Il allait boire et se la fermer, point. C'est comme ça que ça se passe avec moi. Si-il n'était pas satisfait que je lui fasse cette offrande qu'il me le dise ouvertement et en face de moi. J'suis pas agressif ni violent, non non. Pas vrai, stop mentir. Ah oui, me présenter, quel souillon fais-je, j'ai l'air de quoi maintenant. Je passa ma main devant ma bouche en m'arrêtant soudainement de rire, plongeant successivement mon regard dans celui de la jeune femme en face de moi, un visage démentiellement malicieux apparut.

« Goketsu Reiji, enchanté de faire "votre" connaissance. » dis-je en accentuant le votre juste pour l'amusement que ça me procurait de me présenter deux fois en une seule soirée.

Après cette brève présentation je saisissantes aussitôt un verre qui était en plein milieu du plateau que la serveuse nous avait servit tandis que je levais ce dernier à mes lèvres, faisant couler cet agréable nectar au fin fond de ma gorge, traversant d'une rapidité hallucinante mes entrailles-même. Chaud. Ouais, il commençait à faire chaud ici.
« Pourriez-vous nous amenez de l'eau ? La déshydratation ne serait pas une très bonne chose pour nous autres.» Prononçais-je en pointant peu de temps après le rouquin, qui lui était aussi en face de moi.
« Je n'ai pas envie qu'il finisse assoiffé vous voyez ? » Ricanais-je à la suite de cette petite taquinerie, facile et directe.
« Bien. Je vous apporte ça dès que possible. » Dit-elle en partant avec sa serviette sur son avant bras, sa posture droite et inflexible. Je la reluquais sans gêne. Peut-être est-ce l'alcool dans mes veines qui me poussait à faire des choses insensées ? Moi-même, en y réfléchissant un peu, je me trouvais réellement stupide. Mais soit. Ce liquide désastreux nous fait faire des choses qu'on pourrait vite regretter. Si seulement j'étais comme tout les autres, ça aurait été plus drôle. Si seulement.

« Eh... Dis moi, je t'ai entendu tout à l'heure, il n'y aucun doute là dessus. Je n'avais pas fais réellement attention. Tu es du clan Metaru ? Réellement ? » Mon ton tout entier avait changé du tout au tout. Car oui, je connaissais des metaru. Et pas des moindres. Il me fallait des réponses, mon regard qui était plus ou moins amusé tout à l'heure s'assombrissait de plus en plus, le sérieux de mon visage prenait de l'ampleur tandis que je croisais les bras, jouant avec mon verre vide entre mes doigts, je me doutais bien avoir vu sa technique de combat au moins une fois dans ma vie. Persuadé mais en manque de réponses, je restais ici, impassible dans l'attente d'une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100

Mar 12 Déc 2017 - 22:20


Goketsu Reiji. A priori, ce nom ne me dit absolument rien. Pour le peu où je me rendais à l’école, ce n’est certainement pas là-bas que j’allais le rencontrer. Étrange également de ne pas l’avoir rencontré lors de mes nombreuses soirées, il m’a l’air de passer beaucoup de temps festoyer, comme moi il y a encore peu… Nous étions peut-être bien trop dégommé pour nous repérer les uns et les autres. Enfin me concernant, c’est fortement possible, car une bonne partie de mes soirées sont enfouies dans mon inconscient.

À la suite de ces présentations, ce dernier encaisse un nouveau cul-sec qui semble moins bien passer que les précédents. Un sourire se dessine sur mon visage, du moins jusqu’à ce qu’il me fasse passer pour la petite pédale qui n’assume pas ses gorgées. Oui, je me vexe relativement vite quand il s’agit de trucs d’homme. Cela dit, je suis bien le premier à dire qu’il est important de s’hydrater en eau lors de soirées trop arrosées. C’est un conseil d’ami, faites-en ce que vous voulez.

Et là, le type devient sérieux. C’est si terrifiant ou embêtant d’être un Metaru ? Il aurait simplement pu me poser la question avec un sourire, puis je lui aurais répondu simplement. Ses gestes, les traits sur son visage, les mouvements qu’il effectue avec son shot, tout cela démontre une certaine envie d’en découdre ou du moins d’en apprendre davantage. Les derrière le dos de ma belle, le long du sofa, les jambes croisés et un shot, je bois mon cul-sec en gardant mon oeil reptilien vers mon interlocuteur qui ne démord pas.

« Ne prends pas ces airs, camarade. Mon sang a tendance à bouillir pour moins que ça. dis-je d’un ton glacial, le regard assassin. »

Là, la tention est palpable. Je dégage une envie de tuer et peindre les murs de cette enceinte avec le sang de celui qui se tient face à moi.

« Mais oui, je suis bien un Metaru. continué-je cette fois avec une voix mielleuse, le sourire aux lèvres. Et sinon, pourquoi ne nous sommes-nous pas déjà rencontrés auparavant ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Sam 16 Déc 2017 - 16:40
La serveuse revenait avec un pichet d'eau fraîche qu'elle déposait sur la table, cette dernière se courbait en me regardant, je lui fis un petit signe comme guise d'un bref remerciement tandis que j'inspectais chaque faits et gestes de l'homme qui se trouvait en face de moi. Suspicieusement, je détournais mon regard vers mon brave ami qui commençait à brailler comme un âne, gesticulait dans tout les sens, se ramenant toute l'attention pour lui. Bien heureusement, il ne se battait pas ce soir, je n'avais pas envie de m'en mêler de toute manière. Je ramenais, inlassablement, mes yeux perçants dans celui du dit metaru.

« Je prend les airs qui me plaisent, toutefois, j'ai l'impression d'avoir déjà vu ta gueule quelque part... » répondis-je en prenant un ton plus ou moins agacé. Je fronçais un sourcil en prenant le pichet d'eau tout en me servant de l'eau que j'avalais quasi instantanément.

Une tension s'était installée entre nous. Une atmosphère bestiale et féroce. Cette dernière ne me mettait pas forcément pas à l'aise. J'étais encore une fois impassible. Plus impassible qu'un simple mec lambda issu d'une famille moyenne.

« Ne le prend pas mal, mon ami. Votre famille ne me revient pas. » Continuais-je en fixant droitement mon interlocuteur d'un ton amusé. En effet. Tu te souviens maintenant. L’oppression. La haine. La colère. Toutes ces choses néfastes qu'avaient apportés ces derniers. Je claquais ma langue contre mon palais en signe de mécontentement certain. Je ne pouvais pas m'empêcher de savoir que ces derniers avaient ruinés la vie d'autrui. Sous mes yeux. Qu'en était-il de mon ressenti dans tout ça ? Je ne les méprisais pas. C'était des gens que je ne connaissais même pas. Pareil pour la dite famille Metaru. Mais installer un règne de terreur n'est en aucun cas bon pour la population. Je déviais mon regard du sien, préférant me terrer dans mon silence, en commençant à me redresser, je quittais la table, lui laissant le plaisir de boire tout ce qu'il restait. Je saisissais dès à présent la femme sous mon épaule, la traînant près du comptoir, la ramenant auprès de ces jeunes amies. J'allais ensuite tapoter l'épaule de mon jeune ami en me dirigeant ensuite vers la sortie.

« Il est l'heure. Ramène-toi. »

Je sortais du bâtiment en prenant un peu l'air une seconde fois, où avais-je la tête, ce gars-là n'était sûrement pas comme tout les autres après tout, je pestais contre mon propre comportement, haussant mon regard qui se portais dès à présent sur ce ciel étoilé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1729-goketsu-reiji-100

Sam 16 Déc 2017 - 17:06


Huh ? Je me retourne vers Elizabeth, l’air interrogé.

« Aurais-je dit quelque chose pouvant l’offenser ? »

Elle me confirme que non d’un signe de la tête. Je n’apprécie que des personnes s’amusent à créer des tensions sans la moindre raison. Du simple fait que je sois un Metaru, il se permet d’être peu appréciable. Subitement, il quitte la table, ramène sa demoiselle auprès de ses copines et vient alors me tapoter l’épaule pour me diriger vers la sortie. Elizabeth comprend que la situation, elle sent mes nerfs s’emballer, mon sang s’agiter, et me supplie de ne pas y aller. Mais comment moi, un Metaru, puis-je laisser passer cela sans rien dire ?

« Elizabeth… Tu as bien vu la rancoeur dans ses yeux. Si je n’y vais pas maintenant, cette scène se reproduira un autre jour, probablement avec un autre de mon clan… Inutile de retarder davantage l’échéance. »

Elle prend le temps de réfléchir quelques instants.

« Très bien. Mais cette fois-ci, j’assisterai à toute la scène. »

Il va bien falloir qu’elle sache qui je suis réellement. Alors je me lève. Je me lève et suis mon nouvel ami, ou du moins la personne que je pensais être un ami. Alors une nouvelle fois, je me retrouve à l’extérieur face à un type remonté. Alors une nouvelle fois, je ne suis pas celui qui a cherché. Alors une nouvelle fois, on veut jouer avec mes nerfs. Et si cette mascarade continue, alors une nouvelle fois, je serais contrains de sévir.

« Explique-toi et vite. J’ai pas spécialement envie de perdre mon temps avec des gamineries. T’as un truc à dire, dis-le. T’as un truc à faire, fais-le. Et vite. dis-je en laissant le raiton en moi se dégager légèrement de manière irrégulière. »

Les mains dans les poches, je patiente simplement. Une réponse, quoique ce soit, mais quelque chose.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1371-metaru-kinzoku-achevee

Jeffrey, remets-nous du saké [FT. KINZOKU]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: