Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Si réel et pourtant complètement faux... [Ft.Shizen/Team 6]


Mer 6 Déc 2017 - 17:59
Une semaine de congé, l'occasion rêver pour Shojito de mettre au point un entraînement de taille pour ses deux élèves. S'il s'investissait dans son travaille en tant que policier il avait à coeur de ne jamais laisser ses élèves trop longtemps sans un bon entraînement. Pour ce faire l'Ikezawa avait décidé de faire appel à l'une de ses récentes rencontre, tout deux s'était vu au cimetière de Kumo dans un but commun de rendre hommage aux guerriers mort durant la bataille de Shîto. Autour d'une bouteille de saké les deux avait mentionné beaucoup de chose mais ils avaient surtout partagé un moment assez morbide qui au fond n'avait aucun sens. Vous vous imaginez ? Deux grand gaillards partageant une bouteille d'alcool en parlant du véritable sens de la mort ? Plutôt bizarre vous en conviendrez.

Quoi qu'il en soit Shojito s'était renseigner sur la réputation de ce Jônin qui était un très bon élément de Kumo et qui plus est siégeait à la table du conseil du village. Aburame Shizen, il était le parfait shinobi pouvant aider l'Ikezawa à apprendre à ses élèves comment contrer un genjutsu, étant lui même incapable d'en utilisé il devait donc bien faire appel à quelqu'un qui lui le pouvait. Il lui avait donc donner rendez-vous en s'étant assuré que celui-ci aussi soit libre, et patiemment il l'avait attendu dans un bar ayant commandé une bouteille de saké.

En voyant Shizen fouler le pas de la porte il lui fit signe tout en lui souriant avant de lui adresser quelques mots. "Merci d'être venu, je sais que tu es quelqu'un d'occuper. Depuis quelques temps maintenant je m'occupe de deux genin qui ont beaucoup d'avenir et j'aurai aimé avoir ton aide pour leurs apprendre des choses. En m'informant j'ai su que tu pratiquait le genjutsu et j'aimerai donc que tu acceptes de plonger mes élèves dans un genjutsu pour qu'il essaye d'apprendre à le brisé sans technique." Il servait ensuite deux coupelle de saké l'une lui étant destiné et l'autre étant pousser légèrement pour se mettre en face de Shizen. "Désolé si je vais droit au but, j'aurai bien voulu partagé cette bouteille sous le signe de la détente mais j'ai à coeur de les voir progresser." Finissait-il en se saisissant de la coupelle et en la buvant cul sec.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mer 6 Déc 2017 - 22:26
Voilà une journée qui promettait d'être intéressante. Aujourd'hui, Shizen partait à la rencontre d'Ikezawa Shojito. Une très courte connaissance vue la dernière fois au cimetière, pendant qu'il rendait hommage aux victimes de Shitô. Les deux hommes avaient brièvement parlé à propos d'un décédé qu'ils connaissaient tous les deux : Suzuri Shinobi. Puis lors d'une courte discussion, ils avaient survolé des sujets tels que le village, la guerre, mais aussi les déserteurs. Un scénario hilarant autour d'une bouteille de saké. Quoi qu'il en soit, l'Ikezawa souhaitait rencontrer une nouvelle fois l'Aburame. D'après ce qu'il comprit de sa secrétaire, la demande était plutôt urgente. Tout d'abord, le lieu de rencontre : dans un bar. Un drôle d'endroit que le manipulateur d'insectes ne fréquentait jamais. D'une part, ce n'était pas un énorme consommateur d'alcool ou de tabac. D'une autre, le ce coin était fréquenté par une partie de la population qui ne collait absolument pas avec le tempérament du Jônin. Un parfait opposé. Autant dire qu'il aurait préféré que cette rencontre se déroule au sein de son bureau, comme d'habitude. Néanmoins, ce n'est pas pour autant qu'il comptait refuser l'invitation. Une fois qu'il termina la paperasse, il se rendit donc à la rencontre du blond, dans ce fameux bar.

Après de nombreuses minutes de marche, Shizen arriva au lieu de destination et partit à la rencontre de Shojito. Visiblement, sa demande concernait ses deux élèves : Metaru Nué et Nara Sayo. Deux personnes que l'Aburame connaissait, appréciait et envisageait même de travailler avec eux. S'il était quelqu'un d'occupé, il avait accepté de le rencontrer aujourd'hui et ne pouvait donc que répondre positivement à sa demande. D'ailleurs, le concept même de son programme lui plaisait bien : de nombreuses illusions avec comme mission les comprendre mais surtout en sortir.
Salutations, Shojito-san. J'ai du temps libre à t'accorder pour ton exercice, je suppose que ce serait une bonne expérience pour moi aussi. Dit-il en réceptionnant la coupe de saké et en prenant une gorgée. Il était invité, alors il n'allait clairement pas se gêner. D'ailleurs, l'Ikezawa semblait plutôt pressé de commencer cette journée. J'ai déjà de petites idées à soumettre à tes élèves. Le Jônin utilisait justement ce concept d'illusion pour son propre département. Nous commençons dès aujourd'hui, je suppose ? Quel est lieu de l'entraînement choisi ? Autant commencer le plus rapidement possible.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Jeu 7 Déc 2017 - 16:25
Un sourire se dessinais sur le visage de l'Ikezawa lorsqu'il apprenait que Shizen était d'accord de l'aider. Celui-ci avait même déjà queqlues petite idées et les deux se mirent à en discuter un peu plus longuement autour de la bouteille pour ensuite décidé de commandé du thé histoire de rester en forme pour la suite des événements. Shojito lui indiquait donc le lieu ou il avait prévu leurs méfaits, il s'agissait en réalité de l'endroit ou il avait rencontré ses élèves pour la premières fois et cela leurs servirai d'indice pour comprendre puisque le blond n'était pas dupe au point de croire qu'il arriverait aussi simplement que cela à déjoué une genjutsu tendu par Aburame Shizen lui même sans avoir d'indice. Il avait confiance en eux bien sur mais il s'agissait de bon sens cet fois. Quoi qu'il en soit après s'être accordé les deux partaient en direction de l'endroit mais Shojito lui avait prit la peine au fil de la discussion de créer deux missive officielle à l'intention de Sayo et Nué.

Objet de la missive : Nara Sayo et Metaru Nué, vous êtes convié à participé à une mission de reconnaissance aujourd'hui en compagnie de votre sensei Ikezawa Shojito. Cette mission consiste à vous rendre dans la forêt au sud de Kumo et enquêter sur les attaque d'animaux sauvage qui ont eut lieu la bas récemment. Débusquez la menace, tuez la, et rentrez faire votre rapport au raikage en personne.

Ainsi avait été ficelé le plan du blond et de son nouvelle acolyte l'Aburame. Tout deux était maintenant à l'entrée du village. Shojito attendant ses élèves comme le veux le processus de mission de Kumo et Shizen quant à lui était... a l'abri des regards, les choses sérieuse allait enfin pouvoir commencer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Jeu 7 Déc 2017 - 17:29
Durant le trajet pour se rendre au terrain d'entraînement, les deux hommes avaient discuté de toutes les possibilités utilisables face aux deux élèves. De nombreuses idées survenaient, autant dire que cette journée serait très plaisante. D'une part, elle permettrait à l'Ikezawa en personne de voir l'avancement de ses deux élèves. D'une autre, elle permettrait aussi au directeur de l'institut de voir comment pouvait se débrouiller Sayo qui était d'ores et déjà membre, ainsi que Nué, qui faisait partie des profils qui intéressaient le conseil du département. Concernant la Nara, il ne doutait aucunement de ses compétences. Fidèle à sa lignée, elle devait savoir faire preuve de réflexion et trouver le plan adéquat à la situation. Une chose qu'il put voir lors de son épreuve d'intégration avec le Yotsuki. Quant à Nué, il l'avait vu très peu, mais tout lui avait suffi. Désormais, il ne restait plus qu'à commencer ce petit stratagème pour voir comment ils allaient agir face à une situation catastrophique. En effet, le chef de cette équipe désirait réellement les mettre au fond du gouffre. C'était limite de la torture mentale, mais ce n'était pas étonnant venant d'un membre d'un clan qui accueillait la douleur à bras ouverts.

Alors que le blond attendait patiemment ses élèves aux portes du village, pour répondre à une fausse mission, l'Aburame était positionné très en retrait. Quelques insectes se trouvaient à différents endroits près de l'Ikezawa et n'attendaient que l'arrivée des deux élèves pour se poser dessus. Afin d’exécuter une illusion à la perfection, il fallait tout d'abord trouver le moyen de propagation. Celui-ci se basait sur le contact physique, mais était très fourbe. En effet, les deux élèves pouvaient ne pas sentir l'insecte sur eux et même si c'était le cas, ils ne douteraient pas une seule seconde qu'ils seraient plongés dans une scène totalement fictive. D'ailleurs à ce propos, Shizen avait pris soin de demander l'aide à des insectes classiques, pour que Sayo ne remarque pas les espèces Aburame. Dès lors que le manipulateur de métal et la manipulatrice d'ombres partirent à la rencontre de leur supérieur, deux insectes se posèrent sur les cibles : que la partie commence. Cette scène reprenait exactement celle de la réalité : le décor n'avait absolument pas changé et le but de cette journée restait la même, partir en mission.

Durant le trajet, tout semblait très normal : si les élèves posaient des questions à l'Ikezawa, il s'occuperait de répondre naturellement. Le comportement de l'homme ne changeait absolument, une parfaite copie fictive. Malheureusement, au bout de quelques minutes en dehors du village, les animaux sauvages survirent à toutes vitesses pour sauter sur le blond. Tout s'était passé très vite et la scène montrait un Ikezawa au sol, ensanglanté, dans un état très critique. Les animaux eux, formaient un large cercle, prêt à assaillir les deux élèves ...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Ven 8 Déc 2017 - 21:52
La fumée du thé dansait sur la table, et c'était bien elle ici qui était la plus vivante de la pièce. Presque inerte en ce bon matin, la Nara avait le regard vide, ses paupières étaient plus lourdes que les montagnes de Kumo et s'écroulaient elles-même dans un battement de cils qui n'avait rien de séducteur pour le protagoniste en face. Fais un effort Sayo, qu'il lui avait dit en enfilant quelque chose dans sa bouche pour le petit-déjeuner. Le moment le plus important de la journée il parait. Elle accueillait l'onctuosité de l'instant de façon mitigée, surtout qu'aussitôt sa besogne d'exécutée, il était déjà à lui reprocher leur retard. Habits toi qu'il disait, mais c'était lui qui avait fait sauter les couches de tissu dans une temporelle pas si lointaine que ça. Cette mauvaise foi ! A lui ou à elle ?

Elle traînait les pieds, il la tirait plus fort vers l'avant. Pas que durant le trajet d'aujourd'hui, c'était comme ça aussi depuis aussi longtemps qu'ils se connaissaient dans leur vie, mais c'était toujours la Nara qui avait les lauriers d'un beau rôle, le Metaru la petite tape dans le dos. Soudain, un peu d'air frais ayant comme oxygéné son cerveau éteint jusque là, la Nara était prise d'une illumination...

-Ah ? C'est pas vers là qu'on a eu cette maudite semaine avec lui. Les mêmes loups tu crois ?
Fit-elle ironiquement, ces bestioles là n'avaient été qu'une illusion après tout...

Ils étaient presque en retard, alors il la pressa, comme si on avait pas le temps pour la moindre forme de réflexion, genre elle essayait de gagner du temps. Fais un effort, qu'il lui disait pour la seconde fois en approchant des portes, puis la Nara soupirait, agacée déjà par sa journée, au moins, elle avait le blond à rendre fou... C'était toujours ça.

-Senseï-chewiii ! Qu'elle lui fit taquine en ondulant jusqu'à lui, dépassant Nué-son maudit favori, comme si arrivée la première lui donnerait des points bonus dans la course. Si c'est encore une de tes conneries d'entraînements avec genjutsu à la clé, je t’avertis, je vais mal le prendre !

Elle avait dit ça, semi-sérieux, semi-joueuse, un petit clin d’œil à la dernière fois qu'il les avait torturé en forêt, oh non, elle n'avait oublié aucun des horribles détails de cette semaine là. Ils avaient pris le chemin ainsi, Nué et l'hérisson blond monopolisaient la conversation, Sayo n'étant pas du matin traînait des pieds en arrière fond, baillant aussi souvent qu'elle le pouvait et agitant une main devant elle si on tentait de la faire participer aux blablatages.

Puis tout s'enchaîna très vite, la kunoichi avait à peine eu le temps de se mettre en garde, que déjà les agresseurs de son maître s'étaient replié en cercle pour leur barrer la route. Son sang n'avait fait qu'un tour en voyant l'Ikezawa à terre, la sortant de sa torpeur directement et elle avait déjà rejoins les hostilités quand en frappant le premier 'loup', elle jetait un regard vers son partenaire... Une scène de déjà vu. Sa mémoire était en ébullition à ce moment là...

Les mêmes loups ?!!

Une question à posé au senso du groupe, c'était son job de confirmer son sens de l'observation par des valeurs sûres après tout. Dans le doute, la Nara continua d'améliorer son taijutsu aux prises avec les bestiaux. S'il avait remis ça, elle le tuerait elle-même ! Enfin, peut-être pas, mais elle avait bien des moyens pour pourrir sa main. Suffisait de lui rappeler l'épisode avec sa mère par exemple...

_________________


— Objectifs atteints —

#Mettre une main aux fesses de Reiko #Embrasser Hisao  #Shikarai :X  #Asami :X #Taishi :x #Shuuhei :X #Itagami :X #Raizen :X

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Ven 8 Déc 2017 - 22:48


Il n'y a pas que les diamants qui sont éternels ...

La lumière du jour tapait sur l'unique fenêtre qui ne reluisait pas de sa propreté, et diffusait une lueur blafarde dans l'appartement ; Quelque chose de petit, sobre, dont sa mère aurait sûrement dit que c'était miteux. En parlant d'elle, elle devait avoir décidé de le laisser tranquille, vivre sa vie ; Un travail, un appartement, une petite amie ; Elle pouvait toujours courir pour le revoir un jour passer le seuil de sa maison en tant qu'un de ses habitants. Ils se dit qu'ils devraient passer la voir un de ses quatre, avec cette moitié au yeux de feu, et à la chevelure d'ébène, lui mettre dans la gueule tout le bonheur entre eux, et qui rayonnait chaque jour un peu plus. Et oui, Sayo Nara avait réussit ou tout le monde ou presque avait échoué ; Elle l'avait attrapé, et elle ne l'avait pas laissé repartir. Lui l'éternel décalé dans le temps, toujours soit trop en retard, soit trop en avance, soit trop absent. Et regardez le lui servir son petit déjeuner comme si elle était son plus précieux bijoux, la taquinant ce qu'il faut pour qu'elle se réveille et lui jette se regard courroucé qu'il aimait tant, sans déclencher les foudres. La tempête restait dans son crâne quand elle voyait ses viennoiseries préférées, qu'il était aller chercher en se réveillant. Un observateur attentif aurait remarqué les miettes qui débordait sur sa tenue de travail, rien de trop compliqué ni de trop sale ; Sayo n'arrêtait pas de le fustiger pour ses goûts vestimentaire, soient disant "Archaïques et dépassés."

... Il y'a aussi mon amour pour toi.


Combat du quotidien, étincelle de leur destin, une étoile qui brille dans le fond de sa prunelle, quand il l'attrape par la taille, déposant un baiser dans le creux de sa nuque pour la dérider, après lui avoir fais le coup de la brosse à dent. Subtil mélange d'amour et de haine, passion en fusion et froideur intelligente ; Deux alchimistes qui préparent leur filtre d'amour, le testant l'un sur l'autre comme autant d’expérience ratés, dont ils n'avaient rien à faire. Il y'avait peu de sens à leur amour, peu de mots à leur quotidien ; Plus des gestes et des affections, des petites phrases, les deux dans leur monde, qui se rencontraient les soirs sur les lits de plumes. Il tirait, elle poussait, il disait noir, elle disait blanc. Il était du matin, elle était du soir, il était du soleil et du ciel, elle était de la voûte et de l'ombre ; Etoile filante dans les nuages de Kumo.

- Ah oui tiens, c'était par là ? Non ce serait pas orignal on va faire autre chose sûrement ! Ressaisit toi bon sens Nué, c'est toi le sensoriel ici que lui dit une prunelle carmine, quant il se retournait pour lui dire d'avance plus vite ; Sa lui coupa la chique, elle avait le chic pour préparer ses reparties, et lui faire comprendre sans un mot qu'il aurait bien mieux fait de se taire, et d'écouter.

Quelques part, elle était encore plus flippante que sa mère. Peut-être parce que ses sentiments pour elle était dicté par l'instinct, et non par des normes sociales ; Il avait beaucoup plus de mal à lui tenir tête car il préférait de loin accéder à ses demandes : Qu'est-ce que ça lui coûtait de plus ? il avait de l’énergie à revendre pour quatre, ou cinq personnes. Qu'on lui laisse donc celle là ...

- Oayo Izekawa Shojito ! Il lâcha la main de sa partenaire qui courut rejoindre le blondin, et il avait ce sourire de l'homme qui sait avoir eut au moins ce qu'il voulait, une fois dans sa vie. Que la réussite était grisante, que la récompense était belle ... Surtout que depuis la nuit fatidique, elle avait changé. Plus ouverte, plus joyeux ? Il ne savait pas si c'était lui qui se faisait des idées, ses propres sentiments interférant dans l'analyse. "Vous devriez l'écouter... Le Genjutsu c'est vraiment la pire façon de passer une journée aussi belle ..." Lui se serait plutôt fait une bonne biscotte... Il boudait déjà rien qu'à l'idée, bien qu'elle n'était qu'à moitié sérieuse, elle le recadra, il salua son Sensei et la mission suivit son fil.

- Oui tout vas très bien en ce moment ... Il regarda a la dérobée la jeune fille au cheveux d'ébène, avec la lueur d'un collectionneur porte sur un trésor ; Elle était encore enfariné, et il décida de rester à sa hauteur, forçant tout le groupe à se mettre à sa mesure.

Voilà donc que cette sensation de malais le reprenait ... Cette clairière ? Ce cailloux ? Des loups se firent entendre dans le lointain, la brume du matin pas tout à fait écartée des collines alentours ; ils attaquèrent sans prévenir, se servant de leur redoutable odorat. Ils séparèrent la troupe méthodiquement comme seul une meute affamée sait le faire. Nué fit apparaitre des instruements, et commença à éclairci les premiers rangs ; Mais Shojito fut bientôt en difficulté,faisant bondir sa partenaire jusqu'à lui ; Ah, qu'elle était belle comme ça, ses armes à la main et son regard furieux concentré ; Elle dansait et virevoltait comme la première nuit, et il malaxa son chakra.

Il reconnut alors le loup avec une cicatrice sur l'oeil, pour l'avoir déjà vu de près ...

- Sayo, laisse le là tu vas te faire déborder ! Il claque son mudras, et les talons de ses lourdes Getas ensemble, une bulle de chakra s'élançant tout autours de lui pour lui apprendre quelques informations, qu'il transmit immédiatement à sa partenaire. "Je sens des perturbations de chakra, mais je ne vois rien du tout, on est aveugle Sayo ! " Il la regarda en plissant les yeux, repoussant l'assaut d'un loup enragé avec la garde de son sabre, répliqua avec la partie non létal, tirant un gloussement meurtris. Il tira sur son bras pour lui éviter de se faire accrocher par une mâchoire acéré. "Laisse je te dis, ils sont trop nombreux pour nous, j'ai besoin de toi !" Il composa un nouveau Mudra, et un mur s'éleva du côté ou le plus de loup avait décidé de se jette sur eux. Il se releva brusquement en pirouettant, grâce à ses membres sur le sol lui servant de détente, son sabra chanta dans l'air quand il tournoya, tranchant dans le vif et laissant un rouge macabre en tâcher le fil.

- Putain, Sayo réveille toi ... Il ne dégage plus de chakra, soit il est déjà mort ... Soit...
Les situations de crises l'avait toujours laissé de marbre, et il était alors un leader solide, tandis qu'elle comptait trop sur ses émotions ; S'il la laissait sans sa protection, elle ne tarderait pas ... Non, il ne permettrait pas, une colère sourde s'empara de lui alors qu'une griffe entailla sa peau blanche, et il ne vit pas jaillir son sang chaud que le sien ne faisait qu'un tour, il se précipita en chargeant, son sabre voletant dans les aires et créant une symphonie métallique. "Vous... Vous ne la touchez pas!" Fit il en gardant en joue les animaux sauvages qui grognaient. L'oeil mauvais, s’enquérant de l'état de Sayo. Le mur de métal les protégeait encore un peu du prie, comme une maigre muraille qu'ils n'avaient qu'à contourner, pour venir les dévorer. Il ne pensait plus qu'à eux, il fallait survivre maintenant, survivre et rentrer entiers.

Il n'y'a pas que les diamants qui sont éternels ... Il y'a aussi mon amour pour toi .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Sam 9 Déc 2017 - 0:03
Jusqu'ici le plan de l'Aburame et de l'Ikezawa fonctionnait à merveille. Mais une chose perturbait quelques peu Shojito, et pour cela il fallait remonter quelques peu dans le temps... Accueillant ses deux élèves, l'Ikezawa fut grandement surpris de les voir main dans la main à se pavaner tel... des amoureux ? Une chose qui pour lui était un véritable choc, comment cela avait-il pu se produire ? Jamais le blond n'aurait pu imaginé une telle avancer dans leurs cohésion.. Autant il avait eut l'habitude de voir sa chère mère expressive de la sorte avec son mari, autant il n'avait jamais saisit la réciprocité que cela avait et en revoyant Sayo aussi aisé et joyeuse il comprit que ces deux là avait fait bien plus que de s'entraîner au taijutsu.. Une pensée atroce lui traversait l'esprit, lui qui avait pour l'habitude de tenir ses escapades nocturne pour se soulager, voyait ses deux élèves produire l'ennemi de tout bon ninja. Autant il comprenait qu'ils soient tout deux proches, autant il n'envisageait pas un seul instant cette amourette bénéfique pour le groupe.

Bien entendu il était quelques peu heureux de les voir ainsi aussi proche mais il allait maintenant devoir exploré une tout autre perspective avec ses élèves... Les sentiments, tout bon shinobi se devait de les maîtriser pour qu'en cas de situation extrême celui-ci reste lucide. Ce qu'il pensait dans un premier temps être un exercice au genjutsu allait se transformer en session intensive pour leurs faire prendre conscience des priorités à avoir.

De retour à l'attaque, l'Ikezawa était au sol agonisant tandis que son élève Sayo prenait soin d'elle et que Nué laissait entre-voir qu'il était encore maître de ses émotions. Pour l'heure il aurait pu jurer que des deux, Sayo était celle qui avait le plus besoin d'un remise à niveau. La situation parfaite aurai été que les deux s'occupe de la menace avant de venir au secours du blond. C'était cela que l'Ikezawa voulait démontrer en parallèle dans cette mascarade. Mais alors que ses espoire envers Nué grandissait un évènement changeait complètement la donne. Conformément au plan, les blessures commençait à se faire. Celle-ci était bien réelle et leurs procédé extrêmement simpliste. Quoi qu'il en soit, Nué prit de rage fit une chose à la quel l'Ikezawa ne s'attendait pas du tout. Il dévoilait en plein milieu d'un combat ou se jouait sa vie, son point faible. En d'autre termes, le Metaru n'avait pas pour point faible l'Ikezawa, mais belle et bien la Nara.

En dehors de l'illusion, Shojito faisait part de son point de vue à Shizen venant lui expliquer les changements de dernière minutes. "Shizen-san, as-tu vu ce que je viens de voir ? A mon grand regret je ne suis pas l'élément qui peut perturber leurs émotions. Tout deux sont leurs éléments de perturbation. Nous allons donc considérablement changer cette exercices. Tu te souviens que j'avais envisagé la possibilité qu'il soit perturbé par ma mort plus que de raison et qu'ils en perdrait leurs moyens ? Il va s'agir de faire la même chose, mais en rajoutant une variante." Très rapidement il lui expliquait ce qui devait se produire et espérait que celui-ci comprennent les raisons qui le poussait à faire ceci.

Dans la globalité de la chose l'Ikezawa avait très bien analysé la situation et se l'était résumé simplement. Sous l'impulsivité la jeune Nara avait fait une grosse erreur de jugement en se jetant ainsi dans la mêler sans prendre conscience que son maître était en réalité condamné à mourir. Nué lui, en réaction à la mauvaise prise de décision de la Nara avait lui aussi commis l'erreur de se jeter dans la mêler tout deux était maintenant hypothétiquement en danger de mort à cause de leurs émotions.

Dans l'illusion, Shojito se mettait à parler faiblement s'adressant à Sayo en souriant tel le fier guerrier qu'il était. "Oh...Petite Sayo..." Il toussait du sang avant de faiblement reprendre la parole. "Nué à raison... Je suis devenu un poids... Finissez le travaille et occupez vous de moi ensuite..." A nouveau l'illusion donnait l'impression que l'Ikezawa à l'agonie allait rendre l'âme sous peu. "Qui aurait pu croire ça ? Un Ikezawa battu par de pauvre bête enra..." Un silence plat planait et l'Ikezawa s'éteignait le sourire aux lèvres. La suite des événements était maintenant entre les mains de Shizen qui se devait d'agir maintenant seul sans l'appui des talents d'acteur du blond maintenant sur la touche.

_________________


Dernière édition par Ikezawa Shojito le Sam 9 Déc 2017 - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Sam 9 Déc 2017 - 0:35
Voilà une nouvelle qui ne devrait pas réjouir le chef de cette équipe. En effet, ses deux élèves se retrouvaient dans l'amour. Nul ne doute que pour une personne comme Shojito, ce détail devait considérablement le gêner si on regardait cette relation d'un tout autre point de vue : celui du shinobi. Dès lors différents cas de figures pouvaient apparaître en mission, mais surtout dans les situations les plus extrêmes. Celles qui demandaient d'agir très intelligemment et efficacement, en prenant compte d'un maximum de détails possibles, sans jamais ne faire intervenir les sentiments dans la décision. Un détail que l'Aburame comptait bien instaurer dans l'unité d'élite qui devrait naturellement intégrer l'institut. Quoi qu'il en soit, les craintes de l'Ikezawa étaient totalement justifiées concernant la cohésion de son équipe. Nara Sayo et Metaru Nué n'étaient que des jeunes personnes qui ne connaissaient encore rien de ce monde. Instinctivement, l'un et l'autre risqueraient de choisir de sauver son âme sœur. Une réaction qui pouvait défier la logique selon le contexte. Tout naturellement, le manipulateur d'insectes transmis la situation à son collègue. Forcément, cela ne lui faisait pas plaisir et il se retrouvait dans l'obligation de changer le plan pour travailler sur un tout nouveau point : les sentiments.

« Les émotions n'ont malheureusement pas de place dans ce monde. Nous le savons tous, mais nous ne l'appliquons pas forcément ... Quoi qu'il en soit, je suis tout de même surpris de la réaction de Nué. Je veux bien comprendre qu'il souhaite sauver sa camarade, mais de là à abandonner son chef d'équipe, sans qu'il en donne l'ordre ... ? C'est réaliste pour sa survie, surtout qu'il prend des initiatives pour s'en sortir, mais j'ai du mal à l'accepter ... Je dois être idiot par moment. »

Pourtant, les deux se donnaient corps et âmes dans ce combat. Simplement, les paroles de Nué étaient étonnantes. Difficile à accepter pour une personne comme Shizen. Dans une situation comme celle-ci, un seul mot d'ordre pour le manipulateur d'insectes : le sang. Dans un premier temps : terrasser ses adversaires. Ensuite : sauver le blessé. Puis dans l'idéal, prendre la fuite avec la victime si les adversaires étaient trop nombreux. Enfin, c'est ce que l'Aburame aurait essayé de faire. Personne ne réagissait de la même manière. Pour l'instant, ce plan semblait être adopté par les deux élèves.

« L'art de l'illusion est tout particulièrement excitant. D'un côté, il permet de plonger n'importe quelle personne dans une scène fictive en le plongeant dedans, tout comme lui faire ressentir les différentes douleurs d'une situation quelconque. Autrement dit, plus nous ne laissons pas de répit à notre vis-à-vis, moins il se doutera de l'illusion. Si Nué souhaite partir avec sa petite amie, il risque d'être bien déçu de voir qu'il n'est pas capable de la sauver. »

Une bonne petite torture mentale. Alors que les coups s'échangeaient, un loup hurla comme jamais un loup aurait pu hurler auparavant. Puis un énorme bruit se fit entendre, celui de nombreux animaux qui se préparaient à arriver - conformément au but initial de cette mission -sur ce lieu d'affrontement. La plupart des animaux sauvages recensée au sein de la Foudre - et qui devaient être connus par les élèves - arrivèrent à la chaîne pour prêter main forte à la meute de loup.

« Allons droit au but. Que comptez-vous faire, Sayo, Nué. Sauver votre peau ou sauver votre camarade ... ? Impressionnez-moi. »

Le but était direct, mais simple : envoyer de nombreux animaux assaillir la Nara et le Metaru. Une défense ou une attaque digne de ce nom pour terrasser cette troupe n'étaient certainement pas dans leurs palettes, enfin Shizen ne le savait pas. Mais c'était volontaire. Le manipulateur d'insectes désirait que les deux élèves voient leurs camarades sur le point de recevoir des attaques mortelles. Dès lors, quelle sera leurs décisions ? Car l'Ikezawa restait toujours au sol - en ayant annoncé un ordre de retraite - entouré de plusieurs bêtes sauvages ...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Sam 9 Déc 2017 - 1:46
Et le volcan, ou plutôt son cœur de magma grondait...

-Qu'est-ce que tu crois ! Qu'elle lui rétorqua sèchement en libérant l'emprise sur son bras.

La Nara fulminait, pour plusieurs raisons ce jour-là, un réveil trop brutal, ou le fait de s'être trop reposé sur ces deux là pour ouvrir la marche et les garder de cette situation là. Les loups avaient beau être forts et féroce, elle n'était plus la gamine qui avait foulé cette forêt pour la première fois. A quoi bon avoir passé tout ce temps sous les coups de Reiko si cela n'avait rien apporté ?

Sa chair se fendait sous griffes et crocs, mais cela la fit à peine serrer les dents et encore pas sûr que la douleur en était la cause. Qu'elle se réveille ? Oui, oui, d'accord. Une voix la happa en arrière, familière et faible, une autre à ses côtés lui criait dessus, trop tonic et intrusive dans son espace vital. La fumée s'échappa de son mont, rependant bientôt sa pluie de cendre encore chaude. Qu'est-ce que tu fais idiot ? Toi aussi tu veux joncher le sol ?

-FERMEZ LA TOUS LES DEUX !

Un hurlement en même temps que ses mudras. Une clone sortie de l'ombre alla protéger le maître de plus près, tout en tentant de combler les hémorragies. Les deux autres couvraient tout autour de lui, le nord et l'est, le Metaru à l'ouest, l'originale au sud. Tant pis si elle devait y perdre tout son chakra ou la vie, elle ne partirait pas. Parce que vivre avec ce genre d'échec, et ce genre de poids sur sa conscience, c'était pareil que mourir, voire pire. Chacune des Nara en combat faisaient un appel à l'ombre, un long bras ténébreux s'extirpait de chacune. Il croyait quoi, qu'elle était toujours la petite fille chétive et juste bonne à penser qu'on pouvait bousculer. Celle qui attendrait toujours après un protecteur ? Ils avaient tort. Mais elle ne pouvait pas les en vouloir, elle avait toujours fait tout comme. Les Nara s'offraient plusieurs mains extensibles ainsi, chacune s'arma d'un parchemin explosif créé par leur fuinjustu et se fut un vrai feux d'artifice macabre en face.

Éclat de sang et de membres, frappe dans des têtes animales fatales, explosions immédiates, morts fulgurantes. Le carnage était sans appel, quelque soit les vagues, la coordination de petits jutsus pauvre en usage de chakra pouvait aussi bien faire le job qu'une grosse attaque. T'es le seul qui puisse le porter ! Qu'elle lui grognait, la vérité. Il allait devoir apprendre à lui faire confiance, comme elle l'avait fait avec lui. Parce qu'on ne partira pas sans lui. Vivant ou mort. Qu'elle lui affirma comme une prise de position sans appel dans sa rage. C'était ce que le maître lui avait appris finalement de plus rentable pour elle, utiliser un carburant économiser tout le temps pour faire de grands bons en avant. Sa clone était prête à échanger sa place avec le Metaru, ça ne pouvait pas durer une éternité pas vrai ? Combien même, elle tiendrait sa position. Ni lui, ni personne d'autre ne la changerait jamais de courant une fois jetée à l'eau.

Elle n'était pas qu'une chose formatable à la volonté d'un village. Elle refusait.


_________________


— Objectifs atteints —

#Mettre une main aux fesses de Reiko #Embrasser Hisao  #Shikarai :X  #Asami :X #Taishi :x #Shuuhei :X #Itagami :X #Raizen :X

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Sam 9 Déc 2017 - 2:43
Si elle devait lancer toutes ses forces dans la bataille pour protéger ce qui lui était cher, il devait au moins tenter de l'imiter, ne serait-ce que dans son domaine. Il était qu'un abrutis de Metaru, il ne jaugeait la situation que d'après la sienne, comptant peut être un peu trop sur son épaule pour avancer ; Il s'en rendait compte devant la déferlante de puissance qu'elle déchaîna sur les pauvres loups qui venait tout droit dans la gueule de l'ombre. Une explosion au allure de torrent de feu balaya la plaine, lui faisait lever les deux bras par dessus la tête en lançant des petits Oï, Oï, Oï au rythme de la symphonie explosive de sa comparse. Démoniaque, et cruelle, impitoyable et d'une puissance qui lui renversait la tête. Il était belle et dangereuse, ce cocktail qui lui allait si bien. Il s'abaissa au niveau de Shojito, accrochant un regard carmin qui signifiait beaucoup pour eux deux, palpant sa veine principale, avec un air ahuris qu'il répétait : "Je ne comprends pas comment je n'ai pas pu sentir son chakra, il devrait être mort Sayo !" Il ne pensait pas sa technique infaillible mais cela pouvait soulever d'autres question sous le crâne volcanique de la jeune Kunoichi.

Le reste fut couvert par le hurlement de loups affamés, aussi haut que massif, et qui avaient soif de boire leur sang innocents. C'était son tour de faire quelque chose pour régler la situation, dans une de ses positions vraiment mal partie, à la logique qui lui échappait. C'était à lui de la protéger, c'était ainsi il n'en discuterait pas, avec personne. "T'es d'accords avec moi, si on se coltine Shojito tout les deux, on va surement y rester tout les trois ? " Ils étaient rapides et fort ses bestiaux, il ne pensait pas pouvoir les distancer avec un poid mort sur les épaules. Il ne lui venait qu'une idée ... " On devrait se séparer, je vais les attirer quelque part, je te laisse la suite des opération, Sayo".

Il chaussa son armure de quelques signes précis, des lamelles se positionnant parfaitement sur sa peau par plaque, lui donnant l'air de ne plus être humain, d'autant plus la couleur d'un bleu stellaire qui couvrait le métal, poli à l'extrême. "Sauve le, j'essaye de revenir vite, promis". fut sa voix déformée par le casque de métal, qu'il commençait doucement à infuser de chakra. Usant de ses sens, il se dirigea vers le terrain le plus hostile en rejoignant le gros des troupes lupines. Mauvaise décision ? Surement, mais si la mort l'attendait au bout, on le blâmerait pas trop longtemps de ses erreurs. Il arriva en vue du groupe d'individus sauvage, qui couraient toutes pattes dehors pour venir les retrouver, immense bestiaux qui ne le fit même pas d'effet. Tout à sa mission, gagner du temps.

Il chargea en plein milieu du troupeau, zébrant l'air depuis une position haute, tournoyant sur lui même avec l’élan et sa hauteur initiale. Pendant sa course, ses plaques d'armures s'étais réorganisé, laissant des rebords tranchants dépasser de quelques centimètres de ses bras, jambes, buste et tête. Une puissante aura Raiton parcourut l'ensemble des bords perforant, leur donnant le tranche redoutable de la foudre contre le bois ; Il s'écrasa en plein milieu de la mêler sans chercher à ralentir sa chute, mais solide sur ses appuis, il format une boule avec son corps pour maximiser l'effet. Déchirant les os et les chaires avec son corps lui même, ressentant le choc de la chute et de atterrissage, pour une fois.

Il se releva tandis que de nouveaux loups le prenait en chasse, dans le silence irréel de la foret de Kumo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Sam 9 Déc 2017 - 5:57
Bien qu'il était confiant vis à vis de l'avenir de ses élèves, l'Ikezawa était encore loin de se douter qu'en réalité ceux-ci était devenu de véritable guerrier illusion ou non, il avait été capable en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire de se défaire de ses loups qui les avait assaillit. Finalement c'était Nué qui se sacrifiait pour l'équipe... Honorable de sa part mais si l'Ikezawa était tomber au combat de la sorte il aurait préféré que ses élèves s'en sorte coûte que coûte plutôt que de se traîner son cadavre. Quoi qu'il en soit Shojito voyait que cela ne menait à rien. Aucuns des deux n'avait su relever les incohérences dans ce genjutsu. Ce qui mettait en cause leurs jugement était selon lui les sentiments, cela ne faisait plus aucun doute. Il allait devoir travailler cette facette avec ses élèves individuellement. Soudainement une idée lui traversait l'esprit. Peut-être serait-il tout deux plus apte à analysé une situation tel qu'un genjutsu, avec un sentiment plus fort que celui qu'est l'amour. Combattre l'amour... avec la peur. Se ravisant du tout au tout l'Ikezawa s'adressait à son compagnon du jour, décidément il n'avait pas fini de le faire travaillé... Heureusement que Shizen était quelqu'un de réputé pour sa patience. "Shizen, je suis désolé... Mais encore une fois nous allons devoir changer de stratégie... Cela ne mène à rien..." Il lui exposait de nouveau son idée pendant que les deux élèves continuaient de subir les effets de cette illusion. Plusieurs minutes se succédaient avant que les deux shinobi tombe d'un commun accord sur la suite des événements.

Pour réalisé le plan de l'Ikezawa il était impératif que les genin ai l'impression de sortir d'un genjutsu et pour se faire, l'utilisateur aurait pu simplement sortir ceux-ci en brisant sa technique mais ce laps de temps ou ceux-ci se rendrait compte de la supercherie suffirait à lui seul à faire capoté l'idée du blond. Pour faire simple, Shojito voulait plongé ses élèves dans un genjutsu à la fois plus brutale mais moins réaliste... Enfin moins réaliste si l'on considère qu'il est impossible de vivre son pire cauchemar du jours au lendemain. Oui, oui vivre son pire cauchemar, tel était le plan de l'Ikezawa qui voulait infligé à ses élèves une torture mentale conséquente dans l'unique but de voir et analysé comment ceux-ci arriverait à se sortir d'une situation tel que celle qu'il avait provoqué aujourd'hui. L'objectif était de nouveau le précédent. Sortir d'un genjutsu. Pour ce qui est du contrôle des sentiments, il s'en occuperait au cas par cas. Quoi qu'il en soit brisé la technique et lancer le nouveau genjutsu soulèverai inévitablement les soupçons.

Shojito allait devoir directement s'appliquer à la tâche, briser le genjutsu de ses élèves tandis que l'Aburame lui les plongeait tout trois dans un genjutsu différent, tout les trois en effet. D'après Shizen pour que cela soit possible il ne pouvait pas éviter l'Ikezawa et il serait donc lui aussi victime de l'effet néfaste de celui-ci. L'heure d'agir arrivait et Shojito se plaçait aux côtés de ses élèves et en entrant en contact avec leurs peau il pu aisément être projeter dans le genjutsu.

Sayo et Nué avait réussi à merveille à prendre la fuite avec le cadavre froid de leurs sensei tandis qu'une voix se faisait entendre du corps inerte du blond comme si elle était lointaine et à la fois proche, une étrange sensation d'ailleurs. "Nué....Réveille toi !" Shojito venait de blesser le Metaru pour l'aider à sortir de l'illusion tandis que Shizen tenait sa part du marché. Le tours de Sayo arrivait soudainement tandis que tous était maintenant arrivé dans un tout nouveau type de cauchemar...

Celui de Shojito commençait à l'aube lorsqu'il se promenait dans le village patrouillant comme à son habitude. Il s'était rendu après son service auprès de ses élèves et comme si on lui avait tendu un pièges tout ses proches étaient également présent, en tous cas tout ceux qu'il estimait grandement... Nué, rigolait et buvait une coupe de saké en la soulevant bien haut en l'honneur de son sensei. Sayo elle parlait avec Yui sa mère, et toute deux se racontait plusieurs anecdote concernant le blond. Daedra était assis sur une chaise à faire ce qu'il faisait de mieux, confectionner de nouvelle bombe pour les faire exploser avec brio. Son père quant à lui, souriant était en train d'entraîner plusieurs jeune du clan semblant heureux. Un tableau qui fit très vite perturbé par un événement des plus tragique. Le blond s'était placé au milieu de la pièces et avait commencé à s'ambiancé avec ses proches quand soudainement un ennemi de taille faisait son entrer, répondant au nom de ???? Yamanaka, celui-ci prenait le contrôle de l'esprit de Shojito et sans qu'il ne puisse réagir ou même se contrôlé, du chakra de nature raiton se concentrait en son sens tandis que la suite n'allait pas tarder à arrivé. "FUYEZ !!!! NE RESTEZ PAS LA FUYEZ !!" Criait désespérément l'Ikezawa conscient qu'il allait mettre fin au jours de tout ses proches en un instant avec son attaque la plus mortelle... Sans nulle doute aucuns n'allait en réchapper. Sang et bouilli de chair humaine, c'était tout ce qu'il restait après l'explosion de raiton qui s'était dégager de l'Ikezawa... En moins de temps qu'il ne fallait pour le dire il venait de décimé sa famille... De long pleure s'en suivait et le blond analysant la situation se rappelait à quel point les événements s'était enchaîner à une vitesse folle, à quel point ses sens était perturber, le saké n'avait pas la même odeur, les visages des enfants était flou, ce Yamanaka sans prénom... Il prit conscience et se souvenait. Il était belle et bien prit dans ce genjutsu mais depuis combien de temps ? Avait-il vécu la scène plusieurs fois ? Il semblerait. Sa main se transformait désormais laissant place à de grande pique et l'Ikezawa pour ce sortir de cette situation s'était maintenant planter l'estomac à toute allure.

Prenant une grande inspiration et laissant s'échapper un cris de douleur il était parvenu à s'infligé une blessure suffisante pour sortir de cet illusion. Cependant cela lui avait grandement fait défaut car la douleur maintenant le lancinait tandis que la plaie se refermait sur elle même il regardait autour de lui éspérant être le premier à sortir du genjutsu. Son regard se tournait vers Shizen alors qu'il grimaçait il lui posait la question fatidique. "Suis-je rester longtemps ? Comment se débrouillent-ils ?" Lui demandait-il aussi rapidement qu'il le pouvait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Dim 10 Déc 2017 - 1:48
Un sourire s'échappait sur le visage de Shizen. Comme il l'attendait, les deux élèves de l'Ikezawa l'avaient impressionnée. C'était le cas de le dire. Une équipe plongée dans une situation catastrophique. Un dirigeant entre la vie et la mort. Deux élèves qui donnaient le tout pour le tout afin de retourner ce bordel sans nom et s'en sortir à trois. Comme une équipe. Si cette décision annonçait clairement du bon pour la nouvelle génération, la démonstration de force le fut tout autant. En effet, l'Aburame ne connaissait absolument pas les capacités de la Nara et du Metaru. Enfin, hormis la manipulation des ombres et du métal, bien évidemment. De base, cet assaut massif entièrement fictif visait à atteindre les deux adolescents sans qu'ils puissent faire quoi que ce soit. Seulement, le manque d'information du manipulateur d'insectes l'avait trompé. Ce fut un spectacle très plaisant à voir lorsque les deux élèves passèrent un cap de force. Malheureusement, le manipulateur de peau désirait encore changer de stratégie pour cet exercice illusoire. Sûrement qu'il ne devait pas être satisfait, selon ses idéaux. L’illusionniste, lui, restait tout de même satisfait de cette petite histoire. C'était sûrement parce qu'il prenait un réel plaisir à voir deux jeunes prêts à mourir pour sauver un être qui leurs étaient chers. Tant pis. Il lui venait en aide, alors il comptait simplement appliquer les consignes qu'il dictait. Après-tout, c'était son équipe, ses méthodes ne regardaient que lui.

Concernant le plan qu'il désirait, celui-ci risquait de laisser de lourdes séquelles mentales. Du moins, sur l'instant présent, il était fort probable que les deux adolescents prennent du temps à réaliser la chose mais surtout encaisser le fait de visionner leurs plus grandes peurs. Lors d'un affrontement, une illusion de ce type était parfaite pour qu'un adversaire soit figé durant de précieuses secondes afin de prendre l'avantage. Quoi qu'il en soit, il était temps d'appliquer la demande de cet homme. Tout naturellement, il brisa l'illusion, avant de procéder au même moyen de propagation que le précédent afin de plonger de nouveau le trio dans une scène destructrice. Une seule personne. Une peur. Un affrontement. Tout simplement.

« Cette épreuve sera sûrement très difficile. Peut-être même que vous n'en dormirez pas de la nuit. Un plan digne d'un membre d'un clan qui fonctionne que par la torture. Quoi qu'il en soit, vous m'envoyez désolé. Kyoufu. »

En fonction de la peur de chaque, la scène pouvait durer plus longtemps où non. Seulement, cette illusion n'affichait la scène qu'une seule fois et se dissipait instantanément après. Le blond avait décidé de quitter l'illusion en passant par la blessure. Disons que Shizen en avait profité pour lui faire passer la scène en boucle, seulement à lui.
Non. Cette scène fausse votre perception du temps. En réalité, vous avez l'impression d'être plongé dans cette illusion durant plusieurs minutes, alors que vous avez tout visionné en seulement quelques secondes. Concernant vos élèves, nous verrons bien au retour de l'illusion. Ce sera le moment pour vous de revenir sur ce que vous avez vu. Je ne serais pas d'avis de continuer cette torture mentale. Oui, car cette illusion allait bien au-delà des sens totalement faussés.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Dim 10 Déc 2017 - 6:10
-Sayo... Sayo... ? Tu dors... ? Ouvres les yeux maintenant.

Elle ouvra les yeux naturellement, un décor familier, et tout qui faisait du sens dans son esprit, pourtant la scène venait complètement de changer, il y avait quelques secondes, elle était furieuse contre son partenaire qu'elle venait comme subitement d'oublier. La kunoichi était déconnectée de sa réalité, perdue dans un nouvel espace temps. Son père Yuan étirait un large sourire en face d'elle, c'était le mélange d'un souvenir et d'une illusion qui se jouait. Une plaine verdoyante s'étendait à perte de vue en face, une des forêts de Hi no kuni ou plutôt son feuillage leur servait de toit, ils étaient à la limite de son entrée et sa sortie. Son père illusionniste prenait place sur une racine pour s'asseoir. Une cabane en pierre dans les bois en arrière fond, une fumée dansait au dessus du toit.

-C'est ici que tu vivais ?

La Nara savait qu'elle était dans une illusion, mais pas la bonne, Yuan lui avait dévoilé quelques uns de ses mystères, il aimait partager avec cette enfant curieuse de toutes ses connaissances. Comme cette fois là, où il l'avait plongé dans ses propres souvenirs à lui pour lui faire visiter un bout de son pays natal. Le vent jouait un air entre les branches et leurs feuilles, accompagnant les bruitages de la faune locale, puis se dessinait le petit village en bordure des arbres, l'animation de cris d'enfants et de bavardages d'adultes. Elle souriait bêtement en naviguant là dedans comme si elle foulait vraiment cette contrée lointaine. Sereine, heureuse ?

-On peut tout faire dans une illusion, rien n'est réel, alors on peut dans ce genre d'endroit en profiter pour tout assouvir ma petite Sayo.

-Tout ?

Elle lui lança ce regard perçant, celui qui dit qu'elle voulait quelque chose, et l'homme s'amusa en laissant apparaître le sabre de son père Nara, celui sur lequel elle lorgnait depuis enfant. Et puis elle. Oh, il savait bien ce qu'elles étaient ses frustrations ces derniers temps, ils avaient les mêmes, même si la Nara l'ignorait encore. Elle aux cheveux blancs, la princesse de la nuit si parfaite, leur maudite rivale, Sayo la détestait, au point qu'elle mourrait souvent d'envie du lui planter quelque chose dans le corps. L'ouvrir en deux, qu'elle disparaisse, cette femme soudainement arrivée chez eux et qui se prenait pour sa mère. C'était bien avant même Kumo. Yuan ne vivait pas encore avec elle et Ryu Nara, mais leur rendait visite souvent, il était déjà comme un père pour elle.

-Vas y, fais le.

Qu'il conseilla, et sans hésitation, la jeune Sayo Nara la transperça. Elle aurait dû disparaître comme dans un nuage de fumée, mais à la place, elle s'était mise à crier. Dans les secondes qui suivaient, une main l'avait tiré en arrière, serrant si fort son bras se meurtrissant que cela avait interrompu l'illusion. 'Qu'as tu fait', qu'il avait dit horrifié ce foutu comédien promettant de tout arranger. C'était un accident, leur secret. La vérité, il la détestait autant qu'elle parce qu'elle était sa rivale auprès du maître des lieux et des ombres qui ne pouvait pas affronter de front sans tout perdre dans cet équilibre fragile. Revoir la scène, avec quelques années de plus, sortait au final la Nara d'une illusion bien plus brutale qu'un genjutsu. La jeune Sayo n'avait été qu'une main armée, ou plus une marionnette. C'était devenu évident. On l'avait abusé sans vergogne et elle le remerciait naïvement pour cela tous les jours.

Il faisait nuit, le décor était à nouveau cette cour intérieure d'où il lui apprenait des tours, un Yuan plus vieux, une Sayo de presque dix ans de plus, son carmin incendiaire s’inondait, mais ne pouvait pas éteindre ses flammes la consumant. Des deux, c'était le Nara le plus horrible, elle avait toujours cru qu'il était aussi mauvais que Yuan était bon, se raccrochant à lui comme un espoir à une humanité autre que corrompue et manipulatrice. Au moins une personne qui lui voulait que son bien. Mensonge. Mais au fond, elle était comme eux, tout ce qu'elle n'avait jamais voulu être. Et tout ça, elle l'avait sûrement toujours su, mais éluder.

Son fascié força un petit sourire, elle mima une zone de non danger pour l'attirer jusqu'à elle sans méfiance, petite fille innocente et fragile qu'il s'empressa de venir consoler, pour mieux refermer ses griffes sur elle. Elle le laissa faire que dans un seul but, son ombre dans la sienne, une main mortelle qui caresse une échine, mais il connaissait cet art, n'était il pas après tout l'amant de deux décennies d'un Nara ? Il s'extirpa et la repoussa comme pour la remettre dans un droit chemin, il lui hurla quelques mots qu'elle n'écouta pas, l'ombre de l'épée de son père dans la main, ténébreuse et aussi tranchante que l'originelle. Il était bon illusionniste, meilleur érudit qu'elle n'eut jamais connu, mais elle était plus rapide et offensive qu'il ne le serait jamais, chacun connaissait ses forces et faiblesses. Charge courte et lame qui se plante tandis qu'elle ne regardait plus en face d'elle pour plus être en prise à son genjutsu en se concentrant sur ses mouvements. Qu'elle s'était convaincue, mais ne voulait-elle juste pas regarder son assassinat en face ?

Elle senti une résistance, mais elle s'était bel et bien enfoncé, le fascié sévère de son père la frappait, le fruit de son assaut dans son torse, combien même elle dissipa son arme, le sang lui continuait à longer son corps. Non, il n'aurait pas dû être là. Pourquoi ? Voilà ce qu'elle lui demanda plusieurs fois, pourquoi un barrage de chair quand il aurait pu l'arrêter de bien des façons. Mais calmer sa fureur ? A quel moment avait-il agis et arrêter de penser. La kunoichi tomba sur ses genoux, des jambes devenues trop frêles pour la porter. Yuan la fixa tandis que son père s'écroula à ses côtés, il tapota sur son cœur plusieurs fois pour seule réponse à lui offrir, un sourire satisfait sur ses lèvres.

Soudainement, critiquant son propre raisonnement, elle s'accorda pour dire que ça ne pouvait pas être réel, ce maudit Yuan avait dû la prendre dans un de ses jutsus pour s'esquiver de sa faute lui mimant la mort de son père. Elle regretta d'avoir négligé le kai comme il voulait lui apprendre, mais ne ce sentait pas désarmée pour autant, en commandant à son ombre, capable de faire les mudras à sa place, elle invita cette dernière à la blesser, ce qui transcenda sur la réalité. Elle était encore loin d'imaginer à quel point elle était loin de cette réalité encore pourtant, tandis que le décor changeait à nouveau, ses gouttes de sueurs se mêlant au filet de sang de sa blessure, un regard comme livide, elle laissait ses genoux tomber lentement sur le sol. Son cœur voulait s'arracher de sa poitrine et sa fureur refusait quant à elle d'éteindre l'incendie dans son fond, sa vue se dé-floutait petit à petit. Quelqu'un allait devoir payer pour ça. ...

_________________


— Objectifs atteints —

#Mettre une main aux fesses de Reiko #Embrasser Hisao  #Shikarai :X  #Asami :X #Taishi :x #Shuuhei :X #Itagami :X #Raizen :X

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Dim 10 Déc 2017 - 13:01
Noir total, douce quiétude du silence et voile cotonneux de l'oublis.
Pourtant, souvenir de feu et de sang, de mort et désespoir.
Un gout amer dans la bouche, sensation en forme d’assommoir.
Un liquide poisseux dans la main, comme une porte vers l'infinie.
Des frissons dans le dos, comme un appel.


Il ouvre les yeux et lève la tête, tout son corps se détends en ondulant comme un chaton lascif et peu prompt à s’éveiller, sous les draps de satin et les jambes de sa partenaire. Le noir de ses cheveux sur l'oreiller, le rouge de ses yeux dans les siens ; Tendres mots susurré sur une tenture de satin ; Jusqu'ici tout vas bien.

Il se lève en premier, comme d'habitude, se servant dans la cruche d'eau sur la table de chevet, regardant à travers la baie vitrée qui traverse le mur à sa droite, s’étendant Kumo sous leur pied, qu'ils dominaient de toute la stature de la maison Metaru. Le clan le plus fier et le plus clinquant dans le ciel, le nuage d'argent aux poisson d'or du souvenir, tradition et renouveau assemblé dans un tourbillon.

- Sayo ... Tu sais on devrait penser à faire construire ... Sayo ? Il se retourne sur le lit vide, pourtant des traces de sa chaleur se font encore sentir quand il dépose son verre d'eau sur la table de nuit. Il ne l'avait pas vu se lever ? Quel incroyable Ninja sensoriel ... Il se tient l'arrêt du nez avec deux doigts, tentant de faire circuler l’électricité qui transportent les informations dans les cellules de son cerveau, qui lui permettait de rattraper la vivacité de la Nara. Un éclair zébra le paysage, l'aveuglant comme une lame portée à blanc. Une douleur dans le bas de son dos, comme si on enfonçait une lame dans son corps et que l'on y tournait.

On lui a laissé une place de choix ; Un fauteuil de torture adéquat, son sang tâchant son Kimono d'un jaune Kumojins, et son Hakama noir assortie ; On a enfoncé de longs épieux de fer dans ses épaules, son dos et ses cuisses. Il ne peut plus bouger d'un pouce, quand bien même de lourdes chaînes de métal enserrent ses mains pour l'empêcher de composer le moindre Mudras.

Il enrage, l'odeur de la fumée soulève son estomac, et celle du sang soulève son coeur ; La clameur du combat se fait entendre quand le rideau rouge se lève, dévoilant Kumo en proie au feu et au sang, il n'est plus alors qu'une sorte d'esprit inconsistant qui subit, dont ses tortionnaires choisissent le moindre pas. Pourtant, il n'y a qu'une seule chose qui l’intéresse, et ils le savent tous ; Devant lui la scène d'une place, des Ninjas et des innocents baignant dans leur sang, les mouches déjà venu prélevés le comptant du seigneur de la mort ; Un froid glace son sang, et ses reins. La douleur ne compte plus, et son esprit bat la compagne, où est-elle ? Ou sont ils tous ? Tous ses amis, sa faille, son amour ? Pourquoi ne croise-t-il que mort et désolation, condamné sur sa chaise d'observateur muet, la disparition de tout son village ? De longues colonnes de fumées emplissent le ciel, des animaux des enfers semblant déchirer les cieux dans le sillage grisâtre du feu ; On eut dit qu'un volcan avait poussé là et déversait mille feu d'un enfer bien trop personnel.

Iwa, les Borukans ? La vengeance était un plat froid, servie dans une assiette chaude.

- Laissez ... les...moi...eux. Il tend le bras, les pieux déchirant ses muscles de manière irrémédiable.

Changement de décor, la maison de ses parents ; Sa mère gît clouée sur la porte comme une note de course vulgairement punaisée sur le tableau de liège ; Son père accroupie la tête dans les genoux, tenant sa main. Dernier geste tendre, d'une mort qui les avaient pris tout deux en même. Son estomac chavire, comme un navigateur trop têtu en plein océan, il lui fait comprendre toute la douloureuse différence entre la nature et l'homme ; A l'intérieur de la maison, des frères et une sœur attablés, attendant le petit déjeuner, la tête dans leur assiette ou dans leur bol, comme s'ils étaient simplement endormie. Pourtant c'était du rouge sur le blanc, vaisselle tâché d'hémoglobine, dernier pied de nez à une éducation trop stricte.

Il cria, et son cris se répercuta jusque dans la réalité.

Voile cotonneux de l'oublis, noir total, douce quiétude du silence et
Pourtant, souvenir de feu et de sang, de mort et d’ambivalence.
Sensation en forme d’assommoir, un gout amer dans la bouche.
Un liquide poisseux dans la main, comme une porte que l'on touche.
Des frissons dans le dos, comme un appel.


Il ne voulait pas se réveiller, non, la vie et le futur sont bien trop sombre et tout ce qui compte, absent. Autant rester dans le néant, et son confortable élan d'oublie de soi, et des autres.

_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Dim 10 Déc 2017 - 14:48
Comme l'Ikezawa se l'attendait, c'est Nara Sayo qui arrivait à s'extirpé du genjutsu la première, une torture mentale des plus cruelle pour ce professeur qui voulait simplement leurs apprendre à cassé ce genre de technique. Le blessure n'est pas en soit une fin, elle permet de rester lucide grâce à la douleur et donc de briser un genjutsu mais elle confère également l'avantage à un adversaire. Si Shojito avait à cœur de plonger ses élèves dans des situations réelle ce n'était pas par pur sadisme. Il le faisait parcequ'il avait toujours procédé ainsi, la pratique et ensuite le théorie. Cela lui avait permis de développer une capacité d'analyse hors normes. La saisissant dans ses bras après l'avoir laisser respirer et se remettre de ses émotions, Shojito rassurai la Nara venant lui chuchoter à l'oreille à quel point il était navré de lui avoir fait endurer cela mais à quel point il était fier d'elle. "Je vous expliquerai dés que Nué sera de nouveau sur pied." Lui avait-il dit alors qui tendait une boisson et un gâteau à son élève afin qu'elle se sustente.

Maintenant son regard se déposait sur Nué, il espérait de tout coeur que lui aussi arrive à briser cette illusion, qu'il trouve et puise la force en lui pour comprendre ce qu'il se passe. Il était peut-être trop confiant envers son élève, ou peut-être trop cruelle mais quoi qu'il en soit il s'adressait à l'Aburame quant à son cas. "Shizen-san, a moins d'être trop fatigué, ne t'arrête pas s'il te plait. Il peut y arriver. J'en suis sur." Disait-il en fronçant les sourcils le regard fixé sur Nué. "Vas-y p'tit ! Tu as survécu à plein de chose ! Tu peux y arrivé !" L'encourageait-il en serrant les poings. C'était peut-être une folie de la part du blond mais il ne comptait pas arrêter l'expérience si tôt. Il était persuadé qu'il pouvait le faire. Si d'aventure la Nara se mettait à protester pour son petit copain l'Ikezawa l'enverrai bouler sans aucune forme de pitié attendant patiemment que le Metaru se réveille. Soudainement alors que cela n'avait durer que quelques seconde pour lui, une minute pour Sayo. Dans une grande inspiration Nué se réveillait. Avait-il réussi ? Sans se blesser ? L'Ikezawa regardait avec stupéfaction le résultat de cette expérience, il espérait grandement qu'il avait réussi, sinon à quoi bon l'avoir plongé dans une torture tel que celle-ci... Il s'en voudrai à jamais et ne pourrai plus jamais le regarder en face. Non pas par honte qu'il ait échoué, mais plutôt pour lui avoir fait subir cela sans son consentement et tout cela pour qu'il n'en retire aucune leçons ?! Impossible, Shizen avait plutôt intérêt à ne pas avoir briser le genjutsu avant l'heure. Tournant la tête vers ce dernier d'un air interrogateur il donnait l'impression de lui demander ce qu'il se passe tandis que dans le même procédé que pour Sayo il prenait son élève dans ses bras et lui chuchotait au creux de l'oreille les mêmes explications et excuses. Tout deux ne le savait pas encore mais l'Ikezawa comprenait parfaitement ce qu'ils avaient pu endurer pour l'avoir vécu lui même. "Tiens prends ceci." A nouveau il lui tendait une bouteille d'eau et un gâteau afin que lui aussi se sustente.

Se relevant et en regardant Shizen, l'Ikezawa semblait dubitatif. Il le prit un instant à part pour lui parler et laisser les deux tourtereaux se consoler entre et maudire leurs sensei pour leurs avoir fait le coup une deuxième fois. "Que s'est-il passé ? Tu as fait quelques choses ? Tu as brisé le jutsu ? Il s'est terminé ? Ou as-t-il réussi en sortir par ses propres moyen ?" Shojito s'intérrogeait sur ces faits, la vérité était peut-être brutale mais il devait l'entendre. Nué n'était pas prêt à subir cette expérience, personne ne l'est...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Dim 10 Déc 2017 - 16:17
Tout n'était qu'illusion. Malgré qu'elle semblait si évidente, la scène pouvait être difficilement acceptable. Qui aimerait confronter sa plus grande crainte ? Même Shizen savait qu'une expérience pareille serait difficile à encaisser pour lui. Tout le monde avait une peur, qu'importe la personne. Elle pouvait être très faible ou la plus puissante du monde, cela ne changeait rien. D'ailleurs, cette scène fictive permettait de prendre réellement connaissance de sa terreur. Actuellement, l'Aburame pensait qu'avoir une réponse sur son camarade serait la sienne. Le simple fait de retourner à Hi no Kuni pour reprendre les enquêtes sur son vieux frère lui donnait des frissons. Alors apprendre qu'il était vivant ou non le mettrait dans un douloureux état. Tout simplement parce que cette réponse lui ferait naître de profonds regrets et il le savait. Le regret d'avoir quitté son pays d'origine pour trouver un meilleur avenir, alors qu'un frère appelait à l'aide. Le regret d'avoir été lâche. Le regret de ne pas s'être donné corps et âmes dans cette investigation. C'est justement la sensation que faisait naître cette illusion : les regrets de cette peur. Si la jeune Nara se voyait en train de transpercer de sang-froid un de ses proches, allait-elle avoir de profonds regrets suite à cet acte ? Certainement. Même si le manipulateur d'insectes ne connaissait pas son histoire, ce qu'elle avait pu vivre avec sa famille, sans être conditionné il était difficile de ne rien éprouver à propos d'une de nos actions. Cette illusion amenait à une terrible réflexion. La cible visionnait sa plus crainte, mais serait-elle capable d'y faire face dans la réalité ... ?

Visiblement, la manipulatrice d'ombres s'en sortait plutôt bien. Du moins, c'est ce que le Jônin comprenait d'un point de vue extérieur. Il ne pouvait pas du tout savoir comment cela se passait à l'intérieur. Concernant le manipulateur de métal, cela semblait un peu plus délicat. D'ailleurs, l'Ikezawa désirait que l'illusion continue un peu plus longtemps pour lui. Qu'il accepte ce qu'il voyait et qu'il décidait de la quitter lui-même. Déjà que c'était dur pour un adolescent comme lui, continuer à pousser le jeu plus loin serait dévastateur. Néanmoins, il lui offrit quelques secondes supplémentaires, qui lui permettaient sûrement de prendre une décision avant que l’illusion se brise naturellement. Seulement, rien ne semblait changer. Le forgeron restait figé : toujours plongé face à cette scène.

« Kai. »

Shojito-san, tu auras tout le temps d'avoir une réponse à tes interrogations. Oui, il venait de briser l'illusion. C'était la meilleure décision à prendre face à ce scénario. Je vais vous laisser entre vous, c'est votre équipe. En effet, le mieux était de laisser ces trois-là ensemble. Shizen ne connaissait absolument rien de leur histoire et se présenter devant eux en tant qu’illusionniste ne serait pas une très bonne chose. Néanmoins, il souhaitait laisser une dernière parole à cette équipe. Une nouvelle illusion qui fit entendre la voix du manipulateur d'insectes chez les deux adolescents. Nous prenons tous des décisions. Elles peuvent être bonnes, mauvaises. Mais la finalité sera toujours la même : à la fin, aurez-vous des regrets ... ? Sur quoi la silhouette de l'Aburame s’effaçait progressivement, laissant l'équipe six se confronter.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mar 12 Déc 2017 - 5:49
Elle avait bien sentie qu'on l'enlaçait, mais était resté stoïque, combien même son ouïe avait parfaitement captée la voix de leur maître. Encore lui le responsable, la Nara semblait lasse des illusions et elle les détestait plus que tout à juste raison. Machinalement et silencieux, elle attrapait ce qu'on lui tendait en silence, si sa surface semblait plutôt calme, son intérieur était bouillonnant, mais elle n'avait pas l'intention de lui montrer.

-Tu as vu ce qui se passait dans le genjutsu ? Questionnait-elle en tout premier lieu.

Mais un cri les interrompait, il était là comme pour la sortir de sa bulle, son regard se posa sur son partenaire, un peu furieux, mais elle ne savait plus vraiment trop pourquoi, les choses se bousculaient un peu dans sa tête encore. Avant de remettre en place tout ça, silencieuse elle doublait l'Ikezawa pour accueillir Nué, après tout il l'avait remise d’aplomb avec un brio surprenant, juste en refaisant partie de son espace temps. Sa propre tête à elle était lourde et douloureuse, quand elle saisissait celle du Metaru contre elle, peut-être un réveil plus doux pourrait être compensateur d'un cauchemar. La voix de Shizen raisonna dans sa tête, ce qui eut le don de titiller un peu plus son magma au bord de l'explosion, elle embrassa tendrement le front du Metaru, comme pour contenir sa propre frustration.

Puis s'en venait la saturation, ce que était réel et ce qui ne l'était pas ? Encore un genjutsu ou pas ? Il avait encore utilisé la même méthode, celle qui ne leur donne aucune chance. Il avait fait revenir ce qu'elle gardait enfouie depuis longtemps et ce n'était pas ce qu'il y avait de plus malin. Sayo détestait ça, un vieux contentieux, quelque chose sur quoi elle ne voulait pas revenir, des efforts pour éluder foutu en l'air. Son regard carmin glissait dans celui du Metaru, il avait une lecture bien trop complexe pour lui dans ce dernier, quand Shojito arrivait à porter pour entrer en scène, donner ses explications...

Elle lui cogna un crochet impec', direct sur le menton d'une rotation soudaine.
Comme ça, sans crier gare.

-T'es fier de tes résultats Sensei ?

Elle le fixa dans les yeux, amère, furieuse. Avant de le snoober sans ménagement, son intérêt pour un autre derrière elle. Nué. I reprit une lueur de vie, sa main happait violemment sa joue. Une gifle parfaite. Lui c'était pour croire qu'il pouvait sacrifier ou gâcher sa vie n'importe comment, faire n'importe quoi, s'imaginer qu'il pouvait faire bande à part. Les deux avaient été trop loin pour elle. La Nara s'écartait, comme impossible à arrêter et il ne valait mieux pas le faire d'ailleurs, sa silhouette s'effaçait dans l'horizon du sentier. Les poings et dents serrés.


_________________


— Objectifs atteints —

#Mettre une main aux fesses de Reiko #Embrasser Hisao  #Shikarai :X  #Asami :X #Taishi :x #Shuuhei :X #Itagami :X #Raizen :X

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Mar 12 Déc 2017 - 17:53
Il tomba encore, son tourment ne s'arrêtant pas au charnier, et en l'absence de sa moitié, non, car maintenant il voyait le monde se gorger de sang, les rivières se changer en hémoglobine, les montagnes faites d'os et de squelettes, les pierres qui étaient des bébés morts et les bébés morts qui semblaient être des pierres. Il tombait dans le piège du Shinigami, sont heure était sûrement venu pas vrais ? Il l’accueillait avec quiétude, maintenant qu'il se savait délivrer de ses tourments, il l’accueillit à bras le corps comme un rescapé se raccroche à une coque de noix en plein milieu de l'océan, reprenant sa respiration comme après une course de plusieurs jours à pied. Il avait un gout salé dans la bouche, elle avait raison c'était infâme ... Puis de l'amertume de l’estomac surtout. Il était comme un enfant perdu qui ne savait plus des deux mondes qui croire, et surtout si la fin de la torture était belle et bien réelle.

Le doute est un loup noir dans un troupeau blanc, qui se voit mais ne se déloge qu'à coup de lame.

- Sayo ... Sayo... Il s'accrocha à elle, aussi présente qu'absente de sa vision, quoi que cela pu signifiait cela l'avait angoissé, lui donnant un nouveau jour sur la construction de ses sentiments pour elle ; Ce qui était une amitié obligé, fut partagée ensuite, pour éclore en cette fleure dont aucun nom connus ne lui aurait convenu : Un accord tacite et indéfectible entre deux parties, quel qu'en soit le coût, quel qu'en soit les variables et les ajoutées. Elle lâcha tandis que sa conscience reprenait peu ou prou contenance dans une réalité aussi dure que le rêve.

- T'es fier de tes résultats Sensei ? Fut l'annonce de l'orage, qui lui déborda sur le coin du visage, une claque qui lui remit définitivement les idées en place, et les moteurs allumés : Sacré Nara, sans elle on en aurait eu encore pour cher en thérapie (et peut-être même en thérapie de couple, Shien-sama), alors qu'il lui avait fallut six mots et un geste pour le remettre dans le droit chemin, connaissant exactement les connexions difficiles de son cerveau étriqué.

- Mais Sayo-chan, t’énerves pas ... Attends moi, je voulais pas te laisser toute seule ! En plus tu étais avec Senseï alors ça allait, tu avais de quoi t'amuser toi aussi ... Allez, Sayo ... Fais pas la tête ... Il attrapa son coude qu'une deuxième gifle zébra sa joue, qu'il ne laissa pas partir et qu'elle lui fendit une lèvre dans la foulée, qu'elle goûta à l'écart du groupe, sur le chemin. Oh oui, il le sentait bien qu'il y'avait quelque chose qui lui manquait, et qui clochait chez elle après ses propres visions ; Il ne pouvait simplement pas retourner le couteau dans la plaie, mais il pouvait au moins être là, c'était déjà ça.

Metaru Nué courrait toujours après Nara Sayo, qu'importait les conséquences, n'en déplaise à certains. Surtout à la première concernée, et en dépit de tout les bons sens qu'on essayerait de lui imposer.

_________________

Team 666:
 


Dernière édition par Metaru Nué le Mar 12 Déc 2017 - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Mar 12 Déc 2017 - 21:17
Le voici enfin de compte ce moment qu'il avait redouté, son expérience c'était déroulé comme prévu. Ses deux élèves avait été plongé dans un genjutsu au même titre que lui et il savait que cela serai très dur pour eux mais le point de non retour avait déjà été franchis et il comptait bien terminer une bonne fois pour toute cet entrainement il n'avait pas été si loin pour rien. "T'es fier de tes résultats sensei ?" Cette phrase résonnais dans ca tête comme une mauvaise comptine qui ne voulais pas le quitter. S'il était fier du résultat ? Pas du tout, du moins en ce qui concernait Nué. Si Sayo avait réussi à sortir du genjutsu, celui-ci avait été lamentable et ses mots était pesé.La relation qu'il avait avec le Metaru n'allait qu'en se détériorant tandis que celle avec la Nara elle n'allait qu'en s'améliorant il lui fallait changer la donne et pour cela il allait devoir se rapprocher d'un et éloigné l'autre. Même si l'on aurait pu croire que Shojito avait vu venir ses changements se créer dans son groupe, il n'en était rien. Ce fut une grande surprise pour lui quand il comprit ce qu'il se passait. "Je n'ai pas fini." Laissait-il s'échapper de ses lèvres agacé par le comportement dispercé de ses deux élèves. S'ils avaient tout deux fait beaucoup d'efforts il n'en restait pas moins toujours des genins et il était toujours leurs sensei. Des mudras avait été composé par le blond qui se débarrassait d'une mue entière de sa peau pour ainsi créer une réplique parfaite de lui.

Les Shojito s'empressait de rattraper les deux élèves et en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, ils s'étaient retrouver face au deux fronçant les sourcils venant les empêcher tout les deux de faire un pas de plus. "Tu crois que ça a été facile pour moi Sayo Nara, que je suis irréprochable et que je n'ai aucune peurs ? Je vous ai tué tout les deux dans cet illusions, mais pas que vous deux, non... J'ai tué mes proches les plus chère encore et encore jusqu'à ce que mon calvaire s'achève enfin. Me crois-tu abominable au point de vous infligez une chose que moi même je ne m'infligerai pas ?! Réflèchi un peu et calme toi. Je vous ai tout les deux confronté à un genjutsu dans l'espoir que vous arriverez à le briser sans l'aide de technique." Il les regardait droit dans les yeux alors que le contre coup de la technique faisait enfin son effet sur le blond. Stoïque comme à son habitude, une chose des plus incroyable se produisait à mesure qu'il parlait. "Alors oui, Nué, tu avais un début de piste et essayer de localisé des chakras était une bonne idée, mais tu as simplement omis tout les enseignements que je t'ai appris en quoi ? Dix seconde ? Tu avais un doute sur la véracité de ce que tu voyais ! Je t'ai vu douté, te débattre et puis baisser les bras... Certe Shizen est un très bon manipulateur de genjutsu mais tu aurai très facilement pu sortir du premier et te concentrant plus sur l'analyse. Tes capacités d'analyse Nué, elle ne s'amenuise pas avec un genjutsu !!! Bon sang !" L'improbable se produisait de plus en plus alors qu'il ne lâchait pas l'affaire ni n'en démordais. Il continuait de parler et de leurs rappeler leurs tors à chacun. "Quant à toi Sayo, débordé par tes émotions tu t'ai plongé dans une situation impossible, le sauvetage de ton sensei... Oulah, je suis touché de savoir l'affection que tu me porte mais tu as faillit te tuer pour un cadavre et du sur-croix tu as entraîné Nué dans ta folie à sa décharge je pense que si n'est pas rester focalisé sur ses intuitions c'est parceque tu t'ai mise en danger pour me protégé. Les émotions l'on lui aussi submergé. Conclusion Nué à échoué par ta faute !!!" Et le drame continuait, ses élèves ne rêvait pas, ce n'était pas du suiton, ni une tentative de les apitoyés, il n'agirai jamais comme ça. L'Ikezawa d'ordinaire stoïque et imperturbable pleurait donnant ainsi l'opportunité de voir la différence entre clone et originale. Les larmes s'accumulait sur son tee-shirt alors qu'il continuait ses explications semblant ne même pas s'en rendre compte. "Vous voir vous débrouillé au combat n'était pas mon but, je vous connais et je sais que vous pouvez vous débrouiller au combat, je voulais aujourd'hui vous évaluez sur votre capacité à contrer une illusion même sous la pression et vous avez échoué la première partie... Il vous était impossible de vous concentrez si vous y étiez ensemble alors je vous ai plongé dans un genjutsu bien moins réaliste et là..." Il s'arrêtait tandis qu'il sentait les larmes chaude trempé son vêtement et qu'il glissait une main sur sa joue observant avec surprise quelques chose qui ne lui était plus arrivé depuis très très longtemps... "Ce Shizen... Il est très fort..." Constatait-il alors qu'il essuyait ses larmes qui malgré tout continuait de couler le long de ses joues. "Vous avez raison, après tout. J'ai commis une erreur, vous n'étiez pas prêt." Confessait-il en se retournant alors qu'il était encore sous le choc de ce qu'il venait de réaliser. "Rentrez chez vous et quand vous aurez compris que je ne vous voulais aucun mal, vous reviendrez me voir." Finissait-il continuant sa route s'enfonçant un peu plus dans les bois.

Il ne comptait pas rentrer, pas encore, pas dans cet état. Il devait comprendre ce qui le rendait ainsi, et il avait déjà ca petite idée sur la question. Les larmes devait cesser de coulé et pour ce faire aucune autre solution que d'accepter la vérité et la vérité était qu'il avait plus que tout au monde peur de perdre ses proches et sa famille dans un bain de sang créer par lui. Sa nouvelle résolution était clair, ses élèves alors devoir coûte que coûte apprendre à contrôlé leurs émotions mais comment pouvait-il leurs apprendre une chose aussi capitale quand lui n'y arrivait plus ? Du moins pour l'heure...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mer 13 Déc 2017 - 21:59
-C'est pas le moment Nué.

Qu'elle l'informa, restant fermée et impénétrable même avec le goût métallique de son sang inondant sa bouche. Pourtant, malgré la fureur, elle le repoussait avec douceur. Et c'était bien pire comme présage, ça voulait dire que ce n'était pas une 'crise', mais qu'elle était bel et bien consciente de ce qu'elle ferait. Il voulait juste la calmer, mais ce n'était plus possible, aucun des deux n'auraient plus soupçonné ce qu'il avait jeté à sa face comme ça, à quel ça venait tout bouleverser, remettre en question. Ils n'étaient dans ses priorités ce jour-là à partir de cet instant, c'était comme une obsession malsaine et mauvaise qui l'avait dévoré tout entière.

Le Maïtre, lui et son supplément plutôt ne tarda pas à jouer sur le même schéma, ce qui la fit monter d'un cran, pour la venue de la plus terrible de ses explosions jusque là. Un volcan, dans le volcan et éteint de surcroît qui grondait pour son éveil, voulait lâcher sa pression. Un flot de reproches, aussi long que ses larmes la laissèrent de marbre, il était facile de lire sur sa face à elle, qu'elle n'était pas la même non plus. Il ne disait pas faux et son regard se porta sur son partenaire qu'elle pourrait effectivement amener à une mort certaine... Mais ça n'avait pas toujours été le cas ? Il ne pouvait pas lui reprocher en revanche d'être ce qu'elle était, Sayo n'avait jamais demandé un tel poids sur l’échiquier, elle assumait ses choix et refuser de se charger de ceux des autres.

-Contenir mes émotions tu dis ? Pourquoi, en arriver là, tout accumuler et me retenir tellement au point de ne même plus pouvoir m'arrêter une fois à saturation ?

Son ton était froid, tout aussi accusateur, même si elle n'était pas dans son bon droit et peut-être injuste, elle s'en foutait tandis que le bras de Nué qui la retenait se faisait dégager par sa main.

-Je reviendrais, quand tu admettras que je ne veux pas être comme toi et que c'est mon droit.


Là dessus, elle tourna les talons comme le blond, dans le sens opposé, celui du village aux comptes à régler. Son regard aiguisé se plongea dans celui de sa moitié, celle à qu'elle ne voulait pas incendier, mais elle savait, qu'elle ne saurait pas contenir longtemps sa frustration. Elle lui fit goûter l'amertume de son âme en saisissant sa nuque, comme on donne un baiser d'encouragement à un champion qu'on envoie au casse gueule imminent.

-Occupes toi de ça pour nous deux. Qu'elle lui quémanda en jetant sa tête du côté du départ de leur sensei. J'ai besoin d'être un peu seule. Confidence à moitié fausse. A moitié vrai tandis qu'elle reprit le chemin vers chez elle.

Pas leur foyer, son nid d'origine chez les Nara. C'était le moins Nara des deux à qui elle avait deux ou trois petites choses à dire...

_________________


— Objectifs atteints —

#Mettre une main aux fesses de Reiko #Embrasser Hisao  #Shikarai :X  #Asami :X #Taishi :x #Shuuhei :X #Itagami :X #Raizen :X

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Jeu 14 Déc 2017 - 4:50
- C'est jamais le bon moment, comment je fais ça moi ... Il se mit au niveau du sol, les talons collés l'un près de l'autre dans la position classique du vilain petit canard punis par ses pairs. Il en avait toujours été ainsi, la moindre paroles plus haut que l'autre, et il devenait une vraie chiffe molle. Pas de la faiblesse, mais aucun égo mal placé chez ce petit être à la peau blanche, et aux cheveux opalins. Lui, il avait encore du mal à se relever de la dure iréalité qu'il venait de vivre ses quelques instants, comme plongé dans un réveil paradoxal.

Des fois, il lui semblait voir danser les lignes qui composaient le paysages, comme si elles se melangeaient dans une palpitation multicolore. Bizarrement, cela ne l'étonnait pas... Utilise ta cervelle Nué ! Il trouva l'idée magnifique, de toujours avoir sur lui un objet d'un poid et d'une taille spécifique, qui lui permettrait de savoir s'il se trouve ou non dans la réalité ! C'était si simple que cela en devenait rageant de ne pas avoir eu l'idée plus tôt, comme quoi certains auraient mieux fait de se bouger plutôt que de faire la part belle au justicier en collant noirs ! Le tirant de la torpeur, les mots de sa moitié le touchèrent en plein coeur, déjà car elle le repoussait, qu'il ne disait rien à la lueur de leur passion ; Mais en plus elle lui cachait des choses, et cela semblait vilain ... Quelque chose d'assez grave pour qu'elle ne veuille pas qu'il le porte avec elle ...

En attendant : Oï ... Oï ... Senseï ! Il essayait d'attirer son attention, mais le blondin était plus focalisé sur la tempétueuse jeune fille, que sur le petit gars lunatique, qui tourna alors un regard tout penaud vers l'Aburame, manière de dire "Ma vie est d'une tristesse monsieur Shizen ... (T_T)" . "Sayo ... Sayo, ne me laisse pas là comme un ..." Il ne termina pas sa phrase en regardant Shojito qui tirait le même genre d'expression pas jouasse. "Sérieusement Senseï ... Nué à fauté qu'à cause de Nué, elle y pas forcément pour tout non plus ... " Il le regarda un peu durement, même pour le Metaru. " Et puis vous savez quoi ! Je suis pas un génie non plus, en tout cas peut-être pas celui que vous vouliez ..." Il croisa les bras sur la poitrine d'un air décidé, presque vexé et carrément remonté contre le grand nigaud qui lui servait de professeurs. Il avait réussit à froissé sa charmante moitié, alors là, il voyait pas du tout comme il avait réussit pareil exploit ... Elle si douce et coulante, il avait déconné ! Je suis que Nué, et je n'ai rien vu car ma technique me permet de détecter les sources de chakra, mais quand il s'agit de Genjutsu .. Je suis aveugle !" Il le brusquait un peu, mais il avait déjà fait preuve de plus de dureté avec eux, et il s'en appuya pour lui renvoyer le yoyo, bien décidé à ne pas céder du terrain pour une fois ... " La première fois, vous avez bien vu que ce genre de technique ne marchait pas ... Elle nous monte l'un contre l'autre..." C'était ça le pire, dans sa maladresse, il avait blessé Sayo. " On s'ouvre, on s'ouvre, Senseï ... Pas facile de se renfermer après... Alors faudrait vous décider, on doit marcher côté à côté et accepter nos sentiments réels, ou bien tout dissimuler pour faire comme papa maman ? "

La balle était dans son camp, et lui dans celui de Sayo Nara. Qu'il avait la ferme intention de retrouver dans l'instant, car une épreuve pareille, elle ne le vivrait pas sans lui à ses côtés. Même si elle le détesterait pour ça.

Il la détestait un peu pour ça aussi.

_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Ven 15 Déc 2017 - 7:42
Cette fois ils l'agaçait vraiment. Elle avait réussi plus d'une fois et elle en avait subît les conséquence. Nué lui avait toujours été celui qui ne l'avait jamais déçu et il ne l'avait toujours pas déçu. Mais cette fois c'était au tour de l'Ikezawa de se retrouver dans une situation des plus complexe. Pour la première fois depuis très longtemps c'étais au tour de Shojito de se retrouver dans une situation ou ses émotions le dépassait. Les pleures continuait et à mesure ou il avançait pour s'enfoncé dans les forêts Nué continuait de l'agacer avec ses phrases. Il ne pouvait pas comprendre et il allait devoir lui expliquer mais ce n'était pas le moment, non, ni le moment ni l'heure. Pourquoi était-il à la fois si doué et si idiot ?! Pourquoi ne pouvait-il pas comprendre ?

Soudainement il s'arrêtait non loin d'un petit coin d'eau paisible et reposant. L'endroit avait tout pour plaire, un calme qui pouvait avoir de quoi apaisé les esprits et c'était exactement ce dont ils avaient besoin pour l'heure. Dans un silence des plus plat il s'essayait au bord de l'eau et s'essuyait les larmes qui avait persisté profité du calme absolu avant de faire signe à Nué d'un geste de la main pour que celui-ci s'installe à ses côtés. Un fois dans cette position il laissait le silence s'installer pendant plusieurs minute espérant que Nué lui aussi se détendrai pendant quelques seconde. Au bout de se temps il décidait de briser ce silence. "Tu l'aime beaucoup Sayo, n'est-ca pas Nué ?" Bien évidemment peu importe la réponse il savait à quoi s'attendre lorsqu'il reçu la réponse. "Évidemment que tu l'aime beaucoup, et tu donnerai ta vie pour elle, tout comme je donnerai ma vie pour vous deux.. Mais tu ne te rends pas service Nué, ni à toi, ni à elle. Lâche prise avant qu'il ne soit trop tard." Lui disait-il avant de le regarder droit dans les yeux. "Bien entendu, tu as le droit de l'aimer plus que tout, c'est ton droit le plus ultime. Ce n'est pas parceque je n'ai jamais vécu ça que je ne comprends pas. Mais en amour comme à la guerre il faut savoir sacrifié certaine chose mon grand." Ajoutait-il sachant pertinemment que celui-ci ne verrait absolument pas ou il voudrait en venir.

Il écoutait attentivement son élève lui dire qu'il ne comprenait ou se révolté sans broncher. "La ou je veux en venir Nué, c'est que tu dois canalisé tes émotions. Tout comme je le fais, tout comme Sayo devra aussi apprendre à le faire. En situation de combat nos émotions définisse ce que nous sommes capable de faire, avoir un contrôle sur celle-ci permet de faire la part des choses. Pour être claire ce que j'attends de vous c'est de savoir faire la part des choses et savoir quand vous pouvez ou non laisser vos émotions s'échapper." Il se levait soudainement et pour illustré propos il ajoutait des précisions. "Actuellement, tu m'en veux pour ce que je vous ai fait. Ca te rends fou de rage de voir à quel point je change de sujet et avec quel facilité je suis capable de te parler de toi sans même broncher. Tu n'a pas envie de m'écouter je me trompe ? Pourtant tu es toujours là. C'est parceque tu canalises tes émotions et que tu me respect Nué, mais il suffirait que je te dises une petite choses insignifiante pour que tu démarres au quart de tour et perde tout sens morale. Admettons que je te dises... Nué, tu te fourvoie sur Sayo depuis le début, elle ne t'aime pas, tu es juste son objet sexuelle et ce que tu ressent pour elle n'est en aucuns cas réciproque. Je le sais car je l'ai vu de mes propres yeux." Il l'attendait de pieds ferme, sa réaction. Il était à chaud et il allait très probablement vouloir se défouler. Peut-être qu'il s'y prenait mal, peut-être qu'au contraire il s'y prenait à merveille pour lui faire comprendre. Passer de la théorie à la pratique... Il n'avait pas apprit de la sorte à canalisé ses émotions c'était pour cela qu'il allait avoir plus de mal avec Nué qu'avec Sayo qui lui ne comprenait que par la pratique.

"Tu entends ce que je te dis Nué ? Tu n'es rien à ses yeux. Elle te trompera dés que l'occasion se présentera. Et puis de toute façons... Tu ne l'a mérite pas. Je vais dire, regarde toi non ? Tu es une petite merde. Tu n'es même pas capable de me prouver ta valeur. Elle a réussi la ou tu as toujours échoué pas vrai ? Elle l'a toujours fait les choses bien mieux que toi. Allez fais-toi à l'idée que tu ne peux rien face à d'autre. Tu n'a rien de plus que moi... Peut-être que c'est moi qui devrai couché avec elle... Elle serait heureuse avec moi. Je suis promis à un grand avenir contrairement à toi après tout." Il souriait en le regardant droit dans les yeux. Son but ici était de le mettre au plus bas, de lui faire perdre confiance en lui. Il allait lui en vouloir pendant un bout de temps, mais Shojito n'allait pas le lâcher si d'aventure il ne l'attaquait pas il continuerai de jouer la comédie et de le provoquer jusqu'à ce que celui-ci s'en prenne à son maître. Avant de lui apprendre à canalisé ses émotions il devait le laisser se défouler, et pour sur il ne le laisserai pas gagné prétextant qu'il n'y arriverait pas à moins de réussir ce test.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Ven 15 Déc 2017 - 19:15
Si la colère était une amante, il l'aurait épousé sur le champ, fait quatre enfant et acheté une petite maison, il lui lui aurait compté tout ce qu'elle lui inspirait en cet instant, ce qu'elle avait de tentant dans le quotidien, comme dans les moments entre loups et chien, comme en ce moment. L'Ikezawa le regardait avec l'air compatissant, de celui qui sait des choses que lui ignore peut être ? Peut-être la science infusait si bien ce crâne bien fait, qu'au final il lui permettait de lire à travers le siens, et celui de Sayo ? Il avait l'air sûr de lui en ouvrant la bouche, mais Nué avait apprit depuis bien longtemps que rien ne vaut l'incertitude, pris dans les verrous du destin, être certains c'était comme couler du béton prise rapide après avoir creuser sa propre tombe.

Quand on lui parlait sur ce ton là, condescendant et suffisant, comme si lui n'était rien qu'un cloporte négligeant l'essentiel, il avait envie de réveiller l'autre. L'autre Nué, celui qui dormait depuis le départ dans son cœur, ce petit salopard qui lui servait de moteur, et qu'il cachait comme nous tous, dans le plus profond de son cœur. Une pulsion naturelle qui déclencha une vive émission de chakra, la bête tapie dans l'ombre de son estomac, elle, attendait patiemment le dénouement. Vois ... Vois comme il essaye de vous séparer depuis le début ... Ecoute, Ecoute comme il te ment pour mieux vous divisiez... Ressens, Ressens sa peine de te voir au creux de ses bras ... Il la veut pour lui, écoute le bien. "Oï, senseï."

Il le toisa, un peu plus bas que lui, et pourtant aussi épais que lui, ses muscles luisant sous l'effort passé, sous la colère qui ne passait plus. Elle montait, montait là comme une araignée au plafond, elle tissait sa toile tout le long de son centre névralgique, pour lui dire qu'il devait finir tétraplégique, ou au moins dans un état qui ne lui permettrait plus de l'insulter. "Vous mentez comme ça, sous mon nez, et vous pensez quoi ? Oh c'est pas grave, c'est juste Nué, le petit gars là ..." Il montra de sa main un point lointain dans l'horizon, comme s'il s'y trouvait et qu'il devait maintenant le chercher plutôt de ce côté là. "... Un faible qu'on m'a dit, je l'ai pris par pitié dans mon équipe ... " L'echo de sa sensorialité frappé par les paroles de L'ikezawa, qu'il savait faussé par une quelconque idée derrière sa tête, qu'il pourrait très bien entrevoir après y avoir fait de grands trous de ses deux mains de forgeron. " Tout ce que je voulais moi, c'était me taper la petite Sayo, depuis le début, il était dans mes pattes... C'est sa que vous voulez dire Senseï ? Hein ? "

Son chakra était à son top niveau. "Parce que si c'est ça que tu veux dire Senseï, ouvre grand tes écoutilles ... T'as un putain de problème en face de toi." Il le malaxa viollement, comme une explosions d'essence prenant dans l'air, après une porte qui claque. Ou un fusible qui saute. " Alors qu'est-ce qui te rend si sûr que toi ? Tes quelques années d'écart et quelques grades de plus, ta vie de Ninja dans la police ? Le fait que tu puisse étendre ton épiderme, tu sais, ça veut pas dire qu'elle va beaucoup plus aimé ça ... Et on s'en fout de ton boulot, chacun prends ses deniers ou il peut ... " Il haussa un sourcil, toujours en place, il commençait à entrevoir tout un monde, un monde beaucoup plus sombre qu'il ne lamait, plus froid aussi, où les gens qu'il aimait le trahissait pour lui voler, ce qui faisait la seconde moitié de son âme. "Tu sais, j'avais de l'estime pour toi ... Alors, explique toi. Qu'est-ce qui te fait dire que t'es meilleur que moi pour ça ? Qu'est-ce qui te fais croire qu'elle me trompe déjà ? T'as des preuves, du matériel, du concret ? Non ... ? " Il se rapprocha vivement, son nez presque collé à celui de Shojito. "Qu'est-ce que t'as fais pour elle hein ? Qu'est-ce que t'as fais qui te donnes le droit de me juger comme ça ?"


Dire que la journée avait si bien commencé, le voilà déjà en colère, tout ça parce qu'il avait touché à l'inviolable.

Nué, t'es vraiment qu'un petit naïf quand même.

_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Mar 19 Déc 2017 - 0:20
Encore un peu plus, il lui en fallait un peu plus. Shojito le regardait de son air espiègle alors qu'au fond de lui il était dévasté de devoir ainsi lui faire du mal, mais selon lui c'était la seule façons de lui faire comprendre, de l'aider et ainsi qu'il parvienne enfin à s'épanouir en tant que shinobi digne de ce nom. Il le lui devait bien, en tant que sensei, non, mieux il se le devait bien en tant qu'Ikezawa ! Les émotions était bien trop dangereuse, meurtrières elles vous plongeaient un homme digne et fier dans un monde obscur ou la raison n'était plus. Aussi incroyable que cela puisse paraître, Shojito avait déjà vécu la situation que Nué vivait actuellement, très certainement pas dans les mêmes conditions mais sensiblement semblable. Quoi qu'il en soit il essayait au mieux de l'aider dans les premières démarche, prendre connaissance de l'aspect néfaste des émotions en combat. "Non, non je ne t'ai pas prit par pitié Nué. La pitié c'est pour les faibles, et tu n'es pas faible, tu es juste... Un débile profond." Il continuait de l'écouter sans broncher attendant qu'enfin celui-ci passe à l'actes que ses émotions explosent et que tiraillé par celle-ci il finisse enfin par commettre l'erreur. "Oh mon boulot... C'est vrai... Je suis policier Nué, c'est amusant non ? Et pourtant... Je suis incapable de te protèger de toi même. Tu finira par tous nous tuer Nué, oh moi biensur, je sais que tu t'en fou, tu l'a prouvé tout a l'heure dans le genjutsu et me laissant pour mort... Mais Sayo elle, elle mérite mieux non ? Mieux que toi, car oui Nué, il y a beaucoup mieux que toi sur cette terre." Il le laissait déferler sa rage alors qu'il le regardait droit dans les yeux impassible et imperturbable il allait très clairement craqué, Shojito espérait simplement qu'il ne craquerait pas dans les sanglots, il le pensait fort et incapable de succomber à une tel humiliation. Bien entendu il se trompait très certainement.

"Ce que j'ai de plus que toi ?... Ah très bonne question ça... Qu'est-ce-que moi guerrier aguérit du clan Ikezawa avec dix années de pratique de plus que toi, pourrais-je apporter à Sayo Nara l'élue de ton coeur... Oh déjà sans me venter je peux faire grandir mes membres... Tout mes membres Nué."
Lui avait-il dit avec un clin d'oeil forcé. "Et si je sais qu'elle te trompera à la première occasion, c'est parceque j'ai déjà été sur ce terrain la Nué, oui oui. J'ai visité les courbes de ta copine du regard... Oh et j'ai adoré ça !" Avait-il enchaîné toujours dans la surrenchère. Pourvu que jamais il ne lui en veuille pour cela éternellement il en serait dévasté. Avec sa technique Nué pouvait aisément ressentir des variations dans le chakra de Shojito. Quand il disait que Sayo était infidèle il mentait, car il ne l'a pensait pas comme cela. Quand il disait qu'il avait été jouer sur ce terrain la il y avait une part de vérité et lorsqu'il confessait adorer l'avoir fait il mentait terriblement bien d'ailleurs, c'était à en coupé le souffler.

"Alors dis moi Nué, tu va rester là à me regarder encore longtemps... Ou tu vas enfin agir comme un homme ! Et pas une fiotte ! Vas y Nué, qu'attends tu ?! Viens, je t'attends, il me semblait que j'avais un problème de taille face à moi ? Tu devrais me montrer, vas y Nué ! VAS Y !!!" Hurlait-il alors que sa main venait lui fracasser la joue avec un puissance certaine. Malgré tout et comme il s'y attendait le Metaru n'avait pas bougé d'un poil. Peut-être était-ce enfin le début de ce que l'Ikezawa attendait ?... Comme Nué pouvait le ressentir grâce à sa technique l'Ikezawa avait dit beaucoup de chose qu'il ne pensait pas ce qui pouvait en résulter au finale c'est qu'il disait l'exact opposé de ce qu'il pensait. Nué, était loin d'être un bon à rien à ses yeux. Il était loin d'être un débile profond et encore moins loin d'être faible. Shojito avait beaucoup de respect pour son élève et le pensait juste inexpérimenté, ce qui était d'une vérité absolue. Ah, et il ne mentait pas quand il disait pouvoir agrandir, tout ses membres...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mar 19 Déc 2017 - 1:17
Méli mélo de sentiments, la colère le disputait à la déception, les mensonges frappant son esprit naïf comme autant de pierres lancés depuis une falaise ; Il ne fallut pas longtemps pour qu'il se rende compte que tout cela allait très rapidement mal tourné. Il cherchait cette situation depuis le départ, sûr de ses arguments pour l'avoir entraîné des mois durant, à la dure, par tous les temps et par toutes les situations ; Il avait fait -quasiment- tout ce qu'il lui avait demandé, il avait été sage, s'était rapproché -peut-être trop au goût de Shojito, de sa partenaire sur les champs de batailles : Il avait courut quand on lui avait dit de courir, il avait sauté quand on lui avait dit de sauté, il aurait même tué, si cela avait été un nécessité.

Oui, il aurait tué pour ce gars là ; Sans une once d'hésitation, il se serrait jeter sur l'infâme adversaire pour lui prêter main forte. Y pouvait-il quelque chose que son cerveau marche à la prudence dans les situations extrêmes ? Il aurait fait quoi de mieux que lui, dans sa situation ? Qu'aurait fait le GRAND Ikezawa Shojito à sa place. Le sentiment d'injustice qui le rongeait prenait dans son âme, et si Shojito ne pensait pas à mal, il venait de briser quelque chose en lui, par sa dureté.

Peut-être cette candeur n'était pas nécessaire, quand bien même dans son regard, il en portait le deuil comme celui d'un enfant qu'on aurait pû lui arraché, cet enfant, c'était un peu lui. Il siffla entre ses dents, et il mira bien son professeur dans le regard. "Ecoutez moi bien ... " Il ne pût finir sa tirade qu'un poing termina dans sa mâchoire pour le faire s'écraser durement sur le sol, roulant à quelques pas du blondin.

- Oï, serieusement Senseï ? Vous me frappez en plus ?
Il le toisa de son mètre quatre vingt, son regard ne refletait aucune émotion, mieux le valait-il ? Cette histoire restera entre nous, et on réglera ça en temps voulue. En attendant, j'ai une copine que vous avez foutus dans un putain de Genjutsu démoniaque, et j'ai pas envie de la laisser seul, contrairement à vous." Le problème de cette méchanceté, car même s'il avait raison le dire était auxiliaire, le choix n'appartenait qu'à sa partenaire de savoir s'il la méritait ou non, et pas celle de L'ikezawa. "En attendant, regardez moi bien, et attendez donc, que je vienne vous la coller ..." Il le regarda par dessus son épaule avant de partir. "Votre raclée."

Il savait qu'il ne pouvait pas le battre, mais Nué était un être patient. Très patient.
Chaque chose vient à qui sait l'attendre.


_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Si réel et pourtant complètement faux... [Ft.Shizen/Team 6]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: