Derniers sujets
Partagez | 

La chaleur d'une main tendue | PV Yuki Setsuka


Jeu 7 Déc 2017 - 0:54
Il y avait certaines familles où les liens semblaient acquis dès la naissance. Où les mots étaient faciles à trouver, où chacun trouvait avec aisance sa place. Peut-être qu’une telle famille pouvait faire rêver nombre d’âmes mais ce n’était guère le cas des Yuki. Mais après la désertion, après le départ, après le déchirement, Ayuka le savait tout était à refaire, tout était à reconstruire et créer.

C’était un matin simple, un matin presque silencieux alors que le village s’éveillait, que les miniers partaient creuser et que les marchants remballaient les derniers étales, prêts à les ressortir à la tombée de la nuit quand le festival de la roche reprendrait son cours. Pas de vent, le soleil commençait à peine à transpercer les montagnes et c’est donc peu après l’aurore qu’Ayuka s’éveilla. N’ayant pas fait la fête, n’ayant pas eu l’occasion de sortir, elle n’était guère fatiguée. L’entrainement intensif de la vieille lui avait cependant laissé de grosses courbatures, et il lui faudrait certainement quelques jours avant que les douleurs de la quittent totalement.

Les températures commençaient à réellement baisser si bien qu’Ayuka s’enroula dès son réveil dans un simple haori noi et se glissa dans le court couloir qui desservait les petites chambres de la vétuste demeure. Et elle toqua à la première porte. Eiichiro ? Rakka ? Akimitsu ? Non. Setsuka. La plus jeune de la famille, la plus isolée, celle qui avait certainement le plus perdu en quittant Kiri. Son frère ne l’avait pas suivie, ses parents ne semblaient jamais l’avoir aimée. Seule, un peu comme quand Ayuka était arrivée pour la première fois à Kiri. Seule, alors qu’elle ne l’était pas réellement.

La jeune femme poussa la porte, n’entendant pas de réponse. Peut-être dormait-elle encore ? Dans ce cas la discussion pourrait aisément attendre quelques heures ou le soir. Non, Setsuka n’était pas seule, et Ayuka comptait bien lui faire découvrir la vraie définition de « famille ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Sam 9 Déc 2017 - 13:13
Froid... Toujours froid. Tellement froid. Mais ce n'est pas le même froid que d'habitude... ce froid rassurant et protecteur qui la couvrait avant sa conversation avec Rakka. Sa cousine l'a en effet prise au dépourvu : elle ne s'attendait pas à une telle conversation avec une fille qui a passé tellement de temps à la haïr. Et hélas, cette conversation a eu un effet complètement inattendu et surtout, difficilement supportable.Le froid a changé, laissant passer de plus en plus d'émotions... et les sensations allant avec telles que la colère mais aussi, (et surtout) les doutes... Et les cauchemars. C'est pour cette raison que Setsuka tremble comme une feuille, trempée d'une sueur froide et essayant de reprendre son souffle tandis que ses mains serrent presque convulsivement sa couverture contre sa poitrine. Celui là était fort... vraiment gros. Toutes ses peurs, ses doutes et questions concentrées dans le même cauchemar. Avant, le froid la protégeait et elle n'avait pas à affronter ce genre de chose, mais là...

****Bon sang...****

Être sans coeur était si facile... aucune peine, aucune douleur ni doute. Elle n'avait pas à affronter cette réalité et la douleur liée. Mais maintenant, elle la sent et de nouveau,cette rage, cette douleur et cette incompréhension résonnent, provoquant une vive douleur, aussi bien au coeur qu'à la tête. Et toujours ces questions : comment est ce que sa mère et sa grande soeur ont pu lui faire ça ?! Cette trahison venue de son frère et de son père ne la surprend pas du tout, mais sa mère et sa grande soeur... et pourquoi est ce que ses émotions sont revenues aussi vite juste après une simple conversation avec sa cousine ? Tant de questions... aucune réponse... juste ce froid glacial qui était un ami et qui est maintenant son pire ennemi. Parce que au final...

****Seule...****

Ses mains se contractent douloureusement autour de la couverture, le choc de son cauchemar retentissant une fois de plus vers elle, le souvenir de sa famille entière lui tournant le dos et l'abandonnant dans ce désert noir lui revenant en tête. Il y a deux jours, être seule lui convenait très bien. Mais là, après quelque chose comme ça... elle ne peut pas s'empêcher de désirer voir sa grande soeur ouvrir la porte de sa chambre et la prendre dans ses bras pour la rassurer. Exactement comme elle le faisait... Comme elle l'a fait juste après... et son coeur se glace brusquement à ce souvenir. Nadare n'était pas dans son cauchemar et il n'a même pas été cité. heureusement d'ailleurs parce que pour le coup, Setsuka n'est pas sure de pouvoir supporter un cauchemar de ce genre. Déjà qu'elle a du mal à se retenir de pleurer...

****C'est... Vraiment pitoyable...****

A peine cette pensé lui traverse l'esprit qu'un léger bruit lui arrive aux oreilles, lui faisant relever la tête. Sa chambre n'a rien de fascinant, n'ayant même pas été décorée depuis l’emménagement. Juste un futon avec une couverture blanche, une commode dans laquelle elle n'a même pas encore pris la peine de ranger ses vêtements. Son sac, contenant les dis vêtements est d'ailleurs posé sur le meuble. La pièce, complètement boisée est entièrement marron sans la moindre image ou décoration diverse, mais le bruit vient de la porte coulissante face à elle. Apparemment, quelqu'un a décidé de venir la voir... mais qui ? En temps normal, l'idée que quelqu'un puisse la voir aussi misérable lui déplairait beaucoup et elle ferait en sorte de ne pas être dérangée, mais... son corps recommence à trembler et avant même qu'elle ne puisse s'en rendre compte, elle a déjà murmuré assez fort pour être entendue :

"O-oui ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 12 Déc 2017 - 1:17
Entendant une légère réponse, Ayuka, pousse un peu plus la porte, la faisant coulisser afin de pénétrer dans la chambre encore sombre malgré les quelques rayons de lumière qui commençaient à l’envahir. Ayuka ferma directement la porte derrière elle, ne tenant pas à briser le cocon confident de la petite chambre. Celle-ci restait vétuste mais Ayuka avait espoir qu’un jour, sa famille, ou plutôt le clan des Yuki d’Iwa construise sa propre demeure. C’était notamment un des points importants qu’elle désirait aborder auprès des autorités du Village Caché de la Roche. Personne ne semblait désireux de se bouger, si bien qu’Ayuka avait déjà pris la décision de demander audience auprès de Chôgen-sama afin de parler de l’avenir du Clan Yuki ainsi que des possibilités pour celui-ci.

Ayuka avança doucement dans la chambre et alla s’assoir sur le lit, à côté de la petite fille encore endormie visiblement, sauf que… La blonde fronça légèrement se sourcils en voyant l’état de Setsuka, tremblante, et rapidement, la Yuki posa sa main sur le front de sa si jeune cousine. La petite semblait prise de légères convulsion et Ayuka se mordit la lèvre en sentant sa légère température en hausse. Malade ? Cauchemar ? Peut-être importe, il était hors de question de laisser Setsuka dans cet état. Ayuka se pencha doucement vers cette cousine qui avait tant vu malgré son jeune âge et caresser ses cheveux opalins. « Setsuka, tu es malade ? Tu n’as pas dormi cette nuit ? »

Si elle était réellement malade, Ayuka l’emmènerai au nouvel hôpital d’Iwa, réputé pour avoir des médecins exceptionnellement doués et puissants, nul doute que la petite fille serait entre deux bonnes mains. En revanche, si les blessures du cœur étaient la réelle cause du mal-être de la Yuki, alors la médecine ne pourrait guère l’aider. Cependant Ayuka avait connu les états de l’âme, la solitude, la crainte et le doute. Prenant doucement la petite main encore tendue dans la sienne, la jeune femme sourit « Tu as fait un cauchemar ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Ven 15 Déc 2017 - 23:46
De toutes les personnes qu'elle se serait attendue à voir entrer dans sa chambre, sa cousine était la dernière. Enfin, une de ses cousines en fait. Sa famille est tellement compliquée qu'elle a toujours du mal à s'y retrouver par moments. Yuki Ayuka est une cousine avec laquelle elle n'a eu que peu de contacts avant leur départ de Kiri. Elle l'a rencontrée plusieurs fois, mais toutes deux n'ont jamais réellement discuté avant. Et depuis leur départ... ce souvenir noue le coeur de Setsuka, sa propre stupidité lui coupant presque la respiration. Elle en a voulu à cette femme. Beaucoup. Le mensonge qu'elle lui a dit le jour de leur départ avait en effet eu un sacré effet. Avec le recul, elle sait parfaitement pourquoi sa cousine a mentit comme ça : naturellement, elle ne pouvait pas dire à deux enfants de la suivre pour déserter. Encore moins dans les rues du village qu'elles allaient quitter et certainement pas alors que n'importe qui aurait pu entendre ! Mais Setsuka l'a mal pris et la suite s'est pas fait attendre. après son abandon par ses parents, elle s'est mise à repousser tout le monde, Eiichiro compris et Ayuka en a également fait les frais. Mais maintenant... alors que la jeune femme s'assied sur le lit près d'elle, elle sent sa respiration se geler dans sa poitrine. C'est... si familier... on dirait presque...

****Neko-nee****

Surement sans le vouloir, Ayuka a pris exactement la même position que sa grande soeur quand cette dernière venait la voir après u cauchemar. Assise au bord du lit à attendre qu'elle réagisse. Le sort est vaguement chassé quand la main chaude de la jeune femme se pose sur son front avant de demander si elle est malade, mais revient immédiatement après... sitôt qu'elle lui sourit avant de lui demander si elle a fait un cauchemar. Ce même sourire, cette même manière de prendre sa main dans une étreinte douce et rassurante. Setsuka se sent partir lentement, une goûte d'eau quittant lentement son oeil droit et coulant le long de sa joue. Le froid reflue, lentement mais surement en libérant son coeur... et tout ce qu'elle y avait caché. Une peur incroyable la paralyse et elle tente de rappeler le froid autour d'elle. Aussi douloureux qu'il soit devenu, ça reste quelque chose de protecteur et la seule idée que ses émotions puissent revenir complètement est insupportable. Malheureusement, il est déjà trop tard : ses yeux gris croisent ceux écarlates de sa cousine et la douceur qu'elle y voit, si semblable à celle de sa grande soeur pulvérise ses défenses.

"P-pourquoi... ?"

Un simple mot qui reprend bien toutes les questions qui hurlent désormais en même temps dans son esprit. A tel point qu'elle ne se rend même pas compte que son coude gauche vient de déplacer quelque chose qui aurait du rester caché sous son oreiller. Ou plutôt elle s'en rend compte... mais dans son état, elle s'en moque complètement. Le livre tombe sur le parquet dans un bruit sonore qui semble retentir dans toute la petite maison, le titre, "Yūrei, Yōkai to Akuma : Kaiseki" (fantômes, esprits et démons : interprétations) apparaissant clairement en rouge sur la couverture noire. Elle n'y fait pas attention cela dit, trop occupée à essayer de reprendre le contrôle sur ses émotions désormais complètement furieuses. Ses questions, doutes et peurs grondent en elle et son poing gauche se contracte autour de sa couverture. Franchement, là... ça en est trop. Beaucoup trop !

"Je... Je les r-revoit. Je les appelle. Je... J'essaye même de les s-suivre mais... J'arrive p-pas à les rattraper !"

C'est à peu près ce qu'il s'est passé ce jour là : sa famille qui décide de partir en la laissant derrière eux, ignorant ses supplications. Partant à une vitesse telle qu'elle n'a même pas eu le temps de réagir. La laissant seule avec deux personnes qu'elle ne connaissait pratiquement pas, une cousine qui la haïssait et un cousin... dont elle ne sait plus quoi penser. Elle attendait une telle trahison de son père oui. Et peut être même de Muramasa même si ce dernier était plus honorable. Mais sa mère ? Sa grande soeur ? Le deux personnes en qui elle avait le plus confiance l'ont abandonnée sans le moindre regard en arrière. Et pire que tout dans le cas de Koneko, sans le moindre au revoir. Le froid revient, mais cette fois, il n'a rien à voir avec celui qui la protégeait un peu plus tôt. Son corps entier semble se geler, et son souffle devient plus court, d'autres larmes rejoignant la précédente, lentement mais surement tandis que son corps se remet à trembler encore plus violemment qu'avant. Ses émotions sont désormais complètement hors de contrôle et la seule partie de son corps où elle sent encore une vague chaleur n'est autre que sa main droite, toujours tenue dans celle d'Ayuka. Elle n'avait plus pleuré depuis la mort de Nadare lorsqu'elle avait sept ans. Mais pour le coup, il est impossible de retenir quoi que ce soit cette fois. Elle s'attendait à tout de sa famille. Vraiment à tout. Sauf à ça. La pire des trahisons qu'ils auraient pu lui faire. Et le pire...

"Je... Je s-ais même p-pas... ce que j'avais fait p-pour... qu'ils me fassent ça..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 21 Déc 2017 - 0:50
Le cœur d’Ayuka se serra quand elle découvrit sa plus jeune cousine dans un tel état. Il était évident que les derniers évènements n’étaient guères faciles à vivre pour une petite fille de cet âge mais… La blonde ne s’attendait pas à de telles réactions. Assise à côté de la fillette, la main ne lâchait plus la sienne et son regard restait doucement planté dans le sien. C’était… Comme une première fois. Ayuka ne pensait guère à devenir mère, l’envie n’avait jamais été présent dans son cœur. Et depuis son arrivée à Iwa, la jeune femme avait dû commencer à s’occuper de deux enfants. Il fallait bien apprendre, ou du moins, faire de son mieux.

De son autre main, la Yuki alla tendrement caresser les cheveux de la fillette, comme le faisait son père au cœur de Tetsu quand elle était encore une jeune enfant harcelée par de nombreux cauchemars. Alors que la petite balbutiait de son mieux, Ayuka compris que ce n’était pas la maladie qui éteignait aussi durement la Yuki, sa cousine, mais bien une blessure de l’âme. « Setsuka, respire doucement… Un, deux, un deux… » La jeune femme lui montrait comment prendre une grande respiration, marquant le rythme pour inspirer et expirer.

Elle l’écouta parler, sans la couper, comme pour lui montrer qu’elle n’était pas qu’une adulte prête à décider absolument chaque instant de sa vie, mais bien un membre de sa famille, prête à l’aider et à la soutenir. Et surtout, à ne pas la laisser sombrer.

« Tu n’as rien fait pour cela… » Il était évident pour la jeune femme que Setsuka parlait de sa famille, de ses parents, de ses frères et sœurs. Ceux qui les avaient abandonnés pendant la traque et la désertion. Ceux qui étaient resté à Kiri. Ayuka soupira doucement et continua de démêler ses cheveux avant que son regard ne soit attiré par le livre qui aurait aimé rester caché. Le regard n’eut besoin que de quelques secondes pour lire et comprendre le titre, et quelques-unes de plus pour prendre conscience de la situation. Serrant un peu plus sa main, Ayuka ne comptait pas la gronder ou lui faire la morale, ce n’était pas le moment et l’instant pour accabler un peu plus une âme blessée.

« Setsuka, je sais que c’est compliqué, moi aussi j’avais peur à ton âge quand c’est arrivé… Mais tu n’es pas seule. On m’a accueillie dans cette famille qui est aussi la tienne. Allez, viens… » Elle ouvrit doucement les bras, invitant la petite, l’invitant à sortir de la solitude.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Dim 24 Déc 2017 - 11:42
Setsuka n'a jamais été douée pour lire les émotions des autres. Non pas parce qu'elle n'essayait pas : de fait, sa mère et sa grande soeur ont tenté plusieurs fois de lui enseigner. Mais elle n'a jamais vraiment réussit à avoir la capacité. Cela dit, elle peut sentir que sa cousine désire vraiment l'aider. Peut être à cause de l'étreinte sur sa main droite ou la douce sensation dans ses cheveux. Le froid est toujours là, différent et complètement neutre. Ses émotions sont cependant complètement libérées et elle peut sentir ce même froid essayer de lui broyer le coeur, tout juste retenu par les contacts sur sa main et ses cheveux. Deux sources de chaleur qui tentent de repousser un blizzard. La douce voix d'Ayuka s'élève, la jeune femme lui demandant de respirer doucement, chose qu'elle s'efforce de faire. Le froid enveloppant son coeur se chnge en légère douleur, probablement à cause des sanglots, mais elle parvient à calmer plus ou moins son souffle, entendant ensuite la jeune femme lui dire qu'elle n'a rien fait pour mériter son abandon, ce qui la trouble légèrement. Elle n'a rien fait ? Alors pourquoi ? Pourquoi ils lui ont fait ça ? La main enserrant la sienne se contacte légèrement et elle relève la tête, mais sa cousine a de nouveau les yeux vers elle... même si un étrange éclat semble y briller un bref instant. Sa cousine n'a pas l'air fâchée, mais... elle est incapable de reconnaître l'éclat. Cependant, ce n'est que lors qu'Ayuka reprend, lui indiquant qu'elle aussi avait peur à son âge avant d'être adoptée par son clan qu'elle sent le froid revenir. La jeune femme lui ouvre ses bras et Setsuka ne peut pas s'empêcher d'hésiter.

****Je... Sais pas quoi faire...****

Une partie d'elle veut essayer. Juste se pelotonner dans ces bras et laisser ce froid disparaître définitivement. Tout, plutôt que de de laisser cette horreur continuer à la faire souffrir. Mais une autre a peur. Est même terrorisée. Les deux dernières personnes à l'avoir prise dans leurs bras l'ont trahie sans sourciller ou même lui expliquer leurs raisons. La seule idée d'ouvrir de nouveau son coeur à quelqu'un et s'ouvrir à la possibilité d'une telle douleur pour la seconde fois la terrifie. Mais... c'est tentant. Le contact sur sa main et ses cheveux lui manque déjà et elle sent déjà le froid revenir, tentant de dévorer son coeur, lentement mais surement. Elle hésite, mais avant même qu'elle ne s'en rende compte, son corps commence déjà à s'avancer seul. Ses yeux brûlent encore un peu et elle sent toujours ses doutes, rugir en elle, mais elle en a assez. Ca fait trop mal, trop froid et même a peur commence à refluer, sans pour autant disparaître complètement. Finalement, elle finit pelotonnée contre la jeune femme avant même de réellement comprendre comment elle y est arrivée et ferme les yeux, essayant de calmer les doutes qui continuent à gronder en elle.

****J'en ai assez... vraiment. Je veux juste... être moi, pour une fois. Juste moi et pas un futur démon ou une membre du clan Yuki.****

Être seule restera surement dans ses pensés pour longtemps. Cette morsure glaciale, ces doutes et cette incompréhension. Une partie d'elle ne peut pas s'empêcher d'espérer un jour revoir sa famille ne serai'ce que pour leur demander une fois pour toutes ce qu'elle leur avait fait pour mériter un tel traîtement. Une autre cependant préférerai ne jamais avoir à les revoir. Mai quand les bras d'Ayuka entourent ses épaules, elle peut sentir ces doutes disparaître en même temps que ce froid. C'est si... chaud... plus de froid, plus de douleur, à part un vague écho. Cette question reste toujours, ainsi que la peur qu'un jour, cette famille qui lui reste se détourne aussi d'elle. Mais pour le moment...

"Je v-veux... plus être seule. Je... ça fait... si m-mal. C'est si f-froid... Est ce que c'est ça que... que les gens ressentent quand on les f-frappe avec notre hyôton ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 27 Déc 2017 - 15:26
Ayuka ne s’était jamais considérée femme à posséder un instinct maternel développé. Les enfants, elle n’y connaissait pas grand-chose. Fille unique, son plus proche ami pouvait presque être son père en âge, la Yuki n’avait guère l’habitude des jeunes âmes… Cependant la nouvelle organisation voulait qu’elle s’occupe autant des petites filles qu’Eiichiro. Certains matin, elle avait l’impression d’avoir un rôle à jouer et trouvait cela agréable d’aller réveiller les deux enfants, et d’autres levers de soleil, elle ne se sentait prise au piège face à deux enfants qui n’étaient pas les siens.

Cependant la bonde n’hésita pas en serrant doucement Setsuka dans ses bras, ses fins doigts continuant de caresser les cheveux immaculés de l’enfant. Ayuka pouvait en partie comprendre la petite. Partie de Tetsu no Kuni car abandonnée par la vie de son père, c’est à un clan glacial qu’elle s’était confrontée. Un clan qui ne l’avait acceptée que pour sa maîtrise innée des glaces. Sans une main tendue de la part d’Eiichio, qui sait ce que l’adolescente qu’elle était serait devenue. Murmurant doucement à Setsuka, comme pour la calmer un peu plus, la Yuki lui répondit « Tu n’es pas seule, petite Setsuka. Je suis là dès que tu en as besoin et Eiichiro aussi… » Car même si un lien en apparence plus fort liait le Maître des Glace et Rakka, Ayuka savait le grand attachement que portait son frère de cœur envers la plus jeune des cousines Yuki de leur génération.

La détresse de l’enfant touchait celle qui pleurait dans les bras de son bras à son âge. Le corps chaud d’Ayuka réchauffait doucement la fillette et devant de telles réactions… Elle ne pouvait s’empêcher de se demander quelle femme deviendrait Setsuka. Si sensible au Hyoton à cet âge, la possible puissance de l’enfant intriguait réellement. Mais il n’était pas l’heure d’un entraînement ou simplement de lui demander une démonstration de l’utilisation de son chakra.

« Quand on les frappe avec nos glaces, oui, ils ont très froid et mal, bien plus que toi. » Sans la lâche, Ayuka présenta une main ouverte devant elles-deux, et ferma les yeux, se concentrant. Au bout de quelques secondes un simple flocon à sept branches se forma devant les yeux de l’enfant. Un tour simple en apparence mais qui demandait une certaine concentration. « La glace peut faire mal comme elle peut être magnifique, tu vois ? C’est toi qui la contrôle Setsuka, si tu as froid, alors ordonne lui de te laisser tranquille, mais le jour où tu l’appelles, elle sera toujours là pour toi. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

La chaleur d'une main tendue | PV Yuki Setsuka

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: