Derniers sujets
Partagez | 

募集 - Nyūkai no Yama [ Shinobu/Roki ]


Ven 16 Juin 2017 - 11:09





募集 - Nyūkai no Yama



« Ikuze ! »

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées, des montagnes, des bois, des nuages et des mers, par-delà le soleil et les confins des sphères étoilées, son esprit fougueux se mouvait avec agilité - Et comme un bon nageur qui se pâmait dans l’onde aquatique, il sillonnait gaiement l’immensité profonde de la faune, avec une indicible et mâle volupté.

Telle une comète vagabonde, s’envolant bien loin des miasmes morbides de la ville ; il se purifiait dans l’air supérieur et buvais, comme une pure et divine liqueur, le feu clair qui remplissait les espaces limpides de Tsuchi no Kuni.

S’adonnant à l’une de ses activités favorites : la chasse au gibier. Ici entre autre, la traque d’un sanglier géant terrorisant les villageois et leur bétail, détruisant leurs modestes portillons de bois dans le but de ravager les récoltes en se goinfrant de celles-ci.

Ce fut à une vitesse faramineuse que l’indigène poursuivit sa proie, la repérant grâce à l’odeur fétide qu’elle dégageait sur son sinistre sillage. Piquant un sprint à l'image d'un félidé, il partit à sa rencontre en esquivant les multiples obstacles montagnards avant d’atterrir sur le dos du mammifère titanesque.

La chevauchant jusqu'à l'épuisement, l’autochtone décida de mettre un terme à cette lutte acharnée en assommant la bête d’un seul coup, une frappe puissante de la tranche de la main d’une précision presque chirurgicale au niveau de la nuque, étant habitué à ce genre de procédé depuis sa tendre enfance.

Le jeune Yaoguaï dépouilla l’animal de sa peau avant de le dépecer à la manière de ses ancêtres, sa famille s’étant confortablement investie dans le commerce Iwa-jin, il allait leur offrir une marchandise de choix et de qualité supérieure qui allait leur permettre de doubler leur chiffre d'affaire en pleine croissance, au grand dam des autres commerçants.


~~

L’ombre grandissait, l’azur décroissait et le vent fraîchissait sur la colline menant au domaine Yao, Senkū qui venait d’apporter son butin au siens fut ovationné par tout un peuple. Une minorité qui était en dépit de ses ressortissants aux multiples talents, loin d’être considéré à sa juste valeur parmi le village caché de la Roche.

Le communautarisme qui liait les Yaoguaï entre eux, les empêchant de véritablement nouer des liens autres que professionnels avec leurs voisins constituait un handicap très sérieux quant à leur intégration dans l’enceinte rocailleuse.

Un clan qui était sensiblement connu pour être le plus suspicieux qui soit et qui autrefois, n’avait pas pour habitude de côtoyer les hommes, se voyait ironiquement aujourd’hui, vivre en communion avec plusieurs familles qu’ils ne connaissaient que de nom.

En traversant les ruelles caillouteuses d’Iwagakure, le Chûnin vêtu d’un habillement essentiellement composé de fourrure animale et de peau de bête croisa la route d’une connaissance des plus familières. Cette personne semblait qui plus est, être l’une des seules pouvant se vanter de faire partie du fameux cercle d’amis très fermé du sauvageon au faciès peinturé.

« Yô Shinobu-san... ça fait un bail.» Saluait-il en levant sa main droite d'un air goguenard.

Sa longue chevelure, graisseuse et noirâtre, virevoltait au gré des légères brises que pouvait offrir la vallée des monts majestueux du village qui se faisait auparavant appeler ‘Rokkushû’. Son regard qui manifestait habituellement une profonde insolence, s’était adouci en compagnie du Yamada – Preuve d’une complicité et d'une sympathie sincère, lui dévoilant son côté sociable, une face cachée de sa personnalité enfouie depuis de maintes années, et qu'il ne dévoilait que très rarement en société.


© GS'

_________________
急激 -Yasei no Senkū
«  There are things in life that are inevitable; I am powerless to control them. The Sun will rise and set, the tide will come in and go out, the seasons will change, the birds will fly South for the winter and return in the spring, and the caterpiller will transform itself into a beautiful butterfly. Somehow, I feel reassured by this because many other things in life are so transient - so momentary... »


Dernière édition par Yaoguaï Senkū le Dim 18 Juin 2017 - 1:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Ven 16 Juin 2017 - 21:01


   
   
   




募集 - NYŪKAI NO YAMA


« Ramènes moi son p'tit frère s'teuplaît ! »



Par-dessus les océans, et par-delà les cieux se trouvait une chaîne de montagne abritant le village caché de la roche, plus connu sous le nom d'Iwa. C'est dans ces terres brunes, par-delà les barils de bière, au milieu d'une dizaine de défuntes bouteilles qu'il se trouvait là.

Il était là, ou plutôt las, couché sur le sol, ronflant bruyamment sans se soucier des présences alentours. Un filet de bave coulait sur sa joue pour venir mouiller la terrasse du bar où il avait sûrement fini sa soirée. A cette heure-ci c'était la femme de ménage qui, comme quotidiennement depuis peu, nettoyait autour de son déchet de corps.

« Oh non tu n'as pas le droit de me faire des bisous par-là.... » Disait-il en se roulant sur le sol de gauche à droite.

D'un coup une attaque surprise se fit avoir, que dis-je un attentat même à la grandeur Iwajin. Un tsunami ne tardait donc d'inonder le visage du jeune homme qui se réveillait en sursaut et pouvait alors observer la vieille femme lui crier dessus en agitant son balais proche de son visage, son sceau, maintenant vide, tenant dans sa main gauche.

Il se réveilla donc, s'étira un petit peu, fonça aux toilettes pour y vomir les restes d'hier et se rinça la bouche discrètement directement à la bouteille de saké. Quelques secondes plus tard celui-ci était éjecté à coup de pied au cul en dehors du bar tandis qu'il tentait de se servir gratuitement une bière matinale. "Putain d'alcoolique !" criait-elle tandis que celui-ci faillit tomber sur le sol. Il se releva, titubant légèrement encore de la veille et répondit, avec un peu de retard : "Nique ta..." vous aurez compris la suite.

Quelques vomis plus loin l'homme rentra chez lui, prit une bonne douche, mangea un petit casse-croûte, et se changea. Puis il sortait à nouveau en prenant soin de prendre une gourde de saké qui traînait chez lui et un paquet de cigarette dont il sortait tout de suite l'une d'entre elles. Un coup de briquet, quelques inhalations et une démarche non-chalante plus loin celui-ci rencontra un autre drôle de personnage. Il était nommé Senkû, Yaoguaï. C'était l'une des rares personnes dont Shinobu connaissait nom et prénom, pourquoi ? Parce que dans ce lieux aussi peuplé soit-il notre protagoniste ne pouvait compter parmi ses amis que quelques rares personnes dont ce petit sauvageon, lui aussi, reclus de la société.

« I-osh Sen-kun !
Ca fait un bail, c'est vrai... T'as aussi été appelé par les chefs ? »Il était très familier avec cet autre homme.

Sur le chemin Yamada-kun parla de la pluie et du beau temps à son compagnon de route. Ce jeune Senkû n'était pas un grand bavard, contrairement à cette pipelette qui me sert de protagoniste, qui lui trouvait toujours de quoi déblatérer des conneries.

« Putain ces fils de *censure* ils ont augmenté le prix des clopes en plus je me suis encore fait interdire d'accès à un bar ! Putain c'est pas ma faute si cette *censure* a dit qu'elle me *censure* si je lui paye un verre ! etc..... »Oui..... Il était vraiment familier avec cet "ami".

Les deux hommes marchèrent côte à côte jusqu'à arriver au point de rendez-vous. Une personne devrait les y attendre normalement... était-ce ce grand homme là-bas ? La suite nous le dira.

© GS'



_________________
将軍 - SHINOBU
«  A warrior follow a code of bravery that i do not follow, my mind guide my steps instead of my heart. There is no good death, if you're dead it's over, you lost. My nindô is to always win.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 17 Juin 2017 - 18:57
Songeur, ses deux yeux dépourvus de prunelles vagabondaient sur la vue montagneuse offerte du seuil de la bâtisse lui servant de résidence devant laquelle il était assis en seiza, les pans de son kimono cachant ses jambes musculeuses tandis que Roki savourait cette placidité méritée. Revenu la nuit précédente d'une course hors des murs de la cité, il savait bien qu'il ne faudrait pas longtemps avant qu'il soit appelé ou qu'il se décide lui-même à se mêler des animations internes propre à Iwa.

Posant sur les voliges boisées servant de terrasse sa tasse vide, dans laquelle un fond de liquide ambré semblait émaner d'une chaleur vive, il soupira avant de partir se parer pour quitter son logement situé dans les quartiers Hyūga, bien qu'un peu à l'écart. Vêtu d'une simple chemise de lin légèrement entrouverte sans qu'on discerne le tracé de ses pectoraux et d'un pantalon de tissu épais noir de jais, il laissa son bandeau frontal posé en évidence sur la table avant de partir nonchalamment vers le centre névralgique de la formation militaire et commerciale qu'était devenue en quelques années son village d'adoption.

Sur la route pour y arriver, il salua quelques-uns de ses congénères porteurs du Byakugan, certains d'entre eux s'inclinant avec un respect visiblement profond envers le prodige. Les rues semblaient de plus en plus noires de monde à mesure qu'il avançait en leur sein, être aussi proche de tant de shinobis et villageois ne l'enchantant guère. Cependant son aura empêchait quelconque quidam de le bousculer tant l'air froid et ses signes d'appartenance à la Sōke semblaient inspirer la crainte.

Alerte, le Jōnin s'engouffra bientôt entre deux larges portes incrustées de langues métalliques séparant la rue d'un intérieur coquet mais fonctionnel où plusieurs membres de l'administration vaquaient à leurs tâches. Roki s'approcha de l'un d'eux en la personne d'un petit homme assez trapu qu'on aurait -s'il ne portait pas fièrement au front son bandeau ninja- pu confondre avec un de ces nombreux mineurs.

« Ohayō gozaimasu Sora-san. J'ai cru entendre en revenant dans la soirée que vous désiriez porter à mes oreilles un fait intéressant qui justifierait une action de ma part, je me présente donc à vous. » Un petit sourire satisfait trancha les lèvres de son interlocuteur. « Toujours aussi matinal, certaines choses ne changent pas. Il se trouve que vous pourriez être utile à deux de vos compatriotes, je vous invite donc à vous rendre là où ils seront convoqués. Voilà la missive que je dois vous remettre, bon courage. »

Sans même la délester de son sceau carmin pour y jeter un regard, il la saisit fermement, adressa un signe de tête en guise de remerciement et s'éclipsa de cette foule étouffante avec la prestesse logique à ses capacités.

Une fois dans les hauteurs, il activa simplement l’œil blanc et déchiffra le propos contenu, ses pas foulant la terre d'argile vers le lieu assigné, la lettre remise en un mouvement précis dans sa poche arrière tandis que sa main libre alluma allègrement le tabac joint à ses lèvres.

Crachotant quelques petits nuages de fumée qui s’altérèrent en motifs abstraits, il foula bientôt un coin tranquille de sa patrie d'accueil, relativement éloigné de la véhémence populaire. Deux hommes se trouvaient là, son Dojutsu toujours activé lui permettant de les examiner alors même qu'il n'était pas discernable à l'horizon.

Sans plus de cérémonie ni de protocole, il se dévoila à eux après quelques minutes de marche, le vide autour les laissant seuls auditeurs de sa voix rauque.

« Hajimemashite, je suis Roki du clan Hyūga. Vous a-t-on prévenus de la raison de votre présence ici ? » Tout en finissant sa phrase, il laissa s'échapper d'entre son index et son majeur la dépouille de sa cigarette, jaugeant ses compères, sa capacité d'observation lui révelant une large pléiade de détails.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Lun 19 Juin 2017 - 1:55





募集 - Nyūkai no Yama



« Kudaranaï. »

Sa vie était faite de montagnes de chutes inattendues, de cascades infinies, de paysages verticaux sublimes, de couchers de soleils éternels… Les soirs sereins et beaux qui doraient le sol pierreux sur lequel il cheminait, où la brume au loin s’allongeait en bancs de feu ; où mille rayons brisaient un ciel bleu en petites archipels de nuages éparpillés - Ces soir-là, l’aborigène les adorait.

Salutations effectuées, le ressortissant du peuple natif du nord de Tsuchi no Kuni se contenta, comme à son habitude, d’un simple hochement de tête du haut vers le bas en guise de réponse aux dires de son interlocuteur. En effet, le Yaoguaï avait également été convié à un entretien, ses supérieurs l’ayant paraît-il, assigner à une escouade aux fondements inopinés.

« Sô..ka...» Répondit-il l'air un peu lassé.

La loquacité de son compagnon de route rendait le trajet quelque peu éreintant, Senkū acquiesçant les racontars du shinobi médecin sans réellement y prêter attention. Il lui fallut du temps pour s’acclimater au caractère singulier et atypique de son ami d’une poignée d’années son aîné.

Le contraste de personnalité entre les deux personnages se percevait pareil à une éclipse solaire, tandis que l’un parlait abondement, l’autre plus silencieux, zieutait autour de lui, flairant les diverses odeurs parfumées que lui procurait la charcuterie environnante.


~~

Parvenu sur les lieux, il jugea les alentours, inspirant puis expirant l’air pur qui le remplissait d’un sentiment de satisfaction intérieur, la sérénité de son esprit était dès lors, à son paroxysme. Un état de plénitude de courte durée, la fumée de tabac de Shinobu venait lui effleurer ses narines sensibles comme pour lui rappeler la raison de leur présence en cette terre dégarnie de toute habitation.

Une silhouette de ce qui s’apparaissait être un homme de grande carrure se dessinait devant le duo de Chûnin – Charismatique, ce dernier posa ses yeux vidés de prunelles sur chacun des deux individus face à lui, avant de se présenter, la tonalité de sa voix ne démentait pas, il s’agissait bel et bien d’un fumeur aguerri, à l’instar de son camarade de promotion.

Le Dõjutsu céleste en perpétuel activation, on pouvait aisément supposer que l’Hyûga cherchait sensiblement à impressionner ses auditeurs, asseyant sa domination d’emblée de par ses airs supérieurs.

« Yaoguaï Senkū.. Yoroshiku Oneigaishimasu. » Se présentait le Chûnin en préservant une attitude calme et réserver.

Placide, le guerrier juvénile plongea son regard inexpressif dans ceux de son probable supérieur hiérarchique, dévoilant son identité à son tour, examinant les moindres faits et gestes du nouvel arrivant.

Le brun ténébreux demeurait attentif aux dires de son homologue plus âgé, hypnotisé par ses globes oculaires d’une blancheur candide. Discret, il dévia légèrement la tête en direction du Yamada, anticipant la longue prise de parole de celui-ci, l'utilisant afin de répondre à la question précédemment posée par le Jônin.




© GS'

_________________
急激 -Yasei no Senkū
«  There are things in life that are inevitable; I am powerless to control them. The Sun will rise and set, the tide will come in and go out, the seasons will change, the birds will fly South for the winter and return in the spring, and the caterpiller will transform itself into a beautiful butterfly. Somehow, I feel reassured by this because many other things in life are so transient - so momentary... »


Dernière édition par Yaoguaï Senkū le Mar 20 Juin 2017 - 2:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Lun 19 Juin 2017 - 13:16


   
   
   




募集 - NYŪKAI NO YAMA


« Shinobu-desu ! »



C'était là, dans cet endroit trop désertique qu'attendaient deux jeunes hommes dans la fleur de l'âge leur futur supérieur. A quoi pouvait-il bien ressembler réfléchissait le jeune ninja médecin tandis que son compagnon de route, lui, semblait plutôt se questionner sur les odeurs environnantes. Il pouvait être vieux, ou jeune,... Quoi qu'il arrivait pour Shinobu le fait même d'avoir un supérieur hiérarchique pour le guider le répugnait. Il avait toujours été en charge de son ancienne équipe et malgré l'avis général celui-ci avait toujours envie de croire que le choix qu'il avait fait eut été le bon. Après quelques minutes, au loin, se dessinait la silhouette de celui qui serait leur supérieur hiérarchique, ou un passant,... En tout cas cet homme était connu au village, il était Roki Hyûga, un homme en passe de devenir le chef du clan Hyûga. Comment notre protagoniste pouvait détenir de telles informations ? A force de tomber sur des Hyugâ's tout les deux jours il finissait par en connaître un petit peu sur ces drôles de personnages du pays du feu.

Cet homme arrivait, ses yeux blancs étaient facilement remarqués même à très grande distance. Mais alors qu'il s'approchait de plus en plus c'est sa voix rauque qui marqua le début de la rencontre entre ces trois personnages. Rencontre amusante, un sauvageon, un paria et un homme d'honneur, qu'est-ce que leur association allait bien donner.

Sen-kun répondit rapidement à la phrase du futur supérieur hiérarchique, du moins il se présenta. Oui, le petit sauvageon avait beau être vif il avait oublié la moitié de la phrase de son aîné, pas génial pour une première impression... En tout cas il s'était présenté, c'était maintenant à notre jeune protagoniste de s'introduire à ce jeune supérieur :

« I-osh ! Yamada Shinobu-desu ! Nous avons simplement été mis au courant que nous étions assigné à un supérieur. J'imagine que c'est vous Hyûga-sempai. » Disait-il d'un air très monotone.

Les 3 personnages se regardaient dans le blanc des yeux, cependant là où tout le monde aurait attendu une petite phrase du chef Hyûga c'est finalement ce bavard de médecin qui l'ouvrit à nouveau en premier.

« Et sinon....
Pourquoi créer une équipe à partir de deux Chûnins, j'avais cru comprendre que les Chûnins qui n'étaient pas assignés à une équipe devaient attendre des missives en solitaire ou combler les vides... »Il ne le laissait pas apercevoir mais cette association lui plaisait beaucoup.

En effet Shinobu était assigné au village d'Iwa depuis déjà trop longtemps pour qu'il n'ait encore le plaisir d'être en repos. Non, l'action lui manquait, lui qui appréciait aller à la rencontre de l'inconnu et de servir son village, le fait de rester là à squatter les bars comme sa deuxième maison dans un état plus que chaotique commençait fortement à le dégoûter de sa propre personne.
Pourtant il était l'un des rares ninjas médecins de ce village alors pourquoi n'avait-il pas été réassigné pour des missions à l'extérieur du village et restait-il cloîtré entre ces 4 pics agressifs à boire la misère du monde.

En tout cas qu'importe la situation cette rencontre s'annonçait comme une potentielle renaissance pour le Chûnin qui pouvait enfin espérer renouer avec son âme de shinobi.

© GS'



_________________
将軍 - SHINOBU
«  A warrior follow a code of bravery that i do not follow, my mind guide my steps instead of my heart. There is no good death, if you're dead it's over, you lost. My nindô is to always win.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 20 Juin 2017 - 12:50
Face aux deux Chûnins, son acuité visuelle lui permit de remarquer quelques détails guidant déjà sa pensée sur le type d'individus qu'il venait de rencontrer. Ils n'étaient pas défroqués ou porteurs de blessures récentes, la décence le forçant à ne regarder que les zones exposées au combat. Toutefois, celui qui se présenta comme Senkū semblait porter différents ecchymoses et autres traces laissées par des entraînements draconiens qu'il ne connaissait trop bien. À sa morphologie et ses reliquats, il en déduit qu'il avait sûrement à faire à un utilisateur du Gōken, bien qu'il sentait que quelque chose se cachait derrière ce genre de fractures des os maintenant remodelés.

Quant à Shinobu, c'est son odorat et la réputation qu'il traînait à Iwa qui guida Roki sur le chemin de la connaissance. Il émanait d'une effluve de fermentation plutôt forte, le jeune médecin connu pour ses frasques liées aux troquets du coin. Il ne s'en était jamais préoccupé mais visiblement les responsables avaient décidés que le Hyūga devait commencer à se pencher sur son cas.

Chacun à leur tour, l'homme à la crinière ébène le premier, ils se présentèrent. D'abord ce fut le Yaoguaï, qui ne répondit qu'à une moitié de son propos. Intérieurement, il se questionna sur la clarté d'esprit du combattant qui semblait avoir agi en connaissance de cause, du moins il l'espérait. Peux-être avait-il partagé la boisson de son compère? Son organisme semblait pourtant exempt de substances étrangères. Le dénommé Shinobu fut plus loquace.

Il ne semblait détenir qu'une moitié de l'information que Roki avait reçu en amont puisqu'il lui parla d'une assignation à un haut-gradé que lui-même incarnait, avant de continuer à nasiller sans même lui laisser en placer une, ce qui fit émettre un discret rictus presque indiscernable. Sa question était lourde de sens et toujours immobile il le laissa terminer sa tirade, attentif et alerte. Même au cours d'une situation telle que celle-ci, son don héréditaire scrutait les alentours à plusieurs centaines de mètres, s'arrêtant sur chaque forme de vie, animale ou humaine pour en décrypter les intentions.

Expirant une petite quantité d'air, stoïque face à la paire de ninjas de moyenne classe, il répondit avec le peu d'amabilité dont il était capable, n'essayant pas de se montrer condescendant ni trop cordial. « J'en sais un peu plus que vous, laissez-moi donc partager mes informations. » Alors que les mots commençaient à filtrer d'entre ses lèvres, il se mit à marcher vers le pinacle de la petite colline, comme si restait immobile l'ennuyait. « De ce qu'on m'a transmis, vous êtes tout deux des recrues dotées de potentiels non négligeables, cependant vos comportements et passés respectifs empêchent l'assignation à une équipe lambda, ce qui explique ma présence. Ce que tu dis est vrai Shinobu, cependant dans la situation actuelle, vous n'êtes pas jugés aptes à rejoindre les autres de votre rang, ou peu. » Dans sa voix, il n'y avait ni mépris ni même jugement, seulement une description de faits froidement précis. « Si les anciens et les haut-gradés jugent que vous méritez qu'on travaille ensemble pour corriger ces points de détails, je suis votre homme. Malgré ce que je sais, je vais vous demander d'être entièrement, et foncièrement honnêtes. » Sans leur laisser le temps de répondre, il avança encore jusqu'à une assemblée de roches placées de façon circulaire et il s'assit. « Vous n'êtes pas stupides, je vous demande ce qui, selon vous, pousse nos supérieurs à agir ainsi. Vous êtes capables d'introspection, alors je vous écoute, racontez-moi ce qui fait de vous les deux Chūnins incapables de rentrer dans le troupeau. »

Par cette approche, il espérait tout d'abord créer un lien puisque raconter son anamnèse à un 'inconnu', même de bonne réputation était un dilemme, et dans un second temps il pourrait ensuite juger ce cas avec tout les éléments de réponses, non contenus dans leurs rapports. Se décrire soi-même était un exercice pouvant en apprendre beaucoup à quelqu'un comme le Jōnin, maître de l'analyse. Espérons qu'ils allaient jouer le jeu.

Roki n'était pas du genre à se faire des amis et à être aussi loquace, mais quand cela concernait le bien du village et une mission, il était rare qu'il ne mène pas les choses à bien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t763-yaken-koga

Sam 24 Juin 2017 - 2:16





募集 - Nyūkai no Yama



« Nani ? »

Il ne s’agissait pourtant que des prémices de cet entretien et déjà, l’entrevue avec le sceptique amateur du Jûken s’annonçait relativement pénible pour le Yaoguaï, de même que demeurer immobile à s’entretenir sous une température assez élevée ne semblait pas être une activité qu’il affectionnait particulièrement.

Durant la prise de parole de l’Eiseinin, le virtuose martial en profita pour se détacher légèrement du groupe afin de rejoindre un énorme bloc de roche sur lequel il pouvait enfin s’adosser tout en faisant mine de suivre les échanges entre le Jônin et le Yamada.

Totalement introverti, croisant ses bras musclés et gardant ses paupières fermées, Senku usa de son ouïe fine dans l’objet de déchiffrer ce qui se racontait sans pour autant perdre le fil de la discussion. La voix rude de l’Hyûga interpella l’indigène l’espace d’un court instant, celui-ci affirmant qu’il en savait légèrement davantage que les deux Chûnin sur cette entrevue aux dessous sibyllins.

De son iris succinite, il toisa le shinobi aux pupilles blanchâtres qui se déplaçait en continuant sur son monologue. L’écoutant attentivement, les dires de Roki commençaient à l’intriguer de manière frénétique, principalement lorsqu’il divulgua l’inaptitude ou plus précisément, le fait que les ninjas en sa compagnie fraîchement promu, étaient considérés comme étant des shinobi hors catégorie parmi la hiérarchie Iwajin.

Il fallait admettre que depuis son appartenance au village caché de la roche, l’autochtone n’avait pu bénéficier d’une équipe qui lui était propre. Son tempérament qui différait du type normal, de même que ses aptitudes inaccoutumées, ne correspondaient pas aux normes préalables et requis pour rejoindre une escouade normalement constituer au sein des forces militaires. Senkū se devait d’être logiquement encadrer par un individu des plus singuliers, qui partagerait la même optique que la sienne, le même psychisme en somme.

« La réponse à votre question se trouve juste sous vos yeux, Sempaï. Vous parlez de nos antécédents ne nous avancera à rien, cela dit, je veux bien faire un effort. » S'exclama caustiquement l'éclat des cieux.

Celui qui se faisait surnommer le Guerrier de mille ans par ses semblables, semblait partager le même point de vue que son interlocuteur légèrement plus âgé. Assurément, il était tout bonnement naturel de se poser des questions sur ce qui se tramait parmi les planifications des hautes instances d’Iwagakure. Sans doute avaient-ils l’intention de fomenter une équipe confidentielle, une association qui permettrait au village de hausser leur potentiel et principalement, de se diversifier dans le style d’individu nichant à l'intérieur ses murs rocailleux.

« En ce qui me concerne, je suis issu d’un peuple qui autrefois, vivait isolé de toute civilisation. Contrairement aux vôtres, Sempai, mes semblables ne sont pas très bien vus au sein de notre société actuelle. Après tout, et comme vous le savez sûrement, l’inconnu attise la crainte, et la crainte attise la haine… » Enchaîna le pisteur stoïque face à l'élite.

La conversation prenait une tournure à la fois incommodante et percutante. Le livre vierge et cadenassé qu'incarnait le sauvageon commençait à s’ouvrir délicatement au bon vouloir de ses auditeurs. De son côté, le Tenjõ no Senkū apparaissait crédule, plusieurs interrogations à l’égard du Jônin défilaient, s’abstenant difficilement, au risque de s’attirer quelconques désagréments.

« Dîtes-moi, pour quelles raisons vous ont -il choisi vous et pas un autre pour diriger cette équipe ? Vous considérez-vous comme le berger qui nous mènera sur le bon chemin ? Si tel est le cas alors sauf votre respect, vous ne valez pas mieux qu’eux. » Concluait-il de manière franche.


Décroisant lentement ses bras, il dévisagea son supérieur de son regard froid et indifférent, avant de dévier ses pupilles aux teintes automnales, en direction de son compagnon, adepte de la beuverie.



© GS'

_________________
急激 -Yasei no Senkū
«  There are things in life that are inevitable; I am powerless to control them. The Sun will rise and set, the tide will come in and go out, the seasons will change, the birds will fly South for the winter and return in the spring, and the caterpiller will transform itself into a beautiful butterfly. Somehow, I feel reassured by this because many other things in life are so transient - so momentary... »


Dernière édition par Yaoguaï Senkū le Dim 25 Juin 2017 - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Dim 25 Juin 2017 - 20:47


   
   
   




募集 - NYŪKAI NO YAMA


« Hajime...! »



Ô chaleur, toi, qui de ton étouffant souffle poussait cette conversation dans ses retranchements. Si tout eut semblé bien calme jusqu'ici bientôt les choses semblaient s'envenimer et d'une simple poignée de main cela allait bientôt se transformer en un véritable bras de fer. L'ambiance chauffait de manière palpable et ça, ça ne manquait pas d'exciter le petit médecin.

Ses yeux pétillaient,
semblable à un ciel étoilé celui-ci écoutait l'échange verbal entre les deux personnages avec une grande curiosité, cependant sa curiosité ne suffisait pas à le satisfaire et bientôt sa bouche s'ouvrit afin de déblatérer des mots qui transformèrent sûrement une situation, en réalité, plutôt calme vers une réelle petite gué-guerre.

« Yare yare Sen-kun, tu ne devrais pas parler comme ça aux supérieurs !
Regarde le, il doit être, fort ! On dit souvent qu'il faut se méfier des apparences... » Son air narquois allait en toute contradiction avec ses paroles et dissimulaient pas du tout son souhait d'envenimer le situation.

Le jeune adulte était un petit sadique, peut-être était-ce dû à son enfermement depuis bien trop longtemps dans le village mais en tout cas celui-ci souhaitait revoir la couleur du sang, ou du moins l'excitation d'un combat. Bien qu'il ne semblait pas être la cible du défi, regarder deux hommes se déchirer afin d'affirmer une forme de respect lui était très délectable.
Entre deux paroles celui-ci fit deux ou trois pas en arrière afin de s'éloigner des deux futurs combattants, souffla un bon coup afin de simuler une gêne en dépit de son excitation et, pris par le moment continua son discours.

« Hyûga-senseï, vous savez...
les mots ne sont pas toujours aussi efficaces que les actes.
Ce n'est pas à un Hyûga que je vais apprendre ça.»Disait-il en gloussant.

Le vent soufflait, les arbres glissaient sur l'air chaud d'Iwa et lentement cette ambiance pesante semblait se transformer en cette chose que chaque shinobi adore sans se l'avouer : un défi. Un petit silence prit place avant que le ninja médecin n'ajoute encore une fois, toujours incapable de se tenir plus de 10 secondes :

« Comme vous le savez je suis ninja médecin, vous n'êtes donc pas obligé de vous retenir, bien qu'un mort ne puisse pas revenir à la vie bien sûr...»Son visage sadique montrait qu'un mort ne l'aurait pas vraiment dérangé.

© GS'



_________________
将軍 - SHINOBU
«  A warrior follow a code of bravery that i do not follow, my mind guide my steps instead of my heart. There is no good death, if you're dead it's over, you lost. My nindô is to always win.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

募集 - Nyūkai no Yama [ Shinobu/Roki ]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: