Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Forger l'esprit [Ft. Nue]


Sam 9 Déc 2017 - 1:40
Un réveil comme les autres. A une heure où le soleil roupillait toujours. Comme d’habitude, en fait ! Dormant dans une immense chambre chauffée, elle ne ressentait guère la fraîcheur gelant la végétation. Qu’il fût cruel pour l’ex-vagabonde de quitter sa couette protectrice. Malheureusement, Nora avait des devoirs conjugaux à respecter. En tant que futur épouse aimante, elle se devait de préparer les douceurs qui envoûteraient l’estomac de son fiancé. Et le bonheur de son bien-aimé passait avant tout le luxe existant en ce monde. Malgré l’attirance malsaine que lui procurait son lit, elle s’était donc levée, sans réveiller celui dont le sommeil n’avait pas à être dérangé.
Ses lèvres s’imprégnèrent juste délicatement sur celles de son homme. Une sorte de rituel qu’elle répétait tous les matins pour se donner la force d’apprivoiser sauvagement ses tâches habituelles. Ce simple smack était un boost lui donnant la force de se donner à 100%. Shuu ne se rendait pas compte de l’effet qu’il pouvait avoir sur Nora. A ses côtés, elle se démenait. A ses côtés, elle souriait. Depuis qu’elle le fréquentait, la demoiselle des sables devenait de plus en plus radieuse. Ayant goûtée au péché de chair plusieurs fois, elle raffinait sans cesse sa beauté pour plaire à son mâle. Bien que les principes fondamentaux de la méditation, restaient ancrés dans son ADN, sa féminité s’affirmait maintenant plus que sa foi.

Une petite toilette rapide et sa beauté était de nouveau pétillante. Devant son imposant dressing, elle se questionnait sérieusement. En cette journée prévue pour être ensoleillée, quels seraient les vêtements les plus judicieux à porter et suffisamment ravageurs pour faire tourner la tête de son Monsieur Plus ? Les réflexions furent intenses au point de tracasser sévèrement son cerveau. Après avoir pesé le pour et le contre, elle s’accorda sur une tenue qu’elle jugea « correcte » : Un débardeur rose et serré, affichant la moitié de son dos ainsi qu’une poitrine opulente. Au niveau de ses jambes, elle s’était vêtue d’un slim bleu clair, épousant sa finesse et boudinant sensuellement les fesses. A ses pieds, elle avait opté pour des sandales blanches munies de talons aiguilles d’environ huit centimètres. Enfin, sur sa tête, elle avait délaissé sa coiffe ecclésiastique pour ne garder que ses boucles d’oreilles et son chapelet rouge.
Habillée, elle sortit discrètement de la pièce sans faire de bruits. Sa paire de chaussures à la main, elle tenait à l’intégrité du plancher recouvrant l’intégralité de la demeure. Il ne fallait pas non plus prendre le risque de réveiller le troupeau Metaru à cause d’insupportables bruits de talons aiguilles. Même si la demeure était immense, elle ne voulait pas s’attirer de problèmes dès le réveil. Quand on connait le sang bouillonnant du clan le plus belliqueux de Kumo, on se tenait le plus souvent possible tranquille. Pieds nus, elle se dirigea donc vers les grandes cuisines de la maison. Et leur grandeur était inhumaine. Son ancien appartement était tout simplement plus petit que la cuisine générale.

A mi-chemin des cuisines, l’ex-moniale percuta une bien triste réalité. Hier exceptionnellement, on lui avait convié de ne pas ramener son derche aux fourneaux ce doux matin. Aucune raison n’avait véritablement été donnée, mais le refus avait été net. Ils avaient d’ailleurs souligné qu’ils leur délivreraient le petit déjeuner en amoureux. Les connaissant, il s’agissait très certainement d’un cadeau pour la remercier du mariage qui allait enfin venir. Ils étaient beaucoup à avoir attendu l’annonce. Shuu et Nora avaient pris six mois pour annoncer officiellement leur union. Retour à la case départ donc, pour cette moniale qui grimaçait légèrement…
Toute énergique après son réveil poussif, elle n’avait plus vraiment sommeil. Retourner dans la couette était inenvisageable. Que faire pour passer le temps ? Aller au commissariat ? Son statut n’ayant toujours pas été éclairci, Nora se voyait mal s’y balader. S’entraîner ? Pourquoi pas ! Néanmoins, elle n’avait pas vraiment la tenue adéquate pour faire de l'exercice. Son sex-appeal était vraisemblablement très haut, mais à quel prix ? Au pire, elle estima que s’y rendre constituerait au moins un petit détour sympathique. De quoi se mettre en jambes matinalement ! D’ailleurs, il y avait longtemps que Nora ne s’était pas arrêtée dans la grande cour où s’exerçait en général, la prochaine génération de forgeron. A vrai dire, quand son sensei n'avait pas le temps de l’entraîner (c'est-à-dire très souvent), l’ex-vagabonde avait tendance à s’isoler dans des recoins peu fréquentés de la ville. Là où personne ne pourrait la déranger.

Après donc quelques minutes de marche, elle retrouvait une immense cour d’entraînement, complètement déserte… ou du moins, presque déserte. Quelqu’un s’entraînait. Un jeune homme dont l'âge tournait autour de la majorité. Au vu de la sueur perlant sur son front, il avait l’air de s’entraîner sérieusement. Il voulait progresser ! Cela sautait aux yeux ! Elle ne voulut donc le déranger, mais curieuse, ses fesses se posèrent sur le rebord du couloir pour l’observer méticuleusement. Ses gestes, sa posture, l’intensité de ses mouvements. Tout était passé au crible fin. Ses erreurs étaient relevées par une moniale pointilleuse. Et à vrai dire, il était vraiment loin d’atteindre la perfection…
Dans un échange de regards très brefs, la demoiselle tilta soudainement. Cette tête ne lui était pas inconnue. Pourquoi se souvenait-elle de ce Metaru si singulier ? Encore émoustillée par le réveil, elle n’arriva pas à s’en rappeler clairement. En fait, elle ne s’en donnait surtout pas les moyens. Avec une réflexion détendue comme le lui avait inculqué les moines, elle se serait certainement rappelée de lui. Dans le doute, elle préféra l’interpeller à sa manière :

« Votre persévérance vous honore ! Pourquoi vous entraîner à des heures si matinales ? »
demanda-t-elle l’air mesquin.

Les yeux plissés à la manière d’une succube, elle avait l’air de le narguer méchamment. Mais elle était curieuse. Qui était ce ninja s’entraînant avec tant ardeur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Mer 13 Déc 2017 - 2:57
L'hiver doux de Kumo équivalait son pesant d'hiver poissards chez d'autre, c'était le lot des montagnards, une pente hivernale qui naissait tôt dans la saison, et terminait le plus tard possible en amont. C'était la saison la plus rude, ou l'on voyait ce qui faisait le bois brute de nos habitants, et leur volonté à toute épreuve, consolidé par les glaciers qui se formaient presque dans les hauteurs, obligeant les Ninjas à y grimper pour y découper d'énorme tronçon de glace, que l'on entreposait ensuite à l'ombre chez les Naras, pour l'été à venir et toujours garder une réserve d'eau saine non pollué, ni polluable logiquement. Pour vous dire, pendant ce temps là certains devaient consommer cocktails et petit fours sur la plage en chantant "Youpi Tralalalayé" que ça ne l'aurait pas étonné plus que ça ; Les préjugés ont la dent dure, et les Kirijins la canine plus longue encore. Lui les appelaient les "Opportunistes", et c'était pas forcément un défaut en soi de savoir sortir son épingle du jeu, pas vrais ?

Il quitta la maison en claquant la porte sur ses fondations, ce qui fit trembler un pan de mur. Réveillant sans doute la source de ce ressentiment de toujours, mais qui ne datait plus d'hier. Il décida de n'y retourner que quand il serait à nouveau capable de vivre chez lui normalement, ou au moins que l'autre guignol apprennent à mettre ses "petites affaires" au bon endroit, au moindre prétexte commençant par "Sa" et finissant par "Ké". Ce type l’exaspérait, mais il ne pouvait rien y faire, il devait même lui fournir les serviettes ET la nourriture ! Ce grippe sous ! Il voulait lui voler ses précieuses économies, et faire capoter tout ses p... Non rien, vous n'avez rien lu, tout ceci n'est qu'un mirage.

- Cette fois, Shuuhei il va m'aider il a pas le choix ! Qu'il se martela bille en tête en prenant la direction de la demeure clanique, cette immense forteresse qui dominait tout un pan du village, comme pour affirmer leur grandeur ; Avec ça comme dogme et leitmotiv, comment ne pas vouloir s'entraîner tout les jours jusqu'à l'épuisement ? S'ils voulaient assumer leur prétentions, et s'assurer une bonne place dans l'histoire du monde, ils se devaient de perfectionner leur technique à chaque moments de leurs vies. En attendant de pouvoir s'entretenir avec Shuuhei des dispositons qu'il pouvait prendre pour lui, il decida donc de faire jouer cette vieille blessure qui datait du sommet, et ralentissait son bras droit.

Il avait disposé des mannequins en cercle pour aborder une manœuvre de contre attaque basé sur son armure. Plus il la portait, plus elle devenait une seconde peau pour lui, comblant ses désirs comme le font les princesses. En tout cas comme le faisait la sienne, au cas mystérieux ou des traces de se récit seraient retrouvés dans un futur lointain, et que son esprit soit mit en parfum ; Le problème des revanches d'une femme, c'est qu'elles peuvent toujours vous retomber dessus au moment ou vous vous y attendez le moins, vous pensant alors en sécurité.

Il utilisa sa charge, tentant un mouvement rotatif de désengagement par le haut, comme lui en avait montré l'Akahoshi quelque temps plutôt tôt dans la saison dernière. Il lui manquait néanmoins une partie du mouvement pour donner l'impression de donner ce mouvement tempétueux à son corps, s'inspirant un peu de Suzaku et de son maître. Il aurait du lui demander plus de conseil mais il était trop tard ...

Il se redressa quand il sentit un regard concentré porté sur lui et son accoutrement, une jeune femme qu'il reconnaissait pour être de la famille ... "Eh mais c'est Nora ..." Il sembla se briser quelque chose en lui, tandis qu'il avait poussé des quatre fers pour se rapprocher et saluer la maîtresse de maison actuelle, la grande dame de Kumo No Kuni, actuellement Chunin dans le village. Il se demandait comment elle pouvait conjuguer aussi facilement, beauté, prestige et sa vie de Shinobis, mais il ne pût pas poser la question, sa mains se plantant dans son dos tandis qu'il étouffait un "Aie" très convainquant, s'écroulant aux pieds de celle qu'il voulait saluer.

- Samaaaaa...."
Et voilà, le sexe fort zéro, les princesses un. Fallait regarder ses yeux, Nué.


_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Ven 15 Déc 2017 - 18:40
La matinée à peine entamée, amenait déjà sa dose de surprises effarantes. Et la journée était encore bien longue ! En ce début de soleil levé, elle s’était instinctivement dirigée vers les grandes cours de la demeure, où s’entraînait en général la future génération du clan des forgerons. A cette heure-là, il était rare de voir des jeunes désireux de s’aguerrir ardemment. Pourtant, un suicidaire était bel et bien en train de travailler son corps, glacé par de petites bises intempestives. Le cœur aussi bouillant que les forges, il donnait de l’énergie dans chacune de ses manœuvres afin de les peaufiner. Son envie de progresser était évidente, mais il faisait preuve de maladresses dans plusieurs compartiments différents. M’enfin… là n’était pas le problème.
Celui qu’elle avait observé avec attention, il y a de cela quelques minutes venait tout juste de s’effondrer. Et pas n’importe où. A ses pieds. Si l’individu en sueur avait bien daigné s’écrouler plus loin, Nora n’aurait pas à se sentir concernée. En se laissant tentée par sa flemmardise, elle aurait alors détourné du regard puis pris la poudre d’escampette quelque part. Un véritable raisonnement de salopard qui, malheureusement ne collait pas à la personnalité de l’ex-vagabonde. Dans sa plus grande flemmardise, Nora aurait pu au maximum esquisser un soupir ennuyé. Ce qu’elle fit sans se retenir…

« Êtes-vous morts ? » se demanda-t-elle interrogative, sans pour autant être inquiète pour la vie de l’affalé.

La question en soi était stupide, mais elle tirait sa force de cette même stupidité. En effet, un mort serait en théorie, dans l’incapacité de répondre à cette question pour des raisons évidentes. Donc une réponse se traduisait tout simplement par la vie du Metaru tandis qu’une non-réponse équivaudrait soit à une perte de conscience, soit à une mort violente. Quand on en fait le tour, la question paraissait avoir sa place maintenant. Il fallait juste être sûr des méthodes à employer si le travailleur ne donnait aucun signe de vitalité.
Les secondes passèrent et l’impatience de Nora prit vite le dessus. Cette absence de paroles était anormale. Corps exténuée ou macchabée ? La pression augmentait, mais Nora ne paniquait pas. Un moine ne paniquait pas. Tel était ce qui lui avait été apprise. Et même si elle ne pouvait plus être considérée ainsi, l’enseignement des 4 points cardinaux était devenue une part immuable d’elle-même. Bénie par cette éducation sereine, elle réfléchit calmement à ce qu’il fallait faire. La prise de pouls était une évidence quant à la situation délicate ici présente.

« Un problème, Nora-sama ? » demanda une femme qu’elle n’avait pas entendu arriver.
« Oh ! » se permit-elle légèrement surprise avant se lever « Il n’y a aucun problème, ne vous inquiétez pas ! Il me semble en plus que vous avez entre les mains, la solution à mon problème » reprit-elle plus sympathique. Les mains douces, amicales glissèrent autour de ce que tenait la nouvelle femme. Un « Puis-je » respectueux s’échappa de la bouche avant que l’ex-moniale ne puisse obtenir le fameux objet salvateur.

D’une forme plus ou moins cylindrique, fait en général de bois et de vis, il était semble-t-il la clé pour sauver le brave gugusse. Les lèvres se pinçant d’une malice effrayante, elle semblait presque s’amuser à devoir utiliser un tel objet. Ses yeux gardaient tout de même une lueur concentrée sur l’objectif décisif : se mettre d’accord sur l’état de santé du brave garçon à terre. Fourbe, elle laissa un silence s’installer. Une dizaine de secondes à peu près. Sans connaître le diagnostic de l’individu, faire tourner la montre n’était semble-t-il pas la bonne idée. Mais Nora était Nora. Une femme culotée. Shuu son fiancé, savait mieux que personne que le véritable moteur de cette femme était son audace insensée. A présent, le Metaru inconnu allait en faire les frais.
Dans un tempo où aucun bruit ne naquit, la moniale balança soudainement l’objet sur la tête du Metaru… enfin, son contenu plutôt. Car oui, il s’agissait d’un seau remplie d’une eau absolument glacée. La Metaru qui lui avait humblement donné le seau rigola un bon coup avant de partir, amusée par la scène qui venait de se dérouler. Sans doute cette scène était sa récompense pour avoir vu le culot de Nora en action. Totalement trempé, le Metaru victime avait frétillé. Qu’il soit large ou retenu, l’ex-vagabonde avait intercepté les mimiques troublantes d’un homme encore en vie et dont la vie n’était absolument pas en danger :

« Vous vous réveillez enfin ! »
demanda une Nora toute ravie de sa petite plaisanterie. « Ce n’est pas de ma faute aussi ! Vous ne daigniez bouger depuis un petit moment ! Après un entraînement, il est important de ne pas s’affaler comme vous l'aviez fait… » lui indiqua une ex-moniale tentant de justifier son acte enfantin. « Mais je m’égare un peu… » remarqua-t-elle enfin.

Se rasseyant à côté de l’homme mouillé en évitant de tremper son pantalon, Nora avait le visage radieux. Ce genre de blagues grivoises l’amusait énormément... Du moins quand elle le faisait subir à d’autres. Et surtout qu’il s’agissait également d’un plan d’urgence pour s’assurer de la survie du jeune homme. Elle n’avait pas péché. « Malgré votre ‘’coma’’, vous comptez encore vous entraîner ? » en témoigne cette demande anodine. Une manière de tester ses tripes aussi. De savoir pourquoi cherche-t-il à progresser aussi bien physiquement que mentalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Sam 16 Déc 2017 - 4:20
Le Metaru avait fier allure, étalé les quatre fer en l'air entrain de se faire bichonner par la femme de Shuuhei, bien qu’inconscient son esprit se rebellait à cette idée, car il pensait comme tout bon homme, qu'approcher la femme du Raikage d'un peu trop près équivalait à une mort certaine, rapide, et douloureuse ; D'ailleurs était-ce à cause de son regard de braise, que la vile Ryûka fut transpercée par son cousin au sommet ? Cela resterait sans doute l'un des grands mystères de cette épreuve, qu'il avait vécu au coté du tout jeune mari de Nora.

- Non .. Non, pas là s'il vous plait ... Qu'il chuchotait pendant son sommeil tout doucement, sa joue sur la pierre froide et grise de la salle, un filet de salive dégoulinant presque sur les pieds de sa salvatrice accompagnatrice. Franchement, t'aurais pu apprendre à te tenir, Nué. C'était quand même la première dame du coin, pas la première clocharde venu, qui aurait décidé d'enfiler autre chose que sa robe et ses parures ; Encore heureux qu'il la connaissait, il aurait été foutu de lui demander si elle avait le droit de se balader là.

Bien que la demeure, dans la tradition communautaire et très chaleureuse de leur chef, était ouverte à la plupart des visites -quoi qu'encore quand c'était pour Sayo on prenait des pincettes, il y'avait des limites à ne pas franchir, des cordons rouges qui saillaient depuis les murs, pendouillant comme s'ils suffisaient à empêcher quelqu'un de passer. Béh, mettons que c'était plus compliqué que ça, mais l'autorité peut aussi bien retenir un homme de frapper, que le ferait une poigne solide. Hors, par autorité du Raikage, quiconque enfreignait les limites, se voyait châtier durement. Les Metaru était chaleureux, mais pas tendre, comme le métal qu'ils maniaient directement sur l'établis, et qu'ils refroidissaient avec de ... L'eau ?! "HEIN QUOI QU'EST CE QUI SE PASSE NON JE LE JURE C'ETAIT PAS POUR MATER JE LE JURE S..." Il se retourna en voyant une ombre penché sur son épaule "..alut .. Nora, c'est encore moi." Qu'il fit avec un petit coucou de la main, bien décidé à ne jamais grandir, ou bien que l’incongrue le disputait trop avec l'incroyable, pour qu'il donne le change sur un registre plus sérieux.

- Je crois que mon problème est plus d'ordre mécanique que spirituel. Qu'il dit en voyant la moniale, qu'il ne connaissait que de réputation, et donc supposait très portée sur les choses de l'âme. Mais merci quand même pour le coup de main ... Belle cousine ? Il se rendit compte que ça portait à confusion comme ça, voulu se rattraper. "Je voulais pas dire que vous étiez belle hein, parce que vous êtes la femme de mon cousin ..." Et fit encore pire, une traditionnel main portée à l'arrière de son crâne. "Juste que vous étiez ... Oh la la, désolé ça doit être le choc, je vois des étoiles." Bon, petite pause, on reprend pour ceux qui n'ont pas suivit ; Nué a toujours eu une trouille bleu du sexe féminin, la faute à une mère assez horrible et autoritaire, mais aussi à se pendant des femmes de nos jours, à avoir des caractères ... Des caractères ? Forts. Mal interprété par des années d’oppression féminine sur sa famille via sa mère, il apprenait tout juste à les connaitre, grâce à la petite brune qui partageait sa vie.

- Eh bien, à moins que j'ai l'air en si mauvais état que ça, je comptais continuer oui ... Il ne parlait pas de son obsession pour la force, toutes ses formes et surtout celle de son esprit qui laissait à désirer, et ce qu'elle lui apportait dans sa vie de tous les jours. Juste d'un entretiens inlassable d'une machine complexe, qu'il devait garder en forme pour le bien de tous. Rien que ça, il se disait que comme ça, sa vie en valait vraiment la peine. "Vous voulez vous joindre à moi Nora-sama ?!" Qu'il fit avec le sourire du bienheureux idiot qui ne doute de rien. "Enfin, je veux dire si c'est pas déplacé de vous proposez ça !"

- J'aimerai beaucoup apprendre de vous, vous devez être trop forte ! Qu'il dit en reprenant ses airs de grand gamins, qui ignore tout de la dureté du monde, mais par choix à présent.



_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Mar 19 Déc 2017 - 2:14
Les compliments du Metaru inconnu la flattèrent sincèrement. Que l’on souhaite apprendre d’elle sur le domaine du combat était en soi un privilège fort ravissant. Surtout venant de la part d’un Metaru, en fait ! Bénéficiant d’un don héréditaire rare et extrêmement puissante, un homme à l’atavisme si dense n’aurait d’habitude rien à envier à une pouilleuse sans aucune capacité génétique exceptionnelle. Shuu était un exemple parfait du potentiel sans limite d’un véritable maître du métal. Pourquoi ne s’inspirait-il pas donc de lui ? Son palmarès parlait pour lui. D’abord considéré comme un roi du sexe dans les boxons, il était maintenant le roi de Kumo autant vénéré pour sa force que pour ses décisions stratégiques.
Pourquoi donc voulait-il apprendre quelque chose d’elle ? Nora avait du mal à piger ! S’il voulait vraiment connaître la même route de succès que son fiancé, autant le lui demander directement ! Ses responsabilités avaient beau l’occuper quotidiennement, Shuu trouverait sûrement le temps d’entraîner un membre de sa famille. Pour connaître tous les ‘’tips’’ qui ont fait de Shuu ce qu’il était aujourd’hui, il n’y avait pas vraiment besoin de passer par sa dulcinée. Surtout que leurs styles de combats étaient assez différents. Là où Shuu pouvait exprimer brutalement son talent, Nora était patiente et attendait toujours le moment opportun :

« Ce n’est pas parce que Shuu est mon sensei, que je suis aussi forte que lui ! Si vous voulez vraiment apprendre de lui, je vous suggère de lui demander directement ! » lui proposa-t-elle gentiment. Ce constat ne l’énervait pas vraiment. Ne disant que la vérité, elle l’acceptait naturellement. Il y avait des forts et des faibles. Voilà tout. « Puisque vous êtes de sa famille, je suis certaine qu’il ne refusera pas ! »

Tout était dit ! Du moins, selon elle ! Elle n’avait en théorie plus rien à faire ici. Le mieux pour elle était à présent de déguerpir le plancher. Pour faire quoi ? Aucune idée ! Avant de s’en aller d’ici, il était préférable qu’elle trouve quoi faire avant. Il était tôt ! Très tôt ! Les activités pouvaient être nombreuses. Agréables comme désagréables. Originales comme lambdas. Elle pourrait s’entraîner plus tard à l’abri des regards indiscrets comme elle avait l’habitude de procéder… Manger quelque chose ! Des brochettes de dangos ? Le plan était vraiment sympa, elle avait toujours faim de dangos…
Tout se jouait sur une fraction de secondes. Des remords ? Non ! Des doutes plutôt ! L’homme qu’elle avait arrosé était téméraire. Si personne ne veillait sur lui, qui sait jusqu’où il se fatiguerait. Il tomberait encore dans les pommes et rien ne dit qu’une âme charitable passera une nouvelle fois le réveiller. Les Metarus étaient de bien moqueuses personnes ! Il pourrait le laisser en plan en justifiant qu’il se fortifierait grâce à cet expérience. Sa gentillesse prenait le dessus sur ses plaisirs personnels. L’entraînement n’était pas vraiment son dada, mais par pur sympathie et pour veiller sur lui, elle se sentit forcée d’accepter la requête de son interlocuteur.

Alors qu’elle avait fait mine de partir, elle se gratta légèrement la tête, agacée et se rassit immédiatement sur le rebord du couloir. Le soupir exaspéré, elle s’équipa d’un sourire compréhensif et chaussa ses chaussures talonnées. Nora se releva ensuite sur le sol du jardin pour se dandiner sportivement sur la terre ferme du jardin. Un décrassage en quelque sorte pour se remettre d’aplomb ! Mais un décrassage qui valait une fortune ! Shuu lui-même aurait souhaité être là à observer son fessier tituber à chaque foulée de sa femme. Ses habits l'embelissaient comme toujours, mais ceux-là n’étaient pas trop faits pour le combat. Donc autant abréger tout ça ! Quelques étirements très… féminins vinrent agrémenter ce qui ressemblait à un échauffement sommaire mais efficace.
La femme du Raikage ne semblait pour autant pas prendre réellement au sérieux ce fameux entraînement. Elle semblait au contraire confuse, ne sachant pas par où commencer. Hormis Shuuhei, aucun membre de son clan ne s’était entraîné rudement avec elle. Jamais, on ne lui avait proposé pareille proposition ! Ce serait donc une première pour elle ! Du coup, elle tâtonnait un peu pour enclencher la seconde. Par quoi commencer ? Par où commencer ? Elle semblait vouloir des indications… On dirait qu’elle avait déjà oublié les attentes du jeune Metaru à son propos. La voix toute niaise et d’une sincérité simple mais contagieuse, elle lui demanda donc :

« Bon ! Par quoi commençons-nous ? Un échange de coups basiques ? Un véritable combat ? Des exercices spécifiques ? Qu’attendez-vous de moi exactement ? » elle cherchait des réponses ! Quelque chose de plus concret que le mot entraînement.

Sa posture n’avait rien de celle d’un combattant paré. Les mains posées surs ses hanches, elle s’était courbée en lui montrant ‘’par hasard’’ son décolleté. Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’elle ne soit pas prise au sérieuse ainsi positionnée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Mar 19 Déc 2017 - 21:31
Elle dégageait un certains charme, ses longs cheveux noirs encadraient parfaitement son visage de poupée, elle allongeait ses formes comme d'autre les pièces, elle sonnait et lui il trébuchait ; Elle était la cloche, tonnant l'appel de la puberté. Et pourtant, lui, il restait là comme un vieux gaillard pas intéressé pour un clou dans la demoiselle, si ce n'était ses compétences reconnues par toutes et tous, qui lui valait du respect au village ; Si elle ne pouvait lui apprendre comment améliorer son maniement du sabre, ou bien encore comment un créer un plus efficace que l'actuel, elle disposait de toute une gamme intéressante de techniques, et une vision qui lui était propre. Elle ne le connaissait pas, et ne pouvait pas savoir que sa curiosité naturelle l'avait naturellement poussé à s’intéresser à elle et ses compétences ; En plus d'être sa belle-belle cousine, elle était également la première dame de Kumo, une Kunoïchi passée maître dans l'art de combat moniale, qui était redouté par de nombreux combattant.

Plus que ça, on lui avait déjà parlé de la différence entre la maîtrise des prières, et celle du métal comme le siens. Plus que de simples caractéristique physiques ou génétiques, elles allaient de paire avec une maîtrise de son esprit, et des dogmes qui les rendaient publiquement bon, et compatissant ; Des valeurs qu'ils partageaient avec Nué, ce doux rêveur qui laissait souvent les autres lui marcher dessus, jusqu'à ce qu'on tente de lui mettre des bâtons dans les roues. Cette patience légendaire, cet optimiste sans limite, commençait doucement à se ternir sous les difficulté du passé ; Et il ne savait désormais si ce qu'il considérait auparavant comme sa plus puissante arme, n'était pas devenue sa plus grande faiblesse, cette faille qui laisserait entrer ses ennemis au seins de son esprit ;

Comme une Yamanaka, qui l'avait poussé sur le fil rouge des pulsions meurtrières, qui l'avait remit à sa place de gamin sur l'échiquier de la puissance mondiale, et remit en face toute son inutilité face à ce genre technique ; Il avait beau s'entraîner dur, jusqu'à l'épuisement, l'âme n'était pas chose qui se forgeait dans les flammes et sous le lourd impacte du marteau, mais plutôt dans les tréfonds du désespoir, et dans les moments glorieux, qui vous apprenez à user de parcimonies de vos forces, et de vos faiblesses, justement.

Il n'avait pas encore comprit, que c'était sûrement sur l'assemblage des forces et des faiblesses, que ce jouait tout le pois d'une vie, et d'un être humain à la pensée consciente. Ça n'allait sûrement pas tardé, imbriquer les choses était une de ses occupations quotidiennes, autant diurne que nocturne.

- Je pensais pas à ce genre de force, voyez vous, mais j'irais le voir prochainement vous ... tu as raison ! il avait du mal avec les pronoms décidément... Et puis j'avais pas vraiment envie de venir le tracasser avec ce genre de chose ... Je pense que vous ... tu aurais plus de chances de m'apprendre ce genre de chose, c'pas vraiment ce qu'on peut pratiquer avec mon cousin, si tu vois ce que je veux dire ! Il eut un petite rire gêné, car des idées, sûrement tirées de son ombre qui le quittait plus décidément, assez cocasses lui venait en tête, sur le sens de cette phrase.

Heureusement, Nora était une créature de pure pureté, qui ne remarqua rien de ses idées fielleuses, qui lui donnaient envie de rentrer derechef à la maisonnée pour s'occuper de ... Foutu Shiro ! Il pouvait pas choisir une autre jumelle et laissez donc le petit oiseau sortir à loisir de sa cage ? Il fallait toujours qu'un gêneur vienne lui gâcher son plaisir, c'était fou. Il regarda dubitatif la jeune moniale s'exercer, car son mal de dos lui faisait un mal de chien, le condamnant à ne pas trop bouger.

Il lui faudrait sûrement plusieurs heures pour se remettre à bouger normalement, la douleur faisant comme un bloc dans son fessier droit. Une douleur dont il ne voulait s'étendre avec la moniale, de peur d'être mépris, puis châtié pour sa témérité. Il se mit donc en tailleur au centre de la pièce, tandis que la jeune fille se servait des parties extérieurs pour chauffer ses muscles, en prévision d'une bataille et d'un rude entraînement. Incroyable qu'une Ninja de se standing, avec son niveau, lui accorde autant de son temps.

Ses deux bras se positionnèrent devant lui, paume ouverte et doigt clos. Il s'inclinait devant la puissance de la terre.

Il releva les mains, les passant au dessus du visage en tournant. Il enlevait toujours son masques devant ses pères.

Il fit circuler son chakra dans tout son corps, pleinement détendu.

- Ce que j'aimerai que vous m'appreniez, c'est comment 'Résister' ... Il la regarda droit dans les yeux, son petit visage marqué de vilaines cicatrices déterminé à lui faire comprendre que ce qu'il voulait endurcir c'était ... Son esprit. J'ai été sous le coups d'un jutsu Yamanaka, qui a utilisé toutes les prises sur mon esprit pour me forcer à commettre l'impardonnable, et j'aimerais que plus jamais, jamais ... Cela ne puisse se produire. Il n'avait pas quitté son regard, bien que sa peau blanche fut suffisamment attirante pour tout homme, il tenait à lui montrer sa volonté et sa détermination.

- Vous pouvez m'aider ?

_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Jeu 21 Déc 2017 - 18:26
Yamanaka ? Nora semblait se projeter dans le passé. Ce nom lui disait quelque chose et les secondes s’écoulant, elle parvenait petit à petit à s’en rappeler. Washi. Le nom du poltron qui avait abandonné l’idée de se battre lors de l’examen de Chuunin. Très sincèrement, elle voulait le remercier pour ce geste. L’idée de gérer et une Suzury et un Yamanaka l’avait fait laidement grimacer à l’époque. Jamais, elle n’aurait pu être Chuunin aujourd’hui sans cet acte miraculeux. En soi, le titre en lui-même ne l’intéressait pas, mais elle se sentait à présent respectée dans le village. Qui aurait cru qu’une moniale un poil pimbêche aurait embrasé de telles fonctions ? J’avoue, ne pas savoir, mais toute cette folle histoire était partie de ce Yamanaka.
Seulement maintenant, Nora avait réussi à percer le secret derrière ce nom mystérieux. Tous ses doutes d’antan se libéraient enfin. Le contrôle mental. Voilà pourquoi ce nom lui était si familier. Même chez les moines, ce clan jouissait d’une popularité très particulière. Leur don héréditaire était très recherché. Collecter des informations, créer une cohue générale, pister des ennemis. Personne n’était capable de le faire d’une manière aussi subtile qu’eux. Le plus effrayant étant que les contres à leur panel de techniques étaient plutôt délicats à maîtriser. L’ex-vagabonde ne voulait être une rabat-joie, mais il était préférable de lui révéler immédiatement ce constat :

« Les contres au contrôle mental sont peu nombreux ! »
lui avoua-t-elle sérieusement. « Pour autant, cela ne veut pas dire qu’ils n’en existent pas ! » le rassura-t-elle, légèrement gênée par tout le mélodrame qu’il avait fait par rapport à sa récente défaite.

On dirait que sa fierté elle-même avait été touché depuis cet épisode. Comme tout homme possédant une fierté démesurément grande, il cherchait à progresser. Faire en sorte que ce moment ne soit plus qu’un lointain souvenir. Qu’il puisse l’affronter sans jamais avoir à revivre ce même cauchemar. Et le rôle de phare avait été décernée à Leoko Nora. Un travail bien malheureux en perspective, si elle se décidait d’accepter. D’après le principe même de sa formation moniale, elle était tenue par une clause d’exclusivité. Seul un Homme prêt à tout sacrifier pour la lumière cardinale pourrait entrevoir les techniques du moine.
Pourtant, elle s’était promise de l’assister dans son entraînement. Ah dilemme cruel ! Nora ne devait pas trop rentrer dans des détails vaseux. Un Metaru, ça n’aime pas les explications trop compliquées. L’ex-vagabonde devait également éviter de frôler avec les limites d’un savoir non révélable. Un sacré pétrin tout ça ! Quelques bribes d’idées lui traversaient l’esprit, mais il était temps de les rassembler. Créer quelque chose de concret et qui pourrait satisfaire celui dont l’honneur avait besoin d’être retrouvé. La demoiselle des sables avait cessé ses enfantillages. Elle paraissait déjà plus concentrée comme lorsqu’elle avait dû gérer l’intrusion du marionnettiste inconnu en compagnie de Reiko et Shikarai :

« Dans ce genre de situations, il est important de raisonner calmement ! Hum... Un genjutsu et un contrôle mental ont toutes les deux la même finalité, à savoir perturber l’esprit. La seule et non des moindres, différence entre ces deux domaines réside sur le degré de réalité. Là où le premier n’est qu’un vilain cauchemar inventé de toute pièce, le second lui est bel et bien réel »
tenta-t-elle de lui expliquer.

Sûrement le savait-il déjà, mais elle préférait revenir aux fondamentaux. C’est ce que ses maîtres lui répétaient souvent lorsqu’elle se révélait coincée dans une avancée. Les nerfs travaillaient à une vitesse effrayante. Nora montrait enfin pourquoi elle méritait d’être respectée. Ses gamineries étaient de côté et elle s’activait pleinement à remplir la demande de son interlocuteur. La réponse lui parvint rapidement. Sans trop rentrer dans les tréfonds de la cardinalité moniale, il y avait moyen de lui apprendre quelque chose d’un tant soit peu utile.

« Asseyez-vous là ! Nous allons commencer… » lui ordonna sur un ton toujours mélangeant douceur et fermeté. Sa main diligente lui indiqua le sol juste devant elle au beau milieu de l'aire d'entraînement. L’entraînement était sur le point de commencer. Pendant qu’elle était rejoint par son élève de la journée, une question loin d’être inintéressante mérita d’être partagée. Son avis sur la question était important, même s’il s’agissait d’un Metaru :

« Selon vous qu’est-ce que le chakra ? Donnez-moi votre plus sincère avis ! »
le ton était très mystérieux et perçant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Ven 22 Déc 2017 - 0:06
Il surveillait du coin de l’œil son visage de poupée, conscient de ne pas devoir tomber dans le piège de ses traits gracieux comme de nombreux autres avant lui, un écart que ne lui pardonnerait pas Nara Sayo, et n'importe quelle autre femme également. Il ne se faisait pas d'illusions sur le sujet, contrairement à ce que l'on pourrait penser, la gente féminine était bien l'un des seuls sujets qui lui semblait perdu pour toujours. Démontrant par la même que même un chevalier au cœur pur comme lui, ne pouvait défendre toutes les causes perdues d'avance, sans devoir s'engoncer dans une lourde armure.

Et c'était cette armure qu'il lui demandait de l'aider à forger, celle de son esprit, et ses remparts impénétrables à toutes idées extérieurs ; Il voulait creuser des douves dans ses nerfs, poser les briques de sa conscience comme un mur haut et solide, pour ne jamais plus qu'on se serve de ses failles, plus jamais.

Cela l'avait fait trop souffrir, et il n'avait pas été le seul. Il vit bien que la jeune Kunoichi avait saisit l'idée, et connaissait bien le sujet pour l'avoir … Approfondit ? De nombreuses années auparavant. Rien de bien anormal, quand on connaissait la cruelle efficacité des jutsus mentaux de ce clan mythique. Pas comme Nué quoi, qui se figurait une faiblesse indicible, alors qu'il ne savait juste pas comment se prémunir de ce genre de danger. Cela allait changer, maintenant, il en faisait un serment solennel sur le sang versé durant le sommet.

J'étais persuadé que tu pourrais m'aider qu'il lui dit en joignant les mains dans sa position, lui faisant le coup des remerciements, avant même d'avoir commencé ; Il avait toujours été un peu comme ça Nué, à mettre la charrue avant les bœufs de ses idées, tout en se sevrant dans un immobilisme semblable à sa matière fétiche.

Il se concentra pour capter ses explications au mieux, et ne pas se perdre en conjoncture débilitantes, qu'on lui connaissait si bien … Son cerveau battait drue à fendre les pierres, mais le sujet l’intéressait pour l'avoir vécut. L’expérience détermine autant que la volonté, il avait apprit cela dans ses propres épreuves personnelles.

Ainsi donc, ça avait été comme un réveil éveillé, dont l'on avait brisé la bulle d'un coup d'aiguille sec, lui redonnant toute maîtrise sur son âme ? Il comprenait mieux pourquoi le jutsu l'avait tant retourné, les illusions, réelle ou non, l'avait toujours touché plus durement qu'aucunes autres attaques.

Il ne fit pas remarqué qu'il était déjà assis, et lui répondit tout de go ce que lui avait apprit une sacrée tutrice brune, déjà présente dans son ombre à ce moment là.

- Pour moi, le chakra est le mélange de deux énergies, dans notre corps, qui permet de la manipuler pour en faire des attaques … Il se creusa la tête du doigt, et malaxa son chakra... Personnellement ça me vient naturellement, j'ai jamais beaucoup appris, je dirais que ça ne vient pas que de nous, ou bien qu'un autre type de chakra existe, je ne sais pas exactement pour être franc …

Ses connaissances s'affûtaient, mais il avait toujours des tas de lacunes à rattraper.

_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Sam 20 Jan 2018 - 23:55
Une réponse à la fois honnête et réfléchie. Le jeune homme aux cheveux n’avait pas l’air d’un demeuré. Contrairement à ce qu’aurait pu laisser prétendre son patrimoine génétique, le Metaru savait se servir de sa cervelle. Voilà une qualité bien rare au sein de son propre clan. Elle lui servira naturellement à l’avenir quand ses futurs choix à faire deviendront de moins en moins évident. De bon augure pour lui, même si le futur ne pouvait être prédit. En ce moment, son présent se devait d’être forgé. Ayant humblement sollicité l’aide de la moniale, elle allait lui donner toutes les indications qui pourraient l’aider à progresser.
A commencer par la définition même du chakra. Des tas de descriptions peuvent correspondre au chakra. Il existe d’ailleurs de nombreux centres scientifiques et spirituels étudiant ce mystère millénaire. « Qu’est-ce qu’est réellement le chakra ? » ! Une question bien bête en apparence, mais qui tracasse et tracassera l’esprit des éclairés de ce monde. Avec un savoir incomparable à celui d’érudits, Nora ne pouvait lui donner de réponses philosophiques. En revanche, sa formation moniale lui avait donné une vision inédite loin des standards habituels du ninja. Dans une franchise et un dicté clair, l’ex-vagabonde lui donna son avis sur la question :

« Désolée de vous décevoir, mais je ne peux clairement vous dire ce qu’est le chakra. Et ceux croyant connaître la nature même du chakra sont généralement bien stupides ! » finit-elle amusée.

Devait-elle plonger dans des détails plus compliqués. Devait-elle lui révéler ne serait-ce que des bribes d’un enseignement connu pour être secret ? Finalement, cette même question revenait en boucle. Logiquement, son engagement amoureux avec Shuu n’impliquait une divulgation complète des secrets moniaux. Bien qu’en y repensant, il avait longtemps nié cette vérité qui lui pendait pourtant au nez. Et maintenant qu’ils étaient sérieusement fiancés, il semblait avoir accepté cette réalité. Aurait-il comme sordide idée d’abuser de son savoir… Un rire soudain la paralysa. Ce destin fataliste était improbable ! Shuu n’avait pas besoin de la puissance d’une frêle demoiselle. Sa palette de techniques était déjà dévastatrice…
Rassurée, elle sembla finalement prête à rentrer dans le vif du sujet. Des précautions devaient être prises sur le vocabulaire à employer. Trop pointu et elle risquait de le perdre. Trop grivois et le résultat serait similaire. Un juste milieu devait être trouvée dans ses futures explications. Une galère à gérer pour cette demoiselle qui n’avait pas vraiment l’habitude, l’art de la manipulation du chakra à quelqu’un :

« Néanmoins, permettez-moi de vous exposer des hypothèses vis-à-vis de son fonctionnement ! ». La voix sereine, dégageant de confiance, Nora allait entamer les explications d’une manière plus profonde. Cependant, avant de s’élancer dans un récit alambiqué, elle se permit de réajuster son fessier. De si gros airbags assis contre le sol rêche du terrain d’entraînement… Il fallait les laisser en paix quelques temps. Voilà ! Une fois qu’elle reposa, Nora enchaîna. « Il est dit par exemple que le chakra de tout individu possède ce que l’on pourrait appeler un ‘’tempo’’, une mélodie et qui pourrait grosso-modo caractériser la manière dont nous transmettons notre chakra à travers chaque parcelle de notre corps ! Il s’agit comme d’un rythme propre à chaque individu ! ». Elle décida alors de faire une pause dans son discours. Juste pour vérifier si elle ne l’avait pas encore trop perdu. « Maintenant, imaginez qu’une personne soit atteinte d’une illusion ou d’un contrôle mental, selon vous, comment va réagir ce fameux tempo ? Va-t-il faiblir ? Va-t-il s'annihiler complètement sous la pression d'un chakra ennemie ? A votre avis ! » lui demanda-t-elle alors, les yeux miroitant une fourberie évidente.

Elle n'attendait pas spécialement qu'il trouve la réponse, mais puisqu'il avait eu l'audace de la solliciter, autant l'embêter un peu ! Peu de personnes aurait le privilège que l'ex-moniale avait en ce moment-même. Un Metaru allait réfléchir devant ses yeux. Une première fois, il avait déjà dû mettre en avant ses qualités cérébrales. Et une nouvelle fois, la moniale avait récidivé en lui demandant de résoudre un casse-tête sacrément tordue. Abuser des choses rares était péché, mais bon...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Sam 27 Jan 2018 - 16:48
- Argh ! Fit-il en relâchant sa position de méditation en tombant presque sur le côté comme une brindille dans une bourrasque d'hiver. Le temps frisquet transpirait à travers les murs de la salle, le faisant trembler un peu en sus. Moi qui nourrissait tant d'espoir, on en est bien tous au même point !

Voilà tout un art que d'apprivoiser et appréhender l'invisible comme une parcelle de nous même, sans ambiguïté ni mauvais calcul. C'était tout un casse tête pour le jeune Metaru, dont l'on pouvait sentir les particules neuronales vibrer sous le crâne d'acier connu de tous ; Ce n'était pas un membre du célèbre clan métallique pour rien, et la moniale venait d'ouvrir ce crâne comme une boîte de condiments, sans user d'un canif ou d'autre ustensiles de cuisine bien connus. Une vraie performance, pour un jeune garçon qui avait passé sa vie à rêver et à expérimenter plus qu'à réfléchir.

Sa tête était donc expectative, la moue bien embêtée, et le sourcil perplexe. Il frottait à présent son menton d'un index songeur, comme le ferait un élève à qui l'on a posé une question bien trop complexe. Ce n'était pas tellement qu'il ne savait pas répondre, qu'il n'avait jamais envisager les choses son cet angle. Un tempo ! Un rythme vibratoire qui permettrait toutes les folies que l'on connaissait aux ninjas comme aux moines ? Lui qui avait toujours révéré la nature comme ultime détentrice du Saint Chakra, venait de se faire renvoyer dans ses trente deux.

Ce n'était pas qu'un mélange alors, c'était aussi une mélodie.

Finalement, il en revenait toujours à cet invisible. Le chakra ne pouvait être réellement vu qu'utilisé sous une forme concrète, mais jamais il n'aurait crû disposer d'une quantité d’énergie qui pourrait avoir un rythme. Il chercha en lui la réponse, car si cela ne venait pas que de l’extérieur, cela venait forcément de lui. Et une réponse franche, honnête, donnée avec le cœur, ne pouvait jamais être décevante, il en était persuadé.

- Aucune idée, j'aurais bien dis que ce serait comme un maître de musique, qui ferait alors vibrer le chakra d'une manière ou d'une autre pour que l'on accomplisse ses quatre volontées ... Il essayait de se souvenir de la sensation qu'il avait alors connu, comme si l'on avait inspiré en lui un sentiment avec une force et une persistance sans commune mesure avec tout ce qu'il connaissait alors. C'était comme si l'on avait pris contrôle de mon centre, que l'on avait forcé celui ci à bouger à un rythme, et que quoi que je voulais y faire, j'étais bloqué sur une ... Fréquence ? Peut être que la réponse se trouve dans l'intervalle ? Dans une absence de résistance mentale ou bien un rythme trop facile à déchiffrer ? Je suis peut être faible d'esprit malgré tout ce que l'on peut en dire ? Il se frotta encore pensivement le menton avant de se relever décidé à subir l'interrogatoire de la moniale debout, comme un homme. J'ai subis de nombreux Genjutsu pour me renforcer, mais celui là était différent, ce n'était pas comme une altération non, c'était comme si l'on avait pris contrôle de mon 'tempo' comme vous l’appelez, et que l'on y avait imprimé une nouvelle partition, une partition dont je ne pouvais me défaire. Un remplacement de rythme peut être alors ?

Il avait conscience de peut être dire des bêtises, ou même que ce ne soit que des élucubrations pour Nora, qui devait bien trop en attendre d'un simple d'esprit comme lui, qui avait toujours pensé avec ses mains et ses rêves, plutôt qu'avec ses cellules grises. En attendant, c'était la tempête sous son crâne, et un millier de questions se posaient ... Son rythme était il trop facile à déchiffrer ? Pouvait on décemment résister à un genjutsu du type contrôle sans en subir des dommages irrémédiables ? Il existait des Kai, mais pouvait on en faire un qui sortirait quelqu'un d'un contrôle mental ? Des questions, toujours des questions, des pistes de réflexions, mais point de réponses claires, peut être fallait-il chercher plus loin encore pour trouver une réponse concrète, la suite de l'entretiens saurait le dire.

- Et moi j'ai toujours renforcé que le physique, la manifestation de mon chakra, sans jamais penser à des utilisations différentes... Le monde est décidément bien vaste et mystérieux ! Fit-il en faisant naître un arc électrique docile entre son pouce et son index, aussi facilement que pour dire 'bonjour' à quelqu'un le matin au petit-déjeuner.

Mais les questions qu'il se posait à présent, était bien trop intimes pour être posé à une moniale, dont il connaissait le sceau du secret.

- Il y'a un moyen sûrement, de modifier la mélodie pour que l'on soit jamais attrapé, voilà ma réponse définitive ! La modification du chakra, voilà la clé sûrement ! Si quelqu'un veut modifier notre rythme, il doit donc imposer un nouveau à celui déjà préexistant, et donc son chakra doit être d'une fréquence remarquable !


_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Forger l'esprit [Ft. Nue]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: