Partagez | 

Jardins d’écueils [Mission D]


Ven 16 Juin 2017 - 17:10

JARDINS D’ÉCUEILS
MISSION SOLO RANG D


    L’aurore s’amusait souvent avec la nouvelle Rokkusu. Ses pics acérés créant des nappes solaires à la limite du divin. De longues traînées rougeoyantes, scindées par le noir glacial d’une roche qui se réveille. Tout crépitait, l’heure d’hurler. Naiem trônait sur l’un des blocs pointus, il s’était trouvé une passion pour la dentition du village caché de la roche. L’escalade était pour lui -et sa force brute- un plaisir plus qu’une corvée.

    Un bâillement, des os qui craquent sous des étirements. Te voilà debout, ton regard sombrant vers les nappes flamboyantes qu’envoyait le ciel. C’est hypnotisant, un céleste qui fait danser le feu, avant de céder à l’or. Le loup se recroqueville, il est prêt à sommeiller une seconde de plus.

    - Mmh, tu sais qu’on n’a pas le temps

    Naiem fait la moue. Des deux, il était l’indiscipliné, le sauvage, un peu normal en même temps. Ca avait toujours sonné exotique, une Inuzuka dont le reflet était un loup solitaire et non un chien. Alors forcément, ça avait ses différences. On n’ordonne pas, on suggère. On ne réclame pas, on fait. Ta main se resserre alors sur le morceau de parchemin jaunâtre qui te sert de maître d’ordre. Passé de mains en mains, messager d’une missive ni originale ni banale. De l’exploration, une garde, de la surveillance, ni plus ni moins.

    Les Crocs Rocheux sont les envoyés d’Iwa, les fous de l’échiquier. Ils protègent le roi, s’éparpillent, s’élèvent sans aucune loi, créant un paysage loin de toute monotonie et régularité. C’est assez beau. Ça te changeait des kilomètres de bois d’Hi no Kuni, ici, la pierre était reine.
    Naiem bondit de nulle part, t’arrachant au constat du paysage. Il s’ébouriffa un instant, appréciant au passage ta main qui plongeait instinctivement au niveau de sa nuque.

    - On continue ?

    Il se courbe, te laisse le chevaucher. Voilà que le cavalier avance d’une case. Ce plateau de jeu est immense mais désordonné, il vous reste une bonne heure d’escalade en tout genre pour parvenir au point culminant de cette zone.

    Un point stratégique, le premier d’une petite série. Les chemins avaient déjà été explorés, avec ou sans peine, on voyait parfois des vestiges de glissades, quelques gouttes de sang. Tu soupirais, encore des professionnels du vagabondage.

    Quelques bonds plus tard, vous voilà sur une première roche, à l’image d’un trapèze pointant vers le ciel. Une impression de grandeur, un vertige qui aspire, puis une expiration. Ce monde était vraiment fait pour être exploré.

    Naiem s’allonge, il aime surplomber et ça se voit, ses oreilles se baladent comme des capteurs à sons. Tu te joins à lui, accroupie au sommet de la vallée à surveiller.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 16 Juin 2017 - 19:04
Les Crocs Rocheux sont aussi nombreux que variés. Parfois de simples monts, puis de grandes montagnes presque inaccessibles, la périphérie d'Iwa est à la fois naturelle et très protectrice. Difficile d'imaginer meilleure entrave à d'éventuels envahisseurs. Mais il est de fait récurrent que ceux qui en montent la garde se demandent parfois l'utilité de leur mission.

Pourtant, Inuzuka Meian qui était de tâche aujourd'hui allait pouvoir sortir de la banalité de sa mission. En effet, sa ronde fut rapidement objet d'une rencontre. Au loin, sur un mont à peine plus haut que celui sur lequel l'Iwajine semblait se tenir une silhouette. Même si la vue de la kunoïchi ou celle de son canin n'avaient rien de défiantes, il aurait fallu posséder un Byakûgan pour avoir une chance de voir rapidement qui se tenait là-bas.

S'il était récurrent de croiser des touristes ou des commerçants - en plus des Iwajins qui pouvaient revenir de missions - le comportement « observateur » de l'individu pouvait intriguer tout autant que la solitude qui le décrivait. De là, peu d'options s'offraient à Inuzuka Meian : déciderait-elle d'aller à la rencontre de cet inconnu qu'elle voyait à peine, ou préférerait-elle se concentrer sur le reste de sa ronde ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 16 Juin 2017 - 20:46

JARDINS D’ÉCUEILS
MISSION SOLO RANG D


    La pause fut de courte durée. A peine le premier point stratégique atteint qu’une défiance plane déjà. Naiem est celui qui juge vite, qui se lève, se tourne. Une pierre roulait, quelque part autour, et était passée à votre hauteur (en terme d’altitude, pas de proximité) avant de s’étouffer dans les rocailles plus profondes. Un galet ne roule pas par hasard, et celui-ci venait de plus haut, de plus loin. Mais la montagne est généreuse et rend les sons accessibles, elle les murmure en écho infini afin de bien prévenir ses petits soldats. Et la chute éternelle se répétait encore et encore.

    Vos yeux se lèvent instinctivement. Une roche se démarque, elle bouge au milieu des autres. A contre-jour, seule une tache noire frémit au loin, assez pour juger qu’elle n’est pas faite de pierre ou de terre ; Un homme s’agite, s’avance ou recule. Vous étiez trop loin pour juger, pour savoir.

    Dans les bois, il est chose aisée de pister un inconnu sans se faire remarquer, les branches comme alliées, les feuilles comme camouflage. Mais ce terrain était nouveau pour toi. Les surfaces ne sont pas plates, mais pas fluides non plus. Impossible de jouer avec le vent, tout est si rigide. La rocaille pourfend le ciel et ne bronche pas. La caillasse par contre, se joue de vous et des pas qui s’égarent : Un seul de travers, et toute la vallée sait que vous êtes là. Ne pas glisser, ne pas toucher les gravats. Seulement des surfaces lisses, seulement des pierres stables. Chose que tu découvrais depuis 3 ans seulement. Assez pour savoir ce qu’il ne fallait pas faire, mais pas assez pour éviter de le faire de manière totalement implicite.

    Dilemme ; le rattraper, admettant qu’il aille à une allure de vagabond accompli, serait chose impossible en croisière furtive. L’espionner, à longue distance, s’avérait compliqué tant que les mètres qui vous séparaient n’étaient pas plus infimes.

    C’était pile ou face ; lui courir dessus, avec toute la discrétion qui va avec, ou tenter une approche discrète, au risque de se faire semer.

    Naiem n’attendit même pas un quelconque débat interne. Il connaissait le pour et le contre tout aussi bien que toi, mais son choix était fait. Il avait arqué le col, une fois de plus, t’invitant à sa rencontre.

    Voilà que la partie d’échec recommence. Cavalier en mont haut. De saut en saut, de vague en vague, de mètres en mètres. Vous voilà lancés à la conquête d’une ombre, abandonnant tout vestige d’un clan sauvage et fugace. Vous êtes maintenant en première ligne, discrets à votre façon.

    La cadence ralentit quand vous estimiez la silhouette assez proche pour être une menace directe. Ne jamais sous-évaluer, ne jamais surévaluer. Votre course s’arrête net, à un distance qui vous rendait perceptibles l’un pour l’autre. Une roche comme bouclier, vous vous glissez derrière, et jetez un regard à votre nouvelle compagnie.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 17 Juin 2017 - 17:20
Inuzuka Meian avait donc choisi de s’approcher de l’observateur. A mesure qu’elle et son canidé s’approchèrent, ils purent chacun découvrir les traits d’un homme dont un large foulard semblait dissimuler un visage déjà obstrué par ses mains. Il était à coup sûr en train d’observer quelque-chose, mais quoi ? L’Iwajine continua de s’approcher jusqu’à être à une distance suffisante pour attirer l’attention de l’inconnu.

« Etes-vous une Iwajine ? »

La question posée trouva rapidement réponse, puisque l’homme se tourna immédiatement vers l’Inuzuka. Le bandeau représentant des roches qu’elle arborait ne pouvait laisser le moindre doute à l’inconnu, qui avait dévoilé des traits de jeune homme d’une vingtaine d’années. Il possédait assurément un air impétueux alors qu’il déduisait que la kunoïchi était un peu plus jeune que lui.

« Bien, même si j’aurais préféré attirer davantage de gardes, j’ai le plaisir de t’annoncer… »

Aussitôt eut-il prononcé le verbe « annoncer » qu’il dévoila un fourreau sous son large habit de prétendu voyageur. Tout en dégainant son sombre katana, un rictus provocateur s’emparait de son visage.

« … que ton village est attaqué ! »

Derrière ce sombre inconnu, Inuzuka Meian pouvait voir quasiment toute la cité d’Iwa. Et à l’opposé, sur les courbes des montagnes qui protégeaient son village : des silhouettes arrivaient à toute allure. Elle ne rêvait pas : Iwa était attaqué par quelques dizaines d’hommes armés qui déferlaient vers en son cœur.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jardins d’écueils [Mission D]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Crocs Rocheux
Sauter vers: