Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Aller à l'essentiel


Mar 12 Déc 2017 - 3:09
Si le bilan n’était pas très lourd, force était tout de même de constater que nous avions essuyé de grosses pertes de notre côté. Des chuunins pour la plupart, mais aussi quelques jeunes genins qui n’avaient pourtant rien demandé. J’avais l’impression que chaque initiative internationale était maudite. Quand ce n’était pas Shito, c’était ici, dans ce coin reculé de Tetsu. Comme si la première fois n’avait déjà pas suffi. "Saloperie de terroristes" que je pestais à chaque fois que je le pouvais ! Mon impuissance me faisait rager à chaque fois. Et dire que je savais pertinemment que j’étais pratiquement au sommet de mon art, à l’apogée de ce qui pouvait se faire en tant que ninja. Ironique hein… ?

- « Les environs sont sécurisés Raikage-sama. Rien à signaler ! »

L’un de mes hommes s’était hâté vers moi pour me confirmer que la zone était de nouveau sous controle. Il ne fut pas le seul. Un autre élément de Tetsu vint me rassurer à son tour. Pouvait-on vraiment se fier à leurs dires ? Va savoir. Je voulais aussi croire que c’était plus ou moins fini ; d’autant plus qu’avec le calme qui commençait à régner tout doucement, on pouvait vraiment espérer qu’on était au terme de cette merde. Je les remerciai et les enjoignis de retourner à leur poste pour maintenir un cordon de sécurité, avant de me diriger vers un camp de fortune qui avait été établi autour du bâtiment où se trouvaient les deux seigneurs. Ces derniers n’arrêtaient pas de gueuler d’ailleurs…

Ah, ces gens-là…

J’aurai pu aller m’occuper d’eux directement, mais j’avais mieux à faire que de calmer deux vieillards presque séniles dont les nerfs lâchaient tout doucement. Et puis, s’ils piaillaient comme ça, c’est qu’ils allaient bien. Le bâtiment qui les protégeait était intact. Ils n’avaient pas été menacés de très près… Franchement, que demander de mieux ? J’imaginais le désarroi du seigneur de Tsuchi no Kuni face à la mort de son kage, mais je n’étais clairement pas le mieux placé pour le consoler. Le mieux était plutôt de me rendre dans la tente où se trouvait Daisuke qui recevait des soins après son combat assez âpre. Ce que je fis en moins d’une minute avant de constater que Shizen était également de retour…

- « Content de voir que vous êtes en un seul morceau… » Dis-je en rentrant définitivement dans la tente et en m’approchant un peu plus d’eux. On pouvait même sentir dans le ton de ma voix un véritable soulagement.

- « Alors Daisuke ? Pas trop amoché ? Qu’est-ce que tu penses de son état, Shizen ? »

J’avais voulu tenter une petite blague, mais je n’avais malheureusement pas la foi pour. C’est dire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mar 12 Déc 2017 - 16:46
Difficile de juger convenablement cette situation. C'est aux côtés de Nagamasa Yoshitsune que Shizen avait combattu le célèbre Nara Alderan. Si ce combat aurait dû se solder par sa mort sans l'intervention d'un compagnon, il ne savait pas s'il quittait l'endroit de l'affrontement en tant que gagnant. Car il le savait, tout comme son homologue de la Roche, tout comme son adversaire : le manipulateur d'ombre aurait dû être mort. Malheureusement, on ne pouvait pas tout prévoir dans ce monde. Si le tyran s'en sortait avec une main en moins, il serait toujours aussi présent pour confronter les trois grandes nations. D'autant plus qu'en posséder une seule ne semblait pas du tout être un souci pour lui. De plus, ce ne serait pas étonnant de savoir qu'un médecin du Shoshikidan était apte à le remettre dans de bonnes conditions, un peu comme le frère cadet de l'Ombre de la Foudre. Quoi qu'il en soit, le colosse qui avait sauvé l'ennemi ne semblait pas du tout faire partie de son organisation. Non, son discours le confirmait bien. C'était tout bonnement une connaissance de Hi, avec qui il partagea le lien d'une seule et même relation : l'homme au chapeau. Ce mystérieux individu qui était d'après l'inconnu, la personne la plus puissante de ce monde. Tellement puissante que l’énerver pourrait signer la fin des règnes de ce monde. Autant dire que l'Aburame avait énormément à dire au conseil du village à propos de cette histoire. Que ce soit simplement pour résumer son expérience personnelle, mais aussi sur ses interrogations. Un événement comme celui-ci devait de nouveau préparer la cité des Nuages au pire.

Grâce à l'utilisation de ses insectes, le Jônin n'eut aucune difficulté à repérer ses frères d'armes. D'ailleurs, ils étaient nombreux et avaient même formés un campement pour réceptionner les potentiels blessés. Sur l’état de santé de Shizen, tout allait bien. Cet affrontement ne lui avait causé aucune blessure. Il avait simplement puisé énormément dans ses ressources et ressentait tout naturellement la fatigue physique. Une fois sur place, il fut accueilli par un Chûnin qui faisait partie de l'escouade du Metaru.
Shizen-sama ! Vous allez bien ?! Nous avons des personnes à votre disposition ! Le pauvre, il semblait dépassé par la réalité de ce sommet.
Non, je vais bien. Qui est de retour ? Toujours aussi calme, l'Aburame cherchait du regard ses compagnons du conseil.
Le général Kizuato Daisuke, Shizen-sama ! Il a été blessé durant son combat, il se trouve dans cette tente ! Dit-il en pointant du doigt la tente en question.
Le Raikage ?
Il a sauvé les seigneurs, Shizen-sama ! Il est en vie !
Sur quoi le membre du conseil entra dans cette tente afin de rejoindre le manipulateur de bois. Même s'il était assez distant avec lui, il ne pouvait qu'être rassuré de le savoir en vie ; tout comme le dirigeant des Nuages.
La faucheuse a du mal avec vous, Taichō. Comment vous sentez-vous ? Il le rejoignit en s'asseyant à ses côtés. Visiblement, il n'avait rien de grave. Tant mieux.

Il ne fallut que quelques minutes pour que le Metaru arrive à son tour. Là encore, il y avait ce soulagement. En se trouvant à ses côtés lors du sommet et en s'illustrant comme bras droit provisoire - le poste revenait au général - il devait s'assurer de sa protection. Seulement, il lui avait ordonné de partir à la poursuite de cet inconnu.
Raikage-sama. Ce n'est pas aussi grave que la première fois, il s'en sortira. Comme toujours. Il avait rapidement analysé sa situation et elle n'était pas aussi déplorable que ça. Quelles sont les directives ? Le répit n'existait guère dans ce monde ou tout se faisait par le sang.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mar 12 Déc 2017 - 21:09

Contrairement à Shîto, j’étais encore conscient après mon affrontement. Bon, je ne sais pas si je peux vraiment appeler ça un affrontement, étant donné que j’ai dû me battre contre un ennemi invisible. Mais j’ai quand même été blessé, j’ai une jambe brisée et une belle entaille dans le flanc, mais rien de bien grave. J’ai vécu pire dans la vie, je vais juste avoir le droit à une belle cicatrice sur le torse et l’utilisation d’une canne pendant quelques temps.

Kagero et Kyoshi m’avaient ramené au campement provisoire, là où les blessés étaient emmenés et où les décisions étaient prises. Il ne restait plus grand-chose des bâtiments qui servaient au sommet. En effet, je n’ai pas été le seul à me battre, et il y a eu pas mal de dégâts matériels, mais cela n’a rien à voir avec Shîto. Ici, un titan de flamme n’était pas venu tout détruire sur son passage. J’avoue que j’ai un peu participé au carnage, avec mon mokuton, mais personne ne m’en voudra, enfin j’espère.

Le principal, c’est que les membres de mon groupe ainsi que la majorité des jeunes kumojins présents ne soient pas entre la vie et la mort. Kagero et Kyoshi allaient très bien, et je sais que les Metaru Itagami et Nué sont aussi sains et saufs. J’ai accompli mon devoir en un sens, même si j’aurais bien voulu anéantir la personne qui se cachait derrière cette mascarade. Cette femme blonde, c’était elle qui était derrière tout ça. C’était très certainement un membre du Soshikidan.

J’étais installé provisoirement dans une tente, installé dans un lit, attendant de recevoir des soins. C’est alors que Shizen. Il était donc vivant. Bien, je suis soulagé de l’apprendre. Mais Shuuhei n’était pas avec lui. Pourquoi ? Il n’allait peut-être pas tarder à arriver. Il s’approcha de moi puis commença à m’examiner. Vu son attitude, je n’étais pas gravement blessé. Enfin, je n’avais pas besoin de l’avis d’un docteur pour m’en rendre compte. Tant que je peux parler, je suis indemne.

« Celui qui arrivera à me tuer n’est pas encore né Shizen. »

A peine ma phrase fini que le Raikage en personne fit son apparition dans la tente. Il était aussi vivant. Tant mieux. Au final, le bilan n’était pas si grave que ça. Nous étions tous les trois en vie ainsi que les kumojins qui nous accompagnaient. Mais, Shuuhei avait quand même l’air d’être marqué. J’aimerai bien savoir ce qui lui ait arrivé pendant le sommet, pareil pour Shizen.

« Voilà monsieur le Raikage qui débarque ! Bah écoute, je vais plutôt bien, j’ai une jambe cassée et une belle blessure, mais sinon tout baigne. Bon, vous deux, racontez-moi ce qui s’est passé de votre côté. Vous avez eu l’occasion de vous battre n’est-ce pas ? »

Contrairement à Shuuhei qui avait l’air blasé, et Shizen, toujours à son habitude, c’est-à-dire pragmatique, moi, j’étais assez décontracté. Je ne supportais pas l’air qui pesait à Tetsu depuis la fin des affrontements, je voulais redonner le sourire à mon pote, pour qu’il se rend compte que je n’ai rien eu de grave et que Kumo est sauf.



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mar 12 Déc 2017 - 22:29
- « Ryuka avait finalement rejoint le soshikidan et elle comptait s’en prendre aux daimyos. Je l’ai tué pour assurer leur protection… »

J’avais prononcé ces mots sans sourciller une seule seconde. Mon regard était scotché sur Daisuke d’ailleurs. S’il y avait bel et bien une personne qui était concernée par cette jeune fille, c’était bien lui. J’allais devoir l’annoncer à Shojito, mais j’espérais vraiment que les deux hommes ne m’en tiendraient pas rigueur. Je pouvais me vanter d’être le raikage et de n’avoir rien à foutre, mais je ne fonctionnais pas comme ça ; et bien avant d’être un dirigeant qui avait le respect de tous, j’étais un frère, un pote, un fils, un fiancé… Bref, un homme presque comme tous les autres. Un homme qui tenait à ses relations. Daisuke était mon meilleur ami. Mon frère même. Et ce fait ne changerait pas. Tout du moins pour moi, en tout cas. Et c’était bien à cause du respect que j’avais pour lui que je n’avais pas hésité une seule seconde à lui dire toute la vérité. Advienne que pourra. Mais en attendant sa réaction…

- « Je suppose que tu sais que le Mizukage et le Tsuchikage sont morts… »

Et sans attendre plus longtemps, je lui expliquai dans les moindres détails comment s’était passé cette réunion plutôt surréaliste. Tout était effectivement allé très vite. Tellement vite que j’avais été dépassé par ce qui s’était déroulé sous nos yeux. Ce n’est que lorsque la tête de Chôgen tomba que j’avais eu le réflexe de bouger et d’ordonner à Shizen d’assister rapidement l’iwajin qui suivait le Shodaime Tsuchikage. Sur cette mention, je finis par me taire un instant. Sa mort me touchait plus que je ne le pensais. Il s’agissait après tout d’un frère d’arme qui avait eu la bonté de me suivre jusqu’à la mort. J’avais une dette envers lui. Mais maintenant qu’il était six pieds sous terre, que pouvais-je faire pour m’en acquitter ? Bonne question que voilà. Question qui rejoignit celle de Shizen d’ailleurs. C’est alors que j’avais fermé les yeux pour réfléchir. Puis, trente secondes plus tard, je les rouvris lentement.

Mes choix étaient faits. Il n’était plus question de rester les bras croisés.

- « J’ai essayé de rattraper Shizen, mais je suis tombé sur le meurtrier de Chôgen qui combattait un iwajin. Il a préféré fuir en ma présence non sans me balancer un clone piégé d’où ma blessure… »

Je pointai tranquillement mon arcade sourcilière qui avait été plus ou moins traité. C’était trois fois rien, mais cette blessure voulait tout dire. Kiri se fichait éperdument d’avoir Kumo comme ennemi supplémentaire. Leur lien avec le soshikidan leur avait donné des ailes. J’étais peiné de voir que cette nation prenait finalement cette direction, surtout lorsque j’eus une pensée pour les nobles Yuki qui nous m’avaient assisté face au titan -En particulier pour Eiichiro-, mais les jeux étaient faits. Nous avions atteint le point de non-retour. J’eus un lourd soupir, puis je repris la parole : « Kumo ne peut pas rester passif devant ce qui vient de se passer. Kiri et le soshikidan ont craché sur nous et ils devront le payer ! L’un d’entre vous devra intégrer l’escorte du seigneur de la terre et faire office d’ambassadeur de Kumo. » C’était non seulement logique mais cela s’imposait à nous. Nous allions composer avec le pays de la terre.

- « Nous devons nous allier à Iwa. Mais bien avant que je ne fasse un choix, racontez-moi ce qui s’est passé de votre côté. »

Et mes yeux se plantèrent sur la visière de Shizen…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mar 12 Déc 2017 - 23:02
Cette fameuse fille du Vent que Shizen connaissait grâce à un dossier sur les disparus de Shitô faisait donc partie de cette organisation machiavélique ... ? Quelle connerie. Le manipulateur d'insectes ne la connaissait pas personnellement, mais entendre un tel choix pouvait le faire rire. D'une situation stable au sein des Nuages, pour finalement se retrouver sous les ordres d'un tyran et recevoir comme ordre d'assassiner les seigneurs de la Foudre et de la Roche ? Une belle connerie. Une très belle connerie, surtout quand l'Aburame comprenait qu'elle avait dû faire face à l'Ombre de la Foudre en personne. Quelle idée de missionner une personne pareille pour un objectif pareil ... Surtout lors d'un sommet. Le Jônin ne savait pas ce qu'elle désirait en trahissant le village de Kumo, mais si c'est la mort qu'elle souhaitait, elle fut clairement servie. Dans l'au-delà, elle pouvait se réjouir d'être mort des mains du Raikage. Quoi qu'il en soit, cela faisait un nom à rayer sur la liste des traîtres. D'autant plus qu'il y avait bien plus important que de s'occuper de quelques rebelles. Puis, le conflit avec le Shoshikidan semblait inévitable ; naturellement, les concernés feront face aux forces Kumojines et payeront de cette trahison. Enfin de toute manière, cette nouvelle concernait plus le général que le directeur de l'institut.

Le mastodonte lui apprit qu'il avait tenté de le retrouver après s'être occupé des Nukenins afin de l'assister dans son affrontement. Malheureusement, il tomba sur l'homme qui avait littéralement détruit le Shodaime Tsuchikage sous l'emprise de Nara Alderan. Là encore, apprendre qu'il avait décidé de fuir était relativement drôle.
Ces hommes agissent lâchement en se fiant à un plan bien élaboré. Dès qu'il y a un imprévu, il sonne la retraite. Et ces mêmes-là veulent la guerre ... Difficilement compréhensible. Mais bon, l'Aburame avait arrêté d'essayer de comprendre la nature humaine depuis de belles années déjà. Si la situation s'était déjà apaisée, il fallait d'ores et déjà prendre des initiatives pour prévoir la suite. Si le conflit était engagé, la guerre attendait sagement de tomber sur ce monde. C'est pourquoi l'Ombre désirait renforcer les liens amicaux entre la Roche et la Foudre, en envoyant directement une personne au retour de Tetsu no Kuni. Si l'Aburame pouvait se présenter, avec ce qu'il venait d'apprendre, il préférait rentrer au village afin d'entamer de possibles investigations. Si vous recevez les soins nécessaires, vous devriez y aller, Taichō. La dernière parole du Metaru fut la parfaite transition pour l'Aburame. Comme vous me l'avez ordonné, Raikage-sama, j'ai assisté le Samouraï qui secondait le Tsuchikage. Nous avons poursuit le suspect qui prenait la fuite et l'avons attrapé ... Il marqua une courte pause ... Nara Alderan était de nouveau présent pour ce mauvais spectacle. Et il le sera pour d'autres. Nous avons donc combattu l'homme et n'avons eu aucune difficulté à mener cet affrontement. Malheureusement, alors qu'il s'apprêtait à vivre ses dernières secondes, une connaissance à lui l'aida à survivre contre notre assaut. Si près du but ... Nous étions ensuite figés, prêt à recevoir le coup de cette faucheuse. Mais là encore, cet homme a empêché le Nara d'en finir avec nous. Un double sauvetage. Alderan a fui avec une main en moins, mais nous n'étions plus dans la capacité de tenir un affrontement, surtout que cet homme qui semblait aussi puissant que le Nara se serait ajouté au combat. Néanmoins, j'ai pu apprendre quelque chose de cet homme qui avait partagé un enseignement avec lui. Un avertissement. Nous devons éviter d’énerver une certaine personne. Une personne qui serait la plus puissante de ce monde ... Une nouvelle pause ... L'homme au chapeau. J'ai été volontairement concret en oubliant quelques détails, mais il semblerait que nous avons un ennemi bien plus dangereux. Qui ferait sans doute son apparition avec cette guerre ... Shuuhei pouvait logiquement comprendre que l'Aburame désirait rester au village pour en apprendre plus sur cette mystérieuse personne ...


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mer 13 Déc 2017 - 0:01
Je ne pensais pas qu’il s’était passé tant de chose en si peu de temps… Le Mizukage et le Tsuchikage de mort, une attaque en plein sommet, un affrontement entre Shuuhei et les membres du Soshikidan ainsi qu’un kirijin… et la mort de Ryûka. Beaucoup de nouvelles d’un coup. Alors comme ça, la jeune fille du désert avait bien rejoint l’organisation criminelle, comme l’avait suggéré Shojito. Elle est donc morte… je ne savais pas vraiment comment réagir, d’un côté, j’étais attristé, triste de savoir qu’elle avait rejoint un chemin aussi sombre. Mais ma tristesse s’arrêtait là. Entre mon meilleur ami, mon Raikage, et la gamine, je n’avais pas à réfléchir. Shuuhei a fait son travail, il a sauvé les Seigneurs. Je ne pouvais pas lui en vouloir.

« Tu sais qu’entre toi et elle, le choix est sans appel Shuuhei. Tu as fait ce qui était le mieux. »

Finalement, le Soshikidan avait subi une certaine défaite aujourd’hui, même s’ils ont réussi à tuer deux kages. J’ai ensuite écouté ce qu’avait à dire Shizen sur ce qu’il avait traversé aujourd’hui. J’étais stupéfait d’apprendre que l’Aburame s’était combattu contre Alderan. Il était donc bien ici. Cela ne m’étonne pas finalement, mais je ne pensais pas que Shizen tomberait sur lui. Il est en vie et sans réelle blessure. Et d’après ce que je viens de comprendre, le Nara y a laissé une main pendant la bataille. Alors comme ça, le manipulateur d’insecte est un adversaire redoutable ? Normal en tant que Jônin aussi, mais il a bien mieux réussi que moi lors de mon affrontement à Shîto.

« Hé beh, vous vous êtes bien amusé à ce que je voie. Dommage que ce fumier d’Alderan ne soit pas mort, mais au moins, il a perdu quelque chose de précieux pour un shinobi. Par contre, pour l’histoire de cet homme à chapeau… j’ai un peu du mal à suivre. »

Un homme à chapeau ? C’est qui celui-là ? Et un homme aussi puissant qu’Alderan était présent à Tetsu aussi ? J’ai entendu mieux comme nouvelle… il faut se rendre à l’évidence, ce n’est pas aujourd’hui que le Soshikidan tombera, ni même demain. M’enfin, il était maintenant question de mettre en relation Kumo et Iwa. La mort du Tsuchikage et du Mizukage va être à l’origine d’un proche conflit entre Iwa et Kiri. Et Kumo devra choisir un camp, qui est déjà tout trouvé. Shuuhei a été attaqué par un kirijin, cela veut dire qu’ils n’ont pas peur de nous.

« Pour ma part, je me trouvais avec les jeunes recrues des différents villages quand j’ai entendu l’explosion. Je suis sorti pour voir ce qui se passait, et d’un coup, les ninjas présents ont commencé à se comporter bizarrement. Il y a eux des affrontements. Je suis tombé sur le Chuunin Kagero et le Genin Kyoshi, qui n’était pas affecté. Nous avons commencé à chercher un possible responsable à ce chaos. On a été attaqué, Kagero s’est fait manipuler, il m’a attaqué puis a il a pris Kyoshi en otage. J’ai fait appel à Brutus mon invocation, qui s’est lui aussi fait manipuler après ça. Il m’a chargé dessus, d’où ma jambe brisée. J’ai cru avoir mis la main sur le responsable mais il a eu le temps de disparaitre. Rien de bien glorieux pour moi. Au moins, il n’y a pas eu de mort dans notre camp, c’est le principal. »

Je dois avouer que je n’ai pas fait grand-chose en comparaison à Shuuhei ou Shizen. Je n’ai pas eu l’occasion de me battre vraiment, et je suis celui qui est le plus blessé d’entre nous. J’ai de quoi me remettre en question quand même.

« Je veux bien me porter volontaire pour l’escorte du Seigneur de la Terre et être par la même occasion l’ambassadeur de Kumo, si jamais tu acceptes bien-sûr Shuuhei. »


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mer 13 Déc 2017 - 3:10
- « Je vois. On en reparlera plus tard, Shizen. »

Nara hein… Voilà que tout devenait plus clair. Les mouvements de Chôgen… La mort du mizukage… Il n’y avait plus de doute possible. Mais l’histoire que Shizen raconta sur le fameux homme au chapeau était bien plus préoccupante. S’il y avait des personnes bien plus puissantes que les membres du Soshikidan, il y avait de quoi craindre pour la suite. Je passai une main dans ma chevelure, las, avant de tourner la tête dans tous les sens. La politique internationale commençait à être un vrai casse-tête. Voilà pourquoi je n’aimais pas vraiment ce poste de Raikage. C’était un devoir, mais un devoir tellement déplaisant qu’il m’arrivait bien souvent ces derniers temps de regretter de m’être proposé ce jour-là. Ceci étant dit, la situation dans laquelle s’empêtraient toutes les nations dépassaient maintenant le cadre de la sphère politique. Des vies humaines étaient en jeu et pas qu’un peu. Ça sentait mauvais…

- « Bon bah… Puisque vous avez déjà pris la décision… »

J’eus un petit sourire. Les deux jônins semblaient être d’accord sur la personne qui allait remplir le rôle de diplomate. J’étais plutôt satisfait du choix : Même s’il présentait un état peu glorieux, Daisuke était bien vivant que ce pète-sec de Shizen. Enfin… Tous deux avaient des qualités et défauts qui pesaient dans la balance, mais j’étais certain que Daisuke allait faire un travail propre. Le tout était d’apporter notre soutien à Iwa, mais surtout de leur faire comprendre que nous étions à leur côté lors de la guerre à venir. Guerre qui semblait inévitable d’ailleurs : « Ils vont surement choisir un nouveau Tsuchikage rapidement. Ton but sera de lui faire comprendre que notre village est prêt à leur fournir aides et armements. » Si je devais parier sur une personne pour remplir le rôle de Nidaime tsuchikage, c’était sans aucun doute sur Nagamasa Yoshitsune que je miserais. En même temps, c’était le seul que je connaissais de vue…

- « On s’enverra régulièrement des messages pour se tenir au courant de ce qui se passe des deux côtés et je viendrai sans doute moi-même à Iwa pour concrétiser une alliance si jamais il doit y en avoir une. Espérons que leur prochain dirigeant saura prêter attention à notre initiative. »


Maintenant que tout était dit, il fallait que j’aille peut-être jeter un coup d’œil aux différents daimyos. J’allais également faire savoir à celui de la terre que l’un de mes hommes l’accompagnerait. Même s’il avait des ninjas à sa disposition et des poids lourds tel le samourai, nul doute qu’il serait plus ou moins soulagé d’avoir un élément en plus à sa disposition. J’appréhendais un peu ce qui pouvait se passer quant à cette alliance, mais je comptais de toute façon m’ingérer dans cette histoire. Si Iwa venait à refuser notre aide, j’allais quand même me mêler à cette guerre. Quitte à viser Kiri de mon côté. Ma mine s’assombrit rien qu’à cette pensée, surtout lorsque je repensai au roux qui m’avait échappé, mais tout ceci n’était que partie remise. Mon poing, il allait le recevoir en pleine gueule. Les blessures qu’il m’avait infligées, je me promettais intérieurement de les lui rendre au centuple. Parole de Metaru.

- « On enverra quelqu’un te soigner, Daisuke. En attendant, repose-toi un peu. Shizen, mobilise nos hommes. On rentre à Kumo aujourd’hui même. Je vais voir les seigneurs et je m’entretiendrai ensuite avec les dirigeants de Tetsu. Si vous voulez me faire part d’autre chose, c’est maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 13 Déc 2017 - 13:55
Une perte précieuse ? Sûrement pour un shinobi classique. Mais perdre une main ne semblait pas un réel problème pour lui. S'il avait soigneusement analysé son adversaire durant son affrontement, Shizen avait tout de suite remarqué qu'il manipulait ses ombres avec une seule main. Puis les ressources du Shoshikidan devaient être immenses, alors bon ...
Cet homme au chapeau est l'instructeur de Nara Alderan. Nous connaissons son existence que depuis aujourd'hui et il semblerait qu'il interviendra tôt ou tard dans ce conflit, Taichō. Voilà pour lui faire un résumé très rapide, sachant qu'il n'avait pas réellement compris. Dans cette ambiance inconfortable, difficile d'être le plus précis possible. Si un conseil d'urgence était organisé au retour, l'Aburame aura le temps de tout expliquer : du début à la fin. Néanmoins, avec le peu d'informations qu'il possédait, ce serait difficile de se préparer convenablement face à cet homme. Et s'il était bien le plus puissant de ce monde, l'Ombre de la Foudre sera sans doute sur la défensive à propos d'une investigation. En effet, comme le sauveur du Nara l'avait précisé : il ne fallait pas énerver cet homme. Une enquête qui chercherait sûrement à l'éliminer forcera clairement cet inconnu à sortir de sa cachette pour un spectacle sanglant. Enfin, le village avait tout le temps de débattre à ce sujet. D'autant plus que le soutien de la Roche pouvait être bénéfique dans un moment pareil. Une affaire à suivre.

Le manipulateur de bois avait donc combattu aux côtés de l'élève du manipulateur d'insectes. En écoutant son explication, l'équipe du général avait dû faire face à un manipulateur d'esprit. Ce qui justifiait son état. L'art du clan Yamanaka était difficile à combattre sans comprendre le fonctionnement. Surtout dans un contexte de bataille où s'approcher du corps original pouvait être bien plus compliqué. Difficile de comprendre le but de l'organisation. Deux Ombres étaient mortes, les Seigneurs étaient visés. Quel intérêt d'attaquer les forces militaires des différents villages ? Simplement pour montrer sa force de frappe ... ? Elle était déjà connue depuis l'incident de Shitô.

Concernant le départ pour la Roche, la décision était prise : le général s'occuperait de cette possible alliance. Le temps de son séjour là-bas allait être très long. Le temps d'une nouvelle nomination de Tsuchikage, en plus du temps nécessaire pour convaincre la nouvelle Ombre de l'apport des Nuages. Sans compter le temps du trajet entre les différents pays. Le manipulateur de bois sera absent pendant un long moment, espérons que tout ce passe bien pour lui.
Rien à ajouter, Raikage-sama. Dit-il en se redressant, tandis qu'il tapait l'épaule du Kizuato comme deux camarades qui se quittaient avant une bataille. Bon voyage, Taichō. Revenez-nous en forme. Sur quoi il quitta la tente afin de laisser les deux amis de longues dates ensemble.
Shizen-sama, quels sont les ordres ?! Encore lui ... ?
Prépare nos hommes et levez le camp. Nous quittons Tetsu aujourd'hui.

Il n'y avait rien de mieux que de rentrer à la maison.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mer 13 Déc 2017 - 14:18

« Je ferais en sorte de convaincre la prochaine Ombre d’Iwa, ne t’en fais pas Shuuhei. »

C’était bien la première fois que j’étais envoyé pour une mission du genre. Moi et la diplomatie… on va dire que je ne suis pas vraiment un homme fait pour. Mais je pense que j’aurais de quoi influencer le futur choix du Tsuchikage. Je suis un proche de Shuuhei, je le connais bien, et je connais aussi les intérêts et les qualités de mon pays. Je pourrais sûrement parvenir à trouver une entente entre nos deux villages.

« Oh vous partez déjà ? Tu ne perds pas de temps Shuuhei, j’espère que vous allez faire bonne route et que tout se passera comme prévu. J’ai juste quelque chose à te demander, tu pourras t’occuper de ma fille pendant mon absence ? Je sais qu’elle peut se débrouiller toute seule, mais j’aimerai que quelqu’un garde un œil sur elle, on ne sait jamais, avec les événements récents… »

Le Raikage ne perdait pas de temps décidément. En même temps, il n’avait plus grand-chose à faire ici. Le sommet était un désastre, il fallait ramener les blessés à Kumo, et Shuuhei avait un village à gérer. De plus, si on parvient à avoir un accord avec Iwa, il faudra produire des armes pour fournir le Pays de la Terre.

« Je me serais bien levé pour vous dire au-revoir, mais avec ma jambe, ça me fait un bien chier. Je vous laisse donc ici. Pour ma part, je vais profiter du peu de temps qui me reste pour me reposer ici. Le chemin risque d’être long jusqu’à Iwa. On se reverra bientôt alors. »

Shizen parti le premier, me laissant avec Shuuhei. Au moins, j’ai eu l’occasion de me rapprocher ne serait-ce qu’un peu de l’Aburame. Je sais maintenant qu’il est un élément indispensable du village. Je sais que pendant mon absence le village n’aura pas grand-chose à craindre avec lui. Puis, je ne dois pas oublier Reiko et mes policiers. J’ai laissé le village entre de bonne main.

« Tu sais ce qui me ferais plaisir à mon retour Shuuhei ? Une armure. J’en ai marre de me faire transpercer aussi facilement par des épées ! »

Je pouvais aussi m’améliorer au combat, mais je voulais plaisanter un peu avec Shuuhei avant son départ. Après tout, je risque de rester un petit moment à Iwa, et je ne vais plus revoir ce vieux bougre, alors au tant en profiter.


_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Jeu 14 Déc 2017 - 3:38
Il y avait des moments où il était plus que difficile de rigoler, mais l’homme avait réussi à m’arracher un sourire. C’était plus fort que moi. Je finis par me retourner vers lui avant de le regarder non sans avoir un soupir amusé. Ce type m’étonnerait toujours. Le ton rigolo qu’il avait adopté comme la phrase qu’il avait prononcé me fit du bien et pas qu’un peu d’ailleurs. J’aurai sans doute reproché ce manque de sérieux à une autre personne dans une situation aussi stressante et difficile, mais je ne pouvais décemment pas houspiller Daisuke pour ça compte tenu de notre amitié et des liens qui nous unissaient.

- « T’auras le meilleur matos qui soit, mon pote ! Allez, on t’envoie un toubib pour ta fracture et ça devrait être bon ! »

Je lui fis un sourire avant de prendre la direction de la sortie. Une fois dehors, je respirai profondément. Une armure hein ? Connaissant ses gouts, je pouvais lui en confectionner une. Mais quand ? Là était la bonne question. Je fis usage de ma sensorialité pour guetter les environs, mais il n’y avait aucune présence connue et alarmante. Rien. Quedal. Bonne nouvelle. Le tout était maintenant d’aller voir les seigneurs pour essayer de les tranquilliser. Celui d’Iwa bénéficierait de la protection supplémentaire de Daisuke en plus des iwajins encore sur pieds tandis que le nôtre allait bénéficier de la mienne.

Une entrevue avec les dirigeants de Tetsu s’en suivrait, puis nous rentrerons enfin chez nous.

Les choses allaient changer. Devaient changer. Il était temps pour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Aller à l'essentiel

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Tetsu no Kuni, Pays du Fer
Sauter vers: