Soutenez le forum !
1234
Partagez

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi


Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Mar 12 Déc 2017 - 16:45
Ses pas raisonnèrent dans les couloirs de pierre menant aux profondeurs. C'était une prison froide, pour un village qui était si chaleureux. Mais semble-t-il, bien moins glacée que celles qui étaient à la charge des Yuki du village dont la brume se voulait parfumé désormais à l'odeur du sang.

Est-ce qu'il avait changé, en quelque mois ? Probablement que oui. Sa démarche, son visage, était le même. Mais une certaine gravité et distance s'était imprimé en lui. Fallait-il s'en étonner ? Une première trahison avait déjà écharpé son cœur et son innocence. Il avait ainsi subi cette perte en silence pendant près d'une semaine intense où il avait protégé les siens. Et après avoir retrouvé un peu de paix et de stabilité, ce même village qu'il avait fondé lui prenait un cousin dont il s'était senti comme le frère. De la tragédie qu'il avait vécu restait un souvenir de lui et de la dépouille qui serait enterrée. Un sabre, qui tintait contre le sien, reforgé. Sa posture était moins ouverte, plus fermée. Elle témoignait de la confiance qu'il ne parvenait plus en confier tant à ses alliés qu'à l'avenir. Il était critique acerbe des patriotisme de toute genre, lui qui avait songé à fonder un village de paix dans les brumes et qui était revenu ici pour en trouver un. Bien sûr, il faisait une distinction entre sa nouvelle terre d'accueil et celle qu'il avait quitté.

Et quand on lui avait dit que celle qui les avaient abandonnés s'était rendue lors de l'assaut sur Iwa, Watari avait soupiré. Il avait grandement soupiré. Déçu ? Non. Surpris ? Pas vraiment non plus. Il s'était avancé vers les barreaux et l'avait regardé, l'avait sondé. Et s'était installé, sans rien dire, face à elle, dans cette position si bien connue du jeune homme et des samouraï. Posture de méditation, ouverte vers elle. Son regard silencieux l'interrogeait. Que devaient-ils dire ? Il n'en savait rien. Je suis heureux qu'à tout le moins, personne a Kiri ne t'a fait souffrir du traitement qu'ils se gargarisent de réserver aux traîtres, Tsukiyomi. C'était sincère et il ne mentait pas. Il se rappelait des demandes de la jeune femme. Il n'avait pas su lui promettre. Mais pourtant, il comptait bien tenir parole et ne pas la juger. Que cela apporterait-il ? Le chaos était déjà suffisamment grand. Elle avait déjà été interrogé. Il visitait quelqu'un qui fut sa plus proche amie en prison.

Paraissait-il qu'elle avait d'ailleurs quelque chose d'important à lui confier. Il se demandait ce que cela pouvait être. Et pour être franc... Il doutait pouvoir y répondre, quoi que cela fut. Amour, amitié ? Excuses ? Enfants ? Ahaha. Il était trop tard, désormais... Bien trop tard... Le monde se préparait à la guerre. Il n'était plus temps pour le sentimentalisme. Il était temps que chacun se batte pour ses convictions, qu'elles qu'elles furent, justes ou non. Watari ferait de même. Il se battrait pour l'honneur des siens et l'harmonie qu'il cherchait à rendre à ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Dim 17 Déc 2017 - 14:17
Depuis cette nuit à Kiri où elle avait été trop faible pour abandonner son clan, et où le Torrent l’avait transformée en poupée de chiffon, Tsukiyomi n’avait plus lâché la moindre larme, trop fière ou déjà vide d’émotions. Depuis ce soir là, c’était comme si elle fonctionnait de façon automatique, qu’aucune pulsion de la portait dans un sens ou dans l’autre.

Allongée sur sa couche à regarder le plafond, elle se leva enfin, songeant qu’il lui fallait se défouler un peu, ou au moins se fatiguer pour trouver le sommeil qui l’avait quittée depuis plusieurs jours déjà. Elle le savait, qu’il finirait par venir. Il ne pouvait en être autrement et cette perspective l’angoissait. Que dire ? Comment percevrait-elle la déception qu’elle verrait sans doute dans son regard et ses manières ? Elle le savait, la lunaire était déjà brisée à l’idée de voir la rupture qui s’était faite entre eux deux. Du bout des doigts, elle parcourait les murs de sa cellule. Froid. Elle y apposa son front légèrement fiévreux et poussa un soupir en portant la main à son ventre.

Des bruits de pas, dans le couloir. A chaque fois qu’elle en entendait elle se demandait si c’était pour elle, et si c’était le cas, lequel de ceux qu’elle avait trahis se manifesterait ? L’idée de la présence d’Ayuka la rassurait à présent, car elle savait à quoi s’en tenir avec elle. Tsukiyomi voulait reconstruire ce qu’elle avait détruit entre elles-deux. Pour ce qui était de Watari ... c’était là une autre histoire. La Kaguya n’était pas même certaine d’avoir la force de faire ce qu’elle s’était promis d’accomplir à son égard.

Et il se montra. Comment interpréter cette expression, ce formalisme étrange qu’elle connaissait pourtant mais qui prenait une dimension tout à fait inédite en cet instant ? Tsukiyomi se retourna et l’observa, debout, droite, au beau milieu de la cellule alors qu’il s’installait. Hors de question de se montrer faible ou trop lisible pour l’instant, elle devait retrouver sa fierté, alors de son regard d’ambre dénué de toute émotion, elle l’observa. Mais lorsqu’il évoqua son sentiment vis à vis de sa survie, elle ne put s’empêcher de lever un sourcil et, par modestie ou dans un accès d’auto-flagellation, d’en douter.

« Tous les Kirijins ne sont pas des brutes sanguinaires, Watari. Tu as été kirijin, après tout.» Pas de sourire, pas même de nostalgie, un simple constat dans cet échange froid dont elle avait craint un caractère acerbe qui ne voulait pas venir. «Néanmoins ... Il est vrai que j’ai été chanceuse et cette situation n’allait pas de soi.» Quel étrange coup du sort que l’un des Kirijins les plus puissants et déterminés à déchiqueter les déserteurs choisisse de la prendre sous son aile quelques jours auparavant, et jure de la protéger. Qu’il la prenne en pitié et ce alors qu’elle-même s’estimait terriblement loin de mériter encore de vivre. La réponse était simple : elle portait une vie innocente. Une vie qu’elle avait peur d’abîmer. Et pourtant, elle n’avait pas envie d’en informer le père. Mais elle le devait. Assez de non-dits, assez de trahisons menées par la peur et son instabilité. Tsukiyomi n’avait jamais été une égoïste, quoi qu’ils puissent tous penser, et elle voulait offrir à cet enfant l’opportunité d’être plus accomplie qu’elle. Elle qui, à vingt-quatre ans, était si abîmée qu’elle avait fini par se résoudre à ne plus protéger sa propre vie, trait qu’elle abhorrait chez les siens. Cette témérité inconsciente, irréfléchie.

« J’ai eu vent de ce qui s’est passé ces derniers temps ici. Watari, comment te sens-tu ? » Demanda-t-elle d’une voix bien adoucie. La jeune femme se refusait à lâcher une telle bombe immédiatement, parce qu’elle ne savait pas où il en était, et comment il recevrait une telle nouvelle. Et plus que tout, elle voulait sincèrement son bonheur. Il ne passerait probablement pas par l’annonce de sa grossesse, pas tout de suite. Et puis ... il y avait la peur qui la retenait aussi. Comme si en une simple phrase elle pouvait briser quelque chose, mais une phrase inévitable qu’elle ne pourrait garder coincée dans la gorge bien longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Dim 17 Déc 2017 - 16:22
Il serait aisé de dire qu'ils n'en sont pas tous. Preuve en est, Noah. Non, ils ne sont pas tous assoiffé de sang. Watari lui sourit, amusé. Un amusement inquisiteur, incisif. Ils sont plutôt assoiffé de gloire, de suprématie et de domination. L'ivresse du patriotisme est ce qui les conduit à être assoiffé du sang. Celui-là même qui fait que le village doit remplir son cimetière de militaires, comme de civils. Et eux comme toi auront beau chercher à se draper de vertu et se justifier... Un meurtre reste un meurtre.

Il n'y avait que les lâches et les inconséquents pour mener un assaut sur un pays, une ville, et croire que dans les affrontements, aucune victime ne sera civile. Les batailles rangées, peut-être à la limite. Mais juguler une armée, a fortiori quand celle-ci projette des boules de feu pour tenter de pénétrer une enceinte... Les ninjas et leurs arts révolutionnaient la guerre. Et accentuaient les tragédies. Parcourir la voie du guerrier, de l'assassin, du général, c'est accepter avec fierté que de moissonner les vies pour un résultat que l'on espère prospère. Le vrai sage savait que chaque assaut, chaque combat, faucherait des vies qui seraient irremplaçables. Il n'y avait aucune guerre qui ne se concluait pas par des larmes.

Et c'est d'ailleurs l'ironie du paradoxe qui s'incarnait dans la dernière réplique de son ancienne amie. Tiens donc. Tu as eu vent de ce qui s'est passé ici ? Selon les rapports que j'ai pu lire, tu as même été missionnée pour y participer. Le vent aurait plutôt pu te rapporter l'affront qui a été fait à la terre de mes aïeux, à la limite. Mais je te trouve bien réservée pour ce qui est tout de même quelque chose que tu as pu vivre par toi-même. Son sourire plein d'amertume ne dissimulait pas la distance qu'il remettait entre elle et lui, elle et les événements qui s'étaient produits à Iwa, les événements qui s'étaient produits chez les siens, à Tetsu no Kuni. J'ai appris en lisant les rapports que tu étais enceinte. Je pourrais croire qu'il est du nôtre. Mais comment faire confiance à quelqu'un qui m'a abandonné alors que je lui avais confié toute ma foi en elle ?

Watari souriait doucement. Triste. Il ne jugeait pas. Il n'était pas énervé. Il pourrait être celui du mizukage comme celui de son bras-droit. Ou d'un autre. Qui sait ? Peut-être est-ce celui de Yuki Noah ? Watari lui sourit. Triste vengeance que celle qui découle de telles erreurs. Juste, mérité ? Allons. Je connais bien un Homme qui éleva une fille sans savoir qu'elle n'était pas la sienne. La famille ne repose sur le sang que pour ces ineptes du clan Yuki de Kiri. Il haussa les épaules. Quel qu'il fut, quoi qu'il en sera, je ne m'opposerais pas à ce que tu demeures à Iwa et que tu l'élèves ici. J'essayerai de t'aider à subvenir à vos besoins. Une guerre se prépare, me concernant. J'ai un cousin qui à su me faire confiance sur de simples retrouvailles, contrairement à d'autres qui m'ont trahi malgré des années de confidences. Les fruits des combats me permettra de t'aider.

Le jeune homme se releva. Il haussa doucement de la tête, respectueusement. Je ne sais pas vraiment quoi te dire de plus. Toi, comment te sens-tu ? Qu'espères-tu pour l'avenir ? Des fragments d'amitiés. Maladroitement recollés en peu de temps. De chaque côté. Fragiles. Mais il tentait une dernière approche. Il ne savait pas vraiment quoi lui tendre d'autre. Ce simple échange lui donnait la sensation que tout était désormais dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Lun 18 Déc 2017 - 18:28
Le regard de la Kaguya se vidait de toute émotion, un peu plus, à chaque mot qu’il prononçait. Elle ne savait pas ce qu’elle espérait en lui parlant. Son pardon ? Elle avait fait une croix dessus. Son amitié … Évidemment qu’elle aurait espéré en recoller les morceaux mais en cet instant elle essayait surtout de garder une contenance. Elle voulait juste qu’il se taise, qu’il cesse de se montrer si tranchant avec elle alors qu’elle se flagellait tant. Que ce soit Ayuka, les Iwajins ou bien lui, personne ne saurait se montrer plus dur avec qu’elle qu’elle ne l’était elle-même. Et il n’était pas le premier à s’en prendre à elle depuis son arrivée. Elle se souvenait de chaque mot prononcé par chacune des personnes qui lui avaient fait face depuis qu’elle avait mis le pied à Iwa. Elle avait serré les dents. Maintenant, elle avait envie de hurler, de s’emporter, car il était le seul dont elle espérait qu’il puisse comprendre son état, sa situation, et ses hésitations. Il n’en était pas capable.

“ Tu peux bien m’estimer responsable au même titre que n’importe quel autre Kirijin de tout ce qui s’est passé, si ça te chante.” Répondit-elle sobrement. Il le pouvait, et il le faisait. Tsukiyomi, elle, savait ce qu’il en était et n’avait plus envie de convaincre qui que ce soit. “ Je vois que les secrets sont moins bien gardés que je l’espérais. Je comptais te l’annoncer moi-même mais, soit.” Sa voix se teintait d’un agacement qu’il était rare d’entendre chez elle. Le trop plein de hargne accumulé en plus de vingt ans de vie qui atteignait son point culminant ces derniers jours menaçait d’exploser au visage de celui dont elle espérait tempérer le ressentiment. “ Je ne te savais pas si goujat, voilà qui confirme que j’ai fait une erreur en m’offrant à toi. Peut-être que tu n’es finalement qu’un coureur, alors. Comme tous les autres.” Difficile pour elle de comparer celui qui était son meilleur ami aux autres hommes qu’elle avait fréquentés et jugés si durement. Si ses manières le soir de la conception de cet enfant étaient irréprochables, elle se retrouvait dans cet “après” qu’elle avait regretté dès lors. Ce moment où arrive la déception de s’être détournée, juste une nuit, de son code de conduite habituel. Tant de regrets, et une colère sourde qui naissait dans ses entrailles. Ses poings se serraient et les jointures de ses doigts se recouvraient instinctivement d’une très fine coque osseuse. Elle ne savait pas quoi frapper, elle qui réprimait depuis toujours ce genre de pulsions violentes, mais elle voulait casser quelque chose. “ Vois-tu, si tu estime si peu cet enfant je serais plus que ravie de t’épargner la corvée d’avoir à être présent pour lui. Je préfère encore qu’il grandisse sans son père.”

Tsukiyomi avait une drôle de conception de la famille, mais ce qu’elle savait bien, c’était qu’il valait mieux être entouré de gens qui l’acceptent et l’aiment que de faux parents présents par nécessité ou orgueil. Elle-même n’avait que trop souffert d’une éducation par nécessité et des attentes inatteignables qui allaient avec le statut d’enfant non désiré. “ Que tu me haïsse est une chose, que tu souffres, je l’entends bien, tu n’as pas le monopole de la douleur ici. Mais je t’interdis formellement de me juger sur la base d’un moment de vulnérabilité où je t’ai offert ce que tu ne sais visiblement pas apprécier. Nous étions deux, il me semble.” Le sujet clos, elle porta sa main à son ventre et s’adoucit un peu, alors que des larmes perlaient aux coins de ses yeux. La Kaguya se retourna pour s’adosser à la facade ouverte de la cellule d’où Watari l’observait. Du bout des doigts, elle effleura le métal dans son dos et serra le poing autour de lui. Elle voulait répondre mais sa voix était hésitante, la lunaire était comme parcourue de hoquets qui rendaient sa respiration très inégale. “ Com...ment je me s...sens ?” Elle poussa un gémissement qui se voulait être un début de rire sarcastique, mais se mua plutôt en complainte étrange. “ Tu me poses vraiment la question ? J … J’en sais rien !” Elle se mordit la lèvre, jusqu’au sang, incapable encore une fois de mettre les mots sur ce qui se passant dans sa tête. “ Si j’avais pu, je me serais jetée entre Kiri et Iwa pour mourir dans la bataille. J … J’aurais pas à voir toute ma vie t… tomber en lambeaux !” En baissant les yeux vers la main sur son ventre, son souffle semblait reprendre un rythme plus normal. “ Mais je ne vis pas pour moi. Je ne l’ai jamais fait et maintenant plus que jamais, mes choix ne m’appartiennent plus. Je n’ai même plus le droit de mourir.” Elle tourna la tête sur le côté, le regard vide. “ Je n’espère rien. Que serais-je en droit d’attendre ? Je ne mérite rien. Mais je me reconstruirai, je n’ai pas le choix. Je lui donnerai une vie bien meilleure que la mienne et saignerai quiconque m’en empêchera, c’est la seule chose que je peux encore envisager.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Ven 22 Déc 2017 - 17:22
Watari haussa les épaules en la regardant avec un air mitigé. Elle pouvait bien se faire dure, se faire l'insensible, de lui hurler dessus. Il s'en fichait proprement. Grand bien m'en fasse. J'ai bien l'impression que tu espérais de ma part de l'amitié. Je suis réellement étonné ? Sincèrement ? Il se mit à rire. Ses yeux la jaugeait. Elle pouvait lui lancer les pires accusations, insinuer qu'il était un coureur, qu'il était un goujat, un père indigne - si tenté qu'il l'était réellement -, tout cela glissait sur lui. Non, il semble bien que je sois ce goujat que tu répudies. Ce coureur qui effectivement, assume aimer les femmes. De nous deux, cela étant j'assume ce que tu me reproches. La traîtrise est pourtant bien moins quelque chose que tu fanfaronnes et claironnes. Pire encore, il avait l'intime conviction que derrière les attaques, que derrière les reproches, les regrets qu'elles semblait arborer et qu'il abhorrait, cette grossesse semblait réellement être un beau et fallacieux prétexte. Quelque chose pour se dissimuler, pour se protéger. Pour ne pas assumer.

Tu peux très bien tenter de te faire l'innocence qui voulait protéger son enfant, me dire que tu nous as trahi par peur pour celui-ci. Tout indique qu'il était aussi dangereux de partir en mission en le portant, que de nous suivre. Tsukiyomi, fait au moins l'effort de reconnaître cette simple vérité. Il s'approcha des barreaux de la jeune femme, la regardant droit dans les yeux. Ton cœur a douté. Tu as préféré donner ta loyauté à Kiri et aux Kaguya qui t'ont fait tant souffrir, plutôt que tes amis qui voulaient t'émanciper et t'offrir un lieu où tu serais en sécurité. J'ai travaillé à faire naître des enfants auprès de celle qui est ma mère, dans mon pays natal. L'avancement de ta grossesse m'indique donc qu'elle en est à quelques mois. Un soupir. Un seul. Ôte-moi ce rien de ta bouche. Il est le fardeau qui t'as fait douté, le legs de Kiri. Ici, tu n'es pas rien. Et si tu n'étais rien, je ne serais pas là. Si tu n'étais pas animé d'une cause à défendre, tu ne serais pas ici à faire passer cette vie que tu portes en toi avant la tienne.

S'en allant ouvrir la porte de la cellule, il s'approcha doucement de la jeune femme, vulnérable. Posant sa main sur ses cheveux avec délicatesse, avant de l'enserrer et de soupirer : Va donc. Je ne te hais point. En tout cas, je sais encore faire la différence entre les lâches et les meurtriers. En faisant ainsi cette cette référence qu'il énonçait la différence entre ce qu'il ressentait pour Tsukiyomi - une forte déception - et pour les meurtriers, tant de la paix, que de son cousin : la haine. Je ne souhaite pas te pardonner ni te pardonner. Le temps nous met à l'épreuve, peu importe notre relation. Je ne te rejetterais pas. Je ne suis même pas sûr de te revoir, si un jour je suis détaché à la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Ven 22 Déc 2017 - 19:30
Le comportement du samouraï était si difficile à interpréter que Tsukiyomi elle-même semblait perdue dans ses propres sentiments, ne sachant plus vraiment ce qu’elle devait ressentir. Elle avait envie de hurler, ou de se fermer, tout abandonner définitivement et ne plus faire le moindre effort pour se sauver et sauver les lambeaux de leur relation. Mais il était encore trop dur d’imaginer s’émanciper de ce qui la rattachait encore un peu à ce qui lui restait d’identité.

Alors elle ne prononça pas un seul mot, quand il rappela sa réputation de traîtresse, quand il admit les reproches qu’elle lui faisait. Elle n’avait même pas vraiment essayé de le blesser au fond, seulement lui faire ressentir que la honte qu’il essayait de mettre sur elle et sur son nom n’avait rien de bien nouveau ni de bien légitime et qu’il s’abaissait au niveau de tous ceux qui l’avaient un jour mal jugée. Tous ces gens à qui elle ferait payer leur cruauté le moment venu.”Eh bien … Tu peux bien croire ce qui te chante. Si ça fait sens pour toi, soit. Je ne m’expliquerai que auprès de ceux qui me le demanderont sincèrement.” Sa tristesse était grande, de constater que contrairement à Ayuka, Watari ne cherchait pas à comprendre sa position et se contentait d’y apposer ses propres interprétations. A aucun moment elle ne souhaitait se cacher derrière sa grossesse, c’était même de l’inconscience de sa part d’ignorer ce fait et se mettre en danger comme elle le faisait. Si elle admettait qu’elle avait fait de mauvais choix, la lunaire savait qu’elle y trouverait son compte, à terme. Que cette expérience lui aurait permis de s’émanciper seule, de se construire, et de devenir vraiment forte.

“Tu as raison, je ne suis pas rien.” Murmura-t-elle pour elle-même en serrant un peu plus le poing. Recevoir de la part de celui qui s’était longtemps dit son meilleur ami ce genre de reproches infondés et injustes réveillait une telle rage dans son coeur et dans ses tripes qu’elle n’avait qu’une envie : devenir assez forte pour que plus personne n’ose proférer de telles injures envers son nom. Que s’ils devaient tous parler de traîtrise, ce serait pour les craindre et non les railler. Et qu’elle n’aie plus jamais besoin de se justifier car la crainte ne guiderait plus ses décisions. Qu’en toutes circonstances, elle s’assume assez et sache affronter l’adversité tant chez l’ennemi que chez les siens.

Surprise, elle se laissa faire, et toucher, alors même que les mots de Watari l’avaient tant crispée que son contact en devenait physiquement douloureux. “ A défaut de me pardonner, j’espère alors que tu trouveras le moyen de me comprendre vraiment, et non plus calquer les interprétations qui t’arrangent en mes actes.” Tsukiyomi leva la main et effleura celle du samouraï. “ Si j’en viens à pleurer ta mort, ou que tu pleures la mienne, je souhaite de tout cœur que ce soit dénué des regrets qui nous habiterons si nous ne savons ressortir grandis de toute cette histoire.” La jeune femme prit une grande inspiration et releva les yeux. Dans le fond, elle voulait que son enfant connaisse son père et que celui-ci mûrisse assez son point de vue sur la question pour arrêter de nier sa paternité. Car elle ne pouvait espérer meilleur exemple de persévérance et d’honneur pour un enfant que Watari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Ven 22 Déc 2017 - 23:56
Si tu souhaites que je te comprenne, expliques-moi. Je t'écoute. Fais-donc moi l'historique de ce que tu penses être une excuse valable pour expliquer ton choix de demeurer à Kiri.

Elle soutenait son regard. Watari soutenait celui de son ancienne amante et de son ancienne meilleure amie. Elle avait beau couver de rage, elle avait beau être déçue, Watari s'en fichait bien. Il était bien plus inquiet pour les Nagamasa qui restaient, pour l'avenir qui s'annonçait, pour les félons qu'il avait à châtier. Leurs disputes d'anciens couples éphémère et brisé n'avait pas véritablement, pour lui, un poids suffisamment important, pour qu'il s'en fasse véritablement l'angoisse. Il souhaitait que son ancienne amie se reconstruise, qu'elle s'émancipe, qu'elle sache retrouver un chemin qui serait le sien. Mais au final...

Il n'était pas malheureux. Il ne souffrait plus de la traîtrise de celle-ci. C'était... Comme si la perte de Chôgen avait définitivement enfoncé les émois de son cœur. Il ressentait une certaine forme de vide à l'égard de la jeune femme. Rien de plus, rien de moins. Et même quand il s'en faisait la remarque, il n'arrivait pas à le regretter. Il avait accepté que son amitié avec Tsukiyomi ne serait probablement plus jamais la même, voire peut-être probablement, ne serait probablement plus. Malgré tout, il souhaitait l'écouter. L'entendre, au moins pour que que chacun puisse avoir la vision de l'autre. C'était au moins le minimum qu'il pouvait faire à l'égard de Tsukiyomi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Sam 23 Déc 2017 - 15:39



Déjà dépitée par les mots qu’il employait, Tsukiyomi devait se faire violence pour ne pas simplement se fermer à cette discussion, et le laisser dans ses idées fausses. Le problème, au-delà de cela, c’était aussi que tout était terriblement flou, et que la lunaire n’avait jamais vraiment réussi à mettre des mots, structurer les raisons de son impulsion. Qui pouvait comprendre la portée de son conditionnement, sinon elle ? Et encore, si elle avait cru pouvoir partir ce soir là, c’était bien la preuve qu’elle en était incapable également.

Mais s’il voulait qu’elle parle, elle parlerait. Au moins pour ne pas regretter plus tard d’avoir été trop bornée. Ainsi, elle ne se défendrait pas, mais laisserait une ouverture, minuscule, vers son âme pour qu’il puisse la sonder rien qu’un peu. “ Ayuka et toi étiez les seules raisons qui m’ont fait envisager ce départ. J’ai toujours été enfermée dans mon clan et maintenue dans l’ignorance. Tout ce vice que vous perceviez, j’étais bien incapable de le voir. Il a toujours été comme … nouveau.” Elle se sentait déjà perdue dans ses mots et son explication, aussi, elle essaya de se ressaisir. Au moins, en ne lui faisant pas face, elle n’était pas perturbée par son regard.

“ Je ne peux exister sans le Clan.” Tsukiyomi poussa un soupir avant de reprendre immédiatement. “Enfin, c’est ce qui a toujours été la base de mon éducation. Tu me diras que ce n’est pas le cas, mais quand bien même j’ai toujours voulu nier ce fait et m’émanciper … le Clan fait partie de moi autant que j’en suis la fille. Le quitter, c’est perdre mon identité, mon but, et ce qui m’a toujours guidée.”

L’idée qu’elle puisse se couper de son clan lui faisait encore mal, quand bien même elle avait d’ores et déjà acté ce douloureux divorce. Une sorte de tension lui prenait la gorge mais elle reprit tout de même, d’une voix étouffée. “ Kiri serait bien le cadet de mes soucis actuellement. Je regrette d’en être arrivée à trahir mon village mais la douleur n’est pas si grande en comparaison de celle de m’arracher mon identité et ma famille, de mes propres mains.” A bien y repenser, même avec tout le soutien de ses amis, cette douleur n’aurait été que difficilement apaisée. Alors répondre de ses choix ainsi se noyait dans la masse de la souffrance au milieu de laquelle elle se laissait glisser, lentement, chaque jour.

“ Je ne m’attends pas à ce que qui que ce soit comprenne vraiment l’ampleur de ce problème, et je ne mets la faute sur personne si ce n’est moi-même. Tu aurais sans doute été plus fort que moi, mais là n’est pas la question. Vous avez pris mon choix pour une traîtrise mais venir avec vous en était une plus grave encore. Quel que soit mon choix j’étais condamnée à devenir celle qu’ils ont toujours soupçonnée. Une traîtresse, perfide et indigne de la confiance de qui que ce soit. Cette même image que j’ai toujours essayé briser après d’eux durant des années.” Elle se laissa glisser sur les barreaux pour tomber assise sur le sol, toujours de dos. La Kaguya savait ses mots maladroits et ses propos chaotiques, mais ils l’aidaient, elle, à réaliser l’ampleur de son conditionnement. Se recroquevillant doucement, elle replia ses bras contre sa poitrine et ferma les yeux. “ Je te demande pardon.”




Dernière édition par Kaguya Tsukiyomi le Mer 3 Jan 2018 - 20:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Sam 23 Déc 2017 - 22:56
Watari se fit œuvre de patience en écoutant les paroles de la jeune femme. Pour lui, ce n'était toujours que des obstacles mentaux, personnels, peu sérieux, qui l'avait retenue. Lui qui avait développé un tel sens de l'individualité, ne parvenait plus vraiment à comprendre la soumission qu'elle consentait à ce clan fantoche, cette communauté qui s'était effacé à Kiri comme s'ils n'étaient déjà plus en lien avec le village de la brume. De ce qu'il en savait, ce lien qui l'unissait à cette famille, ce n'était autre que la mise-à-l'épreuve constante, la violence et la peur permanente de se faire corriger, l'absence de confiance.

Mais au final, elle parlait de trahisons bien pire que celle de trahir son village. Trahir les Kaguya. Watari décidément, avait beaucoup de mal à entendre cela. La peur à leur égard est grande, en toi, Tsukiyomi. J'ai l'impression qu'encore maintenant, tu vis pour eux. Dans la peur d'être mal vue dans ta famille. C'était probablement vrai. Mais Watari, lui, connaissait bien, les conflits de loyauté. L'idée de trahir, d'abandonner ses proches. Lui, il avait accepté l'exil pour n'avoir pu être à la hauteur de ses ancêtres et de leurs espoirs. Il avait toujours su partir. Il n'avait pas peur de trahir. Sa loyauté n'avait jamais été remise en question non plus, même par Kiri, au final. Bien sûr, il avait trahi ce village. Mais s'il était un traître à cette nation, personne n'avait jamais pu insinuer qu'il était un traître envers sa lame.

Tu sais d'où je viens, tu sais pourquoi j'ai fini par fonder Kiri avec les tiens. Si ce village me considère comme un traître, je ne pourrais d'avantage penser de ce qu'est devenu cet endroit. Il soupira alors en se rappelant des paroles d'un grand maître de la Voie. Tous les Hommes sont égaux, hormis pour leur foi en eux-mêmes, peu importe ce qu'en pensent les autres. Il laissa le silence se prolonger avant d'ajouter : Plus que d'être un traître à ta famille, j'ai l'impression que tu t'es trahie toi-même à de nombreuses reprises. Le jeune homme laissa un nouveau soupir s'expurger de sa gorge. Il ne savait pas s'il devait être malheureux de voir quelqu'un qu'il avait tant estimé être la proie d'un tel désordre intérieur. Et quelqu'un qui trahi ses propres désirs, ses propres émotions finit inévitablement par trahir les autres. Je l'ai compris à Shitô, alors que j'avais l'impression d'être devenu l'esclave des principes que je souhaite incarner. Et comme dirait l'autre... Lorsque l'on ne progresses pas vers la véritable voie, une légère fêlure peut se muer en abîme. D'un doute, des milliers d'autres. D'une trahison envers soi, des déceptions en cascades et des regrets qui s'accumulent. Watari ne connaissait pas réellement ces sentiments là.

Ces errances spirituelles étaient plutôt celles qui naissaient d'une sagesse tyrannique qui s'abattait, asséchant la passion, faisant d'un guerrier, une lame qui en oubliait sa fierté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Mer 27 Déc 2017 - 20:03



Tsukiyomi haussa les épaules en entendant les mots du samouraï. Elle ne cherchait pas à ce que les gens la comprennent, seulement qu’ils admettent la véracité de ses propos et la légitimité de son point de vue. Ce qui serait déjà bien plus que la plupart des gens qui l’avaient forgée jusque là. “ Mal vue ? C’est un sacré euphémisme quand je suis sur la corde raide depuis presque dix ans. Le moindre écart m’aurait coûté bien plus qu’une tape sur les doigts et un sermon.”

La lunaire se mit à regarder dans le vide. Comme toujours il avait de bons mots, lançait des idées, se montrait philosophe. C’était un peu rassurant de le voir moins incisif qu’auparavant. Ça ne l’aidait pas tellement pour elle qui aimait le concret, qui n’avait construit sa ligne de conduite qu’en fonction de ses craintes et de répercussions immédiates et réelles sur sa vie. Néanmoins, l’entendre parler l’apaisait un peu. Elle se sentait un peu plus optimiste quand à son futur - si elle pouvait en imaginer un - et sa capacité à le modeler par elle-même. “ Je sais très bien que je n’ai fait que me trahir moi-même. Mais avant de me rapprocher de toi, et d’Ayuka, je n’avais jamais envisagé une seule seconde que je puisse avoir la moindre importance. A moi seule.” Chez les Kaguya elle faisait partie d’un tout, elle était un morceau du clan, perdu dans la masse, duquel on attendait en plus d’en être la synthèse puisqu’elle n’avait pas de parents.

“ Je dois faire table rase à la fois de tout ce que j’ai fait mais aussi de tout ce que je suis. C’est comme si … Je devais naître à nouveau.” Tout en parlant elle réalisait ces choses, et prenait la mesure de l’ampleur du travail qui se profilait pour elle. “ Je te remercie d’être venu, malgré tout.” Tsukiyomi n’était pas certaine de pouvoir espérer quoi que ce soit. “ Je tâcherai de trouver ma place où l’on m’acceptera, et de me construire seule.”





Dernière édition par Kaguya Tsukiyomi le Mer 3 Jan 2018 - 20:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Mer 27 Déc 2017 - 23:44
Nous en avions déjà parlé à de nombreuses reprises. Tu connais mon point de vue sur la question et sur la manière dont les Kaguya gèrent l’éducation des plus jeunes. Personne ne mériterait d’être traité comme ils t’ont traité. Et personne ne devrait rester des années et des années à vivre comme tu l’as fait. La plaignait-il ? Pas vraiment ; ou plutôt, pas plus que par le passé. Il l’avait toujours accueillie, dans le vent d’hiver, le Fuyukaze, son dojo qu’il avait ainsi baptisé en l’honneur des neiges septentrionales et éternelles de son pays d’origine. Là-bas, ils avaient partagés de nombreux thés, encore et encore, jusqu’à devenir camarades, amis, meilleurs amis, puis amants… Et aujourd’hui, parents divisés et séparés. Au moins par cette grille, qu’il avait ouverte, pour lui parler. Pour l’approcher.

Malgré, l’ampleur des événements à venir, un brin de nostalgie venait égayer la tension qui était désormais entre eux. Cet élan d’une mémoire passé rappelait l’ambiance détendue et les éclats de rire, les discussions qu’ils avaient pu partager dans le passé. Ces après-midi de quiétude, cette bulle de sérénité qu’il avait su forger et créer, un refuge où les affres du pouvoir n’avaient pas su s’imposer jusqu’à cette époque fatidique et le retour de Shitô. Sôsuke, la cécité d’Eiichiro, le retour d’Hanzo, Shiori, la traîtrise d’Ao, le faux héros Nagu… Tant de choses s’étaient produites en si peu de temps. Les cartes, rabattues avec violence, le poids d’une géopolitique troublée, des complots de soi-disant artisans de la paix… J’imagine qu’on ne reviendra pas sur ce qu’est notre passé, à tous les trois. J’aimerais parfois revenir à la paix qui pouvait nous permettre de nous réunir tous les trois. L’avenir le permettrait… Mais j’imagine que comme moi par le passé, une quête t’incombe. Une quête pour être toi. Si Ayuka et Eiichiro semblent avoir réussi à obtenir ce qu’ils voulaient grâce à mes conseils, je suis désolé que cela n’ait pas suffit pour toi, mon amie. Un léger sourire. Quoiqu’un peu triste.

Le sourire de quelqu’un qui se résignait en acceptant que rien n’était plus pareil et ne le serait probablement plus jamais comme par le passé. Je ne serais pas, j’imagine, bien placé pour aider ta renaissance, Tsukiyomi. Souhaites-tu que je parte ? Cette question était à la fois anodine et pourtant, ni l’un ni l’autre ne pouvait hésiter sur le poids qu’elle sous-tendait. La réponse pouvait tout autant signifier la mort de leur amitié sur l’autel de la renaissance, que le maintien ténu d’un lien entre eux à l’avenir. Ce choix t’appartient, j’imagine. Je ferais ce qui t’aidera le plus, mon amie. Un ton amusé d’amertume et de gravité… Pendu à ses lèvres, il lui caressait les cheveux d’un air rassurant. Etrange idylle qui se poursuivait ici, dans les geôles du village de la roche…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Ven 29 Déc 2017 - 13:23



Un petit sourire dépité et un haussement d’épaules. Elle connaissait bien l’avis du samouraï sur les méthodes d’éducation dont elle avait fait les frais, ils en avait longuement parlé lorsqu’elle l’avait observé en tant qu’enseignant. Elle y voyait quelque chose de beau et d’honorable, une autre forme d’honneur que celui que les Kaguya défendaient. Une ouverture vers le monde, quelque chose de prometteur qui se mêlerait bien avec certaines vertus qu’il lui fallait bien accorder à sa propre éducation issue du clan des manieurs d’os. Car tout n’y était pas mauvais, et si elle l’avait acquise de la plus mauvaise des manières, elle les remerciait de lui avait inculqué une telle résilience. “ Je le sais bien. Et je n’ai pas l’intention de laisser les choses continuer de cette façon, quelle que soit la décision des Iwajins à mon égard, crois moi.”

Tsukiyomi n’était pas vraiment sûre de ses projets, mais s’il y avait bien une chose dont elle était certaine, c’était de son envie de changer l’image qui lui collait à la peau, et à celle de son clan. Créer autre chose, à défaut de pouvoir changer les Kaguya de Kiri de l’intérieur. Peut-être avait-elle surestimé son potentiel à elle seule, peut-être avait-elle trop cru en certains membres de son clan. Peut-être même qu’elle s’était trop sous-estimée et avait attendu bien trop longtemps, elle n’en savait trop rien. Mais malgré toutes ces déchirures, elle avait encore un espoir, et voulait se donner un but. “ Toi seul ne peut pas toujours réparer les gens. Parfois, il faut se briser pour de bon pour se reconstruire. Je devais faire ça, quitte à être au bord du gouffre pour n’avoir plus aucune autre solution que de lutter et bâtir quelque chose de mes propres mains.” En fin de compte, elle voulait y voir du positif. Même si elle perdait ses seuls supports, même si elle perdait le respect de ceux qui avaient cru en elle et confirmait les craintes de ceux qui l’avaient toujours jugée.

La question qui suivit surprit la lunaire au plus haut point tant elle pensait que le samouraï avait déjà décidé de la réponse. Elle qui avait perçu tout cet échange comme des adieux sentit son coeur faire un bond dans sa poitrine. Tournant brusquement la tête sur le côté mais ne se résignait pas à lui faire totalement face encore, elle répondit à voix basse, les modulations de sa voix trahissant néanmoins un espoir évident. “ Bien sûr que non. Je me faisais à l’idée que je ne méritais plus ton attention ni ta bonté, mais je ne choisirai jamais de m’éloigner sciemment de toi.” Se reprenant après une grande inspiration, elle se retourna enfin, à genoux face aux barreaux qui les séparaient, plongeant son regard ambré dans celui de Watari. “Il est hors de question que je t’empêche de me voir renaître, le spectacle vaudra le détour.” En prononçant ces mots, elle souriait, une lueur taquine éclairant son regard trop terni depuis des jours par le tourment.


Dernière édition par Kaguya Tsukiyomi le Mer 3 Jan 2018 - 20:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Ven 29 Déc 2017 - 22:45
L’avait-il surprise ? Son attitude l’en laissait tout l’air. Il ne se demandait pas s’il compte réellement l’abandonner. Plutôt la question était de savoir si encore Watari était capable d’abandonner quiconque. Et à cette question s’ajoutait la suivante : l’avait-il seulement fait une fois dans sa vie ? Lui qui était parti en exil, c’était plutôt lui qui avait senti l’abandon de son clan, quand il n’avait plus été digne héritier de celui-ci et quand ses fiançailles avaient été rompues. Qu’il avait compris que lui et Akihime ne seraient plus jamais ensemble.

Kiri, c’était l’abandon de ses pairs qui ne l’avaient jamais reconnu. Samouraï parmi les shinobis de la brume, celle-ci avait fait fi de ses paroles, de ses valeurs, de ses enseignements. Et d’une certaine manière, Chôgen lui aussi, lui avait fait défaut, même si ce n’était pas sa faute. Aujourd’hui, Watari était un homme plein de séparations et qui avait connu ce qu’il ressentait comme un bon nombre d’abandons. Alors qu’au final, lui, ne tournait le dos à personne. Même Kiri, aujourd’hui, portait en son cœur, les objectifs d’un rêve de paix pour le pays de l’eau et son village des ninjas de la brume.

Une renaissance, hein… Eiichiro en a connu une, ici aussi. Ayuka aussi. En vérité, tous les exilés ou presque ont connu une renaissance, en ces lieux. Le seul qui en a payé les frais est mon cousin, je suppose. Il ne lui reprochait rien. Et sa voix ne laissait pas entendre autre chose que sa peine et son désarroi. Cette pointe de culpabilité, que même s’il la savait futile, continuait de poindre, au fond de lui. J’ai des projets, ici à Iwa et pour l’avenir. Nul-doute que tu pourras en avoir, toi aussi, ici. Et nul-doute que contrairement à Kiri, il sera possible de les mener à terme, au final.

Elle avait changé, au moins sur ce point. C’était la première fois qu’elle lui parlait de projets. Elle n’en avait jamais réellement eu à Kiri. Même si elle avait souhaité changer la vision de son clan à son égard, cela resterait probablement lettre morte. Mais en échange, il semblerait aussi qu’elle puisse créer autre chose. Sans craintes et complots. C’était probablement ce qu’elle souhaitait, en désertant Kiri, à retardement. Pour elle et l’enfant qu’elle attendait, Iwa, s’ils la défendaient, resteraient probablement un havre de paix et de sérénité, de prospérité et d’espoir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Sam 30 Déc 2017 - 14:36



Les mots de Watari auraient pu la rendre optimiste s’ils ne désignaient pas une réalité bien floue aux yeux de la Kaguya. Elle connaissait assez peu l’ancien chef du clan Yuki et ne savait rien de ses tourments. Quand à Ayuka, elle ne l’avait que trop brièvement fréquentée à son arrivée à Iwa pour constater quoi que ce soit. Au fond, elle n’avait cherché en elle qu’à retrouver son amie, comme pour se rassurer, croire encore qu’il était possible de recoller les morceaux. Elle répondit néanmoins par un sourire triste, une politesse pour transmettre son bon sentiment. Car a l’évocation du cousin du samouraï, elle ne ressentait que de la culpabilité. Non seulement elle n’avait pas eu l’occasion de le connaître malgré l’admiration que semblait lui vouer Watari, mais en plus, en tant que Kirijine, elle avait le sentiment de partager la faute.

Ses pupilles d’ambre se baissèrent à nouveau sur ses mains. Ses regrets étaient nombreux mais les nourrir n’apportait rien. Ils ne soulageraient pas la peine de son ami, et ne ramèneraient pas à la vie les victimes de ce conflit. C’est pourquoi elle ne dit mot, préférant laisser planer un silence lourd de sens. Watari la connaissait, il savait que son mutisme avait bien plus de sens que chez la plupart des gens. Elle finit malgré tout par en sortir. Il évoquait des projets, ce qui l’intriguait. Elle le savait déterminé, rarement prompt à se laisser aller à l’oisiveté et ce, manifestement, même dans le deuil. “ Quels sont tes projets ? Si tu veux bien m’en parler bien sûr. Que tu le fasse ou non, je ne doute pas que tu sauras les mener à bien.”

Tsukiyomi se souvenait de son ami, tremblant, à l’hôpital. Qui refusait de se laisser aller, malgré les répercussions dangereuses de ses entraînements. Malgré les reproches de la Kaguya, et ses mises en garde. Peut-être qu’il n’en avait pas la prétention ni l’ambition mais il avait aussi démontré qu’il avait l’étoffe d’un meneur d’hommes en organisant le départ des ressortissants Kirijin pour Iwa. “J’espère que, comme tu le dis, Iwa te donnera de quoi croire à nouveau en ton avenir, et celui d’une cause juste.”

Sa voix se faisait douce et son regard, relevé vers Watari, l’était également. Elle penchait la tête sur le côté, comme pour montrer sa compassion. La lunaire avait toujours partagé son idéal de paix, quand bien même à travers son clan c’était surtout l’ordre qu’on lui demandait de protéger. A voir la foi qu’il semblait avoir dans ce village et ses habitants, Tsukiyomi sentait poindre en elle l’espoir de pouvoir à nouveau vouer son existence à une cause qui lui correspondait.


Dernière édition par Kaguya Tsukiyomi le Mer 3 Jan 2018 - 20:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Dim 31 Déc 2017 - 1:06
Par où commencer ? Ses projets étaient divers et féconds. Ils étaient multiples. Paix et harmonie pour tous. Cela est et restera toujours, mon objectif ultime. Il en souriait faiblement. C’était toujours aussi pompeux de sa part. Il n’avait encore jamais réussi à se donner les moyens de ses objectifs. Il n’avait pas su protéger Kiri. Ni Chôgen. Alors, il réalisait à quel point pour un seul homme, ce souhait était rarement plus qu’un vœu pieu. Un vœu de paix, d’harmonie, de tolérance, de respect. Et à plus court terme… J’aimerais rendre hommage à Chôgen et à tous les samouraïs qui sont mort contre Kiri et le Soshikidan. J’aimerais faire bâtir un temple, ici, à Iwa, en hommage aux miens et aux valeurs qui sont celles de mon pays. Et puis… Puisque Kiri souhaite la guerre… Unir nos homologues du village des nuages, avec le pays du fer. Pour qu’ensemble, nous puissions arrêter le Soshikidan et permettre à Kiri de se choisir un dirigeant sans que cela ne se fasse par la force et les complots.

Un très vaste programme. Trop vaste. Mais c’est ce qu’il souhaitait. Il y travaillerait, dans l’espoir qu’encore une fois, au bout de ce chemin de croix que ses valeurs semblaient lui indiquer de suivre, il ne finirait pas à nouveau avec des regrets, la sensation d’être impuissant malgré tous les efforts. En cela, le temple était une manière constructive d’allier ses projets et d’essayer de marquer Iwa. De remercier Iwa et Chôgen. De leur dire que leurs vertus seront pour toujours inscrite dans la mémoire du continent. Et aussi, montrer au monde ce que peuvent accomplir les peuples, certes et malgré leurs différences, en alliant leur force.

Je vais tenter de m’assurer que les valeurs d’Iwa demeurent les mêmes. Tu sais, car nous venons de Kiri, à quel point il est facile de céder à la rancœur, aux drames et à la vengeance. Je ne suis pas ici pour voir naître une deuxième nation de la brume…

C’était un risque et il ne voulait pas revoir un nouveau pays devenir l’antichambre d’une future guerre. Il savait d’où il venait, il ne se pardonnerait jamais si par sa faute, Kiri avait alimenté le cercle sans fin du cycle de la haine…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Mer 3 Jan 2018 - 16:15



En entendant les projets de Watari, Tsukiyomi songea qu’il ne s’était pas perdu en route. Que s’il avait une rancoeur évidente vis à vis d’elle, il ne s’était au moins pas laissé aller au cynisme, ce qu’elle admirait. Combien d’autres comme lui auraient laissé tomber ces idéaux de paix et d’unité après des années passées à Kiri ? Mais non, lui n’était pas comme ça. En l’écoutant, elle souriait doucement. “C’est ambitieux.” Commença-t-elle en le regardant dans les yeux. “ J’espère que tu as les soutiens que tu mérites, surtout pour une entreprise d’une telle envergure.”

Par le passé, Tsukiyomi aurait donné sa vie pour un tel idéal, si elle avait pu se défaire de toutes ses chaines, car c’était bien leur point commun que de donner leur vie pour mener à bien de si beaux projets. Mais ça n’était plus sa place, ni son rôle à présent. La Kaguya devait déjà survivre, et regagner la confiance de tous, pour peu qu’on lui donne l’occasion de le faire. Elle voulait exprimer son soutien à son ami mais il lui était bien difficile de le faire sans que cela ne semble déplacé dans les circonstances actuelles. “ Je te souhaite sincèrement de t’épanouir dans cet idéal. Nous savons tout deux à quel point il peut être destructeur dans les mains des mauvaises personnes. Mais je sais que tu y parviendras.”

Restait à savoir quelles difficultés se poseraient sur son chemin. Il en avait sans doute une idée très précise, mais elle avait le vertige rien que d’y songer. Le monde était vaste, ses dangers, nombreux. “ Prends soin de te préserver malgré tout. J’ai vu trop de guerriers valeureux s’abandonner au combat lorsqu’ils auraient pu préserver la paix de tant d’autres manières que par le sacrifice.” Référence à ses parents bien sûr, mais aussi à nombre de ses frères Kaguya. “ Tu as un héritage à transmettre, il a beaucoup de valeur.” Un sourire, doux, en penchant la tête. Que retiendrait l’histoire de ces deux là ? Si elle doutait d’avoir que que ce soit de pertinent à y écrire, elle était certaine que Watari en faisait déjà partie et se dirigeait vers un avenir brillant.


Dernière édition par Kaguya Tsukiyomi le Mar 9 Jan 2018 - 11:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Jeu 4 Jan 2018 - 6:22
Je ne sais pas si j’y parviendrais. Et je ne sais pas si je le porterais éternellement. Mais faute de mieux, je ne sais pas si un jour, je parviendrais à mes objectifs. Depuis que je suis à Kiri, j’ai accumulé échecs sur échecs… Watari restait réaliste face à ses ambitions. Des échecs, il en avait eu un certain nombre, il en aurait d’autres. Le chemin de la paix était paré d’embuche et la marge des manœuvres pour les rares individus qui souhaitaient réellement obtenir la paix était réduite, par rapport à celles qui se fichaient de provoquer des souffrances ou la guerre. Convaincre une nation de renoncer à ses pulsions sanguinaires et de grandeur était une tâche bien plus complexe que d’arracher une tête pour l’offrir en pâture à des chiens affamés.

Quant à transmettre quoi que ce soit… Ce projet est un moyen de transmettre l’héritage qui est le mien. J’espère que ces lieux, s’ils résistent un jour au temps, conteront aux générations futures, les épreuves que j’ai affronté, que ce fut à tes côtés à Kiri, au côté des Yuki lors de la reconquête de Mizu no Kuni, ou encore aux côtés de Chôgen, lors du sommet… Un temple pour transmettre l’histoire de son peuple et son histoire. Un moyen d’unir les hommes autour d’une paix à construire et le rapprochement des différents peuples. Préparer un futur paisible ne pouvait se faire que dans des projets de guerre, car la guerre seule ne pouvait accoucher qu’un seul héritage : celui de la rancune. Et toi, que feras-tu, quand tu seras libéré ? Par où commenceras-tu la renaissance dont tu me parles ? Il fit une pause, hochant doucement la tête avant de sourire faiblement : Après tout, tu m’as promis un spectacle qui en vaudrait le détour. Et je suis un amateur de Kabuki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Mar 9 Jan 2018 - 11:23


Les regrets, la nostalgie … Nombreux étaient les sentiments qui parcouraient leurs deux coeurs a l'évocation de Kiri, et de leur vie dans le village de la Brume. Ils se blâment de n’avoir pas su empêcher ces événements. Sans doute que beaucoup de Kirijins a l’heure actuelle avaient le même sentiment, tout espoir disparu de pouvoir changer les choses, empêcher le conflit de s'étendre. Elle l'espérait du moins, qu’un compromis serait possible a l’avenir, quand bien même son réalisme lui donnait tort.
Tsukiyomi baissa les yeux en acquiesçant. Mais elle n’avait pas la moindre idée de comment elle pourrait s’y prendre par la suite. Elle savait que la priorite pour l’instant était sa santé et celle de son enfant a venir. Lui préparer le meilleur accueil possible, une stabilité. De quoi lui offrir une vie saine et sereine. Ca la terrorisait. La lunaire se mordit la levre en y songeant, sa situation etait tout sauf idéale pour mettre au monde cet enfant, et elle n’avait que quelques mois pour y remédier. “ J’en sais trop rien. Me faire une place, quelque part, ou je pourrais créer un foyer sain pour cet enfant. Ce doit être ma priorité. Devenir plus forte pour le protéger.”

Alors qu’elle baissait les yeux sur ses mains qui s'étaient instinctivement placées sur son ventre, elle constata que par réflexe, ses articulations s'étaient couvertes d’une fine coque osseuse. La Kaguya sourit, son visage s'éclairant peu à peu. “ Si Iwa vient à m’accepter, je tacherai de me montrer digne de sa confiance. Et j'écrirai ma propre histoire des Kaguya, même si je dois être la seule représentante de cette lignée.” Son regard était plus dur que ce qu’elle semblait vouloir exprimer. Malgre la douceur de ce projet, l’optimisme qui semblait s’en dégager, l’amertume était toujours la même en son coeur et les Kaguya de Kiri n’auraient probablement jamais fini d’entendre parler de l’enfant du Clan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Sam 13 Jan 2018 - 14:14
Qu’Iwa soit ou non un foyer pour toi… Le discours du Tsuchikage ne semble pas être celui de Kiri. Il acceptera ceux qui défendent la philosophie de cette terre d’accueil pour ceux qui sont ballotés et balafrés par les conflits. Nous pourrions avoir besoin de tes talents d’espionnes et ta maîtrise des os pourrait s’avérer tout aussi pratique dans le futur hôpital d’Iwa que pour piéger ceux qui seraient tentés de lancer un nouvel assaut nocturne. Les choix de l’avenir t’appartiennent et sont nombreux, Tsukiyomi. Lui avait-il dit, le regard se portant vers les cieux éloignés et les étoiles qui y brillaient. Peu importe où l’on se trouvait sur le continent, celles-ci brillaient toujours avec la même intensité. Cela étant, l’absence des brumes permettaient à celles-ci de brillera avec beaucoup plus de clarté. Quant à l’histoire des Kaguya…

Comme le prouvait ton ancien « chef de clan » et « héros » de Kiri, d’autres Kaguya continuent de voyager. Il y a sûrement d’autres branches nomades qui ne sont pas encore engagées auprès de Kiri. Il peut t’appartenir de les retrouver et de tenter de leur offrir ta propre vision des choses. Il serait idiot de croire que pour l’intérêt du village, il n’y avait pas d’intérêt à ce que Tsukiyomi se serve de ses talents et de ses origines pour aider à la défense et à la préparation de la guerre qui arriverait tôt ou tard. Si tu le souhaites, j’enverrais une missive au tsuchikage exposant tes projets, si un jour tu veux lui en faire part. J’espère qu’ils te libéreront, même si je me fait moins de souci que pour Yuki Noah. Celui-ci semblait bien moins volontaire que celle qui fut sa meilleure amie et qui était probablement – hélas ? – la mère de son premier enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Dim 21 Jan 2018 - 14:58


“ Je veux bien te croire, Watari.” Commença la lunaire en laissant le silence planer quelques secondes néanmoins. “ Enfin quoi qu’il en soit, il est important pour moi de trouver quelqu’un de méritant à servir en attendant de trouver ma voie. Si tu me dis qu’Iwa est le mon endroit pour cela … alors j’imagine que je peux avoir espoir.” Pas de sourire, mais une teinte d’optimisme dans la voix de celle qui ignorait encore si son sort était scellé ou non, dans ces geôles où elle ne passait que quelques jours, mais des jours interminables. “S’ils acceptent de me faire confiance, alors soit. Quelles que soient les intentions que l’on me prête, je suis toujours à même d’aider les gens.” Son travail à l’hôpital de Kiri, il y avait longtemps qu’elle ne le faisait plus par nécessité ou tradition mais par sincère envie d’aider. Elle voyait passer tant de personnes si différentes dans son service et regrettait de ne pouvoir plus les aider. Tsukiyomi était assez admirative des médecins ninja. Elle qui n’avait pour spécialité que de savoir se faufiler et frapper au bon endroit au bon moment, songeait de plus en plus à ce que serait sa vie si elle la consacrait à protéger et défendre autrui plutôt que sa propre survie et les idéaux de son clan.

“ Il est vrai. Mais aurais-je seulement une légitimité auprès de ces gens ? Moi qui ai trahi mon nom et ma famille ?” La réponse, elle ne l’aurait pas sans essayer. Elle le savait très bien, il y avait autant de chances pour que ces éventuelles branches secondaires du sang Kaguya soit hostile au clan de Kiri qu’ils s’en sentent proches. Il lui fallait donc songer à tout cela, avant qu’il ne soit trop tard. Si Kiri voulait se renforcer, peut-être auraient-ils la même démarche ? Difficile à imaginer, tant ils étaient centrés sur eux-mêmes et hostiles aux stratégies et arrangements. “Très bien. Je veux le faire. Je prouverai ma valeur à Iwa et proposerai mon projet une fois ma loyauté démontrée au peuple de ce village.” Même exaspéré et déçu de son comportement, Watari éclairait encore la lunaire dans ses projets et son avenir. Quelque chose de précieux, qui lui rappelait l’importance de savoir s’entourer des bonnes personnes. Elle sourit à nouveau avant de faire quelques pas vers le fond de sa cellule. “ J’espère sincèrement que tes soucis vis à vis de mon coéquipier sont infondés. Malheureusement je ne le connais que trop peu pour t’aider.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi Empty
Mar 6 Fév 2018 - 20:44
Excusez-moi, Watari-sama, mais je vais devoir bientôt m'absenter...

Une voix timide, d'un jeune homme, probablement un chûunin d'Iwa, vint briser leurs échanges. Watari n'avait pas vraiment fait attention, mais loin, au cœur du ciel nocturne, la lune s'était plus amplement déplacée et les secondes accumulées faisait qu'il était probable qu'une bonne heure soit écoulée. S'il avait pu obtenir les clefs et discuter avec la lunaire, il ne souhaitait pas pour autant indisposer un pauvre ninja d'Iwa qui attendait probablement d'effectuer son rapport et de laisser sa place à un de ses collègues.

Je vais devoir m'absenter, Tsukiyomi. Soit certaine que je ferais passer mon mot auprès du Tsuchikage. Portez-vous bien, d'ici là. Hochant doucement de la tête, il lui fit un dernier sourire. Peu importait au fond que l'enfant soit de lui ou non. Un enfant restait un enfant et si un jour, il en avait l'occasion, peut-être alors lui enseignerait-il ce qu'il pouvait transmettre de son expérience sur terre. Probablement beaucoup de philosophie et une bienveillante protection. Il s'inclina, tourna les talons, et verrouilla de nouveau la geôle de la jeune femme, avant de remonter jusqu'au chûunin. Encore merci, Tadashi-dono. Filez donc, j'ai moi-même un rapport à faire auprès du Tsuchikage... Il lui sourit doucement, avant de le regarder partir en sautant. Ce-dernier l'avait poliment remercié en s'éloignant. Rapidement, un autre chûunin vint le remplacer et ce fut Watari qui s'éloigna pour s'en retourner chez les Nagamasa y rédiger un courrier à destination du Tsuchikage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Vers une nouvelle lune ft. Watari x Tsukiyomi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: