Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Pas trop cassé ? [Pv Hisao]


Mer 13 Déc 2017 - 11:42
Soupire...

Tu détestais devoir à arpenter ce genre de couloir. Blanc, sans aucun défaut, parfaitement unique... Seule la saleté qui pouvait s'entasser par-ci par-là arrivait à te sortir de cet univers aseptisé. D'un air neutre mais clairement lassé, tu voguais entre les diverses personnes qui parcouraient en même temps que toi le complexe. Cela ne faisait que quelques jours que l'alerte avait été donné et les ravages de celle-ci se faisaient encore sentir... Des soldats avaient été tué ou gravement blessé durant cet échauffourée. Heureusement, toi ainsi que tes subalternes avaient su contenir la menace et la repousser. Mais à quelle prix...

Tu ne ressentais aucune once de culpabilité quant aux soldats qui étaient morts sous tes ordres. Ils s'étaient engagés et connaissaient le risque en faisant, ainsi, tu te détachais totalement d'eux. C'était ce qui te rendait en partie inhumaine, froide et désagréable... Enfin... Tu te foutais bien de ce que les gens pouvaient penser de toi. Vous n'étiez pas une organisation de plaisir et de loisir, mais bel et bien un groupe qui œuvrait pour la protection de chacun.

Néanmoins, quand bien même tu avais encore pas mal de chose à régler, tu tenais à rendre visite à Hisao qui était encore en convalescence. D'entre tous, il était celui avec qui tu avais noué le plus d'affinité. Enfin... Affinité, c'était vite dit. Disons que c'était avec lui que tu collaborais le mieux lors des différentes missions que vous aviez déjà eu. Il savait s'adapter à ton tempérament, il savait jongler avec. Et le voir dans cet état te faisait gravement chier. Tu avais besoin d'homme comme lui et en pleine forme.

Toquant d'abord une fois à la porte, tu n'attendis évidemment pas sa réponse avant d'entrer. Tu avais beau être là pour lui et prendre de ses nouvelles, tu restais une Metaru dans toute ta brutalité.

- Bonjour Hisao. Comment tu vas ?


A l'inverse de lui, tu étais pleinement en forme. Le groupe qu'il avait composé avec deux autres policer n'avait pas eu énormément de chance puisqu'il s'était fait attaquer en traitre par la Suzuri. Au moins, il était vivant.

- Je t'ai rapporté du Kizami. T'es pas censé pouvoir fumer mais bon, personne ne te le reprochera s'il sait que c'est moi qui t'y es incité.


Certainement que ce passage à l'hôpital lui était davantage désagréable à cause de son addiction meurtrie qu'à cause de ses réelles blessures.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 15 Déc 2017 - 22:14
Me revoilà enfermer entre quatre murs. La comparaison n’était bien évidemment pas possible avec ma prison, mais je ressentais le même genre de frustration. Je détestais rester immobile, j’avais horreur de ne rien faire et d’attendre. Car contrairement à d’autres, je n’arrivais pas à dormir et à me reposer. Du coup, les jours étaient incroyablement longs. Enfin, j’imagine que c’était un mal pour un bien.

Pleinement allongé dans mon lit, la tête enfoncée dans mon coussin, je ne pouvais que constater les dégâts que j’avais pris. Deux zones avaient été particulièrement touchés : Mon torse et mon bras droit. Le premier en raison de la frappe monstrueuse du géant d’encre et le second en raison du besoin d’accumuler massivement de la vapeur au sein de mon bras. Frapper fort, c’était bien, mais les répercussions étaient encore grandes. Je manquais d’entraînement et ça se ressentait. J’étais confiant et je savais que ça n’allait pas durer, mais pour le moment, c’était une véritable épée à double tranchant.

Hein ? Quelqu’un toqua soudainement à la porte. Les infirmiers ne se gênaient pas pour entrer, donc c’était un invité ? Avant même de permettre à la personne d’entrer, je vis la porte s’ouvrir vivement, me laissant entrevoir une crinière blonde et un regard violent qui ne m’étaient pas inconnus. Les sourcils arqués dans un premier temps, je n’eus qu’une réaction pour commencer.

- Oi, Fukutaicho. Ca pour une surprise…


C’était la dernière personne que j’aurais pensé voir ici. Mon étonnement se lisait sur mon visage, mais un léger sourire – qui ressemblait un peu à une grimace après avoir ressenti de la douleur – s’affichait ensuite. Je me redressais difficilement afin de paraître un peu plus… « glorieux » devant ma supérieure hiérarchique. J’allais pas resté comme une épave allongé dans mon lit alors qu’elle s’était déplacée ici.

- Hm.. ? Du Kizami ? Ca fait plaisir, boss. Fallait pas. En plus ils ont pris ma dernière sacoche donc niveau frustration, ça se pose là.


Je déposais le tabac sur le petit meuble à ma gauche avant de me mettre difficilement contre le coussin et le mur : mon dos avait encore du mal à me soutenir efficacement. Mon regard fut quelques secondes figé sur le Kizami. Un cadeau de la part de cette Metaru, c’était assez plaisant. Etonnant, mais plaisant.

- Ca aurait pu être pire, écoute. Je suis cloué ici pendant quelques jours mais les blessures s’annonçaient plus… gênantes qu’elles ne le sont finalement.

J’haussais vaguement les épaules, gêné à cause de mon bras droit principalement. Mais mon état m’intéressait pas réellement. D’un petit regard de la tête au pied, j’observais la situation de Reiko, qui semblait s’être bien mieux débrouillée que moi.

- Et toi ? On dirait que tout va bien de ton côté, tant mieux, c’est l’important. Comment ça s’est passé de ton côté ? J’ai entendu dire que t’as été aussi efficace que d’habitude, mais ces foutus médecins ont apparemment « du travail, et n’ont donc pas le temps de raconter des histoires ».

La venue de Reiko et du Kizami étaient véritablement salvatrice pour moi. Putain je m’emmerdais. J’allais pas lui dire la joie que je ressentais d’avoir enfin autre chose à faire que de regarder un putain de mur blanc, mais bon, je crois que ça se voyait malgré cette même attitude flegmatique.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Sam 16 Déc 2017 - 21:08
Souriante...

Tu pouvais t'empêcher de lâcher un léger sourire face à cette manière qu'avait Hisao de reconsidérer sa situation. Au moins, ce n'était pas un type qui était du genre à se plaindre ou un pleurer dans les jupons de ses supérieurs. Il relativisait même ses nombreuses blessures. Celles-ci s'avérant au final superficielles lorsqu'on regardait sur le long terme. Soit... Cela te soulageait d'une certaine manière de savoir qu'il allait encore pouvoir se battre à tes cotés dans un avenir proche. A la vue des tensions internes et externes au village, il ne faisait aucun doute que sa présence allait être indispensable.

- Ravie de l'entendre.


T'appuyant contre un des murs de sa chambre, tu le fixais tout en l'écoutant attentivement. Apparemment, il était tenu à l'écart de ce qui avait pu se passer suite à son affrontement. Bien que sa présence à l'hôpital ainsi que ta visite pouvait clairement lui indiquer que vous aviez sauvé d'une certaine manière les pots cassés. Beaucoup d'homme était tombé ces derniers temps et tu ne pouvais décemment pas considérer cela comme une victoire.

- Les ennemis ont été repoussé. En parallèle de ton combat contre la traîtresse, j'ai du affronter un marionnettiste qui s'était introduit au sein du village. Celui-ci a cependant rapidement compris qu'il n'allait pas pouvoir mettre à bien ses objectifs et a préféré fuir.


Marquant une pause, tu plongeais cette fois-ci ton regard vers l'horizon... Beaucoup de chose te déplaisait dans cette histoire. Le fait d'avoir hébergé durant tout ce temps une traîtresse au sein de vos murs. D'autant plus que ce n'était pas n'importe qui au sein du village, on ne pouvait porter coup plus violent que celui-ci. Cela dit ça ne t'avait pas surprit longtemps, tu te souvenais encore de cette histoire quelques mois plus tôt. Ou ton ancien mentor avait tenté de te recruter dans cette organisation ennemie... Le pauvre avait fini avec la tête décapité par toi et ton frère. Celle de Kaldea n'était qu'une question de temps.

- Ils savaient bien trop de chose sur nos protocoles actuels. J'ai passé ces derniers jours à changer ceux-ci et à étudier une grande partie des dossiers de nos effectifs. Une sorte de chasse au sorcière, à la différence que c'est les traître dans nos rangs que je traque. Nul doute qu'il doit en rester.

En l'absence de Daisuke ainsi que des autres membres du conseil, c'était à toi que revenait la défense du village. Et tu t'évertuais à accomplir ta tache au prix de plusieurs heures de sommeil. Soupirant, tu avais encore assez d'énergie pour lutter et assurer ton poste. Il suffisait simplement de te remémorer les événements passés pour être prise d'une colère vivifiante. C'était un des avantages à n'être qu'une brute carburant qu'à la haine.

- Enfin, prend ton temps. Ton rétablissement passe avant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 24 Déc 2017 - 1:00
Eh bien voilà que ma journée continuait à être plus que surprenante. Pour la première fois depuis que je la connaissais, j’avais pu apercevoir un sourire orner le visage de la Metaru, égayant un faciès habituellement fermé, froid voire brutal. Cela lui allait bien, mais c’était surtout en raison du côté exceptionnel de la chose.

Quoi qu’il en soit, tout en écrasant doucement ma nuque contre l’oreiller derrière moi, je regardais et écoutais Reiko qui me faisait un rapide rapport de la situation globale mais également de ce qu’elle avait vécu durant ce bref assaut. Si je ne connaissais pas forcément la Suzuri, entendre à nouveau le mot ‘’traîtresse’’ m’irritait sincèrement. La loyauté semblait avoir une place toute relative à Kumo. J’aimais ce village, mais je ne pouvais m’empêcher de constater que les hautes sphères comptaient plus de pourritures qu’on ne pourrait l’imaginer. Des cas certes isolés, mais entre Kaldea et Seijiro, le village des nuages devrait rougir de honte. J’affichais d’ailleurs une grimace pleine de dépit en pensant à ça et en écoutant ma Fukutaicho.

- Un marionnettiste ? Je peux imaginer que ce soit un proche de la prisonnière de Shîto, mais il y avait plus adéquat pour prendre d’assaut un village. Enfin, on va pas se plaindre de les avoir ''vaincu''. Cela dit, comme de ton côté, Kaldea a fui. Elle aurait sûrement pu exécuter l’un de nous, mais c’est énervant de voir nos ennemis simplement sortir du village comme si de rien n'était…

D’un soupir, je prenais de mon bras libre le paquet de Kizami que m’avait généreusement offert Reiko et le malaxait calmement afin de m’occuper durant la discussion. Être privé de Kiseru était déjà insupportable, mais être inactif sur ce foutu lit d’hôpital commençait à me rendre fou, surtout avec toute cette histoire. Fort heureusement, un certain réconfort pouvait se retrouver dans les paroles de la Metaru, qui semblait travailler durement afin d’identifier d’autres potentiels traîtres.

- Content de l’entendre. Ca devient inquiétant pour Kumo de subir traîtrise sur traîtrise. Dès que je sors de là, je vais t’aider dans cette affaire. Une tête de plus pour un truc aussi complexe ça ne fera pas de mal. On peut pas continuer à se ramasser des kunai dans le dos. Mais ne te surmène pas trop quand même, hein. On a tous subi cet assaut.

Je secouais légèrement la tête. Putain qu’est-ce que ça pouvait m’énerver. A force, on allait finir par ne plus pouvoir faire confiance à personne. Autant dire que ça signerait le déclin, voire la fin de Kumo. C’était aussi simple que ça.

- Ca prendra un petit moment mais je compte pas non plus m’éterniser ici. Mais ne t’en fais pas, je prendrais le temps qu’il me faudra pour récupérer. lançais-je modestement avant de revenir sur la situation globale. J’ai perdu connaissance quelques temps après la fuite de Kaldea. Comment vont les autres ? Notamment Shojito et Shôran, qui étaient avec moi ? Je suis le seul idiot à m’emmerder entre ces quatre murs blancs ? demandais-je, moqueur envers ma propre personne.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mer 27 Déc 2017 - 18:52
Rassurée...

Au moins, il semblait bien aller. N'avait pas perdu une once de ses facultés mentales, et à part un physique un peu endolori, il était le Hisao que tu avais toujours connu jusqu'ici. Bien. C'était une inquiétude en moins à garder en tête. Enfin, le fait de s'inquiéter chez toi était tout relatif. Tu n'étais pas du genre à exprimer une quelconque émotion lorsque cela touchait autrui, et tu ne le faisais d'ailleurs pas. Hormis un sourire qui t'avait échappé et que tu n'avais su controler. Buvant alors un peu d'eau de ta gourde que tu gardais toujours sur ta ceinture, tu l'écoutais et l'observais tenter de faire bonne figure.

Cette salope l'avait bien amoché mine de rien. Nul doute que si tu avais été là durant son affrontement, cela aurait eu une autre issu. Mais tu ne t'en voulais pas. Tu le savais, tu ne pouvais pas être partout à la fois. Tu avais fait confiance à Hisao et sa patrouille pour remplir son devoir, ce qu'ils avaient fait.

- Rassures toi, tu n'es pas le seul en convalescence. On vous a ramassé toi et tes coéquipiers mais d'autres sont tombés avant vous. Vous avez tenu le temps qu'il fallait pour que je gère la menace de notre coté.


Tu le fixais et tu te souvenais de la dernière fois pas si lointaine où tu t'étais retrouvée à sa place. Des organes perforés, des os cassés, des muscles déchirés. Et pourtant, une semaine après, contre toutes les indications des médecins, tu repartais déjà travailler. Hisao était de la même trempe que toi, il allait aussi très vite s'en remettre. Il avait passé plus de sept annés cloitrés entre quatre mur, il devait certainement vouloir s'échapper d'ici au plus vite. Bien, il lui fallait ce genre de motivation après tout. C'était ce qui permettait d'avancer.

- T'inquiètes pas pour moi. Je gère la suite. Tu as fais du bon boulot Hisao. Si t'as besoin de quoi que ce soit, n'hésites pas.


Tu avais occulté pour le moment certaines informations quant à son combat. Notamment les dégâts que le géant avait provoqué et qu'il n'avait su éviter. Ce jour-là, il n'y avait pas que les soldats qui avaient passé l'arme à gauche. Mais tu avais pris la charge de réparer ceci, d'en prendre les responsabilités. Tôt ou tard, Hisao allait être amené à savoir tout ça, mais pour le moment, cela aurait risqué de freiner son envie de se rétablir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 28 Déc 2017 - 0:28
La Fukutaicho se voulait rassurante quant à ma situation, mais j’avais un goût amer dans la bouche. En m’ajustant très doucement dans mon lit pour chercher une position plus confortable, je ne pouvais m’empêcher de constater que dans mon cas personnel, le travail n’avait pas été si bien fait que ça. Mon groupe s’en était sorti, mais des ninjas comme des civils n’avaient pas eu cette chance. Peut-être la faute à une mauvaise gestion de combat.

- Bah pour être honnête, plus j’avance et plus je remarque qu’il me manque des armes. Genre… c’est juste insupportable de faire face à une situation où on manque d’efficacité. Mais bon… je suis réaliste. Je sais bien que l’expérience ne tombe pas du ciel.


Bien entendu, même Reiko devait savoir qu’aujourd’hui, je n’étais pas un ninja qu’on pouvait qualifier de confirmé. Je ne suis pas mauvais, loin de là, mais la prison m’a coupé de tout. Ce qui en est sorti est un nouvel homme avec un nouveau caractère. Mais pas un ninja aguerri. La vapeur que j’ai acquise là-bas – malgré moi – ne signifie rien. Mes sens tactiques ont énormément de lacunes. Et ce genre de problèmes en cachent sûrement d’autres.

- Enfin, je me soulage en sachant que je suis pas le seul idiot à être coincé ici. Le seul souci, c'est qu'ils risquent encore de me retirer le seul plaisir que je pourrais avoir. Du coup...


Je cachais le paquet de Kizami au plus profond de ma table de chevet. Qu’ils essaient de me prendre encore mon tabac, ces maudits médecins. Ca va, c’est pas parce que mon poumon fonctionne pas très bien que je dois m’empêcher de fumer pendant des jours !

- D’ailleurs, Reiko. Si tu as des dossiers, des papiers ou du travail chiant à faire, tu peux me les donner. J’aime toujours pas ça, mais j’peux pas simplement glander ici après tout ça. Demande à quelqu’un de m’emmener le travail administratif, je m’en occuperais. J’ai que ça à faire, de toute façon.

« Ne t’inquiète pas pour moi », hein ? Allons, faut arrêter deux minutes. Elle a vraiment cru qu’elle devait porter sur ses épaules la totalité de Kyuubu sur ses épaules ? Car on l’oublie peut-être, mais Daisuke est pas là, laissant à la Metaru l’énorme charge de travail due aux récentes attaques, sans compter qu’avec ça, il y a forcément des petits voleurs à côté qui profitent des dégâts matériels….

- Et puis, ça demande aucun effort physique. Comme ça, je pourrais dégager d’ici dans quelques jours. Aller, tablons sur une semaine si mon corps est un peu lent.


D’habitude, je bénéficiais d’un prompt rétablissement, mais je savais que les blessures que j’avais, surtout au niveau du bras, ne pourront pas être soignées aussi rapidement. J’évitais de trop le montrer, mais, bordel, j’ai le bras droit vraiment en miette. J’me demande même si j’ai encore un seul os entier là-dedans.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Pas trop cassé ? [Pv Hisao]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: