Partagez | 

La Sœur et la Belle sœur [pv Nora]


Mer 13 Déc 2017 - 23:50
Épuisée...

C'était le lendemain de l'alerte, le lendemain de la tentative d'évasion de la criminelle assez spéciale que gardait Kumo. Tu n'avais pas arrêté de courir partout, de faire en sorte que la police assure une présence plus abondante au sein de Kumo. Même si le danger avait disparu, la tension elle n'avait pas encore été apaisée. Tu n'avais alors pas dormit de la nuit et cela faisait déjà bien plus de deux jours que tu n'avais pas fermé l’œil. En temps normal, cela ne t'aurait pas gêné. Mais tu avais été soumise à une pression assez intense durant tout le long. Et quand bien même on ne pouvait te briser, tu avais parfois le besoin de t'aérer l'esprit.

En l'absence de Shuuhei et de Daisuke, tu étais un peu la tête pensante de tout ce petit monde. Mais l'espace de quelques heures, tu avais pris soin de te rendre à la demeure des Metaru. Ce n'était pas vraiment ce que tu appelais t'aérer l'esprit, mais ta présence avait eu la vertue de calmer un peu l'inquiétude qui régnait là-bas... Depuis quand tu étais un symbole rassurant du village ? Voir même du clan... Tu ne savais pas vraiment, mais si ton point de vue sur ton clan avait commencé à suivre une évolution assez radicale, celui-ci envers toi semblait en faire tout autant.

Te perdant alors dans le gigantesque jardin de la demeure familiale, celui-là même qui avait vu l'annonce du mariage entre ton frère et Nora. Tu pouvais encore te matérialiser le pauvre Nué, tombant K.O suite à ton coup dévastateur. Tu ne savais d'ailleurs pas vraiment pourquoi tu l'avais tapé. En réalité, bien souvent, il n'y avait eu aucune raison à ta violence spontanée. Mais, il avait posé sa main sur toi, et par instinct de survie, tu avais répliqué de manière disproportionnée... En soit, cela lui avait donné la motivation de se renforcer, c'était une bonne chose au final. Bien que tu n'y étais clairement pour rien.

Soupirant, tu laissais le vent caresser tes cheveux tandis que tu prenais position dans l'herbe. Ce n'était pas l'endroit idéal pour espérer une bonne nuit de sommeil, mais tu pouvais au moins fermer les yeux. Pour combien de temps ? Tu n'en savais rien, mais tu n'avais pas l'envie de penser à ça. D'ailleurs, tu avais senti les autres de ton clan s'éloigner quelque peu de toi. Pas par crainte, mais par l'envie véritable de te laisser te ressourcer. Étonnant. Tu ne leur avais jamais demandé autant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 16 Déc 2017 - 18:12
Une garderie. La situation que vivait en ce moment même, l’ex-moniale pouvait se résumer de la sorte. Des enfants. Plein d’enfants lui tournaient tout autour et chahutaient bruyamment. Au XXIe siècle, on croirait entendre des alarmes de bagnole se déclencher éternellement. Mais, en cette époque fictive où la manipulation du chakra donnait lieu à de phénomènes surréalistes, cris stridents et larmoiements se superposaient dans un brouhaha scandaleux. Installée dans une salle du clan Metaru isolé des bâtiments communs, peu de gens étaient heureusement dérangés. Une question subsistait toutefois. Comment Nora s’était-elle retrouvée dans un tel merdier ?
Remontons le temps pour nous ramener à une discussion tout à fait basique entre des femmes aux foyers, toutes mariées à des Metaru. Insérez dans ce groupe de mégères au grand cœur, une Nora, écoutant délicieusement tous les potins rendant le clan des forgerons si fantastique à fréquenter. Et ainsi vous obtenez les bases de ce cataclysme puéril. Les paroles certes incisives, elles s’attelaient à un travail qu’elles avaient humblement accepté. Celui de sublimer bien évidemment le quotidien des hommes suant aux forges ou ailleurs. Mais pas uniquement. L’académie étant encore au stade de projet, les enfants étaient éduquées par les mères avant que les hommes ne daignent leur apprendre des rudiments plus belliqueux…

Quoi qu’il en soit, l’élément qui vint perturber la douce collecte informative de Nora fut une erreur de calcul toute bête. Certains stocks de nourriture s’étant vidés plus vite que prévu, il fallait renflouer les frigos rapidement. Et qui dit renflouer les frigos, impliquait forcément des courses massives. Et qui dit courses, impliquait également, trouver quelqu’un… Un pigeon prêt à (ou capable de) supporter des mômes insupportables. Quoi de mieux donc qu’une moniale à la sérénité apparemment sans faille.
Et voilà toute l’histoire ! N’importe qui serait excédé d’avoir à gérer des enfants capricieux. Quand en plus, du sang Metaru coulait en eux… Je n’insinue absolument rien ! Mais voilà quoi. Toujours est-il que l’ex-moniale dut s’employer pour calmer le troupeau d’hystérie. Alors que Shuu ne l’avait pas encore fécondé, Nora semblait déjà savoir comment s’occuper correctement d’un enfant. Entre punition, amusements et travail, la moniale savait comment trouver un juste équilibre, de telle sorte que l’enfant puisse s’épanouir. Aux paroles douces de sainte demoiselle, les enfants se calmèrent petit à petit. Les dires de l’ex-vagabonde semblaient les passionner. Sept ans de tour du monde, peu de personnes pouvaient se targuer d’un tel palmarès…

Enfin ! Enfin ! La plupart des mamas étaient en de retour pour récupérer leurs gamins après quelques heures d'attentes…

Nora n’esquissait aucune difficulté sur son visage. On aurait presque dit que cette garderie avait été une partie de plaisir pour elle et pourtant... elle avait sué ! Et malheureusement pour l'ex-vagabonde, le baby-sitting n’était pas encore fini. Trois enfants attendaient encore leur maman et à vrai dire… c’était sûrement les pires de tous. Avec eux, la mayonnaise n’avait pas l’air de prendre. Optimistes, l’ex-vagabonde ne cessait de se répéter qu’elle prendrait un moment ou l’autre. Et c’est à ce moment crucial d’inattention qu’ils disparurent de son champ de vision. Dès qu’elle essaya de se donner de la force à elle-même pour les supporter en attendant que leurs mères ne reviennent. Où avait donc disparu ces trois petits chenapans ?
Ne perdant absolument pas espoir, la demoiselle des sables avait analysé la situation calmement. Compte tenu de la porte ouverte derrière elle et de l’absence de tout garnement dans la pièce, elle en conclut que les enfants avaient quitté la pièce pour se perdre dans les couloirs labyrinthiques de la demeure. Sortant donc de la pièce, elle usa de son regard le plus concentré. Le plus perçant. Celui-là même capable de trouver une aiguille dans une botte de foin (j’exagère)… Et là le drame !

Cibles trouvées ! Les trois garnements d’un coup. Elle aurait pu se sentir soulagée en les voyant tous les trois, mais elle était obligée de s’inquiéter pour eux. En effet, se rendaient-ils compte qu’ils signaient très bientôt leur arrêt de mort ? La blague qu’ils était sur le point d'entreprendre était particulièrement suicidaire. Surtout à cause de la personne qui en serait victime : Metaru Reiko. Un monstre parmi les monstre (Du moins selon les rumeurs) ! Allongée tranquillement sur l’herbe, elle avait l’air assoupie, profitant d'un sommeil tant recherchée. La position idéale pour le crime préparé par les cerveaux machiavéliques de trois bambins. Un stylo aux mains pointés sur le visage de la policière, il est clair qu’ils ne comptaient pas lui souligner le contour de l'œil avec un eye liner…

Affolée par le sordide destin qui affecterait les enfants en fonction de leur crime, Nora tenta de se dépêcher de les rejoindre. Mais jusqu’où pourraient-ils aller avant que l’ogre du clan Metaru ne se réveille ? Pourrait-elle arriver avant qu'un drame ne puisse survenir ? D'une certaine manière, c'était l'occasion de voir comment réagirait celle dont les rumeurs étaient terrifiantes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Mer 27 Déc 2017 - 1:21
- Je vais vous tuer.

Froide, brutale, sanglante. Tu avais seulement arqué un sourcil tandis que tu n'avais même pas ouvert tes paupières. Ta mise en garde était simple, précise, concise. Même les marmots qui s'étaient fait l'idée de t'emmerder pouvaient facilement comprendre le danger que cela représentait de s'approcher davantage de toi. Tu avais laissé transparaitre toute ton animosité par tout les pores qui te constituaient. C'était simple, ils approchaient et tu allais leur montrer que ce n'était pas qu'une menace en l'air.

Du coup, la réaction logique de leur part se fit. Ils furent totalement tétanisés, comme s'ils rencontraient pour la première fois un ours prêt à les dévorer. Ils étaient entrain de subir les quelques secondes de tétanies qui précédaient généralement une fuite certaine. Lorsque l'instinct de survie reprenait ses droits sur le corps face à l'idiotie humaine.

Ouvrant grand les yeux, tu tournais ta tête vers eux.

- Bouh.


Des cris, des pleurs, de la panique... Quel joli cocktail à savourer. Ces pauvres gamins n'avaient pas tenu très longtemps avant de se précipiter vers celle qui leur servait de nourrice. Levant les yeux vers elle, tu pouvais voir la fiancée de Shuuhei. Ou encore, celle qui pouvait être catégorisée comme étant ta belle sœur... Youpi.

- Tu devrais mieux surveiller ces gosses. On sait pas sur qui ils peuvent tomber.


Comme toi par exemple. Il était connu dans toute la demeure Metaru que d'entre toutes les choses que tu ne pouvais pas supporter, c'était les enfants qui te rebutait le plus. Tu détestais ces boules d'émotions niaises et fragiles à souhait. Tu te souvenais de ta dernière mission au sein d'un orphelinat avec Hisao. Tu avais du chasser les gamins à coup de pied. Franchement, tu voulais bien faire des efforts sur beaucoup de chose... Mais... Il restait des choses qui ne pouvaient pas changer. Même avec toute la volonté du monde.

- T'as du temps à te consacrer à ce genre de chose ? Avec les derniers évènements, il m'avait semblé avoir déployé tout les effectifs capables.


Enfin... C'était une moine, fiancée du raikage... Elle était assez particulière comme nana. Elle n'avait pas franchement de statue défini, et même si tu étais en théorie sa supérieure, tu ne pouvais rien lui ordonner sans t'attirer les foudres d'un grand frère un peu trop protecteur envers le postérieur de sa femme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 3 Jan 2018 - 21:08
« Vous changez vite de sujet… » admit amèrement la baby-sitter.

Audace. Suicide. La frontière est mince entre ces deux états. En fait, elle dépend surtout de la personne victime de cet état. Quelqu’un de pleurnichard se brisait littéralement tandis qu’un individu violent vous briserait littéralement. Metaru Reiko appartenait clairement à cette deuxième catégorie. Constamment grognonne, la main perpétuellement démangée, une parole ou action déplacée vous assurait de finir valdinguer. Des victimes ? Il en existait partout à Kumo et Nora était certaine d’en trouver très facilement : des gens qu’elle avait annihilé de sa force légendaire et qui se faisait dessus à la simple prononciation de son prénom.
Près de l’ex-moniale, des proies tremblotaient de terreur. Accrochés à l’arrière de son kimono, des mômes larmoyants refusaient déjà scruter leur bourreau. Ce dénouement était tellement évident ! Le soupir de la dame des sables fut abusivement long. Même s’ils ne paraissaient pas vraiment blessés physiquement, mentalement la tigresse de Kumo les avait traumatisées. Un problème pour l’évolution de ces bambins ! Chaque seconde de leur vie, ils repenseraient à cet évènement ou l’aura glaciale de demoiselle aux cheveux orangés les avait paralysés. On dirait presque que Reiko était devenue leur pire cauchemar. Que la garce le souhaite ou non, il fallait qu’elle règle ce malheureux incident :

« Ils ont été téméraires, mais je vous prie de les pardonner… » lui demanda-t-elle en s’approchant de la tigresse.

Ses pas étaient lents, légèrement méfiants vis-à-vis de potentiels retours de flamme. A part son prénom, son caractère repoussant et sa puissance légendaire qui n’était plus à démontrer, Nora ne connaissait rien d’elle. Bien sûr, elle était consciente du lien qui les unirait très bientôt, celui de belles-sœurs, mais tout s’arrêtait là. Shuu faisait preuve de réticence dès qu’il s’agissait de parler famille. Un peu comme Nora en fait. Ils n’avaient pas honte de leur sang, loin de là, mais en discutailler réveiller toujours de vieilles blessures. Etait-ce une bonne idée d’amorcer une conversation avec elle ? Aucune idée. L’ex-moniale devait au moins régler les différends qui existaient entre les parties concernées.
Toujours agrippée à elle, les enfants refusaient d’observer cette démone bougonne. Un jour ou l’autre, il le faudrait. En tant qu’homme en devenir, ils se devaient d’assumer leurs erreurs. C’est pour cette raison que Nora les incita à relâcher l’emprise qu’ils avaient sur ses vêtements. La tête dégoulinante de larmes et de morves, ils faisaient peine à voir. Et s’ils décidaient de ne pas écouter le conseil qu’elle donnerait, ces gamins risqueraient de lui faire violemment pitié. La voix plus dure, mais le regard maternel, la moniale exprima une mission à accomplir :

« Vous aussi, excusez-vous ! Vous n’auriez pas dû la déranger… »

Avec obligeance, l’ex-moniale se décala pour les laisser appliquer l’ordre demandé. Les mirettes déviant de droite à gauche, ils furent d’abord réticents à s’excuser. En soi, ils n’avaient même pas pu exécuter leur malicieux plan. A quoi bon s’excuser ? Ils avaient l’esprit un peu étroit. Avoir l’idée d’un crime n’avait rien d’un crime pour eux. Néanmoins, pour qu’ils grandissent correctement, il était nécessaire que ce constat soit une vérité. Réservés quant à s’excuser, le sérieux qu’afficha leur gardienne les contraignit finalement à s’employer. Tout d’abord, ils commencèrent à s’approcher davantage de leur bourreau. Puis, le dos courbé en avant, les yeux plongés vers le sol, ils crièrent de tout leur courage :

« On est BEAUCOUUUUUP désolé ! » quelques bredouillements larmoyants étaient encore audibles. La tigresse de Kumo les terrifiait simplement. Ils n’arrivaient plus à lever la tête. Les pauvres…

Au moins, le plus important était fait. Peut-être que Reiko serait d’humeur miséricordieuse et les accepterait. Et si par le plus grand des hasards, aujourd’hui était une journée bénie des Dieux, Reiko s’excuserait à son tour de son sursaut agressif. Elle avait sa part de fautes à assumer et Nora tenta subtilement de la forcer à des excuses elles-aussi :

« Ne sont-ils pas adorables ? » s’exclama-t-elle joyeusement. « Vous allez les pardonner n’est-ce-pas ? » enchaina-t-elle ensuite. Par cette ingénieuse manœuvre, elle forçait Reiko à voir la vérité en face et à accepter ses erreurs. De son point de vue, son plan de réconciliation se déroulait bien. A ce stade, ils pourraient tous marcher main dans la main. Malheureusement, l’ex-moniale avait omis un détail. Un seul détail : Une rébellion… « MAIS VOUS ÊTES QUAND MÊME UNE MECHANTE !!!! » hurlèrent les enfants peureux n’osant même lever la tête.

L’ex-moniale était prise de court et ne sut quoi rétorquer ! La tigresse par contre…. Misère, misère ! La suite s’annonçait désastreuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Jeu 4 Jan 2018 - 20:56
Soit...

Tu fixais dangereusement les gosses qui tentaient de toujours plus se voiler derrière l'accoutrement de la femme du Raikage. Tu n'appréciais guère ce genre de créature, petite, teigneuse et sans aucune once de respect. Soupirant, tu les avais tantôt menacé et d'une certaine manière, tu le faisais toujours. Il y avait des choses plus fortes que toi, et l'idée de trainer avec des gosses te révulsait au plus haut point.

Enfin bon... Ceux-ci s'étaient excusés après avoir été forcé par Nora. Étrange de voir qu'une personne aussi pieuse pouvait avoir suffisamment d'autorité... En même temps, ce n'était pas si étonnant que cela. Si elle n'avait été qu'une cruche adepte de la religion, elle n'aurait jamais survécu une seule seconde à ton frère. Ou du moins, elle ne lui serait pas restée sous la dent. Shuuhei aimait les plaisirs de la chair, et avec Nora, il était clairement servit. Néanmoins, il avait besoin de plus que cela. Pour confier son cœur à une autre personne, il avait besoin d'aimer son corps mais aussi son esprit...

Tu soupirais finalement lorsque l'un d'entre eux plus téméraire vint te traiter de méchante. Tu aurais pu l'exterminer sur le champ, mais voir l'affolement sur le visage de Nora t'avait suffit pour désamorcer la menace que tu représentais. Tu avais beau t'être ouverte avec un maximum de personne, il restait toujours ce fait indéniable. Il ne fallait pas déconner avec toi... C'était une réputation qui te collait à la peau et que tu ne cherchais même pas vraiment à t'en débarrasser. Au final, tu étais ce que tu prétendais être, rien de plus rien de moins.

Soupirant lourdement, tu baissais tes yeux vers les petits teigneux.

- C'est la vie. Je ne suis pas là pour vous amuser, c'est le rôle de Nora ça.


Tu parlais avec un froid cinglant. Le ton de ta voix ne laissait jamais rien présager, de bon surtout... Mais bon, maintenant que tu étais persuadée qu'il n'allait plus t'approcher à travers des idées malsaines, tu n'avais plus à t'inquiéter de leur présence. Ils avaient beau faire les malins en t'insultant d'une certaine manière, ils n'auraient plus jamais le courage de tenter quoi que ce soit avec toi.

- Allez les marmots, vous avez certainement d'autres personnes à aller embêter.


Faisant alors un mouvement de la main pour les faire déguerpir, ceux-ci ne se firent pas prié, te laissant l'espace de quelques instants avec ta belle-sœur. De quoi peut être en apprendre davantage sur elle...

- Tu m'as l'air de bien aller mine de rien...


Encore une fois, elle pouvait te relancer sur la précédente histoire avec les gosses. Mais pour toi, l'affaire été conclue. Plus tard en grandissant, certains tenteraient de se rebeller contre toi. La simple idée de t'affronter les rendront plus fort et feront d'eux des hommes matures et complet. Puis, ils se rendraient compte que leurs aprioris étaient en réalité ridicules. Nué avait fait la même, Kinzoku aussi, et la plupart des autres adolescents Metaru en manque de sensation. C'était ta manière à toi de servir au clan.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 4 Jan 2018 - 23:58
Ah tristesse ! Immense tristesse ! Les petits chérubins venaient sérieusement d’être traumatisés par la tigresse du clan Metaru. Ce regrettable épisode risquerait de les marquer à vie. A présent, il ne grandirait sûrement pas de la même manière. Ils se feraient littéralement dessus à la simple pensée des yeux glaciaux issus de Metaru Reiko. Chacun de ses mots résonnant dans leur tête serait un fouet qui blesserait éternellement leur amour propre. Certes, il y aurait beaucoup à apprendre de ce cuisant échec, mais seront-ils suffisamment forts pour le surmonter ? Pourront-ils se servir de cette humiliation comme d’un tremplin ? L’avenir seul lui montrera si ces petites victimes deviendront de véritables guerriers ou de véritables ratés.
Mais revenons à nos moutons ! Le piteux état des bébés fuyards était évidemment chagrinant, mais les conséquences auxquels s’exposaient Nora et Reiko l’étaient tout autant. Alors que la demoiselle des sables était chargée de s’occuper de ces enfants, elle n’avait su les prévenir suffisamment de ce fiasco évident. Martyrisés, partis la queue entre les jambes, il est clair qu’ils iraient tout cafter à leurs paternels. Par conséquent, plus tard, elles auraient à gérer des parents consternés par l’état lamentable de leurs bambins. Reiko devait sûrement être habitué à ce remontage de bretelles. Nora par contre, n’étant pas issu directement de ce clan, avait quelques appréhensions…

Il valait mieux ne pas y penser maintenant. Quelques soupirs l’assistèrent dans ce futur sombre. En présence de sa future belle-sœur, elle ne voulait paraître faible :

« Pourquoi irais-je mal ? Je ne suis pas morte ! Ce n’est pas encore la fin du monde, non plus ! Donc, tout va bien ! » lui révéla-t-elle enjouée. Ici, optimisme était de mise et ce genre de réponses correspondait à ce qu’elle pourrait dire normalement.

En effet, Nora s’était imposée un grand défi : être respectée de ce clan de brutes sans avoir nécessairement à utiliser la force. De par ses nobles actions, elle voulait être acceptée de cette ancestrale famille, mais elle savait pertinemment qu’elle ne pourrait éternellement cacher ses compétences moniales. Durant l’examen de chuunin. Pendant l’assaut du marionnettiste. Elle avait déjà dû s’employer à plus ou moins grande mesure.
M’enfin… il n’était pas question de batailler là. Vu l’heure, les parents des pauvres gamins devaient être rentrés. Elle n’avait en théorie plus à s’occuper des petits. Très bientôt, les parents s’occuperaient de son cas… Mais rien ne pressait ! Tant qu’elle pouvait décaler l’échéance fatidique, elle le ferait. Et puis, en y réfléchissant, Nora avait l’inestimable chance de pouvoir discuter calmement avec sa future belle-sœur, éminente Jonin du village de Kumo.

« Par contre, vous m’allez l’air un peu bougonne, Reiko... » lui envoya-t-elle naturellement.

En parlant de la sorte, elle se risquait à des représailles. Pourtant, elle ne semblait pas éprouver la moindre crainte. Peut-être se savait-elle protégée par la puissance de son fiancé ou sûrement la folle audace composant sa personne et qui parlait à la place de la raison. Essayer d’entamer une conversation était souvent une tâche ardue. En agrémentant l’ennui d’un peu de folie, les débats pouvaient aisément débuter. Attention, il fallait toutefois bien doser ! Trop de folies et la conversation s’enflamme ! Et avec une interlocutrice comme Reiko, des mots de travers et des explosions fuseraient dans tous les sens.

« Vous êtes une femme Reiko et il est probable que bientôt vous deveniez une mère devant s’occuper avec amour de ses enfants ! Ne l'oubliez pas ! » la sermonna-t-elle d’une gentillesse apparente.

Toute fière de ses propos et très confiante de ses actions, elle s’était approchée de la tigresse de telle sorte que leurs épaules s’alignèrent. Aucune mauvaise intention ne semblait l’animer. Sa seule envie ? Discuter de tout et de rien avec Reiko. Un peu de son culot viendrait pimenter leur conversation, mais le tout resterait très gentillet. Donc, comme à son habitude, l’ex-vagabonde eut l’air un peu joueuse, preuve de son audace suicidaire. Malgré tout, cet affreux critère était l’un des atouts faisant toute sa beauté. Une beauté complexe que seule Shuu avait su comprendre et accepter à Kumo.
Mais qu’en était-il pour la tigresse Metaru ? Au vu de son caractère polaire, il était peu probable qu’elle ait en ce moment, un homme dans sa vie. En se basant sur sa terrible réputation au sein de la cité des nuages, l’hypothèse la plus vraisemblable serait que la demoiselle ait tué la totalité de ses prétendants. Une supposition si effrayante que la demoiselle des sables n’espérait pas s’approcher de la vérité. L’habit ne fait pas le moine. En effet, à la surprise de tous les pervers vivant à Kumo, le grand queutard qu’était Metaru Shuuhei avait décidé de se marier. Conclusion ? Il était tout à fait possible qu’une femme au caractère complexe cache aux yeux de tous, un amour inassumé. Autant lui demander directement :

« Tant que j’y pense, puisque nous sommes entre femmes… » Elle pivota devant la puissante guerrière pour lui faire face. Le visage couvert d’une douce malice, Reiko pouvait sentir les ennuis qui lui tombaient avec imminence dessus « Vous devez bien avoir un petit-ami, pas vrai ? A votre âge, cela paraitrait logique ! » Ses yeux grossirent déraisonnablement. Elle avait flairé le scoop énormissime et tant que le sanglier agressif n’avait esquissé une once de refus, elle prendrait ce mutisme pour une réalité. Etant face à elle, Nora s’approcha abusivement d’elle pour avoir un aveu. « Alors comment s’appelle l’élu de votre cœur ? » enchaîna-t-elle prise d’un enthousiasme excessif. Des étoiles brillaient aveuglément dans les yeux. Ce genre de potins idiots et privés l'intéressait particulièrement.

Mon avis qu’il n’était pas une bonne idée de tenter une persuasion si démesurée sur une personne comme Reiko… Galère, galère ! Nora s’était un peu trop excitée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Ven 12 Jan 2018 - 15:35
Trop proche...

Tu restais bloquée dans un mutisme de retenu, tentant de calmer les pulsions sauvages qui sévissaient dans ta chair... Elle s'approchait beaucoup trop de toi, que ce soit physiquement ou mentalement... Jusqu'à preuve du contraire, tu ne lui avais pas autorisé à allé aussi loin dans ce qui était le territoire de ton intimité. Tu n'étais pas pudique pour un sou, mais tu avais encore clairement du mal à accepter que quelqu'un s'approche de toi de la sorte... Mais ce n'était que le début...

Celle-ci continuait, toujours plus proche de toi... Tentant de sonder ton esprit, chose bien perplexe en réalité... Toujours muette face à son culot déraisonnable, la moniale était sans doute trop occupée à jouer avec tes nerfs pour comprendre que ton poing s'était déjà fermement resseré. Il ne manquait plus que tu embrases la poudre à canon pour décrocher sa tête de ce corps qui lui avait valu les faveurs de ton frère...

Proche...

Beaucoup trop proche... Les secondes passaient et celle-ci s'accordait toujours plus de chose avec toi. L'audace ? La folie ? Une envie suicidaire ? Ou encore une envie de te montrer qu'elle était protégée par le voile que représentait Shuuhei. Celui-ci avait été bien le seul a avoir posé une main sur toi sans représailles depuis plus d'une décennie.

Au fond de toi, tu n'avais envie que d'une chose, rugir, te laisser aller à ta colère ainsi que ta bestialité... Bien que tu avais entamé un processus de sociabilisation, tu n'étais pas encore à ce stade de ton traitement mental. Nora devait certainement sentir des ailes lui pousser pour penser être capable de griller les étapes comme ça... Tu trainais encore un trop lourd passer pour pouvoir le balayer de la sorte. Et cela se voyait pas ton corps, nerveux à souhait.

Au final, tu n'avais compris que quelques brides de ces mots. Elle te parlait d'être mère, de petit-ami, d'élu de ton cœur... Bien entendu, il était évident que tu n'en avais rien à foutre de ce genre de truc. Tu t'étais isolée de ce genre de chose depuis bien trop longtemps pour espérer renouer des liens avec ce genre de normalité. Non... Pour le moment, elle pouvait creuser autant qu'elle voulait, ton esprit était vide de tout instinct maternel, amour ou autre fioriture de ce genre.

Néanmoins, ce n'était pas une réponse orale que tu allais lui donner. Ton corps t'ordonnait tellement de l'abattre sur place que tu n'en avais de toute manière pas les moyens physiques pour lui rétorquer de manière civilisée... Et cela ne manqua d'ailleurs pas, tandis qu'elle avait franchit la limite à ne jamais dépasser, sans t'en rendre compte, ton poing se dirigeait déjà à toute allure vers son crâne.

Tout s'était déroulée en l'espace de quelques millisecondes à peine... Ton poing fissurant l'air ambiant, pointant promptement vers le visage de la belle de ton frère. A moins d'un élan de rationalité instinctif de ta part, plus rien ne pouvait la sauver de ce poing qui en plus semblait bien plus armé qu'à son habitude...

Mais rien... In extremis, ce fut le mot. Ton coup s'étant arrêté alors à quelques millimètre de ces joues pleine de vigueur. Tu pouvais d'ailleurs toi comme elle sentir l'air comprimé face à l'élan de ton coup se dégager aussi tôt. La fixant dans les yeux, elle n'avait certainement même pas encore compris que son intégrité physique avait faillit être révolue.

Prenant alors un léger saut de recul afin de reprendre tes distances, tu soupirais...

- Ne m'approche pas... Je ne suis pas encore habituée à ce genre de ... proximité...


Néanmoins, le fait qu'elle n'était pas au sol entrain de déplorer sa mâchoire brisée était un signe véritable de ta progression dans ta volonté de t'améliorer. La Reiko de quelques mois l'aurait certainement torché, quand bien même elle était ta belle-sœur.

- Et non, je n'ai rien de tout ça. Tu devrais t'en douter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 15 Jan 2018 - 12:10
Frissonnants. La vie était belle en surprises, d’où son goût si excitant. De nos jours, tout pouvait être prétexte à une mort certaine. Des paroles de travers et vous pouviez faire la une des journaux comme étant la victime d’un meurtre morbide… La frontière entre la vie et la mort était plus proche qu’il n’y paraît et Nora en avait eu la confirmation aujourd’hui. Ce poing fermé était une mise en garde soulignant que sa vie n’avait tenu qu’à un fil. Reiko n’avait pourtant plus à prouver l’étendue de ses capacités. Pouvoir héréditaire, grade honorable, caractère belliqueux. Tout parlait pour elle. Dans un face-à-face sanguinolant, la demoiselle des sables n’avait simplement aucune chance et elle en était pleinement consciente.
Pleurer d’effroi aurait été excessif, même durant cette situation terrifiante. Plus que de la peur, la première Dame avait frémi d’excitation. Son soupir ainsi que ses lèvres dégageaient une pointe d’assurance irrespectueuse. Pour une demoiselle se devant de prôner la sainte pureté, elle ne détestait guère ce genre d’adrénaline. Et l’adrénaline avait pour conséquence de la désinhiber mentalement. Les limites intérieures qu’elles s’infligeaient commencèrent à se desserrer lentement. Sa malice se mélangeait à une audace se désentravant gouttelette par gouttelette… Reiko aurait dû être plus ferme. Quitte à s’attirer les foudres de Shuu, elle aurait dû aller jusqu’au bout de son geste. Généralement, il n’y avait que dans la brutalité que Nora apprenait. Son futur époux l’avait bien compris lui...

« Ah bon… j’étais pourtant sûre que vous en aviez un. »
lui affirma-t-elle légèrement contrariée.

Qu’est-ce que je disais ? Sa légendaire hardiesse était passée outre cette menace de mort anodine… Prenons un exemple simple ! Parmi tous les êtres humains peuplant ce monde, beaucoup savaient que le feu brûlait. Puis il y avait ceux qui étaient fascinés par son envoûtante chaleur et qui ne mesurait le danger de s’en approcher. Forte donc de sa stupidité et passant au-delà tous les avertissements de Reiko, Nora décida de s’approcher à nouveau d’elle. La tigresse avait les crocs aiguisés. L’animal l’avait prouvé en perforant l’air devant la face d’une moniale, sous-estimant les risques qu’elle encourrait. Le moindre faux-pas et sa vie se terminait. Une épée de Damoclès planait toujours au-dessus de sa tête.
Qu’il était touchant d’être complètement barré dans sa tête. De savourer sa vie intrépidement en négligeant sur le moment, les risques de telles actions. Liée à l’homme le plus puissant de ces terres, les présomptions pestilentielles devaient logiquement être exclues. Maintes fois, Shuuhei le lui avait répété. Que ce soit avant leurs fiançailles ou même pendant cette période de flottement où le mariage ne pouvait encore pointer le bout de son nez. Pourtant, la curiosité avait parlé ! Plus puissant que n’importe quel bouclier, elle l’aidait à avancer dans ce qui ressemblait à un futur lynchage prévisible. Reiko pensait en avoir fini avec Nora… la bonne blague !

« Pourtant, vos cheveux sont vraiment magnifiques… » annonça les yeux tournoyant d’une admiration brûlante. Satisfaite de sa chevelure ébène, la demoiselle des sables n’aurait toutefois pas été mécontente de naître avec une crinière maïs. S’enchaîna alors un toucher fugace sur la blonde capillarité. Un rêve que de tâter une si ravissante chevelure. La moniale lui adjugea alors un compliment bien bizarre « On dirait de la laine… c’est doux ! » tout en s’extasiant de cette palpation furtive. Sincérité ? Oui ! Gros emmerdeuse ? Oui aussi, contre son gré !

Aisément, elle comprit qu'il fallait se replier. Déjà oui ! La vendetta risquait d’être dévastatrice et même sans être un senseur, Nora s’attendait à un retour de bâton fulgurant. Quelque chose d’encore plus puissant que le poing de sommation envoyée tout à l’heure. Clairement, elle s’était imaginée dans un lit d’hôpital pour les trois prochains mois. Aussi, dès qu’elle eut effleuré ces cheveux dorés, elle recula furtivement sans pour autant trop s’éloigner de Reiko. Il n'était pas question de terminer cette discussion, mais de prendre quelques précautions. Si une frappe herculéenne avait été balancée à ce moment, l’ex-vagabonde avait probablement su l’éviter...
Ce n’était que partie remise, évidemment ! La tigresse de Kumo aurait tout le temps et avait surtout toute la dextérité nécessaire pour lui asséner efficacement des coups de tatanes… Quoi que, sur un malentendu, la Jonin n’avait peut-être pas détesté se faire caresser la crinière. Un fétichisme caché ? Qui sait ! Toutes ses informations de garçons défigurés par la blondasse n’étaient peut-être que des rumeurs infondées. Demeurant certes une Metaru, Reiko cachait peut-être un cœur tendre attendant juste d’être accepté par quelqu’un. Juste pour vérifier, il valait mieux demander le sort qui lui serait réservée :

« Vous allez me tuer parce que je les ai touchés ? » s’arrêta-t-elle nette, toute intriguée par sa propre question. A sa gueule niaise, on croirait qu’elle se fichait éperdument du sanglier prêt à charger devant elle. Pourtant sa question était des plus sincères et son ton calme et gentillet en était la preuve. « C’est juste que les trouvais tellement beau ! » se reprit-elle avec engouement pour lui témoigner davantage son honnêteté.

Des endroits où se faire enterrer ? Nora avait encore quelques hésitations quant aux terres, propices à accueillir son corps décédé… Encore faudrait-il qu’elle meure aujourd’hui et là encore, rien n’était complètement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Jeu 18 Jan 2018 - 16:43
Folle...

Cette être immonde était totalement dénué d'instinct de sécurité... Tandis que tu avais fait un premier tir de sommation, celle-ci s'était agglutinée à toi comme attirée par tout le danger qui émanait de toi. Elle gravitait tellement autour de toi, tel un vautour, qu'elle en vint à te toucher sans ta permission... Tu détestais cela, même Shuuhei n'était toujours pas à l'abri d'un réflexe purement conditionné. Encore une fois, jusqu'ici, il pouvait se vanter d'être le seul à pouvoir imposer autant de proximité avec toi... Mais celle-là...

Ainsi, une nouvelle fois ton souffle se fit court, tes nerfs ressortant toujours plus tu n'arrivais plus à garder ta sérénité d'esprit...

Bien entendu, Nora eu un élan de raison et s'éloigna de toi de quelques pas, afin de ne pas non plus trop attiser ta haine... Mais elle avait déjà franchit une limite qu'il ne fallait clairement pas franchir... Il n'y avait plus de moyen de reculer pour elle, et malgré toutes tes résolutions, plus rien de tout ça n'importait pour toi...

Néanmoins... Tu approchais d'un pas lent, doux, tranquille,calme... Aux antipodes de la réaction que tu aurais du avoir. Tes mains se relâchèrent, ton corps blindé se décrispa tandis que tu te rapprochais à ton tour de la moniale. Levant ta tête en direction de ta belle-sœur, tu n'affichais plus aucune hostilité, simplement un neutre plat...

- ...


Une fois arrivée à sa proximité, tu ne disais rien, tu restais parfaitement calme... Bien entendu, si Nora avait eu la chance de passer plus de temps avec toi, elle aurait sans doute remarquer que ton état n'était pas habituel. Et que te voir aussi calme après tout ce qui s'était passé était davantage effrayant que de te voir t'enrager... Généralement, c'était l'ultime limite que Shuuhei n'osait jamais franchir avec toi. Lorsque tu étais ainsi, il savait qu'il devait décanter la bombe qui sommeillait dans ton esprit ou fuir au plus vite. Il était clairement plus intelligent que sa fiancée.

Respirant un bon coup, tu posais ta main sur son épaule. Tes yeux fixant les siens, en l'espace d'une micro-seconde ton état changea du tout au tout. Passant du blanc au noir, ton visage se déforma dans une colère aveugle et tout ton corps se ré-arma de nouveau prêt à faire feu. Mais pour elle, aucun échappatoire. Ton emprise sur son épaule était absolu et c'était à peine si tu ne menaçais pas de la réduire en miette.

Il te fallut d'une autre seconde pour la faire passer par dessus toi, à travers une prise de judo que tu avais maitrisé il y a bien longtemps maintenant. Si tu étais une bête assoiffée de sang, tu n'en restais pas moins une artiste martiale aguerrit.

La rabattant au sol sur son gros cul, le choc fut si important qu'il déforma une partie de la terre à travers un impact effrayant. Bien entendu, même dans ton élan de colère extrême, tu avais réussi à conserver à semblant de raison pour ne pas la tuer sèchement. Nora avait un postérieur outrageant, celui-ci allait pouvoir encaisser l'impact sans l'ombre d'un doute.

Bien entendu, elle allait avoir du mal à marcher et à s'assoir pour les prochains jours. Au moins pour une fois, cela n'aurait pas été la faute de Shuuhei...

Regardant alors son corps gisant au sol, tu lâchas un grognement avant de déguerpir de la place. Tu étais venue pour te détendre et un parasite avait su te faire chier !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

La Sœur et la Belle sœur [pv Nora]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: