Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Beuverie amicale (Akimoto)


Sam 17 Juin 2017 - 0:37
Bara rouspéta pour la dixième fois le plus jeune de ses frères en le retenant à bout de bras pour ne pas qu'il franchisse la porte de sa chambre. De ses yeux bleus elle défiait la force de ce dernier qui faisait bien une tête de plus qu'elle malgré son jeune âge. Il n'y avait rien à faire. La rousse était le vilain petit canard de la portée, petite, fluette, il lui était presque aisé de passer entre les jambes de ses parents pour se faufiler dans leur dos sans qu'ils ne la remarquent. Même sa mère était plus charismatique, physiquement, qu'elle.
Un soupir quitta les lèvres de l'aînée qui relâcha la pression de ses mains et entendit le corps lourd de son cadet sur le plancher alors qu'elle s'était écartée de deux pas pour l'esquiver.

- Tu es trop lourd Daiki... pousse toi de ma chambre maintenant ou tâte de ma lame...
- Oui oui Oneesan...

Le jeune rouquin se leva d'un bon et retourna s'entraîner avec leurs autres frères. De son côté, Bara récupéra sa lame qu'elle attacha soigneusement à sa ceinture, puis sortit en criant un : je vais faire un tour !

Il faisait bon en ce début d'après-midi et la jeune femme comptait bien aller boire un coup dans une petite taverne qu'elle appréciait plus que tout au centre du quartier commerçant. Ainsi elle pourrait aussi faire son habituel petit tour des différentes échoppes, saluer les marchands et demander s'ils avaient besoin de son aide cette fois-ci ou non. Mais enfin, qui voudrait de l'aide d'une si petite femme ?
Tout en chantonnant pour se changer les idées, elle passa à côté d'une boutique d'étoffes au niveau de laquelle ses pas se figèrent. Là, un peu plus loin au fond de la boutique, quelque chose venait de lui taper dans l'oeil. Ses sifflements cessèrent et elle poussa la petite porte déjà entrouverte. Un très présent « bonjour » quitta les lèvres de la Borukan qui atteignit rapidement le mannequin où se trouvait l'objet de toutes ses convoitises du jour. Un somptueux foulard tout de noir et d'or paré qui n'attendait qu'une seule chose, être porté.
Tendant sa main fine vers ce qui la fascinait, Bara entendit une voix et des pas derrières elle.

- Il vous intéresse demoiselle ?
- Oh pour sûr m'dame. Mais, pensez-vous qu'il m'irait ?

La vendeuse s'approcha, retira l'étoffe du mannequin et la tendit à la rouquine qui s'empressa de la passer autour de son cou. Sous un sourire et un petit applaudissement de la femme, Bara procéda à un petit marchandage avant de repartir avec ce qui lui avait plu.

C'est ainsi que la demoiselle passa entre les villageois jusqu'au lieu de détente. Elle tripottait gaiement le tissu autour de son cou alors qu'elle fit un large geste pour se signaler au patron. D'un rapide coup d'oeil Bara remarqua quelques hommes de son clan, difficile de ne pas les reconnaître à leur taille et leur manière de parler. Certains devaient même être des amis de son père, si elle ne se trompait pas. Venant se poser contre le bar, car elle n'avait nul envie de se faire embarquer à l'une des tables remplies d'hommes, elle commanda du saké et posa quelques pièces sur le comptoir avant de recevoir son bien.
D'une traite, elle sentit le feu couler lentement dans sa gorge et laissa un soupir de soulagement quitter ses lèvres.

- Bon sang patron, un autre !

Alors qu'elle faisait cette seconde demande, elle se tourna vers la salle et les hommes.

- Et j'paye une tournée !


Après tout, elle avait prit l'argent de son père récolté lors de ses missions... Elle avait de quoi payer tout ça.

_________________
*~. Aurais-tu un peu chaud Invité ? .~*

Ty Shinichi ♥
"Je ne pleure pas par faiblesse,
Je n'endure pas par force"
rapière de Bara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t24-borukan-bara-finit#117

Sam 17 Juin 2017 - 4:53
Quelques jours plus tôt, Akimoto avait reçu un message de Kotori, un ancien frère d’armes qui avait quitté la ville il y a plusieurs années pour se lancer dans une carrière de mercenaire auprès d’une compagnie de transport de marchandises. Toujours sur les routes à protéger des marchands et des cargaisons, il n’était que rarement de passage à Iwa, ses missions l’amenant à quitter pour de long mois à la fois. C’était la première fois en trois ans qu’Akimoto était présent au village lorsque son vieil ami était de passage. Depuis qu’il avait su la nouvelle, l’imposant shinobi ne tenait plus en place. Kotori et lui avaient travaillé ensemble pendant des années, chassant et combattant les scélérats en tout genre. Plus qu’un compagnon de combat, Kotori avait également été l’un de ses plus grands partenaires de boissons. Oh combien de fois avait-il été les derniers à quitter une taverne du coin, complètement ivre, foutant la pagaille dans les rues en tentant de retrouver le chemin de la maison. C’était le bon vieux temps!

Akimoto était impatient également d’entendre les histoires de son comparse. Trois longues années sur la route, il devait en avoir à raconter des choses. Cette pensée avait fait grimacer notre protagoniste un instant. Quelle histoire allait-il avoir à raconter lui? De quoi allait-il bien pouvoir se vanter? Aki était toujours dans la fleur de l’âge, cinquante-et un an pour un Borukan, ce n’était rien! Son grand-père était resté sur les champs de bataille jusqu’à l’âge vénérable de quatre-vingt-douze ans, où il était mort empalé sur une lance – dont le propriétaire avait été carbonisé dans un torrent de lave quelques secondes plus tard. Mais…qu’avait-il donc accompli dans les dernières années? Certes il avait facilité la fondation d’Iwa en sécurisant les routes du pays, mais cela était un exploit du passé, auquel Kotori avait participé d’ailleurs. Il était bel et bien devenu instructeur pour une bande de mioches désireux de devenir ninjas. Mais mis à part qu’il avait envie de tous les étouffer, il n’y avait pas grand-chose à dire. Et surtout rien à en être fier. La rénovation de Rokkusu et sa refonte en Iwa se devait d’être l’avènement d’une nouvelle ère pour les shinobis. Mais mis à part l’obtention d’un titre lambda – il avait le vénérable grade de Jônin apparemment – et une plaquette de métal portant le nouveau symbole du village pour en signifier son appartenance, Akimoto ne sentait pas que cela lui avait apporté quoi que ce soit. Bien entendu, il y avait plus de shinobis que jamais dans le coin, mais on était loin de ce à quoi il s’attendait.

Inquiet, mais ne le montrant pas, Akimoto avait quitté sa demeure en début d’après-midi pour prendre la direction de sa taverne favorite où il avait donné rendez-vous à Kotori. Quelques minutes plus tard, après s’être frayé un chemin dans la foule, l’imposant Borukan franchit la porte de la taverne. À peine à l’intérieur, qu’un rugissement se fit entendre dans le fond de la salle. « Kuma-san! Par ici! » C’était Kotori. Tout comme Aki, il avait la carrure typique d’un Borukan. Son vieil ami n’avait pas changé, si ce n’était que quelques cheveux gris dans sa crinière noir ébène et une barbe légèrement plus longue qu’autrefois. Visiblement, Kotori ne l’avait pas attendu pour commencer à boire, ses pommettes étaient déjà rougeâtres et trois verres vides se trouvaient sur la table. « Bouhahah! T’es déjà bourré ?! T’as pas changé ! » cria Akimoto par-dessus le vacarme de la pièce. « À boire garçon! » ajouta-t-il en faisant signe à un serveur.

Le temps passa et heureusement pour Akimoto, le temps ne vint jamais pour lui de raconter – ou plutôt d’inventer – ses histoires. Kotori passa un long moment à raconter toutes les choses sordides qu’il avait vu durant ses voyages, notamment la guerre civile qui faisait rage à Hi no Kuni. Puis, quelques autres vieux Borukan vinrent s’asseoir à leur table en reconnaissant son ami. N’aimant pas particulièrement ces nouveaux venus, Aki se leva et s’approcha du bar pour commander à nouveau à boire. Un peu plus loin au bar, une petite rouquine enfilait les verres de saké comme si c’était de l’eau, un caractère que notre titan appréciait particulièrement chez une femme. « Et j’paye une tournée! » dit-elle en se tournant vers la salle bondée. Akimoto sourit, but son verre de saké d’un trait et accepta volontiers celui que le barman lui tendit. « Hééé bien gamine, ça fait toujours plaisir de se faire offrir à boire. Je vous en offre un en échange? » En pleine après-midi, et déjà, Aki était déjà bien éméché. On est Borukan ou on ne l’ait pas après tout. Sans attendre la réponse de la jeune fille, il fit signe au barman et déposa quelques pièces sur le comptoir. « Allez garçon, un autre verre pour la rouquine! »

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Sam 17 Juin 2017 - 14:42
Elle ne l'avait pas vue celui-là, pourtant bien difficile de le louper avec son gabarit. Mais Bara avait tellement l'habitude de devoir lever les yeux pour regarder les siens qu'elle finissait par ne plus les remarquer, comme ce fut le cas pour cet homme.
Le terme de gamine la fit tiquer plus que tout le reste. Pour qui se prenait cette montagne pour lui dire, à elle, qu'elle était une gamine ? Fronçant légèrement les sourcils, elle fit une petite moue avant de sentir quelques effluves d'alcool lui monter aux narines. Alors il buvait un peu lui aussi ?
Son air changea du tout au tout, non sans oublier le surnom dont l'avait gratifier l'homme à ses côtés. Se retournant contre le bar pour avaler un nouveau verre, une teinte rosé se porta sur ses joues.

Le sourire aux lèvres, elle leva sa main gauche et appuya son index sur le torse de l'homme avant de parler.

- Dis-donc papy... j'te permet pas d'm'appeler Gamine. On a pas élever les cochons ensemble d'acc ?


Mais son sourire ne se dissipait pas alors qu'elle tentait d'avoir fière allure du haut de son petit mètre soixante. D'un geste de sa main droite vers le barman, elle continua de sa voix légère, non sans être gênée par le fait de tutoyer son aîné.

- Tu ne pourras m'appeler Gamine qu'à une condition... que tu me batte en concours... et pas n'importe lequel !

Reculant d'un demi-pas, Bara retira par la même son index du buste d'Akimoto avant de poser ses deux mains sur ses propres hanches et d'annoncer fièrement.

- Je te pari que je tiens mieux l'alcool que toi !

Elle n'était pas une Borukan pour rien. Les défis de ce genre, qu'elle faisait le plus clair de son temps en compagnie de son paternel, elle les appréciait, même si la suite la faisait souvent rougir de honte. Il n'était pas temps de penser à l'après, le présent était bien plus intéressant.
Sortant de derrière elle une petite bourse remplie de pièce, elle annonça au tenancier :

- Patron, sort nous plein de saké... on a des compte à régler, pas vrai ?

Elle tourna un visage rayonnant vers Akimoto, contrastant tellement avec sa manière d'agir qu'elle ressemblait plus à une douce jeune femme qu'une Borukan.

- Papy... je te laisse choisir la table du duel ok ? Je paye les premiers verres... et si on tient et qu'j'ai plus d'argent, je compte sur toi tu veux bien ?


Elle respectait l'homme à ses côtés, non pas de part sa carrure, mais par le regard qu'il avait et la manière dont il se tenait. Son père, elle le respectait aussi, mais uniquement parce qu'il était celui qui lui avait, avec sa mère, donné la vie. Le Borukan en face d'elle dégageait réellement autre chose, mais elle ne saurait dire quoi pour le moment, outre le fait qu'il lui avait inspiré ce défi puéril.

_________________
*~. Aurais-tu un peu chaud Invité ? .~*

Ty Shinichi ♥
"Je ne pleure pas par faiblesse,
Je n'endure pas par force"
rapière de Bara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t24-borukan-bara-finit#117

Sam 17 Juin 2017 - 18:03

Visiblement, la rouquine n’avait pas apprécié le petit sobriquet dont Akimoto l’avait surnommée. Dès qu’il avait prononcé le mot gamine, de petits éclairs s’étaient allumés dans son regard qui le foudroyait maintenant. Le barman déposa un verre devant elle, qu’elle s’empressa de boire d’un trait elle aussi, avant de se retourner vers lui pour s’approcher. « Dis-donc papy...j'te permet pas d'm'appeler Gamine. On a pas élever les cochons ensemble d'acc ? » dit-elle en plaçant son index contre la poitrine de la montagne.

D’aussi prêt, Akimoto constata de plus belle à quel point la gamine était petite. Enfin petite…dans la moyenne pour une femme normale, mais clairement riquiqui selon les standards de son clan. « Tu ne pourras m'appeler Gamine qu'à une condition... que tu me battes en concours... et pas n'importe lequel ! Je te pari que je tiens mieux l'alcool que toi ! » Si elle n’en avait pas la taille, avec sa personnalité clairement provocatrice, elle aurait presque pu passer pour une Borukan. Non seulement la jeune femme lui manquait de respect en le tutoyant, lui qui était clairement son ainé, mais en plus elle venait de commettre une grave erreur; celle de titiller l’égo de notre massif Borukan.

Alors qu’elle retirait son doigt de la poitrine d’Akimoto en reculant, attendant clairement une réponse à cette provocation en duel, ce dernier éclat de rire. « Mouhahahaha ! Tu sais pas dans quoi tu t’embarques gamine ! Borukan Akimoto n’a jamais perdu un seul jeu de boisson ! » Akimoto avait toujours été têtu comme une mule. Son entêtement, parfois maladif, pour tout ce qu’il entreprend le poussait à toujours vouloir le dernier mot. Et lorsqu’on ajoutait au mélange une petite compétition, que ce soit de poings ou de boisson, on se retrouvait avec un cocktail qui montait directement à la tête d’Aki. Perdre, face à une femme en plus, dans un duel de boisson? Hors de question! La montagne allait boire à s’en rendre malade s’il le fallait, mais jamais il ne perdrait ce pari.

« J’accepte le défi! Mais à une seule condition…Si tu perds, tu ne m’appelleras plus jamais papy! » Il n’était pas si vieux que ça après tout. Certes il n’avait plus vingt ans, mais du haut de ses cinquante et un ans, ses cheveux étaient encore d’un rouge flamboyant et sa forme physique était encore loin du déclin. Elle n’était pas encore née la personne qui pourrait l’appeler papy sans qu’il ne réagisse. Même son fils propre ne se risquait pas.

Alors qu’elle payait la première tournée, Akimoto s’installa à une table libre au centre de la pièce. Comme ça, tout le monde pourrait les voir à l’œuvre. Lorsqu’elle arriva à table avec un premier plateau rempli de verres de saké, plusieurs regards curieux se tournèrent vers eux, notamment celui de Kotori et des autres Borukan. La montagne prit un premier verre dans ses mains et le leva au-dessus de la table, pour trinquer avec son adversaire avant de commencer la compétition. « Bonne chance gam… » Akimoto était suffisamment honorable pour cesser de l’appeler ainsi jusqu’à ce qu’il n’en gagne le droit. « Humm au fait, comment je devrais vous appeler ? »

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Dim 18 Juin 2017 - 18:47
Le rire tonitruant de son futur partenaire de boisson la fit frissonner. Il n'était vraiment pas différent des autres, pas plus que de son père, hormis le physique bien sûr. Ha ces hommes, tous les mêmes, un rien suffit à toucher leur ego.
Néanmoins, lorsqu'il prit la parole et donna son nom, un petit, tout petit frisson lui dressa les poils. Akimoto, le Akimoto dont son père lui avait déjà parlé ? Non pas qu'il était LA célébrité de leur clan, mais sa façon d'être avait eu le don de lui attirer des regards. Voilà qui amusait encore plus la demoiselle et un peu plus quand l'homme lui demanda de ne plus jamais l'appeler Papy. Elle n'y comptait pas, pas après ce soir toujours. Ce n'était qu'un retour de bâton. Pas plus qu'elle n'aimait être nommé gamine, il n'aimait se faire nommer papy. Elle n'était plus si jeune, et même si petite et célibataire, il était hors de question de supporter cela, il en valait de son honneur personnel.
Il l'aurait simplement ignoré qu'elle n'aurait rien tenté de plus, mais ça.

Levant ses yeux au plafond, Bara attendit que le tenancier prépare leurs verres. Pas plus haut que le bord, tous de même dimension, et un saké de qualité, s'il vous plaît.
S'approchant avec le plateau dans les bras sous les regards de quelques curieux, elle le posa avec minutie sur la table pour ne pas perdre une goutte du précieux liquide.

- Je ne t’appellerais plus Papy quoi qu'il arrive après ce soir. C'est une promesse.

Plantant ses iris dans ceux de son vis-à-vis, la demoiselle tapa fort des pieds pour faire taire la salle toute entière. Ses talons raisonnèrent parfaitement sur le bois du sol et ceux qui ne s'étaient pas attardés sur eux se tournèrent vers la table.

- Du coup... si je gagne... tu me devras un service... ça te va ?


Elle croisa ses mains en appuyant ses coudes sur la table sans détourner les yeux, un sourire malicieux aux coins des lèvres.

- Ha au fait, y'en a pas un ici qui peut se venter de m'avoir battu non plus alors... J'espère que tu es digne de ta réputation Akimoto... Quant à moi...

Laissant quelques longues secondes de silence, elle se redressa dans sa chaise et croisa les jambes telle une grande dame avant de prononcer avec tout le sérieux dont il lui était possible d'avoir, juste par plaisir de le provoquer un peu plus :

- Borukan Bara... enchantée de te rencontrer en chair et en os.


Levant par la suite son verre et trinquant avec Akimoto, elle fit comme les précédents, d'une traite, et termina par le même soupir de satisfaction. Curieuse de voir jusqu'où elle pourrait tenir face à lui, car même si elle était à l'aise avec l'alcool, elle ne pouvait pas dire y être insensible. Déjà bavarde, ses pensées étaient débridées au bout du dixième.
Par moment tout se passait bien, à d'autre, c'était un peu plus compliqué. En cette fin de journée, Bara avait besoin de se détendre et quoi de mieux que de trinquer avec ses paires. Néanmoins, plus la demoiselle buvait, plus ses joues prenaient la délicieuse couleur de sa tignasse, faisant ressortir d'autant plus ses yeux aux couleurs du ciel.

- Akimoto... dis... qu'est-ce qu'on fait après ? Hm ?

Elle se pencha doucement vers la table pour attraper un nouveau verre. Depuis son cinquième, en sachant qu'elle en avait bu trois avant, elle avait un sourire affiché constamment sur son visage, et maintenant qu'elle dépassait son dixième, il était encore plus grand, si c'était possible.
Bara voyait parfaitement son adversaire de boisson, mais les autres elle les avait oublié.

_________________
*~. Aurais-tu un peu chaud Invité ? .~*

Ty Shinichi ♥
"Je ne pleure pas par faiblesse,
Je n'endure pas par force"
rapière de Bara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t24-borukan-bara-finit#117

Lun 19 Juin 2017 - 23:36

Une beuverie amicale - ft. Borukan Bara

Akimoto se sentait soudainement énergisé. Même s’il avait déjà bu quelques verres, et que ça avait souvent tendance à le ramollir un peu, aujourd’hui il se sentait incroyablement en forme. L’idée d’une petite compétition amicale avec une comparse Iwajin le rendait tout bonnement heureux. C’est peut-être pour ça qu’il souriait autant d’ailleurs. Cela faisait longtemps qu’il ne s’était pas adonné à un plaisir aussi puéril. Dans sa prime jeunesse, il avait l’habitude de le faire régulièrement – souvent chaque semaine même – mais avec l’âge était venu un certain sérieux, des responsabilités supplémentaires, une famille, etc. Il avait certes recommencé à boire depuis la mort de sa femme et il le faisait quotidiennement, mais jamais autant que dans sa jeunesse, où il avait développé un comportement clairement alcoolique.

La jeune rouquine planta son regard envoutant dans le sien et attira l’attention de toute la salle en tapant du talon sur le plancher de bois craquant de l’établissement. Si leur déclaration en duel n’avait pas déjà attiré l’attention de tout le monde, elle venait de le faire à l’instant. Presque plus aucun son ne se faisait entendre, les derniers clients comprenaient finalement ce qui se déroulait sous leurs yeux. Maintenant qu’elle avait l’attention de tout le monde, son adversaire fit une déclaration pour rehausser les enjeux du défi : « Du coup…si je gagne…tu me devras un service…ça te va? » Ayant déjà renoncé à l’appeler papy une nouvelle fois, puisqu’il ne s’agissait que d’une réponse à sa provocation, elle se devait de trouver quelque chose de nouveau. « Un service? » Akimoto s’arrêta un instant, se donnant l’air de réfléchir un peu. « Ça me va. »

Le regard incessant que la jeune fille – qui n’était pas si jeune que ça au final, elle devait être clairement plus vieille que son propre fils dans la vingtaine – commençait à le gêner un peu. En la fixant intensément à son tour, le Borukan se rendit compte d’une chose…elle avait les mêmes yeux que sa Soyokaze, le même regard d’une bleutée si profond qu’on avait l’impression de se perdre dans un océan orageux lorsqu’on le regardait avec attention. D’un sursaut presque imperceptible, Akimoto détourna le regard. Il but un nouveau verre pour ne plus y penser.

Finalement, son interlocutrice se présenta. « Borukan Bara... enchantée de te rencontrer en chair et en os. » À son plus grand étonnement, puisqu’elle n’en avait pas du tout l’air, elle était également une Borukan. Bara de son prénom. Lorsqu’elle se présenta, Akimoto haussa un sourcil et sourit de plus belle. Il avait déjà entendu ce nom quelque part. Il s’agissait de la fille de Kan, l’un de ses compagnons de guerre. D’ailleurs, maintenant qu’il y repensait, cela voulait dire que ce n’était pas la première fois qu’il la voyait. La dernière fois – et la seule fois – devait remonter à une bonne vingtaine d’années lorsque Kan et sa famille était venu lui rendre visite chez lui lors de la naissance de son fils. À l’époque, elle était haute comme trois pommes et tout aussi débordante d’énergie. « Ohhh mais je crois bien que l’on se soit déjà rencontré, lorsque tu étais…gamine. Bouahahaha ! » en disant ces mots, ceux-là mêmes qui avaient déclenché cette compétition, Akimoto éclata d’un rire gras et fort. Pour se calmer, il but un énième verre. Tout comme son adversaire, ses joues commençaient à rougir, signe que l’alcool commençait à faire effet. Il ne les comptait pas vraiment, tout ce qui était important, c’est qu’il tienne debout plus longtemps qu’elle. « Akimoto... dis... qu'est-ce qu'on fait après ? Hm ? » dit-elle en s’appuyant sur la table et en buvant de plus belle. « Héhé...on verra si tu es toujours capable de te tenir debout! » Le visage de Bara était couvert d’un immense sourire niais et elle continuait de le regarder fixement. Pour pallier au malaise que son regard de plus en plus bleu – ressemblant donc de plus en plus à celui de son amour perdu – Akimoto prit le dernier verre et le but d’un trait encore une fois. Il laissa échapper un vilain rot avant de frapper sur la table avec ses deux immenses poings, ce qui la fit craquer et vaciller. « Encore capable de boire Bara? Là tu parles, une véritable Borukan dans l’âme! Garçonnn un autre plateau par ici ! » On aurait dit que plus un Borukan buvait, plus son caractère excentrique ressortait. Plus sa tête tournait et moins il faisait attention à ce qu’il disait ou à l’espace qu’il occupait dans une pièce. Pour Akimoto, il n’y avait plus que lui et elle. Et le barman qui leur fournissait le saké, bien entendu. Ne l’oublions pas.

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 


Dernière édition par Borukan Akimoto le Mer 21 Juin 2017 - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Mer 21 Juin 2017 - 1:10


Comment ne pas avoir envie de dévisager son partenaire dans une telle situation ? Elle aimait voir l'effet que pouvait provoquer son regard, son insistance, sa manière d'être. Bara était une femme studieuse, lorsqu'il s'agissait d'observer les autres, pour le reste, c'était une toute autre histoire. C'est ainsi que temps qu'elle le pouvait, ses iris étaient plantés dans ceux d'Akimoto, quand celui-ci daignait la regarder à son tour.
Il n'avait pas été difficile de commencer, pas plus qu'il ne l'était de continuer à boire. Mais voilà que bien vite, le plateau se vidait. Il n'y avait plus d'alcool dans les verres ! Ha mais ça ne va pas se passer comme ça, encore deux et il n'y aura plus rien.Cependant, la rousse n'avait pas le cœur à demander quoi que se soit au barman qui les regardait, tout aussi attentif que la salle entière.
Le centre d'attention alors qu'elle savait, à plus de quatre-vingt-dix pourcent de chance, comment elle terminerait cette bataille pour le moins fort sympathique.

Le sourire d'Akimoto suite à son nom la fit sourire de plus belle, plissant un peu ses yeux jusqu'à les fermer complètement et qu'elle ne rit en entendant le petit souvenir qui avait germé de cette information de la tête de son aîné. Elle n'en avait pas vraiment le souvenir de son côté, même si son père le lui racontait souvent.
Bara accompagna le rire de son vis-à-vis et termina un peu après lui.

Replaçant négligemment une mèche de cheveux derrière son oreille, elle envoya un mot alors qu'il appelait le serveur.

- Je tiendrais debout... probablement pas toute seule... mais je tiendrais ! Tu verras !

Gloussant tout en attrapant un verre avant que le barman ne pose le plateau sur la table, elle eu un hoquet. Sans avoir relever le bruit guttural de son ami à la fin de son précédent verre, la demoiselle parla un peu plus fort encore, sans vraiment s'en rendre compte.

- Hey, patron... met nous un peu de musique soit sympa. Ce que tu veux, mais faut que ça bouge !

Et sitôt ses mots dit, elle saisit un verre entre ses doigts et poussa en arrière sa chaise dans le même mouvement où elle se leva. Devant elle, la foule lui paraissait légèrement floue. Les bienfaits de l'alcool commençait déjà à l’enivrer plus que de raison. Mais la demoiselle en voulait plus, encore un peu, oublier toute sa famille et s'amuser avec celui là.

Tout en effectuant quelques pas, son corps se penchant un peu en arrière, puis elle tourna doucement sur elle-même sans renverser une goutte de saké au sol. Après son petit pas de danse, la rouquine bu le contenu du verre et le déposa sur la table, venant donner le rythme aux quelques musiciens qui s'amassaient dans le coin de la salle.

- Aller ! En rythme !!

En tapant dans ses mains, elle vint piquer un nouveau verre, manquant de s'étaler de tout son corps contre la table, mais de la manière dont elle se releva, on eu toujours cru qu'elle dansait. Bara bougeait au son des musiciens, sans perdre son sourire, heureuse comme jamais en ce jour. Elle avait bien fait de passer par ici.
Engloutissant son verre comme pour rire, un nouveau hoquet passa ses lèvres avant qu'elle ne vienne dans le dos d'Akimoto et s’appuie contre son dos. Même assis il était trop grand.

- Dis... tu danse en buvant avec moi ?


Se redressant à peine de contre son dos, elle dessina quelque rond de son pieds gauche.

- J'ai horreur de rester assise trop longtemps... la danse ne compte pas bien sûr... mais faudrait pas non plus renverser un verre...


Se décalant de lui pour en attraper un autre à la volée, la manieuse de lave avait des étoiles dans les yeux alors que tout son corps montrait clairement qu'elle était complètement ivre. Elle tanguait, comme sur un navire en pleine mer lorsqu'elle restait trop longtemps debout sans danser.

_________________
*~. Aurais-tu un peu chaud Invité ? .~*

Ty Shinichi ♥
"Je ne pleure pas par faiblesse,
Je n'endure pas par force"
rapière de Bara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t24-borukan-bara-finit#117

Mer 21 Juin 2017 - 23:35

Une beuverie amicale - ft. Borukan Bara

« Je tiendrais debout... probablement pas toute seule... mais je tiendrais ! Tu verras ! » lui lança Bara. Aussitôt le nouveau plateau amené sur leur table, Akimoto se remit à boire de plus belle, tout comme la jeune fille. Il devait l’avouer, son adversaire – malgré les apparences – était capable de tenir le morceau. Elle était bel et bien une Borukan de corps et d’esprit. Il connaissait des hommes qui se seraient déjà écroulés au sol ou qui auraient régurgité leur dernier repas depuis bien longtemps. L’air de rien, Aki était impressionné – chose qui n’était pas facile de faire. Par contre, plus le temps passait et plus les signes de la consommation excessive d’alcool se faisaient remarquer. Tout comme lui, son caractère Borukan ressortait lorsqu’elle était sous l’effet du poison; son ton montait d’un cran, elle faisait moins attention à sa manière de se tenir, de bouger, et elle laissa même échapper un rot discret. Tiendrait-elle encore longtemps? Akimoto en doutait fort bien. Même pour lui, l’alcool commençait à lui monter à la tête. Ses joues et le bout de son nez étaient maintenant d’un rouge écarlate – comme sa chevelure – et de très proche, on aurait presque pu croire qu’il commençait à loucher. Ce n’est pas cela qui allait l’arrêter par contre, oh que non!

Et il prit un nouveau verre, qu’il engloutit tout aussi rapidement que les autres. Sa cadette – dès que la musique qu’elle avait demandée se fit entendre – se dressa d’un coup et se mit à virevolter et tournoyer partout autour de leur table. Malgré son état, elle était prise d’une énergie impressionnante. Akimoto esquissa un nouveau petit sourire à la vue de toute cette fougue. La jeunesse ne finirait jamais de l’impressionner. « Allez! En rythme! » cria-t-elle de plus belle en tapant dans ses mains. Ce qui était le plus impressionnant, c’est qu’elle bougeait ainsi tout en continuant de boire – et sans renverser, une seule goute de leur précieux saké.

Alors qu’Aki prenait une nouvelle fois un verre, la jeune Bara se glissa derrière lui pour s’appuyer contre son dos. Même assis, la taille d’Akimoto était imposante en comparaison. Elle l’invita à danser, tout en nonchalamment se reprenant à boire. Il sentit alors sa main, chaude et douce, frôler son épaule, le faisant frissonner. Lui danser ? Aviez-vous déjà vu une montagne danser ? Akimoto ne se souvenait même plus quand était la dernière fois qu’il avait tenté l’expérience. « Bouhahah! Pourquoi pas ! » dit-il en repoussant sa chaise pour se lever et la rejoindre verre à la main. Au rythme de la musique, les deux Borukan se déhanchaient. Enfin, disons qu’elle s’en tirait un peu mieux que lui…la scène devait être drôle à voir. Le soleil, encore bien haut dans le ciel, commençait à peine sa course vers le couchant et deux énergumènes avaient transformé le plancher de la taverne en piste de dance. Normalement, c’était le genre de scène qu’on pouvait voir en plein milieu de la nuit. Dans la rue, les passants s’arrêtaient pour regarder la scène étrange à travers les fenêtres de l’établissement.

C’était une vision plutôt étonnante. Un Borukan bien maladroit, tâtonnant à gauche et à droite, tel un rocher chambranlant. Une Borukan, si légère, si rapide, telle le vent – non, plutôt…une brise. Soyokaze. Il la revit l’espace d’un instant, flotter et virevolter à la place de Bara, dans son magnifique kimono fleuri. Il s’en souvenait maintenant, la dernière fois qu’il avait dansé…Il y a environ vingt ans, à la fête du printemps. Sa femme voulait désespérément sortir de la maison, alors ils y étaient allés. Elle avait voulu danser, s’amuser, mais jaloux comme personne, Akimoto avait siphonné quelques bouteilles pour ne pas réagir aux regards des autres sur elle. Elle voulait danser, mais en ivrogne il ne faisait que tituber. Ça avait été le début de la fin.

Ce souvenir enfoui le frappa telle une gifle en plein visage. Akimoto s’arrêta net sur la piste de dance improvisée. Son verre, encore presque plein, glissa lentement de ses mains pour aller se fracasser contre le sol. La nausée le prit soudainement. L’alcool – qu’il avait ingéré en quantité incroyable jusqu’à présent – laissait maintenant un gout amer sur ses lèvres.


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Ven 23 Juin 2017 - 0:08
C'était comme un bonheur inatteignable lorsqu'elle buvait une nouvelle gorgée, ou plutôt, un nouveau verre. Partit dans un univers où elle avait bien du mal à garder son sens des priorités, Bara continuait de bouger, laissant la musique transporter son corps, oubliant l'espace d'une seconde l'heure, qui elle était et où elle se trouvait.
Elle n'était revenue à elle que pour demander à son compère de danser avec elle avant qu'elle eu repris un verre. Boire encore, boire jusqu'à la lie et tenir debout, gagner son pari et repartir la tête haute tout en zigzagant dans les rues.

Mais, tout en dansant, virevoltant comme un feu follet, elle ne pu s'empêcher de rire de bon cœur en observant Akimoto se lever pour la rejoindre enfin. Il dansait, enfin, il bougeait un peu en tenant le rythme des musiciens. Qu'elle était heureuse ainsi, laissant derrière elle tous les à-priori de son clan sur sa petite personne.
Quelque chose finit par la chagriner. Ce n'était pas les passants qui s'arrêtaient au loin, ce n'était pas les hommes qui battaient la mesure du pieds ou des mains, c'était le roux devant elle. Tendant une main comme pour vouloir l'entraîner à sa suite dans sa danse, Bara n'eut que le temps d'entendre le verre s'écraser au sol pour revenir les deux pieds sur terre.

Sa tête la tournait, bien trop douloureusement pour qu'elle ne grimace pas pendant une courte seconde à la suite du son. Mais sa main tendue vers l'avant termina sa course sur le poignet robuste de son aîné.

- Merci Patron !

Lança-t-elle avant de tirer de toute ses forces le poignet d'Akimoto pour l'entraîner à sa suite à l'extérieur. Au passage, de son autre main, sur la table, elle attrapa deux derniers verres. Prendre un bon bol d'air frais, fuir cette ambiance, finir raid sur un toit et rire à gorge déployé.
Elle tirait aussi fort qu'elle pouvait pour courir aussi que ses jambes le supportaient encore. Sa tête battait plus fort que son cœur. Si elle n'avait pas confiance en l'anatomie humaine, la jeune femme aurait cru que ses tempes allaient exploser sous la pression sanguine.

Dans ses premiers pas, elle fut sérieuse, puis elle lâcha un rire d'enfant. Ses nerfs avaient besoin de souffler, elle aussi, pour elle ne savait trop quelle sordide raison, avait sentit une tension en elle, comme si le malaise d'Akimoto l'avait atteinte sans qu'elle ne puisse s'en rendre compte.
Sans avoir lâché son poignet un seul instant, la demoiselle conduisit son aîné entre de petites ruelles jusque sur le toit d'une maison du quartier de leur clan. Ils n'étaient pas entrés à l'intérieur, il y avait une échelle sur un des côtés de la demeure, et le toit de cette maison était plat, utile pour s'y allonger et méditer.

- Akimoto... Belle bataille !

Fit-elle en tendant un des verres pris plus tôt à son camarade. Dans sa sortie improvisée, elle en avait renversé plus de la moitié.

- Je crois que je n'ai pas autant bu depuis... mes vingts ans !

Assura-t-elle en relâchant l'étreinte qu'elle avait sur lui. Encore la musique dans le sang, elle battait la mesure du pied droit.

- On remettra ça, mais sans défis... tu veux ? Juste pour boire un coup, et avec le clan, se serait vraiment sympa.


Buvant ce qu'il restait dans le second verre, elle le déposa sur le sol par la suite et s'étira de toute sa hauteur, tirant le plus haut possible, avant de relâcher tout son corps et de souffler. Ses jambes ne la tiendraient plus pour longtemps, l'adrénaline de la situation passé, elle sentait la mollesse de ses muscles et le flou revenir. Elle ronflerait bien cette nuit.


_________________
*~. Aurais-tu un peu chaud Invité ? .~*

Ty Shinichi ♥
"Je ne pleure pas par faiblesse,
Je n'endure pas par force"
rapière de Bara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t24-borukan-bara-finit#117

Ven 23 Juin 2017 - 18:49

Une beuverie amicale - ft. Borukan Bara

Ses oreilles bourdonnaient, sa tête tournait, son cœur était lourd. Si soudainement, ces maux l’avaient pris. Depuis combien d’années n’avait-il pas eu un épisode de la sorte? Akimoto n’arrivait pas à s’en souvenir. Les premières années, la culpabilité l’avait rongé, le rendant pratiquement malade. Si ce n’avait pas été de son fils dont il avait dû s’occuper, Aki aurait probablement fini dans un faussé avec les autres alcooliques du coin. Ce n’était pas vraiment l’alcool le problème – puisqu’il buvait depuis bien plus longtemps que la mort de sa femme et elle n’en avait pas été la cause – mais c’est toute la mélancolie qui accompagnait ses souvenirs. La douleur qu’ils provoquaient, si poignante, si puissante, comme une dague qui vous perce la poitrine. Avec le temps, il avait appris à oublier. Les petites choses qui, au départ lui rappelait constamment son quotidien avec sa douche Soyokaze, avaient fini par ne plus avoir d’effets. Akimoto s’était réfugié dans son comportement excentrique et ses habitudes de vie extrêmes pour se créer une carapace. Aujourd’hui, après toutes ces années à se réfugier dans cette carapace, elle s’était fracassée. Finalement, il n’avait suffi qu’une jeune femme au regard azure et à l’énergie débordante pour le rendre vulnérable à nouveau.

Akimoto fut extirpé de sa torpeur par un toucher délicat. Bara – qui comprenait visiblement que quelque chose n’allait plus – le prit par la main pour l’attirer vers l’extérieur. Le colosse ne savait pas trop où elle comptait aller, mais il se laisser guider à travers les rues du village. Bien vite, ils eurent quitté les quartiers centraux et arrivèrent dans les Hauts Plateaux, le secteur d’Iwa sous la charge de son clan. Sa comparse le fit grimper sur le toit d’une résidence. De l’endroit, situé légèrement en hauteur par rapport au reste du village, ils avaient une vue magnifique. Akimoto pouvait sentir la brise du vent sur sa peau, ce qui le calma en un instant. Sans bouger, il prit une grande inspiration pour se détendre. « Akimoto…Belle bataille! » affirma Bara pour briser leur silence. Elle lui tendit un verre, maintenant presque vide à cause de leur course à travers la ville qu’il prit avec grand plaisir. Un petit dernier pour terminer la journée. « Je crois que je n’ai pas autant bu depuis…mes vingt ans ! » dit-elle. « Bouhahah! Moi non plus! Je me fais vieux faut croire, je ne tiens plus aussi bien qu’avant. Bravo! » ajouta Akimoto en rigolant. Certes amoché, le Borukan aurait pu continuer à boire encore bien longtemps dans d’autres circonstances. Mais ne désirant pas expliquer les raisons de son malaise à Bara – pas aujourd’hui en tout cas – il préféra lui concéder la victoire cette fois-ci.

L’odeur lui donnait toujours mal au cœur, mais il but son dernier demi-verre avec son adversaire, trinquant une dernière fois pour aujourd’hui. Alors que la jeune fille s’étirait de tout son long, Akimoto – qui ne supportait plus rester debout – s’allongea sur la toiture qui leur servait de refuge. « J’espère que tu es fière Bara, tu pourras raconter à ton vieux que tu as vaincu le grand Akimoto. » Ils n’avaient pas échangé beaucoup, s’étant laissé emporter dans leur compétition, mais la montagne était impressionnée par la jeune fille. Petite de corps peut-être, mais elle avait tout d’une grande Borukan. Si elle était redoutable dans un duel de boisson, il n’imaginait même pas ce à quoi elle devait ressembler sur un terrain d’entraînement. Elle irait loin cette gamine.


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Sam 24 Juin 2017 - 14:27
Dans sa tête emplie d'ivresse, la rouquine souriait de toutes ses dents. Certes ça s'était terminé de manière un peu plus abrupte qu'elle ne l'aurait cru, et elle n'avait pas encore tenté de draguer toute la salle, une chance. Elle devrait remercier son partenaire pour ça, mais pour le moment, il fallait s'aérer la tête et penser à demain, peut-être. Que pourrait-il advenir de leur village dans les jours à venir ? Qui leur montrera la voie à suivre ? Une chose était sûr pour la demoiselle en tous les cas, si le futur chef ne lui plaisait pas, il n'était pas gagner qu'elle suive ses directives.
Mais la répartie de son aîné la fit tiquer. Il ne tenait pas aussi bien qu'avant ? Avec tout ce qu'ils avaient ingurgité, et sans savoir combien de verres déjà il avait partagé avec ses amis, comment pouvait-elle seulement penser avoir gagné alors que lui lui concéder la victoire ? Son sourire se réduisit doucement, mais ses traits étaient toujours bien heureux alors qu'à son tour, après s'être étendue, elle vint s'asseoir sur le toit.

Tournant ses yeux sur Akimoto, Bara commença à pouffer du rire puis éclata d'un rire cristallin, avant de tenter de se calmer et de tendre sa main en direction de son aîné, la main perpendiculaire à son bras, attendant une tape.

- P'pa a pas b'soin d'savoir que j'bois... 'fin pas comme ça. Alors, il saura pas. Et pour le service, je saurais ne pas oublier que tu m'en dois un. Mais pour l'instant...


Etendant ses jambes devant elle, la petite Borukan continua gaiement ses paroles.

- On profite... et y'a rien d'mieux que d'pouvoir le faire. J'aime me battre... J'aime prouver la force de mon clan et que mon nom n'est pas qu'une couverture. Mais, j'aime ces moments là... ce paysage paisible... et ça...

Son regard se perdit loin à l'horizon puis brilla d'une lueur déterminée.

- Ca c'est ce que je veux protéger plus que tout. Les rires, les disputes même, les pleurs, l'entraide... ce pays, cette façon d'être et de penser. C'est... après ces petites années de vagabondages, même si j'étais jeune... comme un trésor pour moi.

Secouant sa tête après ses derniers mots, elle reporta son attention sur Akimoto et eu le rouge aux joues rapidement.

- Aaaaaaaaaaah !! Pardon pardon pardon pardon !... je... Haha, désolée, je parle toujours trop !

Baissant un peu la tête, elle finit par s'allonger de tout son long sur le toit, observant le ciel limpide. Qu'est-ce qui lui avait prit de parler ainsi ? Il allait la trouver utopiste, ou idiote de penser à une chose pareille, à tous les coups. Et même si elle perdait toute crédibilité devant lui à la suite de ça, ça ne l'empêcherait jamais de toujours le penser au plus profond d'elle même.
Un soupir quitta les lèvres de Bara peu après. Sa tête lui faisait toujours aussi mal, mais elle aurait le temps de s'en soucier après, une fois à l'intérieur de la maison.

_________________
*~. Aurais-tu un peu chaud Invité ? .~*

Ty Shinichi ♥
"Je ne pleure pas par faiblesse,
Je n'endure pas par force"
rapière de Bara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t24-borukan-bara-finit#117

Dim 25 Juin 2017 - 17:10

Une beuverie amicale - ft. Borukan Bara

Allongé sur le dos, Akimoto se laissait bercer par la brise. Le vent frais calmait le sang qui bouillonnait sous sa peau. Visiblement atteinte par la quantité de saké qu’elle avait ingurgité, la rouquine vint s’asseoir à côté de lui. Elle rigola un peu lorsqu’il mentionna son père, puis elle ajouta qu’elle n’avait aucunement l’intention de lui parler de ce qu’il s’était déroulé ce soir. Akimoto devrait tenter de s’en souvenir pour ne pas la mettre dans l’embarras la prochaine fois qu’il croisera Borukan Kan. « Ne t’inquiète pas, j’ai l’honneur d’un Borukan après tout. Un marché est un marché. Je te devrai ce service jusqu’à ce que tu le réclames, peu importe le temps que ça prendra. Jour, nuit, été, hiver, tempête ou pas. Tu n’auras qu’à me prévenir et je te rendrai ce service. Mais tu as raison, ce sera pour un autre jour. » dit-il en portant de nouveau son regard vers le ciel bleu.

Bara se lança par la suite dans un court monologue, sortie tout droit de nulle part. Visiblement le paysage qui s’offrait à eux l’avait inspiré. Malgré l’alcool qu’elle avait ingéré, la jeune dame était capable de bien s’articuler et de proposer un discours plutôt cohérent. Pendant un instant, Akimoto se remémora sa fougue de jeunesse. Elle avait de bien belles idées. Se battre pour protéger ce village et ses habitants était un objectif des plus nobles. Si tôt son ‘discours’ terminé, la rouquine s’excusa, les joues rougies par la gêne. La montagne se redressa pour s’asseoir à son tour avant de prendre la parole. « C’est une bien belle pensée que tu as là chère Bara. Ne t’excuse jamais pour avoir parlé ou défendu ce qui t’est cher. Tu es encore bien jeune, il te reste beaucoup à découvrir. Mais tes idées sont nobles. Comment comptes-tu les réaliser? C’est ça l’important. » Le Borukan fit une pause, reprenant son souffle par la même occasion. Il se trouvait étonnamment volubile. « Ce que nous avons ici, ce que nous avons réussi à bâtir après tant d’années d’effort, est magnifique. Du roc des montagnes, nous avons fait émerger une civilisation, main dans la main avec les autres grandes familles. En grandissant, jamais je n’aurais cru que nous, Borukan, nous établirions ici, en compagnie d’autres clans. » C’était vrai. Akimoto était un enfant de la guerre. Le monde d’il y a cinquante ans – même s’il n’était pas si lointain – était bien différent de celui d’aujourd’hui. Il avait pris les armes dès le début de son adolescence pour chasser les ennemis de son clan. Le jeune Akimoto avait pratiquement appris à carboniser les bandits avec la puissance de sa lave avant d’apprendre à marcher. « Nous sommes à la recherche d’une Ombre, d’un seigneur pour nous diriger. Pourquoi n’y penses-tu pas? Tu es jeune certes, mais parfois la jeunesse c’est ce qu’il nous faut. Et les Borukan auront besoin d’alliées dans cette nouvelle hiérarchie pour survivre. Iwa a été fondée sur des besoins commerciaux, mais pour protéger cette belle nation, il nous faudra plus que ça. » Une paix apparente régnait sur le pays depuis la fondation d’Iwa. L’installation d’une organisation militaire shinobi regroupant Borukan, Chôkoku et Hyûga avait rapidement effrayé les derniers bandits. Mais pour Akimoto, se reposer sur ses lauriers était une grave erreur. « Certains penseront que maintenant la paix venue, les Borukan ne seront que des reliques du passée. Des machines de guerre bonne pour la casse…mais pour protéger ces belles idées, cette fragile paix. Ce village a besoin d’un bouclier, d’une force protectrice capable de le défendre contre tout ennemi. Nous ne sommes pas les seuls dans ce monde. La Foudre et l’Eau se sont également munies de village militaire. Ils seront à surveiller. » Inévitablement, si les ennemis à l’intérieur du pays avaient été vaincus, les prochains viendraient de l’extérieur, en tant que force d’envahissement. « On m’a demandé si le poste m’intéressait…mais pour être honnête, je crois manquer du jugement et de la posture nécessaire pour gérer toute une nation. Je mènerais surement le village à sa perte hahaha. » dit-il en ricanant avant de retrouver son sérieux. « Je n’ai pas l’étoffe d’un roi. Je suis plutôt l’épée qui pourfend ses ennemis et le bouclier qui le protège. Je suis un conquérant, un guerrier. Pas un diplomate. Je préfère de loin me concentrer sur les intérêts du clan Borukan. »

Étonnement, lui qui était d’ordinaire très rigide s’ouvrait à sa compagne. Il n’avait partagé le fond de sa pensée qu’avec quelques rares personnes, principalement les têtes dirigeantes de son clan. Ces derniers partageaient ses idéaux, notamment sur l’importance des Borukan à intégrer la hiérarchie sur village. Son clan était honorable, jamais il ne se rebellerait contre Iwa, mais si l’autorité qui serait choisie pour devenir la première Ombre ne faisait pas preuve de force, il allait être bien dur pour eux de lui faire confiance. « Bouhahaha! C’est à mon tour de trop parler ! » dit Akimoto en rompant ses pensées. Le rouquin s’allongea de nouveau, portant son regard vers les étoiles. Oui, il n’y avait qu’Akimoto pour voir des étoiles dans le ciel d’après-midi, signe qu’il était peut-être temps pour lui d’aller roupiller un peu.


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Dim 2 Juil 2017 - 11:25

Elle sentit un mouvement à côté d'elle et surtout observa l'ombre qu'il projetait maintenant assis sur le toit. Quelque chose lui faisait dire que cet homme là, peut-être plus qu'un autre, était digne de confiance. Même ses frères elle n'était pas sûr de pouvoir la leur donner. C'était une chose précieuse et fragile à transmettre alors, elle la distribuait difficilement. Mais, était-ce l'instant ou l'alcool, elle se sentait prête à lui donner sa confiance sans retenu, peut-être les mots qui suivirent la confortèrent dans son idée.
Il na la railla pas le moindre du monde, bien au contraire. Il l'appuya, lui demanda de réfléchir de la manière la plus adéquat à réaliser son projet. Sa tempe battit une nouvelle fois fort et la fit grimacer. Réfléchir dans ces moments là... il fallait juste espérer qu'elle n'oublie pas tout ce qui venait de se passer à son réveil le lendemain après avoir décuvé.

Il parla du clan. La rousse se redressa finalement pour se tenir à ses côtés et mieux le voir pendant qu'il lui parlait. Parler d'avant la fit repenser à sa mère, et sa main se porta sur son arme qu'elle avait toujours à la ceinture. Parfois juste pour rappeler aux autres qu'elle savait se battre, à d'autre juste pour se réconforter. C'était un souvenir précieux, s'il devait arriver qu'elle se brise, elle ferait tout pour la faire réparer, quitte à vendre ce qu'elle avait de plus cher.
Leur clan était nomade, agissant au grès de leurs envies, avant. Maintenant, comme beaucoup d'autre l'avaient fait avec eux, ils s'étaient installés ici, mais leur soif d'aventures ne s'était pas tarie pour autant. Son sourire s'effaça lentement. Plus Bara écoutait Akimoto, plus elle avait l'impression de comprendre ce qu'il allait dire après.

Devenir l'Ombre d'Iwa, devenir la main de fer dans le gant de velours. Être implacable envers les ennemis et attentive envers les siens. Ses yeux s'agrandirent à la suite de ses paroles. Vrai que leur clan aurait du mal à suivre une personnalité faible ou qui ne correspondrait pas à leurs attentes. Posant le bleu de ses yeux sur le bleu du ciel, elle se releva, non sans mal, non sans chanceler une fois debout, et serra le poing avant de le relever devant elle.
La Foudre et l'Eau, le monde même, Bara n'avait qu'une envie, et c'était de le fouler de ses pieds, de l'observer de ses yeux ou de ceux des autres.

Elle fit un pas, prit son temps et en refit un autre, écoutant toujours les paroles de son aîné, puis se retourna vers lui.

- Akimoto... Je me proposerais... Je ne sais pas si je suis la meilleure pour ce poste. Je ne sais pas si l'expérience prime sur la volonté... je n'sais pas grand chose non plus. Mais...

Bara prit une longue inspiration.

- J'suis plus une gamine, depuis un moment. J'assumerais mes actes, mes décisions, quelles qu'elles soient et... si jamais c'est un autre qui est élu et s'il me plait pas...

Laissant son bras retomber le long de son corps, elle s'assit en face du barbu.

- Je partirais découvrir le monde... je lui rapporterais ce qu'il se passe en dehors de son confort, mais je serais libre...

Son sourire revint, puis elle vint masser sa propre tempe.

- Tu parles juste tu sais... tu parles même comme un conteur.

Rejoignant ses pieds l'un contre l'autre, la jeune femme releva son visage et poussa un grand soupir bien audible.

- Tu veux un peu d'eau au fait ?

Parce qu'elle ne l'avait pas dit, parce qu'ils avaient couru un peu pour arriver ici et probablement que jamais son père, Kan, n'avait invité chez lui son ami Akimoto chez eux, ou du moins, jamais il ne l'avait fait monter sur le toit.

- Tu sais... qu'on est chez moi ?

Finit-elle par dire maligne.

- Enfin chez moi... chez mes parents... je ne les abandonne pas encore, ils ont besoin de moi pour gérer mes frangins. C'est casse-pieds des fois mais... je les aime quand même.

Tenant ses chevilles de ses mains, elle resta assise ainsi un instant.
Ses pensées s'envolèrent sur les choix qu'elle ferait si elle devenait l'Ombre d'Iwa.

_________________
*~. Aurais-tu un peu chaud Invité ? .~*

Ty Shinichi ♥
"Je ne pleure pas par faiblesse,
Je n'endure pas par force"
rapière de Bara
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t24-borukan-bara-finit#117

Mar 4 Juil 2017 - 21:33

Une beuverie amicale - ft. Borukan Bara

Les paroles du vieux Borukan semblaient avoir revigoré la jeune femme. Souriante et confiante, elle semblait honnête et enthousiaste dans ses paroles. Elle était jeune, mais beaucoup moins qu’elle ne le laissait paraître. Ses paroles étaient emplies d’une certaine sagesse, d’une certaine fougue, qu’Akimoto appréciait particulièrement. « Si tu n’essaies pas, tu ne le sauras jamais. On dira que tu es trop jeune pour le poste. Peut-être. On dira que tu manques d’expérience. Peut-être aussi. Mais au moins, on te connaîtra. Tu clameras haut et fort tes idéaux. Et s’ils ne les aiment pas et ne veulent pas de toi…eh bien tu les envoies promener ! »

Pour les Borukan, la force compte plus que tout. Plus que la sagesse, plus que les connaissances, plus que les bonnes paroles. Avec la nomination imminente d’un chef pour le village, Akimoto était inquiet, comme beaucoup des siens. Et si le leader qu’on leur imposait ne leur plaisait pas? Que feraient-ils ? Les membres de son clan ne souhaitaient pas prendre la tête d’Iwa par-dessus tout, mais selon eux, c’est le shinobi jugé le plus puissant du village qui devrait en prendre la tête. Même s’il n’était pas l’un des leurs, s’il faisait preuve de puissance, les Borukan suivraient cette ombre. Mais si ce n’est pas le cas ? La question avait démangé Akimoto à de nombreuses reprises dans les dernières semaines. Et maintenant qu’il était ivre et qu’il s’était laissé emporter dans une discussion politique avec sa jeune compagne, ses idées sur le sujet s’embrouillaient. Si leur leader n’était pas fort ? S’il en venait à douter de sa puissance? Que ferait-il ? Jamais les siens ne fomenteraient une révolution, mais ils seraient probablement les premiers à s’opposer à son règne et à lui mettre des bâtons dans les roues. Espérons qu’ils n’en arrivent pas là. Dans tous les cas, Akimoto ne voulait pas mettre ses idées dans la tête de Bara. Le rouquin préférait la laisser en paix avec ses idées et ses projets. « Même si on ne te choisit pas, tu es une Borukan. On te respectera si tu prends la parole. On t’écoutera. On te respectera. Nous ne sommes peut-être pas des politiciens, mais les autres clans connaissent notre valeur et notre force. Nous sommes terre à terre, contrairement à ces rêveurs de Chôkkoku. Et contrairement aux Hyûga et aux Nagamasa, nous avons été façonnés à partir de la terre de ce pays. À mon humble avis, il n’y a personne de plus apte à diriger ce village et son armée que l’un des nôtres. » Akimoto prit une pause, reprenant son souffle, et leva ses yeux vers le ciel. « Notre chef Borukan Kyokai est probablement la personne toute désignée pour ce poste. Mais le vieux bougre est presque centenaire, je ne crois pas qu’il puisse accumuler les responsabilités, il risquerait de claquer…Le cousin Arikasa a les faveurs des autres ainés du clan. Et son tempérament modéré ferait surement un bon médiateur avec le reste des clans. » La montagne fit une nouvelle pause et tourna son regard vers Bara, maintenant assise à côté de lui tout en souriant. « Mais si tu veux mon avis, son tempérament n’est pas assez bouillant. Peut-être s’éloigne-t-il un peu trop des valeurs du clan? Je ne sais pas quoi penser…L’autre jour, il a même refusé de boire! Je crois qu’il a arrêté la boisson…Pauvre lui ! » ajouta-t-il en ricanant.

« Tu parles juste tu sais... tu parles même comme un conteur. » Akimoto ne s’était jamais considéré comme un grand orateur. Il préférait généralement laisser les plus sages prendre la parole. « Bhahaha! Je m’emporte encore. Cessons de parler politique un peu. Ça m’ennuie. » La rouquine lui offrit un verre d’eau et lui avoua qu’ils étaient en réalité chez elle. « Chez toi ?! Eh bien je dois dire que la dernière fois que je suis venu ici je n’étais pas aussi bourré! Et je n’étais certainement pas passé par les toits. » Elle lui avoua demeurer encore chez ses parents pour les aider à élever ses petits frères. Encore une fois, Bara lui démontrait à quel point elle était honorable. La famille était quelque chose d’important pour les Borukan. Et malheureusement, Akimoto avait mis trop de temps à le comprendre. Aujourd’hui, sa femme était morte. Et son fils – bien que toujours à la maison – lui parlait à peine. La montagne s’en voulait terriblement. « C’est gentil, mais…je crois qu’il est temps pour ces vieux os de rentrer. J’ai encore beaucoup à faire aujourd’hui. À une prochaine fois très chère. Ce fut une bien agréable rencontre. Tu passeras mes salutations à ton paternel. » Akimoto se leva, un peu péniblement il devait l’avouer. Il s’étira de tout son long, arquant son dos et étirant ses bras comme s’il voulait s’emparer du ciel. Quelques petits craquements se firent entendre. Le rouquin jeta un dernier regard vers Bara. « Et n’hésite pas à me faire signe quand tu veux pour cette faveur. » Sur ces dernières paroles, il salua la jeune femme et entreprit de quitter le toit. Akimoto se souviendrait de cette rencontre pendant longtemps…et il garderait un œil sur Bara dans l’avenir.


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Beuverie amicale (Akimoto)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: