Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Même métier [Sanadare]


Ven 15 Déc 2017 - 23:49
Une architecture complètement différente, c’est le cas de le dire. Cela ne faisait que quelques jours que je me trouvais à Iwa, mais je ne me faisais toujours pas à l’endroit. C’était différent à tous les niveaux de Kumo. Pourtant, je suis habitué de voyager, de découvrir. Mais là franchement… j’ai du mal à m’y faire. Après, je ne dis pas que le village est moche, loin de là ! C’est juste un style très particulier. Il faut s’y habituer, et ce n’est toujours pas mon cas.

Mon entrevu avec le Tsuchikage n’était toujours pas à l’ordre du jour. En effet, celui-ci devait s’occuper en priorité des affaires de son village avant de me recevoir, ce que je peux totalement comprendre. Donc, en attendant, quoi de mieux que d’aller se promener pour découvrir le village où je suis l’invité. Il y a bien longtemps que je souhaitais me rendre à Iwa. J’ai tellement entendu parler de ce village quand j’étais plus jeune, qui à l’époque, s’appelait encore Rokkusu. J’entendais de la part des autres voyageurs que j’ai rencontré que n’importe quelle marchandise était trouvable ici. Pour quelqu’un qui est un amateur des cigares et de spiritueux d’exceptions, c’était l’endroit rêvé pour moi.

Malheureusement, je dois admettre que je suis un peu déçu de l’ambiance du village. Mais il faut dire que je n’arrive pas vraiment au meilleur moment pour faire du ‘’tourisme’’. Je comprends que les affaires soient à l’arrêt depuis le raid de Kiri. Il suffisait de regarder l’état des Crocs rocheux. Il y avait encore les stigmates des affrontements. J’espère sincèrement que le village s’en sortira. J’ai eu une pensée pour Kumo, espérant que mon village était sain et sauf. Je ne supporterais pas de me savoir ici alors que ma communauté aurait besoin de moi… enfin, je dois prendre mon mal en patiente avant de retourner dans mon chez-moi.

Je déambulais donc dans les rues du village caché de la Roche, avec comme soutien ma fameuse canne, qui pour une fois m’était bien utile. Ma jambe me faisait encore souffrir, et je ne pouvais pas poser le pied à terre sans ressentir une affreuse douleur. J’aurai largement préféré que Brutus ne me fonce pas dessus pendant l’affrontement à Tetsu… mais au moins, j’ai eu l’occasion de m’en servir au combat, même si j’ai été la principale victime de mon invocation. Ça me servira de leçon, enfin, j’imagine.

Un cigare à la bouche, j’observais les bâtiments. J’avais l’impression qu’ils se ressemblaient tous. J’étais complètement perdu, impossible de savoir où j’étais exactement. Puis, avec mon sens de l’orientation légendaire, je ne suis pas près de retrouver mon chemin pour rejoindre mon logement temporaire… merde alors, qu’est-ce que penserais Shuuhei de moi s’il me voyait ainsi. Bon, il ne me reste plus qu’à demander mon chemin à quelqu’un quoi. Non loin de moi, se trouvait une jeune femme, qui portait un cache-œil. Peut-être une vétérane de la guerre qui sait ? Mais avant de savoir qui elle est, j’aimerai savoir où je suis.

« Euuuh excusez-moi, je ne suis pas du village et je suis complètement paumé… vous pourriez me dire où je suis exactement ? »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Sam 16 Déc 2017 - 3:14
Son radar balayait la zone, ce qui permettait à la Hyuga de voir bien plus loin qu'un œil valide ne l'aurait fait, son chakra glissant sur chaque forme avant de renvoyer la vague lui offrant une vue 3D basic, sans les infimes détails, ni les couleurs... Mais c'était un outil de premier choix pour une policière, qui pouvait rester les mains dans les poches dans la rue principale, tout en passant en revue toutes les ruelles autours avec un moindre effort. C'était pour ça, qu'on lui collait toujours toutes les patrouilles sur le dos, on ne pouvait pas faire meilleur chien de garde que cette senso là. Du moins, dans son unité du Yamagenzo. Si elle s'était donné plus de mal des fois, Sanadare aurait pu être autre chose qu'une genin...

Alors ouais, je vous voir venir, qu'est ce qu'une foutue genin fou dans une unité spéciale?! On répondrait juste Akimoto, le boss de cette dernière, l'unité, la fille, la police puis le village maintenant aussi. Son Senseï quoi, pas le meilleur, très compensateur de sa négligence enver elle, qui n'était pour le coup par remord jamais avar pour la pistonner et la pousser en avant en espérant qu'un jour elle lui rende grâce. Pauvre fou. Sacré vieil ours roux, au moins, maintenant, il avait une excuse valable pour la négliger et elle pour mieux glander. Peut-être même, qu'elle devrait aller le choper à l'heure du déjeuner à l'improviste, lui poser son bandeau sur la table, puis démissionner tellement tout cette histoire entre eux était ridicule. Ça lui paraissait un très bon plan, qu'elle aurait pu appliquer à la volé, si on ne l'avait pas dérangé. Elle captait une silhouette avec des difficultés à marcher, simple estropié, ou on avait fait du zèle dans son quartier ?

Ses pas se stoppaient, la Hyuga se sortait les mains de poches pour être plus présentable, elle avait encore un fond de professionnalisme faut croire. Faute de voir, elle attisait sa sensorialité pour repérer un chakra, c'était sa façon d'identifier les gens, celui là lui était inconnu au bataillon, pourtant, depuis le temps, elle les connaissait tous ici. Vu sa conséquence... Un invité ? Les touristes avaient foutus le camp depuis que la belle cité s'était faite scarifiée. L'étranger clarifiait son statut en l'approchant le premier, bonne idée. Il était paumé.

-Hey ! Bien sûr, bienvenue chez nous, c'est mon travail de remettre les âmes dans le bon chemin. Qu'elle lui fit amusée en arrangeant l'expression à sa sauce. Nous sommes dans les quartiers résidentiels, plus précisément, en approche du domaine Hyuga.

Le plus détestable pour une reniée du clan comme elle, alors quelle ironie c'était que d'en assurer sa sécurité au alentour... Mais c'était un autre sujet.

-Vous partez vers le sud là. Si vous souhaitez rejoindre les portes, je vous suggère de reprendre la route principale, si c'est les quartiers commerçants, c'est dans la direction inverse. Dans le pire des cas, je retourne à mon poste de police de toute façon, ma journée est finie, il y a un plan de la ville sur notre façade pour aider les visiteurs à s'orienter.

C'était le meilleur de ses efforts. Elle n'était pas guide touristique, même si Akimoto avait cru le contraire en lui demandant d'aller trouver le Taicho de Kumo et lui faire visiter quelques locaux pour l'occuper à patienter leur entrevue. Ce qu'elle n'avait évidement pas fait. Sans déconné, elle avait autre chose à faire, c'est à dire rien, que la jouait toute sourire diplomatique, ouvrir des sujets chiants, et passer une journée de protocole qui ferait autant chier l'un que l'autre flic des deux pays. Bon alcool, bar à tabac, jolies filles, c'était pas les distractions qui manquaient à Iwa, il avait forcément dû trouver à s'occuper. Ce fameux Daisuke. Puis la déformation professionnelle oblige, la borgne s’intéressait d'avantage au cas de son interlocuteur, si elle savait. Pas tellement qu'il soit suspect, juste qu'il n'était pas répertorié du moins, dans sa base de données personnelles, mieux vaut prévenir, que guérir.

-Si ce n'est pas indiscret, qu'est-ce qui vous amène dans notre chère Iwa.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Ven 29 Déc 2017 - 15:59
La jeune femme qui portait un cache-œil eu la gentillesse de me répondre et de m’indiquer où je me trouvais. D’après ce qu’elle venait de me dire, je me trouvais non loin du quartier résidentiel des Hyuga. Mais cela ne m’aidait pas plus, car je ne savais pas où situer le domaine des Hyuga dans Iwa. Mais heureusement pour moi, la personne qui était en face de moi pourra m’être d’une grande aide. En effet, elle allait se rendre au commissariat de police. C’était donc une policière que j’avais en face de moi ? J’avais une sacrée chance, rien de mieux qu’un agent de la paix pour me faire découvrir le village.

« Si cela ne vous dérange pas, je veux bien vous suivre pour me rendre à votre poste de police. Je pourrais ainsi mieux me repérer sur le plan. Avec des indications du style prendre au sud ou à l’est, je suis certain de me perdre une nouvelle fois… je n’ai aucun sens de l’orientation malheureusement. »

C’est donc ainsi que j’ai commencé à suivre la jeune femme à travers les rues d’Iwa. J’avais un peu de mal à la suivre, car ma jambe me faisait encore un mal de chien. J’essayais, tant bien que mal, de garder un rythme pour ne pas être laissé à l’abandon rapidement. Je n’ai pas vraiment envi de passer pour un infirme incompétent.

« Je suis actuellement en mission diplomatique pour le compte de Kumo. Je dois rencontrer votre Tsuchikage d’ici quelques jours. Mais ce n’est pas très important. Dites-moi, vous êtes donc policière c’est ça ? Je le suis également à Kumo. Je dois avouer que je suis impatient de découvrir la police iwajin. Ça me rappellera Kumo par la même occasion. J’ai entendu dire qu’Akimoto était le Taicho avant d’être nommé Kage. Comme se comportait-il avec ses troupes, si ce n’est pas trop indiscret ? »

C’était l’occasion rêvé de découvrir un environnement familier dans un autre village. Peut-être que je pourrais en tirer un bénéfice et me donner des idées pour le Kyuubu. Puis par la même occasion, je vais pouvoir me renseigner, du moins j’espère, sur l’actuel Tsuchikage. Cela m’aidera à mieux cerner le personnage avant mon entretien avec lui.

« Oh, je m’excuse, je ne me suis pas présenté, je suis Kizuato Daisuke, l’ambassadeur de Kumo. Et vous ? »



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Dim 7 Jan 2018 - 16:31
Aucun sens de l’orientation hein ? Cela la fit rire intérieurement, mais la kunoishi ne lui offrait aucune remarque choisie comme elle l’aurait fait avec un confrère du village et fallait-il croire qu’elle avait bien fait et prévu, sans le prévoir… Parce qu’elle avait bien senti sa difficulté à marcher, mains dans les poches l’air de rien, la Hyuga traînait des pieds, pas trop non plus, mais on était loin de son rythme de croisière plus proche d’une marche rapide. Elle n’aimait pas prendre son temps pour tout et surtout pour se rendre…

Elle s’arrêtait pour se tourner et lui faire face quand il prononçait des mots faditique.
Daisuke hein. Quelle poisse!

-Ah… Commençait-elle en cachant au moins la déception dans sa voix, puis elle lui tendait une poigne pour les présentations. Sanadare pour ma part, Hyuga. Un nom qu’il fallait lui arracher de la gorge… Quel curieux hasard, mon Senseï et actuel Kage voulait justement que je « m’occupe » de vous faire découvrir nos locaux… La surface du moins. Un homologue de la foudre, voilà qui est intéressant.

Son sourire était contraint, mais plus qu’il n’était plus possible de s’échapper maintenant, la femme tentait de rester agréable, pour le moment il n’avait rien fait, hormis être ce qu’il était, pour lui taper sur les nerfs. Il se faisait curieux sur bien des points et était tombé sur un bon spécimen, Sana’ était d’une franchise imparable, parfois corrosive…

-Comment était le gros ours roux ? Bon vivant, avant et après être devenu le Taicho. Je suis rentrée dans la police sous sa tutelle. Qu’elle l’informait en reprenant leur trajet. Cela a toujours été un homme occupé, s’il n’avait pas le temps de me gérer lui-même dans sa team, il s’est toujours assuré que ses subordonnés continuent mon apprentissage dans notre de métier au moins.

Ce qui était vrai, on lui avait appris à enquêter, l’entraîner tous les matins ou presque au corps à corps avec d’autres collègues, à se défaire et se faire. Apprendre à prendre sur elle et des centaines de lois parfois stupides…

-Je ne dirais pas que c’est le meilleur senseï du monde, mais pas non plus que j’en avais réellement besoin d’un présent. Au moins, il a toujours essayé et fait au mieux, plutôt que croiser les bras et abandonné. La disciple s’étonnait elle-même du portrait qu’elle en avait, au final, jusque-là, elle n’y avait réfléchit, sa seule certitude étant… Il a un GROS faible pour le sake, mais il est tellement volumineux que ça lui fait peu d’effet, prudence sur la descente si vous ne la tenez pas Daisuke-sama.

Était-ce un petit rire qu’on entendait d’elle ? On dirait bien. Et elle ne poussait pas plus que ça ses interrogations envers l’ambassadeur, pour éviter la faute diplomatique, de tout le village c’était probablement la pire dans le domaine. Comme indiqué, ils n’étaient pas bien loin et la kunoishi fidèle à elle-même offrait son salut habituel-un doigt peu honorable- en salut à ses confrères de l’entrée qui lui jetaient un sale œil. Si elle ne les voyait pas, elle les connaissait parfaitement. Elle n'était pas beaucoup aimé pour bien des raisons... Pas comme si ça lui faisait quelque chose. Ils zieutaient de façon suspecte l’homme avec elle, pas un client, il était en trop bon état et tout le monde ici connaissait les méthodes de la Hyuga, cogné fort puis parler ensuite. Ou des fois juste cogner et faire signer des aveux… Elle était loin des conventions.

-C’est une structure classique dans le village, elles se ressemblent toutes pour tout dire. Deux crétins les plus inutile pour garder l’entrée et prendre les plaintes. Disait-elle assez fort pour qu’ils l’entendent tandis qu’elle progressait dans un couloir quand une porte de sécurité se déverrouillait par un garde de l’autre côté. Les premiers locaux sont administratifs. Elle balayait les espaces de larges mouvements de bras. Notre salle de repos. Où elle n’allait jamais, tout comme elle restait peu présente dans le commissariat en vrai. Vestiaires… Les chambres cinq étoiles de nos clients. Lui montrait-elle les cellules les plus rudimentaires qu’il soit, toutes vides. La criminalité est contrôlée dans ce quartier, il est aisé, mais je ne vous mentirais pas en affirmant qu’il en est de même dans le village. Ce n’est pas mon affectation d’ordinaire. J'ai les pires zones.

Non, elle avait les pires quartiers, parce qu’elle s’ennuyait ici. Au sous-sol, elle lui faisait faire le tour de l’armurerie et de leur salle d’entraînement…

-Rien de passionnant pas vrai ? Un autre policier plus interne saurait vous en parler mieux que moi, je suis plus du genre, chien de patrouille ou de garde, au choix.
Son sourire carnassier en disait long. Je peux vous raccompagner jusqu’à vos appartements pour pallier votre sens de l’orientation, le mien est excellent ! Elle se moquait ouvertement oui, mais au moins elle était plus ou moins coopérative ou voulait vite l'expédier... Pas le tour de la ville… Pas sûre que votre jambe saurait apprécier.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Même métier [Sanadare]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: