Partagez | 

[B/KUMO] Interroger Katenshendo [Pv Shikarai/Shoran]


Sam 16 Déc 2017 - 17:42
Concentrée...

Finalement, toi ainsi que Kumo de manière générale avait eu le dernier mot face à l'ennemi. Celui-ci avait vu ses plans être déjoués et celle qui autrefois était en position de force face au village caché n'était désormais plus en moyen de sourire. Elle n'avait plus rien, plus aucun complice, plus aucun moyen de pression, rien... Seulement des informations que seule elle était capable de vous fournir. Et c'était la raison principale de l'interrogatoire musclé qui allait voir lieu en cet instant. Bien entendu, vous étiez censé la rendre plus tard en bon état mais bon... Il avait des limites à ta patience, et celle-ci l'avait transgressé depuis bien longtemps.

Pour cette interrogatoire du coup, tu avais pris avec toi un jeune policier qui s'était battu lui aussi pour défendre Kumo. Il était sans aucun doute un bon élément au sein du village, mais tu l'avais surtout choisit pour sa bonne bouille. Il fallait toujours séparer les rôles lorsqu'on interrogeait une personne, et si toi, tu avais clairement la gueule du mauvais flic, il te fallait un bon flic. Une sorte d'élément indispensable à la réussite de cette mission.

De l'autre coté, tu avais aussi requis la présence de Shikarai. Un type que tu ne connaissais que depuis très peu, mais sa seule appartenance au sein de l'US secrète lui assurait une place au sein de la salle d'interrogatoire. Il possédait des informations que même toi tu n'avais pas en ta possession. Ainsi, il était primordiale de l'avoir à tes cotés pour filtrer les choses incohérentes et ainsi resserrer ton questionnaire.

T'arrêtant alors devant la porte, avant d'entrer en contact physique avec Katenshendo, tu briefais les deux larrons. Tu agissais alors comme tout supérieur avec ses subordonnées.

- Shikarai, tu serviras de conseiller. Si tu notes quelque chose d'incohérent ou d'absurde dans ses réponses, n'hésites pas à nous l'indiquer. Tu es notre avis extérieur. Quant à toi Shoran, tu commenceras la première partie de l'interrogatoire. Tu as normalement déjà lu l'objectif de celui-ci : en savoir plus sur le Soshikidan ainsi que découvrir les divers liens qu'elle possède au sein de Kaze et notamment Manako.


T'arrêtant alors de parler, tu leur laisser le temps d'assimiler tout ça.

- Des questions avant de commencer ?

_________________


Dernière édition par Metaru Reiko le Jeu 4 Jan 2018 - 17:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 16 Déc 2017 - 23:51
Une bonne semaine déjà que cette attaque a eu lieue. Le combat a fait rage et je suis allongé dans mon lit, la main droite tendue vers le plafond e ma chambre. Il me manque mon auriculaire que j'ai sectionné pour pouvoir m'extirper de l'illusion dans laquelle j'ai été pris. Kahei a perdu sa main lors d'une intrusion, j'ai perdu mon doigt lors d'une nouvelle intrusion. Il faut faire quelque chose contre cela, il faut que je réfléchisse à un plan pour empêcher ces traîtrises et que l'on entre dans Kumo comme dans un moulin à vent. Je ne peux rien faire pour le moment, mais je peux déjà faire autre chose. Interroger cette saloperie de Katenshendo.

Je ne l'ai jamais vu, je ne sais guère à quoi elle ressemble, mais c'est à cause d'elle que Shojito se retrouve à l'hôpital. A cause d'elle qu'il y a encore eu une intrusion. On m'a assigné à cette mission avec la sous-chef du Kyuubu et Shikarai. Je n'ai jamais patrouillé ou travaillé tout court avec cette Metaru Reiko et je ne sais guère ce qu'elle vaut, mais si elle est Fukutaicho, c'est qu'elle a mérité son poste. Quant à Shikarai... Nos conflits se sont réglés à Shito, mais nous ne nous sommes pas vus depuis ce jour-là. Alors, je ne sais pas vraiment si nous partageons le même état d'esprit.

Lorsque j'arrive devant le bâtiment où est gardé notre prisonnière, je vois que Reiko et Shikarai sont déjà sur place. Je les salue alors que la blonde Metaru nous donne les consignes. J'hoche la tête de haut en bas pour dire que j'ai bien compris, cependant je me pose quelques questions avant d'entrer et commencer cet interrogatoire.

« Quelles sont les limites que nous ne pouvons pas passer, Fukutaicho ? Comptez-vous parler de cet homme qui s'est introduit au sein du village et de Suzuri Kaldez, la traîtresse ? »

Au moins, ça a bien le mérite d'être clair. Je veux la faire parler.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Dim 17 Déc 2017 - 15:08
En si peu de temps, tant de choses c’étaient déroulées. L’évolution de l’unité spéciale à laquelle j’étais rattaché, m’avait fait le plus grand bien. Désormais, je pouvais avancer. Je ne savais pas ce qu’aller apporter ma rencontre avec le Raikage, mais cela aussi m’avait permis de me libérer d’un poids. Aujourd’hui, j’étais convoqué par la chef adjointe des nouveaux Kyuubu, Metaru Reiko, pour une certaine mission. Renforcer la coopération inter-unité était très important, et l’objet de la mission s’y prêtait, puisqu’il s’agissait d’interroger Kâtenshêdo. Mais depuis ma dernière rencontre avec la Metaru, lors de l’intrusion à Kumo, qui concernait la même détenue, j’avais appris autre chose de la blonde. Elle était la sœur de Kahei et du Raikage. Cela donnait une dimension particulière à cette mission. Surtout lorsque j’appris que Shôran serait là, lui aussi. J’étais content de le revoir enfin, même si ses retrouvailles ne se prêtaient à la discussion. Pensait-il comme moi ? Notre dernière rencontre, avant le drame de Shîto, avait pu mettre les choses au point entre nous, et un lien indéfectible nous unissait désormais. Lorsque j’avais vu Kahei, là-bas à Shîto, je n’avais pas pu ne pas penser à lui. Savait-il que j’avais participé à le ramener ? Je n’en avais pas la moindre idée. Était-il allé le voir, comme moi, durant ses derniers mois ? Je ne le savais pas non plus. Malgré mon envie de le revoir et de renforcer notre lien, je crois bien que j’avais un peu peur, et que je préférais fuir. Peut-être était-il comme moi. Et cette Reiko, savait-elle qui nous étions ? Notre passif avec son frère ? Je ne savais pas grand-chose au final, mais ce ne sont pas ses informations-là qui comptaient.

Pour une fois, j’étais en avance. Dans le couloir de la salle d’interrogatoire, la Fukutaichō attendait déjà. J’échangeai avec elle un bref mouvement de tête pour la saluer. Depuis ma formation avec Shizen, je ne quittais plus ce bâton de réglisse à mâchonner. Ce n’était pas pire que la clope après tout. Shôran ne mit que peu de temps à arriver. Je lui adressai le hochement de tête. Après avoir avancé jusqu’à la porte de la salle d’interrogatoire, Reiko nous briefa. Shôran commencerait, la Metaru poursuivrait. Moi, j’étais là en observation, pouvant intervenir à tout moment. C’était clairement la vieille ruse du gentil flic, méchant flic, quant à moi… J’avais le rôle mystère pourrait-on dire. Kâtenshêdo me reconnaîtrait sans doute, bien que cette fois-ci, j’eus les cheveux attachés. Mais ce n’était pas capital. J’avais surtout envie de voir dans quel état d’esprit elle était, maintenant que la tentative d’évasion déclenchée par un de ses complices probables avait échoué. Shôran avait des questions, il soulevait un point intéressant qui le concernait. Suzuri Kaldea, la traître des Suzuri qui elle aussi avait tenté de ralentir Kumo lors de l’intrusion ennemie. Shôran avait fait partie de l’équipe qui l’avait mis en fuite, j’avais lu les rapports. Nul doute qu’elle était une pièce maîtresse du Soshikidan, à la vue des informations qu’elle pouvait détenir.

Après avoir répondu à Shôran, et puisque je n’avais pas de questions, la Metaru ouvrit le pas. Je la laissais passer devant avec Shôran. Attachée comme elle l’était, la prisonnière haute sécurité ne risquait plus de causer beaucoup de torts. Je laissais mes partenaires du jour prendre place. Moi, j’avais fait le choix de m’adosser au mur, dos à Kâtenshêdo.

_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/u279

Jeu 4 Jan 2018 - 17:08
Kâtenshêdo, le Rideau noir tant réputé du Soshikidan. Criminelle et déserteur du désert aride du Pays du Vent, elle avait autant de raisons d’être craintes que de pantins dans son arsenal. Mais c’était également la kunoichi Nukenine la plus apeurée de tout le Grand Continent. Là où les marionnettistes se servaient de leur art pour la violence et l’accomplissement de leurs plus grands objectifs, la jeune femme ne l’avait toujours fait dans un seul but : celui de se protéger, et de combler ses faiblesses, plus nombreuses à l’intérieur.

C’était de ce trait de caractère qu’elle s’était rendue une fois découverte par les shinobis à Shîto, durant l’Examen international qui y avait été organisé. Elle qui avait peur, et qui avait également tenté de survivre face aux différents ennemis, Kazejins comme Kumojins qu’elle avait pu observer, n’avait pas hésité à poser genoux à terre pour implorer une capture.

Bien entendu, sa mise en geôles à Kumogakure no Satô avait quelque peu apaisé ses craintes les plus vives. Premièrement, elle ne voyait que trop bien le terrible sort que le Premier Cercle de Kaze no Kuni lui réservait. Le village caché des Nuages était une cité trop puissante et intègre pour qu’elle affronte quelque-chose de pire là-bas. Et elle avait eu raison. Deuxièmement, elle savait que tôt ou tard le Soshikidan tenterait quelque-chose pour la sauver. Mais était-ce ce qui s’était véritablement passé lorsqu’elle avait effleuré l’évasion quelques temps plus tôt ? Qui était venu pour l’aider à s’échapper ?

Dans tous les cas, la tentative avait été mise en échec par les forces Kumojins. Et c’était la raison principale du sursaut de la Nukenine lorsqu’elle entendit la porte de sa cellule grincer. Si elle avait autrefois eu l’espoir d’une aide extérieure et d’une évasion, aujourd’hui plus aucune croyance n’était autorisée. Et elle le savait.

« Je… vais devoir me mettre à table… n’est-ce pas ? »

Comme quoi, même restreinte par de nombreuses entraves, Kâtenshêdo n’avait pas perdu grand-chose de sa clairvoyance accoutumée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 4 Jan 2018 - 17:44
Concentrée...

Tandis que tu pénétrais dans les lieux, tu laissais tout de suite se dégager de toi ton animosité... Elle allait passer un mauvais quart d'heure si elle décidait de ne rien dire, c'était certains... Tu n'avais de toute manière plus de contrainte quant à la manière dont tu allais lui faire cracher les morceaux que tu souhaitais. Elle devait simplement rester en vie, quant à son état qui allait suivre cet interrogatoire, cela ne te regardait plus.

T'appuyant contre l'un des murs de la salle, tu fixais ton regard sur la criminelle de Kaze. Tu pouvais sentir une certaine frayeur émaner de sa présence... Elle qui avait certainement espéré une éventuelle évasion s'était retrouvée dans ce contexte qui n'était clairement pas à son avantage. Et pour rajouter une couche à son malheur, c'était à toi que l'on avait donné la charge de l'interroger.

Elle allait souffrir, cela ne faisait aucun doute...

Tu n'étais plus à ton premier interrogatoire... Toutes les personnes qui étaient passées sous ton joug avaient fini par parler, et cette marionnettiste n'allait pas déroger à la règle. Néanmoins, tu n'allais pas ouvrir le bal, comme indiqué tantôt à Shoran, celui-ci allait commencer tranquillement par poser les premières questions. Il n'y avait pas besoin d'user de violence si elle venait à parler directement après tout. Dans le cas contraire...

Bref...

- Tu peux commencer Shoran.


Son rôle consistait à être clair dans ses demandes. Il n'avait pas à user de violence, il était juste le gentil flic de l'histoire, le soutien mental en apparence sur lequel pourrait se raccrocher la criminelle. De toute manière, il inspirait bien plus la sympathie que toi ou Shikarai, ainsi, ce rôle lui convenait à la perfection.

Les yeux toujours rivés sur la cible, tu te contentais de faire peser ta présence sur elle. Non sans resserrer les poings, prête à faire feu à chaque instant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 4 Jan 2018 - 18:07
Mon tout premier interrogatoire, je ne sais pas si je serai à la hauteur. Je dois juste l'être, juste faire ce que l'on me demande de faire. Je comprends bien vite la stratégie que veut faire la vice-capitaine du groupe de police, je comprends rapidement que ma bouille enfantine va jouer sur cet interrogatoire. Je vais être le gentil flic, celui qui va mettre le plus à l'aise notre prisonnière. Je prends une grande inspiration avant de rentrer dans le bâtiment, mettant alors le bandeau du Kyubuu à mon bras. Je rentre ainsi dans mon personnage, celui d'être un policier de Kumo.

Dans le bâtiment, je la vois. Kâtenshêdo. Elle ne ressemble en rien en ce que je me suis imaginé, non, elle semble plutôt douce et fragile. Pour autant, je ne dois clairement pas me laisser berner par sa personnalité, l'image qu'elle transpose. Une ruse, c'est peut-être ça. Une table est mise à disposition où je m'assois sur la chaise, invitant la prisonnière à faire de même. Mes deux collègues se sont posés contre les murs du bâtiment, juste derrière moi. Mon regard est conciliant avec la prisonnière.

« Bonjour, Kâtenshêdo. Je peux me permettre de vous appeler ainsi ? »

Que je lui demande avec un maigre sourire sur mon visage, une voix douce montrant que je ne suis clairement pas son ennemi. Jouer la comédie, c'est plutôt simple en fait. Alors qu'elle me répond, je la fixe quelques instants avant de commencer mon interrogatoire.

« Depuis quand faîtes-vous partie du Soshikidan ? Pouvez-vous me parler concrètement des objectifs de cette organisation ? J'ai besoin de savoir quels sont les membres qui l'entourent également ? »

Une fois mes questions posées pour le moment, je pose un regard bienveillant sur la Kazejin, attendant une réponse claire et honnête de sa part.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 4 Jan 2018 - 21:36
Égale à elle-même, c’est l’impression qui se dégageait pour moi de son comportement actuel. Lorsqu’elle parla, je ne pus m’empêcher de réfléchir. Jouait-elle la comédie ? Ou bien faisait-elle tout cela sciemment ? Rien n’était moins sûr après la tentative d’évasion dont elle avait fait l’objet. Mais il restait bien trop d’incertitude. Les deux principales hypothèses que j’avais imaginées jusqu’à maintenant étaient toujours plausibles et fondées. La première, c’est que la jeune femme devant nous, était présente ici parce que cela faisait partit du plan du Soshikidan, et de leur chef Nara Alderan. La seconde, cela n’était pas vraiment prévu, et elle avait surtout pris peur de la Meikyū, et du sort qui lui serait réservé. Si l’on se référait aux mots de l’intrus marionnettiste qui avait tenté de faire évader le rideau d’ombre, c’était peut-être cette dernière hypothèse qui était juste. Il semblait y avoir un lien entre cet intrus et elle, qui dépassait la simple connivence dans la même organisation. Je ne savais pas si c’était la réalité, mais face à ce que j’avais pu constater, c’était mon intime conviction. Tout le monde était dans son rôle. Dès notre installation dans la salle, la Metaru avait donné le ton. Indiquant à Shôran qu’il pouvait commencer. Cela pouvait paraître anodin, mais cela posait les rôles avant même que l’interrogatoire. Shôran devenait un exécutant et cela affaiblissait en quelque sorte sa position dans l’esprit de la cible. Au contraire, cela renforçait celle de la Fukutaichō qui avait un ascendant directe. Quant à moi, je n’étais rien, invisible car derrière elle, ma présence ajoutait une inconnue à la balance. Je gardais pour renforcer cela une attitude assez détachée, en mâchonnant mon bâton de réglisse, nonchalamment, pour laisser mes comparses agir. Insidieusement, et inconsciemment, cela dessinait les fonctions que l’on s’était attribuées. À chaque fois, ce n’était que d’infimes détails, bien sûr, mais ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.

Shôran était parfait dans son rôle. On aurait pu croire qu’il en faisait trop, mais cela ne donnait pas l’impression d’être surjoué. Il avait le regard juste. Il entama le premier échange. Je lui aurais bien demandé son vrai nom, à la place de Shôran, mais c’était trop pour commencer sans doute. Après avoir entendu sa réponse, il la fixe un peu, et enchaîne sur plusieurs questions. Nous attendions désormais tous les réponses qu’elle allait apporter. Allait-elle directement se mettre à table ? Elle avait eu tout le temps de réfléchir à ce qu’elle allait pouvoir raconter. Il ne serait donc pas étonnant qu’elle parle, mais pas forcément pour dire la vérité. Nous avions besoin de la déstabiliser réellement avant qu’elle puisse dire des informations intéressantes, mais pas pour l’instant, nous n’étions qu’au début. Mes omoplates sur le mur laissaient un peu jeu entre mon dos et la paroi. J’y passais ma main, pour entamer un mouvement lancinant, accompagné d’un bruit. Celui de mes doigts qui tour à tour venaient toucher le mur, puis repartaient dans les airs. Ce tapotement improvisé était volontairement… chiant. Oui, c’était le mot, et c’était totalement délibéré. Nous n’étions pas là pour nous amuser, et toute pression que l’on pouvait ajouter, même celle sans prétention, était bonne à prendre.

_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/u279

Mer 21 Fév 2018 - 21:07
« Faites comme bon vous semble… »

Il fallait bien comprendre la nature de l’esprit de Kâtenshêdo. Si elle était l’une des plus puissantes kunoichi de Hi no Kuni derrière ses marionnettes, elle était bien peureuse sans elles. Mais derrière ça, elle craignait surtout de retourner son pays. Kaze no Kuni était pour elle la pire des horreurs, depuis que le Premier Cercle avait tous les pouvoirs. Et même si elle craignait la mort, depuis qu’elle avait compris que la tentative de sa libération avait échoué, elle se demandait s’il ne valait pas mieux passer l’arme à gauche plutôt que de risquer d’être transférée dans ses terres natales.

« Les membres qui composent le Soshikidan sont nombreux, surtout si Nara Alderan est devenu le Seigneur du Feu. Ce serait peine perdue de vous en dire plus à ce propos, surtout que vous me parleriez de trahison si j’en oubliais un. Je suis enfermée ici depuis plusieurs mois, et les choses… changent vite. »

Il n’y avait là aucun mensonge, et une quelconque technique supérieure de Sensorialité pourrait éventuellement en témoigner. Malgré sa faiblesse psychologique du moment, la Nukenine de Kaze no Kuni restait lucide sur sa situation. Quant aux Kumojins, seraient-ils suffisamment objectifs pour lui donner raison ?

« J’ai déserté mon pays il y a plus de sept ans. Croyez-moi, ce qui se passe à Kaze no Kuni est horrible, dans le fond comme dans la forme. Le Soshikidan a été pour moi un nouveau refuge, avec un objectif noble. Mais les mois ont passé et… je veux en finir avec tout ça, et expier mes fautes. »

Le masque de la marionnette était tombé depuis si longtemps. Le grand et craint Kâtenshêdo, qui avait réussit jusqu’à infiltrer la garde personnelle de l’ancien Seigneur du Feu n’était plus. Il ne restait plus qu’une femme qui se dégoûtait d’avoir empoisonné un enfant, qui ne savait plus quoi choisir entre la mort et l’espoir d’être libérée pendant son transfert à Kaze no Kuni. Mais elle souhaitait mettre un terme à la situation actuelle.

« Le plan était qu’après notre victoire à Shîto, nous y installions une nouvelle base. Vu tout ce qui s’y serait passé, nous pensions que personne n’oserait y venir. Et puis, il y avait le symbole, aussi. Je ne peux pas vous garantir que ce soit toujours la base principale. Mais une chose est sûre, il y aura du monde là-bas et cette information n’était connue que par l’élite de l’organisation. »

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[B/KUMO] Interroger Katenshendo [Pv Shikarai/Shoran]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: