Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» [Théories] Qu'est-ce WASURE-PI ?
Aujourd'hui à 13:39 par Konran Tenzin

» 03. Questions sur le système de combat
Aujourd'hui à 13:26 par Garyôsen Ryôga

» Annonces complétant l'Arc n°5
Aujourd'hui à 13:14 par Garyôsen Ryôga

» Recrutement de modérateurs techniques à l'essai
Aujourd'hui à 13:02 par Garyôsen Ryôga

» Absence
Aujourd'hui à 12:31 par Akiji Yasuo

» Mainmise religieuse / Mission Rang B
Aujourd'hui à 12:19 par Hyûga Kami

» 08. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 11:37 par Hyûga Kami

» Ice and Thunder [Kaya]
Aujourd'hui à 11:34 par Yuki Kaya

» 06. Demandes diverses
Aujourd'hui à 11:16 par Hohoemi Tsuki

Partagez | 

Raikage, parlons de Kumo. (Metaru Shuuhei)


Sam 16 Déc 2017 - 23:52
Début de l'année 202. Des choses ont changé, ou pas vraiment. A vrai dire, j'ai l'impression que nous continuons sur la même lignée que l'année précédentes. Certes, il y a eu une refonte des unités spéciales, je ne vois pas ce qui a réellement changé dans les grandes lignes. Kumo a besoin de plus, beaucoup plus. Depuis l'intrusion de cet individu inconnu et la traîtrise de Suzuri Kaldea, j'ai tenté d'établir différents plans pour Kumo. Pour améliorer la sécurité du village, des villageois. Après tout, je fais parti de la brigade policière du village et j'ai besoin qu'on me reconnaisse à travers la hiérarchie. Evidemment, je fais ça aussi pour Kumo et non pas que pour mon avancement. J'ai besoin de savoir que le village est sécurisé comme il le faut, nous sommes dans une situation... de conflits. Soshikidan, Kiri. Nous ne sommes plus seuls.

Metaru Shuuhei me connaît. Je n'ai pas eu de mal à obtenir un entretien avec le Nidaime Raikage, il faut dire qu'il ne peut pas refuser une telle chose alors que j'ai été un élève de son jeune frère. D'ailleurs, je veux aussi demander des nouvelles de Kahei. Il doit bien en avoir, non ? Pour ma part, je n'ose pas lui rendre visiter. Je me sens toujours coupable de son malheur même si plusieurs mois sont passés depuis. Je travaille sans relâche en ayant ses convictions et conseils en tête.

Arrivé à l'Assemblée, on me dirige jusqu'au fameux bureau du Nidaime Raikage. Je m'y suis déjà rendu, c'était pour voir Nara Seijiro. Depuis, je n'y suis plus allé. J'attends alors que Shuuhei puisse m'accueillir.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Dim 17 Déc 2017 - 23:02
- « S’il est là, fais le donc entrer. »

J’étais peut-être occupé depuis mon retour, mais j’avais toujours du « temps » pour écouter les préoccupations et autres suggestions de mes Kumojins. Surtout en cette ère de trouble. C’était une manière à moi de solidifier les liens que j’avais avec toutes ces personnes qui travaillaient d’arrache-pied pour Kumo, mais aussi pour leur montrer que le Raikage n’était pas un homme perché sur un piédestal sous prétexte qu’il était le dirigeant de la ville. Je savais prêter attention à mes hommes et j’avais la nette impression que c’était la meilleure manière de collaborer avec eux.

Ma secrétaire finit par acquiescer à mes ordres et se dirigea tranquillement vers la porte d’entrée derrière laquelle le jeune homme devait certainement patienter. J’avais encore en mémoire la fête de la lumière durant laquelle il m’avait approché pour quérir des nouvelles de mon petit frère. Kahei hein… Mis à part ces derniers temps où j’avais été absorbé par la politique internationale, il n’y avait pas un seul jour où je ne pensais pas du tout à lui. Je nourrissais des regrets. Beaucoup de regrets. Mais c’était ces fautes-là qui me poussaient à donner le meilleur de moi-même.

Pour ne plus revivre ce cauchemar…

La jeune Mei finit par ouvrir la porte au gamin, tandis que je lâchai mon stylo pour redresser ma tête vers l’entrée. Contrairement à mes habitudes, j’étais vêtu de mon uniforme de kage. Celui-là même que j’avais arboré le jour de mon investiture. J’avais la nette impression qu’il me portait chance et que le revêtir plus souvent éloignerait le mauvais sort de notre ville. Plus que mon mandat qui était entaché par ces évènements, c’était le bien du plus grand nombre qui me préoccupait. Un kage était remplaçable, mais pour ce qui était de Kumo, c’était bel et bien autre chose.

- « Ne sois pas timide. Rentre et prends place, Shôran. » Que lui avais-je dit en désignant un siège face à mon bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Lun 18 Déc 2017 - 13:01
Derrière la porte, je patiente. Je me demande comment aborder la chose, comment lui faire part de mes idées et de le convaincre pour qu'il les mette en place. Déjà, des idées qu'il doit apprécier. De plus, j'ai envie d'en savoir plus sur l'état de Kahei, je n'arrive toujours pas à aller lui rendre visiter, je me sens que trop mal pour y aller. Il faut également que je le remercie, c'est grâce à lui et sa recommandation que je suis actuellement dans la police, tout nouvellement appelé Kyuubu. Dans ma tête, je cherche la meilleure manière à faire alors que j'enfile mes gants pour cacher mon doigt sectionné à ma main droite.

Finalement, la secrétaire m'invite à rentrer dans le bureau et alors que je rentre, le Raikage me salue et m'invite à m'installer. Ce faisant, je m'assois sur la chaise de l'autre côté du bureau et de faire face au Raikage. Depuis l'investiture, je ne l'ai pas vu habillé comme ça souvent. Non, c'est rare qu'il mette cette tenue d'ombre mais cela lui donne une certaine prestance.

« Bonjour, Raikage-sama. »

La politesse avant tout, je suis le genre de shinobi à respecter l'ordre hiérarchique. Avec moi, impossible que je fasse preuve d'insubordination ou autre. Un parfait ninja qui obéit aux ordres. Quoique... Je ne sais pas, je ne me suis jamais vu dans une mission où un ordre est contraire à mes idées. Je ne sais guère comment je réagirai. Sûrement que je ferai mon travail.

« Tout d'abord, je tenais à vous remercier pour mon affectation au Kyuubu. Je n'ai pas eu le temps de vous remercier quant à votre recommandation à mon sujet. Et je viens... également quérir des nouvelles de Kahei-senseï. »

Commençons par cela en premier lieu, les formalités. Puis, j'enchaînerai plus tard avec la véritable raison de ma venue. Sûrement que l'ombre du village est au courant que je ne suis toujours pas passé voir son petit-frère. Déjà un an, je ne l'ai toujours pas rencontré.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 18 Déc 2017 - 21:50
- « Oh, c'était trois fois rien. Et puis, tout le mérite va à Daisuke, je pense. »

Je lui fis un clin d’œil non sans sourire. A vrai dire, depuis le retour de Shitô, je n’avais pas vraiment eu le temps de m’occuper de la police. Trop de choses s’étaient passées depuis lors : La découverte des fraudes du Nara, son emprisonnement, mon investiture, ma prise en main du village… Bref, plus de quoi me consacrer à la gérance d’une seule unité spéciale. Daisuke qui avait été mon adjoint et qui continue d’ailleurs de l’être avait repris l’entité avec brio pour l’améliorer à sa sauce. C’était donc lui qui était le plus à saluer et j’étais sûr que le jeune face à moi n’avait pas manqué de le faire puisqu’il travaillait sous ses ordres depuis un certain moment maintenant. D’ailleurs…

- « J’ai pu voir à travers les rapports que tu as réussi ta dernière mission avec l’équipe que tu supervises. C’est du beau boulot ! J’espère que Kinzoku ne te crée pas trop de problèmes. Je sais qu’il est impatient de passer chunin compte tenu de son âge, mais j’attends encore de lui de la maturité. Et puis, ça passe aussi par ton jugement, mais rien ne presse. »

J’eus un sourire. Shôran devait composer avec des profils assez atypiques. Un gosse à peine plus haut que trois paumes et un grand gaillard qui passait plus son temps à foutre la merde qu’autre chose. Quoique dernièrement, il semblait s’être repris en main, ce qui me faisait assez plaisir. Le jeune brun en face de moi devait y être pour quelque chose. Je devais peut-être le féliciter à ma manière en l’envoyant dans un bar bien fréquenté par exemple. J’avais bien vu ses œillades sur les formes bien prononcées d’Itagami et la réaction excessive de celle-ci. Il devait aimer les belles femmes bien foutues comme moi. Un brave garçon, ce petit. Il avait de l’avenir, c’était clair et net !

- « Quant à Kahei… Il va bien… Mais je pense qu’il serait grand temps que tu prennes ton courage à deux mains pour aller le voir. »

J’étais effectivement au courant de sa petite couardise. Ou plutôt culpabilité. Je ne lui en voulais pas du tout. Il est vrai que je déplorais toujours l’état de mon petit frère et que j’étais toujours triste lorsqu’on abordait le « sujet » Kahei, mais j’étais plus ou moins passé à autre chose. Ce n’est pas comme si des genins auraient pu changer la donne dans toute cette histoire. Et, pour avoir vu à quel point les membres du soshikidan étaient puissants, je ne pouvais définitivement pas leur rejeter la faute de l’état calamiteux de mon frère. Non. Le seul qui était à blâmer, c’était Seijiro. A l’époque déjà, j’avais été contre le fait que mon petit frère ait des genins sous sa coupe et sorte du village…

S’il avait la force d’un chunin pour lui, il n’avait pas l’expérience qui allait avec.

Malheureusement, arriva ce qui devait arriver…

- « Je suppose que tu es là pour me parler d’un sujet bien plus urgent, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 20 Déc 2017 - 11:49
J'hoche la tête de bas en haut, c'est vrai que Daisuke est un général performant et que le mérite peut également lui revenir. Il a fait énormément pour la police du village, il sait s'y faire et de quoi il parle. Me rappelant vaguement de l'entretien que j'ai eu avec lui, le Taicho avait l'air de savoir quoi faire. Finalement, Shuuhei m'avoue avoir lu le rapport de ma mission. Une simple mission comme ça l'intéresse ? Je suis évidemment surpris, mais pas tant que cela. Le Raikage reste proche de ses effectifs, ce qui fait de lui une excellente ombre. D'ailleurs, Kinzoku fait parti de son clan alors je ne suis guère étonné qu'ils se connaissent. J'opte alors pour donner mon avis sur son cas.

« Je pense qu'il n'est pas loin de mon niveau. Malheureusement, il lui manque un peu de jugement dans ses actions, je veux dire qu'il est trop impulsif et a besoin de calmer ses ardeurs de violence pour passer au grade supérieur. Enfin, je pense qu'il ne tardera pas à s'améliorer, il s'entend plutôt bien avec Suzuri Kyoshi et malgré leurs caractères diamétralement opposés, ils arrivent à travailler ensemble. »

Je leur ai parlé de mon objectif pour eux deux : les rendre encore meilleurs que ceux qu'ils sont en travaillant principalement sur leur faiblesse et ne délaissant pas leurs points forts. Compliqué, mais faisable. Viens à parler de Kahei, je ne me sens pas à l'aise. Parce que je me sens encore et toujours fautif même si le Raikage a tenté de me faire comprendre l'inverse il y a déjà quelques mois.

« Oui... »

Je ne sais pas vraiment quoi lui dire sur ce sujet-là, je ne suis pas à l'aise, je ne le serai probablement jamais. Comment puis-je regarder Shuuhei dans les yeux en sachant que je n'ai rien pu faire ? Même si je n'avais pas le niveau, que je ne l'ai probablement toujours pas. Finalement, le Raikage me demande si je suis là pour parler de la pluie et de beau temps ou d'un sujet plus important. Doucement, j’acquiesce de la tête pour commencer à parler de ce qui m'amène vraiment.

« J'aimerai vous parler des intrusions et des traîtres, Raikage-sama. Nous avons déjà eu plusieurs intrusions au sein du village, je ne pense pas que la sécurité de la population est garantie à cent pour cent. J'ai peut-être des idées à vous faire parvenir... »

Sortant un dossier de l'intérieur de ma veste noire, je le pose sur le table pour que le Raikage puisse en lire le contenu.

« Tout d'abord, en premier lieu, j'ai pensé à un dôme. Un énorme dôme entourant le village grâce à des sceaux, qui pourraient nous avertir de toute intrusion au seins du village et ses alentours. Un sceau qui renfermerai également un certain niveau en sensorialité pour savoir s'il s'agit d'un chakra connu ou inconnu. »

Je ne savais pas si j'avais été clair, mais je ne m'arrêtai pas là pour autant.

« Quant aux traîtres... Nous ne sommes toujours pas à l'abri de ce genre de personne, je suggère un interrogatoire pour tout les habitants de Kumo, villageois ou shinobis, et un interrogatoire permanent. De plus, tout shinobi ou nouveau villageois souhaitant rejoindre le village devrait répondre un questionnaire plus poussé. Mené par des senseurs, éventuellement, pour voir si mensonge il y a. »

Mon regard gris se plonge sur l'ombre, espérant que mes idées valent le coup d’œil.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 21 Déc 2017 - 0:26
- « Eh bien… C’est la première fois en six mois que quelqu’un vient me proposer autant de solutions… »

Des idées de haut-vol. Oui oui. Des idées pas forcément « bonnes », mais somme toute mûrement réfléchies. Et j’aimais bien ça. Je devais avouer que le jeune brun m’étonnait. Pas pour rien qu’il était devenu chuunin il y a peu. Encore un peu et je me voyais bien lui remettre le grade de jônin comme je l’avais fait avec Hisao. La génération qui suivait la nôtre nous talonnait de très près et promettait vraiment. Je n’étais même pas encore entre les deux âges que j’avais la nette impression d’être devenu un vieillard décrépi qui se faisait dépasser déjà. Ce n’était pas une sensation très flatteuse, mais paradoxalement, elle me ravissait. Même à notre mort, Kumo serait certainement entre de bonnes mains.

- « Quand j’y repense, Seijiro avait cette idée-là. Se servir du fuinjutsu pour repérer des intrus ou des chakras hostiles, étrangères… »

Et l’idée n’avait pas forcément été mauvaise ; même si je me rappelai qu’à l’époque, je m’étais complètement abstenu de commenter cette proposition. Il faut dire que le fuinjutsu et moi, c’était pas une véritable histoire d’amour ; mais quand j’y repensais, je me rappelais que Reiko avait quelques prédispositions dans ce domaine. Il devait peut-être y avoir d’autres ninjas tous aussi talentueux qu’elle dans ce domaine, ce qui pourrait à terme constituer une solution viable. Oui… L’alternative ne me déplaisait pas vraiment. Ma mine réfléchie montrait que je la prenais sérieusement en compte. La question était un peu délicate pour moi, mais il y avait clairement moyen de faire quelque chose de bien dans ce sens.

- « J’approuve l’idée. Mais pour être franc, je ne suis pas un pro en matière de fuinjutsu. Ce que j’attendrai de toi dorénavant, c’est un plan solide et détaillé que tu devras me remettre le plus vite possible. Je le soumettrai au conseil et nous aviserons ensuite. Je compte donc sur toi pour ce projet ! »

J’eus un sourire qui en dit long. Shôran pouvait être fier de lui. Après mon élection, le calme et la paix s’étaient instaurés à Kumo, mais cette accalmie avait apparemment endormi notre vigilance, ou plutôt la mienne. J’aurai dû sans vergogne ressusciter les bons plans de Seijiro puisqu’il s’agissait du bien du plus grand nombre. Il ne me restait donc plus qu’à déterrer les vieux dossiers, à les filtrer et à les remettre au gout du jour, tout bonnement. Par contre, sa la dernière proposition, elle, me fit un peu grincer des dents : « Pour l'interrogatoire, ce ne sera pas du tout possible. » J’eus un soupir et je finis par me lever de mon siège, avant de me retourner vers la baie vitrée qui donnait une vue sublime sur tout le village.

- « Qu’est-ce qu’une telle opération enverrait comme message aux kumojins dans leur majorité ? Rien de bon en tout cas. Pire même ! Cela pourrait entrainer des scissions entre l’assemblée et la population ; et la dernière chose dont j’ai envie en ce moment, c’est d’un conflit interne. Conflit qui pourrait largement profiter aux ennemis de Kumo… Mon régime est basé sur le socle de la confiance. Ne versons pas dans la paranoïa en faisant d’un cas une généralité. Les précautions ne doivent pas se muer en suspicion permanente. C’est un poison qui effondrera les fondations de notre cité à long terme. Le cas de Kaldea diffère de ceux des déserteurs de Shito… Qui est pratiquement résolu, par ailleurs. Par nos actes, Kumo a envoyé un message fort à quiconque s’essayerait à la traitrise… »

Je pris une courte pause puis m’avançai vers les vitres sur lesquelles je posai une main…

- « Pour le questionnaire concernant les nouveaux venus est en perpétuelle évolution. Il n’est pas figé, il ne faut pas croire. Là-dessus, tu n’as aucune inquiétude à avoir, Shôran. Daisuke, Reiko et moi veillons au grain. »

Je finis par me retourner vers lui, la mine sereine.

- « Tu as d’autres choses à ajouter ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 21 Déc 2017 - 13:01
D'un coup, j'ai déballé les deux idées qui me sont venues à l'esprit. Je me dis que j'aurai du préparé un texte au lieu d'y aller au feeling, pour autant l'ombre du village ne semble pas fermée à mes idées. Au contraire, sa mine réfléchie et intéressée me montre que mes idées ne sont clairement pas anodines. Mon regard ne le quitte pas, alors qu'il m'avoue que le précédent Raikage a eu cette idée d'un dôme protecteur. Finalement, Shuuhei m'avoue n'être pas doué dans le domaines des sceaux, qu'il attend de moi un plan structuré pour cette idée de dôme. Doucement, j'hoche la tête de bas en haut pour répondre.

« Je ne suis moi-même pas doué dans ce domaine, mais je ne doute pas que les shinobis du village ont des aptitudes dans le Fuuinjutsu. Je vous ferai parvenir dans les plus brefs délais un parchemin concernant cette idée. »

Bien sûr, cela va me demander du travail mais je suis ravi que l'idée peut plaire et j'espère nettement qu'elle soit acceptée par le conseil du village. Pour la seconde idée, j'essuie néanmoins un refus catégorique. Il se lève, me tourne le dos pour regarder le village dans son ensemble avant de m'expliquer la raison de ce refus. De ce côté, le Kage n'a pas tort... Je n'ai pas réfléchi à cela en proposant mon idée, pour autant je reste convaincu que cela rester la meilleure solution pour protéger le village des déserteurs et des traîtres. Peut-être y en a-t-il encore dans nos rangs, qui sait...

« Je comprends, Raikage-sama. »

Il finit par me demander si j'ai d'autres propositions à lui faire. Je fais mine de réfléchir, finissant par hausser les épaules.

« Nous ne devrions pas seulement compter sur nous, shinobis. Je pense que certains villageois souhaiteraient faire plus pour Kumo et le pays dans son ensemble. Former des villageois pour une milice locale serait intéressante que ce soit au sein de Kumo ou différents villages de Kaminari. Une formation dispensée par des shinobis bien entendu serait plus performante pour ces milices. »

L'idée la moins intéressante sûrement qui me suis venu à l'esprit, mais qui peut jouer en la faveur du Kage.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 21 Déc 2017 - 15:11
- « Une formation hein.. »

L’idée n’était pas conne. Pas conne du tout. Le gamin évoquait des points pertinents auquel je n’avais peu ou pas pensé. Cette proposition se tenait dans le sens où armer les milices des villages ne servait parfois pas à grand-chose. Tokanaba, la ville située à notre frontière au sud-ouest en était la preuve. Cependant, il fallait peser le pour et le contre, ce pourquoi je pris le temps de réfléchir là encore. Il eut donc un blanc pendant un moment. Le silence le plus complet pendant une ou deux bonnes minutes, les yeux fermés tout ça. Puis, je finis par les rouvrir et par reprendre parole :

- « C’est une bonne idée, mais qui ne pourra pas se concrétiser avant un long moment. En premier lieu, il y a le contexte actuel. Avec les crises et une guerre qui se dessine, il est impossible que je disperse trop nos forces. Je n’ai pas ce luxe. En deuxième lieu, il faudrait des pédagogues compétents. On parle de miliciens qui pour la plupart ne savent pas malaxer le chakra comme il faut et qui n’ont pas vocation à devenir ninjas. Il faudrait donc trouver les bons profils pour leur dispenser les bases. En dernier lieu enfin, il faudrait établir des plans de formations pour aiguiser les compétences de ces gens… »

Bref, c’était un travail de longue haleine. Un travail qui allait demander de l’abnégation mais aussi des fonds assez colossaux pour rémunérer un minimum les volontaires qui iraient éventuellement donner des cours à ces civils. Avoir quelques acquis pourrait leur permettre de se défaire d’animaux féroces mais aussi des bandits qui pullulent dans les montagnes de notre pays. Pas une mauvaise idée. « D’ailleurs, ton idée m’en a inspiré une toute autre. » En vue de la guerre qui pouvait éclater à n’importe quel moment et dont nous allions peut-être prendre part vu que notre position allait en faveur d’Iwa…

- « M’enfin bref. C’est toujours un plaisir de pouvoir discuter avec des jeunes productifs comme toi. Je tiendrai compte de tous tes avis. N’hésite surtout pas à venir me voir si jamais tu as le moindre doute ou quoique ce soit d’autre. Je suis là pour vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Ven 22 Déc 2017 - 15:58
Ma position quant à une formation adéquate aux milices est mûrement réfléchie et je n'ai pas lancé cette idée comme cela. En effet, j'ai fait parti de cette mission où il fallait réarmer la milice locale de Tokanaba et cela n'a pas eu l'effet escompté. Déjà que ce jour-là, nous avions perdu un élément clef du village en l’occurrence, Kahei, petit frère de l'ombre actuelle du village. Il faut croire que le Soshikidan a eu une facilité déconcertante pour venir à bout de cette milice. Alors, une formation donnée par des shinobis peut clairement être un élément important dans l'importance d'une milice. Les armer n'est pas du tout suffisant.

Pour autant, même si Shuuhei semble intéressé par l'idée, il expose les différentes problématiques qui se posent face à ce plan. Ainsi, le manipulateur de métal me les explique, c'est attentivement que je l'écoute. En soi, il n'a pas tort... Alors, lorsqu'il a fini son argumentaire, je me permets de répondre.

« J'entends ce que vous me dîtes, Nidaime. Cependant, cette idée est à voir au long-terme et non au court ou moyen terme. Je ne pense effectivement pas cela possible dans l'immédiat, mais c'est un projet à construire et à réfléchir. »

Puis finalement, il m'avoue que mon idée lui en a donné une autre également. Je souris, ravi d'avoir pu l'aider dans ce travail. Le Raikage finit par me dire qu'il est ravi d'avoir pu discuter avec moi, que je ne dois pas hésiter pour revenir vers lui si d'autres idée productives me viennent à l'esprit.

« Entendu, je n'hésiterai pas. Merci de m'avoir reçu. »

Je réponds avec un sourire, fier d'avoir pu apporté quelque chose avant de prendre congé et de laisser l'ombre dans son travail quotidien. Peut-être qu'un jour, je serai à sa place... Enfin, je n'en ai pas encore l'ambition.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 25 Déc 2017 - 23:24
Ce n’est qu’après son départ que je retournai vers la baie vitrée, pensif. A bien y réfléchir, l’idée d’interroger certaines personnes n’était pas mal. En particulier les Suzuri. Mais plus le village s’avançait et plus une peur se faisait grandissante : Que les deux autres clans majeurs fassent une alliance pour me décrédibiliser voire même me destituer. Les Metaru étaient trop blancs dans la neige. Mais par la même occasion, c’était nous qui avions essuyé les premières attaques depuis la fondation de « Kumo ». Mon cas et celui de Kahei étaient parlants. J’eus finalement un soupir. Je devenais un peu parano et c’était bien quelque chose que je voulais éviter à tout prix, sans quoi je risquais de devenir un très mauvais dirigeant. Seijiro avait déjà mortifié Kumo avec ses choix exécrables. Il fallait que je rattrape tout ça !

En me retournant, j’eus un petit sourire. Ce gamin était un bon. J’allais sans doute chercher à l’inviter dans un cadre un peu moins formel pour apprendre à le connaitre un peu plus. En revenant m’asseoir sur mon siège, j’eus une pensée pour Kinzoku. Je pourrais sans doute demander ses impressions sur son sensei histoire d’être fixé définitivement. Pas une mauvaise idée, même si je voyais déjà les réponses de ce con fuser bêtement dans le mauvais sens. Après tout, l’homme qui l’enseignait était moins âgé que lui. Pas étonnant, somme toute. Avant de recommencer mon travail, je me hâtai de noter dans un calepin toutes les idées avec lesquelles Aami s’était ramené. Bonnes comme mauvaises. Refusées comme acceptées. Histoire d’avoir une certaine trace et d’y repenser calmement un peu plus tard.

Cette entrevue avait été assez productive à l’image de celle que j’avais eue avec Shikarai.

Si seulement toutes mes journées pouvaient être comme ça…

Sur cette pensée, j’eus un soupir avant de recommencer à me perdre dans la paperasse. Comme d’habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Raikage, parlons de Kumo. (Metaru Shuuhei)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée
Sauter vers: