Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Sales bêtes
Aujourd'hui à 14:24 par Kamikage Miyake

» Recherche d'informations [PV Nobuatsu Saji]
Aujourd'hui à 14:23 par Yasei Akane

» 05. Questions des invités
Aujourd'hui à 14:11 par Garyôsen Ryôga

» 04. Questions diverses
Aujourd'hui à 14:03 par Garyôsen Ryôga

» The Wingman [PV Yuki Kuzan]
Aujourd'hui à 14:03 par Nobuatsu Saji

» Troisième mi-temps / Pv Umeka.
Aujourd'hui à 13:46 par Hyûga Kami

» Études & Perspectives
Aujourd'hui à 13:45 par Akane Ito

» [Théories] Qu'est-ce WASURE-PI ?
Aujourd'hui à 13:39 par Konran Tenzin

» 03. Questions sur le système de combat
Aujourd'hui à 13:26 par Garyôsen Ryôga

Partagez | 

Deuxième conseil ; Changements [Jônins uniquement]


Lun 18 Déc 2017 - 23:29
A peine de retour à Kumo qu’on m’informa de ce qui s’était passé en ville…

A croire que ça devait forcément arriver. Forcément…

Je ne savais pas vraiment ce qui me choquait dans cette histoire : Etait-ce la traitrise de Kaldea que je n’avais pas du tout vu venir… ? Ou même la tentative de délivrance de Kâtenshêdo via l’intrusion d’un énième membre du Soshikidan… ? Le tout me fit marrer. Mais j’eus un rire jaune. Amer. Mon rire mit mal à l’aise les quelques shinobis qui m’avaient accompagné dans le quartier où avait été confiné la captive de Shitô pour faire un état des lieux. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les environs avaient été marqué par de terribles combats. Des combats qui ont mené à la défaite de l’intrus et de la traitresse. Défaite dans le sens où ces derniers furent obligés de s’enfuir sans pouvoir récupérer la marionnettiste. Un bilan plus ou moins positif si l’on prenait uniquement le bon côté des choses. Mais assez négatif dans le sens où j’avais perdu encore une fois plusieurs shinobis dans l’affaire. A croire qu’ils avaient bien choisi leur moment pour attaquer. Pile poil au moment même où je suis sorti du village, ce que je n’avais pas fait depuis pratiquement un an. Un véritable plan de pros. On pouvait pas faire mieux que ces gens…

Par la suite et sans aspirer une seule seconde à un repos pourtant bien mérité, je m’étais rendu à mon bureau pour m’occuper de toute la paperasse qu’il fallait régler en toute urgence : Fonds pour les soins médicaux des blessés, liste des combattants morts au combat, commandes de quelques armes des villes situées un peu partout à Kaminari, missives personnelle, lectures des rapports des différentes missions… Si bien que le tout m’avait pris quasiment toute la nuit. Une nuit blanche qui suivit un voyage tout aussi éprouvant où je m’étais personnellement tenu aux côtés de mon seigneur pour le rassurer. Qui avait dit que le rôle de Kage était une sinécure ? Au petit matin, ma secrétaire, la jolie Mei m’avait surpris assoupi à mon bureau. Elle me réveilla en douceur et me conseilla de rentrer, mais je refusai aussitôt. En grattant mes yeux et baillant comme un porc, je lui passai une petite liste de personnes à convoquer d’urgence ici. Un conseil devait avoir lieu et ce malgré l’absence de Shiroi et Daisuke. Il était d’ailleurs de donner une importance et une toute nouvelle dimension à certains valeureux Kumojins…

Pour le bien du plus grand nombre.

Je m’étais par la suite rendu aux toilettes de mon bureau pour me débarbouiller un peu. En me regardant dans la glace, j’eus un soupir. J’avais mauvaise mine. Je n’avais pas dormi depuis plus de 72 heures et peut-être plus même. L’aller à Tetsu m’avait demandé la même concentration que le retour et notre arrivée là-bas ne m’avait pas permis de me reposer, puisque je m’étais longuement entretenu avec les dirigeants du pays du fer pour les différentes formalités. J’avais donc des cernes et les yeux presque rouges et fatigués. Les évènements des derniers jours pesaient sur mes épaules et le nombre de morts dans cette histoire me tourmentaient presque. Ces morts ne se limitaient pas aux kumojins : J’avais encore en tête les cadavres des deux kages et de Meian, éminente iwajin avec qui j’avais eu l’occasion d’échanger à Shitô. J’eus un autre soupir, avant de m’éponger la gueule, puis je pris la direction de la grande salle dans laquelle se déroulaient les réunions des hauts gradés, notables et anciens de la ville. Une fois assis sur mon siège, je me mis à cogiter à certaines choses jusqu’à ce que Mei revienne vers moi avec une tasse de café.

- « J’ai envoyé des gens les chercher. Tiens ton café, Shuu-nii. »

- « Qu’est-ce que je ferais sans toi ? »

- « Promets-moi que tu partiras te reposer après la réunion ! En plus, Nora-chan se fait du sang d’encre ! »

- « Promis, Mei, promis. J’en ai bien besoin de toute façon. »


La jeune Metaru qui me servait d’assistante eu un sourire en me tendant ma tasse que je récupérai et que je portai immédiatement à mes lèvres.

Il n’y avait plus qu’à attendre patiemment les convoqués.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mar 19 Déc 2017 - 19:17
Complexe scientifique, après Tetsu no Kuni

Tout va bien de votre côté ?
Oui-oui ne vous en faites pas pour moi. Quel est le bilan ici-même ? Shizen se trouvait auprès des autres directeurs de l'institut. Visiblement, le Sommet des Kages ne fut pas la seule cible du Soshikidan. Le village des Nuages fut aussi ciblé par deux attaques d'envergures. La première était un marionnettiste du Vent qui aurait tenté de libérer la célèbre Katenshedo. Malheureusement pour lui et pour elle, une équipe de talentueux Kumojins permirent d'éviter une telle catastrophe. Si Kumo perdait un détenu aussi précieux, ce serait une très lourde perte en plus des conflits qui pourraient naître entre les deux camps. Ce pays lointain attendait justement de récupérer cette femme qui était originaire du Désert afin de pouvoir la sacrifier, conformément à la tradition. Si le village n'était pas capable de préserver un détenu aussi important, sa réputation à l'internationale en prendrait un coup. La deuxième attaque elle, était beaucoup plus surprenante. Surtout vis-à-vis de la personne qui l'avait orchestrée : Suzuri Kaldea. Une personne pareille qui s'avérait être un traître restait une grosse perte pour l'effectif Kumojin. Quoi qu'il en soit, toutes ces attaques furent amorcées et le bilan ne restait pas plus mal si on prenait compte de la force de frappe de cette organisation.
Nous ne possédons pas plus d'informations. Vous devriez en avoir plus si l'Ombre convoque le conseil.
En effet. Si aucunes des attaques visaient l'institut et les données que nous possédons, c'est tant mieux. Nous nous reverrons lors de notre prochaine réunion. Bonne journée. Sur cette dernière parole l'Aburame prit la route afin de retourner dans son bureau. Pour la première fois, il était réellement épuisé. D'une part le voyage était long, d'une autre l'affrontement face à Alderan lui avait fait consommer énormément de ressources. Une consommation conséquente qu'il n'avait jamais connu auparavant.

Une fois arrivé dans sa deuxième maison, son premier réflexe fut de se préparer un café avec cette fameuse machine offerte par Metaru Reiko. Cela faisait assez longtemps qu'il n'en avait pas bu. Maudit voyage. Seulement, il n'eut même pas le temps de souffler un tout petit de peu que sa camarade, Hayano, lui annonça qu'il était attendu à l'Assemblée pour une nouvelle réunion. Ce n'était pas étonnant d'apprendre que le conseil se réunissait aussi rapidement. C'était même rassurant. Dans un climat pareil, il fallait vite agir par rapport aux actions qui avaient affecté les Nuages. C'était aussi un moyen pour le manipulateur d'insectes d'apprendre un peu plus en détail ce qu'il s'était passé ici-même. Néanmoins, il se demandait bien qui pourrait être présent. Le général Kizuato se trouvait actuellement à Iwagakure pour envisager une alliance, tandis que le Mouton Blanc n'avait plus donné de nouvelles depuis sa précédente mission. Un conseil à deux ? Peu probable. De nouveaux membres. Hâte de mettre un nom sur ces personnes. Le Jônin se présentait donc dans la salle du conseil ou seul l'Ombre se trouvait. D'ailleurs, elle avait mauvaise mine.
Raikage-sama. Shizen était donc le premier arrivé. Il prenait naturellement place sur son siège en restant silencieux comme à son habitude.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mar 19 Déc 2017 - 21:49
Perplexe...

Le retour d'une partie des soldats Kumojin depuis Tetsu avait été effectué depuis peu déjà, mais cela avait été suffisant pour apporter un lot incalculable de problème. Ce genre de problème qu'on avait pas envie de voir s'entasser les uns sur les autres sous peine d'être insurmontable à terme. Enfin... Toi qui pensais n'avoir à jongler avec que les diverses intrusions et tentatives d'évasion de ces derniers temps, voilà que la situation du monde se retrouvait bien plus désastreuse que ce que tu pouvais penser...

Enfin. Tu t'en foutais personnellement, tu n'agissais pas pour ton bien, plus depuis quelques mois déjà. Il était évident que tu faisais partie de ce lot de personne, capable de s'en sortir qu'importe le contexte, qu'importe les moyens à leurs dispositions à l'instant t. Ainsi, si le monde devait s'écrouler et ce fracturer en des millions de morceau, tu savais pertinemment que tu n'allais pas tomber avec lui.

Néanmoins, tu tentais de vaporiser ce genre de pensée qui étaient néfaste à ta productivité. Tu n'avais pas besoin de penser en jeu, mais bien en nous, aussi étrange que cela pouvait te paraitre. Ainsi, de ton coté, tu avais ton job, voir même plus. En l'absence de Daisuke et que de la majeur partie du conseil, tu avais su t'accaparer la plupart de leurs rôles, de manière temporaire certes mais avec une certaine efficacité.

Si les têtes pensantes de ce village pouvaient encore espérer dormir un jour, tu en étais en partie la cause. Et malgré tout ça, il y avait encore tant à faire et si peu de moyen à votre disposition.

Mais bon...

Contre toute attente, toi qui n'avais jamais réclamé quoi que ce soit jusqu'ici fut convoqué dans une réunion dont tu n'avais jamais mis les pieds. Ce genre d'évènement où les hauts placés s’engueulaient et se foutaient sur la gueule en tentant d'avoir le dernier mot. Enfin, c'était comme cela que tu avais vu le conseil depuis ta jeunesse, et cette vision des choses correspondait pas mal à une personne préférant l'action à la parole. Mais depuis un temps, tu avais compris certaines vertus de la discussion, pas toute, mais suffisamment pour que tu daignes bouger tes fesses jusqu'à cette convocation.

Une fois arrivée à l'Assemblée, tu t'attendais à un comité... pas forcément plus accueillant mais au moins plus nombreux. Le Docteur Shizen ainsi que ton frère avaient des gueules d'enterrements. Épuisés par les divers évènements ainsi que les voyages incessants à passer sur le qui-vive. Toi ? Tu t'en tirais certainement mieux qu'eux en réalité. A force de vivre toujours avec la crainte de ne pouvoir faire confiance à personne, la vie t'avait forgé des épaules solides et un mental aussi inflexibles que le métal produit par les Metaru.

- Shuuhei. Docteur Shizen.


Tu hochais la tête dans une forme de salut. Tu n'avais pas l'habitude des formes, tu détestais ce genre de politesse hypocrite censé souder une hiérarchie en place. Ces deux là en avaient de toute manière l'habitude, et à la vue de ton visage moins crispé dont il émanait une certaine sincérité à leurs égards, ils ne pouvaient pas t'en vouloir. Dans tout les cas, ils n'en avaient certainement pas l'énergie pour.

T'adossant contre un mur, tu ne connaissais pas le protocole. On t'avait convoqué, mais on ne t'avait jamais admise au conseil. Certainement qu'on ne voulait que tes derniers rapports sur ta gestion du village depuis l'intrusion et la trahison de Kaldea. Mais à trois, vous n'alliez pas aller bien loin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 22 Déc 2017 - 21:19
- Vous ne pouvez pas partir dans cet état, Akahoshi-sama.

- C’est gentil de vous inquiéter, mais j’en ai rien à foutre.


- On vous dit que vous ne pouvez pas y aller ! Vous devez vous reposer.

- Rectification : J’en ai rien à foutre et je suis obligé d’y aller.

Dans un mouvement difficile, j’avançais chacun de mes pieds où étaient accrochés deux médecins qui s’occupaient de moi. Ils trainaient dans le corridor de l’hôpital avant de lâcher prise dans un râle conjoint et entendu, s’étalant au sol. Il était évident qu’ils étaient responsables de moi, de mon état et de ma sécurité. Cependant, ils devaient comprendre que ce genre de chose, ça ne se refusait pas. Je n’étais ni à l’agonie, ni aux portes de la mort. Il m’en fallait plus pour refuser une telle invitation. Je n’avais pas bien compris de quoi il s’agissait étant donné que le messager fut chassé par les infirmiers, mais j’avais pigé que ça concernait un conseil, le Raikage et que c’était important. Il m’en fallait pas plus pour me faire sortir de ce lit à la con.

Il fut plus difficile que prévu d’atteindre les hauts quartiers de l’Ombre de la Foudre, mes blessures étant toujours un peu vives. Mais excepté mon bras et mon épaule qui étaient largement entourés de bandages et de renforts en plâtre, je me sentais encore bien en forme. J’allais pas me plaindre d’avoir survécu, de toute manière.

Sur place, l’immensité de l’endroit me fit perdre mes repères. Heureusement, un accompagnant m’amenait directement dans une salle dont j’ouvris la porte d’un mouvement calme, sans attendre que mon guide ne le fasse.

- Merci, je pense qu'à partir d'ici, ça ira.

D’un hôchement de tête, je me séparais de l’individu et mon regard croisait d’éminents ninjas de Kumo. Sans compter le Raikage, que je rencontrais finalement, il y avait Reiko et Shizen, deux personnes que j’avais préalablement rencontrés. L’Aburame restait davantage un inconnu qu’autre chose, mais ça me rassurait de voir quelques têtes familières. Mes yeux se promenèrent autour de moi quelques instants, histoire de prendre mes repères, avant de se poser sur le dirigeant de Kumo ainsi que de ses deux accompagnants.

- Bonjour. Désolé pour le retard, j’ai eu affaire à des médecins quelques peu… tenaces.


Ma voix n’était pas hésitante, mais ça s’entendait que je ne savais pas trop comment m’exprimer. Je restais donc fidèle à moi-même en espérant que ça passe. Je m’approchais encore de quelques pas lents tout en attendant patiemment d’en comprendre un peu plus sur la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mar 26 Déc 2017 - 18:17
- « Ah, toutes mes excuses, jeune. J’ai complètement oublié que tu sortais d’un combat éprouvant. Prends place, ménage toi donc. »

Son retard s’expliquait au vu de son pas claudiquant et des nombreux bandages sur la plupart de ses membres. Il avait dû déguster, le pauvre. C’était la preuve que cette salope de Kaldea avait bien caché son jeu. Enfin… On parlait quand même d’une jônin. C’était pas un rien, même si elle n’avait jamais vraiment fait montre de ses compétences martiales. Je la savais intelligente mais c’était tout. Les Suzuri devaient sans doute mal accuser le coup. Avec la perte de Shinobi et la trahison de Kaldea, ils étaient dans une position aussi fragile que celle des Nara. A croire qu’il n’y avait que les Metaru qui étaient tout blanc dans cette histoire. Mais la suspicion n’allait pas tarder à gangréner nos morts.

- « Bien. Nous sommes au complet et pouvons donc commencer. Déjà, merci d’avoir répondu si vite à mon appel. C’est peut-être un devoir, mais votre promptitude m’honore. Pour ce qui est de la réunion en elle-même, j’ai l’habitude de miser sur l’efficacité. Oubliez tout ce qui est protocole et soyez directs dans vos différents propos, qu’il s’agisse de questions ou de suggestions.

Ensuite, je tiens à tous vous féliciter. Vous avez fait l’honneur du village à travers vos différents combats. Oui, même toi Hisao. J’ai eu le temps de lire les différents rapports te concernant. D’ailleurs et sans plus de cérémonies, tu es promu au rang de Jônin et tu fais dorénavant parti du conseil. C’est également valable pour toi Reiko. Même au retour de Daisuke, tu siègeras au conseil et tu auras ton mot à dire sur toutes les décisions que nous prendrons. »


Je me tournai une nouvelle fois vers le rasta avant de reprendre parole :

- « Hisao, je te laisse le choix de quitter ou non la police, mais je t’assigne une toute nouvelle tâche : Tu seras mon bouclier à compter de cet instant ; ce qui implique qu’à chacun de mes déplacements, tu me suivras comme mon ombre et tu feras dorénavant partie de mon escorte.

C’est normalement le travail de Daisuke, mais ce qui s’est passé dans le village m’a fait comprendre que je n’ai plus le loisir de pavaner avec tous les jônins les plus expérimentés. Ta force et la mienne suffiront à nous sortir d’emmerdes si jamais on se fait attaquer lors d’un voyage. »


Je pris une profonde inspiration, marquant ainsi une courte pause, avant de reprendre la parole pour leur raconter ce qui s’était passé de mon côté lors de la réunion des kages. Je n’omis aucun détail, à l’exception du recrutement que j’avais personnellement effectué pour sauver une kumojin au bord de la mort. Ikeda Sazuka était un dossier dont j’allais me charger moi-même en collaboration avec la police, évidemment. Mais elle n’était pas la plus importante pour le moment. Le conseil avait d’autres chats à fouetter. Mon « rapport » dura plus ou moins une dizaine de minutes où je leur avais même expliqué les raisons de l’absence de Daisuke qui à l’heure actuelle devait maintenant être à Iwa.

- « Maintenant, vous savez tout. Je suis peut-être le seul kage à être vivant, mais une guerre s’annonce et ça n’augure rien de bon. Aussi, j’ai peut-être lu les rapports, mais je ne connais que les grandes lignes. J’aimerais savoir ce qui s’est exactement passé sur vos champs de batailles respectives et j’écouterais également vos suggestions si vous en avez. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mar 26 Déc 2017 - 20:56
Voilà deux nouvelles têtes : Metaru Reiko et Akahoshi Hisao. Au départ, Shizen pouvait penser que ces deux-là étaient seulement présents afin de faire un rapport suite aux affrontements qui ont eu lieu au sein du village, mais non. Les deux Jônins intégraient officiellement le conseil du deuxième du nom. Concernant la femme, il pouvait s'y attendre. D'ailleurs, il lui avait même dit que cela arriverait tôt ou tard. Désormais, il ne manquait plus qu'elle soit responsable du clan pour la positionner très haut dans la sphère Kumojine. Pour ce qui était de l'ex-détenu qu'il avait rencontré lors d'une séance propre au programme de réinsertion, il ne s'y attendait clairement pas. De toute manière il ne comptait pas s'opposer à une décision déjà prise et il n'en avait pas le pouvoir. Il méritait certainement ce nouveau rôle, c'était tout simplement surprenant. Quoi qu'il en soit, il fallait de nouvelles personnes afin d'avoir un conseil plus efficace avec l'absence de Kizuato Daisuke et Shiroi Hitsuji. C'était le moment de revenir sur tous les incidents, allant du Sommet des Kages à la trahison de Suzuri Kaldea. De nombreux sujets importants devaient être traités en ce jour afin d'assurer un avenir confortable à la cité des nuages.

C'était aussi le moment pour l'Ombre de la Foudre de revenir sur les événements du Sommet et d'informer de la mort de ses deux homologues. Des informations que l'Aburame possédait déjà, mais nécessaire pour les deux nouveaux membres. Les seules notes positives : la survie du Metaru, des deux Seigneurs et l'élimination d'une Nukenin. Le manipulateur d'insectes suivait naturellement sachant que lui aussi se trouvait à Tetsu no Kuni. L'occasion de revenir sur l'homme au chapeau.
Je vais poursuivre. Comme vous me l'aviez demandé, Raikage-sama, j'ai assisté le second du Tsuchikage. Nous avions rencontré Nara Alderan et avons donc combattu contre lui. Le combat allait s'achever en notre faveur, mais une autre personne est intervenue. Un homme qui ne semblait pas appartenir au Soshikidan, une simple connaissance du Nara. Il l'a donc sauvé, mais nous a aussi sauvé. Nous étions soudainement immobilisés et ce n'était même pas une manipulation des ombres. En tout cas, il s'apprêtait à utiliser une technique terrifiante du nom des Trente Printemps. Je ne sais pas en quoi elle consiste, mais je pense que le Pays du Fer aurait subi deux fois plus de dégâts et de pertes au vu du chakra qui se dégageait. Il regrettait encore le fait que le Nagamasa n'avait pas posé une question à propos de cette technique. Alderan s'en est donc sortie avec une main en moins en réalisant que nos nations étaient bien plus puissantes depuis Shitô. Malheureusement nous n'étions pas en mesure de le poursuivre, auquel cas son ami qui semblait aussi fort que lui se serait interposé. Nos ressources étaient trop faibles pour enchaîner un deuxième affrontement de cette taille. S'il y avait eu un combat, le Jônin serait sans doute mort. J'ai pu récupérer une information non négligeable, cet homme et Alderan étaient les élèves de quelqu'un qui se fait surnommer l'homme au chapeau. Selon lui, c'est l'individu le plus puissant de notre époque et il se montrerait lorsque nous le mettrons en colère. Personnellement, je ne pense pas que nous devons ignorer cette histoire en pensant à un mensonge. Il anticipait les éventuelles réponses de ses camarades. Nous avons donc une place importante dans ce conflit qui oppose la Roche et la Brume. Il ne fallait pas se précipiter là-dessus même si le Kizuato jouait le diplomate. Si cette organisation semble être de mèche avec Kiri, devons-nous réellement les considérer comme nos ennemis ? Même s'il le ferait s'il en recevait l'ordre, l'Aburame n'était pas aussi partant d'attaquer aveuglement la Brume simplement pour tenir parole vis-à-vis d'Iwa. Et il n'avait pas besoin de le préciser pour faire comprendre à ses camarades, qu'à ses yeux, la priorité devait être le Soshikidan, dans le cas ou les Nuages prenaient part à un conflit. Pour une personne comme lui, entrer en conflit direct avec la Brume en plus du Soshikidan n'était pas la meilleure des idées. Si je dis ça, c'est parce qu'il semblerait que le Nara compte se concentrer seulement sur la gestion du Pays du Feu. Nous ne sommes pas certains de l'implication de cette organisation si une bataille éclate entre Kiri et Iwa. Sur quoi, il laissait la main.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mer 27 Déc 2017 - 0:54
Concentrée...

Shuuhei, puis Shizen. Les deux avaient énormément parlé en très peu de temps. D'une certaine manière, ils avaient permit d'introduire cette réunion avant de vous laisser la main. Une sorte de méthode afin de nous montrer comment faire. Haussant les sourcils, tu te contentais néanmoins jusqu'ici d'écouter leurs différents discours. Même Hisao, qui était encore affaiblit de son précédent combat paraissait captivé par les paroles du docteur ainsi que de ton frère. De ton coté, tu restais perplexe. Tu n'aimais pas l'idée qu'on te retire un élément comme Hisao au sein de la police. Tu avais aussi besoin de ce genre d'homme et Shuuhei avait déjà prouvé plus d'une fois qu'il était capable d'assurer ses arrières. Néanmoins, tu remarquais en ton frère un certain gout prononcé. Lui aussi de son coté avait su discerner l'incroyable force de celui qui t'avait accompagné dans tes mésaventures au sein de la police.

Néanmoins, le fait était que même un type aussi puissant que ton frère pouvait tomber au combat s'il n'était pas assez armé face au destin. La mort du Mizukage ainsi que du Tsuchikage le prouvait facilement. Choisir Hisao pour protéger ses fesses étaient un choix avisé et sage... Mais ça te faisait chier quand même.

Le reste de tes doutes furent provoqués par Shizen. Un homme plus puissant que l'ennemi publique numéro un ? Un homme décrit comme étant le plus puissant d'entre tous... Comme si cela avait déjà arrêté un seul Metaru. Tu voyais déjà Kinzoku et Nué allaient le voir pour vérifier les rumeurs. Ainsi, cela n'allait certainement pas stopper Shuuhei. Bien qu'il était clairement plus mature que les deux larrons que tu avais cité tantôt. Sa survie en était une preuve irréfutable.

Au final, après avoir fini ce qu'il avait à dire, c'était naturellement vers toi que les regards se tournaient. Tu avais dirigé l'alerte et défendu le village. Bien entendu, la réussite de Kumo avait surtout dépendu des éléments comme Hisao, Nora ou même Shikarai, plus que de toi.

- De notre coté, le bilan n'est pas non plus glorieux. Nos procédures étaient connues par l'ennemi, et pendant un long moment, l'assaut ennemi fut désastreux pour nous. Nous n'avions pas vent de la traitrise de Kaldea en ce temps là... Afin de briser le rythme de l'ennemi et le court des choses, j'ai ordonné l’exécution immédiate de Katenshendo.


Bien évidemment cet ordre avait été prononcé contre l'impératif de ton frère de la maintenir vivante. Mais tu avais préféré perdre ton rang au sein du village shinobi plutôt que de laisser d'autres compagnons d'armes mourir sous tes yeux. Tu avais été l'unique dirigeante de la riposte, aucune autorité supérieur immédiate. Tu avais ainsi pris sur toi chaque mort que tu n'avais su éviter suite aux évènements.

- L'initiative fut judicieuse puisqu'elle a permit de prendre au dépourvu l'un des ennemis qui se voilait dans nos rangs. Suite à ça, à l'aide des soldats présents, nous avons pu le mettre en déroute et provoquer sa fuite, ce qui a entrainé celle de Kaldea par la même occasion. Leur mission ont échouée, Katenshendo est toujours entre nos mains. Pour le reste, je me suis évertuée à changer certains protocoles au sein de la police... Les familles des victimes ont toutes été prévenues.


Par toi, évidemment. Tu disais cela sans broncher, sans un seul tremblement. Ta vie de solitude te permettait d'encaisser ce genre d'épreuve sans sourciller. Bien entendu, ce n'était pas la chose la plus agréable que tu avais du faire ces derniers jours. Mais c'était le strict minimum pour avoir mené ces soldats vers une mort certaine. Mais tu ne t'en voulais pas. Tu savais que tu avais fait au mieux pour éviter le pire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 27 Déc 2017 - 17:42
Comment ça… ?

Difficile de décrire ce qu’il venait de se passer. Au plein milieu de son discours d’entrée, le Raikage me fit bénéficier d’une promotion que je n’aurais jamais pu prévoir. Cette distinction venait trop vite à mon sens, trop vite pour que je puisse l’endosser avec efficacité. Mon sérieux ne faisait aucun doute, mais il y a une différence entre avoir la volonté et avoir la capacité. Inclinant la tête pour remercier le dirigeant Metaru pour sa confiance, je me doutais bien qu’il avait bien réfléchi à ceci. Mais ça me faisait un sacré choc. D’autant plus que la suite était encore plus surprenante. Non content de cette promotion, je deviendrais le gardien du Nidaime Raikage et appartiendrais à son escorte. Je lâchais un long soupir avant d’imposer mon regard sur Shuuhei. Je devais le remercier pour ça, mais je n’étais pas sûr de comment faire. Je ne voulais ni jouer le modeste, ni le mec trop sûr de lui. La meilleure chose était encore d’assumer ce rôle et de fermer sa gueule. C’était mon devoir à partir de maintenant et j’allais le prendre très au sérieux.

- C’est sacrément inattendu… dis-je d’abord de manière désinvolte avant d’être plus solennel. Raikage, je vous remercie pour votre confiance. Je tâcherais d’endosser avec succès ce rôle et de m’en montrer digne. Concernant ma place au sein du Kyuubu, je dois discuter avec Daisuke et Reiko. Je ne peux pas me résoudre à négliger mon devoir en me surchargeant, ni me résoudre à faire le minimum.

En effet, ce nouveau rôle de bouclier pouvait être lourd à assumer, mais j’ignorais encore ce que cela représentait. Une discussion avec mes supérieurs de la police s’imposait. Quoi qu’il en soit, une discussion plus importante avait lieu. Deux Kage avaient été tués, c’était à peine croyable. Et les conséquences pesaient lourd dans la balance internationale. Le rapport de Shizen était également inquiétant. Si rien n’indiquait une appartenance au Soshikidan, deux acteurs majeurs du monde Shinobi furent révélés. Deux individus qu’on ne pouvaient ignorer à l’avenir.

Pour ce qui était de la situation de Reiko, j’avais déjà été mis au courant lors de sa visite à l’hôpital. Cela n’enlève en rien qu’elle avait fait du bon travail avec son groupe.

- De mon côté, je fus accompagné d’Ikezawa Shojito et de Aami Shôran dans une bataille contre Suzuri Kaldea. Comme vous le savez sans doute déjà, c’est une traîtresse qui a profité de sa position pour nous piéger dans un genjutsu alors qu’elle se faisait passée pour une alliée venue en renfort.

J’amenais mon bras encore en état jusqu’à mon visage avant de passer ma main sur mon menton, cherchant mes mots mais surtout, en essayant d’aller à l’essentiel.

- Elle a fui, poussée par un individu mystérieux qui est apparu dans un nuage de sable. Je pense que cet intervenant était votre adversaire, Reiko. Quoi qu’il en soit, on aura pas pu les arrêter. Mais leur mission a échoué. Cela dit, le géant d’encre qu’elle avait invoqué a causé d’importants dégâts matériels tout autour de la zone de combat et a sans aucun doute pris la vie de quelques kumojins alors présent dans les parages.

Je n’étais pas certain de cette affirmation. Après tout, on avait été éloigné des zones fortement habitées. Mais ce serait naïf de penser que les bâtiments lourdement endommagés ne comptaient aucun habitant. Enfin. Que ce soit dans ma zone ou non, la Metaru a été claire : elle s’est déjà occupée d’annoncer aux familles des victimes la triste nouvelle.

- Au passage, je tenais aussi à saluer le travail post-assaut de Reiko. Les trahisons représentent une grande menace en soi, mais quand ça concerne des ninjas comme Kaldea, ça peut s’avérer vraiment problématique. Shojito, Shôran et moi ne sommes pas passés loin de la tombe pour être honnête.

J’avais également pas mal des commentaires à faire sur les paroles de Shizen, mais chaque chose en son temps. D’abord, c’était les rapports qui primaient. Le Raikage restait le président du conseil, après tout. Les choses devaient rester structurées et ne devaient pas partir dans tous les sens.



_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Jeu 28 Déc 2017 - 20:22
- « Quelque chose t’a gêné dans ce que je viens de dire… ? »

J’avais attendu que tous me racontent ce qui s’était passé de leur côté, avant de me tourner vers Reiko pour lui adresser ses mots. La promotion d’Hisao semblait l’avoir titillé, à un tel point que son chakra semblait avoir vacillé en l’espace d’une ou deux petites secondes. Moment qui n’avait pas échappé à mes sens plutôt aiguisés au point de m’arracher un petit sourire. D’ailleurs, les félicitations de ce dernier n’étaient pas tombées dans l’oreille d’un sourd, si bien que j’avais haussé un sourcil à la fois amusé et interrogateur. Si on m’avait dit qu’une personne féliciterait Reiko et la complimenterait, j’aurai ri au nez de cette personne. Mais il semblait que j’avais loupé quelque chose. Quelque chose de positif d’ailleurs. Malheureusement, ce n’était pour moi ni le lieu, ni le moment de creuser un peu plus de ce côté-là. C’était une parenthèse rafraichissante. Une parenthèse qui m’avait fait du bien mais qui s’arrêtait là.

- « M’enfin peu importe. Je suis ravi que tu le prennes bien, Hisao. Je te recontacterai plus tard pour qu’on ait une petite conversation toi et moi. Tu dois t’imprégner d’un certain protocole, mais j’attendrai que tu guérisses complètement pour ça… »

S’il avait refusé ou fait montre de mauvaise foi, j’aurai certainement rabattu mon choix sur Reiko. Mais autant nous étions puissants ensemble, autant deux personnes ayant le même pouvoir pourrait limiter notre champ d’action. Le monde était tellement vaste et les kekkai genkai tellement nombreux que je craignais de tomber par exemple sur un utilisateur de magnétisme. Ce fait me faisait d’ailleurs penser au jeune Detzu qui avait complètement disparu après Shito. Sans doute était-il mort. Et dire qu’il était un brave garçon qui m’avait beaucoup intéressé… De quoi m’arracher un soupir : « Personnellement, je me fiche de Kiri et de sa position. Mais je ne vais pas rester le cul vissé sur mon siège sous prétexte qu’Alderan ne fera plus rien, Shizen. » J’eus un sourire une fois encore. Mais un sourire presque crispé. L’intervention du jeune masqué était surprenante. Je le voyais venir avec son approche. Merdique au demeurant.

- « Qui plus est, ces mêmes gens ont tué les nôtres à Shito, si ta mémoire est bonne. Ah oui… Ils ont aussi en leur possession des parchemins secrets des Metaru qui leur permettent d’être plus ou moins indépendants au niveau de la production d’armes. Tu comprendras donc qu’il nous faudra à un moment donné agir en conséquence qu’il y ait une guerre ou non entre Iwa et Kiri. »

Mes traits fatigués avaient disparu comme par magie au profit d’une mine plutôt… Déterminée. J’avais vite fait de balayer toute tentative de me dissuader de penser à s’attaquer au Soshikidan. Car ce fait, arriverait un jour tôt ou tard. Qui plus est, si l’alliance avec Iwa venait à se concrétiser, Kumo allait certainement devenir un énième ennemi de Kiri qui ne pourrait certainement pas se passer de l’aide du Soshi. C’était tout simplement logique. Si Alderan avait voulu discuter, il aurait pu éviter ce bain de sang inutile à Tetsu. De ce fait, penser à les laisser de côté pour un moment ou même à les ignorer sur le long terme était chose inenvisageable pour le moment. Je ne savais pas comment pensait l’Aburame sur le coup, mais j’avais anticipé et coupé court à ses éventuelles suggestions. J’aurai pu également lui rappeler que le même Kirijin qui avait tué Chôgen et la doyenne des Inuzuka m’avait également blessé…

Mais il l’avait bien compris à travers mon récit tout à l’heure. De ce fait…

- « Je voulais attendre pour l’interrogatoire de Kâtenshêdo, mais le temps presse. Reiko, épaule toi de qui tu veux et interroge moi cette pimbêche. Je veux tout savoir sur elle, sur le soshikidan et sur Kaze. Sors moi tout. Et si tu dois la démonter, démonte là. Si elle doit finir à moitié crevée, qu’importe. A ce stade-là, il n’y a plus à hésiter.

Quant à toi Shizen, reste en stand-by. Il se pourrait que je vienne à te confier des missions qui pourraient carrément te conduire à l’extérieur du pays. Peut-être à Hi, plus précisément. Je n’ai pas de nouvelles du mouton blanc et ce fait m’inquiète considérablement. Et de tous les kumojins ici, tu dois être celui qui connait le mieux ce pays… »


J’eus un sourire pour Hisao. Il savait de toute façon à quoi s’en tenir.

- « Je prends en compte cette histoire d’homme au chapeau, mais pour le moment, c’est pas vraiment notre priorité. Des questions ? Suggestions ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 28 Déc 2017 - 23:14
S'il devait y avoir une guerre, elle devait être menée contre le Soshikidan. C'est ce que Shizen désirait, auquel cas il y avait une guerre. Ce n'est pas quelque chose qu'il n'appréciait guère et les conséquences n'étaient jamais positives. Si elles l'étaient, ce serait sur le très court terme. La réponse de l'Ombre était donc rassurante, car il était bien décidé de faire payer tout le mal que l'organisation criminelle avait causée à la cité des Nuages. C'était la seule guerre qu'il pouvait porter dans son coeur, car la souffrance encaissée méritait une vengeance. Néanmoins, cela fit naître une interrogation chez l'Aburame : la compréhension du deuxième du nom suite à sa remarque. Sûrement qu'il s'était mal exprimé. Car en entendant Shuuhei, le manipulateur d'insectes avait la vague impression qu'il souhaitait éviter tout conflit avec le Soshikidan : ce qui n'était pas le cas. C'est justement la Brume qu'il souhaitait éviter, car il ne jugeait pas bon de suivre la Roche dans une guerre qui n'était pas la sienne. Mais là, c'était un autre débat.
Je me suis mal exprimé, ou alors vous m'avez mal compris. J'entends absolument tout ce que vous dites et je suis avec vous. Le Soshikidan doit payer pour ses actions. Ce que je voulais dire, c'est ne pas plonger inutilement dans le conflit de la Roche et de la Brume. Ce conflit n'est pas le notre, à mes yeux. C'est ce que je sous-entendais. Sur quoi il se contentait d'acquiescer. S'il voulait rebondir sur Kiri et Iwa, le manipulateur d'insectes le suivrait naturellement. Mais ce serait une perte temps, sachant qu'il y avait plus important à faire actuellement que se soucier des autres pays. Puis si cette conversation devait avoir lieu, il préférait l'avoir en privé.

D'ailleurs la transition était toute trouvée, l'Ombre passait à une sorte de conclusion. L'interrogatoire de la marionnettiste restait toujours d'actualité et serait justement supervisé par sa soeur. Cette histoire devait être vite résolue, car être fixé sur l'organisation et avec le Pays du Vent devenait pressant avec les récents événements. Concernant l'Aburame, rien de bien spéciale hormis de possibles responsabilités à l'extérieur du village. Là encore, il fit un signe de tête positif. La disparition du Mouton Blanc était effectivement très inquiétante. Un tel élément avec de nombreuses informations qui ne donnait plus de nouvelles, ça devait être traité. L'heure était donc aux conclusions.
La priorité comme toujours, doit être notre village. Nous avons subi une trahison de taille et une énième intrusion. Nous devons sérieusement nous occuper de la sécurité intérieure. Cela devrait certainement passer par le Kyuubu et là je laisse la main à Reiko ou Hisao sur les possibles solutions que la section pourrait apporter. La formation massive de toutes nouvelles équipes pourraient être une bonne idée, ça permet naturellement à renforcer nos hommes et les préparer à tout. En bref, faire le nécessaire pour que nos villageois ne vivent pas dans la crainte. C'était le gros point noir qu'il voyait.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Jeu 28 Déc 2017 - 23:47
Un compliment ?

Tu arquais un sourcil tandis que tu entendais Hisao soumettre à ton frère certaines louanges à ton égard. Tu n'aimais pas vraiment cela, tu n'étais pas là pour te faire mousser mais bon... Tu te contentais simplement de rouler des yeux avant d'écouter chacun échanger toujours plus de mot. Toi qui auparavant n'avais jamais partagé à un seul conseil, te retrouvait contrainte de faire avec. Tu n'avais pas l'habitude de tout ces longs discours, mais tu n'avais pas d'autre choix que de t'adapter pour le moment.

Au final, ce fut vers toi ainsi que la police de manière générale que la discussion continua. Tout l'enjeu du Kyuubu était en cet instant de rassurer la population locale et de renforcer sa présence au sein du village. Plus facile à dire qu'à faire en réalité...

- Pour le moment, j'ai fais en sorte de renforcer les patrouilles. J'ai augmenter les effectifs dans les rues afin d'apaiser les habitants. Bien entendu, ce n'est qu'une solution temporaire.


Tu marquais une certaine pause pour réfléchir à ce que tu allais dire par la suite. Mine de rien, tu avais beau être solide, et pourvu d'une expérience non négligeable de Jônin, tu restais encore assez jeune en tant que Fukutaicho. Alors devoir assurer le rôle qui était initialement celui de Daisuke était clairement une gymnastique éprouvante pour ton esprit. D'autant plus que tu n'aimais pas laisser quelque chose aux mains du hasard...

- Je vais avoir besoin d'aide. D'effectif extérieur au Kyuubu. La première chose à faire et de s'assurer qu'il n'y aura plus de trahison à l'avenir. J'ai déjà entamé une recherche au sorcière personnelle de mon coté afin de m'assurer de la confiance de certains éléments. Mais avec les récents évènements, nous ne pouvons pas penser que la traitrise ne frappera plus.


Au moins, c'était clair. Seule à l'heure actuelle, il te manquait trop de chose. Du temps, des moyens, de l'effectif. S'ils voulaient vraiment renforcer la sécurité et la confiance au sein des murs du village, ils allaient devoir t'écouter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 29 Déc 2017 - 0:16
Décidemment, j’aurai dû m’y attendre. A peine avais-je salué le travail professionnel de la Metaru que je pus apercevoir ses yeux effectués un rapide roulement. Sauf qu’il y avait davantage qu’une personne a remercié. La problématique des trahisons n’était pas à prendre à la légère. Toute action consistant à contrer ce genre de situation était accueillie avec joie. Mais bon, ce n’est pas comme si je m’y attendais pas. J’ai suffisamment travaillé avec elle pour connaître et anticiper son caractère. Mais je ne pus m’empêcher de lâcher un soupir consterné.

Je posais mon unique bras fonctionnel sur ma hanche et regardais un instant l’Aburame. Cette histoire de conflit était particulièrement complexe et si je comprenais – voire partageais – le point de vue de notre Raikage, Shizen relevait des points qui méritaient d’être entendus et réfléchis.

- En ce qui concerne ce conflit, Raikage, je dois rejoindre Shizen sur certains points et te -… et vous recommander la prudence. On est en position stratégique et ce serait problématique pour Kumo d’agir trop vite en écoutant uniquement un sens du devoir ou de la justice. Notre ennemi prinicpal reste le Soshikidan… Cela dit, je vais aussi nuancer mes propos : Négliger nos rapports avec Iwa et négliger le conflit qui approche serait une grave erreur. Une erreur qui pourrait être lourde de conséquences. On ne peut pas espérer se cacher ou se concentrer sur nos intérêts personnels sans penser aux répercussions indirectes.

Bien entendu, un énorme travail devait être fait à Kumo. La police avait déjà bien entamé les priorités de sécurité internes du village. La révision des nombreux dossiers et la mise en place de patrouilles nous seront bénéfiques. Mais on ne peut pas simplement croire naïvement qu’une décision, non pas égoïste mais opportuniste et hésitante, n’aura aucun impact futur. Mais bon, de trop nombreux défauts diplomatiques et stratégiques pourraient obscurcir mon jugement. C’est plus que probable.

- Comme j’avais pu te le dire, Fukutaicho, je ne compte pas rester longtemps à l’hôpital. Je n’ai rien à faire là-bas. Donc je vais pouvoir apporter mon soutien là-dessus. La Suzuri me reste encore au travers de la gorge. Pour ce qui est de l’effectif extérieur, le soutien du Zaikūgai – entre autres - serait pas de trop. dis-je en tournant mon regard vers l’Aburame. Le Kyuubu ne peut plus assumer seul ce genre de dossiers.

Ah, d’ailleurs. D’un petit mouvement lent et fatigué, je me tournais vers le Raikage. Il avait fait mention d’une conversation à avoir plus tard. Apparemment, si j’ai bien pigé, ça va concerner ce nouveau rôle. L’hôpital m’emmerde encore une fois et m’empêche de passer aux choses sérieuses, mais bon…

- Ouais, ça marche, Raikage. Si tout se passe bien, dans une semaine je suis dehors. Mon bras et mon épaule sont les uniques points lourdement et gravement touchés. Le reste, bah... j'm'en sors. Aucun souci pour cette conversation, donc.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Ven 29 Déc 2017 - 2:06
- « Effectivement, c’est à Iwa de régler ses problèmes avec Kiri, même si j’avoue que je ne porte pas dans mon cœur cet enfoiré qui m’a filé entre les doigts. Donc, que ce soit clair : Une éventuelle alliance avec la roche ne garantira pas le fait que nous puissions être sur le champ de batailles aux côtés des Iwajins qui ont déjà un effectif conséquent. Et puis, ces derniers ont certainement leur fierté. Ne pensez donc pas que je me hâte dans mes prises de décisions, même si la situation m’y oblige, paradoxalement. Par contre, je suis prêt à parier que le sôshikidan sera de la partie et si c’est le cas, croyez bien qu’Iwa ne pourra clairement pas gérer ce conflit tout seul. Il faut être prêt à toute éventualité. »

D’où l’intérêt de se joindre à Iwa. Encore fallait-il qu’ils acceptent. Mais j’allais certainement mal le prendre, s’ils venaient à refuser cette alliance. Après tout, je n’avais pas sauvé les miches de leur seigneur pour récolter un refus de ce genre. Le prochain kage qui allait se pointer allait devoir faire gaffe à ce qu’il allait dire à Daisuke. A chaud comme à froid, je n’étais pas disposé à recevoir un refus. De toute façon, avaient-ils intérêt à refuser ? Tout pouvait arriver et il n’était pas non plus question de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, mais j’étais plutôt confiant. Si jamais le pire arrivait… Non. Il fallait ne pas y penser. Je voulais être positif et croire en cette potentielle alliance.

- « Pour ce qui est de la sécurité intérieure, je m’y pencherai aussi et je vous ferais part très prochainement des mesures que j’adopterais. Je pense aussi à limiter l’immigration de Kumo. Le problème ne vient pas forcément de notre hospitalité comme en témoigne la trahison de Kaldea, mais c’est mieux que rien. Par contre, allez-y mollo et subtilement. La chasse aux sorcières et les interrogatoires, c’est louable, mais si vous procédez comme des brutes, vous ne récolterez rien du tout. Qui plus est, je ne veux pas qu’une atmosphère lourde en suspicion s’instille dans le cœur des habitants. On a déjà assez de problèmes comme ça pour faire encore face à des conflits et problèmes internes. »

Je vidai d’un coup sec ma tasse de café qui avait légèrement refroidi, avant de me lever finalement. Là tout de suite, j’avais besoin de repos, mais vraiment.

- « Comme d’habitude, vous avez carte blanche, le temps pour moi de reprendre certaines choses en main. Des ordres spécifiques suivront peu après, sans aucun doute. »

Je marquai une courte pause, avant de reprendre…

- « Si vous n’avez rien de plus à rajouter, vous pouvez disposer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Ven 29 Déc 2017 - 15:13
Tout était clair pour Shizen et cette réponse était aussi rassurante que satisfaisante. C'était justement sur des sujets pareils que la tâche d'être l'Ombre d'un camp s'avérait difficile : prendre des décisions internationales par rapport à la situation locale. En l'occurrence, entrer dans le conflit de la Roche et de la Brume, tandis que les Nuages restaient fragiles. Comme il l'avait bien dit, il ne comptait pas se précipiter dans une prise de décision comme celle-ci. C'est là ou le deuxième du nom pouvait briller : faire le choix crucial qui pencherait la balance au moment décisif. Une action qui pourrait le suivre longtemps et qui pourrait même faire la gloire de son règne en tant que deuxième du nom. La fragilisation du village restait dommage. Si les effectifs devaient rester à travailler sur la sécurité et à s'assurer de la sérénité, l'Aburame aurait bien voulu entreprendre des démarches plus grandes, notamment à l'encontre du Soshikidan. Actuellement, il y avait toujours un point d'interrogation sur l'homme au chapeau - qui ne devait pas être une priorité dans l'état, seulement une information à prendre sérieusement en compte - et la position actuelle de l'organisation. Autrement dit, si le manipulateur d'insectes aurait pu entamer des investigations, il aurait été partant. Malgré la tâche qui restait très difficile. Mais si Shuuhei souhaitait sérieusement piquer l'organisation et le tyran Nara Alderan, il y avait un plan d'action qui dépendrait des résultats de l'interrogatoire de la marionnettiste. Il espérait donc que celui-ci s'achève le plus rapidement possible afin de voir si son plan était plausible et le proposer au conseil.

La mobilisation des troupes ne devaient pas dépendre seulement du Kyuubu. En effet, le département de l'Aburame devait aussi prêter main forte à son homologue. De l'effectif, il en disposait, tout comme de talentueux membres qui pouvaient aisément effectuer des missions à l'extérieur du village afin de laisser le département militaire concentré les patrouilles et les péages.
Vous n'avez qu'à demander. Je m'assurerais de mobiliser mes hommes afin de vous faciliter dans cette tâche. Quant au Metaru, il semblait déjà avoir quelques idées pour la sécurité. Ce premier conseil s'était donc très bien déroulé en se montrant aussi rapide qu'efficace. La suite ne dépendait que de l'initiative des membres qui ne devaient pas laisser le Raikage s'occuper de tout, tout seul. Tout est bon pour moi, Raikage-sama. Dit-il en se levant. Reiko-san, Hisao-san. Un signe de tête pour les saluer et il quittait la salle. Cet homme ne s'accordait jamais de pause, il devait reprendre le travail tout de suite.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mar 2 Jan 2018 - 18:15
- Docteur Shizen...

Tu hochais simplement la tête en signe de salutation avant de le regarder quitter les lieux de manière bien silencieuse. Quant à toi, tu restais encore en pleine réflexion quant à la manière dont tu allais mettre en place ta chasse aux sorcières... Bien entendu, Shuuhei t'avait demandé d'y aller en douceur, malheureusement pour lui, il savait très bien que ce n'était pas le genre de méthode dont tu aimais faire l'usage Tu avais tendance à être assez... brutale... Enfin, ce n'était plus un secret pour tout le monde de toute manière. Tu étais presque connue que pour cela en réalité...

Mais bon, tu avais espoir qu'avec l'aide de Shizen ainsi que d'Hisao, vos talents puissent suffisamment se compléter pour mener à bien ce nettoyage interne de l'effectif. Bien entendu, même s'il allait être supervisé presque en totalité par toi, tu allais devoir toujours suivre les directives imposées par ton frère... Et pas question de déroger aux ordres cette fois-ci... Tu le faisais uniquement en cas d'extrême urgence et quand le contexte l’exigeait...

- Très bien, je ferais ce que je peux pour ne pas instaurer un climat de méfiance. Hisao, j'aurais besoin de toi dans l'avenir, réfléchit bien quant à la demande de Shuuhei.


Bien entendu, en disant cela, tu lui indiquais que tu avais encore fortement besoin de sa présence au sein de l'unité militaire du village. En somme, tu n'avais pas besoin de lui répéter, il devait très certainement le savoir, mais il restait un élément indispensable quant au bon fonctionnement du plan d'action que tu comptais mettre en place avec l'aide de Shizen.

- Sur ce, je me retire.


Les deux avaient très certainement besoin de parler en privée. La demande de Shuuhei ne pouvait pas simplement se résumer par quelques phrases. Tu les laissais donc s'expliquer en tête à tête tandis que tu allais régler certaines affaires en cours...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 2 Jan 2018 - 20:03
Inclinant très légèrement la tête en direction de l’Aburame en lâchant un simple « merci », je ne m’étonnais guère de son accord. Cette ‘’chasse au sorcière’’ organisée par la Metaru était tout sauf une préoccupation mineure qu’on pouvait simplement balayer du revers de la main. Le soutien du Zaikugai n’était pas une simple aide, mais bien un renfort presque obligatoire. Les bras croisés, je ne pouvais d’ailleurs m’empêcher de me dire que le tempérament de Shizen permettra de contrebalancer celui de Reiko. Ainsi, la demande du Raikage pourra être considérée sans que ma Fukutaicho ait à réellement y faire attention – ce qu’elle ne fera pas, très probablement. Ou très peu.

Quoi qu’il en soit, le conseil était désormais levé. Si je tardais à sortir, c’était uniquement en raison de mes blessures et de mes réflexions quant à la dernière phrase de Reiko. Si je pouvais me féliciter que mon travail était salué et apprécié, je n’en restais pas moins dans une position qui ne dépendait pas directement de moi. D’un long soupir, je saluais de la tête l’Aburame avant de faire de même avec la Metaru.

- Je vais longuement y réfléchir. Ce n’est pas exclu que je passe vous voir prochainement pour en rediscuter.
lançais-je à Reiko avant qu’elle ne quitte la salle. Je faisais également mention de Daisuke, mais qui sait combien de temps il sera absent…

Seul dans la salle, je me massais la nuque avant de saluer humblement le Raikage. Nous avions prévu de discuter, mais il désirait attendre que je me rétablisse avant de me convoquer à nouveau pour discuter de ce rôle de bouclier. De plus, vu son visage, il avait autant besoin de repos que quiconque, si ce n’est plus. L’heure n’était pas à ce genre de discussion.

Ce premier conseil aura été expéditif, mais il me donnait une bonne idée de ce qui adviendra dans le futur. Je trouvais toujours surprenant de me retrouver avec ce genre de personnes, mais je ne peux qu’essayer de m’en montrer digne. Même si je peux pas m’empêcher de me dire que j’ai une sacré chance de subir aussi peu mes antécédents judiciaires.

Me dirigeant vers la sortie, mes réflexions me forcèrent déjà à considérer ma priorité actuelle : Devrais-je quitter, ou non, le Kyuubu ? Le calme de l’hôpital me portera peut-être conseil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mar 2 Jan 2018 - 21:06
- « Beau boulot Shuu-nii ! »

- « Merci Mei-chan. »


La jeune Metaru était rentrée tout juste après qu’Hisao fut partie en dernier. Elle avait un sourire rayonnant. Sans doute écoutait-elle toute la conversation derrière la porte, ce qui ne m’étonnerait pas venant d’elle. Elle vint à mes côtés et se permit de passer une main dans ma chevelure comme pour m’amuser et me réconforter. J’eus alors un petit sourire. Être choyé comme ça, c’était clairement le pied. Je m’imaginais déjà dans les bras de ma douce et tendre Nora et rien que le fait d’y penser me fit sourire comme un gros con. J’étais à la limite même de baver. Sauf qu’elle fit vite de m’administrer une petite pichenette sur le front pour m’extirper de mes rêves, ce qui m’arracha une mine boudeuse.

- « Va te reposer. Je m’occuper de bien ranger tes dossiers pour que tu puisses t’en occuper efficacement demain. »

- « Mhh, je viendrai surement en soir- »

- « Demain j’ai dit ! »


Ma mine boudeuse se fondit en expression grincheuse. Mais pouvais-je lutter ? Même pas. Sans compter que Nora elle-même ne me lâcherait surement pas les getas ! J’étais bon pour être séquestré toute la journée, à mon grand dam, mais aussi pour mon plus grand bonheur, dira-t-on ! J’eus finalement un énième sourire avant de tendre ma tasse vide à ma secrétaire qui la récupéra rapidement. Puis je me levai tout en m’étirant. L’heure n’était pas franchement au repos, mais il me fallait au moins huit bonnes heures de sommeil pour recharger mes batteries et être productif. C’est sur cette pensée que je contournai mon bureau non sans faire un signe de main à Mei qui me regarda paisiblement sortir de la pièce.

Un peu de douceur dans ce monde de brutes ne ferait surement pas de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Deuxième conseil ; Changements [Jônins uniquement]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée
Sauter vers: