Derniers sujets
Partagez | 

Tribulations Nocturnes [Shuuhei M.]


Mar 19 Déc 2017 - 2:31
Le changement est souvent perçu comme une qualité, un bienfait ; Et pourtant n'est-il pas plus vrais que tous le craignent autant qu'ils l'adorent ? Un saut vers l'inconnu, c'était forcément quelque chose qui devait vous prendre au tripe, il se souvenait encore quand son père avait accepté de partit pour Kumo No Sato, ils étaient tous attablés, quand la nouvelle était tombée comme un couperet : Ils avaient été appelé et ils comptaient bien répondre à cet appel, la petite famille prendrait la route quelques semaines plus tard.

Ce que ça avait pu l'exciter, et lui tordre l'estomac à la fois ; une douce appréhension qui lui laissait parfois un gout d'amertume, mais dont il savait qu'elle serait plus tard un moteur, une force, dans sa volonté de consolider le village Ninja. Il voulait juste qu'on lui laisse sa chance à cette époque, une chance qu'il avait prise en même temps qu'une jeun fille, l'adoptant au premier regard comme si elle avait toujours fait partie du paysage. Nué avait toujours eu ce caractère, qui englobait les gens comme une douce lumière blanche, qui venait de l'intérieur, et d'une tranquillité d'esprit qui frôlait l'idiotie.

Il devait lui parler, de sa vie et d'autre chose, il ne savait plus ou il en était, et son père était plus absent de sa vie, qu'un élève faisant l'école buissonnière. Il n'avait pas de vrais repères, puisque même son senseï semblait d'avis de jeter les fondations de son monde aux orties. Il n'y avait qu'une personne, à qu'il pouvait s'ouvrir, finalement.

Celui qui pourrait le conseiller, c'était un peu leur père à tous.

- Bonjour, j'aimerai voir mon cousin s'il vous plait, c'est important. Qu'il lança à la cantonade, son air de zombie effrayant le petit personnel, elle se fendit d'un : Il n'est pas encore disponible, veuillez repasser, un peu trop automatique pour être réellement humain, on eut dit qu'elle s'était exercée à dire cette phrase de milliers de fois devant la glace, pour être prête aujourd'hui à lui mettre un violent arrêt, à la force de ses convictions.

Il fit demi tour sans un mot, toujours morose. Tout ce qu'il s'était passé dernièrement tournait en boucle dans sa tête, comme une ritournelle usée et malheureuse. Il se permit de s'installer sur le toit de la tour de son cousin, tout le reste de l'après midi, réfléchissant encore et toujours ; Ce sommet et tous ses morts, amis ou ennemis, qui l'avait marqué au plus profond de son être ; Son senseï dont il se sentait plus éloigné que jamais depuis la réussite de son test -était-ce un signe de sa désapprobations ? Il ne savait plus s'il suivait la bonne voie ou non.

Il descendit tandis que l'après midi et le soleil en faisant autant, laissant son esprit là ou il était, il s'arma de courage et de son plus beau sourire : - Bonjour, j'aimerai voir mon cousin, s'il vous plait madame ! Qu'il fit, et il ne récolta que son éternel laïus " Il n'est pas encore disponible, veuillez repasser" destiné à le filtrer.

- Eh bien je vais attendre là, sur le banc, qu'il soit disponible. Dit-il en s'installant, son irrémédiable enthousiasme et son optimisme ne connaissant presque aucune limites. Il se coula dans l'ombre du banc en pierre, et cala sa tête sur le petit accoudoir. Ce fut ainsi qu'il s'endormit comme un pagut en plein millieu du couloir, et qu'une lumière vint percuter ses rêves hantés par du sang, des amis qui le trahissaient, et des mentor retors.

Une voix le tira de son sommeil agité, il se tourna encore enfariné -trait qu'il avait emprunté ;

- Shuuhei-dono, c'est toi ?
Qu'il fit avec sa tête d'enfant endormit. Il ne savait jamais sur quel pied danser, il l'impressionnait et le rassurait en même temps. Toutes leur dissemblances, et leur résonnances, formant une étrange chanson dans son âme.

_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Jeu 21 Déc 2017 - 14:46
- « Hahaha, désolé Nué, j’étais vachement occupé… »

Sa gueule ensommeillée était à la fois mignonne et marrante. J’avais l’impression de voir là mon petit Kahei en un peu plus grand et l’image me fit bizarrement plaisir. Celle qui me servait de secrétaire temporaire -La petite Mei était indisponible pour cette semaine- soupira et fit la moue, mais je lui fis signe qu’elle pouvait disposer et même rentrer chez elle. Il faisait nuit. Inutile de la retenir plus longtemps, d’autant plus que j’avais presque fini de traiter tous les dossiers que je devais impérativement boucler. Ça avait été un travail de longue haleine, si bien que j’avais les traits un peu fatigués moi aussi ; mais pas autant que le grand gamin couché sur le banc et face auquel je m’étais accroupi pour passer une main dans sa chevelure que je caressais affectueusement. Il n’y avait pas un autre Metaru qui aimait autant les siens que moi. Mon clan, c’était tout pour moi et Nué avait une place particulière dans mon cœur. Comme tous les autres quoi !

- « Attends-moi là, je reviens tout de suite. »

On aurait pu penser que j’allais retourner dans mon bureau, mais non. Je pris plutôt la direction d’une machine à café non loin du bureau de ma secrétaire -qui ne s’était pas faite trop prier pour s’en aller-, avant de remplir deux tasses bien chaudes, puis je revins tranquillement vers lui. Le sien avait un peu plus de sucre, mais dans tous les cas, il saurait certainement apprécier le breuvage qui le réveillerait et qui le réchaufferait bien comme il faut. Je lui tendis le sien avant d’allumer la lumière du couloir pour que le coin soit moins sombre. J’aurai pu l’inviter directement dans mon bureau, mais nous pouvions rester sur place d’autant plus que je ne sentais personne dans les environs. En parlant de perception, je l’avais bien senti depuis son arrivée à vrai dire. J’aurai pu stopper mon travail, mais j’avais fait de cette journée une exception afin de ne pas cumuler trop de retard et passer à autre chose. Le rôle de Kage était une parfois une plaie…

- « T’as pas l’air de péter la forme toi. »

J’eus un petit rire moqueur. Et plutôt que de le gêner, je m’assis carrément à même le sol, face à lui et contre le mur derrière moi. Un autre dirigeant n’aurait peut-être pas fait pareil, mais je n’avais aucun complexe à ce niveau-là. Je ne m’embarrassais pas de ce genre de détails, sauf quand il le fallait ou quand le protocole me l’obligeait. La réunion des kages m’avait d’ailleurs forcé à adopter un comportement qui allait dans le sens de la grandeur, ce qui m’avait terriblement ennuyé. Et pour quoi au final ? Pour assister au meurtre de mes deux homologues et voir la situation partir en sucettes ! Tu parles d’une réunion… « Bois pendant que c’est encore chaud. » Et pour l’encourager à le faire, je portais ma tasse à mes lèvres avant de siroter mon breuvage. J’avais l’impression que mon quotidien se limitait à ces choses : Remplir des dossiers, boire du café, revérifier de la paperasse et reboire du café sans m’arrêter. C’était sans fin…

Vivement des nouvelles d’Iwa…

- « Alors mon grand… Qu’est-ce qui ne va pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Jeu 21 Déc 2017 - 22:52
Le quotidien de Raikage hein, ça fait rêver sur le papier, mais quand je vois tes valises, je me dis que t'aurais bien besoin de vacance … Qu'il lui dit sur un ton amène, pas du tout contrarié d'avoir attendu, s'il avait pu savoir le plaisir que cela lui faisait de pouvoir venir le voir chaque jour que la vie faisait, et l'embêter durant ses temps libre, peut-être qu'il s'excuserait moins. Et puis s'excuser de quoi il se le demandait bien ! De tous les protéger ? Les chérir ? De se saigner aux quatre veines pour eux sans y regarder sur la quantité d'hémoglobine ? Non, il était le petit père du peuple, ce village avait un cœur, le siens, et tous suivaient son rythme effréné sans jamais pouvoir l'égaler.

Tout du moins, pour l'instant. La jeune génération était là à présent, elle représentait encore les anciens mais un jour, oui, un jour, elle avait bon espoir de la remplacer, et de la placer dans un jolie petit établissement tout confort style bon chic, bon genre, et les laisser déguster leur cocktail sans contrariétés à gérer. Une intention louable n'est-il pas ? Il faut savoir passer le flambeau, mais pour l'instant pas de précipitation, il étincelait encore de mille feux dans l'horizon ; C'était ainsi que l'on montrait toute la force martiale d'un village, finalement.

Si Nué ne savait pas qu'il détenait une place dans le cœur de son cousin -la faute à son étourderie habituelle, l'inverse pouvait être aussi vrais. Pour Nué, il était plus qu'un simple membre de son clan, il avait accepté de le servir en son âme et conscience, et il souhaitait embrasser une voie semblable à la sienne, quelque chose qui ferait rayonné Kumo et le nom de « Metaru » dans le monde entier.

Un vieux rêve de gosse, né d'un profond désir de servir les siens avant tout. Vous aussi vous êtes accroc à cette boisson ?! Comme Shizen-sama, il tient ça de vous ou bien ? Qu'il fit en se tenant l'arrière du crâne, acceptant la tasse et la buvant à petite gorgées. C'était peut être le matériel, ou bien le café, mais cela lui semblait beaucoup moins fort en bouche, plus délicat, lui qui était plus sucré, appréciait cette douceur onctueuse, qui lui rappelait celle du caramel.

Justement, l'une des raisons de sa venue, avait été l'approche direct du directeur de l'institut dans le cadre de son unité spéciale et presque-secrète. Quelque chose qui lui bottait l'arrière du crâne, mais ne lui enlevait pas de l'esprit qu'il n'était pas forcément le plus qualifié pour ce poste. Tous ses doutes se mélangeaient en un agglomérat pas franchement joli-joli, et il en ressortait lessivé comme un linge sale.

- Boarf, coup-ci coup-ça, je dors peu depuis le sommet. Il continua de faire rouler la tasse à café dans ma pomme. Je crois que j'ai besoin de tes lumière, Shuuhei-dono. Son frère l'avait également récemment approché pour lui rappeler une vieille promesse, celle de faire disparaître ses vieilles cicatrices de son visage, comme il le lui avait toujours dit. Nué savait que tout ça ne venait que de son sens de la responsabilité, qui le titillait à chaque fois qu'il enlevait son bandana. Oui mais, le changement allait-il justement tout changer, pour sa vie et sa moitié ? Il avait ses doutes, mais n'osaient pas s'en ouvrir à d'autre …

Chaque chose en son temps, il ne devait pas oublier que Shuuhei avait accus é plus durement le coup que lui pendant l’événement.

- T'as déjà mangé ce soir, ou je t'invite … ? C'est que j'aimerai m'ouvrir sur deux trois sujets, tu sais je m'attendais pas à vivre ce genre de … Problématiques ? Pendant le sommet, j'ai l'impression d'avoir envenimer la situation, je me sens responsable … Il tourna la tête vers son cousin, plein d'espoir … Tu dois savoir toi, comment je peux rattraper le coup?! Laisse moi t'inviter en retour !


Le fameux goût de la gratuité.

_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Mar 26 Déc 2017 - 17:05
- « Arrête avec le dono. On est entre nous, pas besoin de formalités. »

Ce n’était pas agaçant, mais j’étais de ceux-là même qui avaient du mal avec les procédures d’usages, surtout avec les gens que j’appréciais le plus. Nué étant de ma famille. Il n’y avait donc aucune raison qu’il continue de m’accorder autant de respect lorsque nous n’étions que deux, entre nous. En public, ce fait ne me dérangeait pas plus que ça, mais en privé, c’était inutile. J’avais conscience que mon statut de kage et de chef de clan me hissait malgré moi sur un piédestal, mais je considérais comme étant l’égal de tous ces gens que je protégeais et que je dirigeais comme je le pouvais. C’était ma façon de voir les choses. Ma façon de procéder aussi. Le fait même de m’asseoir à terre n’était-il pas une preuve de mon humilité ? Enfin… Ce n’était pas à moi de dire que je l’étais, mais je faisais des efforts pour ne pas verser dans la suffisance et l’arrogance. Des maux que je voulais à tout prix éviter. Ma nature, tout simplement…

- « Par contre, je suis honoré que tu viennes me demander conseils… »

Ce rôle de grand-frère, je l’appréciais particulièrement. J’avais échoué avec mes véritables cadets dans une certaine mesure. Reiko était devenue infernale après une expérience traumatisante et je n’avais pas pu la sauver de sa détresse ni de sa colère. Kahei fut enlevé et pratiquement lobotomisé par le soshikidan. Des faits qui démontraient que j’avais raté cette vocation ; ce qui n’empêchait pas pour autant des gens comme Nué ou comme Kinzoku de venir me voir me demander conseil. L’honneur était grand. L’honneur était immense même. Et il me réchauffait agréablement le cœur, ce pourquoi j’avais un sourire presque béat aux lèvres. Avoir la confiance de ses pairs était le meilleur cadeau qu’on puisse offrir à un leadeur. Un trésor tout aussi inestimable que leur amour. Ce pourquoi je m’efforçais d’être tout le temps présent pour eux. D’être à l’écoute de leur crainte et de leur prodiguer des conseils si je le pouvais.

- « Tu n’as pas à te sentir responsable de quoique ce soit concernant le conseil. Mais avant qu’on entre plus en détails, laisse-moi quelques secondes. »

Je finis par me relever avant de boire mon café à grandes gorgées. A vrai dire, je vidai complètement ma tasse avant de me retourner et d’entrer dans mon bureau. Je m’assis très rapidement sur mon fauteuil avant de vérifier une dernière fois que j’avais fini le plus gros de mes travaux. Après une bonne poignée de minutes à passer au crible tous les dossiers qui étaient sur mon bureau, j’eus un sourire aux lèvres. Tout était plus ou moins parfait. Le reste de la paperasse pouvait attendre le lendemain. Là-dessus, je me levai, récupérai mes clés et sortit de mon bureau avant de fermer la porte à double tour par pure précaution. Vu que le recueil secret se trouvait dans l’un de mes tiroirs, prudence était de mise : « J’accepte ton invitation. Toi et moi n’avions pas eu de vraies conversations depuis un long moment en vérité ! » J’eus un sourire. Ce genre de pause me faisait rudement plaisir et pas qu’un peu !

- « Par contre, je bouffe beaucoup ! T’es sûr que ton portefeuille tiendra le choc ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Sam 20 Jan 2018 - 21:52
Shuuhei c'était un peu le sommet de la montagne, tu as beau vouloir l'atteindre, il est toujours aussi escarpé, brumeux et haut perché. Shuuhei, c'était un peu le sommet de Kumo. Et dire que l'on était au village des Nuages voulait tout en dire, il se plaçait là en matière de niveau physique et bien même psychique. Qu'il s'abaisse sur une pauvre ère comme Nué voulait tout dire également, que l'on pouvait être sur un piédestal, et en descendre sans se casser la figure.

- C'est l'habitude Shuuhei-don... Shuuhei-chan ! Qu'il fit le petit Metaru adossé au mur, du doute plein le visage. Prendre des décisions hein, un truc que le Raikage devait faire tout les jours, et que le petit Metaru n'arrivait pas à faire. Ne serait ce que pour un problème strictement personnel.

Il laissa finir le grand patron en buvant la mixture amer dans de petites gorgées prudentes et craintives, comme un chat lape son lait. Il commençait à apprécier ce breuvage doux amer à force de le côtoyer presque tous les jours dans le cadre de ses activité shinobiesque. Nué se releva en comptant ses deniers, histoire d'être sûr de pouvoir inviter le plus grand de tous les Kumojins à sa tablée.

- J'en suis plus qu’honoré ! Je vais t'emmener manger les meilleurs Dango du villge pour la peine ! Qu'il lança sur de son coup, personne n'égalait Kichiki dans l'art des dango, il le savait. De source sur, celle de son estomac. Il emmena son supérieur à travers les rues de la ville qui s'endormait doucement à cette heure là, ou s’éveillait pour certains. Les restaurants fourmillaient de vie, et il y'avait de la couleur à toutes les portes, comme pour montré toute la diversité d'un village comme celui de Kumo.

- J'ai que les moyens pour les Dango, mais je me rattraperais c'est promis ! Qu'il fit en joignant les mains devant le petit restaurant qui semblait désuet face à certain établissements de renom du coin. Il n'empêchait que la recette de mamie Kichiki déboitait tout ce que pouvait faire la restauration classique, à son humble avis. On se confondit en "Raikage Dono ..." ou "C''est un honneur de vous recevoir ..." devant Shuuhei, sans faire attention au petit Metaru qui deviendrait grand, à n'en point douter.

Ils commandèrent tout deux le menu "Sumo" qui contenait de tout type de Dango, même des sucrés pour le dessert ! Une fois attablé, Nué poussa un soupir de soulagement en donnant de la formule rituel en tenant ses baguettes devant son visage, puis commença la dégustation sans piper mot. Ce n'est que la deuxième brochette entamée qu'il se lança dans sa diatribe.

- J'ai décidé d'intégré la section scientifique du village, tout du moins, je vais être testé ! Qu'il fit avec un sourire charmé de l'idée. Je sais qu'habituellement nous, les Metaru, nous allons plus dans la police et je voulais savoir si tu croyais en cette nouveauté un peu ... Farfelue ? Il cherchait ses mots en secouant une brochette à moitié entamée. En plus, j'ai vu mon frère récemment, tu sais, celui qui s'essaye à l'Eisen Nin à l'institut ... Et il m'a proposé un truc, qui pourrait changer ma vie !

Il lâcha la brochette et regarda son interlocuteur ... Ses idées étaient en désordes, comme ses cheveux et ses vêtements, et même sa vie entière. Pourtant il savait que le vieux de la vieille en face de lui comprenait. Entrer dans la même structure que sa moitié, sa pouvait vite être compliqué .... Le reste n'était que pure logique, il devait changer pour se faire. S'il devait changer cela pouvait commencer par son physique. Au final, les affres de l'âme se reconnaissaient dans l'image que l'on dégageait non ?

- J'aimerai envisager le protocole qui permet d'effacer les cicatrices de guerre, tu crois que c'est une bonne idée ? Les résultats sont plutôt... Hasardeux non ?

De l'eisen Nin esthétique, mais qu'est-ce qu'ils allaient encore inventer ces mecs dans les nuages ?

_________________

Team 666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1522-metaru-nue-find-me-on-the-other-side http://www.ascentofshinobi.com/t1652-journal-de-metaru-nue-uc http://www.ascentofshinobi.com/u385

Tribulations Nocturnes [Shuuhei M.]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: