Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

À la rencontre des Aspects [ Mission C ] ( Groupe un )


Mer 20 Déc 2017 - 20:02
À la rencontre des Aspects
Quittant l'archipel alors que l'aube berçait déjà le navire de ses teintes colorés. Seiko, comme à son habitude s'était isolée pendant un long moment sur l'avant de l'embarcation. À genou et humble face aux éléments, son visage éprouvant la désagréable sensation d'une chaleur matinale face aux rayons de l'astre céleste. Elle ne faisait pas voyage seule malgré l'activité bruyante des marins lui faisant arquer un sourcil. Yuko et Nana, deux de ses élèves l'accompagnaient pour cette première mission officielle confiée par le Sandaime. Leur quête ? Retrouver un groupe de nukenins connu sous le nom des « aspects », une particularité que semblait partager le nouveau dirigeant de la brume. L'intérêt que portait le golem de Kirigakure à cette mission ne saurait trouver de sens plus logique. Un quintette maîtrisant chaque élément serait un outil non-négligeable dans la restauration de la grandeur du village. Cependant, tenter des les convaincre de se rendre en terre de Mizu ne sera pas chose aisée. Ni même de prévoir leurs potentielles réactions vis-à-vis d'elle-même ou de ses apprentis. Un gros risque à courir, elle en avait conscience, pourtant si elle avait été choisie pour cette mission avec son équipe c'était pour une bonne raison. La jeune femme plongée dans sa méditation tentait de chasser toutes les questions se bousculant dans son esprit. Tentant de se fixer sur son objectif. Difficile quand la réponse de son frère à sa lettre fut aussi cinglante. Avait-il oublié qu'il n'avait rien fait également pour la retrouver ? L'arracher des griffes de ces précepteurs endoctrinant son esprit pendant toutes ces années.

Elle n'avait certes pas été tendre avec lui également, mais son but était de connaître la vérité, pour l'instant qu'une seule partie lui avait été livrée. Un parchemin incomplet qui soulevait encore tant d'interrogations. Avait-elle fait le bon choix en n'allant pas retrouver sa famille à Iwagakure ?'Était-elle seulement dans le vrai quant à son idée sur la traîtrise des siens ? Elle ne saurait l'affirmer pour l'instant, trop de doutes et de zones d'ombres. Chassant ces pensées insidieuses d'un revers de la main, Seiko ouvraient ses yeux azur où les contours des terres de Hi no Kuni se dessinaient peu à peu à l'horizon. Se relevant alors avec délicatesse, elle laissait sa posture épousée la bise marine, faisant frémir le haori qu'elle portait par-dessus son uniforme réglementaire. Elle regagnait alors les cabines où ses deux protégés l'attendaient. Expliquant encore une fois le déroulement de l'opération et ce qu'elle avait pu apprendre après la discussion avec son jeune cousin. Plus tard, quand le bateau arrivait à l'un des ports du pays, la blanche Yuki, fixait une dernière fois ses élèves avant de prononcer.

- Bien, je vais énumérer les objectifs une dernière fois. Nana, Yuko votre mission est de trouver l'un des groupes des aspects à Hi no Kuni. Vu que les cinq membres, d'après nos informations ne voyagent pas ensemble nous allons devoir nous séparer. Interroger les habitants sur l'activité d'éventuels Nukenins dans la région. Une fois trouvé, engager la conversation, mais attention, aucune hostilité à leur encontre, sauf pour vous défendre. Le but est de les convaincre de rencontrer le Sandaime. Montrez vous persuasif et rester prudent. Nous ne sommes pas dans notre pays donc aucun incident auprès de la population est-ce clair ?

Après avoir plissé légèrement les yeux pour se donner un air autoritaire, Seiko replaçait une mèche de sa chevelure rebelle derrière son oreille. Passant la main dans sa sacoche dorsale, elle sortait trois documents marqués du sceau des autorités du village.

- Ceci est un passe droit, vous êtes sans doute au courant que les nukenins capturé sur notre sol n'ont pas un avenir très glorieux. Ce document permettra aux aspects de se rendre en toute sécurité jusqu'à Kiri. Je vous les transmets dans l'éventualité qu'ils préfèrent ne pas nous accompagner.

La mine autoritaire de la cheffe d'équipe s'atténuait et son visage devenait moins froid, un fin sourire se dessinait sur ses lèvres. Plaçant ses mains sur l'une des épaules de chacun de ses disciples.

- Yuko, tu es un trublion intenable et un petit voyou, mais tu as un grand coeur et une âme qui quand elle le souhaite est noble. Protège Nana et épaule là de ton mieux, je peux compter sur toi ?

De ses paroles chaleureuses naissaient cependant un geste de pincement de clavicule que le joyeux luron devait amèrement ressentir. Elle n'avait pas oublié son petit séjour derrière les barreaux et l'affront qu'il lui avait fait, même si intérieurement Seiko avait ri comme rarement auparavant. Portant son regard alors sur Nana, elle s'adressait à elle avec une voix plus douce.

- Nana, les hommes sont trop souvent impulsifs et ne réfléchisse pas assez aux conséquences de leurs actes. C'est notre rôle à nous, les femmes de devoir les garder sur le droit chemin, les aider à réfléchir, trouver une solution alternative. Je sais que tu en es capable malgré les doutes que tu peux avoir sur toi-même.

Son petit discours d'encouragement terminé, la jeune femme se reculait avant de tourner le dos à ses élèves. Symbolisant le chiffre trois de ses doigts qu'elle avaient placés distinctement elle dit une dernière phrase.

- Vous avez trois jours, passé ce délai vous revenez au port et retournez dans notre patrie avec ou sans moi. Bonne chance !

Après ses paroles, la Yuki disparu rapidement dans la forêt adjacente pour débuter ses investigations.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2044-un-clan-divise-reroll-otsuka-ayame-terminee

Mer 27 Déc 2017 - 4:31
Finalement, la route avait été reprise. Moins rapidement que prévu et surtout, j'avais eu chaud au fesse. Merci à Ootori, notre nouvelle compagnon de voyage. Pourquoi est-ce que je lui avais proposé de nous suivre hein ? Pourquoi j'ai pas juste fermé mon bec pour la laisser moisir dans ce village paumé et déplaisant ? Ah oui, parce que je suis con et probablement même maso également. Le plaisir de cotoyer une autre fille du feu, différente de Reira et en même temps aussi explosive qu'elle. Puis, aussi beaucoup plus jeune... Enfin, l'âge de la demoiselle n'est pas un soucis étant donné que la petite semble savoir se débrouiller et pas du tout du genre à être pleurnicheuse. Encore heureux ! Avoir de la morve sur moi parce qu'elle aurait peur ou je ne sais quoi d'autre ? Sans façon ! En vrai, mon réel soucis, c'est que maintenant, j'ai deux foutues pies avec moi. Comme si Seifukusha ne me suffisait pas ! Je me retrouve à devoir jouer le chaperon de deux nanas écervelées et agaçante. Et oui, je sais, c'est l'hôpital qui se fou de la charité, mais en aucun cas, moi, j'ai risqué d'en tué une par simple agacement ! Raaaah, dans quoi est-ce que je me suis encore embarqué ?

Marchant en silence à quelque mètres devant les deux donzelles qui doivent probablement se faire un malin plaisir de se rire de moi, parce que je les entends parler il me semble... Ou alors, je deviens fou et j'imagine entre leurs voix ? Une possibilité aussi qui ne serait pas surprenante. "Oh, les pipelettes, et si au lieu de jacasser comme vous le faites, on avançait un peu plus vite ?" Pestais-je alors en ayant un peu tourné la tête pour poser mon regard pâle sur elles. "Je vous rappelle que la miss là." Pointais-je du doigt l'enfant. "A mit un village en rogne en jouant un peu trop de ses flammèches dedans." Parce que je suis flemmard, j'ai pas envie de me battre, j'ai juste envie d'être tranquille. "Alors, il serait tout bénéfice pour nous, de nous éloigner davantage pour éviter des représailles à la con et risquer d'aggraver les choses." Suis-je réfléchis ? Non, en fait, c'est juste un prétexte pour quitter encore plus rapidement le pays du feu... Après tout, depuis le début, je ne cache pas à la demoiselle de l'eau mon désir de quitter ce territoire... Espérons que la petite le capte aussi et ne me prenne pas pour un froussard, bien que je doute que ça soit le cas, car devant ses flammes, malgré que cela soit mortel pour moi, je n'ai pas paniqué... Mais bon, les enfants sont parfois stupide alors je m'attends à tout avec elle !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1899-le-vent-se-leve http://www.ascentofshinobi.com/u115

Mer 27 Déc 2017 - 10:42



Quel emmerdement constant… Comment était-il possible de marcher autant pour aussi peu et aussi longtemps, sans se faire chier ? Franchement… Sei en avait marre, tenant son parapluie entre les doigts, elle faisait valser son arme, envoyant des flopées de gouttelettes extrêmement fines à travers l’espace, créant de petit arc-en-ciel éphémères… Elle n’avait vraiment rien à faire… Ootori à ses côtés, Sei comprenait mal le pourquoi du comment ils avaient dû ramener la fille avec eux… Tout ça parce que Tsutsu voulait se taper à nouveau une nana de feu, comme si la dernière n’avait pas déjà flambée d’elle-même.

« J’m’eeeeeeeemmerdeeeeeuh. »



Peu après, le venteux tourna la tête un court instant, entamant un sermon à propos du bruit. Sérieusement ? L’homme continuait d’enchaîner sans s’arrêter, de quoi agacer davantage les nerfs de Seifukusha, bien ait voulue réagir, elle se ravisa instantanément, un sourire aux lèvres.

« T’es marrant quand tu râles, continue de me divertir. »



Le ton avait été lancé, Sei cessa d’écouter, bien trop occupée à compter de nombre de mesures que ferait ses phrases en chanson, elle ne retenait pas le sens ce celles-ci, utilisant seulement mentalement ses mots comme des outils musicaux plutôt que linguistiques. Se perdant ses pensées, la femme regarda le ciel, s’éblouissant un court instant après avoir regardé le ciel plusieurs secondes, amusée par la douleur ressentie, bien que les tâches jaunes et noires qui embuaient maintenant sa vision ne viennent l’embêter.

« AAAAAAAAAAAH ! BARREZ-VOUS DE MA VUE ! »



Donnant des claques dans le vide à quelques décimètres devant ses yeux, Sei commençait à pester sur les problèmes de vision provoqués, pendant que ceux-ci commençaient à s’estomper au fur et à mesure. Laissant la femme de l’eau fixer l’horizon pour tester sa vue. Ne faisant pas du tout attention à la suite de la conversation, bien que ses deux compagnons semblent parler entre eux et peut-être lui adresser la parole. Une vraie folle vue de l’extérieur… Non, le monde était fou, tous ces gens, différents, pensant absolument qu’elle était folle, alors qu’elle ne l’était pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 27 Déc 2017 - 12:14
Marcher droit...

Tantôt tu chantais, tantôt tu sifflotais, tantôt tu fredonnais, et tantôt tu piaillais en compagnie de ta nouvelle amie de l'eau. Elle avait beau être d'un élément contraire au tiens, pouvant éteindre tes ardeurs en un éternuement, tu appréciais grandement le genre de femme qu'elle était. Un peu tarée, mais ne se laissant clairement pas marcher sur les pieds ! En même temps, il le fallait bien, avec l'autre pervers qui n'avait pas arrêté de mater son derrière durant tout le voyage, il fallait bien savoir ce protéger.

Pourquoi les avoir suivit ? Tu n'avais de toute manière pas vraiment d'autre choses à faire. Tu ne te voyais pas passer le restant de tes jours à forger des choses et à les revendre à d'autre. Bien entendu, tu avais toujours ce vieux, qui t'attendait, qui te gardait une place si un jour, tu devais revenir. Tu t'étais attachée à lui mine de rien, il avait su t'ouvrir ses bras quand le monde entier te répugnait. Mais tu t'étais sentie contrainte de tenter cette expérience avec les élémentaires, tu ne voulais pas vivre avec des remords.

Il valait mieux vivre avec des regrets qu'avec des remords.

Tu soupirais alors lorsque l'autre obsédé vous invitiez fortement à la fermer. Forcément. Il n'aimait que la parole de la chair ce bougre. Haussant les épaules, tu laissais ta nouvelle amie l'attaquer par sa langue des plus acérées. Toi aussi, tu savais ne pas être tendre avec tes interlocuteurs. D'ailleurs, cela t'avait presque coûté l'ultime bouderie de la part du mec qui ne manquait pas d'air.

Tournant la tête pour voir Sei se débattre de manière assez... étrange ? Tu haussais un sourcil. Tu n'avais pas grand chose à dire ou à juger sur le moment, mais tu ressentais le besoin de rajouter ton sel. Te tournant alors vers Tsunechika, tu lui tiras la langue avant de parler :

- Grincheux ferait mieux d'économiser lui aussi sa salive et d'avancer ! Haha.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 30 Déc 2017 - 15:20
À la rencontre des Aspects
Après avoir enjambée chaque branche de cette modeste étendue d'arbres, Seiko finissait par apercevoir un hameau qui semblait bien vivant. Retombant agilement sur ses pieds après un saut important, elle se gardait bien d'afficher une attitude belliqueuse devant les villageois. Visiblement, les personnes présentes restaient cependant méfiantes envers cette étrangère. La jeune femme prenait le temps de faire preuve de politesse tout en interrogeant ces potentiels informateurs. Il était difficile d'arracher quelque chose de concret dans une discussion qui se faisait dans un contexte très brumeux. Avec des descriptions très peu précises, la Yuki du se reprendre à plusieurs reprises avec diverse personne pour obtenir une piste, aussi infime soit-elle. Un groupe de trois personnes, un homme accompagné de deux jeunes femmes semblaient avoir causé des problèmes dans un village voisin. C'était bien mince, mais après déjà plusieurs heures de recherches et de discussions, elle devait se contenter de ça. Prenant la peine de s'hydrater avant de reprendre la route, la chuunin forçait le pas. Sur le chemin, elle ne pouvait s'empêcher de se demander si ses élèves avaient bien entamé leurs investigations. Elle n'avait pas eu le temps de les côtoyer longtemps avant le début de leur affectation.

Bien que Seiko avait pu partager un brin de temps avec Yuko, malgré les circonstances houleuses qui avaient conduites à cet échange. Elle souhaitait ardemment que tout allait bien se dérouler, qu'aucuns accros n'allaient insidieusement venir perturber leur but commun. Le renouveau de Mizu no Kuni en dépendait, bien que le chemin serra sans doute long et semer d'embûches. Après un trajet qui s'était voulu moyen en terme de durée, la blanche Yuki arrivait finalement aux abords du lieu concerné. Cherchant de son regard azur, elle du s'aventurer non loin pour constater effectivement trois personnages bien différents, qui répondaient néanmoins au signalement certes vague. Laissant sa main gauche posée sur la saya de son sabre, elle s'avançait sans pour autant manifester une attitude agressive, autant rester prudente.

- Vous n'êtes pas si simple à trouver, malgré votre réputation. Je me nomme Yuki Seiko, je suis envoyée par le Sandaime Mizukage pour vous rencontrer.

Gardant une distance de sécurité, ce début de conversation allait sans doute déterminer la suite des événements et la possible réussite de son objectif.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2044-un-clan-divise-reroll-otsuka-ayame-terminee

Sam 30 Déc 2017 - 18:29
Insupportable. Voilà ce que ces deux demoiselles sont et elles ont en plus l'art de se liguer contre moi. Encore une fois, j'ai l'impression d'être le dindon de la farce. Pauvre de moi. Je devrais aller me plaindre à tout les gens que l'on croise, montrer au monde entier la perfidie de ses deux femmes. Et non, me la joue à la Caliméro ne me dérange pas le moins du monde. J'aime attiré l'attention d'une certaine façon, alors autant faire tout et n'importe quoi non ? Ouais, non, c'est juste pas possible même si je semble ne pas avoir de dignité, j'en ai quand même une et je ne peux en aucun cas me montrer plus faible que les deux donzelles qui font routes avec moi. Alors, non, je ne jouerais point les victimes et ne leurs donneraient ainsi aucune satisfaction !

"Gnagnagna." Marmonais-je dans ma barbe à chacun des commentaires des filles, que ça soit la grande folle ou la petite immature. Bien qu'au final, dans le lot, je suis probablement le pire. Mais on s'en fout ! Continuant donc de marcher devant les deux filles, l'une gesticulant maintenant dans le vide après, je ne sais trop quoi. A croire qu'elle est illuminé elle. Quand à l'autre... Elle est juste bonne à rajouter de l'huile sur le feu pour le coup et je grommelle, accélérant une nouvelle fois un peu le pas. Tant pis si avec leurs jambes trop courtes, elles n'arrivent plus à me suivre ! Elles avaient cas juste répondre à ma demande et pas me provoquer !

Et tandis que je m'éloigne petit à petit des filles, une autre me fait maintenant face, la main sur la garde de son sabre. Hostile ou non ? J'en sais rien. "Pff." Soufflais-je alors. Parce que ça, je crois pas que c'est réellement une chose qui va me plaire. Parce que là, malgré son attitude calme, je me doute bien que si elle se tient là, devant nous, la main sur son arme, il doit y avoir une raison puis, au vue de sa tenue et de son maintien, c'est pas une femme qui a trouvé par hasard une lame. Que du contraire. Je lève alors la main pour faire signe aux filles de s'arrêter alors que je détailles l'étrangère de haut en bas avant même qu'elle ne prenne la parole.

Une présentation simple pour un objectif bien plus complexe et moins bien exprimé. Néanmoins, je tique un peu sur les paroles de la belle. "Notre réputation ?" Je souris légèrement et non, puisque nous avons visiblement une réputation, je n'estime pas le besoin de me présenter. "Et quelle est telle ?" La questionnais-je pour connaître les rumeurs qui auraient bien pu arrivé jusqu'aux oreilles de Kiri. "J'espère qu'elle est un peu plus belle que celle associé à ton clan. Les Yuki, n'est-ce pas des membres de ce clan qui sont passé par ici, il y a de ça quelques temps ?" Demandais-je alors en tournant un peu la tête vers la fille de l'eau, ma compagne de voyage depuis des années. Après tout, a arpenter le Yukan comme cela, on était au courant de pas mal de rumeurs, qu'on le veuille ou non. Le peuple parle beaucoup et s’intéresse un peu trop à tout cela... Puis il faut dire que Hi est un lieu assez surveiller par tout le monde à cause de Soshikidan et tout ce qu'il s'est déjà passé ici. Un étranger sur ces terres ne le reste que peu de temps, il me semble.

En vérité, si la demoiselle n'avait pas eu sa main sur sa garde, il est clair que j'aurais opté pour une toute autre approche, plus tactile, plus sensuelle même probablement, au lieu de ça, je me retrouve à me la jouer frigide comme Seifukusha. L'horreur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1899-le-vent-se-leve http://www.ascentofshinobi.com/u115

Lun 1 Jan 2018 - 15:38



Sei ne faisait toujours pas attention aux évènements, se laissant seulement observer les quelques choses qui tombaient dans son champ de vision. Son parapluie tenait parfaitement dans sa main, alors qu’elle jonglait avec, tandis que l’homme du groupe semblait entamer la conversation avec quelqu’un, Sei bougea la tête, regardant en direction d’où venaient leur échange de syllabes. A ces yeux, une femme, encore une, peut-être une conquête du pervers narcissique... ? Le regard d’élémentaire de l’eau vacilla plusieurs fois dans les airs avant de faire à nouveau un focus sur l’allure de la femme, ne faisant pas attention vraiment à ses paroles… Elle savait qu’écouter l’aiderait à comprendre mais n’en avait pas envie. Un petit effort vint atteindre son esprit, comme une envie soudaine de s’intéresser, ponctuée d’un changement d’humeur tout aussi soudain, ses idées changèrent. Elle était prête à écouter.

« C’est qui ? J’la tue ? »



Ces mots fusèrent d’une voix aigue et calme, terriblement délicieuse et trop différente de la violence se dégageant de ces courtes phrases. La tuer ? Oui, pour vendre sa chair… Ou alors, la tuer, pour la vendre en esclavage… Non, ça ne collait pas, la capturer pour la transformer en esclave ? Non plus, le pervers s’empresserait de s’occuper d’elle de façon dérivées… La capturer pour la vendre à des marchands d’esclave sur la marché noir, voilà, une bonne idée. Sei observa les formes de la femme pour essayer d’en ressortir un bilan positif, celle-ci semblait être en forme physiquement, une parfaite servante.

« Ses mollets sont pas mal, ou la vend ? Je veux de l’argent et Yoksa sera intéressé par une femme comme elle. Faut en profiter avant qu’elle devienne trop vieille ! »



L’humeur changeante du tout au tout, Sei posa le bout de son parapluie au sol, utilisant celui-ci pour prendre appuie dessus, bien heureuse de constater un nombre d’utilités grandissantes au fil des jours.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 2 Jan 2018 - 11:54
Méfiante...

Tu détestais ce genre de situation... Te retrouvait face à ce qui pouvait être un futur allié tout comme un futur ennemi... Ne pas savoir comment jongler face à cela... Bref... L'élémentaire du vent en avait déjà fait les frais de son coté. Ayant eu peur qu'il soit un envoyé à la solde de l'Académie, tu l'avais tantôt fuit avant de l'attaquer une fois persuadée d'avoir l'avantage sur lui. Au final, tu le suivais de manière hasardeuse mais il n'était définitivement plus un ennemi pour toi...

Désormais, le danger se retrouvait ailleurs... Et tandis que tu fixais toujours celle qui s'était présentée comme étant une envoyée du pays de l'eau, tu ne pouvais t'empêcher de laisser ton corps s'embraser face à cette idée. Était-ce un pays ? Cela n'en avait pas l'air, mais tu n'étais pas non plus suffisamment douée pour croire en tes capacités de discernement. Bien que malgré tout, Tsunechika s'était montré comme étant un gros pervers et l'avait été au final tout le long que tu avais partagé avec lui...

Bref...

En soit, tu étais aux aguets et cela se voyait clairement. Quelques unes de tes mèches s'étaient enflammées tandis que tu avais pris une posture offensive, prête à lui sauter au cas cou si elle venait à faire un mauvais pas.

La dominatrice des eaux elle, semblait prendre cela de manière bien moins grave que toi. Elle s'amusait même à s'imaginer revendre la Yuki, bien qu'évidemment, ce n'était pas encore dans vos activités de vie. Perplexe, si cela n'avait été que toi en cet instant, tu aurais certainement prit tes jambes à ton cou, et fuit l'éventualité que tout se casse la gueule pour toi. Mais à défaut d'être seule, tu avais la supériorité numérique avec toi.

Puis vous aviez Seifukusha...

Cela valait au moins tout une armée. Du moins elle était assez spéciale pour faire fuir n'importe quel être normalement composé. Te grattant la gorge l'espace d'un instant, tu tournais ton regard vers eux de manière interrogative.

- On fait quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 2 Jan 2018 - 18:00
À la rencontre des Aspects
La tension était palpable, alors que les aspects s'étaient dévoilés au regard de Seiko. Bien que les propos tenus par l'une des jeunes femmes n'étaient pas du tout engageant bien au contraire, la Yuki ne perdait pas son sang froid. Elle se concentrait même sur cette dernière qui semblait bien étrange, voir même peu réfléchie. Elle savait que c'était très souvent les personnes les moins compréhensibles qui étaient le plus souvent les plus imprévisibles. La gardant à l'oeil, toujours sa main sur son sabre, décalant légèrement son pied pour un meilleur appui si un combat devait s'engager. Bien qu'elle n'avait pas la supériorité numérique, la chuunin de Kiri ne perdait pas pied, prête à répondre si le besoin s'en faisait sentir. Sa mission n'allait pourtant pas dans ce sens, bien au contraire, ce qui la rendait sans doute encore plus délicate. Fixant alors le jeune homme aux cheveux nacré, elle finissait par répondre à ses paroles.

-Ne fais pas de quelques brebis égarées une généralité qui ne saurait refléter la vérité. Disait-elle avant de soupirer légèrement et reprendre.

.- Enfin, je ne suis pas là pour me battre, sinon je n'aurais pas pris la peine de vous annoncer ma présence. Le Sandaime Mizukage Meikyû Yamamoto a eu vent de votre existence et souhaite vous rencontrez en personne. C'est une grande opportunité qui je pense, ne saurait être ignorée, mais je ne suis que son humble messagère.

Seiko après son petit monologue décidait finalement d'abandonner sa posture, relâchant alors la main sur son arme. Elle se mettait en danger dans une moindre mesure, mais faire preuve de bonne foi allait sans douter aider pour les futures négociations. Elle ne pouvait cependant cacher son a priori concernant la nukenin semblant la plus directe. Bien qu'elle ne doutait pas de la force de son kage, être prudent n'a jamais tué personne, bien au contraire. S'interrogeant sur la suite des événements, elle tentait de jauger ses interlocuteurs du mieux qu'elle le pouvait.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


Dernière édition par Yuki Seiko le Mer 3 Jan 2018 - 18:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2044-un-clan-divise-reroll-otsuka-ayame-terminee

Mar 2 Jan 2018 - 20:53
Je lève la main alors que Seifukusha pose une question stupide. Directement désireuse d'aller au combat et de tuer... Mon signe de main est là pour lui faire comprendre que non, ce n'est pas encore le moment de lancer les hostilités, ni même de tuer. Et je dois reconnaître que massacrer un si beau morceau de viande serait assez ennuyeux, parce que personnellement, je profiterais bien de sa chair ! Je serais d'avis de la croquer plutôt qu'autre chose. J'esquisse un petit sourire pervers à cette pensée plus que malsaine, mais les donzelles qui m'accompagnent sont habituée à cela.

Regardant toujours Seifukusha, je ris un peu à ses mots, amusé de la voir proposer quelque chose comme ça. "Il faut tester la marchandise avant de la vendre, alors, je peux tenter le coup si tu veux, mais je doute que la charmante demoiselle se laisse faire sans être sous la contrainte. Regarde sa posture." Lançais-je pour lui faire comprendre que la blanche est réellement sur ses gardes... Peut-être à raison, car quand mon regard se pose sur la fille du feu parce qu'elle se demande ce qu'on doit faire, je constate qu'elle est tout en flammes. J'arque un sourcils à cela. Une rencontre tout feu tout flamme ou bien la petite va se contrôler cette fois ? J'en sais rien et avant même d'avoir une idée sur cela, la Yuki reprend la parole.

Je la regarde alors à nouveau, croisant maintenant les bras avant de tiquer au nom qu'elle vient de dire. "Meikyû Yamamoto ? Le golem ?" Questionnais-je, ayant entendu parlé de sa réputation, enfin, en même temps l'un comme l'autre, on est kazejin, bien que je ne comprends pas comment ni même pourquoi il se retrouve à la tête du village de Kiri. Il n'est pas Mizujin, alors c'est du foutage de gueule là non ? Je fixe la femme, attendant réellement une réponse à ma question même si, je la connais déjà. La réputation de l'homme précédent la fille. En tout cas, il est clair que pour moi, cette information change la donne... Je suis curieux, mais en même temps, c'est quelque chose que je redoute assez. Parce que nos têtes sont en théorie quand même recherchées, pourquoi un village s'intéresseraient soudainement à nous sauf pour tenter de nous massacrer ou je ne sais pas quoi d'autre de stupide. "Qu'est-ce que l'on y gagne ? Qu'as tu à nous offrir pour qu'on te suive hormis cette soi-disant belle possibilité ?" Soufflais-je alors avant de baisser un peu mon regard sur sa main qu'elle vient de retirer de son arme. Au moins, elle fait preuve de bonne volonté, mais est-ce réellement une bonne chose ? J'en sais foutrement rien. "Pour ma part, je demanderais pas grand chose, mais les deux la derrière, elles voudront bien plus que moi, alors soit persuasive." Soufflais-je alors, en détaillant un peu plus son corps, pour bien lui faire comprendre mon prix, de façon silencieuse. Un regard peu en dire long et c'est ce que je vise à faire maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1899-le-vent-se-leve http://www.ascentofshinobi.com/u115

Jeu 4 Jan 2018 - 15:21



Sei regardait la scène, l'attention se portant de temps à autres sur l'environnement autour du groupe, assez joli au final, bien qu'il manque une magnifique pluie diluvienne pour éclaircir la zone et se sentir mieux. Ce n'était pas possible pour elle d'écouter attentivement tout ce qu'il se passait, mais Sei pu néanmoins distinguer les paroles de Tsunechika, heureux de pouvoir remarquer qu'on la prenait en considération, elle d'indigna un peu.

"J'ai besoin de nouveaux vêtements."



C'était tout, Sei s'en foutait complètement, après tout, le temps n'était pas à sa réflexion, ne sachant pas du tout quoi répondre à ses propos... Elle savait seulement que sa bourse commençait à se vider et que ses habits ne lui plaisaient plus. Peut-être pouvait-elle voler ceux de la femme qui se présentait à eux ? Ouais, non. Sei était trop indécise, comme à son habitude, sauf qu'évidemment cette fois-ci, elle le remarquait et s'en énervait.

"MAIS, JE SAIS PAS MOI ! TSUTSU, TROUVE MOI DES JOLIES ROBES !"



Comment discuter avec une femme pareille, bien trop instable, trop loin à l'intérieur de sa tête, se comportant comme un enfant qui n'avait jamais eu le loisir de grandir, Sei faisait pâle figure face à son homologue de feu, bien moins âgée qu'elle, une gamine, mais néanmoins un peu plus éclairée qu'elle ne pourrait jamais l'être, bloquée dans une boucle de réflexion immuable qu'elle n'avait jamais réussit à résoudre. Bloquée dans un esprit à verrou.

"Il est loin ton Golem ?"



La réponse, elle s'en moquait, Sei voulait juste transmettre qu'elle cédait, de toute façon, elle suivrait Tsutsu et la gamine, elle n'avait rien d'autre à faire et ne pourrait jamais se permettre de penser par elle-même. Ca, elle le savait bien, c'était d'ailleurs ce qui l'avait poussé à prendre tant d'années pour partir de l'Académie, ayant saisit l'occasion que Tsutsu et sa copine avait utilisé pour se faire la malle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 13 Jan 2018 - 13:29
Déboussolée ?

Un combat ? Pas vraiment... Tu avais appris à fuir le danger et la violence, mais cette fois-ci, la menace ne semblait pas en être véritablement une... Néanmoins, tu étais forcée de constater qu'un tiers voulait encore te trimbaler quelques parts contre ton grès. Tantôt l'Académie, puis Tsunechika, et maintenant cette fille dont tu ne connaissais que l'appellation. Kiri ? Tu ne savais même pas vraiment ce que c'était, une sorte de village très certainement... Enfin, les seules choses que tu connaissais des villages, ne valaient pas grand choses... Tout ceci était resté très abstrait dans ta tête de jeune gourgandine.

Laissant alors les flammes de ton corps se perdre dans les airs, tu fixais de manière dubitative la jeune femme avant de retourner ton regard vers Tsunechika, qui s'était un peu imposé comme la tête pensante de ce petit groupe. En même temps, même toi tu étais forcée de constater que laisser ta nouvelle copine voir toi en tant que leader... Ce n'était clairement pas une bonne idée. L'élémentaire semblait davantage être fait pour ce genre de tâche dans tout les cas.

- De toute façon, on ne sait pas vraiment où aller... Non ?


Tu n'avais pas vraiment tord, bien que tu n'aspirais qu'à avoir une certaine tranquillité dans ce monde, tu étais arrivée à la conclusion que cela n'était pas possible avec le genre de capacité que tu possédais. Au moins dans ton malheurs, tu n'étais plus vraiment toute seule... Enfin... Tu ne savais pas vraiment si tu pouvais faire confiance à ce qui paraissait n'être que des vulgaires inconnues il y avait de cela moins d'une semaine.

- Par contre si tu essayes de nous piéger, je te fais rôtir !


Cela n'aurait pas été la première fois que tu aurais cramé quelque chose par inadvertance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 17 Jan 2018 - 19:14
À la rencontre des Aspects
Bien que d'aspect relâchée, Seiko n'était pas naïve et restait intérieurement sur ses gardes afin d'éviter tous actes belliqueux à son encontre. Elle savait pertinemment que les trois aspects ne la suivraient pas aussi simplement en agitant une promesse aussi belle soit-elle. Le jeune homme semblait « mener » le groupe, alors que les deux jeunes femmes semblaient moins prompts à prendre des décisions autres que guerrières. Sans doute bien plus instinctives, dans un raisonnement qui se voulait à la fois simple, mais tout à fait réfléchit, la cheffe d'équipe portait son attention sur le membre masculin du trio. Ce dernier se mit à littéralement marchander leurs billets d'entrer en toute quiétude pour un village, comme si cela ne suffisait déjà pat au vu de leur situation. Qu'avait elle à offrir de plus ? Rien ne lui venait à l'esprit en premier lieu, même si elle n'était pas dupe concernant des propositions douteuses. Voulait-il de l'argent ? Ou alors faisait-il simplement référence à des faveurs charnels ? Cela n'étonnerait pas du tout la jeune femme qui de part son discours commence à faire le rapprochement sans pour autant en être parfaitement certaine.

C'est principalement une des choses qu'elle méprisait chez ses homologues masculins, le fait de penser constamment avec leur membre plutôt que leur tête. Ayant été confrontée toute sa vie à ce genre de personnage lorsqu'elle devait trouver un « bon parti » par la force, cela avait suffit à la dégoûter totalement de la gente masculine. Bien qu'elle ne pouvait pas nier que certains heureusement sauvaient l'honneur. Poussant un soupire à peine voilé, Seiko se doutait bien qu'il faudrait sans doute qu'elle use de ses charmes pour arriver à ses fins. En temps normal elle n'aurait jamais cédée à une telle bassesse déshonorante, mais dans le cadre d'une mission et si elle souhaitait être acceptée, il ne fallait pas faillir. Avant cependant d'entamer une quelconque action en ce sens, elle voulait être bien certaine de cela et pris la parole. Elle croisait cependant les bras sous sa poitrine lui donnant ainsi légèrement plus d'aplomb.

- En vous offrant un passe-droit pour vous rendre à Kiri en toute quiétude, il me semble que je vous offre déjà passablement. Disait-elle tout en sortant les documents du bout de ses doigts par sa sacoche en toute lenteur pour ne pas sembler faire de mouvements suspects.

- Je ne vois donc pas ce que je pourrai faire de plus, mais j'écoute d'éventuels propositions.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2044-un-clan-divise-reroll-otsuka-ayame-terminee

Jeu 18 Jan 2018 - 0:57
Elle est sérieuse ? Je tourne la tête vers Sei et la dévisage alors qu'elle me demande de lui trouver des robes. Elle me prend pour quoi là ? Sa mère ou je ne sais quelle autres bonnes qui irait lui refaire sa garde robe ? Bon, il est vrai que je pourrais m'amuser à le faire à ses dépens et lui trouver des tenues qui mettraient davantage ses formes en valeur et dévoilerait davantage son corps, mais je doute que cela lui plaise réellement. "T'as cas faire les boutiques avec Ootori." Soupirais-je en reportant mon attention sur la plus jeune de notre troupe alors qu'elle menace maintenant l'envoyé de Kiri qui, ne manque pas de prendre la parole à nouveau.

Un rire franchit alors mes lèvres en entendant ses propos et en voyant les bouts de papiers qu'elle semble vouloir nous offrir. "Vraiment ? Tu crois que l'on a envie d'être les toutous d'un village ? Si on est des déserteurs, c'est pas par obligation, mais par choix. On décide à qui on obéit et quand on le fait, c'est pas pour quelque pièces sonnantes comme vous. Nous avons un prix et il est hors de question que l'un de nous trois arbores le bandeau de Kiri un jour. Alors, ton passe droit comme tu dis, on s'en fout un peu vois-tu. On veut bien rencontrer le Golem, mais en aucun cas on ne deviendra des petits soldats de Kiri. On a d'autres ambitions que cela. Alors non, ton petit passe droit, pour nous, ce n'est pas tant que cela." L'informais-je alors sans lui en dire plus, après tout, qu'est-ce qu'un petit chien-chien d'un village pourrait comprendre du concept de liberté ? Rien, nada, que dalle ! Elle est juste conditionné à obéir et à faire ce qu'on lui demande sans la possibilité de refuser en bon petit cabot qu'elle est.

Dans tout les cas, je peux dire qu'elle ne manque absolument pas d'humour la Kirijin là à croire que c'est juste cette possibilité de tranquillité au sein de Mizu qui nous attirerait. M'enfin, elle a quand même rajouté une phrase intéressante à la fin, nos autres propositions hein ? Je souris alors légèrement à cela. "Le prix de Sei' est une nouvelle garde robe sans que l'on ai à débourser le moindres Ryos." Etant donnée qu'elle avait manifestée cette envie, autant chercher à la satisfaire non ? "Pour Ootori, l'apprentissage, vous devez avoir de quoi la former là-bas." Je sens qu'elle va râler, mais l'un comme l'autre, on sait qu'elle a encore ce besoin d'apprendre à contrôler son assimilation et même si nous, on peut l'aider, avec le matériel nécessaire, ça sera tout de suite mieux. "Et moi..." Je reste alors silencieux un instant, un fin sourire pervers sur mes lèvres. "Toi. C'est ça mon prix. Ton corps, ta petite personne. C'est un bon prix pour repousser nos projets." Qu'importe que les deux demoiselles derrière moi me traite encore de pervers, c'est pas comme si j'étais habitué à cela maintenant de toute façon...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1899-le-vent-se-leve http://www.ascentofshinobi.com/u115

Mer 24 Jan 2018 - 13:47
À la rencontre des Aspects
Seiko s'amusait quelque peu de l'incompréhension du jeune homme au sujet des passes-droits qu'elle arborait. Ils n'étaient pas là pour offrir une place à Kirigakure, simplement un libre passage pour des déserteurs qui se feraient sans doute exécuter ou capturer à la rencontre de la première patrouille. Sans ce sésame, il serait difficile voir impossible d'honorer la rencontre avec le golem de Mizu, c'était une certitude. En avaient-ils seulement conscience ? Difficile de donner un avis clair à ce sujet. Il va pourtant falloir s'adonner à cette tâche ingrate d'explication concrète pour éviter tout malentendu et accessoirement un échec de la mission. Il serait bien regrettable que cela se produise suite à un excès de zèle de la part du meneur du trio. Soupirant quelques instants avant de replacer une mèche de sa chevelure derrière son oreille elle se réexpliquait alors.

- Ces documents ne sont pas là pour faire de vous des membres de la brume, uniquement un sauf-conduit temporaire pour vous rendre auprès du golem, rien de plus. Il y a pas d'obligation derrière cette demande ni de contrainte. Uniquement de potentiels possibilités. Tu parles de liberté sans équivoque et pourtant, il est relativement aisé de deviner que vous vivez avec une épée de Damoclès constamment au-dessus de votre tête. Une éternelle fuite semble être la définition de la liberté pour toi ? Traqué en permanence, vivre dans une forme de psychose constante de se faire poignarder dans le dos par le premier villageois croisé en quête d'argent facile simplement, car il aurait vu votre visage sur une affiche placardée. Si tu as un minimum de conscience réfléchis à tes petites camarades également bien que tu sembles téméraire.

Après ce petit monologue qui semblait justifier à ses yeux, Seiko espérait avoir touché ou tout du moins interpellé le nukenin dans son fort intérieur sur le bien fondé de cette « liberté » chimérique. Était-elle plus libre qu'eux ? Elle était une Kunoichi, un soldat, mais elle restait un être humain à part entière avec une vie, des principes et une famille. Loin d'être conditionnée comme les réfractaires à l'autorité pouvaient le penser. Ensuite venait alors les « revendications », la jeune femme ne s'était pas trompé sur les attentes de l'homme. Les deux premières demandes n'étaient pas un problème, la dernière en revanche ... La Yuki haussait un sourcille même si intérieurement elle s'était plus ou moins préparée à cette idée, malgré ça elle n'arrivait à s'y faire. Pensait-il qu'elle allait se laisser monnayer aussi facilement ? Le visage de la blanche se fit plus sombre et plus sérieux.

- Tes deux premières demandes seront simples à réaliser, la dernière en revanche. Ne pense pas pouvoir disposer de moi à ton bon vouloir, je ne suis pas une marchandise de troc. Disait-elle avant de venir se mordiller la lèvre inférieur à tel point qu'une fine ligne sanguine s'écoulait de cette dernière. Un rappel qu'elle devait mener cette mission à bien et ne pas échouer. Après un ultime soupire elle se faisait violence tout en reprenant alors la parole.

- Je peux t'accorder une nuit en ma compagnie à l'expresse condition que tu te comportes avec décence et courtoisie et que tu m'accompagnes avec tes camarades à Kirigakure. Je n'ai qu'une parole, impressionne moi et peut-être qu'il y en aura d'autres. Cette fois Seiko arborait un timbre de voix légèrement plus flatteur. Même si finalement elle devait se résoudre à devoir jouer à un jeu qu'elle n'aimait guère.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2044-un-clan-divise-reroll-otsuka-ayame-terminee

Mer 31 Jan 2018 - 7:46
Les aspects
Et elle se permet de tirer des conclusions, sans même savoir qui on est réellement et ce à quoi tout les trois on aspire. Elle ne réalise pas que quand je parle de liberté, je ne parle pas de cette fuite continu, mais de cette possibilité toute simple d'aller là ou le vent nous mène, de ne rendre des comptes qu'à soi-même et pas à un imbécile portant un titre pour x ou y raison tout à fait stupide. Je soupire alors. "Il est préférable d'avoir une épée de damoclès sur la tête que d'être un petit toutou et d'obéir à des ordres sans intérêt qui nous conduirait à la mort. Je préfère fuir que d'être un larbin. C'est ça ma vision de la liberté oui. Parce que dis moi, où es ta liberté à toi ? Tu peux aller où tu veux sans devoir le dire avant ? Non, il ne me semble pas, t'es pieds et points liés par un village, par un homme que tu nommes Kages. Risquer de mourir pour une cause que j'ai choisis est préférable que de mourir pour la cause d'un autre." Informais-je alors la belle avant de tourner la tête vers Sei' qui confirme mes dires d'un mouvement de la tête et la petite, elle, elle ne dit rien, mais je me doute bien qu'elle préfère cela que d'être encore seule ou de se retrouver encore dans une institut comme ça a été le cas à l'académie... Un village c'est pareil d'une certaine façon... Enfin soit. Je finis quand même par donner nos conditions pour suivre et aller voir le Golem de Kiri.

Ecoutant alors la Yuki accepter les deux premières conditions sans rechigner, elle laisse entendre un non à la mienne avant de se faire violence et de finalement accepter en tentant de mettre déjà des choses aux points. Je pouffe alors de rire. "Quelle est belle ta liberté." Chantonnais-je alors en passant à côté d'elle. "C'est par là qu'on doit aller c'est ça ?" La questionnais-je faussement, connaissant la direction du grand large et de l'archipel de Mizu. Une question pour la forme, pour lui faire croire qu'elle commande partiellement quelque chose alors qu'en réalité, on pourrait très bien gagner la terre natale de Sei' sans elle. Mais bon, elle a quand même une petite emprise sur nous étant donné qu'elle a toujours les passes droits en sa possession. J'aurais du lui prendre. Mais bon, si jamais elle me prend trop la tête, je peux toujours me désister, un cul comme le sien, j'en trouverais bien d'autre. Mais il faut bien que je m'amuse un peu avec elle, maintenant qu'elle s'est fait à l'idée d'être juste une marchandise de Kiri pour nous avoir nous ? Se sent-elle encore supérieure à nous ? Comprend-elle maintenant notre vision de la liberté ou bien pense-t-elle encore être mieux ? A-t-elle même comprit ma petit pique pas si bien dissimulée quand je lui ai chantonnée cette petite phrase, plus moqueur qu'autre chose ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1899-le-vent-se-leve http://www.ascentofshinobi.com/u115

À la rencontre des Aspects [ Mission C ] ( Groupe un )

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: