Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

No Forgiveness for Heroes [Akimoto]


Ven 22 Déc 2017 - 18:34
Taishi avait observé la cérémonie de couronnement d’Akimoto au rang de Tsuchikage comme tous les autres, mais sans la compagnie de l’idiote, qui semblait perdue au fond d’un verre d’alcool chaud quelque part, un endroit pourri et bien obscur, adaptée aux idiotes. Il ne pouvait lui en vouloir, lui-même assez refroidi depuis son retour aux villages après le sommet raté des kages. L’histoire écrivait avec une plume sanguine et l’Hayai en avait fait bien assez les frais. Il était resté cloitré chez lui pendant un moment, les cernes sous ses yeux, sa barbe naissante ou son aspect débraillé en faisaient sans doute la preuve. S’il ne s’en tenait qu’à son manteau verdâtre poussiéreux et rapiécé depuis les évènements, on aurait eu du mal à le reconnaître.

En temps normal, avoir le moindre mot avec son sensei aurait été pratiquement impossible en ce moment de transition. Mais Taishi avait cette particularité d’avoir été le dit élève du nouveau Kage, ce qui semblait faire de lui une personne privilégie à présent. La jalousie se faisait sentir alors que l’histoire défilait, l’incroyable chance d’avoir étudié sous l’égide d’un des plus grands personnages de l’histoire d’Iwa. Mais Taishi aurait eu du mal à se souvenir le nom des précédents dirigeants, on pouvait se douter qu’il n’était pas aux faits de pouvoir apprécier cet incroyable statut. Toujours est-il qu’on lui avait permis de rencontrer Roux-sensei dans des délais exemplaires, du moins c’est ce qu’on lui avait expliqué.

Il avait un dossier à la main, ce qui ne lui ressemblait pas non plus. Il cogna à la porte mais entra sans vraiment attendre de réponse. Si Akimoto était en train de se taper la secrétaire, autant voir si elle valait le coup au moins. Malheureusement ça ne semblait pas le cas, ou bien elle était cachée sous le bureau et le roux était d’une discipline exemplaire. Possible. Peut-être effet secondaire de l’absence d’âme ? Le chuunin débraillé resta silencieux un instant. Ce n’était pas Sanadare, en tout cas, l’idiot était très bruyante.

« J’ai… terminé mon rapport par rapport aux évènements liés à mon unité lors du… Sommet. »

Il ouvrit le dossier et en feuilleta les premières pages même si c’était parfaitement inutile, impossible d’oublier les mots qui tachaient les pages.

« Les évènements ayant mené au décès d’Hyuga Sato, Seyriuko Aiken, Valeka Tetsukan et…. »

Il referma le dossier en ravalant sa salive.

« Inuzuka Meian. »

Il déposa le dossier au pied du bureau du Tsuchikage.

« J’ai cru qu’il était préférable de te l’acheminer directement plutôt que de passer par le processus normal, vu les circonstances. Si t’es trop occupé, je peux aussi te faire un résumé maintenant, ce serait tout aussi simple… Mais si je me suis trompé… »

Il ne compléta pas sa phrase et frictionna ses yeux fatigués.

« J’ai vu ta nomination… Beau spectacle, je suppose... Je suppose que c’est la fin pour Shokugeki, non ? »



_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Ven 29 Déc 2017 - 7:52


On cogna à la porte du bureau du Nidaime. Avant même qu’Akimoto ne puisse inviter quiconque se trouvait derrière la porte à entrer, ladite personne entra d’elle-même. Il s’agissait de Taishi, un dossier à la main et le visage marqué par la fatigue. Le jeune venait de terminer son rapport de missions et venait lui donner en personne. « Merci d’être venu Taishi. J’apprécie. » se contenta de répondre le colosse à son étudiant.

Akimoto se saisit du dossier et le feuilleta quelque peu. Il s’agissait d’un rapport important, mais le rouquin n’avait pas vraiment envie de le lire, il ne devinait que trop bien son contenu…une longue liste de morts, comme tous les autres rapports. Et dire que cette satané guerre n’avait même pas encore commencée.

La besogne terminé, Taishi se lança dans le ‘small talk’, ce qui étonna le Borukan. L’Hayai était généralement de nature moins ouverte avec lui. Quelques mots sur sa nomination, puis…« Shokugeki… » marmonna-t-il. Ce mot prononcé par Taishi resta gravé dans son esprit tel un écho quelques instants. « L’équipe, l’entraînement, tout ça…ça me parait si loin maintenant. » Akimoto repensa momentanément à leur rencontre, lors de cette ridicule chasse aux trésors, à leur premier entraînement, à leur première bouffe qui leur avait valu leur nom. « Je ne sais pas, est-ce que ça vaut vraiment la peine de continuer? Tu en penses quoi? J’sais déjà ce que Sana en pense, j’ai eu une petite discussion avec elle sur le sujet récemment. Je suis en train de me demander si cette idiote n’a pas raison… » Il repensa à son bref repas avec la Hyûga et la scène de ménage qui s’en était suivit, lorsqu’elle lui avait annoncé son désir de vouloir démissionner et quitter le village.

« Soit franc…Je n’ai pas été un très bon sensei, n’est-ce pas? » Le rouquin n’aimait pas s’avouer vaincu, il n’était pas du genre défaitiste. Mais il devait se confronter à la réalité. Était-ce lui ou eux? Il est vrai que Sana et Taishi étaient deux énergumènes plutôt difficiles à saisir et encore plus à gérer. Mais était-ce le fond de l’affaire? Intérieurement, le Borukan devait s’avouer être dans le tort…Il s’était laissé désemparé, emporté par un torrent de responsabilité qu’il croyait pouvoir gérer. N’était-il pas devenu ce qu’il méprisait par-dessus tout? Chef de clan, Taisho, Gunjiteki…Il avait fait passer ses responsabilités politiques avant ses élèves, chose qu’il s’était toujours promis de ne pas faire. Résultat de tout ça? Une élève était devenue tout aussi alcoolique que lui et le suppliait pour pouvoir disparaître et l’autre…Akimoto ne savait pas trop ce que Taishi voulait dans tout ça, il avait toujours eu du mal à le saisir, plus que Sana étonnamment. Était-il prisonnier de tout ça lui aussi?


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Ven 29 Déc 2017 - 23:13
Akimoto semblait perplexe à la mention de leur équipe, et Taishi ne savait pas quoi ultimement lui répondre. Il finit par hausser les réponses en s’appuyant dans son siège.

« Si tu en es à considérer ce que cette idiote te dit, je pense que tu as déjà ta réponse pour toi , non ? Si ça t’aide, il y a de nouveaux genins au village qui profiteraient sans doute de ton expérience… »

Mais… Mais. L’Hayai ne poussait pas le sujet car le Borukan s’avançait sur des territoires instables, ce qui le prit par surprise pour être tout à fait franc. Taishi s’inquiéta momentanément de l’état de son désormais ancien Sensei. Le chunin avait imaginé cette discussion prendre plusieurs voies mais probablement pas celle-là. Il garda le silence un moment après les derniers mots du roux qui semblait tout autant pensif que lui. Finalement, Taishi passa la main dans ses propres cheveux avant de s’appuyer la tête.

« Je pense que le chemin de Sanana était tracé sans égard à qui ferait son apprentissage. Cette imbécile a trop de problèmes, tu t’attendais à résoudre tout ça ? Quant à moi… T’as pris deux genins déjà adulte, tu sais. On n’est pas exactement des étudiants conventionnels, aussi. J’ai déjà le bagage de mon clan sur mes techniques particulières. Sanadare manifestement n’est pas intéressée à apprendre les techniques des Hyuga et avait déjà une bonne maitrise de sa sensorialité quand je l’ai connue. Ce que j’essaie de dire, c’est que ce qu’il nous fallait, c’était surtout du temps et de l’entrainement. »

Il secoua la tête.

« Tu sais, je ne pense pas que Sanadare ait du vrai ressentiment envers toi pour nous avoir laissé au second plan. Certes tu n’as pas fait grand-chose à titre de sensei, mais tu nous as donné des opportunités que les autres n’ont pas eues. L’unité spéciale, les enquêtes, ce genre de truc. Ça a aidé. Au final, difficile pour moi de dire si tu es un bon ou un mauvais Sensei. Essaie déjà d’en être un pour ta prochaine équipe, tu verras bien. Ceci étant dit… »

Taishi ravala sa salive en se redressant sur son siège. Son regard était fatigué mais particulièrement fixe.

« Aucun discours ne va pouvoir camoufler que tu as du sang sur tes mains, Akimoto. Ça fait trois fois que ce village est envahi et que des vies sont perdues aux mains d’êtres qu’on peinerait à qualifier d’humains. Comme bouclier, j’ai vu mieux, Sensei. »

Son ton était dur mais Taishi en avait rien à faire.

« Je te regarde, Akimoto, et je vois un futur inquiétant pour ce village. T’as l’air épuisé et surmené. Le fait que personne ne puisse ou n’ait voulu prendre ta place n’est pas une excuse. Tu as choisi de courir cette course. J’ai couru la mienne. J’ai fait mon boulot. Et j’ai vu Inuzuka Meian se faire littéralement éviscérer par écrasement sous mes yeux. Soryû-Foutu-KANON est mort. S’il y a un type qui méritait bien de vivre quelques années de plus, c’était bien le poulpe, non ? Au moins le temps de perdre sa virginité. »

Il souffla du nez de dépit en croisant les bras.

« T’es mal entouré. Mal organisé. Tu essaies de tout faire toi-même et tu ne fais rien au final. Tu essaies de plaire à tout le monde et tu finis par plaire aux ennemis de ce village aussi. Ensuite tu essaies de réparer en lançant de la lave partout. Tu crois que tailler la tronche d’un cadavre va nous aider contre la prochaine invasion ? »

Taishi allongea le bras et déposa un petit objet métallique sur le bureau, l’emblème de la division des gendarmes de l’unité spéciale du village. Du poignet, il montra la doublure noircie dans la manche de son manteau. Le symbole caché des Tengus.

« Je suis coupable d’avoir pensé pouvoir rester dans mon coin et vivre ma vie tranquillement. Je ne compte pas me contenter de te critiquer. Les murmures dans le peuple s’en charge pour moi. Je vais faire ce que je pense nécessaire, si ce n’est que pour ne plus me sentir responsable de tes erreurs… Sensei. »


_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Lun 1 Jan 2018 - 1:05


Un Hayai honnête, voilà ce qu’affrontait Akimoto dans cette petite joute verbale. Aussi désinvolte était-il parfois, on ne pouvait absolument pas reprocher à Taishi son franc parlé, il n’était pas le genre de gamin à mâcher ses mots. Il avait raison, non? Le sensei s’était laissé perverti par les pensées sombres de l’Hyûga. Il s’était laissé prendre dans son jeu. Si ça se trouve, c’est exactement ce que l’aveugle cherchait à faire en venant l’enquiquiner à propos de cette démission.

Heureusement pour la santé mentale d’Akimoto, son deuxième élève était plus raisonné que la première. Bien que cela ne serve pas d’excuse aux yeux du Borukan, Taishi avait raison : ses deux apprentis n’étaient pas des cas de figures. Ils étaient deux étranges, difficiles à gérer, et ayant tous deux des raisons moins que conventionnels de vouloir être shinobis. Il ne voulait pas diminuer l’impact de sa négligence, mais il comprenait que ces deux-là auraient donné du fil à retordre à n’importe quel sensei.

Avant qu’il ne puisse le remercier, l’Hayai enchaîna. Il n’avait pas que des mots doux pour celui qui fut jusque-là son maître.

« Tu crois vraiment que je ne fais rien? Que je reste là les bras croisés à picoler? C’est bien bas de ta part Taishi... Cite-moi autant de morts que tu le veux, ça ne changera rien. Je le sais très bien que j’ai failli à ma tâche de protéger le village lors de l’attaque. J’ai perdu mon FILS bordel ! » Un rugissement, un hurlement, le colosse répondit à Taishi avec fougue et détermination, tout en écrasant son point massif contre son bureau. « Mais, tu ne peux pas rejeter la faute de tous les malheurs du village sur moi, pas avant et certainement pas maintenant. Un Bouclier ne peut être efficace que si la personne qui le tient sait s’en servir. » Il tentait de se calmer, de souffler, mais il avait du mal à tolérer qu’on le traite de la sorte. Akimoto regrettait déjà les paroles qu’il s’apprêtait à prononcer. Jusqu’à maintenant il ne s’était autorisé que de belles paroles au sujet de son ami et prédécesseur, mais pour ventiler, il avait besoin de s’exprimer. « C’est à cause de la première attaque que je me suis battu pour obtenir la direction du corps policier, pour pouvoir enfin protéger convenablement le village. Les erreurs que tu me reproches ne sont pas les miennes, du moins pas totalement. Cesse d’être aveugle Taishi. C’est Chôgen qui nous a plongé dans toute cette merde si tu veux mon avis, à cause d’une succession de décisions déplorables. » La mission aux Remparts, les lenteurs de la négociation d’une alliance avec Kumo, son inaction face aux premières nouvelles de la menace Kirijin, les exilés, son refus de pourparlers avec les émissaires de la brume, le Sommet... « S’il avait géré la situation avec sa tête plutôt que son cœur, on serait bien loin du résultat actuel. Il serait toujours en vie et à sa place, comme tous les autres, et nous ne nous tiendrions pas en ce moment sur le bord du précipice de la guerre. Alors ne vient surtout pas dire que tous ces morts sont de ma faute. »

Le rouquin sentait son sang se déverser dans ses tympans, il avait du mal à rester concentrer et à ne pas perdre les pédales. « Ce n’est pas parce que personne ne voulait le poste qu’on me la confier. Ni même parce qu’il n’y avait personne de plus compétent. Je pourrais t’en citer des dizaines si tu voulais. » Certes Akimoto aurait préféré qu’un autre soit choisi, mais ce n’est pas pour autant qu’il ne prenait pas ses responsabilités en main. Et il n’allait certainement pas tolérer qu’on se serve de cette excuse pour le trainer dans la boue. « Pour la première fois depuis les trente dernières années, le putain de Daimyo a descendu son cul de son perchoir doré pour venir foutre son nez dans nos affaires. Voilà pourquoi je suis Nidaime aujourd’hui et pas quelqu’un de plus sensé comme Yoshitsune ou Yatsuari. Il m’a nommé Ombre de la Guerre, pas de la Prospérité. Il m’a choisi parce que je suis le plus apte à faire plier nos ennemis, celui le plus en mesure de régler ce conflit le plus rapidement. Aussi chiant que cela puisse être, il est révolu le temps où nous pouvions rester isoler dans notre coin de pays et à vivre paisiblement du commerce. Je ne suis pas là pour réparer les pots cassés, mais pour réduire à néant le Soshikidan et Kiri. Le jour où nos ennemis ne seront plus que poussière, mon travail aura été accompli et je cèderai ma place. Bienvenue dans la réalité de notre monde Taishi. »

Taishi ne voulait certainement pas mal faire. Mais il était un gamin après tout. Que connaissait-il de tout ça? Même si son ton de voix haussait, ce n’est pas pour autant qu’Akimoto en voulait à Taishi. À dire vrai, il lui enviait presque ses idéaux idéalistes. « Les tronches taillées dans la pierre comme tu dis, non elles n’empêcheront pas la prochaine invasion…Ce qui nous protègera ce sont les négociations que je suis en train de mener, les alliances que je suis en train de former, les nouveaux soldats qui sont entraînés à l’heure où on se parle. Alors ne vient surtout pas me dire que je ne fais rien, Taishi. Peut-être qu’un jour tu comprendras…Même si on m’a choisi pour mener une guerre, en tant que Kage, mon devoir reste tout de même de penser à tous les Iwajins. Si j’ai fait ériger ces statues, c’est autant pour eux que pour moi. Que l’on puisse se souvenir, de ce qui a été sacrifié et perdu, ce que l’on nous a arraché. Qu’Iwa n’oublie jamais. »

Akimoto regarda le petit écusson miroité sur le coin de son bureau. N’ajoutant pas un mot. Il soupira seulement. « Tu crois vraiment que les Tengus t’apporteront la salvation que tu recherches? Remarque, toi qui as toujours aimé jouer les loups solitaires, ça t’ira bien… »

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Mar 2 Jan 2018 - 23:56
L’Hayai garda le silence un certain silence après les derniers mots d’Akimoto, si ce n’est pour laisser la pression descendre un peu et ne pas se retrouver avec un bureau rempli de lave. Le roux était assez terrifiant lorsqu’en colère. D’un autre côté, c’était un côté qu’on voyait assez rarement. Au final, Taishi était plutôt intrigué.

« Regarde-toi. »

Le chuunin secoua la tête.

« Tu crois toujours que tout va bien ? Tu tiens à peine en place. Et je suis qu’un simple Chuunin de bas étage. »

Il soupira en baissant la tête un instant pour se frictionner les yeux.

« Je devine que ça s’est mal passé avec Sanadare, non ? Akimoto, Sanadare est beaucoup de choses. Exhibitionniste, idiote, imprudente, paresseuse, égoïste… Mais elle est aussi… *toussement*… Authentique. Et j’aime penser l’être aussi. Pendant que tes supposés amis, tes conseillers se lavent les mains et continuent à gérer ce village comme avant. Yoshitsune s’est pris une raclée quand je lui ai parlé. Et t’es le prochain. Ce n’est pas ce que je pense, mais bien ce que ce village pense, et comment l’histoire va se souvenir de toi. »

Il haussa les épaules, tapotant son manteau qui souleva une quantité exagérée de poussière.

« Tu n’as pas besoin de m’énumérer les actions que tu as prises, la vérité c’est que je n’ai qu’à regarder les résultats : insuffisants. Chôgen était le plus compétant du Triumvirat, mais ça restait un imbécile. Et il est mort, maintenant. J’ai d’ailleurs croisé le fer avec son meurtrier. Alors les regards sont sur ce qui reste. Toi, Yoshitsune, les gouverneurs de ce gouvernement. »

Taishi croisa les bras en jetant un regard par la fenêtre.

« On est de ton côté, Akimoto. Sanadare n’oserait pas le dire mais elle gâcherait son deuxième œil et vendrait son corps à des sans-abri s’il le fallait, pour toi. »

Il se releva en jetant un regard à l’écusson.

« Ton monde. Votre monde. Je ne fais pas partie de vos jeux et je n’ai pas participé à cette course. C’est mon regret et j’ai l’intention de faire ma part désormais, si ce n’est que pour protéger les gens qui me sont chers, et mon clan. Je n’ai pas l’impression de pouvoir faire ça dans ta division. Je suis le shinobi le plus rapide de ce village, crois-tu vraiment que ma nature est de rester ici, à attendre ? Akimoto, tu es un grand guerrier mais pas un meilleur gestionnaire que ne l’était Chogen. Tu traites ce village comme une famille, ce sera ta perte. Pas besoin d’avoir ton âge pour savoir ça. Je n’ai pas de conseils pour toi, malheureusement. C’est ta course. Je ne suis pas un leader moi-même. Je n’envie pas ta position, d’ailleurs. »

Il tapota l’écusson distraitement.

« Les Tengus sont un point de départ. Je vais être franc Akimoto, j’ai besoin d’air, j’ai besoin de sortir de ce village un peu. Aller voir comment ça marche ailleurs. Ce nouveau rôle aidera peut-être, je ne suis pas naïf sur les tâches qui m’attendent… Mais je n’ai pas vos valeurs, ni vos limites. Je te l’ai dit, j’ai bien l’intention de faire ce qui me semble nécessaire pour sécuriser notre avenir. »


_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 3 Jan 2018 - 8:27


Peut-être que l’Hayai avait raison…ou peut-être tentait-il de lui retourner l’esprit comme l’Hyûga l’avait fait un peu plus tôt? Akimoto n’avait pas la force de tenter de déchiffrer leur discours, il ne l’avait plus. Si Taishi avait raison sur un point dans tout son discours, c’est qu’il était complètement lavé et épuisé. En écoutant le jeune homme, il avait l’impression que ce dernier le dépeignait comme le pire Kage de l’histoire des Kages. Pire que Benten, c’était possible? « J’me doute bien que vous êtes pas contre moi dans toute cette histoire…Elle a juste trop d’orgueil pour se l’avouer. On sait tous les deux qu’elle agit comme une gamine pour avoir de l’attention. Avec toi au moins on peut avoir une discussion qui fait un peu de sens, tu ne débarques pas en déblatérant des inepties et en voulant me rendre ton bandeau…»

Le jeune homme le disait lui-même, il n’était que Chûnin. Que pensait-il connaître des rouages politiques du village? Lui qui jusqu’à un regain de conscience récent avait tout fait pour se tenir à l’écart des histoires du village, son erreur comme il le mentionnait si bien…Comment pouvait-il prétendre comprendre tout ce qui se passait au-dessus de sa tête dans la hiérarchie iwajin? Le rouquin était Tsuchikage depuis à peine quelques semaines, on ne pouvait pas s’attendre à ce qu’il ait réglé tous les problèmes du village en quelque jour. Seul un idéaliste, quelqu’un qui était aveugle au fonctionnement réel des mécanismes complexes du village, pouvait parler de la sorte. « Traiter ce village comme ma famille sera ma perte? Tu crois qu’avoir à notre tête un politicien froid et distant serait une meilleure solution? Un ‘gestionnaire’ comme tu le dis, ce n’est pas ce dont Iwa a besoin. Ce n’est jamais ce dont ce village aura besoin. Être Kage, ce n’est pas être le plus fort de toute une nation, ce n’est pas être le plus brillant, ce n’est pas être un simple politicien ou un le meilleur des administrateurs. Être Kage, c’est avoir les épaules suffisamment larges pour porter les fardeaux de tout un peuple et d’aider tous ceux qui en ont besoin à aller vers l’avant. »

Le plus fou dans toute cette histoire, c’est que Sana et Taishi avaient un discours similaire. Les deux reprochaient à leur – ancien – mentor pratiquement les mêmes choses. Comme un perroquet, il avait l’impression de tenir exactement le même discours que la dernière fois avec Sana, de se défendre des mêmes attaques. À l’exception près que lui ne désirait pas se barrer du village. « Je ne peux pas t’en vouloir Taishi pour toutes ces vérités que tu m’exposes. Chacun son opinion après tout, n’est-ce pas? Tu es jeune, tu as une vision du monde bien différente de la mienne, tu as un avenir grandiose devant toi. C’est pour ça que je vous avais choisis comme disciple, tu t’en souviens? » Akimoto s’arrêta, presque souriant malgré la colère qui l’animait il n’y a pas si longtemps. « Mais Sana et toi, vous regardez le monde qui vous entoure avec des œillères, vous vous empêchez de le vivre et de le comprendre pleinement. Sana me reproche de trop réfléchir avec mon cœur – je me demande bien ce qu’elle devait penser de Chôgen du coup – mais vous, vous ne l’écoutez pas suffisamment justement. Il y a un équilibre à atteindre. Être shinobi ne signifie pas devenir des machines sans émotion aucune. À quoi bon protéger un monde si l’on s’en coupe pleinement? »

Un soupire. La fatigue commençait à lui monter à la tête. « Je ne cherche pas à te convaincre de quoique ce soit, je crois que nous sommes tous les deux têtus comme des mules. Sarcasme à part, si tu crois que les Tengus t’aiderons, alors fonce Taishi. L’important c’est que tu trouves ta place, quelque chose pour t’amener plus loin. » Et que tu comprennes par toi-même ce que cela signifie être shinobi, ajouta-t-il mentalement.

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Mar 9 Jan 2018 - 1:38
« Rendre son bandeau, eh… »

Taishi soupira, non surpris. Même un aveugle comme l’idiote aurait pu remarquer que Sanana en avait marre de tout ce qui concernait Iwa. L’Hayai lui donnait raison sur la plupart de ses arguments. Il n’était simplement pas tout à fait détaché de la réalité comme elle. C’était une bataille perdue d’avance que d’essayer de la raisonner, elle ferait son propre chemin au final, tout comme lui peut-être.

« Tu as peut-être raison, nous sommes sans doute trop bornés pour changer d’avis. De mon bord, je pense qu’il est surtout trop tard pour dévier de nos voies. Tu avances dans un sentier singulier, Akimoto, mais de mon avis, c’est toi qui vis avec des œillères. Je suis jeune mais ma naïveté vient de ma désillusion du monde. Est-ce vraiment pire qu’un membre d’un clan illustre pour sa tendance à faire la guerre, qui cherche la paix et un monde où les shinobis ne seront plus nécessaire ? »

Il secoua la tête.

« Sana a aucun doute que ce village va payer les erreurs de Chôgen pendant un bon moment, mais ceux qui vont souffrir ce seront surtout les innocents qui ont crû cet endroit un abri de ce monde dangereux. Et sans doute est-elle inquiète de te voir prendre le même chemin et rationaliser de la même manière, même si tu prétends le contraire. Tu parles d’un équilibre à atteindre, mais nous sommes trois invasions plus tard. Penses-tu vraiment que nous sommes les instables, à vouloir faire des choix concrets pour Iwa ? Qui a vraiment l’air irrationnel, d’un point de vue extérieur ? »

Il soupira encore en se relevant, sentant qu’il avait déjà trop avancé son jeu. La place de Taishi dans ce tableau n’était pas de dicter la conduite du Kage mais bien de l’aider comme il le pouvait et faire sa part. Ce village n’avait plus grand-chose à lui offrir, son clan était sauf financièrement pour le moment. En vérité, le Tsuchikage et l’idiote était tout ce qu’il avait ici. Akimoto lui reprochait d’être fermé au monde qui l’entourait, quelle ironie quand ses disciples ne voulaient rien d’autre à présent sinon partir et découvrir ce qu’il y avait ailleurs.

« La parole de l’idiote et la mienne ne vaut rien au final, Akimoto. Mais que ce soit dit qu’on est au moins venu t’en parler. C’est bien plus que beaucoup ferait… Tes vieux amis ne rendent pas service à ce village. Ton passé ne se prête pas à tes intentions. Où est ce Sensei impitoyable mais juste que nous avons vu combattre sur les toits de ce village cette nuit-là ? »

Il s’approcha de la porte et l’entrouvrit avant de s’arrêter un instant avant de tourner la tête vers le Tsuchikage.

« Quelqu’un m’a déjà dit qu’un grand meneur d’homme doit être plus féroce, plus bruyant et furieux que tout autre. Qu’il doit exemplifier l’extrême de toute chose, incluant le bien et le mal. Si jamais tu le croises, demande-lui son nom… Car j’ai oublié, moi. »


_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

No Forgiveness for Heroes [Akimoto]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: