Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[Mission B] L'Héritier au Bois Dormant | PV Sun-Hi ✗ Etsuko ✗ Muramasa ✗ Narrateur


Sam 23 Déc 2017 - 0:38



L'Héritier au Bois Dormant


« C'est la première fois de ma vie que je vois une blouse blanche sur mesure. »
( Urgences ~ M. )





Des suites de la sanguinaire escarmouche viciée, de Kirigakure sur le village d'Iwagakure, ayant entraînée destruction et mort de légion d'innocents dans son sillage ensanglanté, il fallut en tirer les conclusions s'imposant d'elles-mêmes. Cet acte, ignoble et méprisable, couvait plusieurs desseins évidents, hormis la simplissime folie de tenter de punir en exécutant sans once de procès les Exilés tout en tenant querelle avec les forces Iwajines, en ignorant les dégâts collatéraux entraînant la mort d'innombrables civils.

Profitant de la diversion, une mission plus particulière, à savoir une tentative d'assassinat sur l'héritier légitime de Hi no Kuni, s'était déroulée en catimini. Il fut tout à fait normal, que l'importance de ce dangereux prisonnier, affilié au Shoshikidan, soit remise en question, mais surtout en évidence. Ils avaient voulu le supprimer, donc, il en savait beaucoup, trop même. Aucun doute possible, même le plus ahurit aurait de facto fait le lien. Même s'il ne connaissait pas l'existence de cet héritier légitime et de certains faits, Muramasa avait dès lors fait le lien entre Kirigakure et les dangereux criminels ayant réduit Shîto en cendres. Ce fameux Alderan qui faisait tant jaser, ou ce pantin servile qu'il incarnait avec brio pour l’intérêt d'autres démons arpentant ombres, cette engeance qui aurait normalement due, après l'examen international, être ennemie des trois villages, non alliée à l'un d'eux, avait partagé le Saké avec le Mizukage. De bien étrange manière, d'ailleurs. S'était-il joué de lui, afin de profiter de l'attaque pour supprimer discrètement celui posant problème, à savoir ce Daiki endormi ? La réponse évidente était qu'il ne fallait certainement pas faire montre d'énormément de zèle, pour convaincre ou encore pousser ces sauvages à aller chercher querelle. L'instigateur, tirant les ficelles de toute cette mascarade ne tenant même pas debout, n'avait certainement pas eu besoin de poser pléthore de malices dignes de l'art du marionnettiste.

Voilà qu'un inattendu messager Borukan, des plus roux pour ne pas déroger à la règle, venait à l'encontre du vilain petit canard. Lui apportant directement une missive, de la part du Tsuchikage. Dénotant toute l'importance s'ancrant en l'encre posée sur le papier incarnant objet. Muramasa savait que ce moment arriverait. Cette aide, qu'il devrait en contrepartie octroyer, ayant même promise cette dernière. Il ne participait jamais à ce genre de mission indigne de sa personne, de plus, révélatrice de ses talents. D'ailleurs, de souvenance, jamais il n'en avait eu occasion, ayant été rapidement repéré et affilié directement aux ombres silencieuses du village caché, dans les ténèbres à jamais se liants.

" Il n'aura pas perdu de temps. "



Après avoir prit connaissance du contenu, il en résultait que le lion conviait, ou plutôt imposait à l'illustre de prendre part à une mission. En tant que Tsuchikage, il en avait tout à fait le droit. Cela ne plaisait pas à Muramasa, qui travaillait occasionnellement en tant que spectre et à l'orée des ombres. Mais une promesse était une promesse, après tout. Il devait retrouver à l’Hôpital, deux autres Shinobis, l'un porté dans les arts de l'Iroujutsu, tandis que l'autre s'adonnait aux arts médicinaux plus obscurs de ce qu'il avait compris. Les informations étaient vagues. Au moins, le mandataire avait eu la présence d'esprit d'assigner des Kunoichis, s'y on se référait à la consonance des noms inscrits. Travailler avec des demoiselles était certes plus plaisant, que de devoir supporter des hurluberlus joufflus.

Demeurant légèrement courroucé, par ce coup de Trafalgar pas piqué des hannetons, que lui avait fait le plus malinois qu'escompté Borukan. Il se prépara en conséquence, acceptant la tâche. Après avoir prit son matériel, soigneusement rangé dans une sacoche, ainsi que sa blouse sur mesure sous le bras, il se grimât pour l'occasion, arborant son alter, ces lunettes rondes, lui permettant ,comme par magie, de passer d'un personnage à un autre. Qui aurait pu penser qu'il suffisait de s'ébouriffer un peu les cheveux et de porter des lunettes pour que personne ne vous reconnaisse ? Non, franchement, cela était complètement burlesque, mais d'une effroyable efficacité. Du moins, si aucun senseur n'était sur vos pas, connaissant l'empreinte personnelle. Cependant, ce n'était pas vraiment pour se cacher, mais plutôt rester discret. Que voulez vous, quand on est aussi divin, c'est un problème de constamment se faire remarquer où qu'on passe. Au moins cela lui assurait un peu plus de tranquillité, passant davantage inaperçu, bien que toujours au diapason de la perfection et de la beauté incarné.

Muramasa comprenait parfaitement la situation, ayant gardé un œil sur les derniers événements, qui laissaient une certaine amertume chez tout Iwajin. L'ordre de mission était clair. Le patient était dans un état de coma profond, mais commençait à esquisser les symptômes caractéristiques de potentiel éveil dans un futur proche. Trouver le moyen de le réveiller, afin de le passer à la questionette au plus vite, avant de finalement le disséquer, semblaient être les prérequis de réussite totale de la mission. Il s'agissait d'un enjeu primordial pour les huiles d'Iwagakure. Une affaire des plus épineuses à traiter, qui soulevait une multitude de questions des plus assassines.


✗✗✗


Arrivé à l’hôpital, il examina rapidement la façade décrépie du bâtiment. C'était une honte, il valait mieux exercer dans le privé de toute évidence. Il sortit une cigarette, l'alluma, légèrement pensif quand à la situation présente. Avait-il fait le bon choix d’accepter si facilement ? Quel était cet endroit si archaïque ? En général, lorsqu'il exerçait la médecine, c'était en tant que médecin de l'ombre, mais avec le matériel adéquat en cas de nécessité. De plus, seules deux personnes étaient réellement au courant de son affiliation et voilà que ce nombre allait doubler. Un problème venait en amener un autre, puis ainsi de suite. Décidément, la vie de Shinobi n'était pas de tout repos, surtout pour ceux vivant à la lumière aveuglante du soleil. Pour l'instant, se faire une idée précise de la situation, de visu, était la seule certitude qui se dessinait à l'horizon. Muramasa entra dans l’Hôpital, où une Infirmière voyant le rustre, mais surtout beau gosse, fumer à l'intérieur, aborda ce dernier et lui tenu ce langage.

" Il est interdit de fumer dans l’hôpital. Vous êtes un nouveau médecin ? Je ne crois pas avoir eu le plaisir... "



" Il est normal que vous n'ayez pas eu de plaisir. Je viens à peine d'arriver. "



L'infirmière faillit tomber dans les pommes, ses joues s'illuminant d'une teinte particulièrement rosée, manquant de se casser la figure pour une mystérieuse raison. La ruse était finaude, au moins, cette dernière avait complètement oublié l'histoire de l'interdiction pour le coup, ne sachant plus quoi répondre.

" Plus sérieusement, je ne suis pas de l’Hôpital, néanmoins je suis effectivement dans le domaine médical. Je dois voir un patient dans un état critique, ne faites pas attention à ma présence. "


Elle acquiesçât timidement, toujours perturbée par tant de prestance lui faisant face. Ça changeait certainement des vieux médecins pervers et à moitié séniles qui devaient pulluler dans les services de l'établissement.

" D'accord, je reste à votre disposition. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas... "


Il se contenta d'un hochement de tête, en tirant une dernière bouffée de son poison enfumant l'air ambiant, avant de donner l'objet mourant en évanescents crépitements à la demoiselle, afin que cette dernière l'en débarrasse. Elle s'enquerra tout sourire de le faire, disparaissant mystérieusement on ne sait où. Franchement, même pas de cendriers dans un Hôpital ? Quelle manque de correction évident.

Après ce passage assez léger, Muramasa commença à se diriger vers l'accueil, cependant personne n'y était pour le renseigner, ce qui lui extirpa un léger soulèvement de sourcil plus qu'évocateur. Peut être aurait-il du profiter de la gentillesse de l'infirmière qu'il avait tantôt croisé.






_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Dim 24 Déc 2017 - 4:23
Une énième nuit d'étude. Une énième nuit sur le canapé. Un énième matin endolorie. Une douleur à la nuque, des picotements dans le bras ; cela ne t'étonne plus. Tu lèves lentement ce dernier afin de le ramener vers toi ; comment es-tu arrivée à trouver le sommeil dans une telle position ? En plus des picotements ton coude de fait légèrement mal... Tu le plies puis le déplies. Brasse doucement l'air. De bas en haut. De haut en bas. De droite à gauche. De gauche à droite. De façon non-coordonnée. Puis tu laisses ta main retomber sur ta figure, la fait glisser sur celle-ci. Ramène la deuxième sur ton visage, le frottes puis frotte tes yeux. Tes mains déforment ton visage en descendant dégager le livre t'écrasant le ventre ; tu te relèves doucement ; t'assois ; observe la pièce : des feuilles et des bouquins partout... Un véritable champ de mine : c'était comme ça depuis ton retour de Tetsu no Kuni. Tu rangeais à peine, préférant te plonger dans les livres ; accroître tes connaissances ; hors de question de revivre l'échec face à Raonaka : la prochaine fois ton utilité ne se limitera pas uniquement aux soins.

Tu te diriges à tatillon vers la salle d'eau. Tu tombes sur ton reflet dans la glace. Ta mine est affreuse. Ce n'est plus un débarbouillage qu'il te faut mais une bonne douche. Cela te réveille, un peu. Te revigore, un peu. Et tu refermes ce robinet, toujours avec aussi peu de conviction et, entends quelque chose, taper avec insistance, sur la vitre donnant sur le salon. Probablement une branche poussée par le vent ou un simplement un oiseau. Dans tous les cas, enroulant une serviette autour de toi et t'armant d'une autre pour sécher tes cheveux, tu t'en vas vérifier. Tu tires les rideaux, lâches la première serviette et manque de crier, surprise par cet envoyé spécial. Figée : tu fixes tel un poisson rouge le mystérieux individu qui, fini par te montrer une lettre marquée par le sceau du Kage. Dans cette position, tu es plus que vulnérable. Il aurait pu t'attaquer depuis le début or il ne le fit pas. Dubitative, tu n'as pourtant d'autre choix que de lui ouvrir. Tenant fermant ta seconde serviette - pour ne pas te retrouve dans une complète nudité -, tu approches, prudemment et ouvre la fenêtre avant de sauter à reculons.

Le messager du Tsuchikage se faufile sans un bruit. Referme fenêtre et rideau. Dévoile son visage ; un soupire s'échappe d'entre tes lèvres : tu es soulagée de voir que le mystérieux messager est en réalité "une mystérieuse messagère". Après les salutations d'usages elle te tend la lettre : "Un ordre de mission du Nidaime Tsuchikage."
Tu déplies délicatement le papier, le sujet est assez grave. À ton retour, tu avais entendu les rumeurs concernant l'attaque de l'hôpital. Si la plupart étaient d'importances mineures, celle concernant la présence d'un important patient t'alerta. Cette histoire était donc vraie : entre vos murs se trouvait le véritable héritier d'Hi no Kuni et, le Shoshikidan tenta de porter atteinte à sa vie. Tu froissas le papier ; encore et toujours eux... Tu jetas l'ordre dans ton bazar ; il n'y avait plus de temps à perdre ! Et alors que la Borukan ramasse la missive - sûrement pour ne pas que n'importe qui tombe dessus -, tu te prépares, aussi rapidement que possible.
Séchée, tu ouvres ton armoire et attrapes les premiers vêtements que tu vois : un pull noir - dont le col en V laisse un petit espace à ta poitrine - ainsi qu'un pantalon de la même couleur. Ensuite tu t'atèles à préparer tes affaires ; ne prend que l'essentiel ; vérifie vite : tout semble y être. Et enfin, tu attaches tes cheveux ; noues ton bandeau au cou ; te chausse ; suit la rousse, sans passer par la porte.

Vous vous déplacez de toit en toit. Elle te briefe sur le chemin ; une impression de "déjà vu" ; comme lorsque l'on te missionna pour veiller sur le précédent Tsuchikage... Arrivée à l'hôpital, l'envoyée Borukan t'abandonne à l'accueil, "Ma mission s'achève ici, Lee-dono.", elle s'incline ; part aussi furtivement qu'elle fut venue. Ainsi tu attends, supposant que quelqu'un viendra vous chercher afin de vous donner les derniers détails sur l'état du Daimyô et, vous mener à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur

Mer 27 Déc 2017 - 20:32
La jeune femme venait d'arriver à l'hôpital, un lieu qu'elle découvrait pour la première fois malgré qu'elle ait passé toute sa vie à Iwa.

Etsuko s'était levée aux aurores, comme toujours. Elle s'étirait, s'habillait, mangeait avec sa mère. Puis elles partaient toutes les deux vers la serre. La serre familiale. Celle qui renfermait tout le fruit de leur travail, leur plus grand trésor. Leur âme peut-être même. Cet amour qu'elles avaient toutes les deux étaient peut-être en parti lié à leur pouvoir, le contrôle des pétales floraux. Un amour qui leur était rendu par les ventes et les bienfaits des fleurs de toutes sortes qui leur offraient une vie scène, à elles deux ainsi qu'au père d'Etsuko, Meito Naari.


Mère et fille étaient donc parties ce matin encore pour la serre, arrivant aux portes de celle-ci alors que le soleil commençait à peine à poindre à l'horizon. Ouvrant les portes sur leur champ floral à étages, elles profitèrent de cette odeur matinale des fleurs à leur réveil. Quoi de plus envoûtant, de plus majestueux que la douceur mélangé à quelques relents acidulés juste dans la bonne mesure pour réhausser le parfum général, enveloppé par l'odeur de la rosée matinale extérieure.

C'est après deux bonnes heures de travail, enlevant les quelques mauvaises herbes qui parvenaient toujours à repousser dans les bacs, à arroser les pieds et à déterminer quoi replanter, quoi emmener pour le magasin, quoi semer, quoi changer de place, de niveau selon l'humidité et l'ensoleillement requis que quelqu'un vint frapper à la porte de la serre. Une missive à la main, l'homme d'une trentaine d'années sourit à Etsuko, lui indiquant qu'elle est demandée à l'hôpital d'Iwa au plus vite, les détails étant précisés dans la missive. Saluant avec respect l'homme, la demoiselle s'empressa d'ouvrir la lettre pour en découvrir le contenu. Un bref resumé de la situation plus tard, elle savait qu'elle devait apporter toutes les plantes médicinales différentes que la famille possédait pour essayer de réveiller l'hériter, lui permettre de vivre à nouveau. Elle n'était pas en capacité de gérer l'affaire seule bien évidemment, elle serait là en tant qu'aide aux des eisen-nins principaux.

À en juger par la position de la serre à l'extérieur de la ville, l'homme qui lui avait apporté cette lettre avait certainement été plus lent à la trouver que les messagers qui avait apporté celle des deux shinobis initialement choisis. Expliquant en vitesse à sa mère ce dont elle avait besoin, celle-ci l'aida à ramasser le nécessaire dans la serre pour les plantes qui n'étaient pas déjà prêtes au magasin, filant ensuite vers celui-ci à toute vitesse après avoir remercié Selena. Elle y termina son sac, ayant préparé son attirail près à affronter toute maladie existante de ce monde et même celles qui n'existaient pas encore. Ce ne serait certainement pas aussi simple qu'elle l'espérait, mais si elle n'apportait pas cela, elle serait inutile.

Reprenant la route à toute vitesse, elle arriva à toute vitesse aux portes de l'hôpital, essouflée comme elle ne l'avait jamais été. Elle était toujours en avance, et elle était ici certaine d'être en retard. Demandant rapidement de l'aide à la première personne qu'elle croisait, une jeune infirmière aux joues rosies pour une raison qui lui était inconnue, elle fonça vers la chambre qu'elle lui avait indiqué, rentrant par mégarde dans un homme qui attendait proche de l'accueil. Elle l'avait à peine touché mais avec la fatigue de sa course, la vitesse et la peur de faire mauvaise impression, elle n'était absolument pas stable sur ses appuis. Elle finit ainsi au sol, clignant des yeux. Après quelques secondes qui lui parurent une éternité, le temps de retrouver ses esprits, elle fit plusieures révérences paniquées.

« Toutes mes excuses messires ! Toutes mes excuses ! Gomenasai !! »

Elle se prosternait presque devant le bel homme qui se dressait devant elle avec ses yeux bruns et ses cheveux noirs ondulés. Il y avait non loin de lui une autre jeune femme avec des yeux clairs. Elle avait déjà vu ses yeux. Au magasin. C'était elle qui avait fait la commande de fleurs précises il y a seulement quelques jours. Se calmant un peu, elle la salua avec respect puis osa une question à la vue de la missive qu'elle tenait elle aussi, similaire à celle qu'on lui avait donné moins d'une heure plus tôt. Ressortant son propre pli d'une poche de la veste qu'elle avait enfilé en vitesse en passant au magasin, elle releva le regard vers les deux personnages qui semblaient attendre ensemble.

« Excusez-moi si je me trompe mais... Vous venez aussi pour la mission de soins ?.. Je... J'ai croisé une infirmière à l'instant, elle m'a indiqué la chambre où le trouver... Je... Vous souhaitez que je vous y emmène ?.. Ou je me trompe ?.. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Ven 29 Déc 2017 - 23:37



L'Héritier au Bois Dormant


Featuring : Lee Sun-Hi, Naari Etsuko

« C'est la première fois de ma vie que je vois une blouse blanche sur mesure. »
( Urgences )


Une jeune femme arriva, accompagnée discrètement par une de ces messagères Borukan, chargées de transmettre les ordres de missions, entres autres. Reconnaître un Borukan n'était pas si difficile, il suffisait d'une teinte rappelant les braises, du moins en général. Elle disparue dans les ombres, tels se plaisaient ces fantômes. Si personne n'avait rien remarqué, le médecin, qui était aux aguets en aperçu le miroitement. Étais-ce l'une des coéquipières ? Vraisemblable.

Elle s’avança, puis se mit à patienter à l’accueil, non loin de l'énergumène. Elle arborait un teint légèrement mat, rappelant les peuplades de Kaze no Kuni, une chevelure ébène, un regard azuré, ainsi que des formes qui ne manquaient certainement pas de faire fantasmer bien des hommes. Il fallait reconnaître, qu'il était rare qu'une femme soit si bien développée au niveau pulmonaire, si on puisse dire. Mais cela ne devait pas être pratique tous les jours non plus, pensa Muramasa, sans avoir de pensées particulièrement viciées envers la jeune femme.

Peu de temps suffit, à ce qu'une nouvelle arrivante fasse son entrée. Une demoiselle aussi timide que l'infirmière de tantôt, à la chevelure revêtant la teinte des châtaignes, voire du sombre jais, dotée d'yeux d'un intense jade, qui semblaient luire d'une malicieuse innocence.

La dernière arrivée fit moult révérences, tout en s'excusant. Ce qui surprit quelques peu Muramasa. L'ingénue s'osa à évoquer alors, l'histoire de la mission, mais surtout, qu'elle savait où se trouvé le fameux souffrant. C'était un très bon point, il fallait l'admettre.

Apparemment, la fine équipe était complète, il venait le moment de se présenter. C'était la moindre des corrections.

"  Ne vous excusez pas. Effectivement je suis ici pour la mission, tout comme la jeune femme au regard azuré, je présume. Hajimemashite, je me nomme Borukan Muramasa. "

Une fois les présentations faites, aller voir ce fameux patient n'était que suite logique des événements.


" Je vous suis. "


C'était la première fois que Muramasa travaillait en équipe, concernant un cas médical. Il se demandait si tout se passerait bien, mais il était assez serein et sûr de lui. Les deux coéquipières semblaient être assez faciles à vivre, contrairement à ces Iryo-nin un peu trop vindicatifs se prenant pour des Kamis tout puissants.





Résumé:
 

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Jeu 4 Jan 2018 - 22:48
Tu attends que quelqu'un se manifeste. Il te paraissait impossible qu'ils n'aient assignés personne pour vous mener jusqu'au Daimyô. Qu'ils n'aient assignés personne pour vous transmettre son dossier ou ne serait-ce que les détails importants... Le village allait-il si mal que ça ?... Ou alors était-ce fait exprès ? Vu le statut de votre patient, cela était fort possible. T'es équipiers viendrait probablement à des moments différents. Par des chemins différents pour plus de discrétion et lorsque ça sera ton tour, on viendra te conduire à la chambre du Daimyô. C'est ce que tu croyais jusqu'à ce que cette fillette débarque en trombe dans l'hôpital...

Cette chevelure châtain à l'allure de soie. Ces yeux de jade. Ce léger parfum de fleur. Tu reconnus la petite fleuriste de porcelaine. Celle-ci est affolée, agitée mais finit par reprendre ces esprits, face à homme que tu ne connais point. Puis elle te salue et, quelque part, tu es assez choquée de voir que ta théorie tombe à l'eau. De voir une telle crise, au point que ça soit une petite fille qui vous conduise à une personne si importante... Aussi tu t'inquiètes. L'entrée de la petite brune ne fut pas des plus discrètes et, tu espères que cela ne compromettra pas la mission... D'ailleurs cela ne te rassure point de l'évoquer ici, au milieu de toutes ces personnes mais, tu ne le montres pas... Te contente de lui rendre sa politesse avant t'avancer vers tes deux partenaires de mission. Si la petite fleuriste t'es familière, tu découvrais cet autre Iwajin aux élégantes manières. Ces lunettes et sa veste ajoute du sérieux à son air déjà réfléchi mais tu tiques sur la cigarette. Cet élément lui enlève un peu de sa crédibilité néanmoins, tu ne dis rien ; s'il est ici ce n'est pas sans raison et, tu évites donc de juger cet homme qui pourrait se révéler bien meilleur médecin que toi.

"Lee Sun-hi. -tu t'inclines légèrement- Vous ne vous trompez pas, je suis ici pour les mêmes raisons que vous.", puis tu te tournes vers la petite fleuriste, lui adresses un sourire des plus amical, "Je vous suis."

Il n'y avait pas plus de temps à perdre, tu suis tes deux partenaires jusqu'à la chambre du fameux héritier.



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur

Ven 5 Jan 2018 - 0:12
Etsuko se redressa après avoir présenté ses excuses, un peu gênée par la situation assez grotesque qu'elle offrait en première apparence. Elle se mordit légèrement la lèvre pour se reconcentrer, écoutant les présentations de ses deux collègues le temps d'une mission. Elle hocha la tête en les écoutant avant de prendre la parole à son tour.

« Désolée, j'en oubli toutes les bienséances... Enchantée, je suis Naari Etsuko et je suis ici pour vous assister et vous offrir toutes les plantes médicinales, les fleurs en particulier, dont vous pourriez avoir besoin. Suivez-moi... »

Passant donc devant ses deux camarades, les joues rougies par la course qu'elle venait d'effectuer jusqu'à l'hôpital depuis la serre, ayant juste reprit son souffle chez elle, elle se dirigea d'un pas rapide dans l'établissement qu'elle connaissait un peu pour y avoir déjà été en tant que consultante, son père ayant tendance à se blesser plus que de raison sans trop que quiconque d'en comprenne l'origine, lui compris.

Traversant le grand hall, elle passa l'allée centrale avant de bifurquer vers l'aile gauche du bâtiment. Grimpant quelques escaliers, elle les amena jusqu'au deuxième étage qui renfermait les patients longue durée, notamment ceux qui étaient ici en fin de vie avec des maladies que l'on ne savait pas encore soigner ainsi que ceux qui étaient dans le coma depuis une très longue période. Contrairement à la chambre qui avait été officiellement attribuée au jeune héritier, celle-ci se trouvait au milieu des autres chambres, le meilleur des camouflages pour un personnage pareil étant celui de l'anonymat. Arrivant finalement devant la chambre indiquée par l'infirmière, la jeune Etsuko s'y arrêta quelques instants, fermant les yeux pour se raffraichir la mémoire.

« Normalement, c'est ici... Ou alors l'infirmière s'est moquée de moi... »

Poussant doucement la porte accompagné d'un "ojama shimasu" à faible voix, la demoiselle vit un lit unique assez large et confortable, entouré de fleurs d'ornementation sur sa droite ainsi que deux chaises, complété par l'attirail habituel des chambres d'hôpital. Une sobriété assez étrange pour un tel personnage. Se serait-elle trompée ?..

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Mar 9 Jan 2018 - 6:16
La jeune Etsuko ne s'était pas trompée. Vous êtes bel et bien arrivé dans la chambre du fameux Daïki. Si la chambre est des plus sobres, vous comprenez que c'est pour ne pas attirer les regards. Après tout, il n'est pas un patient comme les autres, s'il se réveille il pourrait être en mesure de fournir des informations capitales dans la lutte au Soshikidan, des informations dont Iwa ne peut pas se passer. Si le patient est seul dans sa chambre, en traversant le couloir adjacent pour vous y rendre, vos yeux de shinobis avertis ont peut-être pu remarquer le concierge qui passait la serpillière, une jeune infirmière qui classait des dossiers juste à côté de la chambre, ainsi qu'un médecin à l'oreille attentive non loin de là. Tous les trois des shinobis sous couvertures qui veillaient à la sécurité du patient depuis l'attaque.

Daïki était allongé sur sa couchette, torse nu. Vous pouviez voir sur son ventre l'énorme cicatrice qui avait causé cette blessure presque mortelle qui l'avait plongé dans un coma. Accroché à l'extrémité de son lit, se trouvait son dossier médical, contenant toutes les informations concernant son cas et l'ensemble des soins qu'il avait reçu jusqu'à présent. La chambre n'était effectivement pas très grande. Si les soins de base pouvait y être administré, il ne fait aucun doute que si vous désirez entreprendre des procédures moins orthodoxes, un autre endroit devra être trouvé.

Quelques instants après vous, une jeune femme entra à votre suite dans la chambre. Il s'agissait de l'infirmière normalement attitrée à son chevet. Bien qu'on lui ait demandé de ne pas vous déranger pendant votre mission, elle ne put s'empêcher de venir vous offrir son soutien.

Si vous avez besoin de quoi que ce soit, je suis à votre disposition.

Examiner le patient maintenant

Demander à le transférer dans une autre salle

Tenter autre chose.



Info:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 10 Jan 2018 - 3:46



L'Héritier au Bois Dormant


Featuring : Lee Sun-Hi, Naari Etsuko

« C'est la première fois de ma vie que je vois une blouse blanche sur mesure. »
( Urgences )




♫♪ ambiance musicale : Balamb Garden | Orchestral ♪♫



Les présentations étaient faites. Une jeune Iryo-nin et une ferrure des arts médicinaux plus traditionnels, à savoir, la thérapie douce, liée aux propriétés florales, qu'il ne fallait pas sous-estimer. Vous savez, la médecine traditionnelle pouvaitt s’avérer d'une redoutable efficacité. Cela, Muramasa ne le remettait pas en question, vu que lui même avait commencé à apprendre les arcanes plus traditionnelles avant le novateur art de l'Iroujutsu.

Il suivait, tout comme la médecin aux yeux bleutés, la petite demoiselle qui connaissait le chemin à travers le labyrinthique dédale formé de moult couloirs et de chambres des plus similaires. Silencieux, comme à son habitude, il réfléchissait déjà quand à la marche à suivre concernant le mystère que cette trinité devrait élucider.

Peu de monde se présentèrent sur le passage, mais ces derniers semblaient être en place à des points stratégiques, afin de veiller à la sécurité du fameux patient. Cela était évident que ce dernier était là dans l'anonymat après tout.

Voilà que les pas ralentirent, Etsuko semblait les avoir amener devant la fameuse chambre où miracle devait se faire. Elle ouvrit timidement la porte lui faisant face, débouchant sur une pièce des plus rustiques et impersonnelle, comme toutes les autres en ce temple de la guérison. Le patient était là, inerte, allongé sur un lit. Son état faisait peine à voir, marqué par de profonds stigmates.

Décidément, l'affaire était épineuse. Le médecin de l’extrême enleva ses lunettes, qu'il rangea dans l'une des poches intérieures de sa blouse, après les avoir soigneusement repliées sur elle-mêmes.

Muramasa s'enquerra du dossier du patient, qu'il survola afin d'obtenir des informations concernant ce dernier, mais surtout savoir plus en détail ce qui avait été entrepris jusqu'alors. Quelques lignes intéressantes, mais il savait qu'il valait mieux ne pas trop tenir compte de tout cela. Le mieux à faire était de tout reprendre depuis le début afin de voir si une information capitale n'avait pas été oubliée.

" ... "

Légèrement surpris, il s’aperçut que les examens n'avaient pas été suffisamment approfondis. Du moins, ce n'était pas comme ça qu'il aurait procédé concernant le patient et l'importance stratégique qu'il revetait.

Il s'approcha alors de la dénommée Sun-Hi, afin de lui tendre le dossier et lui murmurer quelques mots par la même occasion. Pointant ostensiblement du doigt une certaine partie des informations.

" Il me semble que le dossier concernant le patient manque d’approfondissement, regardez. De plus, aucun examen concernant la présence de Fuinjutsu n'a été référencé. Si je peux me permettre, le mieux serait de repartir à zéro et de refaire les examens d'usages, de manière plus poussée. Je peux me charger de faire une analyse de sang, afin de vérifier si quelque chose étant difficilement repérable ne l’empoissonne pas. "

Il n'eut pas le temps de terminer que soudain, quelqu'un ouvrait la porte et s'engouffra malicieusement dans la chambrée. Il s'agissait d'une infirmière venant offrir son soutien. Chose appréciée, malgré qu'il fallait prendre garde qu'aucune renardise ne vienne compromettre la mission. Étant le seul homme présent, Muramasa était tout désigné pour s'occuper de cette espiègle infirmière, en tout bien tout honneur, cela allait de soi.

Il s’avança vers elle, la fixant de son regard d'or. Laissant le soin à ses deux coéquipière, de s’enquérir du dossier et de commencer un nouvel examen. Si la coquine venait pointer le bout de son nez concernant ce patient, c'était certainement elle qui était chargée habituellement de lui prodiguer quelques soins. De plus, la sécurité semblait l'avoir laissé passer. Aucune raison de ne pas lui faire confiance. Cependant, Muramasa la surveillerait de très près, car il s'attendait toujours au pire.

" Vous tombez bien ma belle. "

Prenant une mouvance charmeuse, il comptait bien que cette infirmière lui avoue tous les sombres secrets qu'elle pouvait cacher, ainsi qu'elle offre son aide de manière dévouée et motivée. Il fallait parfois savoir jouer de tous les avantages se présentant, voire même payer de sa personne, afin de faire le bien en assurant de meilleurs lendemains.

" Je suppose que vous êtes l'infirmière vous occupant habituellement du patient. Pouvez vous m'assister ? Je dois entreprendre quelques tests plus traditionnels. D'ailleurs, avez vous remarqué quelque chose de particulier ? "

Essayer d'obtenir la moindre information était primordial. L'avis de l'infirmière pouvait grandement aider à mettre le doigt sur un fait crucial.





Résumé:
 

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Dim 14 Jan 2018 - 6:42
Une chambre des plus sobre, n'hébergeant que le strict minimum, avec trônant au milieu le petit prince protéger par quelques shinobis enfin, tu supposes... Ils en ont tout l'air mais tu ne peux t'empêcher de te méfier et, tu ne fus soulagée qu'une fois entrée dans la fameuse pièce et, la porte refermée derrière vous. Tu inspectas rapidement la salle des yeux, le dossier était posé sur la table juste à côté du lit ; tu t'approches, ton collègue semble avoir la même idée que toi mais est bien plus rapide alors il s'empare du dossier avant toi. Tu attendis alors une réaction de sa part qui ne se fit pas attendre, celui-ci afficha une mine sensiblement surprise avant de venir te toucher deux mots. Tu l'écoutas attentivement et observa plus scrupuleusement les éléments qu'il te pointait du doigt.

En te faisant part de ses impressions ton collègue semblait quelque peu dépité et il y avait de quoi... Comme lui, tu déploras le manque de rigueur de ce dossier... Beaucoup trop d'hypothèses furent omises, criblant de lacunes, ces documents qui se devaient pourtant d'être précieux... Tu soupiras embêtée avant d'approuver d'un hochement de tête les dires de ton partenaire : "Tant d'éléments négligés... Cela ne va pas nous faciliter les choses..." - avec si peu de piste, la tâche s'annonçait un peu plus compliquée que prévu mais tu ne te décourageais pas, vous étiez trois et ton camarade à la peau mate paraissait parfaitement savoir ce qu'il faisait, te mettant un peu plus en confiance - mais très vite, vous fûtes interrompus par l'entrée non-attendue d'une infirmière.

Tu grimaças. L'idée que cette demoiselle s'invite de la sorte ne te plaisait pas... Elle vous proposa son aide des plus salvatrices ou au contraire : des plus mortelles... Tu l'observas du coin de l'oeil, en chien de faïence avant de t'accaparer à ton tour des documents, laissant au Borukan le soin de s'occuper de l'intruse qu'il abordait déjà à pas de vamp - et si son manège venait à échouer auprès de la blonde, il aura au moins eu le mérite de te dérider. Ainsi, tu secouas la tête et repris la lecture des fiches, plus détendue.

Cet apaisement te permit de révéler un point : "Ils n'ont pas non plus fait d'examens pour vérifier s'il n'avait pas d'allergie... Aaaaah aigooo [expression utilisée en toute situation mais, qui sert ici à exprimer un désagrément]..." - ennuyée, tu veillas à exprimer ton mécontentement à voix basse puis, confia les papiers à la genin : "Si tu le permets je vais te tutoyer Naari-san." - lui dis-tu bienveillante - "Tu dois t'en douter mais, nous avons beaucoup de travail devant nous. Pour commencer je t'invite à prendre connaissance du dossier pendant que je débute les premières analyses. Ensuite, lorsque tu auras fini rejoins moi pour que l'on puisse effectuer les testes concernant les allergies et, commencer à tenter de le réveiller." - à nouveau tu lui souris afin de lui donner un peu de courage puis, t'en vas au chevet du patient.

Arrivée près de l'héritier, tu respires calmement, te concentre et vient appose ta main gauche - sur laquelle est posée ta main droite - sur son torse ; diffusant ton chakra dans chaque parcelle de son corps dans l'espoir de repérer de quelconques anomalies liées à la présence de poisons ou jutsu, en plus de potentielles injures.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur

Mar 30 Jan 2018 - 18:30
Ouf... Heureusement, elle ne s'était pas trompée... Il n'aurait plus manqué que ça pour faire d'elle la parfaite idiote... Elle arrivait en retard, n'importe comment, et en plus elle n'était pas sûre d'elle lorsqu'il s'agissait de guider ses senpais au travers de l'hôpital qu'elle connaissait pourtant bien. Heureusement... Pas d'erreur. Pas cette fois en tous cas. Rapidement, tout se mit en place. Alors que l'homme, Borukan Muramasa-san, semblait prendre la direction, leur indiquant quoi faire, une infirmière arriva pour proposer son aide. Il s'occupa alors d'elle, vérifiant directement si elle était fiable et essayant de lui soutirer chaque information qu'il pourrait.

De son côté, la jeune femme qui était venue se fournir en fleurs médicinales à l'échoppe semblait vérifier tout d'abord le dossier de manière rapide. Visiblement, ils n'avaient pas fait grand chose, ils s'étaient contentés d'attendre qu'il se réveille... C'était assez étrange comme posture, comme s'ils ne voulaient pas qu'il se réveille... Enfin, c'était certainement sa paranoïa qui lui donnait cette impression. Après que Lee Sun-Hi-san pestait contre le dossier, elle se retourna vers la petite Etsuko qui attendait de pouvoir consulter elle-même la chemise contenant tous les documents concernants le patient. Elle était bien fine, même celle de son père était plus épaisse malgré l'aspect souvent bénin de ses blessures. Elle écouta alors Sun-Hi-san en hochant la tête avant de lui répondre.

« D'accord Sun-Hi-san, je comprends. Merci de votre confiance. »

Acceptant le dossier en s'inclinant légèrement pour marquer une nouvelle fois son respect, elle ouvrit la chemise et commença à en regarder les moindres détails. Si une information avait échappé aux deux Iryounins, elle saurait la détecter et les en informer. Elle vit alors que quelques plantes basiques avaient été utilisées mais rien de très avancé, des plantes que presque tous les débutants connaissaient. C'était triste de ne pas voir de tentatives plus poussées. Elle ne fit cependant aucun commentaire à voix haute puis observa le patient, comparant les symptômes inscrits sur le papier à ceux actuels. Elle s'avança légèrement et passa sa main sur le front du patient, fermant les yeux. Au moins, il n'avait plus de fièvre, c'était déjà ça. Continuant de chercher dans les feuillets, elle trouva finalement ce qu'elle cherchait ! La feuille d'analyse d'allergies... Vide. Ils n'avaient pas prit la peine de le faire. Enfin bon, au moins, ils auraient le support adapté pour noter toutes les informations qu'ils trouveraient vis-à-vis des plantes. Elle sortit alors la feuille en question et la posa à côté de son sac, puis sortit son matériel et les divers échantillons de fleurs médicinales qu'elle avait embarqué avec elle.

« J'ai trouvé la feuille des allergènes, elle est vide mais au moins le support est là, on a juste à faire les tests et à la remplir... Je commence les préparations pour le test. »

Sans plus attendre, Etsuko sortit de quoi attacher ses cheveux derrière sa tête en queue de cheval et prit des gants pour rester dans une propreté correcte afin de limiter les risques d'infection. Elle prépara alors les premiers mélanges et les premières décantations afin de pouvoir faire les tests. Une fois ces premières expériences lancées, elle se retourna vers le Borukan et l'infirmière.

« Excusez-moi... Je... J'aurais besoin d'un petit réchaud ou de quelque chose pour faire décanter et infuser les plantes afin de faire les tests sur les plantes auxquelles il est allergique... J'aurais aussi besoin de matériel pour extraire des concentrés de tout ça quand ce sera fait... Vous avez le matériel nécessaire s'il vous plait ?.. »

La demoiselle avait les yeux baissés, un peu gênée, se sentant presque de trop dans ce milieu où elle n'avait pas l'habitude de travailler, préférant généralement le calme de l'arrière-boutique de sa fleuristerie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Dim 4 Fév 2018 - 4:00
Les médecins s'étaient mis à la tâche. Tandis que Muramasa questionnait la jeune et belle infirmière et qu'Etsuko répondait aux ordres de sa collègue, Lee Sun-Hi s'était approché du patient pour commencer l'analyse de son cas. Les mains au-dessus de son corps inerte scannaient de leur chakra pour tenter de trouver la moindre anomalie. L'irou put détecteur immédiatement la large blessure sur son torse, de sa surface jusqu'aux organes internes qui avaient été touchés. Si les blessures avaient été réparées, elle n'était pas complètement guérie, étrangement. Son sang avait la bonne consistance et la bonne composition. À première vue, tout semblait " normal " pour un homme dans sa condition sauf peut-être que…oui, il y avait bien quelque chose d'étrange : son chakra. Il semblait complètement absent, ou du moins si faible qu'on aurait cru qu'il n'en possédait aucun. Comment était-ce possible?

Pendant ce temps, la blondinette s'efforçait de répondre nerveusement au beau jeune homme Borukan.

Hum..oui c'est bien moi qui veille à son chevet. Eh bien…Je sais qu'à son arrivé les médecins on fait les traitements d'usage pour soigner sa blessure et restaurer ses organes. Vous trouverez dans son dossier les détails de sa blessure : une profonde lacération, causée par un kunai, du côté droit du ventre. Mais hum…malgré les traitements, sa cicatrisation demeure très lente. Après six mois, elle n'est pas encore complètement guérie et il faut continuer de la nettoyer chaque jour.
Entendant les commentaires de la jeune femme sur l'état des dossiers, l'infirmière rougit, visiblement éprise par la honte, avant de porter son attention sur elle.
Humm..oui, pardonnez le foutoir dans son dossier! C'est que…vous voyez…C'est un peu embarrassant…Il y a de nombreux tests que nous n'avons tout simplement pas pu faire.
Toujours écarlate, après un court silence l'infirmière continua devant les regards surpris des trois shinobis envoyés en renfort.
Êtes-vous familier avec le phénomène des Assimilateurs? Une personne capable d'assimiler son corps et son chakra à un élément? Eh bien le patient en est un…Du Doton pour être précis. Son corps et son chakra réagissent de manière totalement imprévisible. Et son inconscience n'arrange pas la situation. C'est ce qui nous a empêchés d'effectuer les tests d'allergènes. Regardez.
La jeune femme s'approcha donc d'Etsuko pour lui emprunter l'une de ses plantes en préparation. Elle se retourna vers le patient et saisit son bras, sur lequel elle enduit la décoction. S'il ne se passa rien les premières quelques secondes, soudainement, le bras de Daïki se déforma et prit une apparence terreuse et boueuse. Le phénomène ne dura que quelques instants, avant que le bras ne reprenne une apparence parfaitement normale…à l'exception de la décoction de plantes qui avait disparu.
Vous voyez? C'est comme ça à chaque fois!

Poussez plus loin l'analyse physique interne (Lee)

Observer plus en détails ses plaies externes

Tenter un autre type d'examen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 4 Fév 2018 - 16:19


RP ➤ L'Héritier au Bois Dormant
PV ➤ Lee Sun-Hi, Naari Etsuko



« C'est la première fois de ma vie que je vois une blouse blanche sur mesure. »
( Urgences )


♫♪ music box ♪♫



Muramasa écouta avec une attention toute particulière l’infirmière, qui serait certainement une source d’information à n’omettre sous aucun prétexte. Et il avait vu juste. La plupart du temps les médecins mâles trop imbus d’eux même n’accordait aucune once d'intérêt, à ce que ces jeunes demoiselles aux tenues plus que sensuelles pouvaient dire ou même penser. Se contentant de profiter d’elles pour assouvir leurs pulsions pernicieuses et rien d’autre. Heureusement, ce n’était pas le genre de Muramasa, homme respectable, qui avait un esprit des plus aiguisés. Sachant parfaitement que les anges en blouses blanches pouvaient être des aides précieuses, sur qui compter. Le médecin de l’ombre laissait libre champ ses deux co-équipières, la plantureuse Sun-Hi et l’ingénue Etsuko, qui seraient certainement des piliers sur qui se reposer pour mener à bien la mission leur incombant.

La blondinette, arborant une blouse pastelle à la teinte rosée lui seyant à merveille, était motivée, expliquant en détail ce qu’elle avait pu constater de particulier. Jusqu’à révéler les failles du dossier, honteuse des remarques sur le travail plus qu’expéditif qui semblait avoir été accompli si on se référait aux feuilles d’analyses et de suivi du patient. S’excusant, à la place des réels fautifs, à savoir les médecins titulaires de l’hôpital qui avaient certainement bâclé le travail. Avouant que de nombreux tests avaient été omis. Ce qui était légèrement outrageant si on considérait l’importance capitale que ce dernier semblait détenir pour l’avenir et les desseins des huiles de la Roche. Plus rouge qu’une pivoine, la jeune demoiselle expliqua alors le problème principal qui empêchait les médecins d’avoir pu traiter convenablement le patient. Car s’il n’avait trouvé un obstacle pas piqué des hannetons, cela tiendrais de l’irresponsabilité et de l’incompétence flagrante et éhonté. De toute façon Muramasa ne manquerait pas de signaler personnellement au Nidaime que l'Hôpital était bien tristement géré. Cela était inadmissible, voire scandaleux. Les médecins travaillant au sein de cet établissement n’étaient pas capable de remplir convenablement un dossier, omettant des informations capitales qui aurait pu faire gagner un temps précieux.

S'enquérant de parler alors des méconnus et mystérieux Assimilateurs, une de ces légendes urbaines du monde shinobis. Bien sûr, cela relevait de pure divagation insensée pour les non initiés. Cependant, lorsqu’on connaissait les capacités de certains Kekkai Genkai, rien ne semblait impossible. Muramasa n’avait jamais eu l’occasion d’étudier un spécimen de près, mais c’était l’occasion rêvée de remédier à ce manque. Dommage qu’il devait demeurer en un seul morceau. Le disséquer scrupuleusement, afin de faire avancer la recherche scientifique aurait pu s’avérer très instructif. Enfin, Muramasa était un éminent scientifique et étudiait le Chakra et ses possibles applications à un niveau tel, que de simples Eisei-nin se satisfaisant d’un travail au sein d’un hôpital, tout en se plaisant d’harceler les infirmières, n'auraient jamais pu se targuer d’en imaginer les dantesques infinies.

De bonne volonté, l’émoustillante jeune femme fit même une démonstration pour illustrer le cas clinique qui etait un veritable et épais mystère expliquant ce sommeil profond et des plus longs. Muramasa, attentif, examina avec attention. Comprenant le problème compliqué qui posait toute la pierre angulaire dont l'origine devait être élucidée pour mener à bien la sainte mission mandatée par le miséricordieux Nidaime en personne.

L'explication, à cette blessure si persistante ne cicatrisant pas et de l'inefficacité des traitements, venait de se faire montre. Du moins, une grande partie de celle-ci venait d'être offerte sur un plateau par la beauté blonde. Ce qui faisait gagner un temps précieux.

" Je comprends mieux le manque d’analyse présent dans le dossier médical. Vous êtes d'une grande aide. Nous allons avoir besoin de vous. "

L'infirmière était indubitablement quelqu’un sur qui l'équipe formée pour réussir la mission allait pouvoir compter. Aucune raison de ne pas lui faire confiance après cet échange où elle prouvait bien son identité, à savoir une infirmière dévouée travaillant pour Iwagakure. Cette petite irait loin. Très loin même.

" La physiologie du patient est supposément instable à cause d'une probable mutation. Les assimilateurs, d'après ce que j'ai entendu dire, sont particulièrement liés à un élément naturel, au point de devenir cet élément, grâce à leur chakra en adéquation avec ce dernier. "

Cela semblait être l'explication la plus probable sur le cas des assimilateurs. Sa Sensei lui avait déjà mentionné ce genre de personnage, ces monstres élémentaires proche de la nature au sens le plus fantasmagorique du terme. Ces fées chimériques de contes et légendes existaient donc réellement. Cela devenait de plus en plus intéressant. Muramasa avait bien fait d'accepter cette mission, alors qu'il aurait tout bonnement refusé si il avait du choisir ou non la tâche.

Muramasa pris des échantillons de sang, via une seringue. Extrayant le sang de la créature profondément endormie afin de mener quelques analyses plus détaillées. Peut être qu’une approche différente pour appliquer des traitement serait avisé.

Après avoir analysé une première fois de façon rapide l'échantillon prélevé, le manque flagrant de Chakra était évident et étrange. Quelque chose ne tournait pas rond. Jouant de tubes et autres alambic, il commença alors à approfondir le test sanguin. Laissant les deux jeunes femmes en compagnie de l'infirmière continuer de leur côté a essayer elles aussi de trouver quelque chose, tout en étant à l'écoute de la loin de suggestion ou hypothèse.

" Manque flagrant de Chakra… mutation physique et génétique… tout cela est bien étrange. Peut être que lui apporter un traitement via du chakra de nature lié au Doton provoquerait une réaction. Après tout la physiologie du patient semble pouvoir absorber au niveau moléculaire les substances. Sans doute la forme liquide est la plus efficace, comme il s'agit de Doton et que ce dernier peut se marier au Suiton. Je vais vérifier si des traces de la préparation d’Etsuko-san sont présentes dans le sang du patient. Si cela est le cas, je pense que nous tenons une piste de traitement. "

Il avait une idée brillante et ingénieuse. Il s'agissait maintenant de trouver toutes les autres pistes pouvant mener à résoudre le problème de Daiki. Ne pouvant pas être sur tous les fronts à la fois, Muramasa laissa les deux Kunoichi se charger d'examiner avec plus d'attention, ainsi que de mener d'autres examens de leur initiative.

" Je vais examiner la plaie. Peut être que le trouverais quelque chose de particulier. Si ma théorie est exacte, peux être que nous pourrions la résorber avec un traitement se basant sur les propriétés du Doton. "

Muramasa s’avança et analysa en profondeur la plaie en question. Autant médicalement, que l'aspect visuel de celle-ci. A la recherche du moindre indice venant étayer ou invalider son hypothèse. Passant alors en revue la moindre plaie extérieure avec minutie scientifique.





Résumé:
 

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Mer 7 Fév 2018 - 21:33
Tes mains posées sur son corps, sa blessure ? Tu la vois, clairement. De la surface de l'épiderme jusqu'aux entrailles : celle-ci ne peut rien te cacher, ton chakra te dessine l'injure en détail au fur et à mesure qu'il s'immisce dans son corps. Il te dresse avec minutie le schéma de son anatomie pour offrir à ton cerveau une reproduction d'une effroyable précision. Complètement concentrée, il te faut tout de même sortir de cette sorte de transe pour écouter les dires de l'infirmière et, tu trouves cela étrange... Ils ont remarqué pour la plaie insolite mais, n'ont pas poussé plus loin pour savoir pourquoi la cicatrisation était aussi lente ?

Et tu trouves cela étrange... Ils n'ont pas pu faire tous les testes ? Tu entends la justification de la jeune femme qui vous apporte de bien précieuses informations. Votre patient spécial se révèle être bien plus particulier encore ; un homme dont chakra et chair sont liés à l'élément de la terre. Tu avais déjà entendus des histoires sur ces êtres curieux, capables de ne faire qu'un avec les affinités, pour beaucoup ils n'étaient que fables mais toi : tu en vis un... Celui-là même qui arracha la vie du Shodaime avec une sauvagerie sans pareil... Et tu sens tes doigts qui veulent se crisper, ta vision qui souhaite s'obscurcir sauf que tu ne peux pas te permettre de te laisser envahir par tes émotions. Pas maintenant. Alors, tu te contrôles ; tu prends sur toi tandis que la blonde approche pour vous faire une démonstration. Bien qu'elle ait prouvé sa bonne foi, tu lui jettes un regard furtif, trop prise par ton analyse ; tu ne veux pas perdre cette carte mentale, ne veut pas la fausser à cause d'un esprit trop embrouillé. Au contact de la décoction de la fleuriste sa peau devient roche avant de retrouver sa texture initiale ; la mixture disparut : vous veniez d'assister à une réaction défensive de la part d'un organisme à l'apparence endormi.

Et tu trouves cela étrange... "Et vous n'aviez jamais songé à essayer de le soigner en lui infusant du chakra de nature Doton ?". Ceci te paraissait plus que logique... Et un autre détail te chiffonne ; et tu trouves cela étrange... "Vous était-il également impossible de sonder son chakra ?", celui-ci était si faible, c'en était alarmant... "Vous auriez pu envisager de lui en transfuser...".

Quelque part tout ceci t'énerve. Vraiment. Si quelques manquements purent trouver des explications, tu ne comprends pas pour le reste... La vie d'un homme était en jeux ! Pourtant, c'était à se demander si les précédents médecins avaient réellement essayés... Ainsi, tu pousses l'analyse plus loin, en visant cette fois ses Tenketsu qui semblent être l'une des clés du problème.


Résumé du tour:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur

Dim 11 Fév 2018 - 4:36
Les Eisei-nin semblaient sur la bonne voie. S'ils étaient outrés que de telles suppositions n'eussent jamais été faites ou vérifiées - ce qui en disait long sur l'organisation de l'hôpital actuel - ils venaient enfin de trouver les premières pistes d'une intervention. La jeune infirmière écouta attentivement chacune de leur remarque et apporta son aide lorsque nécessaire, amenant éprouvettes, seringues et échantillons à Muramasa lorsque demandé.

L'analyse sanguine du médecin confirma les trouvailles de sa collègue en rapport au chakra du patient : il était presque à plat. Si ses réserves étaient ne seraient-ce qu'un peu plus basses, c'est la mort qu'il trouverait.

Pendant ce temps, alors que Lee poursuivait ses analyses, elle tomba sur un détail presque anodin. Un détail qu'elle aurait facilement pu manquer si ce n'était de sa dévotion incroyable à sa mission. Dans la cuisse gauche du patient, logé contre la paroi d'une artère, elle détecta la présence d'un petit corps étranger...C'est également à cet endroit que Lee pouvait sentir le peu de chakra qui restait dans le réseau de Daïki. Était-ce la source de ces maux?

Au premier coup d'oeil, la plaie de l'inconscient était "banale", si ce n'était le temps qu'elle mettait à guérir. Cependant, si son regard était attentif et son esprit vif, le Borukan pourrait remarquer que le pus que sécrétait sa plaie était...pratiquement boueux. Comme si son corps d'Assimilateur tentait de se reconstituer, mais que quelque chose l'en empêchait complètement.

Tous les tests que l'équipe effectuait présentement menaient à la même conclusion : le chakra du patient était perturbé par quelque chose, ce qui épuisait perpétuellement ses réserves, l'empêchant donc de guérir complètement même après tout ce temps et le maintenant dans un coma. Ils possédaient maintenant suffisamment d'informations pour tenter les traitements.


Débuter la transfusion de chakra : Si vous possédez le Doton, vous pouvez effectuer le traitement vous-même, sinon vous (ou l'infirmière) devrez trouver quelqu'un dans l'hôpital qui possède un tel chakra.

Débuter l'opération : Si vous possédez les techniques appropriées, vous pouvez commencer l'opération pour retirer le résidu présent dans sa cuisse, sinon vous (ou l'infirmière) devrez trouver quelqu'un dans l'hôpital qui possède de telles capacités chirurgicales

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 12 Fév 2018 - 0:13
Ne perdant pas de temps, assimilant toutes les informations qu'on lui donnait, Etsuko se mit immédiatement à préparer une nouvelle solution. Contrairement aux autres qui étaient pour tester les allergies du patient, celle-ci était plutôt simple, permettant simplement d'accélérer l'assimilation du chakra par le corps de Daiki. L'important était d'optimiser le temps qui se passerait entre le moment où ils retireraient l'élément étranger et celui où ils transfuseraient le chakra au blessé qui pourrait lui permettre de se régénérer et de se sentir mieux. Il fallait ici perdre le moins de temps possible pour limiter les risques d'hémorragie ou de perte totale du chakra pour garder l'héritier en vie tout le temps de l'opération et après.

Accordant le plus grand soin dans le choix des plantes qui pourraient jouer le rôle d'adjuvants efficaces et transférer au mieux le chakra, Etsuko s'attela à cette préparation, laissant le soin à ses deux camarades de décider de comment officier, dans quel ordre agir et à qui demander de l'aide. Après tout, elle n'était pas encore une véritable experte, simple apprentie qui espérait en apprendre plus sur l'art des soins des shinobis pour mieux servir son village.

« Je prépare une solution pour administrer plus rapidement le chakra lié à l'élément doton. Je n'ai pas cet élément dans mes capacités maîtrisées, je ne peux pas l'infuser. Vous souhaitez que je vous prépare autre chose comme mélange ou cela suffira ? »

Elle regardait ses deux supérieurs pour cette mission, un peu incertaine, trop débutante pour avoir l'assurance de l'expérience.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Lun 12 Fév 2018 - 21:46


RP ➤ L'Héritier au Bois Dormant
PV ➤ Lee Sun-Hi, Naari Etsuko



« C'est la première fois de ma vie que je vois une blouse blanche sur mesure. »
( Urgences )


♫♪ music box ♪♫



Docteur Lee n’avait pas tort sûr bien des points, au contraire. Les analyses montraient que le cas du patient n’avait pas été suffisamment examiné  de manière détaillée. Bien entendu, il fallait reconnaître que les médecins talentueux et aussi zélés que cette fière équipe mandatée par le Nidaime ne courraient pas les rues. Mais fort heureusement, l’énigme entourant l’héritier au bois dormant commençait à s’élucider peu à peu.

Muramasa remercia la dévouée infirmière lui ayant apporté tout le nécessaire permettant de mener à bien les analyses de sang. Après tout, elle prenait les remarques destinées aux Eisei-nin de l’hopital, alors qu’elle n’était pas fautive et semblait même sérieuse et appliquée.

En examinant de plus près la plaie présente sur son torse, le médecin remarqua que celle-ci semblait tenter de se régénérer. La blessure restait banale, cependant elle sécrètait une sorte de pus boueux, certainement en rapport avec le fait qu’il s’agisse d’un assimilateur lié au Doton.

“ La plaie du patient tente de se reconstituer de façon singulière. Cela est certainement dû au fait qu’il s’agisse d’un assimilateur. Leur physiologie semble liée au Chakra de leur nature élémentaire. Cependant, il semble que quelque chose l'empêche de se régénérer. Certainement le manque de chakra. Quelque chose doit bloquer son système de circulation de ses Tenketsu. “

Expliquant en détail ce qu’il remarquait, avant de faire  un rapide tour de table finit débouchant à l'unanimité sur la même conclusion. L’analyse du Docteur Lee était formelle, son Chakra été bas, dangereusement bas. L’analyse de sang était formelle et coïncidait parfaitement. Quelque chose le perturbait. La femme aux yeux azurés avait remarqué que quelque chose était présent dans sa cuisse. Après avoir réunis tous les fait, une seule solution était envisageable. Opérer avant ou sans perfusion de Chakra sous la main semblait trop épineux.

Etsuko semblait capable de faire une solution concernant une perfusion, il ne manquait donc que le Chakra de nature particulière, liée à la terre.

Muramasa se retourna vers l’infirmière, en lui affichant un sourire chaleureux, afin que cette dernière se charge de trouver quelqu’un de confiance travaillant à l'Hôpital, afin de se fournir en cette substance des plus vitales, mais surtout primordialement nécessaire.

“ Pourriez vous trouver quelqu’un de confiance de préférence, qui serait un utilisateur de Doton et disposé à nous aider. Vous seriez un amour. “

Il se tourna vers Etsuko et Sun-Hi, l’air sérieux.

“ C’est étrange. Certainement son système circulatoire qui est bloqué au niveau de l’artère. Il vaut mieux mettre toutes les chances de notre côté. Pensez vous à le transfuser pour voir comment il réagit ? Ou procéder autrement ? “

Muramasa passa sa main dans sa chevelure, afin de la ramener en arrière.

“ L’objet étranger est peut être particulier. Peut être un parasite ? Ou quelque chose d’autre…  Prenons des précautions.“

Il pensait peut être trop loin, mais envisager toutes les possibilités était de son devoir de scientifique.

“ En attendant que l’infirmière revienne, avez vous besoin d’aide concernant la préparation Etsuko-san ? Ou bien Sun-hi, puis je faire quelque chose ? “

Humble, Muramasa aida les deux jeunes femmes, comme il le put. Préparant l’intervention, qui ne pouvait débuter sans trouver un donneur.






Résumé:
 

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Mar 13 Fév 2018 - 20:24
Vous semblez avoir trouvé une piste sérieuse. Serait-il possible que ce soit la bonne ? Le fait qu’Araho Daiki soit un assimilateur Doton pourrait expliquer toutes ces complications, et pourquoi nombreuses facettes de la médecine classique aient échoué à répétition. Ce qui est sûr, c’est que vous faites de la transfusion de chakra Doton votre fer de lance, et comptez bien exploiter au mieux ce traitement.

Avec les précautions de Naari Etsuko, c’est Borukan Muramasa qui indique au mieux au reste du personnel soignant comment administrer le futur transfert de chakra. L’hôpital d’un village caché regorge de gens capables de manipuler l’énergie spirituelle et physique, ainsi vous n’avez pas à attendre longtemps avant de voir un membre du personnel se disant manipulateur du Doton et apte à aider à transfuser.

Vous le mettez en position adéquate, et appliquez tout ce que vous avez pris la peine de préparer jusqu’alors. Dans le couloir, les bruits de votre nouvelle hypothèse ameutent certains autres – patients comme médecins – qui s’amassent au seuil de la porte. Puis la transfusion commence.

La cuisse du dénommé Daiki est ciblée. Vous êtes attentifs. Aucune erreur n’est faite, et l’exercice n’est pas des plus ardus. Une fois l’action entreprise, il ne vous reste plus qu’à observer le résultat. Normalement lors d’une transfusion – même chakratique – les résultats sont très rapides. Mais vous ne voyez aucune amélioration, le malade semble toujours plongé dans un profond inconscient.

C’est avec des soupirs que ce manque d’amélioration est accueilli. Mais parmi l’assemblée…

« Eh ! Regardez ! »

Peut-être l’avez-vous déjà vue, cette nuque qui bouge légèrement. Peut-être l’avez-vous déjà entendu, ce souffle presque imperceptible. Ses yeux s’ouvrent alors, scellant enfin le succès de vos efforts. Tandis qu’il se redresse fébrilement, vous pouvez enfin l’annoncer…

Araho Daiki s’est réveillé.

Félicitations:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Mission B] L'Héritier au Bois Dormant | PV Sun-Hi ✗ Etsuko ✗ Muramasa ✗ Narrateur

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: