Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

De l'autre côté des barreaux ๑ Tsuki'


Sam 23 Déc 2017 - 2:48
Perdu. Le dragon ne savait absolument pas où il se trouvait à l’heure actuelle. Il venait d’arriver dans le village depuis quelques jours, toujours dans l’attente de savoir si son clan allait être accepté entre ces murs.

Comme son ami le Borukan lui avait conseillé, il se baladait dans les rues pour commencer à connaître les lieux, rencontrer des gens. C’était une bonne idée dans le fond, si jamais Iwa devient son nouveau foyer, c’est encore mieux de connaître cet endroit d’avance.

Mais pour le coup, à force de flâner dans les différentes ruelles, buvant au passage sa petite flasque de saké favorite, qui se trouve dans son haori, il n’arrivait plus du tout à savoir ou est-ce qu’il se trouve.

C’est finalement devant une bâtisse assez grande qu’il venait d’arriver. Poussé par la curiosité, il décida de rentrer pour voir ce qu’il pouvait trouver à l’intérieur. Ouvrant la grande porte de bois, il tomba alors sur deux gardes, en uniforme, portant le symbole d’Iwagakure. Il devait sûrement se trouvait dans un bâtiment important pour le village. Pourtant, quand il passa entre les deux gardes, ils n’avaient rien fait, hormis le regarder en même temps.

Peut-être l’avait-il pris pour un ninja du village, si bien qu’il l’avait laissé passé si simplement, alors qu’il venait en fait d’arriver dans ce qui semblait être la prison du village, à sa plus grande surprise.

Enfin… Maintenant qu’il se retrouvait ici, autant continuer sa visite et voir un peu les différents types de prisonnier qu’un village peut avoir. C’était en fait la première fois qu’il mettait les pieds dans une prison alors il faut dire qu’il avait vraiment envie de découvrir cet endroit.

Il pouvait surtout voir des hommes, certains jeunes, d’autres plus vieux. Des ninjas, mais aussi des civils. Même des enfants… Alors il faut dire qu’il ne pouvait qu’être étonné en arrivant devant une des cellules de la prison.

Cette cellule semblait être plus gardée que les autres, alors quand il arriva devant, il s’attendait à trouver un homme, sûrement dangereux, qui avait sûrement fait quelque chose de grave. Mais non, il trouva une jeune femme derrière les barreaux, qui ne semblait pas vraiment être à l’aise dans cette pièce minuscule.

Le chef du tourbillon se posta alors devant les deux gardes, laissant son chapeau tomber en arrière, attaché autour de son cou.

HayateC’est quoi ton nom ma grande ? Et pourquoi tu te retrouves ici ?

Les gardes semblaient être choqués, il venait lui parler comme ça, banalement, toujours poussé par cette curiosité, alors qu’il n’avait sûrement pas l’autorisation d’être ici, en cet instant. En espérant qu’ils n’allaient pas faire de problème.


_________________
竜爪拳 -Ryūsōken no Hayate
« I can't change the direction of the wind, but I can adjust my sails to always reach my destination. Strong people are made by opposition like kites that go up against the wind. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1836-heroes-never-die http://www.ascentofshinobi.com/t2165-equipe-1-seishi-iwa#14765 http://www.ascentofshinobi.com/t1869-uzumaki-hayate-carnet-d-un-voyageur#12132

Sam 23 Déc 2017 - 15:06


Les jours passés dans cette cellule prenaient une drôle de teinte avec le temps. Malgré la petite ouverture qui donnait sur le ciel, la Kirijine qui l’occupait perdait la notion du temps. Combien d’heures ou de jours depuis son arrivée, depuis le premier interrogatoire, depuis la visite de Watari ? Difficile à dire mais ce qui était plus compliqué encore, c’était de trouver de quoi canaliser son esprit en l’absence d’une date butoir, quelque chose à attendre. Le seul repère que la jeune femme pouvait avoir, c’était les rondes, mais elles étaient de plus en plus inégales et chaotiques. Comme s’ils essayaient volontairement de la déboussoler. Cette idée la faisait sourire, si c’était le cas, elle venait nécessairement de quelqu’un qui n’avait jamais été emprisonné, être ainsi oppressé sans connaître son sort était bien suffisant à torturer quelqu’un comme elle, dans un tel besoin de certitudes.

Une nouvelle fois, des pas retentirent dans le couloir, se dirigeant vers sa cellule. Qui donc pouvait encore lui rendre visite, encore un officier Iwajin chargé de la railler pour lui soutirer des informations qu’elle n’avait pas ? Elle ne bougea pourtant pas d’un poil. Assise sur sa couche, regardant droit devant-elle, elle exerçait ses poignets discrètement, soucieuse de ne pas se rouiller de trop dans cette atmosphère humide.

Lorsque l’individu s’arrêta devant sa cellule, elle ne lui adressa pas un regard. Il n’aurait pas été le premier à venir l’observer silencieusement, comme pour essayer de cerner son comportement, comme une bête en cage. Cela faisait partie de sa résilience naturelle que de laisser faire ces agissements en ignorant du mieux qu’elle pouvait la déshumanisation qu’elle aurait dû ressentir. S’ils voulaient analyser chaque faits et gestes de la traîtresse, soit. Cependant, celui-ci était différent, il s’adressa à elle. Elle en sursauta presque, tournant brusquement son regard au premier abord inexpressif vers l’homme. Les gardes firent de même mais ne bougèrent pas. L’un d’eux jeta un oeil à la Kaguya qui ne lui rendit pas l’échange, préférant simplement répondre aimablement au nouveau venu.

“ Kaguya Tsukiyomi, monsieur.” Elle fit une pause et fronça les sourcils. Etait-ce une sorte de méthode d’interrogatoire d’un nouveau genre, d’envoyer un inconnu à l’air simple poser des questions banales ? Si c’était le cas, la jeune femme ne craignait pas grand chose. Elle sourit poliment avant de poursuivre. “ Je faisais partie du détachement de Kiri chargé de s’introduire ici pour éliminer ses déserteurs.” Inutile de rentrer dans les détails, si au moins une personne dans ce village ne l’étiquetait pas comme traîtresse, il fallait bien en profiter un peu. Mais la question lui brûlait les lèvres. “ Et … vous ? Vous êtes là pour m’interroger encore ? ” La lunaire se leva en prononçant ces mots, s’étira lentement et se plaça face à lui, son langage corporel ne trahissant aucune angoisse, arborant même un petit sourire poli sur le visage.


Dernière édition par Kaguya Tsukiyomi le Mer 3 Jan 2018 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Dim 24 Déc 2017 - 2:37
Il faut le dire, les gardes postés ici devant la cellule de la kirijine ne semblait vraiment pas être en confiance. Après tout, un homme qu’ils n’avaient jamais vu vient d’arriver, d’un air tout à fait banal, pour discuter avec une prisonnière de guerre.

En se levant, il pouvait enfin vraiment poser ses yeux sur elle, sortant de l’obscurité du fond de la petite cellule. Il trouvait ça marrant au fond, car il avait un point en commun avec elle. Il n’était pas du tout originaire de cet endroit. Alors en parlant d’interrogatoire, il venait de lui renvoyer son sourire.

HayateJe vais être franc avec toi, je ne suis même pas un ninja d’ici. Du coup, je ne vois pas pourquoi je voudrais te faire passer un interrogatoire. Puis il faut dire que c’est pas quelque chose qui à l’air de t’enchanter.

Suite à ce qu’il venait de dire, les deux gardes venait alors de se mettre en position défensive. Ils avaient vraiment pris du temps pour comprendre que l’Uzumaki s’était perdu et qu’il n’avait juste rien à faire dans ces lieux.

GardeVeuillez reculer tout de suite, ne vous approchez pas de cette cellule ! dit l’un des gardes avant de tourner la tête vers son acolyte. Va cherche du renfort, je garde un oeil sur…
HayateVoyons, pas besoin de s’exciter messieurs ! venait de lancer le dragon sur un ton moqueur.

C’est alors que l’on pouvait voir le chakra du médecin sortir de son propre corps. Comme une émanation venteuse, provoquant alors le son d’une bourrasque juste devant la cellule, la puissance du vent venant alors écraser les deux gardes. Les deux hommes, faibles, venaient de tomber au sol inconscient. Et le médecin était content de sa bêtise.

Il se baissa alors pour attraper la clé de la cellule et se trouva en face de la prisonnière, mettant cette clé dans la serrure pour ensuite ouvrir la fermeture.

HayateDe toute façon elle ne compte pas s’échapper la demoiselle, n’est-ce pas ? En plus, j’suis sûr qu’un petit état de santé pourrait être bien pour toi, j’ai pas l’impression que tu sois super bien traité dans cette prison.


Yolo:
 

_________________
竜爪拳 -Ryūsōken no Hayate
« I can't change the direction of the wind, but I can adjust my sails to always reach my destination. Strong people are made by opposition like kites that go up against the wind. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1836-heroes-never-die http://www.ascentofshinobi.com/t2165-equipe-1-seishi-iwa#14765 http://www.ascentofshinobi.com/t1869-uzumaki-hayate-carnet-d-un-voyageur#12132

Mer 27 Déc 2017 - 18:12


“ C’est à dire qu’il y a toujours plus agréable que de se faire cuisiner des heures durant quand on a rien à dire. C’est au mieux lassant, au pire usant.”

La Kaguya n’était pas du genre à se laisser avoir à l’usure, bien au contraire, son endurance était son point fort. Mais au delà de ne pas supporter ce genre de supplice répétitif, elle en serait venue à se poser des questions sur le talent des Iwajins en terme de collecte d’informations. Elle même était très ouverte et franche avec eux depuis le premier jour et s’ils n’étaient pas capable de le voir, ils avaient bien des choses à changer dans leurs méthodes. Son sourire ne disparut que lorsque les gardes réalisèrent quel était leur travail. Dans sa position, elle ne pouvait rien dire alors elle se contenta de faire un pas en arrière en levant les yeux au ciel. Même sans barreaux, elle n’aurait pas bougé, ils faisaient vraiment trop de zèle pour elle. “ C’est pas vrai …” Soupira-t-elle en observant la scène. Quel genre de renfort fallait-il lorsqu’un type aussi décontracté que l’homme au chapeau se montrait pour faire la causette avec la prisonnière la plus calme de l’histoire de cette prison ? A l’exception de Noah, peut-être … Enfin, ils voulaient bien faire, aussi, elle ne s’interposa pas.

Son sourire s’élargit en observant le comportement toujours aussi détaché de l’homme dont elle ne connaissait ni le nom ni l’origine. Il fallait admettre que c’était bien le premier visiteur qui la mettait de bonne humeur. Croisant les bras, dans un contrapposto nonchalant, elle regardait la scène en arquant un sourcil, amusée. Il fut bien avisé de sa part de prendre de la distance pour s’épargner le petit manège qui coûta leur état de conscience aux gardes. “ Ils savent très bien que je n’ai pas l’intention de m’enfuir.” Et pour aller où ?

Le voilà qui ouvrait la porte mais elle ne bougeait pas d’un poil. “ C’est une prison, il serait un peu présomptueux de s’attendre à une couche confortable, de bons bains chauds et une dégustation de spécialités locales à chaque repas, non ?” Répondit-elle avec un petit sourire espiègle. “ J’en déduis que vous êtes médecin ? Qui vous a envoyé, si vous n’êtes pas un d'ici ?” Voilà qu’elle pouvait enfin le détailler et il fallait admettre qu’au delà de ses petits jeux de pression, sa nonchalance lui donnait une certaine forme de crédibilité. Celle que l’on attribue à ceux qui savent garder leur sang-froid et prendre les choses légèrement en toutes circonstances. Cela n’était peut-être pas pertinent pour tout le monde mais vis à vis de Tsukiyomi, ça avait du sens.



Dernière édition par Kaguya Tsukiyomi le Mer 3 Jan 2018 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Mer 27 Déc 2017 - 22:44
Sur le coup, il ne savait pas trop quoi dire. En fait, elle, ne savait même pas du tout à qui elle avait à faire. Le médecin venait de débarquer comme ça, sans même avoir eu une invitation pour le faire. Lui-même ne sait pas trop ce qu’il fait ici, c’est pour dire la situation dans laquelle il se trouve.

En plus de cela, voilà que maintenant, deux gardes sont à terre juste devant lui. Ce n’était pas trop ce qu’il comptait faire en arrivant dans ce batiment, mais bon, lui qui voulait juste avoir une petite discussion avec cette prisonniere pour passer le temps, il n’avait pas du tout envi d’avoir des problèmes alors qu’il est toujours en attente d’une réponse pour savoir s’il peut rejoindre le village ou non.

Une fois la porte de la prison ouverte, il regarda la jeune femme. Sans grand étonnement, elle ne semblait pas être très heureuse de la situation, fatiguée de rester toute la journée dans cette pièce aussi grande qu’un placard à balais.

HayatePuis vu la situation dans le village et la panique depuis l’attaque, je pense que tu ne vas pas aller bien loin si jamais tu veux sortir d’ici. M’enfin, j’imagine qu’un peu de compagnie ça ne te dérange pas ?

Sa petite remarque sur l’état des lieux venait de le faire sourire. En soit elle n’avait pas tort, rien de bien luxueux dans cette pièce, hormis une couche en paille sur laquelle on ne voudrait pas dormir. L’unique source de lumière provenant de cette minuscule fenêtre dans la pierre, ou ils ont même réussi à mettre des barreaux.

HayateTu sais, j’ai connu bien pire, donc je peux te dire que c’est pas si mal. Même si ce n’est pas le grand confort, t’as au moins un toit sur la tête. C’est déjà pas mal vu la crise actuelle sur le continent.

Certes il s'était présenté en tant que médecin pour essayer d’avoir meilleure image devant les gardes, alors que de base, il n’était pas du tout là pour ça, mais après tout, se retrouvant maintenant face à elle, il n’allait pas reculer et dire le contraire.

HayateEffectivement, je suis médecin. L’un des meilleurs en plus, pour avoir parcouru le monde. Mais bon… pour être franc, personne ne m’envoie ici. J’me suis perdu dans le village, je viens tout juste d’arriver. Ma curiosité m’a poussé à rentrer ici.

C’était sûrement légèrement honteux de sortir ça, d’un coup, l’air de rien. Il se présente comme étant l’un des meilleurs médecin, mais donne aussi l’impression d’être un simplet qui ne sait même pas se déplacer dans les rues d’un village.

HayateAprès je sais pas, si tu penses que tout va bien, pas besoin d’un examen. Mais bon, tant que j’suis là, si jamais tu veux que je regarde rapidement si tout va bien, c’est gratuit.


_________________
竜爪拳 -Ryūsōken no Hayate
« I can't change the direction of the wind, but I can adjust my sails to always reach my destination. Strong people are made by opposition like kites that go up against the wind. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1836-heroes-never-die http://www.ascentofshinobi.com/t2165-equipe-1-seishi-iwa#14765 http://www.ascentofshinobi.com/t1869-uzumaki-hayate-carnet-d-un-voyageur#12132

Ven 29 Déc 2017 - 13:43

En quelques minutes à peine, cette rencontre était devenue la plus atypique de toutes celles que Tsukiyomi avait vécues dans cette prison. Elle avait pourtant discuté grossesse et plans d’avenir avec ses deux anciens amis, finissant systématiquement dans un état de remise en question profond. Elle avait aussi rencontré une manieuse de lave des plus étranges et parfois même complètement dénuée du moindre tact. Mais au bout du compte, c’était bien ce grand type qui tenait la palme. Et étrangement, elle se sentait presque en confiance, ses manières l’y poussaient.

“ Absolument pas, je préfère un véritable interlocuteur que parler encore avec les pierres.” Répondit-elle avec un sourire en coin et un haussement d’épaules désabusé. Elle n’avait pas un tel besoin de sociabiliser, la solitude ne la dérangeait pas plus que cela mais la lunaire était bien loin d’abhorrer l’idée d’en savoir plus sur cet homme étrange. A la remarque qui suivit, elle répondit de la même manière, et tu même ton. “Je vous crois sur parole, je ne connais pas grand chose d’autre que Mizu no Kuni et cette prison, à présent.” Et même Kiri au final … Avec la perspective d’en devenir l’ennemie, c’était comme si son esprit floutait sciemment les souvenirs qu’elle avait du village qu’elle avait bâti depuis l’adolescence.

Néanmoins, et ce malgré le flegme avec lequel il annonçait la chose, la Kaguya fut surprise du retournement dans ses mots. Un sourcil arqué appuyant son air circonspect, elle l’observa quelques secondes avant de lâcher. “ Vous êtes un touriste en fait ? J’ignorais que les geôles d’Iwa étaient une attraction, surtout en cette période.” Du second degré pour masquer que, dans le fond, ça n’était pas bien rassurant. Tous les médecins n’étaient pas vertueux, travaillant à l’Hôpital de Kiri, Tsukiyomi s’en était bien rendue compte. Elle avait bien failli consulter le psychothérapeute à la tête du conflit entre Iwa et Kiri, après tout. Et c’était sans compter sur les quelques allumés prêts à tout pour expérimenter sur nombre de ses anciens compatriotes, dont elle. “ Dites, si vous êtes médecin. Et si c’est le cas, j’imagine que vous êtes expérimenté - on n’est pas si nonchalant sans être puissant à moins d’être niais - j’imagine que vous êtes à même de déceler si j’en ai besoin, n’est-ce pas ? ”

Malgré ses doutes et les quelques craintes qui naissaient, elle arborait toujours un petit sourire. Présentant cela comme un défi, elle se gardait également de demander. Car dans son état, elle avait bien besoin d’être rassurée sur son état, et surtout celui de son futur enfant. Mais la lunaire ne plaçait pas sa confiance si facilement dans un inconnu qui se perdait dans les geôles. Alors si médecin il était, il devrait le lui prouver.


Dernière édition par Kaguya Tsukiyomi le Mer 3 Jan 2018 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

Mer 3 Jan 2018 - 10:29
Il faut le dire, en arrivant ici et découvrant qu'au final, il se retrouve dans une prison, le médecin ne s'attendait pas du tout à rencontrer une jeune femme, dans une des cellules, avec qui il pouvait avoir une conversation aussi calme et neutre. Une femme qui semblait avoir une si grande confiance en elle, un calme remarquable, que cela ne faisait qu'attiser la curiosité d'Hayate pour en apprendre plus sur elle.

Dans le fond, il voulait poser tout en tas de questions. Savoir pourquoi elle se retrouve ici, savoir d'où elle vient exactement, ce qu'elle sait faire en tant que kunoichi. Mais en fait, il ne voulait pas vraiment l'embêter plus que ça. Ces questions la, elle a sûrement dû les entendre déjà une dizaine de fois depuis son arrivée ici, il ne voulait pas continuer dans cette idée.

HayateComment est-ce que tu trouves le village de la roche, comparé à l'endroit d'où tu viens ? Je suis curieux, car c'est le premier des trois villages cachés que je visite.

Puis, alors qu'il venait de terminer sa phrase pour l'écouter elle, c'est un sourire qui venait d'apparaître sur le visage du dragon. Un sourire suivit d'un rire qu'il n'avait pas pu s'empêcher de garder en lui.

HayateJ'aime bien l'idée du touriste. Non pour dire vrai, de nature, on peut me considérer comme un nomade. Mais je pense qu'il est temps pour moi de m'installer quelque part, et je pense que ça va être ici. Pour les geôles... j'avoue que même moi, je ne sais pas ce que je fais ici. Mais bon, tu vas rien dire à personnes hein ?

Elle était perspicace, elle savait être franche, mais surtout avait comme ce petit don pour analyser les gens. Un don rare chez les mortels, un don aussi connu du médecin. C'est vrai qu'en le regardant, avec son style vestimentaire ou encore sa façon de parler, on ne pourrait jamais le croire quand il dit être un médecin. Et pourtant, c'est sûrement l'un, voir le meilleur du Yuukai.

HayateJe ne pense pas vraiment être niai, je vais donc prendre le compliment sur la puissance. Effectivement, je peux te dire si tu as en a besoin.

En terminant sa phrase, le médecin venait de faire apparaître une petite lueur au niveau de sa main, matérialisation du chakra neutre qu'il utilise pour les soins. Passant sa main à plat devant la prisonnière, de la tête aux pieds, sans même la toucher, l'analyse était terminée.

HayatePour une captive, je dois dire que tu es plutôt en forme. Physiquement, ça va. Par contre, je pense que tu devrais manger un peu plus, car j'imagine que tu dois savoir qu'il se passe quelque chose dans ton ventre, non ?



_________________
竜爪拳 -Ryūsōken no Hayate
« I can't change the direction of the wind, but I can adjust my sails to always reach my destination. Strong people are made by opposition like kites that go up against the wind. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1836-heroes-never-die http://www.ascentofshinobi.com/t2165-equipe-1-seishi-iwa#14765 http://www.ascentofshinobi.com/t1869-uzumaki-hayate-carnet-d-un-voyageur#12132

Mer 3 Jan 2018 - 15:52



Les étranges questions du vagabond terminèrent de convaincre Tsukiyomi qu’il n’était certainement pas envoyé là pour obtenir des informations. Ou, dans tous les cas, que si c’était le cas, il s’y prenait mal. La lunaire nota tout de même pour elle-même qu’elle devrait faire attention si la conversation s’éternisait. Elle n’avait rien à cacher mais parfois, les mots peuvent être détournés à l’insu de ceux qui les prononcent. “ Je, heu … Eh bien c’est à dire que j’ai pas encore trop eu l’occasion de découvrir l’endroit. J’ai dû passer peut-être trois heures dans le village avant d’être emmenée ici. Et c’était pas pour du tourisme.” Répondit-elle en arborant toujours un petit sourire en coin. “ J’aurais bien du mal à comparer, et puis, Kiri c’est chez moi, j’y ai mes habitudes.” La Kaguya fit ce geste automatique de passer sa main dans l’air à côté d’elle, comme elle aimait le faire pour sentir la brume humide dans ses doigts, la nuit, près du village. Elle ne pourrait probablement jamais retourner à Mizu no Kuni et cela lui manquerait certainement.

Tsukiyomi ponctua alors sa question rhétorique d’un petit hochement de tête. Elle doutait sincèrement qu’on vienne lui demander, à elle, avec sa réputation de traîtresse et donc de menteuse, de parler d’un type étrange venu visiter les geôles. Son regard ambré parcourut alors le couloir où les deux gardes étaient encore assommés. Personne ne venait. “Très bien, montrez moi alors.” Répondit-elle en le regardant tout à fait sérieusement.

Lorsqu’il passa sa main devant-elle, elle s’immobilisa, un peu tendue. Elle avait déjà vu nombre de ses collègues de l’hôpital de Kiri faire cela mais en était rarement le sujet. En réalité, elle n’avait que rarement eu recours aux services de médecins, les Kaguya préférant qu’elle s’endurcisse seule, aussi bête que cela pouvait être. Vint alors le verdict. N’importe qui aurait pu dire qu’elle allait bien, elle avait l’air en forme, tout le monde le lui avait dit. Certes elle était pâle mais c’était bien la sa condition habituelle. En revanche, il avait su déceler ce qu’elle attendait de lui, son enfant à venir. Nul autre qu’un médecin aurait pu le voir, sa tenue ne permettait pas de le déceler, encore plus pour quelqu’un qui ne l’aurait jamais vue auparavant.

“ Je sais, oui… Je vois, vous dites donc vrai.” Elle fit une pause, hésitante. Elle essayait bien évidemment de prendre soin d’elle, pour son enfant, mais depuis tout ce temps, depuis Kiri, le voyage, la mission et son incarcération, elle n’avait jamais pu confirmer l’état de cette vie qui grandissait en elle de jour en jour. “ Et … comment ça va ? Pas de problème ? ” Elle perdit son sourire. La Kaguya était sincèrement inquiète, maintenant qu’elle avait admis l’existence de cet enfant et choisi de vivre pour lui, l’inquiétude commençait à la gagner, quand bien même elle choisissait cette façade de nonchalance pour cacher la terreur qui la gagnait à l’idée d’être mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1156-presentation-de-tsukiyomi

De l'autre côté des barreaux ๑ Tsuki'

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: